Nom : Kol Dan’Metil

Race : Semi Elfe

Carac :

For : 8
Dex : 16
Con : 12
Int : 18 +1 (level4) =19
Sag : 16
Cha : 10

Classe : Mage

Level : 5

Compétences :

Alchimie : 7 --> 11
Artisanat ( anneaux ) : 3 --> 7
Art de la magie : 9 -->13
Concentration 9 -->13
Connaissances des sorts 9 --> 13
Connaissances des plans 9 --> 13
Connaissances des démons : 9 --> 13
Profession
Scrutation : 4 -->9

Dons :

Appel de Familier
Ecriture de Parchemin
Création d’objets merveilleux
Création de potions

Sorts connus : aucun ( perte du grimoire )



Il y a des gens très doués pour l’épée, d’autres pour la hache ou encore la prêtrise. Le don principal de Kol Dan’Metil est de s’attirer des ennuis. Rarement volontairement, mais c’est tout simplement qu’il a un don inné pour se trouver là où il ne faut pas au plus mauvais moment. Déjà, sa naissance n’était qu’une erreur. Une procréation effectuée ni par une envie de paternité, ni pour le plaisir de la mère. Un viol, simple acte sexuel provoqué par une poussée de testostérone chez un pillard participant au saccage d’un village elfe. L’elfe fut violée et vendue par la suite en esclavage. Quelle ne fut pas la surprise de l’acheteur de voir grossir le ventre de son esclave alors qu’il n’avait pas encore daigné la toucher. Et bien il patienta… Kol Dan’Metil naquit et sa mère fut soumise aux caprices de son maître.

Et c’est ainsi qu’Kol Dan’Metil, bâtard de naissance put rajouté le mot « esclave » à sa liste de dénominatif. Il eut droit à tout l’amour maternel qu’une elfe de noble naissance put porter à un semi elfe, né d’un viol dans le sang de son peuple… c’est à dire : aucun… On du même éloigner le nouveau né de sa mère avant que celle ci ne se décide à l’égorger avec ses propres mains.

Mais de tout ça le Semi Elfe n’a aucun souvenir. Ce qu’il se souvient c’est de sa vie de servitude. Et de la malchance qui l’accompagne, comme un petit nuage éthéré au dessus de sa tête. A trois ans, il surprit la femme du maître avec un autre homme. Trop jeune pour comprendre il le répéta à tous les serviteurs, tentant de comprendre pourquoi la Maîtresse gémissait de la sorte. Le maître ne répondit pas à ses questions mais fit brûler vive la femme et écarteler le pauvre bougre qui avait eu l’honneur de partager sa couche.

Le Maître récompensa le jeune enfant, et décida d’en faire son serviteur attitré. C’est ainsi qu’ Kol Dan’Metil apprit à compter, lire et écrire. IL était d’ailleurs si doué et si faussement servile que le Maître se dit que ce pourrait être avantageux de l’envoyer en apprentissage chez un mage et de s’en faire un serviteur puissant. Pourtant si l’Esclavagiste avait compris qu’à 13 ans le semi elfe était plus intelligent que lui, il aurait réfléchi à son idée géniale à deux fois. S’il avait su que le passe temps favori du jeune garçon était de torturer les petits animaux qu’il arrivait à capturer ou à acheter, il se serait dit que la meilleure chose à faire serait de vendre le bambin. Mais Beshaba se rit du destin de ce vulgaire faquin, et ne permit pas à l’homme empaté de s’apercevoir de ses choses là.


Et c’est ainsi qu’ Kol Dan’Metil partit apprendre la magie a auprès d’un mage de renom qui avait pour habitude de se faire servir le Thé par un Homme sans chaire.. un tas d’os. Si le mage avait pris soin de faire une divination, il se serait dépêché de changer de ville, mais le sac d’or pour l’apprentissage du bambin lui fit oublier sa prudence légendaire… quel dommage me direz vous.

Durant deux ans, Kol Dan’Metil balaya, astiqua, frotta, cuisina et apprit les rudiments de ce qu’on appelle la Toile. Puis il commença à étudier de simples sortilèges. Le reste de son temps était passé à la convocation d’animaux sur lesquels il avait dix minutes pour explorer les summums de la douleur et de l’ingéniosité. Vous n’imaginez même pas ce que l’on peut faire en dix minutes à un pauvre lapin… D’ailleurs Kol Dan’Metil devint très très doué à ce petit jeu là. Mais il n’était pas content pour autant… les livres disaient qu’il y avait des créatures imbattables en matière de tortures et d’originalités… Les Démons… Encore plus forts que les Drows, réputés effroyables… Alors le jeune apprenti se mit à acheter tout ce qu’il pouvait comme livre de démonologie. Bien sûr cela ne fut pas sans sacrifices. Et c’est ainsi que le Maître mage vit disparaître une partie de son argenterie… heureusement, il était trop occupé à étudier de nouveaux sortilèges pour manger fréquemment dans son argenterie.. et la disparition ne fut jamais mise au grand jour.

Et puis il faut dire que ce satané demi elfe avait le don pour réfléchir… un peu trop d’ailleurs… c’est pourquoi, encore au stade de l’armure du mage, sort le plus commun qu’il puisse il voulut acheter son propre grimoire. Aurait-il réfléchit plus simplement qu’il aurait conclu à la forte probabilité qu’il lui suffisait de patienter pour que son maître ne lui en donne un. Mais son esprit avait déjà passé cette idée là et s’attardait sur le « comment invoquer un diablotin ? ». Comme seuls les mages et les prêtres pouvaient le faire, et qu’il n’était pas croyant, il lui fallait être un mage. Et un mage possède : une robe de mage, un chapeau pointu et un grimoire. La robe il l’avait, le chapeau avait été dérobé dans la chambre du maître.. restait plus que le grimoire.

Mais cela coûte fort cher un grimoire. C’est pourquoi lorsqu’il fit le ménage dans l’atelier du maître et qu’il vit de nombreuses gemmes posées en cercle sur le sol, il se dit que son maître ne s’apercevrait jamais de la disparition d’une pauvre gemme parmi toutes celles là. Et puis quel personne stupide laisserait traîner des gemmes parterre ? Aurait-il réfléchi qu’il aurait trouver la réponse : une personne s’apprêtant à convoquer un démon et ayant eu l’ingénieuse idée de créer un cercle de protection renforcé par des gemmes magiques. Mais Kol Dan’Metil avait déjà suffisamment réfléchi pour la journée et ne prit pas cette peine. Il ramassa la gemme, et s’en fut, tout heureux s’acheter un livre de sorts.


Le bonheur des uns fait le malheur des autres. Je vous prie de croire que le visage du Mage fut mitigé entre l’effroi et la stupéfaction lorsque le démon invoqué s’en fut gentiment se balader dans la pièce sans prêter garde au cercle de protection. S’apercevant qu’un être était à genoux en train de scruter, les larmes aux yeux le sol à la recherche de la compréhension suprême. Le démon lui expliqua gentiment que ce n’était pas très futé de laisser un trou dans un cercle magique parfait de puissance élevée. Et pour le punir de cette négligence le démon le décapita d’un coup de griffes.


Et le destin fit que jamais le démon, sortant de la tour, et Kol Dan’Metil y rentrant, ne se croisèrent. Ce fut avec délice et plaisir que l’apprenti, maintenant devenu mage, puisqu’il avait son chapeau, sa robe et son grimoire, devint le possesseur le plus jeune d’une tour de magie. A 13 ans il possédait désormais toutes les possessions de son défunt maître. Il se mit donc à l’ouvrage, étudiant, testant tout ce qu’il pouvait. Il progressa rapidement et resta enfermé durant 5 ans. Finalement il sortit.. plutôt rapidement, voir avec empressement et panique. Il faut dire qu’il n’avait pas pensé qu’un homme peut avoir des amis, des compagnons voir de la famille.. Après tout il ne connaissait aucun de ces concepts. Et qui irai voir un nécromancien ? Et bien… Hum… voyons.. A part le boulanger, le charcutier et le Fossoyeur… Ben… Un paladin… forcément un paladin s’est gentil.. Alors il fait profiter ses amis lorsqu’il y a moyen de s’amuser.. C’est pourquoi ce fut une troupe de Gentils paladins, désireux de s’amuser à tailler le costard, ou plutôt la robe de mage d’un Nécromancien qui frappa à la porte de la tour… Enfin… Qui la défonça plutôt… à coups de haches… et ces joyeux lurons se mirent à visiter la tour en déchiquetant tous les gentils esclaves squelettes. Face à cet engouement pour sa personne, et compte tenu de sa timidité face aux inconnus, Kol Dan’Metil se dit qu’il valait peut être mieux quitter rapidement les lieux… Ce qu’il fit sans attendre… en oubliant dans sa précipitation son précieux grimoire…


Quelques centaines de kilomètres plus loin, Kol Dan’Metil s’aréta dans une auberge pour réfléchir. Visiblement le mauvais sort s’acharnait sur lui. C’est alors qu’il eut une idée de Génie. Il alla faire une offrande à Beshaba.. Non pas pour qu’elle s’attarde sur lui, mais justement pour qu’elle l’oublie… ET apparemment cela fonctionna. Beshaba l’oublia et Kol Dan’Metil prospéra. IL se réfugia dans une cité où la magie était inconnue et se fit passer pour un rebouteux. Il préparait des potions magiques, les faisant passer pour de simples infusions. Il devint invisible, intégré à la communauté. Pendant cette période paisible, il approfondit ses recherches magiques. Allant toujours plus loin dans ses expériences. Au début il s’ingénia à reformer son grimoire, mais ensuite il dirigea ses recherches vers le coté sombre de la magie. Invocations de créatures, tortures et dépeçages pour en apprendre plus sur la nature de ces monstres furent les premières étapes. Par la suite il poussa ses recherches vers la démonologie. Il apprit les ficelles des cercles magiques, voyagea pour découvrir les noms de démons et pouvoir les asservir. Enfin il commença à kidnapper des êtres humains pour les soumettre à ses expériences. C’est à ce moment là que Beshaba se rappela de ce charmant petit mage et se demanda ce qu’il faisait…. Les villageois s’interrogèrent sur les disparitions et se dirent qu’il valait mieux aller demander conseil au vénérable jeune homme si savant.


Et c’est ainsi qu’ils surprirent Kol Dan’Metil en pleine discussion avec un démon… Ce qui les surpris quelque peu au début…. Mais les énerva passablement par la suite. Et Kol Dan’Metil ne s’en tira que par quelques pirouettes ou plutôt quelques corps carbonisés. Il prit la fuite et se retrouva encore une fois sur la route en se jurant d’offrir plus d’or à Beshaba la prochaine fois. Mais il n’eut pas le temps de mettre sa promesse à exécution que comme par enchantement il se retrouva avec une bande de voleurs et d’assassins aux trousses. Il perdit son grimoire dans l’histoire. S’il est difficile de faire semblant d’être un mage, il est beaucoup plus aisé de faire croire que l’on n’est pas un mage. Il suffit de basarder sa robe et son chapeau, d’enfiler une armure de cuir vulgaire et malodorante et de s’accrocher une épée à la ceinture… Et c’est ce que fit Kol Dan’Metil. Ainsi, passant innaperçu, il se dirigea vers une cité pleine de promesses : Melandis.