Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: Dinin Devir

  1. #1
    Dinin DeVir Invités

    Dinin Devir

    Présentation de Dinin

    Nom : Dinin DeVir

    Race : Drow

    Classe :
    Profanateur (ascendance nécromancien)

    Alignement : Chaotique neutre

    Religion : Vhaeraun

    Titre : Aucun

    Taille : environ 1.75 mètres

    Age : environs 224 ans


    Biographie :

    La vie... Ma vie, elle fut plus que tourmentée, ma vie fut une longue ligne de combats, d'honneurs bafoués, de dignités souillées, de pertes, de meurtres et de sauvageries. Ma vie, vous ne la voudriez même pas pour 10 000 pièces d'or, non vous souffririez trop pour ce que l'argent vos. Cette période que l'ont appelle existence ne vaut pas la peine d'être vécue si elle est broyée par la haine et la souffrance. Ce que je vais bientôt vous raconter, ce n'est pas juste la vie d'un homme, c'est aussi le tournant d'une époque, celle de la lumière vers les ténèbres...


    Tout débuta par ma naissance, comme vous le savez déjà, nous venons du ventre de notre mère, celle qui à tant souffert pour notre bien, pour lui donner de l'amour en retour. Ma mère ne m’a fait naître que pour que je sème mort et désolations autour de moi pour la gloire de la maison Devir... La mort, douce musique à mes oreilles depuis que j’ère dans l'inconnue... elle est devenue ma seule compagnie, ma seule amie l'ont pourrait dire. Seul une autre personne trône en maître dans mon existence comme étant un ami, mais aussi un frère. C’est Berg’inyith Devir... mon demi-frère, mais je le respecte comme s’il était mon frère. Mon enfance, putride succession de jours et de nuits menant vers l'ennuie et la désolation. Mon père n'étant la que rarement, souvent à la surface, étant lui-même un explorateur drow de renom... comme son père avant lui. Vous êtes surpris! Vous venez de découvrir l'un de mes terribles secrets, eh oui je suis née sous la terre, caché du soleil et des hommes, du bien et des elfes, de la nature et des animaux terrestres. Je n'étais qu'une autre ombre par mis les miens, servile mâle par mis un monde dominé par les femelles. Je n'étais pas tout à fait comme eux, je n'aspirais pas vraiment à l'obéissance et du goût de rester enchaîné, drow que j'étais. Je voyais plus grand, déjà a mon plus jeune âge je me voyais parcourir les landes terrestres semant mort, ma haine et ma vengeance contre ceux qui nous avaient repoussés dans les tréfonds de cette terre. Maintenant j'étais le paroxysme de ma race étant de la dernière souche, sortant d'une des plus grandes matrones que les drows ont connue, grande prêtresse d'un dieu maudit et de mon père aventurier de renom, lui aimait plus se faire nommer par explorateur. Leur union me fit naître, ayant la puissance de ma mère, mais aussi sa haine et la curiosité de mon père, mais aussi son agilité légendaire. J'étais plus fort, plus agile, plus intelligent que tous les jeunes de mon âge. Mes performances égalaient celle d'un adolescent et plusieurs mâles et femelles sent aperçurent rapidement. J'avais, ce que l'ont pourrait dire, la puissance de ma maison, la puissance des mes frères et sœurs qui sont nées avant moi. Comme eux, j'allai à l'Académie, car ce n'était pas juste obligatoire, c'était fondamental. Je passai ces années à travailler mes gestes vifs et précis dans l'art du combat. Je n'excellais pas vraiment avec toutes les armes, mais quelques-uns unes m'allaient à merveille. Comme le bâton et la masse de combat. Ces deux armes étaient, mes outils de la mort. Un jour pendant mon entraînement, des hommes, tout encapuchonné, se dirigée vers moi. L'un d'eux, un certain Solenhinn Kenafin, grand nécromancien de renom me pris sous son bras, me nommant son disciple, devenant ainsi le plus choyé des jeunes drows de la ville ou je suis née. C’était en fait l’un des sorciers de la famille, ma mère l’ayant chargé de mon éducation magique. Il m'amena à Sorcere, L’école de magie de Menzoberranzan, où je vécus trente années de pure souffrance intellectuel avec cet homme, en travaillant, lisant, incantant, cherchant, saupoudrant, enfin j'ai chaumé dure pendant toutes ces années. Mon maître était un homme plutôt patient( chose rare chez un mage drow), doté de véritables dons en ce qui concerne la nécromancie et de l'éducation. , Il me laissait souvent cois, me laissant penser à ce qu'il m'avait dit, moi restant souvent éveillé toute la nuit à trouver réponses a ses énigmes. Elles sont rares celles auxquelles j'ai trouvé signification juste et encore plus celle que je trouvai de moi-même. Durant ces trente années, j'ai fait de ma vie, ma future profession, mon future et aussi mon point faible...

    Je partit ensuite de cet enclos, devenu trop étouffant devant mon égocentrisme grandissant. J’ai eu une opportunité et je l'ai saisie, comme un chien affamé voyant un bout de viande. Mon frère ou demi-frère pour être exact, car nous n'avions pas le même père, apparut par un jour ou à la surface il faisait soleil et bon vivre... Il était venu pour me faire passer mon test final; un raid. Voulant sortir de la sombre école de magie pour faire autre chose que fouiller dans les bouquins, je suivit Berg’inyith, qui m'amena à la maison DeVir ou il entreprit de recruter quelques guerriers pour notre petite chasse. En tout vingt guerriers acceptèrent et nous partîmes sur-le-champ ayant emporté assez de nourritures pour une semaine. Nous passâmes la première journée à parcourir les sombres tréfonds d’ombre terre, à fin du cycle de Narbondel, nous en sortîmes enfin pour voir une forêt noire comme nous. Nous élûmes notre campement dans une petite grotte connue de mon frère, espérant passer la nuit tranquille pour avoir de l'énergie pour le lendemain. La nuit fut tranquille et le lendemain fut semblable. Le troisième jour fut celui de l'assaut contre le petit village d’elfes blancs, race que j’avais appris à haïr. Nous détruisîmes, saccagèrent, flambèrent tout ce qui se trouvait à porter de main. Rien ne fut épargné de notre haine, les flammes n'étaient rien à comparées au drow! C'est alors que Berg’inyith aperçut un elfe qui s’enfuyait dans les arbres et il me cria pour que je l’aperçoive. Je le vu rapidement et nous decidâmes rapidement de renvoyer à la maison 19 des vingt guerriers. Nous gardâmes le meilleur au cas ou nous aurions besoin d'un messager. Nous partîmes alors à la poursuite de cet animal blanc que nous apercûmes de loin de temps à autres. Après deux jours de course folle, nôtre bon dieu nous offrit enfin la chance d'en terminer avec cet être indigne de la vie. Il se trouvait entre nous et une clairière d'environ 300 à 400 pieds de circonférence. Sentant sa fin venir, il décida enfin de prendre les armes et de mourir dignement; pour un elfe. Nous allions lui faire regretter sa naissance quand mes oreilles entendirent faiblement un craquement. Ma bouche allait leur dire de se disperser, mais un filet nous devança et empêtra chacun de nous, sauf nôtre guerrier qui par chance avait pu découper le sien. Il nous regarda un moment avant de partir au tréfonds des bois... sous l'ordre de Berg'Zehlein. Après que le corps noir est disparu de nôtre vision, nous retournâmes à la réalité pour voir une compagnie d'orcs fondre sur ses proies; nous et l'elfe blanc. Leur chef, un orc trapu, mais à la musculature assez impressionnante, nous jaugea du regard, plein de mépris. Justement, il lui manquait un de ses organes tant chéri, ceux qui nous offre la vision, un orbite creux la remplaçait... Nous le lui rendîmes avec joie, ce qu'il n'a pas aimé selon moi car il élança son pied puant sur ma mâchoire qui craqua sous l'impact. Je tombai sur le sol, toujours impressionné dans cette fichu toile, devenu un monstre de foire pour les nouveaux venus.

    Après avoir rit avec ces guerriers de mon piteuse état à moi et mes compagnons, il leur ordonna de nous transporter... on ne sait ou. Nous le sûmes plus tard dans la journée, même si aujourd'hui je m'en serais bien passé, un énorme camp fortifié était nôtre destination. Les énormes portes de chêne massif nous ouvrirent grand leur bras pour nous laissez pénétrer dans ce qui allait devenir nôtre enfer à tout les trois. L'intérieur n'étant pas des plus luxueux, que terre défrichée et tentes mal installées, ce camp avait été fait il n'y avait pas longtemps. Les guerriers orcs qui nous transportaient nous jetèrent sans pitié dans ce qui allaient être nôtre geôle. Ils passèrent la clé dans le verrou et partirent ensuite vers une des tentes ou festoyait leurs compagnons de leur capture aisée. Ces créatures sans cervelles nous avaient laissé attacher, ne voulant pas voir deux drows sauter à la gorge de l'elfe blanc. Nous n'étions pas aussi sauvage que cela, nous savions pertinemment qu'il nous faudrait l'aide de l'elfe; même si cela serait lourd sur nôtre honneur... Ils passèrent une nuit horrible, les cris bestiaux, les chants gutturales et les voix dégouttantes emplissaient l'atmosphère du camp et cassaient les oreilles des trois prisonniers qui essayaient en vain de ne pas écouter. S'avouant vaincu, les trois comparses décidèrent d'éloigner leur rancunes de côté et de comploter contre leurs agresseur pour s'enfuir de cette base peut recommandable. Dinin et les deux autres discutèrent jusqu'à l'aube et Le jeune nécromancien du avouer que l'elfe blanc du nom de Tantalas avait un potentiel énorme. Druide depuis plus de 200 ans, il avait l'air de vraiment si connaître dans sa profession, car il leur expliqua un plan assez risqué pour lui, mais qui pourrait bien être le seul valable pour l'instant. Quand le soleil fût près de son zénith, trois guerriers orcs apparurent d'un des tentes et se dirigèrent rapidement en direction de la petite prison. Ils l'ouvrirent avec dextérité, avec la vieille clé rouillée, et attrapèrent les trois prisonniers pour les amener à l'autre bout du camp; près de leur liberté.

    Le soleil projetait ses douloureux rayons sur ma peau cuivré, ne me donnant aucun répit et me faisant tordre de douleurs, si au moins sa n'aurait été que l'astre du jour, mais il avait fallu que mes tympans soit également torturés, même si le propriétaire de cette voix ne voulait point me causé ceci. Tantalas n'en pouvait plus, une plaie profonde partant de l'aisselle droite et descendant jusqu'au rein ou le sang coulait à flot, une autre, un peut moins grave cette fois ci ce trouvait sur la cuisse dénudé de l'elfique, ou l'ont voyait la rotule... Les orteils avaient été fracassés un à uns, comme les doigts. Le nez avait subit le même sort, pendant lamentablement sur le côté, l'os complètement écrasé sous l'impact avec un gourdin. L'elfe avait de la difficulté à respiré car le pire se trouvait à la base des poumons, l’immondice des orcs n'avait pas de limite, avec une pelle, il l'avait frappée sans relâche jusqu'à ce que trois cotes se brisent pour faire une petite fissure sur le poumons droit, faisant souffrir Tantalas à chaque respirations. S'ils continuaient ainsi, l'elfe ne survivrait pas avant le prochain jour, se que le drow ne voulait pas voir, même s'il voulait le tuer au départ, Dinin le voyait maintenant comme une sorte de sage qui devrait lui être utile pour sortir d'ici. Le druide souffrait et il le montrait sans être humilier, personne n'aurait pu résister à cette affreuse torture, à un moment, même son frère détourna la tête, écoeuré et dégoûté par ce que les orcs avaient entreprit.

    L'elfe tourna enfin la tête vers le nécromancien, un frêle sourire blanchâtre y était encastré, un filet de sang coulait d'une des extrémités. Il était temps, l'heure de la liberté avait sonnée, le drow ferma les yeux, formant autour de lui l'énergie magique qu'il avait besoin pour crée le sort qui les libéreraient et qui serait le début de leur longue et effréné périple pour sortir de cette forteresse de cinglés. L'énergie se canalisa dans son corps, l'infiltrant, le traversant, lui donnant le pouvoir de détruire ou de crée à volonté. Cette douce sensation de pouvoir qui convergeait et s'unifiait à lui, les seuls moments de pure joie pour le drow, les moments ou il pouvait contrôler sa vie et celle des autres. Aucun des quatres orcs qui s'occupaient à la torture l'entendirent psalmodier, bouger lentement ces mains ligotées ou être consacré à leur future destruction. L'énergie céda enfin, sous le contrôle du nécromancien, le modulant pour le sort qu'il allait jeter, enfin prêt, Dinin ouvrit les yeux, pointa ses adversaires dos à lui et attendit le moment propice pour finir se qu'il avait commencer. Il entreprit de grogner, pour détourner l’attention d'une de ces créatures sur lui, pour le plaisir. Le plus près de lui, tourna lentement la tête, se demandant sûrement ce que ce foutu elfe noir voulait. Leur regards se croisèrent, celui du drow crachant des flammes, celui de l'orcs d'abord déterminé et enjoué se transforma à la vu de celui du nécromancien en indéfinissable peur. Le plaisir du drow fût à son paroxysme, il se décida enfin d'en finir avec ces monstres et prononça le mot de pouvoir avec tant de force et de haine que le sol trembla sous la résonance:



    - CHATHULTRIN !!!!! (feu suprême)


    Des nuages se formèrent rapidement, noire comme la nuit, il se placèrent au dessus du camp fortifié, les orcs terrorisés regardèrent le nécromancien qui jubilait sur le sol. Des nuages sortirent sans prévenir quatre grandes colonnes circulaires de feu qui allèrent s’abattent sur les quatres orcs qui torturaient un moment plutôt l'elfe blanc. Leur cries de douleurs et d'agonies se répercutèrent à travers tout le camp, donnant l'alerte qu'il c'était arrivé quelque chose. Les quatres corps, calcinés tombèrent sur le sol, les trois prisonniers heureux de voir ce spectacle. Berg’inyith qui c'était préparé à ce moment avait réussit depuis déjà un moment à défaire ses liens, il se leva prestement, enjamba les corps des orcs et délia mes mains et mes jambe pour me soulever ensuite. Nous entreprimes ensuite de soulever Tantalas, mais il cria de douleur, nous suppliant de ne pas le transporter. Je décidé rapidement de ce qu'il fallait faire et je mit entrepris sur le champ. Je posai mes mains sur la plaie qui parcourait le flanc du druide et canaliser l'énergie qui se trouvait autour de moi, comme je l'avait fait plutôt. Le mana me submergea entrant dans chaque cavités de mon corps pour me donner la force de jeter ce que peut de nécromancien de mon niveau était capable; un soinbéni. C'était dangereux, car pour Dinin sa serait la première fois qu'il utiliserait se sort, qui n'était pas de son ressort, mais il fallait qu'il essaye, même si sa lui coûtait toute son énergie magique. Il se concentra d'avantage essayant de modeler le mana pour qu'il prenne la forme complexe du sort qu’il allait jeter. Chaque fibre que le drow réussissait à placé dans la forme complexe du sort était remplacé par deux autres et cela l'affaiblissait, il puisait déjà dans ces dernières sources de pouvoirs et il ne voyait pas le bout. La sueur commença à couler sur son front, descendant lentement jusqu'à son menton tremblotant sous la force qu'il devait contrôler. Au loin il entendait distinctement le fracas des armes qu'on sort de leur fourreaux, des courses qui se dirigeaient vers eux, des cris sauvages qui voulaient vengeance. Le drow réussit enfin à contrôler l'intégralité du sort de guérison et sous la voix autoritaire de son frère qui le suppliait de se dépêcher, il chuchota tout bas, le sort lui ayant pris toute ses forces:

    - kyonbel'la (Soin béni)


    Les paupières pratiquement closent, je ne pu apercevoir qu'une lueur bleuté virant au mauve, se former autour de mes mains qui entreprirent de guérirent les partis les plus endommagées du druide, qui s'évanouit sous la douleur. Mes mains fusionnaient lentement avec la chair de l'elfe qui se reconstituait avec le sort. Les endroits les plus atteints furent mes premières cibles, la hanche, le nez, la fissure au poumons et la cuisse, mais je ne pus travailler plus longtemps, car je sentit mes forces me quitter. Mes jambes cédèrent et je m'affalai lamentablement sur le sol, épuisé. Mes paupières se fermèrent lentement sur le visage de mon frère complètement hors de lui. Ensuite les ténèbres m'entourèrent pour me plonger dans l'inconscience. Ma dernière pensée fût porter à Berg’inyith, comment allait' il faire pour nous amener tout les deux hors de cette enfer?

    .........

    Une voix, profonde et autoritaire, familière et singulière, c’est elle qui me sortit lentement des limbes où j’avais élue domicile. Je m’élevai avec elle, sortant des ténèbres pour revoir l’astre de la nuit et ses acolytes m’offrirent leur doux rayons lumineux sur mon visage et mes yeux meurtries par le soleil. Je regardai lentement à droite ou je découvrit Tantalas adossé a un énorme hêtre, je fis un tour circulaire pour découvrir mon frère, en train de faire les cents pas, sûrement impatient que je me réveille. Je me levai lentement, toujours adossé à un tronc de sapin mort, j’essayai de mettre un pied devant l’autre, mais dès le premier je vu tout mon corps se balancer pour aller rencontrer l’herbe fraîche de la forêt.

    · Eh selle ! !

    Berg’inyith sursauta au son de ma voix enroué et alla rapidement vers l’emplacement ou j’avais élue domicile. Avant que je puisse lui dire que j’était encore trop épuisé pour pouvoir me déplacé, Tantalas se réveilla à son tour, nous aperçût et essaya de nous dires ses dernières paroles :

    · Je vous remercie....

    Une lance orc traversa les airs en sifflant pour aller se ficher en pleine poitrine druidique, le pauvre, son regard me traversa comme si je n’aurais été qu’un simple navet sans cervelle. Un nom pénétra de force dans mon cerveau ; Almoch. La tête de l’elfe tomba ensuite sur le côté, la mort au ailes ténébreuses venait de lui arracher son âme. Je ne pus contempler plus longtemps le corps inerte du seul elfe en qui j’avais un autre sentiment que de la haine, mon frère m’emporta de force, vers nôtre fuite effréné qui dura des heures a mes yeux. Je ne voyais que les feuilles, les branches, les arbres défiler devant moi et le dos de mon frère comme seul repère. La nuit fût longue, mais la journée qui suivait fût encore bien pire, le soleil carbonisait les derniers lambeaux de nos armures trop fragile à la surface, mes iris pétillaient de douleurs et mon corps demandait le repos, le seul problème était que les orcs nous harcelaient toujours par leur cris de guerres aurait fait fuir les guerriers les plus hardis.

    Nous decidâmes enfin de quitter la mort qui planait à la surface pour retourner à la fière patrie. Nous repassâmes par la crevasse qui menait en ombre terre et nous débutâmes un long périple qui allait durée deux mois. Combats désespérés, luttes acharnées, ce fût le poids que mon frère et moi trainâmes pendant ce long séjour dans les chemins tortueux non explorée. La mort s’insinuait dans nos coeurs, sur que nôtre mort approchait, mais nous sortîmes enfin de ces limbes pour nous retrouver sur la grande route. Oubliant la fatigue, nous partîmes comme des cinglés vers la maison Devir. Quelle fût le choc de la retrouver en décombres, la puissante matrone morte avec ses disciples et nous, nous ne fûmes pas la pour mourir vaillament avec elle. L’esclave de Berg’inyith avait survécue et nous avait attendu patiemment. Nous nous attadâmes pour écouter son récit et quand ce fût terminer nous repartîmes vers la surface. La mort nous pourchassait sans relâche, détruisant tout ce qui nous étaient chère dans son sillage. La suite, eh bien... je crois que mon frère la conteras mieux que moi, mais j'aimerais revenir sur un seul point; mon enlèvement.

    L'astre du jours nous consumait peu à peu et les humains, ces êtres sans aucune dignité pour la plupart nous enlevaient nos appâts, en les prenant pour eux. Ce jour la nous dûmes sortit pour nous nourrir. La forêt était silencieuse pendant la traversée, aucun chant d'oiseaux, aucun bruissements, rien qui signifiait la présence d,une faune active. C'était étrange, mais ayant l'estomac vide, nous continuames tout les trois, en direction du nord. Après un moment, nous débouchames sur une petite route marchande. Le soleil de plomb ralentissait nos mouvements, ainsi que notre pensée. Au loin se forma, un nuage de poussière, comme si une tempête de sable les avaient aperçue. Tous restèrent de marbre, regardant ce qu'il pouvait bien faire autant de volute beige. Cet alors qu'ils entr’aperçurent du pelage brun et le son distant de martèlement. DES CHEVAUX!!! Si des chevaux venait dans leur direction, ils avaient sûrement des humains sur eux et son frère et lui qui se trouvait en plein dans la route; a découvert:


    - Quelle selle!!!

    Le nécromancien essaya de percé la brume beige qui venait sur eux, pour pouvoir incanter un de ses sorts destructeurs, mais il ne voyait rien. Il du attendre qu’il soit près d'eux pour les apercevoir distinctement et il ferma les yeux. Ils les voyant dans sa mémoire qui les faisaient approché vers lui de la manière la plus fidèle possible. Il canalisa rapidement le mana dans son corps et incanta:

    - Niarsdelchath *Pluie de feu*

    D'énormes cumulos nimbus se formèrent autour d'eux, cachant enfin les rayons de lumière et offrant ainsi une bien meilleur vu pour les deux drows. Les sabots se faisaient de plus en plus retentissant, brisant la concentration dont avait besoin Dinin, mais au moins il avait déjà lancer son sort. Le ciel devint rouge, rouge comme celui des humains, le ciel se rassasiait déjà du sang qui répandrais bientôt le sol. Les cavaliers et leurs monturent inquiet du nouvelle aspect du ciel, arrêtèrent rapidement leurs quadrupèdes pour jeter des regards terroriser en direction des trois silhouettes inquiétantes qui se profilaient sur la petite route. Le visage du nécromancien se crispa pour laisser apparaître un de ses fameux sourire qui aurait pu terroriser le plus fervent des paladin. Un sourire de dément, ou se lisait distinctement le ravissement, voir même la jouissance par moment. Cet alors, que sortant du ciel, des millions de gouttelettes de feu allèrent a une vitesse phénoménale s'abattre sur les cavaliers qui pour la plupart s'écroulèrent sur le sol, se consumant contre leur gré. Cela ne dura que quelques secondes, mais c'était si merveilleux aux oreilles de Dinin, ces cris d'agonies perçant la speudo nuit, mais ce fût de courte durée car il restait encore six cavaliers et avant que l'un des trois ne puisse bouger, je fus assommé et soulever de terre. La dernière chose que je vu, ces les deux corps inertes de mon frère et de son esclave jonchant le sol. L’inconscience m'emporta par la suite. La première porte menant a Vhaeraun se referma derrière moi, me menant plus loin que mon imagination fertille aurait pu crée.

    *Fin de la première partie*

    Aspect physique:

    Plus grand que la moyenne des drows, mais aussi svelte qu'eux, Dinin ressemble presque en tout point a son père. La peau d'ébène et ces cheveux du à une longue exposition au soleil ardent d'Almoch sont d'un blanc bleutée, chose unique chez un drow. Il les porte aux épaules une des seules choses dont il porte une certaine fierté. Les yeux ardent d'une profonde douleur, ils sont maintenant emplit d'une rage telle qu'il sont rarement noir, mais presque toujours rouge. Il porte toujours sur lui, une dague forgée par les drows, que son frère lui avait donné quand il avait passer avec succès son test a Sorcere. En forme de S, elle était en mithrill pure, ce qui coûtait une vrai petite fortune pour se les procurer. Il portait aussi une amulette a l’effigie de la maison DeVir, maintenant dans un quasi oublie.

    Fiche de D&D 3:

    *En construction*

    Langues connues:

    -Drow
    -Commun de surface
    -Commun de l'outre terre
    -Almochien
    -Gobelin
    -Profanateur
    -Nécromancien

    Possessions:

    - Un bâton Almochien de qualité supérieur, fait en chêne. Aucune spécialité magique. (prix: 300)
    - Robe de mage Almochienne +1 (prix: 1000)
    - Dague de mithrill. ....
    - Masse de Porkirias (1d8 +2 +2 de feu +15% de chance d’assommée son adversaire) (prix???)

    Sorts de Dinin:

    - Sort de nécromancien et de profanateur
    - Spécialité pour le feu

    En construction
    Dernière modification par Mornagest ; 11/09/2007 à 12h32.

Discussions similaires

  1. [Melandien] Beorn Devir
    Par Beorn Devir dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 03/04/2004, 09h30

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254