Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

Discussion: Astaldo tarkil

  1. #1
    Astaldo tarkil Invités

    Astaldo tarkil

    BIOGRAPHIE

    CARACTERE

    FICHE ID

    CARACTERISTIQUES

    CAPACITES SPECIALES

    LANGUES ET ALPHABETS

    EQUIPEMENT

    DESCRIPTION PHYSIQUE

    FAMILIER

    BIOGRAPHIE DU FAMILIER
    Dernière modification par Mornagest ; 11/09/2007 à 12h37.

  2. #2
    Astaldo tarkil Invités
    BIOGRAPHIE


    Fils d’un forgeron et d’une brodeuse, enfant unique suite à la mort dès la naissance de ma petite sœur, mon enfance fut anodine, identique à celle de chaque enfant du village, partagée entre l’école et le travail avec mon père qui me laissais venir avec lui quand il n’avait pas de travail véritable. A 14 ans je commençais à être interrogé sur mon orientation future, perpétuer la tradition familiale dans le travail de la forge ou la broderie, bien que cette hypothèse fasse désespérer mon père pour une raison encore inconnue, c’est bien la broderie, ça détend. L’autre possibilité pour un jeune garçon comme moi était de devenir cadet à l’école militaire, poste bien payé et sans réel désagrément à l’époque. J’optais pour cette seconde option, le prestige de l’uniforme me faisant croire que le cœur de la fille du voisin me serait ouvert en un clin d’œil. Hélas ! Cette ingrate soupirait déjà pour le fils d’un ménestrel de bas étage, blondinet doublé d’un bellâtre qui ne m’arrivait même pas au gros orteil qui plus est. Dépité, le cœur plus morcelé que la dentition de ce rossignol d’opérette après ma dernière visite de courtoisie dans le dos, je décidais de noyer mon chagrin dans le sang d’un dragon qui survolait la région depuis un bout de temps. Ce noble projet fut annulé pour cause de pluie. Ma solde de simple cadet ne me permettant pas de me consacrer à une beuverie mémorable me permettant d’oublier, et de plus je ne supporte pas l’alcool, je me résignait à progresser dans la hiérarchie pour faire passer le temps et je m’investissais entièrement dans mon apprentissage.

    Comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule ce fut le moment que choisis une escadre de pirates pour venir en villégiature sauvage le long de notre littoral. Les garnisons côtières se faisant copieusement hacher menu je pris donc l’initiative courageuse d’entrer à l’académie militaire, loin à l’intérieur des terres, pour devenir officier et éviter autant que possible un fin prématuré et assez désagréable par son caractère définitivement mortuaire. Quatre années passées à l’abri plus tard j’étais promu lieutenant de garnison côtière et affecté à un port de guerre non loin des bois qui avaient alimenté mon imagination infantile. Désormais j’étais prêt à me battre, je savais comment faire, mais une fois de plus j’étais en retard d’une guerre J’appris des pêcheurs du coin qu’un groupe de Mandloréens avaient fait une descente dans la crique où se regroupaient les pirates et n’avaient laissés derrières eux que des épaves éventrées ou incendiées. La raison de tout cela me parut pour le moins floue, une rumeur faisait état de règlement de compte amical entre associés mais je mettrais ma main à couper qu’un chasseur de tête menait ce groupe ou en faisait partie, en témoignent les corps sans têtes soigneusement vidés de leur sang et disposés en croix sur la plage.

    En définitive je ne me rappelle pas qu’aucun autre pirate ne fut tenté de s’arrêter plus que nécessaire dans mon secteur et mon travail fut limité à aborder des contrebandiers et ramener à terre des pêcheurs trop hardis ou trop stupides pour s’éloigner dangereusement. Oh, il y a bien eu quelquefois un corsaire quelconque sui croisait au large mais seul il n’était pas de taille contre la flottille du port et les abordages, bien qu’impressionnants, n’en étaient pas moins à sens unique. Je crois bien n’avoir perdu que 20 hommes en cinq années de mer.

    Mon moral battait de l’aile à la façon d’une morue hémiphlégique quand survint l’accident stupide qui arrive à ceux qui s’ennuient au point de ne plus faire attention à rien. Préférant sauter sur le quai plutôt que d’emprunter la passerelle je me suis brisé la cheville droite, devenant boiteux pour le restant de mes jours. Un officier de terrain devant mener ses hommes et non les suivre en clopinant je fus rapidement relégué à des tâches administratives puis à de la figuration pure et simple. C’est ainsi qu’un triste soir d’automne, sombre et pluvieux, je reçus la lettre qui me remerciait pour mes bons et loyaux services et m’invitait à retrouver les joies de la vie civile, qui me laissa à la rue, pas vraiment démuni mais loin de mon monde à moi.

    Vivant le long des routes, d’auberges en auberges, pour ôter de ma vue ce port et cette région qui ne voulaient plus de moi, je finis par arriver en vue de Luménis. Estimant avoir suffisamment erré la capitale me parut être le bon endroit pour m’installer enfin quelque part un petit chez moi véritable.

    Mon arrivée à Luménis fut celle de n’importe quel provincial débarquant avec ses gros sabots à la capitale, je fus tout bonnement époustouflé. De prime abord les hauts remparts massifs et le poste de garde à l’allure de réquisitoire parurent confirmer les ragots des vieux et des vieilles du village, distillant à tour de bras que la grande ville était un lieu étouffant, malsain, où il ne faisait pas bon de sortir après la tombée de la nuit. A mon grand plaisir et immense soulagement ces rumeurs étaient sans fondements, et je pus découvrir les grandes rues pavées, les boutiques des meilleurs artisans au monde, de somptueux édifices et ces femmes ! Quelle splendeur ! De la fillette jouant sur le parvis à l’adulte se rendant au travail en passant par la jeune fille souriant à son compagnon, autant de ravissement que d’étoile dans le firmament. Pas comme au village où les matrones avaient les bras comme les cuisses et dont l’haleine, si peu nuancée d’alcool pur, pouvait abattre un dragon à cent pas.

    Toutefois il me fallait un logement et un travail, et après je m’offrirait de beaux vêtements et je deviendrais riches en ouvrant ma propre boutique de fleures et plantes. Pour le moment j’admets que je suis loin de tout ça, ne portant sur le dos que ce que j’ai bien pus emporter de ma cantine au port. Avec un peu de chance, en brossant mon uniforme et en bombant le torse je devrais certainement trouver un emploi respectable dans l’armée luménienne.


    Après les évènements liés à la quêtes du Châtiment de l'Aube.

    Tout ne s'est pas absolument passé comme prévu. Cette cité mesquine de Luménis n'a aucune ambition, elle a dû attendre que je me penche sur le sujet pour créer, pour que je crée une organisation compétente en matière d'esiponnage et d'assassinat. Et pour faire quoi ? Faire peur à des journalistes verreux, cavaller après des fugitifs pendant que l'armée se tourne les pouces, faire la police de Luménis auprès des villages séditieux du voisinage... Ces rustres ont même lancé une mission contre ma bien aimée Ewena, et l'ont soumise à la question pour ensuite la bannir, alors que notre amour était bien au-delà de son simple travail d'assassin elle aussi. Ses grattes papiers soucieux de préserver les braves principes mielleux de leur satanée citée ont brisé ma vie et ternit mes rêves. Heureusement que j'étais là, à l'époque, pour redresser la barre.
    Malgré leur morale visqueuse les Hauts Conseillers de Luménis ont quand même autorisé, ou fermé les yeux sur les maisons closes, les maisons de jeux, et tous les petits traffics qui font marcher les commerces d'arts et ésotériques illicites.
    Pendant les longues années administratives passées derrière un bureau à rouiller au lieu de servir l'arme à la main j'ai inflitré les bas-fonds, noué des contacts, établits mes propres bases, institués mes lois, éliminés la concurrence et l'adversité pour être le maître de l'information luménienne, et j'y suis arrivé, j'ai détenu le pouvoir absolu, dans l'ombre des ruelles.
    Je savais tout, quel nobliaux traficotait avec les contrebandiers, quel bourgeois propre sur lui trompait sa femme et sa maîtresse dans les bordels, et j'ai finit par rencontrer Marugd. Cet homme avait été employé par un ancien groupe ésotérique pour rechercher d'anciens ouvrages oubliés, il avait servit de pilleur de tombes, de pilleur de temples, et pillait maintenant les poubelles. Après m'être assuré de son silence définitif j'ai entreprit d'autres recherches de terrain, et malgré les scellés de la Grande bibliothèque j'ai pu ramener le Grimoire de Cyric à mon bureau.
    Tout était expliqué, argumenté, développé. La signification des poisons, les messages du meurtres et toute la clarté que masquait la noirceur aux non-initiés. Mais jamais Luménis ne tolérerait un pareil écart de conduite, même certains de mes hommes contestaient ma place et mes ordres. Aussi ais-je secrètement réunit mes fidèles pour attendre le bon moment. Celui-ci arriva quand l'Ambassadeur mélandien, le mélandien typique, mesquin et arrogant avec une once de provocation, fut poursuivit dans toute la ville pour un meurtre qu'il n'avait pas commit. Comment aurait-il peut le commettre alors que c'était mes agents qui tuaient cet acteur barbant ? J'avais décidé, sans savoir ce qui allait en découdre, dépurer un peu la ville de ses nuisances, dont le Haut-Conseiller Garfield.
    J'ai fait enfermer l'ambassadeur et un prêtre pleurnichard le temps de poser les bases d'un marché ratifié quelque temps plus tard dans la bibliothèque. Après une libération quelque peu arrangée et sanglante parmi les agents infidèles, je pris la route de Mélandis avec Mornagest.

    Le Prince du Mensone était avec moi et me guiderait sur la route glorieuse de ses fidèles.

  3. #3
    Astaldo tarkil Invités
    CARACTERE

    Personnage ambigu, Astaldo mélange le franc parler et la maladresse de ceux qui essaient de faire bonne impression à une certaine dignité et même une once de raffinement hérités d’une éducation attentionnée complétée d’une initiation au savoir vivre à son passage à l’académie militaire.

    Difficilement impressionnable il n’est guère solennel et toujours à guetter une occasion de placer une remarque mesquine, déplacée, voire provocante mais qu’il veut avant out bon enfant et amicale.

    D’un naturel sérieux le jeune homme se montre toutefoisimprudent, personnel et impulsif; ce qui se marie assez bien avec son côté loyal, courageux et généreux. Bien que sensible et émotif il est passioné et n’a jamais eu de relation de couple, sans doutes à cause d’un certain manque de confiance en lui depuis sa blessure et d’une tendance qu’il a toujours eu de se déprécier face aux autres, bien qu'on le qualifie souvent de jaloux et possessif.

    Après les évènements liés à la quêtes du Châtiment de l'Aube.

    Les évènements sont rapidement montés à la tête du garçon de campagne mais, portés par ses talents, rien n'a su s'opposer véritablement au destin en marche. Astaldo est devenu arrogant, solitaire, impulsif plus qu'il ne l'était mais également incroyablement distant. il peut s'engager autant que faire se peu mais il laissera tout tomber pour poursuivre ce qu'il estime être sa destinée.

  4. #4
    Astaldo tarkil Invités
    FICHE ID

    Nom : Tarkil
    Prénom : Astldo
    Cheveux : châtains foncés
    Yeux : marrons
    Peau : blanche mais bronzée toute saison confondue
    Race : humaine
    Sexe : masculin
    Classe : Maître espion
    Age : 26 ans
    Taille : 1,81m
    Poids : 78 kgs
    Religion : Cyric
    Alignement : Chaotique Mauvais
    Profession : Espion cultiste
    Père : Sotphi tarkil
    Mère : Nadélia tarkil

  5. #5
    Astaldo tarkil Invités
    CARACTERISTIQUES

    Niveau : 8
    Force : 12
    Dextérité : 19
    Constitution : 10
    Intelligence : 16
    Sagesse : 16
    Charisme : 14
    Endurance : 12

  6. #6
    Astaldo tarkil Invités
    CAPACITES SPECIALES ET DONS


    Bluff
    Psychologie
    Renseignements
    Intimidation
    Fourberie
    Crochetage
    Sabotage
    Déguisement
    Fouille
    Attaque sournoise
    Esquive instinctive
    Souplesse du serpent
    Déplacement silencieux
    Science du tir de précision
    Tir à bout portant
    Arme de prédilection : arbalète de poing

  7. #7
    Astaldo tarkil Invités
    LANGUES ET ALPHABETS CONNUS


    Langue commune
    Nain

  8. #8
    Astaldo tarkil Invités
    EQUIPEMENT

    Pèlerine noire hors d'âge avec sangles de cuir dissimulées pour la rattacher au corps.
    Tunique et pantalon de lin noirs brodés d'argents
    Ceinture de cuir ouvragé
    Gants et bottes de cuir souple
    Armure de cuir
    Foulard de lin bleu turquoise
    Anneau d’or fin à l’oreille gauche
    Bracelets d'argents
    Fioles de poison (poison lent et poison rapide)
    Antidotes
    Sacoches de ceinture
    Outils de cambrioleur
    Rapière
    Arbalète de poing
    Carreaux d'arbalète
    Silex et amorce
    Pierre à aiguiser
    Trousse de maquillage

  9. #9
    Astaldo tarkil Invités
    DESCRIPTION PHYSIQUE


    Plutôt grand et large d’épaule pour un marin, Astaldo était pourtant leste jusqu’à son accident dont il compensa les effets négatifs par un savoir faire correct et une musculature entretenue. Anodin en public, tantôt un sourire en coin ou une mine assez sérieuse il faut le voir en pied pour vraiment lui trouver une particularité visible. A l’arrêt il déporte son poids sur sa jambe gauche, valide, et marche lentement,, ce qui lui offre une allure normale, lui permettant de se forcer à effectuer un déroulé du pied droit impeccable bien qu’un peu douloureux.
    En l’observant de plus près et en le côtoyant un certain temps quelques détails anodins, voire futiles, comme ses cheveux toujours en bataille ou son tatouage sur le haut de bras droit, mais Adstaldo ne s’est jamais vraiment lié durablement avec qui que ce soit.

    Après les évènements liés à la quêtes du Châtiment de l'Aube.

    Astaldo d'ordinaire bon vivant et ne crachant pas sur la bonne chère a pourtant perdu un certain nombre de kilos pour devenir un individu maigre aux membres presque arachnéens. Il lui est presque impossible de tenir en place et ses yeux comme ses mains sont toujours en mouvement.

  10. #10
    Astaldo tarkil Invités
    FAMILIER

    Aramis, mon chaton, c'est un jeune mâle issu d'une portée d'une des chattes vivant à bord des galères de mon ancien port de guerre, où l'on embarquait plusieurs chats à bord afin de lutter contre la vermine comme les rats pendant les longs trajets. Initialement on avait prévu de l'offrir à un enfant de matelot car l'animal est assez réfractaire à la discipline et passe plus de temps à jouer sur le pont qu'à chasser dans la cale. Aucun marin ne désirant avoir un tel phénomène de foireà la maison il avait été décidé de le vendre à un touriste quelconque mais il disparut malencontreusement au moment de mon départ... :notme:
    Miniatures attachées Miniatures attachées Astaldo tarkil-3.jpg  

  11. #11
    Astaldo tarkil Invités
    BIOGRAPHIE DU FAMILIER

    Né quelques temps avant mon départ de la Marine, Aramis n'était pourtant pas fait pour vivre sur un bateau. Il était sur le même bâtiment que moi, le Belle de Wailly, et l'équipage constata qu'il avait plusieurs défauts majeurs (mal de mer, hyperactivité, goinfrerie chronique, sale caractère, ....) auxquels s'ajoutait une attirance précoce vers les jeunes filles qui restaient à terre.
    Décidément inutile à bord, il fut un moment relégué comme mascotte du fort mais fut déchu de ce poste quand on le surpris en compagnie de la chatte de l'amiral. Définitivement banni de la marine de guerre on ne pouvait pas s'en débarasser comme ça selon moi, sa mauvaise éducation venant sans aucun doute de son père, lui même déjà bien entamé.
    Miniatures attachées Miniatures attachées Astaldo tarkil-lechat.jpg  

Discussions similaires

  1. [Habitation] Maison d'Ewena et d'Astaldo
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 112
    Dernier message: 26/04/2005, 20h35

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257