Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: Autobiographie de Dante Scamatori

  1. #1
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142

    Autobiographie de Dante Scamatori

    Histoire d'un PNJ tout à fait sympathique... ou pas...

    Bon je préviens tout de suite c'est assez cru, parfois grossier voir vulgaire...

    Vous voulez connaître mon histoire ? Eh bah vous en avez du temps à perdre bande de nazes… ça se voit que la vie est facile pour vous, au chaud, dans une petite pièce, le séant posé sur un siège moelleux, avec collations et friandises, pour accompagner votre lecture.

    Vous connaissez Harreia ? Non bien-sur que non… Un pauvre bled paumé sur le littoral de Helonna, le trou du cul du monde, qui n’apparait même pas sur les cartes ! Et vous savez quel sombre étron est sorti de ce trou à crottes ? Ma Pomme ! Messire Dante Scamatori pour vous servir et SURTOUT vous desservir : vétéran mage de guerre à à peine vingt-six piges, Voleur occasionnel, mage nécromant à ses heures et surtout crève la dalle et fouteur de merde traînant ses savates usées dans les bas quartiers de Lumenis la plus part du temps.

    C’est donc dans ce petit village côtier du doux nom d’Harreia, en 1358, que j’ai commencé ma vie, sorti des entrailles de ma vieille pute de mère, j’étais la conséquence malheureuse d’une étreinte charnelle avec un aventurier volage venu du vieux continent de Féérune, qui a plié bagage des sa conquête engrossée, à ce train là le gars il a du en semer des lardons*! Sans doutes dois-je avoir des pleines charrettes de demi frères et demi sœurs, un peu partout sur Toril… Une réunion de famille qui risque de promettre si elle arrive un jour. Bref à cause de ce sac à merde, qu’on appelle mon géniteur, je suis là, bien là et je compte bien y rester !

    Du village d’Harreia, je n’ai pas vraiment de souvenir, je dirai même plus, aucun souvenir, ma daronne ayant décider de plier bagage pour Lumenis, la grosse ville d’Helonna, « la cité de lumière » comme les paltoquets qui se croient instruits ou spirituels aiment la nommer. Alors c’est sur que quand on visite les beaux quartiers on a bien envie d’y croire… A la cité lumineuse, défendant de grandes idées, tolérance, liberté, ce genre de conneries… Cependant j’ai pas vécu dans les beaux quartiers moi… mais dans les taudis, dans une « petite pension de famille » ou un bordel miteux ça dépends comment on voit la chose… quand le loyer est payer avec le cul, je trouve que « bordel » ça convient beaucoup mieux.

    Voyez le décors : On logeait, ma daronne et ma pomme, dans une chambre miteuse, au premier étage d’un « insula », ces appartements pas chers faits pour les pauvres, à proximité des bains publics. Le « temple de l’hygiène » à deux pas, si c’est pas magnifique ! Cependant, pas de bol, j’y ai jamais foutu les pieds. Quand t’es un gros cradingue c’est bizarre mais le branquignole qui y travaille trouve toujours une bonne excuse pour repousser le moment ou tu va contaminer ce haut lieux de la propreté de tes miasmes et effluves. Après plusieurs essais je m’étais fait une raison.

    Notre proprio c’était un morceau, un gaillard, lourd et trapu mais dont le regard montrait qu’il était moins bête que son physique manœuvre bas de plafond ne laissait penser… Des voisins aussi pauvres et crèvent la dalle que nous, et ne croyiez pas que la misère commune rend partageur, le peu de bien que des miséreux possèdent, ils sont prêt à estourbir sans vergogne pour le garder faut les comprendre ils ont déjà pas grand-chose, alors le partager, ça les fait un peu chier.
    Dernière modification par Mortis ; 04/03/2018 à 17h08.
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  2. #2
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    En cette fin d’année 1358 , la ville connaissait une atmosphère tendue*: Sur le continent voisin, l’imperatrice Venuma venait de décider de fonder une cité dédiée à Talos, le grand clampin des tempêtes, la future Melandis. Déjà ça, ça la foutait mal, mais vla-ti-pas que ce bon vieux Ao fit son apparition pour mettre un divin coup de pied au cul à ce grand ramassis d’inutiles et de nuisibles que l’on nomme les dieux… Alors faut imaginer la gueule du cureton, qui du jours au lendemain ne peut plus utiliser ses sorts, à moins de pouvoir être suffisamment proche de l’avatar mortel de son divin patron, pour pouvoir lui faire un câlin. Et quand Heaum équarrissa sa grosse pouffe de sœur Mystra, le monde fut en ébullition… et ce n’était que le début, je vous passe la résurrection de Mystra, la mort de Baine, Myrkul, et Bhaal, et l’émergence de ce gros taré de Cyric, tout ça vous les trouverez dans les livres d’histoires, vu que visiblement vous savez lire.

    Autant dire que dans ce repère de fanatiques Lathandrites qu’est Lumenis, tout le monde était sur le pied de la guerre... enfin « tout le monde », tous ceux qui en avait effectivement quelque chose à foutre… les gouvernants et les religieux surtout, les riches aussi… Les crèves la faim avaient d’autres chats à fouetter que de s’occuper de politique ou de religion. Les tenants de l’un et de l’autre n’ayant jamais fait grand choses pour eux, si ce n’est par simple calcule et toujours moyennant finance… en gros la perte des soins des prêtres ça ne changeait rien pour nous, on était privé d’une chose que de toute façon on était bien souvent incapable de se payer. Certes moi pendant ce temps, je gazouillais dans mon berceau alors que ma putain de mère s’envoyait en l’air pour payer le prochain loyer et que le monde partait en burne, autant dire que je me rappelle pas de tout ça… mes premiers souvenirs remonte à l’age de 3 ou 4 piges je pense… après c’est juste fendard de savoir dans quel contexte on a été pondu, et le mien la vache il vaut le détour !

    En 1362 le commerce reprend officiellement avec Féérune, pour le plus grand bonheur des gens bouffis par l’argent, les dirigeants pour la plupart reconnaissent officiellement les cités comme de vrai puissance, enfin ça c’est ce que disent les livres d’histoire, dans les faits le commerce existait déjà, disons qu’a l’époque chacune des puissances sur le vieux continent voulait mettre Dorrandin et Helonna dans son territoire colonial, mais que du fait de l’éloignement, des confits plus proche et du manque de moyens, les colonies ont commencé à prendre leur indépendance.

    De mon coté je grandissait, devenant un gamin à la chevelure corbeau et au sourire goguenard, ce n’est, contrairement au gonze lambda, pas dans les jupes de « maman » que j’ai grandi, mais dans celles de Lumenis*; c’est dans les rues de cette foutue cité... Je pense que dès que j’ai su marcher, ma pute de mère m’envoya promener dehors, jouer avec les gamins des rues, pendant qu’elle accueillait sa licencieuse clientèle, histoire de pouvoir lui pomper le dard tranquillou. Manque de pot pour elle j’étais là !
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  3. #3
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    Les débuts d’une longue carrière d’enfant à problèmes et de fils indigne s’ouvrait à moi : Avec l’aide de deux ou trois potes du voisinage, citons notamment Sergei le petit blond courageux, une espèce de chef de notre petit bande de marmots fouteurs de boxons, Tintallë une demi elfe qui avait du mal à parler, Simon le grand roux à l’air ahuri. On barbotait des menues bricoles aux voisins, étalait du fumier, tout frais récolté dans la rue, sur leur palier et toquait à la porte, etc... Bref avec mes potes je faisais tout pour faire enrager la vieille pute, à force de fâcheux tambourinant de manière rageuse à l’huis de son lieu de travail.

    Pourquoi je faisais ça ? Quand on est môme on fait parfois des choses poussé par la simple envie, moi en l’occurrence c’était l’envie de faire chier mon monde, y compris et surtout ma vieille pute de mère… Je me pissait dessus de rire en la voyant à chaque fois s’engueuler avec tantôt un monsieur rachitique tantôt une grosse harengère, parfois notre proprio le gros tas… et surtout voir la tronche du client qui partait la queue entre les jambes, si j’ose dire… Bon certes à chaque fois, je me ramassait une soufflante mais à chaque fois je recommençais.

    Bon au cas ou vous seriez complètement cons, il faut que je vous dise un truc, avec ma mère, c’était pas le grand amour, Ah la joie des euphémismes... Pour elle j’étais le symbole de la trahison de mon sac à merde de géniteur, un mec qui a su comment utiliser ses couilles mais pas comment les porter... Amusante figure de style non ? Et moi de mon coté je lui rendais bien son fiel à la vieille morue. La bonne ambiance quoi ! On se faisait des tours vachards et des entourloupettes, la plupart du temps c’était équilibré, un point partout, on se renvoyait la balle comme au jeu de paume.

    Un jours, je l’enfermais dans un placard, en réponse elle testait ma apnée en me tenant la tête dans une bassine emplie d’eau, deux trois fois pour être sur, car elle n’avais pas clepsydre .
    Un autre je lui volais la clef de sa chambre et lui faisait ainsi perde une journée de travail, elle me laissait dormir la nuit dehors dans les bas quartier.
    Encor un autre, je lui volais avant qu’elle se réveille tous ces vêtements et ne lui rendait que le soir, le lendemain elle mettait dans la rue à poil.
    Un échange de bons procédés, du donnant donnant, Équilibré je vous dis, qui nous aurais valut bien des emmerdes si le guet foutait une fois de temps les pieds dans les taudis pour faire autre chose que tourisme urbain.

    Mais cet équilibre aussi précaire qu’un gouvernement à Melandis, connu sa fin avec le pire tour qu’elle me fit dans notre guéguerre mère-fils et celui là je suis pas prêt de le lui pardonner, elle m’avait trouver un « père »… La Salope !
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  4. #4
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    1365, le 25 Mirtul, putain ! Je m’en rappellerai toute ma vie de cette putain de date à la con… Sans doute aiguillé par les conseils d’un bande de fouilles-merde importunés par certaines de mes frasques, la vieille morue s’était mise dans l’idée de se trouver un mec suffisamment potable pour jouer la figure paternelle de substitution et pouvoir enfin me faire arrêter mes conneries. Autant dire que c’était pas gagner d’avance, un gonze ayant un petite situation, acceptant une prostituée qui portait son trottoir sous les yeux, et son gosse né d’un père inconnu, et surtout un putain de mec capable de stopper le trublion Dante Scamatori… ça bordel, ça ne courait pas les rues… Mais contre tout attente elle réussit à trouver…

    Viktor Oltwik, un gros type chauve, la lèvre pendante, un tarin qui lui donnais un air rapace, un regard intelligent mais fourbe, mais qui malgré sa tête de cul, était un mage travaillant à son compte, dans la vente de produits « magiques », enfin surtout prétendument magiques, son plus gros succès était le filtre d’Oltwik, un attrape-nigaud grossier destiné aux imbéciles malheureux en amour, amoureux largués comme des vieilles paires de pompes trouées, ou jouvenceaux voulant battre leur gourme avec l’être aimé sans se faire chier avec les préliminaires. Un philtre d’amour sérieux ? Il n’y a que les cons pour y croire...

    Ah le vieux connard, si l’étrangler ne m’aurait pas valu la corde, autant dire que l’affaire aurai vite été pliée… sa calanche, j’en ai rêvé ! Ce sac à purin en robe mage, non content de se taper ma mère en continuant à la mettre sur le trottoir, non content de faire ses entourloupes au chaland crédule, il avait décider de me former à son image, il voulait faire de moi son « successeur ». Comprenez bien que j’ai commencé par copieusement l’envoyer chier, mais que se manger des tripotées à grand renfort de contact glacial, ça vous change des fessées perpétrées par une femelle épuisée par les séances de bagatelles successives. Je sais pas ce qui faisait le plus mal, les coups qui laissait des bleus ou les engelures ? Difficile de répondre… et pas très envie honnêtement.

    Alors bon je vais peut-être passé pour un dégonflé, mais après quelques discussions de cru là, je me suis plié à l’argumentation « frappante » de vérité du vieux connard : Voilà que je jouais les apprentis magiciens, couvert un temps de bleu et l’œil cocardé, dans l’arrière boutique. Enfin vous vous dites de quoi il se plaint le Dante, l’étais l’héritier non ? Bonne place, avenir tout tracé, tout ça tout ça… Alors déjà moi j’aime pas qu’on me dise ce que je dois faire, l’avenir tout tracé je l’emmerde, je l’enfile devant tout le monde sans pudeur aucune ! C’est clair ? Et puis l’« héritier »… le « successeur digne et compétent »… c’était surtout un moyen pour messire Viktor Oltwik, mon pas si « beau père » que ça, d’avoir une bonniche corvéable à souhait, sans avoir l’obligation de la payer, et sans avoir a verser à la guilde le moindre frais pour l’engagement d’un apprenti.

    Bordel... J’étais encor puceau, que j’avais l’impression désagréable de mettre fait endauffer et profond avec ça. Nettoyer, balayer, astiquer dans ce foutu labo, j’en ai vu passer des fioles, avec des mixtures dégueulasses et puantes… et je ne parle pas de la tronches des clients là attention ! j’en est passé du temps à me faire gueuler dessus par le gros Viktor, ou me prendre une volée de tartes et de revers magiquement glacée quand j’allais pas assez vite ou que je faisais volontairement ou non une ânerie qui le mettait en rage.
    Le vieux sac à purin en dehors de de servir de moi comme sac de sable, m’appris les bases de la magie, manu militarii, il faut dire que je freinais des quatre pieds, j’avais pas envie de lui être agréable mais toujours sous le coup d’un argumentation « percutante » je me laissais convaincre… mais là dans un éclair de génie ou de connerie, je le fit pour mieux endormir sa méfiance…

    Je comptait bien, lui faire un tour pendable à ma façon, à ce vieux vendeur de babioles de mes deux… Ah ! Il cherchait la probité hein ?... La probité ! C’est à dire le fait d’être un connard aussi immoral qu’un mage thayen ou un usurier Amnien mais être suffisamment malin pour ne pas s’être fait chopper en flagrant délit. Bref ce genre de trucs qui permettent de grimper dans l’échelle social et taper la discute avec les bourges et les puissants, entre grandes crapules impunies en somme. Et bah moi je suis dit que j’allais lui foutre en l’air sa chienne de probité, je voulais lui entaché son enseigne de mage merdeux de manière INDELEBILE...

    Un coup je l’avais entendu parler de la nécromancie et des nécromanciens, en disant de manière exagérément soutenue que ceux ci étaient « la honte des praticiens des arcanes » je sus dès lors où consacrer mes études : je voulais devenir un nécromancien de notoriété publique et ainsi pouvoir lui ruiner ses beaux rêves d’ascension sociale… Un plan de gamin à la fois alambiqué et simpliste… bref une remarquable perte de temps ce n’était pas avec mes plans sur la comète que j’allais le faire chier le vieux, mais à l’époque j’en étais persuadé, pour le coup pendant plusieurs mois, je me suis juste instruit sur le fonctionnement des « magies de la vie et de la mort »… et me suis pris un peu moi de coup sur le coin de ma gueule que d’habitude et je n’allais pas m’en plaindre.

    Bon avant que vous ne sortiez vos mouchoirs de pleureuses hypocrites, « Ô par les dieux le pauvre gamin ! » sachez déjà que j’étais pas le moins bien traité des mômes des bas quartiers, et que je n’ai pas connu que des moments sombres à cette époque, mais c’était en dehors du sacro-saint cocon familiale et loin de de l’atelier du vieux connard...
    Dernière modification par Mortis ; 13/03/2018 à 12h20.
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  5. #5
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    En dehors de ces heurs de joies et d’allégresses, je retrouvais les potes du quartiers, notre petite bande s’était agrandie, elle comptait maintenant une dizaine de mioches, d’age plus ou moins avancé, mais nous restions, Meaen, Sergei, Simon et votre serviteur les plus âgés du groupe. Nous n’étions plus que de simple garnements qui échangions les paillassons des maisons du quartier, non ! On se faisait notre petit magot d’objets volés en tout genre, on jouais les tires laine, le père de Sergei un voleur patenté, ayant en quelque sorte pignons sur rue en la matière, nous avait montré comment faire avec un mannequin portant plein de clochettes… au bout de quelque mois on s’était constitué un joli pécule au bas mot une centaine de pièce d’or, qu’on cachait sous un gros pavé amovible de la rue.

    J’appris même à crocheter des serrures, et devenant plutôt doué à ce petit jeux, j’appris comment semer les culs-terreux à qui j’avais volé une pomme, à couper les bourses des bourgeois (pas ces bourses là, gros dégueulasses ! ), à faire les poches du passant, bref ce genre de choses qui sont communes aux enfants qui passent leur vie dans les rues des quartiers pauvres des villes. Mais surtout j’appris à casser des gueules à coup de poing ou à coup de tout ce qui pouvait me servir d’arme d’appoint... tout le monde ne le sais pas mais les bandes de gamins en ville sont souvent rivales, elles ont leurs territoires, leurs rivalités, leurs codes enfin bref une vrai petite société féodale, et savoir coller une tripotée aux imbéciles qui nous cherchent des noises c’était genre une « impérieuse nécessité», bref dans le langages des gens qui ne pètent pas plus haut que leur cul : On n’avait pas le choix !

    Et qu’on s’imagine pas que les bagarres de chiards, c’est de la petite baston façon emmanchées travelos d’Antelucas… Non non, à cet age ont a déjà du niveau : lattage de couilles, doigts dans les mirettes, pétage de chicots. La TOTAL. Quand j’y repense maintenant ça me fait presque rire*: Tous ces caves qui nous bassinent avec l’innocence de l’enfance et toutes ces conneries, à croire qu’ils n’ont jamais été gosses ou que le passage à l’age adulte leur niqué la mémoire. Les gosses c’est aussi vache que les adulte… Pire même ! Car quand on est chiard ont a pas toujours idée des conséquences de nos conneries, ou alors on en a pas grand-chose à foutre.

    Un beau jour, enfin beau… pas plus qu’un autre c’est une manière de causer c’est tout, un jour donc, une petite invasion d’une bande rivale, sur notre territoire, truc habituel. Avec toute la diplomatie dont nous étions capables, comme disait Simon « Comme dit mon père Sublitit… Sutipili… la Subtilité voilà c’est pour les tapettes d’elfe » avant de s’excuser auprès de Meaen, la demi elfe de la bande, pour qui il en pinçait… certes c’était pas le couteau le plus tranchant du tiroir mais bon c’était notre pote.

    Bref. On leur est « diplomatiquement renter dans la gueule ». Bon tout ce passait bien. On cassait des bouches, dans la joie et la bonne humeur, dans un esprit « bon enfant » si j’ose dire… Mais je sais pas trop ce qui m’a pris sur le coup… j’ai tenter d’étrangler l’un des autres gamins… J’ai pas trop su pourquoi, aucune raison en fait, une envie « aussi soudaine qu’inextinguible » dans le langage Balai-Cul… Je me suis arrêter quand je me suis rendu compte qu’il était devenu rouge puisqu’il commençait à devenir pourpre comme la calotte d’un prélat… Un peu en flippe devant ce que j’avais faillit faire.

    Dans ces cas la t’a deux possibilités, soit t’assume… soit t’assume pas… Moi... j’ai pas assumer, j’ai menti pour sauver mon gros cul*: j’ai raconter que le mec avait tenter de me saisir au cou et qu j’en avait fait de même… Mes pote m’ont cru, l’autre bande à eu la frousse de sa vie...
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  6. #6
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    Autant dire que j’ai tout fait pour que cet épisode n’arrive pas aux oreilles de la figure paternelle de substitution, sinon dire que « le gros connard n’allait pas apprécier » était un putain d’euphémisme… et je vais peut-être vous paraître une nouvelle fois lâche mais me prendre encor une fois des coups dans la gueule n’était pas une idée qui me réjouissait d'avance, désolé la souffrance des autres comme la mienne, surtout la mienne ne fait pas plaisir, rangez le marteau et les clous... C'est pas mon délire...

    Vous allez me dire froidement que j’aurai pu lui lâcher au gros Viktor que « c’était dans le feu de l’action », que « Je l’ai pas fait exprès » bref... ce genre de boniments que tu sors pour te sortir du gros tas de fumier puant dans laquelle tu t’es fourré jusqu’aux burnes. Mais moi, je savais que même avec la meilleurs excuse du monde j’allais m’en prendre plein la gueule je commençait à le connaitre l'autre : C’était une occasion parfaite pour ce gros tas de montrer qu’il avait le pouvoir et pas moi.

    Parlons philosophie ! Le pouvoir... Oui je sais, c'est inattendu, vous avez l'impression que je passe du coq à l’âne, et qu'avec ma gueule de porte bonheur ainsi mon phrasée fleuri de charretier à la bourre, vous vous dites que je suis aussi apte à parler de ça, qu’un pécore illettré à parler littérature... Mais bon moi je dirai que n’importe qui peut utiliser sa putain de cervelle peut essayer de réfléchir, ça fait pas mal… bref… pour en revenir à notre sujet : Le pouvoir, mais c’est quoi donc que le pouvoir Dante ? Plutôt que me lancer dans des définitions académiques longue à n’en plus finir et chiante à en crever d’ennui, je vais rester concret… En gros c'est pouvoir faire faire à quelqu'un ce qu'il n'aurai pas tendance à faire... Bien, maintenant, quel est le propre du pouvoir ? Le propre du pouvoir, c'est qu'une fois qu’un gusse l’a, il peut pas s’empêcher de vouloir le montrer, de l’utiliser, et le moyen le plus simple de le montrer c’est d’en abuser.

    C’est pour ça que j’aime pas les « puissants » ce sont juste des connards qui pensent que leur petite parcelle de pouvoir leurs donnent le droit de traiter le reste du monde comme la matière qui sort de leur trou de balle. Que ce soit les dieux, les rois, les élus, les riches, les mecs influents… tous sont des merdes envers lesquels je ne m’agenouillerais que parce que l’on m’y force (et faut y arriver putain !), ou parce que les nœuds de mes bottes sont défaits… Sinon je les emmerde tous, je les encule tous avec un manche de hallebarde !

    N’étant à l’époque qu’un gamin, méchant, teigneux et qui respectait rien, certes, mais juste un gamin… J’ai tout fait pour tous ferment leurs gueules au sujet de ma tentative de strangulation, bon les pote c’était facile, c’était les potes hein… Les mecs du gang d’en face j’ai juste eu leur foutre la trouille, ils ont du passer deux trois mauvaise nuit, mais les autres témoins eux… c’était déjà plus le bordel, je savais pas qui avait assisté à la bagarre, et les gens qui mènent une vie de merde, ont toujours envie de partager des saloperies de potins, d’autant que j’étais déjà une sorte de petite célébrité du à mes nombreuses conneries.
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

Discussions similaires

  1. [PNJ] Dante
    Par Vergil dans le forum Idées
    Réponses: 15
    Dernier message: 17/01/2006, 01h29

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256