Page 4 sur 4 PremièrePremière ... 234
Affichage des résultats 91 à 120 sur 120

Discussion: [Annales RP] Exils / Parallèles 2

  1. #91
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Marcus, de son côté, se satisfaisait parfaitement de l’absence du Tymoran dans leur cabine. Il avait plus de place, plus d’intimité, et pouvait sauter les prières de l’aube sans attirer l’attention de personne. Il partageait son temps entre l’intendance, le rangement et le nettoyage des lieux, et autres menues tâches domestiques, comme le reprisage des chaussettes, le remplacement de l’huile dans les lampes et quelques coups de marteau sur des clous qui dépassaient dans les escaliers. Au bout de deux jours, Guéric avait suggéré à Constance de le recruter de manière permanente. Deux jours plus tard, après avoir été houspillé pour avoir mis de la boue dans la coursive et avoir trié ses vêtements sales dans les mauvaises caisses de lessive, le halfelin avait vocalement changé d’avis, devant le même public. Tout cela était bon enfant. Marcus se plaignait avec ironie, les autres profitaient de son travail avec reconnaissance, la Vouivre glissait sur l’eau.

    De manière naturelle, sans qu’il le cherche, Marcus se faisait aussi réceptacle des confidences des uns et des autres. Cela se produisait spontanément, à l’improviste, et s’il était un peu effrayé, le Lathandrite ne luttait pas. Curieusement, son détachement passait pour une certaine empathie. Il ne se laissait pas emporter par l’horreur ou les larmes, il demeurait stoïque, plaçait quelques phrases bateaux ici et là, des réparties pétries de bienveillance lathandrite, qui lui venaient sans qu’il doive y réfléchir. Il n’en était pas honteux, juste résigné, et c’était si efficace qu’il commençait à se demander si ce n’était pas la méthode qu'utilisaient tous ses confrères. C’est comme ça qu’il en apprit davantage sur la possession de Valtameri aux mains d’Umberlie, et les exactions dont il s’était rendu coupable, notamment auprès de leur capitaine. C’est Guéric qui lui en fit le récit, un soir où ils faisaient la vaisselle ensemble dans la coquerie, et Marcus supposa que Brandon parviendrait à faire oublier le génasi à la jeune femme. La Liberté avait perdu trois membres d’équipage dans les événements qui s’étaient déroulés sur l’île de Mersant, mais les autorités luméniennes étaient intervenues, ce qui avait permis à Guéric et Constance de survivre. Rosélia, Tybert et Rémiel étaient de nouveaux marins.
    C’est aussi à la faveur de confidences imprévues que Marcus comprit pourquoi Rosélia désapprouvait la relation entre le Tymoran et Dame Lamalice. Celle-ci avait un prétendant assidu, depuis des années, en la personne de Seskan, le prêtre lathandrite qui s’était rallié à leur cause et gérait leur opération depuis un entrepôt anonyme dans le port de Luménis. Voir qu’elle tombait dans les bras d’un étranger alors même qu’à quai, elle avait un amoureux transi, dévoué, et, aux dires de Rosélia, sans le moindre défaut, semblait scandaleux. Marcus n’était pas sunite, mais il aurait pu dire que, malheureusement, l’amour se jouait de ce genre de choses. Il sortit quelque chose d’autre, bien sûr, de plus approprié à son interlocutrice.
    Rémiel avait aussi son histoire triste à raconter, d’un père déporté pendant la dictature (désormais de retour à Luménis grâce à la Réunion) et d’un frère mort pendant la guerre toute récente, sur le front d’Aghoralis. C’était plus classique, de nombreux Luméniens avaient des histoires similaires à raconter, et le Temple de Lathandre en avait accueilli des centaines, veille après veille, durant la guerre et après. Marcus n’avait jamais fait partie des clercs qui s’en occupaient, mais certains y avaient passé des jours et des nuits entières, à compatir, écouter, réconforter cette misère devenue ordinaire. Trente mille morts dans la dictature, combien de milliers dans ce conflit distant ? Marcus n’en avait aucune idée. Il n’était pas expert dans la gestion des idées noires, ni les siennes, ni celles des autres.

    Et quand il n’était ni occupé au ménage et à l’intendance, ni à recueillir des confidences, Marcus se penchait lui aussi sur le plan de Mélandis. Ce n’était pas le même que celui qu’utilisait Brandon, c’était une version plus usée, annotée, qu’il avait trouvée en rangeant la réserve, roulée et tombée derrière des cageots de légumes. Comme Devlin n’occupait plus sa cabine, il était facile pour l’intendant de la déplier en toute intimité pour examiner les endroits qui l’intéressaient. En fait, un unique endroit : le Temple de Shar. Il se situait dans le Noyau Occulte, un quartier qui semblait rassembler un nombre élevé de lieux dangereux, liés au savoir, à la magie et aux dieux. Des temples, l’Ecole du Nécronomicon, une bibliothèque, un musée, un théâtre. C’était curieux que les puissances sombres se soient rassemblées alors qu’elles se haïssaient : Baine, Beshaba, Shar, dans un mouchoir de poche, Kossuth un peu plus loin. Il y avait un autre groupe de temples dans les taudis — l’Antre des Miséreux, un nom bien ronflant pour un endroit aussi déprimant — et un temple de Tempus plus vers l’extérieur. Plus aucune trace du Temple de Talos. C’était étrange, une telle oblitération d’un dieu qui avait régné, auparavant, en maître sur la ville. Mais Marcus supposait que l’effacement de son nom était une décision politique, et qu’il devait y avoir des ruines quelque part, et un sanctuaire clandestin où des fidèles zélés louaient encore son nom. Mais la nouvelle Mélandis n’avait plus qu’un dieu, son jeune empereur, qui avait mené ses troupes à la victoire contre les forces combinées de Manost et Luménis, et son temple était le palais impérial. De cela, Marcus se souciait peu : le Temple de Shar, seul, l’intéressait. Il n’y en avait malheureusement qu’un tracé imprécis, un rectangle gris sur le parchemin jaune, sans la moindre indication. Ceux qui avaient utilisé la carte avaient dessiné des flèches dans une zone des quais, autour de Thermes, près de Temple de Baine et aux environs du Stade. Marcus ne craignait pas vraiment de priver les gens de la Réunion d’un objet critique à leurs travaux car, s’il devait se fier à la couche de poussière qui s’était déposée sur la carte, et à la couleur qu’avait prise l’encre, il pariait que le document avait plus d’un an, peut-être deux. Les souris en avaient d’ailleurs rongé une partie, sur le bas, mais sans abîmer les lieux d’intérêt. Ses intentions demeuraient nébuleuses, mais il savait qu’il irait jusque là, le siège de tout le mal qui l’avait hanté ces dernières années. Ce qu’il y ferait, en revanche… Il n'en avait pas la moindre idée.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  2. #92
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Brandon n’était pas particulièrement féru de pêche, mais cela lui permettait de s’occuper tout en scrutant les navires qui croisaient aux alentours. Il ne s’intéressait guère à ceux qui descendaient la Houleuse, mais gardait un œil vigilant sur tous ceux qui la remontaient. Malheureusement, assez rapidement, l’encombrement du cours d’eau ne permit plus beaucoup de variabilité dans leurs compagnons de rivière : une fois qu’ils avaient un voilier devant, une galère derrière, ils les conservaient jusqu’au point de mouillage. Au crépuscule, il était donc particulièrement attentif aux bateaux qui s’étaient déjà arrêtés et qu’ils dépassaient en cherchant un endroit où s’amarrer. Il y avait toutes sortes d’embarcations, à voiles ou à rames, longues d’une toise ou de dix. La plupart paraissaient dévolues au transport de marchandises, d’autres à celui de passagers, mais il y avait aussi des navires plus rapides, qui semblaient appartenir à une milice ou l’autre, parfois à l’armée régulière. Les armoiries mélandiennes, aigle blanc sur fond sanglant, battaient à de nombreux mâts, mais Brandon reconnaissait l’empreinte des dieux dans la main de Baine, le cercle de Shar, le crâne de Cyric ou la double vague d’Umberlie, et il découvrait aussi les étendards de seigneurs locaux, probablement, qui ne lui disaient rien. En réalité, il ne connaissait pas grand chose à la politique mélandienne : il savait qu’ils avaient un Empereur, fils de l’Impératrice Venuma, qu’il avait gagné la guerre et qu’il prétendait à un rang quasi divin. Brandon n’avait aucune envie de le rencontrer mais le Palais Impérial figurait parmi les destinations plausibles de Soren. S’il fallait s’y frotter, ainsi soit-il. Kerun aurait été utile, évidemment. Brandon était certain que l’elfe devait disposer d’informations nombreuses sur la cité mauvaise. Mais s’il avait une piste pour récupérer le sculpteur, il n’avait aucun début d’information sur l’endroit où pouvait se trouver l’agent secret.

    Il eut beau scruter, scruter et scruter encore, il ne vit rien, aucune trace d’une personne connue, sur aucun pont, derrière aucun hublot, ou sur la rive. Il ne perdait pas espoir, cependant. Il lançait ses sortilèges de communication, chaque jour, et Marcus lui avait expliqué que ce qu’il ressentait n’était probablement pas la mort, car elle se marquait profondément et violemment, comme un gouffre cruel, et quand il cherchait Othon ou Soren, il trouvait le vide. Le cas de Kerun était moins clair, plus agité, il avait l’impression qu’il aurait pu le toucher mais qu’il se heurtait à une sorte de brume. Là encore, il n’avait pas le sentiment que cela correspondait à ce que lui avait décrit le Lathandrite. Parfois, il doutait de ce que disait Marcus, se demandant s’il essayait de lui remonter le moral, ou s’il disait la vérité. Mais dans le fond, il avait envie de le croire. Alors il persévérait.

    Au bout de quatre jours de voile, ils arrivèrent à Rivenalis, un bourg situé sur la rivière, à l’endroit de l’unique pont qui l’enjambait. C’était une construction impressionnante, large et ancienne, avec une section à levis, qui permettait aux voiliers de passer. Ils furent coincés un peu en aval, car il y avait une file pour le franchir, et patientèrent un long moment, jusqu’au coucher du soleil, avant de pouvoir se faufiler dans l’ouverture. Le capitaine Lamalice emmena ensuite la Vouivre dans le port creusé juste après. Il était trop tard pour aller faire des emplettes, il leur faudrait donc se ravitailler pendant la matinée du lendemain, et repartir à la mi-journée. Mais le pire était fait, ils avaient passé le pont, c’était relâche. Guéric et Rémiel descendirent à terre pour aller sonder les lieux – Rivenalis était une cité déjà beaucoup plus « mélandienne » qu’Anarelis – tandis que les autres restaient à bord. D’abord hésitant, Brandon se joignit à eux. Il avait l’intention, à nouveau, de chercher des informations sur les bateaux qui étaient passés et leurs éventuels passagers d’importance.
    « C’est une ville beaucoup moins facile qu’Anarelis, dit Constance, quand il lui annonça sa décision. Tu ferais mieux de rester avec Guéric. Il t’évitera les ennuis. »
    Brandon avait plutôt l’impression que le halfelin attirait les ennuis, à en croire les récits imagés de diverses catastrophes que l’équipage avait provoquées au fil des mois dans les bourgs fluviaux, qui avaient émaillés de nombreux repas.
    « Je ne voudrais pas vous créer des problèmes…
    — Brandon, ta meilleure chance de venir en aide à tes amis est de garder un profil bas.
    — Tu dis ça mais la situation sera la même… et sans doute plus épineuse, en fait, une fois que nous serons à Mélandis. Ici… J’ai davantage de latitude. Si je peux intervenir avant que Soren ne soit piégé dans un endroit hautement gardé… Il faut que je le fasse. Je ne suis pas un petit prêtre débutant… Ma force de frappe n’est pas négligeable. Et si je libère Soren… Ce n’est pas un débutant non plus, même s’il n’est pas forcément très porté sur l’action. »
    Le capitaine soupira mais n’essaya pas de le dissuader davantage et Brandon promit de rester avec Guéric, du moins dans un premier temps. Il avait du mal à comprendre comment quelqu’un qui faisait partie d’un groupe qui avait, pendant des années, libéré des esclaves à Mélandis même, pouvait être à ce point réticente à l’idée d’agir, mais de ce qu’il avait compris, Constance était seulement capitaine de navire et ne participait jamais aux interventions. De plus, et il était tombé des nues en l’apprenant, la majeure partie des sauvetages de la Réunion étaient réalisés de manière légale : ils localisaient puis rachetaient les esclaves, mais n’organisaient quasiment jamais des évasions. Les quelques-unes qu’ils avaient montées s’étaient généralement terminées de manière chaotique – avec un certain taux de réussite, cependant.

    Rivenalis était grise, boueuse malgré la saison, et les regards qui se posèrent sur le trio mirent Brandon d’emblée mal à l’aise. Les bâtiments étaient en relativement bon état, mais les volets étaient fermés et souvent renforcés de barreaux solides. Des hommes armés traînaient ça et là, certains en uniforme, mais pas toujours le même. Il n’y avait que des humains et Guéric détonnait, mais il semblait s’en soucier comme de sa dernière paire de chaussettes (c’est-à-dire, d’après Marcus, pas du tout). Tout puait la vase, encore plus fort que sur le fleuve en lui-même. Le halfelin les guida jusqu’à une taverne nommée Les Trois Ecrevisses, assez loin dans le petit bourg, où, selon lui, la population était acceptable. Brandon suspecta qu’il s’agissait en fait d’un des derniers établissements où il était admis. Ils trouvèrent une table, se firent servir de la bière et le halfelin soupira d’aise. Ils bavardèrent un moment de la traversée jusque là, Brandon gardait les sens en alerte pour surveiller les conversations aux tables voisines, mais il n’entendit rien. Il regrettait de s’être éloigné du port, des autres bateaux qu’il aurait aimé examiner, des marins bavards et des registres de la capitainerie. Il savait que tôt ou tard, il fausserait compagnie aux deux hommes et partirait en chasse dans Rivenalis.
    « Le Capitaine Lamalice a l’air particulièrement inquiète de mes éventuelles initiatives, finit-il par dire.
    — Ah… Constance n’a jamais été portée sur… le travail de terrain. Je vous l’ai déjà expliqué.
    — Je sais. Je suis juste… surpris.
    — Il faut dire que la dernière fois, les choses ont sérieusement dérapé… Nous avions des visiteurs extérieurs… des experts on va dire… Du coup, les gars du comptoir ont prévu des choses plus ambitieuses, pour aller récupérer… »
    Guéric jeta un coup d’œil derrière lui.
    « Des marchandises difficiles à obtenir. »
    Il grimaça de sa propre métaphore, à la fois mal choisie et pourtant parfaitement adaptée.
    « Je ne vais pas entrer dans les détails, mais nous ne nous sommes pas fait des amis… et nous avons perdu notre comptoir.
    — Vous avez récupéré… ce que vous vouliez récupérer ?
    — Oui. Dans les deux cas. Mais chaque fois avec beaucoup trop de bruit. C’est une chance que… le commerce soit devenu plus ouvert. Parce qu’avec le bordel qu’ils ont laissé… On aurait sans doute eu beaucoup de mal à continuer à opérer comme avant.
    — C’est une chance, alors.
    — Oui. Mais c’est pour ça que Constance est particulièrement inquiète pour vous. Les Lu… les gens qui viennent d’où vous venez… Ils sont pas prêts. Surtout ceux qui ont… comme une mission… pas forcément comme la vôtre mais qui… »
    Il baissa la voix.
    « Veulent sauver le monde. »
    Il haussa le ton.
    « Ça leur fait un choc. Pas forcément salvateur. Parce qu’un seul homme, et bien… Il peut pas faire grand-chose, face à… à tout ça. Et parfois ça dégénère. »
    Brandon fronça les sourcils en croisant les bras. Ils avaient manifestement accueilli un membre qui avait voulu trop en faire et les avait placés dans une situation périlleuse.
    « Vous avez perdu des gens ?
    — Trois, oui. Deux qui le méritaient… et un pas.
    — Qui le méritaient ?
    — On croit toujours qu’on va rester immunisé à… l’ambiance… mais apparemment, c’est pas le cas. Les gens sont fragiles, aussi… Et voilà… y’avait des tensions qui ont flambé… Longue histoire compliquée. Trahisons, mensonges, bref…
    — Il est toujours présent, le… l’élément perturbateur.
    — Oh non ! On l’a remballé chez lui vite fait ! Mais je suis sûr qu’il reviendra. Il n’a pas besoin de nous pour ça. Et il a… une mission ! »
    Il haussa les sourcils pour signifier tout le bien qu’il en pensait, mais Brandon avait compris que Constance craignait exactement la même chose aujourd’hui, qu’il soit, cette fois, leur nouvel élément perturbateur. Et il était conscient qu’il ne pouvait pas promettre de ne pas l’être… car il avait lui aussi une mission.

    Il finit par leur fausser compagnie. L’ambiance était agréable, les anecdotes truculentes et en d’autres circonstances, il se serait certainement attardé, mais il avait des choses importantes à faire, qui nécessitaient une certaine marge de manœuvre. D’abord, les tavernes du port, ensuite le port lui-même. Il y aurait certainement des prostituées, des mendiants, le genre de personnes auxquelles on prête peu d’attention mais qui voient tout. En dernier recours, il comptait aller jusqu’à la capitainerie et y tenter sa chance, mais dans le fond, c’était une idée bancale : même s’il y avait eu des prisonniers sur un bateau, ce n’était pas forcément quelque chose qu’on déclarait. Il y avait peu de chances, aussi, que Soren ait eu l’opportunité de sortir. Restait donc à nouveau la possibilité que les marins bavardent dans les tavernes. Il trouva aisément un bouge à son goût, juste en face des quais, profita d’une impasse pour se déguiser, et entra. Il avait cette fois opté pour un format similaire au sien, mais pour des cheveux plus clairs et vingt ans de moins. Il savait que son accent pouvait le trahir mais avait écouté attentivement les inflexions de Guéric – qui contre toute attente était originaire de Manost – et tenté d’en reproduire l’une ou l’autre. Il n’avait de toute façon pas l’intention de se lancer dans de grands discours. Il y avait moins de monde à l’intérieur que ce qu’il avait espéré – Rivenalis était un petit bourg, pas une ville – mais il parvint à se trouver une table assez centrale et commença à boire tranquillement. La bière était pire qu’à Anarelis, une sorte d’eau de rivière avec un arrière-goût d’alcool, mais il n’était pas là pour faire les gourmets, et à nouveau, il laissa traîner l’oreille. Il n’entendit rien d’intéressant. On parlait d’une infiltration d’eau dans un navire qui transportait du sel, de l’excès de circulation sur la Houleuse, d’un presque accident entre deux cogues survenu l’avant-veille en amont, des nouvelles taxes et d’un bordel mélandien situé à proximité des quais. Comme de coutume, certaines conversations dégénérèrent un peu, et Brandon préféra sortir prendre l’air lorsqu’il eut l’impression que les choses pourraient s’envenimer un peu trop. Il alla alors marcher dans le port, un peu déçu de n’avoir rien pioché d’utile. Le cambusier de la lourde Malédiction ne lui avait pas confirmé que Soren avait été envoyé à Mélandis, mais son attitude avait semblé répondre à la question, et Brandon ne pouvait pas imaginer qu’on l’ait emmené ailleurs. En même temps, pourquoi l’aurait-on clamé dans les bouges d’un port minable ? Il y avait peu de chances que les gens sachent, de toute façon, à qui ils avaient affaire.
    Il marcha un moment le long de l’eau, tenu à distance des bateaux par les nombreux gardes qui veillaient sur la marchandise. Des lanternes éclairaient certains ponts, certains mâts, certaines cabines, mais il ne vit rien d'intéressant. Il y avait bien trente ou quarante embarcations dans les environs proches, puis d’autres encore qui mouillaient juste avant ou juste après le pont. La rive opposée était occupée par les bateaux qui descendaient vers le large. Une femme en guenilles pleurait assise sur les marches d’un entrepôt, une autre tentant de la réconforter. Un groupe de chiens noirs, sales, se disputaient quelque chose un peu plus loin, et le prêtre décida de faire demi-tour. Seul, dans l’ombre, il prenait des risques inutiles. Il pourrait se défaire d’un agresseur, mais le moindre coup d’éclat pouvait lui causer des ennuis. Il repartit vers la lumière, subitement las, aspirant au lit de Constance. Il était tard et sans doute dormait-elle désormais, une nuit gâchée pour rien. Il ne vit pas de mendiants mais à nouveau des miliciens, et il se replia à bord de la Vouivre. Une autre opportunité, meilleure, viendrait immanquablement. Une fois sur le pont, il gagna le petit escalier qui menait à la cale et rejoignit la cabine qu’il partageait avec Marcus. Il s’y glissa en silence, leva son déguisement magique, se déshabilla et se coucha dans son lit glacé, regrettant sa compagne éphémère.

    Marcus l’entendit rentrer mais ne broncha pas. Un petit soupir, pas d’éclat, de nouvelles fraîches, de nouveau plan démentiel. Tant mieux. Marcus n’aimait pas les imprévus même si, en bon intendant, il savait toujours y faire face.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  3. #93
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Le lendemain, en redescendant à terre pendant que Tybert et Rémiel regarnissaient leurs stocks, Brandon mesura mieux ce que Constance avait voulu dire par « cité mélandienne ». Il assista au passage à tabac d’un vieil homme par trois miliciens portant les couleurs de Rivenalis, qui le laissèrent pour mort dans le caniveau jusqu’à ce qu’une femme et deux enfants surgissent d’une ruelle et l’emportent dans un hangar voisin. Un riche marchand circula, assisté de plusieurs jeunes serviteurs qu’il traitait comme des chiens – il en frappa d’ailleurs un de sa canne, en plein visage, sans que l’adolescent n’ose crier. On avait cloué des mains humaines, pourrissantes, sur une planche en bois, non loin de la place principale du bourg, où se trouvait en ce moment une femme à moitié nue, attachée à un pilori, que les passants ne manquaient pas d’arroser de mottes de terre cueillies à même le sol (il fallait espérer que c’étaient des mottes de terre). Le Tymoran resta d’ailleurs un moment paralysé devant ce spectacle, si bien qu’un homme du cru lui suggéra de se faire plaisir. Il en eut la nausée et retourna vers le port, sans avoir agi, sans avoir dit quoi que ce soit ou aidé qui que ce fut. Il repensait aux paroles de Guéric, sur les hommes qui voulaient sauver le monde, conscient qu’il devait choisir son combat s’il voulait vraiment aider Soren. Peut-être pouvait-il en parler avec Marcus. Il était lathandrite et ils avaient, bien plus que les Tymorans, ce souhait de venir en aide à autrui. Mais là, juste là, il se sentait malade de n’avoir rien fait, d’avoir laissé le vieux se prendre des coups de pied, le serviteur un coup de canne, et d’avoir laissé cette femme face à ses tourmenteurs.
    Et il n’y a même plus d’esclaves, songea-t-il. Quelle chance tu as.
    Il comprenait l’inconnu dont s’était plaint Guéric, qui avait provoqué une catastrophe à Mélandis. Il aurait pu être lui.
    Il décida de franchir le pont, ou du moins de marcher jusqu’à la partie mobile, et de regarder un moment les bateaux. Il le fit au départ sans idée derrière la tête : il était persuadé que le navire mélandien qu’il cherchait était loin devant, prioritaire, et ne s’était peut-être même pas arrêté à Rivenalis. Mais il n’avait rien d’autre à faire. Il y avait quelques voyageurs devant lui, dont deux cavaliers, bloqués par la partie surélevée. Des gardes contenaient les badauds qui voulaient traverser tandis qu’un homme faisait tourner les bœufs qui permettaient au dispositif de fonctionner. Brandon se demanda si, quelques mois plus tôt, il y avait eu des hommes au même endroit, peinant sous le fouet. Il s’appuya à la balustrade et regarda les embarcations sur le fleuve. Les plus basses, sans mât, passaient par les arches extérieures, à droite pour la descente, à gauche pour la remontée. Seuls les voiliers devaient emprunter la voie centrale. Deux remontaient, quatre descendaient, et ainsi de suite. La plupart étaient aidés par des haleurs, qu’on ne voyait pas d’en haut, mais qui aidaient au franchissement du pont en tirant sur les amarres des bateaux qui naviguaient à contrecourant. A l’instant, un deux mâts élégant louvoyait dangereusement dans l’espace ouvert, menaçant de heurter le parapet, et la foule sur le pont, mais aussi sur les berges, criait des conseils et des insultes aux matelots à l’ouvrage. Apparemment, le voilier était en train de dériver de travers car le gouvernail s’était coincé et l’agitation au point de passage allait croissant. L’attention de Brandon fut donc attirée par le tumulte, une seconde, avant qu’il ne reprenne son observation des autres bateaux. Une sorte de galère venait de franchir l’arche extérieure, six rameurs de chaque côté, luttant contre le courant. Le Tymoran les observa tandis qu’ils progressaient et soudain, une lueur de reconnaissance, puis de stupéfaction, explosa dans son esprit.

    « RACHEL ! »
    Avec le bruit qui régnait sur le pont, personne ne lui prêta attention, mais la galère s’éloignait déjà et il descendit en courant vers la berge, puis remonta les quais à pleine vitesse. Il s’arrêta hors d’haleine, conscient qu’il ne les rattraperait jamais et repartit vers la Vouivre, courant à nouveau, jusqu’à débarquer, la respiration sifflante, sur le pont désert.
    « Vite… Rachel ! Elle est… »
    Mais il n’y avait personne. Rémiel surgit de la cale, alarmé sans doute par la cavalcade qu’il avait entendue sur les planches.
    « Il faut qu’on parte, j’ai vu… Rachel… Elle est…
    — Je suis désolé mais… la moitié de l’équipage est à terre, dit le second, circonspect. Nous ne pouvons pas repartir comme ça. »
    Brandon se laissa tomber assis, la tête entre les mains. Il s’en était douté, bien sûr. Il fallait qu’il reprenne son souffle.
    « Marcus… Où est Marcus ? »
    Rémiel s’était approché, agenouillé, et il posa la main sur l’épaule du Tymoran.
    « Dans la coquerie. Je vais aller vous le chercher. »
    Il entendit les pas qui s’éloignaient précipitamment, mais n’y prêta guère attention. Rachel était en vie, sur une galère, il était certain de l’avoir vue. Tymora voulait raffermir sa volonté, mais elle ne lui donnait guère de moyens d’intervenir. Tout était arrivé si vite. Il ferma les yeux pour mieux visualiser le bateau. Il n’avait pas de mâts, juste des bancs de nage… Il lui fallait du parchemin. Il se leva brusquement, traversa le pont et entra dans le château arrière. Constance n’y était pas, mais il savait où elle rangeait ce genre de choses, elle lui avait déjà prêté de quoi écrire lorsqu’il avait voulu prendre quelques notes sur la carte de Mélandis. Il sortit le nécessaire, s’installa à la table et commença aussitôt son tracé. Il n’était pas habitué de ce genre de constructions humaines, sa spécialité était le portrait, mais il avait une bonne mémoire visuelle et en quelques minutes, il traça tout ce dont il se souvenait. Une ombre passa sur son travail, il leva les yeux pour découvrir Rémiel et Marcus dans l’embrasure de la porte. Le premier paraissait horrifié à l’idée qu’on ait pénétré dans les appartements du capitaine en son absence. Le second était beaucoup plus illisible, ses vêtements tachés aux coudes et au ventre, signe qu’il nettoyait encore quelque chose quand il avait été interrompu.
    « Qu’est-ce qui se passe ? » demanda-t-il finalement.
    Brandon sourit et brandit son dessin.

    « J’ai vu Rachel. Sur une galère. Elle ramait. J’en suis sûr. Est-ce que vous pouvez essayer, encore, de la contacter ? »
    Marcus acquiesça et incanta aussitôt, yeux fermés, mains en mouvement, à mi-voix. Son front se plissa, il parut un moment perdu dans une intense concentration, puis il rouvrit les yeux.
    « C’est toujours la même chose. Elle est absente. Je ne peux même pas frôler son esprit. Est-ce que vous êtes sûr de ce que vous avez vu ? »
    Evidemment.
    « Oui. Je suis sûr. »
    Marcus esquissa un sourire et se tourna vers Rémiel.
    « Quand pouvons-nous repartir ? »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  4. #94
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Malheureusement, ils ne purent appareiller que deux bonnes heures plus tard. La fébrilité de Devlin mettait tout le monde sur les nerfs : il passait de la proue à la poupe, menaçait de grimper en vigie — Guéric l’avait interdit — puis allait harceler le capitaine au gouvernail, avant de recommencer son tour. Marcus, de son côté, essayait de puiser en lui la même attitude, mais sans y parvenir. Il croyait ce qu’avait vu le Tymoran — Rachel, en vie, sur ce bateau*— mais il ne parvenait pas à y trouver grand réconfort. Luméniens tous les deux, Rachel et Marcus avaient été novices à quelques années d’intervalle : il était un peu plus âgé, il se souvenait qu’elle était arrivée au Temple dans des circonstances un peu troubles. Originaire des taudis, mal dégrossie, avec un vocabulaire à faire rougir une tenancière de maison close, elle s’était adaptée au sanctuaire avec quelques cahots, prompte à la bagarre, en butte aux moqueries des autres novices et aux critiques de certains des Semeurs plus âgés, qui n’avaient pas compris pourquoi on l’avait acceptée. Mais Céleste l’avait toujours ardemment défendue, et petit à petit, Rachel avait trouvé une place et un équilibre parmi eux. Marcus n’avait pas fait partie de ses harceleurs, mais pas non plus de ses défenseurs. Ils avaient un tempérament diamétralement opposé et peu de choses à se dire. Il aimait le calme et l’ordre qui régnaient dans son intendance, elle s’ennuyait toujours un peu quand elle était en ville. Elle était rapidement devenue une acolyte de premier choix pour les paladins qui descendaient vers la Forêt Maudite, et elle partageait son temps entre Respelm, Dargyll et Luménis. Il fallait des prêtres sur la route, et Marcus était parfaitement satisfait qu’il y ait des volontaires. Au moins, comme ça, on le laissait tranquille.
    Mais Rachel semblait, elle aussi, en route pour Mélandis. Ce n’était pas une surprise et c’était une preuve supplémentaire que c’était la voie à emprunter. Marcus espérait simplement, secrètement, qu’ils ne rattraperaient pas son bateau avant qu’il y parvienne. Et vu l’encombrement de la Houleuse, vu les caprices du vent, il semblait qu’il serait exaucé. Découvrant l’excitation à son bord, le capitaine Lamalice avait interdit tout usage de la magie divine à des fins de poursuite sous peine de débarquer les prêtres sur la rive. Marcus avait été soulagé de constater que ses ébats nocturnes avec le Tymoran n’avaient pas compromis son sens des réalités. De toute façon, ni Brandon, ni Marcus n’étaient capables de grand-chose, mais ça n’avait pas empêché le premier de pester avec véhémence puis d’aller s’enfermer dans leur cabine un moment. Pas très longtemps, en réalité. Il avait besoin de mouvement, de surveiller les flots et de prier.
    Marcus n’avait dit à personne, bien sûr, que Garance avait essayé de lui parler par magie, dans la matinée, alors que le Tymoran était descendu à terre. Cela n’aurait fait que l’agiter davantage. De toute façon, le Lathandrite avait opposé un esprit vide à la communication, n’avait pas répondu à l’appel, refusant cette présence chaleureuse, aimée même, mais qui risquait de tout déséquilibrer. Garance n’avait pas insisté, s’était retirée sans rien dire d’autre que son prénom, trois fois, sur un ton inquiet. Elle était vivante, en bonne santé, il avait bien fait de ne pas s’en inquiéter. Car elle l’aurait détourné de Mélandis, bien sûr. Mais à présent qu’il avait une excuse, Rachel, peut-être pouvait-il lui ouvrir son esprit, la prochaine fois… Peut-être. Ou pas. Il ne voulait pas qu’on perturbe sa trajectoire.

    Ils naviguèrent toute la fin de journée sans rattraper la galère qu’avait vue Brandon. Le capitaine Lamalice essayait de faire au mieux, mais le fleuve rétrécissait peu à peu, le nombre de bateaux était toujours aussi important et le vent n’était pas très conciliant. Quand ils firent escale pour la nuit, au milieu de nulle part, l’atmosphère à bord demeura orageuse, si bien que le Tymoran et le capitaine s’enfermèrent un moment dans les appartements de cette dernière, et que les éclats de leur explication perlèrent au travers des planches pendant de longues minutes. Le prêtre finit par émerger, furieux, et alla s’asseoir à la proue, où personne n’osa aller le déranger. Il dormit dans la cabine qu’il partageait avec Marcus, sans trouver le sommeil, mais le Lathandrite feignit de ne rien entendre à ses soupirs et nombreux froissements de draps. Le lendemain, Brandon était fatigué mais calmé et Marcus l’entendit s’excuser auprès de plusieurs personnes, mais pas de lui. Il supposa que le Tymoran estimait qu’il partageait sa colère, même s’il n’était pas capable de l’exprimer avec autant d’emphase. Quand il croisait son regard, Devlin avait un sourire encourageant et lui lâchait parfois des phrases un peu creuses, du genre : « nous les retrouverons », « ne vous inquiétez pas » ou « nous finirons par les rattraper ». Marcus n’était ni pressé, ni inquiet, mais il affichait une mine un peu égarée, lui offrait un sourire brave et replongeait dans la cambuse, assommé d’indifférence.


    Brandon avait abandonné tout espoir de rattraper la galère, mais ce signe supplémentaire qu’ils étaient sur la bonne route l’avait galvanisé. Passé son moment de frénésie stérile, il avait fait amende honorable, et Constance lui avait pardonné (les autres aussi). Il était juste désolé pour Marcus, qui semblait choqué par les derniers événements, d’avoir eu Rachel à sa portée, pour qu’elle leur file entre les doigts. Il essayait de lui rendre courage chaque fois qu’ils se croisaient, mais il voyait bien que le Lathandrite l’évitait, sans doute pour s’épargner de nouvelles bouffées d’espoir suivies de nouvelles déconvenues. A présent, la seule chose qui pourrait vraiment l’aider serait de récupérer quelqu’un, Rachel ou Soren. Alors il reprendrait du poil de la bête. Il ne leur restait plus qu’à poursuivre leur route jusqu’à Mélandis. Là, armé du dessin qu’il avait fait de la galère, Brandon pourrait interroger les gens dans le port, la localiser, puis savoir ce qu’étaient devenus ses prisonniers. Il avait reconnu Rachel parce qu’elle était frappante, mais il n’était pas impossible qu’il y ait eu d’autres de ses compagnons à bord : certains avaient une apparence plus ordinaire, et puis il y avait sûrement une cale dans ce navire, du genre où on aurait pu enchaîner un Sunite insupportable. Oui, les choses n’étaient pas si mal engagées, même s’il aurait été préférable, quoi qu’en dise Constance Lamalice, qu’ils puissent attaquer la galère sur le Houleuse, dans une opération risquée mais héroïque. Bon, ce serait encore plus héroïque à Mélandis. Et ce n’était pas le but, non plus.
    Il dormit mieux, dans un lit douillet et partagé, après un échange de bons procédés des plus agréables.
    Ils n’étaient plus qu’à quelques jours de Mélandis. Il faisait plus chaud, il y avait davantage de constructions sur les rives, des petits quais et hangars, des hameaux décrépits, la végétation paraissait moins dense, plus aride malgré la proximité du fleuve, composée d’épineux et d’arbres au tronc gris. Brandon était conscient qu’il aurait dû ressentir un peu d’appréhension à l’idée de débarquer dans une cité où vénérer Cyric était chose banale, mais il était seulement impatient. Il avait une revanche à prendre sur l’ombre, et c’était l’opportunité tant attendue.

    En milieu de matinée du second jour de poursuite, une odeur de brûlé leur chatouilla les narines. Ni Constance, ni Guéric ne s’en inquiétèrent outre mesure : en cette saison, les feux de broussaille étaient fréquents, sans compter la technique du brûlis utilisée par certains fermiers des environs. Ce n’est qu’en arrivant à proximité des lieux de l’incendie qu’ils réalisèrent que c’était un bateau qui avait pris feu. Il n’en restait que quelques morceaux carbonisés, émergeant de la Houleuse, et plusieurs petites embarcations étaient amarrées autour, certaines arborant un étendard au brochet bondissant. Des hommes étaient debout sur la rive et d’autres, dans une barque, leur firent signe de circuler. Ils obtempérèrent sans broncher, mais Brandon demeura figé en poupe, tandis que l’épave disparaissait.

    « C’était le bateau de Rachel. » lâcha-t-il, à personne en particulier.
    Le choc était tellement grand, la certitude tellement absolue, qu’il lui fallut plusieurs secondes avant de reprendre ses esprits. Pourtant il lui était impossible, sur base de ce qu’il en restait, de le reconnaître. C’était juste un sentiment. Il quitta son point d’observation, traqua Marcus jusque dans les latrines, et lui demanda de contacter Rachel. Le Lathandrite s’exécuta servilement, sans mot dire, et lui répondit que rien n’avait changé. Brandon voulut qu’il le jure, et Marcus le jura, sans s’offusquer, ce qui était magnanime de sa part car il aurait pu trouver cela insultant.
    Presque rasséréné, Brandon remonta sur le pont et se plaça à la proue. Mauvais présage. Bientôt Mélandis. Ce n’était pas le bateau de Rachel, juste une galère au hasard qui avait brûlé. Tymora ne l’aurait pas permis, il était sur la bonne voie. Plus que trois jours, et il sauverait le monde à son tour.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  5. #95
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    14. Outreterre


    Othon s’éveilla en sursaut, à même la pierre, et chercha la présence de Nimdéorn dans son esprit. Elle était bien là, intacte, mais il faisait trop noir pour qu’il puisse voir le drow. La lumière magique qu’il avait conjurée s’était éteinte, le laissant dans les ténèbres et l’humidité. D’une main hésitante, il chercha Kerun, qui s’était trouvé près de lui au moment où il s’était endormi. Mais il ne trouva rien, que le roc glacé. Pendant une seconde, il craignit que l’ensorceleur se soit enfui avec sa victime, le laissant seul, perdu, dans les profondeurs obscures.
    « Je suis là, ne t’en fais pas. »
    Une lueur naquit à quelques pas. Assis, Kerun à ses pieds, Nimdéorn avait l’air reposé, malgré sa stature efflanquée et ses cheveux hirsutes. Il décocha un sourire mauvais au paladin, puis glissa la botte sous le corps de l’elfe et le retourna sans ménagement. Kerun gémit, signe qu’il était toujours vivant.
    « Bien dormi ? Nous avons de la route à faire. »
    Othon banda sa volonté contre celle du drow. Il voulait se lever, l’étrangler, retourner en surface.
    « Ce ne serait pas prudent. Sans moi, tu ne ressortirais jamais vivant d’ici. »
    L’avoir dans sa tête était insupportable et il lutta à nouveau, sans succès. Son emprise était totale.
    « Je te conseille d'arrêter ça tout de suite. Tu as succombé à mon sortilège et il est désormais en place. Il ne s’agit pas d’une simple domination, je ne dois pas la réalimenter chaque heure ou chaque jour. C’est une coercition bien plus puissante. On l’appelle l’asservissement. Rien de ce que tu peux faire ne peut t’en délivrer. Il n’y a que moi qui peux décider d’y mettre fin. »
    Il se pencha, fouilla dans son sac et y attrapa une épée. Il la lança en direction du paladin.
    « Prends-la. »
    Othon s’exécuta. C’était une lame légère, trop légère pour lui. Vu sa garde, les décorations du fourreau, elle avait dû appartenir au capitaine Valtameri. C’était une arme d’excellente qualité, au demeurant, qui devait percer et trancher avec facilité.
    « Dégaine. »
    Le paladin le fit.
    « Tu ne peux pas me tuer. Essaie, si ça te chante, je suis à ta disposition. Ta volonté n’y changera rien. »
    Pourtant, de la volonté, Othon n'en manquait pas. Il lui aurait suffi de faire un pas, un geste, et tout ce cauchemar aurait été terminé. Mais toute la violence de sa haine, tout son désir de meurtre, toute son envie de liberté, lui étaient inutiles. Il ne pouvait pas agir, paralysé par l'emprise du drow. Il resta debout, pantelant, impuissant, inutile.
    « Alors laisse tomber. Tes tentatives ridicules m’amusent, mais elles t’épuisent, et je n’ai pas envie de devoir faire des pauses toutes les trois heures pour que tu puisses récupérer. »
    La condescendance de Nimdéorn raviva la fureur du paladin, mais l’elfe noir poussa un bref soupir.
    « Trouve-toi quelque chose à manger. Ton sommeil d’humain nous a déjà mis assez en retard. »
    En retard pour quoi ? songea Othon.
    Il ne se sentait pas le moins du monde reposé. Il obéit néanmoins à l’injonction de l’elfe noir, ouvrit la besace où il restait quelques maigres provisions. Sous ses yeux, Nimdéorn versa de nouvelles gouttes de son poison dans la bouche de Kerun, qui convulsa en silence pendant quelques trop longues secondes, avant de rester inerte sous le pied de son agresseur. Othon avait vu l’elfe malade sur le pont du navire, mais son teint avait pris une couleur terreuse et ses joues creusées indiquaient qu’il était cruellement déshydraté.
    « Il a besoin d’eau. » lâcha-t-il.
    Nimdéorn leva les yeux et le dévisagea une seconde. Il reboucha sa fiole maudite, la rangea dans la poche de son pourpoint.

    « Dis-moi... pourquoi tiens-tu tellement à ce qu’il survive ? demanda-t-il. N’est-ce pas miséricorde que d’espérer qu’il meure avant ce qui l’attend chez moi ? Ou est-ce que ton espoir dévoyé exige qu’il souffre, au cas où ? »
    Il se leva.
    « Prends ton épée. Tue-le. »
    Othon n’eut pas besoin d’arcbouter sa volonté : c’était une chose qu’il ne ferait jamais. Nimdéorn s’approcha.
    « Debout. »
    Le paladin s’exécuta. Le drow était juste devant lui, il percevait son souffle, mais Nimdéorn était trop petit pour pouvoir le toiser. Il se décala pour qu'Othon ait une bonne vue sur l'elfe à terre.
    « Il souffre terriblement, tu le vois, n’est-ce pas ? Il va souffrir encore des jours et des jours, de plus en plus, sans espoir de rémission. Et quand nous arriverons dans ma cité, que je l’offrirai à la matrone, elle lui fera subir des tourments que ta stupide imagination ne peut même pas appréhender, pendant des années, peut-être des siècles. N’es-tu pas paladin ? N’es-tu pas censé protéger ceux qui en ont besoin ? Tu en as le pouvoir : tu peux abréger son calvaire. Il suffit d’un coup d’épée. A la base de la nuque, il ne sentira qu’une chose, la délivrance, et son esprit pourra rejoindre un Plan ensoleillé, où sont accueillis les héros de son espèce. C’est le pouvoir que je t’accorde. Tu peux être magnanime. Tu peux remplir ton rôle. Il faut juste que tu en aies le courage. Mais tu sais, au fond de toi, que c’est la chose à faire. Kerun ne mérite pas de souffrir, si ? Après tout ce qu’il a fait pour vous autres, pauvres Luméniens ? Aide-le, paladin. Tue-le. »
    Othon sentit les larmes lui monter aux yeux comme sa résolution faiblissait. Le drow avait raison. Il pouvait faire quelque chose d’utile, de douloureux mais de bon. Nimdéorn s’écarta pour le laisser passer. Othon fit un pas en avant, la lame au clair et marcha jusqu’à l’elfe. Kerun reposait en position fœtale, le visage contracté, agité de soubresauts infimes. Tout son être reflétait un malaise intense, sans fin, et le paladin sentit qu’il devait lui épargner ceci, et la suite, que c’était l’unique solution.
    Il ne voulait pas le faire, mais c’était son devoir.
    Il leva la lame à la verticale, la positionna au bon endroit, puis amorça son mouvement…

    « Non. » tonna Nimdéorn.
    Othon demeura paralysé, la pointe de l’épée à moins d’un pouce du cou de Kerun.

    « Reviens ici, imbécile. Tu ne crois quand même pas que je vais te laisser gâcher ma vengeance. »
    Le drow rit joyeusement et tapota l’épaule d’Othon éberlué.
    « C’était absolument jouissif. Tu te rends compte que tu as failli le tuer ? Ah, j’adore. Merci. Une excellente manière de commencer la journée. »
    Son expression se fit plus dure.
    « Maintenant mange, pisse, et on repart. Kerun aura ce qu’il mérite, plus tard. Mais tu es tellement formidablement manipulable. C’est un plaisir. »
    Reprenant peu à peu ses esprits, Othon s’assit et obéit, tandis l’énormité de ce qu’il avait failli faire éclatait dans son esprit. Il en eut la nausée et l’appétit coupé. Nimdéorn, lui, riait toujours.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  6. #96
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Ils repartirent peu après, Othon toujours sonné, le drow d’excellente humeur, Kerun dans les limbes du kuttröthe. Le paladin se sentait plus protecteur que jamais envers l’elfe inconscient, et terriblement honteux d’avoir trébuché. Il avait manqué frapper un homme désarmé, impuissant, pour soi-disant lui épargner le pire, alors que l’espoir était toujours permis, que Lathandre veillait sur eux, et que c’était la voix maléfique d’une vermine qui l’y avait incité. Que ce soit la cruauté du drow qui l’ait empêché de commettre l’irréparable rendait les choses encore plus insupportables. Nimdéorn avait raison, il était faible et manipulable, il devait reprendre confiance, retrouver cette force qui avait toujours été sienne, et que l’ombre tentait de saper. Alors, il fit des promesses. A Lathandre, à Kerun, à lui-même. Ils s’en sortiraient, quoi que pouvait penser le drow. Et le fait que Nimdéorn soit capable de lire dans ses pensées n’y changeait rien : ils s’en sortiraient. Devant lui, l’ensorceleur ricanait, mais Othon n’en avait cure. Rirait bien qui rirait le dernier. Le fait de pouvoir pourrir les pensées de son maître le remplit au final d’une certaine satisfaction. Il ne pouvait pas tout contrôler. Et la bonne humeur du drow s’étiola, comme le courage du paladin lui revenait. Plusieurs fois, il crut que Nimdéorn allait se retourner et s’arrêter, pour le soumettre à un nouveau jeu désagréable, lui prouver qu’il pouvait à nouveau le faire vaciller, mais il n’en fit rien. Ils étaient pressés, mine de rien. Othon ne savait pas pourquoi, mais c’était protecteur. Et ils poursuivirent ainsi, pas à pas, dans les ténèbres, vers le centre du monde.


    Pour Kerun, le monde en question était toujours orage. Foudre constante, dans chacune des fibres de son être. Brûlure, écorchure, choc, mal de mer, soufflante, fracture, torture. Il avait déjà été torturé, en Hélonna, en Dorrandin, c’était d’une banalité affligeante, et pourtant chaque fois l’horreur.
    Mais il y avait une petite maison, donc, et un arbre dans la maison. Et eux trois, l’homme, la femme, l’enfant.
    Rage et fureur, déchirure, rien n’existe. Du noir, ou du rouge, et du sang. Respiration, éclatement.
    L’arbre est un tilleul.
    Pourrissement. Agonie. L’hiver emporte tout et il fait si froid, il gèle à pierre fendre, à cœur fendre, se briser de l’intérieur, irrémédiablement, mais l’explosion n’apporte aucun soulagement, aucun répit. Le hurlement est éternel, même quand la voix s’est tue.
    La Forêt est sombre, elle regorge de dangers, mais ils la connaissent bien. L’enfant sait qu’il ne doit pas s’en approcher, le père et la mère l’arpentent en plein jour, jamais profondément, seulement si nécessaire. Pourquoi vivent-ils là ? Quelle idée saugrenue ! La campagne est riche, généreuse, ils pourraient partir, loin, à l’abri. Mais peut-être est-ce pour ça, justement, parce qu’il faut bien que quelqu’un contienne l’avancée du mal.
    Le mal. Ce n’est pas juste un concept, c’est aussi une sensation qui dépasse et avale toutes les autres. Qui ronge, dévore, sans pitié. Le mal est absolu, triomphant, il s’installe partout et se pavane. Face à lui, on est rien. Qui qu’on soit. On n’est personne.
    Pitié, pourquoi n’y a-t-il aucune pitié, face à ce supplice constant ?
    Un arbre, une chaumière, un refuge, inaccessible, à portée d’esprit, ouvrir la porte, se réfugier, souffler.
    Mais il n’y arrive pas, il trébuche dans les ronces qui encombrent les sentiers maudits de la Forêt Sombre, et elle l’avale, et elle le voue à un enfer interminable.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  7. #97
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Ils marchèrent encore une heure, ou deux, ou dix, toujours en spirale dans les tréfonds, absolument seuls avec l’eau ruisselante, le froid et le noir. Par moments, Othon avait l’impression que Nimdéorn était complètement perdu, à d’autres, au contraire, il percevait une certaine détermination dans sa démarche. Peut-être les deux allaient-ils ensemble. Après tout, il était fou.
    « N’importe qui le serait, après ce que vous m’avez fait subir. » lâcha subitement le drow.
    Othon ne dit rien, fatigué d’être espionné dans ses moindres pensées.

    « On se targue d’être magnanime, mais on traite les prisonniers comme des bêtes. A l’isolement, sans accès à la Toile, dans la lumière jour et nuit — pour un drow, le rêve !, bouffe inadaptée, interrogatoires constants, exigences de repentir ridicules… après, on ne peut pas s’étonner de créer des monstres.
    — Vous étiez un monstre avant ça, se permit le paladin.
    — Hum. Pas faux. Mais ça n’a rien arrangé.
    — D’autres vous auraient exécuté sans sommation.
    — D’autres auraient mieux fait. Mais c’est trop tard. »
    Il s’immobilisa brusquement.
    « Nous y sommes. »
    Dans la faible lumière conjurée, Othon essaya de voir où, exactement, ils étaient. Mais il n’y avait rien à voir : ils s’étaient arrêtés dans une petite salle au plafond humide et crénelé, aux parois suintantes, arborant une impressionnante concrétion aux allures de champignon écrasé. Chose étrange, il ne semblait pas y avoir d’issue, comme s’ils avaient atteint la fin du voyage.
    Nimdéorn marcha droit vers un des murs et frotta la pierre de la main, révélant un symbole étrange, qui ressemblait un peu à une note de musique. Il fit ensuite un pas en arrière, écarta les mains et ferma les yeux.

    « Alust dos colbauth kulgen mrim obsul quarten xundus. » psalmodia-t-il à mi-voix.
    Une lumière violacée s’échappa de son corps et s’infiltra dans la pierre, emplissant le symbole d’une pulsation obscure, puis la pierre se mit à frémir, comme la surface d’un lac. Othon n’était pas spécialiste en sortilèges, mais il savait qu’un portail venait de s’ouvrir.

    « Viens, paladin. Nous sommes attendus. »
    Nimdéorn passa le premier, disparaissant dans le néant. Othon se figea, lutta à nouveau, espérant que la distance qu’il devait y avoir à présent entre eux, gigantesque, loin d’Hélonna, n’importe où sur Toril, lui permettrait d’échapper à ce fameux asservissement. Il n’en fut rien. Malgré tous ses efforts, son corps obéit à l’injonction du drow et il marcha droit sur le mur, franchit le passage et derrière eux, le roc des profondeurs reprit son apparence inerte, jusqu’au prochain voyageur.


    Changement de lieu, imperceptible, la douleur, elle, n’a pas changé.
    Mais l’arbre, donc, était dans la maison. Est-ce qu’il avait poussé à l’intérieur ? Est-ce qu’on l’avait construite autour ? Quelle importance.
    Repousser la souffrance. Ce n’est pas chose simple. Elle frappe à la porte, encore et encore, comme un voisin insistant aux mille griefs. On l’entrouvre, il s’engouffre, et c’est le désastre. Mais la porte tient, pour la première fois, malgré les chocs répétés, malgré la souffrance.
    La nuit tombe, vite, c’est la saison qui le veut. La mère est en bordure du bois quand elle voit les créatures en sortir. Ce n’est pas la première fois, ni la dernière, elle le sait. Elle appelle pour prévenir le père et l’enfant. Celui-ci a disparu. Il est caché dans l’arbre, évidemment, bien haut, avec les écureuils, la martre taquine et le hibou. Mais les parents ne le savent pas. Et quand la mère appelle, il n’entend pas, il gazouille et le vent emporte les cris au loin. En bas, c’est la panique, car les créatures sont nombreuses et le cercle qui protège la chaumière n’est pas très large. La mère bat en retraite, le père la retrouve, ils observent les cinq, six, dix monstres, mais l’enfant est toujours invisible. Ils l’appellent encore, la femme rentre à l’intérieur pour fouiller la maison, mais il n’est nulle part. Elle regarde vers l’arbre, mais il est encore petit, et il sait qu’il ne peut pas y monter sans les prévenir. Elle ressort de la maison et elle réalise que l’homme est parti pour le chercher. Il a quitté le cercle protecteur, vers le ruisseau, un endroit qu’aime l’enfant car il y traque les grenouilles et patauge avec bonheur. Les créatures l’ont vu, le suivent, et la femme comprend que jamais, seul, il ne va s’en sortir contre cette multitude. Il a pris sa hache, elle prend son arc, rapidement, mais elle l’entend déjà crier et lorsqu’elle sort, il est encerclé. Elle court vers lui, tire une flèche, une seconde, franchit la barrière protectrice à son tour, et puis c’est trop tard. Ils vivent ici depuis des décennies. Ils s’y sont adaptés, ils sont résilients, elle vise sans jamais rater sa cible, il connait tous les sentiers du bois, mais parfois, l’adversité est trop forte, et leur panique est trop grande, elle joue des tours à leurs sens si aiguisés, à leur instinct de survie.
    Où est l’enfant ?
    Ils tombent tous deux. L’homme est à moitié dévoré sur place, la femme est emportée dans la forêt, encore vivante, mais gravement blessée. Puis c’est le silence qui revient. L’enfant est toujours dans l’arbre et il y reste un peu encore. Pourquoi descendre ? Les effluves du repas ne grimpent pas encore jusqu’à lui et il préfère escalader encore un peu plus haut.
    Après, la douleur reprend, si intense, que tout se brouille, même le pire.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  8. #98
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Othon s’attendait à débarquer dans une abominable cité drow et il en fut pour ses frais. Il faisait obscur, il n’y avait personne, mais une exceptionnelle collection de toiles d’araignée, gigantesques et épaisses, recouvrait absolument tout. Il devina — ou il perçut, peut-être — la stupéfaction de Nimdéorn, qui ne s’était manifestement pas attendu à pareil décor. Et ce qu’il lâcha, en drow, était à coup sûr un juron imagé. Même s’il avait les mains pleines, avec Kerun dans les bras, Othon était plutôt soulagé d’avoir une épée. Les drows aimaient les araignées, mais il n’était pas complètement certain que l’affection soit réciproque et celles qui avaient tendu ces toiles n’étaient sûrement pas de petit format. Sans compter qu’ils avaient mis les pieds droit dedans et qu’il fallait désormais craindre qu’elles ne rappliquent rapidement. Nimdéorn était un mage des tempêtes (ou un ensorceleur ou un sorcier, il ne faisait pas la différence)… sous terre, il allait sûrement rencontrer quelques problèmes.

    Nimdéorn finit par se remettre en route, déchirant les toiles d’araignée pour passer. Othon se coula dans ses traces, bien que la petite taille du drow ne lui permette pas parfaitement d’emprunter sa trajectoire. Il déplaça Kerun sur son épaule gauche et libéra sa main droite, cherchant le manche de l’épée que Nimdéorn lui avait laissée. Le déplacement circonspect de l’ensorceleur ne lui plaisait guère : il n’était manifestement pas en terrain conquis. Les fils blancs, épais, adhéraient à leurs vêtements sur leur passage, et Othon en eut bientôt dans les cheveux. Ils tombèrent sur un premier cocon, silhouette enrubannée de soies, suspendue dans les hauteurs. Nimdéorn ne lui prêta guère attention mais Othon frissonna malgré lui. Il n’adorait pas les araignées, même s’il y en avait toujours plein les écuries et sous les lits. Il fit glisser la lame dans son fourreau, soulagé de voir qu’il pourrait la tirer sans heurts. Le drow ne fit aucun commentaire et Othon lut cela comme un signe qu’il était, lui aussi, rassuré par sa prudence. La caverne où ils étaient arrivés paraissait immense, son plafond aussi haut que celui du sanctuaire de Lathandre à Luménis, mais le paladin n’y discernait au final pas grand-chose : s’il y avait des issues, combien, et dans quelle direction. Nimdéorn semblait savoir où aller, et c’était largement suffisant.

    Ils virent d’autres cocons, de forme et volume variables, et aussi des ossements, dont certains leur craquèrent sous les pieds. Comme le drow ne s’y intéressait pas, Othon n’eut pas le temps de se poser beaucoup de questions à leur sujet, comme l’identité de ceux à qui ils avaient appartenu ou leur état de fraîcheur. Nimdéorn semblait décidé à sortir au plus vite de ce grand nid de blancheur, une décision qui, pour une fois, convenait parfaitement au paladin. Il craignait juste que ces piétinements et déchirements continus ne finissent par alerter les créatures, mais dans le même temps, il n’y avait pas trente-six solutions. Ils finirent par atteindre une paroi, elle aussi couverte de toile, et un tunnel qui semblait tapissé de la même matière. Nimdéorn s’immobilisa un moment et s’accroupit, frottant le sol de la main avant de la porter à son nez.
    « Passe devant. »
    Evidemment, songea le paladin.
    Il était surpris que le drow n’y ait pas songé plus tôt. Il obtempéra, comme de coutume, mais se permit de dégainer. A nouveau, son ravisseur ne fit aucun commentaire, se glissant dans son ombre, sûrement ravi d’avoir un garde du corps. Ils avancèrent lentement, Othon s’éclairant à mesure qu’il progressait. Les toiles cédèrent le pas à la pierre. Le drow relâcha sa respiration et le paladin ne put s’empêcher de sourire.

    « Ne te moque pas. Nous l’avons échappé belle. »
    Othon resta souriant.
    « Il y a quelque chose de réconfortant dans le fait de réaliser que tu n’es pas aussi invincible que tu le prétends. On ne sait pas sur quoi on va tomber, dans ces profondeurs.
    — Tu me défendras jusqu’à la mort, imbécile. Je ne vois pas en quoi c’est un réconfort.
    — Mais je ne suis moi-même pas infaillible… Je pourrais trébucher… et la créature se repaître de tes entrailles avant que j’ai eu le temps de… »
    Le paladin sentit subitement une violente pression dans le crâne et il fut forcé de s’arrêter pour s’appuyer contre le mur. Il posa un genou à terre, incapable de s’en empêcher. La douleur fit passer un voile devant ses yeux. Nimdéorn lui flanqua alors un violent coup de pied dans les omoplates. Othon était assez fort pour ne pas broncher.
    « Tais-toi, gronda le drow. Tais-toi ou je vais finir par te faire vraiment mal. »
    La pression se relâcha et le paladin se remit debout, des papillons dansant devant les yeux, pareils à des chauves-souris enragées. Il lui fallut plusieurs longues secondes pour se débarrasser de son vertige. L’agression n’avait pas été tout à fait imprévisible et même si elle avait été douloureuse, il n’était pas complètement mécontent d’avoir à nouveau constaté que Nimdéorn était fragile. Il bannit cependant rapidement cette pensée, conscient que le drow pouvait la percevoir. Mais ce dernier n’eut aucune réaction et Othon se demanda si le lien télépathique était constant ou s’il nécessitait un certain effort de la part de son abominable geôlier. Rien ne vint, aucun frôlement mental, aucune réplique cinglante. Le sol paraissait stable, à nouveau, et il se pencha pour ramasser l’épée qu’il avait lâchée dans son malaise. Kerun, par contre, il l’avait gardé contre lui. Il avait encore un certain sens des priorités en dépit de sa servitude.


    La nuit était tombée. Ou alors c’était le néant. Au creux de cette obscurité douloureuse, chaude comme la mort, il y avait une lumière intermittente, un passage étroit, une corde à saisir pour ne pas sombrer. Mais l’attraper, s’y glisser, alors qu’on ne sait même pas qu’on est, comment faire ? Toute volonté était abolie car pour qu’elle existe, il aurait fallu qu’il y ait quelqu’un. Mais il n’y avait personne. Juste un arbre, juste un enfant, les ténèbres et un gouffre tellement profond qu’on pourrait y tomber pour l’éternité sans jamais toucher le fond.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  9. #99
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Le tunnel était plus large et plus régulier que le chemin en spirale qu’il y avait eu sous l’îlot. Cette fois, Othon pouvait sans peine croire qu’il avait été creusé par quelqu’un. Le sol était plane, les murs arrondis et le plafond suffisamment haut pour qu’il puisse se tenir debout sans risquer de se cogner le crâne. Il y avait, par moments, des petites niches qui avaient sans doute contenu quelque chose, mais qui étaient désormais vides. Les lieux étaient abandonnés. Sans doute depuis un laps de temps relativement court, car Nimdéorn était manifestement déçu de les découvrir en pareil état. Mais le drow avait peut-être trois cents ans. Othon n’y connaissait pas grand-chose, en elfes. Il y en avait bien sûr à Luménis, mais pas beaucoup, et aucun dans les rangs de l’Ordre de l’Aster. Il s’interdit à y songer davantage : il n’avait aucune envie de révéler ce genre de choses au drow.
    « Ta cité et ses elfes ne m’intéressent guère. » dit Nimdéorn d’un voix moqueuse.
    Mais Othon préféra songer aux écuries et aux chevaux de la Commanderie, passant mentalement de stalle en stalle, jusqu’à ce qu’il perçoive — nettement cette fois — l’esprit du drow se désengager du sien. Petite victoire. Il songea néanmoins à Wyverne, son destrier formidable, et regretta furtivement de ne pas avoir voyagé à cheval, comme prévu au départ. Brandon était bien gentil, avec ses coups de chance et ses signes du destin, mais en l’occurrence, il avait été terriblement mal avisé. Ces pensées ne sapèrent cependant pas son moral : Nimdéorn ne pouvait pas savoir qui avait survécu à la tempête, ils étaient partis sans aller le vérifier, et le paladin était persuadé qu’en dépit de l’orage, en dépit de cet éclair monstrueux qu’avait conjuré l’ensorceleur, Brandon s’en était tiré. Brandon et les autres.
    Le temps se suspendit. Leur marche monotone dans les ténèbres se poursuivait sans fin, un pas après l’autre, sans changement, sans événement, dans le ventre du monde. Othon se demanda où ils étaient, à combien de milliers de lieues d’Hélonna, et comment, jamais, il pourrait rentrer chez lui. Il n’avait pas voulu songer à ce qui l’attendait dans les cités noires des drows et décida de ne pas commencer. Il faisait moins humide mais toujours aussi froid, et Kerun, dans sa tunique légère et raide de crasse, était glacé. Son visage émacié paraissait violacé mais il avait les yeux ouverts et fixes, une vision des plus dérangeantes, qu’Othon ne parvenait pas à s’infliger. Il avait déjà essayé de lui fermer les paupières, mais elles se rouvraient aussitôt sur son regard vide. Son souffle était court, ses membres flasques, et de temps en temps, ses lèvres bougeaient sans qu’aucun son en sorte. Nimdéorn finit par ordonner une pause et cette fois Othon donna à boire à l’agent luménien, sans se soucier des reniflements méprisants de leur bourreau. Peut-être était-ce inutile et cruel, de le maintenir en vie, mais il ne pourrait en juger qu’au moment où ils seraient morts tous les deux.


    La souffrance était pulsatile. Permanente. Mais il y avait moyen de la garder à distance, de jeter un voile, comme pour étouffer un feu résistant. Malheureusement, au bout d’un moment, les braises trouaient l’étoffe et leur violence prenait le pas sur l’apaisement fugace. Le feu consumait la chaumière, l’arbre et l’enfant survivant.

    Ils marchèrent peut-être deux jours. Peut-être plus. Il n’y avait ni soleil, ni lune, ni jour, ni nuit, juste des heures de marche et des heures de pause et des heures de sommeil sans rêves. Othon pensait que son corps lui indiquerait le passage du temps mais il en perdit rapidement toute notion. Il était capable de marcher bien plus longtemps qu’un homme ordinaire sans ressentir de fatigue, mais la faim le tenaillait. Il avait terminé les provisions acceptables qu’avait emportées le drow mais refusait de manger la viande humaine qui leur restait. Aussi Nimdéorn lui avait-il montré quels champignons, mousses et créatures rampantes étaient comestibles. Tout était répugnant et il lui fallait en manger des quantités astronomiques avant d’éteindre la douleur dans son ventre. Or, Nimdéorn n’était pas mécontent de l’affaiblir, en dépit du contrôle total qu’il avait sur son esprit, comme s’il craignait une intervention divine. Othon l’espérait, cette cavalerie improbable : par moments, il avait l’impression qu’il allait s’écrouler sur la pierre et ne plus pouvoir se relever. Le drow dut percevoir cette faiblesse et foudroya un essaim de chauves-souris qu’ils firent rôtir sur la flamme. Othon vomit ensuite pendant plus d’une heure, de la viande grillée, de la bile et du sang, si bien que Nimdéorn fut contraint de lui donner une potion curative pour rattraper les dégâts. Il était temps qu’ils arrivent quelque part, et pourtant rien, autour d’eux, ne leur parlait de la proximité d’une quelconque civilisation. Chaque fois qu’ils tombaient sur le vestige tangible d’un passage, il était usé, poussiéreux, cassé et manifestement oublié de longue date.
    Au bout d’un temps interminable, ils débouchèrent enfin dans une voie beaucoup plus large qui, chose stupéfiante, était dallée et éclairée de torches rougeoyantes. Une chaleur agréable la baignait, comme une sorte de vent souterrain, paisible, qui suivait le conduit, de la droite vers la gauche. Nimdéorn s’arrêta sur le seuil, vigilant, le visage déformé par une grimace. Il paraissait particulièrement dérangé par la présence d’une sorte de bannière, dont le mât était fixé par des sacs en toile, et qui se dressait à quelques toises sur leur gauche.

    « On y est ? demanda Othon.
    — Chhhh… » répondit Nimdéorn.
    Le paladin se tut. Ils n’y étaient manifestement pas. Le drow se mit à incanter et, sous les yeux d’Othon, disparut. Il l’entendit psalmodier à nouveau et cette fois, il perçut le frémissement d’un sortilège qui le touchait. Puis Nimdéorn lui toucha le bras et l’entraîna derrière lui. Ils quittèrent leur boyau inégal et descendirent sur la route — c’était le meilleur mot — dallée. Othon supposait qu’il était lui aussi invisible, mais il se voyait, et Kerun, foulant la pierre égale. Le drow le tira vers la droite et la chaleur s’amplifia peu à peu. Elle devait émaner d’un feu gigantesque, une forge immense, ou alors d’une de ces veines de pierre liquide et rouge qui circulaient sous terre — Othon n’en avait jamais vu. D’autres bannières flanquaient la voie et chaque fois qu’ils en dépassaient une, le paladin entendait le drow siffler comme une vipère. Ce symbole lui déplaisait. Ils s’immobilisèrent contre un mur, le Lunaron contraint par un ordre mental sec, qui le paralysa. Un autre vint, exigeant qu’il couvre la bouche de Kerun de sa main, ce qu’il fit servilement mais avec prudence, veillant à ne pas l’étouffer. Des silhouettes approchaient et trois nains bardés de fer apparurent. Ils avaient la peau grise, les cheveux blancs, et n’étaient pas sans rappeler le drow. Othon savait qu’il s’agissait de duergars, les cousins mauvais des nains de la surface. Il perçut comme un frémissement à côté de lui, la haine de Nimdéorn, et réalisa que si l’elfe noir pouvait percevoir ses pensées, il arrivait lui aussi à deviner ses émotions. La sensation disparut brutalement, signe que Nimdéorn appréciait peu de partager. Othon se demanda si l’ensorceleur allait craquer, envoyer une décharge d’énergie mortelle vers les intrus, au risque de provoquer une bataille rangée. Mais il se contint, les duergars poursuivirent leur route, manifestement maîtres chez eux, et disparurent un peu plus loin. Le drow demeura immobile plus longtemps, sans doute pour s’assurer qu’ils ne reviendraient pas, puis imposa au paladin de se remettre en mouvement. Un écueil les attendait plus loin : le couloir que Nimdéorn avait décidé d’emprunter était condamné par des rochers écroulés. Cette vision fit flamber la colère de l’elfe noir, Othon la perçut à nouveau, vive et foudroyante, crépitant sur sa peau alors même qu’il était invisible. Pendant une seconde, le paladin fut persuadé que Nimdéorn allait passer sa fureur sur lui, mais le drow n’en fit rien.

    « Attends ici. Ne bouge pas. Sous aucun prétexte. »
    L’ordre se grava dans l’esprit du paladin. Puis ce fut le silence. Un silence à la fois agréable et inquiétant. Le drow était parti, Othon n’entendait plus son souffle. Et pourtant il était omniprésent dans sa tête, comme une tache de graisse à l’intérieur de son crâne, visqueuse et odorante. Il relâcha la pression sur la bouche de Kerun et celui-ci poussa un léger soupir.
    « On va s’en sortir, murmura le paladin. On va s’en sortir, on va s’en sortir, on va s’en sortir. »
    Un nouveau duergar survint, seul cette fois, vêtu d’une armure hérissée, la hache à la main. Il passa à moins d’un mètre d’Othon, et partit vers la source de chaleur. Le paladin resta immobile. Il était incapable de se signaler… et il savait que le faire n’aurait servi à rien. Les nains des profondeurs n’étaient pas plus tendres que les elfes noirs, et ils auraient sans doute fini dans les chaînes et sous le fouet. L’un dans l’autre, Othon avait le sentiment que la haine personnelle de Nimdéorn était plus riche de possibles. Et de toute façon, même s’il avait pensé le contraire, ça ne l’aurait pas libéré de son emprise. Il eut cependant l’espoir, une seconde, que le duergar trouve le drow, que ce dernier succombe à ses impulsions, qu’ils se battent, que Nimdéorn meure, que la domination se lève et qu’il se retrouve libre au milieu de nulle part.
    Ne rêve pas, intervint une voix grinçante dans son crâne.
    Le drow, pourtant, n’était pas de retour. Mais Othon obéit et arrêta de rêver.
    Il ne revint que de longues et interminables minutes plus tard, le paladin l’entendit avant que sa main glacée ne se pose sur son bras.

    « Dépose Kerun.
    — Il va devenir visible si je le dépose.
    — Je me charge de ça. »
    Othon se pencha pour déposer l’elfe sur le sol. Celui-ci se roula aussitôt en boule mais quelque chose — un pied assurément — le bloqua. Son corps se redressa dans la poigne invisible du drow, puis disparut.
    « Déblaie ça. »
    Le paladin se tourna vers le couloir bloqué.
    « Ça va faire un boucan de tous les diables.
    — Ce n’est pas ton problème. Nous devons passer.
    — Tu n’as pas un sortilège…
    — Non.
    — Bon. »
    Othon regarda un moment l’éboulis, cherchant un rocher qu’il était susceptible de pouvoir ébranler. Ils étaient énormes, comme fusionnés les uns dans les autres par des années et des années d’usure. Son hésitation lui valut une pointe de douleur dans le crâne comme Nimdéorn s’impatientait. Le paladin fit un pas en avant et agrippa une pierre au hasard, prenant appuis du pied sur une autre et tira. En temps normal, il aurait pu la déplacer sans trop de mal, mais le manque de nourriture l’avait affaibli et il eut beau s’arcbouter, il n’en tira qu’un fin filet de poussière. Nimdéorn poussa un soupir d’agacement.
    « Recule. »
    Kerun reparut, affalé sur le sol. Le drow se mit à incanter et son invisibilité se leva comme il psalmodiait. Une petite brume de poussière émana de l’éboulis, perturbée par le champ d’énergie magique. Par réflexe, Othon dégaina sa lame et se plaça en sentinelle, surveillant le couloir désert. Quelqu’un allait immanquablement venir et les voir, quelles que soient les protections dressées par Nimdéorn. Du coin de l’œil, il vit le petit nuage prendre grandir, grossir, se densifier et soudain, une créature de terre se tint entre eux et le couloir obstrué. Elle semblait composée de gros blocs de pierre agglutiné, avait des mains énormes, deux petits yeux noirs et enfoncés dans la boue qui lui formait le visage. Le drow ne dit rien mais désigna l’amas rocheux. La créature — un élémentaire, Othon en avait déjà vus — se mit au travail et creusa un tunnel dans la pierre comme s’il se fut agi de beurre mou. L’ordre vint peu après et Othon ramassa Kerun avant de se glisser dans l’espace ménagé par leur allié temporaire. Nimdéorn suivit. Le mur faisait plusieurs mètres de profondeur et quand ils atteignirent l’autre côté, il faisait à nouveau froid et terriblement noir. Des voix retentirent derrière eux, dans un sabir grognant, et le drow renvoya son élémentaire dans le tunnel, pour faire face à leurs visiteurs. Dès que la créature se fut engouffrée dans le trou, l’ensorceleur prononça un mot bref et frappa la pierre du plat de la main. Un bruit assourdissant se fit entendre et Othon serra les dents, les oreilles douloureuses. Les rochers s’affaissèrent avec fracas.
    « Dépêchons-nous, dit Nimdéorn. Ça ne les retiendra pas longtemps. »
    Et, contre toute attente, ils se mirent à courir.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  10. #100
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Leur fuite dura un moment. Quand ils s’arrêtèrent enfin, hors d’haleine, Othon avait perdu tout sens des directions. Nimdéorn ne manquait pas de résistance, de son côté, le paladin supposait que la vie de pirate l’avait renforcé. Ils s’assirent contre la pierre, au milieu de nulle part, et le drow lança un sac à son prisonnier. Dedans, Othon trouva du pain, du fromage à l’odeur étrange, et ce qui ressemblait à un cuissot d’animal fumé. De la nourriture de duergar. Il releva des yeux surpris sur l’ensorceleur.
    « J’ai besoin que tu tiennes le coup, imbécile. Nous ne sommes pas encore rendus. »
    Et ils restèrent immobiles encore un moment, à reprendre leur souffle, puis leurs forces, avant de repartir. Dans l’urgence, cependant, Nimdéorn oublia Kerun et le kuttröthe. Vu la dose qu’il lui avait donnée, cela ne changeait pas grand-chose à la marge de manœuvre de l’elfe, dont le corps paralysé et l’esprit vide ne pouvaient reprendre pied dans la réalité, pulvérisés par les tourments. Mais la petite lueur, au cœur de son inconscience hachée, ne demandait qu’une minime ouverture pour trouver sa route et rayonner… Et dans cet instant de répit, elle la trouva enfin.

    Une forêt magnifique, ramures et troncs, sous-bois odorants, lumière dorée. Il marchait dans la plus totale harmonie et la plus totale liberté. Comme toujours. Une source éternelle de force et de félicité. Pourtant, il y avait quelque chose dans l’air, d’étrange, comme si un nuage, loin dans les hauteurs, était passé devant le soleil. Inhabituel. Il n’aimait pas ce genre de changements… imprévus… au cœur de lui-même.
    Les arbres majestueux s’écartèrent et peu à peu, furent remplacés par des buissons obscurs, aubépines et églantiers, sans fleurs, noircis, leurs fruits pourris ou desséchés, leurs épines plus acérées que jamais, déchirant peau et vêtements, mais il continua à progresser, loin de la beauté familière, sans savoir pourquoi, comme victime d’une injonction puissante à laquelle il ne pouvait résister. Une urgence.
    La lisière. Il faisait à peine jour mais le soleil naissant nimbait le paysage. Avant de l’atteindre, il butta contre un corps, recroquevillé dans la boue et fit un écart instinctif. C’était une femme, elfe, rousse, mais elle était affreusement mutilée, à moitié dévorée par les bêtes du bois. Dégoûté, il poursuivit sa route et atteignit la campagne. Il y avait là une maisonnette construite autour d’un tilleul imposant, à une vingtaine de toises de l’orée, un puits, un potager, un ruisseau et une odeur de mort. La porte était ouverte, et sans même y penser, il attrapa une flèche dans son carquois, l’encocha et banda son arc. Pas à pas, il quitta le couvert des arbres, aux aguets, scrutant les lieux de son regard de faucon. Un corps sur la gauche, terriblement mutilé lui aussi, quelque chose qui bouge à proximité et… c’était un enfant. Il était maculé de terre, de sang, d’écorce, roux comme sa mère, quel âge pouvait-il avoir, peut-être dix ans, ce n’était rien pour un elfe… Il s’approcha d’un pas, de l’autre, l’enfant l’aperçut et, plutôt que d’en avoir peur, il le fixa de ses yeux bleus, avec une intensité désespérée, sa bouche s’ouvrit sur un cri et, escaladant le cadavre de son père, il se dirigea vers lui.
    Il lâcha son arc, posa un genou en terre et accueillit le chagrin et la souffrance incommensurables de l’enfant. Son désespoir était tellement puissant qu’il perdit pied et…



    Intermède - Luménis


    Darren émergea de sa Transe en sursaut et se leva d’un bond du fauteuil où il s’était installé. Cette Rêverie n’était pas la sienne. Il avait été aspiré dans celle d’un autre, qui avait trouvé la force de l’y attirer, un appel dans les ténèbres… Kerun avait des ennuis. Darren fit vivement le tour de sa chambre puis retourna à son fauteuil. Il ne pouvait faire qu’une seule chose : y retourner.

    Il ferma les yeux et invoqua la forêt de sa jeunesse, la Lorien magnifique, ses arbres millénaires. Il entra aussitôt en Rêverie.
    Cette fois, il s’abandonna entièrement à l’appel étranger, courut vers l’ombre et atteignit plus rapidement la lisière. Il ne prêta guère attention au corps de l’elfe dévorée. Il supposait qu’il s’agissait d’un souvenir, ou de sa reconstruction, il savait que Kerun était originaire d’un hameau en bordure de la Forêt Maudite, qu’il avait perdu ses parents très jeune avant d’être adopté dans la communauté humaine située à proximité. L’enfant était toujours près du cadavre du second elfe, mais cette fois, Darren était prêt à affronter son désespoir. Il mit un genou en terre, prit l’enfant dans ses bras, et chercha à trouver l’esprit qui avait généré ce petit corps perdu. Mais il ne percevait qu’une profonde souffrance, une terreur qui enveloppait tout, et il sut qu’où qu’il soit, Kerun était en train d’être torturé. L’agitation de son esprit était tellement forte qu’il s’épuisait, et ce n’était certainement pas dans une Rêverie traumatique qu’il allait trouver de l’énergie. Mais il avait appelé Darren, une méthode ancestrale que peu d’elfes maîtrisaient, que Darren lui-même n’avait jamais utilisée auparavant, et, venant d’un elfe acculturé comme Kerun, c’était assez miraculeux… ou révélateur de la crise à laquelle il était confronté.
    En général, Darren n’était pas elfe à hésiter longtemps. Face à une urgence, il prenait ses décisions rapidement, sans doutes superflus, s’appuyant sur deux bons siècles d’expérience au cours desquels il avait été exposé à plus d’un désastre. Mais face à cette situation inédite, il n’avait absolument aucune idée de quoi faire. Les années et les événements l’avaient rendu dur, et même s’il n’était pas vraiment, physiquement, dans cette Rêverie, avoir comme seule marge de manœuvre le fait d’étreindre un enfant était déstabilisant. Il avait la conviction, cependant, que c’était la seule manière de venir en aide à son cadet, un elfe privé de son peuple, exploité sans vergogne par les services secrets, beaucoup trop jeune pour les responsabilités qui lui incombaient aujourd’hui, mais tellement volontaire que jamais Darren ne s’était jamais senti le droit de briser son élan. Etant lui-même issu d’une communauté traditionnelle, il savait combien les Anciens avaient la certitude de faire au mieux, toujours, sans se soucier des plus jeunes, et il ne voulait pas reproduire à Luménis ces cadres qui l’avaient tant étouffé (et pourtant construit) quand il vivait encore en Lorien. Mais il se sentait une responsabilité envers Kerun, exacerbée par les récents événements du printemps. Il ne savait pas comment lui venir en aide, mais il le ferait néanmoins. Il essaya à nouveau d’élancer sa conscience vers la sienne, au cœur de cette douleur flamboyante, et il perçut dans ses propres membres, dans son crâne, le reflet de ce qu’il traversait. Plus il creusait, plus la sensation s’amplifiait, et il se sentit hurler à son tour, mais il saisit quelque chose de tiède, l’effleura, avant de réintégrer brusquement son corps.


    « DARREN ! »
    On frappait avec violence à sa porte, mais ce n’était pas ce qui l’avait arraché à la Transe : la Rêverie de Kerun s’était interrompue, sans doute parce qu’il n’était plus capable de s’y raccrocher. Darren se leva et alla ouvrir. Ermeline manqua bondir à l’intérieur.
    « Est-ce que ça va ? demanda-t-elle. Je t’ai entendu hurler et… tu saignes ? »
    Elle tendit la main vers son visage mais il lui attrapa le poignet avant qu’elle puisse le toucher. De l’autre, il essuya le sang qui lui perlait à la narine.
    « Préviens Nora Felden que je dois la voir au plus vite.
    — Est-ce que tu es sûr que ça va ?
    — C’est urgent. »
    Sur un regard blessé, elle capitula et fila dans le couloir.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  11. #101
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    14 bis – Retour en Outreeterre


    « J’ai failli oublier. » se justifia Nimdéorn en refermant la fiole.
    Othon lui jeta un regard mauvais tandis que Kerun gémissait sur le sol.

    « Tu crois vraiment que ta… matrone… sera heureuse de l’état dans lequel tu lui livres ton… présent ? »
    Le drow sourit.
    « Il sera mûr pour ce qui l’attend. C’est ainsi qu’on brise les elfes, chez moi. Au kuttröthe. Nous avons des experts dont c’est le métier. Le juste dosage, les brimades appropriées, un poil de torture, et ils rentrent dans le rang bien sagement.
    — Tu n’es manifestement pas un expert.
    — Non, c’est vrai. »
    Il haussa les épaules.
    « Je fais de mon mieux. »
    Il tapota la tête de l’elfe puis se releva.
    « Bon, en route. Nous n’y sommes pas encore et ces maudits nains sont fichus de nous traquer un certain temps. »
    Othon s’agenouilla pour reprendre Kerun dans ses bras.
    « A quelle distance de ta ville sommes-nous, au juste ? »
    Nimdéorn plissa les yeux.
    « Nous y serons dans quatre ou cinq jours, je pense.
    — Ça ne veut rien dire.
    — Alors pourquoi poses-tu la question ?
    — Par rapport à ce que nous avons déjà fait ?
    — Nous sommes à la moitié. »
    Othon acquiesça dans un soupir. Marcher encore et encore, dans la nuit. Il avait presque envie d’y être.
    « Où sommes-nous ?
    — En Outreterre. Tu n’avais pas remarqué ?
    — Par rapport à la surface.
    — Quelle importance ? Tu ne la verras plus jamais. »
    Le paladin ne broncha pas mais l’elfe noir se permit un léger rire.
    « Allez, Lathandrite, prie ton dieu et bouge tes fesses. »
    Et ils repartirent, inlassablement.

    Les duergars les rattrapèrent des heures plus tard, alors qu’ils s’étaient arrêtés pour se reposer. Othon dormait quand il fut arraché à sa torpeur par un aiguillon douloureux à la base de la nuque. Nimdéorn était debout, les mains s’agitant dans la pénombre, et le paladin, poussé par une injonction, dégaina son épée et se porta au contact des assaillants. Ils étaient au moins dix, lourdement armés, caparaçonnés de métal et capables de voir dans la nuit. Othon ne portait pas d’armure, ne percevait que leurs ombres, et devait se battre avec une épée beaucoup trop légère. Il eut la sensation qu’on l’envoyait au suicide. Puis subitement, de l’eau déferla dans le couloir. De l’eau, du vent, de la grêle, une tempête miniature au milieu de nulle part, hurlante et glaciale, qui l’engloutit… sans le noyer. Il était protégé par quelque chose et il réalisa que, contre toute attente, il pouvait respirer au sein de ce déferlement des éléments. Plus petits, incapables de lutter contre le torrent, les duergars affrontèrent l’ouragan en ordre dispersé. Ils chargèrent des arbalètes dont les carreaux leur furent renvoyés à la figure. Ils étaient nombreux, cependant, et déterminés à atteindre le lanceur de sortilèges. Aussi Othon fit-il écran de son corps et de sa lame. Tout était chaotique et brouillé, il luttait en même temps contre la force de la bourrasque et de l’averse, et en même temps contre leurs agresseurs, perturbés mais résistants, à la mesure des lieux inhospitaliers où ils avaient élu domicile. Un élémentaire d’eau surgit pour lui prêter main forte, et un éclair bleu crépita dans les hauteurs, ricochant sur les parois de pierre. Il frôla Othon, illuminant la scène d’une lueur aveuglante, avant de s’éteindre. Une insupportable odeur de viande grillée s’éleva dans l’air et le tumulte de la tempête retomba. Othon se rua vers l’avant, croisa le fer d’une hache, frappa une encolure, faucha un ventre, planta sa lame dans une nuque, puis s’immobilisa. Un silence chargé de gémissements s’éleva.

    « Reviens. » dit Nimdéorn d’une voix lasse.
    Othon était trempé, frissonnant, et il recula en direction du drow, la lame toujours à découvert. L’elfe noir alla jusqu’aux corps disséminés dans le tunnel et acheva les survivants d’un coup de dague, un à un.

    « J’imagine que tu ne mangeras pas de ça non plus ? »
    Le paladin ne répondit rien, cherchant Kerun du regard. L’elfe gisait face contre terre et Othon s’accroupit sur le sol pour le retourner. Il respirait toujours et, brusquement épuisé, Othon se laissa tomber assis sur la pierre. Nimdéorn fouillait les corps, et revint avec plusieurs sacs. Leurs poursuivants étaient équipés pour la traque, bien sûr, transportant ravitaillement et matériel, des armes, des vêtements. Mais Othon se sentait subitement désoeuvré. Il avait lutté contre des ennemis qui l’auraient sans nul doute tué ou asservi, mais il avait protégé le drow, Kerun qui souffrait le martyre, au creux d’une tempête qui l’avait, un instant, ramené à l’Ivresse des Profondeurs, au naufrage, à la probable mort d’amis et de collègues, dans un déferlement dû à l'elfe qui se tenait debout à côté de lui. Qui le tenait en son pouvoir et qui userait encore de lui, jusqu’au trépas. Il était fatigué, il n’avait plus envie de bouger, plus envie d’obéir, et pourtant, il savait qu’il le ferait. Nimdéorn aurait pu pavoiser mais il n’en fit rien. Il s’accroupit pour fouiller dans les sacs, dénicha de quoi faire un feu, et improvisa une flambée au creux du tunnel, y jetant tout ce qui ne servirait pas, bottes et nippes, et des blocs d’un charbon noir que les duergars avaient emporté. Le paladin se chauffa tandis que l’elfe noir faisait des aller-retours entre les cadavres et leur feu. Il se détourna quand il comprit que l’ensorceleur allait, à nouveau, rôtir une viande impie.
    « Cherche-toi à manger. » ordonna-t-il cependant.
    Il y avait largement de quoi remplir sa besace vide : du pain dur, du fromage laiteux, des racines étranges, des champignons secs, de la viande fumée. Il y avait même de la bière forte, qui lui fit tourner la tête juste à la respirer, un signe supplémentaire de son épuisement. Nimdéorn avait parlé de quatre jours, aussi Othon calcula-t-il rapidement ce qu’il devait conserver pour tenir jusqu’au bout. Il n’avait aucune envie de devoir à nouveau grappiller de la mousse ou sucer des millepattes, sans parler de manger des chauves-souris empoisonnées. Il se sustenta en silence, tourné vers le mur, observant son ombre déformée et se demanda si c’était un reflet de ce qu’il était devenu, une tache obscure sur la trame du monde, intégralement façonnée par le pouvoir d’un autre.
    Il perçut la présence du drow derrière lui mais ne se retourna pas. Nimdéorn lui jeta une outre rebondie ainsi qu’une pile d’étoffe.

    « Lave-le et change-le. »
    Othon resta interdit.
    « Il empeste. Comment crois-tu que ces vermines nous aient retrouvés ? »
    Il fit volte-face et le paladin attrapa l’eau et les vêtements. En nettoyant Kerun, il fut à nouveau frappé par son effroyable maigreur, résultat de plusieurs jours de mal de mer, suivis de plusieurs jours de privation. Il savait que les elfes étaient résistants, qu’ils avaient des ressources intérieures incompréhensibles pour les humains, mais il avait quand même la certitude que Nimdéorn allait trop loin.

    L’enfant était dans une forêt magnifique, à présent. Son âme saignait, son corps tremblait, son cœur allait exploser. Mais il faisait bon, le vent séchait ses larmes d’une caresse sur ses joues gercées, et à chaque pas, il sentait une force de vie grandir en lui. Il n’imaginait pas qu’il soit possible, un jour, que la souffrance disparaisse. Et pourtant… pourtant.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  12. #102
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Les jours suivants furent monotones. Le souterrain qu’ils empruntaient était à nouveau irrégulier et abandonné, sans signe de vie intelligente. Othon se sentait comme engourdi, assommé de pénombre et d’ennui. Il laissait son esprit dériver vers des visions d’un autrefois ensoleillé, la commanderie, les rues de Luménis, des cavalcades dans la campagne voisine. Même les morts-vivants lui manquaient. Un petit récital à la Bienveillance. Une séance d’entraînement dans la poussière de la cour. Un office au Temple par une aube merveilleuse. Un bon verre dans une taverne du port. Des actes simples : graisser le cuir d’une bride, ferrer un cheval, aiguiser le tranchant d’une lame. Il songea à Nimdéorn, qui était resté des mois enfermé dans un cachot, seul, enchaîné, sans rien à faire, et il eut pitié. Il se récolta une décharge d’énergie glaciale pour sa peine, qui le laissa un genou en terre, tandis que le drow l’insultait dans sa langue absconse.
    Mais ils devaient approcher de leur but car Nimdéorn devenait plus nerveux, peut-être impatient d’être rentré dans sa cité lugubre. Il y avait de la tension dans l’air, un certain relâchement de leur vigilance, et c’est sans doute la raison pour laquelle ils furent pris au dépourvu, l’un comme l’autre, lorsqu’une créature monstrueuse surgit en travers de leur passage. Il y eut une projection d’éclats de pierre en tous sens, et Othon eut tout juste le temps de voir une énorme pince jaillir sous son nez avant d’être balayé d’un mouvement violent, et d’aller percuter le mur. Sonné, le paladin glissa assis sur le sol, tandis que l’elfe noir poussait un juron sifflant.

    « Relève-toi ! » tonna-t-il.
    Facile à dire, songea Othon, en s’efforçant d’accéder à son désir.
    Il chercha un appui sur le sol, ressentit une violente douleur dans le dos, mais parvint à se redresser. Nimdéorn était quelque part devant, luttant au corps à corps avec la créature. Il tenait dans la main ce qui ressemblait à une masse phosphorescente, magique à n’en pas douter, mais le monstre face à lui était énorme, une sorte d’insecte géante à la carapace noire, dont les yeux à facettes capturèrent un instant l’esprit du paladin. Othon secoua la tête, attrapa la hache de duergar qu’il avait récupérée sur le corps d’un de leurs agresseurs et chargea. A cet instant, le drow fut à son tour heurté de plein fouet par la créature et vola contre la paroi avant de s’écrouler, inerte. Le paladin s’immobilisa dans son élan. Le drow était inconscient, incapable de lui donner des ordres. Son emprise était toujours là, cependant, comme une pression à la base du crâne. Mais s’il mourrait, si la créature le tuait, l’asservissement se lèverait immanquablement et Othon serait libre. Il fit un pas en arrière, un second, alors que la chose — il n’avait aucune idée de ce que cela pouvait être — agitait ses mandibules dans un claquement lugubre. Elle avait les pattes arrières courtes, de longs bras recourbés terminés par une unique griffe aux allures de pioche. Elle s’était ménagé un tunnel dans la pierre sans difficultés, émergeant de nulle part comme une taupe insectoïde. Peut-être était-elle aveugle, mais elle le percevait. Othon n’imaginait pas pouvoir la semer : elle était dans son environnement, il dépendait d’un sens de l’orientation perturbé et de la faible lueur qui émanait de sa ceinture. Mais elle avait de quoi se nourrir, désormais, si tel était son objectif. Un pas en arrière, encore, la hache pesante brandie à deux mains.
    Mais il y avait Kerun. Othon l’avait lâché quand la bête avait surgi et il le chercha des yeux dans la pénombre, subitement fébrile. Comment avait-il pu songer à sa propre vie quand il en avait une autre à protéger ? Il ressentit un début de panique : la créature avait provoqué un petit éboulis en dégageant son passage, il n’était pas impossible que l’elfe soit enseveli sous les gravats. Le paladin chercha la bouche du tunnel des yeux, l’endroit où il avait dû se trouver au moment de l’embuscade, à quelques mètres derrière le monstre. Kerun devait se trouver là, inaccessible. Même si la chose allait se repaître de Nimdéorn, il ne pourrait pas la contourner. Mais peut-être pouvait-il attendre… Si Tymora était avec eux, la créature s’occuperait d’abord du drow…
    Mais elle chargea Othon, sans doute consciente dans son esprit primaire, qu’il demeurait une menace. Le paladin se campa sur ses jambes et lui asséna un violent coup de hache dans l’épaule au moment où elle arriva au contact. Il n’avait pas l’habitude de ce type d’arme, à la fois pesant et trop court, mais il se félicita de l’avoir préférée à l’épée trop fragile que le drow lui avait donnée. Elle s’enfonça dans la carapace chitineuse, faisant jaillir un liquide jaune et pestilentiel, qui l’éclaboussa. La créature le renversa néanmoins, entraînée par son élan et il heurta la pierre avec violence. Il repoussa son agresseur en lui assénant plusieurs coups de pied dans le ventre, prit appui sur une main pour se redresser, mais la bête passa aussitôt à l’attaque et cette fois, de manière totalement imprévue, Othon se sentit comme paralysé par son regard. Quelque chose picota derrière ses yeux, pendant une infime fraction de seconde, et il eut l’impression que l’emprise de Nimdéorn luttait contre un charme bestial, que son esprit n’était subitement qu’une arène de combat entre deux volontés étrangères.

    « Je ne suis pas votre jouet. » souffla-t-il avec colère.
    Il se libéra de l’entrave mentale de la créature, mais un rien trop tard. Il sentit les griffes puissantes de la bête lui labourer la poitrine et le sang jaillir. Suffoquant de douleur, il lui asséna un nouveau coup de hache, un peu à l’aveuglette, dans le flanc cette fois, et il eut le plaisir d’entendre la carapace craquer puis la lame s’enfoncer dans quelque chose de tendre. Le cri du monstre était assourdissant, un sifflement insupportable, et Othon en eut une vertige. Ou alors c’était sa blessure. Il n’y voyait pas grand-chose, sinon que la bête était pliée en deux à quelques mètres, et il devait en profiter, absolument, car lui-même avait l’impression d’entendre son cœur battre à la surface de sa peau, partout. La hache pesait une tonne. Difficile d’imaginer qu’un nain ait pu la manier avec aisance. Mais Othon serra le manche, le bras un peu tremblant, et s’élança. La bête se redressa et leva ses abominables mandibules, qu’elle plongea vers la gorge de son adversaire. Le paladin frappa de toutes ses forces, droit sur la tête, entre ces deux yeux à facettes qui tentaient de le perdre, et il y eut un bruit abominable. Il sentit en même temps quelque chose de pointu le toucher entre la gorge et l’épaule et il glissa. La bête s’effondra sur lui, et il bascula en arrière, mille papillons pourpres devant les yeux, avant de perdre connaissance.



    Quelqu’un le prenait par la main sous les frondaisons, lui montrait les arbres et les champignons, les oiseaux et les fleurs. Il les connaissait mal, ils étaient étrangers, tous, mais il percevait leur beauté, leur force et leur chaleur. Il lui suffisait de les effleurer pour chasser la souffrance. S’asseoir dans l’ombre d’un hêtre. Humer le parfum des narcisses. Caresser la tête d’un écureuil. Goûter une myrtille sauvage. Courir avec les chevreuils. Chanter avec les rossignols. Danser dans le vent. Des expériences qu’il n’avait jamais faites et qui pourtant le soutenaient comme de vieux souvenirs bénis. La souffrance était toujours là, implacable, à l’affut d’une racine traître pour le faire trébucher. Mais il avait un guide, une main sur son épaule, une voix pour l’accueillir, et il suffisait de lui faire confiance pour repousser le mal.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  13. #103
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Lathandre s’imposa comme un torrent d’énergie formidable, bienfaisante et intacte, et pendant une seconde, Othon pensa qu’il était mort, qu’il avait rejoint son Dieu en lieu sûr, là où la lumière est éternelle et triomphante. Mais au cœur de cette extase divine, de cet espoir renouvelé, il sentit aussi une profonde souffrance, dans toute sa carcasse, et le froid et les ténèbres, et l’ombre de l’agonie. Il était vivant, tout juste. Une main saisit son avant-bras et guida sa paume sur une peau poisseuse et glacée.
    Soigne-moi, ordonna une voix, peut-être dans sa tête, peut-être tout haut, il n’en sut rien.
    Mais il obéit, invoqua le pouvoir de son dieu, et le libéra pour quelqu’un d’autre. Ensuite il ferma les yeux et se laissa aller vers le noir et le silence. Il était épuisé, il n’aurait pas dû être ici. Sa main revint contre son propre ventre et il tressaillit de douleur.

    « Soigne-toi, maintenant. » dit la voix, plus forte, à l’extérieur.
    Et Othon obtempéra à nouveau, guidé par cette volonté extérieure. La souffrance s’estompa et il reprit ses esprits, allongé contre la pierre du tunnel. Nimdéorn était penché sur lui, les vêtements déchirés, le visage taché de poussière et de sang, mais indemne. Lui-même prit appui sur un coude, retrouvant peu à peu les souvenirs des derniers instants. Dans la lumière ténue, il découvrit le corps prostré de la bête qui les avait attaqués, le crâne fendu, et prit à nouveau conscience de l’énergie de Lathandre qui pulsait à l’intérieur de lui-même.

    « Ne crie pas victoire. » dit Nimdéorn en lui tendant un objet argenté.
    C’était le collier d’antimagie, que le drow avait dû lui ôter pour avoir accès à ses pouvoirs curatifs.

    « Que tu aies accès à ta source ne joue en rien sur l’asservissement. La preuve, c’est que tu vas le remettre toi-même, comme un grand. »
    Othon prit l’artefact et son simple contact le fit frissonner.
    « A quoi bon, si mon pouvoir n’a pas d’effet ? » demanda-t-il, d’une voix un peu cassée.
    Le drow croisa les bras et s’écarta d’un pas.

    « Parce que je connais la souffrance qu’occasionne cet artefact et que j’ai bien l’intention de te l’infliger. »
    Il le gratifia d’un sourire mauvais.
    « Ce n’est pas personnel. Mais avoue qu’un paladin lathandrite fait un bon représentant de la vermine luménienne. C’est une juste vengeance. »
    Othon décida de ne plus l’écouter et plutôt de communier un moment, dans l’intimité de son crâne, avec son dieu retrouvé. Chaque seconde grappillée aurait toute sa valeur quand le vide ferait son retour.
    « Remets-le. »
    Il chercha à s’opposer à l’injonction. N’était-ce pas tabou, pour un paladin, de volontairement s’arracher à la formidable lumière de Lathandre ? Le Seigneur de l’Aube était l’essence de sa voie, de sa vie, il ne pouvait pas y renoncer parce qu’une crapule le lui ordonnait. Il garda le collier serré entre ses poings, sans l’approcher de sa gorge. Nimdéorn jura en sifflant et revint dans sa direction.
    « Donne-le moi, bon sang ! »
    A ça, il ne put s’opposer, et il ne put se dérober lorsque le drow replaça l’artefact autour de son cou. La source se tarit brutalement, renvoyant Lathandre au néant, et le silence reprit sa place douloureuse au creux du paladin. Mais il se sentait plein d’un espoir renouvelé. Comme il l’avait toujours su, rien n’avait changé au dehors, il suffirait d’un rien pour qu’il redevienne lui-même et qu’il marche dans la lumière. Le drow, frustré d’avoir échoué à le contraindre, lui flanqua un coup de pied dans les reins. Mais comme il avait les pieds nus, il en fut pour ses frais et c’est en boitillant qu’il s’éloigna. Othon se releva et retrouva Kerun, étendu sur le sol, toujours vivant. Le paladin en tira un immense réconfort : ils s’accrochaient, l’un et l’autre, et ils résisteraient jusqu’au bout.

    Après des heures de marche entrecoupées d’heures de sommeil, puis de marche à nouveau, et ainsi de suite, Nimdéorn signala une halte. Ils étaient dans une salle circulaire, encombrée de nombreux stalactites, et dans laquelle coulait un fin filet d’eau glaciale, en zigzag sur le sol. Des mousses phosphorescentes parsemaient les parois, donnant aux lieux un côté presque féérique. Illusion, bien sûr. Ils ne devaient être qu’à quelques heures, une journée au plus, de cette fameuse cité où leur abominable voyage prendrait fin.
    Le drow leur alluma un petit feu et brûla quasi tout ce qui n’avait plus d’usage immédiat, en ce compris deux des sacs, un signe supplémentaire de leur arrivée prochaine. Il administra du kuttröthe à Kerun mais l’elfe était désormais tellement faible qu’il n’y réagit guère, demeurant inerte, le teint gris et les yeux révulsés. Nimdéorn le poussa du pied mais n’en obtint pas davantage de réaction. Othon songea au pouvoir curatif qu’il avait à sa portée et qu’il ne pouvait utiliser pour lui venir en aide.
    Ils mangèrent en silence, puis restèrent là, immobiles. Othon comprit qu’ils attendaient quelqu’un. Nimdéorn lorgnait une des issues de la salle, agacé, impatient, et grommelait en drow. Il le vit lancer un sortilège et, à son expression, devina qu’il communiquait avec un interlocuteur lointain. C’était une méthode qu’utilisaient volontiers prêtres et magiciens, mais qui lui était étrangère. Parfois, Brandon faisait ainsi irruption dans son esprit. Il avait horreur de ça, en règle générale, mais il aurait tout donné à cet instant pour entendre son ami tymoran.


    La notion de lui-même était trouble, mais il savait qu’au-delà de la souffrance, il était quelqu’un. Il le sentait à la lisière de la forêt, quand il tendait la main à l’extérieur. Une main, déjà, tremblante, faible, mais qui avait été adroite. Il avait un contrôle sur elle, de plus en plus précis. Il avait des jambes, des épaules, et un cœur tambourinant. Et il était quelqu’un. Il finirait par se souvenir de qui. Et à ce moment-là, il pourrait quitter la forêt et affronter la tempête qui régnait au dehors.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  14. #104
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    L’objet de leur attente arriva plusieurs heures plus tard. Nimdéorn se releva brusquement et se porta à sa rencontre. Le nouveau venu portait une torche et il déboucha dans la caverne d’un pas tranquille. C’était évidemment un drow et il était seul. Un peu plus grand que l’ensorceleur, il portait une armure noire, une épée et arborait un large sourire. Les deux hommes se saluèrent en drow, se donnant l’accolade. L’échange qui s’ensuivit paraissait à la fois chaleureux et acide, mais il était difficile d’en juger car leur langue était vraiment désagréable à l’oreille, comme le sifflement d’une vipère, et suintait d’agressivité par défaut. Othon les observa et leur trouva un air de famille. Tous les elfes noirs se ressemblaient, bien sûr, mais ils avaient les mêmes yeux pourpres, et quelque chose dans l’arc du nez. A défaut de les comprendre, il ne pouvait que les observer. Nimdéorn paraissait de méchante humeur, une curieuse manière d’accueillir quelqu’un qui s’était manifestement déplacé pour lui. L’autre rit à plusieurs reprises en tapant sur l’épaule de l’ensorceleur, le sourire toujours facile. Curieux contraste. Puis leurs regards se déplacèrent vers eux, le paladin et l’elfe inconscient. Le drow en armure parut surpris, sans pour autant perdre de sa bonne humeur, et vint dans leur direction. En apercevant Kerun, son expression s’assombrit, cependant, et il échangea quelques paroles vives avec Nimdéorn. Othon eut la certitude que l’ensorceleur se faisait tancer, car il parut encore plus furieux que d’ordinaire.
    Puis Nimdéorn sortit la dague qu’il portait à la ceinture et se dirigea vers lui. Othon écarquilla légèrement les yeux et comprit qu’il était arrivé à la croisée des chemins. L’ensorceleur avait eu besoin d’un porteur et d’un garde du corps, mais c’était terminé : un de ses semblables pouvait relayer le paladin. Ce dernier ne dit rien. Il ne pouvait pas se défendre : si Nimdéorn voulait l’égorger, il ne pourrait rien y faire. Il croisa son regard. Le drow ne reflétait rien de particulier, juste une froide détermination. Mais son congénère l’arrêta d’un geste et ils échangèrent un moment, avec véhémence. La dague retrouva son fourreau et Othon devina que, contre toute attente, il avait une valeur plus importante vivant que mort.
    « Quel est ton nom ? » demanda le nouveau drow.
    Il n’était pas obligé d’obéir à cette injonction-là, mais Nimdéorn exerça une pression dans son crâne.

    « Othon.
    — Tu vas faire des heureux, Othon. » dit le drow.
    L’ensorceleur bouscula son congénère, qui leva des mains défensives, toujours souriant.

    « Tu dois obéissance à Aerdroth comme à moi. Ce qu’il t’ordonne, tu l’exécutes. »
    N’était-ce pas de la triche ? A ce prix-là, Nimdéorn pouvait l’inféoder à un peuple tout entier.
    « Ne me tente pas, imbécile. »
    Othon lui jeta un regard noir.
    « Debout. Nous repartons. »
    Il se dirigea ensuite vers Kerun, la fiole à la main, mais l’autre drow l’arrêta d’un geste. Ils eurent à nouveau un échange animé, bouillonnant de tension, mais l’ensorceleur rempocha son poison avec un geste d’humeur et se dirigea vers la sortie. Le dénommé Aerdroth haussa les épaules et revint vers le paladin, qui s’était levé.
    « Reprends l’elfe. » dit-il simplement.
    Il paraissait incertain.

    « Je ne suis pas sûr qu’on pourra encore en tirer grand-chose, mais il a l’air d’y tenir. »
    Sur un haussement d’épaules, il prit la suite de Nimdéorn.
    « Allez, viens. Vous y êtes presque. »
    Othon souleva Kerun et suivit le nouveau venu, la mort dans l’âme. Il avait échappé à la dague mais il n’était pas sûr que c’était une bonne chose, tout bien considéré. La cité drow était proche et, une fois rendu, il serait certainement séparé de l’elfe, sans plus la moindre maîtrise de son destin.

    Environ une heure plus tard, ils atteignirent une zone clairement occupée. Des torches jaillirent en bordure de tunnel, puis des bannières, et puis, de manière inopinée, des drows. Une patrouille en armure, qui les apostropha et les interrogea un moment, examinant Othon, Kerun, l’ensorceleur. Aerdroth se montra déférent, le groupe jouissant manifestement d’un statut supérieur au sien et géra l’interaction avec une forme de diplomatie, qui consistait à s’écraser et opiner du chef à chaque aboiement. Une fois repartis, Nimdéorn laissa éclater sa mauvaise humeur mais Aerdroth parut en plaisanter. Ne rien comprendre à leurs conversations était extrêmement déstabilisant, Othon avançait droit vers un inconnu qui promettait d’être douloureux, mais il n’avait aucune marge de manœuvre.
    Plus loin, ils tombèrent sur un groupe d’esclaves au travail dans une galerie. Il s’agissait de petites créatures grises, ressemblant à des gnomes, qui excavaient un passage dans la roche sous la menace du fouet. Cette fois, seuls des signes s’échangèrent, et ils poursuivirent leur route. Nimdéorn sombra dans le silence, malgré les nombreuses relances de son compagnon, et se laissa bientôt distancer, si bien qu’Aerdroth se retrouva aux côtés du paladin.
    « Puis-je savoir ce qui m’attend ? » osa finalement Othon.
    Le drow lui retourna un sourire qui paraissait presque chaleureux.

    « Un gars costaud comme toi est plein de promesses, répondit-il. Lathandre est un problème, mais la matrone verra sans doute le potentiel au-delà.
    — Qu’est-ce que ça veut dire ?
    — La lumière et l’ombre, tu vois, ça ne va pas trop ensemble. En général, les prêtres de la lumière sont humiliés, torturés puis exposés jusqu’au trépas. Mais tu es un combattant… Ce serait du gâchis. Tu dois espérer qu’elles vont s’en rendre compte.
    — Elles ?
    — Les prêtresses de Lolth.
    — Et dans ce cas ?
    — Les arènes, certainement. Et là, ce sera à toi de te débrouiller pour rester en vie. Si c’est ce que tu désires, bien sûr. Bon, vu ton gabarit… Il y aura un peu de reproduction, évidemment.
    — De la reproduction ?
    — Tu poses beaucoup de questions. Penses-tu que nous allons systématiquement chercher nos esclaves en surface ? »
    Othon s’était empourpré.
    « C’est répugnant.
    — Ils disent tous ça. Mais après quelques veilles entre les mains d’un casseur d’esclaves, tu verras les choses autrement. Un rare moment de détente.
    — Tu aurais dû le laisser m’égorger. »
    Aerdroth rit.
    « Non. Tu vois, tu es le seul qui aies de la valeur. Or Inathaliel ne peut pas se présenter avec juste ce déchet devant la matrone. »
    Il désigna Kerun.
    « Les elfes ont perdu toute valeur depuis que Mélandis a banni l’esclavage. Nous avons obtenu des lots entiers pour des prix cassés. Alors un gamin agonisant, un Boisé en plus, ça ne vaut rien. Et le kuttröthe lui probablement bousillé l’esprit, à ces doses démentes… Ina aurait dû laisser faire les spécialistes, s’il voulait vraiment en faire un esclave, mais ce n’est pas sa spécialité, le travail d’équipe. »
    Othon absorbait les informations comme une éponge, en dépit de son désarroi. Mélandis était proche.
    « Mais donc, si Ina veut bénéficier de la mansuétude de la matrone et il en a drôlement besoin, après avoir été faire le guignol en surface pendant toutes ces années, il a intérêt à avoir un présent de valeur. Et c’est ce que tu es : un spécimen de choix. C’est peu de chose et c’est risqué, mais cela devrait suffire à lui épargner la potence. »
    L’incrédulité du paladin devait être spectaculaire car le drow éclata de rire.
    « Haha, tu tombes des nues. Bienvenue chez les drows, Othon. Ce ne sera pas comique mais ce sera plein d’enseignements ! »
    Othon ne put s’empêcher de jeter un regard en arrière, vers Nimdéorn qui marchait bras croisés, replié sur ses ruminations. Regrettait-il d’avoir eu le mal du pays ? Les perspectives semblaient bien moins glorieuses que ce qu’il avait imaginé. Peut-être même dangereuses pour sa propre sécurité.
    « Arrête de lui parler ! » s’exclama l’ensorceleur en les apercevant.
    Aerdroth gloussa à nouveau et prit quelques mètres d’avance en trottinant. Othon demeura en arrière, serrant Kerun contre lui. Un gamin agonisant sans la moindre valeur. Comment diable allait-il pouvoir le protéger ?


    -Fin de la partie 1-
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  15. #105
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Partie 2 : Toutes les routes mènent à Mélandis

    15. Acclimatation et repérages

    L’Auberge du Chaos était située dans le quartier commerçant de Mélandis que les locaux appelaient l’Esplanade Impériale. C’était une zone centrale, bruyante et encombrée, où les visiteurs passaient volontiers inaperçus. Martin avait choisi leur point de chute sans hésiter, en bon connaisseur. Il n’avait quitté la cité que quatre ans plus tôt et même si une guerre avait eu lieu depuis, si l’esclavage avait été aboli, il avait reconnu son atmosphère, inchangée, dès qu’ils avaient quitté la petite masure où le mage les avait téléportés. L’odeur, la chaleur, le bruit, les couleurs. Les silhouettes furtives et celles qui occupent le centre de la rue exprès pour qu’on s’en écarte. Les pourpoints des uns, les armures des autres, les toges des troisièmes, les guenilles des derniers. Il avait pris une profonde inspiration et mis le pied dehors dans le soir naissant. Il haïssait cet endroit de toutes les fibres de son corps, il en ressentait une terreur viscérale, et pourtant, il savait qu’il ferait face.
    Ils s’étaient installés dans deux chambres, Martin et Cassie d’un côté, Valtameri, Fiona et Garance de l’autre, en miroir de leurs mensonges. Il leur avait semblé qu’un groupe de cinq voyageurs mal assortis attirerait l’attention et ils avaient opté pour cette division improbable. Martin et Cassie prétendaient être un jeune couple (la différence d’âge était banale) et Garance jouait les dames de la campagne, accompagnée d’un garde du corps et d’une servante apeurée. Ils logeaient à l’auberge, faisaient mine de ne pas se connaître, mais se retrouvaient ensuite dans une taverne voisine pour discuter de leurs plans. La Gorgée d’Orge n’était pas plus mal famée qu’un autre bouge du même type et la serveuse avait du caractère, ce qui gardait les plus nerveux dans le rang. C’était une autre affaire dans les caves, que Martin avait visitées à l’une ou l’autre occasion avec un client, mais il suffisait de ne pas y descendre pour ne rien risquer.

    Compte tenu de l’aura de Garance, de l’apparence de Valtameri et de la stupéfaction de Fiona, Martin et Cassie étaient les deux personnes préposées aux repérages du Temple de Beshaba. Ni l’un ni l’autre ne s’en émouvaient. Cassie était impatiente de passer à l’action et Martin ne craignait pas particulièrement la déesse de la malchance. Il avait l’impression que son existence était imprégnée de sa marque et qu’il n’y avait plus grand-chose de pire qui puisse lui arriver.

    « De combien de jours disposons-nous ? demanda Cassie, alors qu’ils buvaient un thé épicé.
    — Dix jours maximum si nous sommes économes. » dit Garance en jetant des coups d’œil furtifs autour d’elle.
    Elle paraissait incroyablement fébrile, ce qui inquiétait bien davantage Martin que l’aura qu’elle avait dissimulée. Ce genre d’attitude attirait toujours l’attention de certaines mauvaises âmes à l’affut d’une proie. Mais il ne pouvait rien lui dire sous peine d’empirer la situation. C’était leur premier matin à Mélandis, et elle n’en avait encore rien vu. Valtameri, carré dans son siège, à l’abri d’un capuchon protecteur, passait presque inaperçu. Il était stoïque, glacial, illisible, ce qui était bien plus prudent. Fiona, terrorisée, était restée dans sa chambre à l’auberge. Martin savait ce que pensait le génasi, qu’ils n’auraient jamais dû l’embarquer, ensorceleuse ou pas. Et il était toujours furieux du mauvais tour que lui avaient joué les Tymorans, et en colère contre Cassie, ce qui n’aidait pas.

    « Nous allons avoir des frais, dit Martin. Beshaba exige une offrande. Si nous n’apportons rien au Temple, nous risquons des ennuis.
    — Quel genre d’offrande ? demanda Garance, de la frayeur au fond des yeux.
    — De l’alcool. »
    Elle se détendit immédiatement et Martin réalisa que les Luméniens imaginaient qu’on sacrifiait des êtres vivants — des êtres humains, en fait — en toute occasion, dans tous les Temples.
    « Les prêtres se saoulent ? » s’étonna Cassie.
    Martin secoua la tête avec un sourire.

    « Non. On brûle l’alcool sur l’autel. Idéalement en se brûlant soi-même un rien.
    — Ah.
    — Je peux vous fabriquer un baume protecteur… proposa la Chauntéenne avec une grimace.
    — Non, c’est risqué. Il vaut mieux qu’on endure et que tu passes ensuite. Mais il ne s’agit pas de se carboniser une main, juste de se brûler les doigts.
    — Juste… » souffla Aigéan, sans quitter sa position en retrait.
    Martin haussa les épaules.

    « Franchement, c’est une chance… et je pèse mes mots… que le Temple de Beshaba soit notre objectif. Il y avait très facilement moyen de faire bien bien pire.
    — Quand est-ce qu’on y va ? demanda Cassie avec entrain.
    — Les prêtres prient en milieu de nuit. Si nous y allons trop tôt, nous risquons de les mettre de mauvaise humeur. Mais on peut déjà aller jusque là… acheter de l’alcool en route et prendre la température… »
    Cassie souffla sur ses doigts avec un petit sourire et Martin lui retourna une grimace incrédule. Il faillit lui dire que rien de tout ceci n’était un jeu, mais il devina derrière sa plaisanterie les signes d’une souffrance enfouie. Le sortilège des Tymorans faisait déjà effet, la contraignant à agir avec diligence.
    Bande de salopards, songea-t-il.
    Il fallait qu’ils travaillent à la résolution de leur mission, mais se précipiter stupidement était une garantie d’échec. Or il se sentait responsable de les avoir emmenés jusque là, en promettant qu’il connaissait les lieux, leurs règles et leurs écueils.

    « Que pouvons-nous faire, en attendant ? demanda Valtameri.
    — Rien dans un premier temps. Je vous suggérerais même de retourner à l’auberge et d’y rester.
    — Est-ce que cela ne va pas paraître étrange ? s’étonna Garance. Je veux dire… pourquoi venir jusqu’ici si c’est pour rester calfeutré ?
    — Chacun se mêle de ses affaires. C’est beaucoup plus prudent, dans ce genre d’endroits. La plupart des gens… ont des choses à cacher. Surtout ceux qui viennent de l’extérieur pour un court séjour à Mélandis. Je ne vous défends pas d’aller vous promener mais… mais vous devez être vigilants, si vous décidez de le faire.
    — Tu as peur de notre réaction. » fit Garance.
    Martin se fendit d’un sourire.

    « Un rien, peut-être. »
    Valtameri relâcha un soupir.
    « Quels sont les endroits où se rendraient des visiteurs ?
    — S’ils sont amateurs de sensations fortes, le stade, mais il faut avoir l’estomac bien accroché, je vous le déconseille. Les commerces de ce quartier : il y a un peu de tout. Un tour par le palais, pour manifester son patriotisme. Certains ont sûrement envie d’assister à l’une ou l’autre exécution publique. J’éviterais le quartier bourgeois : les gardes sont généralement chatouilleux et vous ne voudriez pas être pris pour des voleurs en cours de repérage. Le Temple de l’une ou l’autre divinité, bien sûr. Mais je ne vois pas bien l’intérêt de prendre ce genre de risques… »
    Garance acquiesça.
    « Nous allons donc faire les boutiques et passer au Palais. Ça me semble le plus… prudent.
    — Il y a un musée, aussi, ajouta Martin. Mais dans un coin qui fourmille de magie plus ou moins maléfique. »
    La serveuse s’approchait de leur table aussi se turent-ils un instant. Elle leur déposa une nouvelle théière et fit mine de s’esquiver, mais Martin leva la main.
    « Y’a quoi à faire, en ce moment, en ville ? »
    Garance ouvrit des yeux ronds, mais la serveuse ne parut pas le moins du monde surprise.
    « Deux exécutions demain devant la Caserne, dont une à la roue, ça va gicler. Y’a un festival gastronomique pas loin, autour des halles. Le stade est en pleine veille « nains contre géants », pour ceux qui aiment ça. Au Musée des Mystères, y’a une expo sur le butin de guerre, qui s’finit pour le triomphe, bien sûr. Mais je suppose que c’est pour ça qu’vous êtes venus. Ce sera quelque chose dont on se souviendra, j’vous promets. »
    Cassie ouvrit la bouche mais Martin posa une main sur son genou, sous la table.
    « Bien sûr. Merci. Je crois qu’on va trouver de quoi faire d’ici là.
    — D’rien. A vot’service. »
    Elle s’écarta.
    « Quel triomphe ? demanda Cassie.
    — Apparemment, on devrait le savoir, murmura Valtameri.
    — C’est quoi un triomphe ?
    — C’est une sorte de grande parade, dit Garance. Enfin je crois. Qui marque la victoire de quelqu’un, normalement.
    — De l’Empereur, fatalement.
    — Quelle victoire ?
    — La Guerre contre Manost ?
    — Mais elle est terminée depuis un an ! »
    Martin haussa les épaules avec une grimace.
    « Je suppose que ça prend du temps à se préparer, ce genre de choses… »
    Garance poussa un bref soupir.
    « De toute façon, nous n’allons pas rester jusque là.
    — Est-ce que ça pourrait vouloir dire que les services de sécurité vont être plus vigilants ? » demanda Valtameri.
    Martin secoua la tête.

    « Peut-être. Mais pas aux endroits qui nous intéressent.
    — On va essayer de se renseigner, dit le génasi.
    — Discrètement ! s’alarma le jeune homme. Apparemment… tout le monde est au courant, ici. »
    Garance opina du chef.
    « Il y aura sûrement des affiches… un parcours… Ce ne sera pas difficile.
    — Soyez prudents.
    — Surtout vous. » rétorqua Valtameri en vrillant Cassie de ses yeux noirs.
    Elle chercha à soutenir son regard mais rougit rapidement et se détourna. Martin se leva.

    « Allons-y. Nous avons à faire et au plus vite, le mieux. »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  16. #106
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Une fois Cassie et Martin partis, Valtameri eut rapidement du mal à rester assis. Garance fut sensible à cette nervosité et lui proposa de sortir. Ils pouvaient se dégourdir les jambes en faisant les boutiques, comme l’avait suggéré Martin. En fin de matinée, il y avait déjà du monde dans la rue. Garance marchait légèrement en avant, Valtameri dans son ombre. Celui-ci semblait déterminé à garder son capuchon en dépit de la chaleur. De son côté, la Chauntéenne se sentait étrangère à ses vêtements de dame. Elle n’avait jamais porté ce genre de toilette de toute sa vie. Assez rapidement, elle réalisa qu’il lui était indispensable de ne pas regarder l’environnement et de se concentrer sur les étals.
    « Je peux vous poser une question ? demanda Valtameri.
    — Bien sûr.
    — Que risque Cassie ?
    — Dans quel sens ?
    — Avec ce sortilège qui lui impose de faire… ce que nous devons faire.
    — Oh… Hum. Et bien, tant qu’elle travaille à réussir cette mission, elle ne risque rien. Si elle s’en détourne, en revanche… Elle va s’affaiblir.
    — S’affaiblir à quel point ?
    — Jusqu’au point que vous imaginez. »
    Il resta silencieux un instant, elle l’entendit ravaler sa colère.
    « Vous ne pouvez rien faire ?
    — Non. La prêtresse tymoranne… est trop puissante pour moi. La force de son sortilège est telle que… seul quelqu’un de plus expérimenté pourrait y parvenir. Je peux renforcer Cassie, chaque jour, et contrecarrer ses effets… dans une certaine mesure. Mais pas la guérir.
    — Nous avons troqué une vie pour une autre, en somme. »
    Garance prit la phrase comme une accusation.
    « Je suis désolée.
    — Vous n’êtes pas responsable, Garance, pas du tout. Je suis responsable d’avoir laissé Nimdéorn monter sur ce bateau, et je suis…. »
    Elle s’arrêta et pointa un doigt vers sa poitrine.
    « Il faut que vous arrêtiez ça. Le seul qui est responsable, c’est le drow. » l’apostropha-t-elle.
    Il acquiesça, manifestement surpris par sa véhémence.

    « Nous allons faire ce pourquoi nous sommes venus ici, puis nous rentrerons chez nous. Tous ensemble. »
    Elle allait ajouter quelque chose lorsqu’elle sentit quelque chose lui frôler l’esprit. Sans pouvoir s’en empêcher, elle attrapa le revers de la veste de Valtameri et écarquilla légèrement les yeux. Elle lut l’alarme dans son regard, alors que des mots explosaient dans son crâne.
    Garance ! Où êtes-vous ? Nous avons appris que vous aviez vraisemblablement des ennuis. Je n’arrive pas à joindre Marcus ou Rachel.
    C’était Florent. D’entre tous. De Luménis. Elle ressentit à la fois un soulagement indicible et une terreur immense.
    Je suis à Mélandis. Je ne sais pas où sont les autres. Avec moi je n’ai que… des marins du bateau. Je vais bien.
    La stupeur du prêtre lathandrite l’envahit sans qu’il prononce le moindre mot et le sortilège se rompit. Garance sentit ses yeux s’emplir de larmes sans qu’elle puisse rien y faire.

    « Que se passe-t-il ? » demanda Valtameri en l’entraînant à l’écart du passage.
    Elle s’essuya les yeux.

    « C’était… c’était mon temple. Ils savent que nous avons des problèmes. C’est juste… Je ne m’y attendais pas. »
    Elle sourit doucement.
    « Je sais qu’ils ne peuvent pas nous aider mais… mais… Ça ne change rien. »
    Valtameri jeta un coup d’œil autour d’eux, mais on ne leur prêtait guère attention.
    « Il y a peut-être… une sorte d’ambassade ? »
    Garance secoua la tête.
    « Je n’en sais rien. Peut-être plutôt des… »
    Elle baissa le ton.
    « Des espions, je suppose. »
    Valtameri relâcha sa respiration.
    « Pouvez-vous… le recontacter ? Le prévenir de l’endroit où nous avons atterri ? S’ils peuvent nous apporter de l’aide, n’importe quelle aide… Nous en avons besoin. »
    Elle acquiesça.
    « Pas ici. Dans notre chambre.
    — Bien sûr. »
    Ils rebroussèrent rapidement chemin, se frayant un passage dans la foule dense qui envahissait peu à peu le quartier.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  17. #107
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    De leur côté, Cassie et Martin s’étaient mis en route vers le Noyau Occulte, appellation sinistre que les Mélandiens donnaient à leur quartier des temples et autres lieux de magie. Il se situait à l’autre bout de la ville et ils marchaient d’un pas alerte. La jeune fille était curieuse mais son compagnon lui avait conseillé — très vivement — de ne regarder personne. Un simple coup d’œil pouvait provoquer une rixe ou des attentions malvenues. Pour l’heure, elle n’avait pas vu grand-chose de la ville, des rues commerçantes qui paraissaient assez banales, si ce n’est qu’un grand nombre de personnes paraissaient armées. Martin les garda sur des allées larges, bien qu’il leur fallut longer les murs pour ne pas risquer d’être écrasés par un chariot de passage, dont les conducteurs semblaient peu se soucier des piétons. Elle leva les yeux à la faveur d’un gémissement et découvrit un homme suspendu par les poignets à une potence, en plein milieu de la rue. Martin l’attrapa par le bras et la força à faire un détour, mais elle eut du mal à en détacher les yeux.
    « Qu’est-ce qu’il a fait ?
    — Je te déconseille d’aller lire l’écriteau, répondit Martin. C’est fatalement un voleur, vu l’endroit.
    — Il a l’air d’avoir mon âge… même moins…
    — Ne le regarde pas. Viens. »
    Elle obtempéra à contrecoeur et il la força à accélérer le pas.
    « Il y en a un autre…
    — Il y a douze potences sur cette voie, elles sont toujours occupées, répondit Martin. Dès qu’un trépasse, un autre le remplace. C’est pour l’exemple.
    — Personne ne fait rien ?
    — Faire quel genre de chose, au juste ?
    — Je ne sais pas…
    — Parfois une mère ou une fiancée vient pleurer en dessous… généralement, elle se prend des coups… parfois pire. Alors, non, personne ne fait rien. Et surtout pas nous. »
    Il commençait à faire chaud, et l’odeur pestilentielle qui embaumait la rue, depuis le début, était devenue plus forte. Cassie plissa le nez et porta la main à son visage.
    « Où est-ce qu’on va ?
    — On doit traverser la Houleuse. Essaie de respirer par la bouche. »
    Autour d’eux, les maisons étaient devenues plus petites, plus vétustes et globalement sales, même si, le long de la large avenue qu’ils arpentaient, elles conservaient un semblant de solidité. Cassie avait l’impression que toutes les allées qui s’en éloignaient étaient encombrées d’objets, de détritus ou de gens assis, couchés ou rassemblés en grappes de mauvaise augure.
    « Arrête de regarder partout ! siffla Martin.
    — Mais je fais quoi alors ? Je ferme les yeux ?
    — Regarde-moi, par exemple. Je suis censé être ton aimé. »
    Cassie pouffa nerveusement.
    « Ah ça c’était gentil, tiens.
    — Mais non, je voulais pas dire ça. »
    Elle lui jeta un regard papillonnant et il se fendit d’un sourire. Il n’était pas vraiment beau mais il avait du charme, elle devait lui reconnaître ça.
    « Tu ne crains pas d’être reconnu par un ancien collègue ?
    — Non. Mes collègues dorment à cette heure-ci. Et ils ne sortent pas.
    — Pourtant l’esclavage a été aboli…
    — Certes mais… esclavage ou pas, quand tu t’es prostitué toute ta vie, que veux-tu faire d’autre une fois les grilles ouvertes ? Il faut toujours se payer à manger et un lit. »
    Cassie ne répondit pas tout de suite.
    « Je suis désolée que tu aies vécu ça. »
    Martin se mordit la lèvre, pris au dépourvu.
    « Je ne disais pas ça pour moi. » répondit-il un peu froidement.
    Ils marchèrent en silence un moment.

    « Et puis je n’ai jamais marché en pleine rue, au bras d’une fille, dans des vêtements de ce genre. Même s’ils me croisaient, ils ne me reconnaîtraient pas. »
    Il pinça les lèvres.
    « Et honnêtement… La plupart sont probablement morts. »
    Elle serra les doigts sur l’intérieur de son coude.
    « Je suis quand même désolée, répéta-t-elle.
    — Merci. J’en suis sorti. » répondit-il.
    Elle posa la tête contre son épaule et pour une fois, il ne se déroba pas. C’était sans doute pour ne pas quitter son personnage, mais elle décida de le prendre autrement, comme la preuve qu’il pouvait accepter un peu de compassion sans se sentir insulté.
    Ils approchaient à présent de grands entrepôts et Cassie plissa les yeux, subitement larmoyante. La puanteur de cet endroit était inimaginable. Martin semblait ne rien en ressentir.

    « J’y suis habitué, expliqua-t-il. Ça revient vite. Courage.
    — Je comprends mieux pourquoi les gens sentaient si fort le parfum dans l’auberge…
    — Ah oui… Dissimuler les odeurs urbaines est un art, à Mélandis.
    — Je vais avoir la nausée.
    — Courage. »
    Les chariots étaient plus nombreux, ainsi que les esclaves — ou du moins, ceux qui les avaient remplacés. On charriait des caisses, des tonneaux, des ballots, on poussait des bêtes, bovins, moutons, chevaux, ça criait beaucoup, des fouets claquaient, et Cassie se rapprocha insensiblement de Martin qui passa un bras protecteur autour de ses épaules. Elle fixa le sol et il les guida d’un pas égal à travers la cohue, sans jamais ralentir ou hésiter, en bon habitué des lieux. Elle réalisa à peine qu’ils étaient montés sur un pont. Une brise chaude charriait l’épouvantable odeur de la rivière, la transformant en un courant presque palpable, poussiéreux et collant. Cassie ne leva pas les yeux, ne vit pas les bateaux, les quais, l’eau brune. Le pont était encombré, lui aussi, de badauds et de marchandises, mais Martin continuait à les guider et une fois de l’autre côté, ils s’autorisèrent une pause, un moment. On voyait à peine la Houleuse, encaquée derrière les constructions. Cassie avait envie de vomir.
    « On y est presque, annonça Martin.
    — Mais on va devoir faire le chemin en sens inverse. » gémit-elle.
    Il lui décocha une grimace amusée et l’entraîna dans les rues. Les bâtiments étaient très différents dans ce quartier. Ils semblaient plus anciens et d’architecture plus complexe. Il y avait de nombreuses tours, parfois d’une hauteur stupéfiante, comme si leurs propriétaires s’étaient adonnés à une course pour gagner le ciel. Certaines des façades étaient particulièrement alambiquées, en courbes, volutes, angles et gargouilles monstrueuses, avec des balcons, des vitraux, des mosaïques, des peintures en trompe-l’œil, des passerelles escarpées, des cheminées qui crachaient des fumées de toutes les couleurs. L’odeur de la Houleuse s’estompa rapidement, remplacée par des senteurs mélangées, pires en fait, car elles emportaient les sens dans des directions tellement multiples que l’esprit s’en trouvait bouleversé. Cassie ressentit une forme d’inquiétude physique, qui prenait naissance dans son ventre. Elle n’aurait pas été surprise que quelqu’un jaillisse d’une ruelle pour la kidnapper ou qu’un sortilège perdu la frappe. Martin paraissait toujours détendu mais son bras n’avait pas quitté ses épaules. Il y avait moins de monde, plus de robes et d’aubes, de grands manteaux, de capuchons. Vu le cadre, la curiosité paraissait désormais acceptable, tant qu’elle n’était pas destinée aux gens. Mais Cassie n’était pas férue de constructions humaines… Après toutes ces journées en mer, puis à Paymill, elle aurait tout donné pour un morceau de forêt, une prairie, même un champ cultivé. Ce n’était manifestement pas à l’ordre du jour. Il n’y avait pas d’arbres, pas de jardins, seulement de la pierre et encore de la pierre. Son compagnon s’arrêta devant une petite arche. Au-delà, se trouvait une cour encombrée, où bêlaient des chèvres et cancanaient des canards.

    « Bon. Trouvons cet alcool. »
    Il la précéda à l’intérieur. De nombreux animaux étaient parqués dans des enclos minuscules. Des étagères chargées de bouteilles et de tonnelets formaient un dédale dans une partie couverte. Un homme était en train négocier l’achat d’un bélier aux impressionnantes cornes recourbées. Ce que Cassie avait pris pour des canards étaient en fait des cygnes. Il y avait aussi de nombreux coffrets, flanqués de gardiens armés, des fleurs dans des vases, de petites cages où s’agitaient des rats, de la nourriture sur une table, des bougies de formes diverses, des piles de bois et des filets qui semblaient remplis de charbon. Ils n’avaient pas fait quelques pas à l’intérieur qu’un homme vint à leur rencontre, un sourire mielleux sur les traits.
    «
    On cherche une offrande, messire, ma dame ?
    — Nous nous rendons au Temple de Beshaba, répondit Martin, d’entrée de jeu.
    — Mmmmm… J’ai de l’excellent brandy, du rhum, un hydromel de première qualité… »
    Il les précéda vers les étagères couvertes de bouteilles et de tonnelets. Cassie se désintéressa de la négociation, détaillant les lieux avec inquiétude. Mais elle ne vit aucun être humain, aucun elfe, seulement des animaux et des objets. Si on sacrifiait autre chose aux dieux noirs, ce n’était pas en vente dans cette cour. Mais elle craignait qu’il ne suffise de poser la question et d’offrir quelques pièces pour que le catalogue s’enrichisse soudain de possibles bien plus sombres.
    « On s’en va. » dit Martin en lui prenant à nouveau le bras et en l’entraînant vers l’extérieur.
    Il avait une bouteille à la main et ils marchèrent quelques minutes dans la rue, avant qu’il ne soupire.

    « Il faut vraiment que tu arrêtes de prendre cette mine stupéfaite. Elle… rayonne comme une torche dans une grotte ! Essaie de faire comme quand tu jouais les garçons à bord de l’Ivresse. Un rôle de composition. A force d’arborer cette tête, tu vas nous attirer des ennuis. Tu n’es quand même pas scandalisée qu’on sacrifie des chèvres et des canards ?
    — J’avais… j’avais peur qu’il y ait autre chose.
    — Je me doute bien. Il faut arrêter d’avoir peur. C’est comme avec les chiens. Si tu veux te faire mordre, tu fais exactement ça.
    — Je suis désolée.
    — Etre désolé est mortel, dans cet endroit. Sois ma jeune épousée, sois surprise mais diable, pas terrorisée. »
    Un hurlement désespéré retentit subitement, chargé d’angoisse et de douleur, et Cassie, sans pouvoir s’en empêcher, sursauta avec un cri.
    « Misère, souffla Martin à mi-voix. Misère de misère. »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  18. #108
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    De retour dans leur chambre à l’Auberge du Chaos, Garance s’installa sur le lit pour incanter. Fiona l’observa avec méfiance. Comme à Paymill, elle semblait s’être installée sur l’appui de fenêtre, en sentinelle de la rue. Valtameri ne comprenait toujours pas en quoi elle pourrait leur être utile : elle n’osait pas sortir de leur refuge, même pour manger. Martin estimait que cela collait avec son personnage de servante elfe, ancienne esclave tout juste affranchie, brisée par des maîtres auxquels elle ne pourrait jamais s’arracher. Aigéan ne voyait rien à redire à cet aspect des choses, mais cela ne lui expliquait pas en quoi elle allait les aider à infiltrer le temple beshaban. Il pouvait plus ou moins comprendre que sa vie insulaire ne l’avait pas préparée aux grandes villes, mais avec le temps, n’était-elle pas censée un peu s’habituer ? Ou au moins démontrer un semblant de curiosité ? Ou de courage ?
    Il s’en détourna, agacé. Il ne pouvait pas se charger d’elle en plus des autres. Garance avait fermé les yeux, auréolée d’une lumière verte, ténue, et il la vit esquisser des mots du bout des lèvres, sans en prononcer un seul à haute voix. Fiona la fixait, les yeux écarquillés, comme hypnotisée par sa magie. De ce qu’en avaient dit les Tymorans, les sortilèges basiques passeraient inaperçus, d’autant que tous les cultes étaient désormais théoriquement admis à Mélandis, mais il fallait éviter les grands éclats, surtout dans certaines zones, où la vigilance arcanique était plus forte : autour du Palais, aux abords de l’Ecole du Necronomicon, au sein des Temples.
    Garance rouvrit les yeux et la lumière s’éteignit.

    « Je lui ai dit où nous étions. Il va avertir les autorités. Il me recontactera s’il trouve quelqu’un pour nous aider. »
    Valtameri acquiesça et s’assit sur son propre lit.
    « Vous lui avez parlé du Temple de Beshaba ?
    — Non. Je… je n’en ai pas eu la latitude. Et j’ai l’impression que… jamais les autorités luméniennes n’accepteront d’être mêlées à ce genre de choses. La guerre est tout juste terminée. Il reste de nombreux prisonniers… Tout ce qui pourrait compromettre la diplomatie, à ce stade…
    — Un an plus tard, vous pensez vraiment que les Mélandiens ont l’intention de négocier ? »
    Garance haussa les épaules.
    « Je n’en sais vraiment rien. »
    Valtameri pinça les lèvres.
    « N’importe quel soutien sera le bienvenu. »
    Garance acquiesça avec un sourire doux et le capitaine se sentit curieusement rasséréné. Elle était la seule qui semblait mesurer le danger qu’ils avaient à se trouver dans cette ville, sans pour autant céder à la panique. Martin s’y promenait comme si rien n’avait d’importance, Cassie avait perdu la tête, Aigéan avait besoin, terriblement besoin, de cette petite femme rousse tout juste revenue des frontières de la mort. Et le fait qu’elle ait pu échanger avec Luménis… Cela tenait du miracle. Il savait, bien sûr, que c’était possible, les prêtres avaient des pouvoirs formidables, en échange de leur dévotion sans failles.
    « Est-ce qu’ils ont eu des nouvelles de qui que ce soit ? demanda alors Aigéan.
    — Il m’a juste dit qu’il n’avait pas réussi à contacter Marcus et Rachel, mais ça, je le savais déjà, je n’y arrive pas davantage. Je ne sais pas s’ils ont appris notre naufrage en retrouvant l’épave du bateau ou par un autre moyen. Il avait été prévenu par les autorités, je suppose. Mais je pense qu’il me l’aurait dit, s’il avait su quelque chose… mais le sortilège est limité… Quelques mots dans un sens, quelques mots dans l’autre… Je rechigne à épuiser toute mon énergie de la sorte, nous ne savons pas ce qui peut arriver.
    — C’est sage. »
    Il se tourna vers Fiona. Elle sursauta en croisant son regard.
    « Peut-être serait-il utile que vous nous disiez ce dont vous êtes capable ? »
    L’elfe parut affolée.
    « C’est dangereux, dit-elle. Ça ne… fait pas toujours ce que ça devrait.
    — C’est normal, si tu es une ensorceleuse, mais ça fait souvent ce que ça doit… et parfois pas. Mais sans doute que tu te souviens surtout de ce qui n’a pas marché. » dit doucement Garance.
    Fiona secoua la tête, ses longs cheveux noirs, sales, s’agitant devant son visage pâle. Valtameri réalisa qu’ils devaient se ressembler, lui et elle, inhumains, blafards et sombres à la fois, et cela lui donna un frisson.

    « Je ne veux pas. » déclara-t-elle.
    Garance poussa un petit soupir et se leva pour se rapprocher d’elle. Elle jeta un coup d’œil vers Valtameri qui acquiesça, se leva et quitta la chambre.

    Pendant un moment, il pensa aller s’installer dans la salle de l’auberge, boire un verre — ils avaient à nouveau de quoi — et attendre, mais il se ravisa. Il ne résisterait pas à l’alcool, pas dans son état d’esprit, et c’était une mauvaise chose. De surcroît, ils ne s’étaient pas encore renseignés sur ce fameux triomphe, aussi avait-il quelque chose à faire à l’extérieur. Martin aurait sans doute poussé de grands cris à l’idée qu’il se promène seul dans Mélandis, mais Martin était en vadrouille, et Aigéan n’avait pas peur. Il avait beau être luménien, il avait été pirate pendant des années. S’il était alors dominé et contraint par une volonté d’une force inouïe, il n’avait rien oublié de ce dont il avait été témoin, de ce qu’il avait fait, et de ce qui le réveillait encore en plein milieu de la nuit, dans un cri étouffé. Il ne craignait pas de voir la face sombre du monde, il l’avait déjà arpentée et il avait du sang sur les mains. Des torrents.
    Il regagna la rue, baissa son capuchon et partit vers le stade. La température avait encore augmenté d’un cran, il y avait désormais foule en rue, et les commerçants haranguaient le passant avec énergie. La chaleur n’arrangeait rien à l’humidité qui se dégageait du génasi, comme si son essence aquatique voulait affirmer sa force face aux assauts d’un feu distant. Cela pouvait passer pour de la transpiration, peut-être, mais c’était gênant. Il fallait qu’il avance sans réfléchir, comme Martin le leur avait conseillé, dégager de la tranquillité tout en restant sur ses gardes. Il dépassa une forge d’allure sinistre, une boutique d’articles de magie couverte de pentacles, plusieurs tailleurs, un marchand d’herbes à la gueule de lézard, évita la flaque répugnante qu’un pendu avait laissée sur le sol, contourna un groupe de badauds qui observaient deux acrobates et suivit un moment un trio de prêtres en robe noire, avant de bifurquer vers la silhouette imposante du stade. C’était un bâtiment énorme, composé d’innombrables blocs de pierre jaune sans doute arrachés au désert environnant. De l’extérieur, on distinguait sept rangées de fenêtres en arche, de hauteurs différentes, et Aigéan supposait qu’il y avait des niveaux souterrains. A côté de cette imposante structure, l’amphithéâtre luménien faisait figure de cabanon. Comparés à la taille du stade, ses nombreux visiteurs, qui se pressaient aux alentours et sur les marches de l’entrée, avaient l’air de fourmis empressées. La file pour y pénétrer était impressionnante, formée de centaines de personnes avides de sang et de fracas. Les banderoles à l’entrée annonçaient le programme « Kythorn 5-14 : Nains contre Géants ». Des noms figuraient en lettres gigantesques, sans doute celui de combattants : Bhalmatum Chute d’Acier, Okicroc Casque d’Ombre, Celder le Tronc, Nowlos le Borgne. Tout cela paraissait éminemment ridicule, mais Aigéan avait fréquenté un Durgash Peste Noire et un Mayeul Fils de Dogue, sans parler de ce maudit Inathaliel Feu Grégeois pendant des années. Lui-même avait porté le nom d’Eau Trouble, quand il servait sous les ordres du Squale. Il savait que ces sobriquets lamentables inspiraient la peur, chez certains. Pour lui, ils n’étaient synonymes que de honte.
    Il eut un moment une pensée pour le drow. Inathaliel avait été une crapule, mais la couronne revenait à Durgash le demi-orque, qui décapitait tous ses prisonniers personnellement, à la hache, en les alignant un à un. Bon, la mort était rapide, mais la terreur de ces gens, en file indienne sur le pont… Aigéan ne voulait même pas y penser.
    En vérité, Squale avait été la pire, de loin. Elle était folle, bien sûr, et inhumaine. Cela n’excusait rien mais cela expliquait tout. Il avait vu des dizaines de personnes être sacrifiées à Umberlie, dans le sang et les cris, sans jamais pouvoir intervenir.
    Il s’arracha à ces pensées inutiles. Il était à des lieues et des lieues de la mer, loin de chez lui mais aussi loin, pour la première fois de toute sa vie, des griffes de la Reine Garce.
    Il releva les yeux sur les banderoles. Kythorn 5-14. Il n’avait aucune idée de la date présente. Ils avaient appareillé le 29ème jour de Myrtul. Coulé la nuit du 3ème jour de Kythorn. Ils devaient être aux alentours du 10. Il avisa un gamin hirsute qui vendait le journal sur l’esplanade et lui en acheta un. Le Lutin Cafteur. Un nom bien guilleret en cet endroit sordide. Les nouvelles mélandiennes tenaient sur deux feuillets d’un papier de mauvaise qualité. Aigéan avait l’habitude du parchemin et il trempa instantanément ce qu’il avait en main. Il eut le temps de lire qu’ils étaient le 11. Le reste, il faudrait que Garance s’en charge : son humidité naturelle risquait de détruire toute information, or on y parlait sûrement du triomphe. Il le roula rapidement, le rangea dans une poche de son manteau. Ses yeux tombèrent à nouveau sur le stade. Luménis n’avait rien de pareil, mais c’était un signe de civilisation, pas un signe de faiblesse. Il fit demi-tour et repartit vers l’auberge. Avec un peu de chance, Martin et Cassie seraient déjà rentrés.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  19. #109
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Les doigts cramponnés à son coude, les yeux légèrement exorbités, Cassie était la plus mauvaise comédienne que Martin ait jamais rencontrée. Et il avait travaillé avec Gérold, c’était dire. Mais, face au Temple de Beshaba, c’était peut-être moins critique. Il fallait avoir peur des dieux, surtout de ce genre d’entités cruelles et malfaisantes. Ce n’était qu’en s’écrasant devant elles avec terreur qu’on obtenait un semblant de clémence. Aussi l’attitude de Cassie n’était-elle — enfin — plus trop problématique.
    Après les cris de souffrance qui émanaient d’une fenêtre ouverte de l’Ecole du Necronomicon, il avait fallu passer devant le Temple de Baine, dont deux novices lavaient les marches à grande eau, marches couvertes de sang, bien sûr. Sur le perron du Temple de Shar, gisait un cadavre, sans que personne ne s’en soucie. L’homme n’avait plus ni mains, ni tête mais trois corneilles et un rat semblaient s’en délecter. Cassie avait caché son visage dans le pourpoint de Martin, qui avait continué sa route. Ils avaient été pris à parti par un adepte de Kossuth, le visage à moitié ravagé par une brûlure encore fraîche, qui les avait invectivés en parlant de feu purificateur pendant quelques secondes, avant de poursuivre sa route zigzagante vers le cœur de la ville. Et enfin, ils avaient atteint leur objectif.
    Le Temple de Beshaba dénotait un rien dans l’ensemble plutôt sinistre des sanctuaires voisins. Taillés dans une pierre claire, ses hauts murs, droits, étaient surplombés par des parapets décorés d’arabesques et un toit en ardoises bleues, curieusement concave. Martin se demanda si une grande flaque s’y formait par temps de pluie. Bien sûr, le symbole de la déesse, une paire d’andouillers compliqués sur fond pourpre, chapeautait les portes, promesse de ruine. Il ne fallait pas en attendre de largesses, de lumière ou d’amour. Ils étaient à Mélandis, tout de même, et une seconde, infime, Martin songea aux jardins du Temple de Sunie, aux rosiers innombrables, aux papillons et aux abeilles, à Soren allongé dans l’herbe, fesses à l’air, en train de croquer quelque chose sur un morceau de parchemin, une expression d’intense concentration sur son beau visage.
    Retour dans l’instant.
    Les portes étaient barricadées. On avait empilé des caisses devant, empêchant tout passage, et l’assemblage ne paraissait pas récent. Une pancarte y était clouée et Martin entraîna Cassie en haut des marches. Elle se laissa faire mais subitement, il eut l’impression qu’elle pesait une tonne.

    « C’est toi qui voulais venir. » lui lâcha-t-il finalement, agacé.
    Elle hocha la tête.

    « C’est vrai.
    — Il faut faire face, maintenant.
    — Oui. » souffla-t-elle.
    Il était désolé pour elle, sincèrement désolé, mais il était trop tard pour les regrets. Et il ne s’était encore rien passé. Rien de rien. Comment allaient-ils s’en sortir ?
    L’écriteau cloué à la pile de caisses indiquait que l’entrée se faisait par une porte latérale. On y avait griffonné un plan sommaire, avec une flèche vers la gauche. Martin détecta une vague odeur de brûlé, un relent ancien déjà. Manifestement, il s’était passé quelque chose dans ce Temple. Cela n’allait sûrement pas arranger leurs affaires.
    Ils redescendirent les marches et contournèrent le bâtiment pour arriver le long de son mur gauche. Un prêtre, vêtu de rouge, était assis près d’une porte de service, en faction. Quand il les vit approcher, il se leva, et Martin inclina aussitôt la tête. Cassie l’imita.

    « Salutations, manants. Etes-vous venus supplier Notre Dame de la Désunion de vous épargner ? » demanda l’homme.
    Il avait les cheveux courts, le visage avenant mais marqué au fer rouge des andouillers de sa déesse, et Martin réalisa soudain que s’il ne risquait pas de croiser un ancien collègue, il risquait de croiser d’anciens clients. Heureusement, les Tymorans avaient pu lui fournir un matériel de déguisement basique, et il n’avait pas un physique très marquant. Les cheveux plus longs et plus sombres, le teint moins maladif, habillé, il était probablement peu reconnaissable. Mais il ne savait pas comment il réagirait, confronté à d’abominables souvenirs. La rencontre imprévue avec le Loviate, à Luménis, le lui avait prouvé.

    « Nous venons la supplier de nous épargner, oui, ainsi que notre Empereur vénéré. »
    Le prêtre se redressa à cette mention, arborant un sourire.
    « Gloire à Swaren sar Venuma, que ses ennemis trépassent !
    — Gloire à Swaren sar Venuma ! » reprit Martin en écho.
    Cassie l’imita, d’un mince filet de voix. Le Beshaban parut satisfait de sa terreur et s’effaça pour les laisser entrer.

    « Il faut monter l’escalier juste là et partir à gauche. Un Infortuné vous prendra en charge. »
    La nef était très clairement à droite. Sans doute était-elle en réfection suite à un incendie, il y avait une odeur de vieux brûlé dans l’air. Les Beshabans étaient férus de feu, quelque chose avait dû leur échapper. Mais Martin acquiesça et entra dans le Temple, poussant Cassie légèrement devant lui. Ils traversèrent une pièce qui ressemblait à une réserve, dans laquelle on avait tracé un couloir en utilisant des armoires retournées comme murs. Des torches éclairaient les interstices, révélant des caisses et des sacs, des jambons suspendus, des tonnelets et des cageots de légumes. Juste avant l’escalier, on avait ménagé des passages entre les parois de fortune, histoire que les prêtres puissent avoir accès au garde-manger. Les visiteurs auraient aisément pu emprunter la même route, mais l’Infortuné qui les avait accueillis les surveillait, bien sûr, et ils montèrent les marches qui les amenaient à l’étage principal du Temple. Comme Martin l’avait supposé, le couloir dans lequel ils débouchèrent était barré sur la droite, en direction de la salle principale où se trouvait pourtant l’autel de Beshaba. Le corridor puait la fumée et les pavés au sol, hors d’atteinte, semblaient s’être fendus.
    « Par ici ! » s’exclama une voix aigrelette.
    Martin entraîna Cassie vers la gauche, comme ordonné par le prêtre. Il sentait le cœur de la jeune fille battre sous sa paume, à un rythme effréné, mais ne s’en souciait plus guère. Ils étaient entrés, il fallait qu’ils aillent au bout de ce pourquoi ils étaient venus. Le couloir qu’ils remontèrent n’était manifestement pas destiné aux visiteurs, même si on avait essayé de le parer de symboles de la déesse. Martin se demanda ce que ressentaient les véritables fervents de Beshaba en pénétrant dans ces lieux blessés, s’ils y voyaient une faiblesse du clergé local ou la force d’une punition divine. Il avait la sensation que cela aurait pu jouer dans un sens comme dans l’autre. Evidemment, sans connaître la cause de l’incendie, c’était difficile de trancher.
    L’Infortuné qui les accueillit était à peine plus âgé que le précédent et bien plus défiguré. La marque des andouillers qu’on lui avait gravée sur la joue avait atteint son œil, l’aveuglant définitivement. Cassie tressaillit mais Martin s’inclina avec déférence en arrivant à sa hauteur.

    « Par ici, misérables suppliants. » grogna le prêtre.
    Ils suivirent un autre couloir, qui marquait sans doute l’arrière de la structure rectangulaire du Temple, dans lequel débouchaient des portes en bois, quelconques, bien loin de l’ostentation habituelle de ce genre d’endroits. Des andouillers — des vrais, peints en noir — ornaient les murs à intervalles plus ou moins réguliers, mais cloués à la va-vite, entre des draperies dont le pourpre n’était pas parfaitement identique de l’une à l’autre. On avait manifestement dû décorer les lieux dans l’urgence, mais de manière temporaire. Le prêtre les mena jusqu’à une porte ouverte sur une petite salle obscure. Les volets de l’unique fenêtre étaient fermés et la lumière du jour filtrait en minces rayons entre les interstices, dessinant des lignes jaunes sur la pierre nue. Un autel de fortune était installé contre le mur du fond, entre d’imposants chandeliers où dégoulinaient des bougies. L’atmosphère était à peine respirable, chargée de fumée et mal ventilée. Martin entendit Cassie toussoter dans son poing.
    On eut pu croire que dans pareilles conditions, le prêtre ferait un effort pour les accueillir et les encourager à prier la déesse sombre, mais il n’en fut rien. Il paraissait incroyablement agacé de les voir, et désireux d’en finir rapidement. Il leur aboya des directives — que Martin fut surpris de connaître, bien qu’il ne soit venu en ces lieux que trois ou quatre fois et jamais de son plein gré — et ils s’approchèrent de l’autel. Le prêtre se saisit d’une bougie, Martin versa l’alcool sur la pierre, et une flamme y naquit, lui léchant les doigts et ceux de Cassie, qu’il s’efforça de maintenir en position alors même qu’il la sentait lutter pour y échapper. Il s’en voulut — immensément — de lui infliger pareille souffrance, mais c’était ce qu’on attendait d’eux, et si elle s’était dérobée, les conséquences auraient été dangereuses. Qu’il la force ostensiblement, alors qu’elle essayait de s’y soustraire, n’était finalement qu’une banalité : elle était très jeune, il était son mari, il avait le droit de l’obliger à souffrir si tel était son bon vouloir.
    Le prêtre psalmodia quelques absurdités sombres puis Martin relâcha la jeune femme, qui fit deux pas en arrière, retenant un sanglot. Lui-même demeura un peu plus longtemps auprès de l’autel, la main cuisante mais stoïque. Garance les soulagerait bien assez tôt. Imparfaitement, mais tout de même.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  20. #110
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Le pouvoir du petit artefact que l’Oghman avait bricolé pour Fiona était stupéfiant. Non seulement elle comprenait le commun que lui adressaient ses compagnons, non seulement ils comprenaient son nexalan, mais elle parvenait aussi à lire — lire ! — le journal mélandien. Garance semblait s’amuser de son sourire. Le capitaine ombrageux était à la fenêtre.
    « Ce n’est sans doute pas une surprise qu’ils aient choisi la date du solstice, dit Garance.
    — C’est la journée la plus longue de l’année. Venant de Mélandiens… Je trouve ça surprenant, au contraire. » répondit le capitaine, sans quitter la rue des yeux.
    Fiona savait qu’il guettait le retour de Martin et Cassie. Tout son corps reflétait sa tension.

    « C’est un pied de nez à la lumière. Une preuve de mépris... de victoire. Et la fête durera certainement tard dans la nuit. De surcroît, même si les Mélandiens aiment l’ombre, sans lumière, le peuple ne verrait rien de ce grand triomphe. »
    Le génasi se retourna vers elles. Fiona ne s’habituait pas à son apparence, et à sa colère constante, et baissa les yeux vers le journal.
    « C’est dans dix jours. Nous ne pouvons pas attendre jusque là, dit-il.
    — Je suppose que non. » répondit la Chauntéenne.
    Fiona n’avait jamais eu de journal sous les yeux, un espèce de récit en texte et en images de ce qui se déroulait dans cette cité étrangère. Les parchemins et les livres étaient des choses très rares, dans son village, alors imaginer que l’on dépense de l’énergie et du parchemin — non, ce n’était pas du parchemin, c’était quelque chose de plus fragile — pour raconter des trivialités… C’était incroyable. De petits paragraphes semblaient vanter les produits de boutiques locales, d’autres décrivaient en détails des combats menés au stade voisin, on parlait d’une exposition au musée, du menu d’une auberge réputée, d’une pièce de théâtre… et de l’Empereur. Il y avait quatre pages, et son nom revenait partout, gloire à l’Empereur, grâce à l’Empereur, sous l’égide de notre très vénéré Empereur… sans parler du programme du fameux Triomphe en l’honneur de sa victoire contre « l’alliance des faibles et des misérables ».

    « Ils parlent du Temple de Besh… Bashba, dit-elle soudain. Ici… »
    Elle tapota le papier du doigt.
    « L’enquête est toujours en cours sur l’attentat perp.. perpétré au Temple de Besh.. basha et l’assassinat tragique dont a été victime le Maître de l’Effroi Belladar Tren… shir… »
    C’était curieux comme ce genre de nouvelles était reléguée à la toute fin du journal. Mais en même temps, l’encart voisin parlait de l’enlèvement non résolu de la fille d’un noble et de l’autre côté, on mentionnait la découverte d’un onzième cadavre d’étudiant du Necronomicon dans la Houleuse. L’auteur de ces textes paraissait tout à fait blasé.
    « Leur grand prêtre a été assassiné, dit Garance, surprise. Ils doivent être à cran… »
    Valtameri regardait à nouveau la rue, de plus en plus nerveux.
    « Dans le fond, nous ne savons même pas si cet artefact est encore dans ce Temple, dit-il. La guerre est terminée depuis un an.
    — Je suppose que les Tymorans s’en sont assurés. »
    Garance était sceptique, cependant, Fiona le vit à son expression. La prêtresse se tourna un instant vers elle et lui sourit doucement. En l’absence du génasi, elles avaient eu l’occasion de parler un rien, de sa magie sauvage, des risques, même si Fiona n’avait pas osé lui raconter le pire de ce qui s’était produit, la cause de sa condamnation et de sa mise à flots. Cent fois, elle s’était promis de ne plus utiliser ses pouvoirs, mais ils étaient souvent très pratiques et parfois cruciaux pour la survie de la tribu. Elle avait appris à doser les effets de ses sortilèges, mais elle n’avait jamais eu de formation réelle : les quelques personnes dotées de magie dans le village ne la ressentaient pas du tout comme elle et personne n’avait pu lui expliquer comment maîtriser les conséquences parfois terribles de ce qu’elle tentait.
    En discutant avec Garance, elle avait dû admettre que certaines choses dont elle était capable étaient toujours sans risque : réparer un vase brisé, creuser la terre dans le potager, contrôler la flamme de son âtre. Elle l’avait fait, mille fois, sans réellement y réfléchir, et jamais l’enfer ne s’était déchaîné autour d’elle. Mais la jungle voisine regorgeait de créatures dangereuses, et sa magie s’était construite autour d’impératifs de survie : ralentir, engluer ou endormir l’ennemi, se rendre invisible, frapper. Plus récemment, elle s’était découvert une capacité à dominer l’esprit de certaines bêtes. Les chasseurs du village appréciaient beaucoup ses services, jusqu’au moment où les choses déraillaient. Parfois, c’était sans conséquences graves : elle avait une fois fait éclore un million d’orchidées en pleine forêt, alors qu’elle cherchait à distraire un jaguar affamé. L’effet avait été plus ou moins le même que si son sortilège initial avait fonctionné : la bête s’était surprise de cette brusque floraison et un javelot bien placé avait mis fin à ses errances. Mais Fiona s’était une fois mise à cracher de l’or en pépites au moment où elle aurait dû ralentir un reptile géant qui attaquait leur groupe de chasse, ce qui avait indirectement occasionné plusieurs blessés. Parfois, ses sortilèges se révélaient plus puissants que prévus ou mal dirigés. On avait fini par la suspecter d’être responsable des menues catastrophes qui frappaient la communauté au hasard des jours : toits arrachés par le vent, animaux malades, accouchement difficile, et drames apparentés. D’auxiliaire indispensable à la gestion de la nature voisine, elle s’était retrouvée marginalisée, jour après jour, sans parvenir à enrayer la chute de sa réputation. Elle avait complètement cessé d’user de ses pouvoirs, avait gardé ses distances, et les années avaient passé. Puis il y avait eu Camaxtli. Elle ne voulait même plus y songer.

    « Fiona est surtout offensive. » disait Garance.
    Elle releva les yeux. Valtameri la regardait, bras croisés, le visage tiré par l’hostilité.

    « Espérons que nous n’en aurons pas besoin. » dit-il froidement.
    La jeune elfe rebaissa aussitôt les yeux. Même si cela ne partait pas du même sentiment, elle partageait son opinion. Pourvu qu’elle puisse en rester à la lecture des journaux…
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  21. #111
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Cassie et Martin n’avaient pas échangé un mot sur la route du retour. Quand ils arrivèrent à l’auberge, il la conduisit dans leur chambre et lui mit d’autorité la main dans le broc d’eau froide, avant de sortir. Garance entra quelques secondes plus tard, la mine inquiète. En croisant son regard, Cassie éclata en sanglots. La Chauntéenne s’approcha d’un pas pressé. Martin n’était pas revenu.
    « Ça va aller. » dit Garance.
    Cassie acquiesça, relevant la main de l’eau. La prêtresse la prit doucement entre les siennes, murmura quelques mots à mi-voix, et une lumière verte fusa autour d’elle. La douleur insupportable s’effaça et Cassie s’assit lourdement sur le lit. Souris, qui était restée en arrière, vint se poser sur son épaule et posa sa tête duveteuse contre sa joue.

    « C’était difficile ? »
    Cassie se contenta d’acquiescer, la main dans les plumes de sa chouette. Elle ne savait pas bien pourquoi elle avait réagi avec autant d’émotion. Oui, la brûlure avait été douloureuse, mais il n’y avait pas que ça. Il y avait la rudesse de Martin, le regard de Beshaba, ces animaux en attente d’être sacrifiés, les cris, les odeurs, le sang sur les marches, tout ce qu’elle devinait sans avoir vu, puis ce sentiment d’urgence qui lui tordait les entrailles. Elle ravala ses larmes et souffla.
    « Ça va aller. » murmura-t-elle, en écho des paroles de la Chauntéenne.
    Garance posa une main sur son épaule.

    « Martin… Il a besoin aussi…
    — Je sais. Je vais aller m’en occuper. Mais… il a davantage l’habitude. Il peut attendre un rien. »
    Cassie acquiesça, tout en n’imaginant pas une seule seconde qu’on puisse vraiment s’habituer à ce genre de souffrance.
    « On n’a rien vu. Il n’y avait rien. Juste ces gens horribles, et ce temple horrible…
    — Il est construit pour inspirer ça, l’horreur. C’est normal que tu l’aies ressenti. Tu es déjà rentrée dans un Temple, sinon ?
    — Jamais, non.
    — Quand nous serons rentrées, à Luménis ou ailleurs… Va marcher dans un Temple. Celui de Lathandre, celui de Sunie, pourquoi pas… Tu verras ce qu’ils inspirent. Tu ne dois pas penser que c’est une faiblesse, d’avoir été troublée par Beshaba. C’est sain. Beshaba est une déesse mauvaise, et l’effroi… C’est son domaine.
    — Martin a traversé tout ça… sans à aucun moment perdre son sang-froid.
    — Mais Martin est d’ici. Toi et moi, non. Et franchement, vu le coût… Mieux vaut continuer à craindre Beshaba, tu ne crois pas ? »
    Cassie acquiesça. Elle savait que l’attitude de Martin reposait sur des années de confrontation constante à cet abominable endroit, et ressentit – un instant – une brusque compassion à son égard. Mais de la crainte, aussi. Il n’était pas comme elle ; il y avait quelque chose de mort en lui.
    « Garance… Tu ne diras pas au capitaine que…
    — Ne t’en fais pas. C’est entre nous. Secret médical. »
    Cassie soupira.
    « On n’a pas vu grand-chose de ce Temple… Mais peut-être Martin…
    — On en discutera tous ensemble tout à l’heure. Je vais aller le soigner. »
    Elle se leva.
    « Est-ce que tu veux que je lui demande de rester à l’écart un moment ?
    — Quoi ? Martin ?
    — Oui.
    — Oh… Non. Non, je ne veux pas… je sais qu’il ne pensait pas… Je ne voudrais pas qu’il se sente coupable de quoi que ce soit… »
    La Chauntéenne acquiesça en lui pressant l’épaule, lui suggéra de se reposer, puis sortit. Cassie se coucha sur le dos et attrapa Souris, qu’elle posa sur son ventre. Un grand vent de mal du pays souffla sur elle, une seconde, mais elle prit une profonde inspiration. Il fallait qu’elle se ressaisisse. Elle avait voulu venir ici, aider les autres, le capitaine Valtameri, Martin, Garance. Elle réalisa qu’elle aurait aimé partager la chambre de Fiona, qu’elles se seraient comprises, à défaut de pouvoir réellement s’aider. Il faudrait qu’elle affronte Martin. Il n’était pas responsable, de rien.


    Mais Martin était sorti avant que Garance ne puisse le soigner. Elle l’apprit de la bouche de Valtameri, en retournant dans leur chambre. Par acquis de conscience, elle descendit jusqu’à la salle principale de l’auberge, mais il n’était pas en vue. Contrairement à ce que Cassie pensait, il avait immanquablement été affecté par leur petite virée dans les rues mélandiennes. Mais plutôt que de se terrer à l’intérieur, il était ressorti. C’était une décision paradoxale, que Garance ne comprenait pas, mais elle ne se targuait pas de comprendre tous les élans.


    Martin erra un moment dans les rues, la main brûlée en poche, l’esprit vide. Il n’alla pas très loin. Le souvenir de son arrestation à Paymill, de l’embarras dans lequel il avait mis l’équipage, était encore très vivace, et il ne voulait pas réitérer l’expérience. Il se contenta de chercher une taverne acceptable pour leur repas de la mi-journée. Ils ne pouvaient pas camper à la Gorgée d’Orge, ils finiraient par attirer l’attention. Il sélectionna un établissement quelconque, griffonna un rapide plan sur un morceau de parchemin qu’il avait gardé en poche, puis rentra. Garance l’intercepta dans le couloir, manifestement soulagée de le voir, et elle l’accompagna jusqu’à la chambre qu’il partageait avec Cassie, s’y glissant en surveillant leurs arrières. D’un éclat vert, elle lui soigna la main, il lui donna le plan de fortune, puis il invita Cassie à sortir. Il avait conscience de son bouleversement, profond, mais aussi de sa tentative de faire bonne figure. Il était désolé de l’avoir brusquée, mais c’était le prix de la survie en ces lieux. Il regretta de ne pas avoir su lui raconter, avant qu’ils quittent Paymill. S’il avait trouvé la force, il aurait pu dépeindre cette atmosphère, exposer les atrocités et les risques, lui faire peur. Mais il avait craint de saper tout courage en lui-même, et il ne pouvait se le permettre. A présent, il était sur la corde raide. Il devait trouver le moyen de reprendre confiance en dépit des lieux. Cassie était bouleversée, mais il l’était aussi, autrement.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  22. #112
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Ils se retrouvèrent tous à une table située au fond de la taverne. Le repas était constitué de volaille grillée dans une sauce épicée, accompagnée de maïs. Fiona paraissait stupéfaite de trouver de la cuisine mazticane à Mélandis. L’avantage pour leur petit groupe était son prix très modique.
    « Les Beshabans sont manifestement perturbés, dit Martin. Est-ce que le journal dit quand a eu lieu ce fameux attentat ?
    — Deux veilles, approximativement, répondit Garance en repliant le Lutin Cafteur à la bonne page.
    — Ils n’avaient pas l’air d’avoir entamé les réfections. Juste condamné les zones abimées.
    — On parle d’explosions. Dans la nef, dans le bureau du prêtre… Pas de témoins survivants, six morts. Les prêtres des Temples voisins n’ont rien vu.
    — Bien sûr. Ils sont sans doute responsables. »
    Martin croisa les bras. Valtameri semblait avoir du mal avec le piquant de ce qu’il mangeait.
    « Il faut prendre du pain, lui conseilla Fiona à mi-voix. L’eau, c’est pire. »
    Le capitaine parut surpris de l’intervention mais s’exécuta et le Mélandien sourit.
    « Peut-être que si on arrivait à avoir les journaux précédents, on en saurait plus… dit Cassie.
    — Je pense que nous avons deux options, reprit Martin. Soit on essaie effectivement de savoir exactement ce qui s’est produit dans ce temple, soit on fonce. »
    Ils se tournèrent tous vers Valtameri. Celui-ci parut pris au dépourvu.
    « Est-ce qu’il ne nous faudrait pas, a minima, un plan de ce Temple ?
    — Je peux dessiner plus ou moins ce dont je me souviens, répondit Martin. Mais trouver un véritable plan… Cela nécessiterait d’aller négocier dans des endroits mal fréquentés… avec les risques associés.
    — A ce prix-là, je suppose qu’on pourrait tout de suite engager… quelqu’un pour le faire, dit Garance. Je suppose que ça se trouve, dans ce genre d’endroits mal fréquentés. »
    Martin eut un sourire.
    « Oh oui… mais à des coûts prohibitifs… et avec généralement des complications gigantesques. Si cet objet est aussi précieux que je le crains… Nous avons tout intérêt à n’en mentionner l’existence à personne. »
    Il y avait une solution efficace à ce besoin d’informations, mais Martin répugnait à la mentionner, car il devinait que les Luméniens s’y refuseraient. Coincer un Beshaban, idéalement un novice, le faire parler, s’en débarrasser. La disparition d’un gamin voué à la déesse inquiéterait ses aînés, bien sûr, mais c’était chose fréquente à Mélandis. Les différents cultes se vouaient une guerre larvée et meurtrière, sans doute de manière moins virulente depuis que le jeune Venuma avait décidé de resserrer son emprise sur la ville, mais liquider (ou recruter de force) un novice imprudent restait sans doute une transgression banale. Il y avait peu de chance que les Beshabans le lisent comme une tentative d’obtenir des informations sur ce qui se cachait dans leurs coffres.
    Mais Garance et Cassie seraient scandalisées, Valtameri le classerait définitivement dans la case des Mélandiens dépravés, et Fiona… Fiona conserverait son expression effarée.
    Kerun aurait compris. Kerun s’en serait chargé personnellement, refusant que Martin se salisse à nouveau les mains. En fait, il n’aurait sans doute pas tué le novice. Il l’aurait retenu captif, puis convoyé à Luménis où il l’aurait confié aux Lathandrites pour qu’il trouve sa voie vers la lumière.
    Cette pensée lui arracha un sourire.
    Sacré Kerun. Il aurait ménagé la chèvre et le chou, sans même y réfléchir. Mais il disposait sûrement d’un réseau en ville, d’agents infiltrés, d’un pied à terre ou deux. De tout cela, Martin ne savait rien.
    Et il ne voulait pas penser à Kerun. Pas maintenant. Plus jamais.
    Il secoua la tête, but un peu d’eau, raccrocha à la conversation. Les regards qu’il croisa l’informèrent qu’on avait remarqué son absence.

    « Mais est-ce que… si le bureau de ce chef a été détruit… Vous ne croyez pas que ça aurait pu se trouver là ? Ce fameux jeu de cartes ? » demanda Cassie.
    C’était une remarque pertinente.

    « C’est un risque, dit Garance.
    — Donc en fait, ce jeu pourrait ne plus exister, et nous n’en savons rien, lâcha l’adolescente.
    — A mon avis, il est toujours entier, dit Garance. Si cet objet est réellement précieux, les Tymorans ont sûrement un lien avec lui… la possibilité de sentir sa persistance.
    — Même si l’endroit où il se trouve est protégé d’un sortilège ? demanda le capitaine.
    — Sans doute pas. » reconnut la prêtresse.
    Ils retombèrent dans le silence.

    « Comment rentrons-nous à Paymill ? » demanda Valtameri, en se tournant vers Cassie.
    C’était la première fois qu’il s’adressait à elle depuis qu’ils étaient à Mélandis. Elle n’osa pas lever les yeux de son assiette. A voir ce qu’il y restait, soit elle n’avait pas d’appétit, soit elle tolérait la gastronomie mazticanne encore moins que le capitaine. Martin pariait sur la première option. Il ne pouvait pas lui en vouloir.

    « Je n’en sais rien. Ils m’ont dit que ça me viendrait quand on aurait le jeu de cartes. »
    Valtameri étouffa un juron et sa colère flamba, une seconde, avant de retomber.
    « Nous avons eu contact avec... la maison, ce matin, avoua alors Garance.
    — Contact ? Comment ? s’exclama Martin, stupéfait.
    — Par Florent. C’est un prêtre… du temple… »
    Elle baissa la voix, bien qu’il n’y eut personne à proximité, et trop de bruit, de toute façon, pour qu’ils risquent d’être écoutés.
    « De l’aube, termina-t-elle. Il ne m’a pas dit comment il savait qu’on avait des ennuis. Je sais juste que… il n’a pas eu de nouvelles des autres membres de notre congrégation. Mais les autorités sont au courant et si elles peuvent nous apporter du soutien…
    — Le mieux serait un prêtre pour lever la malédiction de Cassie, dit durement Valtameri. Ensuite, nous n’aurions plus qu’à rentrer.
    — Vous avez promis ! s’exclama la principale intéressée.
    — C’était avant qu’ils ne nous trompent. » rétorqua froidement le capitaine.
    Garance leva des mains apaisantes.

    « Calmons-nous. »
    Martin lui lança un regard reconnaissant.
    « Pour l’instant, nous ne savons pas si nous pourrons bénéficier d’une aide, et laquelle. Nous devons continuer à avancer… » reprit la Chauntéenne.
    Fiona avait repris le journal.

    « Peut-être qu’il y a un endroit où on peut consulter les journaux précédents, dit-elle.
    — Il y a sûrement une bibliothèque ? demanda Garance, à l’intention de Martin.
    — Oui. Il y en a une… mais ce n’est pas un endroit complètement… normal. Il est lié à l’Ecole du Necronomicon. Je ne suis pas sûr que s’y rendre en promeneur soit très prudent.
    — Quelle serait l’alternative ? demanda Valtameri.
    — Aller directement dans les bureaux du journal. Ils ont sûrement des exemplaires des numéros précédents.
    — Mais comment le justifier ? l’interrogea Garance.
    — En prétendant vouloir y glisser un avis ?
    — Si on veut lire discrètement l’équivalent de deux veilles de journaux, ça me semble un peu compliqué. » dit-elle.
    Valtameri se redressa sur son siège.

    « Je suis sûr que le gamin auquel j’ai acheté ce journal a des invendus. Il doit les abandonner quelque part. En échange de quelques pièces, il me dira où.
    — Dans les latrines, si vous voulez mon avis. » lâcha Martin.
    Les regards se tournèrent vers lui, vaguement dégoûtés.

    « Ou sur les marchés, renchérit subitement Cassie. Pour emballer le poisson ou ce genre de choses…
    — Les gens font vraiment ça avec des mots ? s’étonna Fiona. Ils les jettent ? »
    Cela lui semblait manifestement tout à fait stupéfiant.
    « Ce journal est imprimé sur du papier… Il est fait à partir d’une plante qui pousse dans la Houleuse… On ne peut pas le récupérer une fois qu’il a été utilisé, pas comme un parchemin. » expliqua Martin.
    L’elfe secoua la tête, toujours ébahie.

    « Moi je les garderais. Pour les relire. Ces mots. »
    Garance lui sourit doucement.
    « Bon, mais si nous sommes tous d’accord, nous pouvons essayer de faire ça : retrouver les journaux des deux dernières veilles, voir s’il y a quelque chose à en tirer. » dit-elle, en quêtant surtout l’approbation de Valtameri.
    Ce dernier conservait les bras croisés, la mine sévère.

    « Je suppose qu’il ne sert à rien de trop nous presser, lâcha-t-il. Mais personne ne prend de risques inutiles, ne pose de questions problématiques… Nous ne devons pas attirer l’attention.
    — J’irai avec Cassie, et vous irez avec Martin. Peut-être pouvez-vous… chercher plus loin que nous. Et Fiona s’occupera d’analyser ce que nous lui trouvons. »
    L’ancien esclave acquiesça. Valtameri aussi. Fiona ne s’offusqua point d’être reléguée dans sa chambre. De toute façon, elle aurait sans doute refusé de s’aventurer plus avant dans la ville.
    « Il faudra que nous mangions à l’auberge ce soir, dit Martin. Faire le contraire… ne me semble pas sûr. »
    Tout le monde hocha la tête.
    « Je pense aussi que nous devons rester à l’abri la nuit. Nous sommes dans un quartier… intermédiaire. Nous exposer… je ne le recommande pas, si nous n’avons pas une raison très précise de le faire. »
    A nouveau, toute la tablée opina du chef et Martin se sentit déstabilisé d’avoir ce pouvoir sur eux. Il ne voulait plus y penser mais c’était lui qui avait convaincu Valtameri que cette entreprise était réalisable. Qu’il n’y ait eu aucune autre solution n’avait pas d’importance. Il était responsable. Il ne voulait pas être responsable. Il ne l’avait jamais été.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  23. #113
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Une fois ressortis, Cassie et Garance se rendirent aux Halles où se déroulait le festival gastronomique. Martin et Valtameri repartirent vers le stade et l’endroit où le capitaine avait croisé le vendeur de journaux.
    « Qu’est-ce que tu ferais, si tu étais seul ? demanda Valtameri, alors qu’ils remontaient l’allée commerçante au bout de laquelle se dessinait la vaste arène.
    — Je m’enfuirais très loin. Mais ce n’était pas votre question. »
    Le génasi sourit.
    « Non. Je parlais de notre mission.
    — Ah. Hum. Je ne crois pas que vous apprécieriez beaucoup ma méthode. »
    Le capitaine ne put s’empêcher de grimacer. Martin haussa les épaules sans oser le regarder.
    « Désolé. Mais il s’agit après tout de s’introduire dans le Temple. Il n’y a pas trente-six solutions.»
    Valtameri frissonna malgré lui. Était-il possible que tous les Mélandiens soient pervers, viciés, prêts à échanger des faveurs en échange de stupre ?
    « Nous en trouverons une autre. »
    Martin sourit et Valtameri ne sut pas s’il en doutait, ou s’il était soulagé par sa réponse. Mais il était certain que le Mélandien ne ferait rien sans son aval. Pas cette fois.
    « J’aimerais aller sur les bords de la Houleuse.
    — Pourquoi ?
    — Pour l’eau. J’ai besoin d’eau. Cet endroit est… sale et sec.
    — La Houleuse est sale, bien plus sale que cette rue.
    — Mais c’est de l’eau.
    — Les Thermes seraient plus appropriées. Bon, c’est un vaste lupanar, mais l’eau est propre. Enfin plus propre.
    — Je ne veux pas m’exposer. » dit le capitaine en touchant le bord de son capuchon.
    La manière dont les gens de Paymill l’avaient dévisagé lui restait en mémoire. Jusqu’ici, il était resté discret, mais il avait déjà croisé plus d’un regard et observé plus d’une grimace. Il détonnait et c’était une mauvaise chose.

    « On peut louer une chambre. Vous y disposeriez d’un bassin privé.
    — Nous n’avons pas les moyens.
    — Franchement, capitaine, la Houleuse… C’est un cauchemar. Ça risquerait de vous rendre malade.
    — Je n’ai pas l’intention d’y plonger. Juste de la voir.
    — Ça pourrait vous rendre malade aussi. »
    Valtameri secoua la tête.
    « J’en ai besoin. Si pas aujourd’hui, demain. Je suis… déstabilisé par le manque d’eau. »
    La sensation était physique, elle avait commencé dès l’aube, ténue, mais plus le temps passait, plus elle s’amplifiait. Il avait l’impression de s’assécher et le résultat était qu’il était plus humide que d’ordinaire, comme une transpiration démultipliée. Ses écailles le grattaient et il sentait que ses yeux étaient plus exorbités. Il avait même une sensation d’oppression dans la poitrine, comme un poisson hors de l’eau. Il était conscient que toutes ces manifestations étaient peut-être simplement le reflet d’une angoisse, et pas le résultat d’un réel impact de sa situation géographique. Mais l’eau ferait la différence, quelle que soit la source.
    « L’auberge peut vous faire monter un baquet, dit Martin, sensible à son malaise. Si vous vous sentez si mal, nous devrions rentrer.
    — Ça va aller, répondit Valtameri. Je dois faire ma part. »
    La vérité était qu’il se sentait complètement démuni, beaucoup plus encore qu’il ne l’avait anticipé. Il avait eu le devoir d’entreprendre cette mission, et si les Tymorans avaient été honnêtes, il aurait eu le devoir de la réussir. Mais à présent qu’ils avaient cyniquement piégé Cassie, il avait l’impression d’être libéré de sa parole et d’être contraint à quelque chose qui lui déplaisait foncièrement. Exactement comme il l’avait craint, il était à nouveau enchaîné aux désirs d’autrui. Il ne le supportait pas, viscéralement. Il ne pouvait le verbaliser, cependant. Il était leur capitaine et tous travaillaient à l’accomplissement de leur objectif.
    « Votre part n’est pas forcément de chercher des journaux dans les poubelles. Venez. »
    Quelle serait-elle, alors ?
    Valtameri avait tué bien des hommes, au cours de ses années de piraterie. Il maniait la rapière avec une efficacité meurtrière et il avait mené plus d’un abordage sanglant. En tant que second du capitaine, il était en première ligne, à tous moments, celui des combats mais aussi dans la gestion de l’équipage ou des prisonniers. Face à l’emprise absolue que l’avatar d’Umberlie avait eue sur lui, aucune limite, aucun tabou n’avait pu tenir. Il avait tué, torturé et violé, jusqu’à ce que son nom soit synonyme de massacre et de haine, sans pouvoir rien faire, à aucun moment, pour y échapper. Quand le Squale en avait fini avec lui, elle l’obligeait à rester dans sa cabine, où il jouissait d’un répit abominable qui lui ravageait l’âme. Il priait, chaque matin, pour que ce jour soit le dernier, pour qu’enfin une lame ennemie mette un terme à son existence d’infamie. Mais il ne parvenait pas à baisser sa garde, protégé par la bénédiction d’un monstre. Il n’était qu’un instrument servile, impuissant et maudit, un instrument de mort, et il l’avait semée, mille fois.
    A présent qu’il était libre, il n’était pas question qu’il utilise ce qu’il avait « appris » pendant sa vie de pirate. Il ne torturerait personne pour obtenir des informations. Il défendrait sa vie, celle des autres, cependant. Mais il ne pouvait pas se permettre plus : sa santé mentale tenait à la conviction que rien de ce qu’il avait fait ces dernières années n’émanait de lui-même. Il avait été un corps sans conscience, une marionnette, et il n’avait donc aucune responsabilité, sur rien. S’il acceptait de se compromettre… Tout s’écroulerait.
    Martin avait fait volte-face et le ramenait vers l’auberge. Il songea protester, puis renonça. Tout irait mieux une fois qu’il aurait repris contact avec l’eau. Il avait la sensation d’avoir l’âme assoiffée, et sans doute cela l’empêchait-il de réfléchir droit.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  24. #114
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Comme prévu, ils firent le point le lendemain dans une troisième taverne, située un peu plus loin de leur point de chute. Valtameri avait pris un bain, Cassie avait mal dormi à cause de Martin, qui partageait son lit, bien que celui-ci soit resté habillé et se soit installé au-dessus des draps. En milieu de nuit, il avait emporté une couverture jusqu’au fauteuil qui jouxtait l’âtre, où il était resté éveillé, tandis que l’adolescente s’assoupissait enfin. Aucun mot n’avait été échangé car les mots étaient impuissants à régler la situation. Avant d’éteindre sa bougie, Garance avait cherché à contacter Othon, Marcus et Rachel, sans succès. Elle était persuadée que Marcus l’entendait, néanmoins, et elle était de plus en plus persuadée qu’il refusait sciemment le contact. Cela l’effrayait immensément : dans quelle situation était-il ? Dans quel état d’esprit ? Etait-ce une force extérieure qui l’empêchait de répondre ? La crainte que leur conservation privée soit entendue ? Elle ne parvenait pas à trancher. Elle n’était pas lathandrite et elle connaissait bien Marcus : c’était difficile de ne pas imaginer le pire. Fiona dormit tranquillement, relâchée dans son sommeil comme elle ne l’était jamais en éveil, ou plutôt dans sa Transe, même si rien ne l’en distinguait d’une torpeur ordinaire. Valtameri fit des cauchemars agités, que Garance écouta d’abord d’une oreille distraite, avant de se lever. Elle n’osa pas l’arracher à ses songes difficiles, mais le gratifia d’un petit sortilège d’apaisement, filament de lumière dorée qui ralentit sa respiration et relâcha les traits de son visage. L’aube vint trop tôt, pour tout le monde sauf Fiona.

    « On a quasi tout retrouvé, dit Cassie en étalant une série de morceaux de papier déchiré sur la table, entre une tasse de thé et un bol de dés de fromage. L’explosion a eu lieu pendant la nuit du 22 au 23 Kythorn, elle a été entendue très loin…
    — Je ne veux pas être rabat-joie, mais rappelez-vous que c’est seulement le journal, intervint Martin. Ce qui s’y trouve… Ce n’est pas forcément la vérité. »
    Il avait une tête de déterré. La nuit n’avait manifestement pas été simple dans leur chambre non plus. Garance disposait d’un sortilège qui levait la fatigue, mais elle n’avait pas pensé à en demander l’usage dans ses prières matinales.
    « C’est le mieux que nous avons pour l’instant, trancha Valtameri.
    — C’était juste un rappel. »
    Valtameri fit signe à Cassie, qui esquissa un semblant de sourire et baissa les yeux sur les coupures de journal.
    « C’est Fiona qui a tout lu… »
    L’elfe bleuit légèrement, embarrassée de se retrouver au centre de l’attention.
    « Il y a eu une explosion dans la salle principale. Une grosse explosion. Comme une boule de feu amplifiée. Elle a tué plusieurs prêtres qui étaient présents et détruit l’autel de Bes… Besh - aba. On en parle dans le journal qui date de deux jours plus tard, mais plus du tout ensuite.
    — Classique, souffla Martin.
    — Dans le bureau du grand prêtre, c’était autre chose, mais il est mort aussi. De la magie. On n’a vu personne le jour même, avant, après, mais l’enquête a parlé de mercenaires qu’ils auraient eux-mêmes recrutés… De nouveau, les articles suivants parlent plutôt du fait que le Temple est fermé, puis rouvert, et puis du fait qu’ils vont embaucher des ouvriers pour les réparations, et aussi, après, qu’ils offrent une récompense pour quiconque pourrait les aider à trouver et punir les coupables…
    — Est-ce qu’on ne pourrait pas se servir de ça ? demanda Cassie. Pour avoir accès au Temple, je veux dire. Prétendre qu’on veut des informations supplémentaires avant de chercher ? »
    Valtameri fronça les sourcils mais ne dit rien.
    « C’est une idée… » souffla Garance.
    Ajouter une mission sur une mission, cela semblait… peu raisonnable. Mais c’était une piste.

    « Est-ce qu’on parle d’objets détruits ? Ou volés ? demanda Valtameri.
    — Non. A aucun moment.
    — Mais interroger les Beshabans nous permettrait effectivement de le savoir. » intervint Martin.
    Le capitaine pinça les lèvres. Il n’était décidément pas en faveur de cette option.

    « Vous pensez vraiment que les Beshabans pourraient nous confier ce type de mission ? grommela-t-il.
    — Ils sont peut-être à l’affut d’yeux divers, répondit Martin. Imaginons que nous nous présentions comme des receleurs…
    — C’était il y a presque deux veilles ! s’insurgea le génasi.
    — Est-ce que si les Beshabans recherchaient un artefact, ils ne seraient pas directement allés voir ces gens qui trafiquent ? demanda Garance.
    — Sans doute que oui. Nous pouvons faire la même chose, dit Martin. Prétendre que nous cherchons ce genre de choses dans des endroits interlopes.
    — Tu les connais, ces endroits ? »
    Martin haussa les épaules.
    « Sur le port, j’en connais un. S’il est toujours là. »
    Valtameri acquiesça.
    « Nous irons voir, dans ce cas. Garance… Il faut que vous restiez à l’auberge, au cas où quelqu'un essaie de vous contacter… »
    Elle acquiesça. Le regard du capitaine fila ensuite sur Cassie et Fiona, et les deux jeunes femmes baissèrent les yeux, comme par réflexe. Garance ne partageait pas leur crainte, bien que Valtameri soit orageux par nature. Il n’était pas aussi dangereux qu’il en avait l’air.
    « Nous allons rentrer toutes les trois. Il n’est pas impossible qu’il y ait d’autres informations utiles dans le journal… et il ne sert à rien de nous perdre dans ces rues infâmes si nous n’avons pas d’objectif. » intervint la prêtresse.
    Cassie et Fiona acquiescèrent, et les choses en restèrent là.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  25. #115
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Martin devinait que Valtameri avait accepté de chercher le receleur davantage pour voir la Houleuse que parce qu’il croyait à ce plan. Le jeu de cartes était fatalement dans le Temple de Beshaba, il allait falloir y entrer, tôt ou tard, par la grande porte ou par une fenêtre, avec fracas ou discrètement, c’était inévitable. Mais il comprenait qu’ils devaient encore assimiler ce fait, la prise de risques inexorable, dans cet endroit maudit. Il était prêt à le faire. Seul, au besoin. Chaque heure passée à Mélandis, dans ce cloaque immonde, à respirer cet air vicié, et croiser ces gens pervertis, le confortait dans l’idée qu’il n’avait rien de mieux à faire.
    Il avait eu envie de vivre, et non de survivre. Si la première option lui était interdite… Il était prêt à risquer le pire.

    Ils atteignirent les bords de la rivière et Valtameri s’avança jusqu’à l’eau. Les quais s’étendaient de part et d’autre du pont, des centaines de bateaux étaient à l’ancre, des milliers d’hommes travaillaient sous le soleil accablant. La brise puait, l’eau s’écoulait mollement, brune, aussi différente de l’océan qu’une bouse de vache de la montagne. Le capitaine demeura figé, mains sur les hanches, et Martin vit qu’il avait fermé les yeux. Il se demanda de quoi il pouvait bien s’imprégner en pareil endroit. Il n’y avait même pas de mouettes : seulement des corneilles et des pigeons. Les chantiers navals étaient plus à l’est, à la sortie de la ville, et les quais sur lesquels ils se trouvaient étaient dédiés au commerce. Un peu plus à droite se trouvait une place presque vide, sur laquelle trônaient une douzaine d’estrades carrées, désertes. Martin s’éloigna de quelques pas dans cette direction, l’esprit soudain vide. C’était le marché aux esclaves, l’endroit où les marchands de chair venaient exposer leurs produits, hommes, femmes, enfants, à la merci des regards et des tractations. Il n’en restait plus que des étals vides. Un camelot avait étalé sa marchandise sur une des estrades, des enfants jouaient sur une autre, se servant du mât central comme d’un obstacle à leur course-poursuite, quelques hommes prenaient une pause sur une troisième, leur casse-croûte déballé à côté d’eux. Ça et là, des chaînes cliquetaient dans le vent sale, encore suspendues aux endroits où elles avaient entravés des centaines, des milliers de malheureux promis à une vie de servage.
    Martin eut un vertige, et Valtameri lui offrit son bras.

    « Viens, dit le capitaine.
    — Oui. » répondit-il simplement.
    Ils marchèrent un moment sans rien dire, le génasi avait le teint gris sous son capuchon, Martin avait replié les bras autour de lui-même, cherchant à échapper à ses souvenirs. Il se félicita que Valtameri soit son compagnon d’infortune : Cassie aurait posé des questions, Garance aurait été pleine de commisération, et il aurait craqué, d’une manière ou d’une autre, sans doute par la rage, sans doute en fuyant quelque part au hasard des rues. Mais il n’y avait aucune ouverture auprès du capitaine. Sa froideur gardait toutes les émotions à distance, l’obligeait à enfouir ce mal, et c’était mieux, car il ne pouvait pas se permettre de flancher.

    « Je vous avais prévenu que la Houleuse était répugnante, finit-il par dire, déviant son trouble.
    — Oui. Et c’était quand même pire que prévu. » répondit Valtameri.
    Ils s’étaient arrachés aux quais, avaient bifurqué entre deux entrepôts, et Martin reprit la tête de leur équipée, les entraînant vers le cœur du quartier portuaire.

    « On doit dépasser le Luménien Noyé, et… »
    Valtameri s’était immobilisé.
    « C’est un Temple d’Umberlie. » lâcha-t-il.
    Le Mélandien tourna la tête et grimaça. On apercevait effectivement, au bout de l’allée voisine, une placette et la silhouette massive d’un bâtiment d’importance. Les vitraux, les ardoises, les pierres, tout était bleu, et le soleil s’y reflétait, éblouissant. Martin posa la main sur le bras du capitaine et l’entraîna vers l’avant.

    « Les Mélandiens la révèrent, oui. C’est une déesse mauvaise. »
    Valtameri frissonna et Martin sentit l’eau lui ruisseler sous les doigts, s’il bien qu’il le lâcha.
    « L’océan est si loin… » souffla le génasi.
    Il semblait ne pas pouvoir détacher le regard du Sanctuaire de la Reine Garce et pendant un instant, Martin craignit qu’il ne soit en train de se passer quelque chose, une réminiscence, un dernier rets emprisonnant l’âme de Valtameri, le liant à l’enfer. Il chercha une réponse sur le visage du génasi, la preuve qu’il était lui-même, qu’il n’avait pas subitement succombé à une force étrangère.
    Martin n’avait pas connu Valtameri lorsqu’il était sous domination, il l’avait rencontré ensuite, mais il avait subi, avec ses compagnons, sur Mersant, les foudres de sa haine et de sa violence. Enfin. Pas les siennes. Mais au travers de lui, de l’ensorceleur drow, et d’autres monstres sanguinaires.

    « Elle me pourchasse…
    — Ne dites pas n’importe quoi. Ce n’est pas parce qu’elle a un Temple ici qu’elle le gratifie de sa présence. Comme vous le dites, l’océan est loin. Très loin. »
    Le génasi échappa à sa stupeur et le suivit. Ils remontèrent rapidement la rue, passèrent devant le Luménien Noyé — Martin n’avait jamais réfléchi au nom de la taverne, mais à présent, il le trouvait vraiment de mauvais goût — puis bifurquèrent dans une ruelle étroite, sombre, et évidemment mal fréquentée. Mais Valtameri était armé, Martin marchait d’un pas sûr, et personne ne les importuna. Ils tournèrent à nouveau et Martin perçut, avant de le voir, les odeurs du bordel local, la Maison des Plaisirs. C’était un lupanar classique, très couru par les marins, où les prix étaient modiques et les prestations quelconques. Rien à voir avec le Moindre Désir.
    Il n’empêche qu’il dépassa la devanture anonyme en se hâtant, comme si des tentacules allaient s’en extirper, le saisir et l’entraîner à l’intérieur, pour le ramener à sa juste place, celle qu’il n’aurait jamais dû quitter.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  26. #116
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Quand ils poussèrent la porte du receleur, Martin et Aigéan étaient tous deux hors d’haleine et effrayés. L’homme qui les accueillit, un gnome déjà âgé, la barbe sombre et l’œil avisé, ricana d’emblée en découvrant leur mine.
    « On a croisé un diable, voyageurs ? » demanda-t-il.
    Sa boutique se nommait « Tous les Trésors », une appellation sans doute risquée dans un quartier aussi minable, mais il disposait plus que probablement de sortilèges de protection invisibles. Aigéan se redressa mais Martin reprit ses esprits plus rapidement. Les lieux étaient encombrés d’un capharnaüm d’objets invraisemblables : armes et armures — certaines aux allures franchement exotiques, vêtements, bijoux, livres et objets de décoration divers, un trophée de licorne, un aigle à deux têtes empaillé (le symbole de Mélandis, à en croire les drapeaux qui claquaient dans la cité), un casque pourvu de cornes de bélier dorées, des pierres de couleurs et formes diverses alignées dans une petite vitrine, des sabres de Kara-Tur, des statuettes mazticannes, la carapace d’une tortue sertie de perles nacrées, des rouleaux de parchemin rangés dans des casiers étiquetés, un bocal où flottait une larve bleuâtre, qui avait peut-être l’air encore vivante, un œuf gigantesque posé sur sous une lampe, quelques meubles énormes, des masques grimaçants… le regard ne savait où se poser et tout, sans exception, paraissait luire d’une énergie inhabituelle, magique, peut-être mauvaise. Aigéan avait mis la main sur plus d’un trésor, au cours de sa carrière de forban, mais aucun ne ressemblait à ça.

    « Le quartier est… désagréable. » dit Martin en s’appuyant sur le comptoir.
    Il avait pris un accent que Valtameri ne reconnut pas, mais qui ressemblait à celui des Mélandiens.

    « C’est la chaleur, dit le gnome avec un haussement d’épaules. Ça échauffe le sang. »
    Il jeta un regard vers Aigéan qui restait calfeutré sous son capuchon, conscient qu’il allait mouiller le sol.
    « On nous a dit que vous étiez le meilleur fournisseur d’objets rares de la ville. »
    Le receleur sourit.
    « Vraiment ? Qui vous a dit ça ?
    — Plusieurs collectionneurs bien informés. »
    Le gnome dévisagea Martin et pendant un instant, Aigéan s’inquiéta de la raison pour laquelle l’ancien esclave connaissait cet endroit. Était-il possible que le marchand le reconnaisse ?
    « Qu’est-ce que vous cherchez ?
    — Notre maître nous envoie pour nous enquérir des jeux à votre disposition.
    — Jeux ?
    — Oui. Dés, cartes, jeux de plateau, que sais-je. »
    Le gnome croisa les bras.
    « Si votre maître est connaisseur, je suppose qu’il ne cherche pas de dés pipés, ce genre de choses…
    — Vous supposez bien.
    — Voyons voir… »
    Le gnome prononça une courte incantation et un objet apparut sur le comptoir. Il s’agissait d’une illusion, mais elle était saisissante : un échiquier bleu, des petits bateaux de bois, et les pièces se déplacèrent d’elles-mêmes.
    « J’ai une bataille navale sculptée à Eauprofonde, dent de narval et bois flotté… »
    Il murmura autre chose et le plateau fut remplacé par un jeu de cartes ouvert.
    « Un jeu de Rouste avec gants d’époque, qui date de la conquête… »
    S’ensuivit la présentation d’une demi-douzaine de jeux différents, toujours via des illusions conjurées par le gnome, la plupart dont Valtameri n’avait jamais entendu parler. Tous les objets étaient anciens, dotés d’une certaine valeur esthétique, parfois historique, mais aucun ne semblait particulièrement magique, et aucun n’était le Tarot de l’Aubaine. Il aurait fallu être fou pour le proposer à des inconnus de passage, s’il avait réellement été volé.
    Martin feignait un intérêt poli, mais le gnome ne paraissait pas s’en offusquer. Il était fier, au contraire, de ses propositions.

    « Mon maître a entendu dire qu’Adégrin d’Aigremont songeait à se séparer de son jeu d’Agura Dagora. »
    Le gnome écarquilla les yeux.
    « Ton maître est mal informé. D’Aigremont mourra les jetons serrés dans ses poings. Ses fils le vendront sans doute, mais ils sont encore jeunes et Adégrin est coriace. »
    Martin haussa les épaules.
    « Et le jeu de Domination des Lentemort ?
    — Il a été perdu dans l’incendie, malheureusement. Tu n’es pas le premier à me poser la question. Des légendes prétendent qu’un officier mélandien appelé sur l’affaire l’a emporté, ou un esclave bien inspiré. Mais toutes les divinations réalisées sur l’objet tendent à prouver qu’il a brûlé. On en retrouve des pièces, de temps en temps… Ce sont toujours des fausses. »
    L’ancien courtisan croisa les bras, songeur.
    « Ton maître est un connaisseur. Avons-nous déjà fait affaire par le passé ?
    — Quand il était très jeune… Il est basé à Tordo, aujourd’hui.
    — Tordo… Diable, il en faut du courage.
    — Je ne vous le fais pas dire. »
    Le regard du gnome passa au-dessus de l’épaule de Martin pour chercher le regard d’Aigéan. Celui-ci baissa les yeux, réflexe. Une flaque s’était formée sous lui.
    « Mon maître serait d’autant plus malheureux de repartir les mains vides.
    — Venu pour le triomphe, je suppose.
    — Oui. Il a combattu sur le front ouest.
    — Vous savez peut-être qu’un jeu commémoratif a été produit. Très peu d’exemplaires. Basé sur le principe de Domination, mais avec la carte de Dorrandin comme base de campagne. Vous pouvez le trouver sur l’Esplanade. Trop récent pour que je l’aie. Dans dix ans, il vaudra une fortune.
    — Merci, je me renseignerai. »
    Il parut songeur. Aigéan demeurait aux aguets.
    « Il parait qu’il y a un Tarot chez les Beshabans ? »
    Le gnome sourit, sans sourciller.
    « Oui, ils l’ont déniché pendant la guerre. Mais ce n’est pas un vrai Tarot. Il est impossible de l’utiliser pour jouer ou même pour de la divination. Les cartes sont magiques, vous voyez. Imbues de sortilèges surpuissants. L’Ecole du Necronomicon intrigue pour le leur prendre et j’ai déjà une demi-douzaine de clients intéressés… Une pomme de discorde, ce Tarot. A mon avis, il finira entre les mains de la Chancelière.
    — Si ce n’est pas un jeu, ça n’intéressera pas mon maître, dit Martin avec une grimace. Il aime… utiliser les objets de sa collection.
    — Tant mieux. Sans vouloir me montrer insultant : il ne l’aurait de toute façon jamais obtenu. »
    Aigéan eut du mal à dissimuler sa déception. Martin demeura impassible. Il se renseigna sur le prix de plusieurs des illusions que le gnome leur avait montrées. Ce dernier lui nota diligemment les informations requises sur un morceau de parchemin. Ils se saluèrent, et les deux hommes sortirent. Ils prirent immédiatement la direction du quartier commerçant.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  27. #117
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Autour de la table, l’ambiance était électrique. Ils avaient opté pour un troquet qui servait de la nourriture du cru, loin du Stade, en bordure de quartiers moins reluisants. A voir la tête des deux hommes quand ils étaient revenus de leurs investigations matinales, Cassie avait tout de suite compris que les nouvelles étaient mauvaises. Mais ils n’avaient rien lâché, jusqu’à ce qu’ils soient assis autour de leur pitance.
    « Il a toujours été clair qu’il ne s’agissait pas d’un simple jeu de cartes, dit Martin, après leur avoir résumé le fruit de leurs recherches. Ils ont parlé d’artefact dès le début. »
    Valtameri grésillait d’une fureur glacée.
    « Un artefact surpuissant. Que les gens se disputent. Quelles sont nos chances d’y parvenir ? s’exclama-t-il.
    — Je ne crois pas qu’ils s’attendent à ce que nous réussissions… »
    Cassie ouvrit des yeux ronds. Garance acquiesça dans un soupir.
    « C’est ma crainte également, murmura-t-elle.
    — Mais… nous devons réussir… » souffla la jeune fille.
    Les regards se tournèrent vers elle et elle vit leur désolation. Un vent de panique souffla un instant à l’intérieur d’elle-même. Est-ce qu’ils pensaient que c’était fichu ? Vraiment ? Mais pourquoi les avait-on envoyés à Mélandis, dans ce cas ?

    « Pourquoi nous envoyer ici, si c’est pour qu’on échoue ? demanda Fiona, verbalisant ce que Cassie ne parvenait pas à articuler.
    — Je pense qu’ils veulent simplement que nous leur ouvrions la marche. Que nous localisions l’artefact, précisément, que nous leur transmettions éventuellement des détails sur ce qui le protège…
    — Transmettions ? demanda Valtameri.
    — Je pense qu’ils nous scrutent, dit Garance. Sans doute Cassie, en fait. »
    La jeune fille blêmit.
    « Nous scrutent ? Qu’est-ce que ça veut dire ?
    — Ça veut dire qu’ils t’observent à distance. Qu’ils voient par tes yeux.
    — Ils peuvent faire ça ? s’exclama-t-elle, horrifiée.
    — Oui. »
    Elle nicha son visage entre ses mains. Les Tymorans avaient eu l’air… si sympathiques, si compréhensifs, quand elle était allée les trouver. Elle voulait accompagner à Mélandis, elle se sentait prête, elle refusait d’abandonner le capitaine Valtameri. C’était son équipage, sa mission, elle faisait partie de leur groupe ! Si seulement ils pouvaient trouver un moyen de convaincre le génasi qu’elle était indispensable… Ils avaient fait mine d’hésiter… et puis ils l’avaient ensorcelée, en lui promettant que ce serait sans danger, que cela ne ferait que contraindre une tête de mule. A présent, elle avait mal au crâne juste de penser à renoncer.
    « Si vous saviez tout ça, pourquoi n’en avez-vous rien dit ? demanda Valtameri d’une voix glaciale.
    — Nous n’avions pas le choix, dit Martin au même instant où Garance répondait :
    — C’était déjà trop tard. »
    Et nous ne savions pas que Cassie allait se jeter dans la gueule du loup, ajoutaient leurs regards, bien qu’ils ne disent rien, ni le Mélandien, ni la Chauntéenne. Elle ne les en détesta pas moins pour leur commisération. Elle musela un sanglot.
    « Nous n’allons pas abandonner, intervint alors Fiona en lui prenant la main.
    — Bien sûr que non. » renchérit Garance.
    Martin poussa un court soupir. Valtameri se leva et sortit, les plantant en plein repas. Cassie le suivit des yeux, aveuglée par ses larmes. Elle eut l’impression qu’avec son départ, tous les espoirs s’éteignaient. Garance passa un bras autour de ses épaules. Martin paraissait hésiter mais il resta finalement assis.

    « Il va revenir, dit la Chauntéenne. Il se sent responsable.
    — C’est moi qui suis responsable. » souffla Cassie.
    Bien sûr que Valtameri était furieux, et il avait raison. Il lui avait interdit de venir, cent fois, et elle n’en avait fait qu’à sa tête : elle avait défié son autorité, ignoré ses mises en garde et ils étaient désormais dans une situation inextricable. Mortelle, même.

    « Je vais contacter mes amis à Luménis et leur expliquer la situation. Ils seront sensibles à l’urgence. » murmura Garance.
    Du coin de l’œil, Cassie vit Martin acquiescer, mais il avait l’air ailleurs, dans ses pensées.

    « Même un prêtre mauvais pourrait lever ce sortilège, non ? demanda Fiona d’une petite voix.
    — Ce qu’il nous demanderait en échange… Je ne veux même pas y penser. » dit la Chauntéenne.
    Martin ne la détrompa pas, signe qu’il partageait son opinion. A moins qu’il n’écoute pas. Il repoussa son assiette et se leva à son tour. Cassie savait qu’il allait parler avec le capitaine, tenter de le tempérer, de le ramener auprès d’eux. Mais pour quoi faire ? Il était le seul réaliste, d’entre eux, le seul qui comprenait qu’elle avait fait une erreur terrible et qu’elle allait en payer le prix fort.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  28. #118
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Martin n’alla pas très loin, Valtameri était juste à l’extérieur, debout à côté des poubelles, fulminant.
    « Capitaine… » commença-t-il.
    Il n’osa pas faire un pas de plus. Il avait l’impression — limpide — que s’il avançait trop près, il se prendrait un coup. La colère du génasi était mâtinée de violence, c’était un homme qui n’avait pas l’habitude d’être dépassé et en même temps libre de ses mouvements. Martin devinait qu’il avait été maître à bord, puis totalement impuissant, et qu’à présent, il était entre deux eaux, une situation inconfortable. Rien ne se déroulait comme il le voulait, et il ne pouvait pas se réfugier derrière une mauvaise excuse. Même s’il n’était pas responsable de ce désastre. A aucun niveau.

    « Ne t’en fais pas, grommela-t-il au bout d’un moment. Je ne vais pas laisser mourir cette gamine sans rien faire, même si c’est dément. »
    De ça, Martin n’en avait jamais douté. Mais cela ne disait pas ce qu’il envisageait de faire…
    « Laissez-moi agir, osa-t-il. Au moins pour un repérage. Je sais que vous n’appréciez pas mes méthodes, mais… c’est peu de choses, vous ne pensez pas ?
    — Non, ce n’est pas peu de choses. »
    Il se retourna et le vrilla de ses yeux noirs. Martin accusa le choc : il cherchait juste à l’intimider, c’était sans danger.
    « Kerun ne l’aurait jamais permis. »
    C’était traître. Imprévu. Martin avala sa salive. Valtameri ne connaissait rien de l’elfe, même s’il voyait juste. Il n’avait pas besoin de le savoir.
    « Et si Kerun m’avait embauché exactement pour ça ? »
    L’expression de Valtameri se modifia du tout au tout, reflétant une intense répugnance.
    « Nous avons tous nos atouts. Les miens ne sont pas les vôtres. Laissez-moi en jouer. Nous sommes dans un endroit où ils peuvent nous sauver la mise. »
    Le dégoût du génasi était tel que Martin se sentit déstabilisé. Était-ce à ce point vil d’user de son corps ? En combattant, sabre au clair, ne faisait-on au final pas la même chose ? Exploiter ce que la nature nous avait donné ? Il se rappela que le génasi était un produit de la bonne société luménienne, qu’il ne pouvait sans doute pas comprendre. La vie de Cassie était en jeu. Leur vie à tous.
    La porte s’ouvrit dans leur dos.

    « Rentrez, il y a du neuf. » dit Garance.

    Etalée sur la table, entre les assiettes à moitié pleines, une demi-page du Lutin Cafteur — datant du 3ème jour de Kythorn — vantait les merveilles de l’exposition sur le butin de guerre, qui avait lieu du Musée des Mystères. Enfin, à moitié, car le journal était déchiré en plein milieu de l’article.

    « C’est marqué ici… murmura Fiona. Le Tarot de l’Aub… Trésor pris à l’ennemi…
    — Où est la suite ? demanda Valtameri.
    — J’ai découpé les morceaux qui nous intéressaient, dit Fiona en retournant la page et désignant l’encart sur le Temple de Beshaba. Le reste est à l’auberge. Si les serviteurs ne l’ont pas jeté.
    — On n’a pas besoin d’en savoir beaucoup plus. Le Tarot est exposé au Musée, intervint Martin.
    — Est-ce que c’est une bonne nouvelle ? demanda Garance.
    — Honnêtement, je n’en sais rien, avoua le Mélandien. Je n’y suis jamais allé.
    — A minima, on peut aller voir, dit Valtameri. C’est une exposition ouverte au public. On entre, on visite, ça nous donnera une idée précise des lieux. Et si c’est vraiment ce que veulent les Tymorans, ils pourraient s’en satisfaire. »
    Garance acquiesça. Cassie avait l’air un peu hallucinée mais Martin ne trouva pas la force de lui adresser le moindre signe encourageant. Ce Musée devait regorger d’artefacts magiques et de pièces inestimables. Il n’y aurait pas de prêtres beshabans, mais sûrement des milliers de pièges mortels et autres gardiens infaillibles. Ce n’était pas une bonne nouvelle, non, mais il ne pouvait rien dire.
    « Je viens avec. » déclara Fiona, les prenant au dépourvu.
    Cassie lui adressa un sourire rayonnant.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  29. #119
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    Au final, ils s’y rendirent tous les cinq, reprenant leurs deux groupes initiaux. Valtameri suivait Garance comme une ombre, Fiona à ses côtés, tandis que Cassie et Martin les précédèrent d’une demi-heure, bras dessus bras dessous. La Chauntéenne devinait qu’aucun des deux n’était enchanté de devoir maintenir ce masque, mais c’était le plus raisonnable.

    De l’extérieur, le Musée des Mystères était impressionnant, façade sombre à colonnes, escalier monumental, double-porte en métal enluminé flanquée d’aigles de pierre, mais l’intérieur était également stupéfiant car, dès qu’on pénétrait dans le grand hall de marbre, on devinait qu’il était immense. Quatre étages de collection s’offraient aux visiteurs, sur des thématiques historiques, artistiques mais aussi naturelles, comme le promettait la grande galerie des humanoïdes ou la salle des dragons. Des employés en uniforme noir accueillirent Garance et son escorte lorsqu’ils entrèrent. A cause de leurs accents hélonniens, Martin leur avait recommandé de parler un minimum et les échanges furent brefs. Les agents d’accueil vantaient les merveilles de l’exposition temporaire sur le butin de guerre et ils ne parurent guère surpris que le groupe se laisse convaincre.
    Le butin en question occupait tout le troisième étage. Il y avait des gardiens — ou plutôt des gardes, à voir leur armure et leur épée au fourreau — absolument partout, qui surveillaient les visiteurs épars. Il faisait agréablement frais à l’intérieur, mais ce genre de loisirs n’était manifestement pas aussi populaire que les combats du stade : il n’y avait quasi personne.

    Garance ne s’était pas vraiment intéressée à la guerre. Elle avait frappé les Luméniens, bien sûr, durement, alors qu’ils se remettaient tout juste des massacres de Nwalk. Une nécessaire loyauté envers l’allié manostien avait forcé la main des conseillers, qui avaient été contraints d’envoyer des milliers de jeunes gens sur le champ de bataille, afin de tempérer les velléités meurtrières de l’Empereur mélandien. Aucun des Lathandrites de Luménis n’avait été réquisitionné, principalement parce que le général Maelwedd ne leur faisait nullement confiance, et qu’ils n’avaient de toute façon pas grand monde à mobiliser. Des prêtres étaient venus de Lunaros, de Fondor et d’Eredhun principalement, en renfort des lanceurs de sorts déjà bien présents dans les rangs de l’armée régulière, que Maelwedd préférait de loin aux « allumés des temples ». Les paladins avaient tout de même perdu l’un des leurs, Arthur, le fils unique du général, qui pour des raisons obscures s’était embarqué clandestinement sur une caraque militaire. Les Mélandiens l’avaient identifié, traqué, capturé et exécuté, quand son père avait refusé d’intercéder en sa faveur.
    Garance savait qu’au final, les Mélandiens l’avaient emporté de justesse, trop gourmands face à un adversaire pourtant fortement fragilisé par la disparition brutale de Helm. Elle réalisa cependant dès la première salle de l’exposition que la version officielle était tout autre. L’Empereur avait manifestement remporté une victoire écrasante, incontestée, et la survivance de l’état manostien n’était due qu’à sa magnanimité. Elle se sentit un peu malade. Elle était vouée à une déesse de la vie, et elle allait devoir se farcir un parcours de mort, à la gloire d’une guerre qui avait fait de nombreuses victimes, dans un endroit où on s’en félicitait.

    La première salle, donc, était constituée de plusieurs grands tas, des montagnes même, habilement éclairées. Une pile gigantesque de casques. Une pile gigantesque d’épées. Une autre de bottes. Une troisième d’objets divers, témoignages d’existences ordinaires, fauchées. Un panneau indiquait que la guerre avait vu la mort de plus de trente mille soldats ennemis et que quinze mille avaient été faits prisonniers. Aucune mention des décès mélandiens, bien sûr. Garance détourna les yeux et hâta le pas, se faufilant entre ces imposants symboles. Il n’y avait personne dans les parages pour s’en étonner.

    La salle suivante reprenait le même thème, mais avec des objets particuliers, exposés dans des vitrines. Des étendards pris à l’ennemi — Garance reconnut quelques drapeaux luméniens, le dauphin noir des seigneurs d’Antelucas, le cheval cabré des dragons de Rohan, parmi les nombreux oriflammes verts des Manostiens — s’échelonnaient le long des murs, parfois partiellement déchirés, brûlés ou arborant encore des taches de boue ou de sang. L’épée d’untel trônait ici, la masse d’un autre, l’armure complète d’un général ou le casque défoncé d’un baron. Un mur entier était couvert de symboles helmites, gantelet à l’œil vigilant, découpés dans des tabards, des aubes, des capes ou des fanions, puis épinglés les uns à côté des autres. Garance eut envie de filer dans la pièce suivante, mais elle se retint. Il fallait qu’elle ait l’air d’une visiteuse comme une autre. Il y avait des gardes, cette fois, qui veillaient à ce que personne ne touche aux armes exposées. Elle s’obligea à regarder des haches, des fléaux, des arcs, d’autres épées encore. Aucun nom ne lui disait rien, mais tous avaient appartenu à des êtres vivants, qui étaient morts ou qui croupissaient dans des geôles infâmes. A partir du moment où le général Maelwedd avait refusé de monnayer la vie de son propre fils, comment imaginer qu’il se démènerait pour sauver tous les autres ?
    Elle sentit la main de Fiona se glisser dans le creux de son coude, et elle la couvrit. L’elfe était subtile, malgré son étrangeté.

    Ils atteignirent enfin la sortie et entrèrent dans la salle suivante. Garance faillit avoir un malaise. Les doigts de Fiona se crispèrent sur son bras. On avait exposé des cadavres. En quoi un cadavre était-il un butin ? Ces gens étaient-ils fous ?
    Ils étaient quatre. Garance n’en connaissait aucun. Elle réalisa qu’il ne s’agissait pas de cadavres mais bien de statues. Ou plutôt de corps pétrifiés. Car aucun sculpteur n’aurait pu reproduire ce genre de détails. Ils avaient ensuite été peints. C’était absolument horrible à regarder, car les victimes avaient été abominablement torturées avant d’être transformées en ces choses. Deux hommes, une femme, un elfe. Manifestement des personnes qui avaient occupé des postes d’importance dans l’armée ennemie. Garance ne parvint pas à lire les notices qui accompagnaient ces représentations sinistres : son regard s’était brouillé d’émotion. Elle resta, cependant, face à eux, consciente de la présence d’un gardien en bout de salle, qui les observait tous les trois. Elle compta jusqu’à cent, puis se détourna et se rendit dans la salle suivante.

    Bâtons, grimoires, robes de mage, anneaux et amulettes. Elle reprit sa contenance. Troublée par les horreurs rencontrées jusque là, elle n’était pas parvenue à prêter attention aux choses importantes : les fenêtres, les portes, la taille des pièces, leur disposition relative, le nombre de gardes, la présence de sortilèges. Il fallait espérer que d’autres en aient été davantage capables.

    Ils traversèrent ensuite une salle à la gloire de Venuma. Une statue assez grossière de l’Empereur trônait au centre, accompagnée de l’armure qu’il avait portée sur le champ de bataille et d’une reproduction de son épée. Garance ne savait pas si elle devait se fier à la représentation, sans doute aussi mensongère que le reste, mais il avait l’air d’un homme très jeune et prématurément dur, la bouche et la mâchoire crispées dans une moue méprisante, les sourcils froncés, le regard vide mais hautain. Elle eut envie de baisser la tête et devina qu’on avait tissé un sortilège à l’intérieur même de la statue, pour inspirer la crainte à ceux qui la regardaient. Elle se détendit en songeant à l’appréciation qu’en aurait fait Soren. Elle l’imagina sans mal lever les yeux au ciel avec une grimace de dégout, avant de lâcher un commentaire bien senti sur les deux mains gauches de l’artiste, ou sa myopie, ou son goût de bouseux. Ou alors il aurait critiqué vertement le choix de modèle. Il aurait certainement osé.
    Autour de la statue, on avait suspendu des tableaux représentant des scènes de guerre, une demi-douzaine, et disposé quelques maquettes. Les peintures étaient figuratives, sans recherche esthétique poussée, et mettaient toutes l’Empereur en valeur, victorieux ici et là et encore plus loin, d’officiers manostiens et luméniens écrasés par sa superbe. Les maquettes reprenaient quelques batailles célèbres, dont Garance ne savait rien, sinon, par défaut, que les Mélandiens les avaient remportées en renvoyant leurs adversaires lamentables aux ténèbres. Elle aurait pu écrire les panneaux elle-même, désormais, elle connaissait la chanson.

    Dans la salle suivante, on apprenait que la marine mélandienne avait écrasé la marine luménienne. De ça, Garance doutait, et le ricanement que lâcha Valtameri, bref et aussitôt ravalé, la renseigna sur la véracité de cette propagande. On y présentait deux ancres ayant soi-disant appartenu à des caraques ennemies et la proue d’une autre, une licorne dont la peinture était usée et la corne brisée.

    La pièce suivante était dédiée aux éléments de conquête, et Garance se souvint alors qu’il y avait eu des batailles, mais aussi des mises à sac, que des villes et des villages avaient été occupés, des temples pillés, des forteresses rasées, et leurs habitants… Elle ne voulait même pas y songer. Une carte présentait la situation avant et après la guerre, la manière dont les troupes mélandiennes avaient grignoté sur le territoire manostien. La Chauntéenne était prête à parier que dans la réalité, la modification des frontières était moindre, mais en y réfléchissant bien, il était probable que les autorités luméniennes aient aussi transformé la réalité de la défaite, pour adoucir la fureur d’une opinion publique qui n’avait jamais soutenu les hostilités. La vérité devait se trouver entre les deux. Et dans le fond, la vérité n’avait peut-être pas tellement d’importance. Les vitrines renfermaient du grain, de l’or, de la laine, du minerai, du bois ; de petits échantillons de matières premières à la fois modestes et indispensables, en regard de panonceaux indiquant la quantité qui avait été prise à l’adversaire. Autant de têtes de bétail. Autant d’arpents de champs, de prés, de forêts. Des mines. Des moulins, des forges. Pas un mot sur les gens, les hommes, les femmes, les enfants, qui avaient vécu dans ces endroits. L’esclavage était interdit, désormais, bien sûr. Garance se demandait ce qu’ils étaient devenus.

    Enfin, elle entra dans la salle au trésor, Fiona toujours cramponnée à son bras, Valtameri dans leur sillage. Cassie et Martin s’y trouvaient encore. Rien qu’à les voir, on devinait qu’ils avaient tout sauf envie d’être ensemble. Cassie était crispée, Martin tendu. Leurs corps se repoussaient alors même qu’ils étaient côte à côte, reflets des instants difficiles de la veille qui refusaient de s’estomper. Mais qu’un jeune couple se déteste, c’était chose banale, il ne fallait pas s’inquiéter de ce qu’ils dégageaient.
    La pièce contenait les plus belles prises de l’armée mélandienne. Il y avait quelques armes manifestement magiques, ayant appartenu à des paladins helmites pour la plupart. Une épée à deux mains vibrait d’une énergie lumineuse, retenue par des crochets rouge sombre, comme prisonnière. Un sceptre de résurrection en métal argenté, serti de rubis, gisait dans une caissette de verre luisant d’un sortilège empoisonné. Une masse dorée, coiffée d’un soleil hérissé, était enchaînée à un écrin de velours. Garance avait l’impression que ces objets réclamaient vengeance, que si elle avait posé l’oreille contre leurs prisons, on aurait entendu leurs imprécations. Il y avait encore une armure de nacre, un bâton noueux, d’autres épées, une paire de gants, un arc manifestement elfique, un orbe, une main osseuse, comme momifiée.
    Et puis il y avait le fameux — le foutu — jeu de cartes.
    La vitrine dans laquelle il était exposé, maintenu en lévitation à mi-hauteur, n’était pas la plus importante de la salle (la place d’honneur revenait à l’épée lumineuse) mais on distinguait quand même la lueur violacée du sortilège qui la protégeait, à défaut de pouvoir contempler le jeu en lui-même. Il était rangé dans un étui en bois peint, qui représentait une femme — Tymora, probablement — quelques cartes à la main. Verni avec soin, il paraissait en excellent état. On devinait la tranche des cartes sur le dessus, mais aucune n’avait été tirée, ce qui se comprenait quand on savait de quels pouvoirs était doté l’artefact. Une petite notice expliquait qu’il s’agissait du Tarot de l’Aubaine, un paquet complet de 22 cartes merveilleuses. Il avait été pris aux Tymorans au cours d’une embuscade meurtrière qui avait coûté la vie à sept d’entre eux. Une carte avait été tirée pendant l’affrontement, mais personne ne savait laquelle, car le prêtre qui s’en était servi était mort peu après, sans avoir pu en révéler la teneur.
    Cassie et Martin sortirent de la pièce et leurs pas résonnèrent bientôt dans l’escalier voisin. Garance s’attarda encore un moment, croisa le regard d’Aigéan Valtameri, serra la main de Fiona, puis les suivit.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  30. #120
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 014
    De retour à l'auberge, renonçant à la prudence, ils se retrouvèrent tous dans la plus grande des deux chambres. Tandis que Fiona déroulait du parchemin sur la petite table et que Cassie commençait à tracer les contours du Musée sous les yeux du capitaine Valtameri, Martin vint s’asseoir sur le lit, à côté de Garance.
    « Ça va ? »
    Elle leva les yeux, lui adressa un sourire. Il avait une perception rare des émotions des gens. Elle ne savait pas grand-chose de lui à part que c’était un ancien esclave mélandien. Cassie le lui avait dit avant de regretter ses paroles, inquiète d’avoir révélé un secret qui n’était pas le sien. Martin ne cachait pas qu’il connaissait Mélandis mais il n’en avait rien dit de plus. Garance n’était pas du genre à chasser la confidence : ce n’était pas une manière respectueuse de faire. Ce qui devait s’échanger, s’échangeait tôt ou tard.
    « Oui. Oui, ce n’était pas facile… »
    Elle secoua la tête. Il n’ajouta rien. Il ne chercherait pas non plus à lui extirper quoi que ce soit et elle l’en remercia silencieusement. Elle savait qu’il savait, même si c’était sûrement différent pour lui, qui avait vécu mille misères. A n’arpenter que les jardins somptueux d’un Temple magnifique, on en oubliait l’ombre. Pourtant, elle avait connu Morféa. Ce n’était pas rien. Ou peut-être une banalité, quand on était Mélandien.
    « Mais au final… Si je m’étais renseignée… J’aurais été moins déconfite…
    — C’est de la propagande, dit Martin. Vous le savez.
    — Oui. Mais… il reste que… la guerre… Chauntéa… Ce n’est pas ma tasse de thé.
    — Et c’est tant mieux. Les gens qui louent ce genre de choses ne sont pas droits dans leur tête. »
    Elle acquiesça.
    « Je crains de ne pas avoir été très attentive… à ce qui nous amenait là.
    — Ne vous en faites pas. Nous avons tous vu des choses différentes. Elles seront sûrement toutes utiles. »
    Il posa la main sur son genou, une seconde, puis se leva. Cassie terminait de dessiner un plan sommaire des lieux. Fiona, coudes sur la table, l’observait attentivement. Valtameri avait reculé. Tout le monde semblait requinqué par cette brusque accélération de leurs recherches. Garance y puisa du courage. Il fallait qu’elle oublie cette pile de bottes, ces cadavres pétrifiés et les mille symboles helmites punaisés sur le mur, chacun droit dans la pupille, bien entendu.
    Le capitaine s’était rapproché.

    « A priori, j’aurais proposé d’entrer puis de nous perdre et d’attendre la fermeture pour sortir de notre cachette, dit Martin. Mais il n’y a pas assez de monde. Je pense qu’ils doivent compter précisément les entrées et les sorties.
    — Il y avait de la magie dans l’air, murmura Fiona. Beaucoup de magie. Pas seulement des objets.
    — La plupart des vitrines sont protégées par un glyphe ou l’autre, dit Garance. C’est assez logique.
    — Il faut dissiper les sortilèges, alors… » ajouta Cassie en se tournant vers Garance.
    Celle-ci eut un sourire.

    « Je peux le faire… en partie… mais ça dépend toujours de la puissance du sortilège…
    — Ça ne nous dit pas comment on va entrer… » dit Martin.
    Cassie continuait d’ajouter des détails au plan, l’emplacement des portes, fenêtres, vitrines. Elle avait un bon sens de l’observation. Garance était surprise qu’elle ait réussi à le mobiliser. Mais à bien la regarder, elle avait l’air en meilleure forme qu’avant leur visite. Peut-être la proximité de l’artefact et ce réel pas en avant l’avaient-ils revigorée d’une manière radicale. Valtameri posa le doigt sur le dessin, y imprimant immédiatement une tache humide.

    « Toute cette façade surplombe directement la Houleuse. Il y a fatalement des conduits d’évacuation. Il y avait un puis dans le hall principal. Je peux rentrer par là. »
    Son ton était presque péremptoire.
    « Même s’il y avait un passage… Il sera bloqué… protégé… commença Martin.
    — Oui. Généralement par des grilles, et des dissipations de la magie. Plusieurs bâtiments disposent de ce type de conduits à Luménis. Mais ma faculté à respirer sous l’eau n’est pas d’origine magique. On ne peut pas la dissiper. Avec des outils très simples, je peux déchausser une grille et remonter jusqu’au puits.
    — Mais une fois à l’intérieur, que ferez-vous ? Vous ne pourrez pas vous substituer à Cassie ou Garance…
    — Non, mais je peux neutraliser un garde et ouvrir une porte. »
    Martin relâcha sa respiration.
    « Fiona et toi, vous n’avez pas besoin d’entrer. Nous aurons besoin de gens pour monter la garde. Mais il va nous falloir davantage d’informations sur le bâtiment… En faire le tour… Regarder s’il y a des portes secondaires, notamment…
    — Nous pourrions retourner voir une exposition, proposa Cassie. Il y avait des tas d’autres étages… »
    Horreur, songea Garance.
    Valtameri semblait sur la même longueur d’ondes que l’adolescente, pour une fois, et acquiesça en murmurant son assentiment.
    « Des repérages supplémentaires me semblent indispensables, en effet, osa la Chauntéenne. Et j’aurai besoin d’aide pour sélectionner mes sortilèges…
    — Ne nous emballons pas. » murmura Martin, espérant peut-être que son commentaire passerait inaperçu.
    Il n’en fut rien, tous les regards se tournèrent vers lui.

    « Et pourquoi ? demanda sèchement Valtameri. Tu as une autre option à nous proposer ? »
    Le Mélandien parut pris en défaut et leva des mains défensives.
    « Non… Bien sûr que non… mais… c’est un endroit beaucoup plus protégé que vous ne semblez l’imaginer… »
    Garance partageait son avis mais elle se tint coite. Ce n’était pas le moment de saper les bonnes volontés et de replonger le groupe dans le marasme.
    « Nous nous débrouillerons. » dit fiévreusement Cassie.
    Martin se contenta d’opiner du chef, une fois, et de baisser les yeux.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

Page 4 sur 4 PremièrePremière ... 234

Discussions similaires

  1. Réponses: 4
    Dernier message: 11/10/2020, 12h53
  2. [Annales RP] Parallèles
    Par Galathée dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 199
    Dernier message: 08/01/2018, 21h20
  3. [Annales RP] Des fleuves invisibles...
    Par Galathée dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 5
    Dernier message: 22/01/2014, 10h09
  4. [FAQ] Les mondes parallèles
    Par Seina dans le forum Les mondes parallèles
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/08/2005, 18h33

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257