Page 1 sur 4 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 120

Discussion: [Annales RP] Exils / Parallèles 2

  1. #1
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014

    [Annales RP] Exils / Parallèles 2

    Ce récit est la suite de Parallèles. Même si l’intrigue s’en écarte rapidement, je ne crois pas qu’on puisse lire l’un sans avoir lu l’autre (mais qui sait ?). Pour les motivés de l’extrême, Parallèles est toujours ici. Ça ne se lit pas en deux heures, je le crains. Comme Parallèles, Exils se passe dans une version "parallèle" du RP de la CC.

    Mes excuses aux créateurs des lieux arpentés par les personnages, j’en ai fait ce dont j’avais besoin et probablement pas ce que vous aviez imaginé. J’ai aussi emprunté quelques PNJs… J’espère sans trop de casse. Si cela s’avérait trop douloureux pour leurs « parents », prévenez-moi et je les métamorphoserai… Je serais bien la dernière à vous en tenir rigueur.

    Le prologue est « provisoire » car je ne sais pas s’il va tenir la route du récit (qui n’est pas fini à l’heure où j’écris ceci). Et c'est un Nano à la base, donc c'est verbeux. Et c'est aussi, drame, un premier jet.

    EDIT du 10/02/2021 : le prologue est caduc. Je le laisse pour l'heure, mais je vais le remplacer, parce qu'il n'a plus aucun sens... J'en veux un, cependant, donc... j'aviserai.

    Bon, j'arrête de vous mettre en garde... Si vous poursuivez, tant pis pour vous !


    Exils


    Journal de B.D. – merci de ne pas lire si vous n’y avez pas été invité ! - Mélandis
    Diable, je ne sais même pas quel jour on est. Je dirais… moins d’un mois après notre départ de Luménis, mais sans doute pas beaucoup moins. Nous sommes partis une dizaine de jours, peut-être quinze, après la chute des Sharites, la mort de Megrall, tout ce foutoir dans les sous-sols de l’Assemblée. Ma notion du temps est trouble, désormais. Il faut dire que le calendrier, franchement, est mon dernier souci.
    Un mois, donc, ce qui nous placerait au début de l’été.
    Au-delà du solstice, à mon avis, même si c’est étrange que personne n’en ait parlé. Mais tout ça doit paraître terriblement trivial, c’est vrai, quand on vit dans cette cité sinistre. Le fêter est sûrement déplacé ou interdit. Peut-être même puni de tortures effroyables. C’est le genre local.
    Début Flammerige, disons. Pas que ça change grand-chose.
    Il fait nuit à présent, la fin d’une journée supplémentaire d’incertitude. Mon horizon se réduit désormais à ma chambre — confortable, je n’ai pas à me plaindre — deux couloirs, trois salles, et le retour. Prendre la plume s’impose pour tromper l’ennui. Faire sens de ce qui s’est produit — aisé, malheureusement, Beshaba suffit — et laisser trace de ceux qui ont disparu.

    Tout commence par ce naufrage entre Hélonna et Dorrandin. Une jolie frégate en excellent état, un ciel bleu et un vent favorable, un capitaine expérimenté mais peut-être maudit, un passager démoniaque, avec sans doute du soutien, mais nous n’en sommes pas sûrs. Tout cela parait tellement distant, comme une parenthèse ensoleillée, lointaine et révolue. J’ai des souvenirs vivaces de la tempête, par contre, des souvenirs hachés, trempés, frénétiques. Plus d’eau que je n’en avais jamais vu, des trombes et des torrents se déversant dans toutes les directions, avec une seule intention : noyer tout ce qui pouvait l’être. Mais j’anticipe.
    J’étais à bord de ce navire à cause de Kerun… Je suis obligé d’écrire « à cause », vu ce qu’il s’est produit depuis. Mais en réalité, sur le moment-même, c’était grâce à Kerun. Je l’avais croisé par hasard sur le port, il cherchait des passagers pour remplir un voilier à destination d’Eredhun. Coup de chance, j’étais venu pour me trouver un transport dans cette exacte direction. Du coup j’en ai parlé à Othon qui a averti Rachel, qui a embarqué Garance, Marcus et les cendres d’Albérich Megrall. Comment Soren s’est retrouvé là, mystère… Mais Soren a l’art de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment, j’ai l’impression.

    J’ai été à Eredhun, autrefois. C’était la base de nos expéditions dans la Vallée du Nirvana, quand j’étais un jeune prêtre qu’on parachutait dans des équipes d’aventuriers téméraires pour soigner les bobos. C’était un temps distant mais béni, Othon et moi l’évoquions souvent. La découverte du Diadème des Six Roches. L’ouverture de la Tombe de Sofia-la-Non-Morte. L’affaire des 12 kobolds. Nous en riions encore. Mais à ce stade de mon parcours, je n’avais plus cet enthousiasme. Je savais qu’on ne m’enverrait pas courir les routes. On allait me trouver un bureau, des novices, et je deviendrais l’ombre de ce que j’avais été. A la retraite à 43 ans. Bof. Je n’étais pas emballé.

    Mais je m’égare. Revenons à ce bateau. Il s’appelait l’Ivresse des Profondeurs. Quel nom étrange pour un navire supposé rester en surface. Il y avait un barde à bord, il l’avait rebaptisé « Eredhun à Voiles ». Pas besoin d’y aller, plaisantait-il, tout ce qu’il faut s’y trouve déjà. C’est vrai que nous y étions un Tymoran, trois Lathandrites, un Sunite, une Mystranne, un Oghman et une Chauntéenne. Une belle brochette, et pourtant Umberlie s’est montrée la plus forte.
    Dernière modification par Galathée ; 10/02/2021 à 11h11.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  2. #2
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    1. L’Ivresse des Profondeurs


    Ils avaient appareillé trois jours plus tôt, laissant Luménis derrière. Les toits colorés, le dôme du Temple, les échoppes du marché, les tours du Fort, les arbres du Parc s’étaient effacés à l’horizon, peu à peu, les laissant seuls face à la mer.

    Pour Martin, c’était un retour aux sources. Un peu violent, car il était mort et revenu à la vie une dizaine de jours plus tôt, une expérience qu’il ne souhaitait à personne. Ranimer un cadavre, quand on est le cadavre en question, était des plus désagréables. Il avait l’impression que chaque fibre de son corps avait dû réapprendre à fonctionner, et qu’elles ne s’étaient pas coordonnées. Impuissant, il avait dû attendre que ses muscles, ses yeux, sa vessie, sa cervelle et tout le reste se remettent en mouvement. Il avait titubé, vomi, toussé, pleuré et raconté n’importe quoi. Autour de lui, des gens qu’il ne connaissait pas s’étaient montrés incroyablement prévenants, lui apportant à manger et à boire, lui offrant un bras secourable, l’écoutant délirer et nettoyant derrière lui. Il avait apprécié, mine de rien, d’être accueilli à son plus mal. Cela lui avait rappelé la solidarité entre esclaves, au bordel, quand il était encore à Mélandis. Durant tout ce processus pénible de réveil, il n’avait jamais eu honte ; c’était une émotion qu’il ne pouvait plus ressentir de longue date.
    Kerun avait été là, à distance mais omniprésent, comme l’ombre bienveillante qu’il avait promis d’être, sans rien forcer. Et par là, Martin avait eu foi en quelque chose, plus que jamais. Il était mort, oui, mais il n’était pas mort en vain. Il y avait gagné quelque chose de formidable, qu’il devait entretenir, désormais, et qui ne dépendait que de lui.

    Mais à présent, il était debout sur le pont d’un magnifique voilier et on lui avait confié des responsabilités. Naviguer, c’était sa jeunesse d’avant l’ombre, son enfance dans l’ouest de Dorrandin, quand il galopait sur le petit bateau familial et aidait à remonter les filets. Était-il nostalgique ? Sans doute un peu. Mais il en avait vu d’autres, tellement d’autres, qu’il se sentait prêt à affronter le large sans verser une larme sur un temps révolu.
    Kerun, de son côté, était sous le pont, malade comme un elfe. Apparemment c’était classique. Martin avait essayé de le convaincre de rester à l’extérieur, lui expliquant que regarder l’horizon en se gorgeant d’air frais était la meilleure manière de combattre ce qui lui tordait les entrailles, mais c’était peine perdue. Kerun avait pris une teinte verte — vraiment verte, assez spectaculaire — et paraissait incapable de se nourrir. Il n’était déjà pas très gros, c’était un peu inquiétant, mais Garance la prêtresse chauntéenne — il y avait mille prêtres sur ce bateau, on priait à toutes les heures, c’était franchement flippant — s’occupait de lui avec beaucoup de douceur. Au final, que l’elfe soit malade était peut-être une bonne chose, car cela l’empêchait de broyer du noir, son activité favorite de la dernière veille, depuis qu’il avait été débarqué par les services secrets pour insubordination.
    Bon, il n’avait pas vraiment été débarqué, c’était chose impossible, bien sûr : il savait tout sur tout et sur tous. Mais on l’avait envoyé en vacances forcées à Eredhun et cela lui restait en travers de la gorge. Martin trouvait qu’après tout ce qu’ils avaient traversé ces dernières veilles, un peu de repos n’était pas une si mauvaise idée, mais Kerun ne voyait bien sûr pas du tout les choses de la même manière. Il était furieux et profondément déprimé, Eredhun était manifestement une punition cruelle, et le général Maelwedd un salopard de grande envergure. Il ne fallait même pas essayer d’en parler, en fait. Sujet tabou. Martin s’était dit qu’il essaierait de lui changer les idées, mais il était tellement malade que ça ne servait à rien : toutes ses pensées étaient liées à l’état de son estomac.


    Martin avait été « embauché » par le capitaine de l’Ivresse des Profondeurs pour la traversée. Au départ, la petite frégate n’était pas supposée appareiller : elle servait de pied-à-terre (sur eau) à son propriétaire, Aigéan Valtameri. Le capitaine était un genasi d’eau d’abord assez froid, une caractéristique typique de sa race de ce que Martin en savait. Martin et Valtameri se connaissaient depuis un certain temps, ils s’étaient rencontrés sur Mersant, un îlot neutre situé entre Dorrandin et Hélonna, près d’un an plus tôt. Une autre histoire. Récemment, Valtameri avait été chargé par le général Maelwedd de ramener des réfugiés mélandiens de Luménis en Dorrandin. A mi-parcours, il s’était ravisé et avait débarqué tous ses prisonniers dans le port, en pleine nuit, leur rendant la liberté. Le contrecoup ne s’était pas fait attendre : il avait été viré de la Marine. Martin ne connaissait pas les détails, il ne savait que ce que Kerun avait bien voulu lui raconter. Mais vu l’ampleur de la mutinerie, il était surpris que Valtameri soit libre et non aux fers en l’attente de jugement. Les Luméniens étaient des gens décidément bizarres (positivement bizarres).
    Mais donc, Kerun et Valtameri s’étaient croisés, et le premier avait convaincu le second de les emmener à Eredhun. De fil en aiguille, le bateau s’était rempli de prêtres — heureusement pas de Sharites — et de marins.


    « Martin ! J’en fais quoi, maintenant, de ce bout-là ? »
    Il se retourna, abandonnant sa rêverie. Debout derrière lui, Joshua agitait un morceau de corde.
    « Attache-le là, au crochet. »
    Valtameri avait embauché deux novices, Joshua et Casper. Le premier n’avait navigué qu’une seule fois, sur un gros tonnage marchand, d’Antelucas à Luménis. Le second n’avait jamais mis les pieds à bord d’un bateau de toute sa vie. Ils étaient agiles, pleins de bonne volonté, apprenaient vite, mais c’était quand même un problème. Heureusement, en cette fin de printemps, la mer était tranquille et le vent conciliant. De ce que Martin en savait, Valtameri n’avait pas pu trouver mieux : le genasi avait la réputation d’être maudit et personne ne voulait embarquer avec lui. Ayant été témoin direct d’une partie de ses déboires, Martin ne pouvait pas complètement blâmer ceux qui rechignaient à poser le pied sur son pont. Il avait échappé aux griffes d’Umberlie, mais les dieux étaient revanchards. On ne pouvait pas exclure que la Reine Garce revienne à la charge.
    L’expérience du genasi contrebalançait sans doute la jeunesse de son équipage. Gardé dans les interactions, il paraissait métamorphosé au gouvernail. Il faut dire que son physique très particulier, inhumain, s’accordait parfaitement à l’activité. Il avait les cheveux très noirs, un peu trop longs, signe qu’il ne s’en souciait guère, et la peau d’une blancheur presque cadavérique. Le soleil irisait les écailles sur ses joues et son cou, le dos de ses mains, et malgré la chaleur généreuse, il était mouillé. Sa chemise lui collait à la poitrine et battait avec bruit autour de ses bras à la faveur de la brise. Grand et glacial, il avait un peu l’air d’un marin mort-vivant, une impression que ses yeux bleu sombre, un peu trop grands, renforçaient. En fait, il avait la tête d’un type défoncé au lotus pourpre. Autant on s’habituait à l’allure des elfes, des nains, même des demi-orques, autant un genasi, c’était encore tout autre chose. Martin en avait connu quelques-uns, autrefois : un genasi de pierre, une grosse brute maléfique, toujours sale, qui laissait de la boue dans son lit ; un genasi de feu, brûlant et impulsif, dégageant une abominable odeur de soufre — des souvenirs peu positifs. Aigéan Valtameri était manifestement taillé dans un autre élément et il barrait avec flegme, hermétique à l’agitation ambiante, aux interminables prières et autres conversations théologiques, et aux nausées de Kerun.


    « Martin ! »
    Le jeune homme s’immobilisa et un sourire lui gagna instantanément les lèvres. Il regarda autour de lui, afin de s’assurer qu’une courte pause était possible, et, rassuré, il alla jusqu’à la source de l’appel. Assis sur un des bancs de poupe, Soren était presque nu. Il avait noué une étoffe de soie rouge autour de sa taille, mais Martin était plus ou moins sûr qu’il n’y avait rien en-dessous. Le Sunite lui rendit son sourire. Grand, athlétique, châtain, Soren avait environ quarante ans et était indéniablement bien dans sa peau. A peine dix jours après sa libération, c’était une chose inouïe, et Martin ne pouvait s’empêcher d’y chercher une faille. Pareille résilience… Comment était-ce possible ?
    Mais le Soren que connaissait Martin n’était pas celui qu’on lui avait décrit. Il savait que derrière l’homme superficiel et vain, il y en avait un autre, fort et généreux. Et puis c’était le prêtre qui l’avait ramené à la vie. Ils étaient liés.

    « Je voudrais te sculpter. »
    Martin demeura figé.
    « Moi ? »
    Soren se décala sur le côté et regarda vers l’avant du bateau.
    « Je ne vois personne d’autre. »
    Martin grimaça.
    « Vous n’êtes pas censé, je ne sais pas, vous intéresser à la beauté ?
    — Et ? »
    Le jeune homme jeta un œil derrière lui. Le pont était quasi désert, personne ne les écoutait. Il baissa néanmoins la voix.
    « Même Kerun me dit que j’ai l’air d’un cadavre ambulant.
    — C’est un peu ce que tu es, il n’a pas tort. Je pensais vous sculpter ensemble d’ailleurs.
    — Haha ! C’est pour le contraste !
    — Le contraste ?
    — Un elfe magnifique et puis moi.
    — Kerun a l’air encore plus d’un cadavre ambulant, en ce moment. Sans parler de tout cet outrage qui suinte.
    — Outrage qui suinte ? Il a le mal de mer… »
    Ces prêtres avaient une manière de s’exprimer parfois un peu compliquée. Martin n’avait pas été à l’école.
    « Je parle de sa colère. Du coup de pute — mauvais choix de mots, pardon — que lui ont fait vos patrons.
    — Ça se voit ? demanda Martin, surpris.
    — Même si tu ne me l’avais pas dit, je l’aurais deviné. Mais ce n’est pas la question. Te sculpter, donc.
    — Je ne suis pas sûr que j’aurai le temps. Joshua et Casper… débutent et Valtameri est à la barre… Il faut que je gère.
    — Je sais. Mais nous allons à Eredhun. Nous aurons du temps là-bas.
    — Martin ! »
    C’était Casper.
    « Il faut que j’y aille.
    — Penses-y.
    — Je ferai ça. »
    Sur un sourire, il abandonna le Sunite à ses pensées et galopa vers la proue, où son jeune collègue semblait ne pas comprendre l’ordre que venait de lui aboyer le capitaine. Sculpté par Soren, une espèce de revanche absolue sur le destin. La journée était belle, Sunie, Lathandre et Tymora veillaient, que pouvait-on demander de plus ?
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  3. #3
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Vent favorable, mer bleue, légères ondulations d’écume, et sur leur droite, rassurante, la ligne de la côte hélonnienne. Ils ont dû s’en écarter dans les premiers jours, pour éviter les remous du Delta de la Ronde, une zone propice aux échouages, mais à présent, ils se sont rapprochés. Ils ont sans doute déjà dépassé Rohan, qu’on ne voit bien sûr pas du large, et vont à présent remonter doucement jusqu’à l’embouchure de la Sereine. Le voilier ne s’y engagera pas : à contrecourant, en cette saison, la chose est impossible. Mais il restera un ou deux jours de chevauchée jusqu’à Eredhun, rien d’insurmontable. Les moins cavaliers prendront un chariot, ou un bateau à rames. Tout cela se gèrera à Marécage, le petit bourg à l’embouchure, dont c’est la principale fonction.


    Rachel aurait préféré faire tout le trajet à cheval, depuis Luménis, par Rohan, dans la poussière de la route, d’auberge en auberge, quitte à bivouaquer un jour ou l’autre. Il faisait magnifique, un temps pour coucher à la belle étoile, pour profiter des fleurs, du soleil levant, de la campagne riche et généreuse. Elle savait qu’Othon partageait son opinion. Mais Brandon Devlin avait voulu naviguer et, par bien des aspects, Othon se comportait davantage comme un paladin tymoran que comme un paladin lathandrite. Non, c’était un mensonge, ils étaient simplement bons amis, des histoires de jeunesse. Mais donc, quand Brandon Devlin avait plaidé pour la mer — sur un caprice, typique des fervents de Dame Chance, il avait croisé Kerun par hasard sur le port, qui cherchait des compagnons de traversée, un signe apparemment — Othon avait commencé à hésiter, et quand Florent avait émis l’avis que, peut-être, Marcus n’était pas en état de monter à cheval, Garance l’avait appuyé, et puis… Rachel avait dû accepter qu’elle ferait le trajet en bateau.
    Pffff.
    Ce n’est pas qu’elle souffrait du mal de mer, pas du tout, mais elle n’aimait pas la sensation d’être à bord d’un truc en bois flottant vaille que vaille sur un océan immense. Elle savait nager, même en cotte de mailles, elle était luménienne, après tout, et les Luméniens apprennent à nager avant d’apprendre à marcher. Mais c’était quand même moins sûr que d’être sur terre. Elle était humaine, pas une sorte de créature aquatique comme le capitaine, et si certains disaient que les humains étaient capables de s’adapter à tous les environnements, elle avait la certitude que certains étaient quand même plus naturels que d’autres. Comme la campagne, là-bas, qui la provoquait à l’horizon. Retrouver la côte l’avait rassurée : s’ils coulaient, elle nagerait jusque-là. C’était loin mais elle avait du coffre.

    Florent l’avait choisie pour accompagner Marcus jusqu’à Eredhun, mais en réalité, c’étaient les cendres d’Albérich Megrall qu’elle escortait. Garance s’occupait de Marcus, comme elle l’avait toujours fait, depuis le jour où elle était arrivée dans leur Temple. Cela avait du sens : elle était jardinière, il était intendant, ils se retrouvaient au potager pour discuter de courges, de petits pois et de pommes de terre. Et puis, dans les chansons, Lathandre et Chauntéa, Chauntéa et Lathandre, on savait bien qu’il y avait davantage que des légumes entre ces deux-là. Rachel ne s’en souciait guère. Elle n’était pas casanière et puisqu’on lui avait offert une opportunité de quitter sa chambrette au Temple, elle l’avait saisie avec enthousiasme.
    Mais elle n’avait pas prévu que l’escapade se déroulerait sur mer, et encore moins qu’il faudrait se coltiner un cortège de m’as-tu-vu. Soren, c’était déjà gratiné dans le genre paon-qui-fait-la-roue, avec ses fesses perpétuellement à l’air, sa grande gueule et son regard inquisiteur (qui ne s’arrêtait jamais sur elle, cependant : elle savait qu’elle était moche, et Soren ne la voyait même pas, elle devait lui apparaître comme une vague tache rose et blanche, floue dans ses yeux d’esthète), mais elle avait été estomaquée, une fois à bord, de découvrir que Llewellyn Argall faisait partie du voyage. Lui aussi l’avait été, stupéfait, lorsqu’il l’avait vue. Il faut dire que cet imbécile avait prétendu être barde, alors qu’elle savait parfaitement qu’il était plutôt (ou aussi ? Cela revenait au même) prêtre d’Oghma. Et pas n’importe quel prêtre d’Oghma, un prêtre d’Oghma en directe ligne d’Ithilion, la cité des cinglés fanatiques. Elle avait appris, à ses dépends, que c’était un charmeur de premier ordre, qui avait très certainement usé de magie pour l’ensorceler et l’amener à raconter des choses qu’elle aurait dû garder pour elle. Elle avait donc fait la seule chose sensée : elle avait prévenu Kerun. Avant d’appareiller, heureusement, car à présent, selon toute vraisemblance, l’agent était hors-jeu pour un certain temps. Ce qui l’avait partiellement rassurée, c’est que l’elfe avait regardé en direction de Llewellyn et avait poussé un bref soupir, avant d’avouer qu’il savait exactement à quoi s’en tenir le concernant. Partiellement rassurée, car cela signifiait que ce fichu Ithilien était peut-être davantage que barde et prêtre, et qu’elle n’était plus complètement certaine de savoir ce qu’elle avait pu lui raconter au long de leurs nombreuses rencontres. Elle était l’experte locale de la traque aux morts-vivants et c’était comme ça qu’il l’avait approchée. Ithilion était située dans les Landes, le nid hélonnien des pires créatures nécromantiques de l’île. Par nécessité, certains des prêtres oghmans qui y résidaient s’étaient spécialisés dans la lutte contre ces monstres, et quand Llewellyn s’était présenté au Temple, quelques années plus tôt, pour un échange de bons procédés, elle n’y avait vu que du feu. Il s’y connaissait en morts-vivants, il paraissait sincèrement intéressé, ils avaient eu des conversations constructives, et puis, de fil en aiguille, il avait traîné plus tard le soir, au Temple, l’avait invitée à boire un verre à la taverne, puis à dîner, une fois ou l’autre, dans un établissement plus distingué. Elle était restée sur ses gardes, consciente qu’il était trop charmant pour être honnête, mais il avait persévéré, prévenant, curieux, soucieux de ses humeurs. Avant de se volatiliser purement et simplement. Evidemment. En la reconnaissant, il avait eu l’air d’avoir envie de lui parler, cependant, mais elle l’avait évité comme la peste, et à présent, il avait renoncé. C’était toujours ça de pris. Elle n’avait envie de parler à personne, juste d’arriver au plus vite à Eredhun.

    Pour s’occuper, elle avait une cotte de mailles à réparer, un travail minutieux et pénible, qui lui prendrait de nombreuses heures, et lui viderait un rien l’esprit. Othon était venu s’asseoir non loin, avec son propre matériel, et elle devinait à son expression qu’il regrettait d’avoir opté pour les flots. Sa jument noire, Wyverne, était une créature magnifique
    .
    « Qu’est-ce que tu vas faire, une fois à Eredhun ? » lui demanda-t-elle.
    Il releva les yeux du tranchant de son épée.

    « Pousser jusqu’à Lunaros. Alix a quelques recrues pour nous. Je dois aller discuter le coup. »
    Elle acquiesça et recourba un anneau récalcitrant.
    « Tu pourrais venir avec moi, tu sais, ajouta-t-il. Juste voir. Je sais que tu ne veux pas en entendre parler, mais… si tu veux… Tu pourrais.
    — Je ne peux pas me le permettre en ce moment. C’est trop le bordel à Luménis.
    — Tu penses vraiment qu’ils comptent sur toi pour régler les affaires internes ?
    — C’est pas gentil, ça, Othon.
    — Les paladins ne mentent pas. »
    Rachel eut un rire bref, sans joie.
    « Sacrés paladins. »
    Ils se turent.
    « Tu as le temps de réfléchir. » dit finalement Othon.
    Elle ne répondit rien. Elle avait trente-quatre ans. Beaucoup trop tard pour franchir le pas, changer de voie, faire un serment, tout le tralala. Sans compter qu’elle redeviendrait un sous-fifre, l’écuyer d’un gamin prétentieux comme Enguerrand ou Jacob. Non, elle était mauvaise, c’étaient de bons gars. Mais elle ne se voyait pas recommencer, voilà tout. Elle pouvait rester prêtresse, chasseresse de morts-vivants, c’était bien suffisant.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  4. #4
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Soren prenait le soleil, Martin travaillait dans les cordages en écolant ses jeunes collègues, Aigéan barrait cheveux au vent, Othon et Rachel échangeaient en fourbissant leurs armes, et dans le petit château vitré, Brandon et Llewellyn jouaient aux Hermines. Sous le pont, se trouvaient Kerun (malade), Marcus (désespéré), Garance (inquiète), Selma (vigilante) et, les dieux en soient maudits, Inathaliel Nimdéorn, alias Feu Grégeois, un ensorceleur drow spécialisé dans le contrôle du vent et de l’eau.

    Beshaba n’a pas grand-chose à faire, parfois.



    Recroquevillé sur sa couchette, Kerun était furieux, inquiet et misérable. Il avait mal au crâne et aux tripes, le monde entier vacillait autour de lui et il ne parvenait pas à penser, ni à se reposer, il n’arrivait à rien sinon à gémir dans son oreiller en priant pour qu’un vent merveilleux les pousse jusqu’à Marécage au plus vite. Même la Transe était mauvaise. D’ordinaire, il parvenait à évoquer des événements positifs ou apaisants, des moments de respiration, des victoires, des résolutions. Là, chaque fois qu’il fermait les yeux, qu’il faisait le vide, il se retrouvait parachuté dans le bureau de Nora Felden, quand elle l’avait convoqué pour lui apprendre la mauvaise nouvelle. Il revoyait la corneille empaillée sur l’étagère à droite de la porte, le bureau de chêne sombre avec ses piles de parchemin impeccables, la fenêtre ouverte sur la rue encombrée, il percevait le parfum du chèvrefeuille en façade, la musique d’un saltimbanque plus bas, le roucoulement d’un pigeon dans la corniche. Nora portait une tunique crème lacée sur le devant, des chausses gris bleu, ses cheveux blonds étaient noués en un chignon alambiqué sur sa nuque. Elle revenait d’un conseil, immanquablement, et son visage n’était pas assez elfique pour dissimuler son trouble. Des ennuis, dix jours seulement après la chute des Sharites, c’était désespérant, et en même temps, leur lot éternel, gardiens de la capitale.
    Puis elle l’avait viré.
    Il entendait ses mots en boucle, ses excuses et ses regrets, et dans le même temps, son aveu d’impuissance face au désir impérieux du général. Il avait sauvé cet homme abominable, un homme qui l’avait fait arrêter, empoisonner, emprisonner, torturer, et en guise d’excuses, on l’exilait, purement et simplement, de la ville à laquelle il avait donné toute sa vie, sans compter, jamais.
    Il avait pris conscience de cette injustice, et aussi de la vacuité de son existence, en dehors de ça. Il n’avait que son travail. Ce n’était pas rare, dans sa profession, et bien sûr, il n’avait pas été mis à la porte. Il avait été envoyé dans un trou, à Eredhun, la cité des prêtres, où les trois quarts des bâtiments sont des temples, et le dernier quart des auberges pour accueillir des pèlerins. Il ne s’y passait rien, sinon des querelles de clocher soporifiques, et Kerun n’y avait jamais mis les pieds. Il n’y possédait aucun réseau, aucun contact, et il savait que l’équipe en place le verrait débarquer avec hostilité : un agent de la capitale en visite, pour superviser, réorganiser, optimiser. Le rêve.
    Il avait obtenu d’emmener Martin. Ce dernier, malgré une résurrection toute neuve et une carcasse encore percluse, n’avait pas refusé. Kerun s’en voulait un peu de le marginaliser d’emblée, après tout ce qu’il lui avait promis, mais peut-être Eredhun serait-elle une entrée en matière plus douce pour commencer ses classes d’espion.
    Il émergeait de sa Transe avec dégoût, l’estomac au bord des lèvres, et l’impression de n’en avoir retiré aucun réconfort.

    Il était malade, il était furieux, et il était inquiet.

    Pas inquiet parce que Llewellyn Argall avait surgi à bord, quelques minutes avant le largage des amarres. C’était une surprise, mais une surprise sans importance. Avoir l’Oghman avec lui avait quelque chose de rassurant : au moins, il ne traînerait pas dans Luménis, sans supervision sérieuse, à quelques mois des élections. C’était un homme dangereux sous ses dehors de godelureau. Il savait que Llewellyn lui en voulait pour ce qui s’était produit durant la cabale sharite, mais ils avaient eu l’opportunité d’en parler, et l’Oghman avait pu mesurer son impuissance à l’aider. Ils étaient dans les mêmes termes qu’autrefois, sur leurs gardes, vigilants, et même s’il ne savait pas pourquoi Llewellyn avait décidé de le suivre, il s’en souciait peu.

    Non, il était inquiet à cause d’Inathaliel Nimdéorn, le cadeau empoisonné qu’il leur fallait livrer à Maux-Lotis. Nimdéorn était prisonnier de la Marine Luménienne depuis environ un an, suite à la mise en déroute de la flotte pirate dont il faisait partie, sous les ordres du Capitaine Squale, une marchande luménienne possédée par Umberlie. Si Aigéan Valtameri avait été soumis à ce monstre par la voie d’une magie impie, Nimdéorn avait servi dans la plus grande liberté, aussi cruel et violent que sa patronne. Il n’avait pas de circonstances atténuantes, pas de remords, et Kerun était surpris qu’il ait fallu un an aux autorités pour décider de l’envoyer croupir dans la prison de haute sécurité hélonienne. Par un coup du sort des plus malheureux, la Marine avait demandé à Valtameri de convoyer Nimdéorn jusqu’à Marécage, une petite faveur que le capitaine n’avait pu refuser compte tenu de ce qu’il leur devait. Personne, parmi les officiers, n’avait sans doute songé à la relation qui existait entre les deux hommes. Ou personne ne s’en était soucié. Valtameri semblait avoir avalé la pilule avec un flegme relatif, ou de la résignation. Kerun, lui, ne parvenait pas à se débarrasser du sentiment qu’avoir accepté était une erreur colossale. Il connaissait bien Nimdéorn : c’était lui qui l’avait neutralisé au terme d’un combat épique dans le port de Mersant. L’ensorceleur drow s’en souvenait parfaitement bien, comme il le lui avait bien fait comprendre lorsqu’ils s’étaient croisés, au moment où il montait à bord. Il était enfermé, surveillé par une prêtresse mystranne, et muni d’un de ces artefacts qui privent les jeteurs de sorts de tout contact avec la Toile, mais ça ne suffisait pas à rassurer l’elfe. C’était un homme qu’il aurait absolument fallu faire transporter par voie terrestre, loin des éléments qu’il maîtrisait. Mais la Marine était sûre de son dispositif — la Mystranne, Selma, extrêmement sûre de sa capacité à gérer le drow — et le voyage par mer protégeait son escorte d’une intervention d’éventuels complices décidés à le libérer. Sauf si le complice était Umberlie en personne, bien sûr.

    Mais Kerun était malade, et c’était la chose la plus importante, à la seconde présente. Son estomac, vide, ses mouvements, cette foutue mer. Ce n’était pas sa première expérience de navigation, mais il avait toujours voyagé sur de gros tonnages, des caraques pesantes, qui vacillaient à peine quelle que soit la taille des vagues. Avec un adepte de Valkur à bord pour lisser la houle, on avait à peine l’impression de bouger. Il n’avait jamais imaginé que les choses seraient à ce point douloureuses, et à présent, il était trop tard.

    Il entendit à peine qu’on frappait à la porte.
    « Messire Tervan ? »
    Il se redressa sur un coude, dépité d’offrir pareil spectacle, mais il savait aussi que la personne qui venait lui rendre visite était la bonté personnifiée.
    « Oui, entrez. »
    Garance était une jeune femme de petite taille, rousse aux yeux verts, une version humaine et féminine de lui-même, à la silhouette plus généreuse cependant. Vêtue d’une aube brune sans fioritures, les cheveux attachés à la hâte, elle avait l’air fatigué de quelqu’un qui ne sait plus où donner de la tête.
    « Par les semis célestes, ce que je vous ai donné ne fonctionne pas. » s’exclama-t-elle en croisant son regard.
    Il tenta de sourire.

    « J’aurais dû passer chez Isudë avant le départ… J’étais trop… pris. »
    Il savait qu’elle connaissait l’herboriste elfe de l’Herbe Folle, une boutique située à la croisée du Parc, des Taudis et du quartier des Temples. Isudë avait sans doute plusieurs siècles et une connaissance des plantes incommensurable, sans parler de stocks à faire rougir un négociant solarcien. La magie ne pouvait rien pour lui car dès qu’il était soigné — Othon avait essayé — il retombait aussitôt malade et les décoctions à l’ancienne semblaient être la seule solution. Sauf qu’il ne gardait rien.
    « Je vais vous faire un concentré plus fort, proposa-t-elle. Mais vous devriez vraiment sortir. On vous l’a déjà dit, n’est-ce pas ?
    — Oui, plus d’une fois. »
    Il n’avait aucune envie d’aller se donner en spectacle.
    « Ça finira par passer. »
    Elle ouvrit des yeux sceptiques, mais les adoucit d’un sourire amical.
    « Ou nous arriverons à Marécage. Ce n’est pas mortel, ajouta-t-il.
    — Il reste que vous devez boire. Et manger un minimum. Sans quoi, ce stupide mal de mer pourrait être plus périlleux que vous ne l’imaginez. »
    Il acquiesça mais la nausée l’obligea à fermer les yeux et placer une main préventive sur sa bouche. Ses tempes étaient baignées de sueur et il sentait toute sa carcasse se crisper autour de ce malaise. Comment, en tant que Luménien, n’avait-il jamais été préparé à une stupide traversée de quelques jours ? C’était incompréhensible.
    « Je vous laisse. Mais vous devriez vraiment songer à suivre les conseils des gens qui vous veulent du bien. »
    Pauvre Garance, songea Kerun, tandis qu’elle repartait, passant d’un homme désespéré à un elfe misérable. Certaines vocations étaient particulièrement pénibles.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  5. #5
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Valtameri l’avait bien expliqué au moment d’affréter le navire : il était fauché, sans équipage, et même s’il parvenait à débaucher quelques matelots, il n’avait pas de quoi payer un cuisinier. Aussi, la coquerie était-elle le domaine de ses passagers. Au départ, quand Kerun avait recruté des voyageurs (le bateau pouvait accueillir une quinzaine de personnes en serrant bien et chacune apportait un écot nécessaire), il avait été question d’organiser un tour de rôle, mais après discussion, juste avant d’appareiller, les choses s’étaient décidées autrement. Garance, Llewellyn et Brandon savaient cuisiner, les autres à peu près pas, ce qui réglait le problème. Othon et Rachel s’étaient proposés pour gérer la lessive, Kerun et Marcus n’étaient pas en état d’aider, Soren avait poussé de hauts cris, puis, contre toute attente, stupéfiant l’assemblée réunie, s’était porté volontaire pour nettoyer les latrines. Depuis, de l’aveu général, on n’en avait jamais vues d’aussi propres. Selma faisait toutes les vaisselles, généralement assistée par quelqu’un, au hasard, qui se sentait d’humeur serviable au moment opportun.

    Ce soir-là, Llewellyn et Brandon étaient préposés aux fourneaux et ils continuaient une discussion sur la partie d’Hermines tout juste terminée tout en coupant les légumes du jour. Les Hermines étaient considérées comme le jeu cérébral par excellence en Hélonna, et ils avaient été surpris d’en découvrir un exemplaire de voyage dans la petite salle commune située dans le château arrière. Les cases du plateau étaient faites en peau de requin, leur avait expliqué Valtameri, et les socles des figurines également, ce qui leur garantissait une adhérence à l’épreuve des vagues. Brandon qui, en bon Tymoran, avait un certain goût pour ce type d’objets, en avait été très impressionné. Valtameri était un excellent joueur. Ce n’était pas étonnant car il avait été élevé dans une famille noble de Luménis, et les Hermines étaient suffisamment complexes pour en faire le jeu de choix de l’élite de la capitale. Comme cela demandait de bonnes compétences stratégiques, c’était aussi une activité encouragée dans les cercles militaires, et Valtameri étant à la fois de noble extraction et haut gradé dans la marine, il cochait toutes les cases. Brandon n’était ni de bonne famille, ni soldat, mais il était tymoran, et les Tymorans jouaient à toutes sortes de choses, surtout quand elles impliquaient du hasard. Ce n’était pas le cas des Hermines, mais organiser une partie de Frivole était plus complexe sur le plan logistique, en particulier à bord d’un bateau. Brandon avait donc pris son parti de jouer aux Hermines pour tromper le temps.
    Valtameri l’avait battu deux fois, en soirée, quand le bateau était à l’ancre et qu’il avait pu quitter son gouvernail. Brandon avait rapidement compris qu’il ne le vaincrait jamais. Il avait même essayé de le faire boire, mais ça n’avait servi à rien, sinon qu’il s’était lui-même récolté une gueule de bois et une visite dépurative au bastingage. Jouer contre Othon était un mauvais plan : le paladin n’était pas mauvais, loin de là, mais il ne supportait pas de perdre. Risquer qu’un jeu aussi beau que celui de Valtameri finisse dans la mer n’était pas envisageable. Soren s’était installé, avait examiné chaque figurine avec une grimace, puis avoué qu’il n’avait jamais joué de sa vie. Restait Llewellyn, le barde. En bon habitué des tavernes d’Hélonna tout entière, il connaissait évidemment des tas de jeux, et leurs variantes. De surcroît, comme il était difficile, pour ne pas dire impossible, de tricher aux Hermines, il faisait un partenaire de jeu fréquentable. Brandon fut cependant pris au dépourvu par la manière : loin de jouer avec assurance, rapidité et une bonne dose d’esbroufe, Llewellyn réfléchissait pendant des heures — du moins subjectivement — avant de déplacer la moindre pièce. Le Tymoran eut l’impression, puis la certitude, qu’il évaluait un nombre inouï de combinaisons avant de choisir son mouvement. C’était tellement long qu’il avait pris le parti de lire entre deux coups— une satire antélucienne bien troussée — histoire de ne pas presser son adversaire. Lui-même jouait de manière diamétralement opposée. Il n’y avait pas de hasard dans les Hermines, mais on pouvait prendre des risques, et c’était sa spécialité. Au final, ils ne s’en sortaient pas si mal. Le barde débutait mais réfléchissait beaucoup, le prêtre avait de l’expérience mais jouait à l’instinct ; les parties étaient équilibrées. Brandon venait de gagner la dernière et Llewellyn essayait de comprendre ce qui avait fait basculer le cours du jeu, en automne de la quatrième année.
    « J’avais encore mon Eclaireur et tu as mal géré le Repli-Souche de la saison précédente. Les Blanches sont puissantes, mais elles ne tolèrent aucune erreur en été, disait le Tymoran en vidant les poissons avec célérité.
    — Je m’en étais mieux sorti avec les Brunes la fois précédente, reconnut le barde. Mais c’est ce fichu Guérisseur que je n’arrive pas à gérer. Je comprends bien son importance, et je sais qu’il est puissant, mais je l’expose trop rapidement, puis je le perds, et une fois que mon Capitaine se fait piéger, c’est foutu. »
    La coquerie était munie de deux hublots, lesquels étaient rythmiquement occultés par la mer, puis offerts aux rayons du soleil couchant, puis à nouveau plongés dans la pénombre verte, avant de retrouver la lumière. Cela créait un effet clignotant que même les torches de lumière magique que Brandon avait généreusement conjurées au premier soir, ne parvenaient pas complètement à effacer. Au-dessus d’eux, le voilier s’était immobilisé, signe qu’on avait jeté l’ancre, que la journée se terminait. Brandon supposait que la soirée se déroulerait sur le pont et dans le château arrière, à bavarder et boire en bonne compagnie. Un air de vacances, au final, sur ce rafiot.
    « Reprends les Brunes, peut-être, jusqu’à ce que tu sois rôdé ? C’est la faction la plus simple, pour débuter. »
    Llewellyn lui jeta un coup d’œil moqueur par-dessus ses carottes, faussement vexé, et sourit.
    « Je ferai ça. »
    Le barde était un homme jeune, châtain, aux cheveux assez longs et ondulés, coquetterie de sa profession à n’en pas douter. Brandon devinait qu’il devait avoir un succès formidable auprès des femmes, mais il était mal tombé avec la compagnie à bord : Rachel le dévisageait avec une hostilité franche, Garance n’avait d’yeux que pour ses malades alités, et Selma était trop accaparée par ses prérogatives de gardienne de prison. Le soir, quand la nuit était tombée et que les étoiles couvraient le ciel noir, il sortait un luth et jouait, mais sans jamais chanter. Joshua, le jeune matelot antelucien, l’avait interrogé à ce sujet, et Llewellyn avait avoué qu’il avait une très mauvaise voix. Cela paraissait incroyable pour un barde, mais personne ne lui avait demandé de s’expliquer plus en détails. Comme la perte d’un main dominante chez un guerrier, cela devait être une histoire sinistre, et chacun semblait avoir à cœur de préserver l’ambiance la plus agréable possible à bord de l’Ivresse. Ils avaient encore plusieurs jours à passer en huis clos, il était indispensable de mettre de l’eau dans son rhum.

    Llewellyn s’était immobilisé devant le hublot à bâbord.
    « Un souci ? demanda Brandon.
    — Il y a quelque chose sur l’eau, là. » dit-il en désignant quelque chose du doigt.
    Le prêtre s’approcha.

    « Quelque chose comme quoi ?
    — Un petit navire, je suppose. Une barque.
    — Nous ne sommes pas très loin des côtes. Ce ne serait pas étonnant qu’on croise des bateaux de pêche.
    — C’est certain. » répondit le barde avec un haussement d’épaules, avant de jeter une poignée de dés de carottes dans la marmite.
    Ils travaillèrent un moment en silence. La viande fraîche des premiers jours avait été rapidement épuisée, il restait des œufs en quantité, du lard dans un des tonneaux, des monceaux de tubercules et de légumes de saison, mais la pêche avait été bonne, et ils disposaient de magnifiques loups de mer pour le souper.

    « Ça se rapproche. » dit Llewellyn en levant les yeux.
    Brandon revint près du hublot.

    « C’est une toute petite barque, ajouta le barde. Est-ce qu’on n’est pas un peu loin au large pour se déplacer avec une coquille de noix de ce genre ?
    — Je n’en sais rien. Sans doute que Valtameri pourrait en juger.
    — Tu penses qu’ils l’ont repérée ?
    — Je suppose que oui. »
    Ils demeurèrent silencieux à nouveau.
    « Je vais aller voir, proposa Brandon.
    — D’accord. »

    Laissant le barde sous le pont, le Tymoran remonta rapidement l’escalier raide qui grimpait à la proue, débouchant dans le château arrière. Celui-ci était occupé par Garance qui profitait de leur relative immobilité pour doser des herbes dans des fioles. Elle releva les yeux, sourit, puis les rebaissa aussitôt.
    « Quelqu’un a vu la barque qui se rapproche ? » demanda Brandon.
    Elle secoua la tête.

    « Je n’en sais rien. Où ça ? »
    Il désigna la position du petit esquif. On le voyait clairement, à présent, se dandinant sur les vagues. Il paraissait inoccupé, mais il était encore loin, et Brandon n’avait plus les yeux de sa jeunesse.
    « Effectivement, il y a quelque chose. Je n’ai rien entendu, mais quand je travaille, je suis assez concentrée… »
    Il acquiesça et sortit, la laissant à ses préparations. Le pont avait pris une couleur miel sous le soleil de la fin de journée. Martin se trouvait sur le château arrière avec Casper et Joshua, une corde à la main, manifestement en train de leur expliquer quelque chose. Certains auraient peut-être été inquiets de naviguer avec des matelots débutants, mais ce n’était pas le cas de Brandon, qui avait totale foi en leur capitaine. Ce dernier était invisible, comme toujours après une journée passée à la barre. Il était soit dans l’océan, soit dans sa cabine. Selma et Othon discutaient avec Soren à la proue et aucun ne semblait se soucier de ce qui dansait sur les vagues, un peu plus loin. Rachel, par contre, regardait dans la bonne direction, la main en visière. Il se dirigea vers elle.
    « C’est une barque, dit-elle en l’entendant approcher. Sans voile, sans rames. »
    Le soleil, plein ouest, les empêchait de fixer trop longtemps l’objet.
    « Elle vient vers nous ? demanda le Tymoran.
    — A mon avis, c’est le hasard. Je ne vois aucun mouvement à bord. Elle est sans doute vide.
    — J’ai beaucoup d’affection pour ce qui arrive au hasard. »
    Elle lui jeta un coup d’œil peu convaincu, un sourire moqueur au coin des lèvres. Il lui rendit son sourire, mais sans ironie.
    « Rachel… Je peux te poser une question ? »
    Le regard de la jeune femme se fit suspicieux, mais elle hocha la tête.
    « Qu’est-ce qui s’est dit, au Temple, quand les gens ont su que je partais pour Eredhun ? »
    Elle parut un peu alarmée.
    « Tu sais, au Temple… Hum… Les gens ont beaucoup de choses en tête, en ce moment, et…
    — Tu es connue pour ton franc parler. »
    Elle désigna Othon du menton.
    « Il est paladin, il ne ment jamais, tu ne lui as pas posé la question ? »
    Brandon eut un petit sourire.
    « C’est mon ami. Il triche un peu. »
    Elle poussa un léger soupir, les yeux à nouveau au large. La barque se rapprochait toujours, lentement mais sûrement, au gré des vagues.
    « Les gens disent que les Porteurs de Chance n’ont plus confiance en toi pour les protéger. »
    Directe comme il l’avait espéré. Sans l’espérer vraiment.
    « Que malgré… votre victoire… c’était trop tard.
    — Le mal est fait.
    — Oui. »
    C’était la vérité. On la lui avait emballée dans des histoires de ressourcement, de petite pause bien méritée, mais c’était du vent. Ils avaient fait venir une prêtresse expérimentée d’Eredhun pour le remplacer, et il était prié d’aller s’y enterrer. Il n’avait pas contesté leur décision. Il était à leur service et il avait, oui, failli. Finalement, il s’en tirait à bon compte, car il pouvait fuir le théâtre du massacre, ces couloirs, cette nef, ces dortoirs, où les novices avaient souffert et trépassé, où les prêtres avaient été torturés, tandis qu’il gisait, impuissant et aveugle, aux pieds de ses ennemis. Avec la destruction de la cellule sharite, il avait perdu toute opportunité de leur demander pourquoi. Pourquoi les Tymorans comme première cible ? Et pourquoi de cette manière ? Les Ilmates et les Lathandrites avaient aussi été touchés, mais pas avec la même violence meurtrière. Quant aux Sunites…

    Il regarda derrière son épaule, une seconde, vers Soren. Le sculpteur avait été abominablement torturé, pendant des jours et des jours, et Brandon l’avait vu, au moment de leur intervention de dernière minute, dans un état tel que seule une magie impie expliquait qu’il fut toujours vivant. Il avait survécu et fait appel à sa déesse pour recouvrer la santé. Il paraissait guéri, à peine dix jours plus tard, assis sur ce banc, souriant, spirituel, agaçant comme il l’avait toujours été. Il conservait cependant une cicatrice impressionnante sur la joue gauche, de la pointe du menton à la tempe, et ses boucles sauvages ne dissimulaient pas complètement son oreille mutilée. Le reste de son anatomie avait recouvré sa superbe, il avait repris du poids, sa peau était saine, son regard vif, ses gestes dotés de l’assurance d’autrefois. Alors pourquoi arborait-il cette marque de l’indicible ? C’était manifestement un choix de sa part, peut-être un symbole… Lui poser la question était impossible, il aurait tourné la chose en dérision, et c’était de toute façon trop intime. Mais c’était surprenant. Soren était un esthète, il avait toujours attaché une importance démesurée à son apparence, comme la plupart de ses coreligionnaires. Ce laisser-aller était le signe que les choses n’étaient pas rentrées dans l’ordre. Ce qui était, aussi, rassurant. Ils étaient résilients, tous, mais pas à ce point-là.
    « Je suis désolée si j’ai été un peu… dure… mais c’est ce que tu voulais. » intervint Rachel, mal à l’aise.
    Brandon lui sourit.

    « Non, ne t’en fais pas. Je préfère savoir ce qu’il en est. Et les gens n’ont pas tort… Je n’ai pas pu protéger les miens.
    — Personne ne pouvait savoir, dit-elle.
    — Non. »
    Mais les Mystrans ne se seraient pas laissés prendre, songea-t-il.

    Il relâcha sa respiration. Tout cela était derrière, désormais, révolu, il fallait aller de l’avant. Des applaudissements retentirent alors derrière eux, et ils se retournèrent. Soren siffla entre deux doigts et Kerun, émergé des profondeurs, lui adressa un signe qui, s’il avait été autre chose qu’un elfe diplomate, aurait sûrement été injurieux. Son teint avait une couleur végétale et sa démarche trahissait un mal être généralisé, l’effort devait lui coûter. Martin, attiré également par les vivats du Sunite, lui adressa un grand sourire et leva le pouce. L’elfe leva les yeux au ciel, et pendant une demi-seconde, Brandon eut la sensation que ce n’était pas voulu et qu’il allait s’évanouir, mais il n’en fit rien et se dirigea, au final, jusqu’à eux. Rachel parut embarrassée et s’écarta vivement, les laissant seuls un moment. Brandon aida Kerun à attraper le bastingage, où il s’arrima.
    « Plus que sept jours, annonça le Tymoran.
    — Ne faites pas votre Lathandrite, Devlin. Encore sept jours. »
    Brandon sourit.
    « Avez-vous songé à demander à Valtameri de faire escale ? Il y a des tas de petits villages côtiers dans lesquels il pourrait vous débarquer et où vous pourriez trouver un autre moyen de transport pour la suite du voyage.
    — Il a besoin de Martin. Et je ne veux pas perturber la traversée. »
    C’était vrai que sans l’acolyte de l’elfe, le capitaine s’en sortirait sans doute difficilement.
    « Il devra de toute façon remplacer Martin à Marécage.
    — Oui, mais il trouvera plus facilement un bon matelot là que dans un hameau perdu… et ça laisse encore quelques jours à Joshua et Casper pour s’améliorer. »
    Il avait à peine vu les deux jeunes marins. Il savait que Valtameri avait eu du mal à trouver de l’aide pour naviguer. Les hommes de la mer étaient superstitieux et le genasi avait mauvaise réputation. La plupart de ses anciens collègues avaient dû le voir quitter Luménis avec soulagement, espérant qu’il emporterait la poisse avec lui, et loin de leurs eaux. De son côté, Brandon estimait que toutes les faveurs divines rassemblées à bord contrebalançaient aisément les humeurs dangereuses de Beshaba et d’Umberlie. Il connaissait la plupart de ses compagnons de traversée. Il aurait confié sa vie à certains — Othon sans conteste, Kerun sans hésitation, avait foi en la bienveillance d’autres et trouvait les derniers sympathiques. A l’exception du drow bouclé en cale, il était en bonne compagnie.
    « Quelqu’un a prévenu Valtameri de la présence de cette barque ? demanda subitement Kerun.
    — Non. Elle a l’air vide, dit Brandon.
    — Elle n’est pas vide. Il y a quelqu’un à bord. Quelqu’un d’allongé. »
    Il avait étréci les yeux, légèrement penché en avant.
    « Des fleurs, aussi, beaucoup.
    — Un cadavre ? demanda Rachel, qui s’était rapprochée.
    — Probable. Je suppose que c’est une tradition dans certaines communautés côtières, répondit l’elfe.
    — On y boute le feu, en général. » dit la Lathandrite, avec un ton vaguement dégoûté.
    Kerun haussa les épaules.

    « Elle ne vient pas forcément de nos eaux.
    — Elle ? » fit Brandon.
    Il n’y voyait vraiment rien, juste une tache noire à contrejour de ce fichu soleil.
    « Je pense que c’est une femme.
    — Qu’est-ce qu’on fait ? demanda Rachel.
    — Rien. Nous n’avons pas à jouer avec les morts d’autrui. » dit Kerun.
    Les deux prêtres échangèrent un regard au-dessus de la tête de l’elfe. C’était vraiment une parole de laïc, ça.

    « Je ne veux pas me lancer dans un grand débat théologique, mais si nous ne faisons rien, après avoir croisé notre trajectoire, elle ira s’échouer sur la côte. » remarqua Brandon.
    Kerun s’écarta vivement d’eux et fut pris d’un spasme. Les deux prêtres se détournèrent pour lui laisser un peu d’intimité dans son malaise.

    « On pourrait juste couler cette barque, non ? C’est sans doute ce qu’auraient voulu les gens qui l’ont larguée à la mer. » intervint subitement Martin, qui s’était glissé jusqu’à eux.
    Rachel ouvrit des yeux scandalisés.
    « Vous n’y pensez pas… Les animaux marins auraient tôt fait de dévorer le corps…
    — C’est si grave ?
    — Un corps devrait retourner à la terre. Garance ne me contredirait pas. »
    Martin parut décontenancé par cette affirmation.
    « Dans la terre ? Mais il y a plein de bestioles, là aussi ! En quoi est-ce différent ? »
    Othon et Selma les rejoignirent, attirés par l’effervescence de la conversation.
    « Incinération, proposa la Mystranne après un rapide coup d’œil à la barque. Propre, rapide, une colonne de feu fera l’affaire.
    — Vous voyez vraiment quelque chose à cette distance ? demanda le paladin.
    — Pourquoi ne pas en parler à Valtameri ? proposa Brandon. Il connait bien les usages de la mer. Il saura sans doute ce qu’il convient de faire. »
    A cet instant, la porte du château arrière s’ouvrit sur Garance.
    « Maître Devlin, votre compagnon de coquerie réclame votre assistance.
    — J’arrive ! »
    Il se tourna vers les autres.
    « Bon, et bien… Vous me direz ce que vous avez décidé. »
    Et il repartit au pas de course vers ses loups de mer.
    Dernière modification par Galathée ; 09/12/2020 à 08h15. Motif: Mauvaise voix ! (enfin couleur)
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  6. #6
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Le raffut finit par ramener Aigéan sur le pont. Il avait l’expérience des navires de guerre de la marine luménienne, des mécaniques bien huilées où chacun connaissait son rôle et celui des autres, où on n’élevait la voix que pour couvrir le rugissement des vagues, une sensation presque organique. L’ambiance qui régnait à bord de l’Ivresse le faisait penser à une bassecour, bien qu’il n’ait aucune expérience de la chose. Mais cela cancanait dans tous les sens, en permanence, surtout à l’approche de la nuit et au petit matin. Il était heureux de ne pas avoir à commander tous ces prêtres : il était convaincu qu’ils auraient contesté le moindre de ses ordres. Mais il était juste capitaine d’un navire de plaisance, ses trois matelots suffisaient pour gérer le pont modeste du voilier, et jusqu’à l’arrivée, il pouvait survivre à un peu de compagnie.

    Quand Kerun l’avait ramassé dans un des bouges du port, saoul et désœuvré, il attendait que les dieux lui offrent une seconde chance. Une troisième, une dixième, un signe que ce qu’il avait fait — désobéir — était juste. Il le savait, intimement, mais rien, dans les événements récents, ne lui en avait donné la preuve. Il avait échappé à la cour martiale grâce à l’intervention des Longuehune, père et nombreux fils, qui avaient voulu le protéger. Comme l’amiral était l’autorité suprême en matières maritimes, le général Maelwedd avait dû s’écraser, mais la réputation d’Aigéan était en morceaux. On avait détourné les foudres des autorités en prétendant qu’il était instable, encore traumatisé par ce qu’il avait subi aux mains d’Umberlie, qu’il ne savait pas ce qu’il faisait. Or c’était faux. Aigéan avait pris sa décision après plusieurs nuits d’insomnie, balloté sur les flots dans cet abominable Cageot, à entendre les voix désespérées des réfugiés qu’il ramenait chez eux, sur cette terre maudite qu’ils avaient fuie en rêvant de jours meilleurs. Cela n’avait rien à voir avec un quelconque traumatisme, cela avait à voir avec sa foi lathandrite, ses convictions luméniennes. En réalité, il avait l’impression que c’était justement l’absence d’un traumatisme lié à la dictature morféenne, qui l’avait mené à poser ces actes. Contrairement à ceux qui avaient connu l’ascension du tyran, il ne craignait pas la présence de serpents mélandiens tapis dans les taudis. Mais voilà, c’était inaudible, et il n’avait de toute façon même pas cherché à se défendre. On l’avait protégé de l’ire du général, puis viré. Avec une petite frégate à deux mâts en cadeau. Mais Aigéan n’avait nulle part où aller, pas d’équipage, pas de projets, et on murmurait dans la rade, les bistrots et sur les quais, qu’il était maudit. Ce n’était pas difficile à croire, ne fut-ce que parce qu’il était inhumain, blafard, humide, glacé, comme si un sorcier maladroit avait métamorphosé un poisson en humain, sans parfaitement y parvenir.
    Dans l’univers où il avait grandi, auprès de l’amiral Fortebrise, sa différence n’avait jamais été un sujet de discussion. Ses parents adoptifs l’avaient choyé comme n’importe quel enfant, et s’il trempait son lit, ses vêtements, les tapis, personne ne le lui avait jamais reproché. Leur maison de famille se trouvait sur la côte, un peu au sud de Luménis, et il avait vécu à moitié sur terre, à moitié dans l’eau, une jeunesse dorée et confortable. Il avait toujours su qu’il serait officier de marine, c’était une voie royale, tracée sur les flots de la mer voisine, et par beau temps, quand on voyait les côtes dorrandines, il s’imaginait tour à tour explorateur, pirate ou amiral.
    Puis la vie avait pris un tournant imprévu, s’était engagée sur une petite sente tortueuse, menant au précipice : une naufragée, un jour, Umberlie, des années de folie et d’exactions sanglantes, une libération inespérée, une rédemption à Luménis, pour finalement organiser une mutinerie à bord du navire qu’il commandait. Fin de l’histoire et de sa carrière. Les Fortebrise étaient morts sous Morféa. Du coup, l’alcool, c’était tellement facile, et d’une efficacité redoutable, surtout quand il n’y avait personne pour vous tancer ou refuser de remplir votre chope. Il avait dilapidé tout ce que les Longuehune lui avaient donné en quelques jours, roulé sous quelques tables, et s’était retrouvé plus d’une fois dans un caniveau puant avec les chats errants et son propre vomi.
    Puis Kerun était arrivé. Aigéan n’avait pas d’amitié particulière pour l’elfe. C’était un agent du gouvernement, il l’avait interrogé sur Mersant, après Mersant, l’avait obligé à raconter toutes les abominations qui lui étaient arrivées. Kerun s’était toujours montré respectueux, mais aussi impitoyable. Il voulait — devait absolument — tout savoir. Et il revenait à la charge tant qu’il n’était pas satisfait. Alors il avait fini par tout raconter. Et Kerun savait tout.
    C’était un sentiment affreux, d’avoir tout dit à quelqu’un, sans avoir pu choisir de le faire, contraint et forcé. Aigéan ne supportait plus d’être contraint. En cela, il restait un traumatisme, oui.
    Mais Kerun lui avait tendu la main, l’avait relevé du caniveau pour le ramener dans la lumière. Et voilà où ils en étaient, chevauchant la vague, au début d’un été splendide. Il fallait qu’il soit reconnaissant, un rien, et dans le fond, malgré toute son ambivalence, il l’était.
    Naviguer en pleine mer, avec ce vent chaleureux, les bancs de marsouins qui bondissaient autour de l’étrave, les grouissants marbrant le ciel azur… C’était formidable.
    Bien sûr, il y avait le problème de Nimdéorn sous le pont, dans sa prison de magie et de haine. Aigéan ne voulait pas y penser.


    « Qu’est-ce qui se passe ? » demanda-t-il en rejoignant l’attroupement sur le pont.
    Ils étaient tellement nombreux qu’ils faisaient gîter le bateau et ils ne s’en rendaient même pas compte. Croisant son regard noir, Casper et Joshua filèrent vers l’arrière, mais Martin s’attarda. Il y avait là le paladin Othon, la Lathandrite renfrognée, la Mystranne ainsi que Kerun, aussi verdâtre qu’à l’accoutumée.

    « Il y a une barque qui vogue vers nous, capitaine. Avec un cadavre à l’intérieur. » expliqua Martin.
    Aigéan sentit son sang se figer dans ses veines et s’immobilisa sur le pont, refusant d’aller voir.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  7. #7
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Avec la dose de gingembre et de menthe poivrée qu’il y avait cette fois dans la fiole, Garance était persuadée de pouvoir un rien soulager l’elfe des bois. Kerun était spectaculairement malade, et elle n’était pas experte en mal de mer, mais avec ce qu’elle avait emporté, c’était ce qu’elle pouvait faire de mieux. Bon, elle avait dû se résoudre à y rajouter un peu de pavot et d’alvine, mais c’était un mal pour un bien. Il faisait vraiment pitié, à tituber de son lit au bastingage, et le retour. Il perdait du poids, aussi, à ne rien garder, et il manquait certainement d’eau.
    Garance avait accompagné Rachel et Marcus à Eredhun sous un prétexte fallacieux, mais elle savait que la prêtresse lathandrite n’était pas dupe : Rachel savait qu'elle serait pas d'un soutien très efficace pour l’intendant. Marcus était plongé dans une terrible mélancolie et s’il avait besoin de tonifiants, il avait aussi d’une présence, d’une main pour prendre la sienne, et l’empêcher de glisser à jamais dans le noir. Garance le faisait sans arrière-pensée. Elle avait toujours été proche de lui, il l’avait accueillie avec enthousiasme dès son premier jour au Temple, sans se soucier du fait qu’elle ne vénérait pas Lathandre mais Chauntéa. Elle avait pris grand soin des jardins du Sanctuaire de l’Aube, il l’en avait félicitée presque chaque jour, toujours souriant, toujours alerte. Puis Albérich Megrall était mort, et il avait trébuché. Quand Albérich Megrall s’était relevé, il avait chuté encore plus profondément. A présent, elle le retenait comme elle le pouvait, au bord du gouffre, mais elle était certaine de pouvoir parvenir à l’en extirper. Elle s’en voulait d’avoir fui, pendant le sac du Temple, mais il n’y avait pas eu d’autre solution à ce moment-là. Tout le monde pensait Marcus mort et le général Maelwedd étranglait les Lathandrites d’une main impitoyable. Elle était rentrée trois jours plus tôt et en se glissant dans la petite chambre de l'intendant, elle avait eu l’impression d’être arrivée in extremis. Il ne mangeait rien, restait prostré, comme paralysé par l’énormité de ce qui s’était produit. Elle savait ce que d’autres lui avaient raconté, qu’il avait tué Albérich Megrall. Si certains mesuraient sans doute ce que cela pouvait signifier pour lui, elle seule parviendrait à l’en sortir, car elle seule osait aller vers lui et affronter son tourment.
    Pour l’heure, elle n’arrivait à rien, il fallait être honnête. Et elle était fâchée sur Florent, et les autres qui s’étaient écrasés devant lui. Envoyer Marcus à Eredhun, c’était s’en débarrasser. Il ne fallait pas s’inventer d’histoires. Ils ne voulaient plus l’avoir dans leurs pattes, pendant qu’ils essayaient de réparer leur Temple, sa réputation et leurs vies. Elle était dure avec eux, à bien y réfléchir. Mais ils étaient lathandrites. Même si Marcus avait failli, ils devaient lui permettre de revenir à la lumière. C’était leur credo, cette lumière éternelle, au bout de tous les tunnels.

    Elle reboucha sa dernière fiole, puis leva les yeux sur ce qui se passait à l’extérieur. Elle devina instantanément que l’ambiance était tendue. Le capitaine paraissait paralysé, immobile au milieu du pont, mais il était difficile de faire sens de ses expressions en raison de l’étrangeté de ses traits. Il avait toujours les yeux légèrement écarquillés et une mine pincée, comme s’il désapprouvait par défaut tout ce qui se passait autour de lui. Rachel et Othon parlaient avec lui. Le langage corporel de la première était vindicatif, mais c’était sa manière d’être au naturel, quand elle cherchait à communiquer quelque chose. En retrait ou à l’attaque, jamais de juste milieu. Othon était Othon, granitique. Par essence, il était imposant. Kerun était là, pour une fois, malade mais debout. Le plus âgé des trois marins, Martin, était aussi avec eux, et paraissait plus hésitant. Selma regardait vers l’eau, sans doute la fameuse barque dont avait parlé Brandon Devlin. Rangeant rapidement son matériel, Garance décida d’aller voir. Elle trierait ses plantes plus tard, à la faveur de la nuit.

    Au dehors, il était question de savoir que faire avec le cadavre qui se trouvait dans la barque. Valtameri disait de ne surtout pas y toucher. Les Lathandrites étaient incertains. Dominants sur l’île, ils avaient l’habitude d’imposer leurs rites, même à ceux qui ne les partageaient pas, sans même prendre conscience de l’énormité de cette attitude. Garance était pour l’ensevelissement des morts, participant ainsi au cycle de la vie, cher à sa déesse, mais jamais elle n’aurait critiqué une autre option. En s’approchant du bastingage, non loin de la Mystranne, elle vit que la barque était désormais très proche, à seulement une dizaine de toises. C’était une embarcation très modeste, de bois naturel, emplie de fleurs blanches et rouges, mais aussi de coquillages et de fruits. Le corps qui y reposait était vêtu de blanc, on aurait dit une femme aux longs cheveux sombres, très mince, encore parfaitement préservée.
    Et pour cause.

    « Cette personne est vivante, dit Garance. Ce n’est pas un cadavre.
    — Pardon ? lâcha Valtameri, vivement.
    — Elle respire. Elle bouge, même.
    — Elle est attachée, ajouta Kerun.
    — C’est une sorte de sacrifice ? demanda Rachel, stupéfaite.
    — Je vais chercher la gaffe et une corde, dit Martin en se détournant.
    — Non. » fit Valtameri d’une voix forte.
    Othon avait presqu’enjambé le bastingage.

    « Quoi ? » lâcha le paladin, mettant en mots ce qui se reflétait sur le visage de chacun.
    Valtameri avait croisé les bras.

    « Ceci ne nous regarde pas. » dit-il durement.
    Othon garda la bouche entrouverte. Kerun grimaça et se rapprocha du petit groupe.

    « Il y a une femme attachée sur une barque, juste là, et vous dites que ça ne nous regarde pas ? » lâcha Garance à voix haute.
    Valtameri lui jeta un regard glacé et même si elle n’était pas certaine de le lire parfaitement, elle sut qu’il était furieux.

    « Il y a certainement une excellente raison à cela, dit-il, toujours contrôlé.
    — C’est une blague ? » s’exclama Rachel, et Garance ne put s’empêcher de hocher la tête avec vigueur.
    Martin était figé à deux pas, ne sachant plus que faire. Garance jeta un œil vers la barque. La femme était éveillée, elle les avait entendus et s’agitait désormais parmi les fleurs et les fruits. Dans quelques secondes, l’esquif allait percuter la coque de l’Ivresse.

    « Capitaine, avec tout votre respect, on ne va pas laisser quelqu’un dériver comme ça… Si c’est un sacrifice à la Reine Garce, c’est barbare et si c’est autre chose, une punition pour un crime, quelque chose comme ça… et bien c’est barbare aussi. » déclara Rachel.
    Valtameri n’avait pas bougé.

    « Cette femme ne monte pas à bord. » dit-il.
    Il y avait de la glace presque palpable dans cette phrase, et une décision irrémédiable.

    « Vous n’êtes pas sérieux, capitaine, intervint Othon.
    — Je suis parfaitement sérieux.
    — Nous ne pouvons pas l’accepter. » gronda Rachel, et cette fois, il y avait une claire menace dans son ton.
    Garance secoua la tête.

    « Capitaine… Nous ne pouvons pas abandonner cette pauvre femme sur les flots… Elle est manifestement en détresse. Une fois en sécurité, nous pourrons…
    — C’est une elfe, lâcha Selma, qui s’était tournée vers l’eau.
    — Ça ne change rien, j’ai dit… reprit Valtameri.
    — Vous n’avez pas le droit de prendre ce genre de décisions ! s’insurgea Rachel.
    — Je suis le capitaine ! » aboya-t-il, d’une voix coléreuse, cette fois.
    Il y eut du mouvement derrière eux et Brandon Devlin et Llewellyn Argall émergèrent des profondeurs. Garance ne put s’empêcher d’avoir un petit sourire. Valtameri avait beau être le capitaine, il allait être en minorité. D’autant que Soren avait enfin décidé de quitter son banc lui aussi.

    « Brandon, un peu d’aide serait le bienvenu. » lâcha d’ailleurs Othon.
    Le genasi avait fait un pas en arrière, sans doute conscient qu’il ne pourrait rien empêcher.

    « Un peu de calme, intervint alors Kerun. Le capitaine Valtameri est seul maître à bord et nous sommes tous sous son autorité. S’il décide que cette personne ne peut monter à bord, elle ne monte pas. »
    Tous les prêtres ouvrirent la bouche de concert, sauf Selma, mais l’elfe avait levé la main pour garder la parole.
    « Cependant, cela ne veut pas dire que nous devons la laisser dériver sans lui porter secours. »
    Il se tourna vers le capitaine.
    « Serait-il acceptable pour vous que nous descendions une chaloupe à la mer, et que nous l’y accueillions ? Nous pourrions la remorquer jusqu’à Marécage sans qu’il soit besoin de l’accueillir sur le pont. »
    Garance dévisagea l’elfe avec une grimace. C’était une solution alambiquée et inutile. Valtameri l’observait également avec hostilité.
    « C’est une erreur, dit-il.
    — Mais est-ce acceptable ? » répéta Kerun.
    Le genasi paraissait en proie à une rage à peine contrôlée. Garance ne comprenait pas pourquoi il réagissait de la sorte devant une situation pourtant assez simple. Était-ce une de ces stupides superstitions maritimes ? Ne pas porter secours à son prochain ? Croyait-il que la malheureuse était une sorte de mort-vivant ?

    « Elle ne monte pas à bord.
    — Non, bien sûr. »
    Kerun se tourna vers les prêtres rassemblés.
    « Vous avez entendu la décision du capitaine. Etes-vous prêts à l’accepter ?
    — C’est ridicule. » grommela Rachel.
    L’elfe cherchait le regard de Devlin, qui acquiesça.

    « Oui. » dit le Tymoran.
    Valtameri grogna de dépit mais Kerun eut un léger sourire et hocha la tête. Garance se demanda pourquoi l’assentiment d’un seul comptait pour tous. Sans doute parce que Devlin avait été grand prêtre. Une raison bien légère.

    « Je vais chercher la gaffe. » répéta Martin avant de s’esquiver.
    Le genasi n’avait pas bougé. Ses yeux noirs fixaient quelque chose d’invisible. Othon souffla quelque chose à Rachel et ils se dirigèrent vers une des deux chaloupes. Joshua et Casper vinrent leur porter main forte. Selma recula.

    « Le bateau gîte, déplacez-vous. » dit-elle.
    Llewellyn, Kerun et Soren reculèrent vers le côté opposé, pour rétablir l’équilibre du voilier. Garance ne bougea pas, toujours étonnée de la décision qui venait d’être prise. Mais il était trop tard pour intervenir, désormais. Si elle voulait qu’ils se montrent plus humains envers l’infortunée, il faudrait qu’elle choisisse un autre moment pour agir.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  8. #8
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Sur un coup de tête, Rachel se porta volontaire pour descendre à la rencontre de la prisonnière. Othon n’en fut pas surpris : Rachel était comme ça, décidée. La chaloupe était à l’eau, prête à l’accueillir. Kerun rejoignit cependant le paladin et posa la main sur son bras.
    « Il faut que vous descendiez aussi, dit-il. Vous devez vous assurer que cette elfe ne représente un danger pour personne. »
    Le paladin savait à quoi l’elfe faisait référence.
    « Partagez-vous les réticences du capitaine ? demanda-t-il, suspicieux.
    — Le capitaine connait mieux que nous les dangers de ce qui dérive au large. Mais je ne partage pas ses inquiétudes, non. Je m’y efforce, en tout cas. »
    Othon acquiesça.
    « Je vérifierai. »
    L’elfe lui tapota l’épaule, puis se détourna vivement, fit quelques pas sur le pont, et vomit dans la mer. Othon se sentit désolé pour lui. Martin était arrivé avec la gaffe et la corde. Il stabilisa aisément la petite barque, qui tapait désormais sur le flanc du voilier, tandis que Rachel s’apprêtait à franchir le bastingage. Othon la devança. Il se laissa glisser jusqu’à la chaloupe, qui tangua sous son poids, mais la mer était calme. Une fois stabilisé, il écarta les mains devant lui et invoqua le pouvoir de Lathandre, sans crainte particulière. La violence de la noirceur qui lui fit écho le fit alors chanceler et pendant une seconde, il vit des papillons. Des cris de surprise résonnèrent en contrehaut tandis que le chaloupe s’agitait sous ses pieds. Il avait, sans le réaliser, posé un genou au sol.
    « Bouse ! s’exclama Rachel, stupéfaite. Ça va ? C’est à ce point-là ? »
    Othon secoua la tête pour reprendre ses esprits et se frotta les yeux de deux doigts.
    « Non, non, j’ai balayé trop large… C’est l’autre taré, dans son cachot. » dit-il.
    L’ensorceleur drow avait une aura noire, surpuissante, il aurait dû faire plus attention en dirigeant son cône de détection. La prisonnière, en revanche, ne dégageait rien : ni lumière, ni ombre, comme n’importe qui.

    « Elle est normale. Tu peux descendre. »
    Le poids de Rachel équilibra l’embarcation et Othon put rejoindre la barque et l’attirer jusqu’à eux. L’elfe s’agitait dans ses liens, mais la présence du paladin la rasséréna instantanément et ses yeux se mirent à déborder de larmes. Elle avait été attachée par des cordes, autour des bras, des jambes, à la taille et aux épaules, et on l’avait bâillonnée. Sa peau était écorchée, signe qu’elle avait lutté, sans succès. Elle était parée comme une victime sacrificielle, non comme une condamnée, et le paladin trancha ses liens sans hésitation. De toute façon, vu sa stature et son épuisement manifeste, elle ne risquait pas de représenter un grand danger si elle s’avérait agressive. Après ce qu’elle avait vécu, Othon ne lui en aurait même pas voulu. Elle se redressa immédiatement, puis bondit et s’accrocha au cou du paladin avec fièvre, si bien que dans sa fébrilité, elle fit chavirer la barque. Toutes les fleurs et les fruits s’éparpillèrent sur les vagues, certains flottant, d’autres rejoignant tout de suite les profondeurs. Othon les observa, distrait, tandis que le petit corps malingre convulsait contre sa poitrine, cramponné comme s’il avait été la seule chose solide à des miles à la ronde. L’elfe répétait quelque chose dans une langue inconnue, qui ne ressemblait pas à de l’elfique, et Othon se contenta de lui tapoter le dos en murmurant que tout irait bien, qu’elle était tirée d’affaire. Elle s’apaisa rapidement, envoûtée par son aura de paladin, ce rayonnement merveilleux qui avait le pouvoir de soulager ceux qui s’y perdaient. Sa respiration se calma et ses mains se détendirent. Il s’assit dans la chaloupe, en la tenant toujours dans ses bras, et pivota pour faire face à Rachel. Celle-ci avait déjà les mains pleines d’énergie divine et elle les posa sur l’épaule de l’elfe, libérant son pouvoir curateur. Les abrasions s’effacèrent, un miracle que les Lathandrites avaient contemplé mille fois, et ils échangèrent un regard de connivence.
    « Tout va bien, maintenant. » souffla Othon.
    La petite elfe semblait s’être endormie.
    Dernière modification par Galathée ; 12/12/2020 à 08h33.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  9. #9
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Selma maudissait l’arrivée de cette barque. Elle n’avait rien contre l’elfe, ne l’imaginait pas forcément dangereuse, mais le vent de mutinerie qui avait soufflé sur le pont, un instant, était de mauvais augure. Tervan avait désamorcé le gros de la tension, mais elle demeurait vive, et elle resurgirait immanquablement. Malheureusement, elle connaissait mal les personnes à bord, et elle ne pouvait juger de leur loyauté et de leur résilience que sur des impressions grossières. Soren, le sculpteur sunite, était un frimeur inconstant. Doué, mais négligeable. Les Lathandrites étaient des Lathandrites : valeureux, bienveillants mais rarement raisonnables. La Chauntéenne était du même bois. Devlin prenait des risques par essence, c’était un Tymoran. Le barde à l’allure romantique ne valait sûrement pas mieux. Restaient Valtameri et Tervan. C’étaient les deux seuls à avoir de la jugeote et les deux seuls à mesurer le danger de ce qu’ils transportaient. Mais le premier était peu diplomate et venait de se mettre tout le monde à dos, et le second était malade comme un chien pesteux. Il fallait qu’elle soit vigilante. Valtameri devait garder le cap et la mainmise sur leur traversée, quitte à débarquer la bande d’illuminés sur la rive. Avec la cargaison meurtrière qu’ils convoyaient vers Maux-Lotis, la moindre erreur pouvait être fatale.
    Pour autant, Selma ne pensait pas que l’elfe à la dérive ait le moindre lien avec Nimdéorn. C’était juste un hasard malencontreux. Ou pas. Il fallait qu’elle garde l’esprit ouvert.

    Elle jaugea toutes les personnes sur le pont. Tant que Tervan y demeurait, même plié au-dessus du bastingage, les prêtres se tiendraient à carreau. Du moins l’espérait-elle vivement. Il fallait qu’elle aille voir son prisonnier, pour juger de son état d’esprit. Avait-il perçu ce qui s’était produit ? Qu’en pensait-il ?

    Bien qu’elle fut mystranne, Selma ne se rangeait pas dans le même sac que les autres clercs. Elle avait une mission claire, escorter un tueur, et elle n’était pas prête à en dévier. Inathaliel Nimdéorn aurait dû être exécuté, elle en avait la conviction, mais les Luméniens avaient abandonné ces pratiques depuis plusieurs années. A Maux Lotis, quelque part dans la broussaille entre Eredhun et Haradhar, on stockait les indésirables dans une forteresse de haute sécurité, jusqu’à la date de leur trépas naturel. C’était stupide : Nimdéorn était un drow. Il vivrait encore mille ans. Mais ce n’était pas à elle de décider de son destin : on lui avait confié la tâche de l’escorter jusque-là, et elle le ferait. Ce n’était, a priori, pas un problème.
    Contrairement à ce que pensaient la plupart des gens qui avaient eu la malchance de croiser sa route, le drow n’était pas ensorceleur, mais bien sorcier, comme Selma elle-même. Elle ne savait pas à quel type d’entité il devait ses pouvoirs, il ne l’avait jamais avoué, mais elle devinait qu’il devait s’agir d’une de ces abominations souterraines, croisées dans les dédales obscurs dont il provenait. Et si le collier qu’il portait le privait de tout accès à la Toile, et donc de ses pouvoirs, Selma ne pouvait être sûre qu’il ne continuait pas à communiquer avec ce maître invisible. C’était la seule faille du dispositif, une faille qu’il ne lui appartenait pas de combler. Mais elle doutait que ce misérable ait assez d’importance pour qu’une créature distante décide de lui venir en aide. Et de toute façon, la force de frappe divine présente sur le bateau était un excellent moyen de dissuasion.

    Devant la porte de la cellule, elle se barda des sortilèges de protection requis. Ils étaient inutiles et indispensables en même temps. Elle ne pouvait prendre aucun risque, même si elle savait qu’il ne pouvait rien. Ensuite, elle entra. On avait équipé la cabine d’une cage au grillage étroit, dont le métal suintait de magie, et Nimdéorn était assis au centre, sur une petite couchette qui lui permettait à peine de s’allonger. Il était enchaîné aux poignets et aux chevilles, en plus du collier argenté qui l’isolait de sa source de magie. En l’observant, Selma ne ressentit aucune pitié, aucune empathie. Elle avait appris à le connaître, au fil des mois, et il méritait tout ce qui lui arrivait. C’était un être vicié, mauvais, une créature vouée à l’ombre. La lumière était vive, dans la pièce, une manière supplémentaire de le contrôler, car comme tous les êtres de sa race, il la supportait mal. Elle crut un moment qu’il était en Transe, mais il ouvrit rapidement les yeux. Même vêtu de son uniforme terne, il dégageait un charme dangereux. Il avait les pupilles pourpres, la peau d’un noir grisé et ses cheveux blancs, rasés, formaient comme un duvet sur son crâne. Ses lèvres s’étirèrent en un mince sourire.

    « Chère Selma, que me vaut le plaisir ? » dit-il.
    Elle ne répondit rien, l’observant avec attention, guettant quelque chose dans son attitude, le signe qu’il manigançait quelque chose. Mais Nimdéorn était toujours défiant et moqueur, depuis le premier jour, et ils n’avaient eu aucune latitude pour lui faire ravaler sa superbe, contraints par les lois luméniennes sur le traitement des prisonniers. Le drow avait annoncé dès son arrestation qu’il s’enfuirait et se vengerait, et un an plus tard, il semblait n’avoir rien perdu de cette certitude. Elle savait qu’il était même ravi d’être à bord de ce navire avec, d’entre tous, le capitaine Valtameri — qu’il avait côtoyé lorsqu’ils étaient tous deux pirates — et Kerun Tervan, l’elfe qui l’avait capturé. Selma était consciente que sa présence pesait aux deux hommes, et si elle avait foi en sa capacité à le livrer à Maux-Lotis, elle doutait un rien du bienfondé de cette organisation. Ses supérieurs avaient compté sur le fait que le capitaine et l’agent auraient à cœur que Nimdéorn soit bien surveillé et mené rapidement en sécurité, davantage que des convoyeurs ignorant l’étendue de sa malfaisance, et en cela ils avaient raison. Mais il les déstabilisait, aussi, les rendant plus vulnérables. Or, la vulnérabilité, c’était du nectar pour le drow. Et il s’en délectait. Quelques minutes sur le pont, un regard échangé, la stupéfaction de Tervan, la résignation de Valtameri, cela avait suffi à l’emplir d’un regain de superbe malvenu.

    « Tu viens juste m’admirer ? » demanda le drow.
    Il se leva et écarta les mains, autant que le lui permettaient ses chaînes, avant de pivoter à gauche, puis à droite, pour qu’elle puisse bien le regarder.

    « Profites-en… Je ne serai plus là très longtemps. »
    Du bluff. Il répétait ce genre de choses dix fois par jour, depuis dix mois. Elle s’autorisa un sourire.
    « C’est du poisson, ce soir.
    — Parfait, j’adore ça. Ça me rappelle mes années au grand air. »
    Il la scrutait intensément mais elle y était habituée.
    « Qu’est-ce qui se passe en haut ? Un souci ? demanda-t-il.
    — Rien de spécial, non. Pourquoi cette question ?
    — Tu ne m’apportes pas ce fameux poisson. C’est inhabituel.
    — L’équipe en cuisine a pris du retard. »
    Il acquiesça, sans la quitter des yeux. Elle lui rendit son regard. Cette maudite raclure, qu’espérait-il lire en elle ?
    « Bon… J’attendrai, je suppose. »
    Comme si tu avais le choix, songea-t-elle.
    Il se rassit, l’air de rien, examinant ses ongles comme s’il y cherchait un défaut. Elle demeura en sentinelle quelques minutes, puis quitta les lieux. Il ne savait rien mais il était à l’affut d’une ouverture, comme toujours. Il fallait qu’elle s’assure qu’il n’y en aurait pas.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  10. #10
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Le capitaine Valtameri ne se présenta pas au souper, Kerun était retourné sous le pont, Rachel demeurait auprès de la petite elfe. La barque vide avait poursuivi sa route vers la côte, retournée coque à l’air, mais il persistait quelques fleurs dans l’eau. On avait amarré la chaloupe à la poupe, et Othon et Garance y avaient fait parvenir de quoi manger, de l’eau et des couvertures, ainsi que des vêtements de rechange. A présent, les autres étaient rassemblés autour de la table, dans le château arrière, pour manger. L’absence du capitaine était à la fois un soulagement et une source d’inquiétude. Les marins, Joshua et Casper, s’étaient installés à la proue, sur un banc. Martin circulait sur le pont, entre les cales et le gouvernail, second improvisé en l’absence de son maître. A table, la conversation peinait à se lancer. Llewellyn était généralement le premier à mettre de l’ambiance, il n’adorait pas le silence, mais en l’occurrence, à l’instant, il observait ses compagnons, cherchant à deviner l’humeur de chacun.

    Il était monté à bord sur un coup de tête, à moitié pour ennuyer Kerun, à moitié parce qu’il craignait Darren Flèche-Sombre. Le capitaine de la garde luménienne était un elfe sauvage sans émois, qui évaluait les menaces et les neutralisait, sans la plus petite hésitation lathandrite. Même s’il avait obtenu d’être libéré, Llewellyn avait approché Flèche-Sombre de trop près, et il devinait que sa marge de manœuvre était désormais réduite, sa couverture fortement compromise, et que même sans les services secrets aux basques, il ne parviendrait plus à remplir ses missions avec la nonchalance d’autrefois. Flèche-Sombre savait que Kerun avait été exilé à Eredhun. S’il avait un peu de jugeote, et toutes les informations obtenues à son sujet le suggéraient, il mesurait certainement la perte que cela représentait pour leurs services de renseignements. A quelques mois des élections, c’était une décision stupide de la part des autorités, mais Maelwedd était un imbécile notoire, aussi n’était-ce pas complètement surprenant. Sans doute Llewellyn aurait-il dû rester. Semer un peu d’agitation, attendre les ordres. Ithilion n’avait ni l’intention, ni les moyens de perturber le processus démocratique luménien, mais le leur faire croire, ça aurait pu être amusant, les pousser à un peu de paranoïa, un peu plus de contrôle, sur les cendres encore fumantes des récentes crises autoritaires du général. Déstabiliser une cité prenait du temps, et Luménis était curieusement solide pour un ramassis d’idéalistes mollassons. Mais cela n’aurait servi à rien. Les pontes ithiliens étaient des ratiocineurs de première qualité, saisir leur chance et passer à l’acte, c’était trop leur demander. Ils avaient une population locale à asservir et des cris stridents à pousser. Renverser le voisin… Il ne fallait pas exagérer.

    Bref Llewellyn avait décidé de prendre le large un moment. Par sécurité pour sa propre personne. Il était passé à deux doigts d’un trépas ridicule durant la crise sharite et s’il en était physiquement remis, il n’était pas pressé de se retrouver à nouveau du mauvais côté d’une grille. Aller se promener à Eredhun n’était pas une si mauvaise idée. Il y retrouverait certains de ses collègues espions et irait traîner au Temple d’Oghma pour y crisper les prêtres locaux, qui ne craignaient rien plus que d’être assimilés aux fanatiques des Landes.
    De surcroît, ces dix jours de traversée étaient riches de possibles. A bord se trouvaient plusieurs des protagonistes de l’épisode sharite, dont Brandon Devlin, le chef de file des Tymorans luméniens, et Soren le sculpteur sunite, qui avait inexplicablement survécu. Il y avait aussi Kerun, bien sûr, mais l’elfe était indisponible. Le seul souci, c’était Rachel, la prêtresse mal dégrossie, qu’il avait courtisée un temps, avant de disparaître. Il aurait aimé lui expliquer que cela avait été nécessaire — les autorités avaient après tout décidé d’incarcérer les Ithiliens au même titre que les Mélandiens, et vu ce qui était arrivé à ces derniers, on ne pouvait se fier à leur bienveillance — mais elle l’évitait comme la peste. Elle savait, bien sûr, qu’il était prêtre d’Oghma et non simplement barde, comme il s’était présenté, mais c’était souvent le cas, et donc pas vraiment un mensonge. Il était barde et prêtre et, oui, espion.

    « Vous en avez tiré quelque chose ? » demanda Devlin à l’imposant paladin qui lui faisait face.
    Ce dernier secoua la tête avec une grimace.

    « Non. Elle est mutique. Choquée, je pense. Rachel va passer la nuit avec elle, on verra bien si elle arrive à quelque chose.
    — Comment prend-elle le fait d’être exilée sur une barque ? » demanda la Chauntéenne, d’un ton acide.
    Le paladin haussa les épaules.
    « Franchement, elle n’a pas donné l’impression de s’en plaindre, ou d’avoir envie de monter à bord. Elle a juste l’air… sonnée. J’ai cru qu’elle ne me laisserait jamais partir. »
    En l’abandonnant en compagnie de Rachel, pas étonnant, songea Llewellyn, mais il n’en dit bien sûr pas un mot.
    « Elle finira bien par dire quelque chose. Si c’est de l’elfique, on ira chercher Kerun. Si c’est autre chose…
    — Je parle plusieurs langues, intervint cette fois l’Oghman. Si vous voulez, je peux essayer de communiquer avec elle. Et préparer le sortilège adéquat en cas d’échec.
    — C’est une bonne idée, dit la petite Chauntéenne, avant de se rembrunir. Mais je ne comprends quand même pas pourquoi on ne peut pas la faire monter à bord. C’est une manière vraiment… barbare de traiter les gens.
    — Une chose à la fois, intervint Devlin, apaisant. Pour l’instant, elle est sauve, entre de bonnes mains, nourrie, au chaud… Nous reviendrons à cette question dans un second temps. »
    Llewellyn savait que Devlin défendait ce point de vue car Kerun le lui avait tacitement demandé, et qu’un lien s’était créé entre les deux hommes durant la crise sharite. L’Oghman n’en connaissait pas exactement la nature, mais il savait qu’ils s’étaient méfiés l’un de l’autre, puis qu’il s’était passé quelque chose qui les avait rapprochés, et qu’ils se faisaient désormais confiance. Il avait essayé de creuser la question, mais Devlin était resté évasif. Autant il pouvait se répandre sur ses aventures de jeunesse dans la Vallée du Nirvana, à poursuivre des artefacts anciens avec son ami paladin et quelques autres joyeux aventuriers, autant il restait taiseux sur les derniers événements. Même avec un bon verre dans le nez.
    Llewellyn en savait déjà beaucoup, cependant. Il avait assisté Flèche-Sombre contre les morts-vivants dans l’amphithéâtre de l’assemblée luménienne, puis avait fait mine de fuir mais en réalité, s’était attardé. Comme il l’avait supposé, les elfes s’étaient désintéressés de son destin, et il avait pu constater de ses propres yeux que le général Maelwedd était gravement blessé. Un prêtre l’avait soigné, il y avait eu des étincelles roses et jaunes, signe que c’était un Lathandrite. Pour le reste, il y avait deux corps inertes sur l’estrade. Kerun avait survécu.
    Ensuite, seulement, il était parti. Un groupuscule sharite, donc, comme supposé depuis le départ, et qui avait échoué. C’était regrettable, car le général Maelwedd représentait une réelle menace pour Ithilion. Il brûlait d’aller porter la guerre sous leurs murs, et même si c’était une absurdité, vu la position d’Ithilion, vu le trajet à parcourir, il en était capable. La mort de Kerun aurait aussi été une bonne chose, d’un point de vue strictement politique. Il avait aussi des intentions néfastes vis-à-vis d’Ithilion, et même s’il n’en disait rien, Llewellyn s’en méfiait. Il ne savait pas si son écartement vers Eredhun était une bonne ou une mauvaise chose : l’elfe était privé de ses contacts luméniens et on lui avait sans doute retiré certains dossiers brûlants, mais il risquait d’avoir beaucoup de temps libre à disposition, or un bon agent pouvait exploiter cette richesse pour en faire des miracles. Peut-être, au final, serait-il nécessaire d’organiser une ou deux choses dans la cité des clercs pour occuper l’elfe. Ce serait grossier, mais Kerun serait forcé d’y mettre le nez.
    « Dans la lune, maître barde ? » demanda sa voisine, la magicienne mystranne.
    Il lui retourna un sourire tranquille, abandonnant ses réflexions.

    « Je me demandais si on aurait dû mettre un peu plus de coriandre…
    — C’est parfait comme ça, intervint Garance.
    — C’est vrai qu’on se croirait presque à la Bienveillance, sur ce rafiot, ajouta Othon.
    — Bah, c’est un bel effort mais ça ne vaut pas la cuisine sunite. » déclara Soren, la mine hautaine, avant de se faire rabrouer par la compagnie tout entière.
    L’atmosphère s’était détendue, et Llewellyn supposait que c’était exactement ce qu’avait cherché le sculpteur. La cicatrice qui le défigurait était frappante, mais ce n’était rien en comparaison de ce qu’il avait dû subir, si le barde devait se baser sur les réminiscences que sa magie avait pu conjurer dans l’atelier du Temple de Sunie. Il croisa son regard et Llewellyn se fit la promesse de ne pas le sous-estimer.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  11. #11
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    « Tu ne devrais pas venir ici. »
    Martin jeta un coup d’œil dans le couloir, referma la porte, puis s’assit sur le bord de la couchette de Kerun. Ses yeux d’humain ne pouvaient que le deviner, mais l’elfe le voyait sans difficultés, bien sûr.
    « Ils sont en train de manger. J’apportais son repas au capitaine.
    — Il ne s’est pas joint à eux, alors ?
    — Non. »
    Il entendit Kerun soupirer dans le noir.
    « Tu dois être prudent. Trop de personnes, ici, savent déjà que tu travailles pour moi. Il ne faut pas qu’Argall…
    — Je suis vigilant. Je ne fais que passer. Au fait, Garance a préparé une nouvelle potion… Plus forte.
    — Pour demain. Je vais essayer d’entrer en Transe, maintenant. »
    Martin acquiesça, puis prit son courage à deux mains.
    « Kerun… A propos de cette elfe…
    — Oui ?
    — Est-ce que tu n’aurais pas pu parler à Valtameri ?
    — Non.
    — Pourquoi ? Ce n’est pas très luménien, de la laisser comme ça, à la dérive, si ?
    — Elle n’est pas à la dérive. Elle est… »
    La nausée l’interrompit un moment, il reprit son souffle, péniblement.
    « Valtameri ne la laissera jamais monter. Or nous avons besoin de Valtameri. Ou alors tu imagines que tu pourrais le remplacer ?
    — Mais je n’ai jamais dit ça ! » s’offusqua Martin, surpris par la véhémence de la répartie.
    Kerun soupira à nouveau.

    « Excuse-moi. Je ne suis pas dans mon assiette. Mais… Martin… Il est indispensable que les choses continuent à se passer au mieux à bord. L’elfe reste dans la barque. C’est crucial.
    — Si tu le dis…
    — Valtameri a été dominé pendant plusieurs années par un avatar d’Umberlie, tu en as fait l'expérience... Celui-ci est venu à lui exactement comme cette elfe : une naufragée sur un bateau en perdition. Il a agi en Luménien, comme tu le dis si bien, il a fait arrêter sa caraque, il a envoyé des hommes la chercher, l’a accueillie à son bord, et pour seule récompense à son aide, elle a tout ravagé. Tout son équipage est mort, il a été asservi… Il ne laissera jamais l’elfe monter à bord. Même si Othon la sonde mille fois, même si les clercs les plus formidables d’Hélonna promettent de la surveiller nuit et jour… C’est déjà une chance qu’il ait accepté ce compromis. Je ne serais qu’à demi surpris qu’il aille couper la corde en pleine nuit. Or, Martin, je ne sais pas si j’ai assez insisté… »
    Il se tut un moment, Martin devina le mouvement vers le seau voisin de sa couchette, et ne put s’empêcher de grimacer dans le noir. Dans d'autres circonstances, il n'aurait pas hésité à chambrer l'elfe, mais il faisait vraiment pitié.
    « Mais notre bateau transporte un danger immense et tout mouvement de mutinerie… serait une aubaine… Il faut à tout prix l’éviter.
    — Je sais.
    — Comment ça se passe en haut ?
    — La Chauntéenne va remettre les choses sur le tapis… Mais avec sa copine dans la barque, je ne pense pas qu’elle va trouver du soutien.
    — Méfie-toi d’Argall. Je ne connais pas ses intentions. Il pourrait vouloir attiser les tensions.
    — Je pense que Soren le surveille. Il ne fait que ça, surveiller les gens. Soi-disant pour évaluer leur potentiel esthétique. Tu devrais songer à le recruter. »
    Kerun rit douloureusement.
    « Il n’en ferait qu’à sa tête. Ce serait un enfer.
    — Tu as l’habitude de ce genre de personnes, non ? »
    L’elfe relâcha sa respiration.
    « Non. J’ai foi. »
    Martin ne sut que répondre, embarrassé. Il chercha l’épaule de son supérieur, la trouva, et la serra brièvement, en espérant que cela ne serait pas perçu comme un geste déplacé. Mais Kerun ne sursauta pas. Il était trempé de sueur. Il fallait vraiment espérer que la nouvelle décoction de Garance ait un effet.
    « Je suis désolé de n’être que peu d’aide… mais je parlerai à Garance quand elle viendra m’apporter sa mixture. Merci de me tenir au courant de ce qui se passe. Reste prudent…
    — Blablabla, compléta Martin. Repose-toi. Je m’en vais.
    — Oui, va t’en. »
    Le jeune homme sourit dans le noir puis se releva et abandonna l’elfe à ses tourments. Une fois dans la coursive, il resta un moment immobile, à écouter les craquements du bois et le murmure des conversations, bercé par le mouvement calme des vagues. Au départ, il avait été prévu qu’il partage la cabine de Kerun, bien sûr, mais l’arrivée subite de l’espion oghman à bord avait bouleversé leurs plans. Othon avait cédé sa place à Soren auprès de Brandon, une association bancale mais viable, et le paladin avait rejoint Marcus. A bien y réfléchir, son aura pouvait peut-être aider à apaiser le désespoir du prêtre. Casper et Joshua avaient récupéré la cabine vidée par le Sunite, et Martin avait pris leur place dans l’antichambre de la cabine du capitaine. Argall, ce trouble-fête, voyageait donc seul. Kerun était persuadé que l’Oghman avait usé de magie pour convaincre Valtameri de le prendre à bord : les bardes pouvaient se rendre irrésistibles et Argall était un spécialiste en la matière. Martin était donc sur ses gardes : tant que l’Oghman l’imaginait quantité négligeable, il ne risquait rien, mais s’il s’intéressait à lui, il ne se faisait pas d’illusions sur sa capacité à résister à un charme bien tissé. D’autant qu’il fallait être honnête : ce Llewellyn Argall n’était pas mal du tout, déjà, même sans magie.
    Il sourit en reprenant l’escalier. Il n’avait pas eu de relations sexuelles depuis plus de quinze jours, une sorte de petit record, le concernant. Il n’en avait bien sûr pas eu envie, mais surtout, il n’en avait pas eu besoin, et ça, c’était inédit. Évidemment, il était mort entretemps, et il lui avait fallu plusieurs jours pour redevenir plus ou moins fonctionnel.

    Il grimpa rapidement les marches, retrouva le pont et la nuit noire. Eclairée, la salle du château arrière abritait les religieux, qui terminaient de manger en sirotant un bon verre de vin. Pour un Mélandien, voir autant d’obédiences différentes réunies, et sans violence, était assez surprenant. Même s’il n’avait jamais fréquenté les temples, Martin savait combien les uns et les autres, Sharites, Cyriciens, Bainites, Loviates et autres Talosiens, se haïssaient. Il y avait régulièrement des accrochages dans les couloirs du bordel, ou en rue sous leurs fenêtres, et il avait lui-même participé à quelques jeux de rôles pervers à connotation théologique. A leur position respective, il les devinait détendus. Et il avait le sentiment — la certitude — que si quelque chose ne tournait pas rond, ils seraient plusieurs à venir en avertir Kerun. Ils avaient gagné au moins ça, de l’épisode sharite.
    Il opta donc pour la poupe et ses jeunes collègues.

    Joshua était originaire d’Antelucas où il avait travaillé plusieurs années sur les quais avant de se décider à embarquer. De petite taille, il avait des épaules de lutteur et Martin n’était pas sûr qu’Othon l’aurait battu au bras de fer. Par contre, le paladin avait sans doute plus de cervelle, ce qui n’était pas très difficile, et donc n’était pas vraiment un compliment. Joshua avait le sourire facile, l’œil pétillant et une plaisanterie à faire sur chaque chose. Il connaissait des chansons paillardes et des anecdotes sinistres, glanées entre les entrepôts de la cité balnéaire de l’extrême sud. Le fait qu’il soit un piètre marin ne l’inquiétait pas outre mesure, au contraire du dénommé Casper, dont l’angoisse de mal faire était parfois tellement vive qu’elle en devenait dangereuse.
    Casper en question n’avait jamais mis les pieds sur un bateau et c’était une chance que son estomac se soit révélé plus résilient que celui de Kerun. Encore très jeune, c’était un humain avec du sang elfe quelque part, mince et vif, avide d’apprendre, et, accessoirement, une fille. Martin en était certain, il avait une expérience très précise de ces choses, mais il n’en avait rien dit. A son attitude, il devinait que Casper cachait sa véritable identité par crainte d’éventuels ennuis : avec la gent masculine en général, sans doute, mais aussi avec le monde maritime, qui avait parfois d’étranges préjugés sur les matelots de sexe féminin. Martin lui donnait 16 ou 17 ans. Il n’avait aucune raison de trahir son secret et aucune raison non plus de lui faire peur en lui révélant qu’il savait. Partager la cabine d’un rustre comme Joshua ne devait pas être facile, mais Casper avait de l’aplomb et savait se défendre quand l’autre se moquait de sa stature fluette et de son manque de muscles.

    « Alors, ce loup de mer ? » demanda-t-il en se glissant en face d’eux.
    Joshua leva le pouce.

    « Délicieux. » commenta Casper, de cette voix faussement grave teintée d’un trémolo mal maîtrisé.
    Elle était des alentours de Luménis, pas de la ville en elle-même. Sans doute de quelque part au sud, d’un des petits bourgs qui essaimaient la campagne entre la capitale et Antelucas. Elle prétendait venir du nord, mais les habitants de la Trouée heurtaient leurs p et leurs t d’une manière tout à fait différente. Personne ne s’en était rendu compte, plus que probablement, et Martin ne pensait pas que ce soit important, là non plus. Il était persuadé que c’était une fugueuse, une gamine qui avait déguerpi pendant la nuit et ne voulait pas qu’une famille encombrante la rattrape.

    « Cas, tu ne devrais pas tarder. »
    Elle avait tressailli quand il avait pris la parole. Son véritable prénom devait commencer comme ça, ou alors c’était son surnom. Il ne put réprimer un sourire.
    « Josh, on te laisse le pont. »
    Les nuits étaient courtes, ils veilleraient chacun trois heures, Joshua le premier, Martin ensuite, Casper pour terminer. Comme avec Gérold, quelques jours plus tôt, Martin se retrouvait dans une position d’aîné qui ne lui était pas familière. Il avait toujours été un individu parmi d’autres, avait généralement occupé la place du cynique ou de l’amuseur désabusé, certainement pas de celui qui guide ou transmet ou apprend quoi que ce soit à autrui, sinon à se résigner. Tout en écoutant ses confrères échanger quelques dernières paroles avant de se séparer, il songea au jeune nécromancien resté à Luménis. Kerun l’avait fait entrer à l’université, comme promis, lui dégotant d’emblée une place en troisième année (il y en avait apparemment cinq), et lui avait aussi trouvé une chaperonne, des bouquins et une chambre rien que pour lui. Lorsqu’ils s’étaient revus, au Parc, quelques jours avant le départ, il avait trouvé l’excitation de Gérold touchante et un peu ridicule, mais il l’avait bien mérité. Martin supposait qu’ils se retrouveraient d’ici quelques mois, même si Kerun avait insisté pour qu’ils se souviennent que désormais, leurs voies avaient divergé. Mais ils avaient traversé le pire et avaient survécu. Kerun le comprenait.
    Casper salua les deux hommes et redescendit sous le pont. Le système de quart lui permettait de se changer sans que Joshua ne se doute de rien, pratique. Martin contempla un moment leur sillage, la chaloupe un peu plus bas, où se dessinait la silhouette de Rachel, la prêtresse qui s’était chevaleresquement proposée pour veiller sur leur passagère clandestine. Elle finirait sans doute par dormir auprès de l’inconnue. Peut-être bardée d’un sortilège de protection, peut-être pas. Impossible de savoir, avec ces Lathandrites.


    La nuit se déroula sous un ciel magnifique, de constellations lumineuses et d’étoiles filantes sur un firmament noir. La lune était gibbeuse, elle fit un passage paresseux à l’horizon, quelques heures, avant de disparaître. Garance descendit se coucher la première, puis Selma, puis Othon. Brandon, Llewellyn et Soren semblaient increvables, et ils étaient toujours debout quand Martin prit son quart. Les deux premiers avaient ressorti le jeu d’Hermines, le troisième était assis au centre du pont, sous le second mât, et semblait méditer. Il était cette fois complètement nu. Il profita cependant du dérangement provoqué par le retour de Martin pour aller se coucher. Celui-ci releva Joshua à la barre et, quelques minutes plus tard, l’Oghman et le Tymoran se décidèrent enfin à gagner leurs couchettes. A voir leur démarche sur le pont, Martin devina qu’ils étaient sévèrement éméchés, et ils zigzaguèrent, bras dessus, bras dessous, comme deux compagnons ivrognes. Pendant un instant, il craignit de devoir aller les repêcher à la mer, mais ils se cramponnèrent aux cordages et finirent par atteindre l’entrée des escaliers.
    Peu après, ce fut au tour de Valtameri d’émerger des profondeurs. D’habitude il ne sortait pas en pleine nuit et Martin le surveilla du coin de l’œil, redoutant qu’il n’aille faire exactement ce que craignait Kerun, trancher la corde et rejeter l’elfe dans la nuit. Mais plutôt que de se diriger vers la poupe, où était amarrée la chaloupe, il se dirigea vers la proue, et s’immobilisa à son extrémité. Martin se demanda s’il allait plonger. Ce n’était pas chose impossible : il était aussi à l’aise sous eau que sur terre, pouvait y respirer librement, et il voyait parfaitement dans les ténèbres. Il se baignait dans l’océan tous les jours, généralement une première fois à l’aube, et puis une seconde fois, à la fin de la journée. Martin ne craignait donc pas qu’il lui arrive malheur. Il craignait davantage qu’il décide de les abandonner.
    La mer était tranquille, le voilier d’une taille raisonnable, mais c’était une chose d’y effectuer des tâches subalternes, et une autre d’en être le capitaine. Symboliquement, aussi, c’était terrible, et même si Martin était pragmatique et peu porté sur les signes, il n’avait pas envie de tenter la chance. Mais un capitaine n’abandonne jamais son navire. Valtameri ne partirait pas.
    Et effectivement, il ne plongea pas. Il resta debout, campé à la proue, bras dans le dos, immobile, observant quelque chose d’invisible, loin sur les vagues, plein nord. Il redescendit avant que Martin ne cède la place à Casper.
    Dernière modification par Galathée ; 10/02/2021 à 11h45.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  12. #12
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Rachel avait regardé le soleil se lever et prié alors que la petite elfe dormait encore. Garance fut la première à passer la voir, descendant jusqu’à la chaloupe via l’échelle de corde que Martin, serviable, leur avait dégotée en dépit des réticences de son capitaine. Elle apportait le petit déjeuner et s’installa un moment avec elles, mais elles n’avaient pas grand-chose à se dire. La naufragée avait bien mangé et bien dormi - sans doute dans sa rêverie elfique, mais il était difficile d’en juger. De son côté, Marcus n’avait pas bougé, n’allait ni mieux, ni moins bien, il n’y avait rien de spécial à faire. Garance proposa de remplacer la Lathandrite le temps qu’elle aille se débarbouiller et répondre à l’appel de la nature et celle-ci regagna le pont un moment. Elle ne s’y attarda pas plus que nécessaire : la survenue de la rescapée lui donnait quelque chose à faire, un peu de sens dans ces journées mornes, ce qui était toujours bon à prendre. Cela lui permettait aussi d’éviter de traîner parmi tous ces gens qu’elle connaissait mal et qu’elle ne savait pas comment aborder. Le silence était quelque chose de crispant, quand on avait la sensation de devoir le remplir, tout en n’ayant aucune idée de la manière de le faire. Sur la barque, au moins, elle était tranquille et ne devait pas faire illusion.
    Aussi fut-elle tout à fait décontenancée, en y retournant, d’y découvrir Llewellyn Argall. Garance profita de son retour pour s’esquiver et elle se retrouva en tête à tête avec l’Oghman, dans leur petite coquille de noix. L’elfe était toujours endormie (si tel était le bon mot).

    « Rachel, c’est peut-être une bonne chose, qu’on puisse parler un moment, juste nous deux ? » commença d’emblée ce maudit personnage.
    Elle devait rayonner d’hostilité, bras croisés, sur la défensive, comme elle l’était par défaut.

    « Je n’en suis pas si sûre. » répondit-elle.
    Il poussa un charmant soupir, écarta une mèche folle de son front et posa ses yeux très verts sur elle.

    « Je sais que tu es fâchée de ma disparition subite, mais j’ai des circonstances atténuantes…
    — Pourquoi tu leur as pas dit que t’étais un foutu prêtre oghman ? Pourquoi tu leur racontes que t’es barde ?
    — Je suis barde aussi.
    — Tu crois pas que le côté ithilien, c’est un peu plus important ?
    — Rachel, je sais très bien ce que provoque le côté ithilien, comme tu l’appelles. De la méfiance, de l’hostilité, tout un cortège de préjugés… Nous sommes coincés en mer pendant dix jours, les uns sur les autres… ça te parait si fou que j’ai voulu… adoucir la traversée ? J’ai failli me retrouver en prison, à cause de ce petit côté ithilien. Je sais que nos cités sont ennemies et j’ai volontairement pris le risque d’être honnête, à Luménis, sans cacher d’où je viens… mais tout le monde n’est pas lathandrite, comme toi, à accueillir les étrangers à bras ouverts. Je sais que je ne suis pas complètement transparent… que je suis ce que tu dis, un prêtre oghman originaire d’Ithilion. Mais j’aimerais, pendant quelques jours, être pris comme je suis, et non courber l’échine et les yeux parce que j’appartiens à une nation que tout le monde déteste. Je ne suis pas responsable de l’endroit où je suis né. Si tu étais ithilienne, tu serais probablement exactement la même chose que moi. »
    Rachel ouvrit des grands yeux et lâche un court rire.
    « Je ne serais certainement pas barde ! »
    Llewellyn sourit.
    « Je suis sûr que tu le pourrais… si tu avais été formée pour l’être.
    — Te moque pas de moi. »
    Il redevint plus sérieux. Il avait décidément des yeux magnifiques, une injustice scandaleuse, et il paraissait tellement contrit, tellement sincère.
    C’est sa spécialité, se morigéna intérieurement Rachel. C’est un barde !
    « Tu as dit à beaucoup de monde, que j’étais… un menteur ? »
    Elle secoua la tête.
    « Non. »
    Elle n’allait sûrement pas mentionner Kerun.
    « C’est gentil de ta part. Et je voudrais te redire combien je suis désolé d’avoir dû disparaître. Nos conversations m’étaient très précieuses et… »
    Il fut interrompu par un mouvement dans son dos, et le réveil de l’elfe. Elle était très pâle, avec de longs cheveux sombres et de saisissants yeux bleus. Sans âge, flottant dans les vêtements que lui avait prêtés Garance, elle leur adressa un sourire hésitant. Llewellyn pivota sur le banc de nage, lentement, et Rachel surveilla les mouvements de la jeune femme, qui le scrutait avec vigilance. Mais elle devinait que même aux yeux d’une elfe, l’Oghman devait paraître sympathique.
    « Bonjour. Je suis Llewellyn. Toi, tu es ? »
    Elle inclina la tête et lâcha une courte phrase dans son langage incompréhensible. Sans être experte, Rachel savait que ce n’était pas de l’elfique, et elle n’imaginait pas que ce genre de sabir puisse sortir d’une gorge naine ou gnome.
    « C’est du nexalan, dit l’Oghman.
    — Du quoi ?
    — C’est un dialecte maztican.
    — Et tu le parles ?
    — Non, malheureusement. Mais c’est très reconnaissable. »
    Il s’adressa à nouveau à l’elfe, appuyant ses phrases de gestes très démonstratifs.
    « Je ne parle pas ta langue. Je vais faire de la magie… et ensuite, nous nous comprendrons. »
    Elle l’observait, toujours méfiante, mais en même temps fascinée. Comment la blâmer !
    L’Oghman commença à psalmodier à mi-voix et une lumière jaune naquit entre ses paumes. La réaction de l’elfe ne se fit pas attendre, elle bondit en arrière dans un cri et Llewellyn s’interrompit aussitôt. Il leva les mains, pour bien montrer qu’il s’était arrêté, jusqu’à ce qu’elle se calme.

    « Je vais recommencer. N’aie pas peur. »
    A nouveau, il fit quelques gestes, lentement. Dans son dos, Rachel ne voyait pas exactement quoi, mais elle supposait qu’il se désignait, puis elle, elle vit indiquer sa bouche, ses oreilles. Puis il utilisa plusieurs mots de suite, incompréhensibles pour Rachel, mais elle reconnut de l’elfique, cette fois. La petite elfe ne répondit pas davantage. Elle était cependant apaisée et Llewellyn reprit son incantation, cette fois sans interruption. Arrivé au terme de son sortilège, il étendit le bras et toucha le genou de l’étrangère. Une énergie dorée l’engloba une seconde, puis se dissipa.
    « A présent, nous devrions nous comprendre, dit l’Oghman.
    — Je vous comprends, dit la jeune femme.
    — Parfait. Je suis Llewellyn. Voici Rachel. »
    Il se décala pour désigner la prêtresse, qui s’efforça de sourire. L’elfe ne parlait pas commun, et pourtant elle comprenait sans mal ses paroles. C’était tout à fait déconcertant, comme sensation.
    « Je suis Fion’allar’thatelcualt’ixi.
    — Enchanté. » répondit l’Oghman, très poliment.
    L’elfe sourit timidement.

    « Vous pouvez dire Fiona. C’est ce que font les gens. »
    Elle baissa le regard, un pli amer au coin des lèvres, et se tut.
    « Enchanté alors, Fiona. »
    Elle ne le regardait plus, et Rachel devina qu’elle songeait à autre chose. Llewellyn bougea sur son banc.
    « Est-ce que ça va ? Vous n’avez mal nulle part ? Besoin de quelque chose ?
    —Non, ça va. »
    Pas envie de parler, en tout cas, Rachel reconnaissait ce genre d’attitude.
    « Vous êtes en sécurité, désormais. Rachel va veiller sur vous. Et quand vous le sentez… si vous avez envie de raconter… ce qui vous est arrivé… »
    L’elfe avait serré les bras autour de ses jambes et détourné la tête. L’Oghman n’insista pas et pivota pour faire face à la Lathandrite.
    « Je vais vous laisser. Vous avez déjà eu l’occasion de faire connaissance…
    — Combien de temps dure le sortilège ?
    — Une heure, seulement. Je peux le relancer plusieurs fois mais… Ce serait sans doute mieux si je pouvais en transférer le pouvoir sur un objet qu’elle pourrait garder.
    — Tu sais faire ça, toi ?
    — Plus ou moins. Je ne suis pas spécialiste, mais je peux essayer. C’est ça, ou tu lui apprends le commun. »
    Rachel ne put s’empêcher de rire, puis elle se sentit rougir. Llewellyn lui adressa un de ces sourires ravageurs dont il avait le secret. Elle le détesta viscéralement, mais sans parvenir à le traduire dans une attitude. Il lui tapota l’épaule amicalement, se redressa et attrapa l’échelle de corde.
    « Au revoir Fiona ! dit-il. Bonne journée, Rachel. Je reviens dès que possible. »
    Et il grimpa – lestement bien sûr – jusqu’au pont, et disparut.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  13. #13
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    A la mi-journée, Garance releva Rachel et cette dernière fut aussitôt recrutée par Othon, qui se cherchait un partenaire d’exercices. Elle parut hésiter une seconde — il y avait du public sur le pont — mais finit par céder et ils se combattirent, en plein soleil, sous les yeux des matelots, des amateurs de transpiration et, à son grand désespoir, de Soren.
    Le Sunite n’avait aucun goût pour l’esthétique de la violence. Rachel et Othon étaient loin d’être des spécimens humains qui auraient plu à Sunie, mais il ne leur en tenait guère rigueur : certains étaient bénis, d’autres pas, ce n’était pas de leur faute. Par contre, les voir se heurter dans ce fracas de corps et de métal, c’était leur choix, un choix douteux et malodorant, pétri de grimaces, de torsions et de ahanements.
    En un mot : répugnant.
    Pour une fois diplomate, il espérait que son expression était neutre, car intérieurement, il était franchement dégoûté par cette exposition charnelle. Évidemment, il était mal placé pour faire appel à la décence, car il avait décidé, enfin, aujourd’hui, d’abandonner le dernier morceau de tissu qu’il s’était imposé jusque-là. Tant pis pour ceux que cela choquait, il n’en avait absolument rien à cirer. D’autant que personne n’avait fait le moindre commentaire. Il se doutait que ce n’était que partiellement lié à la splendeur de la révélation : tous se méfiaient de la manière dont il réagirait à la moindre contestation. Car il pouvait faire pire, bien pire, si on l’y incitait.

    En temps normal, Soren était plutôt porté sur les femmes, mais aucune des demoiselles présentes à bord ne pouvait faire l’affaire. Il y avait davantage de choix parmi les hommes, et il était plus ou moins certain de pouvoir convaincre deux ou trois d’entre eux de venir le rejoindre dans sa couche à la brune. Pas tous ensemble, bien sûr, il ne pouvait pas transformer les lieux en un temple du plaisir - Valtameri était déjà mal embouché depuis la survenue de la barque maudite - mais se trouver un partenaire éphémère, pour quelques nuits, n’aurait pas été une mauvaise chose. Avec sa guérison, il avait repris un contrôle total de son organisme, mais c’était une part de lui qu’il n’avait pas encore pu tester. Or, elle avait souffert, et sévèrement, sous les coups du Loviate. Enfin… En réalité, elle n’avait pas souffert longtemps, parce que c’était la première excroissance anatomique dont son bourreau l’avait privé. Sans doute en était-il jaloux, Soren ne pouvait pas le blâmer. Ou alors avait-il pensé que priver un Sunite de sa verge était l’humiliation ultime. N’importe quoi. Comme si c’était la seule zone d’intérêt. Mais il fallait bien avouer que le reste avait rapidement suivi, jusqu’à ce que plus rien ne dépasse. Il fallait commencer quelque part et c’était sans doute le plus évident.

    Mais Soren avait envie de vérifier que tout était rentré dans l’ordre, et cette petite croisière au soleil s’y prêtait parfaitement. Il savait qu’il aurait facilement pu avoir Martin : ce dernier, reconnaissant d’être revenu à la vie, lui aurait donné n’importe quoi. Mais faire trébucher un homme en plein sevrage était cruel, et si Soren l’était volontiers (toujours à bon escient, bien sûr), il avait de l’affection pour le prostitué mélandien. Peut-être un jour, pourquoi pas, si les choses se mettaient à un moment plus opportun… mais sûrement pas dans l’heure.
    Par contre, Llewellyn Argall, le barde oghman, était une cible plus excitante, et pour laquelle Soren ne se sentait aucune pitié. Bien sûr, Argall était aussi attiré par les femmes, c’était manifeste dans la manière dont il parlait aux uns et aux autres, mais Soren était persuadé que ce n’était qu’un détail, aisément circonvenu.
    D’abord, c’était un barde, et donc un hédoniste. Il aimait le bon vin, la bonne chère, et à la manière dont il se mouvait, il aimait certainement les rencontres nocturnes. Une promesse de plaisir le titillerait.
    Ensuite, c’était un Oghman, et en tant que tel, il ne pouvait qu’être ouvert aux nouvelles expériences, chercher à en apprendre davantage, à en découvrir plus. Une étreinte originale ne pouvait qu’être porteuse de sens, non ?
    Enfin, c’était un espion, ce qu’il savait par Kerun, qui lui avait demandé expressément de cacher tout lien entre lui-même et Martin. Et en bon espion, Argall cherchait à entrer dans l’intimité des uns et des autres. Pour l’heure, il avait jeté son dévolu sur Devlin, qui lui avait ouvert grand les portes, mais Soren l’avait vu parler à Selma la geôlière, à Garance, à Valtameri et même à Rachel, au petit matin, sur la barque. Plusieurs fois, il avait croisé son regard, et plusieurs fois, le barde avait paru à deux doigts de venir à sa rencontre. Le Sunite était persuadé qu’il ne refuserait pas l’aubaine professionnelle de venir partager sa cabine. Confidences sur l’oreiller. Un classique.
    Pour l’heure, le barde était assis dans le château arrière, en train de travailler sur quelque chose qui semblait lui demander une grande concentration. Devlin était resté un moment avec lui, puis était sorti, un bouquin à la main, et la voie était donc libre.

    Soren se leva donc et s’étira dans la brise tiède, déroulant chacun de ses muscles avec une félicité toute sunite. A côté de lui, Rachel trébucha et il ne put s’empêcher de sourire. A tout juste quarante ans, il avait un corps absolument parfait, sans le moindre pli, bourrelet, ride ou autre pustule disgracieuse qui affligeaient souvent les hommes de son âge. Il le savait, il en profitait, et tant pis si cela faisait trébucher les filles. Tant mieux, en fait.
    Bon, il y avait la Balafre, bien sûr. Mais la Balafre, c’était son choix.
    Quittant le bastingage, il contourna les pesants guerriers englués dans leur rixe sans leur jeter un regard, se glissa sous le second mât et ouvrit la porte du château arrière. A table, Llewellyn leva les yeux de son travail et esquissa un sourire. Soren le lui rendit. Il ne savait peut-être pas jouer aux Hermines, mais à ce jeu-ci, il restait imbattable.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  14. #14
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Si la nouvelle potion de Garance soulagea grandement les nausées de Kerun, elle ne lui permit pas pour autant de remonter sur le pont pour se mêler aux passagers et prendre la température de leurs relations : elle l’assomma complètement. Libéré des tourments de sa carcasse, il glissa dans une torpeur presque délicieuse qui lui permit enfin d’accéder à une Transe bienvenue. Cette fois, il parvint à en tracer des contours heureux, vaseux, cependant, et imprécis, et glissa dans un kaléidoscope chaleureux, peuplé de collègues amicaux, d’ambiances familières, sans parvenir à évoquer des souvenirs. Luménis était présente dans chaque fragment, une ruelle près du Fort, une boutique sur la promenade des Temples, sa chambrette au quartier général, les égouts qu’il connaissait comme sa poche, la salle de la Bienveillance, la nef du Temple de Lathandre, les allées du Parc, la fontaine, les grands arbres, le marché… La nostalgie rôdait à la lisière de sa conscience, mais il était trop sonné pour la reconnaître, et il s’abandonna à cette promenade confuse, franchement agréable après des heures et des heures de malaise incessant.


    Perché dans les hauteurs, surplombant son pont, les flots et la chaloupe qui accueillait la naufragée, le capitaine Valtameri redoutait le moment où un prêtre, sans doute la Chauntéenne, peut-être associée au paladin, reviendrait à la charge pour tenter de le convaincre de laisser monter l’elfe à bord. Il savait quand ils agiraient : au moment où il quitterait le gouvernail pour aller se reposer. Ils n’avaient aucune chance d’avoir gain de cause. Il ne changerait pas d’avis.
    Les premiers jours à bord avaient été somptueux, l’Ivresse, petit cadeau d’adieu de la famille Longuehune, était une merveille, élégante, légère, maniable, un rêve de bateau, bien que beaucoup plus modeste que tout ce qu’il avait piloté jusque-là. Il s’était gorgé de vent frais, d’embruns et de liberté, à mille lieues de la tension qu’il avait ressentie lors de son dernier voyage, à bord du pesant Cageot, dans les eaux noires de la compromission.
    Mais à présent, il retrouvait ce sentiment de malaise, profond, un fond de fureur dans son ventre, pire que ça, la terreur. Il avait beau s’en défier, tenter de se raisonner, il n’y parvenait pas. Quelque chose de sombre avait pris racine en lui et il ne voyait aucun moyen de l’en extirper. L’alcool aurait pu lui abrutir les sens, mais il était capitaine et ne pouvait se le permettre. Il avait la conviction profonde qu’il aurait dû refuser le compromis de Kerun au moment où il l’avait énoncé, mais qu’à présent il était trop tard. L’elfe avait pourtant été providentiel, coupant court à la fronde des prêtres avec sa proposition médiane. Mais même si Valtameri profitait de la nuit pour aller décrocher la chaloupe, cela n’aurait plus aucun effet : le mal était fait, le désastre imminent et irrémédiable.
    Paranoïa. C’était juste ça, rien d’autre, les relents d’un traumatisme qui ne se répéterait pas. Il était quantité négligeable, pourquoi Umberlie l’aurait-elle poursuivi de sa haine ?
    On le disait maudit. Était-ce la vérité ?
    Il avait prié Tymora et Valkur, chaque semaine, plus d’une fois, Lathandre aussi, protecteur des nouvelles entreprises, à l’aube de ce voyage. Mais les dieux lointains, dans leurs plans supérieurs, pouvaient-ils s’opposer à la mer ?
    Il en percevait le sel, le grondement, la violence sourde et éternelle. La brise sifflait à ses oreilles, ébouriffait ses cheveux noirs.
    Il était le fils de l’océan, il l’avait toujours profondément aimé.
    Alors pourquoi en avait-il si peur, aujourd’hui ?
    Il avait honte, il était furieux, et il se sentait impuissant.
    Sauter à l’eau, rejoindre la plage à la nage, ça aurait été si facile.
    Mais il était le capitaine de l’Ivresse, et un capitaine n’abandonne jamais le bord. Il ne pouvait pas se défiler. Si l’avenir était noir, il le regarderait droit dans les yeux.
    La petite elfe était restée dans sa barque, sans chercher à emprunter l’échelle de corde que Martin — ce brave Martin, si sensible aux humeurs humaines — avait placée entre le pont et la chaloupe. Elle était sage, immobile, toute sa posture reflétait l’affliction. Mais Aigéan savait d’expérience qu’on ne pouvait se fier aux apparences.
    Il savait aussi que la Reine Garce n’userait pas deux fois du même subterfuge pour le piéger. Même si elle voulait sa revanche, elle la prendrait de manière différente, plus radicale, plus meurtrière.
    Il scrutait les flots tranquilles autour d’eux, les oiseaux et le ciel, et percevait, dans cette apparente sérénité, les ferments de la catastrophe.
    Aigéan était superstitieux, comme le sont souvent les marins. Mais il était quantité négligeable, il se le répétait, essayait de s’en persuader, sans y parvenir. Il s’était arraché aux griffes de la prison qu’avait bâtie l’avatar de la déesse. Après des années de servitude, avec tout le sang qu’il avait sur les mains, on l’avait libéré et exonéré de ses crimes. Vivre avec le souvenir de tant de ruine, n’était-ce pas suffisamment cruel ?
    Le vent murmurait quelque chose qu’il était seul à pouvoir entendre, une moquerie, un avertissement.
    Je deviens fou, songea-t-il, les doigts crispés sur le bois du gouvernail. Je deviens fou et je ne peux rien faire.
    Il n’avait pas eu l’espace de guérir, après sa libération, ne s’en était pas laissé le droit. Seul Kerun, au final, avait perçu qu’il lui fallait une pause, presque un an, avant d’affronter l’interrogatoire. Mais Aigéan n’en avait rien fait, de cette convalescence : il était remonté à bord, sous les ordres d’autres officiers, s’était épuisé à la tâche, comme si on pouvait enfouir l’horreur sans jamais avoir à la contempler.
    Les prêtres allaient et venaient sur le pont, oisifs et bavards, et dans son angoisse, Valtameri les surveillait. Des bribes de conversation lui parvenaient, souvent futiles, mais il guettait la moindre information sur l’étrangère. Il n’imaginait pas qu’elle leur dirait la vérité, cependant, aussi quand il entendit qu’elle prétendait avoir été offertes aux flots suite au décès tragique de son mari en mer, il n’en crut rien. Parmi les religieux, certains s’accordaient sur l’existence de coutumes barbares de ce type dans des peuplades reculées, et l’origine mazticanne de la demoiselle leur semblait plaider en ce sens. Elle venait d’une île, quelque part au large, mais elle ne savait pas indiquer de direction précise, pas plus qu’elle ne pouvait dater son sacrifice, car elle avait passé la majeure partie du temps dans sa transe elfique, qui brouillait les repères. Foutaises. Il n’avait aucune confiance en ce joli discours, aussi crédible soit-il. Ce genre d’heureuses rencontres n’existait pas. Umberlie avait voulu qu’elle croise leur route. Tymora n’avait pas droit au chapitre.
    De temps en temps, Martin survenait. Malgré son impassibilité, Aigéan savait que le Mélandien percevait son trouble. Il ne disait rien, cependant, se contentant de lui servir une tasse de thé ou un bol de gruau, de s’informer sur le cap ou la force du vent. Parfois, l’aveu affleurait au bord de ses lèvres : quelque chose d’affreux est sur le point de se produire, il faut abandonner le navire, retourner à terre, au plus vite. Mais il se maîtrisait, son second éphémère repartait courir entre les mâts, les voiles et les cordages, et il ne pouvait plus que barrer en silence, face au vent, à la mer, et à tout ce qu’il ne pourrait empêcher.
    Quand le soleil se mit à décliner, le genasi donna l’ordre de jeter l’ancre. Il scruta ensuite le pont avec hésitation, guettant les mauvaises rencontres. Sa cabine était la première au bas de l’escalier, il pouvait l’atteindre en évitant ses détracteurs, d’autant que la Chauntéenne était en cuisine. Le Sunite était inoffensif, assis à la proue dans sa tenue de naissance, et ceux qui bavardaient dans le château arrière ne s’extirperaient jamais assez vite de leurs fauteuils pour lui barrer la route. Il croisa le regard de Martin, qui terminait de ferler les voiles, puis bondit de son promontoire, traversa le pont, descendit l’escalier, entra dans sa cabine et s’y calfeutra, en sécurité.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  15. #15
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    2. Tempête


    La nuit était magnifique mais tranquille, certainement pas. Il fallait que le pont de l’Ivresse soit particulièrement bien insonorisé pour que ceux qui dormaient en cale ne soient pas déjà venus se plaindre du raffut que faisaient Othon et Brandon dans le château arrière. Martin ne savait pas qui avait dégoté un petit tonneau de rhum, mais les deux joyeux lurons en avaient largement profité, et continuaient à le faire, alors que la minuit était passée et que tout le monde était profondément endormi. Rachel, qui occupait toujours la chaloupe avec la dénommée Fiona, était venue les tancer une fois ou l’autre en cours de soirée, mais elle n’était plus apparue depuis un moment et Martin supposait qu’elle avait fini par s’endormir. Lui-même passait son quart au gouvernail, sans parvenir à se départir d’un grand sourire, car ils étaient comiques, ces deux vieux amis, mine de rien. Sans doute ne savaient-ils pas que, perché au-dessus de leur tête, Martin entendait l’intégralité de leur conversation, de plus en plus confuse au fur et à mesure qu’ils s’enfonçaient dans l’alcool. La moitié de ce qu’ils disaient était incompréhensible, et l’autre moitié tellement absurde qu’elle en était hilarante. Othon et Brandon riaient, enchantés par leur propre humour qui, à l’oreille d’un homme sobre, était dramatiquement minable. Mais leur joie était communicative et certains de leurs souvenirs de jeunesse plutôt intéressants, si on arrivait à abstraire la trame de leurs anecdotes décousues. Martin savait déjà comment les choses se passeraient le lendemain : Othon avait une constitution de fer et il se lèverait à l’aube, en pleine forme, pour saluer son Dieu. Brandon dormirait jusqu’à midi et émergerait avec une gueule de bois carabinée, errerait sur le pont en grommelant, puis soignerait le mal par le mal, mais avec une modération qui lui permettrait de récupérer le jour suivant.

    Martin essayait de débrouiller une histoire de wyverne dans la cave d’une taverne en ruines, quand il perçut un changement dans l’air. La brise s’était, un instant, chargée de glace. Ce n’était pas encore l’été mais ce genre de courant d’air froid n’était pas habituel. Il regarda autour de lui, le ciel chargé d’étoiles, la lune en maraude, mais les lumières qui constellaient le pont et les mâts ne lui permettaient pas de voir plus loin, et son regard humain demeurait aveugle face à l’immensité des ténèbres. Le bateau descendit puis remonta, descendit encore, remonta. La houle. Le mouvement était régulier et profond, lent, et malgré l’ancre, Martin sentait que le bateau était poussé vers le large. Peut-être le passage d’un autre navire, de plus gros tonnage, mais il n’y voyait strictement rien. Ce n’était pas impossible, la saison était propice à la navigation, et les Hélonniens friands de voyages en mer. Mais il ne voyait aucune ombre, aucune lumière, percevait juste ce mouvement. L’Ivresse se mit à tanguer, d’abord paresseusement, puis plus vite. Les filins des mâts claquaient dans le vent et Martin frissonna. Le temps était en train de se gâter. Le ciel, pourtant, paraissait toujours aussi limpide, les étoiles étaient innombrables, mille millions d’étincelles sur un grand drap noir.

    Une bourrasque ulula dans les hauteurs, agitant les voiles repliées, comme pour les arracher à leurs cordes. La houle était plus forte, le bateau bougeait plus rapidement et Martin chercha à nouveau un signe, la source de ce grain imprévu. Peut-être le passage d’une tribu de Douces, ces énormes animaux marins placides et curieux, qui venaient parfois rendre visite aux navires, provoquant toujours le ravissement des passagers. Mais ça n’expliquait pas le vent. Il hésita. Le mouvement devenait de plus en plus marqué, un miracle que personne ne soit encore monté sur le pont. Il posa la main sur la poignée qui actionnait l’alerte au capitaine et tira deux coups secs. Par un système de câbles, une clochette avait désormais résonné dans la cabine de Valtameri. Il ne fallut pas une minute pour qu’il émerge sur le pont, figure pâle dans la nuit. Il arriva comme une flèche, la chemise froissée sur les épaules, mais se figea à mi-parcours, les yeux levés. Surpris, le jeune Mélandien suivit son regard, et découvrit ce qu’il n’avait pas vu jusque là, la silhouette massive d’un nuage qui couvrait les étoiles, absorbant la lumière des cieux, énorme et mouvant, et qui arrivait de leur droite. Ses ténèbres furent rompues par quelques éclats violacés, traces d’orage. Valtameri avait repris ses esprits et rejoignit Martin au gouvernail.

    « Nous allons devoir la chevaucher, annonça-t-il d’une voix ferme. Nous n’avons pas le temps de la fuir. »
    Martin n’osa pas verbaliser son incrédulité. Une fichue tempête ? Comment une telle chose était-elle possible ? Le capitaine n’avait pas le temps pour ses états d’âme.
    « Va réveiller Joshua et Casper, il faut sceller le pont et le château arrière, nous ne pouvons pas prendre d’eau. »
    Martin acquiesça sans protester et se cramponna à la rambarde pour descendre, malmené par le vent et la houle de plus en plus forte. Il se mit à pleuvoir, doucement, quelques gouttes.
    « Qu’est-ce qui se passe ? » demanda une voix ensommeillée, en contrebas.
    Martin se pencha vers la chaloupe amarrée, puis jeta un œil à Valtameri. Concentré sur la tempête, le capitaine ne verrait rien.

    « Grimpez rapidement à bord. Réfugiez-vous dans le château arrière. Discrètement. » lança-t-il à mi-voix.
    Le navire fit une embardée et le cordage qui retenait la chaloupe se tendit avec un grincement. Rachel jura mais Martin ne pouvait pas attendre qu’elles arrivent. Il courut vers l’avant du navire et tomba sur Brandon Devlin qui, vacillant, fixait le ciel depuis l’embrasure de la porte. Il paraissait stupéfait.

    « Mais c’est une tempête ?
    — Maître Devlin, vous devez rester à l’intérieur avec messire Othon. Rachel va arriver… »
    Il baissa le ton, le bateau descendit d’un bon mètre et les vagues claquèrent sur son flanc droit. Il gîta dangereusement, se redressa. Martin s’accrocha au prêtre.
    « Calfeutrez-vous à l’intérieur ! » lança-t-il, avant de partir vers les cales.
    Le pont s’inclina, il se rattrapa au premier mât pour ne pas perdre l’équilibre. Faire sortir des bleus comme Joshua et Casper dans pareille situation lui semblait suicidaire. Il y en aurait un à l’eau dans les trois premières minutes. Avant de s’engouffrer sous le pont, il se tourna vers Valtameri qui barrait, solitaire, sous une averse désormais intense. Une vague furieuse s’abattit sur lui sans qu’il ne bronche. Martin descendit.
    Sous le pont, l’univers était en mouvement et Martin faillit s’assommer contre le plafond à la faveur d’un brusque plongeon de la proue. Lui qui avait un excellent pied marin sentit son estomac remonter dans sa gorge. Une porte s’ouvrit sur Garance, échevelée, pieds nus.

    « Qu’est-ce qui se passe ? »
    Toujours la même question.
    « Nous essuyons une petite tempête, répondit-il avec le flegme qu’il estimait nécessaire. Restez bien à l’abri. »
    Une seconde porte s’était ouverte, un peu plus loin, et Martin vit la tête de Soren en sortir.
    « Nous allons sceller le pont.
    — Sceller le pont ?
    — Oui, l’eau ne peut pas entrer. Tranquillisez-vous : le capitaine Valtameri est à la barre, tout ira bien, mais ça va secouer. »
    Comme pour appuyer son propos, le navire gîta brusquement à bâbord, projetant Soren dans la coursive et renvoyant Garance dans sa cabine avec un claquement de porte.
    « Bon, préviens-nous si on coule. » dit le Sunite avant de retourner, vaille que vaille, jusqu’à la sienne.
    L’Ivresse fit un bon en avant, puis se cabra avant de retomber dans un claquement sourd. C’était un petit voilier, son salut dépendait de la maîtrise de son capitaine. Martin s’engouffra dans la cabine de Casper et Joshua sans frapper.

    « On a besoin de vous sur le pont… »
    Casper était déjà en train de s’habiller, les yeux agrandis par la terreur, mais il acquiesça avec vivacité.
    « Où est Joshua ? »
    Le navire gémit sous leurs pieds. Le tonnerre roulait désormais, tout proche.
    « Je ne sais pas… Je… »
    Son lit n’était pas défait, il n’était pas venu se coucher à la fin de son quart. Martin songea subitement à Soren avec une pointe de colère. Était-il possible que cet imbécile soit venu débaucher un des trois marins ?
    « Va rejoindre le capitaine. »
    Il avait l’impression de l’envoyer à la curée.
    « Accroche-toi à tout ce que tu peux, tout le temps. Ne te fie pas à la moindre accalmie. Suis scrupuleusement les ordres du capitaine. »
    Le jeune homme qui était une fille acquiesça en terminant d’enfiler ses bottes.
    « Je vais dénicher Joshua. »
    Il retourna dans la coursive, bien arrimé à la barre de sécurité, et remonta le couloir vers la chambre de Soren. Fichu Sunite. Martin n’ignorait pas qu’il jaugeait tous les membres de leur groupe avec une petite idée derrière la tête, il connaissait la concupiscence par cœur, mais de là à déforcer l’équipage, c’était d’un égoïsme sans bornes.
    C’est alors qu’il remarqua qu’il y avait de l’eau dans la coursive. Pas quelques gouttes, le fruit d’une vague qui aurait profité de l’ouverture de la porte. Non. Une véritable couche d’eau, déjà profonde d’un pouce. Martin sentit son cœur se serrer. Il y avait une brèche.
    Il leva les yeux vers la poupe, scrutant le bout du couloir. Le bateau bondit, un éclair claqua et même dans cette caisse de bois obscure, il en vit la lueur. Qui venait du fond.

    Il accéléra le long de la coursive, jusqu’au bout, et sans hésiter, atteignit la cabine qui renfermait Nimdéorn et sa cage de magie. La porte s’ouvrit sans heurts sur une pièce déserte. La cage de l’ensorceleur drow était défoncée vers l’arrière, et, dans la coque de l’Ivresse, s’ouvrait un énorme trou par lequel le prisonnier avait dû fuir. A présent, la mer s’y engouffrait sans barrière, et Martin referma vivement la porte, tout en sachant que cela n’aurait aucun effet.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  16. #16
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    En surface, on n’y voyait plus grand-chose. Le vent déchaîné secouait l’Ivresse et Valtmeri la sentait lui échapper. Arcbouté sur le gouvernail, il devinait que le bois allait céder, le privant de tout contrôle sur son navire, qui deviendrait alors le jouet des éléments. Il l’était déjà. La pluie était tellement drue qu’on ne distinguait plus rien, qu’on n’entendait pas davantage, et il fut presque saisi quand Casper surgit, trempé, à ses côtés.
    « Capitaine ? » demanda l’adolescent d’un air perdu.
    Valtameri lui adressa un sourire amer.

    « Accroche-toi et prie, mon garçon, il n’y a rien d’autre à faire. »
    Depuis le ciel noir, un éclair orange s’abattit droit sur le premier mât, qui explosa dans une pluie d’esquilles.

    Dans le château arrière, il faisait noir et tout ce qui n’était pas arrimé fermement volait en tous sens. C’est-à-dire un nombre impressionnant d’objets dangereux, gobelets, bouteilles, des figurines d’Hermines, des couverts et des assiettes, des reliefs de nourriture. Brandon, Othon, Rachel et la petite elfe avaient trouvé refuge sous la table, vissée au sol.

    « Ce n’est pas normal, dit Rachel. Cette tempête. »
    Ils entendirent un craquement monstrueux, comme si le bateau se disloquait sous leurs pieds. Brandon lui retourna un regard trouble et elle jura.
    « Je vais aider, répondit le Tymoran en attrapant le pied d’une chaise.
    — Tu vas quoi ? fit Othon, à peine moins vaseux.
    — Aider. Tu sais. Aider.
    — Ah. »
    Rachel le retint par un coin de son aube.
    « Aider comment ? Tu ferais mieux de prier Tymora ! »
    Mais Brandon avait pris sa décision et il s’extirpa de sa cachette. Othon le suivit. Rachel ne put que les regarder faire les imbéciles, mais elle eut la jugeote de ne pas bouger.

    Martin s’agenouilla près de la magicienne mystranne, mais elle gisait, égorgée, en travers de sa couchette. Le corps était encore chaud. Le bateau gîtait de plus en plus sur bâbord. Il allait chavirer puis se retourner. Il fallait évacuer. Il se redressa, essuya le sang qui lui maculait les mains sur ses chausses, puis remonta le couloir en frappant à toutes les portes.

    « Tout le monde dehors ! Aux chaloupes ! »
    Valtameri devait avoir réalisé qu’il y avait un souci. Malgré la violence de la houle, l’inclinaison de l’Ivresse était impossible à ignorer. Martin n’attendit pas que les prêtres sortent, ils se débrouilleraient bien seuls, et peut-être pourraient-ils sécuriser un rien la situation à l’aide de sortilèges. Kerun, par contre, aurait besoin d’un coup de main.

    Othon passa un bras autour du ventre de Brandon, puis s’arrima de l’autre au mât survivant. Le pont de l’Ivresse était incliné sur la gauche et la pluie l’avait rendu glissant. Au-dessus d’eux, un nuage monstrueux déroulait ses tentacules de brume obscure à une vitesse inouïe, agité de fureur, et la pluie déferlait, chargée de glace puis de grêle. Le paladin ferma les yeux et contracta toute sa musculature. Le poids de son ami gesticulant sous l’averse était un fardeau qu’il pouvait supporter et qu’il ne pouvait lâcher, absolument pas lâcher. Ils avaient traversé mille aventures ensemble, quand ils étaient de jeunes aventuriers encore verts, et la réminiscence de ces épisodes bénis était le baume qui lui permettait de tenir. Son esprit était trouble, il avait trop bu, et il n’était pas certain de savoir exactement ce que Brandon était en train de faire, sans doute lancer un sortilège formidable. Tout ce qui comptait était de tenir, de le retenir, parce que c’était l’essence de l’amitié, ce soutien indéfectible.
    Mais il ressentit soudain une douleur vive, en plein front, et sut qu’il devait lâcher, impérativement. Alors il lâcha.


    « Ne fais pas l’imbécile, dépêche-toi ! » s’exclama Soren.
    Llewellyn, nu comme un ver, essayait de récupérer ses chausses en dépit de l’enfer qui se déchaînait autour d’eux.

    « Tu veux te noyer ?
    — Je ne veux pas mourir d’hypothermie ! » rétorqua-t-il avec colère.
    Soren haussa les épaules et sortit en courant. Il se protégerait des éléments au besoin. On n’était pas en plein hiver. Dans le couloir, l’eau lui montait aux chevilles. En route vers la sortie, il buta sur Martin, qui bloquait le passage. Il paraissait pétrifié et Soren, suivant son regard, découvrit la cabine voisine complètement sous eau. Dans les faibles lueurs que diffusaient encore les lampes magiques du couloir, il devina la mer en mouvement, et un trou béant dans la coque.

    « Kerun… » lâcha le Mélandien.
    Soren l’attrapa par la taille et le tira dans les escaliers, l’arrachant à ce spectacle.

    « Viens. »
    Que pouvait-il dire d’autre ?

    L’Ivresse gémit à nouveau, fit une embardée, claqua sur la mer déchaînée, qui la renvoya dans l’autre direction. Le navire sa cabra, proue vers le ciel, retomba à nouveau et cette fois, quelque chose se déchira, profondément, en son ventre. Garance vit la coursive se rompre juste devant ses pieds, tandis qu’elle tirait Marcus derrière elle et l’eau se rua vers eux, les emportant. Elle sentit sa prise sur la main de l’intendant glisser et elle le perdit. La panique fut de courte durée car quelque chose la heurta à la tête et elle perdit connaissance.


    Rachel avait sorti la petite elfe de leur cachette. Elle la poussa devant elle tandis qu’elles contournaient le château arrière.
    « Retourne à la chaloupe. Attends-moi. » dit-elle.
    Fiona hocha la tête, terrifiée mais obéissante, et escalada lestement l’échelle de corde. Le bateau était en train de couler, plié comme un morceau de parchemin. Au-dessus d’eux, la fureur de la tempête ne voulait pas faiblir. Rachel détacha la corde qui retenait la chaloupe. C’était la seule chance de la sauver. Elle hésita à la rejoindre, mais c’était chose impossible : elle devait retrouver les autres, quels que soient ces autres.

    Assommé, Martin se laissa remorquer par Soren jusqu’à la surface. La poupe était en train de sombrer et le pont bombait d’une manière lugubre, sur le point de se rompre. Il n’y avait plus personne sur le pont, plus personne à la barre. Valtameri surgit comme un diable, juste à côté de lui.

    « Où est la seconde chaloupe ? »
    Martin lui retourna un regard vide et le capitaine jura.
    « Rassemble un maximum de monde dans la chaloupe de la poupe. Si elle est toujours là. »
    Il fallait qu’il se mette en mouvement. Penser était superflu.
    Mais le pont choisit cette instant pour se briser, et Martin et Aigéan furent projetés à l’eau.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  17. #17
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Il n’y avait plus aucune lumière, plus non plus de ciel ou de mer, tout était agité, dans tous les sens, dans un chaos mortel. L’Ivresse était réduite à des débris sous l’orage, chaque vague frappait ce qui surnageait avec violence, engloutissant peu à peu les vestiges de la traversée. Tant l’avant que l’arrière du navire coulaient lentement, le dernier mât s’était abattu avec violence. Le mouvement de l’eau autour de la proue faisait siphon, aspirant ce qui passait à proximité, et la houle s’était encore intensifiée.

    Gelé, trempé, se raccrochant à grand peine à un assemblage de planches, Martin avait envie de lâcher. Une vague le repoussa sous l’eau, une seconde, il but la tasse, mais ses doigts restèrent cramponnés à sa bouée improvisée. Survivre, toujours, c’était son maître mot depuis si longtemps. Mais pourquoi ? Qu’est-ce que cela lui avait apporté, au fond, sinon toujours plus de souffrance ? Mourir noyé était douloureux, mais il avait déjà eu mal, plus que la plupart des gens. Il pouvait faire face et hurler une dernière fois. Personne ne l’entendrait.

    Rachel nageait vaille que vaille, désorientée. Elle n’y voyait rien, ne sentait plus ses jambes, avait avalé une quantité d’eau inimaginable. Elle était lasse, quelque chose lui coulait dans le visage, plus chaud, du sang, elle savait qu’elle avait pris quelque chose sur la tête, au moment où le bateau s’était effondré. Mais les Lathandrites n’abandonnent pas, c’est de nature. Aussi continua-t-elle à nager, sans but, droit devant elle, ou alors vers le bas, ou la gauche, comment savoir ? L’univers tout entier était un tourbillon.

    La pluie se faisait grêle, puis pluie à nouveau, le firmament était noir et les nuages flirtaient avec le sommet écumeux des vagues. Marcus était étendu, face vers le ciel, prêt à mourir. De son point de vue, il était de toute façon mort depuis un certain temps, déjà. Le ciel menaçant ne laissait passer aucune lumière, aucun signe que Lathandre, quelque part, se souciait d’aucun d’eux.

    Les éclairs claquaient, et tôt ou tard, l’un d’entre eux frapperait la surface de l’eau, électrocutant tous ceux qui se trouveraient à proximité. Brandon le savait, même dans les brumes de son ivresse. Ce n’était pas une question de chance ou de malchance, c’était juste un fait. Il y aurait une courte explosion, puis l’onde mortelle se propagerait dans les vagues, et ils finiraient tous grillés. Il ne savait pas si la tempête, et le mouvement qu’elle imprimait à l’eau, pourrait agir, éventuellement, comme une protection. Il connaissait sûrement un sortilège pour s’en prémunir, mais il n’était pas en état de s’en souvenir, et de toute façon, il ne l’avait sûrement pas mémorisé la veille. Son cerveau fonctionnait au ralenti, abruti, épuisé, attendant désormais cet éclair inévitable, qui jetterait le rideau sur cette mésaventure.

    Le drap que Llewellyn avait utilisé pour dissimuler sa nudité l’entraînait vers le fond. Ithilion était une cité située loin dans les terres, et il n’avait jamais été bon nageur. En temps normal, il aurait pu user d’un sortilège pour se protéger, mais les éléments déchaînés rendaient toute concentration impossible. Il ne pouvait que maudire, maudire et surnager vaille que vaille. Il lui était cependant de plus en plus difficile de rester à la surface, il n’arrivait pas à se dépêtrer de l’étoffe entortillée autour de son corps, de son poids qui l’attirait vers les abysses. L’eau s’engouffrait dans sa bouche, son nez, il crachait en essayant de se raccrocher à quelque chose, un morceau de bois de passage, mais chaque fois, l’objet s’enfonçait sous les flots, la mer le lui arrachait ou au contraire, le projetait contre lui comme pour l’assommer. Il comprit qu’il allait mourir et la panique l’envahit, bien plus puissante que tout le sang-froid qu’il avait jamais cru posséder.

    L’orage avait pris une forme circulaire, un tourbillon de noirceur, et en son cœur, les éclairs se concentraient par petits éclats, comme reprenant leur souffle avant une ultime déflagration. Un seul rai de lumière fulgurant, claquant sur l’onde, avant la nuit éternelle. Certains le virent, mortel et aveuglant, le baiser de Talos à la Reine Garce.

    Mais au moment fatidique, quand le coup de grâce fut porté, une lueur rose fusa à la surface de l’eau, couvrant, une seconde, la mer déchaînée d’un tapis de lumière. La percevoir fut presque impossible, car elle se diffusa en un battement de coeur, mais chacun de ceux qui baignaient dans l’océan, transis et désespérés, la ressentit au plus profond de lui-même, comme une caresse.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  18. #18
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Martin sentit une main sur son épaule et se retrouva nez à nez avec Aigéan Valtameri. Celui-ci l’arracha à ses planches et le remorqua derrière lui, lui maintenant la tête hors de l’eau, tandis qu’il nageait dans les vagues agitées. Le Mélandien ne chercha pas à se débattre, trop épuisé pour résister à son capitaine. Valtameri savait où il allait et en dépit de la violence de la tempête, il progressait à bonne vitesse. En tant que genasi, il se souciait peu d’avaler de l’eau : il était dans son élément. Ils s’immobilisèrent peu après et Valtameri fit pivoter Martin pour l’amener face à une bordure en bois. La chaloupe. Quelqu’un se pencha en avant pour l’aider à grimper, et il reconnut Casper à sa silhouette contre le ciel qui grommelait toujours. Valtameri le poussa par derrière et il s’affala sur le banc de nage. La chaloupe chevauchait la vague, avec détermination, et il sut qu’il était en sécurité. Valtameri, de son côté, était reparti à la recherche de survivants.


    Llewellyn sombra, s’agita une ultime fois et laissa l’eau entrer dans ses poumons, sans le vouloir mais sans pouvoir s’en empêcher. Puis il fut vigoureusement ramené à la surface, comme un poisson ferré, et propulsé sur quelque chose de dur, qui lui heurta violemment le front.

    « Le bouche à bouche ou tu vas cracher ? » demanda Soren.
    L’Oghman toussa douloureusement tandis que le Sunite lui frappait vigoureusement le dos. Une odeur abominable lui frappa les narines. Ils étaient dans la barque de pêche, la minuscule embarcation que l’on envoyait au large pour approcher les bancs de poissons apeurés par la masse imposante du voilier.

    « Bravo. » dit Soren.
    Ils étaient secoués et on n’y voyait rien, mais ils étaient vivants, tous les deux.

    « Je peux… croassa Llewellyn, avant de s’interrompre, claquant des dents, incapable de rassembler deux bribes de sortilège.
    — Trop tard. » répondit le sculpteur avec un aplomb un peu inquiétant.


    Revigoré par la lumière providentielle, Brandon se hissa à plat ventre sur ce qui passait à proximité, un large morceau de coque incurvé, pas vraiment une barque mais déjà mieux que rien. On n’y voyait goutte, la mer était toujours déchaînée, et il avait mal au crâne. Il avait l’impression que le cœur de la tempête s’était déplacé, cependant, que l’accalmie était proche. Il s’assit, frissonnant, et son radeau de fortune tangua sans chavirer. La pluie était moins forte mais elle brouillait toujours la vue. Il vomit de l’eau salée, deux fois, un goût abominable. Quelque chose vint heurter son esquif et il entendit un petit « aïe », à peine murmuré. Stupéfait, il se déplaça précautionneusement et tâta la surface de l’eau. Sa main attrapa un morceau d’étoffe et des doigts glacés se refermèrent sur son avant-bras, lui arrachant un cri de surprise. Il sentit la personne qu’il avait trouvée se débattre dans l’eau et il se coucha pour ne pas renverser son embarcation.

    « Ne bougez pas… Je vais… vous sortir de là. »
    Il s’agissait à présent d’agir avec méthode, sans précipitation, mais Tymora se montrait généreuse, il ne fallait pas tout gâcher. Petit à petit, il tira le naufragé jusqu’à lui, pouce par pouce, sensible aux mouvements du radeau, des vagues, de moins en moins féroces, et finit par l’arracher complètement à l’océan.
    « Ça va ? demanda-t-il à l’ombre.
    — Devlin, c’est vous ? » répondit une voix faible.
    Il fallut à Brandon plusieurs secondes interloquées avant de se souvenir que Marcus était à bord de l’Ivresse et qu’il n’était donc pas complètement absurde de le rencontrer en plein naufrage.


    Valtameri reparut et hissa une forme inerte dans la chaloupe. Martin et Casper l’aidèrent.

    « C’est la Chauntéenne. Elle est inconsciente, dit le genasi. Elle a besoin d’aide. »
    Il était déjà reparti. Martin posa les doigts à la gorge froide de la jeune femme, trouva un pouls faible, puis la bascula sur le côté pour l’aider à régurgiter de l’eau. Elle toussa, prise de spasmes, et il l’entendit prendre une abominable inspiration crépitante, avant de tousser à nouveau. Tout son corps tremblait, mais il n’y avait rien, à bord, pour la réchauffer. Par dépit, il essaya de la frictionner. Elle serait sans doute mieux sans ses vêtements, mais la pluie demeurait glacée même si elle avait baissé d’intensité. A côté de lui, Casper s’activait en claquant des dents. Le dernier passager, la petite elfe étrangère, était immobile et silencieuse, calfeutrée en proue. En contemplant l’orage, la nuit et leur situation, Martin se força à penser en Lathandrite et non en Mélandien. Ce n’était pas facile. Pas facile du tout. Mais il le devait à ceux qui avaient disparu.


    Rachel devina la barque à la faveur d’un éclair distant, sa silhouette noire flashant devant ses yeux, avec au moins un passager, debout. Contre toute attente, elle avait encore de l’énergie et découvrir, enfin, un objectif, lui rendit courage. Elle nagea au travers des vagues, recrachant l’eau salée qui essayait de la noyer, d’une brasse vigoureuse, puisant dans ses dernières ressources. Puis elle attrapa le plat-bord, enfin, et s’y stabilisa, consciente qu’un mouvement trop brusque risquait de faire chavirer la petite embarcation. Rien que ça, ce bois sous sa paume glacée, la remplit d’un soulagement indicible. Ne jamais perdre espoir. Elle allait s’en sortir, juste le temps de reprendre son souffle. Une main chaude toucha son poignet pour l’aider à grimper. La barque vacilla. Rachel essaya de se raccrocher aux vêtements de son sauveteur mais ne rencontra que le vide, puis elle effleura une peau nue, tiède, du bout des doigts et jura à mi-voix en basculant en avant.

    « Rachel, bienvenue ! »
    Le ton de Soren avait quelque chose d’un peu dément et Rachel se demanda si elle n’était pas plus en sécurité dans l’eau, tout bien réfléchi.


    A bonne distance, vers le sud, Othon observait la tempête. De temps en temps, un éclair illuminait la mer agitée où, quelques minutes plus tôt seulement, s’était tenue l’Ivresse des Profondeurs. On n’en voyait plus rien, désormais. Quelques taches noires à la surface de l’eau, peut-être, mais il n’en était pas sûr. Les mains sur les rames, il bandait toute sa volonté vers le théâtre du drame, mais une autre volonté, plus forte, le forçait à s’éloigner, petit à petit, sans qu’il puisse lutter. La douleur dans son front, ses tempes, était intense et inutile. Il ne parvenait à rien, sinon à ramer dans la mauvaise direction. Debout devant lui, fixant les vestiges du naufrage, se tenait Inathaliel Nimdéorn, dit Feu Grégeois, dont le paladin ne savait rien, hormis que c’était une crapule, et qu’il le tenait fermement sous domination. Le drow avait déchaîné un nombre impressionnant de sortilèges sur l’Ivresse, la mine impassible et concentrée, à l’abri sur leur chaloupe. Derrière Othon se trouvait Joshua, le jeune marin antelucien, qui était peut-être contraint lui aussi, mais le paladin n’en était pas sûr. A ses pieds, inerte mais vivant, gisait Kerun. L’elfe avait à peine bougé depuis qu’Othon avait été forcé à abandonner l’Ivresse pour grimper à leur bord. Il s’était redressé une fois et s’était pris une botte en plein visage, le renvoyant à sa torpeur dans le fond de la chaloupe. C’était le seul moment où Nimdéorn avait manifesté la moindre émotion, et Othon avait su, en contemplant son expression, qu’il aurait mieux valu qu’ils se noient.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  19. #19
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    3. Naufragés


    L’aube, magnifique, se leva sur ce qui restait de l’Ivresse des Profondeurs, c’est-à-dire pratiquement rien. La mer était tranquille, le ciel limpide, et le soleil nimba les vestiges de la traversée de sa lumière fantastique. Un livre aux pages gorgées d’eau. Un luth brisé. Quelques fruits et tubercules. Des morceaux de bois aux formes diverses, ici la latte d’un sommier, là le pied d’une chaise, des planches du pont, de la coque. Des vêtements aussi. Une bouteille vide. L’aileron d’un requin fendit la surface, quelques secondes, avant de disparaître vers les profondeurs. Des survivants, nulle trace.


    La terre, enfin. Aigéan reprit son souffle une dernière fois, et fournit l’effort nécessaire à atteindre la plage. Quand la chaloupe racla sur le sable, Martin sauta dans l'eau pour l’aider. Tous deux pâles, transis et épuisés, ils poussèrent et poussèrent encore, jusqu’à ce que leur embarcation se bloque définitivement, à l’abri des vagues. Derrière eux, la mer encore grise était irisée de lumière jaune et rose, et la seule chose qui frappait le génasi était la position du soleil, du mauvais côté, exactement là où il n’aurait pas dû se trouver. Mais ce n'était pas le moment.
    « Il faut allumer un feu. » murmura-t-il.
    Martin acquiesça et le capitaine se laissa tomber à terre. Il avait nagé toute la nuit, d’abord au milieu de la tempête, un temps interminable, puis sur une mer calme, guidant leur équipage, conscient qu’il leur fallait absolument, rapidement, trouver un point de chute. La prêtresse chauntéenne était glacée et inconsciente, Casper avait claqué des dents pendant des heures avant de sombrer dans un mutisme de mauvais augure, et cette satanée elfe était demeurée immobile, inutile, tandis que Martin, en silence, essayait de réchauffer qui il pouvait. Aigéan avait poussé la chaloupe, au hasard du flux et du reflux des vagues, désorienté sous les nuages. Il resta couché dans le sable humide pendant plusieurs minutes, les membres douloureux, avec une profonde envie de dormir. Il ne pouvait pas se le permettre.
    Il se redressa en prenant appui contre la paroi de la chaloupe et jeta un coup d’œil à l’intérieur.

    « Il faut sortir, annonça-t-il. Vous réchauffer. »
    Casper hocha la tête. Son visage avait pris une teinte presque bleue mais il parvint à se lever, vaille que vaille, et à enjamber le bord de la barque en tremblant. La petite elfe fixait le capitaine avec intensité et il ne put s’empêcher de grimacer et de détourner le regard. Il savait qu’elle n’y était pour rien, que c’était Nimdéorn qui avait provoqué la tempête qui les avait engloutis. Mais dans le même temps, elle était arrivée à la veille du désastre, comme un élément parasite qui avait tout déséquilibré, leurs inquiétudes, leurs suspicions, leurs loyautés.
    Elle resta dans la chaloupe alors qu’il y montait pour en sortir la Chauntéenne. Elle était tout juste vivante.
    « Elle va s’en sortir ? demanda Casper, dans son dos.
    — Je n’en sais rien. » répondit-il en l’entraînant un peu à l’écart des vagues.
    La mer montait encore. Il jeta un regard circulaire autour d’eux. Au-delà de la plage moutonnaient quelques dunes, puis des buissons denses, vert sombre, obstruaient la vue. Il n’y avait aucune construction visible, mais Aigéan devinait des sentiers, au moins deux, s’enfonçant dans les broussailles. Ils avaient peut-être été tracés par des animaux, mais peut-être aussi par des hommes. Ils avaient besoin d’aide. Mais sans savoir où ils étaient, prendre ce risque… Il ne voulait pas encore y penser.
    Martin avait rassemblé du bois flotté qu’il arrangeait en une petite pyramide. Son visage était complètement fermé mais ses gestes précis. Valtameri s’approcha, déposa la Chauntéenne sur le sol. Leur feu était terminé, manquait l’étincelle, et à cet instant, les deux hommes s’entreregardèrent, un peu égarés. Le genasi portait ses vêtements de nuit, il était pieds nus, il avait à peine eu le temps de passer une chemise avant de sortir sous la tempête. Martin avait gardé sa tenue ordinaire, mais allumer un feu, sur le pont d’un navire, ce n’était pas exactement chose fréquente et ses poches étaient vides. Le salut vint de Casper, qui leur tendit deux silex affutés, les mains trop tremblantes pour se charger lui-même du travail. Le feu prit, les flammes s’élevèrent, et un soupir de soulagement s’échappa simultanément de leurs lèvres.

    « Attention à vous réchauffer progressivement, dit Aigéan. Un contraste trop fort pourrait vous tuer. »
    Il se retourna ensuite vers la Chauntéenne, mais Martin le devança.
    « Reposez-vous. Vous en avez besoin. »
    Le genasi acquiesça, assis sur le sable, à nouveau balayé par une lassitude sans limites. Il avait l’impression qu’il aurait pu se rouler en boule et dormir mille ans. Son regard se porta vers le large, vide, vers ce soleil lointain. Ils avaient dérivés jusqu’en Dorrandin, c’était la seule explication possible. Le détroit entre les deux îles n’était pas très large, ils devaient se trouver quelque part entre Vys et Anarelis, en pleine zone mélandienne. Martin terminait de déshabiller la prêtresse et il la tourna précautionneusement vers le feu. Elle avait la peau blanche, une marque violacée en travers du visage, les lèvres bleues. Le genasi se demanda par quel maléfice, avec un bateau plein de prêtres, il se retrouvait avec un seul d’entre eux, et inconscient par-dessus le marché. Il avait cherché dans les décombres, sous les rafales de vent et de pluie, alors que la houle malmenait tout ce qui restait de son voilier, mais il n’en avait trouvé aucun. Il avait appelé et appelé encore, mais les hurlements de la tempête avaient tout emporté. Il avait retourné des planches, inspecté les mâts, plongé jusqu’à l’intérieur des parties du bateau qui sombraient. Il n’avait trouvé personne, sinon le corps de la Mystranne qui dérivait entre deux eaux. Pendant un instant, il avait songé à la remonter à la surface, mais trop de vivants manquaient à l’appel et il avait renoncé. La fatigue avait eu raison de ses efforts, la fatigue et la conviction qu’il fallait sauver ceux qui pouvaient l’être plutôt que s’acharner à traquer des disparus.
    A présent, sur cette plage inconnue, il se demanda s’ils étaient vivants.
    Les marins, dans le port de Luménis, disaient de lui qu’il était maudit. Il venait de perdre un nouveau navire, l’Ivresse, dont c’était la première traversée. Il avait perdu son équipage, ses passagers, et n’arriverait jamais à destination. Les marins, dans le port de Luménis, avaient raison.
    Il réprima un soupir et se massa lentement les tempes. Son regard tomba sur Casper, recroquevillé devant le feu.
    « Enlève tes vêtements, mon garçon. » dit-il, par réflexe.
    Le matelot lui retourna un regard effrayé. Aigéan nota alors, sur son épaule, la présence d’une petite chouette grise. Casper secoua la tête sans desserrer les lèvres.

    « Tu vas attraper la mort. » répéta le capitaine.
    Martin revenait vers eux et il s’accroupit derrière Casper, qui sursauta. Aigéan le vit lui souffler quelque chose à l’oreille. Les yeux de l’adolescent s’écarquillèrent et il opina du chef.

    « Capitaine, ça vous gêne de vous retourner ? Cas…
    — Cassie, souffla le matelot, légèrement empourpré malgré sa pâleur.
    — Cassie a besoin d’intimité. » termina Martin.
    Aigéan demeura bouche entrouverte puis acquiesça vivement et leur tourna le dos, contraint à contempler la mer, qui l’avait à nouveau trahi et rejeté.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  20. #20
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Les yeux fermés, Martin écoutait le souffle du vent, cherchant à faire le vide. Il avait mal à la tête et il entendait le sang pulser dans son organisme, à ses poignets, dans ses tempes, contre sa cage thoracique, trop rapide, mais furieux. Il était encore et toujours vivant. La mécanique humaine, une merveille.
    Il avait mal à la tête car il s’empêchait de pleurer. Il l’avait fait mille fois, la douleur était toujours aussi vive.
    Dès l’instant où les portes du bordel s’étaient refermées sur sa jeunesse et sa liberté, il avait su qu’il ne fallait pas s’attacher. Gaspiller ses sentiments sur des misérables, qui sont là un jour, disparus le lendemain, victimes des lubies des autres, de leurs propres errements, morts, vendus, rendus fous par la souffrance, en fuite, échangés, oubliés. Pendant les premières années, il était resté replié sur sa propre douleur, l’horreur de chaque jour, stupéfait de s’éveiller en enfer, et de subir, inlassablement, sans aucune porte de sortie. Puis il s’était résigné, et il avait réalisé qu’il pouvait tisser des liens fragiles, sans valeur, donner son affection et la perdre le lendemain sans en ressentir grand-chose. C’était la seule solution : prendre la chaleur quand elle venait, et ne pas pleurer sur sa disparition. Il s’était fait des amis d’infortune, jeunes et brisés, désespérés, cyniques, aspirant à quelque chose que chaque nouvelle aube renvoyait à la nuit. Il les avait vu rire, pleurer, supplier, souffrir et mourir. La plupart avaient disparu et il avait haussé les épaules, reporté son attention sur les suivants. C’était la loi de son existence, il ne pouvait que s’y plier. Bien sûr, quelques figures étaient immuables, parmi les maîtres, son propriétaire, ses employés, les clients. Mais ceux-là étaient autres, et même s’ils paraissaient parfois emplis de compassion, c’était un leurre dont il fallait toujours se défier.
    Une fois libre, sur Mersant, les choses avaient été un peu différentes. Tous les courtisans — un mot plus doux que ce qu’il avait été à Mélandis, mais l’activité était la même — avaient choisi de l’être. Martin se doutait que ce « choix » n’en était pas souvent un, mais ils n’avaient jamais abordé la question, car elle était intime et honteuse. Lui-même n’avait aucune envie de se raconter. Il avait le cœur sec, et barricadé, mais toujours la même propension à se lier sans arrière-pensée, et il l’avait fait avec Elerinna, Ruyven, Maureen et Sullyan. Quelques années d’insouciance, et peu à peu, il avait baissé sa garde. Dix ans de désert avant de trouver un filet d’eau, il s’était abreuvé. L’avenir était rude mais aussi réconfortant. Et puis tout avait été emporté. Les pirates avaient déferlé sur l’île, Sullyan était morte en essayant de les défendre, Elerinna avait été massacrée par des créatures aquatiques, Ruyven avait été sacrifié à Umberlie. Le sang avait coulé dans le port, les cavernes, le pont des caraques et l’océan meurtrier.
    Martin s’était souvenu qu’il ne servait à rien de s’attacher. A rien. Il n’y aurait jamais personne dans sa vie, personne pour lui ouvrir les bras, sans envie de luxure, et lui assurer que tout irait bien.
    Et pourtant il y avait cru, à nouveau, comme un imbécile.
    Personne à Mélandis, personne à Mersant, et personne, non plus, à Luménis.

    « Il n’est pas forcément mort. »
    Il s’essuya les yeux d’une main rageuse. Valtameri était debout à côté de lui, tourné vers le large. Sa chemise humide claquait dans la brise, le soleil avait gagné en hauteur.
    « J’ai vu sa cabine, elle était sous eau… Il était pratiquement inconscient, il n’aurait jamais pu nager, répondit Martin en maîtrisant sa voix.
    — Nimdéorn est allé le chercher, répondit le capitaine. Vu leur passif, c’était prévisible. »
    Si c’était si prévisible, pourquoi l’avez-vous laissé monter sur ce putain de bateau ? songea Martin avec colère, mais il n’en dit rien. A quoi cela aurait-il servi ?
    Valtameri relâcha sa respiration.

    « Autrefois, j’ai été porté pour mort, moi aussi. Personne ne m’a cherché, les apparences étaient en ma défaveur… et pourtant, j’étais toujours vivant. Un ami déterminé ne m’aurait pas fait de mal, en ces temps troublés. »
    Martin ferma les yeux.
    « Même s’il était toujours vivant, nous n’avons aucune idée d’où il se trouve. Ni aucun des autres. Nous ne savons même pas où nous avons nous-mêmes atterri. Nous ne savons rien.
    — Non, c’est vrai, dit simplement Valtameri. Mais nous avons le choix : nous allonger sur le sable et attendre la mort, ou essayer de répondre à ces questions. »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  21. #21
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Cassie regarda les deux hommes revenir dans sa direction, le grand capitaine blafard et Martin, plus petit, plus maigre, le visage marqué. Cela devait être chose terrible pour eux, d’avoir perdu le navire, et elle se sentait impuissante à les soulager. Elle n’y connaissait pas grand-chose en navigation, mais elle avait vu, dans les gestes du genasi, combien il aimait son voilier, et le plaisir qu’il avait à le piloter sur la mer. Dans toutes ses interactions avec les gens, matelots ou passagers, il était sérieux et froid, elle ne l’avait jamais vu sourire, mais à la barre, concentré sur l’océan, il paraissait heureux, vraiment. C’était merveilleux à contempler, le bonheur. Il fallait qu’elle s’en souvienne, et elle y arrivait en fermant les yeux, car il paraissait désormais distant.
    L’urgence était d’empêcher Garance de mourir. Cassie ne connaissait aucun des passagers, elle avait seulement fréquenté Joshua et Martin, mais elle avait pris soin de les étudier, de retenir leurs noms et leurs visages. Soren et Llewellyn Argall, Brandon Devlin et le paladin Othon, Rachel et Garance, Selma la magicienne sévère. Elle savait qu’il y avait un dénommé Marcus dans les cales, et puis Kerun, l’elfe des bois qui souffrait du mal de mer. Etant elle-même à quart elfe par son père, elle avait craint, en contemplant ses misères, que ce tourment soit racial et qu’elle ne puisse y échapper. Après quelques jours en mer, elle avait réalisé qu’elle pouvait le supporter même si elle aspirait à retrouver la terre. Pour dire la vérité, elle avait vu l’océan pour la première fois deux jours avant le départ. Elle l’avait trouvé impressionnant mais elle n’en avait pas eu peur. Peut-être aurait-elle dû. Son instinct, chose rarissime, l’avait trompée.

    Machinalement, elle caressa Souris, son amie chouette. Elle l’avait cachée à bord, ignorant quelles étaient les croyances à son sujet parmi les marins, mais à présent qu’ils s’étaient échoués quelque part, elle avait besoin de tout le réconfort possible. D’autant que son secret avait été éventé. Ni le capitaine, ni son second ne semblaient s’en être offusqués, mais elle se sentait emplie de honte. Surtout parce qu’elle leur avait menti. A la réflexion, Joshua, s’il avait su, aurait été insupportable, et elle aurait sans doute dû repousser des avances malvenues, mais Valtameri et Martin semblaient être des hommes respectables. Elle s’en voulait de ne pas leur avoir fait confiance… et espérait qu’ils comprenaient.
    Tu es ridicule, Cassie, se morigéna-t-elle. Comme s’ils avaient ça en tête, en ce moment.
    Elle se leva en époussetant son pantalon désormais sec et rechargea le feu. Garance gémit. Derrière elles, l’elfe n’avait toujours pas quitté la chaloupe, comme si elle imaginait qu’ils allaient incessamment repartir. Valtameri et Martin la rejoignirent.

    « Comment va-t-elle ? demanda le capitaine.
    — Pas de changement. »
    Il pinça les lèvres.
    « Je me disais… » commença Cassie, avant de s’interrompre, figée sous le regard noir et sévère de Valtameri.
    Il parut conscient de son malaise et l’invita à poursuivre en baissant les yeux.

    « Oui ? »
    Elle s’éclaircit la gorge.
    « Je pourrais aller voir par là… »
    Elle désigna les buissons au-delà de la plage.
    « Je m’y connais un peu en plantes et… si je pouvais trouver certaines herbes… ou même quelque chose à manger…
    — Je viens avec toi. » dit Martin.
    Valtameri acquiesça.

    « Très bien. Ne vous éloignez pas. Rappelez-vous que nous sommes vraisemblablement en territoire mélandien. Nous risquons…
    — Je sais très bien ce que nous risquons, l’interrompit vivement Martin.
    — Bien sûr, mes excuses. » dit Valtameri.
    Le retournement dans leurs rapports surprit Cassie mais elle ne fit aucun commentaire et se leva. Martin la précéda sur les premiers mètres et elle le rejoignit dans le sable, trébuchant. La plage fit place à des dunes hérissées d’herbes acérées et de plantes courtes aux fleurs jaunes. Progresser était plus difficile, mais Martin les dirigea vers un sentier de sable tassé, plus ferme sous leurs bottes.

    « Je suis désolée… d’avoir caché que j’étais une fille, dit-elle au bout d’un moment.
    — Franchement, ce n’est pas un crime, répondit le second.
    — J’avais peur…
    — Et tu avais sans doute raison. » la coupa Martin.
    Elle percevait la douleur dans son ton et se tut. Il s’immobilisa et secoua la tête, mains sur les hanches.
    « Je suis désolé. Rien de tout ceci n’est de ta faute. Pas de chance pour une première traversée, hein ? »
    Elle acquiesça sans rien dire, les larmes lui montant subitement aux yeux. Martin grimaça mais ne fit aucun mouvement dans sa direction. Elle n’aurait pas craché sur une étreinte brève, juste le temps de retrouver un peu d’énergie. Son père lui manquait, et ce ballot de Rhyddion, et même Pénélope la peste. Mais elle était désormais au milieu d’étrangers, comme elle l’avait voulu, et il fallait qu’elle se reprenne. Elle caressa Souris, la petite chouette se blottit contre sa joue et elle se sentit un rien revigorée.
    « On va s’en sortir. » dit sobrement Martin avant de repartir.
    Cassie comprit que vu les circonstances, elle ne pouvait en attendre mieux. Ils marchèrent quelques minutes vers la lisière de ce qui ressemblait à un bois de ronces. Heureusement, le sentier s’y enfonçait, sans quoi la jeune femme ne voyait pas bien comment ils l’auraient traversé.

    « Qu’est-ce que tu cherches, au juste ?
    — Quoi ? Ce que je cherche ?
    — Comme plantes.
    — Ah… les plantes… Je ne sais pas… je ne sais pas ce qui pousse en bord de mer. Peut-être de l’herbe aux charpentiers ou alors de l’anthémis…
    — D’accord. Je ne vais pas être d’une grande aide.
    — Du chardon ?
    — Je n’en connais même pas la couleur. »
    Il n’y avait aucun humour dans son ton.
    « Je suis désolée… pour la perte du bateau… »
    Martin s’arrêta.
    « Oh, le bateau… »
    Il regarda un instant vers le large.
    « Oui, le bateau. C’était du bois, tu sais. Juste du bois. »
    Puis il repartit, toujours aussi morne, et ils s’enfoncèrent dans le bosquet d’épineux.

    Le couvert de branchages entremêlés laissait passer peu de lumière et le sol sablonneux était aride. Cassie n’était pas certaine de reconnaître les arbustes qui formaient cette barrière acérée. Cela ressemblait à de l’aubépine, mais ça n’en était pas, et elle n’aurait jamais osé goûter les baies noires qui poussaient entre les picots qui hérissaient les branches et s’accrochaient dans leurs vêtements. Heureusement le chemin était haut et large, manifestement dégagé par des êtres humains, et ils parvenaient à progresser sans trop de heurts. Ils poursuivirent, Martin devant, Cassie derrière, sans qu’elle ne vit la moindre plante prometteuse. Puis la lumière devint plus forte et ils devinèrent qu’ils arrivaient à l’orée du petit bois. Par réflexe, Cassie attrapa la manche de l’homme qui la précédait. Elle n’avait jamais mis les pieds à Mélandis, bien sûr, mais elle en avait entendu parler, de cette cité horrifique, vouée à des dieux innommables. Martin se retourna.
    « Je vais sortir voir. Prudemment. Même si nous sommes en Dorrandin, cela ne veut pas dire que des esclavagistes écument les campagnes en capturant tout ce qui passe. C’est une légende.
    — Je peux envoyer Souris. Elle me dira s’il y a un danger. »
    Elle désigna la chouette sur son épaule. Martin haussa les siennes, esquissant un sourire, le premier depuis longtemps.
    « Bon. Souris, alors. D’accord. »
    Cassie ferma les yeux une seconde pour entrer dans le monde agité de son amie à plumes. Quelques secondes plus tard, l’oiseau s’envolait. La chouette suivit le tracé du chemin, évitant l’entrelacs griffu qui les surplombait, et la jeune fille devina son essor dans la campagne voisine. A nouveau, ils restèrent silencieux. La brise fit craquer les buissons autour d’eux, mais on percevait, ténu, le rayonnement du soleil. La chouette reparut, reprit sa place sur l’épaule de Cassie. A nouveau, elle ferma les yeux et tendit son esprit vers celui de l’oiseau.
    « Il y a une grosse maison… une ferme… plus loin sur la droite… une route… des champs… Il y a des gens dans les champs.
    — Je vais aller voir. Ne bouge pas. » dit Martin.
    Il s’esquiva vers la sortie du bois et Cassie envoya Souris sur sa piste, en sentinelle.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  22. #22
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Quand Martin et Cassie revinrent, Aigéan terminait de cuire un quatrième poisson sur la braise. L’état de Garance n’avait pas évolué, elle avait de la fièvre, signe que son corps luttait. L’elfe avait quitté la chaloupe mais ne s’était pas approchée outre mesure et le genasi ne lui avait fait aucune ouverture. Elle était une intruse et son attitude était étrange, glaciale, alors même qu’ils l’avaient sauvée deux fois. Mais peut-être, comme les autres, le pensait-elle maudit. Il ne pouvait la blâmer.
    Cassie avait trouvé des plantes, petites fleurs mauves duveteuses, feuilles vert sombre, échancrées, et elle se mit à les trier sur le sable. Valtameri n’eut pas le cœur de lui dire qu’ils n’avaient pas de récipient, pas plus que de l’eau potable, d’ailleurs. Il restait un fond de pluie douteux dans la chaloupe, mais rien de mieux. Martin se laissa tomber assis dans le sable. Valtameri lui tendit un des poissons qu'il accepta avec une ombre de sourire.

    « Nous sommes tout près de Paymill, annonça-t-il.
    — Paymill ? C’est impossible ! Nous n’avons dérivé qu’une seule nuit. Il nous aurait fallu deux veilles au bas mot…
    — Il y avait de la magie, dans l’air, hier soir… » dit le Mélandien.
    Valtameri se tut. Il avait raison. Il y avait eu de la magie impie, mais aussi de la magie divine, et même plus tard dans la nuit, alors qu’il poussait cette fichue chaloupe, il avait encore perçu des crépitements autour d’eux, comme si la mer recrachait les derniers relents du naufrage.

    « Voyons les choses du bon côté : nous sommes en territoire manostien et non mélandien.
    — Est-ce que Paymill est restée manostienne après la guerre ? » demanda Valtameri.
    Martin ouvrit des yeux ronds.

    « Alors là, franchement, vous me posez de ces questions… Je crois, oui. »
    Cassie leva les yeux et esquissa une grimace d’ignorance. Elle avait écrasé ses plantes entre deux galets et recueillait le jus qui en suintait dans un morceau d’étoffe arraché à sa chemise. Elle était ingénieuse, il fallait le reconnaître.
    « Qu’est-il arrivé à Joshua ? » demanda alors le capitaine, songeant au dernier membre de leur défunt équipage.
    Martin secoua la tête.

    « Il n’est pas venu se coucher, dit Cassie.
    — Je pense que Soren l’a débauché. » ajouta le Mélandien.
    Valtameri grimaça puis soupira.
    « Espérons qu’ils sont mieux lotis que nous, où qu’ils soient. »
    L’espoir. Il ne leur restait pas grand-chose d’autre.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  23. #23
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    4. Prisonniers

    Rachel ne parvenait pas à croire sa malchance, coincée sur une barque minuscule incrustée d’entrailles de poissons, au milieu de nulle part, avec, d’entre tous, Soren et Llewellyn Argall. Nus, par-dessus le marché, l’un et l’autre. Comme si elle avait besoin de ce genre de spectacle au petit matin. Autour d’eux, il n’y avait plus que de l’eau à perte de vue. Le soleil se lève à l’est, Hélonna était donc immanquablement dans cette direction, mais la terre était invisible, alors qu’hier, on aurait pu la rejoindre à la nage. Vu la taille de leur embarcation ridicule et le mouvement des vagues, il leur faudrait un an pour atteindre la rive. Mais ce n’était pas impossible et c’était la seule chose à faire, aussi Rachel s’était-elle mise à ramer dès qu’elle en avait recouvré l’énergie. Elle aurait sans doute dû prier Lathandre, aussi, mais Soren et Llewellyn étaient clercs, tous les deux, et ils pouvaient s’occuper de ces aspects mystiques. Ils avaient peut-être une jolie peau de pêche et le ventre plat, mais les muscles, c’était autre chose. Othon les aurait battus au bras de fer, les deux en même temps. Othon. Où pouvait-il se trouver ?
    Alors Rachel s’était contentée d’invoquer un peu d’eau pure, s’était rafraîchie rapidement, puis mise en mouvement. Les deux autres dormaient comme des bûches, comme s’il ne s’était rien passé. Ils étaient épuisés, elle le savait et elle ne pouvait pas leur en vouloir. Ils avaient lutté une partie de la nuit contre la tempête, qui s’était éteinte bien trop lentement à leur goût, la barque avait chaviré deux fois, et même si Soren s’était révélé bourré de magie utile, il avait fini par rendre les armes, lui aussi. Ils avaient terminé mouillés et recrus sous une ultime averse, comme un pied de nez du ciel noir à tous leurs efforts. Rachel n’avait pas su dormir et elle s’était retrouvée veilleuse improvisée de ces deux bellâtres. De la lumière, elle était capable d’en faire, bien sûr, c’était aussi simple que de respirer. Mais sur cette mer immense, cela avait eu l’effet paradoxal de renforcer une impression douloureuse d’être seule au monde.
    Soren, justement, bougeait et il s’éveilla dans un bâillement généreux. En le regardant émerger, Rachel se demanda pourquoi il avait ce teint de rose dès l’aube, et pas la mine chiffonnée du commun des mortels. Était-ce un don de Sunie ?
    Il posa ses yeux verts sur l’environnement, se redressa et s’étira sous le soleil timide.

    « Rachel.
    — Soren. »
    Il soupira.
    « Ce n’était pas un rêve, alors.
    — Non. »
    Il haussa les épaules, comme indifférent, et elle souvient que la veille, au cœur de la tempête, elle s’était demandé s’il avait encore toute sa tête. Après ce qu’il avait subi aux mains des Sharites, peut-être était-il logique qu’il soit devenu fou. Cela expliquerait son détachement déplacé, et l’horrible cicatrice qu’il avait conservée sur le visage. Il l’effleura d’ailleurs du bout des doigts, distrait, remontant de son menton à son moignon d’oreille. Elle contint un frisson.
    « Où allons-nous ?
    — Vers l’est. Hélonna.
    — Logique. Bon, je suppose qu’il faut que je prie. Un miroir m’aurait été grandement utile, mais… je vais me contenter de mon reflet dans l’eau. »
    Il s’avança vers la poupe, précautionneusement, et Llewellyn grommela dans son sommeil. Rachel faillit lui demander si l’Oghman s’était tourné vers Sunie, vu son absence d’accoutrement, mais adresser volontairement la parole à Soren comportait toujours un risque.
    Le Sunite demeura un instant silencieux, accoudé au bord de la barque, lorgnant la mer, et Rachel devina qu’il était en train de songer aux sortilèges les plus utiles à leur situation. Ou pas. Il était peut-être simplement en train de s’admirer. Elle-même n’était pas férue de miroir, mais si elle avait eu le même visage que Soren, sans doute y aurait-elle consacré un peu plus d’attention.

    « Soren…
    — Mmm ?
    — Ce serait bien si tu… choisissais des choses en rapport avec l’eau, plutôt qu’en rapport avec la pierre. Et de quoi manger.
    — Pardon ? »
    Il s’était retourné, les yeux écarquillés de stupeur.
    « Heu… »
    Rachel resta paralysée, cherchant l’endroit où sa langue avait fourché.
    « Qu’est-ce que tu as dit ?
    — J’ai dit… de penser à l’eau…
    — Tu as parlé de pierre. Tu insinues que je mémorise des sortilèges en rapport avec la pierre ?
    — Et bien… Vu que tu es sculpteur… ça semble logique ? »
    L’expression de Soren se décomposa puis se teinta d’un outrage spectaculaire, alors qu’il prenait une teinte cramoisie.
    « C’est ça que les gens croient ? Que j’utilise de la magie pour sculpter ? Que mon art… mon œuvre… c’est un artifice ? Façonnage de la pierre, peut-être ? Que j’améliore mes sens et ma précision d’un petit charme ? Que mon burin est enchanté ? Que je… quoi… que je paralyse mes modèles pour qu’ils gardent la pose ? Voire carrément que je les pétrifie ? Voilà, c’est ça, une petite Pétrification en toute discrétion et le tour est joué ? »
    Il était scandalisé, furieux, et sa colère faisait tanguer l’embarcation.
    « Soren, je ne voulais pas…
    — M’insulter ? Mais c’est fait ! Est-ce que c’est ce que les gens pensent, dans ton Temple miteux, dans les tavernes, dans la rue ? Que je triche ? Dis-moi ce qu’il en est ! »
    L’Oghman était en train de s’éveiller. Soren était désormais debout, menaçant de faire chavirer la barque.
    « Soren, je… Ce n’est pas comme si… c’était un sujet… »
    Mais il fallait être honnête, oui, tout le monde supposait qu’il utilisait sa magie divine pour travailler. N’importe qui l’aurait fait. Sauf lui, apparemment.
    « Rachel !
    — Mais qu’est-ce qui vous prend, tous les deux ? C’est la foire d’empoigne du petit matin ? grommela le barde en se redressant.
    — Elle m’accuse de tricher !
    — Je n’ai jamais dit ça ! »
    Le barde se mit à murmurer et un fin filet de lumière dorée s’éleva entre ses paumes. Pendant une seconde, il les regarda, l’un et l’autre, puis orienta son sortilège vers Soren, le touchant en pleine poitrine. Le Sunite regarda le tortillon miroitant se faufiler en lui jusqu’à disparaître, puis s’assit brusquement, soulevant une gerbe d’éclaboussures. Son teint avait repris une couleur presque normale.
    « Merci, souffla Rachel.
    — De rien. » répondit Llewellyn.
    Soren passa une main tremblante dans ses cheveux puis se retourna vers l’eau noire, les épaules basses. Il ne priait manifestement pas. Rachel ressentit une profonde lassitude. Llewellyn avait replié les jambes devant sa masculinité et cherchait quelque chose du regard — quelque chose d’invisible, car il n’y avait absolument rien d’utile dans la barque.

    « Il y a un bateau, juste là. » dit soudain Soren en désignant une tache sur leur droite.
    Effectivement, à distance, on devinait quelque chose, ondulant sur les flots. Rachel plissa les yeux mais les reflets du soleil à la surface des vagues l’empêchaient de distinguer grand-chose.

    « Si on veut qu’ils nous repèrent, il va falloir qu’on se signale… dit l’Oghman, sans bouger de sa place.
    — Est-ce que c’est ce qu’on veut ? » demanda Soren.
    Ils s’entreregardèrent, tous, puis Rachel acquiesça. Ils ne pouvaient pas avoir dérivé très loin d’Hélonna.

    « Quelqu’un a une idée ? » fit Llewellyn.
    Mais Rachel en appelait déjà à Lathandre et elle fit exploser, à bonne distance de leur barque, une impressionnante boule de feu, qui embrasa le ciel et la mer, impossible à ignorer.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  24. #24
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    La démonstration de force de Rachel eut l’effet escompté. La forme lointaine commença à grossir, petit à petit, puis de plus en plus vite, révélant un navire toutes voiles dehors.
    « C’est un gros bazar… » remarqua la Lathandrite, au bout d’un moment.
    Elle avait raison : trois mâts gigantesques, une coque ventrue, un pont surplombant la surface de plusieurs toises… On était bien loin du petit voilier qui avait fait naufrage sous leurs pieds la veille.

    « Est-ce que quelqu’un, par hasard, maîtrise un sortilège d’invisibilité assez puissant ? » demanda Soren, d’un ton dégagé.
    Llewellyn se tourna vers lui, interdit.

    « Ce navire a un pavillon assez détestable...
    — Ce sont des pirates ? s’exclama Rachel.
    — Des Bainites, je dirais. » dit Soren de son ton détaché.
    L’Oghman plissa à nouveau les yeux pour contrer le soleil. Le vent s’engouffrait dans les voiles pourpres de la caraque. A la vitesse à laquelle elle progressait, ils ne pourraient jamais la distancer. Rachel jura. On apercevait désormais le drapeau qui claquait au mât central : c’était bien la paume noire du Dieu de la Tyrannie.

    « Ils ont aboli l’esclavage, n’est-ce pas ? murmura Llewellyn.
    — Je ne crois pas que ce soit notre souci principal. » répondit le sculpteur en poussant un profond soupir.
    Rachel était en train d’incanter. Soren posa une main sur son épaule et l’interrompit.

    « Je ne pense pas que nous montrer hostiles va arranger notre situation, dit-il avec calme.
    — Mais nous ne pouvons pas… balbutia-t-elle.
    — Lathandre ne voudrait pas nous nous fassions tuer stupidement, si ? »
    L’énorme vaisseau était à présent tout proche, et les vagues gagnèrent en ampleur, les secouant en tous sens. Il leur fallut se rattraper aux parois de la barque et une des rames s’échappa, s’éloignant rapidement d’eux, emportant toute promesse de fuite. Puis le navire vira lentement et ralentit. Levant les yeux, Llewellyn vit qu’ils étaient en train de mettre une chaloupe à la mer. Son esprit encore embrumé par la fatigue essayait de sélectionner un sortilège utile, n’importe lequel, mais il n’était pas porté sur l’offensive, seulement sur la manipulation. Or, pour l’heure, toutes les cibles potentielles étaient trop éloignées et lorsqu’elles arriveraient à portée, il n’était pas certain qu’il parvienne encore à incanter sans se prendre un mauvais coup. Les servants de Baine faisaient rarement dans la dentelle, ils célébraient la haine, après tout, mais dans son malheur, l’Oghman avait un avantage sur ses compagnons : il n’était pas luménien.
    La chaloupe était désormais sur les flots, quatre fois la taille de leur coque de noix, un homme à la proue, huit sur les bancs de nage. Ils s’approchèrent à bonne vitesse, laissant la caraque derrière eux. Celle-ci s’était immobilisée un peu plus loin, sa masse gigantesque masquant le jeune soleil. Llewellyn se demanda si Rachel y voyait un signe. Elle paraissait stupéfaite.
    Les Bainites ne ramèrent pas jusqu’à eux. Ils s’immobilisèrent à une vingtaine de mètres et pendant un moment, ils restèrent là, à les observer. Ensuite, il y eut une légère détonation, le claquement d’une arbalète, peut-être, et quelque chose fusa vers eux. Aucun d’entre eux n’eut le temps réagir. La barque vola en éclats sous leurs pieds, les projetant à l’eau. La morsure de la mer, glaciale, paralysa Llewellyn et pendant une seconde, il crut que son corps allait l’abandonner, son souffle se bloqua dans sa poitrine et il se sentit couler dans un spasme. Mais un bref éclair d’énergie circula sous la surface et il retrouva ses forces, donna un coup de pied, et reparut à l’air libre. Les esquilles de bois qui parsemaient l’eau étaient trop minuscules pour offrir le moindre support, mais il n’eut pas à nager longtemps. La chaloupe s’était remise en mouvement et elle le heurta à l’épaule. Des mains le saisirent sans ménagement, sous un bras, par les cheveux, et il fut tiré au sec, face contre bois humide. Quelqu’un rit, et il devina que c’était de sa nudité. Si seulement il avait pu conserver ce fichu drap, au moment du naufrage ! Il essaya de se retourner mais un pied pressa sur ses épaules.
    « Reste là où tu es, cul nu. » aboya une voix désagréable.
    Il se le tint pour dit. Sur sa droite, Soren protestait vivement, incapable de refreiner sa nature. Puis Llewellyn sentit quelque chose de froid et de pesant s’abattre sur ses jambes et il grogna malgré lui. Ils avaient récupéré Rachel. La chaloupe se remit en mouvement. La situation n’était pas encore désespérée. Les Mélandiens étaient les ennemis de Luménis… mais les Ithiliens aussi. Or l’ennemi de mon ennemi n’est-il pas mon ami ? Il avait une carte à jouer. Il avait prévu d’arpenter Eredhun, de harceler Kerun, mais l’elfe était vraisemblablement mort, et la cité religieuse à mille lieues. S’adapter aux circonstances, retomber sur ses pattes, saisir l’opportunité. C’était son métier, après tout.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  25. #25
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    On les força à monter sur la caraque, encadrés par des marins à la mine peu amène, armés, vêtus de toile noire ou grise, des rustres en somme. Soren s’offusqua, dégouté par ces sales pattes, ces sales têtes, tant de vulgarité et de brusquerie. Il compta neuf hommes dans le chaloupe mais il y en avait sans doute vingt fois plus à bord du navire, une grosse chose laide qui s’appelait La Malédiction. Tout un programme. Il brûlait de lancer un sortilège ou l’autre, de réduire tous ces marauds en cendres, mais il s’était épuisé dans la nuit, à protéger ce qui pouvait l’être, à s’assurer qu’un maximum d’entre eux survivaient à la fureur du drow, et il était à sec. Il avait à peine dormi, n’avait pas pu prier, il se sentait aussi vulnérable que le premier venu. Mais il n’avait pas dit son dernier mot pour autant.
    Sur le pont, tout un comité d’accueil les attendait : une quinzaine d’hommes armés, hérissés comme des bogues de marron, trois prêtres bainites dans leurs costumes peu seyants, des officiers de bord, dont un grand type couturé qui devait être le capitaine, et une femme qui, Soren le sut tout de suite, était le chef de la bande, quel que soit son statut. Elle devait avoir la trentaine, les cheveux noirs de jais (une teinture assez grossière), un visage remarquable mais enlaidi par la vilénie de son âme. Elle portait des vêtements en cuir sombre, près du corps, soulignant une silhouette parfaite. Il supposa qu’elle vénérait Shar et non Baine. Le contraire aurait été trop vulgaire.

    « Bienvenue sur la Malédiction, voyageurs. » annonça-t-elle d’un ton de glace.
    Rachel frissonnait, Llewellyn avait ridiculement placé les mains devant son sexe, comme un adolescent timoré. Soren, bien sûr, ne fit rien de ce genre.

    « Et merci à vous, Dame, pour ce sauvetage inespéré. » répondit-il, sans dissimuler son ironie.
    Un des hommes à sa droite fit un mouvement mais la femme retint le coup d’un geste.

    « Vous croisez dans des eaux dangereuses, dit-elle.
    — Comme vous pouvez l’imaginer, ce n’était pas exactement notre intention. »
    Elle eut un sourire, ce qui n’arrangea pas la flétrissure sur son beau visage. Elle dégageait une aura qui absorbait toute lumière. Il devina que son aura à lui, celle de Rachel peut-être, étaient difficiles à ignorer. Quelle frustration. Chaque fois qu’il avait l’opportunité de s’opposer aux ténèbres, il était désarmé.
    « Luménis est lointaine, reprit l’étrangère. Je ne suis pas sûre que nous pourrons vous y ramener.
    — Une de vos chaloupes et un peu de nourriture nous suffiraient. Et quelque chose pour mettre sur le dos de mon ami. »
    Il y eut des gloussements dans la petite assemblée.
    « Je crains que ce ne soit pas possible. » dit-elle, en les observant tour à tour.
    Soren croisa le regard apeuré de Rachel et lui sourit. L’Oghman regardait fixement devant lui, comme ailleurs.
    « Puis-je m’enquérir de vos identités ? »
    Ils demeurèrent silencieux une seconde. Soren n’ignorait pas qu’elle avait les moyens de leur extirper de toute façon et ils n’avaient aucune chance de pouvoir déployer le moindre sortilège sans être transpercés d’une de ces choses crochues. Il se redressa et bomba le torse.
    « Je suis Soren, le célèbre sculpteur, élu de la Déesse aux Cheveux de Feu, arbitre de la Beauté, maître incontesté de la pierre. »
    Et sans magie, putain ! songea-t-il, envahi une seconde de fureur.
    « Et ces deux-là sont mes assistants. »
    La femme haussa les sourcils. Elle avait entendu parler de lui. Ils avaient tous entendu parler de lui. Enfin, pas les marins stupides qui les encerclaient, bien sûr. Mais elle suffisait. Ils lui obéiraient au doigt et à l’œil.
    « Maître Soren, c’est un honneur. » dit-elle, avec un ton de révérence moqueuse.
    Elle croisa les bras, le rictus inquiétant.

    « Mais vous pensez vraiment que je vais croire que cette… créature… »
    Elle désigna Rachel d’un doigt méprisant.
    « … est une adepte de Sunie ? Vous vous fichez de moi ? Ce n’est pas sage, à mon bord. »
    Soren la toisa.
    « Penser que Sunie se soucie uniquement de la beauté du corps est une tragique mécompréhension de sa doctrine. » dit-il froidement.
    La femme rit, un son aigrelet, désagréable.

    « Il y a une marge entre la beauté et la… »
    Elle secoua la tête, une moue dégoutée sur le visage, comme si elle ne parvenait pas à trouver les mots, puis elle se détourna. Soren n’osa pas regarder vers Rachel. Les marins se gaussaient franchement, désormais.
    « De surcroît, à voir votre propre mine, je pense que votre déesse s’est désintéressée de vous. »
    Soren eut un sourire et porta la main à sa cicatrice. Comme si Sunie avait voulu le punir. Sunie. Sunie était Amour, intégralement, il le vivait chaque jour. Cette garce n’y comprendrait jamais rien.
    « Mettez-moi ces deux-là aux fers. Coupez-les de leur source. Amenez le Sunite dans mes appartements. » ordonna l’inconnue.
    Rachel poussa un rugissement.

    « Rach... »
    Mais c’était trop tard, elle s’était retournée pour attraper l’arme d’un des hommes qui la flanquaient. Un petit éclair pourpre fusa de la baguette que tenait l’un des prêtres bainites et la frappa dans le dos. Soren vit ses yeux s’écarquiller de surprise et de douleur, puis elle glissa, foudroyée, aux pieds des marins rassemblés. Pour faire bonne mesure, celui qui s’était vu agressé lui flanqua un coup de pied. Elle gémit, elle était toujours vivante. Soren s’en contenta, c’était la seule chose à prendre. On traînait déjà Llewellyn vers les cales.
    « Attendez ! Attendez ! s’exclama l’Oghman en se défendant. Je n’ai rien à voir avec eux ! Je ne suis pas de Luménis ! »
    Soren écarquilla les yeux de stupeur. Mais aussi d’admiration. Evidemment, l’Oghman allait se désolidariser d’eux, ce salopard. La femme s’était retournée, lui accordant une seconde d’intérêt.
    « Je ne suis pas de leur côté ! Je suis un émissaire d’Ithilion ! »
    L’expression de la femme refléta son incompréhension et Soren, sans parvenir à s’en empêcher, lâcha un rire bref.
    « De quoi ?
    — Ithilion… La… cité d’Oghma ? Les ennemis proverbiaux de Luménis ? »
    L’incrédulité du barde faisait peine à voir. Les Bainites s’entreregardèrent, sans la moindre lueur de reconnaissance dans le regard.
    « C’est nous, les ennemis proverbiaux de Luménis. » remarqua quelqu’un, ce qui déclencha une certaine hilarité dans l’assemblée.
    La femme fit un geste pour les faire taire.

    « Je suis sûre que vous avez beaucoup de choses à nous raconter, émissaire d’I… Lithion. »
    Llewellyn grimaça, Soren étouffa un gloussement.
    « Nous verrons ça plus tard. Aux fers, en attendant. »
    Les deux hommes furent entraînés l’un vers la cale, l’autre vers le château arrière.
    « Je pourrais m’offusquer de ta traîtrise, dit Soren en passant près de son amant d’une nuit. Mais en réalité, je pense que tu aurais vraiment mieux fait de la fermer, vaillant émissaire. »
    Il eut tout juste le temps de croiser le regard épouvanté du jeune homme, avant de le voir disparaître dans le noir.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  26. #26
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    5. Rescapés


    Brandon était assis en tailleur sur son morceau de coque. Il était épuisé et un peu malade, et le vide de la mer le désespérait. Il avait appris de ses déboires, et chaque jour, en dépit des soirées avinées, il avait prié Tymora pour être prêt en cas de désastre. Il savait que Valtameri et Kerun pensaient la catastrophe imminente. Ils n’avaient pas eu tort. Il ignorait ce qui s’était produit mais il devinait que la tempête n’avait pas été naturelle, qu’elle était le fait de quelqu’un : l’elfe naufragée aux grands yeux ou le prisonnier drow, ou les deux ensemble, ou alors, pire, la vengeance d’Umberlie envers le capitaine genasi. Quoi qu’il en soit, malgré ces avertissements, ils avaient été pris au dépourvu et coulés. Le Tymoran était conscient d’avoir été ivre, ce qui amplifiait son sentiment de culpabilité. Mais il savait qu’il était inutile de s’appesantir sur le passé. C’était difficile. Il commettait beaucoup d’erreurs, trop ces derniers temps. En même temps, il n’était pas dans sa nature de calculer les risques et de remiser l’enthousiasme aux orties. On ne pouvait pas vivre dans l’inquiétude et la précaution, éternellement. Seuls les Helmites passaient leur temps à trembler, convaincus que la ruine était au détour du chemin.
    Il s’était reposé un peu, quelques heures à la dérive, auprès de son compagnon silencieux. Marcus. Il avait presque oublié qu’il était à bord. Il ne serait d’aucune aide immédiate, fixant le firmament comme un homme mort. Mais il stabilisait l’embarcation, ce qui avait une certaine utilité. Il suffisait de le pousser à l’endroit voulu.
    Brandon avait vu l’éclair de mort tomber depuis les cieux. Il avait vu l’onde de magie bienfaisante couvrir la mer et s’opposer à leur destruction. Il ne pensait pas qu’un dieu soit subitement intervenu. Quelqu’un avait eu la force et la présence d’esprit de les protéger. Ça aurait pu être lui, s’il avait été moins confus. Il pariait sur la Mystranne. Quoi qu’il en soit, c’était un signe : le destin n’avait pas voulu les faucher aujourd’hui. Pas tous, du moins. Brandon ne savait pas qui avait survécu. Il avait perdu Othon dans la tourmente, et Othon était à présent intouchable quand il essayait de le localiser d’un sortilège. Cela ne voulait pas dire qu’il était mort, mais quelle était l’alternative ? Il essayait de ne pas y penser, pas tout de suite.
    Sur le radeau, hormis Marcus, se trouvaient une miche de pain gorgée d’eau, une bouteille de vin à moitié vide, deux cuillères en bois, une botte solitaire, une liasse de parchemins noués entre eux, dont l’encre avait bavé jusqu’à être complètement illisible, et une pièce du jeu d’Hermines. Le Capitaine Brun. Soren avait raison, ce n’était pas une œuvre d’art. Elle avait été sculptée dans du bois flotté, un peu terne, on reconnaissait sa fonction à la patte avant droite dressée, aux crocs apparents, mais celui-ci avait une mine presque enragée, comme une hermine vampire. Brandon devait y voir un présage, un message même, du rôle qu’il devait désormais jouer. Le Capitaine Brun. Une pièce active, décisive, rassembleuse. Fort au printemps, en été, en automne, cela lui laissait de la marge… mais diriger qui ? Marcus ? Il semblait plus perdu que jamais.
    Prier Tymora, d’abord. Avec son mal de crâne, cela n’allait pas être facile, mais ce n’était pas la première fois qu’il devait rendre grâce dans ces conditions.
    Il commença cependant par tracer un cercle de protection autour d’eux, invisible barrière qui garderait les visiteurs inopportuns à distance. Il y ajouta une protection contre les éléments, en cas de retour subit de la tempête. Les cieux étaient limpides, mais on lui avait déjà fait le coup.

    « Est-ce que ça va ? Hé ! »
    Une voix arracha Brandon à sa communion, en plein milieu d’une strophe adorative particulièrement critique. Il leva les yeux.
    A quelques toises seulement se trouvait un petit voilier, de la même taille que l’Ivresse, et quelques personnes étaient penchées au-dessus du bastingage. Un visage joufflu de halfelin, un homme encore jeune mais aux cheveux déjà gris, et une femme blonde sous un grand chapeau de paille. Le bateau s’appelait la Vouivre et Brandon se félicita d’avoir placé un bouclier autour d’eux. L’expression de la femme reflétait une franche méfiance, reflet probable de sa propre expression. Le halfelin avait les yeux écarquillés et il ouvrit une bouche ronde.

    « Hé… vous seriez pas Brandon Devlin, par hasard ? Je dis ça… Ça me parait bizarre… mais vous lui ressemblez drôlement.
    — C’est qui Brandon Devlin ? demanda son voisin.
    — C’est l’grand prêtre de Tymora de Luménis. » répondit le halfelin.
    Une quatrième personne survint, une femme plus petite, à l’expression douce.

    « On ne va pas les laisser là comme ça, dit-elle. Ils dérivent…
    — On ne sait pas qui ils sont. » dit froidement la blonde.
    Brandon avait du mal à le croire. Les deux femmes avaient un accent luménien à couper au couteau. Le type aux cheveux gris était clairement d’Antelucas ou des environs. Le halfelin, par contre, il n’aurait pu le placer. Son visage s’éclaira d’un grand sourire. Tymora l’avait entendu.

    « Je suis bien Brandon Devlin. Et mon compagnon est Marcus Hadnan, du Temple de Lathandre. » répondit-il.
    Les quatre visages reflétèrent incrédulité pour les uns, joie pour les autres.

    « Je savais bien qu’je vous avais r’connu ! Quel coup de chance pour vous qu’on soit passés par ici ! »
    C’était peu de le dire, en effet. Mais certains en avaient plus que d’autres.

    Malgré les réticences de la femme blonde, on les hissa à bord. Marcus s’exécuta même sans qu’on doive le pousser, avec une expression un peu ahurie sur les traits. Brandon abandonna tous les vestiges de l’Ivresse à la mer, exception faite du Capitaine Hermine, qu’il glissa dans sa poche. Une fois sur le pont, on leur fit porter des couvertures, de la soupe et Brandon entendit qu’on s’organisait pour leur trouver des vêtements secs. Le halfelin s’assit à même les planches, juste devant eux.
    « J’suis honoré, votre honneur. D’vous avoir sur le pont, j’veux dire. Je suis Guéric. »
    Il tendit sa petite main, que Brandon serra.
    « Enchanté, Guéric.
    — Voilà not’capitaine, Dame Lamalice, puis son s’cond, Rémiel qu’on appelle Rémi, et Roselia… Rosie, pour les intimes…
    — Tu vas tout lui déballer ou quoi ? s’insurgea le capitaine en question, la blonde au chapeau.
    — Oups. Pardon. »
    Il eut un sourire contrit puis se pencha.
    « Elle va se décoincer. » murmura-t-il.
    Il prit un coup de pied au séant pour toute récompense et déguerpit en claudiquant : il avait une jambe de bois. Le capitaine Lamalice prit sa place, mais sans s'asseoir. Elle ne leur faisait manifestement pas confiance et Brandon ne pouvait pas lui en vouloir. En même temps, il était lui-même curieux de comprendre où il se trouvait. Le voilier n’était pas équipé pour la pêche, il était trop petit pour faire du transport régulier de marchandises, et il ne battait pas pavillon luménien. Au contraire, le drapeau qui claquait à l’arrière représentait la Vouivre dont il portait le nom, une femme à moitié serpent. Il pariait donc sur des pirates ou des contrebandiers. Le fait que le halfelin — Guéric — soit un habitué de son Temple plaidait en ce sens, sans parler de la jambe de bois. Des aventuriers des mers. Pas forcément méchants, mais pas forcément bienveillants. En même temps, on les avait nourris, on n’avait pas fait mine de les attacher ou de les menacer, les choses n’étaient pas si mal engagées. Il fallait juste qu’il comprenne ce qui se passait ici et qu’il gagne leur confiance. Son regard se porta vers l’avant du bateau. Il y avait une cinquième personne dans leur équipage : un homme très jeune qui regardait quelque chose au large.

    « D’où sortez-vous ? » demanda le capitaine.
    Brandon se tourna vers elle et sourit. Il ne risquait rien.

    « Nous avons fait naufrage. Nous naviguions vers Eredhun. De Luménis. »
    Elle haussa les sourcils.
    « Naufrage ? En cette saison ? Dans quoi, le Delta ?
    — Non, nous avons essuyé une tempête. »
    Son expression incrédule reflétait ce qu’elle en pensait.
    « C’était une tempête… artificielle, je le crains. »
    Il avait de nouveau son attention.
    « Je n’en connais pas exactement la source. Mais… je pense qu’elle n’a frappé que nous. Une représentation privée, en quelque sorte. »
    Il jeta un regard au large.
    « Nous étions en vue des côtes. A hauteur de Rohan, plus ou moins.
    — Et bien maintenant, vous êtes en vue des côtes aussi, dit le capitaine Lamalice, en désignant une ligne sombre, vers l’ouest. Des côtes mélandiennes. Nous serons à Anarelis demain soir. »
    Brandon lui jeta un regard stupéfait. Comment était-il possible qu’ils aient dérivé à ce point ? Est-ce que la Mystranne les avait téléportés au hasard ? Mais surtout… pourquoi la Vouivre allait-elle à Anarelis ?
    « Par les dieux… lâcha une voix derrière eux. C’est Marcus, l’intendant du sanctuaire… Est-ce qu’il est mort ? »
    Le jeune homme s’était approché. Cheveux châtains aux reflets roux, yeux clairs, Brandon était certain de l’avoir déjà rencontré. Mais où ? Et quand ? Cela lui semblait incroyablement lointain. Il s’était agenouillé sur le pont et avait pris la main du Lathandrite. Son regard passa au-dessus de son épaule et croisa celui de Brandon.
    « Maître Devlin. » ajouta le nouveau venu, en écarquillant les yeux de surprise.
    Le Tymoran lui sourit.
    « Marcus n’est pas mort. Il est… un peu égaré. »
    Et en songeant aux raisons pour lesquelles l’intendant était dans cet état, l’identité du jeune homme lui revint. C’était l’ancien secrétaire d’Albérich Megrall, un novice du Temple de l’Aube, qui avait suivi l’aubemestre comme une ombre pendant les quelques mois qu’avait duré son mandat de son conseiller. Il n’avait aucune idée de son nom, bien sûr, c’était juste un assistant. A voir sa dégaine, il avait abandonné sa vocation religieuse pour embrasser la mer. Dame Lamalice l’observait attentivement, soucieuse. Le Tymoran se détendit intérieurement.
    « Puis-je éventuellement vous demander pourquoi vous allez à Anarelis ? » osa-t-il, d’un ton dégagé.
    Le capitaine lui jeta un regard hésitant puis acquiesça.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  27. #27
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Marcus accepta la tasse de thé qu’on lui tendait d’un sourire. Brandon lui jeta un coup d’œil puis revint au capitaine. Ils étaient installés dans une petite salle chaleureuse où brûlait un feu agréable, à l’arrière du bâteau. La dénommée Roselia lui avait apporté des vêtements de rechange mais il n’avait pas encore eu le temps de s’y intéresser. Dame Lamalice était debout à la fenêtre de poupe. Le pont était sous la supervision de son second, Rémiel. On entendait les ordres fuser, le déplacement de l’homme au gouvernail au-dessus de leur tête. Le vent était fort, le voilier fendait les vagues avec aisance. Tybert — l’ancien secrétaire de Megrall — sortit en refermant précautionneusement la porte, laissant les deux rescapés seuls avec le capitaine.
    « Comment se fait-il que je n’aie jamais entendu parler de votre entreprise ? demanda aussitôt Brandon. Je veux dire… Ça fait quoi, trois ans que vous menez ces raids ?
    — Je vous l’ai dit, ils sont clandestins. Pas illégaux. Mais clandestins. Tolérés. Non reconnus.
    — Et les Lathandrites sont au courant ? Depuis tout ce temps ?
    — Pas officiellement. » intervint alors Marcus, d’une voix un peu rauque.
    Brandon se tourna vers lui. L’intendant lui sourit et but une gorgée de thé. Il avait la mine de quelqu’un qui s’éveille d’une longue sieste.

    « J’ai toujours veillé au ravitaillement des navires, via Seskan. »
    Ce fut au tour du capitaine Lamalice de paraître surprise.
    « Vous connaissez Seskan ? s’étonna-t-elle.
    — C’est un serviteur de Lathandre. Même s’il a quitté le Temple… Nous étions novices ensemble.
    — Il ne m’a jamais dit d’où venait le ravitaillement. » fit-elle, se radoucissant.
    Marcus lorgnait sa tasse de thé, pâle, comme immensément fragile.

    « Parmi les Luméniens envoyés à Mélandis pendant la dictature, il y avait beaucoup de Lathandrites… pas des prêtres ou des paladins, ceux-là sont morts, en grande majorité, mais des fidèles… Beaucoup trop. Il m’a semblé que le Temple… se devait de soutenir la Réunion. Florestan m’en avait parlé. La chose n’a jamais été officielle, cependant, jamais discutée entre nous… mais le Temple de Lathandre avait les moyens… Ça semblait la chose à faire. »
    Il releva les yeux.
    « Je suppose qu’avec mon départ, ça va devenir plus difficile… »
    Il parut un instant au bord des larmes, puis soupira, et en revint aux profondeurs de sa tasse. Brandon secoua la tête.
    « Mais l’esclavage est désormais interdit à Mélandis, dit-il. Depuis peu, je sais, mais… il devrait devenir plus simple de rapatrier tous ces gens…
    — Les rapatrier, oui, si on peut les trouver et les faire monter à bord. Vous pensez bien qu’un gros transporteur luménien ne peut pas remonter la Houleuse pour aller chercher des milliers d’affranchis. La plupart des hommes et des femmes qui ont été asservis pendant la dictature sont désormais perdus, sans le sou, et maintenus dans la servitude par la pauvreté et l’impossibilité de rentrer chez eux. Il est vrai qu’autrefois, la Réunion était davantage un commando d’intervention… et que nous sommes désormais un service de transport. Mais même ça, c’est un raccourci. Les esclaves sont très théoriquement libres, Maître Devlin. Dans la pratique, les arracher à leurs maîtres reste compliqué. D’autant que parmi les Luméniens déportés par Nwalk, un certain nombre sont captifs et non esclaves. L’affranchissement des uns n’a pas permis la libération des autres. A ce constat s’ajoute la problématique des prisonniers de guerre. Il y a eu des échanges, bien sûr, mais les disparus se comptent par centaines. La plupart sont bien évidemment morts… mais la Réunion s’est construite sur la promesse de n’abandonner personne derrière… et nous avons encore beaucoup de travail. »
    Son regard retourna à la mer.
    « Vous comprenez que dans ces conditions, je ne puis vous ramener sur Hélonna dans l’immédiat. Je peux vous déposer à Anarelis, où vous pourriez trouver un bateau… mais ce n’est pas sans risque.
    — Et nous n’avons pas un sou, capitaine. Je pense plutôt que nous allons aller à Mélandis avec vous. J’ai toujours rêvé d’aller y faire un tour. »
    Elle haussa un sourcil, sceptique.
    « Aller à Mélandis, ce n’est pas exactement trivial.
    — Je ne sous-entendais rien de tel. Mais un prêtre à bord, c’est toujours une bonne chose, non ?
    — Seulement s’il porte chance, Maître Devlin, répondit-elle.
    — Je vais faire de mon mieux. »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  28. #28
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    6. Condamnés


    Dans sa Transe agitée, Kerun était de retour à Luménis, l’avant-veille du départ de l’Ivresse. Depuis que Nora lui avait signifié sa sentence, il avait esquivé ses collègues, empruntant les passages les plus secrets du quartier général, évitant les couloirs, le réfectoire, les salles d’entraînement. Il errait dans un état second, trop choqué pour réfléchir droit, avec le sentiment que son humiliation irradiait de toute sa personne. Il savait qu’il ne supporterait pas l’outrage et la commisération que ne manqueraient pas de lui témoigner les plus proches de ses collaborateurs. Il ne pouvait que les fuir, même si cela signifiait traverser seul cette épreuve. Il ne leur fit aucune ouverture.
    Mais, alors qu’il était prêt à appareiller, il avait reçu une convocation de Darren Flèche-Sombre, le commandant de la Garde, impersonnelle et glacée, un simple pli rédigé par son secrétaire. Kerun avait eu envie de le balancer au feu et de feindre ne l’avoir jamais lu, mais il s’était résigné à affronter son aîné. Son déshonneur était chose connue dans les cercles du pouvoir et Darren avait probablement été présent au moment où le général Maelwedd avait exigé — et obtenu — sa mise à l’écart. Kerun en voulait à son congénère, tout en sachant bien sûr qu’il n’aurait pas pu s’opposer à la volonté de leur supérieur. Mais sa colère le rendait peu rationnel. C’est donc d’humeur belliqueuse qu’il se présenta à la caserne de la garde.

    Ermeline Prégris l’accueillit en personne et le conduisit jusqu’au bureau de l’elfe sauvage, avant de s’éclipser avec la mine de quelqu’un qui sait que l’échange à venir va être difficile. Ce n’était pas la première fois que Kerun rencontrait Darren en ces lieux. La pièce était sombre, la lumière du dehors y parvenait filtrée par le lin vert des rideaux. On aurait dit un sous-bois obscur et c’était sans doute l’idée, une réminiscence de la Lorien. Darren était debout et lorgnait l’extérieur, entre les voiles. Kerun ne l’avait pas revu depuis sa libération officielle, au lendemain de la déroute sharite à l'Assemblée. Il ne savait pas ce qu’il avait réellement échangé avec Gareth Maelwedd, comment il avait obtenu son amnistie, celle des prêtres impliqués. Tout semblait être… simplement rentré dans l’ordre. Comme si rien ne s’était produit. Un mois de chaos, oblitéré pour le plus grand bien.

    « Merci d’être venu. » dit alors Flèche-Sombre.
    Kerun resta debout, chercha quelque chose à dire, envahi soudain par des émotions violentes, déshonorables. Son congénère n’était pas responsable de la situation.

    « Pas de soucis. »
    L’elfe sauvage se tourna vers lui, une seconde, puis retourna à sa fenêtre.
    « Je devine que tu es furieux. Je le comprends. Mais je voudrais que tu mesures… l’importance… d’agir comme Maelwedd l’exige. »
    Kerun frissonna, s’interdit de répondre. Darren reprit.
    « Tu seras encore un atout critique de Luménis quand Maelwedd sera poussière depuis des lustres. Tu vis parmi les humains depuis toujours, tu te plies à leurs rythmes, sans doute beaucoup trop, mais tu es un elfe. Toi… comme moi… devons, absolument, avoir la vision à long terme que n’ont pas les humains. Tu reviendras. Tu reprendras ta place. Ce n’est pas Maelwedd qui va décider de l’avenir de Luménis. Il n’en aura pas le temps. Nous, nous l’avons. »
    Darren s’était retourné et le regardait de ses yeux sombres, l’expression grave.
    « En tant qu’elfes, nous n’avons pas à présider à la destinée des civilisations humaines, mais nous pouvons les soutenir… et les guider, parfois. Ta querelle avec le général est… comme une maladie. Elle te ronge. Partir aujourd’hui, c’est te préserver de son haleine fétide. C’est nécessaire. »
    Il eut un sourire un peu las.
    « Je t’attendrai. Et lorsque tu rentreras, nous travaillerons ensemble, mieux que nous ne l’avons fait jusqu’ici. »
    Kerun baissa les yeux.
    « Je ne veux pas partir, souffla-t-il.
    — Je sais. Mais dans l'immédiat, il n’y a pas d’autre solution. »
    Darren s’était déplacé jusqu’à lui et l’agent sentit la main de son interlocuteur se poser sur sa poitrine.
    « Ce qu’il y a ici est fragile, Kerun. Ressource-toi. Tu reviendras plus fort. D'ici là, fais-moi confiance. Luménis ne s’est pas faite en un jour, elle ne tombera pas en deux ou trois ans. »
    Le ton de Darren était sans équivoque ; Kerun releva les yeux et…


    … la Transe se déchira violemment. Le sol rêche lui écorcha la joue, le ramenant dans la réalité. Désorienté, glacé jusqu’au plus profond de ses os, il ouvrit un regard trouble sur le monde autour de lui, aperçut une paire de bottes, ce qui devait être une plage grise, et le monde avait cessé de tanguer. La bile, sur sa langue, le fit tousser et il prit appui sur un coude pour essayer de se relever, sans parvenir à retenir un gémissement. Où Diable était-il ? Il n’avait aucun souvenir des heures précédentes, hormis de s’être mis au lit et… quelque chose de pesant le frappa dans le dos et le renvoya brutalement à terre. Une pression s’exerça sur son crâne, lui plongeant le visage dans le sable, nez, bouche, yeux, implacablement. Il chercha à se raccrocher à quelque chose, mais son agresseur était trop fort, trop lourd, il n’avait pas d’appui, ni d’énergie, et il sentit rapidement le souffle lui manquer, mille grains piquants lui mordre la peau, sa poitrine hurler, puis son âme, et puis il fit noir.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  29. #29
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Othon demeura paralysé et pendant une seconde, il fut persuadé que le drow allait tuer l’elfe en l’étouffant dans le sable. Mais dès que Kerun arrêta de bouger, Nimdéorn se releva et rejeta son corps inerte sur le côté.
    « Reste tranquille. » grommela-t-il.
    Croisant le regard du paladin, l’ensorceleur lui décocha un sourire mauvais. L’emprise de son esprit était toujours aussi forte, comme un étau qui lui interdisait toute initiative, tout mouvement. Il avait ramé toute la nuit, sans s’arrêter malgré la fatigue, contraint par l’impérieuse volonté de son maître. Joshua, derrière lui, en avait fait de même. Un peu avant l’aube, ils avaient accosté sur une île minuscule : une plage microscopique encerclée de rochers acérés. Nimdéorn les avait fait descendre, puis avait sorti Kerun sans ménagement, en le traînant par la tunique. Othon se serait volontiers proposé pour porter l’elfe, mais le drow avait besoin de passer sa fureur sur quelqu’un, et sa cible était toute choisie. Le paladin se demanda ce qu’il entendait faire d’eux. Ils étaient au milieu de nulle part, peut-être une étape avant autre chose. Lui-même se doutait qu’il n’avait été recruté que pour servir de bras : Joshua seul n’aurait pu déplacer une chaloupe aussi lourde sur une distance aussi longue. Le drow semblait se satisfaire de le garder vivant, debout et sous contrôle. Joshua s’activait, de son côté, à débarquer ce qu’il avait emporté. A voir le nombre de sacs qui s’alignaient à présent sur le sable, le paladin devina que le matelot avait dû préparer cette évasion bien avant la tempête. Nimdéorn s’approcha des paquetages et exigea d’en voir le contenu. Il y avait de la nourriture en quantité, des ustensiles divers, des vêtements, mais aussi quelques armes, ce qui ressemblait à des chaînes, de la corde, du parchemin, des fioles. Joshua avait ratissé large, subtilisant probablement des objets dans toutes les cabines. Après un premier examen, le drow se pencha et saisit une paire de fers. Othon supposa qu’il s’agissait de ceux qu’il avait lui-même portés, car il n’y avait aucune raison que Valtameri ait transporté ce genre de choses. Nimdéorn retourna ensuite vers l’elfe des bois qui gisait sur le sable et l’en affubla, lui menottant les poignets dans le dos, puis les chevilles, avant de se tourner vers Othon. Le drow s’approcha et se planta un moment devant lui, le fixant de ses yeux violacés.

    « C’est l’esprit le plus faible qui trinque le premier. » dit-il.
    Othon se sentit envahi d’une pulsion meurtrière. Cette créature mauvaise méritait de mourir et il lui aurait volontiers rompu la nuque dans l’instant. Mais Nimdéorn répondit à ce désir par une pression plus forte dans son crâne et, contre toute attente, le paladin mit un genou en terre.

    « Voilà qui est mieux. » remarqua le drow.
    Il glissa alors un collier de métal froid autour du cou du paladin, l’y bloquant à l’aide d’une petite clé. Othon sentit aussitôt l’étincelle divine qui brûlait éternellement en lui s’éteindre, remplacée par une sensation de vide. Il eut un vertige. Nimdéorn le gratifia d’une petite tape condescendante sur le sommet du crâne.

    « Chacun son tour. »
    Il se détourna de son prisonnier qui, coupé de sa source, avait l’impression de tourner de l’œil. Othon glissa sur son second genou, puis sur les mains. Lathandre était complètement absent, il ne restait que le néant là où s’était toujours trouvée son énergie lumineuse. Le pouvoir du drow ne l’empêcha pas de mener une main à sa gorge, où cet artefact monstrueux pulsait doucement. Il glissa deux doigts sous le métal, se griffant la peau.
    « Ne va pas t’arracher la tête. » siffla Nimdéorn, qui contemplait son butin.
    Othon chercha Joshua du regard, mais le jeune marin vaquait à ses propres occupations, à savoir la construction d’un feu. Il évitait sciemment de regarder dans leur direction. Ce traître. C’était la seule explication possible à leur situation présente. Le drow avait bénéficié d’une aide, et celle-ci était venue de ce matelot. Pourquoi ? Qu’est-ce que l’ensorceleur avait bien pu lui promettre, et comment, pour qu’il mette toute l’Ivresse en péril ?
    Choqué, effrayé par le silence qui rayonnait à l’intérieur de lui-même, Othon essaya de se concentrer sur les maigres aspects positifs de la situation : si Nimdéorn les avait entravés, physiquement et spirituellement, c’était qu’il n’avait pas l’intention de les tuer dans l’immédiat. Or, tant qu’ils étaient vivants, ils avaient une chance de s’en tirer. Il arcbouta à nouveau sa conscience contre la poigne mentale du drow, mais ce dernier lui renvoya une gifle qui manqua l’assommer. Il n’avait même pas regardé dans sa direction.
    Autant cesser de lutter, pour un temps. Endormir sa méfiance. Reprendre des forces. Quelle était l’alternative ?
    Nimdéorn examinait à présent les vêtements à sa disposition. Othon reconnut un des pourpoints de Brandon, mais l’elfe noir était trop mince pour qu’il lui aille. Il rejeta aussi des tuniques féminines, une robe qui avait appartenu à la Mystranne, une bure de Garance, la cotte de mailles de Rachel. Il avait un gabarit proche de celui de Kerun, au final, et ce qu’il mit de côté devait lui appartenir. Des vêtements sobres, fonctionnels, dans les tons gris et verts. Il essaya plusieurs paires de bottes, écartant celles qui lui déplaisaient. Mais il ne se changea pas. Il se contenta d’empiler ce qui lui convenait à l’écart, avant de retourner à l’examen de ce qui lui avait été présenté. Il commença à remplir un sac. Othon suivait ses gestes, ses choix : de la corde, une épée, des couverts. Il le vit lancer un sortilège ou deux, de petites incantations mineures, qui le renseignaient probablement sur le contenu des fioles ou les pouvoirs des objets les plus mystérieux. Il reprenait ensuite son tri, concentré. Le feu de Joshua brûlait désormais d’un éclat vigoureux et le jeune matelot s’était éloigné pour ramasser du bois flotté. Sur cette plage ridicule, il y en avait peu, et il ne devait pas aller très loin.
    Les événements qui suivirent s’enchaînèrent à grande vitesse, sans qu’Othon ait le temps de réaliser ce qui se produisait. Nimdéorn se leva, fit quelques pas rapides pour rejoindre Joshua, le saisit par les cheveux et l’égorgea d’un geste souple. Othon vit le marin se cambrer, Nimdéorn reculer pour se mettre à l’écart, et de grandes gerbes rouges jaillirent sur le sable tandis que le matelot tentait de juguler l’hémorragie de deux mains inutiles. Il fit quelques pas incertains, les yeux agrandis par la terreur, puis glissa sur un genou et s’affaissa face contre terre. Des soubresauts l’animèrent pendant un temps interminable alors qu’une flaque écarlate grandissait sous son cadavre. Othon était tétanisé. Nimdéorn se tourna dans sa direction et eut un haussement d’épaules, comme si c’était un accident.

    « Viens m’aider à le dépecer. » ordonna-t-il.
    Othon perçut toute la réticence de son âme. Il savait que les drows consommaient la chair d’autres humanoïdes, mais une part de lui avait toujours imaginé que c’était une légende, un racontar visant à démoniser encore un peu plus les monstres d’Outreterre. Mais Nimdéorn ne plaisantait pas. L’injonction se fit plus pressante, plus douloureuse, mais le paladin se braqua contre elle. Il ne dépècerait pas un autre être humain, même si c’était un imbécile, un meurtrier, une raclure responsable de la perte de ses amis. La souffrance explosa dans son crâne, il vit des papillons pourpres, et quelque chose de chaud lui bulla aux narines. Il voyait désormais trouble, le drow était distant, tourné dans sa direction, agenouillé auprès de sa victime. La pression se relâcha brusquement et Othon tomba face contre terre.

    « Je suppose que c’est une limite acceptable. » commenta Nimdéorn.
    Et il se mit au travail lui-même, permettant au paladin de n’en rien regarder.
    Il y avait le son, cependant, et Othon roula sur le flanc et se boucha les oreilles. Il avait la conviction que l’horreur ne faisait que commencer. Au bout d’un moment, une odeur de viande grillée s’éleva dans l’air et l’estomac du paladin gronda. Mais il savait ce qui était en train de cuire et la nausée se substitua rapidement à la faim.

    « Relève-toi. Mange. » ordonna sèchement Nimdéorn.
    Sans pouvoir lui résister, Othon prit appui sur un coude puis s’assit sur le sable. L’elfe noir, campé devant lui, lui jeta du pain, du fromage et une pomme. Il était couvert de sang, des genoux aux épaules, et le paladin comprit pourquoi il ne s’était pas encore changé.

    « Ne tarde pas. Nous avons encore beaucoup à faire. »
    Othon ne chercha pas à s’opposer à cette injonction. Il était épuisé et affamé, reprendre des forces ne pourrait pas lui faire du mal, quoi qu’il doive se produire ensuite. Il était soulagé d’avoir réussi à résister au pire, cela signifiait que malgré le contrôle qu'il avait sur lui, le drow n’était pas complètement maître de ses actes, et qu’il pouvait s’opposer à ce qui lui était vraiment insupportable. Nimdéorn le savait certainement, il n’en avait pas paru furieux, ni même surpris. Il était désormais accroupi près du feu et s’y restaurait, de viande grasse, une vision proprement insupportable. Othon lui tourna le dos et mangea frugalement, en essayant de ne pas penser à ce qui s’était produit, à ne pas songer aussi à ce qui aurait pu lui arriver, ou à Kerun. Ce dernier n’avait pas bougé, couché sur le flanc, le visage constellé de grains de sable. Le voir là, impuissant, avait quelque chose de terrible mais aussi de réconfortant. Ils n’étaient pas seuls face à l’effroyable. Othon avait foi : ils trouveraient une porte de sortie, tôt ou tard. Le désespoir n’était pas lathandrite, quelle que soit la noirceur de l’horizon.
    Quelques minutes plus tard, alors qu’il terminait son repas, le chevalier vit revenir le drow. Il alla d’abord vers Kerun, qu’il souleva de la pointe du pied, puis revint vers le paladin et s’accroupit pour être à sa hauteur. Comme tous les êtres de sa race, il avait les traits fins, le regard d’une couleur inquiétante, mais ses cheveux rasés lui donnaient un air particulièrement dur.
    « A présent, paladin, c’est l’heure de dormir. Tu vas avoir besoin de toutes tes forces dans les jours à venir. »
    Il ne peut pas m’imposer ça, songea Othon. Ce n’est pas si facile.
    Mais cela le fut, car Nimdéorn ajouta un sortilège à son ordre, une lumière noire piquetée d’étoiles, et le Lunaron ne put lutter contre la torpeur qui le saisit. Dans le fond, il était quand même très fatigué, après une journée de veille, une soirée de beuverie puis d’orage et une nuit à la rame. Aussi sombra-t-il profondément.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  30. #30
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    S’éveiller sans bouger et feindre l’inconscience pour tirer un maximum d’informations utiles de l’environnement avant d’opter pour un premier mouvement était une compétence de base de tout bon agent d’intervention luménien. Kerun était rompu à l’exercice et l’enseignait même parfois à d’autres, quand il avait un peu de temps entre deux missions. Cependant, quand il revint à lui, il n’en eut aucune latitude. Une déflagration d’énergie magique, impérieuse, douloureuse et pourtant curative, l’arracha au néant et il ouvrit les yeux dans un hoquet.
    A quelques pouces de son visage, trouble, il distingua les traits sombres d’un drow, Inathaliel Nimdéorn, hier prisonnier et aujourd’hui libre. Son expression dut refléter sa stupeur, car l’ensorceleur sourit.

    « Kerun, bonjour ! » grinça-t-il, dans un elfique heurté.
    En réalité, Kerun n’était pas surpris. Il avait su, dès l’instant où il avait vu la Mystranne poser le pied sur le pont avec son encombrant captif, que c’était une erreur monumentale. On l’avait averti, bien sûr, qu’ils devaient convoyer un criminel vers Maux-Lotis. Ce n’était pas une joyeuse nouvelle, mais cela faisait partie de ses attributions. Il n’avait pas particulièrement sourcillé, juste signé le document, trop perturbé par les événements des derniers jours pour y réfléchir posément. Mais quand il avait découvert l’identité de l’animal, quand il avait réalisé que Valtameri lui-même n’en avait pas été informé, il avait manqué refuser d’embarquer. C’était le capitaine qui l’avait convaincu de rester. Le capitaine, l’assurance de la Mystranne, la joie simple de Martin qui retrouvait le grand air, la bonhomie de Brandon Devlin et sa propre fatigue.
    Fatigue de penser, de se battre, sans cesse, contre le torrent hostile des événements.
    Il avait capitulé et à présent, il était dans la bouse.
    Sans quitter le regard pourpre du drow des yeux, il fit un point rapide sur sa situation. Il était entravé aux chevilles, mais ses pieds ne reposaient pas sur le sol, car il était maintenu en hauteur, ceinturé à la taille et en travers de la poitrine, par quelqu’un de plus grand que lui. A l’odeur et à la force des bras, ce devait être Othon de Lunaros plutôt que Joshua. A son silence, au rythme laborieux de sa respiration et parce qu’il le connaissait bien, Kerun déduisit que le paladin devait être contraint d’une manière ou d’une autre et, vu leur adversaire, il s’agissait probablement d’un puissant sortilège de domination. L’elfe avait aussi les mains attachées dans le dos, et il tâta ses fers du bout des doigts, histoire d’en prendre la mesure. Ils étaient imbus d’une double magie, la première repoussant toute tentative d’approcher la serrure, la seconde adaptant le diamètre des bracelets aux poignets du prisonnier. Banal, rien d’insurmontable avec son expérience de ce type de dispositifs. Mais il avait besoin de temps et d’espace mental pour s’en dépêtrer, ce dont il ne disposait pas à l’instant.
    Nimdéorn lui saisit brutalement le visage, enfonçant ses doigts noueux dans ses joues.

    « Tu ne vas rien dire ? Même pas bonjour ou bien joué ou crève raclure de drow, j’aurai ta peau ? »
    Il le relâcha avec une grimace de dépit, feinte.
    « Evidemment… Le silence de l’espion. Mais, Kerun, franchement, tes secrets, je n’en ai absolument rien à cirer. La seule chose qui m’intéresse, c’est toi, et toi, je t’ai, que tu pérores ou que tu la fermes. »
    Il recula de quelques pas, révélant un morceau de plage, les vestiges d’un feu, quelques sacs empilés un peu plus loin. Il y avait une chaloupe aussi, juste sur leur gauche, que les vagues venaient lécher. Hormis le drow, celui qu’il supposait être Othon et lui-même, Kerun ne vit trace de personne d’autre, et il sentit une légère inquiétude naître en lui.
    « Kerun… J’ai beaucoup pensé à ce jour, dans ma cellule au fort. J’ai imaginé souvent que je t’arracherais la gorge et les yeux et que je me repaîtrais de ton cœur. Ou que j’invoquerais une colonne de feu qui te laisserait agonisant pendant des heures dans la poussière à mes pieds. »
    Kerun demeura impassible face à ce déferlement. Il avait contribué à l’arrestation de centaines de criminels au cours de sa carrière. Ce n’était pas la première fois que l’un d’entre eux en faisait une affaire personnelle. D’ordinaire, il s’efforçait de rester dans les ombres, mais ce n’était pas toujours possible, et cela ne l’avait pas été sur Mersant.
    « Mais j’ai tellement imaginé ces scènes qu’au final… A quoi bon ? Tu connais la force de l’imagination elfique, quand nous sommes en Rêverie. Elle vaut la réalité. Elle est souvent plus belle, même… »
    Cause donc, songea Kerun. Raconte-moi ce que je veux savoir.
    Il roula doucement des épaules, mais la poigne d’Othon était solide comme le roc. Le paladin pouvait lutter contre la domination, mais ses chances étaient les plus élevées au moment où le sortilège était lancé. Ensuite, échapper à l’emprise était plus difficile, et quasiment impossible tant que l’ordre donné ne constituait pas un tabou. Or, maintenir Kerun en place pour qu’il assiste au discours de Nimdéorn en était loin.
    Du bout du pouce, l’elfe sonda à nouveau ses fers, cherchant le point de rupture du sortilège, l’endroit où la Toile s’infléchissait légèrement pour mieux se réalimenter. Il lui faudrait un instrument pour aller plus loin.

    « Mais il est des châtiments que je n’ai pas explorés, car mon imagination a des limites quand on en vient à vos mièvreries de surfacins. »
    Le drow s’approcha à nouveau et saisit l’elfe par les cheveux, Kerun pouvait sentir son souffle tiède chargé d’une odeur de viande rôtie sur son visage.
    « Par exemple… Quel effet cela fait-il de savoir qu’à cause de toi, j’ai coulé un bateau et noyé une dizaine de personnes ? »
    La jubilation sur les traits de Nimdéorn empêcha Kerun de contrôler son expression et il ferma les yeux.
    « Apparemment, pas du bien. Je m’en étais douté, mais l’observer, c’est plus agréable. »
    C’était forcément faux. Il y avait à bord des prêtres expérimentés, comme Selma, Soren et Devlin, et Aigéan Valtameri, en tant que genasi, pouvait survivre à n’importe quelle tempête. Nimdéorn mentait pour l’affaiblir et Kerun ne pouvait pas se permettre de flancher, pas maintenant sans quoi ils seraient fichus. Sa seule survie n’était pas en question, il y avait aussi Othon, et surtout Nimdéorn, libre et meurtrier, qu’il fallait arrêter.
    Mais le drow pouvait dire la vérité. C’était un maître des tempêtes, Kerun avait été témoin de l’étendue de son pouvoir sur la mer et le ciel, et si les autres avaient été trop confiants, mal préparés, s’ils avaient baissé leur garde… Il ne pouvait pas l’imaginer. Pas comme ça, pas à cause de lui.
    Une douleur sourde pulsait dans son crâne, la colère et l’affliction qu’il ne voulait pas offrir à son adversaire.

    « Ce sont des dégâts collatéraux. Il y en a dans tout conflit.
    — Tu le paieras. » lâcha-t-il finalement, stupidement.
    Nimdéorn sourit.

    « Tu vois, j’en doute. C’est toi qui le paies, et qui va encore le payer un moment. »
    Il lui tapota l’épaule et recula.
    « Quand j’étais enfermé, quand je songeais à ma vengeance, j’avais une seconde obsession. »
    Il le vrilla à nouveau de ses yeux pourpres.
    « Rentrer chez moi. Pas sur le Meurs-Chiure, non, je sais, vous l’avez coulé. Nous étions à bord, toi et moi, dans le port, quand il a sombré. »
    Il eut un sourire mauvais.
    « Je veux dire, chez moi, dans les Profondeurs. »
    D’un geste, il embrassa l’îlot.
    « Sais-tu où nous sommes, Kerun ? Non ? Je m’en doute. Cette île est minuscule. Elle ne figure pas sur les cartes ordinaires. Les marins qui la connaissent ne s’y arrêtent pas, ils pensent qu’il s’agit juste d’un affleurement rocheux, peut-être dangereux. Mais mon peuple l’appelle Werneth Obsul’e. Le Portail Sud. Il y a là une grotte, au fond de laquelle démarre un tunnel et au bout de ce tunnel… Outreterre, oui. »
    [
    I]Kerun avait vécu mille horreurs en surface, mais il sentit ses entrailles se tordre.[/I]
    « Je vais vous faire visiter, toi et ton grand ami. Je pourrais vous en vanter les merveilles mais je préfère vous laisser la surprise. »
    Il écarta les mains, l’air ravi.
    « Je pense que vous allez adorer. »
    Il s’était approché à nouveau.
    Outreterre.
    Kerun avait déjà rencontré des drows, bons et mauvais. Il y avait plusieurs servants d’Ellistrae en Hélonna et certains étaient même des agents ponctuels, quand leurs talents et leur connaissance des sous-sols étaient requis. Mais lui-même n’était jamais allé dans les tréfonds obscurs de Toril, jusqu’à une de leurs cités abominables, où leur culture viciée pouvait s’épanouir sans entraves. Il n’en connaissait que les rumeurs et les descriptions terribles. Professionnellement, il n’avait jamais eu besoin de s’y intéresser davantage, et il n’avait pas le temps de lire par curiosité. Ce qu’il savait, c’est combien ceux qui s’en étaient enfuis étaient soulagés d’avoir gagné la surface. Généralement, ils ne voulaient plus en parler, jamais, refermer la trappe sur leurs monstrueux souvenirs. Quelqu’un, dans les services secrets, était néanmoins chargé de collecter et compiler toutes les données concernant Outreterre, afin d’évaluer la menace représentée par les forces qui y grouillaient. Kerun ne s’en était jamais soucié.
    Et à la seconde présente, il s’en félicitait. Savoir ce qui les attendait n’aurait certainement pas amélioré son état d’esprit.

    « J’ai hésité, continuait Nimdéorn, ravi de subjuguer son auditoire. Ta Transe t’aurait sûrement permis d’imaginer le pire, ça aurait été vraiment délicieux. Les drows adorent les elfes, tu sais ça, et ils ne manquent pas d’ingéniosité quand il s’agit de le leur prouver. Mais tu vois, Kerun, je me méfie. Beaucoup. Naut'kyn ilythiiri treemmai drathir, comme on dit chez moi. Je ne sais pas comment le traduire. On ne piège pas le drow deux fois, mais en plus élégant. Bref. »
    Il désigna Othon.
    « Ce grand dadais, avec sa cervelle de mulot, est facile à contrôler. Mais toi… Tu es d’une autre étoffe. »
    Il lui reprit le visage, le bloquant dans sa serre osseuse.
    « Je ne voudrais pas que tu prennes la tangente à la première occasion car j’ai bien l’intention que tu rencontres la matrone, Kerun, et qu’elle fasse de toi ce qu’elle veut. Quelle est la longévité d’un elfe, déjà ? Hum. Moins sous terre, à mon avis. Mais il y a quand même de quoi faire. »
    De ça, Kerun n’avait pas peur. Nimdéorn déforçait son avantage, en lui dessinant un futur si lointain. Où qu’ils aillent, chaque jour serait une opportunité. L’elfe avait l’habitude de les guetter et de les saisir.
    « Mais tu sais ce qui pousse à l’entrée des grottes humides qui mènent en Outreterre ? »
    Sans lâcher le visage de l’elfe, l’ensorceleur lui présenta un petit champignon pâle, presque translucide, dégageant une discrète odeur de noisette. Kerun eut un sursaut d’horreur, viscéral et incontrôlable, et recula dans la poitrine dure d’Othon, qui pourtant lui coupait déjà le souffle.
    « Oh non. » souffla-t-il sans pouvoir s’en empêcher.
    Sa réaction fit plaisir au drow.

    « Oh, je vois que tu connais. Tant mieux. Tu seras donc ravi de savoir que j’en ai rempli tout un sac et déjà préparé plusieurs extraits. De quoi tenir plusieurs veilles… Nous avons de la route à faire. »
    Kerun se cambra contre Othon. Il fallait qu’il se dégage, absolument, mais le paladin était immensément fort et lutter contre lui inutile. Il rua entre ses bras, cependant, se tortillant pour se dégager, mais il n’en récolta qu’un éclat de rire de la part de leur ravisseur. Le paladin, évidemment, ne pouvait mesurer en quoi sa participation à ce qui allait suivre était meurtrière, et s’il y eut le moindre changement dans son attitude, Kerun ne put le percevoir. Il finit par arrêter de se battre. C’était peine perdue. Il était prisonnier, impuissant à empêcher Nimdéorn d’agir, et responsable, oui, d’un naufrage. De morts. Il se résigna. Peut-être y avait-il une logique là-dessous, une justice cruelle. Nimdéorn lui caressa la joue, presque paternel. Kerun trembla sous son contact, le souffle court, le cœur affolé.
    « C’est mieux. »
    L’elfe sentit la haine, la panique et le désespoir lui embraser les sens. Nimdéorn avait fait un pas en arrière et il déboucha une fiole dont il imbiba généreusement un morceau d’étoffe. Kerun remarqua qu’il portait, ironie, des vêtements qui lui appartenaient.
    « Non. » murmura-t-il une dernière fois, tandis que le drow, la mine faussement désolée, lui agrippait la tête et lui appliquait l’étoffe contre la bouche et le nez.
    Il recommença à se débattre, un réflexe plus qu’une décision, et Nimdéorn accentua la pression. Kerun retint sa respiration, mais les effluves du kuttröthe s’infiltraient déjà en lui. Etouffant, il desserra les lèvres et l’ensorceleur lui força l’étoffe dans la bouche. Du jus âcre coula sur sa langue et dans sa gorge, il se mit à tousser puis son corps tout entier fut pris de spasmes, comme le poison se répandait dans son organisme, dans son ventre, sa poitrine, se faufilant dans son crâne, chacun de ses muscles, jusqu’à la plus petite fibre qui le constituait.
    Il hurla. Sa conscience s’effilocha peu à peu tandis que la souffrance l’embrasait. Puis il perdit tout contrôle sur son organisme et toute notion de lui-même.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

Page 1 sur 4 123 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Réponses: 4
    Dernier message: 11/10/2020, 12h53
  2. [Annales RP] Parallèles
    Par Galathée dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 199
    Dernier message: 08/01/2018, 21h20
  3. [Annales RP] Des fleuves invisibles...
    Par Galathée dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 5
    Dernier message: 22/01/2014, 10h09
  4. [FAQ] Les mondes parallèles
    Par Seina dans le forum Les mondes parallèles
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/08/2005, 18h33

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257