Un grand merci à Manfred pour sa contribution à ces éléments de contexte.

La cité naine de Lameroy tire une partie de sa richesse de sa liaison avec la cité svirfnebline d’Ornegemme. Toutefois, le commerce et les échanges entre nains et svirneblins s’effectuent principalement à l’avant-poste de Belroc situé à environ une journée de marche des deux villes.

Pour faire face aux nombreux dangers de l’Ombreterre même si proche de la surface, les deux sections de la route commerciale sont régulièrement patrouillées.

La section Ornegemme – Belroc

Elle est exclusivement surveillée par des patrouilles entièrement svirfneblines organisées en groupes de 5 à 6 patrouilleurs majoritairement roublards mais parfois guerriers ou illusionnistes. Leur mission est de ne jamais se faire repérer mais d’intervenir si un danger peut être éliminé sinon de signaler sa présence. Tous les patrouilleurs sont expérimentés (niveau 4 à 8) et même les jeunes patrouilleurs ont suivi une longue formation avant de gagner ce poste de prestige. Rares sont les femmes svirfnebline à choisir cette carrière périlleuse mais celles qui ont fait ce choix ont largement prouvé leurs capacités tant physiques que mentales.

L’équipement des patrouilleurs est discret – des vêtements gris et une armure légère pour les guerriers – car le but n’est pas de faire face à toute menace mais bien de remporter la bataille de l’information. Chaque patrouilleur est en outre armé d’une dague et d’une arbalète pour les éliminations discrètes.

Jusqu’à récemment, le chef et coordinateur des patrouilles de la route commerciale était le héros de guerre Alchem Murmure mais il a récemment quitté son poste pour s’aventurer à la surface. Son remplaçant par intérim se tient prêt à lui rétrocéder cette fonction s’il en fait un jour la demande.

La section Belroc - Lameroy


Les svirfneblins contribuent à la protection de cette section en menant des missions de reconnaissance voire parfois quelques escortes de convois mais le gros des défenses est assuré par l’infanterie naine. Sur cette section, la complémentarité et le partage d’information entre les deux races constituent un exemple remarquable.

Contrairement à leurs homologues des profondeurs, les patrouilleurs nains misent plus sur la dissuasion que sur la discrétion pour défendre leur partie de la route commerciale. Les patrouilles sont ainsi généralement constituées de dix éléments lourdement armés – cotte de maille et bouclier dont au moins quatre pavois. Les patrouilleurs utilisent des marteaux de guerre, haches naines et arbalètes lourdes. En outre, la plupart des patrouilles comptent un soigneur attitré, souvent un prêtre de guerre. Enfin, une dizaine de golems de guerre sont assignées à la protection du secteur afin de défendre les convois les plus importants et les avant-postes d’étape situés chacun à intervalles réguliers de quatre heures de marche jusqu’à la moitié du trajet menant à Belroc conformément à la charte de protection mutuelle signée il y a vingt ans entre le Grand Conseil nain et les autorités d’Ornegemme.