Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

Discussion: Les Chroniques du Corbeau Rouge

  1. #1
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142

    Les Chroniques du Corbeau Rouge

    Voici les différents écrits de Mortis http://www.baldursgateworld.fr/lacou...tml#post395900, connu sous le pseudonyme du "Corbeau Rouge", poète et satiriste qui sema par certains de ses écrits, le Chaos dans la ville d'Athkatla.
    Je propose de les écrire et les poster ici.
    Le rythme de parution n'est pas fixe mais je compte en publier régulièrement, vous pouvez poster un avis ici : http://www.baldursgateworld.fr/lacou...eau-rouge.html c'est une discussion que j'ai créé pour conserver ici un certain confort de lecture.

    Tout d'abord un récit d'aventure en vers libre...

    - Les explorateurs du disque -

    - Première partie - Le Départ -

    Les plus grands enfants des batailles
    De la côte des épées étaient venus,
    A la cité aux grandes murailles
    Aussitôt le message obtenu...

    Voici les noms de nos héros sans peur,
    Hautaën, "La grande mage Elfe" autoproclamée,
    Groradin le Nain dit la "Hache intéressée",
    Le barde mielleux, Démagogh "le tricheur",

    Félona la roublarde, dite "attaque sournoise",
    Grobill le guerrier dit le "bien nommé"...
    Le Paladin Féal dit "l'épée courtoise",
    Le druide Grinpix, "les verts vont gagner"

    Les Ducs de Baldur les avaient mandés,
    Tous les sept ici pour une quête risquée :
    Traverser le grand royaume d'Umberlie
    Et chassez un puissant Wyrm de son lit

    Obtenir un ancien et puissant artefact
    Le ramener aux grands ducs de la Porte,
    Ils auraient la gloire si la chose était intacte
    Et bien d'autres récompenses de toutes sortes

    Ne sachant pas sur les vagues galoper,
    La pléiade ayant prit un destrier des mers
    Et un équipage de marins dans une douce mélopée,
    Partit à la recherche d'une probable chimère.
    Dernière modification par Mortis ; 27/06/2015 à 13h04.
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  2. #2
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    Voici la suite des explorateurs du disque

    - Deuxième partie - La Mer à Boire -

    C'est ainsi que le fier cheval des flots
    Parcourait la vaste plaine des eaux,
    Vers où le souffle des dieux le menait-il ?
    Était-ce un lagon ? un continent ? ou bien une île ?

    D'aucun à bord ne connaissait la réponse
    Les ducs, là-dessus, étaient resté très vagues...
    Maigres indices : les abscons écrits d'un nonce.
    Ce périple, le navire risquait de le faire en zigzag,

    En allant de terre en terre, et d'île en île,
    Tomber sur la bonne, se jouait à un pour mille !
    Le temps passait doucement sur le royaume d'Umberlie,
    Épargnés par la Reine des eaux, sa rage et sa folie.

    Mais la pléiade ne voyaient pas un danger approché
    Hautaën se félicitait de la beauté de ses sorts.
    Groradin était trop occupé à compter son or.
    Démagogh lui a Toujours une botte à lécher !

    Félona aiguisait poignards et couteaux...
    Grobill bien-sur se fichait du scenario !
    Féal sur le bien et la loi faisait le philosophe,
    Grinpix fut le premier à voir la catastrophe !

    L'onde qui était si calme, d'un coup se déchaina !
    La houle fut si forte qu'elle fit se perdre la Galéasse
    Lorsque cela prit fin, du constat tout le monde se peina
    Certes ils étaient saufs mais aussi perdus, hélas.
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  3. #3
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    Nouvel épisode des explorateur du disque

    - Troisième partie - Arnak le rouge -

    Alors que l'équipage se désespérait de la situation :
    Ils étaient perdus sur une mer ou un océan inconnu,
    Les étoiles ne leur donnaient aucune indication,
    A la suite d'une tempête des plus malvenue.

    Lorsque la vigie annonça enthousiaste "voile à l'horizon",
    Tous se dirent que les dieux avaient écouté leur oraison !
    Le navire qui approchait semblait être une frégate,
    Il se révéla par la suite qu'elle abritait des pirates.

    Le chef des flibustiers cria "je suis Arnak le rouge !"
    Il exigea de nos aventuriers de rengainer leurs armes
    Sinon lui et ses hommes les passeraient à la vouge,
    et qu'il ne verserai pour cela aucune larme...

    Mais ceux ci ne l'entendaient pas de cette oreille :
    Hautaën voulait régler leur sort avec les siens,
    Groradin protégerai coûte que coûte son oseille,
    Demagogh se lança dans un grand solo de musicien,

    Felona dit à Arnak quelle lui sortirai les tripes !
    Grobill sauta en mer et se mit à marcher sur l'eau...
    Féal protégeait les pauvres et innocents matelots,
    Grinpix lança enchevêtrement pour aider l'équipe.

    Entre la pléiade de héros et les pirates d'Arnak
    Le combat de deux camps opposés faisait rage...
    Finalement leur chef mourut après moult attaques,
    Et le combat pour les pirates tourna vite au carnage !
    Dernière modification par Mortis ; 01/07/2015 à 10h24.
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  4. #4
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    - Quatrième partie - Le bord du Monde -

    Après la bataille contre les pirates du navire hostile
    L'équipage victorieux en interrogea l'unique survivant...
    Dans quelle lointaine partie de Toril se trouvaient-ils,
    Maztica ou bien Kara-Tur, vers le couchant ou le levant ?

    Nos héros et les marins étaient tous restés incrédules :
    Il dit que c'était le bord Est du monde, là où s’arrête l'océan,
    Où il n'y a plus de terre, ni de mer, et où commence le néant
    L'un des marins dit "la vérité avant que je ne t’émascule !"

    Ils décidèrent d'aller vérifier eux même la véracité des dires
    Du pirate, quelle ne fut pas leur surprise, en voyant s'ouvrir
    Devant eux à perte de vue, une large étendue noir et vide.
    Tous les marins devant cet effrayant spectacle restèrent livides...

    Nos héros eux attendaient le changement de cap du navire :
    Hautaën souhait que les marins les emmènent enfin à bon port,
    Groradin prêt à partir, avait fini de piller les corps,
    Demagogh pensait à comment la situation pouvait lui servir,

    Felona se calmait les nerfs en torturant le prisonnier,
    Grobill se félicitait de sa nouvelle "épée vorpaline" plus dix,
    Féal encourageait et ramenait à son poste le pauvre timonier,
    Grinpix regardait pour un itinéraire quelques indices.

    Rapidement ils trouvèrent un carte sommaire des environs,
    L’équipage sorti les rames et le navire fit demi-tour,
    Le capitaine montrant une ile "c'est là que nous irons"
    Son exploration pour nos héros en vaudrait peut-être le détour...
    Dernière modification par Mortis ; 02/07/2015 à 18h39.
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  5. #5
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    Un petit post délire après plus d'une semaine sans rien

    - Cinquième partie - le syndrome de la page blanche -

    Arrivé a proximité du rivage, le navire jeta l'ancre
    Les aventuriers débarquèrent ensembles sur l'ile vierge
    Pour une histoire qui devait faire couler beaucoup d'encre,
    Sur une page que votre serviteur a failli laisser vierge...

    Une vaste plaine blanche s’étalait à perte de vu devant eux,
    Pas un arbre, pas une fleur, une colline, une montagne : rien !
    De voir un pareil spectacle ils n'en croyaient pas leurs yeux,
    Rien de comparable n'était cité dans les récits sur le Baldurien...

    Lui qui avait voyagé parait-il jusqu'aux confins du Monde,
    Il y avait un problème, tous s'en aperçurent en une seconde...
    Comment un endroit pareil pouvait-il exister sur Toril ?
    Soudain la pléiade compris l’origine de cette terre stérile :

    Ils se retournèrent tous contre votre humble serviteur...
    Hautaën déclara "Intolérable, je désire changer d'auteur !"
    Groradin, toujours intéressé, "Je propose qu'on le vende !"
    Démagogh acquiesçait simplement au son des réprimandes,

    Félona suggéra "Pfff... moi perso je préférais qu'on le pende"
    Grobill dit avec finesse "Putain MG qu'est-ce-que tu glande ?"
    Féal dit, "Oui, car ces aventures c'est un peu notre provende",
    Grinpix lui dit " Je comprend pourquoi ainsi on vous vilipende..."

    Votre serviteur s'adressa alors à nos sept furieux aventuriers :
    "Non mais dites dont les mecs vous poussez un peu là non ??
    Lâchez moi un peu les bottes, je vais m'y remettre c'est bon,
    Un manque d'inspiration, mais là je remet la plume dans l'encrier !
    Dernière modification par Mortis ; 12/07/2015 à 22h36.
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  6. #6
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    Allez un post "un peu" plus sérieux cette fois...

    - Sixieme partie - Oxymore ? -

    Sous les complaintes des aventuriers l'ile changea de forme :
    Une large plaine, une montagne couronnée d'une foret de pins...
    Sur la grande plaine se dressait une vaste structure ruiniforme,
    Où la pléiade apercevait un passage vers un dédale sans fin.

    Tous les sept décidèrent de partir découvrir les secrets du donjon,
    Préparant torches et armes, en vu de cette hasardeuse exploration !
    Chacun et chacune rêvant de ce que celle-ci leurs apporteraient,
    Savoir, richesse, gloire, puissance, dans leurs esprits miroitaient...

    Nos aventuriers s’enfonçaient dans les étroits couloirs du Labyrinthe,
    Tuants des monstres, fouillant des corps, désamorçant des pièges,
    Le groupe arriva dans une salle lorsqu'il suivait de larges empreintes
    Et firent face à un massif squelette qui se tenait sur un grand siège...

    Chacun d’entre eux, fit une réflexion face au présent spectacle
    Hautaën, "Il s'agit peut-être d'un mort-vivant, pardonnez l'oxymore"
    Groradin, "Dans ce genre d'endroit trouver de l'or serait un miracle"
    Démagogh plaisantin, "au moins on peut dire qu'il est occis le mort"

    Felona à Groradin "Oui tout a déjà du être pillé si près de l'entrée"
    Grobill dit au sujet du squelette "Moi tout seul je le défonce !!"
    Féal, "qu'il se lève, je lui ferait gouter de ma lame sacrée" !
    Grinpix enfin, "euh... par-contre si c'est une liche, moi je renonce..."

    Pendant que chacun était occupé à discuter devant le Mort ici Céans,
    Deux lueurs bleues vinrent combler, de ces orbites, le néant...
    Il commença à bouger, dans le bruits d'os qui s'entrechoquent,
    Puis se leva, dominant de sa hauteur, les aventuriers sous le choc !
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  7. #7
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    Pour changer un peu je vais faire un intermède "pièce théâtre" en attendant que l'inspiration et la motivation reviennent pour les explorateurs du disque.
    Bon j'ai seulement écrit le premier acte... donnez moi votre avis.

    Comédie en 3 actes, 3 scènes par acte :

    - Le Paladin cocu -

    (HRP TRES librement inspiré de George Dandin de Molière, et de la quête personnelle de Keldorn)


    Sombroisel : le Valet de messire Épée-courte
    Féline : la suivante de dame Épée-courte
    Messire Épée-courte : le Paladin du Coeur-Sans-Dieu
    Dame Épée-courte : l'épouse volage de sir Épée-courte
    Messire Lame-chantante : le barde amant
    Messire Bâton-rugueux : le mage amant
    Messire Fine-rapière : le bretteur amant

    - Acte I -

    scène 1 : Incipit (Sombroisel/Feline)

    Sombroisel : Hé quoi ? Douce Féline vous voilà bien soucieuse... votre maitresse aurai-t-elle encore fait des siennes ?
    Feline : Hélas mon bon Sombroisel ! Chaque fois qu'elle trompe messire votre maitre c'est moi qui doit cacher mystifier mentir, pour la couvrir... ah...je suis las !
    Sombroisel : Hé par Sharess c'est que la Dame de l'Epée-courte, est fort... visitée ces temps-ci, trois hommes en même temps, ditons en ville ! est-ce la une simple rumeur ?
    Feline : Ah ! je suis au regret de dire que cela est vrai, Messire Lame-chantante le barde, Messire Baton-rugueux le mage, et messire Fine-rapière l'aventurier... tout trois... visitent Madame de l'Épée-courte.
    Sombroisel : Mais qu'est ce qui plait tant à madame chez ces hommes et non chez Monsieur, lui Sire Épée-courte Illustre Paladin et Inquisiteur du non moins illustre Ordre du Coeur-Sans-Dieu !
    Feline : Hé bien Sombroisel, il s'agit de... la taille de son épée... Madame dit que son vertueux mari, porte assez bien son nom ! Et quelle ne se contente pas de... l'escrime de sire de l'Épée-courte...
    Sombroisel : Non ?
    Feline : Si !
    Sombroisel : Mais enfin...
    Feline : Je vous assure !
    Sombroisel : Inconcevable !
    Feline : Et pourtant !
    Sombroisel : Vous êtes sure ?
    Feline : Tout à fait! Messire votre maitre lui n'est au courant de rien, parait il ?
    Sombroisel : hé Les... personnes qui sont la situation de mon maitre sont souvent comme les mourants, ils sont les derniers à être mis au courant !
    Feline : Les cocus ?
    Sombroisel : Ma foi... oui !
    Feline : Il est à espérer que messire Epée-Courte ne l'apprenne jamais, sinon quelle histoire...

    scène 2 : Élément perturbateur (Sombreoisel/Feline/Sire Epée-courte)

    Sombroisel : Allons, allons ne t’inquiètes point douce Féline, messire n'est point assez intelligent pour comprendre de lui même cela, il est trop occupé à casser les pieds des gens avec des principe moraux ridicules...
    Messire Epée-courte : "Il pénètre dans la pièce et avance dans le dos de Sombroisel seul Féline le remarque" hum ! hum !
    Feline : Oh ça sent les ennuis...
    Sombroisel : Mais non te dis-je mon maitre est un gens foutre, un vieil hommes qui radote et dont tout le monde se moque dans son dos...
    Messire Epée-courte : "Il grimace toujours derrière Sombroisel" Hum ! Hum !
    Feline : Sombroisel !
    Sombroisel : Oui douce Féline, fait moi confiance mon maitre ne saura rien de sa condition de cocu ! "il se tourne et vois son maitre" bonjour maitre ! AH ! Je suis fait ! Je suis perdu !
    Messire Epée-courte : Quoi ? Comment ? Pendard ! Tu oses colporter pareille insanité sur ma mie ! et Parler ainsi de ton maitre ! Faquin que Torm te terrasse !
    Feline : Oh la la !
    Sombroisel : Je...
    Messire Epée-courte : Que nenni !
    Sombroisel : Mais...
    Messire Epée-courte : Point !
    Sombroisel : Messire !
    Messire Epée-courte : Il suffit !
    Sombroisel : Enfin !
    Messire Epée-courte : Assez vous dis-je !
    Feline : Messire je vous en pris ne vous en prenez pas à Sombroisel, ce n’était qu'une plaisanterie et au sujet de madame... tout est vrai !
    Sombroisel : Merci douce Féline...
    Messire Epée-courte : Mais... de...
    Feline : Avec trois hommes en ce moment messire...
    Messire Epée-courte : Comment ?
    Feline : faut-il que je vous le montre ici céans messire ?
    Messire Epée-courte : Impossible vous devez vous moquer ! je vais tirer les chose au clair et s'il s’avère que vous m'aviez menti, je... je ... je ne sais pas ce que je ferai mais le Coeur-Sans-Dieu en soit témoin, je jure que ma colère ne prendra pas fin !
    Feline : Bien messire . (à Sombroisel) j’espère que le choc ne sera pas trop dure, il risque de défaillir !

    scène 3 : 1er nœud (Sire Epée-courte/Sire Lame-chantante/Dame Epée-courte)

    Messire Epée-courte : AH ! Vous voilà ma chère, ma douce, ma mie... Mais qui est donc...
    Sire Lame-chantante : qui est donc cet homme très chère ?
    Dame Epée-courte : Ciel mon mari !
    Messire Epée-courte : C’était moi qui était censé posé cette question... je m’appelle sire de l'Epée-courte Paladin et Inquisiteur du Coeur-Sans-Dieu et l'epoux de madame !
    Sire Lame-chantante : Je me nomme Lame chantante, j'en suis fort aise.
    Messire Epée-courte : Mon nom est connu à travers tout Féérune et j'ai eu l'insigne honneurs de côtoyer le héro de Baldur, enfant de Bhaal.
    Sire Lame-chantante : A la bonne heure.
    Messire Epée-courte : Je n'ai pas trembler devant Irenicus ou les mages cagoulés, et j'ai combattu sans faillir !
    Sire Lame-chantante : Je n'en doute point.
    Dame Epée-courte : Que voulez vous monsieur mon mari ?
    Messire Epée-courte : J'ai ouïe dire des choses...
    Dame Epée-courte : Quelle genre de chose monsieur mon mari ?
    Messire Epée-courte : Qu'un certain nombre d'hommes se montrait très entreprenant à votre encontre. Peut-être est-ce l'un de ses hommes.
    Dame Epée-courte : Comment ? Êtes-vous saoul ?
    Messire Epée-courte : Point du tout ! Une personne de bonne fois m'en assuré !
    Sire Lame-chantante : Est-ce vous madame qui avez dit a votre mari pareil chose ?
    Dame Epée-Courte : Moi ? Essayer donc de me courtiser, de m’offrir mille présent, de me couvrir de caresses et de baisers. Vous n'avez qu'a venir, je vous promets que vous serai reçut comme il faut.
    Messire Epée-courte : Peut-être est-ce une erreur...
    Dame Epée-courte : Assurément allez monsieur mon mari.
    Dernière modification par Mortis ; 08/07/2016 à 22h12.
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  8. #8
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    Bon la suite des récits commencés plus haut viendront en leurs temps, quand j'aurai la motivation de m'y remettre... En attendant, voici une petite chanson composé par votre serviteur dans un moment d’égarement...

    Elle raconte l'histoire d'un personnage fictif le "Baron Ferrand" petit seigneur de Cormyr aussi connu sous le doux sobriquet du Baron de Fer, qui se souleva contre Azoun IV Roi de Cormyr.

    (Paroles très librement inspiré des vers acides qui furent composés sur le compte du Comte Ferrand de Flandre lors de sa défaite contre son ancien ami Philippe Auguste lors de la Bataille de Bouvine).

    Ferrand le Baron de Fer

    Voici une bien triste affaire,
    Ferrand dit le Baron de fer
    Alors qu'il s'amusait à faire
    Connaitre à ses gens l'enfer,

    Décida, contre son roi fier,
    Un jour de croiser le fer.
    Le baron défait fut déféré,
    Jugé puis rapidement enferré...

    Ferrand porté par deux auferants
    Qui tous deux était de poil ferrant
    Ainsi s'en allait lié de fer
    Baron Ferrand en son Enfer.

    Les auferants de fer ferrés
    Emportaient Ferrand enferré.
    Ainsi finit le Baron de fer,
    Sa vie derrière des barreaux de fer.

    Le Corbeau Rouge.
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  9. #9
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    Bon après plusieurs mois d'attente voici l'acte II du "Paladin cocu"

    - Acte II -

    scène 1 : Intermède (Sombroisel/Feline)

    Sombroisel : Ah mais c'est qu'ils ont Cyric au corps les bougres...
    Feline : Assurément, ils mentent bien !
    Sombroisel : Comment messire mon maitre va réagir à tout cela ?
    Feline : Je ne sais mon bon Sombroisel, toute fois nous avons fait germer le doute en lui.
    Sombroisel : Ah ! Que je regrette de l'avoir mis pareillement en peine...
    Feline : Des remords ?
    Sombroisel : Non, point douce Féline. Plutôt de la crainte, s'il ne peut obtenir réparation de l'affront...
    Feline : Eh bien ?
    Sombroisel : C'est sur les messagers de la mauvaise nouvelle qu'il abattra sa colère, c'est à dire nous...
    Feline : Etes vous sur de cela ?
    Sombroisel : Parfaitement ! Tel est la conduite d'un paladin du cœur sans dieu...
    Feline : Vous exagérez !
    Sombroisel : Que nenni, ce sont des fous fanatiques, pensant tellement être les incarnations de la vertu, qu'ils peuvent agir contre leur code moral en prétendant le servir...
    Feline : Inquiétant...
    Sombroisel : Et ce n'est pas tout... (bruits de pas) Chut... quelqu'un approche allons nous cacher !
    Feline : Cela semble venir de deux endroits... deux silhouettes entrent
    Sombroisel : Mais c'est messire mon maitre !
    Feline : Et ici Messire Bâton-rugueux !
    Sombroisel : Restons caché et observons la scène.


    scène 2 : 2e noeud (Sire Bâton-rugueux/Sire Epée-courte)

    Sire Epée-courte : Voyant Sire Bâton-rugueux se faufiler chez lui
    (a part) Diantre que vient donc faire ce drôle chez moi ?
    Sire Bâton-rugueux : (a part) Fichtre un garde me fixe.
    Sire Epée-courte : (a part) Il n'a pas l'air de me connaitre.
    Sire Bâton-rugueux : (a part) Il se doute de quelque chose
    Sire Epée-courte : Bonjour.
    Sire Bâton-rugueux : Messire le garde.
    Sire Epée-courte : euh vous n’êtes pas d'ici, je me trompe ?
    Sire Bâton-rugueux : Non je... visite.
    Sire Epée-courte : visiter ? Allons que venez vous faire ici ?
    Sire Bâton-rugueux : Chut
    Sire Epée-courte : Comment ?
    Sire Bâton-rugueux : Silence
    Sire Epée-courte : Puis-je ?
    Sire Bâton-rugueux : Paix
    Sire Epée-courte : pourquoi ?
    Sire Bâton-rugueux : Parce que
    Sire Epée-courte : Oui mais encor ?
    Sire Bâton-rugueux : Plus bas je ne veux point être écouté.
    Sire Epée-courte : n'ayez crainte.
    Sire Bâton-rugueux : Je viens parler à la maitresse du logis, une douce dame, peu farouche. Comprenez vous ?
    Sire Epée-courte : Oui il me... semble.
    Sire Bâton-rugueux : Je ne voulais pas être vu, et je vous prie de ne pas dire que vous m'ayez vu.
    Sire Epée-courte : Je vous assure...
    Sire Bâton-rugueux : Le mari est un sot jaloux, que l'on fasse la cour à sa femme, et se mettrait en grande colère si cela lui venait aux oreilles. Vous comprenez ?
    Sire Epée-courte : Assurément...
    Sire Bâton-rugueux : je dois la retrouver ici sous peu
    Sire Epée-courte : Puis je vous tenir compagnie ?
    Sire Bâton-rugueux : Le maitre des lieux ne va-t-il pas rentre sous peu ?
    Sire Epée-courte : Ne vous en faite pas pour cela ! (a part) Pendarde ! Chienne ! Je vous tordrai le cou !
    Sire Bâton-rugueux : Ma foi pourquoi pas messire !


    scène 3 : 2e nœud (Sire Epée-courte/Sire Bâton-rugueux/Dame Epée-courte)

    Messire Epée-courte : AH ! Vous voilà ! (a part) Nous allons bien voir ce qu'il en est.
    Dame Epée-courte : Monsieur mon mari ! (a part) Que font-ils tous les deux ici ?
    Sire Bâton-rugueux : (a part) Son mari ? Fichtre...
    Messire Epée-courte : Ce monsieur semble avoir affaire avec vous il me semble.
    Dame Epée-courte : Oh et de quoi donc ?
    Sire Bâton-rugueux : (a part) Et j'ai lui ai tout avoué, mais quel sot je fais !
    Messire Epée-courte : Ah mais vous devez le savoir. Il dit être venu pour voir la maitresse de maison.
    Dame Epée-courte : Oh vraiment ? (a part) Ce sot a du vendre la mèche
    Sire Bâton-rugueux : (a part) Il faut rattraper le coup.
    (a haute voix) Il doit y avoir une erreur, ce n'est la femme que j’étais venue voir.
    Messire Epée-courte : Pardon ?
    Dame Epée-courte : Ah ! Et de qui s'agit-il ?
    Sire Bâton-rugueux : Une exquise jeune femme que j'ai rencontré au temple de Lathandre, il y a quelque temps.
    Messire Epée-courte : Mais... (a part) Me serai je tromper ?
    Dame Epée-courte : (a part) C'est vrai que l'on s'est rencontrée là bas.
    Sire Bâton-rugueux : Des l'instant ou je l'ai vu mon cœur n'a cessé de battre.
    Messire Epée-courte : Et pourquoi pensez vous quelle loge ici alors ?
    Sire Bâton-rugueux : Elle m'a donné cette adresse, en me disant que c’était la sienne. A mon avis il s'agit d'une simple erreur.
    Dame Epée-courte : Ou alors celle ci ne vous a pas donné volontairement la bonne adresse...
    Messire Epée-courte : (a part) Que faire ? Que croire
    Sire Bâton-rugueux : Je m'en vais essayer de retrouver la dame, et je vous prie de m'excuser du dérangement messire.
    Dame Epée-courte : (a part) Nous retrouverons plus tard.
    (a haute voix) Je dois y aller, Monsieur mon mari.
    Messire Epée-courte : Etrange ! Etrange que tout ceci... Toute cette histoire ne m'a pas convaincu.
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

  10. #10
    Date d'inscription
    June 2015
    Localisation
    Trop loin pour que tu puisses m'attraper... mouhahaha !
    Messages 
    1 142
    Bon après presque un an d'attente voici enfin l'acte III et dernier acte tant attendu (ou pas) du "Paladin cocu".

    - Acte III -

    scène 1 : Intermède (Sombroisel/Féline/Sire Epée-courte)

    Sombroisel : (chuchote) Ah ça mais douce Féline, quel supplice pour mon maitre. Ils n'ont donc aucune honte ?
    Feline : (chuchote) Ce sont des dames et des seigneurs, la honte les touche pas, l’orgueil les aveugle trop pour cela.
    Sire Epée-courte : J'ai été trop stupide ! Trop naïf !
    Sombroisel : (chuchote) Dire que ça parle de l'honneur de la noblesse, ou de la morale bourgeoise.
    Feline : (chuchote) De la poudre aux yeux Sombroisel ! De la poudre aux yeux !
    Sire Epée-courte : Mariage ? Fidélité ? Pfff... Vile Mascarade plutôt !
    Sombroisel : (chuchote) Je ne sais pas ce que va faire mon maitre à ce moment là, peut va-t-il essayer de les confondre.
    Sire Epée-courte : (crie) je les confondrais, et je mettrai au jours cette infamie. Je vais observer les espionner. et une fois sure...
    Feline : (chuchote) Gagné Sombroisel.
    Sombroisel : (chuchote) Tout ceci va mal finir Féline.
    Sire Epée-courte : (crie) Et là pris sur le fait, il ne pourrons rien faire ni dire !
    Sombroisel : (chuchote) Si ! Niez par exemple.
    Feline : (chuchote) Sans aucune hésitation.
    Sire Epée-courte : Soyons patient et observons...

    scène 2 : 3e noeud (Sire Epée-courte/Sire Fine-Rapière/Dame Epée-courte)

    Sire Epée-courte : "Il patiente derrière un élément de décor pendant que les deux autres arrivent" (a part) Les voilà !
    Sire Fine-Rapière : Accepter madame que je dépose mon cœur qui est désormais votre à vos pieds mignons.
    Sire Epée-courte : (a part) gueux ! belître !
    Dame Epée-courte : J'aurai plutôt attendu que vous preniez le mien, par quelques jeux... d'épées Sire Fine-Rapiere.
    Sire Epée-courte : (a part) Carogne ! Pendarde ! "ne tenant plus, il sort de sa cachette et interpelle les deux amants" (Cria) Ah ! Je vous y prend !
    Sire Fine-Rapière : (a part) Ciel son mari ! (a haute voix) Messire Epée-courte je présume...
    Dame Epée-courte : (a part) Ciel mon mari ! (a haute voix) vous présumez bien cher ami. Alors que voulez vous mon mari ?
    Sire Epée-courte : Ne faites pas l’innocente ! Ai-je donc à ce point l'air d'un sot.
    Dame Epée-courte : Dois je vraiment répondre à cette question ? Et de quoi nous accusez-vous ?
    Sire Epée-courte : Ce drôle là, de vous déclarer sa flamme, et vous ma mie d'en attiser le feu.
    Sire Fine-Rapière : Déclarer ma flamme ? Je venais simplement lui présenter mes respects.
    Dame Epée-courte : Espionner votre épouse, et lancer pareille accusation... Pensez-vous votre conduite digne d'un paladin ?
    Sire Epée-courte : Mais... j'avais cru comprendre que...
    Sire Fine-Rapière : Je ne partirai pas d'ici sans excuses.
    Sire Epée-courte : Des excuses ?
    Dame Epée-courte : vous êtes si bon de pardonner la maladresse de mon mari messire.
    Sire Fine-Rapière : Ce n'est que pour conserver votre amitié
    Sire Epée-courte : A ce paltoquet ? Jamais !
    Dame Epée-courte : Non messire mon mari, je suis femme qui pense à votre honneur puisque vous n'y pensez pas vous même. Vous vous excuserai !
    Sire Fine-Rapière : J'attends !
    Dame Epée-courte : Messire je vous prie d'accepter...
    Sire Epée-courte : (a part) Diantre (A haute voix) Messire je vous prie d'accepter...
    Dame Epée-courte : mes excuses pour vous avoir injustement accusé...
    Sire Epée-courte : (a part) J'enrage (A haute voix) mes excuses pour vous avoir... injustement accusé...
    Dame Epée-courte : et d'avoir par la même calomnié mon honnête épouse.
    Sire Epée-courte : (a part) Si je pouvais... (A haute voix) et d'avoir par la même calomnié mon honnête épouse.
    Dame Epée courte : (a part) Quelle victoire ! (A haute voix) Messire Fine rapière est-vous satisfait.
    Sire Fine-Rapiere : (a part) Sauvés ! (a haute voix) J'ai le cœur trop tendre pour vous déplaire, mais si jamais votre mari insinue encor pareil chose à votre endroit ou le mien, je n'en répond plus !
    Dame Epée-courte : Voilà qui est fait messire mon mari, soyez heureux d'avoir une femme si compréhensive que moi.

    scène 3 : Excipit (Messire Epée-courte/Sombroisel/Féline)

    Sombroisel : (sortant avec Féline de leur cachette) Mon pauvre maitre !
    Feline : Je compatis sincèrement.
    Messire Epée-courte : Ha Sombroisel, Féline, je ne sais que dire je sais que ma mie se joue de moi, mais toutes mes tentatives se sont révélé infructueuses.
    Sombroisel : C'est qu'elle manie bien les mots
    Feline : Et quelle connait les vôtres. (NB : ses "maux")
    Messire Epée-courte : Ma dernière tentative plus qu'infructueuse, s'est même révélée honteuse et ridicule...
    Sombroisel : Tenter une autre approche
    Feline : Ou vous faire une raison...
    Messire Epée-courte : Ah... j'y renonce à présent, je ne vois plus de solution; Lorsque l'on est paladin du Cœur sans dieu, et que l'on a épouser un si vile femme, le meilleur parti que l'on puisse prendre c'est de saisir sa fidèle épée et partir mourir au combat. Adieu ! A jamais !
    Sombroisel : Peut être arriverais-je à lui faire avoir de meilleurs sentiments.
    Feline : Je ne suis pas sur que cela marche Sombroisel. Ton maitre est un Naïf qui s'est heurter à la réalité des choses, comme je l'ai dit honneur loyauté, au sein de la noblesse ces préceptes ne sont que du vent, et les sots et les fanatiques pensent autrement...

    Bon voilà c'est ici que se termine cette petite pièce, rendons hommage à Jean-Batiste Poquelin, dit Molière pour son génie créatif et pour avoir donné à la comédie des lettres de noblesses (J'aime la tragédie mais bon quand même ). C'est de l'une de ses œuvres dont je me suis librement inspirer pour écrire celle-ci et l'attribuer à Mortis le barde dit le "Corbeau rouge".
    Suivez les Chroniques du Corbeau rouge.
    Voici l'histoire de Mortis le Corbeau rouge
    Et surtout : MANGEZ DES POMMES !

Discussions similaires

  1. Votre avis sur les Chroniques du Corbeau Rouge ?
    Par Mortis dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 6
    Dernier message: 30/06/2015, 20h20
  2. [DRA] Moulin rouge
    Par Armand dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 5
    Dernier message: 06/04/2009, 12h09
  3. Monastère du Corbeau Noir : Les épreuves des huit chambres
    Par KaliduS dans le forum Le Monastère du Corbeau Noir (Icewind Dale 2)
    Réponses: 17
    Dernier message: 17/05/2007, 06h42
  4. [FAN] Le corbeau
    Par Death dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 7
    Dernier message: 12/11/2004, 16h07
  5. Monastère du Corbeau Noir
    Par Daniel dans le forum Le Monastère du Corbeau Noir (Icewind Dale 2)
    Réponses: 29
    Dernier message: 18/09/2003, 15h42

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256