Page 9 sur 9 PremièrePremière ... 789
Affichage des résultats 241 à 252 sur 252

Discussion: [Annales RP] Exils / Parallèles 2

  1. #241
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Bien accrochée au brise-lames
    Messages 
    36 619
    30. Les ombres de la Lumière


    Couloirs en spirale jusqu’à l’autel central. Il n’était pas au rez de chaussée, contrairement à ce que pensaient les fidèles. Shar se vénérait dans les ténèbres, les souterrains, les cavernes profondes. Marcus avait du sang sur les bottes, les chausses, la poitrine jusqu’aux épaules.
    C’était la nuit, bien sûr. Pas n’importe laquelle : le Baiser de Notre Dame, une célébration meurtrière, à la gloire de Shar. Elle n’avait pas de date particulière, mais l’arrivée de victimes sacrificielles, à la veille de l’apothéose du Triomphe, en avait précipité l’organisation.
    Il y avait onze prêtres confirmés, six novices dont Marcus, et vingt-deux offrandes. Tous étaient des prisonniers de guerre, récupérés dans la nasse de l’Empereur. Celui-ci, généreux, avait distribué son surplus aux Temples, en remerciements des services rendus. La Flamme Nocturne et deux de ses sbires s’étaient rendus aux Arènes en fin de journée pour disputer les plus beaux morceaux aux cultes voisins.
    Il ne fallait pas être trop difficile : la plupart étaient complètement éteints. Anciens soldats, captifs depuis plus d’un an, ils n’attendaient plus que la délivrance. Ils étaient maigres, pales, souffraient de la gale, parfois d’un début de gangrène, et l’idée d’être torturés puis assassinés pour plaire à Shar semblait ne leur faire ni chaud, ni froid. On en obtenait des cris et des gémissements, mais aucune supplique. Ils voulaient mourir et c’était ce qui les attendait, les uns après les autres. Il en restait trois ou quatre qui résistaient. Deux avaient peur, deux étaient défiants. Sans doute avaient-ils été mieux traités, à moins qu’ils n’aient quelque chose de différent en eux. Davantage de résilience, un espoir vain qu’il leur restait une chance. Marcus savait que tout le monde n’était pas logé à la même enseigne en matière de force morale. Certains étaient faibles, et rien ne pouvait les endurcir. D’autres traversaient le pire, la tête haute, sans jamais plier. L’injustice de la loterie divine.

    Au début, on lui avait demandé d’assister, et il l’avait fait sans broncher. L’autel s’était gorgé de sang. Même mourant, même résigné, un homme se vidait à gros bouillons avant de reposer, flasque, les yeux révulsés. Les cadavres étaient jetés sur le côté, empilés en un amas grotesque. Il pouvait les regarder sans rien éprouver, ni haine, ni regrets. C’était ça, le vrai vide. Un détachement total. Vivre, mourir, rien n’avait vraiment de sens. Ces pauvres hères partaient comme ils étaient arrivés, en vain. Comme il partirait lui-même, aujourd’hui ou demain.
    Ensuite, on lui avait demandé de maintenir les suppliciés pendant qu’on les torturait ou les égorgeait. Marcus n’était pas très costaud, mais ses victimes ne l’étaient pas davantage. Il avait agi sans réfléchir, sans s’émouvoir. Des doigts s’étaient repliés sur ses avant-bras, pour le repousser. On avait gémi dans ses oreilles, on l’avait insulté, on lui avait craché au visage, un homme avait pissé sur ses bottes. Il s’était permis d’envoyer un coup de poing dans le ventre d’un jeune homme qui remuait trop, la première fois de sa vie qu’il faisait ce genre de choses, un geste curieusement libérateur, et cela lui avait valu une tape amicale sur l’épaule, de la part du prêtre qui le supervisait, Mival. Il n’avait pas cherché à compter le nombre d’hommes qu’il avait aidé à meurtrir, pas plus qu’il n’avait cherché à les voir. Ils s’étaient succédés et il avait participé, d’où le sang, partout, sur ses vêtements noirs. C’était ça, tremper dans un crime, littéralement. C’était simple.
    Enfin, c’était son tour de tuer. Sa victime était un homme d’environ trente-cinq ans, émacié, qui avait été torturé par les services secrets mélandiens. Ancien sergent dans l’infanterie luménienne, c’était un habitué du Temple de Lathandre. Il s’appelait Jamie Lezak. Marcus le connaissait d’autant mieux qu’il avait assisté Albérich lors de son mariage, un jour d’été magnifique, en Eleinte 1382. Les Sharites ne pouvaient pas connaître ces détails, mais ils savaient que Lezak était un fervent lathandrite, et c’est pour ça qu’ils l’avaient sélectionné pour Marcus. Ce dernier savait que malgré la pénombre, la torture, l’abattement du prisonnier et la calotte noire qui lui recouvrait désormais les cheveux, le militaire le reconnaîtrait. Si son âme s’était accrochée à Lathandre jusque là, c’était le moment où elle cèderait au désespoir. Un délice, bien sûr. Ils étaient au moins quatre prêtres à s’être rassemblés pour assister au spectacle.
    « Tu as déjà égorgé un homme ? lui demanda Mival, d’un ton faussement interrogateur.
    — Non. » répondit Marcus, sans émotion.
    Le Sharite lui glissa le couteau entre les doigts. Son manche était poisseux du sang des morts et lui colla immédiatement à la paume.

    « C’est curieusement facile, mais il faut y mettre un peu de force. Le mieux est de le prendre par les cheveux et de lui tirer la tête en arrière. Il résistera sans doute, mais Bram ne le lâchera pas. »
    Il eut un léger sourire.
    « Si tu manques de détermination, il faudra sans doute t’y reprendre à une fois ou deux… mais nous ne sommes pas des assassins. L’efficacité n’est pas notre souci principal. Profite de l’expérience. »
    Lezak l’attendait, à genoux, les chevilles et les poignets liés, maintenu aux épaules par le dénommé Bram, une sorte de brute tatouée au crâne rasé. Quand Marcus approcha, Bram redressa la tête du condamné.
    « Regarde venir le bourreau. »
    Marcus s’immobilisa, le temps que Lezak le reconnaisse. C’était ce que tous les témoins attendaient, et pour Marcus, cela ne faisait aucune différence. L’homme allait mourir de toute façon. Par sa main, par une autre, quelle importance ? Mourir, c’était mourir. Il n’y avait pas de retour possible.
    Le soldat écarquilla des yeux de stupeur quand l’étincelle se fit, mais Marcus devina qu’il n’y croyait pas vraiment, et qu’il n’y croirait pas jusqu’au dernier instant. Il était impossible que l’intendant du Temple, Marcus Hadnan, le type empressé et sympathique qui filait dans les couloirs, se fut trouvé en cet endroit, en ce moment, et agisse comme il le faisait, en faisant un pas, un autre, puis en plongeant son couteau dans cette gorge offerte. Le sang gicla, l’atteignant en plein visage, mais il ne broncha pas, au contraire de sa victime, qui gargouilla abominablement en convulsant entre les mains de Bram. Les Sharites rirent et la main de Mival l’écarta de l’homme agonisant.
    « Il y a une différence entre égorger et décapiter, Marcus, tu l’ignorais ? »
    Il réalisa qu’il avait pratiquement sectionné la tête de Lezak, qui retombait sur son épaule, prête à se détacher. Bram lâcha le cadavre et s’approcha, le regard suspicieux. Il observa Marcus une seconde, de ses yeux noirs, puis esquissa un sourire.
    « Un autre ? demanda-t-il.
    — S’il y a. » répondit Marcus.
    Le Sharite rit, un bruit de gorge désagréable.

    « Il y a toujours, pour ceux qui en veulent. »
    Et il alla lui chercher un autre homme à sacrifier au néant.
    MJ en pause carrière


    “I'm afraid we shall waste an awful lot of time."
    "Don't worry, answered Snufkin. We shall have wonderful dreams, and when we wake up it'll be spring.”

  2. #242
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Bien accrochée au brise-lames
    Messages 
    36 619
    A quelques pas de là seulement, Kerun observait la nuit. Les humains y avaient placé leurs pires cauchemars, privés de leur sens principal, mais pour un elfe, ce n’était pas aussi impressionnant. De surcroît, en plein Mélandis, il ne faisait pas si noir, et le silence était très relatif.
    L’odeur de la Houleuse était tempérée par celle du sang. Les Temples avaient décidé de sacrifier de concert, mais seul celui de Baine résonnait de hurlements. Des fidèles se pressaient sur les marches, entrant et sortant en bavardant comme s’il s’agissait d’une simple soirée mondaine. Kerun connaissait le nom de certains des suppliciés du jour, des officiers des armées vaincues, les plus dévots, et ceux qui avaient eu une goutte de sang céleste ou avaient l’air d’en avoir.
    Il y eut un mouvement sur sa gauche, mais il ne bougea pas.

    « Je ne pensais pas te voir dans le coin en ce moment, dit une voix féminine.
    — Je ne suis pas là, officiellement. » répondit-il.
    De petite taille, elle portait des vêtements sombres et quelconques, et il fallait l’entendre pour deviner que c’était une femme. Ses cheveux courts, noirs, dissimulaient des oreilles assez rondes pour faire humaine, même si elle avait assez de sang elfe pour voir dans la nuit.

    « Vous avez obtenu quelque chose ? demanda-t-il.
    — Rien du tout. Je m’y attendais, je dois dire. Mais d’Aulfray a insisté.
    — Vous n’avez rien tenté.
    — Ne te moque pas, Kerun. Vous non plus.
    — Oh, je ne me moquais pas. »
    La femme glissa la main dans le creux de son coude. Elle était un peu plus petite que lui.
    « Ton cœur saigne, je l’entends jusqu’ici.
    — C’est toi qui te moques, maintenant, Joséphine. »
    La demi-elfe rit.
    « Pardon. On a toujours envie de se moquer des Luméniens. »
    Elle poussa un bref soupir.
    « Moi, je ne pleure pas mais j’enrage. Tout ce temps perdu à faire des courbettes, en vain. Nous avions trouvé un équilibre, pourtant. Et tout ce foutoir… Ah, je devrais faire comme toi, penser aux lendemains.
    — Tu vas rester, demain ?
    — Oui. D’Aulfray pense qu’on pourrait récupérer le corps d’Ygerne.
    — Il songe à la relever ?
    — C’est bien pour ça qu’on ne la récupérera pas. Swaren n’est pas un crétin. Ou plutôt Jasmal… Swaren, je n’arrive toujours pas à juger. »
    Kerun lui jeta un regard en coin. Elle lui sourit, de ce rictus carnassier qui devait sûrement en mettre plus d’un mal à l’aise.
    « J’ai appris que tu avais été viré de Luménis. »
    Il masqua sa surprise.
    « Les nouvelles vont vite. Mais c’est temporaire. Et mon équipe y est toujours.
    — Kerun ! A quoi penses-tu !? Nous sommes alliés ! » se défendit Joséphine, un éclat mutin dans les prunelles.
    L’elfe reporta son attention sur le Temple Impérial. Des lueurs y brillaient et on distinguait le mouvement des hommes qui y veillaient.

    « Je n’aurais pas cru que vous en seriez informés si rapidement.
    — Guiguemar et Gareth s’entendent bien.
    — De là à raconter ce genre de choses…
    — Je ne pense pas que votre général ait eu l’impression de nous communiquer quoi que ce soit d’important. »
    Elle se lova contre lui. Il n’en prit pas ombrage, il avait l’habitude.
    « Quand viens-tu nous rendre visite ? J’ai toujours ce projet de te débaucher au Loyal Paladin…
    — Manost n’est pas dans mes attributions.
    — Et alors ? Luménis n’est pas dans mes attributions non plus, et je suis déjà venue… quatre fois.
    — Tu manques sans doute de travail. »
    Joséphine rit.
    « Tu sais que ce sont les Manostiens qui sont censés être austères et sérieux ? Pas les Luméniens ?
    — Je ne me suis jamais vraiment fié à ce genre de préjugés.
    — Franchement, si Maelwedd te met vraiment dehors… Viens chez moi. Je t’embauche demain. Tu seras à ta place. Et je te débaucherai au Loyal.
    — Je pensais que tout ça était… fortement compromis, à l’heure actuelle, grâce à d’Aulfray, justement ?
    — Ce n’est pas faux. Mais je peux te débaucher ailleurs, au besoin. »
    Sa main se fit baladeuse et Kerun la saisit pour l’écarter, tandis qu’elle gloussait.
    « Pourquoi voulais-tu me voir, alors, si ce n’était pour m’offrir ta virginité ? »
    Il leva les yeux au ciel.
    « Pfff, boulot, boulot, boulot.
    — On ne se refait pas. Je voulais savoir si vous aviez quoi que ce soit de prévu. Pour demain.
    — Parce que toi, oui ?
    — Une courte intervention. Ciblée.
    — Soren, évidemment.
    — Ça parait tellement évident ?
    — Non. Je n’y aurais pas pensé. Sauf à présent que je sais que tu es là. Et je suppose que c’est toi qui as exfiltré un prisonnier de la caserne, la nuit passée.
    — Tu sais ça aussi, alors.
    — Merde, Kerun, pour qui me prends-tu ?
    — Pour quelqu’un qu’il ne faut jamais sous-estimer.
    — Et tu fais bien, Luménien.
    — J’avais espéré qu’ils ne réaliseraient pas sa disparition avant la fin de sa mise au secret.
    — Malheureusement, il n’a pas mangé son petit déjeuner. Mais je ne suis pas sûre que l’information va remonter très haut : la colère de Kailech est toujours douloureuse et le responsable de l’aile n’est pas suicidaire. »
    Cela laissait une chance à Brandon de prendre Venuma par surprise, même si Kerun doutait que ça ait la moindre importance, au final. Joséphine croisa les bras.
    « Tu n’es pas curieux de connaître l’identité de leur Luménien secret ?
    — Tu la connais ?
    — Non. Personne ne la connait.
    — Je ne vais pas intervenir dans le Triomphe de Swaren.
    — Ce ne serait pas prudent.
    — Pas prudent du tout. »
    Ils échangèrent un regard entendu.
    « Soren va être emmené aux Arènes avec Swaren, demain matin. Si tu espérais le libérer en son absence, c’est mal barré. »
    Kerun lui lança un regard aigu.
    « Comment sais-tu ça ?
    — Par hasard, en fait. Nous avons quand même prévu quelque chose pour demain.
    — Quel genre de chose ?
    — Pas grand-chose. Et je ne t’en dirai rien. Mais j’avais besoin d’informations sur le parcours de Swaren. Je vais te décevoir d’emblée, je n’ai personne près de lui. Mais j’ai pu graisser une patte ou l’autre et je sais donc que Soren va l’accompagner demain toute la journée. Histoire qu’il s’en prenne plein les yeux, je suppose. Il n’est pas beaucoup sorti depuis qu’il est arrivé. »
    Kerun se permit de jurer.
    « Tu t’attendais à le cueillir aisément, hein ? Pas de bol. Peut-être que toi aussi, tu devrais viser le cadavre. Mais vous autres Lathandrites n’aimez pas ça, les cadavres, pas vrai ? »
    Il se tourna vers elle.
    « Joséphine, est-ce que ce que vous avez prévu risque de mettre Soren en danger ? » demanda-t-il.
    La demi-elfe secoua la tête.

    « Non. Aucunement. Nous avons prévu… un truc lamentable. Mais voilà… On ne pouvait pas rentrer sans rien faire. Seulement, comme nous avons envoyé une délégation officielle… Nous sommes coincés. Nos diplomates sont toujours en ville. Tout coup d’éclat stupide… les mettrait en danger. »
    Kerun pensa aux intentions de Brandon. Mais le clerc agirait en son âme et conscience, et Arthur était la cible, pas Ygerne. Il fallait espérer que les Mélandiens feraient la part des choses. C’était difficile de compter sur leur discernement… mais il ne pouvait pas trahir le Tymoran auprès de la Manostienne.
    « Qu’est-ce que tu vas faire, alors ? Intervenir dans le Triomphe de Swaren ? » demanda-t-elle, railleuse.
    Kerun s’étira.
    « Réfléchir. »
    Elle posa une main dans le creux de ses reins.
    « Puis agir. Je te connais. »
    Elle retira sa main.
    « Merci d’être venue, Joséphine. J’apprécie.
    — C'était la moindre des choses, Kerun, nous sommes alliés.»
    Ce n'était pas aussi simple que ça, mais pour un soir, à Mélandis, sans doute était-ce la réalité.
    « Oui.
    — Courage demain. J’espère qu’il y a quelqu’un, chez toi, pour éponger tout ce qui saigne. Sinon… tu sais comment me contacter.
    — Merci. Je m’en sortirai. » répondit-il sobrement, déjà ailleurs.
    Elle le gratifia d’une grimace, puis se hissa sur la pointe des pieds et, vive comme le chat, elle posa un baiser sur sa joue. Une seconde plus tard, elle avait disparu, le laissant dans l’ombre, face au Temple de Baine. Il mit quelques secondes à reprendre ses esprits, mais Joséphine était déjà loin.
    Les Manostiens allaient faire quelque chose de symbolique sur le trajet. Kerun devinait combien Joséphine devait être frustrée, elle qui luttait contre l’Empire jour après jour, depuis une éternité, et sans succès probant. Finalement, sur son île, il avait moins de problèmes. Mais Joséphine avait conservé la confiance de Guiguemar d’Aulfray, le nouvel homme fort de Manost, malgré la chute des Helmites. Kerun ne jouissait pas du même respect. Il faut dire que les cinq dernières années, à Luménis, avaient été particulièrement peu reluisantes, et les services secrets n’y étaient pas étrangers.
    Il se perdait dans des pensées inutiles. La situation de Soren avait brusquement empiré, de manière imprévue, mais pas complètement imprévisible, tout bien considéré. Kerun avait compté sur le fait que le sculpteur serait convoyé avec les statues, vers le Temple, sans être impliqué dans les festivités proprement dites, mais Swaren avait décidé de lui faire profiter des agapes. Le Sunite avait dû être imbuvable : c’était immanquablement une punition. Kerun essaya de ne pas penser à son état d’esprit. Sans doute le sculpteur ignorait-il qu’il allait devoir assister à un massacre avant d’être exécuté. En d’autres temps, l’elfe se serait inquiété de la manière dont Soren survivrait à l’épreuve, mais il l’avait vu après son calvaire aux mains des Sharites. C’était un homme beaucoup plus solide qu’on ne le pensait. Autant Marcus était fragile, autant Soren était aussi dur que le marbre qu’il travaillait. Il faudrait beaucoup de talent pour le faire flancher, et Kerun était persuadé que ni Swaren, ni Jasmal n’avaient ce don. Comme des brutes, ils lui tapaient dessus. Avec cruauté mais sans finesse. Soren serait en meilleur état qu’Arthur, assurément. Arthur que la décence, et la compassion, auraient laissé mourir.
    Mais Kerun avait besoin d’aide pour sauver Soren, désormais. Et cette aide passait par une diversion solide au moment de l’arrivée de Swaren au Temple Impérial. Il n’avait plus le choix des armes. Délaissant sa cachette sur la place des Temples, il regagna la rue et s’éloigna vers les Cryptes, mains dans les poches, dérouillant ses épaules pour les contorsions à venir. Mais d’abord, un court crochet par le Temple de Moandre, juste le temps d’y prendre ce qu’il y avait stupidement laissé.
    MJ en pause carrière


    “I'm afraid we shall waste an awful lot of time."
    "Don't worry, answered Snufkin. We shall have wonderful dreams, and when we wake up it'll be spring.”

  3. #243
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Bien accrochée au brise-lames
    Messages 
    36 619
    Courage aux survivants s'il y en a, on aborde (enfin) la dernière ligne droite !

    31. Triomphes


    Othon s’étira dans l’aube naissante, presque surpris de trouver un ciel orange et rose en pareil endroit. Dans son sillage, Brandon sifflotait avec décontraction. Derrière, Rachel ruminait. Rylvein, juste à côté du paladin, paraissait particulièrement mal réveillé. Apparemment, personne n’avait songé à le prévenir qu’il faisait partie de l’aventure avant le moment du départ.
    « Tu as l’air particulièrement fier de toi. » dit Othon à son compagnon, quand le Tymoran arriva à sa hauteur.
    Brandon lui décocha un sourire.

    « C’est le solstice estival. Un beau jour pour rayonner, tu ne crois pas ?
    — Et pour mourir. »
    Le Tymoran plongea la main dans sa poche et en sortit une petite boîte rectangulaire, qu’il exhiba une seconde avant de la ranger. Othon perçut la puissante magie qui en émanait et resta estomaqué.
    « Il est allé le chercher ?
    — Je t’avais dit qu’il le ferait.
    — Merde. »
    Brandon sourit et prit la tête de leur équipage. Othon le rattrapa.
    « Quand te l’a-t-il donné ?
    — Il l’a laissé là où j’avais mis la copie. »
    Ils n’avaient pas vu l’elfe avant de partir. Quelqu’un d’autre les avait guidés vers l’extérieur. Qui, il ne savait plus. Pas plus qu’il n’aurait pu retracer le trajet qui menait à cette planque. Dont il n’avait plus la moindre idée de l’apparence. A chaque pas, les détails s’estompaient. Il y avait eu Kerun, bien sûr. Et d’autres. Les membres de leur expédition sur l’Ivresse des Profondeurs. Au-delà de ça… C’était désagréable, ce sentiment d’effacement. Mais ils avaient un endroit où aller, du matériel, et un objectif. Il fallait se focaliser sur le futur, pas sur le passé. Une attitude qui aurait dû être facile pour un Lathandrite.
    « C’est dangereux, quand même, reprit Othon.
    — Mais grâce à cet objet, nous allons réussir, Othon. Nous allons sauver le gamin et survivre.
    — Comme ça ?
    — Non, pas comme ça. Je vais devoir passer la journée à prier.
    — Tu aurais pu anticiper.
    — Il n’y a pas d’anticipation possible. Je dois être en état de grâce. Sans quoi, oui, c’est dangereux. Pire que ça. Beaucoup des effets de ces cartes sont bien pires que la mort.
    — Tout un programme.
    — Fie-toi aux préceptes de ton dieu : tout va bien se passer. »
    Othon regarda derrière son épaule. Rylvein et Rachel marchaient désormais côte à côte, silencieux. La jeune femme fixait le sol, son compagnon lui jetait des coups d’œil incertains. Othon aurait dû s’offusquer de ce qu’il voyait, mais les heures à venir l’inquiétaient davantage.
    « Il faut juste que nous discutions d’une des cartes.
    — Quoi ?
    — Les Parques.
    — Les parcs ?
    — Parques. C’est une des cartes les plus puissantes. Elle permet d’annuler un événement.
    — Comment ça ?
    — Je pourrais annuler la naissance de Swaren, ou la déclaration de guerre, ou la capture d’Arthur, ou le naufrage de l’Ivresse… Le sac de mon Temple… L’enlèvement d’Albérich…
    — La réussite du coup d’état de Morféa…
    — Oui, par exemple. Mais ce n’est pas aussi facile, dans le même temps... C’est l’annulation d’un événement. Cela ne veut pas dire que la réalité ne se réorganisera pas autour, pour mener au même résultat. Mais potentiellement, cette carte peut changer l’histoire, oui.
    — Il y a combien de cartes ?
    — Vingt-deux.
    — Une chance sur vingt-deux…
    — Non. Je vais prier Tymora, souviens-toi.
    — Tu penses que ça pourrait arriver ?
    — Je ne sais pas. C’est une carte aux potentialités dévastatrices. Je ne suis pas certain que la situation mérite qu’elle tombe entre mes mains. Mais si cela arrivait… Il faut que je sache quoi en faire. »
    Othon demeura silencieux. Il avait du mal à se représenter pareil prodige. Annuler une catastrophe paraissait la chose à tenter… mais les répercussions seraient sans doute à la hauteur du blasphème.
    « Jouer aux dieux…
    — Je sais. Il faut juste que nous gardions l’éventualité en tête. Et je veux que tu m’aides à décider. Tu me connais… Je ne prendrai sans doute pas la bonne décision seul. »
    Sa voix flancha et Othon découvrit une sorte de supplique dans son regard, imprévue. Brandon sembla perdre l’équilibre et le paladin le stabilisa d’une main sur son coude.
    « Brandon…
    — Je suis un être égoïste, Othon. Je l’ai toujours été. Toi, tu es mon paladin. Ne me fais pas défaut. »
    L’aveu était tellement extrême que le Lathandrite comprit que son ami était terrifié par ce qu’il entrevoyait.
    « Bien sûr. Le ciel est clair. »
    Ils bifurquèrent dans une nouvelle rue et la lumière du soleil les frôla un moment. Ils s’immobilisèrent et Rachel et Rylvein les rattrapèrent. Brandon passa une main vive sur son visage et se redressa, l’expression maîtrisée.
    « C’est par où ? demanda la prêtresse.
    — Il faut encore traverser la Houleuse, puis ce sera un peu plus loin à gauche.
    — Près de ce grand cimetière glauque, dit-elle. Je sens les morts-vivants même à cette distance. Une odeur de blême.
    — Tu es sûre que ce n’est pas simplement la Houleuse ? demanda Brandon.
    — Je suis sûre. »
    Le Tymoran rit, faussement détendu. Il avait la main en poche, sans doute serrée autour du paquet de cartes magiques, et Othon eut subitement pitié de lui. Leurs voies étaient douloureuses, mais ils étaient les seuls à pouvoir les arpenter.
    MJ en pause carrière


    “I'm afraid we shall waste an awful lot of time."
    "Don't worry, answered Snufkin. We shall have wonderful dreams, and when we wake up it'll be spring.”

  4. #244
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Bien accrochée au brise-lames
    Messages 
    36 619
    Petit déjeuner sous terre, dans le repaire moandrin : Garance, Valtameri, Martin, les rescapés de Paymill. Le couteau levé au-dessus de son morceau de pain beurré, la jeune femme était estomaquée.
    « Ils sont partis ? Quand ? Pourquoi ? Ils n’ont rien dit ?!
    — Je suppose qu’ils ne voulaient pas qu’on essaie de les dissuader… ni qu’on les accompagne, offrit Martin avec un sourire embarrassé.
    — Tu le savais… »
    Il haussa les épaules, et la colère flamba chez la Chauntéenne.
    « Ce sont mes amis ! Tu le savais et tu n’as rien dit !
    — Je suis…
    — Un traître ! » explosa-t-elle.
    Aigéan Valtameri relâcha sa respiration et reposa sa tasse.

    « Martin travaille pour Kerun. Il ne vous l’a pas caché.
    — Si, il me l’a caché. Pendant une veille entière !
    — Kerun était présumé mort. » dit le capitaine.
    Garance noya son visage entre ses mains et ne put retenir ses larmes.

    « Je te faisais confiance. Je t’ai toujours fait confiance, même quand tout le monde pensait que tu nous avais abandonnés. Et maintenant, ça… »
    Martin demeura silencieux.
    « Ce sont mes amis. Ils sont partis… Sans rien me dire… et ils vont se faire tuer… »
    Elle secoua la tête, releva les yeux, la vision troublée. Martin était blême, immobile. Elle lui en voulut avec une fureur renouvelée.
    « Comment as-tu me faire une chose pareille ? Martin ! »
    Comme attiré par le raffut, Kerun entra. Son regard incisif balaya la petite assemblée. Ni Tim, ni Maude n’étaient présents. L’elfe parut saisir la teneur de l’échange en un éclair, à moins qu’il n’ait tout entendu. Il occupait la chambre d’en face, après tout.
    « Martin est sous mes ordres, dit-il d’une voix ferme. Et je lui ai interdit d’en parler. »
    Au moins les choses étaient claires, mais Garance n’en ressentit aucun soulagement. Elle avait cru, espéré, que la relation qu’elle avait tissée avec Martin, au fil des jours, dépassait ce genre de considérations. Ce n’était pas le cas, elle avait été naïve. C’était un agent secret, un menteur, elle ne pouvait pas se fier à lui, en rien. Elle baissa les yeux et reprit son morceau de pain.
    « C’est Brandon qui a pris la décision de ne pas vous en parler, reprit Kerun. Je pense qu’il était conscient du caractère risqué de leur entreprise. Et je peux vous dire que j’ai essayé de le faire changer d’avis.
    — Qu’est-ce qu’ils vont faire ? demanda Valtameri.
    — Ils vont essayer de sauver un des prisonniers de Swaren.
    — Soren ?
    — Non, je m’occupe toujours de Soren, comme prévu. Il s’agit… de quelqu’un d’autre.
    — De qui ? » demanda Garance.
    Elle vrilla l’elfe de son regard, furieuse. Il l’observa puis haussa les épaules.

    « D’Arthur Maelwedd. »
    Elle esquissa une grimace.
    « Arthur est mort.
    — Il a été relevé. »
    Valtameri se carra dans son siège.
    « Quelles sont leurs chances de réussite ?
    — Pas très élevées.
    — Mais vous allez leur venir en aide, bien sûr, dit Garance, catégorique.
    — Non, dit Kerun. Les autorités luméniennes nous ont interdit d’intervenir.
    — Alors pourquoi les avez-vous laissés partir ?
    — Parce que je n’aurais pas pu les retenir. »
    Menteur, songea-t-elle.
    S’il l’avait voulu, il l’aurait pu, elle en était persuadée.

    « Donc vous les avez laissés aller à la mort ? fit-elle, enfonçant le clou.
    — C’était leur désir. »
    Il soupira, croisa les bras.
    « Garance, vous n’auriez pas pu les faire changer d’avis.
    — Vous n’en savez rien. Mais vous avez décidé pour moi, fort de votre conviction de savoir mieux que les autres ce qui est bon pour eux. »
    Il grimaça, signe qu’elle avait fait mouche. Elle se leva et quitta la pièce, mais ne sut pas quelle direction emprunter. Elle n’avait aucun allié dans cet endroit : Valtameri était un militaire, Martin était au service de Kerun, Tim et Maude étaient des espions. Cassie lui manqua cruellement, subitement, et Fiona, ou même Rachel, même si Rachel lui avait menti. Elle descendit vers la chapelle mais en la contemplant, vide, son autel rose, la statue de Tymora, cette lumière factice, elle se sentit encore plus abandonnée. Marcus l’avait plantée au milieu de la mer. Martin l’avait trompée. Valtameri n’était qu’une créature glacée des profondeurs. Brandon et Othon n’avaient même pas réalisé qu’elle existait et Rachel la pensait faible. Que lui restait-il ? Un rôle de brave jardinière, les mains dans le terreau. Ses pas la menèrent au second sous-sol et à ce fameux potager enfoui, la raison pour laquelle elle était restée en arrière. Mais face à cette végétation paradoxale, elle n’eut qu’une seule envie : y bouter le feu et ne plus jamais y revenir. Elle n’en fit rien et se contenta de pleurer.
    MJ en pause carrière


    “I'm afraid we shall waste an awful lot of time."
    "Don't worry, answered Snufkin. We shall have wonderful dreams, and when we wake up it'll be spring.”

  5. #245
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Bien accrochée au brise-lames
    Messages 
    36 619
    « Elle va se calmer. » offrit placidement Valtameri avant de se lever pour débarrasser.
    Le capitaine se trompait, car on ne lui avait pas encore asséné le coup de grâce, la présence de Marcus, quelque part dans la ville, en proie à ses démons.
    Martin s’en voulait monstrueusement de ne pas avoir anticipé sa réaction. Il aurait dû deviner, préparer le terrain… Mais comment aurait-il pu agir ? Il était tenu par ses engagements envers Kerun.
    Il regarda l’elfe à la dérobée. Son visage était impassible mais toute son attitude respirait la tension. Kerun était capable de masquer ses intentions, ses émotions, même de les métamorphoser, mais seulement quand il y prenait garde. Au naturel, il était curieusement expressif, très différent des elfes que Martin avait côtoyés dans son ancienne vie. Et là, il était impossible d’ignorer qu’il était secoué. Valtameri sortit.

    « Je suis désolé. » dit Kerun.
    Martin ne savait pas quoi répondre. Il était à la croisée des chemins, il s’en rendait compte.

    « Réfléchis au futur. Tu es libre de choisir ta voie. »
    L’elfe se leva et sortit sans lui accorder un regard, et Martin devina qu’il en était incapable. Un élan naquit dans son ventre, mais il le réfréna. Kerun avait raison. Il devait s’offrir le droit de faire le point. Et l’agent luménien ne déciderait pas pour lui. Les portes étaient ouvertes, béantes. C’était la première fois. Martin avait été désiré, souvent, beaucoup trop, mais jamais de cette manière. Il était surpris de trouver ça franchement désagréable. D’autant qu’il se sentait toujours immensément faillible. Et incapable de trancher.
    Il se leva pour terminer de débarrasser. Kerun n’avait rien mangé. Garance s’était arrêtée au milieu de sa bouchée. Il décida de leur laisser, à chacun, une assiette garnie. Valtameri était en cuisine, il le croisa plusieurs fois, sans lui adresser la parole, trop troublé par les menus événements des dernières minutes. Quand ils eurent fini la vaisselle, Valtameri disparut dans sa chambre, et Martin prit son courage à deux mains. Il devait aller parler avec Garance. Il ne pourrait rien changer à ce qui s’était produit, mais il pouvait essayer d’adoucir la situation… et lui expliquer qu’il n’avait jamais feint quoi que ce soit, juste tu ce qu’il n’avait pas le droit de dire. Evidemment, il savait, aussi, pour Marcus. Il ne parviendrait jamais à récupérer un aveu de cette taille. Mais s’il décidait d’enfreindre sa promesse de n’en rien dire, les choses seraient scellées vis-à-vis de Kerun. Le tourbillon dans son crâne le freina dans le couloir. Il y avait du bruit dans l’armurerie. Il y jeta un œil. Kerun était en train de s’équiper. Il portait une combinaison de cuir sombre, très près du corps, deux épées courtes croisées dans le dos, et était en train de glisser des dagues dans des étuis fixés sur sa poitrine. Il avait l’air à la fois tellement concentré et tellement fragile, que Martin eut subitement la conviction que jamais il ne pourrait le comprendre. Comment faisait-il pour vivre ainsi, toujours dans la tension, sans jamais s’arrêter ? Est-ce qu’il y avait seulement une chose qui lui apportait un peu de bonheur, hormis la sensation d’un travail bien fait ?
    Il fallait des hommes comme lui, sûrement. Mais le poids à porter semblait soudain impossible.
    Il s’esquiva avant que l’elfe le voit. Même si, tout bien réfléchit, Kerun avait certainement su qu’il l’observait.
    Il descendit l’escalier jusqu’au premier sous-sol, chercha Garance dans la chapelle, dans la bibliothèque, tout en devinant qu’elle se trouvait dans le jardin souterrain. Il prit une profonde inspiration en s’engageant dans le nouveau couloir, carra les épaules. Il allait être mal reçu. La porte était fermée. Verrouillée même.

    « Va t’en ! s’époumona Garance quand il frappa.
    — Garance, s’il te plait…
    — Je ne veux pas te parler ! »
    Il hésita puis s’assit contre la porte.
    « Je n’ai jamais voulu te blesser. C’est bien la dernière chose que je voudrais faire. » dit-il.
    Elle ne répondit rien mais il pouvait continuer à parler.

    « Je sais que je n’ai pas été honnête… mais je n’ai pas été malhonnête, non plus. J’ai juste… respecté mes engagements. Mais je n’ai pas la sensation d’avoir menti… sur qui j’étais.
    — Tu ne m’as jamais dit qui tu étais.
    — Qui j’étais… n’est pas une chose agréable.
    — Un esclave.
    — Un esclave dans un bordel. »
    Elle ne dit rien, à nouveau.
    « Pendant dix ans. » ajouta-t-il.
    Il n’avait pas imaginé que la conversation prendrait ce tour, mais tant pis, au point où il en était…

    « Kerun m’a permis d’en sortir. »
    Était-ce ça, la raison pour laquelle il s’était attaché à l’elfe ? De la reconnaissance, rien d’autre ? Une forme de dette à rembourser ? Ne l’avait-il pas déjà fait en infiltrant la cellule sharite, à Luménis ? Mais il y avait la faute originelle, tellement pesante, la trahison des siens, autrefois…
    « Je suis désolée, dit Garance.
    — Je n’ai pas dit ça pour t’attendrir.
    — Je sais. »
    La porte était toujours fermée, mais il devinait qu’elle était assise derrière, elle aussi.
    « Je suis désolé de ne pas t’avoir prévenue… Je n’ai pas imaginé… J’étais pris par tout ce qui se passe… Peut-être par Soren… Je suis désolé. Ça n’excuse rien mais… Voilà… Je ne m’attendais pas à… me lier avec vous… avec toi… J’étais censé aller jusqu’à Eredhun et commencer à travailler, rien d’autre. Mais la vie prend des détours imprévus. »
    C’était lui qui avait demandé à Kerun de le garder, l’elfe n’y était pour rien. Mais il l’avait fait à un moment où il n’y avait aucune autre option, seulement les ténèbres. Kerun lui avait tendu la main et il l’avait prise, parce que c’était la seule qui lui était accessible, la seule qui faisait sens. A présent, il existait d’autres possibles. Le pont d’un navire, le vent, la mer, la chaleur humaine. Il pouvait aider Valtameri, aider Garance. Il ne pourrait jamais aider Kerun.
    Et puis il y avait autre chose, de pire, de plus intense, qu’il percevait sans le comprendre, ou sans vouloir le reconnaître, et auquel il ne voulait même pas penser.
    Une décision simple à prendre. Ou plutôt une décision complexe, mais débouchant sur un horizon dégagé, tranquille, serein, ce à quoi il aspirait. Devait aspirer. C’était la même chose.

    « Je t’ai laissé de quoi déjeuner sur la table.
    — Merci. Je remonterai dans un moment. »
    Il se leva.
    « Je serai quelque part par là.
    — D’accord. »
    Ça ne s’était pas trop mal passé. Et il lui semblait entrevoir quelque chose. Même s’il se sentait coupable. En même temps, il n’était qu’un humain, de presque trente ans, il ne pouvait plus hésiter trop longtemps. Il remonta jusqu’au sous-sol principal. Il n’avait pas l’intention d’affronter Kerun dans l’instant : l’elfe n’avait pas besoin de ça, pas avec ses projets de la journée. Mais de toute façon, quand il arriva à hauteur de l’armurerie, il constata que l’agent luménien était déjà parti.
    MJ en pause carrière


    “I'm afraid we shall waste an awful lot of time."
    "Don't worry, answered Snufkin. We shall have wonderful dreams, and when we wake up it'll be spring.”

  6. #246
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Bien accrochée au brise-lames
    Messages 
    36 619
    Soren supposait que si on lui avait attaché les mains dans le dos, c’était pour l’empêcher de se crever les yeux. On l’avait arraché à son atelier dans la lumière agréable d’un matin ensoleillé, attaché et emmené à l’extérieur, en le laissant finalement nu. Il avait protesté : la statue n’était pas terminée, mais on l’avait assuré que d’autres se chargeraient des derniers travaux de polissage. Son outrage avait enflé : personne n’avait le droit de toucher à son œuvre ! Sauf qu’en réalité, cela lui était complètement égal. C’était la chose la plus immonde qu’il ait jamais réalisée, et il comptait les monstres de glaise qu’il confectionnait quand il avait six ans. Qu’ils en fassent ce qu’ils voulaient. Il était soulagé, en fait, d’en être débarrassé. Et il espérait que ces foutues petites mains allaient la défigurer au point qu’on n’identifierait plus l’artiste.
    Mais à présent qu’il était aux Arènes, enchaîné dans la loge impériale, face à cette étendue de sable démoniaque, il était moins soulagé. Il pouvait fermer les yeux, mais il restait les sons et les odeurs, le fracas atroce des morts violentes qui se succédaient à ses pieds. Evidemment, les rescapés de la guerre n’avaient aucune chance. Même les plus valeureux, ceux qui avaient tenu depuis le premier jour, étaient épuisés, contrairement à leurs adversaires, des combattants mélandiens en pleine santé, maîtres de leur corps et de leur esprit. Les prisonniers avaient l’air de morts-vivants, rendus fous par la souffrance, les espoirs mouchés, une infusion quelconque. La journée avait commencé par une charge de cavalerie qui avait heurté de plein fouet une ligne de fantassins nus et désarmés. Soren avait eu honte de sa propre nudité en les voyant se faire projeter et piétiner par les destriers caparaçonnés, lancés au plein galop, des bêtes de combat dressées pour le massacre. Après un premier passage, il ne restait qu’une poignée d’hommes debout et les autres, écrasés dans la lice, geignaient, un concert épouvantable, que les quolibets des Mélandiens dans les gradins ne pouvaient étouffer. Les cavaliers avaient volté et pourchassé les survivants, les renversant avant de les épingler d’une lance ou d’un sabot. Un homme rampait encore, tentant d’atteindre une issue inexistante, les jambes broyées et le bassin tordu. Soren le voyait sans le voir, une tache rose et rouge sur le jaune aveuglant. Un homme jeune, dans une armure noire de jais, trottait à ses côtés, le surveillant comme s’il avait été curieux de voir jusqu’où il irait. Puis, sans prévenir, il saisit sa lance et frappa le malheureux entre les omoplates, le bloquant dans sa progression futile. Le blessé n’était pas mort, mais nul ne s’en soucia. Personne ne mit fin aux souffrances des agonisants. Non. Les cavaliers mélandiens paradèrent sous les yeux des visiteurs, un tour d’honneur après l’autre, traçant des figures étudiées sur l’ovale du stade. De temps en temps, leur trajectoire les ramenait vers les suppliciés, mais c’était un hasard, et les corps de leurs ennemis auraient pu être invisibles. Fracasser les crânes, briser les os, profaner les chairs, tout ça était convenu.
    Pour un Sunite, c’était insoutenable.
    Il ferma quand même les yeux. C’était son seul échappatoire.
    Ses compagnons de loge se moquèrent, mais peu lui importait. Il se fichait de ce qu’ils pensaient de lui. Il allait mourir. Kerun allait le sauver. L’un ou l’autre. Il n’était plus certain de savoir quel dénouement il préférait. Il se sentait sale, impuissant, indigne, et tout le reste. Sept jours de honte constante. Les gens croiraient sans doute qu’il avait souffert davantage de ce que le Loviate lui avait infligé, mais c’était faux. Il était irrémédiablement souillé, sans certitude que Sunie le reconnaîtrait au moment critique.

    « Ouvre les yeux ou je te fais dominer. » lui souffla Jasmal.
    C’était une menace en l’air. Ils étaient incapables de le soumettre par magie, il avait une volonté de fer. Mais il était possible qu’elle dispose d’un artefact adéquat et à contempler son sourire mauvais, c’était plus que probable. Il ouvrit les yeux.
    On nettoyait enfin l’arène de ses cadavres. Même si tous n’en étaient pas. Ils agoniseraient de longues heures dans une fosse commune dont personne ne se soucierait.
    Bloquer toute pensée. Observer la pierre. Les arches du stade. Les statues triomphantes, allégories poussiéreuses d’une virilité surévaluée. Frapper, heurter, meurtrir. Tant d’âmes se fourvoyaient, constamment, sur les voies du malheur. Pourquoi, alors que Sunie leur tendait les bras ?
    Des duels factices succédèrent à la charge. Le premier à entrer en lice s’appelait Angus de Rohan. Son tabard était déchiré, il n’avait même pas la force de tenir son épée dressée. Face à lui s’alignait William de Tordo, un jeune général pimpant, qui salua longuement la foule avant de daigner adresser un regard à son adversaire. Le combat n’eut pas vraiment lieu. Le Mélandien ridiculisa l’Hélonnien en le bousculant — le pauvre Angus ne chercha même pas à l’atteindre, préférant économiser le peu d’énergie qu’il avait pour surveiller ses mouvements — puis le fit trébucher et l’embrocha au sol. Soren aurait cru que les organisateurs du spectacle chercheraient à dissimuler l’inégalité des affrontements, mais il n’en était rien. Peut-être les gens étaient-ils fatigués, après trois jours pleins de meurtres sous le soleil généreux de Kythorn.
    Après Angus, trois autres « vainqueurs » entrèrent tour à tour dans la lice, et William de Tordo les occit les uns après les autres, sans transpirer. Des hérauts présentaient les combattants comme l’élite des armées ennemies, mais il fallait être aveugle pour croire que cette élite n’avait pas dégusté pendant des mois avant d’avoir l’occasion de briller. Un des hommes était manchot, tous étaient maigres, aucun ne tenait réellement sur ses jambes. Aucun ne chercha à se défiler, cependant. En les contemplant, condamnés, défiants, épuisés, Soren se morigéna d’être aussi faible, de se sentir défait après une veille de captivité, alors qu’il avait été nourri et hébergé dans des conditions décentes, si on faisait abstraction de la visite des sculpteurs locaux et des cadavres qui s’étaient empilés dans son atelier.
    Alors il les regarda, sans plus se défiler. Il imagina les sculpter, cherchant chez chacun cette beauté naturelle inhérente au corps humain. Une merveille. Il rendit gloire à Sunie. Ce n’était somme toute pas si difficile. Et il faisait si beau. Et Kerun viendrait, malgré la poussière, la sueur et le sang.
    Un autre officier mélandien succéda au premier, et il massacra son quota de prisonniers, paradant comme le premier. Sa marotte était de couper un morceau de son adversaire pour l’exhiber à la foule avant de le lancer dans les gradins, pour la plus grande joie de ses admirateurs. Il lui était évidemment impossible de balancer un testicule sur l’Empereur, aussi Soren était-il en sécurité de ce point de vue.
    Derrière lui, on bavardait en ne prêtant qu’une attention toute relative à ce qui se déroulait en contrebas. Jasmal, Swaren, trois ou quatre autres personnes. Un général, une paire de conseillers, une jeune femme qui riait à tout ce que disait l’Empereur. Le Sunite écouta leurs conversations, se demandant soudain s’il aurait des informations croustillantes pour Kerun, lorsque l’elfe providentiel surgirait. Ils riaient du fait que la délégation manostienne avait refusé d’assister à l’apothéose du Triomphe, et Swaren s’interrogeait sur la manière d’en faire une affaire d’état. Jasmal trouvait que c’était excessif, mais le jeune Empereur, buté, semblait estimer que toute insulte était bonne à exploiter.
    Dans le sable, un premier combattant donna du fil à retordre à son jouvenceau crâneur. C’était un ancien paladin de Helm, qui avait manifestement abandonné les préceptes de sa voie, car il feinta l’exécuteur qui l’affrontait, le désarma et chargea ensuite, bien décidé à souiller le sable de sang mélandien. Il n’y eut pas de dénouement en sa faveur. Soren perçut le moment où l’Helmite était frappé par un sortilège venu de la périphérie de l’arène, lequel le fit lâcher son arme. Le retournement de situation, dont la source était invisible aux yeux des profanes, galvanisa le peuple et les gens se levèrent pour invectiver le Manostien quand il fut au sol.
    Soren, qui avait toujours détesté le choc des corps, songea à Othon et Rachel sur le pont de l’Ivresse. Il aurait tout donné pour les avoir sous les yeux, échangeant leurs coups sans haine, plutôt que d’assister à cette continuelle boucherie.
    Un homme était arrivé dans la loge et le petit groupe se perdit dans des considérations sur la quantité de sang nécessaire pour recouvrir les marches du Temple Impérial d’écarlate. Swaren voulait être certain qu’ils en auraient assez, Jasmal l’assurait qu’ils avaient compté large, l’Empereur regrettait qu’ils n’aient pu procéder à une répétition. Ils parlaient de vingt-deux personnes à sacrifier.

    « On pourra toujours ajouter Soren, au besoin. » dit Jasmal.
    Ce dernier faillit rire. Vingt-deux, c’était bien assez. Toujours dans la démesure, ces foutus mélandiens.
    On changeait d’activité, dans la lice. Les derniers cadavres étaient sortis et une démonstration de tir à l’arc et à l’arbalète eut lieu. Les proies étaient humaines, bien sûr, mais aussi aériennes. En d’autres temps, Soren se serait peut-être offusqué de voir tant de colombes et d’hirondelles être tirées par des imbéciles, pour rien, mais vu le nombre de ses semblables qui mordaient le sable, il était difficile de se soucier d’oiseaux.
    Après les tireurs vinrent les prêtres. Cette fois, Soren sentit son corps réagir à leur malfaisance. Sharites, Bainites, Cyriciens, Beshabans, Taloniens, Loviates, il ne manquait que les Talosiens. Les petites délégations vinrent s’incliner tour à tour devant l’Empereur. Cette fois, le Sunite eut toutes les peines du monde à contrôler sa répulsion, frappé par la virulence des auras ténébreuses que généraient les clercs. A ses yeux, ces gens étaient responsables, pleinement responsables, de ce qui gangrénait cette ville. Donner leurs voix, leur ferveur à l’Ombre. Comment pouvait-on aider, sciemment, activement, le Mal à se répandre sur le monde ? Il savait que les sentiers empruntés étaient souvent déterminés par la souffrance. Mais d’où venait-elle, au départ ?
    Il ne fut pas surpris de reconnaître Bram parmi les Sharites. L’homme lui décocha un sourire ironique et Soren se sentit rougir. Comme l’avait prévu son geôlier, il avait cédé devant Swaren. En cela, il n’était pas différent des autres, quoi qu’il en pense.



    A Port Couchant, il faisait magnifique, la marée était montante, les mouettes dansaient dans les courants tièdes, et Cassie se tint debout sur les rochers, bras écartés, à hurler de joie pour saluer l’océan. Fiona, moins audacieuse, s’était assise sur la plage et jouait avec le sable, sans y réfléchir. Sur leur droite s’étendait le port militaire et plus haut, s’élevaient les ruines de la forteresse que des ouvriers appliqués reconstruisaient.
    Comme promis par Judicaël, elles étaient libres et en paix.
    Loin, très loin, de Mélandis et du Triomphe de Venuma.
    MJ en pause carrière


    “I'm afraid we shall waste an awful lot of time."
    "Don't worry, answered Snufkin. We shall have wonderful dreams, and when we wake up it'll be spring.”

  7. #247
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Bien accrochée au brise-lames
    Messages 
    36 619
    La planque que leur avait fournie Kerun était une petite maison sans caractère, nichée entre une boutique de cierges et un fleuriste, face aux grilles de la nécropole. Rachel avait eu peine à croire que les Mélandiens entretenaient leurs tombes comme le commun des mortels, et pourtant. Rylvein avait essayé de lui expliquer qu’il y avait plusieurs sections dans le cimetière, mais elle l’avait rabroué et il s’était tu. Les lieux se composaient d’un rez de chaussée désert, d’un première étage vide, et d’un second étage condamné. Ils auraient pu être hantés. Il y restait quelques chaises, une table branlante, de la vaisselle cassée et toutes les fenêtres étaient barrées de planches clouées. Comme la porte était latérale, dans une allée étroite, invisible depuis la rue, ils étaient entrés facilement.
    A présent, Brandon et Othon étaient montés à l’étage supérieur, et Rachel était restée avec Rylvein au rez de chaussée. Il avait eu l’opportunité de s’équiper, comme chacun d’entre eux, même si Othon et elle-même avaient préféré garder leurs armures dans des sacs plutôt que les porter d’emblée. Le demi-drow, lui, avait revêtu une cotte de cuir sans caractère, mais dont on devinait la bonne qualité à de menus détails. Il se battait à l’épée. Il avait bien fallu lui en donner une, malgré les risques. Brandon avait refusé de le mettre sous domination, malgré ce qu’il avait dit auparavant : il ne voulait gaspiller aucun sortilège en vain. Rachel avait protesté mais elle ne pouvait pas y faire grand-chose. A présent, elle gardait un œil vigilant sur l’esclavagiste, tandis qu’assis, il faisait tourner son épée entre ses mains, songeur.

    « Qu’est-ce qu’ils font ?
    — Ils prient. » répondit-elle.
    Il leva les yeux.

    « Et toi ?
    — Je l’ai déjà fait ce matin. »
    Il acquiesça, resta silencieux quelques minutes.
    « Merci. De m’avoir emmené.
    — C’est Brandon que tu devrais remercier. Moi j’ai rien fait.
    — Tu lui en as parlé.
    — Je comprends toujours pas ce que tu fais là. Et j’dois dire que ça m’amuse pas de devoir m’inquiéter de ça en plus du reste. »
    Il se redressa dans un soupir.
    « Je ne veux pas être un souci, Rachel. Dis-moi ce que je peux faire pour dissiper tes doutes, et je le ferai.
    — Je crois pas que tu puisses faire quoi que ce soit. Tu es ce que tu es. Tu peux rien y changer. »
    Il y eut du bruit dans l’escalier et Othon reparut, l’air soucieux.
    « Il s’est installé ?
    — Oui. Il en a pour plusieurs heures. Nous autres… Il va falloir qu’on attende.
    — Qu’est-ce qu’elles vont faire, ces cartes, au juste ?
    — Potentiellement des tas de choses. Mais c’est imprévisible.
    — Ce sont des cartes merveilleuses ?
    — Oui. »
    Rylvein acquiesça, les yeux un peu écarquillés.
    « J’espère que Tymora est réellement avec votre ami.
    — Elle l’est. » répondit Othon avec un sourire.
    Le demi-drow paraissait peu convaincu.

    « Et le Tarot de l’Aubaine n’est pas conçu comme un jeu ordinaire, de ce que j’ai compris. Certaines cartes lui sont spécifiques et elles ne peuvent être tirées que par un élu de Dame Fortune. »
    Othon était détendu et déterminé. Rachel se sentit rassérénée de le contempler si tranquille à l’aube de leur coup d’éclat.
    « Vous connaissez un peu le quartier ? » demanda le paladin.
    Rylvein eut une grimace.

    « Pas formidablement bien. Mais suffisamment, je suppose. Pourquoi ?
    — Comme ça. Nous devrons peut-être déguerpir en vitesse… »
    Il plissa les yeux, dévisageant le demi-drow. Celui-ci parut mal à l’aise de faire l’objet d’une telle scrutation.
    « Votre aura est sombre, lâcha Othon. Vous devrez vous tenir à distance de mes sortilèges lorsque nous serons dans la mêlée. »
    Le demi-drow fonça légèrement, signe qu’il était pris en défaut. Rachel ricana intérieurement.
    « J’y prendrai garde. Mais donc… il y aura une mêlée ?
    — C’est probable. »
    Rylvein haussa les sourcils mais n’ajouta rien. Ils sombrèrent tous trois dans le silence. Rachel guetta le murmure des prières, à l’étage supérieur, mais on n’entendait absolument rien. La journée promettait d’être longue et ennuyeuse, avant une opération où la magie et l’imprévisible auraient une place bien trop importante au goût de la Lathandrite. Mais elle avait foi en Othon, qui avait foi en Brandon, et il fallait s’en contenter.
    Diable, Luménis lui manquait. Le soleil se déversant dans la nef du Temple, les ruelles animées du Port, les allées encombrées du Parc… Elle avait toujours considéré ces lieux comme acquis, elle qui n’avait jamais vécu ailleurs. Et à présent, elle devait envisager la possibilité de mourir en terre étrangère, loin de tout ce qui lui était familier.
    Non, ça n’arriverait pas.
    S’ils survivaient, elle rentrerait directement à Luménis, sur ce voilier qu’avait envoyé Longuehune. Marcus avait continué sa route seul et les cendres d’Albérich Megrall étaient perdues au milieu de l’océan. Elle n’avait plus aucune raison d’aller à Eredhun. Elle faillit demander à Othon quelles étaient ses intentions, mais la présence de Rylvein lui coupa toute envie de conversation. Sans doute accompagnerait-il Arthur jusqu’à Luménis, lui aussi, pour le ramener à la Commanderie. Quant à ce qu’en penserait le général Maelwedd… Difficile à dire. D’autres auraient sans doute songé qu’il y avait un lien, malgré tout, entre le conseiller et son fils unique, mais Rachel n’était pas sentimentale en matière de relations familiales. Sa propre famille était un ramassis d’incapables et de crapules dont elle ne voulait plus jamais entendre parler. Alors peut-être Maelwedd ne ressentait-il réellement rien pour son gosse. Mais Armand de Faisanlys, lui, avait toujours aimé Arthur. C’était sans doute davantage pour Armand, qu’Othon tentait le diable ; Armand qui avait perdu Urbain et Céleste, et qui avait pris vingt ans en l’espace de quelques veilles, tout ça à cause d’une bande de Sharites menée par Albérich.
    Elle n’y croyait toujours pas, à cette partie-là, même si elle savait que c’était vrai. Albérich, d’entre tous ! Les voies du Mal étaient puissantes et tortueuses. Il fallait qu’elle s’en souvienne, toujours. Son regard tomba sur Rylvein et elle frissonna.
    Puissantes et tortueuses.
    Mais la lumière triomphait, immanquablement.
    MJ en pause carrière


    “I'm afraid we shall waste an awful lot of time."
    "Don't worry, answered Snufkin. We shall have wonderful dreams, and when we wake up it'll be spring.”

  8. #248
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Bien accrochée au brise-lames
    Messages 
    36 619
    Kerun alla d’abord jusqu’au Stade, mais il ne chercha pas à y pénétrer. La fête y battait son plein, on entendait les cris de la foule depuis la rue en contrebas, des hourrahs, des insultes, des exclamations de stupeur et de ravissement. Il faisait chaud et l’elfe percevait l’odeur du sang qui mouillait le sable. Il eut une pensée pour les trois agents qui, présents dans la foule, rayaient les noms des Luméniens tombés, au fur et à mesure de leur apparition dans l’arène. La plupart des prisonniers avaient été dépouillés de leur nom de longue date, mais il y avait eu moyen de reconstituer le parcours des différents corps défaits pendant la guerre, et de savoir lesquels seraient alignés quand. Ce n’était pas une science exacte, bien sûr. Judicaël connaîtrait le nombre exact. Une grande soustraction dans les registres. Mais aussi douloureuse soit la mort, Kerun la pensait préférable à bien d’autres destins.
    Il marcha jusqu’aux portes principales et l’endroit d’où partirait le cortège impérial. On était en train d’ériger les barrières qui baliseraient le parcours pour empêcher la foule d’approcher la procession de trop près. Celle-ci se constituerait dans l’arène avant de sortir. Tout ce qui en ferait partie — trésor, prisonniers, chars et notables — était déjà dans le Stade. Kerun supposait que les pièces les plus précieuses, et notamment les victimes du sacrifice de la fin de journée, avaient été convoyées jusque là par téléportation. Avec l’évasion de Llewellyn, et si l’information était remontée chez les agents seniors, les services secrets mélandiens devaient craindre une intervention luménienne. Ou pas. Cette tentative aurait été stupidement dangereuse, et le général Maelwedd n’avait rien fait pour sauver son fils. Non, l’exécution d’Arthur était pensée uniquement pour le peuple mélandien, et non pour l’ennemi édenté qu’on avait renvoyé dans la mer.

    Kerun suivit le parcours, se glissant dans l’ombre des palissades, du stade à l’avenue commerçante principale, jusqu’à la place des marchands, ensuite vers la Houleuse au travers des quartiers populaires, le long des hangars, sur le quai, puis le pont ouest, le long de la muraille du Havre Bourgeois, devant l’Université, à gauche enfin vers la Place des Temples, dernière ligne droite avant le Temple Impérial. Le gros des forces armées ne traverserait pas, restant sur la berge nord pour regagner la Caserne de l’Abysse. L’étroitesse des allées dans le Noyau Occulte ne permettait pas le passage d’un cortège trop imposant. Mais les prêtres et les mages prendraient le relais des hommes d’armes pour offrir leur protection à Venuma, sans compter sa garde rapprochée et, bien sûr, les services secrets. Ils se mêleraient à la foule, s’embusqueraient sur les toits et derrière les fenêtres, surveillant les mouvements incongrus, les regroupements suspects, l’éclat d’une lame ou le frissonnement d’un sortilège.
    Soren serait certainement parmi les prisonniers paradés par Venuma, dans le sillage de son char. Il devrait se farcir toute cette traversée de la ville, pénible, avant d’atteindre l’endroit où il serait mis à mort. Kerun ne pensait pas, cependant, que le sculpteur trouverait sa place parmi les sacrifiés des marches du Temple. On lui avait promis une pétrification, à la hauteur de son art. Mais cela ne figurait nulle part dans le programme, même dans la version du jour, avec ses corrections et ses ajouts. Cela signifiait que Venuma n’avait pas l’intention de lui faire la moindre publicité. C’était sage : Soren aurait retourné la situation à son avantage, même dans le trépas. Sa mort infamante aurait donc lieu sans exposition. Sans doute après l’inauguration, peut-être dans le Temple, ou juste devant.

    L’elfe se glissait d’ombre en ombre, contournant les bâtiments par l’arrière, surveillant les postes d’observation et les recoins sombres, puis il finit par s’éloigner vers le sud de la ville, pour prendre la place à revers. Pas à pas, petit à petit, plus prudent que jamais, il se rapprochait de sa cible, mais comme il avait la journée entière pour y parvenir, à peu de choses près, il préférait se donner le temps. Une patience d’elfe, disait toujours Vaughan quand il l’instruisait, soixante ans plus tôt. Kerun détestait cette expression, comme toutes les petites phrases qui suggéraient que le temps passait plus vite pour les êtres dotés d’oreilles pointues et qui servaient de prétexte à le faire lanterner. Mais il était patient, sous certains aspects, c’était vrai. En l’occurrence, en ce jour de solstice, sous les rayons impitoyables du soleil, il avait de la marge et il comptait en profiter. Il y avait très peu de gens en rue, car il était de mauvais ton d’afficher ostensiblement un dédain pour les festivités dédiées à l’Empereur. Mais les riches Mélandiens n’avaient pas donné congé à leur personnel, et il fallait une multitude de petites mains pour faire tourner la ville quand les citoyens de rang s’adonnaient à la détente. Parmi les gens qui s’activaient dans les rues, un certain nombre devaient être des affranchis qui, démunis, avaient retrouvé du travail, parfois auprès de leur ancien maître, parfois chez le voisin, qu’on disait moins violent ou qui payait un peu mieux. Peu d’entre eux devaient être mélandiens, et peu d’entre eux ressentir autre chose qu’une saine terreur à l’encontre de Swaren. Ils n’en constituaient pas moins des menaces pour l’elfe, car il valait mieux dénoncer un crime qu’y être mêlé, et les autorités chercheraient immanquablement des coupables à tout incident.

    A côté des temples, des boutiques et des sites culturels, on trouvait des maisons plus modestes dans le quartier, ainsi que des domaines plus imposants, appartenant à des mages de haut rang, des clercs ou des nobles qui aimaient s’encanailler dans des lieux improbables. Il y avait aussi quelques guildes aux intentions douteuses, venues notamment des continents voisins. En d’autres temps, un complot se serait tramé derrière chaque façade, mais le mystère planant sur les intentions de Swaren et sa propension à régler les problèmes sans tergiverser imposaient un certain respect à ses sujets. Cette union, même basée sur la terreur, ne plaisait pas à Kerun. Elle avait permis aux Mélandiens de gagner la guerre et elle risquait de permettre d’autres choses, désagréables à moyen terme. Il fallait compter sur la nature des lieux pour fragiliser ces bonnes résolutions. En cela, l’elfe se prit à espérer que le plan de Brandon réussisse. Si l’Empereur subissait un revers, il serait furibard et les retombées potentiellement dévastatrices, mais cela saperait aussi cette aura de toute puissance que Jasmal Mossana s’activait à tisser autour de lui et dont il semblait lui-même convaincu (comme Joséphine, Kerun ne parvenait pas à décider si le jeune Empereur était intelligent ou simplement médiocre).

    L’elfe aborda finalement la Place des Temples par l’arrière, en bifurquant après le Mélandinopole dans une allée étroite, puis en remontant le long du Temple de Kossuth avant d’arriver derrière le Temple Impérial. On avait détruit de nombreuses maisons alentours pour dégager un espace digne d’accueillir la nouvelle construction mais les fondations du bâtiment étaient celles de l’ancien Temple de Talos. Même si on n’avait plus le droit de mentionner son nom, personne ne l’ignorait et le symbole valait tous les discours. De nombreux mortels avaient, au fil des siècles, accédé au statut divin. Que Swaren entende le faire de son vivant, et sans avoir rien accompli, n’était qu’un détail.
    Malgré les efforts des architectes, dans un espace aussi densément construit que le Noyau Occulte, il avait été impossible de créer une esplanade autour du nouveau Temple, et celui-ci jouxtait donc les bâtiments voisins. Ou plutôt il les surplombait. Un gâchis d’espace : de ce que Kerun en savait, il n’y avait pas grand-chose à l’intérieur, juste un désir de surpasser le gigantisme du Temple de Baine. Pressés par une date choisie par l’Empereur, les bâtisseurs avaient terminé la structure, une partie des pièces intérieures, mais pas grand-chose d’autre, raison pour laquelle les festivités auraient lieu à l’extérieur et non dans l’immense espace nu et dépouillé au-delà des portes monumentales. Nul doute que Swaren (ou Jasmal) avait des plans pour le remplir de trésors divers, mais ce n’était pas pour aujourd’hui. En revanche, les statues à sa gloire seraient placées sur des socles devant les premières colonnes, de part et d’autre de l’escalier. Kerun avait déjà repéré les lieux pendant la nuit, il n’avait plus besoin de s’y attarder.

    Il avait décidé d’atteindre le Temple par l’Allée des Noirs Esprits, une ruelle voisine dont la moitié avait survécu aux travaux de terrassements. Il y avait là une taverne nommée le Caveau, qui se trouvait en sous-sol, et qui avait été fermée par les autorités, désireuses d’assainir les environs directs du sanctuaire à la gloire de l’Empereur. Son entrée, mimant une sépulture, était sombre et profonde, l’endroit idéal pour se glisser à l’intérieur. Kerun força aisément la serrure, poussa la porte et descendit les marches jusqu’à l’ancienne salle de la taverne. Les tables, les chaises et le comptoir étaient toujours en place, il restait même des spiritueux alignés dans les étagères, des coupes et des bolées, et une vague odeur de fumée. Sans doute les propriétaires viendraient-ils récupérer leurs biens, à moins qu’ils ne soient plus de ce monde. C’était une méthode efficace pour éviter d’avoir à indemniser les plaignants (mais Kerun devinait que contribuer au rayonnement de l’Empereur était remboursement suffisant et que les expropriés du quartier avaient été priés de s’en contenter).
    Gagner le Temple de Venuma par les sous-sols n’était pas possible car l’elfe n’avait pas pu se procurer de plan des réfections effectuées ces derniers mois, et il ne savait pas si les anciens passages n’avaient pas été murés. Il avait donc décidé, une fois n’est pas coutume, d’emprunter la voie des airs. Il savait qu’il y aurait des hommes en surveillance sur les toits, c’était inévitable, mais il était encore très tôt, et ils seraient encore, pour la majorité, en faction autour du Stade et dans les rues environnantes. En début d’après-midi, ils reviendraient certainement jusqu’au Noyau, histoire de procéder à des vérifications, mais Kerun avait bien l’intention d’être en place à ce moment-là.
    Il traversa donc la salle déserte jusqu’à l’âtre et entreprit de remonter dans le conduit, jusqu’au toit. La cheminée était sale et puante, mais l’elfe avait l’habitude, et il se contenta de remonter un masque sur sa bouche et son nez avant de progresser. En cette saison, à cette heure, en ce jour, les feux étaient éteints à tous les étages et il ne rencontra guère de fumée. Il s’était préparé à cette éventualité, mais ce n’était pas plus mal. Une grille bloquait le passage à mi-hauteur, mais il se cala, dos et pieds, en travers du conduit et prit le temps de la déchausser pour pouvoir continuer. La cheminée faisait un coude, il en profita pour se reposer un moment, puis reprit son ascension, tranquille, jusqu’à apercevoir la lumière. Il y avait une structure protectrice au sommet, sans doute pour empêcher les oiseaux de construire leur nid (ou les voleurs d’entrer), mais elle se débloquait aisément. Kerun prit cependant le temps d’observer l’extérieur, le toit où il allait déboucher, les toits voisins, avant de la déboiter. Il se glissa ensuite au dehors, la repositionna rapidement, et gagna l’ombre projetée par une ancienne gargouille complètement vermoulue. Il compta jusqu’à dix, jusqu’à devenir complètement invisible, protégé par son immobilité et les ténèbres. La frise latérale du Temple de Venuma n’était qu’à cinq mètres. Il fallait viser entre deux colonnes et se raccrocher au bas-relief, mais il y avait l’embarras du choix pour trouver une prise : la tête d’un dragon, l’épaule d’un géant, l’épée de l’Empereur. Ensuite, il y avait un étroit passage au sommet de la frise, assez large pour s’y tenir accroupi, et protégé du regard par le toit pentu du Temple. Rapidement, on tombait sur une lucarne étroite. Aucun humain n’aurait pu se glisser par-là, mais Kerun était un elfe.
    Et un gosse, de surcroît, songea-t-il avec amertume.
    Il repoussa ces pensées : il devait rester concentré sur son objectif. Il assouplit un moment ses articulations. Il devait sauter sans recul, mais il prendrait appui sur la colonne de gauche pour reprendre un peu d'élan au besoin. Tout se passerait bien. Les glyphes qui luisaient dans la pierre ne l’affecteraient pas : c’étaient des protections banales, bannissant le Bien, et Kerun avait l’aura grise, résultat d’un artefact qu’il portait de longue date. En fait, il n’était pas certain que, même sans cet artefact, il aurait été menacé. Mais la question ne se posait de toute façon pas.
    Il prit une profonde inspiration, vérifia qu’il n’y avait personne de proche dans la rue en contrebas, ébranla la gargouille pour vérifier qu’elle supporterait son poids, puis s’élança. Pas un instant il ne songea aux vingt mètres de chute potentielle. Il se raccrocha à la frise — croupe d’un cheval, pourquoi pas — puis se hissa d’une traction sur l’étroite bordure. Elle faisait quatre pouces de large, mais c’était suffisant. Il perçut le frémissement du sortilège ambiant sur sa peau, resta immobile, mais ne vit aucun signe d’alarme, aucun mouvement, et commença à progresser, dos au mur, courbé sous la pente du toit. Il atteignit la lucarne et y passa la tête. En dessous de lui, la salle centrale, immense, vide, déployait son riche carrelage rouge, blanc et noir. De cette hauteur, on discernait aisément l’aigle mélandien ainsi que les lettres du nom de l’Empereur. En bas, cela devait s’apparenter à un gribouillis. Au fond de la pièce, on avait créé un balcon monumental, où se placerait certainement Swaren pour s’adresser à ses ouailles, et on l’atteignait via un escalier qui débutait à droite, mais même cette structure était plus basse que le plafond. Kerun savait que tôt ou tard, on maçonnerait le tout, avant d’y peindre des scènes sanglantes, mais pour l’heure, la charpente était encore apparente, et c’était un dédale propice à l’embuscade. Il se contorsionna pour franchir la lucarne, d’une épaule puis de l’autre, comprimant sa poitrine, y glissant aisément la taille avant de pivoter pour faire passer ses hanches. La première poutre était quatre pieds au-dessus, et trouver des prises dans la pierre neuve n’était pas aisé, mais il prit appui sur l’ouverture de la lucarne pour se raccrocher en hauteur. Ensuite, ce n’était plus qu’une formalité. Il grimpa sur la poutre, se déplaça vers le centre de la salle, puis vers l’avant, pas à pas, veillant à ne pas déverser des torrents de sciure sur le sol, plus bas. Quelqu’un entra, quelqu’un d’autre, des conversations murmurées, tranquilles, résonnèrent sur les murs nus, mais il n’y prêta guère attention. Il atteignit le frontispice, tout à l’avant, et s’assit, le dos contre la pierre, les jambes sur le bois, avec une vue parfaite sur l’entrée lointaine, sous lui. Bien sûr, il lui faudrait sortir, car il n’avait aucune certitude quant à l’endroit où Soren rencontrerait son destin. Mais il n’était que midi, c’était l’occasion de faire une pause et de manger un morceau. Le reste viendrait bien assez vite.
    MJ en pause carrière


    “I'm afraid we shall waste an awful lot of time."
    "Don't worry, answered Snufkin. We shall have wonderful dreams, and when we wake up it'll be spring.”

  9. #249
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Bien accrochée au brise-lames
    Messages 
    36 619
    Double dose, pour compenser hier et pour AVANCER (novembre approche) !

    Au Temple de Moandre, le temps passait lentement. Garance était remontée terminer son petit déjeuner, Aigéan avait proposé à Martin de rejouer aux Hermines, et ce dernier avait accepté, manifestement avide de trouver quelque chose à faire, n’importe quoi. Le capitaine l’avait initié la veille, un peu par ennui, et le jeune Mélandien s’était avéré plutôt doué. Aigéan savait que Martin avait l’esprit vif, ce n’était pas une surprise, même s’il le sentait distrait. Au bout de la première saison, la partie était déjà mal embarquée pour les Brunes, sans doute parce que Martin avait oublié la fonction du Guérisseur, et interverti les pouvoirs du Capitaine et de l’Eclaireur. Le génasi hésitait à le lui faire remarquer. Garance les observait, absente, plongée dans des pensées grises.
    « Désolé, lâcha subitement Martin. Je n’y arrive pas. Je ne sais même plus si les Soldats peuvent reculer ou pas.
    — Ils peuvent, dit Aigéan. Mais nous pouvons arrêter, c’était juste une idée comme ça. »
    Le Mélandien esquissa une grimace et s’appuya à son dossier. Il resta muet une seconde, puis se tourna vers Garance.
    « Tu ne veux pas les contacter ? » demanda-t-il.
    Elle haussa les épaules.
    « Pour quoi faire ? Les convaincre en vingt-cinq mots ? Je n’ai pas envie de les entendre se justifier et me mentir. »
    Aigéan ne savait pas ce qu’il pensait de la situation, au juste. Il avait espéré pouvoir rassembler tout le monde et rentrer, mais les choses lui avaient échappé. Déjà, à bord de l’Ivresse, il avait su qu’il n’avait pas de réelle autorité sur les passagers. Devlin était un esprit libre, qui ne respectait que ses propres envies, et Rachel et Othon, en Lathandrites convaincus, ne valaient pas mieux. Soren avait été du même genre, indomptable, mais suffisamment vain pour ne présenter qu’un risque de mutinerie limité. Sans Kerun et son ascendant indéniable, Valtameri aurait été débordé dès l’épisode de la chaloupe.
    « La seule utile à faire, c’est prier, ajouta la prêtresse en se levant. Ce que je vais aller faire, d’ailleurs. Prier pour leur salut, prier pour leur âme. »
    Ni Martin, ni Valtameri ne l’arrêtèrent et elle sortit de la pièce. Ils écoutèrent un moment son pas s’éloigner dans le couloir puis Martin soupira.
    « Qu’est-ce que vous allez faire, ensuite ? » demanda-t-il, de but en blanc.
    Aigéan se carra dans son fauteuil et croisa les bras, pris au dépourvu par le changement de sujet.

    « Je n’ai plus de bateau, tu le sais. » dit-il.
    Martin acquiesça.

    « Je suppose que je vais rentrer en Hélonna et chercher du travail. Pas à Luménis, peut-être plutôt à Antelucas. J’ai des aptitudes pour naviguer ou pour du travail portuaire, si personne n’ose me prendre à bord.
    — Combien coûte un voilier ?
    — 6000 pièces d’or pour un petit tonnage.
    — Ah oui. »
    Martin poussa un bref soupir.
    « Comme tu dis, répondit Valtameri. Les rêves de Cassie sont formidables, et je ne suis pas insensible à la détresse de Fiona, mais… je ne suis pas certain que notre périple jusqu’à Maztica va pouvoir s’organiser dans l’immédiat. »
    Valtameri scruta le visage du Mélandien, à l’affut de quelque chose, ce signe de doute, instillé par Garance, par Cassie, par Kerun lui-même.
    « Martin, je ne me permettrais jamais de te débaucher. » dit-il.
    Martin releva les yeux.

    « Je suis libre. » répondit-il, avec véhémence, avant de s’empourprer d’embarras.
    Le génasi acquiesça.

    « Je sais.
    — Est-ce que, si vous aviez un bateau, vous accepteriez de me prendre à bord ? »
    Valtameri pinça les lèvres. Il aurait dû répondre non. C’était la chose noble à faire, mais c’était un mensonge.
    « Oui.
    — En dépit de… de mon passé et de mes errances ?
    — Oui. Je pense que… tu es capable d’apprendre de tes erreurs de jugement. »
    Et je serais bien mal placé pour te les reprocher, vu mes propres travers, songea-t-il.
    « Je ne sais pas si tu as en toi de m’obéir, cela dit, ce que je comprends, d’une certaine manière. Mais… Martin… si tu as l’illusion que t’embarquer avec moi est la solution simple et tranquille… c’est un leurre… Souviens-toi de qui je suis…
    — Je ne crois pas à cette histoire de malédiction, trancha le Mélandien. L’Ivresse n’a coulé que parce que Joshua a libéré Inathaliel. Ça n’avait rien à voir avec vous ou même avec Kerun. Ce serait arrivé sur n’importe quel bateau. Mais nous avons survécu. Grâce à vous, en ce qui me concerne, et Cassie, Fiona et Garance. Vous nous avez tirés de l’eau, vous nous avez poussés jusqu’en Dorrandin. Vous seul auriez pu le faire. »
    Aigéan n’avait jamais vu les choses de cette manière. Il n’avait vu que l’échec et la perte, pas le miracle de leur survie. Il ne trouva rien à dire.
    « La vie de Kerun est par essence chaotique et dangereuse et elle demande de nombreux sacrifices. Par ailleurs, elle demande aussi des compétences dont je ne dispose pas.
    — Kerun t’a fatalement recruté pour une bonne raison, Martin, dit Aigéan. Il n’est pas sentimental. S’il t’a choisi, c’est qu’il a vu quelque chose en toi. Des compétences, comme tu dis, uniques. Tu es un excellent second, et t’avoir à bord serait un atout pour n’importe quel équipage, mais tu feras certainement un excellent espion. »
    Le Mélandien grimaça.
    « Je n’ai pas de bateau, par ailleurs, et comme je te l’ai expliqué, je n’en aurai pas avant un certain temps. »
    Le capitaine croisa les bras.
    « Mais ce n’est pas une bonne raison pour embrasser la carrière d’espion pour autant. Ce n’est pas rien, et tu n’en as peut-être pas le tempérament. Mais je pense, vraiment, qu’il est nécessaire que ta décision soit claire. Vaciller à chaque écueil ne te fera arriver nulle part. »
    Martin s’était penché en avant, mains entre les genoux.
    « Je n’ai jamais eu le choix de ma destinée, murmura-t-il.
    — Si on y réfléchit bien, peu de gens l’ont, ce choix. Savoure cette chance. Puis va de l’avant. »
    A son expression, Valtameri devinait que c’était une épreuve douloureuse et que le jeune homme était tiraillé entre des sentiments contraires. Il ne voyait pas comment l’aider : c’était son problème et il en avait déjà trop dit en acceptant, à demi-mots, de le prendre comme second. En réalité, ils auraient pu se présenter ensemble auprès d’armateurs, proposer leurs services en échange d’un voilier à piloter, transporter des voyageurs, des marchandises, d’Antelucas à Evendum ou Lunaros, par exemple, une traversée complexe qui requérait la maîtrise d’un spécialiste. Aigéan était un ancien capitaine de la marine luménienne, et on ne connaîtrait pas son histoire au sud… Il trouverait aisément un bateau. Mais il n’avait pas l’intention de le dire à Martin. Il avait la conviction que son choix de s’engager dans les services de renseignement ne devait pas dépendre d’une alternative aux allures de solution de facilité, provoquée par les larmes d’une femme.
    « Tu as le temps, encore. »
    Quelques jours sous terre, puis Port Couchant, ensuite une longue traversée vers Hélonna. Une veille au moins. Martin acquiesça, toujours troublé, avant de secouer la tête.
    « Je vais aller nous faire à manger. » dit-il, le regard un peu vide.
    Lorsqu’il quitta la pièce, Valtameri ne le suivit pas.



    Le danger n’était pas le sang, les cris et le fracas, mais bien le soleil. Rayonnant dans un ciel sans nuages, il frappait les arènes de sa lumière féroce, et si les spectateurs avaient emporté des chapeaux, des éventails et des ombrelles, si l’Empereur et sa suite étaient protégés par un dais blanc et rouge, Soren était exposé. Il faisait étouffant, et le sculpteur percevait la morsure de l’astre diurne avec acuité. Sa peau avait pris une teinte vermeille de mauvais augure, déjà douloureuse, qui ne ferait qu’empirer au fil de la journée. C’était voulu, bien sûr, comme il était voulu qu’il n’ait rien à boire. Il prenait conscience, peu à peu, du fait que le soleil aurait raison de lui, plus rapidement que la violence. Une souffrance sourde lui broyait les tempes et il avait soif — immensément soif. Ils n’étaient qu’en Kythorn, la chose aurait été bien pire en Flammerige ou Eleasias, mais au cœur du désert mélandien, la température était scandaleuse. Tout en grillant sous la lumière de Lathandre — car comment le voir autrement, dans les yeux de ses bourreaux ?, il peinait à rester dans l’instant. Les prêtres maudits avaient usé de sortilèges déments pour massacrer des innocents, florilège de rayons noirs, de colonnes de flammes, de barrières acérées de lames et de nuées d’insectes ravageurs. Peu adaptés aux lieux, les morts-vivants avaient passé leur tour pour l’occasion. Soren avait été vaguement choqué de cet usage inepte de la magie divine, démonstration de force à destination du petit peuple, gaspillage de faveurs par envie de spectacle. Il y avait eu des morts, bien sûr, d’autres Manostiens, d’autres Luméniens, sans doute parmi les derniers rescapés de ces quelques jours de délire. La délectation des clercs maléfiques, couplée à une insolation latente, avaient plongé Soren dans un abrutissement proche de la dissociation. Toujours assis, cramoisi, sur son tabouret de fortune, il avait subitement eu l’impression d’être ailleurs, dans les jardins du Temple de Sunie, à Luménis. La roseraie y était magnifique, multicolore et tortueuse, propice aux échanges secrets et suaves, aux déclarations, à l’inspiration, à l’amour. Il avait eu la sensation de percevoir le parfum des fleurs, la caresse de leurs pétales, le bourdonnement des abeilles gourmandes… L’ombre bienheureuse, la fraîcheur de la brise marine, dans les cheveux, sur les épaules, les reins, le murmure des conversations, les rires… Moïra sur un banc, en train de raconter une de ses anecdotes sans queue ni tête qu’elle affectionnait tant. Jehannah en promenade, avec ses courtisans habituels, décidant des détails pratiques des prochaines réjouissances. Amray et Olathe échangeant des passes d’armes, comme des danseurs en répétition, précis et élégants. Le rire de Romuald, inimitable. Les questions inquisitrices de Valentine quand elle se glissait dans l’atelier. Il aurait voulu être là, nulle part ailleurs.
    Mais il n’y était pas, ce qu’une brusque cascade d’eau glacée lui rappela brusquement.
    Il gisait sur le sol, un serviteur penché au-dessus de lui, une cruche vide à la main.

    « Ah non, il n’est pas mort. » dit l’adolescent à son voisin, sans en penser grand-chose.
    Soren s’était évanoui. Combien de temps, difficile à dire. Son sauveur s’éloigna et il resta là, à contempler le ciel, allongé sur la pierre brûlante de la loge impériale. Derrière lui, il entendait le murmure des conversations indifférentes des proches de l’Empereur. Ils étaient en train de manger, des odeurs de viande rôtie flottaient dans l’air. Le soleil était toujours aussi violent, un disque jaune, aveuglant, droit au-dessus de lui, et il ferma les yeux. Personne ne semblait se soucier de lui et il en profita un moment, car cela ne durerait pas. Ils le laissèrent tranquille pendant de longues minutes. Il semblait y avoir une sorte de spectacle musical dans l’arène, mais aussi un brouhaha provenant des gradins qui trahissait un moment de pause. Parmi les voix qui devisaient, Soren reconnut celle de Jasmal, mais pas celle de l’Empereur. Il ne parvenait pas à s’intéresser à ce qu’ils disaient, son crâne lui faisait épouvantablement mal, et ses yeux larmoyaient alors même qu’il se sentait plus desséché qu’un poisson mort sur la plage d’Antelucas. L’eau qu’on lui avait jetée pour le réveiller s’était déjà évaporée. Il allait mourir là, d’un coup de chaleur, avant même que la cavalerie promise par Martin arrive.
    Il dérivait, abruti par la souffrance, lorsque des mains le saisirent. Le simple contact de ces doigts sur sa peau brûlée le fit crier.

    « Tiens-toi, Sunite. » aboya Jasmal, tandis qu’on le redressait.
    Facile à dire, espèce de sale garce, songea-t-il.
    Mais il était assis, à nouveau, en proie à un vertige. Le sable jaune dansait devant ses yeux, la foule mouvante, et la nausée le saisit sans qu’il puisse s’en défendre. L’estomac vide, il vomit de la bile sur ses genoux écarlates, s’attirant un cortège d’exclamations de dégout.

    « C’est le soleil, dit une voix indifférente.
    — Impossible. C’est un Luménien. Le soleil, c’est son truc. » rétorqua la Chancelière, ironique.
    Mais quelques secondes plus tard, une énergie perverse et visqueuse s’insinuait dans l’organisme du Sunite, la magie d’un dieu noir et répugnant, qui lui brouilla les sens. Quand elle se retira, son empreinte insupportable demeura en arrière. Soren avait été soigné, partiellement, mais il se sentait plus mal que jamais. Un homme lui tapota l’épaule puis recula. Du coin de l’œil, le Sunite reconnut la robe indigo au liséré argenté d’un prêtre de Cyric, mais ne chercha pas à en voir davantage. Sa peau avait repris une teinte normale, sa migraine s’était atténuée, mais il était toujours déshydraté. Ce n’était que partie remise : il craquerait à nouveau dans une heure ou deux. Un murmure avait envahi la foule et il devina qu’il allait se passer quelque chose dans la lice. Un enfant en livrée rouge s’encadra dans son champ de vision, une coupe à la main, qu’il lui tendit. Privé de ses mains, Soren hésita une seconde puis se pencha pour boire, avant de réaliser qu’il n’avait même pas cherché à savoir ce que contenait le calice. C’était du vin, un nectar fruité, beaucoup trop fort compte tenu de son état, et il recula. De l’eau, bon sang, il voulait juste de l’eau.
    Le gosse se retira promptement. Du fond de l’arène, des trompettes sonnèrent et des tambours retentirent, arrachant une vague de cris et d’applaudissements au public, puis les portes s’ouvrirent dans un fracas tonitruant, et Swaren entra. Il était seul, à pied, en armure mais sans casque, l’épée à la main. Il prit son temps pour traverser l’immense étendue de sable, absorbant les vivats, tournant un visage satisfait de gauche, puis de droite, sans saluer. Pourquoi l’aurait-il fait ? Il était le maître incontesté des lieux, des gens, de la ville entière, et s’imaginait sans doute maître du reste, tôt ou tard, quand il en aurait fini avec tout ce spectacle. Il s’arrêta au centre du stade et resta immobile. Les acclamations ne faiblissaient pas : personne n’aurait osé être le premier à s’arrêter, de peur d’être taxé de traître. Soren, les mains liées, ne se joignit pas au tumulte. Il n’en avait pas eu l’intention, de toute façon.
    Mais Swaren leva la main et, en un éclair, ce fut le silence. On ne pouvait qu’être impressionné par une telle maîtrise de son peuple. Personne n’aurait été capable d’un tel prodige en Hélonna. Le fils de Venuma — et sa cohorte de conseillers — était doué. Soren se demanda ce qui se passerait s’il décidait de se lever pour pisser. Un sourire lui passa sur les lèvres et il rassembla son courage, puis il se souvint des paroles de Martin. C’était exactement pour l’empêcher de faire ce genre de choses stupides que le jeune homme avait pris le risque de s’infiltrer dans le Palais. Ça n’en valait pas la peine. Ou alors si.
    Mais l’instant était passé. Les portes se rouvrirent pour céder le passage aux premiers adversaires de l’Empereur, un trio de félins affamés.
    S’ensuivit un long ballet meurtrier, au cours duquel le héros mélandien affronta des bêtes, des monstres et quelques prisonniers — sans doute les plus valeureux, mais quelle importance, ils n’avaient aucune chance. Swaren se défit de tous sans transpirer, sans être jamais blessé ou même touché, usant de son épée avec une désinvolture assassine. Soren devinait le miroitement des sortilèges qui renforçaient le Mélandien, mais ils devaient apparaître invisibles au commun des mortels. Chaque frappe portait, libérant des gerbes de sang, et les corps chutaient dans le sable les uns après les autres. L’Empereur déplaça le combat aux quatre coins du stade, pour que chacun puisse en profiter, une chorégraphie sans doute savamment préparée dans les jours précédents. Cette fois, chaque fois que l’arène était vidée de toute opposition, le jeune Venuma saluait la foule, et l’enthousiasme des badauds, déjà extrême, enflait et enflait encore, jusqu’à frôler l’hystérie.
    Pour Soren, cela dura des heures. Il avait chaud, il avait soif, il était fatigué, il en avait complètement marre, c’était la journée la plus abominable de sa vie, et il comptait celles passées sous l’Assemblée avec le Loviate. Il décida de passer en revue ses meilleures œuvres, et d’en établir un classement, une tâche qui semblait opportune à quelques heures d’une exécution possible.
    Il avait confiance en Kerun mais…
    Sa Sunie Rouge était incontestablement son chef d’œuvre, mais il y avait une Sunie à la rose, à Eredhun, qui n’était pas mal non plus, et puis l’elfe sauvage qui se trouvait dans les sous-sols du Fort (un scandale) ne déméritait pas, et… Non. Il ne voulait pas y penser. Il était persuadé qu’il avait encore ses meilleures années devant lui. Il avait atteint une telle maîtrise, une telle aisance… brisée par cette veille pénible, à se casser le cœur et les doigts sur la carcasse pourrie de ce paon maudit, qui dansait sous ses yeux.
    Quelle honte, quel désespoir, quel gâchis.
    Si Kerun parvenait à le sauver, il faudrait qu’il se purge de tout ça, pendant dix ans, en ne sculptant plus que la beauté, sans compromis. Et puis peut-être serrer une personne ou deux contre son cœur et les sentir vivants. On ne pouvait pas vivre sans étreinte, sans doute surtout quand on était Sunite.
    Il avait envie de hurler et il se l’autorisa, à la faveur d’un élan de la foule, noyant sa voix dépitée dans la joie terrifiante des Mélandiens.

    Et puis ce fut terminé. Swaren prononça un court discours de guerre, promesse d’autres conquêtes, d’une renaissance, d’une gloire éternelle d’un Empire appelé à dominer le monde, blabla, Soren n’en écouta rien. Mais il avait du souffle, ce monstre, car sa voix ne reflétait pas le moindre épuisement.
    Les portes s’étaient ouvertes et la lice s’emplissait d’hommes en armes et de chars. Deux gardes vinrent aux côtés de Soren pour le relever et l’entraîner dans les couloirs du Stade. Dans son état de faiblesse, enchaîné, il eut du mal à garder leur rythme, si bien qu’ils finirent par le soulever par les aisselles et le trainèrent vers les étages inférieurs. Un peu sonné par ce brusque changement de décor — la pénombre, la fraîcheur, il se laissa emporter sans résister. D’escalier en escalier et de corridor en corridor, il arriva dans une vaste salle au rez de chaussée, dans laquelle une centaine de personnes, peut-être plus, étaient en train de se préparer au départ. Il y avait des militaires, des prêtres, des tas d’hommes en pourpoint et en robe, ainsi qu’une multitude de petites mains, qui brossaient les vêtements, vérifiaient les sangles des chevaux, apportaient à boire aux uns et aux autres. Soren vit des Sharites sur la gauche, des mages de l’université un peu plus loin, des chariots couverts de richesses diverses, mais aussi d’objets enchâssés dans des piédestaux, puis, plus loin, l’arche des portes qui menaient à l’arène. Il n’était pas difficile d’imaginer que tout le monde allait se mettre en procession avant de traverser la ville jusqu’au Temple Impérial. Soren ne savait pas où il trouverait sa place dans pareil équipage. Il n’avait pas participé à la guerre et n’avait rien à faire dans ce foutu Triomphe. Mais il doutait qu’on l’escamote en catimini vers le Temple Impérial : à présent qu’il avait fait le chemin, il devait boire le calice jusqu’à la lie.

    « Ah, vous voilà, dit un homme grisonnant en approchant, un parchemin à la main. Dehors, au char pourpre.
    — Dame Mossana a dit avec le butin, dit un des gardes, incertain.
    — Notre Vénéré Empereur a exigé qu’il soit avec le char pourpre. Vous demanderez à la Mort Rampante ce qu’il faut faire de lui. »
    Le grand prêtre de Cyric, formidable, songea Soren.
    Le butin lui aurait très bien convenu, mais on n’allait pas à l’encontre de la volonté de Swaren. Il retrouva donc le soleil aveuglant et foula le sable brûlant de ses pieds nus, remontant les interminables rangs de soldats. Tout le monde devait étouffer, sous ces armures, et les chevaux suaient, dégageant une odeur abominable de poil mouillé. Autour d’eux, les gradins se vidaient, à mesure que les Mélandiens regagnaient la rue d’où ils pourraient voir passer la procession triomphale. Certains essayaient de s’attarder et Soren vit des adultes et des enfants mêlés, tout au bord de l’arène, désignant l’un ou l’autre des protagonistes en bavardant. L’idée que des gosses aient assisté à ce spectacle monstrueux le rendit malade, mais c’était ainsi qu’était forgée l’âme mélandienne : dans la violence, dès le plus jeune âge. Il en ramena le regard devant lui, vers la tête du cortège, et l’endroit où se trouvaient un groupe de chars multicolores, tirés chacun par une paire de chevaux assortis. Il devait y avoir un sens, là-derrière, une attribution spécifique pour le char noir, le bleu, le vert, mais Soren s’en fichait. Swaren avait déjà grimpé dans l’un d’eux, Jasmal dans un autre, et il savait qu’il était promis au pourpre, celui qui compterait au moins un Cyricien. Mais entre les soldats et les chars se trouvaient les prisonniers. Soren s’était douté qu’il y en aurait, c’était inévitable, les fameux « vingt-deux » malheureux à parader qui seraient sacrifiés en bout de parcours, aux Temples, mais les voir était autre chose. Ils étaient tous à moitié nus, tous enchaînés, et la plupart étaient assis sur le sable. Ils semblaient incroyablement jeunes, hommes et femmes, silencieux, pâles, conscients qu’ils en étaient arrivés à la dernière étape de leur voyage. Certains portaient des lambeaux de tunique verte, d’autres, moins nombreux, des lambeaux de tunique bleue, et Soren devina que tout cela était étudié, qu’il ne s’agissait pas de leurs véritables vêtements mais de costumes qu’on leur avait imposés pour qu’ils représentent l’ennemi vaincu. Quand il passa à proximité, toujours guidé par ses deux gardiens en armure, Soren ne put s’empêcher de les regarder. Faire le contraire aurait été cruel et arrogant, alors qu’ils étaient logés à la même enseigne, mais les visages demeurèrent vides et résignés, personne ne croisa son regard.
    On le guida derrière le char vert, puis entre un char gris et un rouge, avant d’atteindre le pourpre, qui se trouvait en retrait du char impérial (noir) sur la gauche. Un prêtre de Cyric, majestueux dans ses robes indigo, était en train de discuter avec un mage en toge noire, et ils se tournèrent vers Soren lorsque les gardes approchèrent.

    « On nous a dit de vous l’amener, éminence. » dit l’un des deux en gratifiant le religieux d’une courbette rapide.
    Le Cyricien eut un sourire désagréable.

    « Enchaînez-le à l’arrière, il suivra à pied. »
    Ce qui fut prestement fait. Soren récupéra ses mains pendant une demi-seconde, avant qu’on les lui rattache devant, après quoi il fut rivé à une chaîne reliée à l’arrière du véhicule. Ensuite, les gardes s’esquivèrent, se désintéressant de son sort. La tentation de s’asseoir était grande, surtout s’il lui fallait traverser tout Mélandis à pied, mais les fesses nues sur le sable brûlant, il n’était pas très motivé. Il demeura donc debout, tâchant de se blinder d’indifférence, tout en songeant aux pauvres hères quelques pas derrière lui, restés captifs toute une année, malmenés, humiliés, torturés, et pourtant encore vivants. Est-ce qu’il n’était pas incroyablement injuste que, quelque part, des amis oeuvraient à sa libération, tandis que personne, nulle part, ne s’était mobilisé pour ceux-là ?
    Il leur jeta un regard en coin. Six femmes, quatorze hommes, quinze Manostiens pour cinq Luméniens, tous entre vingt et trente ans, tous aux traits avenants, comme si on les avait sélectionnés pour plaire. Et Soren sut que c’était le cas, qu’on avait gardé les plus beaux pour le sacrifice qui devrait rendre grâce à la magnificence de Swaren. Il se détourna et son regard tomba sur le char impérial. Outre Swaren, quatre gardes en armure alambiquée et une poignée de conseillers empressés, il s’y trouvait aussi un groupe de trois hommes dans des vêtements de cuir sombre et un mage. Entre eux, dissimulés par leurs silhouettes, se trouvaient au moins deux autres personnes, et à la faveur d’un mouvement, Soren devina que l’Empereur avait ses propres prisonniers qui, comme le sculpteur, suivraient leur maître à pied. Plusieurs sortilèges furent lancés, les uns après les autres, couvrant l’Empereur et son char de multiples protections indispensables, tandis qu’une certaine animation gagnait la colonne. Les portes situées à l’entrée principale de l’arène s'écartèrent lentement, soulevant une courte tempête de sable, puis les soldats s’ébranlèrent. Plusieurs contingents de cavaliers et de fantassins doublèrent les chars, puis seulement ceux-ci se mirent en mouvement, sans doute plus au moins au premier tiers de la procession, voire au milieu, Soren ne pouvait pas en être sûr, et dans le fond, il s’en souciait peu. Le Char de Swaren bougea le premier, l’attroupement autour de lui se défit rapidement, à l’exception des quatre gardes qui l’encadrèrent, à pied et à distance respectable, sans doute pour repousser tout intrus. Deux des hommes habillés de sombre se placèrent à l’extérieur de son sillage, et le sculpteur eut une vue dégagée sur le dos des deux prisonniers, que le départ du char força à avancer.
    La première était une femme aux longs cheveux châtains veinés de gris, large d’épaule et vêtue d’un tabard vert. A sa carrure, à sa prestance, Soren devina qu’elle avait dû être paladine dans une autre vie. Le second était un homme de grande taille, aux cheveux blonds qui rebiquaient sur la nuque et vêtu d’un tabard bleu ciel. Le Sunite n’eut pas besoin de voir son visage pour le reconnaître, car il l’avait déjà observé en détails, bien que jamais sculpté, et que c’était le genre de choses qu’il était incapable d’oublier. Mais c’était impossible, le soleil devait lui avoir tapé sur la cervelle plus qu’il ne le mesurait, car Arthur Maelwedd — il était certain qu’il s’agissait de lui — était mort à la guerre plus d’un an auparavant. Et puis en fait… non. Les Mélandiens avaient pu le tuer puis le ramener à la vie. Ils se fichaient des cycles que respectaient les Lathandrites et les Chauntéens. Soren était d’ailleurs mal placé pour juger : il avait relevé Martin un mois plus tôt, sans arrière pensée, un pied de nez à la nuit éternelle. Donc Swaren avait l’intention d’exécuter Arthur sur les marches de son temple. Soren se demanda si Kerun était au courant, et ce qu’il avait l’intention de faire. La mort du jeune homme avait servi de preuve que les souffrances de la guerre n’avaient pas épargné le général, qu’il était une victime comme les autres, et l’animosité à son égard en avait été grandement tempérée. Certaines mauvaises langues disaient qu’il l’avait fait exprès, de sacrifier son fils, que c’était un geste calculé pour s’attirer la sympathie. Soren n’y avait jamais réfléchi en ces termes, et en fait, jamais réfléchi tout court. On lui avait commandé un monument aux morts et il avait refusé de le faire, arguant que ce n’était pas son sujet de prédilection, et qu’il ne parviendrait pas à sculpter quelque chose d’approprié. Il ignorait si les autorités avaient trouvé quelqu’un d’autre et il se promit, s’il survivait, de les prévenir qu’il avait changé d’avis.
    Le Char de Swaren volta vers la droite et Soren aperçut le prisonnier de profil, confirmant ce qu’il savait. Arthur avait la même expression de stupeur hantée que la plupart des captifs et la pâleur de sa peau révélait qu’il n’avait probablement pas vu le soleil depuis des mois. A moins qu’il n’ait été ressuscité que la veille. C’était peut-être une option plus douce, tout bien considéré, même si le choc devait être immense. Mais connaissant les Mélandiens, Soren pariait qu’il avait été relevé rapidement et torturé pendant une année entière. Pourquoi se priver ?
    Son propre char se mit en mouvement, aux côtés de celui de Jasmal Mossana, si bien qu’il se retrouva à quelques mètres d’elle, seulement. Elle ne lui accorda pas un regard mais il eut le sentiment qu’elle savait qu’il était là, et qu’elle était furieuse qu’il n’ait pas été relégué dans le butin, comme elle l’avait exigé. Il aurait aimé tirer une certaine satisfaction de sa colère, mais en vérité, il partageait sa déception. Il était à présent exhibé, captif des Cyriciens — un comble — sans aucun compagnon d’infortune pour tempérer le spectacle. Les autres chars se mirent en branle derrière eux. Il ne regarda pas en arrière. La vitesse de déplacement était lente, une chance, sans quoi il aurait bientôt été tracté ventre à terre.
    Ils cheminèrent dans le sable, franchirent les portes, et débouchèrent sur l’esplanade du Stade, où la foule gigantesque s’était massée. Le vacarme désorienta un moment le sculpteur, et malgré les palissades, il fut stupéfait de réaliser que les badauds n’étaient qu’à quelques mètres. Si la moindre barrière cédait, tout ce monde rendu fou par la chaleur et le sang déferlerait sur eux et les engloutirait dans sa démence, les piétinant sur les pavés. Il déplaça son regard sur les fesses du Cyricien dans son char (ils étaient trois : le cocher, le prêtre et le mage), et l’y vissa, se jurant de ne jamais l’en dégager.
    La traversée de la place jusqu’au début de la rue qu’ils devaient emprunter parut interminable. Ils n’avançaient pour ainsi dire pas du tout. Le bruit était assourdissant, musique et cris mélangés, chants, éructations, psalmodies, un magma difforme et douloureux, qui pulsa dans les tempes du sculpteur. Il se promit de ne pas tourner de l’œil. Pas maintenant, pas comme ça. Mais son corps criait grâce. Le soleil demeurait destructeur, l’air était sec, poussiéreux, il planait une odeur de peur, de pisse, de sueur, de sang, de nourriture qu’on se distribuait derrière le cordon de la foule, de crottin de cheval, de parfum capiteux, en trop grandes quantités, tentative mal inspirée de repousser la Houleuse.
    Petit à petit ils se dégagèrent de l’esplanade et pénétrèrent dans la ville. Il y avait des gens aux fenêtres, dans la rue des barrières aux porches des maisons, des milliers et des milliers, et une certaine organisation se fit dans le brouhaha, des chants patriotiques, faux et discordants, se répercutant sur les façades en écho, dont certaines strophes parvenaient au Sunite sans qu’il puisse en faire sens. Puis quelque chose tomba du ciel, en rideau léger, sur des mètres et des mètres. Il s’agissait de plumes. Les gens en jetaient du haut des balcons, mais aussi depuis le sol, plumes blanches, noires, rouges, de toutes les couleurs, et cela aurait pu avoir un côté angélique, décalé, si on n’avait songé au nombre affolant d’oiseaux qui avaient dû être tués pour parvenir à ce spectacle. Peut-être y avait-il un rapport avec l’aigle mélandien. Soren trouva la chose morbide. La pluie de plumes se poursuivit sur une centaine de mètres et le sculpteur finit par en avoir dans les cheveux et plaquées sur ses épaules et son dos par la sueur. Privé de ses mains, il ne pouvait s’en débarrasser et se résigna à subir ces chatouillis désagréables jusqu’à la ligne d’arrivée.
    Une fois hors de cette zone, les chants patriotiques reprirent, entonnés par tous autour du sculpteur, y compris les passagers du char. L’hymne principal était à la gloire de l’Empereur, un ensemble de beuglements ronflants composé d’une douzaine de mots de vocabulaire maximum, assourdissant et minable, mais Soren ne pouvait pas se boucher les oreilles et il dut se farcir cette rengaine un certain temps. Son compositeur avait réussi à inventer un refrain et deux couplets redondants, une gageure vu le sujet. Le Sunite n’avait perdu ni son bon goût, ni son sens critique, mais il avait à nouveau des vertiges et poser un pied devant l’autre sans trébucher devenait une activité digne d’occuper son esprit à plein temps.
    Il y eut des clameurs plus loin derrière, alors que le cortège avançait désormais par à-coups, vingt mètres, puis pause, puis vingt mètres encore. Soren aurait pu avoir la curiosité de regarder ce qui se déroulait derrière mais il n’en avait plus. Les notables perchés ne semblaient guère s’émouvoir du tumulte, ce qui signifiait qu’il était attendu, et le Sunite finit par comprendre, à leurs conversations murmurées, qu’on jetait des pièces d’argent dans la foule. Il se demanda combien de misérables finiraient piétinés par leurs voisins dans cette ruée vénale. Il avait dans l’idée que les instigateurs de la manœuvre ne s’en soucieraient guère.
    Ils remirent en mouvement, s’arrêtèrent encore, et ainsi de suite, tout au long d’une interminable artère, dont Soren apercevait les façades décolorées par le vent du désert. De temps en temps, les deux prisonniers devant lui apparaissaient dans son champ de vision, leur tabard marqué de sueur, leurs épaules basses, leurs cheveux humides. Chaque fois, le sculpteur se demandait comment il pouvait être aussi faible, alors que d’autres avaient souffert si longtemps. Derrière, il y avait de temps en temps des cris et des insultes, parfois un choc — poing contre chair — quand un prisonnier tombait sur les pavés, terrassé sous le soleil. Tous ils étaient exposés, tous ils avaient soif, et tous, ils mourraient quand les Mélandiens le décideraient, mais pas avant.
    Des chants, des cris, des chants encore, et Swaren, sur son char, devant, saluait la foule en délire, puis l’odeur de la Houleuse les frappa comme un vent mauvais. Sur la gauche, les bâtiments changèrent d’apparence, les maisons cédant le pas aux entrepôts. Il aurait pu faire plus frais à proximité de la rivière, mais il n’en fut rien. La route s’évasait à proximité du pont et Soren nota que les contingents militaires s’étaient positionnés tout au long de la rivière, sur la rive nord, en une immense haie d’honneur de plusieurs rangs. Il n’y avait qu’une troupe plus loin sur le pont, dernière escorte avant l’apothéose. Les chars s’engagèrent sur le pont, d’abord celui de l’Empereur, puis Jasmal, puis le char pourpre et Soren. Ils ne traversèrent cependant pas : arrivés à mi-parcours, ils voltèrent pour faire face à la rive qu’ils venaient d’abandonner.
    Le pont était légèrement convexe, et de là où ils étaient, ils surplombaient le quai dégagé où s’était massée une foule impressionnante, qui noircissait les berges mais aussi les rues environnantes, comme une horde éructante, prête à déferler sur le monde pour le détruire. Les chariots du butin étaient encore dans la large avenue qu’ils avaient remontée, flanqués de gardes lourdement armés, mais juste derrière les derniers chars, arrêtés à l’entrée du pont, se trouvait le petit groupe de vingt prisonniers, encadré par un cordon lâche d’une dizaine de soldats. De l’autre côté des barrières, les Mélandiens les invectivaient et les insultaient, puis des chansons obscènes s’élevèrent, reprises par des milliers de voix. Des projectiles jaillirent des rangs anonymes du public et Soren, stupéfait, réalisa soudain que les malheureux allaient être lapidés sur place. Plus fort que les chants injurieux, un rugissement de haine s’amplifia, et le sculpteur ferma les yeux tandis que le courroux du peuple s’abattait sur les corps sans défense de ses compatriotes. Dans le noir de son crâne, rougi par un soleil impitoyable, il supplia Sunie d’accueillir les âmes de ceux qui connaissaient une fin douloureuse, il la supplia aussi de le pardonner, lui, pour son impuissance à aider qui que ce soit.
    Le silence se fit subitement. Le char de Swaren s’était avancé, l’Empereur avait levé la main. Sur le quai, les vingt prisonniers, prostrés, couverts d’excréments et de légumes pourris, tremblaient, toujours vivants. Soren comprit qu’on ne pouvait ravir une vie promise à Venuma. Lui seul avait le droit du sang.
    Ils allaient avoir droit à un nouveau discours.
    Mais il y eut soudain une exclamation, reprise par plusieurs voix, d’abord étouffées puis plus sonores. Un oiseau planait au-dessus d’eux, noir rapace sur le bleu intense du ciel, en cercles, un aigle sans doute, un présage radieux en cette journée de triomphe.
    Sauf que…
    D’un coup, l’oiseau s’abattit. Non en piquée, comme le faucon qui chasse, mais frappé par un trait ou par la destinée. L’aigle gigantesque tomba sur les pavés du pont dans un bruit sourd, énorme, juste aux pieds de Venuma, où il demeura, foudroyé.
    Ce n’était pas un hasard et la stupeur, tout autour de Soren, mais aussi loin sur les berges, réduisit dix mille personnes, sans doute plus, au silence.
    Soren ne savait pas qui était responsable, mais c’était culotté. Presque esthétique. Il applaudissait des deux mains.
    Devant lui, le Cyricien descendit du char. Il se glissa entre les chevaux, marcha jusqu’à l’Empereur, le dépassa, alla ramasser l’oiseau mort. Puis il revint en arrière et, dans une attitude de soumission respectueuse, yeux baissés, un genou fléchi, présenta le cadavre à son maître.
    Soren vit la magie qui lui imprégnait les mains, qui déferlait de ses lèvres, le murmure d’un sortilège puissant et contre-nature, mais il était à quelques mètres, et personne, sur les quais, ne pouvait s’en rendre compte. Swaren toucha l’aigle, celui-ci frémit, puis s’éveilla à la vie.
    A la non-vie, en réalité, mais qui aurait pu faire la différence entre un oiseau vivant et un simulacre, quand la créature se redressa, écarta les ailes et poussa son cri ? Swaren leva le bras, la bête perchée sur le poignet, puis lui donna une légère impulsion et l’aigle d’outretombe reprit la voie des airs, immortel.
    La foule explosa en délire.
    Quelqu’un avait essayé de plomber l’ambiance mais c’était complètement raté.
    MJ en pause carrière


    “I'm afraid we shall waste an awful lot of time."
    "Don't worry, answered Snufkin. We shall have wonderful dreams, and when we wake up it'll be spring.”

  10. #250
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Bien accrochée au brise-lames
    Messages 
    36 619
    L’autel de Chauntéa de la chapelle souterraine était composé d’une grande vasque d’argile emplie de grains, enchâssée dans une table en bois poli. Des symboles agraires y étaient gravés et peints et on pouvait, des doigts, y déplacer des poignées de grains ou tracer des lignes des uns aux autres, tout en priant. Garance l’avait fait en psalmodiant, murmurant des paroles de vie, de croissance, de développement, pour conjurer la mort qui tentait de revenir s’ancrer dans son existence, après quelques jours seulement d’espoir.
    L’énergie primordiale de la déesse mère s’était manifestée, ce grondement qui traversait toute chose, depuis l’aube des temps et jusqu’à leur fin, le souffle indomptable de la vie, souverain, irrépressible. Garance s’y était abandonnée, dans une communion d’abord timide puis de plus en plus relâchée, et elle s’était souvenue que Chauntéa aimait Lathandre, sa jeunesse, son culot, ses élans, dans toute leur maladresse. Tymora était comme une cousine finaude, qui l’entraînait dans des projets insensés, profitant de sa naïveté et de son bon coeur, mais Chauntéa l’aimait aussi pour cette innocence, son désir de faire mieux, et les péripéties démentes qu’il avait à raconter quand il revenait, tout crotté, d’une nouvelle aventure souvent désastreuse.
    Garance devait faire confiance à Othon et Rachel. Elle devait accepter qu’ils tentent le diable, et leur garder une place dans son cœur pour quand ils reviendraient, victorieux ou défaits.

    Elle émergea après plusieurs heures, le ventre creux, la tête légère. L’heure du repas devait être dépassée depuis longtemps, mais ni Martin, ni Valtameri ne l’avaient dérangée. Quant aux trois prêtres de Moandre, ils étaient occupés ailleurs, Judicaël n’était d’ailleurs pas encore rentré de son voyage à Port Couchant. Les autres… Garance eut un sourire. Ils faisaient ce qu’ils avaient à faire.
    Emplie de cette énergie neuve, d’une certitude tranquille que tout était pour le mieux, elle eut soudain envie de partager sa sérénité avec son ami de toujours, qui lui manquait terriblement, qu’elle espérait revoir au plus tôt, à Eredhun ou Luménis. Elle savait qu’il ne répondrait pas, mais ce n’était pas grave : frôler son esprit lui suffirait, et elle pouvait lui communiquer des émotions douces, même en l’absence de réaction.
    Elle psalmodia lentement, émerveillée par la magie de sa déesse, rayonnante dans ces ténèbres enfouies dédiées au dieu pourri.
    Et puis elle eut la sensation de plonger les mains dans la boue.
    Marcus ?
    Garance.
    La stupeur l’empêcha de penser quoi que ce soit. Jamais elle n’aurait imaginé qu’il accepte le contact, et jamais non plus que son âme renverrait d’une telle sensation.
    Je suis désolé pour mon silence. Tu as toujours été là pour moi… Et tu as fait tout ce que tu pouvais.
    Marcus, ce n’est pas grave… Je suis tellement heur…
    Quelle était cette sensation ?
    Pardonne-moi.
    De quoi parlait-il ?
    Marcus ?! Marcus, où es-tu ? Qu’est-ce qui…

    Mais il avait repoussé son esprit et il ne restait que le vide glacial, et cette sensation visqueuse, effroyable, de mort.
    Elle resta assise sur le sol, choquée, au milieu de la chapelle. Puis elle poussa un hurlement rauque, arrachée aux bras réconfortants de Chauntéa, et ramenée dans la noirceur absolue de la réalité. Elle hurla à s’en déchirer la gorge, sans parvenir à s’arrêter, sans chercher à le faire, et Martin surgit, Valtameri dans son sillage. Le jeune homme glissa au sol et la prit dans ses bras, cherchant ce qui lui faisait mal, manifestement affolé.

    « Garance ! Qu’est-ce qu’il y a ? »
    Elle ne parvint pas à se taire, il lui força le front contre son épaule, bloquant sa poitrine contre la sienne, et elle toussa, hors d’haleine, avant de gémir. Valtameri, debout derrière eux, croisa son regard, inquiet mais distant.
    « Qu’est-ce qui se passe ? demanda Martin. Dis-moi. »
    Garance le trouva plus fort qu’il ne l’avait jamais été dans son souvenir, présent, vivant, comme une lueur à l’assaut des ténèbres. Elle continua à gémir contre son épaule, se raccrochant à la toile de sa chemise. Puis elle eut un sursaut et le repoussa.
    « C’est Marcus. J’ai contacté Marcus. Il a dit des choses… Je pense qu’il va se tuer. Et je ne peux rien faire… rien du tout… Il m’a échappé… »
    Martin pinça les lèvres.
    « Garance, Marcus est… »
    Il n’ajouta rien, la tint à bout de bras un instant, puis poussa un bref soupir et se leva. Valtameri aida la Chauntéenne à se remettre ses pieds, tandis que Martin s’éloignait. Elle sentit les larmes qui coulaient sur ses joues et plusieurs frissons l’ébranlèrent, sans qu’elle puisse les contenir.
    « Garance, il faut que tu te tranquillises, d’accord ? Je ne crois pas que Marcus va se tuer.
    — Qu’est-ce que tu en sais ? demanda-t-elle avec véhémence. Tu ne le connais pas ! »
    Martin lui fit face, une expression tourmentée sur le visage.
    « Je l’ai rencontré, plusieurs fois… dans des circonstances… Bref. Kerun a promis de s’occuper de lui dès que Soren serait en sécurité. »
    Elle resta stupéfaite.
    « Kerun… mais Marcus… est… Oh non… Martin, où est-il ? »
    Le Mélandien grimaça.
    « Garance, tu dois faire confiance à Kerun.
    — Non ! » s’exclama-t-elle, échappant à la poigne de Valtameri.
    Elle rejoignit Martin, qui recula jusqu’au mur puis leva des mains défensives.

    « Dis-moi où il est ! Moi seule peux lui venir en aide ! Moi seule !
    — Kerun avait l’intention de t’impliquer…
    — Mais quand ça ? Il sera trop tard ! Martin ! Je dois l’aider maintenant ! Si tu sais où il est, tu dois me le dire. »
    Il combattait quelque chose, mais elle n’avait aucune intention de le laisser s’échapper. Il lui avait assez menti, alors qu’il prétendait qu’ils étaient amis, elle voulait croire qu’il allait faire ce qui était juste.
    « Kerun pense qu’il est au Temple de Shar. »
    Elle écarquilla les yeux, demeurant muette.
    « Garance, je sais que…
    — J’y vais. »
    Elle fit volte-face et se dirigea vers la sortie de la chapelle. Martin la rattrapa en quelques pas.
    « Ce n’est pas sérieux… »
    Elle lui arracha son bras, qu’il avait saisi pour la retenir.
    « Si c’est sérieux. Mes amis sont en train de se faire tuer pour un gosse qu’ils connaissent à peine. Vous vous êtes sacrifiés pour me venir en aide alors que j’étais une étrangère. Je ne vais pas rester ici alors que Marcus est en danger. Tu peux dire ce que tu veux, ma décision est prise, et si tu ne la comprends pas, c’est que tu es un imbécile. »
    Martin soupira et passa une main lasse sur son visage empourpré.
    « Alors je viens avec toi. »
    Elle l’avait espéré.
    « Merci, répondit-elle avec chaleur.
    — Nous avons tout intérêt à nous équiper sérieusement avant de partir. » intervint Valtameri.
    Reconnaissante, la Chauntéenne adressa un sourire radieux au capitaine. Son expression déterminée la rasséréna. Martin connaissait Mélandis, et Valtameri savait se battre. Ils allait, ensemble, sauver Marcus, où qu’il soit.
    MJ en pause carrière


    “I'm afraid we shall waste an awful lot of time."
    "Don't worry, answered Snufkin. We shall have wonderful dreams, and when we wake up it'll be spring.”

  11. #251
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Bien accrochée au brise-lames
    Messages 
    36 619
    Quand Brandon redescendit de sa chapelle improvisée, il trouva ses trois compagnons plongés dans une sorte de léthargie qu’il supposait réflexive et qu’il espérait galvanisante. Othon se leva et l’accueillit d’un sourire. Rachel avait sa mine renfrognée habituelle. Rylvein semblait toujours un peu à côté de ses bottes, mais c’était peut-être son expression ordinaire : il avait vraiment un physique particulier.
    « Tout va bien ? demanda sobrement Othon.
    — Parfaitement bien. »
    Les deux autres s’approchèrent, curieux mais sans oser formuler leurs questions. Il savait qu’ils s’interrogeaient tous sur leur stratégie pour approcher Arthur et l’extraire du cortège impérial. Brandon sortit le Tarot de l’Aubaine de sa poche. Le jeu ne pesait presque rien et, hormis un léger scintillement, ne trahissait pas ses intentions chaotiques. En main, c’était autre chose : sa puissance était à peine contenue dans la boîte, elle pulsait au travers du bois travaillé, pénétrant ses doigts et sa paume, remontant en courant dans son bras jusqu’à l’épaule, la gorge, et le crâne. Ce n’était qu’une promesse, en réalité. Une promesse et une menace entremêlées.
    Mais il s’était uni à Tymora, dans le plus parfait abandon, et il ne doutait pas. La partie serait disputée, épique, et pourtant, il triompherait.
    Tous observaient sa main.

    « Comment ça marche, alors ? demanda Rachel.
    — Je vais tirer trois cartes. Puis nous irons.
    — Trois cartes seulement ? Et ça va suffire ?
    — Oh non, ça ne suffira pas.
    — Tu en tireras d’autres plus tard ? » demanda Othon.
    Brandon secoua la tête.

    « Sûrement pas moi. »
    Avec un sourire devant leurs mines interdites, il écarta les bras.
    « Je déclare que je vais tirer trois cartes. » annonça-t-il au destin.
    Il tapota l’arrière de la boîte, pour que les cartes en sortent. Par magie, elles se déployèrent en éventail. Le Tymoran ruisselait d’énergie divine, il percevait la présence de sa déesse dans chacune des fibres de son corps, à chaque battement de cœur, dans chaque respiration. Il n’avait pas peur. Il tira sa première carte.
    La Lune. Parfait.
    Les autres avaient retenu leur souffle.

    « Qu’est-ce que ça fait, la Lune ? demanda Othon.
    — Elle me donne accès à des sortilèges puissants, qui ne me sont normalement pas accessibles. »
    Le paladin haussa les épaules.
    « Ah, bien. »
    La carte se mit à scintiller puis elle disparut, retournant quelque part dans le paquet.
    « On pourrait s’arrêter là ? demanda le paladin.
    — Non, j’ai annoncé trois cartes, je dois tirer trois cartes. »
    Il en tira aussitôt une seconde.
    Le Soleil.
    Il y eut un crépitement. Brandon perçut très nettement le changement qui s’opéra en lui, la puissance qui enflait, dans son corps et dans son âme, un gain peu naturel mais irrépressible. Il était plus fort, plus expérimenté, plus dangereux pour ses ennemis.

    « Qu’est-ce qui s’est passé ? » demanda Rachel.
    Eux, bien sûr, n’avaient rien vu.

    « Il y a ce truc qui est apparu sur le sol… dit Rylvein en désignant quelque chose, aux pieds de Brandon.
    — Un deuxième jeu de cartes ? » demanda Othon, incertain.
    Personne n’osait le toucher. Brandon se pencha pour le ramasser. C’était effectivement un jeu de cartes, dans une boîte en vélin orné. Il en reconnut tout de suite l’usage.

    « Pas mal, murmura-t-il. Cela nous sera très utile. »
    Les trois autres le dévisagèrent, incrédules.
    « Faudrait quand même qu’à un moment, tu en dises plus, parce que moi, tous ces secrets, j’adore pas, dit Rachel, bras croisés.
    — D’abord ma dernière carte, puis je vous explique. » dit le Tymoran.
    Othon avait la main sur la poignée de son épée.

    « Si c’est les Parques ? demanda-t-il. Nous n'en avons pas parlé...
    — On prendra le temps nécessaire, dit Brandon.
    — C’est quoi les Parcs ? demanda Rachel.
    — Une carte maudite, murmura Rylvein, qui en savait manifestement plus que les Lathandrites.
    — On verra. » trancha Brandon, avant de tirer sa dernière carte, sans même y réfléchir.
    Malgré toutes les turpitudes des derniers mois, il était purement tymoran. Risquer, c’était vivre.
    C’était la Clé.
    Il contint un soupir de déception comme une épée apparaissait à ses pieds.

    « Bon, je suppose que je ne peux pas trop en demander, il faudra qu’on se contente de ça. »
    Il avait espéré les Parques… mais c’était mieux qu’elles ne soient pas apparues. La décision à prendre aurait mis toute leur équipée en péril. Tymora avait été sage, il devait l’accepter. Si elle avait jugé de ne pas leur confier pareil pouvoir, c’est qu’elle avait ses raisons. Ils prévaudraient autrement. Repoussant une pointe d’inquiétude, il se pencha pour ramasser l’arme dans son fourreau et la tendit à Rylvein.
    « Quoi ? murmura le demi-elfe.
    — Toi et moi utilisons le même type de lame, et je n’en aurai pas besoin. Prends-la. »
    Rachel grommela tandis que son voisin lui jetait un regard inquiet, mais il finit par prendre le fourreau d’une main incertaine.
    « Qu’est-ce qu’elle fait ?
    — Je n’en ai aucune idée. Mais elle fait immanquablement plus mal que la tienne. »
    Rylvein saisit la poignée et tira l’arme hors de son fourreau. La lame était bleu pâle et dégageait un froid intense. Il la rengaina aussitôt puis entreprit d’échanger les deux épées, pour profiter du don des cartes. Brandon rempocha le jeu de Cartes Merveilleuses, Othon relâcha sa respiration.
    « C’est assez ? Un jeu de cartes, une épée… Des sortilèges ?
    — Bien assez, ne t’en fais pas. Vous êtes là, vous aussi. » s’exclama Brandon en lui tapotant l’épaule.
    Il ne fallait pas en douter. Il balaya la petite assemblée du regard.

    « Bon. Voilà le plan : on va aller se mêler aux badauds qui sont autour de la Place des Temples. Il y aura un service de sécurité conséquent, immanquablement, mais il suffira de passer les contrôles pour qu’on nous laisse tranquilles.
    — Comment va-t-on passer les contrôles, au juste ?
    — A l’aide de magie. Ne vous en faites pas. Une fois que nous serons dans le périmètre, nous… serons forcés d’improviser. Mais Tymora et Lathandre aiment ça, donc tout ira bien.
    — Formidable, dit Rachel en levant les yeux au ciel.
    — Notre avantage, c’est qu’hormis nous quatre et Arthur, nous pouvons sans problèmes nous lâcher sur tous les autres. Rachel, tu as une maîtrise du feu qui ferait rougir un élémentaire. Othon peut balayer le mal et il y en aura plein. Notre seul souci est d’exfiltrer Arthur et ça, je pense que c’est Rylvein qui peut s’en occuper.
    — Quoi ? Moi ?
    — Oui. Tu peux passer pour un Mélandien. Tu en as… le style. »
    Le demi-elfe grimaça.
    « Quand ce sera le bordel, tu t’occupes de lui.
    — Je ne sais même pas à quoi il ressemble.
    — Un peu à moi, dit Othon. Grand, blond, large d’épaules…
    — Mais sans doute un peu moins bien nourri, remarqua Brandon. Et puis il sera fatalement au centre de toutes les attentions, près de l’Empereur.
    — Tu vas vraiment lui confier Arthur ? A lui ? intervint Rachel, scandalisée.
    — Oui.
    — Et s’il le prend en otage ? Il pourrait nous vendre pour se racheter une conduite !
    — Ne me donne pas de mauvaises idées, grommela l’elfe noir.
    — Rylvein sait que même s’il sauvait la vie de l’Empereur, il sera quand même exécuté. » annonça Brandon avec un sourire narquois.
    A la mine de l’esclavagiste, il était difficile de savoir ce qui lui traversait l’esprit. Rachel lui avait sans doute, effectivement, suggéré une chose à laquelle il n’avait même pas pensé. Restait à savoir s’il pourrait contempler pareille trahison. Ce n’était pas impossible, Brandon était obligé de l’admettre. Il pinça les lèvres.

    « Je ne vous trahirai pas, dit le demi-elfe, sobrement.
    — Hum. » fit Rachel.
    Son manque de foi était en fait la chose la plus à même de saper la bonne volonté de Rylvein.

    « J’en suis sûr. » dit Brandon.
    Il allait devoir surveiller le demi-drow, d’une manière ou d’une autre, mais il avait la certitude que Tymora l’aurait averti si sa présence avait constitué un danger. Les rapports se modifiaient encore, cependant, et la loyauté d’hier pouvait se métamorphoser en débâcle.

    « Et qu’est-ce que je fais de cet Arthur, alors ? demanda Rylvein.
    — Tu connais un peu la Place des Temples ?
    — Oui. Un peu. »
    Il n’extrapola pas mais Brandon devina qu’il y était venu pour affaires.
    « Tu l’emmènes dans le Temple de Beshaba.
    — De Beshaba ?
    — Oui. Sous le porche. Il est en réfection, nous l’avons vu hier. Je t’y retrouverai. Nous nous y retrouverons tous.
    — Et ensuite ?
    — Vous verrez à quoi servait la Lune. »
    Il eut un sourire ravi. Mélandis allait connaître une apothéose formidable à son foutu Triomphe, et tant pis pour les retombées.
    MJ en pause carrière


    “I'm afraid we shall waste an awful lot of time."
    "Don't worry, answered Snufkin. We shall have wonderful dreams, and when we wake up it'll be spring.”

  12. #252
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Bien accrochée au brise-lames
    Messages 
    36 619
    Martin était persuadé de commettre une erreur monumentale, dramatique, certainement meurtrière, mais il ne pouvait pas faire autrement. L’outrage et la souffrance de Garance ne lui permettaient pas de se dérober, et à présent qu’il avait tranché — trahi, en fait, il avait trahi et à chaque seconde, c’était pire — il ne pouvait qu’aller de l’avant. Ce qui viendrait ensuite, il y ferait face. Kerun avait compris qu’il pourrait opter pour cette voie, il ne serait pas surpris. Enfin… il serait sans doute stupéfait qu’il l’ait fait de manière aussi radicale. Ils étaient passés par l’armurerie et avaient pris ce qui leur semblait le plus utile : Garance et Valtameri s’étaient armés, mais Martin était resté interdit et avait fini par emporter une dague, pour dire que, ainsi qu’une armure de cuir soi-disant légère, mais qu’il trouvait beaucoup trop rigide. Ensuite, ils étaient sortis. Et c’est là que la trahison de Martin avait pris une dimension extrême : lui seul savait comment sortir de la planque, et il le savait parce que Kerun ne le lui avait pas caché lorsqu’ils étaient partis vers le Palais, la veille. Il avait mémorisé le parcours, mais aussi les mots à prononcer pour franchir les glyphes, l’endroit où poser les pieds pour éviter les pièges et les manipulations à effectuer pour débloquer les portes dérobées. L’elfe avait eu confiance en lui, et il s’était lourdement trompé. Martin n’était pas fiable, ne l’avait jamais été, dansait comme une girouette dans le vent. Valtameri avait raison : il ne pouvait pas continuer comme ça, à vaciller d’un côté puis de l’autre, sans parvenir à choisir.
    Non, en vérité, choisir, il venait de le faire.
    Il essaya de bloquer ces pensées assassines : ils allaient au-devant d’un grand danger — pire que ça — et il devait être pleinement concentré sur leur objectif. Garance le suivait, Valtameri derrière, et ils émergèrent en bordure de la Houleuse, dans les replis de la berge, par un conduit d’évacuation à sec. Martin se glissa jusqu’à la route en contrehaut pour vérifier que la voie était libre et fit signe à ses compagnons de le suivre. C’était déjà la fin d’après-midi et il faisait étouffant. Il transpirait sous son armure stupide et les relents de la Houleuse firent tousser Garance. Valtameri était stoïque sous son capuchon mais chacun de ses pas se marquait, humide, dans la poussière. Ils étaient à l’extrême est de Mélandis et ils remontèrent la rivière. Il y avait une foule démente, excitée, et Martin devina que le cortège de l’Empereur était déjà passé et parti. Vu la densité de personnes, le trio passa complètement inaperçu. Ils cheminèrent en file indienne, sans parler, jusqu’à atteindre le premier pont sur la Houleuse. Ils durent aussitôt déchanter : il y avait un barrage en place, qui filtrait le passage. Martin jura à mi-voix. Il devait y avoir des souterrains menant directement du Temple de Moandre au bon côté de la rivière, mais il ne les connaissait pas.

    « On est coincés, souffla Garance. Est-ce qu’on peut passer par en bas ? »
    Ils jetèrent un coup d’œil en contrebas, vers l’eau brune. On apercevait une barge plus loin, à l’entrée de la ville, mais la circulation fluviale semblait presque suspendue.
    « Ce ne sera pas discret, à moins de disposer d’un sort d’invisibilité. » dit Valtameri.
    La Chauntéenne soupira.

    « Je suis sûre que nous aurions pu trouver ce genre de choses chez les Moandrins. Des potions, a minima.
    — On ne va pas refaire le chemin à l’envers, dit Martin. On va y aller au culot. Au pire, on sera rembarrés… »
    Valtameri acquiesça, Garance aussi, une lueur un peu folle dans les prunelles. Martin se demanda s’il avait pris la bonne décision… et se résigna. Trop tard, trop tard, de l’avant, comme un bon Lathandrite. Ils se glissèrent dans la file des gens qui essayaient de gagner un droit de passage vers l’autre bord. L’attente leur parut interminable. Martin restait focalisé sur la fiction qu’il allait servir aux gardes. Derrière lui, la respiration de Garance était presque haletante, mais il essaya de se convaincre que c’était un effet de la chaleur. Elle avait pris le bras de Valtameri, qui demeurait détendu ou plutôt simplement illisible.
    « On ne passe pas. » dit un des gardes quand ils arrivèrent à la barrière.
    Ils étaient six, en armure, tabard brodé aux couleurs mélandiennes, mais aucun ne semblait mage ou prêtre. Il y avait sans doute des barrages plus sécurisés dans le Noyau Occulte, mais un premier tri s’effectuait apparemment sur les ponts. C’était audacieux, de fermer la moitié de la ville, mais digne de l’Empereur. La plèbe vivait de toute façon au nord et n’était jamais bienvenue dans les quartiers riches, érudits ou morbides.

    « Dame Florentia de Morneroc est attendue au Triomphe de l’Empereur. »
    Martin se décala légèrement pour que l’homme en faction puisse voir Garance. Son visage révéla qu’il était impressionné : les Morneroc étaient l’une des quatre grandes familles de la cité, particulièrement respectée dans les cercles martiaux.
    « Les Morneroc sont passés avec l’Empereur, par le pont ouest, remarqua un second garde, peu assuré.
    — Dame Florentia a eu besoin de se reposer après les combats matinaux, reprit Martin. La chaleur, je suppose que vous comprenez. »
    Les hommes étaient en nage, tous les six, exposés sans la moindre protection aux rayons ravageurs du soleil, et pour des heures encore. Ils étaient indécis, Martin pressa son avantage, mimant un léger agacement. Derrière lui, Garance s’éventait en soupirant.
    « Si vous vérifiiez sur vos listes ? Je suis sûr que le nom de Dame Florentia y figure. »
    Bon, la véritable Dame Florentia avait près de quatre-vingts ans. Elle était peut-être d’ailleurs morte. Martin était prêt à parier que, de toute façon, elle n’aurait jamais fait le déplacement depuis Armonis pour le Triomphe, surtout en cette saison.
    « Nous n’avons pas de listes, dit un homme plus âgé,sans doute l’officier. Les contrôles d’identité ont lieu à proximité des Temples. »
    C’était logique, il y avait d’autres bonnes raisons de vouloir traverser.
    « Qui êtes-vous, vous ?
    — Je suis le très humble Etienne Monsoir, le valet de Madame, et voici l’honorable Malien de Staple, son garde du corps. »
    Les regards s’attardèrent évidemment sur le capitaine Valtameri : c’était un génasi d’eau, indéniablement, une créature rarissime, étrange, qui aurait dû rester planquée sous terre jusqu’à leur départ de Mélandis. Mais voilà, il y avait eu une urgence, et elle les avait emportés. La présence du capitaine était un réconfort, pour Martin. Elle signifiait que ce qu’ils étaient en train de faire n’était pas complètement n’importe quoi. A moins qu’il n’ait perdu la tête, lui aussi. Martin ne voulait même pas y penser.
    « Très bien. Il y a des contrôles dans toutes les rues autour de la Place. Présentez-vous sans tarder si vous espérez encore avoir une place. Le cortège termine son tour du Havre et va bientôt déboucher dans l’avenue du Noyau. »
    Il restait donc une demi-heure à tout casser avant l’intervention de Kerun pour sauver Soren. Comment réagirait-il quand il saurait qu’ils étaient partis, qu’ils s’étaient rués au Temple de Shar, comme des imbéciles ?
    Martin le savait très bien, en fait : Kerun viendrait les chercher.
    Il s’en voulut férocement d’imposer pareille tâche à l’elfe, de l’obliger à risquer à nouveau, alors qu’il était épuisé et à cran.

    Garance lui prit le bras.

    « Et maintenant ? »
    Ils avaient traversé le pont. A leur gauche s’étendait la vaste nécropole, dont la malignité suintait en plantes épineuses par-dessus les murs et les grilles. A leur droite, le quartier occulte, son université gigantesque, et le reste. Ce n’était pas leur première visite. L’incursion précédente n’avait pas été un succès.
    « Passer les contrôles d’identité va être plus compliqué. Elle existe, cette Florentia ? demanda Valtameri.
    — Oui. Mais nous ne pourrons pas les leurrer aussi facilement que ceux-ci : il y aura des mages, une zone de vérité, nous ne nous en sortirons pas.
    — Comment va-t-on faire, alors ? demanda Garance, nerveusement.
    — On va passer par l’intérieur.
    — Le sous-sol ?
    — Non. L’intérieur d’un bloc. Les barrages sont dans la rue. Si on passe par les maisons, ils ne nous verront pas. »
    Il emprunta la première rue à droite. La rivière était masquée par une série de petits entrepôts. En face, des maisons de trois ou quatre étages s’échelonnaient, chacune avec une boutique au rez de chaussée. Toutes étaient fermées pour l’occasion. La rue était pratiquement déserte, mais Martin se doutait qu’il y avait des agents en surveillance.
    « On va rentrer chez nous. Dans une de ces maisons. Puis on passera par l’intérieur.
    — Il y a des portes communicantes ?
    — Pas forcément dans les maisons, mais on peut passer par les cours.
    — Comment on va entrer ? demanda Garance.
    — Avec aplomb. » répondit-il.
    Sans hésiter, il se dirigea vers une porte, celle d’une boutique vendant du parchemin, et sortit un petit crochet de métal de sa poche. Il le plongea dans la serrure sous la poignée, et il ne lui fallut pas plus de trois battements de cœur pour entendre le déclic. Il poussa la porte, entra, et ses deux compagnons le suivirent rapidement.

    « Comment tu as fait ça ? souffla Garance.
    — J’ai appris à crocheter des serrures de base à Luménis, avant de partir. Mais il y a sans doute un glyphe… par prudence, si tu peux le dissiper ? »
    Elle s’exécuta sans attendre, conjurant une douce magie verte et dorée.
    « Je n’aurais pas pu le faire sur un dispositif complexe, mais le parchemin, c’est pas très cher… les voleurs ne visent pas ce genre de magasin. »
    Il faisait sombre et silencieux. Ils avancèrent dans la boutique en tant que telle, avec ses casiers multiples, tous emplis de feuilles empilées, de couleurs variées, dans des matières plus ou moins précieuses, du vélin au papier végétal. Ils traversèrent la pièce, dépassèrent le comptoir et franchirent la porte qui donnait sur l’arrière. Ils traversèrent une première petite salle, qui servait de bureau, puis débouchèrent dans un espace de stockage bien ordonné, à l’atmosphère sèche et poussiéreuse. On devinait la lumière du jour sous une nouvelle porte et ils cheminèrent à la queue leu leu jusque là.
    « Est-ce que s’il y a quelqu’un sur les toits, on ne risque pas d’être vus ? demanda Valtameri à mi-voix.
    — Je suppose qu’on pourrait passer par l’intérieur… mais défoncer un mur risque de faire du bruit… Nous devons progresser d’une centaine de mètres, si nous voulons dépasser le barrage… Mais si nous traversons le bloc en diagonale vers la gauche, nous gagnerons du temps, en arrivant directement dans la rue qui borde le Temple de Baine. Je suppose que les hommes embusqués sur les toits surveillent surtout la rue.
    — Il y a peut-être des arbres, dit Garance.
    — Peut-être. »
    Il n’était pas convaincu, mais de toute façon, il faudrait faire avec. La porte était verrouillée de l’intérieur, aussi se contenta-t-il de lever le loquet pour atteindre la cour. Il avait à moitié espéré que Garance aurait un sortilège utile à leur proposer, mais il n’en était manifestement rien. Il fallait qu’il bloque toute pensée : cette initiative était vouée à l’échec, pourquoi diable s’était-il embarqué là-dedans ?
    Parce qu’il n’avait pas supporté l’idée de mentir à Garance une seconde fois. Au fil des années, il était devenu dur, porté sur la survie, la sienne, avant tout. Aider les autres était inutile, ils étaient fauchés, toujours, quoi que l’on tente, il l’avait vécu mille fois, le déchirement de la perte, les larmes vaines, l’injustice du destin, implacable, dans la souffrance. Il s’était adapté, métamorphosé petit à petit pour gagner en force et en cynisme, indispensable carapace face à la réalité d’une vie d’esclave à Mélandis. Et puis Mersant, puis Luménis, avaient sapé tout ce travail accompli. Résultat des courses, il faisait n’importe quoi.

    L’espace intérieur du bloc était envahi par des constructions de petite taille, cabanons et autres remises, par des murets et des clôtures, ainsi que par une végétation qu’on avait plus ou moins entretenue selon les jardins. Il y avait une glycine tentaculaire le long de la façade de la maison voisine, qui avait à moitié défoncé le mur de séparation entre les deux jardins dans sa recherche de nouveaux supports et Martin s’engagea dans son ombre sans tergiverser. Une ligne de pins formaient de l’ombre le long du mur suivant, vers le centre de l’îlot et il poursuivit dans cette direction, jetant un œil derrière son épaule, mais non vers le haut, de crainte d’y apercevoir un guetteur qui aurait mis fin à leur escapade. Le cortège devait être en train d’aborder la dernière avenue avant la Place : tous les agents mélandiens avaient probablement dirigé leurs regards dans cette direction, opposée à l’endroit où ils se trouvaient. Mais Kerun les disait nombreux… et aucun des membres de leur trio n’avait de don pour l’infiltration.
    Arrivé en bout de mur, il osa regarder vers le haut. Le bleu du ciel était presque aveuglant et le soleil, bien que descendant, transformait tout en silhouettes noires. Il ne vit personne. Il y avait une petite porte qui séparait la parcelle où ils se trouvaient de la suivante et il en crocheta la serrure, sans mal. Ils débouchèrent dans un appentis obscur où s’alignaient des cages vides, couvertes de fientes et de duvet poisseux. Martin commença à se frayer un passage vers la lumière quand il entendit, toute proche, trop proche, une voix qui fredonnait. Il y eut un vif mouvement sur sa droite puis le silence. Valtameri recula. La voix s’était tue. Martin contourna la pile de cages et découvrit un corps étendu sur le sol, face contre terre, un jeune homme dans des vêtements frustres, un employé, peut-être un ancien esclave. Son seau s’était renversé, son éponge était encore dans son poing crispé, il avait été en train de nettoyer une cage quand Valtameri l’avait frappé. Martin s’agenouilla pour poser deux doigts à la base de sa gorge. Il était encore vivant. Était-ce une bonne ou une mauvaise chose, difficile d’en juger.

    « Avançons, dit le capitaine.
    — Attendez. » dit Martin.
    Il fit rapidement les poches de l’homme assommé, mais ne trouva rien d’intéressant.

    « Est-ce qu’on est assez loin dans le bloc ? demanda Garance.
    — Pas encore. Il faudrait avancer de deux jardins vers la droite pour être sûrs. »
    La jeune femme acquiesça, le regard fiévreux, sans prêter la moindre attention à la victime de leur escapade. Martin se releva en se morigénant intérieurement. Il devenait sentimental, c’était mauvais, très mauvais. Heureusement que les Luméniens étaient là pour le garder dans le droit chemin. Un comble.
    De l’appentis, ils gagnèrent un nouveau mur, sur lequel grimpait une vigne tortueuse. Il leur fallait tenter leur chance car aucun autre passage n’était possible à proximité. Martin offrit de faire le guet pendant que Valtameri et Garance tentaient l’escalade. C’était inutile, car s’il voyait quoi que ce soit, que feraient-ils ? Rien du tout. Mais les toits semblaient déserts et il ne vit personne aux fenêtres. Si certains étaient obligés de travailler aujourd’hui, ils étaient sans doute trop occupés pour passer leur temps à admirer la luxuriance de la végétation. Valtameri agita la vigne pour lui signifier qu’ils l’attendaient et il grimpa rapidement, se laissant glisser dans de gros buissons épineux et fleuris, qui couvraient l’arrière du nouveau jardin. Ils restèrent à l’abri de ce couvert hirsute, plus ou moins protégés des épines par leurs vêtements, dérangeant des abeilles en plein travail, puis se frayèrent un passage à travers une haie. En son centre se trouvait un filet de mailles métalliques, mais Martin avait emporté un menu matériel adéquat et il ne lui fallut que quelques minutes pour y découper un passage. Ils ressortirent de l’autre côté couverts de fragments de feuilles et de brindilles. Il faudrait qu’ils prennent le temps de se nettoyer avant de sortir dans la rue.

    « C’est bon ? souffla Garance.
    — Oui. » répondit Martin.
    Les maisons qui jouxtaient le Temple de Baine abritaient également des boutiques, mais certaines servaient d’auberges, de comptoirs ou d’écuries. Les Bainites trafiquaient de nombreuses espèces vivantes, et ils avaient besoin de traqueurs pour leur ramener des créatures précieuses. Certaines compagnies occupaient des locaux à côté du siège de leurs meilleurs clients et Martin ne voulait pas tomber par hasard sur des chasseurs endurcis, qui auraient tôt fait de les maîtriser et de les livrer aux autorités. S’ils étaient pris, leur destin serait sanglant et douloureux. Il demanda donc aux autres de rester en arrière tandis qu’il se faufilait vers la façade, de palmier en laurier, avec prudence. Il semblait n’y avoir personne dans l’arrière-cour, qui était vide et exposée, son sable d’un blanc étincelant. Martin n’était plus venu dans cette partie du Noyau Occulte depuis très longtemps : les jours précédents, ils étaient toujours arrivés de l’ouest, et lors de leur incursion au Temple de Beshaba, ils n’avaient pas eu besoin de contourner celui de Baine. En bref, il n’avait plus aucune idée de ce qui se trouvait là. Cette cour immaculée pouvait être dévolue aux entraînements d’un groupe de mercenaires. Elle pouvait aussi appartenir à n’importe qui d’autre.
    Il soupira. La porte était toute proche, il suffisait de faire quelques pas, en pleine lumière, pour la franchir et disparaître. Ils risquaient d’être vus. Il risquait d’y avoir quelqu’un à l’intérieur. Mais de toute façon, même s’ils passaient, ils risqueraient pire à chaque pas supplémentaire vers le Temple de Shar.
    Il songea à prier Beshaba de l’épargner, elle qui avait présidé à chaque seconde de sa vie depuis le jour où il s’était endormi sur le promontoire surplombant son village, treize ans plus tôt, un beau jour printanier, comme aujourd’hui. Mais il se ravisa et adressa quelques pensées à Tymora, et d’autres à Lathandre. Marcus était son prêtre, et il était plongé dans les ténèbres. Quant à leur trio imprudent, il avait besoin de chance, terriblement.
    Puis il repartit en arrière, avertit Garance et Valtameri, et ils s’élancèrent.
    La chance était avec eux car la porte était ouverte, et ils entrèrent aisément dans la maison. Elle l’était moins car il y avait deux hommes à l’intérieur. C’était la boutique d’un tailleur et des artisans reprisaient des aubes noires. A nouveau, Martin n’eut pas le temps de s’inquiéter. Valtameri bondit en avant, la lame au clair, et il frappa les deux malheureux pris par surprise, sans frémir et sans pitié. Massacrer des hommes désarmés semblait ne poser aucun problème à ses acolytes, et Martin devina que le fait d’être mélandiens les condamnait, tout simplement, quelle que soit leur histoire, ou la couleur de leur cœur.
    Tymora n’avait pas dit son dernier mot car les aubes sur lesquelles ils travaillaient appartenaient à des Sharites, et soudain, s’introduire dans le Temple de la Nuit parut moins illusoire.
    MJ en pause carrière


    “I'm afraid we shall waste an awful lot of time."
    "Don't worry, answered Snufkin. We shall have wonderful dreams, and when we wake up it'll be spring.”

Page 9 sur 9 PremièrePremière ... 789

Discussions similaires

  1. Réponses: 4
    Dernier message: 11/10/2020, 12h53
  2. [Annales RP] Parallèles
    Par Galathée dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 199
    Dernier message: 08/01/2018, 21h20
  3. [Annales RP] Des fleuves invisibles...
    Par Galathée dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 5
    Dernier message: 22/01/2014, 10h09
  4. [FAQ] Les mondes parallèles
    Par Seina dans le forum Les mondes parallèles
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/08/2005, 18h33

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250