Affichage des résultats 1 à 13 sur 13

Discussion: La destruction vue par les talosiens

  1. #1
    Seina Invités
    ----------- ------------

    Le jour allait bientôt se lever sur la ville endormie de Mélandis, les premiers marchands commençaient à sortir leurs marchandises. Les premiers éclats de rire et les grognements des derniers soulards retentissaient dans la ville silencieuse... Mais aux premières lueurs du jour l'inquiétude commenca à s'installer dans les esprits... Une menace pesait sur Mélandis.... l'air était lourd et les coeurs n'arrivaient pas à s'égayer...

    Un silence pesant s'installa sur la ville du dieu maléfique... les animaux domestiques avaient déserté les rues et les chevaux piaffaient tentant desespéremment de rompre leurs attaches... les gens cèssérent leurs activités et rentrèrent chez eux sortirent leurs armes... en effet, les Talosiens avaient déjà subi maintes attaques et le sang, les batailles et les hurlements de douleur ne les effrayaient pas... au contraire... mais le coeur n'y était pas... la peur s'instilla sans raison dans leurs esprits...

    Le ciel s'obscurcit lentement de nuages menaçants... il faisait ni jour, ni nuit.. la pénombre était installée... et un brouillard variant du rouge au mauve commença à courir dans les rues malfamées de mélandis...




    Dans cette pénombre une lueur jaillit augmentant d'intensité... une mélopée démoniaque commenca à retentir et une voix puissante jaillit du néant :


    Heureux le lecteur et les auditeurs de ces paroles prophétiques s'ils en retiennent le contenu, car le Temps est proche ! Grâce soit faite à VENUMA, première parmi les aimés, car de vous elle a fait un peuple de guerriers, pour son Dieu et Père : TALOS; à lui donc la gloire et la puissance pour les siècles des siècles. Voici, il vient avec les nuées ; chacun le verra, même ceux qui ne le craignent pas, et sur lui se lamenteront toutes les races de Féerune. Oui !!!Je fus mort, et me voici vivant pour les siècles des siècles, détenant la clef de la Mort et de Neuralsys.

    Venuma contient sa colère car vous avez perdu votre amour et vos convictions d'antan !!! Allons ! rappellez-vous d'où vous êtes tombés, repentez-vous, reprennez votre conduite première. Sinon, je vais venir à vous pour changer votre destin !!




    La voix invoqua à elle un à un ses serviteurs, elle cria VIENS !!!

    Et voici qu'apparut un cheval blanc ; celui qui le montait tenait un arc ; on lui donna une couronne et il partit en vainqueur, et pour vaincre encore.

    Une deuxième fois elle cria,

    Alors surgit un autre cheval, rouge feu ; celui qui le montait, on lui donna de bannir la paix hors de la ville, et de faire que l'on s'entrégorgeât ; on lui donna une grande épée.

    Une troisième fois le cri retentit

    Et voici qu'apparut un cheval verdâtre ; celui qui le montait, on le nomme : la Mort ; et la douleur le suivait. Alors, on leur donna pouvoir sur le quart de la terre, pour exterminer par l'épée, par la faim, par la peste, et par les fauves de Mélandis.

    LA voix gronda une quatrième fois il se fit un violent tremblement de terre, et le soleil devint noir comme une étoffe de crin, et la lune devint tout entière comme du sang, et les astres du ciel s'abattirent sur la terre comme les figures avortées que projette un figuier tordu par la tempête,et le ciel disparut comme un livre qu'on roule, et les monts et les îles s'arrachèrent de leur place,



    et les hauts personnages, et les grands capitaines, et les gens enrichis, et les gens influents, et tous enfin, esclaves ou libres, allèrent se terrer dans les cavernes et parmi les rochers des montagnes, disant aux montagnes et aux rochers :

    " Croulez sur nous et cachez-nous loin de Celui qui siège sur le trône et loin de la colère de son serviteur" Car il est arrivé, le grand Jour de sa colère, et qui donc peut tenir ? "

    Puis un Ange monta de l'orient, portant le sceau de TALOS ; il cria d'une voix puissante aux serviteurs auxquels il fut donné de malmener la terre et la mer :

    " Attendez, pour malmener la terre et la mer et les arbres, que nous ayons marqué au front les serviteurs de notre Dieu. "

    Alors l'ange traversa la ville, ses ailes fouettant les vents soufflant sur Mélandis sujette au chaos de son dieu, ses plumes se détachaient tombant dans les mains des plus grands croyants et de ceux qui n'avaient point failli... elles protégeaient les aimés de talos mais brûlaient ceux qui avaient encourru sa colère...



    Au milieu du fracas des météorites on entendait des pleurs, une silhouette se découpait sur le ciel assombrit que seuls les éclairs tombant sur les bâtisses éclairaient... c'était l'impératrice Venuma qui pleurait la destruction de son oeuvre, destruction déchirant son coeur mais nécessaire... chacunes de ses larmes faisaient jaillir des incendies... brûlant les impies comme l'acide...

    Les bâtiments un à un étaient consumés alors que les habitants fuyaient dans toutes les directions...



    les cris et les hurlements retentissaient autant que le tonnerre des éclairs et des chutes de pierres...

    Alors les trois serviteurs de la voix sortirent des trompettes d'or et d'argents.

    Le premier sonna... Il y eut alors de la grêle et du feu mêlés de sang qui furent jetés sur Mélandis : et le tiers de la ville fut consumé, et le tiers des arbres fut consumé, et toute herbe verte fut consumée.

    Et le deuxième Ange sonna... Alors une énorme masse embrasée, comme une montagne, fut projetée dans la mer, et le tiers de la mer devint du sang : il périt ainsi le tiers des créatures vivant dans la mer, et le tiers des navires fut détruit.

    Et le troisième Ange sonna... Alors tomba du ciel un grand astre, brûlant comme une torche. Il tomba sur le tiers des fleuves et sur les sources ; l'astre se nomme " Absinthe " : le tiers des eaux se changea en absinthe, et bien des gens moururent de ces eaux devenues amères.

    Un aigle volant au zénith et cria d'une voix puissante : " Malheur, malheur, malheur aux habitants de la terre, à cause de la voix des dernières trompettes dont les trois Anges vont sonner. "

    On leur dit de s'en prendre seulement aux hommes qui ne porteraient pas sur eux le sceau de Talos. On leur donna, non de les tuer, mais de les tourmenter durant cinq mois. La douleur qu'elles provoquent ressemble à celle d'une piqûre de scorpion. Et ces jours-là, les hommes rechercheront la mort sans la trouver, ils souhaiteront mourir et la mort les fuira !

    La fureur des éléments monta lentement,



    Alors s'ouvrit le temple de Talos, seul bâtiment épargné par la tourmente et la destruction, et son arche d'alliance apparut, dans le temple ; puis ce furent des éclairs et des voix et des tonnerres et un tremblement de terre, et la grêle tombait dru... Un signe grandiose apparut au ciel : VENUMA !

    le soleil l'enveloppait, la lune était sous ses pieds et douze étoiles couronnaient sa tête ; elle est enceinte et crie dans les douleurs et le travail de l'enfantement.

    Puis un second signe apparut au ciel : un énorme Dragon rouge feu, à sept têtes et dix cornes, chaque tête surmontée d'un diadème.

    Sa queue balaie le tiers des étoiles du ciel et les précipite sur la terre. En arrêt devant la Femme en travail, le Dragon s'apprête à dévorer son enfant aussitôt né.

    Or la Femme mit au monde un enfant mâle, celui qui doit mener toutes les nations avec un sceptre de fer ; et son enfant fut enlevé jusqu'auprès de Talos et de son trône.



    Sur ce dernier presage la tempête cessa, laissant la ville dans son linceuil de mort... la ville complètement détruite, une partie de la population décimée... seule l'élite subsistait... elle se rassembla autour de ses dirigeants miraculeusement protégés de la foudre de Talos... signe de leurs faveurs... les survivants de Mélandis dévastées se regroupèrent en silence.. sans pleurs ni gémissements.. près à surmonter cette terrible épreuve derrière leurs dirigeants...



    Les trois serviteurs de la voix se regroupèrent devant le temple de TALOS et entonnèrent un chant diabolique aux accents sourds d'invocation, un maelstrom noir et pourpre apparu... un portail vers les plans... une silhouette sombre en surgit... une personne connue mais invraisembleblement changée... un dirigeant disparu dans la main de Talos... les talosiens regardèrent troublés ce revenant du passé....

    Seina, car c'était bien lui, regarda les dirigeants et salua Dragum et Sylvain... D'une voie froide et cruelle il s'adressa à eux...

    " Ne pleurez pas les disparus car ils ne le méritent pas ... Par la volonté de notre Impératrice j'ai détruit cette ville souillée par les traîtres !!! Que cette épreuve vous servent de leçon et vous rende plus forts !!! Que la gloire de TALOS rejaillisse !!! Sanctifier votre DIEU !!! montrez votrez foi !! et c'est valable pour les croyants des alliés de Talos qui n'encourent pas la colère de notre MAÎTRE !!! Qu'ensemble nous glorifions la nouvelle ére de MELANDIS !!!!! Bien des choses sont à faire ou à dire !!! mais chaque chose en son temps !! que ceux qui doivent parler parlent !! "'-----------------
    Sur cette dernière phrase il frappa de son baton de puissance le sol et l'amertume sortit du coeur de talosiens leur laissant apercevoir un avenir glorieux !!!





    NDLR : Après lecture de ce récit, si vous avez été interpellé(e), choqué(e) ou autre dans votre religion, ce n'était absolument pas notre intention... Nous nous sommes simplement inspirés de récits déjà existants... Nous faisons notre Mea Culpa néanmoins afin de satisfaire nos membres au mieux... Merci à tous de votre compréhension...

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Walar sortait de son caveau au moment où "l'apocalypse" avait commencé. Le ciel était en folie, un véritable chaos. De mystérieux personnages s'y agitaient. Et puis, les éclairs zèbraient dans le ciel, l'illuminant de leur énergie pure, pour finalement se fracasser sur les bâtiments. Une véritable pluie de feu s'abattait sur la cité de Mélandis, embrasant les maisons, carbonisant les habitants.

    Le vampire ne comprenait pas cette punition de nature divine. Quant, une fine plume noir aux éclats argentés, littéralement tombée du ciel, flotta devant ses yeux remplis de haine. Soudain, il sut qu'il devait la prendre. L'attrapant à une vitesse phénomènale, il la regarda, sentant son contact mystérieux, légérement doux, mais empli de colère.

    Tout à coup, il vit une gigantesque météorite de feu fondre dans sa direction. Un badaut à côté de lui hurla un gémissement et tenta de s'enfuir. Walar comme envoûté continua de regarder le mortel projectile...

    Puis ce fût le feu. La météorite s'écrasa avec une puissance phénomènale sur le roturier qui avait tenté de fuir, il fût totalement désintégré, réduit en poussière, oublié pour l'éternité et condamné à mille tourments. Le vampire fût englouti par la sphère de feu résultant de l'impact. Il disparut dans un tourbillon de poussière cendrée.

    Mais quand la fumée se dissipa, il était toujours là. Dans la même position qu'auparavant. Tenant fermement la plume entre ses doigts glacés. Il ricana un cours instant et fit une prière muette à son Dieu. Mais quand il regarda autour de lui, il ne vit que désolation. La ville avait quasiment été rasée, d'énormes blocs de pierre jonchaient les rues. Il commença à se diriger vers les Hauts-Quartiers en remontant la Grande Rue.

    Il vit sa forge, totalement détruite, le corps de son golem d'adamantite gisait là, partiellement fondu par la chaleur d'une boule de feu magique. Evitant un morceau de cadavre, il continua son chement, remerciant son Dieu de lui avoir fait mettre ses plus précieux objets en sécurité dans les cryptes. Il ne s'inquiétait pas beaucoup pour elles d'ailleurs. Comme le cimetière, elles semblaientt protégées par une aura magique... Cette hypothèse serait relativement plausible vu leur état actuel, encore resplendissant de noirceur.

    Escaladant avec aisance un mur infranchissable pour un être humain, il découvrit avec une joie secrète, le cadavre d'une femme agonisante. Elle baignait dans une mare de sang, son bras droit était arraché et un énorme rocher avait transformé en purée de chaire ses pieds. Elle gémissait doucement, suffoquant. Walar s'agenouilla auprès d'elle, elle le regarda avec des yeux suppliant. Il remarqua qu'elle avait une longue plaie sur la gorge, il lampa la traînée de sang. Il se releva, la femme gémit plus fort, presque désespérement. Cela fit exulter le vampire d'une joie machiavélique et terriblement machabre. Son expression reflétait la cruauté même et ses yeux noirs étaient un défi pour nombre de démons. Walar se retourna vers l'agonisante. Il parla d'une voix glaciale et sombre.


    "Pas de place pour les faibles !"

    Il égorgea la femme d'un revers de griffe. Un petit sourire de satisfaction au coin des lèvres, il continua sa traversée de la ville dévastée. Il acheva plusieurs autres personnes au passage, toujours avec le même sourire mystérieux.

    Finalement, il se joignit à plusieurs groupes de Melandiens, il reconnut plusieurs braves parmis eux, dont le Seigneur Seina, il fût à peine surpris et esquissa une petite moue réjouie. Il remarqua également que chacun portait une plume pareille à la sienne. Il la serra encore plus fort, il ne l'avait pas lâchée de tout le voyage.

    Les Melandiens survivants, énorme assemblée d'élus s'installa à l'oasis de la Chèvre d'Or. On ne revit plus Walar du voyage. Ce ne fût que tard dans la nuit que certains prétendirent l'avoir aperçu maraudant au loin du camp.

  3. #3
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Ce soir là, Beorn se promenait dans la ville, déambulant sans but précis. Tout à coup, il vit le ciel s'embraser, puis des bloques incandescents commèrent à tomber du ciel déchirer. Devant le ciel en feu, Beorn c'était tout d'abord étonné, puis y avait vu une sorte d'intérêt, étant druide, les forces d'ordres sur-naturelles l'intéressaient à un très haut point.

    Il se dirigea vers sa boutique, au milieu des gravats et des corps calcinés. Une fois là-bas, c'était un paysage de désolation qui s'offrait à lui: l'échoppe avait été totalement détruite par un météore et le reste brûlait.

    Il se rapprocha et vit son golem de Fer, intact. Il le chargea de lever les décombres afin de pouvoir retrouver la caisse. Mais aucune trace. Il aperçut avec une sorte de vague plaisir sadique les esclaves agonisants, brûlés à un tel point que leur état étaient innommable.


    Quel gâchis, lança-t-il, une marchandise toute neuve et fraîche.
    Mais il resta là à regarder mourir ces humains, sans leur prodiguer le moindre soin, les regardant crever, implicitement.

    Au bout d'un quart d'heure, tous les survivants du météore étaient morts, les uns brûlés, les autres écrasés sous des bloques et d'autres tout bonnement tués par leur maître Beorn, s'amusant à les démembrés pour voir une agonie différente.

    Il fini par partir en direction de torche allumées au loin accompagné par son golem de fer. Là il retrouva les dirigeant et Walar

    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  4. #4
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Rites Magiques, Melandis
    Messages
    149
    Moi j'l'ai bien vécu... Naturellement, j'étais au courant !
    J'aime assez le récit de Seina... Bien qu'un tantinet exagéré

    C'est normal pour un barde

    *sourit délicatement dans sa moustache*

    Il faut toujours tenir en haleine son public :happy:
    On n'peut pas nier Seina, tu as le récit et le verbe inné !

    *a bien apprécié le récital et a pris des notes pour les archives*

    Bon les gars, c pas tout ça mais reprenez vous en main !!!!
    J'dis ça j'dis rien, j'essayais de faire mon possible pr redresser la situation en Chaotique Mauvais...

    Vous pouvez remercier Talos de vous avoir accorder une seconde chance... Il n'y en aura pas de troisième !!!

    Soyez vigilents donc !!!


    *referme son livre de notes dans lequel il relate en vrai lesdivers témoignages de la destruction...*

    Hum... Ah ces bardes... :rigoler: Après tout, c'est leur gagne-pain...
    Je me demande ce que va publier Le Lutin Cafteur...
    *pensif*
    L'intelligence a été inventée il y a très longtemps par un type vachement malin. La connerie, c'est autre chose, c'est une création collective.
    Dessinateur de BD belge [ Philippe Geluck ]

  5. #5
    Ilangilang Invités
    Le soleil se coucha à peine lorsqu'ILANG décida de fermer la boutique.N'ayant plus rien à faire, elle songea de faire un tour à la taverne.Mais à peine arrivé à la porte de sa boutique que brusquement celle-ci s'ouvra.Un vent glacial l'a repoussa à terre.

    Mais que se passe t-il,se disait-elle.Des cris de panique se faisait entendre de l'extérieur.C'est alors qu'elle comprit que quelque chose d'étrange se passait.
    Elle appercut au loin des talosiens qui lui disaient de sortir et de les suivre afin de se mettre à l'abri de la colère de TALOS.Soudain elle prit peur à ne plus en bouger de l'endroit où elle se tenait.Térrifiée, elle pouvait à peine parler.

    Heureusement pour elle THANATOS et quelques autres étaient là pour l'aider
    *allez ,dépêches-toi de prendre tes affaires et sautes dans ta calèche.Il n'ya plus de temps à perdre:il faut que nous partions car le temps nous y compté.

    *Voilà je suis prêtte pour partir,allons-y.

    Sur le chemin d'exile,les maisons étaient calcinées et il ne reste plus que de la poussière. Les murs de MELANDIS récement bati ne fut qu'un souvenir D'enfant .!
    QUELLE DESOLATION.!!! QUEl DESASTRE!!Il était temps de partir mais avec amertume.

  6. #6
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Dans l'antre de la fooooliiiie
    Messages
    1 152
    Comme à son habitude alors qu'il n'avait rien à faire le vampire flannait sur le toit des batiments de la cité alors qu'il assistait à la chute du premier projectile de feu. Il leva le regard en direction de l'impact et le vit s'écraser sur le sol avec grand fracas en une gerbe de flammes formidable. Etonné le vampire regardait autour de lui tomber l'improbable pluie faisait fleurir des lotus de feu partout dans la ville. Des secousses ébranlaient le batiment et le non mort commença à sauter de toit en toit pour ne pas être enseveli.

    Et au loin il apperçut une étrange vision, un ange voletant au-dessus du sol. De ses ailes tombaient une myriade de larmes d'argent, tombant doucement vers le sol. Les gens à leur contact se voyaient nimbés d'une douce lueur qui semblait les rendres invulnérables, tandis que d'autres prenaient feu avant de s'effondrer calcinés.

    Bientot un de ces étranges larmes l'effleura, il s'en saisit et l'observa d'un oeil critique : une plume, une simple plume. Il ne pu retenir un éclat de rire. Une simple plume, quelle marque ridicule, quel manque de style pitoyable.

    Le déluge de feu et d'acide finit par cesser, et le vampire se mit à arpenter le rues jonchées de blessés et de corps sans vie. Le vampire se penchait, tentant de soulager quelque peu la douleur des blessé, et écourtant l'agonie de ceux pour qui rien n'était plus possible. Un pretre de Talos lui lança un regard désaprobateur, et le vampire lui répondit de la même façon, ses yeux exhalant d'une colère telle que le clerc prit peur et se détourna vivement.

    Ce jour là nombreux furent ceux qu'un homme à la peau diaphane et à la chevelure d'albatre secourut. Nombreux aussi furent ceux qui crachèrent sur ses pas, prétendant que c'était là uen forme de traitrise à Talos. Pourtant à son cou pendant une plume attachée à un simple cordon de cuir, preuve qu'il était fidèle à la cité. Cette pitié fut bien mal vue, pourtant acceuillie avec soulagement, paradoxe étrange, aider les blesser est une honte, se laisser aider une joie.

    Au campement les regards fixaient le vampire. Des regards plein de haine ou de gratitude, nul ne manqua de remarquer l'étrange changement chez le vampire qui semblait empreint d'une mélancolie encore plus grande qu'à l'habitude. Sa dévotion à la ville était évidente aux yeux de tous, mais sa compassion en intriguait plus d'un.
    La plus grande peur des chauves-souris, c'est l'incontinence diurne. (oui parce qu'elles dorment le jour, pour le reste... comprendra qui pourra )

  7. #7
    Date d'inscription
    February 2003
    Localisation
    Paris
    Messages
    120
    A coté de Nathiel se tenait Misdrha'al qui n'avait pas l'air touché non plus par l'apocalypse, et qui semblait même sourire

    "Ces vivants m'étonneront toujours. Tout est détruit en un clin d'oeil et pourtant ils persistent dans leur culte. A croire qu'ils aiment la mort plus que nous qui la vivons chaque jour."

    Une flamme du campement plus vive que les autres eclaira un crane noirci à la place de la tête de Misdrha'al. Mais la seconde flamme ne fit apparaitre qu'un visage normal d'elfe noir.

    "Enfin si Talos dit qu'il n'y en aura pas une troisieme, esperons qu'ils comprendront cette fois."

    Misdrha'al s'enfonça un peu plus pronfdément dans le campement à la recherche de Winona
    Salutations Elfiques Noires

  8. #8
    Winona Invités
    Winona déambulait dans les rues de Mélandis au milieu du cataclysme inconsciente du danger. Mais par on ne sait quel « miracle » aucune flammes ne l’atteignaient. Tout n’était que chaos et désolation autour d’elle. Elle continuait quand même d’avancer jusqu’aux portes de la ville essayant tant bien que mal d’ignorer le carnage aux alentours.
    Winona avait portant bien dit des mots sur ce Dieu, Talos. Et malgré ça, il avait quand même choisit de la garder dans ses rangs. Peut être Loth, avait-elle assez d’influence pour qu’il garde une de ses protégés.

    Elle repéra les rescapés à la sortie et les suivit d’un pas lourd et le cœur attristé à une distance assez éloigné.
    Elle ne pensait pas retrouver son barde du chaos dans de tels conditions mais elle savait en elle que cette destruction était nécessaire pour le bien de Mélandis.
    Comme le phœnix, Mélandis renaîtra de ses restes encore plus grande par son pouvoir et plus ténébreuse dans ses agissements.

    LA marche fut longue jusqu’à l’Oasis de la chèvre d’Or.

    Enfin nous établissons un camps pour nous reposer et remettre nos esprits au clair.

    Winona s’installa près de la source, admirant les reflets du ciel colorés dans l’eau.
    Quel nuit inoubliable ! Elle restera gravé dans sa mémoire pour longtemps.

    Elle regarda maintenant qui avait survécu au massacre ou non.
    Nathiel était là, l’air triste et désabusé. IlangIlang, avec son éternelle soif de vivre et sa bonne humeur. Béorn qui avait apaisé ses pulsions meurtrières et Sylvain qui malgré la situation était toujours aussi pragmatique et ordonné.
    Elle tourna la tête et aperçu Misdrha.
    Winona croisa son regard et lui fit signe de venir.


    Nous attendons impatiemment les ordres de Dragum pour la suite


  9. #9
    Date d'inscription
    May 2003
    Localisation
    Près de Lausanne
    Messages
    109
    Ce soir la, Morlak venait de fermer le Bordel de Melandis. Ce soir là il etait très fatigué et decida de ne pas aller à la taverne. Il remonta a l'étage et fit les comptes du Bordel qui n'etaient d'ailleur pas très bon. Il était en train de compter les quelque pieces d'or de la journée quand le bruit à l'extérieur devenait de plus en plus fort.

    Les gens commencaient à crier de plus en plus fort, Morlak depuis sont bureau sentait que les choses commencaient à s'agiter. Il se leva et alla voir à la fenêtre et vit les méteorites qui commencaient à tomber sur la ville. La premiere tomba assez loin et il senti juste une petite secousse. Puis une deuxieme s'écrasat un peu plus près. Le bâtiment trembla. Soudain une méteorite tomba assez pres et Morlak s'agrippa a la fenetre, le batiment faillit s'ecrouler. il regardait les gens courir dans tous les sens et sous la puissance des méteorites les corp furent progeté à plusieurs centaines de pied. Puis une autre tomba juste a côte du bordel et souffla le Bordel. Morlak se cogna contre quellque chose et s'evanouit.

    Quand il se réveilla il vit tous les cadavres et tous les batiemnts brulaient. Le Bordel n'existait plus et toute ses poupées etaient mortes. Il avait été projeté à plusieurs pied de sont Bordel, il survecut miraculeusement. Il se releva et commenca à marcher dans les rues jonchées de blocs de pierre et de décombres. Il marchait afin de trouver d'autre Talosiens. Sur sont chemin il vit la boutique de Walar, elle aussi complètement anéantie. Morlak arriva au campement et trouva la tous les autres commercant et dirigents de Melandis.
    Il suffirait que nous vivions plus simplement pour que d'autres puissent simplement vivre. [inconnu]
    La dictature c'est "ferme ta guele" la démocratie c'est "cause toujours" [Woody Allan ?]
    Il ne sert de rien à l'homme de gagner la lune si il vient à perdre la terre.
    Venez visiter L'Antre des Délices et Le Vagabond de l'Aventure

  10. #10
    dragum Invités
    Une haute sylhouette était debout sur le toit de la caserne ,fiérte de l'armée impériale,impassible ,contemplant ce spectacle.
    "Ainsi grand Talos tu a decidé d'agir ,des le debut de ma venue ,je me demandait pourquoi ton irresistible colére ne s'était pas abattu sur cette ville qui ne respectait peu ou pas ton dogme"
    Sans expressions dans son visage ,il regarda les batiments ,les quartiers qui avaient eu tant de mal à batir:
    "J'était venu trop tard,malgré mes immenses efforts ,je n'ai pu redressé la ville pour ta gloire"
    La foudre grondait ,les flammes brulaient,le vent souflait ,mais l'homme était debout avec le sourire aux lèvres:
    "Néanmoins je sens que tu a encore besoin de moi....."
    Et il fixa la ville qui vivait ses derniers instants.

  11. #11
    Alundra Glodar Invités
    Alundra revenait à la taverne de Mélandis, déçue une fois de plus par l'inertie de l'aministration. Un grand fracas se fit entendre non loin d'elle. Une maison était réduite à un ensemble de débris éparpillés sur toute la rue... des gens hurlaient, ils avaient reçue des gravats, la violence du choc leur avait emportait un bras, une jambe ou pire encore....
    Un nuage de poussière s'était levé et Alundra ne vit pas les innombrables autres météorites qui tombérent. Mais les cris et les explosions résonnérent à ses oreilles pendant de longues heures.
    La peur prit la Paladine, encore un mage devenu fou de puissance et décidé à le montrer. Elle lança son cheval au galop vers la banque: lieu de son bien le plus important.
    Son destrier renversait les gens qui courraient en tous sens ou piétinait les mourrants. Alundra començait à aimer ce magicien... Soudain une plume vint se coller à son visage alors qu'elle était à pleine vitesse. Cette plume était d'une pure blancheur dont le toucher était un ravissement pour les mains de femme d'Alundra. De ce fait, le cheval de guerre fut orné d'une plume à l'éclat incomparable.
    Lorsque Alunda arriva elle sauta de son destrier en pleine course et contempla les ruines de ce qui fut la banque. Elle se jeta dans les décombres et, sortant son épée, élimina les rapaces qui s'apprétaient à piller l'endroit. Quelques minutes après, elle trouva sa lettre au fond d'un coffre qui avait été fendu par un éclat. La mettant dans une des fontes de son porteur, elle remonta en selle et partit hors de la ville remerciant Talos pour sa démonstration. Son idée de mage était envolée avec les derniers soupirs des agonisants. Elle dit tout haut: "Quelle puissance! Talos, tu es le digne Dieu de la destruction"

  12. #12
    Aenarion Invités
    Aenarion éteit entrein de quitter sa boutique pour se rendre dans celle d'Ilang. Lors ce qu'il remarqua qu'elle vennait de fermer, il se retourna pour rentrer s'occuper des betes mais lors qu'il se retourna le ciel était rouge comme si un déluge de sang allait tomber sur mélandis ou que des flamme allaient bruller tous le monde.

    Il n'eu pas tout de suite le sentiment d'etre en danger mais quand il vit la pluie de flammes il se dépèchat de rentrer d'ou il venait... Une foie arrivé sur les lieux ils libérra les animaux. Quelques un d'entre eux purent partire mais les autre on perrient sous les décombre de la boutique.

    Aenarion eut juste le temps de tuer son goblin en le brulant partiellement et en l'égorgeant par la suite et de déchiqueter son esclave avant que sa boutique ne s'effondre devant ses yeux. Il la regarda et vit les corp de plusieurs aigles et de deux chevaux ecrasé et brullé par les flammes qui avaient anvaïent la ville.

    Après avoir vu toute la ville s'éffondrer il partit en directiond'un petit chemin et il entendit des vois qui lui étaient famillières. Ils les suivère alors et ils tombat sur le camps des rescapé...

  13. #13
    Kurgan Sombrespoir Invités
    Talos vous a de munis de tous vos biens pour que nous n’aillons plus rien a perdre.
    Attaquons Lumenis jusqu’au dernier et la destruction sera total.Talos, alors sera satisfait de se repaître du sang des braves !!!

Discussions similaires

  1. La destruction vue par les autres royaumes
    Par Seina dans le forum Les Archives de la vie mélandienne
    Réponses: 2
    Dernier message: 27/08/2003, 00h22

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256