Bon voilà, je met mes caractéristiques suivies de ma bio de RP qui représente mon histoire jusqu'à cette citée sombre ...

Nom : Bulvaid, fils de Thorhann

Race : Uthgard

Classe : Barbare

Alignement : Chaotique neutre

Religion : Tempus

Taille : environ 1.85 mètres

Age : 19 ans

description : cheveux blonds sombres, yeux noirs sur fond noir à l'iris enflammé (désolé pour la description des yeux mais c'est ce que je vois de mieux pour les décrire), un visage assombri par la haine au même titre que ses yeux, une âme déchue ...


Je suis né dans les montagnes de glace, là où il ne faut jamais s’arrêter de marcher ou le sang de votre corps se refroidit jusqu’à vous donner du mal à bouger, puis, immobile, vous attendez, allongé, et vous vous endormez … à jamais.

J’ai toujours envié les autres de leurs parents car je n’avait que mon grand-père, un homme vieux et las de sa vie ; il a enduré la mort de son fils, mon père, celle de ma mère et celle de sa femme. Un jour, à l’âge de sept ans, il me parla de mon père ; il me dit qu’il était un guerrier brave, un Barbare, d’une grande force et d’un grand amour pour les autres ; j’appris ce jour là qu’il avait été assassiné par un autre membre du clan qui convoitait sa place ; après l’avoir tué, ce dernier s’appropria ma mère … un instant … et la tua ensuite. Personne n’en sût rien car leurs morts furent déguisées : il se disait alors dans le village que c’étaient des pilleurs qui avaient fait ces actes … mais mon grand-père connaissait la vérité.

A l’âge de dix-sept ans, quand j’eu assez de force et de technique pour utiliser une épée, j’alla dans la hutte de Dunghaar, l’homme qui avait tué mes parents. Je lui expliqua que j’étais Bulvaid, fils de Thorhann. Tout d’abord il ne me cru pas, mais quand il vit la détermination et la soif de vengeance dans mon regard, il compris alors que c’était vrai. Je lui lança un défi à mort, nous sortîmes, le village se rassemblait autours de nous. Un combat acharné s’en suivit, je le tua de l’épée de mon père.

Le soir même j’hérita de l’épée et l’armure de mon père, elles étaient recouvertes de runes, elles imposaient leur présence, leur puissance. Je m’exila avec pour derniers mots ceux de mon grand-père : « Tu est aujourd’hui tel qu’était ton père autrefois … pars, et soit fiers d’être un Barbare ! ».
Je traversa les montagnes, les plaines, les champs, au bout de presque un an de marche, j’arriva aux portes de la cité de Manost, avec pour quête celle que m’avait donné mon grand-père : retrouver des runes identiques à celles gravées sur l’épée de mon père, afin de libérer son esprit, conservé dans cette lame, pour qu’il puisse rejoindre le Walhalla …



Une silhouette passa les portes de Manost au cœur de la nuit, elle traversa les rues et se dirigea vers la salle du conseil. On lui ouvrit les portes. Elle entra et se décapuchonna, c’était un homme qui marchait doucement, rongé par la fatigue de son long périple, des cheveux blonds sombres, une cicatrice apparemment récente ornait sa joue gauche, un tatouage se voyait du côté droit du visage : des traits au style de son peuple, les Uthgards. Il mesurait environ 1 m 87 et devait peser 85 kg. S’agenouillant il attendait qu’on lui permit de se relever. Il parla enfin :


"Nethaar onack, fit-il en plaquant son poing droit sur son torse, … je suis Bulvaid, fils de Thorhann, mon peuple est celui qui vit dans les neiges divines, les Uthgards, je suis un Barbare. La raison de ma venue est un peu compliquée : à l’âge de sept ans mon grand-père m’informa de la traîtrise d’un des membres de mon clan qui avait conduit au meurtre de mes parents. Je tua dans un duel à mort l’homme responsable de cet acte, ce de l’épée de mon père, l’âme de mon père ayant prit refuge dans sa lame sa soif de vengeance fut apaisée. Mais elle n’est pas tranquille pour autant, je me dois de la faire sortir avec la magie des runes pour qu’elle puisse rejoindre le Walhalla, notre paradis. Je me suis donc exilé et j’ai voyagé durant une année pour arriver ici. Je vous demande, honorables conseillers, de m’accepter parmi les habitants de cette ville."

Il s’inclina solennellement et recula de trois pas, puis attendit. Le Barbare, impatient, regardait les portes devant lesquelles il attendait depuis quatre jours ... il les ouvrit avec fracas et entra. Le gardes essayèrent bien de l'en empêcher, mais il les repoussa et ceux-ci furent éjectés contre les murs. Son regard ... empli de haine ... foudroyait l'homme qui s'occupait de faire rentrer les personnes dans Manost en tant que citoyens. Sa bouche s'ouvrit lentement et il prononça ces paroles froidement puis petit à petit son ton se haussa :

"J'ai traversé par le froid et la mort les montagnes glacées, les terres désolées, un voyage d'une année pour arriver à une ville ou personne ne répond à mon appel ... cela fait quatre jours que j'attend, je ne puis être plus patient ... *sa voix s'apaisa partiellement alors qu'elle était aux bords de l'énervement* Je pars donc de cette citée dite "Bénie" ... Helm le vigilant ... se méfierait-il de moi ? Il ne peut me juger alors que je n'ai rien fait dans cette ville ! *un silence pendant lequel le garde scrute de peur le barbare* Si mes yeux passent sur vous, ou bien même frollent votre silhouette, ils ne verront la seconde d'après qu'un cadavre allongé par terre ..."

Sur ce le Uthgard se retourna et s'en alla, laissant les portes ouvertes et un vent glacial empli la salle lorsqu'il la quitta. Il sorti de la ville pour errer à nouveau, qui sait pour combien de temps ...

Il marchait sans ragarder où il allait, ses yeux étaient rivés sur le sol, il prenait le premier embranchement dans lequel il s'engageait. Pendant un moment il se cru perdu, mais il se dit : "Le destin me mennera là où je dois aller !". Environ une journée plus tard il leva la tête, et devant lui se dressaient deux grandes portes noires, son voyage de Manost à ces portes n'avait fait qu'emplifier sa haine et sa souffrance déjà aquise, ses yeux étaient devenus noirs et on y voyait sa haine sous la forme de flammes hardentes ... la puissance qui résidait dans cette citée ne faisait aucun doute aux yeux du Barbare déchu ...

Il demanda à entrer, on lui ouvrit. Il demanda sa direction aux gardes qui ne se sentaient pas à l'aise en face de lui, il se dirigea vers le poste de recensement qu'ils lui avaient indiqué. Il frappa aux portes et entra après qu'on l'ai invité. Il marcha alors jusqu'à l'homme qui pourrait lui donner sa citoyenneté et lui expliqua ce qui lui été arrivé ...


"Je me présente à vous dans le but d'obtenir une citoyenneté afin de pouvoir enfin reposer mon corps ... bien que mon âme ait encore envie de se battre. J'ai été courtois envers eux, mais ces Helmites m'ayant ignoré j'ai constaté que Helm, le soit disant "vigilant", n'était en fait qu'un moyen de se méfier des autres. Je demande donc d'être accepté en tant que citoyen au sein de cette citée des ombres ..."

Le Barbare recula de deux pats et attendit la réponse de l'homme en se courbant en signe de respect. Ici, à Mélandis, on avait encore jamais vu le visage de cet homme, mais celui-ci s'assombrissait au même terme que ses yeux, et petit à petit, une aura maléfique entourait l'homme ...

Il fut accepté par le général Beorn afin de passer une épreuve pour devenir Mélandien, ce dernier lui donna une quête qu'il devait remplir avec l'aide de trois camarades ...