Page 10 sur 10 PremièrePremière ... 8910
Affichage des résultats 271 à 283 sur 283

Discussion: [Annales RP] Exils / Parallèles 2

  1. #271
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 676
    Les Moandrins semblaient s’être volatilisés aussi les Luméniens durent-ils se débrouiller entre eux et ils errèrent, chacun de leur côté, récupérant des événements de la veille. En milieu d’après-midi, Rachel abandonna Rylvein dans leur chambre et remonta vers la salle de vie. Ils avaient passé un moment dans la salle d’entraînement, tout en bas, à deviser en faisant de l’exercice. Elle avait fini par s’étonner de sa maîtrise de l’épée, il avait été évasif puis plus disert, et elle lui avait un peu parlé de l’entraînement lathandrite et de la chasse aux morts-vivants. Il ne connaissait rien d’Hélonna et elle ne voulait pas lui en dire trop, elle s’était déjà fait avoir avec Llewellyn, il fallait qu’elle reste vigilante. Il l’avait interrogée sur la présence de drows à Luménis, et elle avait dû admettre qu’elle n’en avait vu qu’une fois ou l’autre, rarement de sang pur. Elle se doutait qu’il envisageait de faire la traversée avec eux. Elle n’avait aucune intention de l’encourager sur cette voie : Kerun y serait certainement opposé. Mais elle était consciente que c’était l’excuse facile, Kerun. Qu’en pensait-elle, elle, au juste ?
    Elle n’en savait rien. Sauf qu’elle ne voulait pas avoir à justifier d’avoir sympathisé avec un esclavagiste, pas devant Florent, Hugo ou Gaïa. Quel cauchemar ce serait ! Non. Elle devait absolument lui ôter cette idée stupide de la tête.
    Il avait été sensible à son changement d’humeur et ils s’étaient séparés peu après. Elle savait qu’il était mal à l’aise avec cette liberté imprévue, et la présence de tous ces gens à l’aura rayonnante, dont un paladin.
    Elle trouva Brandon et Othon installés à table, devisant tranquillement. Le premier débordait d’énergie, le second paraissait épuisé. Ça aurait dû être le contraire.

    « Comment va Arthur ? demanda la Lathandrite, réalisant soudain qu’elle aurait dû s’en inquiéter beaucoup plus tôt.
    — Il a récupéré sa main et sa langue, mais Judicaël l’a envoyé dans les limbes, répondit Brandon.
    — Quoi ? Pourquoi ?
    — Il a manqué tuer Martin.
    — Hein ? Qu’est-ce qui s’est passé ?
    — Aucune idée, dit Othon avec un soupir. Je pense qu’il a simplement pris peur.
    — Martin a pu avoir un geste maladroit, dit sobrement Valtameri, qui lisait devant le feu.
    — Un geste maladroit ? »
    Soren entra, tranquille et tout à fait nu, coupant court à la conversation. Rachel s’empourpra et détourna le regard. Le Sunite étincelait, au sens propre, empli d’une énergie éblouissante. Il avait prié pendant plusieurs heures et paraissait l’air très fier de lui-même. Son regard frôla un instant Valtameri, puis revint à ses confrères. Il tenait une boule d’argile dans la main droite et il la lâcha lourdement sur la table.
    « Ne vous occupez pas de moi.
    — C’est pas évident, remarqua Othon.
    — Dans ce cas… Qu’est-ce qui est arrivé à Martin ?
    — Arthur l’a attaqué. Dans la salle d’eau.
    — Qu’est-ce qu’ils faisaient ensemble dans la salle d’eau ?
    — Arthur était très sale, Martin a proposé de l’aider à se laver.
    — Pourquoi pas toi ? »
    Othon vira au rouge sombre.
    « Je vois. Et Kerun ?
    — Pas vu depuis hier, dit Othon.
    — Il médite comme un elfe, à mon avis, murmura Brandon, avec un haussement d’épaules.
    — En général, c’est court, les méditations d’elfe, justement. » remarqua le Sunite.
    Il avait commencé à travailler sa boule d’argile, sans la regarder, salissant ses mains et la table, sans s’en soucier bien évidemment. Le symbole de Sunie, que plus personne n’aurait osé lui disputer, était déjà à peine visible. Mais Rachel nota que rien ne sortait de sa manipulation nerveuse, bien que la terre soit manifestement déjà assez souple pour y modeler quelque chose. Elle releva vivement les yeux, craignant d’être surprise.

    « Des nouvelles d’en haut ? demanda finalement le Sunite.
    — Non, dit Brandon. Tim n’est pas rentré, de ce que j’ai compris, et Judicaël… Bon… C’est Judicaël.
    — C’est-à-dire ?
    — Il est pas commode. Et il avait plus ou moins interdit qu’on intervienne, dit Rachel.
    — Pas plus ou moins, compléta Othon.
    — Il l’avait déconseillé, dit Brandon. Pas interdit. Il ne l’a interdit qu’à Kerun.
    — Le Kerun qui a tué quarante ou cinquante Mélandiens hier ? » demanda Soren, l’air de rien.
    Les autres ne répondirent rien.

    « Je vois. » dit à nouveau le Sunite.
    Il fit passer sa boule d’argile d’une main à l’autre, avant de la compresser entre ses paumes.

    « Soudain la méditation parait moins surprenante. »
    Le regard de Soren se fit plus dur. Son destinataire était Brandon et Rachel relâcha sa respiration.
    « Si tu allais parler avec ce Judicaël si… peu commode ? »
    Le Tymoran grimaça.
    « Pour lui demander quoi ?
    — Si le soleil brille toujours sur Mélandis ?
    — Ce n’est pas mon problème.
    — Oh si, c’est ton problème. C’est d’ailleurs notre problème à tous. Tu ne veux pas que ce soit celui d’Arthur, si ? »
    Othon paraissait stupéfait. Rachel n’était pas tout à fait certaine de savoir ce qui se jouait. Les deux hommes s’observèrent, Brandon réticent, Soren imperturbable. Il avait écrasé sa boule d’argile du poing. Rachel savait qu’il était impitoyable, mais elle ne l’avait jamais vu s’avancer sur ce type de terrain.
    « Très bien. » dit le Porteur de Chance en se levant.
    Soren l’imita.

    « Je vais voir Martin. »
    Il décolla doucement son disque de terre puis se tourna vers les deux Lathandrites avec une grimace.
    « Vous savez cuisiner ? »
    Voilà qui est direct, songea Rachel.
    Il était insupportable, mais indispensable, quelque part, Soren.

    « On va se débrouiller, répondit Othon.
    — Pas de gros lard puant, merci. » ajouta le sculpteur, avant de sortir dans le couloir.
    Valtameri, depuis son fauteuil, gloussa.

  2. #272
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 676
    Martin émergea quand une main fraîche se posa sur son front. Il avait un mal de crâne épouvantable et il peina à ouvrir les yeux. La pièce était plongée dans la pénombre, il était allongé dans un lit, et la dernière chose dont il se souvenait était Arthur, furieux, essayant de le tuer. Il eut un sursaut à ce souvenir.
    « Du calme, dit la voix de Soren. Tout va bien. Enfin. Raisonnablement. »
    Martin gémit, alors qu’il aurait aimé parler. Il sentit qu’on le redressait. Quelque chose de dur lui toucha la lèvre inférieure.
    « Bois une gorgée ou deux de ça, ça va calmer la douleur. »
    Il s’exécuta, papillonna des paupières, l’univers prit un peu de relief, mais pas beaucoup de netteté.
    « Bon, mais voyons le bon côté des choses : il ne t’a pas cassé le nez. Tu as pris des couleurs cela dit. Pas exactement les meilleures, mais… ça lancera des conversations.
    — Qu’est-ce qui s’est passé ? souffla Martin.
    — C’est à moi que tu poses la question ?
    — Il m’a attaqué par derrière, j’étais juste en train de prendre une serviette… Je n’ai absolument pas senti qu’il… qu’il était agressif… Il avait l’air… détendu…
    — Othon est parti, n’est-ce pas ?
    — Il avait l’air mortifié à l’idée de devoir s’occuper de lui… dans cette situation d’intimité… Pour moi, ce n’était rien…
    — L’aura d’Othon a un effet d’apaisement très puissant. A mon avis, quand il est parti, Arthur a été déstabilisé par le brusque retrait de cette énergie bienveillante, qu’il a interprétée comme une menace…
    — Pourtant, hier soir… Les choses s’étaient bien passées… Mais je sais que les personnes sous le choc ont des humeurs volatiles… J’ai été… trop confiant… Vous avez raison. »
    Soren posa une main sur son épaule.
    « Tu n’as pas mal agi, à aucun moment, Martin. »
    Il y avait quelque chose, dans ce ton, qui inquiéta le Mélandien.
    « Ils croient que je l’ai provoqué, n’est-ce pas ? souffla-t-il, glacé. Ils croient que j’ai eu un geste inapproprié…
    — Non, je ne pense pas, ils savent qu’Arthur est instable, et ils n'ont aucune raison de penser...
    — Je ne l’ai même pas touché ! s’exclama Martin, avant de porter une main à son front, grimaçant sous la douleur.
    — Tu ne dois pas te justifier.
    — Valtameri le pense fatalement. Il n’arrive pas à me voir autrement. Et c’est de ma faute, si je n’avais pas fait l’imbécile, à Paymill… Merde !
    — Martin, que t’importe son opinion ? »
    Le jeune homme relâcha sa respiration.
    « Je compte embarquer avec lui. Quand il reprendra la mer…
    — Quoi ?
    — Il a besoin d’un second. Et je m’en sors bien.
    — Et Kerun ?
    — Kerun n’a pas besoin de moi.
    — Besoin, besoin, qu’est-ce que tu en sais ?
    — Je ne serai jamais à la hauteur de ses attentes.
    — C’est sûr qu’avec une attitude pareille, c’est foutu.
    — Vous ne pouvez pas comprendre. »
    Soren resta silencieux un moment. Martin distinguait la courbe de ses épaules, ses bras croisés, une jambe repliée au-dessus de l’autre, dissimulant sa masculinité.
    « Tu es fatigué, Martin, non ?
    — Je suis… pourquoi dites-vous ça ?
    — Parce que je constate que tu n’as plus le courage de te donner des objectifs ambitieux.
    — Est-ce que c’est grave ? »
    Il n’en avait jamais eu, des objectifs ambitieux, plus depuis qu’il était enfant, en tout cas, et que la réalité avait supplanté le rêve.
    « Pas forcément, je suppose. Seulement si ça débouche sur des regrets.
    — Tout le monde n’a pas besoin de briller comme vous.
    — Heureusement, nous en serions tous aveuglés ! » dit le Sunite en riant.
    Martin sentit que Soren lui touchait le visage. Il eut envie de se dérober, puis plus du tout. Ses doigts étaient froids et apaisants, il s’en dégageait une énergie sereine.

    « Tu as traversé pas mal de difficultés, ces dernières veilles. Les Sharites, déjà, puis tout ceci. »
    En réalité, Soren n’en connaissait qu’une infime partie : il s’était endormi au moment où Martin lui racontait leur arrivée à Mélandis. Il était possible que d’autres aient rempli les trous : Rachel, Brandon, peut-être même Kerun ou un des Moandrins, mais Martin était certain que l’elfe n’aurait pas raconté l’épisode chez les Feradroit, d’autant qu’il n’en avait rien dit à personne.
    « Martin, je pense… que personne ne veut décider à ta place de quoi sera fait l’avenir mais… Fais-moi juste une faveur : regarde au-delà de ces quelques veilles. Songe à la suite, pas demain, mais après-demain. Pense à toi-même. Pas à celui que tu es aujourd’hui, mais à celui que tu aspires à devenir. A ce qui te rend heureux. A ce qui te donne envie de te lever, chaque matin. Et à partir de ça, aie foi en toi. »
    Martin gémit.
    « Qu’est-ce qui vous prend ?
    — Je suis prêtre, avant d’être un hédoniste bruyant. Je fais mon job. Tu n’as pas à te justifier devant moi, je ne te jugerai pas. Mais cela ne veut pas dire que je dois t’écouter sans rien dire. Je peux… je dois… faire ce que je viens de faire. »
    Il lui toucha le genou sous la couverture.
    « Et je vais l’appliquer moi-même. Nous sommes tous bouleversés, à des degrés divers, par ce qui vient de se passer. Mais la sagesse, c’est de se donner le temps d’accepter et d’assimiler. Ce sont les seules voies vers la guérison. Accepter, assimiler, aller de l’avant.
    — Et c’est à moi que vous reprochiez de virer Lathandrite ? »
    Soren rit.
    « Je rajoute aimer, si tu veux. Accepter, assimiler, aller de l’avant, et aimer, toujours, irrémédiablement. Mais c’est un peu mièvre, non, de recommander avant tout d’aimer ? Je n’aurais pas cru pouvoir t’atteindre de cette manière. Mais en fait, c’est le fond de mon message, tu as raison, je me suis égaré. Va là où ton cœur te porte. Il ne se trompe pas. »
    Martin demeura silencieux, un peu sonné par cette déclaration mièvre, oui, mais chargée.
    « Je l’avais dit, je t’ai noyé dans le sirop.
    — Non, non, vous… vous m’avez donné à réfléchir…
    — Et c’est le mauvais moment : tu as besoin de silence et de repos, pas de ruminations. Ta tête a pris un mauvais coup, elle a besoin de sérénité. Mais malheureusement pas de sortilèges… Je t’ai déjà trop secoué récemment. Bon. Boire, dormir, boire, dormir, et pisser dans le pot pour ne pas tremper ton lit. Tu vas t’en souvenir ?
    — Oui, ça ira.
    — Je t’apporterai à manger tout à l’heure, si tu es réveillé. D’ici là… »
    Il émit un chut enfantin, qui fit sourire Martin. Soren se leva.
    « Attendez…
    — Oui ?
    — Kerun ? Est-ce que Kerun va mieux ? »
    Soren ne répondit pas tout de suite. Martin eut l’impression de l’entendre réprimer un rire.
    « Je ne l’ai pas vu, encore. Mais Brandon est parti se renseigner. Ne t’en fais pas pour lui. Il y a trente-six prêtres, dans cet endroit. »
    Martin acquiesça. Ce n’était pas la réponse qu’il avait espérée mais il se sentait dériver, peu à peu, et il se demanda si la mixture que lui avait donnée le Sunite n’était pas coupée d’un soporifique. Peut-être que oui… mais c’était trop tard pour s’en inquiéter, car il glissait vers un néant agréable, où le tourbillon de son esprit trouverait la paix.

  3. #273
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 676
    Brandon n’avait vraiment aucune envie de parler avec Judicaël mais Soren avait raison : cela devrait se produire tôt ou tard, de toute façon, alors à quoi bon tergiverser ? Il espérait à moitié que le demi-elfe serait absent, cependant. Après tout, sa position de professeur à l’Ecole du Necronomicon ne devait pas lui permettre de rester longtemps au refuge, surtout après les événements de la veille, qui s’étaient déroulés à deux pas de la forteresse abritant les magiciens.
    Il frappa à la porte du bureau et attendit une seconde.

    « Entrez. » vint la réponse.
    En obtempérant, Brandon réalisa que Judicaël savait exactement qui venait lui rendre visite. Il était debout derrière son bureau, mince et sévère, plus petit que le Tymoran mais non moins intimidant. Il avait certainement plus d’un siècle, et un pouvoir qui semblait démesuré. Les étagères pleines de parchemin aidaient, bien sûr, comme cette combinaison des pouvoirs divins et arcaniques qu’affectionnaient les Mystrans. Ceux de Luménis n’étaient pas très différents : hautains, convaincus de servir une déesse supérieure à ses alliés, imbus d’une confiance en eux-mêmes qui aurait fait pâlir un Sunite. Cela n’avait pas sauvé Selma mais les Sharites ne les avaient pas attaqués, au printemps. Mystra était puissante, c’était une réalité.

    « Que voulez-vous, Devlin ? »
    Le Tymoran s’assit sans y avoir été invité, pour signifier qu’on ne le congédierait pas aisément. Judicaël l’imita, agacé mais peu surpris.
    « Je voulais savoir ce qui se passe en surface, dit-il.
    — Ah ? Soudain ça vous intéresse ? Pourquoi ?
    — Simple curiosité, je suppose. »
    Ce n’était pas une réponse très glorieuse mais que dire d’autre ? L’expression du demi-elfe se colora de mépris. Mais là non plus, il n’était pas réellement étonné de la répartie du Tymoran, c’était évident. Brandon se sentit insulté d’être perçu comme un être médiocre. Evidemment, un Mystran ne pouvait comprendre la beauté inhérente dans ce qu’ils avaient réalisé la veille.
    « Votre curiosité sera assouvie quand vous subirez les répercussions, en Hélonna.
    — Vous pensez que j’ai peur ? »
    Judicaël secoua la tête.
    « Non. Vous vous en laverez les mains. Vous êtes expert, dans cette méthode. Vous ne vous souciez que de votre nombril, vous l’avez toujours fait.
    — Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ?
    — Que même votre vocation est liée à un drame personnel.
    — Comment…
    — Je suis un maître espion, Devlin. Vous pensez que j’ignore qui vous êtes ? J’étais déjà agent des renseignements quand vous avez poussé votre premier vruagissement. »
    Brandon faillit se lever. Résista.
    « Je ne suis plus un adolescent de quinze ans.
    — Et c’est bien dommage, cela expliquerait votre inconséquence.
    — J’ai suivi ma voie.
    — Au détriment du plus grand bien. Mais ça, à la limite, je pourrais vous le pardonner. Vous avez fait l’imbécile, mais c’est effectivement un travers fréquent, dans votre église. Tymora apprécie. Je le sais, j’ai travaillé avec une Tymoranne, pendant ces sept dernières années. Elle me manque, certains jours, quand il a fait particulièrement calme. »
    Son semblant de nostalgie s’estompa.
    « Ce que je ne vous pardonne pas, c’est d’avoir embarqué Kerun dans votre démence. Je vous avais expressément demandé de ne pas le faire. Il avait reçu des ordres, directs, très clairs. Mais vous n’en avez rien eu à foutre, Devlin. Vous avez joué votre propre jeu, sans vous soucier du devenir des autres. Vous allez rentrer en Hélonna, fier de votre petit capharnaüm, et les autres vont devoir ramasser derrière vous.
    — Je n’ai pas demandé à Kerun de nous aider.
    — Vous êtes un menteur.
    — Il a suivi Soren. Je ne suis pas responsable de Soren. Personne ne l’est.
    — Et vous n’avez rien à voir avec la sortie de Soren ? »
    Brandon croisa les bras, pris en défaut.
    « Je ne peux pas l'affirmer, dit-il.
    — Kerun vous a volé le Tarot de l’Aubaine. Vous allez me dire, là aussi, que vous n’y êtes pour rien ? »
    Le jeu était encore dans la poche du pourpoint déchiré que le Tymoran portait la veille. Toujours aussi incroyablement puissant. Il n’avait pas l’intention d’en tirer la moindre carte, pas avant dix ans au moins. Il ne répondit rien. Il était responsable, pour le coup.
    « Que risque-t-il ?
    — Maelwedd lui a promis Maux Lotis. Il était déjà passé par le chas de l’aiguille, la dernière fois. J’espère que ça s’arrêtera à ça, mais je n’en suis même pas persuadé.
    — Une peine de prison ?
    — C’est un elfe, non ? Qu’est-ce que ça va lui coûter, dix ou quinze ans ?
    — Vous plaisantez.
    — J’en ai l’air ? »
    Brandon accusa le coup.
    « Il est déjà aux arrêts ?
    — Non. Pour qui me prenez-vous ? Mais il sait ce qui l’attend, oui. Il a agi en toute connaissance de cause. En cela… Vous n’êtes pas le seul responsable, non. »
    Pourquoi diable l’elfe s’était-il mouillé s’il savait qu’il serait lourdement condamné pour sa désobéissance ? La réponse était toute simple : certains faisaient passer les autres avant eux. Brandon resta muet de honte, puis papillonna des yeux.
    « Est-ce que… qu’il ne pourrait pas… fuir ? »
    Judicaël vira à l’écarlate et se leva d’un bond.
    « Vous voulez en faire un fugitif, de surcroît ?! Heureusement qu’il a plus de jugeote que vous ! Sortez, Devlin, je n’ai plus envie de vous parler ! »
    Devant la tempête, le Tymoran céda sans même s’en rendre compte, et lorsqu’il se retrouva derrière la porte close, il réalisa qu’il ne savait au final toujours pas ce qui s’était déroulé en surface depuis qu’ils avaient fui.

  4. #274
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 676
    Lorsque Brandon reparut, Soren sut tout de suite que les nouvelles étaient mauvaises. Le Tymoran avait l’air d’avoir vu un fantôme. Le Sunite avait vraiment envie de rencontrer le fameux Judicaël, qu’il n’avait fait qu’entrapercevoir, la veille : ça avait l’air d’être un phénomène. Peut-être un bon sujet pour cette boule d’argile dont il ne savait que faire. Mais si même Rachel disait qu’il n’était « pas très beau », c’est qu’il devait être affreux. Enfin, la barre du « affreux » était assez basse, chez Soren. La plupart des gens l’étaient.
    « Alors ? C’est la catastrophe ? » demanda Othon.
    Brandon s’assit et soupira.

    « J’en sais rien. Mais Kerun a des ennuis. Par ma faute.
    — Quel genre d’ennuis ? demanda Othon.
    — Maelwedd lui avait promis la prison s’il intervenait dans le Triomphe de Venuma.
    — La prison ?
    — Oui. Dix ou quinze ans à Maux Lotis. Judicaël espère que ce ne sera pas plus, mais il n’en a pas l’air certain.
    — Maux Lotis, c’est la prison de haute sécurité, intervint Rachel, incrédule. C’est…
    — Trop tard. » trancha Brandon.
    Soren croisa les bras dans un soupir sonore. Ces gens n’avaient décidément aucune imagination. Heureusement qu’il était là.

    « Je ne comprends pas de quoi vous parlez. » intervint-il.
    Othon lui retourna un regard surpris.

    « De Kerun… de ce qui lui a été… commença le paladin.
    — Ça je comprends bien, mais… ce serait inquiétant si Kerun était intervenu dans le triomphe de Venuma. Mais personnellement, je ne l’ai pas vu. Je t’ai vu toi, et Rachel, et Brandon, évidemment… Ah, et j’ai vu une sacrée lumière qui sortait du Temple de Shar, même que tout a explosé. Il parait que c’était l’œuvre de Marcus. Un sacré spectacle. Mais Kerun ? Je n’ai pas vu Kerun. Or j’ai un excellent sens de l’observation, personne ne peut le nier. »
    Le regard de Soren chercha celui de Brandon et lui saisit l’âme.
    « Tu as vu Kerun, toi, Brandon ? » demanda-t-il, faussement curieux.
    Le Tymoran resta figé.

    « Maintenant que tu le dis… Peut-être qu’effectivement, je n’ai pas vu Kerun.
    — C’est bien ce qui me semblait. Personne n’a vu Kerun parce que Kerun n’était pas là. Il a respecté ses ordres et il est resté planqué. Ça nous a d’ailleurs bien ennuyés, parce qu’on n’aurait pas craché sur un petit coup de main dans ce foutoir, pas vrai, Othon ? »
    Le paladin blêmit.
    « Heu… C’est sûr… »
    C’est sans doute le mieux qu’il pouvait en espérer dans un premier temps.
    « Rachel ? »
    Elle croisa les bras, moins timide.
    « J’ai vu aucun elfe, moi. »
    Soren lui décocha un sourire radieux.
    « Il n’y avait que des prêtres à la manque, voilà. Des Lathandrites, un Tymoran, un Sunite, les emmerdeurs habituels. Gareth nous connait bien, il va grommeler et nous maudire, mais dans le fond… On s’en fout. Il ne peut rien nous faire. »
    Il les balaya tous du regard, l’un après l’autre.
    « Pas besoin d’en faire un foin." conclut Soren.
    — Pas mal de gens ont vu un elfe, assez meurtrier, même, intervint Valtameri, depuis son fauteuil.
    — C’est normal, Brandon en a invoqué avec son jeu de cartes à la manque, répondit Soren du tac au tac.
    — C’était donc ça. » dit le capitaine avec un haussement d’épaules.
    Soren refit face aux autres.

    « Garance n’a rien vu, Arthur était confus, personne ne va interroger l’elfe noir, ni Martin d’ailleurs. » dit le Sunite avec aplomb.
    Il se tourna vers Brandon, qui paraissait mi-stupéfait, mi-radieux, et qui lui sourit avec bonheur.

    « Je vais peut-être aller discuter avec ce Judicaël. Je dois avouer qu’il m’intrigue. Il t’a fait changer de couleur, ce n’est pas quelque chose de fréquent.
    — Va donc, répondit le Tymoran. C’est la porte au fond du couloir. Essaie d’être gentil ? »
    Soren se leva.
    « Mais je suis toujours gentil. »
    Et sans attendre, il sortit. Pendant un quart de seconde, il se demanda s’il serait de bon ton de nouer quelque chose autour de sa taille pour cette entrevue avec le maître des lieux. Mais non. Ce serait obséquieux, factice, le demi-elfe savait qui il était. Aussi remonta-t-il le couloir sans ralentir, du pas décidé d’un conquérant qui sait la victoire inexorable. Mais ce ne serait qu’une bataille : la personne la plus difficile à convaincre serait immanquablement Kerun lui-même. Mais Soren n’avait pas peur de l’elfe : il avait affronté pire, bien pire, au cours des jours précédents, et il avait survécu.

  5. #275
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 676
    Kerun émergea de sa Transe comme on atteint in extremis la surface de l’eau après avoir plongé très profondément. Un instant désorienté, il sursauta en découvrant Maude devant lui, dans sa chambre.
    « Tu as de la fièvre, dit-elle sévèrement. Je t’avais demandé de me prévenir.
    — Je n’ai pas réalisé... » protesta-t-il d’une voix faible.
    Elle avait raison, il était en sueur, et la blessure dans son épaule droite pulsait douloureusement à chaque battement de son cœur.

    « Judi veut te voir. »
    Elle lui effleura le front de ses doigts glacés.
    « Il s’occupera de toi. »
    Il glissa hors du lit et elle lui tendit une chemise, qu’il revêtit péniblement. Maude ne fit aucun geste pour l’aider.
    « Quelle heure est-il ?
    — Presque l’heure du dîner. »
    Il était resté en Transe pendant quatre cycles complets, sans rien percevoir de l’extérieur. Ce n’était pas normal, d’autant qu’il ne se sentait pas vraiment reposé. La faute à l’infection, bien sûr, contre laquelle la transe ne pouvait rien. Mais il n’avait pas de vrais souvenirs de sa rêverie, ce qui était aussi un peu déstabilisant. Il faillit demander à la Sélunite s’il y avait des nouvelles, de qui ou de quoi que ce soit, mais c’était la plus fidèle alliée de Judicaël, et si le Mystran voulait lui parler, il faudrait qu’il se plie à son injonction avant d’espérer quoi que ce soit.
    Le ventre creux, la tête pesante, et mal assuré, il sortit dans le couloir. Une odeur de nourriture flottait déjà dans l’air et on entendait le murmure des conversations dans la salle de vie. Maude se positionna entre lui et la porte, si bien qu’il ne vit personne, ce qui l’arrangeait plutôt bien. Il remonta le couloir en contrôlant sa respiration, un pas après l’autre, jusqu’au petit salon. Il était heureusement vide et il le traversa, prenant appui sur le dossier d’un fauteuil pour se stabiliser. Maude le précédait. Elle ouvrit la porte du vestiaire, puis du couloir opposé, et ils se retrouvèrent face au bureau de Judicaël. Elle frappa avant d’entrer.

    « Il est fiévreux, annonça-t-elle.
    — Merci, je m’en charge. » répondit la voix grave du demi-elfe.
    La Sélunite s’effaça pour le laisser passer, non sans le gratifier d’un regard sombre, puis referma derrière lui. Judicaël s’était levé et il lui désigna un tabouret sur la gauche de la pièce.

    « Assieds-toi. »
    Kerun obtempéra sans rien dire, puis dégagea son épaule. Le demi-elfe se pencha et poussa du doigt sur les chairs brûlantes et gonflées. L’elfe serra les dents, n’émettant aucun son. Il s’attendait à ce que le Mystran agisse sans plus attendre mais, à sa grande surprise, Judicaël prit le temps de lui badigeonner l’épaule d’une substance anesthésiante, qui annihila la douleur. Il remplit ensuite une tasse d’un liquide de macération couleur miel et la lui tendit.
    « Ça va aider ton organisme à lutter. Je purgerai la plaie dans un instant. »
    Kerun acquiesça sans vraiment oser le regarder. Il savait que le demi-elfe était furieux, et qu’il avait raison de l’être. Lui-même n’avait rien à dire pour sa défense, absolument rien. Il avait agi inconsidérément. Il pouvait se réjouir de la survie de tous ceux qui étaient sortis, du sauvetage d’Arthur, mais c’était sur un plan strictement personnel. Professionnellement, il avait échoué, dans les grandes longueurs, avec des répercussions dramatiques.
    « Les prêtres ont décidé de te couvrir, dit Judicaël, debout devant sa table de travail. En conséquence de quoi, j’ai décidé que je mentionnerais pas ta présence dans mon rapport. »"
    Kerun resta muet de stupeur.
    « Me couvrir ?
    — Ils jurent que tu n’étais pas là. Que le seul elfe qui est intervenu était une invocation du Tarot de l’Aubaine, continua le demi-elfe. Même le paladin s’en tient à cette version. »
    Judicaël fit volte-face, bras croisés, et le regarda droit dans les yeux.
    « Ils pensent agir pour ton bien. Ils sont reconnaissants, bien sûr, de l’aide que tu leur as apportée. Et je vais profiter de leur mensonge. Mais entends-moi bien, Kerun, je ne te fais pas de faveur. »
    Il baissa les yeux vers ses instruments, les déplaça sur leur plateau, mais resta à distance.
    « Ma conviction profonde est que tu as besoin de ces dix ou quinze ans de mise à l’écart. Sans doute Maux Lotis n’aurait-il pas été l’endroit idéal, mais qui sait ? Tu aurais été forcé de lâcher prise et de te recentrer. Mais aujourd’hui, je dois agir pour le bien de Luménis, et pas pour le tien. Le désordre que vous avez mis sur la Place des Temples va avoir des répercussions, et ce n’est pas du fond d’une cellule que tu vas pouvoir y faire face. Même si ça me désespère d’avoir à le dire, Luménis va avoir besoin de toi. Et tu vas devoir assumer ce que tu as mis en branle. »
    Il soupira.
    « La vérité, Kerun, c’est que tu ne t’es jamais remis de ce que Felden t’a imposé pendant la dictature morféenne. Jusque là, même si tu étais trop jeune, tu suivais une voie adéquate… Ce qu’on t’a fait faire à ce moment-là… Des agents plus expérimentés que toi auraient eu du mal à l’encaisser, une telle duplicité, de tels compromis, sans pouvoir agir… Tu aurais vraiment besoin de ces quinze ans pour guérir. Felden te considère comme son meilleur agent, mais elle ne te comprend pas. Exactement comme la famille qui t’a recueilli quand tu étais môme : elle croit faire pour le mieux mais elle ne prend absolument pas la mesure de ce que tu es. Tu as en toi le potentiel… mais si tu ne parviens pas à te vider de cette honte… Kerun, tu ne t’en sortiras pas. »
    L’elfe hocha la tête. Judicaël avait raison. Il avait perdu quelque chose, lors de la dictature, la confiance dans ses supérieurs, peut-être, la notion claire du bien, du mal, de l’utile, du nécessaire, de l’indispensable, du sacrifiable. Il était devenu plus gris, plus fragile, moins sûr de sa voie. Incertain. C’était une mauvaise chose.
    Judicaël resta silencieux, appuyé contre la table de son laboratoire.

    « Je suis désolé. Je dois t’exposer. Ça me déchire mais je suis un agent luménien. Je suis obligé de penser au plus grand bien.
    — Tu ne dois pas t’excuser. J’assumerai. Tu n’es pas responsable de mes errements, tu as fait ce que tu pouvais pour m’en détourner, et je ne t’ai pas écouté. »
    Kerun savait que Judicaël, par moments, se considérait comme son grand frère ou peut-être même son père, mais ce n’était pas le cas. Ils ne s’étaient rencontrés que cinquante ans plus tôt, quand les choses étaient déjà enclenchées, irrémédiablement.
    « Kerun, quoi qu’il advienne, une fois que tu seras rentré… Sache que je reste là. Loin mais… quand même là. »
    Il se retourna, comme pour ne pas voir ce que l’elfe refléterait. Kerun puisa du réconfort dans ses paroles. Il ne méritait pas le soutien du demi-elfe, pas après ce qu’il avait fait, mais sous ses dehors sinistres, le Mystran avait un cœur.
    Il quitta son établi pour rejoindre l’elfe et tira un tabouret en face de lui. Kerun se détourna pendant qu’il travaillait sur son épaule engourdie. Il ne sentit absolument rien, mais devina que Judicaël vidait la plaie de son pus, désinfectait le tout et refaisait la suture. Ensuite, à l’aide d’une large bande de tissu, il lui bloqua la main droite contre le côté gauche et l’enrubanna dans un pansement complexe, qui immobilisait complètement son épaule et son bras.

    « Tu te débrouilleras avec un bras. » dit le demi-elfe, et ce n’était pas une question.
    Kerun acquiesça. Judicaël repoussa son tabouret et resta en face de lui.

    « Autre chose. Je veux que tu comprennes que quoi que vont raconter les prêtres, quelle que sera la version officielle mélandienne, les chances que Maelwedd gobe cette supercherie sont nulles. Vu les événements du mois dernier, vous avez tous un passif chargé. Le général sait que les prêtres sont des menteurs, et il sait que tu ne respectes pas les ordres. Il sera forcé d’accepter ce qui lui est dit, mais il saura que tu étais impliqué. Tu dois être vigilant. Fais ce qu’il a exigé, va à Eredhun, enterre-toi sagement, attends d’être rappelé.
    — C’était mon intention. Ça a toujours été mon intention. »
    Judicaël se leva, emportant son plateau avec ses instruments humides, ses linges souillés et son odeur désagréable.
    « Judi… Joséphine m’a vu. »
    Le demi-elfe se retourna.
    « Joséphine ?
    — Elle était là, au moment du Triomphe. »
    Et elle lui avait sauvé la vie, ce qui était une mauvaise chose, car c’était le genre de liens qu’on ne voulait pas développer avec un agent étranger.
    « Les versions vont différer, c’est inévitable. Les Manostiens ne sont pas forcément fiables. »
    Il haussa les épaules.
    « Il semblerait logique qu’ils cherchent à nous impliquer. Je ne m’en inquiéterais pas. »
    Quelque chose passa dans le regard de Judicaël, une question tue, et Kerun soutint son regard.
    « Tu as essayé de te faire tuer, n’est-ce pas ?
    — Ce n’est pas quelque chose qui me traverse l’esprit quand je me bats. Quand les choses ont tourné au vinaigre… Oui, j’y ai songé, je ne les aurais pas laissé me prendre vivant. Mais il y a eu cette explosion de lumière… »
    Il ferma un instant les yeux, se remémorant cette incroyable sensation, quand la vague d’énergie avait déferlé sur eux.
    « Lathandre était avec nous. Je ne pouvais pas l’ignorer. »
    Il passa une main lasse sur son visage. Il avait envie de s’excuser mais cela ne servirait à rien. Judicaël était furieux, mais il était surtout déçu et triste, Kerun le sentait, et il était désolé d’être la source de ces émotions pénibles. Il aurait voulu que Judicaël n’éprouve aucun regret : il se battrait pour Luménis, quoi qu’il advienne, et ferait face à ces inévitables pots cassés. C’était stupide, bien sûr, car il aurait dû les rattraper avant qu’ils ne se brisent, plutôt que de secouer l’étagère.
    Ce fut le demi-elfe qui rompit le silence.

    « Je vais téléporter un premier groupe après-demain, mais vous êtes trop nombreux pour que je puisse tous vous emmener en même temps. D’ici là, je serai à l’Ecole la plupart du temps. De toute façon, je n’ai plus tellement envie de vous voir. »
    Kerun ne pouvait pas le blâmer.
    « Essaie de manger quelque chose puis va te reposer. Montre-toi, sinon je vais avoir une émeute dans mon bureau, et franchement, je m’en passerais volontiers. Demain… »
    Il désigna sa table de travail, encombrée de son fatras usuel.
    « Je te donnerai les premiers rapports qui nous sont arrivés des agents en surface. J’espère que tu ne t’attendais pas à des vacances. »
    Judicaël esquissa un pauvre sourire en croisant le regard de l'elfe qui avait filé vers les dossiers empilés.
    « J’ai dit demain.
    — Je peux les emporter… et les lire seulement quand je me lève...
    — Je n’ai aucune confiance en toi. Ils restent ici. »
    L’elfe haussa les épaules.
    « Comme tu voudras. »
    Judicaël soupira à nouveau.
    « Maintenant va t’en. »
    Kerun se leva et regagna la porte.
    « Merci. »
    Judicaël le chassa d’un geste et l’elfe remonta le couloir à pas lents, vidé. Il n’avait aucune envie de socialiser mais il savait que dans la salle de vie, on attendait les résultats de cette malheureuse entrevue. Il fallait qu’il aille les remercier. Il savait que le Mystran était sincère, qu’il croyait réellement qu’une dizaine d’années de pause, le temps qu’il arrive à maturité, était ce qu’il lui fallait, mais Kerun ne l’aurait jamais supporté. Il était immensément reconnaissant aux prêtres de lui avoir offert cette porte de sortie. Il ne leur en voulait pas pour leur inconséquence : Devlin avait raison, ils étaient portés par leurs dieux, voués à des principes qui dépassaient l’état, c’était leur nature, la force de leur élan. A bien des égards, ils s’étaient simplement comportés en Luméniens : enthousiastes, audacieux et persévérants, ne cédant pas un pouce à l’ombre, même sur son propre terrain. Que cette attitude soit peu pragmatique ne la rendait pas moins admirable. Elle était nécessaire, pour que Luménis conserve son essence, un fanal face à l’obscurité.
    Et dans le fond, tout ça était de la faute de Nimdéorn.
    Il ne devait plus y penser. Ce n’était pas lathandrite. Demain était un autre jour. Il faudrait qu’il les prenne un à la fois.

    Quand il entra dans la salle de vie, tous les regards se tournèrent vers lui. On venait de servir le repas. Il nota tout de suite qu’il manquait Garance, Arthur et Martin. Captant son regard, Soren lui fit signe de venir s’asseoir.

    « Voilà notre paresseux de service. Bienvenue. » dit le Sunite.
    L’elfe esquissa une grimace mais ne se récolta que des sourires chaleureux, bien qu’Othon ait l’air un peu embarrassé. Il s’assit.

    « Il te manque un bras, remarqua Soren.
    — Il se repose. » répondit l’elfe.
    Le Sunite le servit d’une portion généreuse de ragoût. Kerun n’avait pas très faim.

    « Martin a eu un petit souci avec Arthur, expliqua le Sunite à mi-voix. Il se repose, lui aussi.
    — Un souci ?
    — Il s’est fait taper dessus. Arthur était très désorienté.
    — Il va bien ?
    — Tu peux lui porter à manger quand tu as terminé, tu pourras le constater de tes propres yeux.
    — Je ne pense pas que ce soit une bonne idée.
    — Ah bon ? Pourquoi ?
    — Je ne saurai pas ouvrir la porte et porter le plateau en même temps.
    — Ben voyons, en voilà une bonne excuse. »
    Kerun retourna une grimace à Soren, qui haussa les épaules. Il songea à demander des nouvelles de Garance, mais s’abstint. Il devait arrêter de s’impliquer auprès de civils, c’était ce qui le faisait trébucher. Luménis, rien d’autre. Le groupe avant les individus. Ceux-ci lui avaient offert une nouvelle chance de servir, mieux, il leur devait de ne pas se fourvoyer.

  6. #276
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 676
    Après le repas, Kerun retourna se coucher, handicapé par son bras immobilisé. Timothée descendit voir Garance, Soren se chargea de porter son repas à Martin — qui dormait encore, et Othon en fit de même pour Arthur. Une fois la vaisselle faite, Rylvein et Rachel disparurent dans les étages inférieurs. Soren et Brandon finirent par se retrouver, un peu par hasard, devant le feu ouvert, un verre de vin à la main. Ou plutôt, le Tymoran s’arrangea pour rejoindre le Sunite, qui l’accueillit d’un sourire. Brandon ne parvenait pas à comprendre cette résilience formidable. Evidemment, il avait été bien traité par les Mélandiens, jusqu’au dernier moment, mais tout de même…
    « Est-ce que ça va ? Je peux m’asseoir ? » demanda Brandon.
    Soren, surpris, acquiesça. Le Tymoran prit le fauteuil voisin. Ils demeurèrent silencieux un moment, sirotant leur vin, un bon cru des alentours de Cojum. Ils n’avaient jamais été très proches. Bien qu’ils soient de la même génération, Soren était d’Eredhun, Brandon de Luménis. Le premier était tellement imbu de lui-même qu’il n’avait pas d’amis, que des admirateurs. Et chaque fois qu’ils avaient été en interaction, ces dernières années, c’était quand Brandon venait voir Jehannah, et que Soren se moquait sans délicatesse de son affection vouée à l’échec. Le Tymoran avait pris la mesure de cette réalité au moment où les Sunites avaient abandonné Luménis, en pleine crise sharite, pour aller se réfugier à Antelucas, sans que la Belle Amoureuse songe à l’en avertir. Soren l’avait prévenu qu’il perdait son temps, depuis toujours, et il ne l’avait jamais écouté.
    Puis l’ombre avait déferlé sur le Temple de Sunie et l’avait profané.

    « Je ne t’ai jamais demandé… comment ça avait été… après les Sharites... »
    Le sculpteur écarquilla un peu les yeux, puis sourit.
    « J’en suis revenu. Ils ne m’ont pas… éteint, non. Sunie est restée avec moi. »
    Brandon acquiesça.
    « Je me demandais… si… le fait que c’était Megrall… Tu sais…
    — Oh. Et bien… Nous nous connaissions à peine. C’était un homme extrêmement réservé. Avant d’être élu conseiller, je ne pense pas qu’il soit jamais venu au Temple de Sunie.
    — Vous avez tous les deux été formés à Eredhun.
    — Oui, mais Eredhun est vaste et les novices innombrables… Nous ne nous sommes jamais parlé, vraiment, avant que je le sculpte pour le conseil. Là non plus, ça n’a pas été une grande réussite… Il devait rester habillé… Ce n’est pas mon truc, les vêtements. Il était mal à l’aise, un des pires modèles que j’ai jamais eus. J’ai essayé de le détendre, de mon mieux, sans succès. Alors, oui, j’ai été choqué de le découvrir parmi mes agresseurs mais… honnêtement, Brandon, vu la situation, je n’ai pas eu le temps de me surprendre très longtemps. Ensuite, je ne l’ai plus revu qu’une seule fois. Je pense qu’il n’avait pas le courage de contempler ce qu’on me faisait subir. J’étais comme un cadeau fait au Loviate, pour l’occuper. Ces hommes se haïssaient… Megrall, le Loviate… Il y avait un passif lourd entre eux. Au final, j’ai sans doute eu de la chance que leur intention n’a jamais été de me convertir. L’intérêt d’être un artiste négligeable plutôt qu’un prêtre puissant.
    — Tu es un prêtre puissant.
    — Mais les gens l’ignorent, et tu serais gentil de ne rien en dire. »
    Brandon rit doucement.
    « C’est toi qui nous as sauvés, pendant l’orage. Au moment de l’éclair. »
    Soren haussa les épaules.
    « J’en avais les moyens.
    — Les gens ne t’accordent pas assez de crédit.
    — Pourtant je fais tout pour qu’on me regarde ! »
    Brandon rit à nouveau.
    « Tu détournes leur attention.
    — Honnêtement, je ne le fais pas exprès. Et parfois, je regrette un peu qu’on ne me prenne pas davantage au sérieux… mais voilà, je suis comme je suis. »
    Il redevint sérieux, poussa un bref soupir.
    « Mais je suppose que si tu me poses la question, c’est qu’elle te hante.
    — La question ?
    — A propos de Megrall.
    — Ah. Oui. Enfin… Nous n’étions pas proches, nous non plus. Mais quand même… Nous étions tous deux chefs de notre temple. Nous nous sommes vus régulièrement pendant des mois, nous avons discuté à bâtons rompus, de théologie, de gestion religieuse, nous avons ri, nous avons bu un bon verre, plus d’une fois… Oui, ça me hante, tu as raison. J’aurais voulu le tuer moi-même. Après ce qu’il nous avait fait. Et finalement, c’est Marcus... et Marcus est mort.
    — Qu’est-ce que tu sous-entends ?
    — Peut-être que si je l’avais tué, comme je l’entendais… Marcus aurait survécu.
    — Ou détourné sa haine sur toi. Honnêtement, Brandon, ça aurait pu être pire. Marcus aurait pu se tourner vers Shar, convaincu que tu avais assassiné son ami à l’aube d’un revirement. Un cycle infini. »
    Brandon acquiesça.
    « Rien de tout ça n’était personnel, reprit Soren. Tu le sais, n’est-ce pas ? C’était le jeu de Shar. Nous… nous étions des victimes collatérales.
    — Shar a bon dos.
    — Tu vois ce que je veux dire. Que ce soit un principe abstrait, un symbole… Mais Albérich n’avait rien contre toi. C’est Tymora qui était visée. Leur objectif, c’était ce magma, cette méfiance, la haine entre les temples et le général, déstabiliser la cité… Moucher l’amour, l’espoir… Ce dont tu dois te souvenir, Brandon, c’est que même si Megrall est tombé, même si Marcus a détruit le Temple de Shar, le travail de sape que ces intrus ont entamé n’est pas terminé.
    — Ce que nous venons de faire ne va pas arranger nos relations avec Maelwedd.
    — Non. C’est certain. Mais toi et moi n’allons pas rentrer à Luménis. Nous sommes des parias. Nous devons encourager nos Temples à se désolidariser de nos excès. Même si c’est pénible, c’est le prix à payer. »
    Le Tymoran soupira.
    « Je ne sais pas si je ne préférais pas le sculpteur hédoniste, tout bien réfléchi. »
    Soren haussa les épaules.
    « Je crois que je l’aimais mieux, moi aussi, mais… il est fatigué, là comme ça. »
    Brandon posa une main sur l’épaule du Sunite et Soren la couvrit une seconde.
    « On va s’en sortir.
    — Immanquablement. »

  7. #277
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 676
    Au petit matin, Othon emmena Arthur prier dans la chapelle avec Rachel et lui-même. Le jeune paladin communia dans une lumière timide mais pure, qui rasséréna immensément son aîné. Il ne disait pas grand-chose, contemplait l’environnement autour de lui avec un fond de suspicion, mais celui-ci semblait fondre peu à peu. Il cherchait l’aura d’Othon, comme un insecte cherche la flamme. Ils petit-déjeunèrent entre Lathandrites, puis descendirent à la salle d’entraînement. Rylvein restait dans leur sillage, éternellement incertain. Rachel se demandait s’il ne regrettait pas sa cellule. Il paraissait plongé dans ses pensées la plupart du temps, et donnait un coup de main dès que possible, trop servile pour que cela soit sain.
    Matinal lui aussi, Valtameri emporta de quoi petit déjeuner dans la bibliothèque, où il continua à préparer son itinéraire vers Maztica. C’était prématuré, mais cela l’occupait, et il prenait beaucoup de plaisir à déplier des cartes, en tracer de mémoire, et lire, aussi, sur ce continent lointain. Les ressources disponibles dans le refuge dépassaient de loin Mélandis.
    Garance sortit prier et elle croisa Soren, occupé à la même activité. Ils se saluèrent poliment mais se quittèrent sans avoir échangé davantage. Elle retourna à l’abri de sa chambre, il s’esquiva vers la bibliothèque. Il y avait un coin dévolu aux arts, où il y avait déniché de l’argile la veille. Il avait perdu cette première boule quelque part dans les étages, ce qui l’inquiétait immensément : c’était la première fois qu’une chose pareille se produisait. Il ignorait que Maude l’avait trouvée, traînant sur une table, et l’avait jetée. Il avait donc l’intention de modeler sans se déplacer, cette fois, et il s’installa donc non loin du génasi. C’était un sujet tout à fait acceptable et il se mit à travailler. N’importe quoi pour purger ses doigts de Venuma.
    Brandon dormait.
    Kerun attendait les rapports promis par Judicaël, qui ne se matérialisèrent que beaucoup trop tard à son goût. Dès qu’il les eut, il s’assit en tailleur sur son lit et entama sa lecture. Il imaginait le pire et ne fut pas déçu.


    Martin finit par s’éveiller, la tête douloureuse mais vaincu par la faim. Il avait aussi envie d’un bain, d’une tasse de thé et de bavarder avec quelqu’un, n’importe qui, peut-être pas Soren d’emblée, ni Kerun d’ailleurs, ou même Valtameri. Et pas Maude ou Tim, encore moins Judicaël. Surtout pas Garance.
    Il tomba sur Rylvein, ce qui était peut-être pire encore. Le demi-drow faisait du pain dans la cuisine, de la farine jusqu’aux coudes. Ils échangèrent un regard fuyant, puis le jeune homme alla mettre la bouilloire sur le feu. Martin devinait l’inquiétude de l’esclavagiste, qui percevait son intense hostilité. Il y avait le fait d’avoir été un esclave lui-même, et celui d’imaginer les elfes — il ne pouvait en imaginer qu’un, en réalité — que cet individu avait convoyés dans le noir. Cette simple pensée lui retourna les entrailles, un sentiment viscéral, immonde, sans qu’il puisse rien y faire. Des images impressionnantes s’imposèrent dans son esprit, une sensation sur sa peau, un dégoût absolu, de la fureur. Il serra les dents, priant pour que l’eau chauffe le plus vite possible.

    « Vous êtes le second du capitaine Valtameri ? demanda subitement Rylvein.
    — Je l’étais, répondit Martin. Pourquoi ? »
    Il ne parvenait qu’imparfaitement à museler son agressivité.
    « C’était juste une question, murmura le demi-drow, sur la défensive.
    — Avant ça, j’étais esclave, ici, à Mélandis. Un type comme vous m’a capturé, enchaîné et vendu. J’ai été exploité dans un bordel pendant presque dix ans. Des milliers d’hommes me sont passé dessus. A cause d’un type comme vous. Je ne vous trouverai jamais aucune excuse et je ne pourrai jamais vous pardonner. »
    C’était sorti sans prévenir, comme quelque chose qui avait besoin de s’exprimer, la réalité de ce qu’il était. Il se sentit mal. Abandonnant sa tasse de thé, il quitta la pièce sans rien ajouter, sans jeter un œil vers le demi-drow, qu’il imaginait mortifié. Pourquoi diable avait-il eu besoin de dire ces choses, à cet étranger, cette crapule ?
    Ses tempes le lançaient et il voyait un peu trouble.
    Il traversa la réserve, déboucha dans le couloir et alla frapper à la porte de Kerun. Il l’ouvrit sans attendre de réponse.

    « Je peux entrer ? »
    L’elfe était assis en tailleur sur son lit, au milieu de parchemins dispersés. Son bras droit était invisible et pendant une seconde, Martin crut qu’il l’avait perdu. Mais il en devina la forme sous sa chemise, sans doute bandé et bloqué à même la peau.
    « Ça va ? » demanda Kerun, un peu alarmé.
    Martin lui lança un sourire nerveux.

    « Je vais juste m’asseoir ici un moment, ne t’occupe pas de moi. »
    Mais l’elfe avait reposé ses documents et le dévisageait, sourcils froncés. En glissant sur le sol, Martin se toucha l’orbite gauche et grimaça. Il savait qu’une ecchymose spectaculaire le défigurait.
    « C’est à cause d’Arthur. Ça va partir.
    — Ça c’était hier, dit Kerun. Que se passe-t-il, maintenant ?
    — Rien de grave. »
    L’elfe se leva, marcha jusqu’à lui et s’accroupit, soucieux.
    « Martin, tu es bouleversé. »
    Le Mélandien relâcha sa respiration.
    « C’est à cause de Rylvein. »
    Kerun grimaça et jeta un regard dur vers la porte.
    « Qu’est-ce qu’il a fait ?
    — Rien. C’est juste ce qu’il est. »
    Il frissonna.
    « Je ne suis pas dans mon assiette. Ces derniers jours… ont été éprouvants. Maintenant… avec la fin de l’urgence… Tout ça… C’est le contrecoup. Ça va passer... J'ai juste besoin... de souffler. »
    C’était la vérité. Trop de choses, si vite, il n’était pas taillé pour ces bouleversements. Kerun s’assit sur le sol.
    « Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? »
    Martin sentit les larmes lui monter aux yeux, sans qu’il puisse les réprimer. Il avait de nouveau terriblement mal à la tête.
    « Me laisser rester ici un moment ? »
    Kerun acquiesça et posa la main sur son épaule.
    « Aussi longtemps que tu en as besoin. »
    Sa phrase fit écho à une autre promesse. Ou plutôt pas une promesse, une intention sincère.
    « Merci. » murmura l’ancien esclave.
    Kerun se redressa et retourna vers le lit. Il rassembla ses documents puis revint vers Martin et s’installa à même le sol, juste à côté de lui. En quelques secondes, l’elfe était à nouveau absorbé par sa lecture, un léger pli au milieu du front. A son expression sans cesse changeante, Martin devina qu’il était troublé par ce qu’il découvrait, troublé et peut-être effrayé. Mais lui-même ressentait un calme profond.

    « Kerun… Est-ce que ça va ? »
    L’elfe leva les yeux et lui sourit douloureusement.
    « J’ai vu des jours meilleurs. »
    Martin acquiesça sans rien dire.
    « Kerun ?
    — Hm ?
    — Comment est-ce, Eredhun ?
    — Plein de prêtres.
    — Comme ici, en somme ?
    — En pire. »
    Martin hocha la tête. Il s’était étendu sur le tapis sans en prendre conscience. Il était drôlement fatigué. Il ferma les yeux. Il n’entendait plus que le froissement du papier, le crissement de la plume par moments, le battement de son propre cœur, dans son ventre, sa poitrine, son crâne. Inspirer, expirer. Les mots buttaient contre ses lèvres, tentant d’en franchir le verrou, mais il les muselait, trop inquiet pour parler.
    « Tu me feras visiter ? » murmura-t-il enfin, incapable de se retenir.
    Kerun rit à mi-voix et Martin sentit l’angoisse le saisir.

    « Pour tout te dire, je n’y suis jamais allé. »
    Respiration. Retournement d’une feuille.
    « Mais nous découvrirons les lieux ensemble. Ça nous mettra sur un pied d’égalité. »
    Martin rit à son tour. Kerun racontait n’importe quoi ; ils ne seraient jamais sur un pied d’égalité. Mais ce n’était pas grave. Il avait dit « ensemble » et c’était tout ce qui comptait. Soren avait raison. Accepter, assimiler, aller de l’avant, aimer. Rien de tel qu’un bon coup sur la tête pour reprendre ses esprits et franchir la porte providentielle, dans la lumière. Il s’endormit sur le tapis, heureux.

  8. #278
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 676
    33. Port Couchant

    Judicaël téléporta le premier groupe de rescapés vers Port Couchant au matin du vingt-troisième jour de Kythorn. Il était composé de tous les prêtres, des deux paladins, de Valtameri et de Rylvein. Seuls Martin et Kerun restaient en arrière.
    Le cas de Rylvein fut débattu. Kerun était d’avis de le ramener en surface et de l’y laisser. Rylvein voulait partir avec eux. Rachel ne savait pas quoi faire. Plusieurs esclavagistes avaient été jugés et condamnés par les tribunaux luméniens, mais tous avaient été en activité sur les rives héloniennes, ou directement à Luménis pendant la dictature de Morféa. Comment gérer un homme qui n’avait jamais mis les pieds sur l’île était une tout autre question et Kerun n’avait aucune idée de la manière dont la justice luménienne l’aborderait. Les Mélandiens réfugiés à Luménis étaient généralement traités en fonction de leur état d’esprit présent et non de ce qu’ils avaient commis du temps où ils vivaient encore outremer. Mais il y avait une marge entre avoir possédé quelques esclaves ou combattu dans une garnison mélandienne, et être responsable d’une véritable opération marchande ayant fait des milliers de victimes. En fait, Rylvein n’était pas « responsable » : il n’était qu’un maillon dans une chaîne terrible, mais il avait été consentant, actif, volontaire, désireux de faire son travail au mieux, intégré à une culture d’oppression et de violence qu’il avait fait sienne. Il n’avait pas vraiment eu le choix, cependant. Son revirement était douteux, même si Soren paraissait convaincu qu’il y avait là une explication que la raison ne pouvait appréhender.
    Mais Rylvein semblait décidé à affronter sa sentence, quelle qu’elle soit. Kerun finit par céder. Le demi-drow avait sauvé la vie de Rachel, d’Arthur, et probablement celle d’Othon et de lui-même. Il se sentait un peu juge et partie, mais il devait lui accorder le bénéfice du doute, et d’autres se prononceraient sur son cas plus tard. Rachel se porta garante pour lui, comme elle l’était tacitement depuis plusieurs jours, et ils disparurent dans un éclair violacé, avec le Mystran.

    « Quand les civils sont partis, les espions dansent ? » demanda Martin.
    Maude lui retourna un sourire rapace.

    « Les espions rangent et nettoient le foutoir qu’ils ont laissé derrière eux. » rétorqua-t-elle.
    Evidemment, avec son bras hors service, Kerun était exempté. Martin, en revanche, n’avait presque plus mal à la tête, et on lui fourra un balai entre les mains.


    Port Couchant était un îlot dans la mer, au sud-est de Dorrandin, que les Luméniens avaient obtenu des Manostiens en remerciements de leurs services, même vains, durant la guerre récente. Compte tenu de sa taille et de sa topographie, il ne deviendrait jamais plus qu’une base militaire, mais il était stratégiquement bien positionné. La plupart des Luméniens, peu portés sur les choses belliqueuses, ne voyaient pas l’intérêt d’aller abandonner toute une garnison de jeunes gens aussi près des rives ennemies, mais l’état-major ne partageait pas leur point de vue et, comme toujours, ne s’en souciait absolument pas.
    L’activité s’y distribuait entre la forteresse en reconstruction sur sa butte rocheuse et la zone portuaire en développement. En un an, les travaux avaient bien avancé, même si l’ensemble des lieux demeurait un vaste chantier, bruyant, sale et encombré. Les militaires et les ouvriers constituaient l’écrasante majorité de la population, et de nombreux hommes portaient la double casquette. Outre les humains, de nombreux nains avaient été embauchés, une marotte de l’architecte militaire Sebastian Valban, en charge du projet, qui avait beaucoup appris des profondeurs. En cherchant bien, on dénichait quelques demi-elfes, quelques elfes, mais peu nombreux et souvent de passage. Manque d’espace, manque d’arbres, manque de poésie.

    Cassie et Fiona, qui étaient arrivées les premières, avaient été réceptionnées par la cellule des renseignements luméniens qui veillait à la sécurité, tant physique que morale, des grands travaux. Elle était composée de deux agents officiels et d’un certain nombre d’infiltrés, bien sûr, cachés dans les rangs des soldats, des maçons ou des marins. Le premier souci de leurs hôtes et de Judicaël, qui les accompagnait, avait été de gérer les prisonniers : les deux drows et l’Oghman. Ce dernier n’avait pas protesté mais Cassie n’aurait pas été surprise qu’il essaie de s’évader à la première occasion.

    Sous le couvert de la nuit, les deux jeunes femmes avaient été conduites dans un bâtiment annexe, leur nouveau domicile pour les quelques jours à venir. Il y avait des murs mi-bois mi-pierre, un âtre, un sol de terre battue, et un étage en mezzanine qui ressemblait davantage à un grenier à foin qu’à une pièce à part entière. La femme qui les accompagnait, Alura, leur avait donné de quoi se bricoler des couches confortables, ainsi que des bougies, de l’eau et de quoi grignoter, avant de leur promettre qu’elle veillerait à mieux les installer le lendemain.
    En réalité, c’était le paradis.


    Au petit matin, après un petit déjeuner livré à leur porte, les deux jeunes femmes avaient eu l’opportunité de découvrir le bourg portuaire. Si la plupart des constructions y paraissaient encore temporaires, il y avait déjà quelques bâtiments en pierre, certains en cours de finition, d’autres terminés. On trouvait notamment un comptoir, une taverne, une auberge, et ce qui ressemblait à une chapelle. Fiona et Cassie attirèrent les regards mais personne ne les importuna. Elles étaient manifestement des intruses, mais tolérées, d’autant qu’Alura marchait à leurs côtés.
    Elles reçurent des directives très simples : interdiction d’aller sur la motte, interdiction d’entrer dans les grottes et les tunnels, éviter le port et toute la zone à sa gauche. La partie à droite, par contre, plage, falaises, rochers, était à leur disposition. Et elles en profitèrent pleinement. Elles emportèrent de quoi pique-niquer et passèrent leurs quelques jours de pause à profiter de la nature, des vues magnifiques, et de cette fin de printemps généreuse. Cassie n’avait jamais vécu en bord de mer, Fiona toujours, mais sous une tout autre latitude. Elles marchèrent dans le sable, ramassèrent des coquillages, se couchèrent pour profiter du soleil. L’adolescente, qui avait toujours aimé observer la faune et la flore, en prit plein les yeux, de créatures qu’elle n’avait jamais vues auparavant, crabes, anémones, marsouins au large, plantes courageuses résistant au vent, au sel, poussant dans les crevasses, sur la pierre, au sommet des falaises, sans protection. Et puis il y avait les oiseaux, peu farouches, en groupes innombrables, qui nichaient sur la côte et plongeaient dans les vagues. Fiona demeurait circonspecte, mais plus gaie qu’elle ne l’avait été depuis leur rencontre. Il était difficile de ne pas être apaisé par la beauté des lieux, quand on tournait le dos aux échafaudages et quand le chant du large noyait le vacarme des marteaux, des scies et des cris. Elles se dénichèrent un coin parfait, face à l’océan, au milieu des fleurs et des hautes herbes, où elles passèrent des heures à paresser et bavarder. En quelques jours, elles savaient plus ou moins tout l’une de l’autre, d’une enfance en bordure de la Forêt Maudite à une enfance en bordure de la Jungle, et elles étaient prêtes à affronter le futur main dans la main.
    Chaque fois qu’elles rentraient dans le bourg, à la nuit, Cassie allait frapper à la porte des espions, et chaque fois, on lui disait que non, les autres Hélonniens n’étaient pas encore arrivés. Mais peu à peu, l’angoisse des premiers jours s’effaça. Pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Chaque chose viendrait à point nommé.
    Fiona et Cassie en étaient encore au petit déjeuner, mal réveillées, dans leurs tuniques de nuit, quand, au quatrième matin de leur séjour à Port Couchant, la porte s’ouvrit sur Alura.

    « Ils sont là. » dit-elle sobrement.

  9. #279
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 676
    Soren refusa de mettre des vêtements, refusa de dormir dans une cabane et refusa de se taire. Après discussion entre agents luméniens, il fut convenu de transférer tout le groupe de rescapés à l’auberge pour les quelques jours restant avant l’arrivée du navire qui devait les rapatrier. Leur débarquement fit sensation dans le bourg, et pas seulement à cause des fesses du Sunite. Brandon lui aussi était connu de pas mal de colons car Tymora était une déesse populaire. La chapelle de la colonie abritait un trio de Lathandrites qui eurent tôt fait de reconnaître Othon et Rachel. La présence de Valtameri, même inquiétante, fit jaser sur le port. Bref, c’était un petit événement. Rylvein fut prié de rester au QG des services secrets, ce qu’il ne contesta pas. Arthur n’avait pas envie de sortir et y demeura également. Garance, la plus discrète, fut accueillie par un petit cocon d’énergie et de chaleur, quand ses deux anciennes comparses fondirent sur elle, ravies de la retrouver et aussitôt sensibles à son état d’esprit.

    Il faisait magnifique. Frais, pur, ensoleillé. Les murs poussiéreux de Mélandis, sa chaleur étouffante, la puanteur de la Houleuse, la tension constante dans ses rues, tout semblait avoir été emporté par le vent. Le sang qui avait imprégné les derniers jours, le fracas des lames, les explosions magiques, la mort et la douleur, les brimades, la peur, tous ces barreaux, pouvaient peu à peu s’estomper, prendre leur juste place — des souvenirs — dans la trajectoire de chacun.

    Soren détestait viscéralement les lieux, d’un manque de raffinement stupéfiant, mais il alla traîner sur la motte, parmi les nains, les tailleurs de pierre et les charpentiers. Il rencontra l’architecte Valban, un peu par hasard, et ils échangèrent sur leur matière de prédilection, en experts, aux avis contrastés mais respectueux.
    Brandon se plia aux souhaits des locaux et improvisa une célébration en l’honneur de Tymora, prévue dans la salle de la taverne mais finalement organisée en extérieur, et distribua sa bénédiction avec largesse.
    Othon partagea son temps entre le chantier, le terrain d’entraînement et la chambre où Arthur s’était réfugié, sans parvenir à l’en faire sortir. Il lui raconta la dernière année, les menus événements, puis aborda la cabale sharite (c’était obligatoire) pour terminer. Petit à petit, le gamin reprenait pied, mais le paladin voyait bien qu’il était encore souvent tourné à l’intérieur de lui-même et qu’il contemplait quelque chose d’indicible. Othon espérait qu’il s’en ouvrirait à Armand : cela semblait indispensable.
    Rachel erra beaucoup sur la plage et la lande. Elle n’avait pas envie de se mêler aux soldats, pas envie non plus de porter des poutres ou des moellons avec Othon. Elle n’aurait pas craché sur un petit mort-vivant ou deux, mais apparemment, il y avait eu un grand nettoyage dans les premiers mois et il ne restait guère de créatures dangereuses dans les environs. Alors elle avait marché, marché, et marché encore, ce qui n’était pas une mauvaise activité quand on était en vacances, tout bien considéré. Ou quand on était troublé.
    Garance fut embarquée par Cassie et Fiona dans leur promenade favorite, parmi les fleurs, les abeilles et les goélands. Malgré la laideur de la colonie en elle-même, les parties plus sauvages de l’îlot étaient superbes. C’était un endroit qui ne développerait jamais d’agriculture et serait toujours dépendant du ravitaillement venant de la terre ferme, un lieu qui n’était pas fait pour y construire une véritable communauté. Mais la Chauntéenne savait que les humains s’établissaient partout où ils le pouvaient, portés par l’audace, la créativité et une volonté de s’affranchir des contraintes de l’environnement autour d’eux. C’était un instinct étranger aux servants de la Terre Mère, contre lequel ils luttaient, mais Garance savait qu’il était profondément implanté chez certains. S’affranchir, s’établir, c’était aussi le cœur de sa réflexion, qui devrait aboutir. Mais elle pouvait, un moment, s’oublier dans l’affection qu’on lui témoignait.
    Aigéan évita le port, l’observant de loin, depuis une falaise qu’on lui avait pourtant interdite. Il compta les navires de guerre, les bateaux de transport, les petits chalutiers et guetta leurs mouvements. Ensuite, il nagea pendant des heures, dans l’immensité de l’océan, sans parois de verre pour l’emprisonner.

  10. #280
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 676
    Ça sent l'odeur de l'écurie...

    L’Astucieuse se glissa dans la rade le lendemain à la mi-journée. C’était une frégate de taille moyenne, à trois mâts, la coque claire et les voiles aux couleurs de Lathandre : jaune, orange et rose. Aigéan la regarda entrer dans le port et s’amarrer. Le pont fourmillait de marins, sans doute une trentaine en surface, et autant dans les cales. Des yeux, il chercha la silhouette de Valerian Dessaules, le capitaine. Ce dernier avait servi comme second sur une des frégates Longuehune pendant des années avant d’obtenir son propre navire, trois mois plus tôt, une juste récompense pour la qualité de ses services. Et il avait été sur Mersant, témoin de sa déchéance. Mais c’était un bon ami, malgré tout.
    Le génasi abandonna son poste d’observation et descendit vers la rade, sans se presser. Il y aurait les formalités d’arrivée, bien sûr, puis Valerian irait saluer le commandant de la garnison. Aigéan ne pouvait pas croire que l’Astucieuse avait fait le déplacement juste pour récupérer un groupe de naufragés : il devait y avoir des marchandises dans ses cales, ou de nouveaux soldats, quelque chose qui justifiait sa présence en ces eaux.
    En arrivant sur les quais, il s’immobilisa un instant pour contempler le navire. C’était un voilier exceptionnel, construit dans les chantiers d’Antelucas, mêlant efficacité et grâce, une merveille. Le Narval Tacheté, la caraque dont il avait eu le commandement autrefois, avait cette même beauté, bien qu’il fut beaucoup plus pesant. Il gisait par le fond, brisé par un kraken démoniaque, une juste conclusion après avoir battu pavillon noir pendant des années.
    S’arrachant à ces souvenirs pénibles, il remonta la rue terreuse vers le siège de la garnison. Il avait brièvement rencontré le commandant Vargass le jour de leur arrivée, quand celui-ci était venu à leur rencontre à l’auberge, pour les saluer. Aucun d’entre eux n’appartenait ni à l’armée, ni à la marine, il s’agissait donc d’une visite de courtoisie. Aigéan n’avait donc aucune intention d’être admis dans la caserne, mais il supposait qu’ils seraient tous mandés, tôt ou tard. D’autres avaient eu la même impulsion que lui car il retrouva Brandon Devlin plus ou moins au même endroit.

    « Pressé de rentrer ? lui demanda le Tymoran.
    — En fait, pas vraiment, répondit le génasi, et c’était la vérité.
    — Moi non plus, fit le prêtre. Mais pressé de partir, oui. »
    Le capitaine acquiesça. Il pouvait comprendre ce sentiment. Lui non plus n’aimait pas rester en suspens, dans l’incertitude.
    « Vos plans ? demanda Brandon.
    — Antelucas. Les vôtres ?
    — Je pense que je vais quand même être obligé de me taper Eredhun. Sauf si je parviens à m’évader. »
    Ils échangèrent un regard entendu. Othon arriva derrière eux, Rachel dans son sillage.
    « Pas sûre que j’ai envie de remonter sur un de ces trucs, remarqua la Lathandrite.
    — Il faudra bien, pourtant, dit le paladin, qui semblait tranquille.
    — A moins que la compagnie des mouettes et des marins te suffise, ajouta Brandon.
    — Pas assez de morts-vivants. » fit Rachel, le plus sérieusement du monde.
    Le Tymoran rit.

    « J’espère que les cabines sont confortables, reprit-il. Sans quoi Soren va être imbuvable.
    — Le navire est grand, dit Othon avec philosophie. L’éviter sera plus facile que sur l’Ivresse.
    — Vous croyez qu’on va partir bientôt ? demanda Rachel.
    — Je suppose que ça dépend de ce qu’ils ont à faire ici, dit Valtameri. Kerun et Martin devraient arriver demain. Ça peut aller très vite.
    — Combien de jours de traversée ?
    — Ça dépend du vent. Dix jours ?
    — Encore dix jours, merde. » grommela Rachel.
    La porte s’ouvrit et un homme encore jeune, grand, brun, en uniforme bleu, parut. Il parlait à quelqu’un derrière son épaule et se tourna en retournant dans la rue. Son sourire s’élargit et il tendit la main au capitaine Valtameri.

    « Agi, ça me fait plaisir de te voir. »
    Le génasi serra la main tendue, un peu surpris que Dessaules s’adresse à lui avec cette familiarité — coutumière, oui, mais généralement réservée aux moments d’intimité.
    « Capitaine. » répondit-il, un peu embarrassé.
    Dessaules lui fit un clin d’œil puis se tourna vers le reste du groupe, qu’il salua tour à tour, les reconnaissant aisément. Il savait donc qui il devait récupérer.

    « Je crois savoir que nous ne repartirons que demain à la mi-journée au plus tôt. Nous avons pas mal de déchargement à effectuer et de toute façon, si j’ai bien compris, il nous manque encore une partie de votre groupe. L’Astucieuse est néanmoins prête à vous accueillir à son bord dès ce soir, si vous le désirez. Je dois régler la question des prisonniers, mais mon lieutenant peut vous prendre en charge.
    — C’est bien aimable. Nous allons en discuter avec les autres, proposa Brandon.
    — Parfait. Je dois vous laisser. Nous nous verrons pendant la traversée. »
    Il se tourna vers Aigéan.
    « Je dois te parler. Si tu peux monter à bord, disons vers midi ? »
    Le génasi le dévisagea, incertain.
    « Bien sûr. »
    Dessaules se contenta de sourire, de lui taper sur l’épaule et de poursuivre sa route. Les trois religieux regardaient le capitaine et celui-ci haussa les épaules.
    « Je ne crois pas qu’ils vont me réembaucher. » dit-il sobrement.
    Brandon rit, mais les deux Lathandrites semblèrent ne pas pouvoir décider si c’était de l’humour ou pas. Valtameri lui-même avait du mal à trancher.
    Brandon et Rachel convinrent de chercher les voyageurs manquants : le premier était sûr de pouvoir remonter la piste de Soren, la seconde savait où Garance, Cassie et Fiona avaient établi leur quartier général. Othon voulait prévenir Arthur et il avertirait Rylvein au passage.

    De son côté, Aigéan erra un moment, plus inquiet de ce que Valerian avait à lui annoncer qu’il n’était prêt à le montrer. Il alla nager, seule manière de trouver un moment la paix, directement dans la rade. Il était attiré par l’Astucieuse, et il alla s’adosser à sa coque, sous l’eau, comme s’il la portait sur son dos. Puis il remonta, grimpa sur le quai, trempé, et s’engagea sur la passerelle. Les regards glissèrent sur lui, curieux mais craintifs, et il ne s’en soucia guère. Il était le fantôme de la marine, le capitaine maudit, à quoi bon s’en offusquer. Le lieutenant de Dessaules était Violette Hesna, une jeune humaine qu’il avait connue quand elle n’était encore que matelot, sur la Téméraire. Elle le salua avec embarras, sans savoir si elle devait lui serrer la main ou s’incliner. Elle fit donc un peu des deux.

    « Le commandant va arriver. Il m’a dit de vous diriger en poupe. Si vous voulez bien me suivre. »
    L’Astucieuse n’avait pas de château arrière, tout le pont était au même niveau, et Valtameri la suivit jusqu’à ce qu’elle lui désigne un banc, juste au-dessus des appartements du capitaine. Le drapeau luménien claquait dans le vent, quelques mètres plus haut. Il y avait des marins dans les gréements, détachant une voile, sans doute pour la réparer. Le pont était propre, les cordages bien enroulés, le bastingage rutilait. Valerian Dessaules était un homme précis et organisé, son navire reflétait son sens de l’ordre.
    « Je vais vous faire porter des rafraichissements. »
    Il ne protesta pas, cela ne servait à rien. Un matelot lui apporta un verre de vin et le laissa au soleil. Il observa le port, l’activité incessante, essaya de tempérer sa nervosité. Puis Dessaules surgit avec son propre verre, tout en ouvrant sa veste d’uniforme pour chasser la chaleur.
    « Diable, deux elfes noirs, un Ithilien, charmante compagnie. » lança-t-il en serrant à nouveau la main de son ancien collègue.
    Il s’assit.

    « L’ensorceleur est très dangereux.
    — Oh je sais. On me l’a dit, répété et re-répété. C’est d’ailleurs pour ça que je voulais te parler. »
    Il soupira.
    « Mais d’abord… Comment vas-tu, Agi ?
    — Que dire. Mon navire a coulé. Un de mes marins et deux de mes passagers sont morts. Ça pourrait aller mieux. »
    Il n’en dirait pas davantage, et Dessaules le connaissait suffisamment bien pour ne pas creuser. Valtameri n’avait jamais été homme à s’épancher, avec personne. Son vis-à-vis acquiesça.
    « Je comprends. »
    Il ne le pouvait pas vraiment. Il n’avait pas vécu le quart de ce qu’Aigéan avait traversé. Mais il avait connu la dictature morféenne. Il avait combattu en mer, pendant la dernière guerre. Ils avaient chacun leurs troubles, chacun leur fardeau.
    « Regarde sur ta droite, au bout du quai, juste là. »
    Valtameri se tourna et aperçut un petit voilier blanc et bleu, un deux-mâts assez similaire à l’Ivresse, un peu plus léger.
    « Je te présente… le… la… C’est toi qui décideras. Compensation pour les ennuis que nous t’avons causés. »
    Aigéan ouvrit des yeux ronds puis se tourna vers Valerian.
    « Je ne comprends pas…
    — Ecoute… De ce que je sais, Flèche-Sombre était tellement furieux quand il a appris dans quelles conditions vous naviguiez qu’il a failli arracher la tête de l’amiral Longuehune… Bref, tu as les excuses, officieuses, de la marine, et ce navire est un dédommagement. »
    Le génasi en resta bouche bée.
    « Ça ne ramènera pas les morts, mais… tu sais comment on est, dans le métier. Un bateau avant tout. »
    Ce que Valtameri comprenait parfaitement. Son émotion était traître, il la musela bien proprement.
    « Elle est magnifique, murmura-t-il.
    — Je vais te prêter des marins le temps que tu t’en trouves, bien sûr, dit Valerian.
    — Tu es gentil mais… je crois que j’ai déjà un équipage… »
    Qu’il faudrait former, mais il s’en sentait capable.

  11. #281
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 676
    Soren accepta d’emblée le changement de cadre. Il détestait viscéralement Port Couchant, encore bien plus que le refuge des Moandrins. Mais quand Brandon suggéra, avec ironie, qu’il s’était peut-être habitué au faste du Palais Impérial, le Sunite ne trouva pas ça drôle du tout et c’est d’une humeur massacrante qu’il embarqua. Tous ceux qui croisèrent sa route comprirent que la traversée allait être animée ; Dessaules resta de marbre. Othon fit embarquer Arthur sans grande difficultés. Les autres accompagnèrent Valtameri jusqu’à son nouveau voilier. Cassie, en particulier, était surexcitée.
    « Est-ce que ça veut dire qu’on part ? demanda-t-elle, alors qu’ils marchaient sur le quai.
    — Sans doute pas directement, répondit-il.
    — Pourquoi ?
    — Parce que même si c’est un petit voilier, on ne peut pas le maîtriser à trois. Tu débutes. Fiona n’y connait rien.
    — Ce n’est pas tout à fait vrai. Fiona a navigué, pas vrai ? »
    Cette dernière acquiesça timidement. Cassie savait qu’elle avait pêché en mer, sur des bateaux plus petits, sans possibilité de couchage, mais elle connaissait les bases.
    « Et puis il y a Martin. »
    Ils étaient arrivés devant la passerelle étroite. De plus près, le voilier restait magnifique, mais il était plus petit que l’Ivresse, il serait plus nerveux.
    « Vous ne montez pas ? demanda l’adolescente, lorsqu’elle réalisa que le capitaine s’était arrêté.
    — Il faut la baptiser d’abord.
    — Comment vous allez l’appeler ?
    — La Persévérance. » dit-il sans hésiter.
    Elle sourit. C’était un nom parfait. Satisfait, Valtameri monta à bord, Cassie dans son sillage. Fiona les suivit. Brandon, Garance et Rachel restèrent à terre, en observateurs. Valtameri marcha sur le pont, toucha chacun des mâts, puis effleura le gouvernail. Cassie l’imita religieusement, supposant qu’il s’agissait là d’une sorte de rituel. Le capitaine l’observait du coin de l’œil, mais il ne dit rien. Il s’engagea ensuite sous le pont. Il y avait cinq cabines, de quoi loger sept personnes maximum. Cassie choisit la sienne mais le garda pour elle. Elle ressortit, incapable de tempérer son bonheur, et dansa sur les planches, trois petits pas de félicité.

    « Martin ne viendra pas, dit alors Valtameri, dans son dos.
    — Quoi ? Pourquoi ?
    — C’est un espion, dit sobrement le capitaine.
    — Vous n’avez pas essayé de le convaincre ?
    — Il a fait son choix. Nous allons tous le respecter. »
    Cassie se tourna vers Garance, mais Garance avait d’autres chats à fouetter. Elle soupira. Il arriverait demain. Il y avait peut-être encore quelque chose à tenter.
    « Cassie ? »
    Elle se tourna vers lui.
    « Tu vas respecter son choix. »
    Elle lui tira la langue.
    « Et on ne tire pas la langue à son capitaine, sans quoi on est de corvée latrines pendant une veille ensuite. »
    Derrière elle, Fiona gloussa, la traîtresse. Mais Valtameri regardait vers la berge, et elle suivit son regard. Sur le quai, bras croisés, se trouvait Brandon Devlin, le Tymoran, et c’était lui que le génasi observait. Quelque chose s’échangeait entre les deux hommes, quelque chose qui fit sourire le prêtre et acquiescer le capitaine.


    « Quoi ? » s’exclama Othon, stupéfait.
    Brandon leva des mains défensives.

    « Franchement, c’est une aubaine. On fera un détour par Paymill, histoire de solder certaines dettes, puis on remontera vers Maztica. »
    Il était tard, déjà, le soleil se couchait derrière les rochers et l’odeur de la fricassée de poisson du jour emplissait la salle de l’auberge.
    « Tu n’as jamais navigué ! protesta le paladin.
    — Il faut un début à tout. J’adore les défis ! »
    L’incrédulité du Lathandrite était totale. Brandon posa la main sur son bras.
    « Othon, je sais que c’est un choc, et je sais que… Ecoute, je suis désolé. Je ne veux pas aller m’enterrer à Eredhun. Je suis un serviteur du risque et de l’aventure. Imagine-moi, à enseigner dans la poussière…
    — Tu peux enseigner l’audace. » murmura le paladin.
    Mais il n’y croyait pas. Brandon le vit lever la main et passer deux doigts sur ses paupières, vivement, pour en chasser l’émotion.

    « Ah bouse, Brandon. Je n’imaginais pas… Après tout ce que nous avons traversé…
    — Mais je reviendrai. Je te le promets. Nous irons boire un verre au Gai Dauphin. Je te raconterai mes aventures, et tu me raconteras les tiennes. Tu sais bien que je suis béni… Il ne m’arrivera rien.
    — Quand même… Maztica…
    — Tu sais que certains murmurent que tu es davantage un paladin de Tymora qu’un paladin de Lathandre. C’est l’occasion de rectifier le tir.
    — Le tir me plaisait bien. Lathandre ne s’en est jamais plaint. »
    Ils soupirèrent de concert, réduits au silence.
    « Diable, tu vas me manquer, avoua Othon.
    — Tu me manqueras aussi. Mais le temps passera vite… De toute façon, tu ne serais jamais venu à Eredhun.
    — Je vais m’inquiéter.
    — Un paladin ne s’inquiète pas. »
    Othon rit en secouant la tête.
    « La seule chose qui m’ennuie, c’est de vous abandonner alors que vous allez devoir faire face à… tout ce que nous avons déclenché à Mélandis. »
    En réalité, ils ne savaient rien des retombées immédiates : aucun des agents luméniens ne leur en avait donné le moindre détail. Secret d’état, cela ne vous concerne pas.
    « Disons qu’on va en profiter pour tout mettre sur ton dos, dit le Lathandrite avec un sourire.
    — Faites-le, c’est une bonne idée. Et c’est la réalité. Tout est de ma faute.
    — J’aurais voulu sauver Arthur, même si tu n’avais pas été là. J’aurais dû le faire. Je serais mort.
    — Tu sais, Othon, j’ai le sentiment que la seule chose dont les gens vont se souvenir, c’est de l’intervention de Marcus. Et si ça se trouve, personne ne saura jamais ce qui s’est exactement produit. La lumière, dans le Temple de Shar. Peut-être était-ce Lathandre en personne, et qui oserait le blâmer ?
    — Le général Maelwedd.
    — Tu as raison. Gareth n’a peur de personne. »
    Ils rirent un moment, burent une gorgée de leur bière, puis la mélancolie les reprit.
    « Je ne veux pas que tu partes, mais je comprends, dit finalement Othon. Je comprends tout à fait. Tu n’étais pas responsable de ce qui est arrivé dans ton Temple, et la punition est injuste. Tu mérites mieux, je te soutiens.
    — Merci, Othon. »
    Ils s’étreignirent une seconde.
    « Mais tu vas quand même me manquer.
    — Je te rapporterai un souvenir.
    — Voilà qui me fait une belle jambe. »

  12. #282
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 676
    Rachel se dirigeait vers les locaux des services secrets lorsqu’elle tomba sur le capitaine Valtameri qui en sortait. Elle le salua, prête à poursuivre sa route.
    « Rachel, vous tombez bien, je voulais vous parler.
    — A moi ? »
    Il acquiesça.
    « Vous avez vu mon nouveau voilier ?
    — Heu… Oui… »
    Qu’est-ce qu’elle avait à voir là-dedans ?
    « J’ai proposé à Rylvein d’embarquer avec nous, et il a accepté. »
    Elle resta bouche bée.
    « Rylvein ? Mais c’est… un… il a fait des choses épouvantables !
    — Comme bon nombre d’entre nous. » répondit Valtameri.
    Elle le dévisagea.

    « Il est de bonne volonté et s’il va jusqu’à Luménis, il sera emprisonné pendant des années, peut-être des décennies. La rédemption est chose complexe. Je ne pense pas que la chercher dans l’ombre et le silence soit la voie la plus aisée. »
    Rachel se mordit la langue.
    « Capitaine, vous étiez sous domination, quand vous avez fait des trucs horribles. Lui pas. Il les a faites en son âme et conscience. »
    Il eut un léger sourire.
    « Techniquement, vous avez raison. Mais dans la réalité, la notion de domination est floue. Je ne pense pas que Rylvein ait eu beaucoup plus de latitude que j’en avais. Bien sûr, des tas d’idées mauvaises sont vissées à son âme mais… il a une certaine force de caractère. Et il travaillera dur. Je n’ai pas l’intention de le prendre à bord pour qu’il puisse admirer le paysage. »
    Elle resta silencieuse.
    « Il est potentiellement dangereux.
    — Dans son registre d’expertise, je le suis plus que lui. Et Devlin vient avec nous. Si ça peut vous rassurer.
    — Devlin ? Capitaine, vous êtes fou ?! »
    Aigéan rit, une chose rare.
    « J’ai besoin de chance. »
    Elle ne put s’empêcher de sourire.
    « Vous pensez que Kerun va accepter ?
    — Je lui parlerai demain. Mais je pense qu’il va accepter, oui. Il cherche avant tout à s’en débarrasser. »
    Rachel acquiesça, à la fois épuisée et légère, soudain.
    « Mais je pense que vous devriez aller lui parler.
    — A Kerun ?
    — A Rylvein.
    — Oui. C’est ce que j’allais faire. »
    Le capitaine fit un pas en arrière.
    « Bonne soirée, Rachel.
    — Vous aussi. »
    Elle s’éloigna vers la porte.
    « Capitaine…
    — Oui ?
    — Merci. »
    Il inclina la tête, puis fit volte-face et s’enfonça dans le port nimbé des couleurs du crépuscule. Rachel le regarda s’éloigner puis se ressaisit et atteignit les services secrets. On l’autorisa à aller voir Rylvein, qui terminait de dîner dans sa chambre – cellule. Il l’accueillit en lui libérant la chaise et alla s’asseoir sur le lit.
    « J’ai croisé Valtameri, annonça-t-elle d’emblée.
    — Ah, dit-il, le regard un peu fuyant.
    — Il m’a dit que tu avais accepté de monter à son bord.
    — Oui. C’est une bonne proposition. Honnête. Extrêmement généreuse.
    — Il va te faire bosser.
    — Je sais. Je suis prêt. »
    Elle acquiesça.
    « J’aurais préféré aller avec toi, mais je sais que ce n’est pas possible. Pas dans l’immédiat. »
    Elle ne répondit rien, n’osant pas le regarder.
    « Je veux te remercier de m’avoir sauvé la vie. Dans tous les sens du terme. » poursuivit-il.
    Elle leva une main pour qu’il s’arrête, mais il n’en tint aucun compte.

    « Tu es une vraie lathandrite. Je méritais ton courroux et tu m’as donné ta miséricorde. Je te promets que je ne la gaspillerai pas.
    — Arrête de dire des bêtises, tu veux… »
    Il se leva et marcha jusqu’à elle. Elle sentit sa main sur son épaule et elle leva les yeux, croisant son formidable regard vert pailleté d’or. Il eut un sourire timide, puis se pencha rapidement en avant et l’embrassa sur les lèvres. Elle poussa un petit cri étouffé mais, plutôt que de se dégager, comme elle aurait dû le faire, elle s’abandonna, une seconde, à cette sensation imprévue. La raison lui revint et elle le repoussa vivement, se leva, et gagna la porte. Il ne chercha pas à la rattraper.
    « Je reviendrai, dit-il. Dans un an, dans dix… Je reviendrai. Mon âme aura changé. Tu verras. Je ferai tout pour être digne de toi.
    — Tais-toi. » grommela-t-elle.
    Il se contenta de sourire.

    « Tu verras. »
    Sur une grimace, elle quitta la pièce. Mais elle resta juste de l’autre côté de la porte, adossée, le cœur battant, scandalisée mais emplie d’une chaleur inédite, qui lui mena les larmes aux yeux.


    Fiona et Cassie obtinrent la permission de dormir à bord de la Persévérance, en échange de la promesse qu’elles respecteraient sa dignité. Les deux jeunes femmes n’avaient qu’une idée vague de ce que cela voulait dire. Fiona pensait qu’il s’agissait d’être discret et silencieux, de ne pas entrer dans la cabine du capitaine, de ne pas hurler au milieu de la nuit, de ne pas graver son nom sur les murs de la cabine. Cassie estimait que tant que personne ne s’oubliait sur le pont, ça irait. Au final, elles se retrouvèrent sous les couvertures de la cabine double qu’elles s’étaient attribuée, où elles gloussèrent jusqu’à tomber endormies. La Persévérance était un nid douillet et aucune des deux ne craignait l’océan, même si leur capitaine était un génasi blafard, maudit et glacial.
    Brandon dormit à terre, comme Rachel et Garance, mais Othon remonta à bord de l’Astucieuse pour veiller sur Arthur. Soren y avait établi ses quartiers définitifs, bien décidé à ne plus poser le pied sur le sol crasseux de la colonie. Valtameri passa également la nuit à bord, profitant des documents maritimes de Dessaules pour préparer son itinéraire vers Paymill. Il avait convenu avec Devlin d’y apporter le Tarot de l’Aubaine, un objet formidable mais dont il semblait urgent de se débarrasser à présent qu’il avait rempli son office. Il leur faudrait ensuite remonter toute la côte dorrandine vers Maztica. Aigéan avait dans l’idée de le faire par l’ouest, avec escale à Manost, pourquoi pas, histoire de varier les plaisirs, et de laisser Hélonna loin derrière. Il avait l’impression que personne, dans sa fine équipe, ne rechignerait. Il sentait l’appel du large à présent, un horizon dégagé, la promesse de jours enchantés. Ils partiraient le lendemain.

  13. #283
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 676
    Martin et Kerun débarquèrent à l’aube, avec Judicaël et Tim, qui avait besoin d’un bol d’air. Maude, peu encline à socialiser, était restée en faction au Temple de Moandre. Tandis que Kerun et Judicaël s’attardaient dans les locaux des services secrets, Martin et Tim descendirent vers le port et l’auberge où dormaient leurs compagnons. En quelques jours, le Milite et l’ancien esclave avaient vite sympathisé : ils étaient taillés dans un bois similaire, même si le destin les avait entraînés sur des voies bien différentes. Martin était plein d’énergie : son mal de tête avait disparu, son œil au beurre noir était à peine visible, et même s’il avait passé une journée entière en nettoyage et lessives, il avait aussi eu l’opportunité de discuter un rien avec Kerun. Ils avaient esquissé un programme d’entraînement, basé dans un premier temps sur le renforcement physique et une meilleure maîtrise de la lecture et de l’écriture, lacunes qui mortifiaient le Mélandien. Kerun était un professeur exigeant et Martin un étudiant faussement dissipé. Il avait envie de satisfaire l’elfe, mais aussi de le faire bisquer, c’était irrépressible, et Kerun le tolérait avec flegme. Quelque part, les choses se normalisaient.


    Lorsqu’ils entrèrent dans l’auberge, ils repérèrent immédiatement la table où mangeaient leurs compagnons : Brandon, Rachel et Garance, en l’occurrence. L’absence des autres fut rapidement expliquée : Valtameri s’était trouvé un bateau — Martin fut soulagé de ne ressentir qu’une saine surprise, mais aucun regret — et le navire qui devait les ramener à Luménis était déjà ancré dans le port. Ils rirent aux dépends de Soren, bien sûr, comme le Sunite devait secrètement l’espérer. Le Mélandien chercha le regard de Garance, penaud mais désireux de s’expliquer. Elle l’ignora.

    Garance sentait que Martin la surveillait mais, lorsqu’ils firent mine de se lever, c’est vers Tim qu’elle alla et non vers lui. S’il en était surpris, il ne dit rien, mais elle avait compris le message et même si elle était déçue, un rien, elle ne lui en voulait pas d’avoir pris sa décision. C’était un choix qui lui semblait stupide, mais dans le fond, elle le connaissait à peine : il avait plusieurs visages, sans doute très éloignés de celui qu’il leur avait donné à voir. Elle ne voulait plus y penser. Ce qui était derrière, était derrière, révolu, envolé, mort. Tim lui offrit son bras, toujours plein de sollicitude, en chevalier servant. Ils marchèrent un moment dans les rues déjà encombrées du bourg, puis se dirigèrent vers la plage. Le Milite était déjà venu à Port Couchant, elle le savait, et elle le laissa la guider.
    « Comment vas-tu ? demanda-t-il finalement.
    — Comme ci, comme ça. J’ai beaucoup réfléchi. » répondit-elle.
    Il ne dit rien, la laissant venir.

    « Je me suis dit que je pourrais remplacer Ismène. A Mélandis. Vous n’avez plus de Chauntéenne. »
    Il s’immobilisa et elle lut la stupéfaction dans son regard.
    « Garance…
    — Le jardin souterrain est magnifique, il vous est utile, je ne suis bien que les mains dans la terre et… j’aurais quelque chose à faire.
    — Garance, c’est vraiment une mauvaise idée. »
    Sa voix était ferme, son regard compatissant mais droit dans le sien. Elle sentit les larmes lui envahir les yeux, prise au dépourvu.
    « Tu n’as rien vu de ce que nous faisons à Mélandis. Et tu n’as pas vu grand-chose de Mélandis elle-même. Après quelques jours sous terre, tu te languissais déjà du soleil… Garance… Je serais le plus heureux des hommes, de t’avoir auprès de nous, tu es une femme admirable mais… c’est ton désarroi qui parle… »
    Il secoua la tête.
    « Tu dois rentrer. Faire ton deuil. Seulement ensuite… si tu le veux vraiment… tu peux retourner vers Kerun. Mais là, maintenant… C’est la pire des décisions. Mélandis t’a ravi Marcus… Rester, dans ces conditions… Ce serait faire le jeu de Shar.
    — Quoi ?! »
    Elle échappa à sa main, fit quelques pas vers la mer.
    « Tu es encore fragile… Tout ça date de quelques jours. Tu dois laisser… tes émotions faire leur chemin… Marcus… n’aurait jamais voulu que tu t’emprisonnes parce que tu souffres. Ce n’est pas le moment. Pas du tout. » ajouta le Milite.
    Elle se laissa tomber assise sur le sable, il la rejoignit et s’accroupit près d’elle, la prenant dans ses bras.

    « Qu’est-ce que je vais devenir ? murmura-t-elle. Où vais-je aller ? Je ne peux pas rentrer à Luménis…
    — Est-ce que tu pourrais retourner, un temps, dans le Temple d’où tu es originaire ?
    — Mon Temple n’existe plus, dit-elle. C’était un petit sanctuaire dans la campagne, au sud de Bortheias, sur les bords de la Lunatique. Il n’y avait qu’une seule prêtresse, qui m’a recueillie quand mon père n’a plus su quoi faire de moi… Je l’ai quitté quand elle est morte. Je ne me sentais pas de porter un Temple sur mes épaules, pas toute seule. C’était il y a quinze ans. J’ai itinéré un temps, avant d’arriver à Luménis. Je ne me suis posée nulle part ailleurs. Le Temple de Lathandre… sans Marcus, je ne veux pas y retourner. Il est dans chacun de mes souvenirs. Le poids de tout ça, le regard des autres… Je ne peux pas y retourner.
    — Le Temple d’Eredhun est assez important. Rodrigo, le Semeur, est un type bien.
    — Je suppose que je n’ai pas le choix. » dit-elle, froidement.
    Il l’avait repoussée. C’était la réalité. Martin l’avait abandonnée, Marcus était mort.

    « Garance. Reparlons-en dans un an. Donne-toi le temps de guérir. Prie ta déesse. S’engager dans les services secrets et pire, au Temple de Moandre, ce n’est pas rien. Je te mets en garde mais… Judicaël se montrerait moins diplomate. »
    Elle se redressa, époussetant sa robe.
    « Et pourtant, vous acceptez un type comme Martin ? »
    Tim soupira.
    « Ne sois pas mauvaise. Tu sais bien que ça n’a rien à voir. »
    Elle porta les mains à son visage.
    « Tu as raison. Je sais que tu as raison mais… »
    Elle leva les yeux vers la mer. Un voilier passait au large, dodelinant sur les vagues, trois mâts et des voiles immaculées. Au-dessus d’elle, un goéland cria, emporté par des courants invisibles. Garance tourna la tête vers la falaise, là où elle avait pique-niqué avec Cassie et Fiona la veille. Cassie l’intrépide, mains sur les hanches, chemise claquant dans le grand vent. Fiona la mutine, de moins en moins timide, de plus en plus curieuse, tentant de parler commun sans l’aide de son pendentif, riant de ses propres erreurs, couchée dans les fleurs, le sourire aux lèvres, un sourire magnifique.
    Chauntéa était la déesse de l’agriculture et de la terre, du cycle des saisons, de la fécondité, de la croissance. Elle n’avait vraiment rien à voir avec les vagues et le vent, encore moins avec le voyage. Mais peut-être comprendrait-elle… Oui. Elle comprendrait.
    Rassérénée, Garance se retourna vers Tim et lui décocha un large sourire au travers de ses larmes. Elle savait où aller.

Page 10 sur 10 PremièrePremière ... 8910

Discussions similaires

  1. Réponses: 4
    Dernier message: 11/10/2020, 12h53
  2. [Annales RP] Parallèles
    Par Galathée dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 199
    Dernier message: 08/01/2018, 21h20
  3. [Annales RP] Des fleuves invisibles...
    Par Galathée dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 5
    Dernier message: 22/01/2014, 10h09
  4. [FAQ] Les mondes parallèles
    Par Seina dans le forum Les mondes parallèles
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/08/2005, 18h33

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250