Page 1 sur 7 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 200

Discussion: [Annales RP] Parallèles

  1. #1
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308

    [Annales RP] Parallèles

    Ce récit se déroule dans une version parallèle de Luménis, sans lien avec le RP officiel de la CC. Pas de traces de PJs, donc pas d’inquiétudes Les références à des RPs sont évidemment possibles, mais transformées pour les besoins de l’intrigue


    Maison Close, le soir du 13ème jour de Tarsakh
    Assis sur l’appui de fenêtre, Martin contemplait la pluie qui noyait Luménis. Il trouvait le spectacle particulièrement apaisant en ce début de soirée. Bien sûr, cela signifiait que les affaires seraient moins bonnes qu’à l’accoutumée, mais il avait du vague à l’âme et il n’était pas particulièrement pressé de voir arriver son premier client. Il en viendrait, bien sûr, dont le désir était plus fort que l’averse. Au moins deux habitués, sans doute un intermittent, peut-être un nouveau. Il passa une main distraite sur son ventre plat puis déroula les muscles de ses épaules. Il n’avait jamais été en aussi bonne santé, aussi bien nourri, bien vêtu. Enfin. D’ordinaire, car il était évidemment nu sous sa robe de chambre.
    « Mart ! Hilda veut te voir ! » glapit une voix derrière lui.
    Il se retourna pour faire signe à Lily avant d’abandonner son observatoire et de gagner la cage d’escaliers. Il était le seul homme dans cet univers de femmes, mais cela lui convenait bien. Il savait qu’il existait au moins deux maisons spécialisées dans les étreintes masculines, mais elles avaient des réputations sulfureuses et il n’avait aucune envie d’être jeté dans des environnements malsains et violents. Plusieurs personnes, clients et collègues, lui avaient dit qu’il y gagnerait pourtant mieux sa vie, mais cela n’avait jamais été sa motivation première. Contrairement à la plupart d’entre eux, il n’avait nul désir de devenir riche et de prendre sa retraite.
    Que feras-tu quand tu seras vieux et laid, dis-moi ? se demanda-t-il néanmoins en gagnant le boudoir de sa patronne.
    Il écarta le rideau écarlate et aperçut Hilda, assise dans son divan, la mine pincée. Un homme se tenait devant elle, debout, et Martin le reconnut immédiatement. Ce n’était pas un client. L’elfe se retourna et le regarda, l’expression mécontente.

    « Va rassembler tes affaires, je t’embarque, annonça-t-il.
    — Non. Je ne suis pas… un esclave que l’on balade, tu ne peux pas faire ça, protesta Martin.
    — Si. Tu es un prisonnier mélandien en cavale. Veux-tu que j’appelle la garde pour qu’elle vienne t’épingler ? »
    Le courtisan se sentit rougir de colère, mais il savait que Kerun ne plaisantait pas. Kerun plaisantait rarement. La garde était probablement déjà embusquée dans la rue, prête à venir l’arrêter s’il refusait de le suivre de son plein gré.
    « Je ne veux pas retourner à cette ferme.
    — Et tu n’y retourneras pas. »
    Martin frémit. Etait-il possible qu’il vole immédiatement en cellule ?
    « Va chercher tes affaires. N’essaie pas de filer. »
    L’elfe se tourna une personne que le jeune homme n’avait pas aperçue jusque là et qui se révéla être un halfelin anonyme.
    « Accompagne-le. Je vous attends dehors.
    — Kerun, je ne fais de mal à personne, protesta subitement Martin.
    — Il fait même beaucoup de bien, renchérit Hilda.
    — Ce n’est pas la question, rétorqua Kerun. Vous abritez un fugitif. Fin de la discussion. »
    Le regard que l’agent secret lança alors au courtisan suffit à renvoyer celui-ci dans le couloir. Il y avait manifestement autre chose là-dessous, quelque chose dont Kerun ne s’ouvrirait pas devant témoins. Et Martin savait qu’il n’avait aucun moyen de lui résister. En réalité, ce n’était pas tout à fait vrai : il avait toujours su fuir, se faufiler, prendre la tangente, retirer ses billes avant la catastrophe. Et il avait tué un homme de sang froid, après l’amour. C’était une marque indélébile qu’il portait sur le corps, qu’il imaginait parfois phosphorescente, comme un signal dans la nuit pour mettre en garde l’inconscient.
    Rassembler ses maigres possessions ne prit que quelques secondes, il les fourra dans un sac, suivit le halfelin dans les escaliers, jeta un regard, un sourire, aux prostituées qui le regardaient sortir, stupéfaites. Un fiacre attendait dans la rue, obscur et anonyme, et le courtisan y monta. Le halfelin referma la porte derrière lui et, dans la pénombre, il reconnut Kerun.

    « Je ne faisais de mal à personne, répéta Martin.
    — Sauf à toi-même, encore et encore, répondit sèchement l’elfe. Mais dans le fond, tu as raison, ce n'est pas mon problème.»
    Il donna un coup sec sur le toit du véhicule et celui-ci s’ébranla, au grand trot dans les rues luméniennes.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  2. #2
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Commanderie, Nuit du 13ème au 14ème jour de Tarsakh
    Othon se redressa d’un bond sur sa couche, encore envahi par les brumes de son cauchemar. Quatrième jour, quatrième songe, toujours la même chose : la nuit et le sang, et le sang et la nuit, résurgences d’un lointain passé, quand il était écuyer, adolescent, la plage hélonnienne et les vaisseaux fantômes des Mélandiens qui glissaient dans la brume, raclaient le sable, surgissaient sur la grève, hache au poing. Les drapeaux de la Phalange, le cri des chevaliers… Sang et sang encore, viscères, ossements, toujours la même rengaine, pourquoi maintenant ? Ce n’était même pas l’anniversaire de quoi que ce soit.
    Il frissonna, quitta son lit, alla se rafraîchir le visage au broc d’eau qui trônait sur la table d’appoint. Sale, encore, Jeanne avait oublié de la changer. Ou plutôt, elle n’avait pas osé. Othon savait que la gamine était mortifiée à l’idée de pénétrer dans ses appartements et la contrainte n’arrangeait rien. Certaines errances tachaient la réputation à tout jamais, il ne pouvait pas plus la blâmer que s’en défaire.
    Il faisait nuit, bien sûr. Il marcha jusqu’à la porte, l’ouvrit, sortit pieds nus dans le couloir de pierre, glaciale sous son pas. En cheminant, il percevait les ronflements de l’un ou l’autre, Gunther dans la chambre d’angle, Rudolf un peu plus loin, qu’on avait dû isoler très tôt pour permettre aux autres de dormir.
    Puis il vit une silhouette qui venait à sa rencontre et s’immobilisa une seconde. L’autre l’avait vu également. Il était grand mais pas autant qu’Othon, athlétique, les épaules sombres, carrées, se découpant sur le gris moins obscur du couloir. Un paladin en somme. Mais il était en armure, en plein cœur de la nuit.

    « Urbain, souffla Othon.
    — Bonsoir. Il est rare de croiser quelqu’un à cette heure tardive. »
    La voix d’Urbain était parfaitement réveillée. Les deux hommes arrivèrent l’un en face de l’autre et se serrèrent la main. Urbain avait les cheveux noirs, le visage avenant, les yeux très bleus. Autrefois, il avait été un de ces jeunes chevaliers courtois, courtisés, populaires. Et puis il avait connu l’ombre. Comme Othon, il était originaire de Lunaros, mais plus jeune de presque dix ans. Ils s’étaient bien connus, autrefois. Aujourd’hui, plus personne ne connaissait vraiment Urbain, et c’était mieux, et c’était nécessaire.
    « Un peu d’insomnie, dit Othon avec un pauvre sourire, que son interlocuteur devina probablement dans la pénombre.
    — Plusieurs preux en souffrent en ce moment. Des cauchemars. Enguerrand a un mauvais sommeil, je l’ai entendu gémir en passant devant sa chambre.
    — C’est visible en lice, il est fatigué.
    — Jacob dort mal, aussi. Tu le trouveras au mess. »
    Urbain sentait la sueur, il venait manifestement de rentrer. Othon hésita une seconde.
    « Tu fais des cauchemars, toi aussi ? »
    Un instant, son interlocuteur demeura silencieux, et Othon prit conscience de la maladresse de ses paroles. Il se sentit jaugé, ouvrit la bouche pour tempérer sa question, mais Urbain le prit de vitesse.
    « Je fais toujours des cauchemars, Othon. Je m’inquiéterai le jour où je cesserai d’en faire. »
    Puis, sur un salut murmuré, il repartit dans le couloir, sans doute vers son antre où il disparaîtrait jusqu’à sa prochaine mission. Othon écouta son pas décroître sur la pierre, puis se remit en marche vers le mess et Jacob. Il sentait son cœur battre contre sa cage thoracique et prit plusieurs inspirations, longuement. Il tourna devant le dortoir des novices, écouta un moment le murmure de leurs respirations régulières, puis déboucha dans le corridor qui menait au mess. Urbain n’avait pas menti, une lumière ténue s’en déversait, signe qu’il était occupé. Il trouva Jacob assis, la tête dans les mains, les coudes à table, une unique bougie l’illuminant. L’âtre était pratiquement mort et il régnait un froid piquant dans la pièce. Le jeune paladin, vingt-cinq ans depuis peu, paraissait endormi ou en tout cas absorbé par ses pensées. Il ne sursauta que lorsqu’Othon se glissa sur le banc. Son regard clair, hanté, se leva une seconde, et s’apaisa en reconnaissant le second du commandant.
    « Othon, désolé, je… ne parvenais pas à me rendormir. »
    Le colosse posa une main sur l’épaule de son cadet et la serra une seconde.
    « Mauvais rêves ?
    — Atroces. Depuis quatre jours, maintenant. Je n’ai même pas vécu ces événements, et pourtant ils s’imposent à moi comme si j’en avais été le témoin direct… Tellement vivaces, tellement vivants…
    — Les guerres mélando-luméniennes ? »
    Jacob parut surpris.
    « Non. Non, la dictature de Nwalk. Le sac de la commanderie. Je sais qu’on me l’a raconté… mais… j’ai l’impression que si je décrivais certains des meurtres à Geoffroy ou Kyle… Il me confirmerait que les choses se sont passées exactement comme ça. Dans tous les détails. »
    Othon resta silencieux.
    « Je fais des cauchemars, moi aussi. Depuis quatre jours. »
    Jacob essaya de sourire, mais le cœur n’y était pas.
    « Mauvaise digestion ?
    — J’aimerais le penser. Attends ici. »
    Jacob frissonna, Othon lui sourit et sortit. Il remonta rapidement le couloir, s’arrêta devant une porte. Comme Urbain l’avait dit, il entendit les gémissements d’Enguerrand, quelques mots bafouillés, un semblant de supplique. Il hésita à la manière de faire irruption dans la pièce, désireux de ne pas effrayer quelqu’un qui l’était manifestement déjà. Il frappa doucement, puis un peu plus fort, avant d’ouvrir la porte. Il faisait un noir profond dans la pièce et il regretta de ne pas avoir emporté la bougie de Jacob. Celui-ci ne l’aurait sans doute pas supporté. Il alla vers la fenêtre, l’ouvrit, déboucla doucement les volets pour laisser entrer la lumière de la lune. Enguerrand était recroquevillé dans un coin de son lit, son drap froissé gisait au sol, et il tremblait. Cette vision paralysa un instant son aîné, puis Othon se reprit, s’assit au bord du lit et posa une paume ferme sur le dos de son collègue. La réaction fut immédiate : Enguerrand se redressa d’un bond en poussant un cri de surprise. Les yeux écarquillés, il s’accrocha des deux mains au bras qui l’avait agressé, et demeura haletant, bien réveillé, cramponné à l’intrus.
    « Enguerrand, calme-toi. » dit Othon d’une voix tranquille.
    Le paladin ne répondit rien, le souffle haché, et ne lâcha pas son interlocuteur. Puis il s’apaisa peu à peu, comme l’aura puissante du colosse faisait son œuvre.

    « Je suis désolé, souffla-t-il.
    — Viens. » dit Othon en se redressant.
    Il prit la couverture que les mouvements du dormeur avaient repoussée au bout du lit et la lui tendit. Enguerrand la drapa sur ses épaules et se leva, vacillant.

    « Je ne sais pas ce qui se passe… »
    Othon ne répondit rien et le guida vers le mess, surveillant son pas incertain. Jacob n’en avait pas bougé, et les accueillit d’un pauvre sourire. Une fois Enguerrand assis, Othon alla dans la cuisine voisine et revint avec une bouteille d’alcool de poire et trois coupes. Il les servit raisonnablement. Enguerrand descendit son verre d’une seule lampée puis toussa, ce qui élargit le sourire de Jacob. Othon les observait, chagriné. Il n’aimait pas voir cette jeune génération perturbée. Enguerrand était originaire d’Antelucas où il avait été chevalier plusieurs années avant d’être adoubé paladin. A bientôt trente-cinq ans, c’était un preux parfait, valeureux, compétent, profondément bienveillant. Il avait la blondeur des légendes et le sourire à l’avenant, mais la vanité ne l’avait jamais affligé. Jacob était plus jeune et moins resplendissant, mais non moins brave. C’était un Eredhin de souche, qui avait été novice au Temple pendant deux ans avant d’opter pour une carrière plus musclée.
    « Ce cauchemar ? » demanda finalement Othon, en prenant une première gorgée d’alcool.
    Enguerrand soupira puis une grimace déforma son visage.

    « Je ne sais pas bien. Il est comme… kaléidoscopique.
    — Kalé-quoi ? fit Jacob, interdit.
    — Ce sont des images fragmentées, de plusieurs épisodes mélangés… »
    Il secoua la tête.
    « Beaucoup de sang, beaucoup de morts… Souvent moi, en vérité.
    — Tu es tué ?
    — Non. Les corps que j’habite. Un incendie. De la neige. Des cris partout. Ah, je suis fatigué. »
    Il passa les paumes sur son visage.
    « Depuis quatre jours ?
    — Oui, quatre jours. »
    Enguerrand dévisagea Othon avec circonspection.
    « Quelqu’un nous envoie ces cauchemars, dit le paladin. Immanquablement. Demain j’en parlerai à Sire Armand. Nous devons savoir si cela touche tout le monde, d’abord, et ensuite demander l’intervention du Temple. Ils pourront nous protéger de ces intrusions nauséabondes. Ensuite, il faudra coincer le coupable.
    — Tu penses qu’un mage malveillant nous bombarde d’horreurs ?
    — Qu’est-ce que ça pourrait être d’autre ?
    — Je ne sais pas. Un présage. »
    Le silence suivit cette déclaration. Un présage. Mais de quoi ?
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  3. #3
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Quais militaires, le matin du 14ème jour de Tarsakh
    La coque était marquée par une longue abrasion et quelques planches étaient franchement défoncées. Aigéan passa la paume sur le bois brisé, arracha des esquilles, les dispersa entre ses doigts, puis chercha un peu plus loin et ramena une substance visqueuse, sombre, d’une fissure. Il l’observa à travers l’eau trouble, en éprouva la résistance, hésita à la goûter. Il préféra prendre appui contre le flanc du navire et donner un petit coup de pied pour remonter à la surface.
    « Agi ! » s’exclama une voix sur sa droite et il nagea jusqu’au quai.
    Il s’accrocha à l’échelle métallique rivée à la pierre et se hissa sur le bord. Séraphine, son second, lui tendit une serviette qu’il jeta sur ses épaules. Le vent froid souffla, couvrant sa peau blanche de chair de poule, sauf aux endroits écailleux, sur son dos, le haut de ses bras, le bord de ses joues. Son pantalon court lui collait aux jambes et claqua dans la brise, comme le drapeau au sommet du grand mât de la frégate. Les gréements grincèrent et plusieurs mouettes prirent leur envol, tandis que le petit voilier se dandinait sur les vagues, tirant sur ses amarres. La Généreuse était un navire beaucoup plus modeste que ceux qu’Aigéan avait commandés autrefois, mais il était déjà reconnaissant à l’amiral Longuehune de l’avoir réintégré à la marine en dépit de ses déboires, et il l’aimait comme il avait aimé les bateaux précédents, en ce compris le malheureux Narval Tacheté qui avait assisté à toutes les étapes de sa déchéance. Et il ne pouvait songer à son épave sans éprouver une mélancolie assassine.
    Il se tourna vers son officier. Séraphine avait la quarantaine bien sonnée et des décennies d’expérience à bord des vaisseaux de la marine luménienne. Elle ne commandait pas parce qu’elle ne le voulait pas, aussi Aigéan ne ressentait-il aucune gêne à être capitaine et à la diriger, en dépit de son aînesse. Sans être intimes, ils s’entendaient bien et se respectaient. Il écarta les doigts, révélant la substance vert sombre qu’il avait dénichée dans les replis de la coque malmenée.

    « Nous n’avons rien touché, pourtant, fit Séraphine, songeuse. Mais c’est sûr qu’on dirait des algues de roche. Les dégâts sont importants ?
    — Pas vraiment. Mais il va falloir la mettre à sec.
    — Oh, guano céleste, souffla l’humaine. Longuehune va nous tomber sur l’échine.
    — Nous n’avons pas le choix. Préviens Isidore et fais venir les gars de Solveig. Plus vite ce sera fait, plus vite nous reprendrons la mer. »
    Séraphine acquiesça et partit vers la capitainerie. Pendant ce temps, Aigéan termina de se sécher et entreprit de se rhabiller. Sa peau était toujours un peu humide mais il avait fini par dénicher des étoffes qui, même mouillées, demeuraient agréables à porter. Il enfila sa chemise, chercha sa veste, et releva les yeux.
    Un homme s’était approché — un elfe en fait, roux et le regard vert, portant des vêtements civils, ni trop nobles, ni trop frustres. Un moment, Aigéan pensa lui demander comment il s’était introduit dans la rade militaire. Puis il réalisa qu’il le connaissait.

    « Capitaine Valtameri. »
    Aigéan resta silencieux une seconde, tandis qu’il essayait de remettre un nom sur ce visage.
    « Messire Tervan. »
    L’elfe sourit.
    « Je ne crois pas qu’on m’ait jamais appelé messire. Mais je suis heureux que vous vous souveniez de moi.
    — En quoi puis-je vous aider ?
    — En beaucoup de choses. Je pense que la Généreuse est coincée à quai pour un certain temps ?
    — Vous avez entendu notre conversation.
    — Vous n’avez pas été particulièrement discrets.
    — Alors vous connaissez la réponse à votre question. »
    L’elfe demeura silencieux, le jaugeant.
    « Vous êtes hostile.
    — Qu’est-ce que vous me voulez ?
    — Vous savez ce que je vous veux. Nous vous avons laissé plus de six mois. Vous avez retrouvé une position dans la marine. Vous ne la perdrez pas. Maintenant… vous devez accepter de vous soumettre à ce que nous avions convenu. »
    Valtameri jura dans sa langue étrange, mais son interlocuteur ne broncha pas, bras croisés, expression sévère. Pendant un moment, le capitaine songea à l’apostropher vertement. Mais il se contint, se redressa, termina lentement de boucler sa veste, puis remit ses bottes. Le visage fermé, il se porta à sa hauteur.
    « Allons-y. »
    L’elfe acquiesça et l’entraîna vers la ville et un fiacre qui les attendait. Au moment de monter à bord, le capitaine de la Généreuse ne put s’empêcher de se demander s’il reverrait bientôt la mer, et un frisson le surprit.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  4. #4
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Temple de Lathandre, le matin du 14ème jour de Tarsakh
    Marcus fit une grimace à son miroir, s’arrachant un moment les joues avant de tirer la langue à son reflet. Puis il sourit, affable, et tenta de discipliner ses cheveux paille, sans succès. Enfin, il attrapa sa pile de dossiers et sortit de sa chambre. Il fut intercepté par Céleste moins de dix pas plus loin.
    « Je suis occupé, occupé, occupé ! » s’exclama-t-il en levant une main défensive.
    Mais il en fallait davantage pour impressionner la vieille prêtresse, qui le poursuivit dans le couloir.

    « Marcus, Sire Armand veut voir quelqu’un !
    — Je ne suis pas l’aubemestre, je ne suis pas le plus ancien, ni le plus expérimenté, encore moins un beau parleur, et tel le chat de la fable, je ne veux plus jamais jamais jamais approcher quelqu’un d’important…
    — Armand n’est pas conseiller !
    — Armand est le chef de la commanderie. Un vieux barbon en armure qui va me causer des ennuis. Mon créneau, c’est la farine, les latrines, la margarine, les mandarines !
    — Marcus ! »
    Elle l’attrapa par la manche — vive pour une vieille pomme toute ridée — et il fut forcé de s’arrêter sous peine de déchirer son aube.
    « Céleste, vous ici ?! » fit-il en écarquillant faussement les yeux de surprise.
    La prêtresse rougit de colère. Malgré son âge très avancé, elle avait gardé une réelle beauté, ses longs cheveux gris tressés et son rayonnement divin y participant certainement.

    « Marcus, va parler à Armand.
    — Je ne comprends pas pourquoi je dois le faire. Je suis l’intendant. Je supervise l’approvisionnement du Temple. Pas ses invités. Pourquoi ne t’en charges-tu pas ?
    — J’ai une classe de trente novices qui m’attendent pour le cours de théologie. Tu les veux ?
    — Je vais voir Armand, très bien.
    — Salon rose. »
    L’intendant leva les yeux au ciel puis fit volte-face et remonta le couloir au pas de charge. Il s’immobilisa devant la porte, prit une profonde inspiration puis tourna la poignée et entra. Sire Armand était effectivement dans la pièce, la mine sévère mais sans armure. Cela lui donnait une allure un peu fragile, Marcus n’était pas habitué.
    « Marcus, merci de m’avoir trouvé un trou dans ton emploi du temps, annonça le paladin.
    — C’est bien normal, Sire. » dit le clerc en lui serrant la main.
    La poigne du chevalier lui rappela qu’il ne fallait pas se fier aux apparences et il lui fit signe de s’asseoir, remisant un moment les nombreux parchemins urgents sur lesquels il devait se pencher dans la matinée.

    « En quoi le Temple peut-il vous aider ?
    — Alaric est-il toujours à Eredhun ?
    — Oui. La succession de Morvan est compliquée à régler, apparemment. Nous espérons qu’ils seront rentrés d’ici une veille et demi, peut-être deux. Je suis désolé que cela vous prive de quatre preux.
    — Oh, non, non c’est notre mission première. J’étais heureux de les lui fournir, même si je ne doute pas de sa capacité à se défendre seul en cas de besoin. »
    Marcus acquiesça, un peu contraint. Il savait qu’Armand n’avait pas voulu faire référence à l’aubemestre précédent et à son incapacité à se protéger, mais il ne pouvait pas s’empêcher, de son côté, de songer à Albérich Megrall, qui avait été son ami, et qui était mort entre les mains des adeptes de Shar. Trois ans plus tôt, seulement, déjà. Parfois la douleur de la perte était vive comme si ça avait été la veille. Parfois il croyait encore l’apercevoir dans un couloir ou dans la foule des fidèles, au petit matin. Parfois, il devinait ce qu’il aurait dit lors d’une réunion, imaginait son sourire, sa grimace ou son silence, simplement. Bien sûr, il savait que Lathandre avait accueilli son fils dans sa lumière éternelle, et qu’il fallait s’en réjouir. Cela ne rendait pas forcément les choses plus faciles à ceux qui étaient demeurés en arrière. Bien qu’il demeure pur dans sa foi, Marcus savait que sa conception de l’espoir avait radicalement changé depuis ces événements. Il croyait toujours, mais avec plus de mesure. Son dieu ne l’avait pas renié pour autant.
    « Trois de mes paladins sont sujets à des cauchemars depuis quelques jours. Des cauchemars qui paraissent peu naturels. L’un d’entre eux revit des scènes auxquelles il a assisté, mais les deux autres sont projetés dans des épisodes qu’ils ne connaissent pas, ou seulement par ouï-dire. »
    Marcus laissa apparaître son scepticisme.
    « Peut-être des tensions à la commanderie ?
    — Marcus, je ne suis pas homme à m’inquiéter de mauvais rêves. Mais leurs maux ont commencé la même nuit, et leurs cauchemars parlent de ruines. Le coup d’état, les guerres de 1358, et puis d’autres choses, plus imprécises, qui me font penser… je ne sais pas bien… peut-être des événements à venir, ou des bribes d’épisodes anciens que nous ne parvenons pas à identifier.
    — Avez-vous songé à la nourriture ? Peut-être quelqu’un les a-t-il empoisonnés ?
    — J’y ai pensé. Mais je ne m’explique pas comment un jeune homme qui était à Eredhun au moment des combats pour la commanderie a pu me décrire en détails la mort de trois de mes anciens frères de l’Aster.
    — On les lui avait racontées et son imagination a fait le reste ?
    — Peut-être. Mais peut-être pas. Je veux qu’on protège leurs rêves, Marcus. »
    Le prêtre demeura silencieux un moment.
    « Nous avions parlé de sanctifier la commanderie, autrefois… Mais je ne suis pas certain que cela suffirait. Je ne suis pas spécialiste de ces questions.
    — J’aimerais que vous en discutiez rapidement. Mes hommes sont épuisés à force d’aligner des nuits peu réparatrices.
    — Sont-ils victimes de ces cauchemars même en pleine journée ?
    — Je n’en sais rien.
    — Peut-être faudrait-il leur suggérer de se reposer dans la lumière, en attendant. Une sanctification prend tout un jour et toute une nuit, de toute façon. Je vous tiens au courant dès que possible.
    — Merci Marcus. »
    Le paladin relâcha son souffle et le clerc comprit qu’il avait espéré davantage. Une réponse à la question qu’il n’avait pas posée. Mais Marcus n’était que l’intendant : comment aurait-il pu avoir la moindre idée de ce qui causait les cauchemars de trois preux parmi trente ?
    « Je demanderai aux aînés ce qu’ils en pensent. Peut-être sera-t-il utile que ces paladins viennent relater leurs visions… S’il y a une patte maléfique là-dessous, nous ne pouvons pas nous contenter de la repousser. »
    L’expression de Sire Armand se détendit et gagna un sourire. Marcus crut lire des félicitations muettes dans ses yeux et faillit rougir. Il devina ce que songeait le commandant des paladins alors qu’il prenait congé. Qu’il avait l’étoffe nécessaire pour quitter son garde-manger et sa réserve. C’était ce qu’avait pensé Albérich Megrall, en son temps, également. Mais Albérich s’était trompé sur de nombreuses choses et Marcus excellait dans son rôle d’intendant. Pourquoi aurait-il cherché à s’élever ? La gestion spirituelle d’un Temple n’avait rien à voir avec celle de ses stocks. Il n’était pas tenté.
    Il reconduisit le chevalier vers la sortie, l’entretenant de sujets triviaux, notamment de la commanderie qui était en train de se constituer dans le sanctuaire de Sunie, un sujet d’étonnement chez plus d’un Luménien. Mais le paladin avait des affaires pressantes à régler, et Marcus encore bien davantage, aussi se séparèrent-ils dès qu’ils atteignirent le perron du temple. Le Lathandrite battit en retraite en songeant aux trente-six commandes qu’il devait passer dans la journée et remisa les paladins troublés dans un recoin de son esprit.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  5. #5
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Caserne de la Garde — fin d’après-midi du 14ème jour de Tarsakh
    Darren Flèche-Sombre polissait le bois de son arc en songeant aux préparatifs d’Herbeverte. Même si le printemps avait déjà envahi les rues de Luménis depuis un moment, ravivant les couleurs du Parc Verdoyant et ramenant les badauds sur les pavés, le jour festif célébrant son retour était encore distant d’une veille et demie, temps qu’il fallait exploiter pour en préparer le service de sécurité. Les fleurs, leur distribution, les prières à Lathandre, à Chauntéa, tout ça ne le regardait pas. Par contre, s’assurer qu’il n’y ait pas de troubles, d’aucune sorte, c’était son créneau. Il savait que Kerun était inquiet, mais c’était dans sa nature. Il était incroyablement pessimiste pour un homme qui se disait voué à Lathandre. Réaliste, en fait. Un trait qu’ils partageaient.
    La porte s’ouvrit et Ermeline entra, dans son uniforme froissé.
    « Du grabuge ? demanda Darren, par réflexe.
    — Une petite rixe devant le Fond de la Barrique. Rien de spectaculaire. Mais nous avons trois visiteurs au trou. Jusque demain, je pense.
    — Saouls ?
    — Lotus noir, malheureusement. »
    Darren pinça les lèvres.
    « Je pensais que nous progressions mais apparemment, pas vraiment…
    — Le cartel de Dame Phyllis a manifestement été repris par quelqu’un d’autre. »
    La jeune femme dénoua ses cheveux noirs et les lissa avant de grimacer.
    « Ah, je pue la sueur.
    — Non, tu sens le travail bien fait. »
    Elle lui sourit, mais il demeura sévère, ce qui ne fit qu’agrandir son sourire. Elle nettoya la lame de son épée, puis la suspendit à la patère qui lui était dévolue.
    « Lyraël, Hagen et Ferrick vont boire un verre à la Preuve Parfaite. Tu viens ? » demanda-t-elle avec un peu de malice.
    Il releva les yeux de son arme et la dévisagea.

    « Tu es persévérante.
    — Jusqu’à la mort. A demain, Darren. »
    Sur un clin d’œil, elle referma la porte, le laissant dans la pénombre de l’armurerie. Il secoua la tête, sans savoir s’il était amusé ou agacé, et poursuivit son travail. Le bois rouge, de l’if de la Lorien, était en parfait état, imputrescible, souple et solide, mais Darren aimait le débarrasser de la poussière obligatoire de l’armurerie. Cela lui permettait de mettre de l’ordre dans ses pensées, petit rituel de fin de journée, avant de se vider l’esprit pour aller tirer. Aux soucis inhérents à sa fonction succédaient les images de la forêt où il avait grandi, où il ne retournerait probablement jamais, sous-bois et taillis, clairières et troncs, et cela l’emplissait d’une nostalgie toute elfique, qui n’était pourtant jamais assassine. C’était revigorant, ses souvenirs parfaits lui suffisaient amplement. Il parvenait à retrouver les odeurs, les sons, la texture même d’une écorce, d’une corolle, d’une feuille morte sous la plante de ses pieds nus.
    Puis la porte s’ouvrit à nouveau, l’arrachant brutalement à sa rêverie.

    « Maître Flèche-Sombre, je suis désolé mais on me harcèle, murmura la voix douce de Matthias.
    — Je suis là. »
    Le commandant de la garde rangea son arc sans se presser et rejoignit son secrétaire à la porte. Le jeune homme paraissait terriblement embarrassé d’avoir dérangé son supérieur pendant ce qu’il savait être un moment de détente privé. Même s’il devinait que Matthias avait eu une bonne raison de le faire, Darren ne put se résoudre à lui adresser un sourire ou un mot réconfortant. Il était contrarié, à quoi bon prétendre le contraire ?
    « Qu’est-ce qui se passe ? demanda-t-il.
    — Je crois que Yann a besoin d’une autorisation d’intervention.
    — Rien que ça. » dit l’elfe avec une grimace.
    Ils grimpèrent quelques marches, remontèrent un couloir dans lequel se déversaient les lumières fantastiques du crépuscule. Darren soupira : il devrait à nouveau s’entraîner dans le noir. Comme chaque jour, quoi qu’il tente.
    Yann était assis à la table de la salle de réunion, manifestement fatigué. De taille moyenne, il était le fruit de l’union originale entre un très grand gnome et une très petite humaine. Il avait la stature de ses parents, le visage avenant, une intelligence vive, mais une propension à voir tout en noir. Il était affecté au service des plaintes, où les citoyens se rendaient pour faire part à la garde de leurs doléances. Darren s’assit devant lui et le salua d’un geste.

    « Matthias me dit que tu veux intervenir. Où ça ?
    — Au temple de Tymora. »
    L’elfe ne dissimula pas son incrédulité. Il ne s’était pas attendu à une telle réponse.
    « Quoi ? Pourquoi ?
    — Il est fermé depuis trois jours. Nous avons déjà eu une dizaine de personnes au bureau, pour s’en plaindre. Des fidèles, bien sûr, mais aussi des marchands venus faire des livraisons. A présent, une voisine est venue dire qu’elle avait entendu des hurlements ce matin. J’ai envoyé une patrouille et tout est bouclé, aucun signe de vie, personne ne répond quand on frappe, ni devant, ni derrière. Or il n’y a eu aucune déclaration de congé… Les temples savent que leurs fidèles sont vite déstabilisés quand ils ne peuvent avoir accès aux installations…
    — Les Tymorans sont le genre à prendre des initiatives sur un coup de tête.
    — Pas Devlin, Darren. Pas trois jours.
    — As-tu des informations d’autres Temples ? Devlin est proche de Jehannah… Il est aussi en bons termes avec les Lathandrites.
    — Non, je ne me suis pas renseigné.
    — Commence par ça, alors. Ils peuvent sûrement entrer en contact avec lui, savoir ce qui se trame. En fonction de leur retour, nous aviserons. »
    Yann se leva en hochant la tête, l’expression toujours sombre, puis fila à l’extérieur. Matthias demeura debout près de la table, hésitant sur la marche à suivre. Darren se sentait gagné par l’inquiétude de Yann, sans vraiment parvenir à se l'expliquer.
    « Je remonte dans mes appartements. Apporte-moi le plan du Temple de Tymora. Et préviens Kerun. Je veux être averti dès que Yann est de retour.
    — Que dois-je dire à Kerun ?
    — Tout ce que tu as entendu. Il prendra ses propres décisions. »
    Matthias acquiesça puis sortit à son tour. Darren demeura un moment immobile dans la salle redevenue silencieuse. Ce n’était peut-être rien. Ils étaient partis célébrer Herbeverte à la campagne, quelque chose comme ça. Ou bien il s’était produit quelque chose. L’un dans l’autre, Darren ferait face, il ne ressentait pas de tension particulière. Il écouta un moment le silence imparfait de la caserne puis quitta la pièce et gagna ses appartements.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  6. #6
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Locaux des Services Secrets — soir du 14ème jour de Tarsakh
    « Je veux sortiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir ! Sortir sortir sortir ! C’est sortir que je veux ! Entendez-moi très chers dieux ! Une porte ouverte, ce serait si chouette ! Maudits Luméniens, entendez-moi bien ! Sooooooooooooortiiiiiiiiiiiiiiiiiiir !
    — Ta gueule, bon sang, je n’en peux plus ! »
    Martin se planta dans l’embrasure de la porte. Il avait des envies de meurtre, féroces. Mais l’autre était hors d’atteinte, derrière sa grille protectrice.
    « Tu peux pas leur demander de me faire sortir ?
    — Ils ne vont pas te faire sortir parce que tu beugles. Ferme-la. Pense à autre chose.
    — Facile à dire pour toi. Tu n’es pas enchaîné.
    — Non, mais je suis calé avec toi. Et ça commence à me taper sérieusement sur le système. Tu as de la chance que je ne puisse pas venir t’étrangler, mais je risque de me bricoler une arbalète avec les moyens du bord ou bien de foutre le feu à ton matelas, quelque chose comme ça.
    — Tu ne peux pas plutôt juste crocheter la serrure de la grille, puis de mes fers ?
    — J’ai une tête à savoir faire ce genre de choses ?
    — Un peu, en fait. »
    Le courtisan grimaça et quitta son observatoire. Cela faisait désormais plus d’une journée qu’il était coincé dans cet endroit — des appartements, sans doute — avec le prisonnier. Ce qui signifiait probablement qu’il était aussi un prisonnier. Mais les lieux étaient accueillants : il y avait une belle chambre avec un grand lit, on lui avait fourni des vêtements acceptables, la nourriture était bonne, la salle à manger relativement vaste, avec une petite bibliothèque, une salle d’eau propre et une fenêtre sur la ville. Mais la porte était bouclée. Et l’une des pièces était manifestement une cellule, avec un insupportable colocataire. Dans le fond du fond, il ne pouvait pas en vouloir au gamin. Il était assis sur sa couche, les poignets enchaînés dans le dos, puis au mur, incapable de se déplacer, sans rien à faire. Le châtiment était cruel, à l’aune luménienne, mais Martin devinait que son compagnon maîtrisait quelque magie, malgré son jeune âge. Il avait de la chance de ne pas avoir été bâillonné, tout bien considéré. De son côté, il était libre de ses mouvements, signe qu’on ne craignait rien de lui. C’était vexant. il avait essayé de faire peur à Kerun en lui rappelant qu’il avait tué un homme, mais l’elfe l’avait dévisagé, l’expression vide, avant de lui asséner un « tu as étranglé un homme ivre dans la torpeur qui suit l’acte sexuel, ce n’est pas très effrayant, Martin. » Le mépris de ces quelques mots l’emplissait de colère, même s’il savait, dans le fond, que Kerun n’avait fait qu’énoncer la stricte réalité.
    Le prisonnier s’était remis à beugler. Martin alla s’asseoir sur son lit et passa les mains sur son visage, puis les pressa sur ses oreilles. Etait-ce une forme de punition ? Kerun n’avait pas eu l’air revanchard, pourtant. Excédé, oui, mais pas revanchard.

    « La feeeeeeeeeerme !
    — Je veux soooooooooooooooooooooortir !
    — Je vais devenir fou. » souffla le courtisan.
    Il se leva, retourna vers la cellule.

    « Quel est ton nom, petit ?
    — Gérold.
    — Qu’est-ce que tu fous là, Gérold ?
    — Au départ, je faisais du tourisme.
    — Du tou… du quoi ?!
    — Je venais juste visiter.
    — Un Mélandien ? Visiter Luménis ? Pour quoi faire ?
    — Voir. Juste voir. Curiosité.
    — Tu te fous de moi.
    — Ben non. Je ne pensais pas qu’ils sauraient… que j’étais Mélandien.
    — Gérold. Tu as un accent mélandien aussi épais que du miel solarcien !
    — C’est épais ?
    — Très. Tu es de la haute, n’est-ce pas ?
    — Un peu.
    — Papa te fera sortir, alors.
    — J’aimerais autant que papa ne sache rien. Il serait fichu d’inventer que je suis un dangereux terroriste pour être certain que je ne rentre pas.
    — Ah. »
    Martin soupira.
    « Bref. Ce n’est pas mon problème. Mais je voudrais que tu te taises.
    — Je voudrais sortir.
    — Gérold, je vais aller me plaindre et tu vas juste y gagner un bâillon.
    — Tu ne ferais pas ça.
    — Oh si.
    — Mais pourquoi ? »
    Le courtisan eut un sourire ravi.
    « Parce que je suis Mélandien, moi aussi. Je connais les usages. »
    Le jeune homme parut subitement moins sûr de lui. Il ne devait pas avoir plus de vingt ans. Châtain, beau garçon, bien nourri. Martin en avait vu des dizaines du même genre, dans sa chambre au bordel, au fil des ans. Jusqu’au dernier. Celui dont se moquait Kerun.
    « Ils t’ont attaché. Tu es mage ?
    — Nécromancien. »
    Le courtisan écarquilla les yeux et noya son visage dans sa paume.
    « Dans quoi es-tu venu te fourrer ?
    — Je ne suis pas un mauvais nécromancien.
    — Vu ton âge, tu ne peux pas être très bon.
    — Non, je voulais dire mauvais comme dans méchant. Je ne suis pas un méchant nécromancien.
    — Ah oui ? Ça existe vraiment ?
    — Ben… Je crois. Je ne me sens pas méchant, en tout cas. »
    Martin s’assit sur le sol, devant la grille.
    « Les méchants se sentent rarement méchants.
    — Ça c’est ce qu’on aimerait croire. Mais des tas de méchants sont méchants et fiers de l’être. Si tu voyais mon père, par exemple…
    — C’est qui, ton père ?
    — Vainevie. Auguste de Vainevie.
    — J’en ai entendu parler.
    — Tu es vraiment mélandien ?
    — Pas vraiment. Je suis des environs de Terzal.
    — Côte ouest.
    — Tu connais ta géographie.
    — Mon précepteur était de Rysentis.
    — Je vois. »
    Martin entoura ses genoux de ses bras et lorgna le gamin enchaîné.
    « Ecoute… Gérold de Vainevie… Je sais que ce n’est pas comique d’être enchaîné dans une cellule alors que tu voulais faire une promenade dans le parc. Mais faut que tu arrêtes de beugler. Vois les choses du bon côté : personne ne te torture, tu n’as pas encore été décapité, c’est que les Luméniens hésitent. Mais si tu hurles… honnêtement, soit ils vont te bâillonner, soit ils vont te zigouiller. »
    Il soupira.
    « Ça fait combien de temps que tu es là ?
    — Depuis hier.
    — Ils t’ont nourri ?
    — Oui.
    — Bon. Essaie d’être sage, alors, tu veux bien ? »
    Le jeune mage pinça les lèvres et Martin vit qu’il était au bord des larmes. Cette démonstration de faiblesse l’emplit d’une brusque colère. S’il avait été à portée du Mélandien, il lui aurait flanqué une bonne gifle, histoire qu’il se reprenne. Mais à la place, il renonça à se lever et demeura assis devant la grille. Il devenait sentimental. Répercussions des derniers mois. C’était une mauvaise chose, mais il ne parvenait pas à lutter.
    « Ton nom à toi, c’est quoi ?
    — Martin.
    — Enchanté de faire ta connaissance, Martin. »
    Le courtisan ne put s’empêcher de rire doucement. C'était bien la première fois qu'un noble mélandien s'adressait à lui avec une telle déférence.
    « Enchanté, Gérold. »
    Dernière modification par Galathée ; 08/03/2014 à 12h51.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  7. #7
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Abords du Temple de Tymora, nuit du 14ème au 15ème jour de Tarsakh.
    Il fallait un mauvais dans toutes les histoires et, curieusement, Kerun avait l’impression que le rôle lui était dévolu. C’était la nécessité, bien sûr, qui le voulait, et il fallait qu’il carre les épaules, mais les derniers jours avaient été rudes de ce point de vue et il avait besoin d’un peu de chaleur. Ce n’était malheureusement pas auprès de Darren qu’il la trouverait et l’urgence l’empêcherait d’en jouir avant un temps. Pour changer. D’autant qu’il avait un sombre pressentiment. Très sombre. Comme un corbeau perché sur son épaule, depuis plusieurs veilles, désormais, et qui venait de lui croasser à l’oreille.
    Il gravit les dernières marches de l’escalier, traversa la chambre obscure, salua les deux gardes d’un geste de la tête et pénétra sur le balcon. Darren était immobile, comme une gargouille ténébreuse, bras croisés, martial, les yeux fixés sur le Temple, en face, trois maisons sur la gauche.

    « Kerun.
    — Darren. »
    Les yeux noirs du commandant de la garde se posèrent sur lui et il soutint son regard. Ils se connaissaient depuis longtemps à l’échelle humaine, mais pas tellement pour des elfes. Une douzaine d’années, maintenant. Darren était un fils de la Lorien, Kerun avait grandi d’abord dans la Forêt Maudite, puis à la lisière. Le commandant avait aussi trente ans de plus que lui, ce qui n’était pas complètement rien. Mais ils n’y avait pas de lien de subordination entre eux : ils appartenaient à des segments voisins mais distincts de l’ordre luménien.
    « Où cela en est-il ? »
    Darren soupira et se tourna à nouveau vers le Temple.
    « Nulle part. Il fait noir, silencieux, rien ne bouge. »
    Kerun s’appuya à la rambarde. Ils étaient en même temps bien placés et invisibles, un poste d’observation idéal.
    « A-t-on pu contacter quelqu’un à l’intérieur ? demanda Kerun.
    — Non.
    — Morts ?
    — Aucune idée. Ils pourraient aussi être absents. Ou inconscients. Ou protégés par un sortilège qui empêche la scrutation.
    — Hum. Envisages-tu une entrée classique ?
    — Non. Il n’y a pas eu de signes de vie, pas de revendications, pas de menaces mais… Je ne le sens pas. Je préférerais que tu envoies une équipe par en bas. »
    Kerun acquiesça.
    « Très bien.
    — Tu vas accompagner ?
    — Oui. Tu as un mage avec toi, pour communiquer ?
    — Gwen, oui.
    — Parfait. Je te tiens au courant. »
    Darren acquiesça, l’air distrait, le regard à nouveau plongé dans la nuit, en direction du temple de Tymora. Kerun n’ajouta rien, laissant le commandant à son guet, et redescendit rapidement dans la rue, retraversant toute la maison de Rowena Folcroun, ébéniste, qui avait bien voulu les laisser installer leur cellule de crise chez elle. Une fois dehors, il s’engagea dans la rue voisine, où l’attendait son équipe d’intervention. Ils étaient quatre, aux talents divers. Willhem, le halfelin, était un cambrioleur expert, Tamara était vive et magicienne, Ned était leur force de frappe, et Cara avait été prêtresse avant d’embrasser la carrière d’agent.
    « On descend. » dit Kerun.
    Personne ne posa de questions, car c’était ce qu’ils avaient prévu depuis le début et ils se mirent en route vers le passage le plus proche. Pénétrer dans les égouts luméniens n’était pas très complexe pour qui savait les trouver, mais les entrées étaient généralement fermées et dissimulées. Les services secrets s’en servaient quotidiennement.
    Ils ouvrirent une porte sur un mur anonyme, entre deux maisons ordinaires, et débouchèrent tous les cinq dans un étroit boyau. Kerun ôta son manteau et en extirpa Eve, sa martre, qui y paressait depuis des heures. La petite créature poussa un cri plaintif, puis se faufila jusqu’à la plaque qui dissimulait l’échelle de métal.

    « Willhem, tu prends l’avant avec Eve. Tamara, derrière. On entre par le puits de la cour.
    — C’est fort exposé, commenta Cara.
    — On ne passera pas ailleurs, malheureusement. Eve ira reconnaître les lieux. »
    Ned souleva la plaque pour que Willhem et la martre puissent descendre. Les autres suivirent et ils gagnèrent rapidement les égouts. Il y avait heureusement des chemins étroits le long des conduits d’eau sale, mais les lieux n’étaient plus entretenus depuis des mois, faute de moyens, et l’odeur était épouvantable, sans parler des détritus divers qui jonchaient le sol. Il faisait sombre mais tous voyaient acceptablement dans l’obscurité, par nature ou sortilège.
    Eve se faufila en tête, galopant le long du mur, escaladant toutes les horreurs qu’elle rencontrait sans se formaliser. Matou, le chat de Tamara, moins tenté par la fange de la civilisation, demeura sur son épaule. Ils cheminèrent en silence, aux aguets, scrutant tout autour d’eux, à la recherche de signes étranges, n’importe lesquels.
    Divers conduits étroits débouchaient du plafond et des substances innommables en dégouttaient dans l’eau sale. Kerun repéra celui des latrines du rez de chaussée, celui de la cuisine, celui des latrines des clercs de haut rang, celui de la salle d’eau principale. Il s’en écoulait un filet sombre, en continu, et il se figea.

    « Ned. »
    Le colosse humain dégaina son épée et se fendit pour la glisser sous l’écoulement, puis la ramena vers eux. Kerun y posa les doigts et sut ce dont il s’agissait avant même de l’amener vers son nez. Il pinça les lèvres, sentit un frisson lui animer l’échine. Etait-il encore nécessaire de se presser ? Peut-être pas. Mais dans le doute…
    « Hâtons-nous. »
    Le groupe se remit rapidement en marche. Kerun jeta un regard en arrière, vers le sang qui continuait de couler hors du conduit pour se perdre à la surface de la rivière putride avant de glisser mollement vers la mer. C’était un ruisseau infime… mais le Temple de Tymora était silencieux depuis plusieurs jours. Les dieux seuls savaient quelle quantité de liquide vital s’en était déversée avant leur passage. Il sentit le flux de l’adrénaline se répandre dans ses veines.
    « Préviens Darren d’être prêt à intervenir. » dit-il à Cara au moment où ils s’immobilisèrent sous le large puits qui remontait dans la cour du Temple.
    Willhem était déjà à mi-hauteur, inspectant les barreaux, les parois, et Tamara se mit à incanter. Cara l’imita, dans un autre registre, et Kerun entendit le murmure de sa courte conversation avec le commandant de la garde. Il était prématuré de tirer des conclusions, bien sûr, mais autant que les forces à la surface s’attendent à du grabuge.

    « Rien du tout, dit Willhem avant de grimper plus haut.
    — Les glyphes de protection habituels, ajouta Tamara. Nous ne risquons rien.
    — Bon, on y va. Eve et Matou devant. Tout le monde sur ses gardes. On reste groupés. On entre par la cuisine. »
    Par réflexe, il fit glisser son épée dans son fourreau, pour vérifier qu’il la dégainerait aisément en cas de besoin, puis il prit sa place dans la file qui remontait vers la surface. Le corbeau s’était envolé pour se repaître. Ça n’avait rien de réconfortant.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  8. #8
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Dans le noir, nuit du 14ème au 15ème jour de Tarsakh
    Emerger à nouveau. Il prit une profonde inspiration comme s’il crevait la surface d’un océan après une longue plongée. Il eut mal à la poitrine, comprit qu’elle était toujours comprimée par les cordes dont l’avaient entravé les intrus. Il toussa pour éclaircir sa gorge sèche. Son estomac se contractait, affamé, mais le pire était la soif. Elle lui dévorait les lèvres et la langue, du cou au ventre, à chacune des fibres de son corps. Mourir de soif. N’y aurait-il personne pour venir à leur aide, dans cette ville gigantesque ? Personne pour s’inquiéter du silence et de la nuit ?
    Si, avec un peu de chance.
    La chance. Il fallait qu’elle leur revienne.
    Il essaya de produire un son mais ne parvint qu’à tousser. Au moins, il avait la bouche libre, c’était déjà quelque chose. Combien de temps depuis la dernière fois qu’il avait perdu connaissance ? Impossible de le dire. Mais ce silence était neuf. Et ce silence était triste. Il eut un sanglot sec, comme le sang qui lui maculait les joues. La douleur s’était atténuée pour n’être plus qu’un élancement sourd mais il percevait l’odeur âcre de l’infection. La soif, la souffrance, la maladie. Pourtant il était toujours vivant. Il ne voulait pas être le seul. Tymora fasse qu’il ne soit pas le seul.
    Au prix d’un effort surhumain, il parvint à se redresser et à s’asseoir. Il sentait à peine ses mains, les devinait bleuies par la constriction de la corde autour de ses poignets. La conviction qu’il ne parviendrait pas à s’en sortir seul le frappa comme un poing au ventre et pendant un instant, le désarroi lui comprima les tripes. On l’avait abandonné à crever comme un chien dans le noir.
    Mais les sons familiers du Temple le ramenèrent à la réalité. Il était toujours au même endroit, toujours dans la chapelle d’ordination, derrière le réfectoire. Il entendait grincer le volet dans la brise, comme toujours, et le chant doux de la gouttière, signe qu’il avait plu récemment. Sous ses doigts gourds, les poils du tapis étaient collés par quelque chose qu’il valait mieux ne pas chercher à identifier. Un étau lui brisait le front et il songea que c’était sans doute dû à la soif autant aux sévices que lui avaient infligés les intrus.
    Il tenta d’incanter.
    A la mort d’Albérich Megrall, et compte tenu de la manière dont il avait péri, il avait été décidé, entre tous les chefs de culte de Luménis, d’encourager l’apprentissage de méthodes d’incantation ne nécessitant ni gestes, ni paroles. Ainsi, pensaient-ils, un clerc captif pourrait toujours se défendre, même bâillonné, même attaché. Mais c’étaient des méthodes complexes et les maîtriser demandait des mois d’entraînement, un temps dont peu d’entre eux disposaient. Lui-même pouvait lancer certains sortilèges sans mouvements, depuis peu, mais vu l’état de sa gorge, c’était tout bonnement impossible : aucun son n’en sortirait.
    Il renonça, la mort dans l’âme.
    Invoquer de l’eau. C’était si simple, pourtant. Première année de noviciat. Il connaissait les mots par cœur, aurait pu les réciter à l’envers, saoul, dans son sommeil, au moment de son dernier souffle…
    Sans réellement le vouloir, il retomba sur le flanc. Il fut surpris d’avoir chuté mais ne trouva en lui aucune énergie pour tenter à nouveau de se redresser. C’était inutile. Il lui fallait une intervention divine. Et pour cela, il fallait prier. Même s’il devait mourir, si personne ne venait jamais, ce ne serait pas perdu.
    Tymora, Dame Chance, entends la supplique de ton humble serviteur. Ne laisse pas la profanation de ce temple se conclure par la mort de tous ceux qui ont voué leur vie à ta gloire…
    Il se sentit glisser, son cœur battait, violent, à l’intérieur d’une cage inerte. Sa langue avait triplé de volume, et il faisait si noir. Soupir. Ténèbres. Silence.
    Puis quelque chose glissant vers lui, et le contact d’une chose humide contre son nez.
    Couinement.
    Un rat. Un maudit rat qui allait le bouffer vivant alors qu’il n’avait même pas rendu son dernier souffle. Il aurait pu hurler sa frustration, mais il eut envie de rire.

    « Ici, il y a quelqu’un. » dit une voix quelque part.
    Son corps se raidit dans ses liens, il poussa un grognement, mais ce n’étaient pas les intrus, les intrus ne l’avaient jamais considéré comme autre chose qu’un corps et une âme à meurtrir.

    « Bouse… »
    Des pas précipités. Quelqu'un s'était approché. Souffles. Mouvements. Ils étaient plusieurs.
    « Ne le bouge pas, ça peut être pire…
    — Devlin, vous m’entendez ? »
    Il connaissait cette voix.
    « Cara ! J’ai besoin d’aide.
    — Je suis là. Oh dieux… »
    Des mains le touchaient désormais. Il se sentit dériver.
    « Il est complètement déshydraté… C’est un miracle qu’il soit vivant…
    — Préviens Darren. Nous allons avoir besoin d’un renfort du Temple. »
    De l’eau, enfin. Elle coula sur ses lèvres, ses joues, dans sa gorge si sèche qu'il manqua s'étrangler. Mais c'était la vie. Et avec la vie, il se laissa glisser dans le noir, car il savait que contre toute attente, il avait eu de la chance, encore cette fois.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  9. #9
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Temple de Tymora, nuit du 14ème au 15ème jour de Tarsakh
    Marcus avait du mal à émerger et il accepta la tasse de thé qu’on glissait entre ses mains avec reconnaissance. Il n’avait jamais été de ces noctambules qui s’épanouissent aux petites heures et détestait particulièrement être arraché à son bienheureux sommeil. Il se sentait cassé de partout, il avait froid, et le manteau épais qu’il avait enfilé à la va-vite en quittant le sanctuaire le protégeait à peine de la brise. L’un dans l’autre, il était de mauvais poil.
    Devant lui, un cordon de gardes à peine plus vaillants masquait l’entrée du Temple de Tymora et ce qui pouvait en sortir. Céleste n’avait pas su se lever, aussi avait-il été contraint d’embarquer deux clercs plus jeunes, Siméon et Flore, qui paraissaient transis et éberlués, frigorifiés dans leurs tuniques de nuit. Sur leur gauche se trouvaient deux Ilmates, dont Florestan, que Marcus connaissait un peu, et sur leur droite, Jehannah, la Belle Amoureuse du Temple de Sunie, devisait nerveusement avec Soren, le célèbre sculpteur de nus. Ce qu’ils faisaient là, tous les sept, dans le noir, face à un Temple ami et silencieux, Marcus n’était pas certain de bien le comprendre. Mais ils avaient été mandés par la garde, et ce n’était pas une injonction qu’on pouvait refuser, surtout quand elle était formulée au creux de la nuit et dans l’urgence. Quelque chose de mauvais s’était produit. Il le savait. Rien ne servait de se voiler la face, d’imaginer une méprise, une sorte d’exercice pour les maintenir sur le qui-vive. En même temps, Marcus voulait croire que si on les avait appelés, c’était qu’il restait quelque chose à faire. Quelque chose dont apparemment les clercs de Tymora ne pouvaient pas se charger. Il réprima un frisson.
    Lathandre, faites qu’il n’y ait rien, que tout le monde aille bien, que notre présence ne soit qu’une mesure de précaution prise par des gens trop pessimistes.
    Il aimait bien les Tymorans. Brandon Devlin, leur grand prêtre, était un homme généreux et énergique, bien qu’un peu trop imprévisible à son goût. Marcus n’aimait pas les imprévus. Il n’aimait particulièrement pas celui-ci. Il aurait voulu qu’on leur donne plus d’informations, pour casser l’incertitude. L’ignorance le rendait nerveux.

    « Je vais trouver Flèche-Sombre. » annonça-t-il à ses pairs, avant de se faufiler le long des gardes, à la recherche de l’elfe sauvage.
    Ils avaient déjà été en contact, du temps de l’enlèvement d’Albérich. Ce n’était pas un souvenir agréable, et leurs interactions avaient été tendues. Darren était un être froid et sans cœur. Efficace, sûrement, mais Marcus trouvait l’efficacité surfaite. Dans certains domaines, du moins. Il n’oublierait jamais l’indifférence du commandant de la garde face au désarroi du Temple et de ses habitants, son incapacité à mesurer leur perte, ou au moins à la respecter. Mais il n’avait pas le choix de son interlocuteur, aussi remonta-t-il sa piste, interrogeant un officier, puis un autre, jusqu’à dénicher Flèche-Sombre lui-même, debout et figé, le regard vague, appuyé contre la façade d’une maison voisine. Il recevait un message de l’intérieur. Son expression était vide, impossible de deviner la teneur des nouvelles.
    L’elfe reprit conscience en clignant une fois des yeux, aperçut Marcus, et ses traits se crispèrent, une seconde infime. Marcus sentit la glace lui saisir la nuque, la poitrine et les entrailles.

    « On va entrer, dit Flèche-Sombre à une femme brune qui se trouvait près de lui. Il n’y a plus de danger à l’intérieur. Quelqu’un va venir nous ouvrir les portes. Il y a des morts et des blessés. Faites venir Gardesylve. L’équipe de Lyraël et l’équipe de Hagen à l’intérieur, Kerun va dispatcher les secteurs. Tu coordonnes les sorties. »
    Dans le même mouvement, il se tourna vers Marcus.
    « Connaissez-vous l’organisation interne du Temple de Tymora ?
    — Plus ou moins.
    — Les clercs sont dans l’aile ouest, ils ont besoin de soins. Un agent des services secrets vous y accompagnera. Devlin est dans la chapelle d’ordination. Envoyez-y Jehannah pour le prendre en charge. Dès que les portes sont ouvertes, vous pouvez y aller. N’entrez dans aucune pièce qui n’a pas été sécurisée par mes hommes auparavant. Nous ne savons pas si le Temple est piégé.
    — Brandon… Devlin… Il est vivant ?
    — Oui.
    — Vous avez parlé de morts. »
    Darren lui jeta un regard mauvais.
    « Bougez-vous, Marcus. Les bavardages n’aident personne. »

    Et Flèche-Sombre fit volte-face, interpellant un de ces hommes. Le Lathandrite demeura un instant interdit, perçut une lame de colère prendre naissance au creux de son ventre, mais la réprima. Il était l’intendant, il avait l’habitude des requêtes multiples, formulées de toutes les manières possibles et imaginables. Et les Tymorans ne méritaient pas qu’il s’insurge d’être baladé par le commandant de la garde.
    « Et bonsoir à toi, Darren, comme c’est gentil d’être venu. » grommela-t-il en battant en retraite vers les autres clercs.
    Il les informa de ce que Flèche-Sombre lui avait transmis, tâchant d’en rester aux faits. Les expressions de ses interlocuteurs le renseignèrent cependant sur leur effroi, et Jehannah franchit le cordon de gardes la première. Les autres s’engouffrèrent dans la brèche, furent tempérés par une escouade qui s’était placée devant les portes et quand elles s’ouvrirent, enfin, ils furent parmi les premiers à l’intérieur.
    Il faisait noir dans la salle principale du Temple et les gardes allumèrent des torches. Trois agents des services secrets les accueillirent et l’une d’entre eux, Cara, une ancienne prêtresse de Séluné que Marcus connaissait de vue, se porta vers la Belle Amoureuse. Après un échange de quelques mots chuchotés, elle l’entraîna à pas pressés dans le couloir qui partait du fond de la pièce. Les six autres clercs, dont il faisait partie, furent conduits dans la direction opposée. Il n’y avait aucune trace de la sphère argentée que les Tymorans abritaient d’ordinaire dans leur nef.
    En bon intendant, le Lathandrite avait le nez fin et l’odeur qui régnait dans le temple plus paraissait épouvantable. C’était une odeur de sang et d’urine, l’odeur de la peur et de la souffrance, l’odeur de l’indicible. Il se sentit son estomac se révulser et baissa les yeux vers le sol, tâchant de ne penser à rien d’autre qu’avancer. Il avait toujours été une petite nature, peu armé pour affronter les aspects les plus rudes de leur profession. C’était une raison supplémentaire pour se contenter des stocks, il n’avait jamais rêvé ni de tombes, ni d’aventures, encore moins de temples profanés. Devant lui, les Ilmates furent détournés dans une première pièce, dont lui parvinrent des gémissements étouffés. Il laissa ses propres collègues passer par la porte suivante, puis le Sunite s’engouffra dans la troisième et spontanément, les tempes brûlantes, fébrile, il franchit le seuil suivant.

    « Pas par là ! »
    Les effluves de mort le percutèrent en plein visage. Il vit le sang, les corps, leurs viscères, leurs visages crispés par l’horreur, des membres séparés de troncs sanguinolents, des mains crispées, des orbites vides, des bouches béantes, des crânes déversant leur cervelle flasque et ses genoux se dérobèrent sous lui. Un bras se cala sous son épaule, le maintenant debout.
    « Respirez ça. » dit une voix féminine, tandis qu’une silhouette s’intercalait entre ses yeux et le massacre.
    La jeune femme le fit reculer vers l’extérieur, tout en glissant une fiole sous son nez, ses sens lui revinrent, la force de tenir, même si les larmes coulèrent aussitôt sur ses joues.

    « Oh dieux, oh Lathandre, gémit-il, éperdu.
    — Il n’y a rien que vous puissiez faire ici, Marcus. Les blessés sont dans les trois pièces que vous venez de dépasser. » dit la jeune femme, avec douceur et souci, tout en l’aidant à s’appuyer contre le mur.
    Il songea qu’il la connaissait, mais il ne revint pas sur son nom.

    « Est-ce que ça va aller ? »
    Il ferma les yeux, épongea son visage d’un revers de manche, puis se redressa. Deux pas. Il se plia en deux pour vomir contre le mur.
    « Ramenez-le dehors. De l’air frais lui fera du bien, dit la jeune femme à quelqu’un qu’il ne put voir.
    — Non, protesta-t-il. Non, ça va aller. Je vais… je veux aider. »
    Il prit de profondes inspirations, essaya de museler son coeur et de chasser les images. Les images. Elles ne partiraient jamais. Qui avait pu faire une telle chose ?
    Quelqu’un avait posé une main sur son dos, il la repoussa d’un geste incertain.

    « Tout va bien, articula-t-il. Juste… Une seconde. »
    Il se redressa, regardant un moment la pénombre sans la voir, le ballet des gardes, des agents spéciaux, une première silhouette en larmes qui sort de la pièce voisine. Puis il frissonna, un tremblement venu du plus profond de son âme.
    Au temps pour les mandarines, songea-t-il.
    Et il gagna la pièce voisine d'où lui provenaient déjà les incantations murmurées d'une magie divine.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  10. #10
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Caserne de la garde, aube du 15ème jour de Tarsakh
    Kerun entra dans la salle de réunions un peu après Darren. Il paraissait épuisé, le visage marqué par ce qu’il avait découvert dans le Temple de Tymora quelques heures plus tôt. Cette expression sur ses traits, la fatigue, un reste de stupéfaction, rappela au commandant combien l’elfe des bois était jeune, encore, malgré une expérience de plusieurs décennies. Matthias vint se glisser auprès de Darren, puis diverses personnes parurent, un second agent des services secrets, trois membres de la garde, et enfin, comme une bourrasque orageuse pénétrant sur les lieux, le général Gareth Maelwedd, conseiller à la sécurité, intérieure comme extérieure. Il débordait d’une colère rentrée et Darren devina que la réunion serait tendue avant même qu’il ne prononce son premier mot. Ce qui ne tarda pas à venir, comme un coup de tonnerre.

    « Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?! éructa-t-il en tirant sa chaise avec fracas. Comment une telle chose a-t-elle pu se produire ? Quelqu’un pour m’expliquer ? Dix gosses coupés en rondelles ? En pleine ville ? Trois jours sans que personne ne s’inquiète ? Tervan ? Est-ce que je ne paie pas vos services pour prévenir ce genre de choses ? Qu’est-ce que vous foutez de vos journées ? Vous pistez des voleurs à la tire ? »
    Kerun s’empourpra dans la seconde.
    « Messire, nous…
    — Je ne vous ai pas donné la parole, Tervan. C’est trop tard. Darren, vous allez faire rassembler tous les citoyens mélandiens ou d’origine mélandienne qui vivent à Luménis. Vous aurez accès aux dossiers du service des naturalisations. Tous doivent être conduits au Fort, où ils seront accueillis dans l’attente d’un interrogatoire.
    — Messire, c’est…
    — Vous avez été incapable de prévenir ceci. Il faut bien que des gens un peu plus efficaces prennent les choses en main. Des adeptes de Shar se baladent dans les rues de Luménis. Ça n’est pas exactement anodin. »
    Le commandant de la garde grimaça intérieurement. Maelwedd n’y allait pas de main morte et Kerun était sanguin. Darren compta les secondes jusqu’à l’explosion, résigné.
    « Nous avons quatre-vingt-sept agents pour une cité de trois cent mille âmes ! Comment suis-je censé surveiller tout le monde ?! C’est le conseil qui a refusé les solutions de détection aux portes qu’avait proposées Darren sous prétexte qu’on ne peut juger d’un homme sur ses seules pensées ! Comment suis-je supposé fonctionner si on ne m’en donne aucun moyen ?!
    — Justement. Vous manquez de moyens. Vous êtes donc ravi que mes hommes fassent une part du travail.
    — Arrêter tous les Mélandiens est ridicule ! Il y en a des centaines ! Qu’espérez-vous en tirer ? Et comment ? Mes hommes sont habitués…
    — A dorloter les suspects, je sais. »
    L’elfe demeura stupéfait. Darren hésita à intervenir pour calmer le jeu. Mais le général n’en avait pas terminé.
    « Vous êtes devenu mou, Tervan, depuis votre séjour mélandien. Laxiste. Gris. N’êtes-vous pas intervenu dans leur Temple de Shar, d’ailleurs ?
    — Si, mais…
    — Peut-être devrions-nous également vous convier au Fort, dans ce cas… »
    Darren grimaça. Kerun s’était levé, hors de lui.
    « Comment osez-vous suggérer une chose pareille ?!
    — Kerun.
    — Je prends quatre heures par jour pour me reposer depuis des années, je donne tout ce que j’ai à cette ville et vous osez… vous osez…
    — Kerun, rassieds-toi.
    — Ça suffit, Tervan. Vous avez raison, vous avez besoin de vacances. Vous êtes démis de cette affaire. Fin de la discussion. »
    Maelwedd jeta un regard circulaire sur l’assemblée.
    « Tous les Mélandiens de la ville doivent être au Fort pour demain soir au plus tard. Les services secrets transmettront leurs dossiers et leurs listes à la garde qui se chargera de l’arrestation des suspects.
    — Ces gens…
    — Tervan, je vais vous jeter dehors.
    — Vous n’avez pas le droit. Ces choses doivent être discutées au conseil, vous ne pouvez pas faire arrêter des centaines de personnes par lubie.
    — Ecoutez-moi bien, jeune homme. Je suis conseiller à la sécurité de cette ville. J’ai averti mes collègues de la situation. Et ils ont convenu que l’urgence nécessitait la prise de décisions rapides et radicales. Je suis en charge de cette crise. Intégralement. Cela signifie que si j’estime nécessaire, pour le bien de Luménis, de vous jeter au trou pour les trois mois qui viennent, j’en ai toute latitude. Maintenant, asseyez-vous et fermez-la. C’est mon dernier avertissement. »
    L’elfe des bois obtempéra et Darren lâcha un léger soupir. Maelwedd était odieux, mais il était toujours odieux, c’était juste une question d’habitude. Et si Kerun se le mettait à dos, sa marge de manœuvre fondrait comme neige au soleil. Or Darren avait foi en sa valeur et en ses compétences. Il essaya de lui jeter un regard l’enjoignant désormais au silence et à la patience, mais malheureusement, calmer le jeu n’était pas dans les habitudes du général, surtout quand il avait l’avantage.
    « Le problème, avec vous autres, elfes, c’est que vous êtes incapables de penser à court terme. Vous pensez toujours que tout peut être remis à plus tard, qu’un drame aujourd’hui prépare une victoire demain, qu’une vie humaine, ça ne vaut rien. Mais nous ne sommes pas dans les arbres. Et vous êtes au service d’une ville dont les trois-quarts de la population est humaine. Si ça ne vous plait pas, il est toujours temps de prendre votre retraite. »
    Ce qui était un mensonge. Un homme comme Kerun, avec ce qu’il savait, ne pouvait pas décider de partir. Maelwedd comme sa victime du jour en étaient parfaitement conscients. De son côté, Darren laissait le racisme ordinaire du général couler sur sa carapace.
    « Prenez exemple sur Darren, ça vous fera du bien. »
    Kerun demeura silencieux, les yeux baissés, pâle. Darren se sentit un peu traître, mais pas vraiment. Les propos de Maelwedd n’engageaient que lui et il était utile – urgent — que Kerun apprenne à gérer les humeurs du général, à prendre ce qui était intéressant et à négliger le reste.
    « Darren, vous ferez convoquer tous les chefs de culte pour ce soir et préparez-moi une proposition de dispositif de sécurité pour les Temples. Ils ont chopé les Lathandrites, ils ont chopé les Tymorans, ils vont sans doute s’attaquer aux Ilmates ou aux Sunites.
    — Ou aux Mystrans. »
    Maelwedd ne le regarda même pas.
    « On se bouge les fesses. Je veux que le Temple de Tymora soit nettoyé d’ici ce soir. Et rouvert dès demain.
    — Rouvert ? s’exclama Kerun. Vous ne pouvez pas leur demander une chose pareille !
    — Bien sûr que si. Ils vont serrer les dents, comme tout le monde. Les adeptes de Shar veulent, comme de coutume, foutre le brin en semant la panique. Ils veulent rendre hommage à leurs novices ? Parfait. Qu’ils ne laissent pas l’ombre gagner. Où est Devlin ?
    — Au Temple de Lathandre. Nous avons pensé préférable qu’ils restent tous ensemble, intervint Darren.
    — Parfait. Assurez-vous qu’il est présent ce soir.
    — Il est assez éprouvé…
    — Une petite incantation et il n’y paraîtra plus. C’est à ça que servent les clercs, non ? »
    Maelwedd se leva.
    « Oh, une dernière chose, Tervan. Il est bien entendu que les Mélandiens hébergés dans vos locaux en ce moment sont également à transférer au Fort. Pas de favoritisme. »
    L’elfe demeura paralysé une seconde puis opina du chef.
    « Darren, avec moi. »
    Le commandant de la garde se leva et suivit le général, abandonnant son cadet derrière lui. Il fallait qu’il apprenne… à court terme, c’était douloureux mais Maelwedd avait raison : le court terme, c’était juste bon pour les humains.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  11. #11
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Temple de Lathandre, 15ème jour de Tarsakh
    Brandon leva la tête vers Jehannah. Il ne la voyait pas, mais il avait la sensation de percevoir sa forme dans l’air, il devinait son parfum floral, léger, enivrant, et il connaissait sa silhouette par cœur, la courbe de ses hanches, de sa poitrine, son port de tête, son sourire, ses cheveux roux, somptueux, son regard vert tendre. Il aurait voulu user du prétexte de sa cécité pour la toucher, mais c’était bien sûr impossible, et interdit, et il savait qu’elle ne l’aimait pas.
    « Ça va prendre quelques minutes, murmura-t-elle de sa voix divine. Nous ne les avons pas retrouvés…
    — Je sais. »
    Il ne lui dirait jamais ce qu’il était advenu de ses yeux. C’était le genre de choses qu’il valait mieux ne pas savoir, qu’il aurait aimé oublier, qu’il n’oublierait jamais.
    Le murmure de l’incantation déchira le voile de ténèbres qui menaçait d’envahir son esprit. Jehannah avait un timbre enchanteur et les sortilèges de Sunie sonnaient comme des caresses intimes. Souvent, ils ne duraient que quelques secondes, mais celui-ci était appelé à se prolonger et sa douceur, sa chaleur, embrasèrent le corps meurtri du Tymoran. Il avait l’impression que quelques minutes de plus le mèneraient à une excitation inconvenante, et que si la Belle Amoureuse devait temporiser, il finirait par salir ses draps. Heureusement, la sensation de picotement qui naquit dans ses orbites creuses le détourna d’autres visions. Il lâcha un soupir à son corps défendant, se sentit retomber contre les oreillers qu’on avait placés dans son lit. La litanie envoûtante de la Sunite continuait à se dérouler, la caresse de ses mots glissait contre ses tempes, ses joues, revenait au siège de sa souffrance, frôlait ses paupières déchirées. La tendresse du sortilège était à la fois merveilleuse et éprouvante, car il était transpercé par le désir ardent de faire des déclarations qu’il regretterait ensuite. Il se contint. Il serra les lèvres. Il imagina toutes les platitudes sincères qu’il avait envie de proférer à cette femme désirable et formidable, sans rien laisser perler.
    Puis elle se tut et il gémit.

    « Est-ce que ça va ? Ça a marché ? demanda une voix masculine, et Brandon prit conscience qu’ils n’étaient pas seuls et ne l’avaient jamais été.
    — C’est le contrecoup, murmura Jehannah. Il va bien. »
    Brandon battit des paupières et ouvrit les yeux. Pendant une seconde, la pièce parut trouble, le plafond haut, jaune pâle, les moulures en forme de soleils radieux, le rose des murs, puis l’univers se clarifia, gagna en précision, en netteté. Il voyait à nouveau, comme avant l’intrusion et la mutilation. Il n’en avait jamais douté, contrairement à sa survie.
    Il se redressa sur un coude et sourit à la petite assemblée. Jehannah était là, évidemment, parfaite dans sa robe rouge, la mine pâle mais charmante, les joues rosies, l’expression sincèrement inquiète et soulagée en même temps. A ses côtés se tenait Marcus, l’intendant du Temple de Lathandre qui, par un mystère inexpliqué, se retrouvait toujours à suppléer les aubemestres absents. Il était jeune, capable, un peu dépassé par les événements. Il y avait là aussi un homme de la garde, en uniforme bleu clair, que Brandon ne connaissait pas. Le découvrir, observateur anonyme, dans sa chambre, le mit vaguement mal à l’aise. Il tenta cependant de ne pas le montrer.

    « Merci, Jehannah. » dit-il.
    Elle sourit et vint s’asseoir près de lui, lui prenant aussitôt la main.

    « Je suis tellement désolée, Brandon. Tellement, tellement désolée. »
    Il pinça les lèvres et acquiesça, ne trouvant pas les mots pour la consoler. Il n’en avait pas pour lui-même.
    « Est-ce que je peux… savoir ce qu’il en est ? » demanda-t-il.
    Marcus toussa dans son poing, sans quitter le pied du lit.

    « Nous ne sommes pas certains…
    — S’il te plait. »
    Le Lathandrite soupira.
    « Tous les clercs sont vivants. Et globalement indemnes. Mais tous les novices sont morts et… difficiles à ramener. »
    Cela voulait dire qu’ils avaient été mutilés. Il les avait entendus crier, bien sûr, il savait qu’ils avaient souffert, mais il n’avait rien pu voir car, comme le voulaient les Sharites, la peur vient de la nuit, vient de l’ignorance. Il avait espéré, pourtant, qu’il ne s’agissait que d’une mise en scène… mais pourquoi se donner ce mal, quand on sert l’ombre ?
    Il sentit les larmes qu’il n’avait pas pu verser plus tôt poindre au coin de ses yeux et il alla les chercher de deux doigts lents, tentant de museler l’émotion de profondes inspirations. Treize enfants et adolescents. Fauchés. Dans le sang et la terreur. Sans qu’il ait rien pu faire pour les protéger. Des gosses qui étaient sous sa responsabilité, qui l’admiraient, l’avenir de l’église tymoranne de Luménis.

    « Il faut que je voie mes clercs. » dit-il en repoussant doucement Jehannah.
    La Belle Amoureuse parut sur le point de protester mais Marcus la devança.

    « Bien sûr. Ils sont dans les chambres voisines. »
    Brandon opina du chef et se leva lentement. Il portait une tunique de nuit en lin clair, qu’on avait substitué à ses vêtements souillés. On l’avait lavé, aussi, sommairement. C’était plutôt déstabilisant. Une tenue propre, bleu ardoise, provenant probablement de ses appartements, l’attendait sur un meuble.
    « Nous serons dans le couloir. » dit Marcus, en ouvrant la porte et invitant les deux autres à sortir.
    Brandon vit le milicien hésiter et il comprit qu’il disposait d’un garde du corps au sein même du Temple de Lathandre. Mais le soldat finit par obtempérer avec une grimace embarrassée et sortit derrière Jehannah. Marcus ferma ensuite la porte.
    Dès qu’il entendit le déclic du pêne, Brandon éclata en sanglots entre ses paumes. Cela ne dura que quelques minutes, avant qu’il ne trouve la force de se reprendre. Il respira longuement, lentement, s’offrit le temps nécessaire pour recouvrer son calme. Puis il se leva et s’habilla. Il ne restait rien sur son corps des marques des nuits précédentes, les sortilèges de ses hôtes ayant tout effacé. Ils ne pouvaient rien, cependant, contre la fatigue profonde qui l’avait saisi. Les jours à venir seraient difficiles, il devinait qu’il devrait raconter ce qui s’était produit à plus d’une reprise, participer à des réunions urgentes, et puis soutenir ses clercs et rouvrir son Temple. Mais il ferait face.
    Avec un peu de chance.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  12. #12
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Services Secrets Luméniens, fin de matinée, 15ème de Tarsakh
    L’eau chaude était un des plaisirs ultimes de l'existence. Ceux qui le niaient n’avaient pas les sens à l’endroit. Debout, nu, Martin se rinçait avec félicité, les yeux mi-clos, tout à l’instant. Aussi fit-il un bond en poussant un cri de surprise quand la porte s’ouvrit avec fracas. Trois hommes entrèrent, uniforme bleu soutenu, et se ruèrent droit sur lui. Avant qu’il n’ait pu protester, ou même comprendre, il se retrouva plaqué contre le mur, un bras douloureusement tordu dans le dos, une tension désagréable dans les cheveux.
    Formidable.
    Mais il avait l’habitude d’être malmené et savait que s’il résistait, il se prendrait des coups. Mélandis, Luménis, même combat. Il se contenta donc de gémir — à contrecoeur — tandis que la brute derrière lui manquait lui démettre l’épaule.

    « C’est toi, Martin ?
    — J’espère pour toi. » répondit le courtisan, avant de se maudire pour sa stupidité.
    La réaction du militaire ne tarda pas et il lui tapa le visage contre le mur, d'un seul coup, sec. Martin sentit le sang couler sur son front et il se mordit les lèvres puis s’insulta mentalement. Il fallait la fermer, il le savait. Pourquoi devait-il se faire du mal, encore et encore ? Peut-être juste pour crâner devant Kerun, cette fois. Les gentils services secrets luméniens. Mon cul.
    L’homme lui tira le second bras dans le dos et il sentit qu’on lui liait les poignets sommairement à l’aide d’une lanière de cuir. On l’arracha ensuite au mur. Le soldat qui l’avait attaché ne devait pas avoir plus de vingt-cinq ans. Son regard rayonnait de haine sans que le courtisan ne sache pourquoi.

    « Racaille mélandienne. » souffla-t-il.
    Logique.

    « Mets-lui ça. » dit le second militaire en tendant le pantalon dont Martin s’était dépouillé un peu plus tôt au troisième soldat.
    Le premier était désormais derrière lui, une main toujours dans ses cheveux. Le courtisan ne bougea pas d’un poil, tandis que l’homme s’agenouillait devant lui. Il avait froid mais il avait sa fierté.

    « Lève le pied, crétin. » souffla l’excité à son oreille.
    Martin demeura campé sur ses jambes, les muscles tendus, bien décidé à ne pas leur faciliter la tâche.

    « Tu veux rester à poil ?
    — C’est pas moi que ça va déranger. J'ai l'habitude. »
    Le soldat le tira en arrière et l’envoya valdinguer contre le mur. Le sol était mouillé, Martin glissa, tomba lourdement sur le côté, avant de se retrouver assis dans l’eau. Son tourmenteur s’accroupit devant lui. Une douleur sourde pulsait dans sa hanche droite, une belle ecchymose à venir.
    « Maintenant, tu vas faire ce qu’on te dit, sale pute mélandienne.
    — Je suis parfaitement propre. » rétorqua-t-il avec aplomb.
    Il se contracta avant que la gifle ne l’atteigne en plein visage, envoyant mille cloches sonner dans son crâne. Un peu étourdi, il ne se défendit pas quand le troisième larron commença à lui glisser le pantalon autour des pieds, le long des jambes, jusqu’aux cuisses. On le redressa, l’homme lui noua le vêtement à la taille, puis il fut entraîné hors de la pièce sans ménagement. Il goûta le sang qui lui perlait sur la lèvre.

    « Je peux avoir une chemise ?
    — Boucle-la sinon je t’arrache la langue. »
    C’était sûrement une menace en l’air, mais Martin ne tenta pas sa chance. C’était une chose de se faire taper dessus, une autre d’être mutilé par un barbare. Dans le couloir, il retrouva Gérold, encadré lui aussi par deux gardiens aux mines patibulaires. Le gamin avait l’air terrorisé par la brusque irruption de la violence dans leur cellule jusque là tranquille. L’apparition subite du courtisan, trempé et sanguinolent, n’arrangea rien : ses yeux s’écarquillèrent et sa bouche s’entrouvrit sur une question silencieuse. Martin se contenta de sourire, comme si c’était la routine. Il était couvert de chair de poule, à moitié nu, l’arcade sourcilière et la lèvre fendues, attaché et malmené par des brutes. Il ne ressentait rien, sinon une grande lassitude. C’était vraiment la routine, tout bien considéré.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  13. #13
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Quais de Luménis, 15ème jour de Tarsakh
    Aigéan avait du mal à croire qu’il avait recouvré la liberté aussi facilement. Il s’était attendu à ce que Kerun le garde quelques jours, le temps qu’il mûrisse, qu’il perde sa contenance, et qu’il se déverse. Bien sûr, le capitaine de la Généreuse avait les ressources pour ne pas craquer et se répandre, même mal traité. Mais en même temps, il n’avait jamais eu l’intention de mentir, sur rien, malgré la honte qu’il éprouvait encore quand il songeait à la domination dont il avait été victime, des années durant, aux mains de cette infâme créature qui n’avait plus d’humaine que la forme. Et pourtant, malgré l’emprise maléfique d’Umberlie, malgré les risques encourus, il n’avait pu que retourner vers l’océan. Ce n’était pas vraiment une question de volonté, c’était une question de nature. Il était issu de l’eau et devait y revenir, immanquablement.
    Umberlie régnait sur les vagues, mais il avait le sentiment que la reine-garce pansait désormais ses plaies, à l’abri des profondeurs. Peut-être voudrait-elle, un jour, se venger de lui, mais depuis six mois qu’il était revenu à lui-même, il n’avait essuyé aucune tempête inquiétante, aucun grain subit, aucune avarie imprévue en plein cœur de la mer. Il priait, bien sûr. Tymora et Lathandre, Séluné et Valkur. Agir autrement aurait été stupide et suicidaire, ce qu’Aigéan n’était plus depuis longtemps.
    Il se dépouilla de sa chemise, de ses chausses et de ses bottes, les repliant sagement dans l’ombre d’une pile de tonneaux. Il garda juste son caleçon, par égards pour les marins qui travaillaient dans le port, sur le pont de leurs navires ou à quai, et aux curieux qui venaient regarder vaisseaux et mouettes. Ensuite, il se plaça au bord de l’eau, regarda l’horizon lointain, maculé de taches, petits bateaux de pêche, grands voiliers marchands, peut-être une frégate militaire. La brise était amicale, les vagues léchaient le quai dans un clapotis tranquille. Il fléchit légèrement les genoux, puis plongea.
    L’océan était glacé, revigorant, sale aussi près du port. Loin sur sa gauche, les tuyaux des égouts déversaient la fange de la ville directement dans la mer, pour le plus grand bonheur des poissons, oiseaux et autres crabes voraces. Il s’en écarta rapidement, en quelques battements de jambe, descendit plus profondément, passa sous la coque d’une chaloupe, rencontra un banc de sardines argentées qu’il perça sans ralentir, s’éloigna encore et encore de la ville et des humains.
    Il se sentait calme. Il l’avait toujours été, un trait de sa race, jusqu’aux événements sombres qui l’avaient forcé sous la coupe d’un avatar de la Reine-Garce. Et libre, il l’était redevenu. Malgré ce qu’on l’avait obligé à ressasser ces dernières heures, il ne devait pas chercher loin pour trouver la paix. C’était parfois seulement une façade, cependant. Sang-froid. Froid comme l’eau de l’océan. Froid comme les grands abysses. Comme le requin qui passe, silencieux, dans la pénombre sous la surface.
    Il descendit jusqu’au fond. Aussi près de Luménis, il était parsemé des vestiges de la civilisation. Quand il était enfant, Aigéan allait souvent à la chasse au trésor dans les rebuts de ses concitoyens. C’était une habitude qu’il avait conservée, une nostalgie d’une période plus douce, quand le ciel était bleu, l’avenir ouvert et ses parents encore vivants. Il erra un moment, debout sur le sable boueux, au milieu des déchets. Un squelette de chèvre, ses cornes recourbées colonisées par des coquillages. Des bouteilles vides, certaines entières, d’autres brisées. Une vieille épée rouillée. Quelques pièces de cuivre. Un coffre ferré, démantibulé. Une poutre vermoulue, gorgée d’eau. Une demi-statue, de femme, apparemment. Un gros sac lesté, mauvais signe, il s’en détourna. Une ombre gigantesque passa au-dessus de sa tête, la coque d’un navire de gros tonnage, rentrant au port. Prenant appui dans la vase, il se propulsa vers le voilier, effleura les planches du bout des doigts, en caressant le flanc. Il avait commandé de tels monstres, autrefois. Le Narval Tacheté. Un des plus beaux vaisseaux de la flotte, un gage de confiance qu’il n’avait dû qu’à son mérite, du moins aimait-il le penser. Son père ne l’avait jamais favorisé, en dépit de ce que disaient les mauvaises langues. Mais l’amiral était mort, et le Narval Tacheté gisait par le fond. Il se laissa dériver dans son sillage, flottant peu à peu vers la surface, puis émergeant dans le bouillonnement des vagues agitées, au milieu des mouettes.

    « Agi ! »
    Plongé dans sa rêverie mélancolique, il lui fallut quelques secondes pour réaliser qu’on l’appelait.
    « Agi ! Espèce de vieux calmar, qu’est-ce que tu fiches ? »
    Levant les yeux, il vit une silhouette penchée par la fenêtre du château arrière de l’énorme caraque. Les appartements du capitaine.
    « Phil! » fit Agi en le saluant.
    Il battit des jambes pour suivre le vaisseau qui rentrait à la rade. Mais il allait diablement vite, tiré par les voiles de ses quatre mâts, et Aigéan fut rapidement distancé. Théophile criait quelque chose que le vent emporta. Il hésita un moment. Devait-il rester dans l’océan, son univers, reflet de son essence ? Ou regagner le monde des hommes et ses turpitudes, sa vilenie, la chaleur de l’amitié ? Le froid n’était-il pas sa nature ? Le navire arrivait à quai. Formidable. La Vigoureuse. Il avait été second, sur cette caraque, il en connaissait le plan par cœur. Il sentit quelque chose lui mordiller l’orteil, baissa les yeux pour découvrir un mérou ventru, qu’il chassa d’un coup de pied. Puis il replongea et mit le cap sur Luménis. Pour cette fois encore.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  14. #14
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Services Secrets Luméniens, après-midi du 15ème jour de Tarsakh
    Kerun montait les escaliers, hors d’haleine. Des agents s’écartaient sur son passage, certains le saluant, d’autres se contentant de l’observer, sans inquiétude particulière. Lui-même leur prêtait à peine attention. Il avait couru depuis le Fort, abandonnant son équipe derrière lui, dès l’instant où il avait été congédié. Arrivé sur le palier du troisième étage, il s’engagea dans le couloir ouest, les poumons en feu, manqua percuter quelqu’un, s’excusa sans ralentir, tourna vers le nord, s’immobilisa en découvrant la porte ouverte.
    « Oh non non non non… » souffla-t-il.
    Il noya un instant son visage dans ses paumes, puis souffla doucement. Il s’en était douté. A la minute où Maelwedd avait parlé des Mélandiens détenus dans leurs locaux, il avait compris qu’il savait déjà exactement ce qu’il en était. Il poussa la porte, fit quelques pas dans les appartements déserts, sans appeler. Il n’y restait personne, fatalement.
    Le silence régnait en maître, accusateur. La cellule du nécromancien béait. Quelqu’un leur avait donné les clés. Ils avaient dû avoir un document officiel, bien sûr. On les avait laissés faire ce qu’ils voulaient, emporter les suspects jusqu’au Fort, comme annoncé.
    Une lame de culpabilité le frappa au ventre. Il avait piégé le courtisan sans le vouloir. S’il n’avait pas été le chercher dans son bordel des taudis, jamais Maelwedd n’aurait su qu’il existait. Bien sûr, il ne lui avait rien promis : c’était un assassin mélandien, il ne lui devait rien, mais néanmoins… l’idée de s’être fait rabatteur pour les basses besognes du général le rendait malade.
    Il faut un mauvais dans l’histoire, songea-t-il à nouveau.
    Il avait arraché Martin à son nid de luxure, il avait malmené Aigéan en le forçant à se remémorer les horreurs de sa détention et maintenant, Maelwedd l’accusait de n’avoir pas pu protéger le Temple de Tymora. Une bouffée de rage l’envahit et il donna un coup de poing contre le mur, envoyant une onde de douleur dans son bras et son épaule.
    Il trouva une partie des vêtements du courtisan dans la salle d’eau, signe qu’il était en train de se laver quand ils étaient arrivés. Il y avait un peu de sang sur le mur, à hauteur de visage. Kerun eut un sourire amer en imaginant la scène : Martin ne s’était probablement pas laissé emmener sans faire un peu de résistance. A moins que les hommes de Maelwedd n’aient simplement décidé de l’intimider. Le général était du genre à avoir choisi des brutes expressément pour instiller la peur dans le cœur de ceux qu’il entendait faire avouer.
    Je suis un adepte de Shar, et j’ai massacré les novices du Temple de Tymora.
    Kerun gagna la petite salle à manger et s’assit sur le banc. Une vaisselle parfaitement lavée reposait sur un torchon déployé. Il flottait une odeur de thé froid dans l’air. L’elfe reprit le contrôle de sa respiration, dompta les battement de son cœur.
    Il y avait des centaines de ressortissants mélandiens à Luménis. D’anciens esclaves, des réfugiés, des prisonniers de guerre qui avaient tourné casaque, les enfants d’unions mixtes, des gens des campagnes environnant la cité sombre, et qui n’y jamais mis les pieds. Bien sûr, il devait y avoir des clandestins. Quelques espions qu’ils n’avaient pas encore coincés. Des braves gens et de plus retors, fatalement. Il y en avait aussi parmi les Luméniens de souche.
    Si Maelwedd avait fait embarquer Martin et le petit nécromancien, il avait fatalement mis la main sur tous les dossiers, cela ne servait à rien d’aller vérifier. Il essaya de chasser ces pensées de son esprit. Il y avait d’autres affaires en cours, des surveillances à poursuivre, des infiltrations à organiser.
    Ithilion, songea-t-il. Ithilion est la priorité.

    « Kerun. » dit une voix féminine devant lui et il releva les yeux.
    Nora Felden l’observait, bras croisés, mine pincée. Grande, blonde, elle était sûrement belle pour une humaine. Elle était aussi son chef et elle avait l’air de méchante humeur.

    « Nora, épargne-moi le sermon. » souffla l’elfe.
    Elle s’assit à côté de lui et soupira.

    « Te mettre Maelwedd à dos n’arrangera jamais nos affaires, Kerun.
    — Il nous a… accusés d’être responsables !
    — Gareth est colérique.
    — C’est un conseiller de la cité ! S’il ne sait pas être rationnel, un minimum... ou au moins museler ses émotions !
    — Apparemment, toi non plus. »
    L’elfe se renfrogna, piqué au vif.
    « Je ne suis pas conseiller, moi. Qu’étais-je supposé faire ? Accepter d’endosser la responsabilité de toute l’affaire ?
    — Si tu l’avais fait, nous serions encore impliqués. »
    Il leva les yeux au ciel.
    « Ithilion. Je vais m’occuper d’Ithilion. Je devais monter une équipe, nous voulions partir avant la fin du mois…
    — Non. Tu vas t’occuper du Temple de Tymora.
    — J’ai été viré, Nora. Devant témoins. Insulté et viré. Accusé d’être un incapable, rabroué comme un gosse.
    — Peu importe. Tu devras travailler dans l’ombre. Mais ça tombe bien, c’est ton métier. »
    L’elfe la dévisagea et elle sourit doucement.
    « Tu ne travailles pas pour Maelwedd, tu travailles pour la cité. Un groupe d’adeptes de Shar est à l’intérieur. Je te tiendrai au courant des actions officielles. Tu combleras les trous. »
    Il soupira et se massa distraitement la nuque.
    « Il a fait embarquer mes Mélandiens.
    — Je sais.
    — C’est une décision stupide.
    — Radicale. Et sans doute vaine. Mais Gareth a toujours été partisan des solutions musclées. Et la chance n’est pas nulle qu’il y ait des fidèles de Shar dans la population mélandienne à Luménis.
    — Ils sont des centaines ! Bien sûr qu’on trouvera quelques Sharites ! Et des Bainites, des Cyriciens, quelques Beshabans… Probablement un paquet de Talosiens réfugiés. Mais tous les autres ?
    — Ils seront relâchés.
    — Avec au ventre une étrange impression d’injustice. Il y a du sang dans la salle d’eau. Je ne crois pas que ton ami Gareth ait décidé de faire dans la dentelle. »
    Nora pinça les lèvres.
    « S’ils sont attachés à Luménis, ils comprendront la nécessité de ces actions. »
    L’elfe rit doucement, amer.
    « Non. Ils comprendront que l’oppression qu’ils ont fuie est tout juste mieux dissimulée à Luménis. Gareth a intérêt à trouver ses coupables dans le tas, s’il veut que les Mélandiens se résignent. Et le connaissant… Il est fichu de trouver ce qu’il cherche.
    — Alors trouve les vrais coupables, Kerun. Et rapidement.
    — Il faudra que j’aille voir Devlin. »
    L’expression de Nora se tendit.
    « Sois discret et prudent. Si Maelwedd te surprend…
    — Tu seras forcée de nier que cette conversation a jamais eu lieu. Je sais. »
    Elle opina du chef et lui pressa l’épaule, avant de se relever.
    « Nous ne sommes pas nombreux, mais certains d’entre nous valent davantage qu'un conseiller et son armée toute entière. »
    Il sourit, embarrassé, et acquiesça, tandis qu’elle quittait la pièce. Il demeura assis, le regard dans le vide, réfléchissant à son prochain mouvement.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  15. #15
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Temple de Lathandre, début d’après-midi, 15ème jour de Tarsakh.
    Brandon était épuisé. Mentalement, physiquement, il avait l’impression d’avoir pris dix ans. Assis dans le petit bureau que Marcus avait mis à sa disposition, il regardait ses mains trembler sans arriver à les maîtriser. L’intendant lathandrite lui avait apporté de quoi boire et manger, des choses légères, appétissantes, mais il n’avait pas faim. Compte tenu de ce qui l’avait dévoré alors qu’il gisait entravé dans la chapelle, c’était presque ironique. Il avait vu ses clercs, avait tenté de gérer leur colère, leur chagrin, leur stupéfaction, leur désespoir. Les sortilèges de guérison de leurs hôtes avaient effacé ce que les intrus avaient fait à leur corps, mais comment guérir l’âme ? Résilience. Ils avaient survécu à Morféa. Finalement, presque quatre ans d’accalmie, ce n’était pas si mal.
    La porte s’ouvrit sur Darren Flèche-Sombre. Il était accompagné de son secrétaire, un jeune humain pâle et servile, dont Brandon ne connaissait pas le nom. L’elfe sauvage s’assit en face de lui, déposa ses documents sur la table et lui jeta un regard vide. Le Tymoran ne s’était pas attendu à autre chose.

    « Messire Devlin, j’espère que vous vous portez mieux. »
    Convention langagière. Flèche-Sombre était connu pour sa froideur en toute situation. Il en avait vu d’autres, évidemment.
    « Indubitablement, commandant. » répondit Brandon avec un détachement factice.
    Il ne trouverait nulle compassion chez son interlocuteur. Il regretta de ne pas avoir demandé à quelqu’un de l’accompagner, ne fut-ce que pour un peu de soutien moral.

    « Il y a un certain nombre de choses dont nous devons parler. » dit le commandant de la garde.
    Son secrétaire avait commencé à griffonner.

    « Pour l’enquête.
    — Bien sûr.
    — Avez-vous une idée de l’identité de vos agresseurs ?
    — Des adeptes de Shar, si je dois me fier à leurs déclarations.
    — Une idée de leur nombre ?
    — Au moins quatre. Sans doute plus.
    — Comment sont-ils entrés, selon vous ?
    — Par la porte.
    — Par la porte. Vous pouvez élaborer ?
    — Nous avions accueilli un groupe d’aventuriers. Quatre. La veille. C’étaient eux.
    — Vous en êtes sûr ?
    — Oui.
    — Votre Temple n’est-il pas censé être sanctifié, Devlin ?
    — Il ne l’était plus depuis trois jours. »
    Darren fronça les sourcils. Brandon soupira. Il s’était douté qu’ils en viendraient à cette question.
    « Nous comptions procéder au rituel de sanctification à Herbeverte, cette année. Pour participer aux réjouissances, marquer le coup. Ça nous faisait une fenêtre d’une vingtaine de jours sans protection. »
    Darren continuait à le dévisager, masquant mal sa stupéfaction devant tant de négligence.
    « Qui était au courant ?
    — Tous les clercs. Les chefs de culte des autres temples, aussi. Nous en avions discuté à plus d’une reprise, lors de nos réunions de concertation.
    — Et vous n’avez pris aucune mesure transitoire de protection ? Pas de glyphes, de portails, de scrutation de vos invités ? »
    Brandon grimaça. Darren était incrédule.
    « Vous n’êtes pas lathandrites, pourtant… Pourquoi une telle inconscience ?
    — Nous nous attendions à avoir de la chance, je suppose. »
    C’était probablement la pire réponse à faire, mais c’était la stricte vérité. L’elfe sauvage secoua la tête, sa bouche se tordant en un léger rictus de mépris qu’il tenta de contenir. Il baissa les yeux sur ses notes.
    « Il me faudra la liste complète des personnes qui savaient le Temple exposé. »
    Il releva les yeux.
    « Combien de novices aviez-vous ? »
    Brandon sentit sa gorge se serrer et une brusque douleur le saisir aux tempes.
    « Treize.
    — Il en manque deux.
    — Si vous me donnez le signalement de ceux… que vous avez retrouvés…
    — Nous y viendrons. »
    Le commandant de la garde relâcha sa respiration.
    « Nous devons interroger leurs fantômes, annonça-t-il, comme si c’était la chose la plus anodine au monde, et Brandon eut une brusque envie de l’étrangler. Votre maître des novices devra y assister.
    — J’y assisterai moi-même.
    — Votre maître des novices…
    — Je connais les novices aussi bien que lui. Je suis le grand maître de ce Temple. C’est moi qui assisterai à la communication. »

    Sa voix vibrait de colère, il en était conscient. Un instant, Darren sembla sur le point de protester, son visage se contractant, mais il céda et il fit bien. Brandon n’était pas un homme agressif mais il était empli d’émotions violentes qu’il avait du mal à contrôler. Si Flèche-Sombre voulait prendre le risque de s’y frotter, grand bien lui fasse. Le Tymoran avait l’impression d’avoir suffisamment de circonstances atténuantes pour s’en tirer sans dommages s’il venait à le tuer.
    Qu’une telle pensée puisse lui traverser l’esprit eut l’effet d’une douche froide et il frissonna en fermant les yeux.

    « Très bien, dit Darren, conciliant. Tout à l'heure aura lieu une réunion des chefs de culte. Nous devons discuter des mesures de sécurité à mettre en place jusqu’à ce que nous ayons coincé les perpétrateurs de cette… »
    Brandon rouvrit les yeux pour le fixer, le mettant au défi d’user d’une expression creuse, propre à minimiser ce qui s’était produit.
    « … profanation. »
    Darren était fin, il fallait le lui reconnaître.
    « Le général Maelwedd sera présent. »
    Mauvaise nouvelle. Cela signifiait que leur marge de manœuvre serait nulle. Leur présence était requise pour opiner du chef.
    « Il veut que le Temple rouvre demain. Il estime que vous êtes suffisamment… conscient des enjeux pour que cela soit possible.
    — Bien sûr. » dit Brandon, le cœur en sang.
    Que valait le chagrin d’une poignée de clercs face à la stabilité d’une ville entière ? Brandon eut une pensée pour les Lathandrites qui, trois ans plus tôt, avaient été confrontés à la même cruauté, à la même nécessité de prétendre. Ils s’étaient repliés comme une huître autour de leur sanctuaire et de leurs blessures, sans jamais oser avouer ce qu’ils ressentaient. Ils avaient fait face. A quel prix ? Petit à petit, les choses étaient revenues à la normale. Ou du moins l’avaient-ils tous cru. Et il fallait l’espérer. Il sentit l’émotion l’envahir comme il songeait aux gosses qu’il avait perdus. Arsène, Catriona, Guillaume, Gersande, Faustine, Leni, Kelnen, Lorcan, Rhys, Rose, Ciryon, Hadron, Una. Il connaissait leurs visages, leurs voix, leurs espoirs. Et il les avait entendu hurler. Il leva une main incertaine à son visage, pour se masser le front, et réalisa que Darren lui parlait.

    « Excusez-moi.
    — Je parlais du nettoyage du Temple. Je vous proposais d’affecter une équipe de la garde pour s’en charger. Si vous le désirez.
    — Je vous en serais reconnaissant.
    — Il faudra que vous relatiez en détail ce qui vous est arrivé. Quand vous vous sentirez prêt. »
    Brandon opina du chef.
    « Je vais vous laisser, à présent. Nous nous reverrons tout à l'heure. »
    Mais le Tymoran n’écoutait plus vraiment, son esprit à nouveau happé par les souvenirs de la nuit. Il demeura immobile un long moment, sans réaliser que Darren était sorti et que Jehannah était entrée. Elle s’assit près de lui et se contenta de lui prendre la main, tandis qu’il revivait, à l’intérieur de lui-même, le drame qu’il n’avait pu empêcher.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  16. #16
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Fort de Luménis, après-midi du 15ème jour de Tarsakh.
    Les Luméniens étaient manifestement dépassés par leurs propres initiatives.
    A la sortie du bâtiment où ils étaient séquestrés, Martin et Gérold avaient été chargés dans un chariot où se trouvaient déjà une dizaine de personnes, des hommes, des femmes, mais aussi deux enfants et une très vieille grand-mère. De ce que Gérold avait compris, avant qu’ils ne soient réduits au silence par quelques aboiements et la menace, ils étaient tous d’origine mélandienne. Le véhicule avait cheminé sur les pavés de la cité, au trot des chevaux. Ils avaient fait encore deux arrêts, pour embarquer trois personnes supplémentaires. On les avait fait descendre dans la cour du fort, un large espace découvert encadré de murs sombres et épais. Des soldats allaient et venaient, les uns à cheval, d’autres à pied, portant l’uniforme bleu sombre de l’armée luménienne. On s’entraînait sur la gauche, on devisait sur la droite. Et Gérold avait réalisé qu’ils n’étaient qu’un chariot parmi d’autres, qu’un troupeau de gens était dirigé par les militaires vers l’une des portes de la caserne. Il s’était laissé guider par des mains secourables, tout attaché qu’il était. D’autres étaient également entravés, mais pas tout le monde. Il avait rapidement perdu Martin de vue, emporté par des mouvements de foule contre lesquels il ne pouvait rien. Devant les portes s’était formé une sorte de bouchon, à hauteur de deux tables. Des soldats, assis, y compulsaient des parchemins, discutaient avec les prisonniers — c’était ce qu’ils étaient, des prisonniers, non ? — un à un, avant de les confier à d’autres hommes en uniforme qui les entraînaient à l’intérieur. Il y avait des cris, des protestations, des pleurs. La plupart des gens restaient dignes et obtempéraient sans broncher. Mais certains résistaient et Gérold réalisa que les militaires luméniens démontraient la même brutalité que ceux de sa patrie. Sans doute ne tueraient-ils pas quelqu’un à coup de pieds en public, cependant. Il y avait des limites.
    Coincé dans cette masse humanoïde, Gérold se demanda ce qui avait pu pousser les Luméniens à arrêter tous les Mélandiens qui résidaient dans la capitale. Autour de lui, les rumeurs allaient bon train. On parlait d’une nouvelle guerre, on parlait d’un échange d’otages, on parlait d’une simple formalité administrative. Certains étaient philosophes, d’autres furieux, la plupart inquiets. On espérait pouvoir rester à Luménis, ne jamais revoir Mélandis, ne pas être séparé des êtres aimés, être rentré pour le souper. On priait, aussi. Lathandre, surtout. Tymora. Les dieux de la justice, Tyr en tête. Ilmater. Et on suppliait Cyric, Beshaba, Shar d’épargner le futur, à voix basse. De son côté, le jeune nécromancien se sentait plutôt rassuré d’être perdu dans le nombre. Il avait la sensation, sans doute illusoire, d’être davantage en sécurité. Il aurait aimé que Martin soit toujours là, cependant. Ce n’était qu’un visage et un nom, mais il était devenu presque familier. Impossible de le repérer dans cet océan de chevelures.
    Des soldats pénétrèrent dans le groupe rassemblé pour en extirper certaines personnes, celles qui étaient attachées, sans doute considérées comme plus dangereuses par les autorités. Les autres s’écartèrent comme un banc de sardines devant le requin. Chacun pour soi. Gérold ne tenta pas de se cacher et obtempéra dès que des mains se refermèrent sur son épaule et son bras. Il n’était pas petit ni maigrichon, mais il n’avait aucune envie de se faire abîmer le portrait pour le plaisir. Sa situation était problématique depuis la minute de son arrestation. Il ne craignait pas réellement la suite.
    Il fut entraîné, avec d’autres, vers une entrée secondaire et pendant une seconde, il craignit qu’on aille les abattre immédiatement à l’écart, pour en être débarrassés. Mais son gardien le conduisit jusqu’à une table où une jeune femme en uniforme l’accueillit d’une grimace glacée. Sous son masque, il devina cependant qu’elle était presque aussi effrayée que lui.

    « Nom ?
    — Gérold de Vainevie.
    — Adresse ?
    — Je n’en ai pas. Je viens d’arriver. J’ai été arrêté sur les quais, en débarquant. »
    Pure vérité. Elle parut déstabilisée, cependant. Mais elle finit par griffonner quelques mots sur son parchemin.
    « Profession ? »
    Il hésita.
    « Heu… Je n’en ai pas vraiment… Voyageur ?
    — Vous êtes attaché. Vous êtes clerc ? Magicien ? Barde ?
    — Magicien.
    — Une spécialité ? »
    Mens, mens, mens, Gérold, mens !
    « Nécromancie. »
    Le regard de la demoiselle s’écarquilla et une expression d’intense dégoût se peignit sur ses traits. En même temps, il avait été honnête. Ne pouvait-elle pas indiquer ça sur son document ? Un nécromancien honnête ? Ça devait valoir quelque chose !
    Un soldat s’approcha, dégageant une aura de brute débile. Gérold sentit ses entrailles se tordre d’angoisse, comme il se penchait au-dessus de l’épaule de la jeune femme. Puis il songea que les chances que ce malabar sache lire étaient nulles.

    « C’est quoi ? »
    Gérold jeta un regard implorant à la demoiselle, mais elle l’ignora.
    « Nécromancien. »
    Je suis mort, songea le jeune mage, en croisant le regard dur du militaire.
    « Il reste de la place à la 4. »
    Il faillit se pisser dessus de soulagement, avant de songer qu’il s’agissait peut-être là d’une salle de torture. Mais le militaire l’avait déjà entraîné, sa main ferme repliée comme une griffe sur son coude, et il jeta un dernier coup d’œil au soleil avant d’être avalé par les entrailles sombres et odorantes de ce qu’il espérait n’être qu’une prison. On lui fit remonter un couloir obscur, éclairé par des petites fenêtres barrées, à hauteur de crâne, sur les traces d’un autre homme, quelques mètres plus loin. Ce dernier franchit la troisième porte, Gérold fut emmené plus loin, jusqu’à la quatrième. Il déboucha dans une pièce carrée, contre les murs de laquelle étaient assis une dizaine d’hommes. Tous avaient les mains enchaînées dans le dos puis, probablement, au mur. Un d’entre eux, un homme d’un certain âge, déjà, était bâillonné. Gérold fut entraîné vers le mur de gauche, où il restait une place, et constata avec un bonheur indicible, que son voisin était Martin. Ce dernier lui décocha un sourire apaisant tandis que le soldat l’enchaînait à nouveau. Il ne résista à aucun moment. Son compagnon d’infortune avait toujours du sang séché sur le visage.
    « Salut petit, dit-il avec une commisération teintée d’ironie.
    — Salut, bredouilla Gérold en cherchant une position pour ses jambes qui ne gêne ni Martin, ni l’inconnu de gauche.
    — Ne fais pas cette tête. Tu te fonds dans la masse, désormais.
    — Ils savent que je suis nécromancien, je leur ai stupidement dit. »
    Le garde était ressorti, laissant la porte ouverte. Un visage peu amène les observa un moment, puis s’en fut.
    « Ne te morigène pas. Ils te l’auraient extirpé d’une manière ou d’une autre, si tu l’avais tu. Et c’est probablement dans les documents que Kerun avait sur toi, de toute façon.
    — Kerun ?
    — L’elfe roux. Celui qui t’a arrêté, aux services secrets.
    — Je l’ai à peine vu.
    — Il savait que tu étais nécromancien : tu le racontes à tout le monde.
    — C’est plus honnête. Je me disais que les Luméniens aimeraient ça. »
    Son interlocuteur rit joyeusement.
    « Tu es mignon, Gérold. Je suis surpris que tu aies survécu à Mélandis.
    — Mais à Mélandis, je me comportais en mélandien !
    — Ceci explique cela.
    — Mais pourquoi es-tu attaché ici ? Je croyais que tu étais… je ne sais pas… pas magicien, en tout cas.
    — On attache aussi les assassins et les voleurs, je suppose.
    — Et c’est le cas ? »
    Son interlocuteur parut hésiter, puis finit par secouer la tête.
    « Pas vraiment, non.
    — Alors pourquoi ?
    — A cause de Kerun.
    — Il a demandé à ce que tu sois attaché ? Il a vraiment une dent contre toi…
    — Je ne crois pas qu’il ait demandé quoi que ce soit. Mais puisque j’étais retenu aux services secrets, on a en déduit que je devais être dangereux. »
    Un soldat en livrée bleue s’encadra dans l’embrasure de la porte et les observa un moment, puis repartit.
    « Tu vas voir comme on était bien, là-bas… »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  17. #17
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Palais de Luménis, soir du 15ème jour de Tarsakh
    Othon remontait le couloir en lissant son tabard d’une main distraite. Il avait bien dormi, pour une fois, passé une journée productive entre entraînement, entretien d’armure et définition de priorités, mais les nouvelles du Temple de Tymora promettaient de lui donner des cauchemars et de changer la donne. Il devinait que s’ils avaient été conviés à cette réunion au sommet, c’était pour être impliqués dans la défense des Temples. Bien sûr, dès que les premières informations avaient transpiré, Sire Armand avait envoyé six d’entre eux au Sanctuaire de Lathandre, mais Othon devinait qu’on leur en demanderait davantage. Les Ilmates et les Tymorans n’avaient pas de chevaliers et ceux des Sunites ne seraient peut-être pas assez nombreux pour assurer la sécurité des clercs sur place.

    « Othon ! »
    Il se retourna pour faire face à son interlocuteur. Gareth Maelwedd portait son armure éternelle, une expression sombre sur le visage, et le paladin essaya de tempérer l’animosité que le personnage lui inspirait.
    « Conseiller.
    — Où est Armand ?
    — Il ne vient pas. »
    Le général le scruta, soupçonneux.
    « Il est stupide. »
    Othon sourit doucement.
    « Pour éviter l’escalade, je crois que je vais garder son opinion te concernant pour moi. »
    Maelwedd lâcha un rire bref, mais il n’était pas amusé.
    « L’urgence exige parfois de remiser les différends.
    — Certaines choses ne s’oublieront jamais, Gareth. Et je supplée parfaitement à mon supérieur. Ce que la commanderie doit faire, la commanderie le fera.
    — Je l’espère bien. »
    Le paladin ne releva pas l’allusion, demeurant de marbre, puis se remit en marche vers la salle de réunions.
    « Ce gosse est mort à cause des stupides idées que vous lui avez mis en tête. » grommela le général dans son dos.
    Othon s’immobilisa et prit une profonde inspiration. La colère était mauvaise conseillère, il devait la museler, hausser les épaules, continuer sa route.

    « Armand le sait très bien. »
    Le paladin se retourna lentement et toisa le militaire.
    « Ce gosse — ton fils — est mort parce que tu l’as abandonné à ses bourreaux, Gareth. N’essaie pas de mettre tes errements sur nos consciences.
    — Ce sont vos idéaux pétris d’absolu qui l’ont envoyé à la guerre.
    — Comme des milliers d’autres Luméniens. A cause d’une décision du conseil. C’est toi qui l’as laissé mourir. Tu lui as tourné le dos. Ton unique enfant.
    — Et qu’étais-je supposé faire ? Céder aux demandes des Mélandiens ? Sacrifier d’autres innocents parce que la vie de mon fils était en danger ? Vraiment ?
    — Tu aurais pu négocier, a minima.
    — Non. Cela aurait envoyé un mauvais message à l’ennemi. »
    Othon secoua la tête avec une grimace de mépris.
    « C’est faux. Tu leur aurais envoyé le message que l'amour n'est pas un vain mot pour les Luméniens. »
    Le général leva les yeux au ciel et le paladin fit volte-face, sans s’en soucier. Il franchit la troisième porte à gauche et déboucha dans la salle de réunions. Une dizaine de personnes s’y trouvaient déjà.
    Les Lathandrites étaient au fond, Marcus l’intendant, le visage pâle, les yeux hantés, fixant le vide. Céleste, la doyenne. Hugo, le successeur désigné d’Alaric, lequel était toujours à Eredhun. Ils sourirent en apercevant le paladin, un sourire anxieux, soulagé, comme si Othon était le sauveur du monde. Il ressentit le poids de leur espoir et de leur confiance avec une acuité imprévue.
    Les Tymorans était à gauche. Brandon Devlin fixait la table, sans rien voir. On lui avait arraché les yeux mais un sortilège les lui avait rendus dans la matinée. Il paraissait vieilli et épuisé, mais Othon le connaissait bien et savait qu’il se remettrait. Dans la douleur, sans doute, mais il n’était pas homme à renoncer. Il hésita à lui faire signe, mais le clerc paraissait à des lieues de là, loin, prisonnier. A ses côtés se trouvait Sonia, le regard brillant. Sa fébrilité transparaissait dans chacun de ses gestes, vestige de sa nuit agitée. C’était bien du Maelwedd d’avoir imposé ce genre d’épreuves à des convalescents qui n’avaient besoin que de chaleur et de silence.
    Tous soldats, songea Othon.
    A côté des Tymorans, s’étaient installés les Sunites. Jehannah, resplendissante mais inquiète, jetait des coups d’œil soucieux vers Brandon. Soren, le sculpteur, pour une fois habillé, observait les gens de son regard affûté, comme toujours. Othon sourit en se remémorant son dernier passage à la commanderie.
    Les Waukyniens occupaient les sièges dans le coin gauche. Anselme, le grand prêtre, devisait avec un homme plus jeune qu’Othon ne connaissait pas. Ils paraissaient étrangement détachés, comparés aux autres personnes présentes. Sans doute se pensaient-ils relativement protégés.
    Venaient ensuite les Ilmates. Agathe avait le visage figé comme si on lui avait jeté un sort d’immobilité. Et, petit miracle, le grand maître, Joseph, s’était déplacé. Il avait la mine d’un cadavre doué de vie. Qu’un aussi vieil homme n’ait pas été libéré de sa fonction paraissait inutilement cruel.
    Pour terminer, les Mystrans avaient daigné se déplacer. Ils vivaient en marge des autres cultes, perdus dans la Toile, fascinés par l’invisible. Que Gareth les ait contraints à quitter leur bulle était preuve de son pouvoir. Leur grande prêtresse, Freya, paraissait tendue. Elle s’était fait accompagner de deux clercs plus jeunes, inconnus au bataillon.
    Othon traversa la pièce pour aller rejoindre les Lathandrites. En passant derrière les Tymorans, il posa un moment la main sur l’épaule de Brandon, qui se retourna, surpris, et ils échangèrent un sourire chargé. Le paladin sut que s’il devait aller protéger un Temple qui n’était pas le sien, il irait chez les Porteurs de Chance.
    Il dépassa les dernières chaises et se coula dans un fauteuil, juste à côté de Marcus. L’intendant lui sourit nerveusement. Othon essaya de refléter un maximum de sérénité pour le rassurer, mais Gareth Maelwedd surgit, flanqué de Darren Flèche-Sombre et de trois autres personnes, secrétaires ou officiers. Alors que sa cohorte prenait place en bout de table, empressée, il resta debout, et son regard vert, coléreux, balaya l’assemblée. Il passa sur Othon en faisant mine de ne pas le voir.

    « Vous savez tous plus ou moins ce qu’il s’est passé cette nuit, tonna le général, et si vous voulez des détails, vous n’avez qu’à interroger Maître Devlin. »
    Ce dernier se tendit mais ne proféra pas un son.
    « Les adeptes de Shar nous pourrissent la vie depuis des années, à présent, et personnellement, j’en ai ras le bol. Je vais les trouver, les coincer et les éliminer. Mais pendant ce temps-là, vos temples sont exposés et sont manifestement au premier rang des cibles potentielles. Vous avez une responsabilité pour la protection de vos sanctuaires, vous êtes des putains de clercs, c’est supposé être votre spécialité, mais dans le doute, et pour diversifier les défenses, nous allons vous adjoindre des forces armées pendant toute la durée de la crise. »
    Il y eut un hoquet collectif parmi les clercs. Ils l’avaient su, bien sûr, mais l’hostilité de Maelwedd pour les affaires religieuses était célèbre, et l’idée d’avoir des soldats dans leurs murs, tout sauf agréable.
    « Les effectifs étant ce qu’ils sont, chaque temple accueillera une escouade de l’infanterie régulière. Ils seront sous mes ordres. Vous serez responsables pour le toit et le couvert.
    — Conseiller, peut-être que si vous nous laissiez simplement le temps de nous organiser, toutes ces mesures seraient superflues, intervint Anselme, de sa voix un peu inquiète.
    — Il n’est plus temps. Pour autant que je sache, ces Sharites sont peut-être déjà à l’intérieur d’un de vos temples.
    — Nous n’avons pas besoin de protection extérieure. Notre Temple est bien assez sécurisé, dit Freya la Mystrane, fermement.
    — Cette mesure n’est pas soumise à débat. Mieux vaut trop de prudence que trop peu. L’université enverra également deux mages de dernière année dans chaque Temple, sauf celui de Mystra, cette fois. Je reverrai la nécessité de ce dispositif une fois par veille, en conseil restreint. De votre côté, vous allez me faire le plaisir de vérifier vos maudits glyphes et autres zones de je-ne-sais-quoi. Quand on travaille au milieu des courants d’air, on ne devrait pas s’étonner de tomber malade ! »
    Othon grimaça en observant l’effet des paroles de Gareth sur Brandon. Mais le Tymoran demeura de marbre. La tension dans sa mâchoire trahissait probablement des envies de meurtre, mais il les réfrènerait.
    « Vous trouverez les troupes déjà dans vos Temples, reprit Maelwedd, et cette fois, ce furent des protestations qui bourgeonnèrent aux quatre coins de la salle. Soyez sur vos gardes le temps que nous coincions les Sharites. »
    Ce qui pourrait prendre des mois, songea Othon.
    « Chaque soir, un homme de la garde viendra faire le tour des Temples pour s’assurer que tout est en ordre. Mais vous ne devez pas vous en soucier, cela se gérera directement avec l’escouade militaire. Vaquez donc à vos occupations, occupez-vous des fidèles, et souriez. Tout va bien sous le soleil.
    — Comment sommes-nous censés prétendre que tout va bien, avec une douzaine de soldats dans nos pieds ? » demanda Jehannah.
    Gareth lui retourna un regard ironique.

    « Avec aplomb. Et ne vous en faites pas, très chère, je vous ai choisis les plus beaux. Ils se fondront dans le décor. »
    Une deuxième personne avec des envies de meurtre, songea Othon, en observant l’expression de la Belle Amoureuse.
    « Ces hommes vont-ils se plier aux usages du Temple ? demanda Marcus d’une voix mal assurée. Je veux dire… les lieux réservés, les horaires… les… pratiques ?
    — Leur boulot est de vous protéger, Hadnan, pas de respecter votre petit folklore. »
    L’intendant devint blafard.
    « S’il n’y a plus de questions stupides, vous pouvez disposer.
    — Une seconde, intervint alors le paladin. Pourquoi suis-je ici, au juste ? »
    L’expression du général se para d’un très large sourire.
    « La commanderie est assimilée à un Temple, bien sûr. Les mesures sont les mêmes pour vous que pour les autres. »
    Le colosse demeura muet de stupeur, incapable d’articuler quoi que ce soit. La commanderie… assimilée à un Temple ? Sous la protection des soudards du Fort ? Pouvait-on imaginer insulte plus spectaculaire ? Mais Othon ne trouva nul moyen, dans sa stupéfaction, de l’exprimer sans offenser les clercs autour de lui. Ils n’étaient pas non plus dépourvus de ressources, mais ils se retrouvaient pourtant gardés par les hommes de Maelwedd.
    C’est pour notre bien à tous, songea le paladin, tentant de tempérer sa fureur.
    En matière d’ouragan, rien ne servait d’affronter le général, il le savait bien. Il se demanda si leur petite joute verbale du couloir avait provoqué cette décision ou si, depuis le début, Maelwedd avait prévu d’occuper la commanderie.
    Le conseiller s’était levé, avec sa suite servile, et il gagna le couloir, abandonnant ses interlocuteurs résignés derrière. Dès que son pas eut décru, un concert des conversations outrées explosa dans son sillage.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  18. #18
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Temple de Tymora, 15ème jour de Tarsakh, un peu plus tôt et un peu plus tard
    Kerun se glissa dans le temple, un uniforme bleu clair sur le dos. Bien qu’il soit un elfe, et donc fatalement peu discret dans les environnements où ceux de son espèce demeuraient minoritaires, il n’était pas mauvais lorsqu’il s’agissait de se déguiser, et encore davantage à son aise pour se fondre dans le décor. Comme il n’avait pas envie de repasser par les égouts putrides, la principale difficulté dans son objectif présent était de pénétrer dans le Temple sans être remarqué. Il la franchit sans heurts, se présentant crânement devant une porte qu’on ne surveillait pas vraiment. Son attitude décontractée, son sourire tranquille, et la couleur de ses vêtements firent le reste.
    Une fois à l’intérieur, il quitta rapidement la nef pour gagner une petite salle latérale, dans laquelle les Tymorans rangeaient les objets de leur culte : bougies, aubes cérémonielles, quelques artefacts plus extravagants, auxquels il ne prêta pas la moindre attention. Il retira son uniforme, le bourra dans un sac, et ressortit. Le sanctuaire était plongé dans l’ombre et Kerun savait où se trouvaient les gardes : dans le réfectoire, la chapelle d’ordination, la nef, la salle d’eau, les dortoirs. Il se glissa le long des murs, profitant des alcôves, des embrasures de portes, des tournants, des meubles pour se dissimuler aux regards. Il se glissa dans l’ombre des uns et des autres, silencieux comme un chat, observant les lieux, les salles, avant qu’ils ne les nettoient. Les intrus avaient laissé de nombreuses inscriptions sur les murs, la plupart en sang, d’autres au charbon, apparemment, et il prit le temps de les mémoriser toutes avant de gagner le dortoir des novices, où les gosses avaient été torturés puis tués. Il y était déjà passé plus tôt dans la journée et, bien sûr, il n’y restait rien. C’était la pièce qui avait été nettoyée et vidée en priorité, les corps acheminés au Fort, il l’inspecta par acquis de conscience, mais sans rien en espérer. Ensuite, il remonta les couloirs jusqu’aux appartements de Brandon Devlin, le grand maître du Temple, qui reviendrait certainement y dormir en prévision de la réouverture du lendemain. Peut-être s’était-il opposé à la volonté de Maelwedd, mais Kerun en doutait. Le général était impopulaire auprès des Temples, que son mépris des affaires religieuses scandalisait immanquablement, mais Devlin serait sensible à la nécessité de présenter une façade solide face à l’adversité.
    Une fois à l’intérieur du deux-pièces qu’occupait le clerc, l’agent sortit un bouton rose de sa poche et le déposa bien en vue sur la table de travail. Il battit ensuite en retraite dans l’ombre et attendit.
    De longues minutes s’égrenèrent, les unes après les autres, et Kerun percevait, vaguement, le bruissement des quelques gardes qui se trouvaient encore dans le Temple. Il entendait leurs pas, des éclats de voix de temps en temps, une porte qui claquait, le choc d’un balai dans un mur. Il ne bougeait pas, écoutait les sons du dehors, tout en remettant de l’ordre dans ses idées en prévision de l’entretien à venir. Diviser son attention entre l’extérieur et ses propres pensées était une compétence qu’il avait acquise et entraînée, il pouvait être présent dans l’instant, et captivé par un souvenir à la même seconde, comme s’il s’était dissocié.
    Les minutes devinrent des heures, mais Kerun était encore en train de réfléchir. Puis des pas s’approchèrent et la porte s’ouvrit. Un soldat de l’armée régulière passa le premier. La trentaine, grand, soupçonneux, il arpenta les lieux en scrutant les recoins et les ombres, regarda sous le lit, dans la penderie, derrière la table. Kerun échappa à sa vigilance en anticipant les étapes de sa fouille. Devlin entra ensuite, une fois qu’on lui en donna la permission. Il paraissait fatigué et tendu, son regard tomba sur le bouton abandonné et un sourire contraint déforma ses lèvres. Poliment mais fermement, il mit le soldat dehors. Kerun comprit à leur échange que Maelwedd avait envahi les Temples. L’homme accepta de rester à l’extérieur pour monter la garde.
    Une fois la porte refermée, Devlin tira une chaise et s’assit, avant de prendre le bouton entre deux doigts.

    « Vous pouvez sortir, Kerun. Je sais que vous êtes là. »
    L’agent secret quitta l’ombre pour le rejoindre.
    « Je ne voulais pas vous faire peur.
    — Je vous en suis reconnaissant. »
    Il lui désigna la chaise en face de lui, que l’elfe prit. Kerun sortit alors un cône de pierre verte du revers de sa veste et le posa pointe sur la table. Il lui imprima un mouvement de rotation et l’objet se mit à tourner sur lui-même, vivement, en diffusant une petite lumière autour de lui. Brandon l’observa une seconde, et l’agent secret perçut la lueur de reconnaissance dans ses yeux : ils ne pourraient pas être entendus.
    « On vous a retiré l’affaire.
    — Vous êtes bien informé. »
    Ils se dévisagèrent un moment et Brandon finit par opiner du chef et croiser les bras.
    « Comment vous sentez-vous ?
    — Mal. Mais peu importe ce qui m’étreint, je ne laisserai pas l’ombre prévaloir. Mon Temple sera ouvert demain et je ferai face.
    — C’est tout à votre honneur. »
    Ils échangèrent un sourire contraint.
    « Je suis désolé d’avoir à vous interroger sur les événements. Je devine que je ne suis pas le premier mais obtenir le compte-rendu de votre entretien avec la garde m’est difficile en ce moment, d’autant que j’aime les témoignages de première main.
    — Ne vous excusez pas. Mon âme aimerait se replier sur les événements, les noyer, les enfouir, les éteindre, mais mon esprit sait que mes souvenirs doivent servir à ce que les ordures qui ont massacré mes novices soient arrêtées. »
    Sa voix vibrait de colère.
    « Je suis désolé pour votre perte.
    — Merci. »
    Kerun sortit un parchemin plié de sa poche, puis un crayon à pointe de plomb. Brandon se carra dans son siège.
    « Que savez-vous d’eux ?
    — Je pense qu’ils sont entrés en se faisant passer pour un groupe d’aventuriers. Ils sont quatre à être arrivés dans la journée. Un guerrier de bonne taille, un forestier mais sans compagnon, maintenant que j’y songe, un mage, un clerc…
    — Tous des hommes ?
    — Une fille, la prêtresse.
    — De ?
    — Séluné.
    — Bien sûr. »
    Kerun prit ses premières notes.
    « Mais je ne crois pas qu’ils n’étaient que quatre. Leur chef… Il avait une aura puissante. Même en l’absence de sanctification, je ne peux pas croire que personne ne l’aurait détectée.
    — Peut-être l’avait-il dissimulée ?
    — Peut-être. C’est certain qu’ils devaient être bien préparés. »
    Il leva les yeux sur Kerun.
    « Vous n’avez pas tiqué sur l’absence de sanctification.
    — Je suis au courant depuis cette nuit. Quand Flèche-Sombre m’a averti de la crise potentielle, j’ai fait fonctionner mes réseaux pour avoir un maximum d’informations.
    — Agathe vous l’a dit.
    — Elle l’a lâché dans la conversation, oui.
    — Vous n’êtes pas horrifié ?
    — Ce qui est passé est passé. Je pense qu’il faut en tirer des enseignements, mais ça ne sert à rien de ressasser. »
    Brandon acquiesça, les lèvres pincées, mais Kerun savait qu’il ne pourrait pas s’en empêcher. C’était humain, impossible à contrôler, l’essence du sentiment de culpabilité qui le boufferait des jours et des jours durant.
    « Ce chef… Pouvez-vous m’en parler ?
    — Autoritaire. Glacial. Mais je ne l’ai pas vu… Ils m’ont arraché les yeux alors que j’émergeais à peine, avant son arrivée. Il est ensuite venu me parler. »
    Le clerc leva la main vers son visage en un geste avorté, reflet d’un souvenir douloureux qui lui revenait en mémoire. Kerun serra les lèvres, mais la commisération ne les ferait pas avancer.
    « Est-ce que vous pensez qu’ils auraient pu vous priver de la vue pour ne pas que vous le reconnaissiez ?
    — Non. Ils m’ont pris mes yeux car Shar est la nuit et la peur. Mais le fait qu’il ne soit arrivé qu’ensuite… Je n’y avais pas songé.
    — Je me dis qu’il aurait dû aimer assister à votre tourment.
    — Il ne voulait pas que je le voie.
    — Ou que vous le reconnaissiez. »
    Le Tymoran demeura muet un instant.
    « Vous pensez que c’est quelqu’un que je connais ?
    — Ou que vous pourriez désormais identifier s’il venait à croiser votre route. Mais les Sharites sont connus pour leurs actions de l’intérieur, ce sont des spécialistes de l’infiltration, de l’intrigue, de la sape insidieuse… Sachant que seules une poignée de personnes étaient au courant de la non-sanctification du Temple… »
    Brandon nicha brusquement son visage au creux de ses paumes.
    « Je ne peux pas le croire… Pourtant… Pourtant sa voix était familière… »
    L’agent secret se raidit, concentré. Le Tymoran soupira, releva les yeux.
    « Mais je ne l’ai pas vraiment reconnue. J’ai pensé que c’était celle de l’un des aventuriers, en fait… Cette voix… Elle me disait quelque chose. Pas dans l’intonation, parce que tant de haine… Je ne crois pas en avoir jamais fait l’expérience. Mais je ne sais pas… Je me méprends peut-être.
    — Etes-vous persuadé qu’il s’agissait réellement d’adeptes de Shar ? Quelles sont les chances que cela ait été une mise en scène ?
    — Ils étaient clercs, j’en suis certain. Et maléfiques, immanquablement. Je n’ai pas de raison de douter qu’ils étaient Sharites… Leur manière de faire, leurs paroles… »
    Kerun lui jeta un regard embarrassé.
    « Pensez-vous pouvoir me raconter ? »
    Brandon acquiesça mais replongea le visage dans ses mains.
    « J’étais couché, déjà. Depuis plus d’une heure, je pense. Le 10ème jour de Tarsakh. J’avais eu une journée épuisante, d’entraînement, avec les novices…
    — Votre chambre est protégée.
    — L’était oui. C’est ce qui me fait craindre la puissance de leur chef. Les glyphes qui protègent mes appartements… ne se dissipent pas en un tournemain.
    — Ils ont été dissipés ?
    — Indubitablement. »
    Brandon frissonna comme s’il prenait conscience de quelque chose, et Kerun supputa qu’il s’agissait du pouvoir de l’adversaire.
    « J’ai été réveillé par une main sur ma bouche. Mais je n’ai pas pu me défendre, parce qu’on me tenait déjà les bras et les jambes. J’ai été tiré du lit, on m’a lié les poignets dans le dos en me maintenant au sol. On m’a emmené dans le couloir, jusqu’au dortoir des novices, j’entendais déjà des cris fuser… La voix de certains de mes clercs… Harold… Sonia… Sonia hurlait… comme une femme qu’on viole…
    — Vos agresseurs ?
    — Trois, ils étaient seulement trois. Quand je suis arrivé dans le dortoir des novices, les gosses… ils étaient prisonniers d’un cercle magique. Un cercle qui emprisonne les êtres de bien… Ils n’avaient aucun moyen de sortir. »
    Il se tut.
    « Je suis désolé.
    — Je n’ai pas vu grand chose d’autre. Ils m’ont arraché les yeux. Leur chef est arrivé et il m’a… promis le pire pour la nuit à venir. Il n’a pas menti. »
    Kerun relâcha sa respiration. Il était mal à l’aise, comme toujours. Interroger les victimes n’avait jamais été ni sa spécialité, ni une activité qui lui plaisait. Il y avait quelques spécialistes aux services secrets, des gens qui parvenaient à trouver les mots, à rayonner d’une empathie curative… Lui-même n’avait jamais réussi à développer cette fibre jusqu’au seuil nécessaire. Il savait que cela devait être atroce pour Devlin, mais il ne parvenait pas à se le représenter.
    « Tout s’est-il réglé en une seule nuit ?
    — Oh non. Ça aurait été si… si agréable, si ça avait été le cas. Non. Ils ont pris deux nuits. La journée, c’était une forme de répit… ou d’attente… La journée, ils n’ont rien fait. Mais les gosses… Certains sont morts le premier soir, j’en suis sûr. Mais pas tous. Et des clercs, je n’ai rien su. Je les ai entendus crier aussi, mais je n’étais pas dans la pièce. Ils m’ont traîné dans la chapelle le matin du second jour. Quand c’était terminé pour eux. Ils ne sont pas partis tout de suite, cependant. Je les ai entendus bouger dans le Temple pendant un certain temps… Mais j’étais confus…
    — Pensez-vous qu’ils escomptaient que vous surviviez ? »
    Brandon eut un rire amer.
    « Je pense qu’ils voulaient laisser Tymora en décider, paradoxalement. Et j’ai eu de la chance, car vous êtes arrivés.
    — De la chance… » souffla Kerun, malgré lui.
    Le clerc hocha la tête, les doigts appuyés sur les orbites.

    « Je pense que quoi qu’il en soit, ils savaient que je serais ramené si je mourrais. Ils ne m’ont infligé aucune blessure grave… Même mes yeux… Ils ont jugulé l’hémorragie. Si j’étais mort… si j’étais mort, je serais en paix. Ce n’est pas ce que veulent les Sharites. A présent, ils attendent que les émotions mauvaises, que le désespoir, étouffent ma vie, mon énergie, me tirent peu à peu vers le gouffre… Jusqu’au moment où je serai devenu tellement faible que je ne représenterai plus rien. »
    Kerun acquiesça, incapable de trouver quelque chose à répondre. Brandon sourit doucement, amer.
    « Mais cela n’arrivera pas. »
    L’agent secret toussa doucement dans son poing, esquissa un sourire embarrassé.
    « La sphère argentée a disparu, dit-il.
    — Ils l’ont prise. Ainsi que deux novices, m’a dit Flèche-Sombre. »
    Kerun n’ajouta rien. Les chances de retrouver les enfants vivants étaient nulles. Devlin le savait, lui aussi.
    « Ont-ils parlé de leurs objectifs ?
    — Non. Enfin, si. En termes vagues. Etendre la nuit. Le règne des ténèbres. Gloire à Shar. Ce genre de choses. Ils n’ont mentionné personne d’autre que nous, leurs victimes. Et pas de cible précise, sinon la lumière et Luménis.
    — Les Lathandrites ?
    — Les Lathandrites, sûrement. Mais Shar n’a que des ennemis…
    — Alaric est hors de la ville, avec trois clercs parmi les plus expérimentés… »
    Brandon opina du chef.
    « Je n’en sais rien. Ils n’ont rien dit. J’aurais tendance à croire qu’ils vont prendre leur temps, cependant. En imaginant qu’ils visent le Temple de Lathandre, ils iront là en dernier lieu. Ils vont certainement frapper les Ilmates et les Sunites, dont les principes déplaisent à Shar. J’aurais tendance à penser que les Waukyniens et les Mystrans sont moins exposés.
    — Pourtant, Mystra est une patronne de Luménis, au même titre que Lathandre.
    — Sur papier, sans doute. Mais pas dans le cœur des gens. Les Mystrans sont trop éloignés du petit peuple. Et ils sont puissants et protégés. »
    Kerun acquiesça, pensif.
    « Bon, une dernière chose et puis je vous laisserai vous reposer. Pendant le nettoyage du temple, j’ai noté ce que j’ai vu, en ce compris les inscriptions sur les murs. La plupart sont les classiques, mais je me demandais si celle-ci évoquait quelque chose pour vous… Elle se trouvait dans le fond de la nef, directement visible en entrant. »
    Il chercha dans ses notes.
    « Quand le feu meurt, la nuit reprend ses droits. »
    Il leva les yeux vers le Tymoran.
    « Est-ce que Tymora est liée d’une manière ou d’une autre au feu ?
    — Non. Sunie a des cheveux de feu… Il y a le feu purificateur de Lathandre… Mais Tymora, je ne vois pas.
    — Donc ça n’évoque rien.
    — Non. Le feu… C’est étrange. La lumière aurait été plus appropriée. »
    Kerun pinça les lèvres.
    « Bon. Je pense que je vous ai assez dérangé pour ce soir. Merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.
    — Merci de me les avoir posées, Kerun. Je… vous suis reconnaissant de ne pas nous abandonner. »
    C’était un aveu étrange et l’agent secret se sentit un peu mal à l’aise.
    « Le général Maelwedd pense qu’interroger les citoyens d’origine mélandienne suffira.
    — Maelwedd est un imbécile. »
    L’elfe n’osa pas répondre à cette affirmation, mais il partageait l’opinion du Tymoran. Mille fois.
    « J’espère que vous pourrez trouver un peu de repos.
    — Sans doute pas cette nuit. Mais je n’en mourrai pas. »
    Kerun s’était levé et marcha vers la porte, furtif.
    « Un glyphe a été placé à l’entrée du Temple. Le mot de passe est résilience, dit le prêtre.
    — Merci.
    — Kerun, revenez demain soir. Je dois assister à l’interrogatoire des novices, demain. Il y aura peut-être des informations intéressantes. »
    L’elfe le dévisagea avec inquiétude. Brandon paraissait presque pareil à lui-même : mince et athlétique, vif, le regard brillant… Il lui manquait juste son éternel sourire.
    « Est-ce nécessaire ?
    — L’un de nous doit s’en charger. »
    Kerun opina du chef.
    « Il y a de fortes chances que les Sharites aient su que cette technique serait utilisée.
    — Je ne l’ignore pas. Mais j’imagine qu’on ne peut en faire l’économie.
    — Sans doute. Courage à vous, dans ce cas. Je reviendrai demain. »
    Ils se serrèrent la main et la poigne du Tymoran n’avait rien perdu de sa force. Le clerc alla ensuite jusqu’à la porte qu’il ouvrit, surprenant le garde en faction. Kerun profita de la distraction offerte par le prêtre pour se faufiler dans son ombre, et gagner le couloir, la grande salle, puis la rue. Résilience. C’était un bien grand mot.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  19. #19
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Nuit du 15ème au 16ème jour de Tarsakh, quelque part.

    Dame, je loue ta magnificence et les replis de la nuit.
    Seules les ténèbres et leur silence apaisent désormais mon âme morte.
    Seuls leurs cris, leurs larmes, leurs suppliques m’emplissent de quelque bonheur.
    Seules les promesses de leurs souffrances à venir échauffent ma carcasse.
    L’espoir du sang, est-ce sacrilège ?
    Epargne-moi, obscure maîtresse, car je ne veux que servir ta loi, nourrir ta haine, châtier l’impie.
    L’ombre souveraine s’étendra sur leurs terres fragiles et le soleil impuissant ne pourra que plier. Je serai cet instrument car telle est ta volonté, ma destinée, je l’accepte pleinement.
    Le cœur noir sera révélé sous l’hypocrisie. La vérité de l’essence humaine, comme un suc répugnant, coulant sous cette surface mièvre et mensongère. Nous verrons ce qu’ils sont. Tu triompheras car l’homme est tien, vil, pleutre et égoïste, comme je le suis, soumis à ta rage.
    Je souillerai le monde pour toi. J’écrirai ton nom, rouge et noir, sur leurs murs.
    Tu me récompenseras par l’oubli.
    Gloire soit rendue à toi, reine des ténèbres, gloire au silence, aux murmures, à la douleur qui nous rappelle que tu es inexorable dans nos vies.
    Gloire à Shar, déesse de la nuit.
    Dernière modification par Galathée ; 07/06/2014 à 22h20.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  20. #20
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Matin du 16ème jour de Tarsakh, commanderie

    Othon jeta un coup d’œil au travers de la fenêtre, grommela à mi-voix, se tourna vers Armand.
    « Je décime l’intégralité de cette équipe en moins de dix minutes. Seul. A la masse. »
    Son supérieur ne put s’empêcher de rire doucement.
    « Je n’en doute pas une seule seconde. Mais ce serait mal avisé.
    — C’est insultant.
    — Bien sûr.
    — Et c’est de ma faute.
    — Sans doute. Mais dès que Gareth aura besoin d’hommes, il les relèvera.
    — Ce n’est pas certain, Armand. Il pourrait les laisser des veilles entières, juste pour nous humilier.
    — Mais nous sommes au-dessus de tout ça.
    — Bien sûr. »
    Dans la cour de la commanderie, dix gardes patrouillaient, inutiles, alors que les paladins et leurs novices s’entraînaient. Armand avait fait passer des ordres très stricts les concernant : limiter au maximum les contacts, le faire appeler en cas de problème. Cela n’avait pas manqué : un des soudards s’était moqué à mi-voix de la technique d’un jeune chevalier, et les choses avaient manqué dégénérer. Mais le soldat avait ravalé ses injures quand Othon était venu l’interroger sur les causes de l’esclandre. On ne plaisantait pas avec un homme de son gabarit arborant une expression furibarde. Depuis, les choses demeuraient civilisées à défaut d’être chaleureuses. Tout le monde était bien conscient de l’injure que représentaient ces fantassins de l’armée régulière, protégeant l’Ordre de l’Aster, la force armée autrefois la plus puissante de la capitale. Mais si Armand demeurait impassible, ses braves en feraient autant. Finalement, hausser les épaules était leur seul moyen de résister.
    « Marcus. » dit Othon.
    L’intendant du Temple de Lathandre venait d’être arrêté par les gardes qui semblaient déterminés à l’interroger comme s’il était un simple visiteur inconnu. C’était risible, bien sûr, car aucun d’entre eux ne pouvait sonder l’aura du prêtre et donc ils en étaient réduits à lui demander de s’identifier — ce qu’il fit avec une grimace interloquée, tout en tirant nerveusement sur la toile de son aube — et d’abandonner ses armes — il n’en avait pas.

    « Je vais lui porter secours. Il vient sans doute pour la sanctification. »
    Armand acquiesça sans quitter sa place, derrière le bureau. L’impressionnant paladin sortit dans le couloir puis franchit l’arche qui donnait sur la cour. Le clerc était toujours coincé par les soldats, parlementant avec véhémence, et son regard s’illumina lorsqu’il aperçut Othon.
    « Un problème ?
    — Il me manque apparemment un laissez-passer. » fit le prêtre.
    Le paladin relâcha sa respiration et se tourna vers le sergent à l’uniforme bleu roi.

    « Le voici : laissez-le passer. »
    Le chef de la petite escouade, un jeunot qui se donnait des airs, parut une seconde sur le point de protester. Sa phrase préférée était, Othon le savait déjà, « en vertu des ordres du général Maelwedd ». Le paladin croisa les bras et lui jeta un regard mauvais. Le soldat s’effaça en murmurant quelque chose que le chevalier n’entendit pas. Il ne chercha pas à savoir et se contenta d’escorter l’intendant vers l’intérieur de la Commanderie.
    « J’aimerais avoir votre carrure, fit le clerc une fois qu’ils furent à l’intérieur.
    — C’est difficile au Temple ?
    — Insupportable, pour dire vrai. Si l’aubemestre était là, ils ne feraient pas les malins, mais en son absence, pourquoi se priver ?
    — Pas de nouvelles d’Alaric ?
    — Non. J’ai essayé de le contacter hier soir, mais je pense qu’il dormait déjà.
    — Il a toujours été capable de tenir tête à Gareth.
    — Vieux souvenirs de front. Maelwedd en profite tant qu’il n’est pas là. »
    Othon acquiesça tout en s’effaçant pour laisser passer Marcus. Une fois dans le bureau d’Armand, les deux hommes se serrèrent la main. Le clerc prit le siège qu’on lui proposait.
    « Si cela vous convient, nous sanctifierons la commanderie à partir de l’aube, demain. Nous avons été pris de court ce matin… Mais vous serez vigilants, j’en suis certain. »
    Ils échangèrent un sourire convenu.
    « Gaïa s’en occupera. Mais nous ne sommes pas certains que cela arrêtera les cauchemars. Ce sera juste une première étape.
    — Je n’en ai pas fait cette nuit. » dit Othon.
    Marcus se tourna vers lui, manifestement surpris, et le grand paladin comprit que l’intendant ne s’était pas attendu à ce que ce problème concerne des hommes de son expérience.

    « Je suis persuadé que c’est lié à ces Sharites, ajouta-t-il.
    — C’est probable. » dit Armand.
    Marcus opina du chef.

    « Ils ne s’arrêteront pas aux Tymorans et ce n’est pas une poignée de soldats qui les arrêteront. Maître Devlin n’est pas exactement faible…
    — Mais un clerc entravé est un clerc impuissant. Nous le savons. »
    Le Lathandrite s’était empourpré.
    « Comme nous le sommes tous, dit Armand, conciliant. Nous devons nous protéger, nous garder, veiller et affronter. Pris par surprise, nous sommes tous vulnérables. »
    Marcus acquiesça, passant une main un peu tremblante sur son visage. Othon regretta de s’être montré un peu brutal, mais pas au point de s’excuser.
    « Voulez-vous quelques paladins au temple, Marcus ? »
    Le clerc parut surpris.
    « Oh… Et bien… Je pense que… mais vous pouvez vous le permettre ? »
    Armand regarda Othon et ce dernier acquiesça, tranquille.
    « C'est notre raison d'être. Nous vous les enverrons cet après-midi.
    — C’est gentil de votre part. »
    Ils s’étaient déjà tous levés.
    « Je vais vous raccompagner, c’est plus prudent. »
    Marcus sourit, reconnaissant, et ils sortirent.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  21. #21
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Matin du 16ème jour de Tarsakh, caves du Fort de Luménis
    Ils étaient quatre. Appuyée contre le mur, Laura les observait sans rien dire, circonspecte, prête à intervenir. Ce n’était pas la première fois qu’elle assistait à l’interrogatoire des morts. La jeune femme trouvait qu’il y avait là quelque chose d’un peu sacrilège, de légèrement indécent. Forcer une âme blessée à se lever à nouveau pour répondre à des questions, c’était violent, pour tout le monde. En même temps, Florent, le jeune Lathandrite qu’elle croisait souvent lorsqu’il fallait remettre les corps à leurs parents, lui avait expliqué qu’en réalité, on n’interrogeait que l’empreinte de l’âme, ce qui était resté dans la carcasse, comme un reflet, une ultime trace. L’âme réelle avait déjà gagné l’autre monde et le mort n’était pas touché. S’il le disait, sans doute était-ce vrai… mais voir un cadavre prendre la parole, cela restait choquant. Elle s’était arrangée pour arranger les corps de manière à ce qu’ils ne soient pas forcés de découvrir l’ampleur de leurs blessures. Darren Flèche-Sombre, son supérieur et chef de la garde luménienne, était un homme de glace. Elle était persuadée qu’il n’emmènerait rien de la scène à venir dans son lit, le soir. Brandon Devlin, par contre, était déjà bouleversé alors que rien ne s’était encore produit. Le secrétaire de Flèche-Sombre n’en menait pas large, Laura avait l’impression qu’il garderait les yeux baissés sur son parchemin pendant toute la procédure. Enfin, Kenneth, le clerc d’Ilmater qui procéderait au rituel, avait son habituel masque de commisération. Laura ne le supportait pas. Elle avait la conviction que c’était une façade, un mensonge, une mine de circonstance. Il était ilmate, bien sûr, il devait être touché par la souffrance des autres. Mais il y avait quelque chose de trop identique et de trop figé dans l’expression de son visage. Elle se demandait parfois s’il ne ricanait pas intérieurement. Peut-être était-ce nécessaire, quand on passait sa journée parmi les mourants et les désespérés.
    Malgré elle, elle frissonna. On ne lui demandait rien. Elle aurait même pu quitter la pièce et personne ne s’en serait formalisé. C’était peut-être même ce qu’ils auraient aimé. Mais elle se sentait une responsabilité vis à vis à des morts qu’on lui avait confiés, elle ne pouvait pas les abandonner.
    D’un signe de la tête, Brandon indiqua à Kenneth qu’il était prêt à commencer. Darren avait l’habitude de la procédure, lui aussi. Laura prit la bouteille de sels qu’elle gardait sur une étagère et se rapprocha. Le secrétaire flancherait le premier. Autant qu’il se ne cogne pas contre une des tables.
    Kenneth avait commencé à psalmodier à côté de l’une des tables. Une adolescente d’environ quinze ans, dont le visage paraissait détendu. Laura savait ce qu’il y avait sous le drap et espéra qu’en se redressant, le cadavre ne le ferait pas tomber. Elle avait pris des précautions, heureusement.
    La lueur violacée, maladive, du sortilège se répandit dans le corps meurtri. La jeune femme pinça les lèvres quand elle le vit trembler. Puis les orbites creusées du cadavre s’ouvrirent. Grâce à un sortilège de préservation des corps, l’odeur demeurait tolérable, et la putréfaction gardait ses distances. C’était déjà ça. Devlin eut un hoquet mais se maîtrisa. Le secrétaire avait baissé les yeux sur son parchemin, il ne les en relèverait sans doute qu’une fois hors de la pièce.

    « Catriona, nous t’appelons. » dit l’Ilmate.
    Le cadavre ouvrit une bouche ronde mais aucun son ne s’échappa de sa gorge.

    « A quoi ressemblait l’homme qui dirigeait ton agresseur ? » demanda l’Ilmate, après un rapide coup d’œil à un parchemin.
    L’enveloppe charnelle de Catriona émit un gargouillis. Brandon Devlin avait pris la couleur de la neige en hiver, quand aucun chariot ne l’a encore souillée. Le secrétaire de Flèche-Sombre frissonna.

    « Grand, noir, méchant. Je vois du noir, du noir. »
    Laura vit le chef de la garde froncer les sourcils. Informations inutiles.
    « Noir et or, et blanc. » dit-elle finalement avant de soupirer et de demeurer inerte, les yeux à nouveau clos.
    Flèche-Sombre indiqua quelque chose dans la liste du clerc.

    « Qu’a-t-il dit ? » reprit Kenneth.
    Le corps rouvrit les yeux brusquement comme s’il avait été frappé.

    « Shar ! Shar règne ! Shar dominera le monde ! Shar est maîtresse de la nuit, maîtresse de Luménis ! Personne ne peut rien ! Rien ! Shar prend et détruit ! »
    La virulence de la tirade termina d’achever le prêtre tymoran qui fit volte-face et se dirigea vers la porte. Il se ravisa cependant avant de la franchir et revint en arrière. Il demeura cependant plusieurs pas en retrait, les mains sur les yeux, pétrifié.
    « Peux-tu le décrire ?
    — Il est grand. Il est sombre. Shar dominera le monde. »
    Darren secoua la tête et le clerc esquissa un geste devant le visage de la jeune fille morte, qui retomba sur la table, et se tut à jamais. Laura replia le drap sur elle tandis que le chef de la garde et son acolyte se dirigeaient vers un autre corps. Dans son ombre, Devlin s’approcha du cadavre de la novice, posa la main sur sa poitrine immobile et pria à mi-voix.
    Ils interrogèrent encore deux des enfants puis s’en furent, laissant Laura à leur silence.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  22. #22
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Matin du 16ème jour de Tarsakh, Ailleurs dans le fort de Luménis
    « Quel dieu vénères-tu ? »
    Gérold poussa un léger soupir.
    « C’est la cinquième fois depuis ce matin. » dit-il.
    Il ferma les yeux avant que vienne la gifle. En réalité, il ne les sentait presque plus. Sa tête résonna comme l’intérieur d’une cloche, quelques secondes, puis il rouvrit les paupières. La gauche demeura close, cette fois.

    « Osiris, répéta-t-il.
    — Et si tu arrêtais de te foutre de moi ?
    — Je me fous pas de vous. J’y peux rien si vous n’y connaissez rien en religion.
    — Pardonne-moi si je ne crois pas qu’un petit nobliau mélandien vénère un dieu bon issu d’un panthéon moribond.
    — Il y a eu des Mullhorandi dans le désert mélandien. Je vous l’ai déjà dit. Ou à votre collègue. Je ne sais plus. J’ai mal dormi. »
    Ou pas dormi, en fait, ce serait plus exact. Assis, attaché, entouré de ronfleurs puants. Beshaba entendait le punir pour sa défection, c’était indéniable.
    « Ta famille. Elle vénère aussi Osiris ?
    — Je me fous des dieux de ma famille.
    — Réponds à la question. »
    Ils étaient deux à l’interroger. Des militaires, d’après leur livrée bleue. L’un d’entre eux, le plus jeune, était debout contre le mur de la petite salle, bras croisés, et lissait sa moustache d’un air absent. Le second, plus âgé, le vrillait de ses petits yeux noirs, un sourire narquois au coin de lèvres trop fines.
    « Non.
    — Non quoi ?
    — Non, elle ne vénère pas Osiris.
    — Qui, alors ?
    — Baine.
    — Ah.
    — Pas Shar.
    — Oh. Et tu es déjà allé au temple de Baine ?
    — Oui, fatalement.
    — Tu as assisté à des cérémonies ?
    — Oui.
    — Des cérémonies qui comportaient des sacrifices ?

    — Heu… Oui. Je veux dire, c’est…
    — Tu aimais ça ?
    — Quoi ?! Non !
    — Tu t’es évanoui ? Tu as protesté ?
    — Non plus, mais… on parle de Mélandis. C’est… c’est banal, là-bas…
    — Oh. Voir des gens se faire torturer puis exécuter, c’est banal ? »
    Gérold grimaça.
    « D’une certaine manière. » finit-il par murmurer.
    L’homme se carra dans son siège et jeta un regard entendu à son collègue.

    « Je n’ai jamais fait ce genre de choses moi-même ! Je ne le ferais jamais ! C’est pour ça que j’ai quitté Mélandis ! » protesta le jeune homme.
    Mais plus personne ne l’écoutait.
    Le plus jeune des deux soldats ouvrit la porte et échangea quelques mots avec quelqu’un d’invisible, dans le couloir. Quelques secondes plus tard, deux gardes entraient et entraînaient Gérold à l’extérieur. Ses chaînes cliquetèrent sur le sol tandis qu’il tâchait de marcher à leur rythme. Son pas était limité, cependant, et il trébucha plus d’une fois. Il comprit tout de suite qu’on ne le ramenait pas vers la cellule commune dont on l’avait arraché quelques heures plus tôt. Ils descendirent dans le ventre du fort, profondément, volées d’escaliers de plus en plus sombres, et il commença à paniquer.

    « Où vous m’emmenez ? » demanda-t-il d’une voix qu’il ne parvint pas complètement à maîtriser.
    Les hommes ne répondirent pas. Ils remontaient désormais un couloir obscur, ils croisèrent d’autres gardes, s’arrêtèrent un instant devant une table où un homme compulsait des listes.

    « La 118 est libre. » dit-il à ses gardiens.
    Des portes innombrables s’alignaient le long des murs, presque chambranle à chambranle : les cellules derrière devaient être larges comme des clapiers. Des cercueils. Le Mélandien sentit qu’il mouillait ses chausses et étouffa un gémissement. Ils s’immobilisèrent devant une porte entrouverte, découvrant un trou noir.

    « Entre là-dedans. »
    Comme il hésitait, on le poussa vers l’avant et il trébucha, genoux et paumes contre le sol froid. Des larmes lui envahirent les yeux.
    « Je vous en prie… » murmura-t-il.
    Mais les ténèbres s’étaient refermées sur lui et le pas des gardes décroissait déjà dans le couloir. Il se redressa, toucha le mur de gauche, puis celui de droite. Il pouvait heureusement se tenir debout. L’odeur était tolérable. Il se retourna pour trouver la porte, pourvue d’un petit volet à hauteur de regard, fermé pour l’heure. Puis il chercha le fond de la cellule. Il le trouva un peu trop vite, un peu trop près, manqua le heurter du front. Il n’y avait pas la place de s’allonger, tout juste de se rouler en boule sur le sol pour conjurer le froid et la terreur.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  23. #23
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Mi-journée du 16ème jour de Tarsakh, Belvédère du Parc Verdoyant
    Kerun s’assit sur un banc du belvédère pour manger son casse-croûte. Il faisait gris, humide, il avait l’impression de sentir quelque chose dans l’air, comme une menace latente, une promesse de larmes, celles du ciel, celles des gens, les Luméniens, qu’il avait juré de protéger au péril de tout, sa vie, son âme, ce qui serait nécessaire, sans hésiter.
    Grâce à la transe elfique, il dormait bien. Sans elle, il aurait sans doute été perclus de cauchemars et d’angoisses, avec cette litanie éternelle : tu n’en as pas fait assez, tu as échoué, tu pourrais agir mieux, autrement, tu n’es pas à la hauteur.
    Pourtant, il se donnait intégralement. Il n’avait rien d’autre dans la vie, même son lit était entre les murs de leurs locaux, dans une chambre qu’il n’avait jamais décorée, jamais investie. Il y avait tant à faire, sans cesse. Peut-être un jour les services secrets luméniens auraient-ils retrouvé un niveau de fonctionnement qui lui permettrait de lever le pied, mais c’était loin d’être le cas : ils étaient en sous-effectif chronique, les jeunes étaient mal formés, lancés sur le terrain trop tôt, il y avait de la casse, des pertes, et tant de trous dans leurs filets. Kerun travaillait dix-neuf heures par jour, en comptant quatre heures de transe, et une heure pour manger, se changer, se laver, ce genre de nécessités. Comme il était un elfe, il maintiendrait ce rythme encore pendant des années et des années, peut-être des siècles. Et Maelwedd l’avait traité d’incapable. Il ne parvenait pas à l’avaler. Au-delà de son amour propre, cependant, il y avait la conviction que le général, superbe sur le champ de bataille, ne comprenait rien à la lutte urbaine, clandestine, retorse, qui était le quotidien des agents.
    Il repassa le programme des prochaines heures dans son esprit. Il devait encore aller au Temple de Lathandre. Il s’était fait Sunite, Ilmate, Mystran, déjà ce matin-là. Il avait prié chaque dieu avec une ferveur légère, profitant de sa visite pour observer les lieux et les gens, l’attitude des clercs et des soldats placés par Maelwedd. Les Mystrans lui avaient semblé concentrés, vigilants, il avait détecté la lueur de nombreux sortilèges ça et là, les avait traversés sans rien déclencher, l’aura pure. Bien sûr, il était équipé pour franchir n’importe quoi, et aucune de ces protections n’aurait bronché. Mais il devait espérer que les Sharites n’auraient pas ces facilités. Les Ilmates semblaient n’avoir rien changé à leurs habitudes, trop accaparés par les miséreux dont ils avaient la charge pour se soucier d’un danger imprécis. Les soldats postés autour de leur temple semblaient plus stressés que ceux du temple de Mystra, sans doute à cause du flot ininterrompu de gens qui entraient et sortaient de leur sanctuaire sans qu’il soit possible de tous les contrôler. Kerun comprenait leur calvaire, lui-même ne savait pas où poser les yeux. Les Sunites, enfin, étaient complètement désemparés. Leur temple semblait pratiquement fermé. Les soldats qui erraient dans leurs jardins paraissaient menaçants, complètement hors de leur contexte, il n’y avait plus ni rires, ni chansons, ni courses-poursuites entre les haies. L’elfe avait hésité avant d’y pénétrer : il y avait tellement peu de fidèles que sa présence ne passerait pas inaperçue. Mais il avait pris sur lui d’aller s’agenouiller devant la statue de la déesse de l’amour, et de lui suggérer de protéger ses clercs de la violence de la nuit. Evidemment, même si Kerun était lui-même lathandrite, il n’imaginait pas que les dieux puissent se soucier de leurs malheurs. Ils étaient puissants mais distraits. Les déboires de Luménis en étaient la preuve, et le coeur de la civilisation était bien plus au nord, en Féérune. Les dieux n’avaient sans doute pas le loisir de se pencher sur leur sort. Kerun n’en ressentait pas particulièrement de désarroi : il avait toujours compté sur la force des hommes et des femmes de bonne volonté, jamais sur une quelconque énergie venue d’ailleurs.
    Mais les Sharites allaient frapper encore, et il ne savait pas où. Il n’avait aucune certitude quant à leur plan, quasiment aucun indice, en vérité, et il n’était pas garanti qu’ils choisiraient un temple. Comme lors des événements d’Uktar 81, Kerun pariait sur une tentative de déstabilisation de l’état. Shar était une semeuse de zizanie et elle avait déjà commencé son travail de sape au travers de Gareth Maelwedd. Cet imbécile avait profité de l’ouverture pour humilier les temples et la commanderie, marginaliser les services secrets et instiller la peur chez les étrangers. L’elfe ne put s’empêcher de songer à Martin, qu’il avait essayé de tirer de sa fange, et qui croupissait désormais dans une cellule du fort. Avec sa grande gueule, il devait sûrement faire l’expérience en première ligne de la rudesse de ses gardiens. Mais il aimait ça, pathologiquement, Kerun le savait bien. On ne peut pas sauver les gens contre leur gré.
    Déstabiliser l’état. Par où commencer ? Pour l’heure, leur agression avait été mesurée, discrète, rien n’avait transpiré auprès de la population. Sans doute un écrivaillon du Luménien Libéré aurait-il repéré la réunion au sommet, la fermeture du temple de Tymora... Mais les Sharites n’avaient rien affiché, rien revendiqué, juste menacé en sous-teinte, certaines cibles choisies. Que feraient-ils ensuite ? Kerun ne parvenait pas à s'imaginer dans leurs bottes, il manquait d’éléments.
    Il se leva et s’étira. Un passage au Temple de Lathandre – mais il le connaissait par coeur, ce temple, ses couloirs, ses portes, ses chambres, ses clercs aussi – et ensuite il retournerait aux services secrets, faire de la paperasse et débriefer quelques jeunes agents rentrant de mission. Saluant mentalement la compagnie de pierre qui l’avait un instant accueilli, il quitta le belvédère et regagna les allées plus fréquentées du parc, se mêlant aux passants sans attirer le regard. Il n’avait pourtant fait que quelques mètres qu’il vit arriver une tête connue dans sa direction, un adolescent à la mine revêche qui travaillait comme messager.

    « Une pomme, m’sire ? » demanda le gamin.
    Kerun régla rapidement la transaction et s’écarta derrière un tronc pour découvrir le message que renfermait le fruit. L’écriture était serrée, il ne la reconnut pas.
    Cadavre tymoran, rue des Ecureuils, 29.
    Il chiffonna le parchemin et le glissa dans sa poche. Les Lathandrites attendraient.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  24. #24
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Après-midi du 16ème jour de Tarsakh, Temple de Lathandre
    Le bureau de l’intendant était encombré, comme toujours. Cageots de légumes, caisses de chandelles, sacs de céréales, tout semblait transiter par cette pièce exiguë avant de rejoindre les réserves. Heureusement, les larges fenêtres déversaient la lumière grise du printemps. Tarsakh était toujours un mois chahuté.
    On frappa à la porte et le visage ridé de Céleste se dessina dans l’embrasure. Elle entra, referma derrière elle. Il lut la réponse qu’il attendait sur ses traits avant même de poser la question.

    « Alors ? fit-il néanmoins, tentant d’y croire, de toutes ses forces.
    — Rien. » dit-elle dans un souffle.
    Marcus soupira et nicha une seconde son visage entre ses paumes.

    « Et qu’a dit Sven ? demanda-t-il d’une petite voix.
    — Qu’ils étaient partis depuis deux jours.
    — Il faut avertir Sire Armand.
    — Oui. »
    Il releva les yeux. Il était conscient des larmes qui s’étaient déjà accumulées sous ses paupières et la vieille prêtresse pinça les lèvres, puis s’approcha et posa une main sur la sienne.
    « Rien n’est perdu, Marcus.
    — L’histoire se répète, Céleste. Ce n’est pas un hasard. Jamais Alaric n’aurait décidé de prendre des vacances sans nous en avertir et sans répondre à nos tentatives de contact.
    — Il est accompagné de plusieurs personnes… dont des paladins d’expérience.
    — Il lui est arrivé quelque chose.
    — Nous allons envoyer un groupe à leur recherche. Nous pouvons avertir les autorités…
    — Surtout pas ! Diable, tu n’y penses pas ! »
    Il se leva précipitamment et fit le tour de la pièce sans savoir où se poser, bousculant un panier de navets qui se renversa. L’idée de perdre un second aubemestre lui tordit les entrailles. Le ciel plombé, au dehors, lui parut menaçant. Il eut à nouveau cette terrible impression que les murs du temple, ces murs solides et magnifiques, ne pouvaient pas les protéger. Comme trois ans plus tôt.
    « Marcus. » dit Céleste.
    Il ne l’entendit pas.

    « Pourquoi est-il allé jusqu’à cette foutue chapelle ? s’exclama-t-il avec colère. Ne pouvait-il pas rester tranquillement avec les Eredhins ? Il n’était pas là pour faire du tourisme, bon sang ! Pourquoi faut-il toujours que les gens fassent n’importe quoi !
    — Marcus. » répéta la prêtresse.
    Mais il tremblait, à présent, et il eut l’impression que sa poitrine allait exploser, si bien qu’il y pressa les poings. Puis une lueur rosée l’engloba subitement et il se sentit mieux, compris, entouré, aimé, comme une bouffée d’espoir l’envahissait. Il savait que c’était l’effet d’un sortilège, que la réalité n’avait pas changé, mais il ne pouvait lutter contre cet apaisement factice. Céleste le prit dans ses bras.

    « Nous ne savons pas ce qui se passe là-bas…
    — Nous n’avons plus d’aubemestre… souffla-t-il. Plus d’aubemestre, à nouveau.
    — Peut-être. Mais sans doute pas.
    — Lathandre… »
    Elle posa un doigt sur ses lèvres.
    « Ne blasphème pas. Nous allons demander aux Eredhins d’envoyer quelqu’un à leur recherche.
    — Je dois aller prévenir Armand…
    — Tu n’es pas en état.
    — Céleste, si jamais…
    — Chhhhh…
    — Je ne le supporterai pas. Pas cette fois. »
    Elle le serra plus étroitement.
    « Bien sûr que si. J’ai foi en toi. Et tu dois croire : nous ne savons pas ce qui se passe. Mais nous devons décider de ce que nous allons faire maintenant… Je pense qu’il ne sert à rien d’avertir les autres à ce stade… »
    Marcus frissonna. Porter tout ça seul, une fois encore. Bien sûr, il n’était pas proche d’Alaric comme il avait pu l’être d’Albérich. Il avait perdu un chef de culte, un guide, un maître, mais pas un ami. Et Céleste avait raison : ils ne savaient pas ce qui s’était passé. Peut-être les Lathandrites s’étaient-ils retrouvés dans une zone d’anti-magie. Peut-être étaient-ils retenus par des bandits. Peut-être s’étaient-ils noyés dans un marécage. Peut-être Shar… Il eut un hoquet mais l’énergie rose qui émanait de Céleste s’imposa à nouveau à son organisme, effaçant l’angoisse qui menaçait de le submerger.
    « Rassemblons le groupe des six, murmura-t-il finalement. Et nous irons ensuite prévenir les paladins. »
    La vieille prêtresse acquiesça mais ne le relâcha pas pour autant.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  25. #25
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Après-midi du 16ème jour de Tarsakh, capitainerie de la rade militaire.
    Aigéan observait la mer au travers des fenêtres à croisillons. Elle était calme, bleu sombre, parsemée de crêtes d’écume qui roulaient paresseusement. Chaque fois qu’il la contemplait, il ressentait son appel, comme si elle faisait si intimement part de lui qu’il ne pouvait la quitter plus d’un instant sans qu’elle lui fasse défaut. Il avait souffert, pourtant, entre les bras de cette belle amante bleue. Ces années volées où, esclave, il avait écumé les flots sous les ordres du Squale, sans plus aucune maîtrise de son corps, il ne les récupérerait jamais. Il pouvait seulement s’efforcer de faire amende honorable, désormais, et espérer que peu à peu, le souvenir de son infamie s’estompe. Bien sûr, entre-temps, le tyran avait ravagé Luménis et tout s’était métamorphosé. Mais il ne partageait pas cette mémoire collective et se sentait, plus que jamais, étranger. Evidemment, quand on avait sa nature, c’était inévitable, mais au fil des années, il avait fini par croire qu’il était un des leurs, simplement, et pas une forme de vie autre, inquiétante ou enviée.
    La porte s’ouvrit et il leva les yeux.

    « Capitaine Valtameri. »
    Il opina du chef et suivit l’enseigne. C’était un jeune homme d’une vingtaine d’années, qui servait sous les ordres de Théophile. Aigéan ne l’avait jamais vu, mais il reconnaissait l’insigne brodé sur sa manche, qui révélait son affectation. Il le suivit dans le court couloir qui séparait le bureau du commandant Longuehune du palier, puis déboucha dans la vaste pièce. Elle était lumineuse, ouverte sur l’océan via un balcon de pierre blanche, et contenait, outre le confortable mobilier, mille souvenirs que Théophile avait rapporté de ses voyages. Le benjamin des fils Longuehune avait en particulier le goût des étoiles de mer et des nautiles, qu’il exposait sur toutes les surfaces disponibles, dans des vitrines et sur les étagères, ainsi que sur son bureau.
    « Assieds-toi, Aigéan. » dit le commandant.
    L’utilisation de son prénom en entier, couplé à la tenue formelle que portait son ami, l’inquiéta subitement, tandis qu’il se coulait dans le fauteuil de cuir qui faisait face à la table.

    « Vous pouvez disposer. » ajouta Longuehune, et l’enseigne s’effaça.
    Il poussa un verre vers le genasi. Celui-ci l’attrapa, le huma. Un rhum parfumé, sûrement fameux. C’était le début d’après-midi. Beaucoup trop tôt pour boire ce genre de choses.

    « Qu’est-ce qui se passe ? » demanda-t-il finalement, n’y tenant plus.
    Longuehune soupira.

    « D’abord, je tiens à te dire que je ne suis pour rien dans cette décision.
    — Phil. S’il te plait.
    — Oui. Tu as raison. La Généreuse étant à quai, tu es sans navire.
    — Ça, je le sais déjà.
    — Nous allons te confier le commandement d’un autre vaisseau. »
    Aigéan soupira d’aise.
    « Tourteau, j’ai cru que tu allais me virer, après la visite de cet espion… »
    Théophile secoua la tête, lèvres pincées.
    « Non. Pas du tout. Mais le navire, Agi… c’est le Cageot. »
    Le genasi grimaça.
    « Le Cageot ? Il navigue encore ?
    — Oui. »
    Aigéan resta silencieux une seconde, mais Théophile ne dit rien.
    « Pour une mission, je suppose. Pas… à long terme.
    — Bien sûr. Le temps que la Généreuse soit à nouveau en état. »
    A nouveau, ils s’observèrent en chiens de faïence, quelques secondes.
    « Parle-moi de la cargaison.
    — Des Mélandiens à ramener en Dorrandin.
    — Des Mélandiens ?
    — Environ cent cinquante, deux cents, peut-être plus. »
    Le genasi secoua la tête.
    « Je ne comprends pas. D’où sortent-ils ?
    — Gareth Maelwedd a fait opérer une rafle auprès des immigrés. Pour une raison de sécurité, d’après ce que j’ai compris. Mon père ne m’en a pas dit davantage. Mais ce qui est certain, c’est qu’une partie d’entre eux vont être déportés. Via le Cageot. Il est prévu d’appareiller d’ici trois à quatre jours, je ne sais pas encore, ça dépend de la vitesse à laquelle les gens du fort travaillent.
    — Donc si je comprends bien, je vais devoir traverser l’océan, débarquer ces gens sur la côte, et revenir.
    — Ce n’est pas une tâche facile. Le Cageot est pesant et c’est évidemment une mission tout à fait clandestine…
    — Je connais le Cageot. »
    Il pinça les lèvres et soupira. Convoyer des prisonniers, son rêve. Même si ce n’étaient pas exactement des esclaves, leurs conditions de traversée seraient atroces, entassés dans les cellules exiguës, sans possibilité d’en sortir pour se dérouiller les jambes, pendant près de trois semaines. D’y penser, il en eut la nausée. L’atmosphère de ce genre de navire était pénible, pour ne pas dire insupportable. En plus des prisonniers, une armée de gardiens et de serviteurs devaient veiller à leur bien-être, et leur moral s’aigrissait de jour en jour, avec les odeurs, les cris, les suppliques… Des Mélandiens. Il fallait qu’il s’endurcisse. Ces gens représentaient une menace, ainsi en avait décidé le général Maelwedd. Ce seraient sans doute des criminels et des espions, des mages noirs et des clercs sinistres. Il fallait espérer qu’ils auraient aussi un contingent militaire conséquent à bord, histoire de prévenir toute mutinerie.
    « Dois-je prévenir mon équipage ?
    — Juste ton second. Pour le reste, le Cageot a ses propres hommes. Ce n’est pas un navire… semblable aux autres. »
    Et pour cause : c’était le seul bateau-prison de la flotte luménienne. Une atrocité qu’un vrai Lathandrite aurait coulée depuis longtemps ou démantelée pour en faire autre chose. Malgré son dégoût anticipé, Aigéan ne protesta pas. C’était un ordre, il le savait, et vu son ardoise, il ne pouvait que s’y plier, aussi avilissant soit-il. C’était pour la bonne cause. Il fallait qu’il se le répète, tout simplement.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  26. #26
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Fin de journée du 16ème jour de Tarsakh, Temple de Tymora
    La journée entière était perdue. Depuis qu’il avait vu ce qu’il avait vu au petit matin, les corps exsangues, mutilés, morts, terriblement morts, de ses novices, Brandon n’arrivait à penser à rien. Darren l’avait fait raccompagner au Temple et il s’était ensuite enfermé dans son bureau. Personne n’était venu à sa rencontre car personne n’en avait la force. C’était lui qui devait montrer l’exemple et porter les autres, il en était bien conscient, mais cela lui paraissait absolument impossible à la minute présente. Il avait presque envie de démissionner et de s’enfuir dans les rues, de franchir les portes, de disparaître. Mais ce serait faire le jeu de Shar et il n’était pas question — absolument pas question — que cette salope et la vermine qui la servait l’emportent. Ils l’avaient piétiné une fois, l’avaient laissé à la merci de sa déesse, et Tymora avait voulu qu’il vive. Cela voulait dire quelque chose qu’il n’avait pas le droit d’ignorer. Il n’avait peut-être pas la force aujourd’hui, mais il l’aurait demain. Il devait l’avoir. Dame Chance ne se trompait pas. Elle l’avait chargé d’une mission dont il devait s’acquitter. Vaincre l’ombre. Lui qui ne s’était jamais senti l’âme d’un héros.
    Il s’entendit grincer des dents avant de le sentir et releva la tête. Il était fatigué, sans doute un peu malade, son organisme portait encore les stigmates de son calvaire malgré les sortilèges et les infusions revigorantes. Le corps n’oublie pas malgré la magie.
    Il n’avait pas quitté cette place, derrière sa table de travail, depuis qu’il était rentré. Il avait bu deux verres d’eau, n’avait absolument rien mangé. Des heures et des heures et des heures de vide. A espérer que le cauchemar se déchire et que la routine tranquille des jours heureux reprenne ses droits. En vain.
    Othon et Jehannah étaient passés le voir, il le savait, mais il avait refusé de les recevoir. Leur commisération, leur amitié, l’auraient rendu plus fragile. Or il ne voulait pas s’écrouler car il n’était pas certain de savoir comment il se redresserait. La seule personne qu’il attendait était Kerun. Il voulait lui parler des interrogatoires du matin et entendre que l’elfe progressait. Il le fallait.
    Au dehors, le soleil refusait de se coucher. Le printemps, saison chère à Lathandre. Où était-il, quand Luménis menaçait de saigner à nouveau ?
    Il réprima sa bouffée belliqueuse. Ils avaient été choisis par les dieux pour agir, justement, pour être leurs instruments. C’était l’essence de la vocation de clerc. Espérer une intervention divine était presque blasphématoire car ils étaient l’intervention divine, ils avaient la confiance de leurs dieux, et ils ne pouvaient pas la décevoir.
    Il se leva.
    Son rôle était de s’assurer que la chance tournait en leur faveur. La vie était imprévisible et dangereuse, mais il pouvait compter sur sa bonne étoile. Elle n’interviendrait cependant que s’il prenait des risques. S’enfermer dans un bureau était la dernière chose à faire.
    Puis la porte s’ouvrit, une infime fraction de seconde, et Kerun survint.
    Les deux hommes se serrèrent la main et le prêtre fut conscient que l’agent l’observait, cherchant à deviner son état d’esprit. Brandon était plus ou moins certain que l’elfe des bois savait tout de lui : sa date de naissance, l’identité de ses parents, le nom de son frère, ses déboires de jeunesse, l’existence de sa fille à Manost, et tout le reste. Curieusement, cette sensation d’être à nu le rassurait. C’était la preuve de la compétence de son interlocuteur. Ils s’assirent, Kerun refusa un verre d’eau et plaça son générateur de zone de silence sur la table. Ensuite il releva les yeux.

    « Comment s’est passé l’interrogatoire, ce matin ? » demanda-t-il de but en blanc.
    Brandon fut surpris par la boule qui se forma dans sa gorge et l’empêcha une seconde de répondre. Il regarda ses mains, les lignes qui traversaient ses paumes. L’une d’entre elles s’appelait la ligne de chance. Etait-ce celle qui s’étiolait en petits traits, dès le milieu de la paume ?

    « C’était difficile. » répondit-il finalement.
    Kerun ne le poussa pas davantage, le laissant arriver petit à petit à ce qu’il voulait déclarer.

    « Les gosses étaient… encore plein d’horreur… Je ne pense pas que ça ait été très utile, ajouta-t-il au bout d’un moment.
    — Leurs agresseurs savaient que nous les interrogerions. C’était probable. » dit doucement Kerun.
    Brandon acquiesça.

    « Est-ce qu’ils ont dit quoi que ce soit… N’importe quoi ? ajouta l’agent.
    — Ils ont parlé du meneur, qu’il était sombre, des éléments vagues… J’ai l’impression que c’était juste le reflet de leur terreur.
    — On obtient rarement des éléments très probants avec cette méthode, sauf quand le meurtrier a été très maladroit.
    — Oui. Je suis désolé, j’espérais vous apporter quelque chose. »
    Kerun eut un léger sourire.
    « Ne vous en faites pas. Nous trouverons par un autre moyen. »
    Le Tymoran releva les yeux, vit que l’agent le jaugeait toujours, presque incertain.
    « Nous avons retrouvé l’un des novices. Le garçon. Mort, malheureusement. »
    Brandon accusa le coup, se redressant sur sa chaise.
    « Où ? Personne ne m’a…
    — Je l’ai appris par un indicateur, mais les choses sont, comment vous le savez, entre les mains de la garde. J’ai eu peu de temps pour examiner le corps avant leur arrivée. Je ne sais pas s’ils voudront l’interroger. »
    Le clerc passa les paumes sur son visage. Il n’avait pas réellement cru qu’on puisse retrouver les deux enfants enlevés vivants… mais il l’avait espéré, bien sûr. C’était sans doute mieux, cependant : ils avaient dû traverser des horreurs et étaient désormais en paix. Vivre avec le poids du massacre... Il s’arracha à ses pensées. Kerun avait déposé quelque chose devant lui, le tracé sommaire d’un symbole, à la pointe de plomb, sur un parchemin froissé.
    « Est-ce que ce signe vous dit quelque chose ? » demanda l’elfe.
    Brandon prit le document et l’observa.

    « Vous l’avez retrouvé sur le corps ? » demanda-t-il.
    Kerun opina du chef.

    « Je crois que ce n’est pas le dessin en entier. » ajouta-t-il.
    Le clerc acquiesça.

    « On dirait la courbe d’une main… Un pouce, ici… »
    Il retourna le morceau de parchemin.
    « Il faudrait que je montre ça à quelqu’un qui s’y connaît un peu mieux que moi en symbolisme… Où était-ce ?
    — Dans sa main.
    — Tatoué ?
    — Non. Arraché. »
    Brandon blêmit mais Kerun secoua la tête.
    « Il tenait une sorte de broderie jaune. Qui représentait ça. Dans le creux de sa main serrée. Un peu comme s’il l’avait arrachée, je suppose. Je n’ai pas pu prendre l’objet lui-même, j’ai dû le laisser pour l’enquête officielle. Mais la reproduction est relativement fidèle.
    — Une broderie ?
    — Un morceau d’étoffe avec des coutures.
    — Jaune ?
    — Jaune doré. »
    Brandon demeura silencieux. Il repensait à ce que le cadavre avait dit ce matin-là. Blanc, or, noir. Quelque chose le titillait, quelque chose qui prit forme. Ridicule. Et pourtant…
    « Les mages ont ce genre de choses sur leurs robes, continuait Kerun.
    — Et les clercs d’Oghma. » murmura Brandon, à mi-voix.
    L’espion le dévisagea avec une grimace.

    « Les clercs d’Oghma ?
    — Sur leur kantlara. »
    Brandon soupira.
    « Leur veste traditionnelle. Chacun en possède une… C’est un habit cérémonial et personnel. Ils y brodent des symboles d’or. »
    Kerun plissa les yeux et le Tymoran devina à quoi il pensait. Oghma. Ithilion. Les rivaux éternels, de l’autre côté de l’île.
    « Les Oghmans ne sont pas mauvais… commença Brandon, soudain inquiet de la portée de sa propre déduction.
    — Mais ils ne sont pas bons non plus. Et ils sont parfois fanatiques.
    — Shar est plus probable.
    — Oui. Mais ça vaut le coup de vérifier. »
    Kerun était déjà debout. Brandon eut l’impression que quoi qu’il dise, l’elfe ne reviendrait pas sur la décision qu’il avait prise.
    « Je reviendrai demain. Si quoi que ce soit vous revient dans la nuit, notez-le. Et interrogez vos pairs : vous avez vu les aventuriers qui vous ont attaqués. N’importe quel élément les concernant est une piste à examiner. Je sais que Flèche-Sombre a déjà cuisiné tout le monde, mais tenez compte des nouveaux éléments que vous avez à votre disposition. »
    Pendant une seconde, Brandon eut envie de protester, puis il réalisa subitement qu’il était curieusement apaisant que quelqu’un d’autre prenne les choses en main et lui assigne des tâches à accomplir. C’était une position qu’il n’avait plus occupée depuis des années, depuis qu’il était devenu le chef du culte tymoran à Luménis. Et dans la situation présente, alors qu’il allait devoir porter tout le temple sur son dos, il était plutôt soulagé d’avoir quelqu’un pour le guider, même si c’était un elfe des bois qui n’était même pas fervent de Dame Chance.
    « Très bien. » répondit-il, s’efforçant de sourire.
    Kerun acquiesça, lèvres pincées, puis s’esquiva. Il faisait noir, désormais, mais la lumière d’une lampe à huile brûlait. Brandon se leva. Il avait une mission, il fallait qu’il la remplisse. Et elle commençait par assister au repas du soir, avec ses clercs, ses frères, qui attendaient qu’il soit là pour eux comme il l’avait toujours été.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  27. #27
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Fin de journée du 16ème jour de Tarsakh, caserne de la garde luménienne
    « Je ne sais pas. » dit la jeune femme en repoussant ses cheveux aile de corbeau derrière son oreille.
    Elle reposa ensuite le morceau de tissu doré sur la table. Darren croisa les bras et soupira. A quoi bon avoir une spécialiste des religions et autres cultes, si en réalité, elle ne pouvait pas les aider ?

    « Je vais faire des recherches. Je vous avertirai dès que possible.
    — Vite. Prenez des assistants au besoin. Je peux vous faire ouvrir la bibliothèque cette nuit si nécessaire.
    — D’accord, mon commandant. »
    La jeune femme saisit la broderie entre ses doigts graciles, comme hésitante.
    « Gardez-la. Vous pouvez venir me réveiller à toute heure. Souvenez-vous que des vies sont en jeu. »
    Elle acquiesça, empourprée.
    « Je ferai vite.
    — J’espère. »
    Darren la regarda partir en grommelant. Il avait l’impression que ce délai était critique, que la nuit serait pleine de terreur à nouveau, et qu’il lui manquait juste un élément pour savoir où et comment prévenir une attaque. Ou peut-être pas. Peut-être était-ce juste ce qu’il avait besoin de s’imaginer pour garder le cap dans la tourmente. On frappa à sa porte et il leva les yeux. Un garde en uniforme, galons de lieutenant sur les épaules, venait de faire son apparition. Il avait les cheveux noirs déjà argentés, le visage traversé par une cicatrice étroite. Darren se souvenait de la nuit où il l'avait récoltée comme si c'était hier.
    « Hagen, assieds-toi. »
    Le vétéran prit le siège en face de son chef et croisa les bras.
    « Vous m’avez fait appeler, mon commandant ?
    — Oui. Le général Maelwedd a obtenu qu’un navire déporte les éléments mélandiens suspects en Dorrandin. Pour l’heure, la chose est restée confidentielle, mais je ne me fais pas d’illusions : ça va se savoir.
    — Effectivement. Qu'est-ce que le général appelle suspect, au juste ? » dit l'homme, avec une grimace.
    Darren secoua la tête.
    « Je n'en sais rien. Et c'est hors de mes mains. Nous devons gérer le reste. Que les patrouilles soient aux aguets. Doublez les dans les quartiers où il y avait une forte concentration d’émigrés. Autour de la place des Serins, derrière la Taverne du Diable qui Tousse, et les trois rues des menuisiers. S’il y a la moindre protestation, le moindre signe d’émeutes ou de manifestations, avertissez-moi. J’imagine que le général va relâcher les gens qu’il estime bien intégrés… »
    On frappa à nouveau à la porte et le chef de la garde soupira. Le visage embarrassé de son secrétaire apparut dans l’embrasure.
    « La presse est là, commandant. »
    Darren jura à mi-voix. Il aurait aimé que Maelwedd se charge de cet aspect des choses, plutôt que de le lui refiler. Il n’avait jamais été très doué pour communiquer avec les fouille-bouses et ses déclarations étaient toujours travesties, quoi qu’il annonce. Il se leva.
    « J’ai vu Ermeline plus tôt, mais je compte sur toi pour avertir Gregor et Siméon.
    — Bien sûr.
    — Faites-moi rapport à l'aube et au crépuscule. Au moins pendant une veille. Nous aviserons ensuite. »
    Sur un soupir, le commandant rajusta sa veste de cuir et sortit. Il suivit ensuite Matthias dans les couloirs, jusqu’à la petite salle où il devait affronter les fauves. Il les connaissait tous. Les deux correspondants du Luménien Libéré, le gratte-papier des Echos Hélonniens, l’auteur-éditeur-distributeur de la Voix des Rues, la jeune journaliste du Journal de l’Université, le gnome ventru du Dindon Contrarié, le reporter toujours à moitié endormi du Manost Times et l’elfe silencieux de la Chronique des Natifs. Pas un pour rattraper l’autre. Des empêcheurs de tourner en rond. La pièce était déjà pleine d’hostilité avant qu’il n’entre. Pourtant les questions seraient sirupeuses, faussement polies, des tentatives d’endormir sa méfiance pour mieux le poignarder dans le dos. Darren ne faisait nullement confiance à ces parasites. Ils voulaient juste vendre leurs parchemins et faire jaser. Un bon scandale. Ils étaient servis avec les mesures spectaculaires que Gareth Maelwedd semblait aimer prendre. Et Darren n’était vraiment pas taillé pour éteindre les incendies.
    « J’ai dix minutes. » annonça-t-il de but en blanc en prenant place derrière la table.
    Il entendit le rire incrédule de ses interlocuteurs mais demeura de marbre. Son secrétaire donna la parole à la brune du Luménien Libéré, une pointure dans le secteur. Formidable.

    « La garde a opéré une rafle musclée auprès des ressortissants mélandiens, hier matin. Des centaines de personnes ont été arrêtées, en ce compris des femmes, des enfants, des vieillards… Certains installés à Luménis depuis plus de vingt ans… »
    Elle se tut, le dévisageant. Il lui retourna son regard avec aplomb.
    « Je sais. » dit-il finalement.
    Elle sursauta.

    « Pourquoi ?
    — Nous avons de bonnes raisons de penser que des criminels responsables de faits graves, se cachent parmi eux.
    — Et vous avez arrêté tout le monde, sans enquête préalable ? s’étonna, scandalisé, le vieux de la Voix des Rues.
    — Nous devions être rapides pour prévenir d’autres crimes. Nous avons paré au plus pressé.
    — En emprisonnant des centaines de personnes ? J’ai du mal à… »
    Il eut la parole coupée par l’étudiante.
    « De quels crimes parlez-vous ?
    — L’enquête est en cours, c’est confidentiel.
    — Ces gens vont-ils être relâchés ?
    — Que leur a-t-on fait subir, en détention ?
    — Avez-vous trouvé ce que vous cherchiez ?
    — Comment, juridiquement, pouvez-vous justifier l’arrestation arbitraire de toutes ces personnes ?
    — Des témoins ont vu les grands prêtres de tous les temples se réunir au Fort. Est-ce que c’est lié ?
    — Et est-ce lié avec la fermeture, pendant plusieurs jours, du Temple de Tymora ?
    — Des rumeurs disent que tous les novices sont morts.
    — Ce ne sont pas des rumeurs, ce sont des faits.
    — Pouvez-vous nous en dire plus ?
    — Vous connaissez le pouvoir de la rumeur, Flèche-Sombre !
    — On parle de Sharites. Sont-ils de retour ?
    — Il y avait des inscriptions dans la nef, n’est-ce pas ?
    — Des fidèles disent que la boule argentée qui servait de mascotte aux Tymorans a disparu.
    — On a retrouvé un corps cet après-midi, rue des écureuils.
    — Est-ce que Brandon Devlin est mort ? »
    A moitié assommé par la déferlante de questions, le commandant de la garde parvint enfin à s’engouffrer dans la brèche.
    « Brandon Devlin n’est absolument pas mort. »
    Les journalistes se turent. Comment diable pouvaient-ils savoir autant de choses en aussi peu de temps ? Autant de choses vraies, de surcroît. Un instant, il eut envie de plaider avec eux pour qu’ils ne publient rien. Mais c’était peine perdue : ils feraient exactement le contraire, au nom du sacro-saint droit à l’information.
    « Je ne peux pas faire de commentaires. L’enquête est en cours. Je vous demande d’exercer votre profession avec réserve. Nous vous communiquerons davantage de détails quand nous en aurons et que cela ne mettra plus en danger les progrès de l’enquête. »
    Concert de protestations. Evidemment.
    Dernière modification par Galathée ; 11/01/2015 à 20h25.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  28. #28
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Soir du 16ème jour de Tarsakh, Fort de Luménis
    Nuit noire, odeurs de pisse, de sueur, de sang. Une douleur sourde derrière l’orbite gauche, vestige d’un mauvais coup. Lequel ? Il ne se souvient plus exactement. Bien sûr, il n’a pas su la fermer, mais il a fait ses propositions de bonne foi. S’il avait été une jolie femme, sans doute cela aurait-il marché. Sans doute aurait-il gagné un peu de pain, un peu de vin, une couverture, autre chose que cette eau glaciale où les araignées viennent boire et cette paillasse pleine de poux. Ou peut-être pas. Les Luméniens sont des gens étranges, pétris de beaux principes, qu’ils se targuent d’appliquer à tous, amis comme scélérats.
    Pas tous. Généraliser n’est jamais bon, jamais juste. Il y avait de la compassion dans le regard du petit blond qui lui a mis les fers, de l’horreur dans celui de la jeune femme qui lui a donné des vêtements. Evidemment, on a sélectionné les plus durs pour faire le sale boulot. Gérer cette racaille mélandienne. C’est ce qu’il est, il le sait bien, depuis si longtemps déjà. Il n’a pas besoin de miroir pour se reconnaître, l’arc de ses sourcils, la courbe de son nez, sa lèvre fendue où le sang coagulé forme une croûte fragile. Une petite merde. C’est si facile à assimiler.
    Sa vie n’est qu’une succession de cycles, de violence en violence, quoi qu’il fasse, où qu’il aille, depuis la faute primordiale. Il ne se sent pas désespéré, pas révolté. Il n’est même pas surpris. Il s’est livré à Beshaba, autrefois, et elle épouse désormais chacun de ses gestes, se coule dans son ombre, et surveille qu’aucun autre dieu ne se penche sur son sort. Il ne sert à rien de crier, personne n’entendra rien. Chaque fois qu’il remonte à la surface pour prendre une goulée d’air, quelqu’un lui renfonce la tête sous l’eau. Pourquoi ne se noie-t-il donc jamais ?
    Mais il n’y a pas de pitié en ce bas monde. Aucune. D’ailleurs, il ne le voudrait pas. Il ne mérite aucune miséricorde, aucune empathie. Il est trop sale, trop vil, et l’expiation en est juste à ses balbutiements. Dix ans, ce n’est rien. Avec un peu de chance, il lui en reste quarante, même si les gens qui vivent comme il le fait ne font pas de vieux os.
    Il a froid et effleure les murs d’une paume écorchée. La chemise qu’il a sur le dos est de toile fruste, il l’éprouve du pouce et de l’index. Elle couvre sa nudité mais ne le protège de rien d’autre. Surtout pas de la nuit.
    Il ne se replie nulle part. Il ne s’est jamais permis de refuge, ni dans la réalité, ni dans ses pensées. Pas de rêves, pas de souhaits, pas de sauvetage. Quand on a trop de sang sur les mains, on ne peut pas chercher le repos, ce serait injuste. Or la justice, c’est ce qui fonde l’intégralité de son existence. La balance à rétablir. Tant de culpabilité.
    Dernière modification par Galathée ; 11/04/2019 à 17h51.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  29. #29
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Fin de soirée du 16ème jour de Tarsakh, Taverne du Crabe qui Bulle.
    Kerun baissa son capuchon humide en franchissant la porte. Il faisait chaud dans la salle commune, contraste déstabilisant avec la nuit pluvieuse et la brume froide qui avaient envahi les rues du port. Il décrocha sa cape et la secoua doucement avant de la suspendre au patère et d’entrer plus avant dans la pièce. Les habitués, des marins humains et nains, lui jetèrent à peine un coup d’œil. Le tenancier le suivit une seconde du regard tandis que lui-même cherchait son contact parmi les tables. Il le repéra aisément, assis contre le mur près de l'âtre ronflant, en train d’écrire de la musique. Llewellyn était jeune, moins de trente ans, châtain, les cheveux mi-longs lui tombant sur les épaules, un regard vert, très incisif, le sourire toujours facile. Il portait un pourpoint bien coupé, mauve sombre et argent, et avait déposé sa viole sur la table. Il était meilleur auteur que musicien, cependant, et ne se produisait jamais. Kerun devina au pli au coin de ses lèvres qu’il avait repéré son approche.
    « Bienvenue, maître de l’ombre. »
    L’agent ne put s’empêcher de soupirer en s’asseyant.
    « Toujours aussi discret.
    — Tu pourrais au moins mettre une perruque. Ou une fausse moustache. Un coussin dans ta chemise.
    — Llewellyn…
    — Tu n’es pas drôle, Kerun. Pas drôle du tout. »
    Le Luménien passa deux mains sur son visage.
    « J’ai besoin de ton aide.
    — C’est la seule et unique raison pour laquelle tu viens me voir. C’est presque vexant. »
    Cette fois Kerun leva les yeux au ciel.
    « J’ai du mal à nous imaginer compagnons de taverne, vois-tu.
    — Tu as beaucoup d’imagination pour certaines choses et absolument aucune pour d’autres, cher ami. »
    Le Luménien faillit se lever, agacé, comme toujours, par le personnage. Mais il n'en fit rien. Le travail avant tout.
    « Est-ce que ceci te dit quelque chose ? »
    Il déplia son morceau de parchemin devant le musicien. Celui-ci le prit et l’approcha de la flamme de l’âtre voisin.
    « Hum. C’est le symbole de la Chelsinara. La moitié, je veux dire. C'est un symbole oghman très usité, le signe que l’on est en apprentissage. Tous les prêtres le portent sur leurs vêtements. Pourquoi ?
    — On a retrouvé cet insigne entre les mains d’un cadavre, aujourd'hui.
    — Oh. Tu deviens détective, maintenant ?
    — C’est une affaire plus complexe. »
    Kerun soupira, regarda à nouveau le dessin.
    « Tu es certain ?
    — Absolument certain. C’était en tissu ? Du tissu jaune ou or ?
    — Oui. »
    Devlin avait eu raison. C’était une mauvaise nouvelle.
    « Est-ce que la base bouge, en ce moment ? »
    Llewellyn se rembrunit.
    « Non. »
    Kerun acquiesça, les lèvres pincées.
    « Est-ce que la base pourrait bouger sans que tu le saches ?
    — Non.
    — Tu es certain ?
    — La base ne bouge pas. Si un clerc oghman a assassiné ta victime, il l’a fait tout seul comme un grand.
    — Il ne s’agit pas juste d’un meurtre isolé. La garde va enquêter. Ce symbole va être identifié tôt ou tard et les ressortissants d’Ithilion à Luménis risquent d’avoir des ennuis.
    — C’est une menace ?
    — Une mise en garde, Llewellyn. Tu n’as jamais été très discret quant à tes origines... »
    Le jeune homme grimaça.
    « Je dois entrer dans la clandestinité, c’est ça ? Un citoyen modèle comme moi ? Tu ne crois pas que justement, ça va me donner des airs suspects ?
    — Je préférais te prévenir.
    — C’est à cause du Temple de Tymora ?
    — Comment ça, le Temple de Tymora ?
    — Ne fais pas l’innocent. On raconte beaucoup de choses... beaucoup d’horreurs... Tu ne crois quand même pas que nous nous en serions pris aux Tymorans...
    — Je n’en sais rien. Pourquoi pas ?
    — Mais quel serait notre motif ?
    — Déstabiliser la capitale, une fois de plus.
    — De plus ? Nous n’avons jamais rien fait.
    — Mais vous êtes l’ennemi proverbial.
    — Raison de plus pour penser que c’est un indice qu’on a laissé là pour diriger les soupçons contre nous.
    — Je sais bien. Mais va expliquer ça à Maelwedd. »
    Llewellyn grimaça.
    « Dans le doute, frappons. Je vois ce que tu veux dire.
    —Ça, et le prétexte, Llewellyn. »
    Le musicien croisa les bras, manifestement stupéfait.
    « Votre armée n’est pas en état.
    — Non. Mais si le général peut justifier la nécessité de la préparer...
    — C’est ridicule.
    — Mais le risque est bien réel. »
    Il eut un rire bref.
    « Est-ce moi que tu menaces, Kerun ?
    — Non, je te demande ton aide. Je t’explique juste que c’est dans notre intérêt à tous les deux que tu acceptes.
    — Qui soupçonnes-tu ?
    — Des Sharites.
    — Eux aussi aiment la zizanie. Mais pourquoi ne serait-ce pas carrément Maelwedd lui-même ? Ou les services secrets ? »
    Kerun haussa les sourcils.
    « D’accord, pas les services secrets. »
    L’agent resta silencieux. Etait-il possible que le général lui-même ait mis en branle une telle affaire ? Il était éternellement mécontent de la situation en ville, du laxisme de ses collègues du conseil, et la purge qu’il avait lancée, d’abord avec les Mélandiens, ensuite avec les Ithiliens était exactement le genre de choses dont il devait rêver depuis toujours. Avec de surcroît, l’opportunité de museler les temples, ces nids à idéalistes bornés, pour leur propre bien. Et désormais celle de justifier le renouveau d’une force armée capable de traverser le continent pour aller frapper l’adversaire à l’autre bout de l’île. Kerun frissonna malgré lui. Il ne pouvait pas le croire. Maelwedd aurait dû disposer d’une cellule à sa solde, or ce genre de choses n’existait pas... A moins que... Avec leur manque d’effectifs, toutes les ressources étaient tournées vers l’extérieur, personne ne surveillait les Luméniens loyaux, les officiers anciens, fidèles, les héros de la révolution et de la récente guerre... Mais jamais Darren n’aurait laissé faire et rien n'échappait à Darren, dans l'enceinte du fort.
    « Qu’est-ce que tu veux que je fasse ? dit Llewellyn, l’interrompant dans ses pensées.
    — La base... Je veux savoir ce qu’en disent les tiens.
    — Pour l’heure, pas grand chose. Si j'en savais davantage...
    — Je ne peux pas prendre le risque que tu le relaies.
    — Homme de peu de foi. »
    Kerun eut un sourire amer.
    « Je reviendrai. D'ici là, prends soin de toi, Llewellyn. Si tu as besoin d’une planque, je peux t’en fournir une.
    — Tu es gentil mais j’ai des ressources.
    — Oh, je sais. »
    L’elfe se leva et se dirigea vers la sortie. Il entendit l’Oghman pincer les cordes de sa viole, quelques accords mineurs, mélancoliques, peut-être pensifs, tandis qu’il regagnait la nuit.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  30. #30
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 308
    Nuit du 16 au 17 Tarsakh, quelque part...
    Entrer sans un bruit. Sans franchir les portes. Directement au sein du nid, entre les ogives de pierre, les deux statues misérables, avec ce sol dallé, sans cesse frotté, astiqué, encore et encore, pour faire disparaître les mille fluides de la maladie. Gémissements, remugles, mais il ne craint rien. Aucun d’entre eux. La main de son maître, ou de son esclave selon les heures, se relâche autour de la sienne. Ils font un pas de côté pour reprendre leurs distances. Inspiration, puissance, aucun glyphe pour se déclencher. Quelqu’un bouge dans le noir, bientôt pour la dernière fois. Il est tenté d’instaurer une zone de silence, juste pour pouvoir profiter de leurs cris. Mais ce n’est pas le plan dont ils ont convenu. Trois chauve-souris meurtrières pour saigner les indigents, furtives et implacables. Ils sont soixante-quatre, la petite souris les a comptés plus tôt dans la journée. Leur vie est si pesante, eux qui sont pauvres, infirmes, malades, qui ont tenté de trouver refuge entre les bras du dieu miséricordieux. En cela, leur trancher la gorge n’est-il pas un acte de bonté ? Une délivrance méritée pour ces pauvres bougres, femmes faméliques, enfants souffreteux ? Non. Pas vraiment.
    Caresser une tête, saisir doucement une chevelure, et puis la lame qui glisse, le gargouillis stupéfait, encore une fois et une autre. La main pressée sur les lèvres pour empêcher le cri d’agonie. Ici, et là, on meurt dans un murmure outré. Il a les gants couverts de sang, à présent, et les bottes, et le pourpoint. Encore une petite fille ici, une jeune accouchée et son nourrisson famélique, un vieillard aveugle. Chaleur, froid, le sol est poisseux, il marche d’une couche à l’autre. Un de ses acolytes sifflote, un vieil air traditionnel qu’il connaît par coeur. Les cheveux se hérissent sur sa nuque, il voudrait ne pas ressentir cette tension, cette terreur, que l’autre lui inspire. Mais le souvenir est vivace et il sait que l’autre l’impressionne à dessein, pour le garder dans le rang, lui rappeler la nature de leurs rapports, alors même qu’il est leur chef et qu’il pourrait ordonner de le faire écarteler sans que personne ne s’y oppose. Jeux de pouvoir. Tentatives. Mises à l’épreuve. Il a perdu le compte de ses victimes, s’arrête un instant pour écouter la nuit. Le silence est profond mais l’odeur commence à s’élever, entêtante. Plus un souffle, sauf le leur.

    « Partons. » dit simplement le dernier.
    Il acquiesce, même si personne ne peut le voir. Il faut qu’ils se rassemblent pour fuir. Ce parfum de sang, si puissant. Personne ne sait rien. Et pourtant le massacre a eu lieu.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

Page 1 sur 7 123 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Annales RP] Des fleuves invisibles...
    Par Galathée dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 5
    Dernier message: 22/01/2014, 10h09
  2. [FAQ] Les mondes parallèles
    Par Seina dans le forum Les mondes parallèles
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/08/2005, 18h33

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250