Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: [Annales RP] Des fleuves invisibles...

  1. #1
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 312

    [Annales RP] Des fleuves invisibles...

    Les posts suivants reprennent des conversations entre Albérich et Hubert qui, pour la fluidité du RP, ont été mentionnées sans être développées dans le texte "officiel".
    Rien de révolutionnaire, donc, et rien d’inattendu…
    Mais Gal aime les dialogues et n'aime pas les ellipses


    ***

    Mi-journée du cinquième jour de la première veille de Nuiteuse, 1383, route de Valfrène à Fougères (Dans la Campagne du Soleil)

    Ils firent une pause pour se restaurer et Hubert avoua qu'il ne connaissait pas très bien la zone dans laquelle ils allaient désormais pénétrer. Le village suivant s'appelait Fougères, il se trouvait en bordure d'une petite forêt... Au delà de ça, il n'en savait pas grand chose. Le Rayon était une milice urbaine et il n'était jamais sorti de Solarcis que pour trouver des chevaux ou recruter des hommes. Béranger était un adepte de la chasse mais le paladin ne s'y était jamais intéressé et était ravi de garder le fort quand le seigneur partait en expédition. L'un dans l'autre, cette région d'Hélonna lui deviendrait de moins en moins familière à mesure qu'ils progresseraient. Albérich l'assura de sa parfaite confiance en sa capacité à les guider.

    Une fois le repas terminé, Hubert avait déployé la carte sur ses genoux et Albérich vint se pencher au-dessus de son épaule, plus poli que curieux. Il n’avait pas particulièrement envie de connaître les détails des jours à venir, de mesurer la courte distance qui les séparait encore de Solarcis et l’inexorabilité, pourtant, de la route à venir. Les épisodes mouvementés des derniers jours lui donnaient parfois l’impression d’errer dans un autre plan, qui se déchirerait bientôt pour le ramener dans ses pénates au fortin.

    « Perdu ? demanda-t-il d’un ton dégagé.
    — Pas encore. » répondit le paladin, railleur.
    Hubert pointa le doigt sur un ruban d’encre noire.

    « Nous sommes plus ou moins ici. Valfrène est là, nous avons dormi dans ce petit creux… et Fougères est plus bas… ici… C’est notre étape de la nuit. En bordure d’une petite forêt. Mais… »
    Il pinça les lèvres, passa une main gantée dans ses cheveux roux.
    « Mais… ? répéta le Luménien, serviable.
    — Je ne suis jamais descendu à ce point au sud. Sur la côte est, je veux dire. Valfrène, c’était ma limite. Et nous l’avons franchie. »
    Il haussa les épaules et replia la carte, avant de croiser le regard du Luménien.
    « Donc, désormais… »
    Il eut un geste embrassant la campagne.
    « C’est l’inconnu. »
    Un sourire revint sur ses lèvres.
    « L’aventure,devrais-je dire.
    — Parsemée de villages et de bonnes auberges. Ça me convient très bien. » dit Albérich en se redressant.
    Il alla chercher l’outre suspendue à la selle de Douce, revint en arrière et se déblaya un rocher pour s’asseoir.

    « Je pensais l’influence de Solarcis plus étendue…
    — Ce sont les vassaux de Béranger qui règnent ici et là, oui. Et il pourrait sans nul doute te parler de chaque bourgade d’ici à Lunaros. Mais j’ai toujours été très pris par mes prérogatives… et donc par la ville. Je n’ai jamais pu me permettre de partir trois veilles dans la broussaille. »
    Albérich ne mentionna pas le fait qu’ils n’étaient qu’à trois jours de cheval de la cité. Moins, en réalité, quand on possédait un destrier comme Grand Vent. Mais Hubert avait déjà été assez troublé par leurs déconvenues récentes sans qu’il aille en plus l’ergoter sur des détails.
    « Tu étais pourtant parti quand je suis arrivé à Solarcis, dit-il plutôt.
    — Non. Pernille m’a parlé de toi dès le lendemain de ton arrivée, au conseil. Et rappelle-toi que nous nous sommes croisés… cette fameuse nuit.
    — C’est vrai. » fit le Luménien avec une grimace.
    Il n’était pas très fier du spectacle qu’il avait donné à cette occasion, même s’ils avaient eu l’opportunité d’en reparler depuis. Hubert n’épilogua pas sur l’incident, bien heureusement.

    « J’ai été absent une dizaine de jours au total. Cela faisait plus d’un an que je ne m’étais pas permis une telle chose.
    — Béranger l’aurait estimé malvenu ?
    — Non. Enfin, je n’en sais rien. Je dois dire que je ne lui ai pas souvent demandé l’autorisation de partir. Comme je te l’ai dit, je n’avais plus tellement le temps… ni l’envie, d’ailleurs, d’aller acheter des chevaux ou des armes en cambrousse, et ça a toujours été la cause principale de mes déplacements. Le recrutement, c'est autre chose, mais la plupart des candidats viennent directement à Solarcis pour s'enquérir de nos critères. Quant à accompagner Béranger dans ses propres missions, je l’ai fait les premières années. C’était nécessaire pour me faire connaître des nobles de la région. De par ma position à la tête du Rayon, j’étais un peu le symbole de la sécurité à Solarcis, et donc de sa stabilité... Mais ces dernières années… J’ai largement perdu le goût pour toutes ces mondanités. Je ne suis qu’un homme d’armes. Les garnisons de province… Franchement… Mes appartements à la caserne sont… étaient autrement plus accueillants.
    — Je suis désolé que tu aies dû les quitter pour moi.
    — Il était temps, Albérich. Il était grand temps. »
    Le Luménien acquiesça, se demandant si c’était réellement ce qu’il était : un prétexte. Il aurait aimé s’en convaincre, cela aurait allégé la responsabilité qui pesait sur ses épaules.
    « De plus, au-delà des aspects politiques, Béranger a toujours voyagé en partie pour aller chasser. Et je n’ai jamais été féru de cette activité. Quelque chose dans l’idée même de traque m’a toujours mis mal à l’aise. Je ne sais pas. J’ai chassé, pourtant, dans ma jeunesse, à Maleval. Comme tout le monde. Mais ça n’a jamais été un loisir. C’était une nécessité de la vie rurale. »
    Il eut une grimace.
    « Les grands seigneurs, leurs chiens, leurs chevaux et un cerf misérable… Je ne sais pas… Ça ne m’a jamais transcendé. »
    Albérich le dévisagea avec un sourire.
    « Tu es un être bien étrange, Hubert de Maleval.
    — Ah ça… Tu n’as pas idée. » répondit le paladin avec un clin d’œil.
    Il se leva et s’étira.

    « Je pense au final que Béranger était bien content que je sois un capitaine casanier et que je reste en arrière pour surveiller Solarcis quand il était absent. Et moi, j’étais content qu’il puisse me faire confiance. C’était, je ne peux pas le nier, extrêmement valorisant. L’un dans l’autre, nous étions tous les deux satisfaits. Je n’en mesure les désavantages qu’aujourd’hui… »
    Albérich sourit doucement.
    « Mais tu sais lire une carte. »
    Le paladin grimaça.
    « Tant qu’il y a une route, ça devrait aller.
    — Nous nous en sortirons très bien. Et puis Tobias Ekhart t’a renseigné.
    — Ne mentionne pas ce nom en ma présence ! s’exclama Hubert en prenant appui sur le pommeau de Grand Vent, avant de se hisser en selle.
    — Mais il t’a renseigné quand même.
    — Oui.
    — J’ai toute confiance en ta capacité à nous guider. »
    Le paladin le scruta comme pour évaluer l’ampleur du mensonge. Mais Albérich était sincère et lui retourna son regard sans sourciller.
    « Merci. »
    Sur un sourire, le Luménien monta à son tour en selle et, quelques minutes plus tard, ils étaient à nouveau en route pour Fougères, et ce fameux inconnu…
    Dernière modification par Galathée ; 15/04/2018 à 15h32.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  2. #2
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 312
    Fin de soirée du sixième jour de la première veille de Nuiteuse, 1383, auberge des Mille Abeilles à La Ruche (Dans la Campagne du Soleil)

    (attention, le texte original est intégré dans le nouveau dialogue, donc y'a des redites !)

    Ils se retrouvèrent donc dans leur petite chambre. Albérich se sentait un peu flottant, il avait du mal à garder les yeux ouverts, la tête un peu lourde. Il s’assit en tailleur sur son lit, s’appuya contre le mur, ferma les paupières.
    « As-tu toujours cheminé au hasard, depuis que tu as quitté Luménis ? » demanda soudain Hubert, de but en blanc.
    L’ancien clerc rouvrit les yeux et le dévisagea, légèrement incrédule. Le paladin était assis, lui aussi, et le regardait avec une curiosité franche, tranquille.

    « Non. Je suis allé passer l’hiver dans un village que l’aubemestre m’avait renseigné. Combeloup.
    — Ça ne me dit rien.
    — Le contraire eut été surprenant… C’est un hameau de bergers, perdu dans la nature, au sud-est d’Eredhun…
    — Je ne t’imagine pas bien dans un village paumé dans la broussaille…
    — J’avais besoin d’un endroit, n’importe lequel. Je n’étais pas exactement en état de faire de grands plans… Je cherchais… je ne sais pas bien ce que je cherchais. Des réponses. »
    Hubert acquiesça, demeurant silencieux. Il n’avait pas besoin de verbaliser ce qu’ils savaient tous les deux : qu’il ne les avait pas trouvées.
    « Et puis les choses ont dégénéré de manière imprévue… »
    Il jeta un coup d’œil vers la fenêtre, soupira.
    « Je me suis installé dans une ancienne garnison, qui appartenait à la famille d’Alaric d’Antelucas. C’était une bâtisse en dehors du village, austère et silencieuse, un vrai refuge d’ermite... J’ai fait connaissance avec le baron et sa fille, Elisa, une adolescente un peu sauvage, le vieux clerc de Lathandre qui veillait sur leurs âmes, le sénéchal qui protégeait leur donjon, Ada, la halfeline un peu sorcière qui servait de maire aux villageois… Un marchand, un forgeron, un berger, son petit-fils Bastien, toujours à courir la montagne… C’était l’hiver, un hiver rude comme je n’en avais jamais connu en ville. Je m’étais promis de rester jusqu’au printemps. En l’attente de quelque chose… »
    Il secoua la tête. Ce n’était pas le moment d’entrer dans ces détails. Pas le moment du tout.
    « Peu importe. Le gosse servait un peu de messager aux adultes. Une nuit, il est passé me voir, et puis il est reparti dans la tempête. Je n’ai même pas songé à le garder avec moi, perdu que j’étais dans mon propre marasme… Le lendemain matin, il avait disparu. Nous avons organisé une battue, l’avons retrouvé pratiquement mort dans une caverne, et son chien… son compagnon animal devrais-je dire, avait été réduit en charpie par des loups.
    — Je comprends mieux tes inquiétudes sur l’hiver, remarqua Hubert, avant de le laisser continuer.
    — Tu vas dire que c’est une histoire banale, la montagne hostile, des fauves poussés par la faim… C’est ce que j’aurais pensé, moi aussi. Mais j’ai alors appris que les villageois avaient passé une sorte de pacte avec un esprit de la nature environnante. Une… entité. Une fée, peut-être. Une créature puissante et globalement bienveillante. En échange du respect des lieux par les hommes, les animaux sauvages les laissaient tranquilles, eux et leurs troupeaux.
    — Les villages dans les coins reculés font parfois ça… avec une dryade, une naïade, un élémentaire… ce qui maraude dans les environs.
    — Je ne connais pas grand chose aux coins reculés, dit Albérich avec un haussement d’épaules.
    — Mais sous peu, nous serons tous deux des experts ! s’exclama le paladin, souriant. Mais pardon, je t’ai interrompu, continue.
    — Le gosse était une sorte de trait d’union entre la nature et les hommes. Leur rôdeur en quelque sorte. Peut-être plus. Que des loups aient pu sciemment s’en prendre à lui apparaissait comme une transgression gravissime du pacte… Nous avons réussi à le sauver grâce à Elisa, qui malgré son anti-cléricalisme spectaculaire, a réussi à canaliser un peu d’énergie divine. Mais privé de son chien, il était réduit à… une sorte de coquille vide, dépourvue d’individualité… de vie, simplement. Alors nous avons monté une expédition pour aller interroger l’esprit et comprendre les raisons de sa colère. Je me suis porté volontaire… Je ne suis plus certain de savoir pourquoi. Peut-être que je me sentais coupable de ce qui était arrivé. La tempête, le gosse… Il aurait suffi que je lui ouvre la porte pour que rien n’arrive. Du moins c’était ce que je pensais à ce moment-là… Avec le recul… Les choses me dépassaient, bien évidemment. Ou alors était-ce lié à mon statut d’étranger. Ada, la halfeline, espérait que je sois capable de lire les intentions des gens avec des yeux neufs. Vœu pieu. J’étais bien incapable de faire la part des choses. Tout le monde me paraissait coupable et innocent. Mes angoisses… bref. J’étais au mauvais endroit au mauvais moment, et il a bien fallu que je me mobilise.
    — Quand même… affronter la montagne et l’hiver, quand on n’est pas spécialiste… Ce n’était pas une petite chose à te demander.
    — Sur le moment même… Ça paraissait la chose à faire.
    — En fait, tu es bien plus audacieux que tu ne le parais… »
    Albérich eut un sourire incertain.
    « Sans doute parce que ma vie m’apparaissait alors comme une chose tout à fait triviale… »
    Hubert s’empourpra, comme pris d’une subite colère, mais l’ancien clerc ne le laissa pas s’engouffrer dans la brèche.
    « Nous sommes partis à trois. Le forgeron, la halfeline et moi. Le but était de rallier un petit sanctuaire où elle devait pouvoir contacter la créature. Nous avons été attaqués par des loups… et nous avons failli y rester. J’avais une masse, d’ailleurs, qui ne m’a pas servi à grand chose…
    — Tu as été blessé à l'épaule gauche... et au flanc droit, n’est-ce pas ? J’ai vu ces cicatrices. »
    Albérich leva sa chemise, exposant son côté et la marque, désormais blanche, des crocs du loup, et passa le doigt sur son relief discret. Malgré une mauvaise infection, il avait finalement bien récupéré.
    « Flanc droit, tu as raison, dit-il avec une petite grimace.
    — Personne n’a soigné ça un peu plus… convenablement ?
    — Ce n’était pas une blessure grave… et le clerc… le clerc était mort entre-temps.
    — Mort ? C’est sinistre, ton histoire, dis donc…
    — Je n’ai pas dit le contraire. Il est tombé dans les escaliers. »
    Le visage d'Hubert refléta la plus profonde incrédulité. Albérich soupira.
    « Ce n'était pas un accident, non. Nous ne l'avons su que plus tard. Je me suis soigné avec des plantes. Comme je pouvais. »
    Le paladin se contenta de pincer les lèvres.
    « Mais vous avez été sauvés, alors… par l’esprit de la montagne ?
    — Non. Par le sénéchal de Sire Eudes, Hugues des Essaims. Il avait pris la tête d’une petite escouade et était parti à notre recherche. »
    En relatant cet épisode, pour la première fois, Albérich réalisa que le sénéchal leur avait sauvé la vie. N’était-ce pas un comble, compte tenu de la manière dont il avait ensuite fini ? Bien sûr, il devait savoir qu’Ada constituait une menace. Peut-être l’avait-il sous-estimé, lui, l’étranger luménien, le désoeuvré fragile, qui hantait la garnison… Mais son plan nécessitait qu’il paraisse digne de confiance et héroïque, aussi avait-il dû protéger les artisans de sa perte… S’il avait su, sans doute serait-il arrivé en retard…
    « Paradoxalement, sans lui, aucun d’entre nous n’aurait survécu à la nuit.
    — Paradoxalement ?
    — Je vais y arriver. »
    Le paladin croisa les bras.
    « Nous sommes redescendus au donjon de Combeloup. La nature semblait furieuse contre les hommes, au point d’intenter à la vie de Ada, qui était pourtant son chantre le plus vocal… La décision a été prise de se retrancher auprès du seigneur, une mesure sans précédent, et dramatique… Une tempête approchait, les animaux se rassemblaient autour de nous… Comme les autres, j’ai été consigné à l’intérieur. Je partageais la chambre de César, le grand-père du gosse blessé. Nous avions la conviction que la nature avait été insultée par quelqu’un… quelqu’un qui cherchait la confrontation… et que la chienne de Bastien avait été victime d’un humain et pas d’un loup. Mais qui ? Et pourquoi ? J’ai un souvenir de confusion et de méfiance absolues. »
    Il eut un sourire incertain.
    « Autrefois, j’étais bon juge de caractères. Très bon, même. Aujourd’hui… Je ne suis plus capable de faire le tri entre les âmes maléfiques et les paladins. »
    Hubert leva les yeux au ciel.
    « Je ne t’ai pas beaucoup aidé, offrit-il.
    — Je suis devenu aveugle. C’est déstabilisant. C’était une force, autrefois, cette intuition… »
    Il haussa les épaules. Hésita un instant. Puis il décida d’éluder ses liens de parenté avec le vieux berger et son petit-fils. C’était complexe et privé. Sans doute s’en ouvrirait-il un jour au paladin… mais pas ce soir là. Ce n’était pas central dans le récit, de toute façon.
    « César me paraissait la seule personne fiable… Il aimait sincèrement l’enfant, n’aurait jamais rien fait pour lui nuire. Or, Bastien montrait des signes de réveil… et nous avions la conviction qu’il pourrait nous désigner le coupable. Alors ils ont simplement intenté à sa vie et c’est moi qui ai été accusé. J’étais l’étranger de passage, silencieux, inconnu, celui qui était survenu exactement à l’instant où tout avait commencé à se détraquer. »
    Albérich se tut un moment, songeant aux moments difficiles qui avaient suivis son arrestation et sa condamnation. Hubert ne dit rien, peut-être conscient de son trouble. Il était trop loin pour lui offrir une marque de soutien. Le Luménien finit par soupirer, sans rien verbaliser. Il avait l’impression que la terreur était encore quelque part, tapie dans son ventre. Il devait s’en détacher.
    « Ils ont prétendu que Bastien était mort et m’ont aidé à m’évader du cachot où j’avais été enfermé. Ada, Elisa et César. Le baron était comme fou, après la mort de l’enfant… Ah… J’ai oublié de mentionner que le gosse était son fils illégitime.
    — C’est compliqué, cette histoire. »
    Albérich sourit en haussant les sourcils. L’émotion qui l’avait saisi en mentionnant son arrestation était en train de s’éteindre. Il avait pourtant encore envie de se lever et d’aller s’asseoir près d’Hubert, pour profiter de son aura à la source. Il n’en fit rien, bien sûr.
    « Je ne me souviens plus exactement du moment où nous avons compris que le sénéchal était derrière toute l’affaire et qu’il convoitait la baronnie, en s’érigeant comme sauveur de l’espèce humaine contre la vile nature… Nous avions besoin d’aide, et de preuves. Nous sommes repartis dans la tourmente…
    — Encore toi ?!
    — Je m’étais évadé, je devais quitter le donjon au plus vite. Les autres… Elisa et Ada devaient rester pour que nos ennemis ne se doutent pas qu’elles leur étaient hostiles. César et moi avons donc bravé la tempête pour emmener Bastien jusqu’à l’esprit de la nature, et cette fois, nous y sommes parvenus.
    — Je croyais que le gosse était mort…
    — Non. C’était une manière pour eux de le soustraire à la malveillance d’Hugues.
    — Misère, c’est très compliqué cette histoire. Mais donc vous avez atteint le domaine de la fée… Un vieil homme et toi… Dans le blizzard...
    — C'est ça. Et là, c'était évidemment le printemps...
    — Ça a dû être quelque chose. On dit ces créatures d’une beauté enchanteresse…
    — On dit vrai. »
    Albérich se sentit virer au pourpre comme il songeait à l’étreinte qu’il avait partagée avec l’esprit, lors de sa seconde visite, au printemps. Devant sa mine écarlate, Hubert rit de bon cœur. Il se montra magnanime, cependant.
    « Continue. La fée vous a reçus…
    — Et elle a réveillé l’enfant. Du coup, nous avons pu rentrer à Combeloup avec la preuve dont nous avions besoin… Je te passe les péripéties finales… »
    Il étouffa un bâillement.
    « Surtout pas. Vous avez affronté le sénéchal renégat…
    — Pas tout de suite. Nous avons d’abord joué au chat et à la souris avec ses hommes dans le donjon, pour pouvoir convaincre le baron en tête à tête. Ensuite, nous sommes allés trouver le sénéchal, mais…
    — Ah… Je n’aime pas ce mais…
    — Le frère d’Hugues était arrivé à la soi-disant rescousse avec les hommes d’armes de leur domaine. Histoire de prendre possession de la baronnie de manière… plus musclée. Quand Eudes est sorti de son donjon pour accuser Hugues, son aîné l’a simplement tué. Devant tout le village rassemblé. Le masque était tombé.
    — Durement.
    — Mais les morts de Combeloup se sont levés.
    — Les morts… ?
    — Les corps des victimes d’Hugues… Eudes, ses autres fils…
    — Des morts-vivants ?! Tu as… combattu aux côtés de morts-vivants ?!
    — Je dois dire que je n’ai pas regardé. J’ai considéré… que ce n’étaient pas mes affaires… Et je n’ai combattu personne. J’ai détourné les yeux. Les frères des Essaims n’ont pas eu cette liberté, cependant.
    — C’est une mort atroce.
    — Je sais. Mais… il y avait une prophétie… et une justice à rendre… et honnêtement, je sais qu’il n’y a pas d’excuses, mais j’étais moi-même pour le moins secoué. Je m’étais rendu dans ce village pour me reposer, pas pour me retrouver mêlé à une cabale…
    — Je ne te reprochais rien.
    — Je n’étais pas fier. Mais je n’étais pas de taille à lutter, dans aucun des sens du terme.
    — Je ne te reprochais vraiment rien, Albérich.
    — Je sais. Je fais ça très bien tout seul. »
    Le silence s’installa un moment dans la petite chambre, tandis qu’ils cherchaient l’un et l’autre quelque chose à dire.
    « Et bien… quand je disais qu’on pourrait écrire des chansons à ton sujet, souffla finalement Hubert.
    — Mon rôle est resté très secondaire dans toute cette histoire.
    — Ce n’est pas mon avis.
    — Je me suis retrouvé embrigadé dans leurs affaires… Je ne pouvais pas ne rien faire.
    — Peut-être. Peut-être pas. »
    Hubert retira sa chemise, fouilla son sac à la recherche de sa tunique de nuit, qu’il enfila avant de se libérer de ses chausses et de gagner ses couvertures.
    « Je trouve ça plutôt encourageant, en fait, finit-il par ajouter.
    — Encourageant pour quoi ?
    — Pour toi. »
    Albérich secoua la tête et se mit au lit à son tour.
    « Tu es resté au village tout l’hiver, alors ? »
    Le paladin souffla la bougie.
    « Oui. Après ça, il fallait quelqu’un pour épauler la jeune baronne… Elle est très bien entourée, cela dit, mais… je ne pouvais pas partir comme ça. Alors je suis resté jusqu’au printemps et puis je suis parti à Eredhun.
    — Eredhun. Tu me raconteras ça demain.
    — Ce n’est pas franchement intéressant…
    — Mais moi ça m’intéresse. »
    Sur ces belles paroles, Albérich entendit le paladin s’emmitoufler dans ses couvertures et pousser un profond soupir, mettant fin à la conversation. Lui même demeura silencieux, lorgnant le plafond. Tous ces souvenirs, ces images, ces émotions allaient immanquablement envahir sa nuit.
    « Albérich contre les loups, murmura soudain Hubert d’une voix ensommeillée. Et dire qu’on cherchait un blason… Tu es impayable.
    — Ça va, hein. Je n’ai rien d’un loup.
    — Oh… Un loup solitaire qui se cherche une meute…
    — Hubert, tu racontes n’importe quoi. »
    Mais le paladin ne répondit rien : il avait déjà glissé dans le sommeil. Albérich ne put s’empêcher de sourire aux ténèbres, puis son esprit fila à nouveau vers Combeloup, César, Bastien, Elisa, ces gens qu’il avait laissés, loin, auxquels il pensait de temps en temps, qui lui manquaient, oui, mais pas assez pour qu’il revienne avant d’avoir trouvé ces fameuses réponses.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  3. #3
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 312
    Midi, septième jour de la première veille de Nuiteuse, 1383, route reliant La Ruche à Murgris. (Dans la Campagne du Soleil)

    Ils s’arrêtèrent ensuite à la mi-journée et Albérich interrogea Hubert sur son expédition dans la grotte avec Tobias, quelques jours plus tôt. Le paladin lui relata donc leur descente, les petits événements qui l’avaient émaillée, jusqu’à la rencontre avec la bestiole. Le Luménien nota que son ami avait besoin de justifier le fait qu’il n’était pas réellement intervenu pour mettre fin à l’existence du monstre. Lui-même comprenait parfaitement que deux hommes puissent estimer suicidaire de s’attaquer seuls à une créature de ce type, mais Hubert paraissait avoir besoin de se le répéter à voix haute, et d’entendre son assentiment. Albérich l’assura donc de son plus total soutien. Cela parut soulager le paladin. Un rien.
    Albérich se laissa tomber sur une souche avec bonheur et un soupir. Hubert s’approcha, lui tendit la miche de pain, le fromage, ce qu’il restait d’un saucisson un peu tordu. Il emporta deux poires jusqu’au ruisseau voisin et les nettoya rapidement dans l’onde.
    « Je devrais essayer de nous pêcher quelque chose…
    — Tu sais pêcher ?
    — Le saumon de montagne, dans ma jeunesse. A mains nues. Je n’étais pas très doué, mais à certains moments de l’année, ils grouillent littéralement. Il suffit de se pencher pour les ramasser… et de se méfier des ours. »
    Il revint en arrière, le sourire aux lèvres, et se choisit une pierre plate.
    « Je ne suis pas certain d’avoir jamais vu un ours de près… Il y en avait à Maleval, alors ?
    — Une seule, en fait. Une vieille ourse brune que nous surnommions l’Hirsute. Je ne me souviens pas qu’elle ait jamais eu des petits. Peut-être qu’il n’y avait pas de mâles dans les environs. Peut-être qu’elle n’aimait pas ça. Ou qu’elle était trop vieille. Aucune idée. »
    Il haussa les épaules et accepta la tranche de pain garnie que lui tendait le Luménien.
    « Me raconterais-tu ton escapade dans l’Antre du Dépeceur ? demanda ce dernier.
    — Nous en avons déjà parlé, dans la grotte… Et je n’ai pris aucun risque !
    — Je sais. Mais tu as mentionné un dracoliche, c’est tout.
    — Je ne suis même pas certain que c’était un dracoliche. Je n’ai pas trop regardé, à vrai dire. Et mes connaissances en la matière sont très limitées… »
    Il poussa un bref soupir et son regard se perdit une seconde dans le vide.
    « Nous n’aurions rien pu faire et la bête était bien attachée. A présent, Tobias va passer le message et Béranger veillera à ce que la région soit délivrée de ce monstre. J’espère juste… qu’il ne garde pas quelque chose d’encore plus dangereux, d’encore plus puissant…
    — Ils feront face. Vous avez agi raisonnablement.
    — Oui. C’est sûr que nous n’étions pas équipés… Mais… peut-être que j’aurais dû aller au bout de cette affaire… avant de partir. »
    Albérich pinça les lèvres et poussa un soupir bref. Ils n’étaient pas très loin…
    « Si tu veux… rentrer…
    — Non. Non, bien sûr que non. »
    Hubert sourit et son regard s’éclaira comme il échappait à sa rêverie.
    « Je dois arrêter de croire que je suis l’homme de toutes les situations. Ce n’est même pas sous mon ancienne juridiction. Bien sûr, en tant que paladin… Mais soit. Il y aura mille tumulus dans les Landes et… »
    Albérich le regarda avec épouvante et il grimaça.
    « Pas que j’ai l’intention de les visiter, bien sûr… mais parfois, les créatures en sortent d’elles-mêmes, et alors, on n’a pas trop le choix… La fuite n’est pas toujours une option… mais j’ai une épée et… Nous ferons de grands détours, promis.
    — Lathandre, grommela le Luménien en nichant son visage entre ses paumes.
    — Allons, Albérich…
    — Oui, oui. Tout va bien. »
    L’ancien clerc soupira et releva les yeux.
    « L’Antre, donc. »
    Hubert acquiesça.
    « Nous sommes simplement descendus… et bien sûr, il y a eu une bifurcation. Nous avons convenu de nous retrouver un peu plus tard et nous nous sommes séparés. J’ai marché dans un couloir glacé pendant un certain temps, sans rien trouver, sinon, finalement, une faille donnant sur l’extérieur. C’était de là que venait le vent, mais pas cette atmosphère viciée… Du coup, je suis remonté et j’ai pris l’autre couloir. Ekhart, évidemment, n’avait pas cru bon de venir au rendez-vous. Typique de ces aventuriers bravaches qui se croient invincibles…
    — Je perçois comme un peu de rancœur larvée… Je pensais que vous aviez sympathisé autour d’une bière et… d’un plateau d’Hermines, peut-être ?
    — Il te l’a dit ?!
    — Non. Mais il a rangé les Brunes avec beaucoup trop de soin. »
    Le paladin rit.
    « Je l’ai battu.
    — Ça a dû te faire du bien, au milieu de toutes ces vexations. »
    Le rouquin fronça les sourcils.
    « Ce n’était pas une vengeance. Mais j’étais content, oui. »
    Son regard s’assombrit.
    « Et puis il m’a trahi !
    — A cause des victuailles, c’est ça ?
    — Il a tout payé, Albérich ! Tout ! Les repas, les provisions, même la chambre ! J’aurais pu le rattraper, aisément, mais… je n’en ai pas eu le courage. Il m’avait usé, je suppose. Or, l’énergie, en hiver, c’est précieux. »
    Le Luménien le dévisagea, souriant.
    « Il me semble approprié que Tobias Ekhart ait eu le dernier mot. Une victoire pour une victoire. C’est lui qui s’est vengé. Tout le monde ne peut pas perdre avec la dignité d’un paladin. »
    Hubert éclata de rire.
    « Tu es gentil, tu sais.
    — Je fais de mon mieux. »
    Il accepta une des poires puis remonta le col de son manteau.
    « Bon, mais avec ça, je ne connais toujours pas le fin mot sur cette antre…
    — Il n’y a pas grand chose à en dire. Je suis descendu, l’odeur, l’atmosphère, tout était empli de cette haine… J’ai craint qu’Ekhart ne se soit fait tuer. Il y avait un mur de pierres entassées, comme si on avait voulu boucher le conduit… Mais il y avait juste un passage en haut, je l’ai emprunté, je suis arrivé dans une salle ronde sur laquelle débouchaient mille tunnels, donnant tous sur un gouffre. J’ai cru que le fermier était tombé, parce qu’il y avait une torche sur un corniche plus bas… Mais je l’ai quand même cherché… et trouvé. Il se baladait dans les couloirs voisins, à la recherche de quelque chose… Mais le quelque chose était dans le trou. Nous l’avons entendu, puis nous avons balancé un rocher…
    — Vous avez… balancé un rocher ?
    — Oui. Ça paraît bête dit comme ça. On voulait savoir ce à quoi on avait affaire. »
    Le Luménien rit de bon cœur.
    « Donc… Tobias et Hubert, les gosses de dix ans, lancent des cailloux sur l’ours endormi… et ? L’ours s’est réveillé de mauvais poil ?
    — Tu transformes… Nous étions partis pour régler son compte à la bête !
    — D’accord, pardonne-moi. Je ne dis rien.
    — Pfff, c’est trop tard.
    — Allons, Hubert. Excuse-moi. Raconte-moi la suite. »
    Le paladin lui décocha une grimace éloquente.
    « La bête s’est réveillée de mauvais poil, oui. Elle a essayé de sortir… nous avons reculé… Elle a soufflé et nous avons été vilainement projetés contre le mur de pierre…
    — D’où les bleus.
    — Oui. Mais il était enchaîné, ce monstre. Depuis combien de temps et pourquoi… Je n’en sais rien.
    — On utilise parfois ce genre de créatures pour protéger un site, c’est vrai…
    — Mais quel site, Albérich ? Il faudra que je le sache, sinon ça va m’empêcher de dormir à tout jamais.
    — Tu pourras écrire à Pernille. Elle te racontera.
    — Oui, sans doute…
    — Et honnêtement… Tu peux aussi décider de remonter jusque là si ta présence devient nécessaire. Vraiment.
    — Je me suis engagé…
    — Je me cacherai dans ton sac, si tu veux. Et je m’occuperai de l’intendance. »
    Hubert sourit en secouant la tête.
    « Nous n’en sommes pas là.
    — Non. »
    Le regard de l’ancien capitaine se fit à nouveau distant et il lâcha un soupir.
    « Je ne peux pas m’empêcher de me dire… Il y avait une créature démoniaque dans ce puits… et je suis un paladin… Ekhart paraissait prêt à se ruer dans sa gueule et moi… moi j’ai tourné les talons. Comme ça. Je ne sais pas. Ça ne me semble pas bien. Pas digne.
    — Hubert. Etre paladin, ce n’est pas être suicidaire.
    — Un peu quand même, je crois. Je ne sais plus bien. Je n’ai pas côtoyé de paladin de mon obédience depuis dix ans. »
    Albérich croisa les bras.
    « Bon. Tu aurais attaqué la bête. Tu serais mort. Tobias aussi. Les trois gamins et moi nous serions fait un sang d’encre, jusqu’à descendre voir. Nous serions sans doute morts à notre tour. Voilà une situation vraiment très digne et noble. Il me semblait que les paladins agissaient pour le plus grand bien. C’est ce que tu as fait. Tu as chargé un messager valable d’une mission qu’il va remplir. Et la région sera assainie. Et tu as survécu, ce qui va te permettre d’agir pour le plus grand bien encore et encore. Ne sois pas si dur avec toi-même. »
    L’ancien clerc secoua la tête devant la mine hésitante de son ami.
    « Hubert… Tu es paladin. D’entre tous, tu dois pouvoir faire la part des choses entre le mythe et la réalité de la profession.
    — Tu as raison.
    — C’est mon métier, la raison. »
    Hubert opina du chef mais Albérich le sentait peu convaincu.
    « Tu as fait ce qu’il fallait, Hubert.
    — Je sais. Dans le fond, je le sais. Je dois juste… Je ne sais pas. Oui. Il n’y avait rien à faire. Rien du tout. J’ai agi de manière responsable.

    — Oui. Il n’y a rien à regretter. »
    Ils se dévisagèrent une seconde et le paladin relâcha sa respiration.
    « Misère de misère. »
    Une grimace revint sur ses traits. Albérich leva les yeux au ciel. Un instant, Hubert parut sur le point de dire quelque chose, mais il finit par sourire et acquiescer, et le Luménien soupira.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  4. #4
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 312
    Crépuscule du septième jour de la première veille de Nuiteuse, 1383, vestiges elfiques de Murgris. (Dans la Campagne du Soleil)

    Les bribes du texte original sont à nouveau intégrées dans la nouvelle mouture.

    « Bon, Eredhun, donc… dit finalement Hubert, alors qu’ils regardaient le soleil se coucher, assis sur un bloc qui avait fait le mur et s’était enfui à quelques toises.
    — C’est là que j’ai été formé.
    — Et que tu as formé Pernille, je sais.
    — J’y suis resté au total seize ans. Six comme novice, dix comme clerc. C’est la cité qui m’a vu… devenir… ce que j’étais… avant… »
    Il eut un geste évasif. Hubert pinça les lèvres mais ne dit rien.
    « Il me semblait nécessaire d’y retourner. Pas seulement pour ça, mais aussi pour ça. J’ai renoué avec un vieil ami, Thibault, et j’ai tenté de faire le deuil… J’ai revu mon mentor, je suis monté… au temple… de la prêtresse sélunite que les Sharites avaient tuée… »
    Un sourire douloureux lui déforma les traits, il jeta un regard en coin au paladin, qui l’observait, la mine concentrée. Hubert acquiesça doucement et posa une main sur son épaule.
    « Ce n’est pas nécessaire, si tu n’as pas envie…
    — Une fois encore, les choses ne se sont pas déroulées comme prévu, cependant. » le coupa le Luménien.
    Ses yeux cherchèrent l’endroit où le soleil se couchait.
    « Thibault… C’est un clerc de Sunie. Un esthète solaire, il ne dénoterait pas parmi les Lathandrites, mais il fait un Sunite parfait. Quand nous étions adolescents, c’était un peu ma bête noire… Mais soit, ce n’est pas le sujet. Je l’ai retrouvé pareil à lui-même mais… incroyablement accueillant, en réalité, et assez naturellement, je me suis chauffé à sa flamme, moi qui revenais de l’hiver, qui peinait à m’en extirper… »
    Hubert le dévisagea avec une grimace.
    « Cette relation m’a l’air… un peu compliquée…
    — Sans doute, je ne sais pas pourquoi je cherche à me justifier, en réalité. Bref… Thibault, par sa vocation, est souvent mécène et au moment où je suis arrivé à Eredhun, il soutenait un jeune barde dont la pièce — une traduction en fait — allait être montée quelques jours plus tard. C’était un texte œcuménique, selon ses propres dires, une tentative, par l’humour, de mener les différents cultes à réaliser qu’ils avaient beaucoup de choses en commun et tout intérêt à travailler de concert…
    — A Eredhun ? Vraiment ?
    — Oui. Mais Thibault a toujours eu l’âme rebelle. J’étais persuadé que c’était une mauvaise idée, de mon côté. Mais il a raillé mes craintes… »
    Exactement comme tu pourrais le faire.
    « Je devine vers où nous allons…
    — Tu ne crois pas si bien dire. La pièce s’est révélée un brûlot révolutionnaire. Il y a eu des échauffourées entre clercs et laïcs. Thibault a été mis au ban de son temple… et s’est retrouvé accusé par le conseil religieux d’avoir tout manigancé.
    — S’il était le mécène…
    — Il n’avait pas lu la version de la pièce qui a été jouée. Mais Aubin avait tourné les choses pour qu’on le croit, en falsifiant son journal, notamment.
    — Aubin, c’est le barde.
    — Oui. C’était aussi son amant. »
    Hubert parut surpris.
    « Oh. Il… fréquentait un homme, alors ?
    — C’est un Sunite. C’est le genre de choses qu’ils font.
    — Je ne dis rien. Mais continue.
    — C’était le grand amour, en l’occurrence, du moins pour Thibault. Alors pour un clerc de Sunie, réaliser qu’en réalité, il avait été proprement manipulé et exploité par une crapule qui ne ressentait rien pour lui… Ça a été difficile à avaler. »
    Le paladin paraissait mal à l’aise.
    « C’est un peu… intime, ce que tu me racontes, non ? Finalement, je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée. Tout ceci ne me regarde pas vraiment, Albérich... C’est la vie privée de ton ami. »
    Le Luménien secoua la tête.
    « Attends. Ce n’est pas le cœur de l’affaire. Aubin était aussi le fils de César.
    — César… le berger de Combeloup ? »
    Et mon demi-frère, oui, songea l’ancien clerc sans rien en dire.
    « Oui. Une fois son forfait accompli à Eredhun, les chances étaient élevées qu’il soit rentré chez lui. Alors… j’étais un peu partagé, en réalité… Entre une nécessité de justice et la quiétude des Combelupins. Vu ce qui était arrivé à Bastien pendant l’hiver, je ne voulais pas charger César… En même temps, qu’une vipère comme Aubin soit à Combeloup, à l’heure où le village se reconstruisait… »
    Hubert paraissait soudain captivé et Albérich devina qu’il était curieux de savoir comment il avait tranché le dilemme... même sans savoir qu’il était beaucoup plus lié aux protagonistes qu’il ne voulait bien l’avouer. Un instant, il songea à tout dire à Hubert. Mais le paladin reprit la parole.
    « Qu’est-ce que tu as fait, alors ? »
    Albérich sourit.
    « A ton avis ?
    — Tu as essayé de ménager la chèvre et le chou.
    — Oui, exactement. »
    Le paladin eut un soupir, dans un sourire, mais ne dit rien.
    « Je voulais rentrer à Combeloup pour… sans doute affronter Aubin en lui révélant que je savais ce qu’il avait fait. Je voulais le convaincre de se livrer, en fait, je pense. Thibault savait où il se trouvait, voulait se venger, j’avais peu de temps avant que ça tourne au massacre… Mais là… Aubin avait renoué avec sa famille, évidemment, notamment son neveu, Bastien… et celui-ci m’a appris que… que Aubin était en réalité un adepte de Shar.
    — Quoi ?!
    — Oui. Shar sème la zizanie…
    — Qu’est-ce que c’est que cette histoire… Un clerc de Shar ?!
    — Oui. Bastien était vide depuis la mort de sa chienne et… Aubin voulait le tourner vers sa déesse. Pour le protéger, je l’ai emmené à nouveau chez la fée de Combeloup, en espérant qu’elle puisse combler son manque avant qu’il ne l’emplisse de la mauvaise manière. »
    Il se sentit rougir à nouveau, comme les souvenirs de ce qu’il avait donné pour gagner l’aide de la créature lui revenaient en images et sensations un peu trop vivaces. Mais Hubert ne semblait pas en être conscient. Son expression reflétait incrédulité et ce qui ressemblait à une colère larvée. Sans doute était-ce toujours le cas, chez un paladin, à la mention des forces maléfiques qui rôdaient partout, à l’affût d’âmes à pervertir.
    « Nous sommes rentrés, et j’ai pensé que j’avais du temps, mais en fait, ce n’était pas le cas… Thibault et son cousin, qui m’avaient pris en chasse, nous ont rejoints et nous avons dû improviser une intervention au milieu d’un rituel plutôt sordide. Mais nous avons sauvé le gosse, nous avons maîtrisé Aubin…
    — Je lui aurais coupé la tête. »
    C’est mon frère, songea le Luménien.
    « En fait, nous avions réalisé qu’il était possédé et contrôlé par l’âme d’un clerc sharite défunt. Un clerc… »
    Il soupira, puis s’éclaircit la gorge.
    « Un clerc que j’avais rencontré peu de temps auparavant… dans des circonstances difficiles. »
    Hubert entrouvrit la bouche, stupéfait, mais Albérich l’arrêta d’une main.
    « Les Luméniens l’avaient fait exécuter, mais apparemment, via un rituel, les Sharites avaient préparé Aubin à recevoir son âme. Bref… nous l’avons ramené à Eredhun, où il a été exorcisé. Et l’âme du clerc sharite eliminée à tout jamais.
    — Il t’avait suivi.
    — Sans doute, oui. »
    Le paladin resta silencieux un moment.
    « Me raconteras-tu…
    — Un jour. Pas maintenant.
    — Je ne te force à rien. »
    L’ancien clerc sourit doucement.
    « Je comprends mieux… la persistance d’une certaine angoisse… murmura Hubert.
    — Je fais de mon mieux.
    — Je sais. »
    Ils échangèrent un regard et Albérich sentit qu’il fallait qu’il raconte au paladin ce qui s’était passé dans la Tour. Il y avait un mythe en gestation autour de cette histoire, des choses atroces mais imaginaires, qui se cristallisaient dans l’esprit de ses proches. Pourtant… pourtant lui dire serait comme se mettre à nu, retrouver des souvenirs qu’il voulait enfouir et oublier, et il devrait ensuite vivre avec toute cette boue sanglante, à nouveau secouée. Thibault n’avait jamais rien voulu entendre, et Albérich avait respecté son envie, son besoin peut-être, d’ignorance. Hubert semblait, au contraire, vouloir mettre des mots sur cette notion floue de « tu as été enlevé, torturé, et quand tu es revenu, tu avais perdu la foi. » C’était sans doute troublant, pour un paladin de Lathandre. Pouvait-il imaginer qu’Albérich avait déchu, commis un acte atroce, souillant à jamais son âme ? Ou bien sentait-il qu’il y avait autre chose derrière cette perte ? En avait-il parlé avec Pernille ? Sûrement. Que savait-il ? Que voulait-il savoir ? Qu’est-ce que cela changerait entre eux ? Ils se connaissaient à peine...
    « Après ça, je n’ose pas te demander ce qui s’est passé dans la Vallée du Nirvana.
    — Rien. Rien ne s’est passé dans la vallée du Nirvana.
    — Quelle histoire, Albérich. Quelles histoires, même.
    — Tu connais désormais les risques que tu encours à m’accompagner.
    — Et tu me racontes ça seulement maintenant !
    — Désolé. »
    Il haussa les épaules et Hubert partit d’un grand rire joyeux.
    « Mais je vois que tu n’es pas sans ressources, effectivement. »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  5. #5
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 312
    Soirée du septième jour de la première veille de Nuiteuse, 1383, Auberge de Murgris (Dans la Campagne du Soleil)

    Ils soupèrent en discutant davantage d’Eredhun et de Combeloup. Hubert était curieux d’en savoir plus sur de nombreux protagonistes, Elisa, Bastien, Thibault, Aubin, notamment. Ils finirent par parler de leurs adolescences respectives, l’un à la commanderie, l’autre au temple, comparant leurs expériences des petits réveils d’avant l’aube, des leçons assommantes, des escapades bienvenues avec leurs camarades. Albérich réussit à ne rien dire du bouvillon d’Eredhun et curieusement, sa nostalgie lui parut moins assassine. Oui, il avait été novice, autrefois, il y a un million d’années. Il parvenait à l’évoquer sans se déchirer complètement. Il ressentait un peu d’amertume, certes, mais aussi un réconfort et une acceptation tranquilles, qui n’émanaient pas que de lui.
    (Partie 1)
    La volaille rôtie qu’on leur avait servie était goûteuse, Hubert la dévora sans faire de manières avant de repousser son assiette. Plus mesuré, Albérich était à la traîne.
    « Bon, mais j’ai encore plein de questions sur plein de gens, dit soudain Hubert.
    — Des gens, quels gens ?
    — Les gens dont tu m’as parlé ces derniers jours. Prenons la petite Elisa, par exemple. Seize ans, un peu sauvage… Tu m’as l’air le genre d’homme qui n’est pas complètement indifférent au type sauvage. »
    Albérich le dévisagea, incrédule.
    « Hum. Prenons Brunehaut. Seize ans, un peu sage… Tu m’as l’air le genre d’homme qui n’est pas complètement indifférent au type sage.
    — Moi ?! Qu’est-ce qui te fait dire ça ? fit Hubert, amusé.
    — Le feu est souvent attiré par l’eau ou la terre, pour se tempérer, tu vois…
    — C’est ça. Et les natifs de Marpenoth sont équilibrés tandis que ceux qui sont nés en Flammerule manquent de jugeote.
    — On dit ça ?
    — C’est toi l’astrologue.
    — L’astroquoi ? Hubert ! J’étais clerc pas… devin !
    — Tout ça pour dire que Brunehaut ne m’a jamais intéressé. Tandis que la petite Elisa, là…
    — Elle a seize ans !
    — Seize ans. Bonne à marier, en somme.
    — J’en ai vingt de plus !
    — Mais elle t’a troublé.
    — Pas dans ce sens-là. Mais oui, elle m’a troublé. Elle m’a bousculé, je dirais. Ce n’est pas complètement la même chose. »
    Hubert sourit, mutin, puis but une gorgée de bière.
    « Elle détestait les clercs. Viscéralement. Violemment. C’était… assez brutal, compte tenu de ce qui m’avait amené là. »
    Le paladin devint plus sérieux, opina du chef sans desserrer les lèvres.
    « Je ne voulais pas me montrer indiscret.
    — Il n’y a pas de mal. Ce n’était pas personnel, en réalité… Elisa était une gamine en révolte, comme le sont parfois les adolescents, elle avait une vision très réductrice du métier de clerc... En fait, toute entrave lui paraissait insupportable, que cela la concerne directement, ou les autres. Je n’ose pas imaginer ce qu’elle trouverait à dire sur les paladins ! Mais quand son père a été tué, je me suis senti tenu de l’épauler un rien... Elle ne voulait pas être baronne et le destin en a décidé autrement. J’ai quelques notions de gestion, j’ai juste voulu lui donner un coup de main. Je pense qu’elle s’en sort superbement bien. »
    Non, il l’espérait. Il y avait une nuance. Mais en même temps, c’était une jeune femme prometteuse.
    « Je sens comme une petite incertitude…
    — Je pense que certaines personnes… avaient espéré que je reste à Combeloup. Que je m’y établisse durablement, peut-être.
    — Ces certaines personnes te connaissaient bien mal, pour croire que tu aurais pu t’épanouir dans un village de montagne.

    — Je ne savais plus vraiment ce que je voulais… Comment auraient-ils pu me comprendre mieux que moi-même ? »
    Hubert ne put s’empêcher de sourire.
    « Moi je t’ai vu à Solarcis.
    — N’en parlons pas, s’il te plait.
    — D’accord. Mais donc… Elisa est devenue baronne et elle attend ton retour, lorgnant le chemin enneigé qui mène dans ces alpages sauvages depuis la fenêtre de son donjon, un soupir alangui au coin des lèvres…
    — Non ! s’exclama Albérich en riant. Non. Peut-être que ma présence la tranquilliserait. Ou sans doute, plutôt, l’a-t-elle cru pendant trois jours… et puis elle a réalisé qu’elle était parfaitement équipée pour s’en tirer sans moi, avec son sénéchal, et les autres membres du donjon et du village. J’étais un étranger, je suis resté un étranger. Cet endroit… »
    Il secoua la tête et grimaça. C’était chez lui et pourtant, cela ne le serait jamais.
    « Mais voilà. Si un jour, nous arrivons jusque là, je te présenterai Elisa. Tu lui plairas sûrement. Grand, beau, courageux, que demande le peuple ? En plus, toi, tu es natif d’un village de montagne.
    — Ce qui ne signifie pas que je cherche à y retourner. Et encore moins à y épouser une noble de seize ans. »
    Ils sourirent. Albérich huma son verre de vin.
    « Et le gosse, il s’est remis de l’aventure ?
    — Ah. Bastien. Il me déteste, désormais.
    — Il te déteste ? Après que tu aies affronté les loups, été accusé de son meurtre à tort, que tu aies bravé la tempête pour le sauver et combattu un Sharite pour le salut de son âme ?!
    — Oui.
    — Misère, les gosses sont ingrats !
    — J’ai… rompu une promesse que je lui avais faite. J’ai bien fait, la promesse était stupide. Mais c’était la seule manière d’obtenir ses confidences… Je l’ai manipulé. Et trahi. J’espérais qu’il comprendrait la nécessité de le faire… mais… c’est un âge où on est entier, pétri d’absolus, on croit que les principes… aaah… je parle à un paladin, qu’est-ce que j’espère ?
    — Tu as des tas de principes, Albérich, peut-être même plus que moi.
    — Je ne suis pas dénué de morale, non, mais… c’est vrai que j’avais promis de ne pas parler du Sharite à son grand-père… et finalement, je lui ai tout révélé, dans les moindres détails. Bastien a estimé... estime… que j’aurais dû ménager César. Mais c’était impossible. Et c’était mieux, qu’il n’y ait pas de silences, pas de mensonges, pas de secrets. Tant pis si j’en pâtis, si je suis indigne de confiance… Au moins, les choses sont claires entre eux. C’est le principal.
    — Oui. Tu as préservé une famille, c’est généreux. »
    Le Luménien soupira. Ce n’était malheureusement pas aussi simple.
    « Sans doute.
    — Et le barde ?
    — Il est rentré chez lui, pour sa convalescence. Fragile et déboussolé mais… nous n’avons pas ébruité l’histoire et… il a été bien accueilli. Il a l’amour des siens, il se reconstruira.
    — Vous avez su comment il s’était retrouvé mêlé à pareille affaire ? Comment les Sharites l’avaient débusqué ?
    — Ce n’est pas clair. Il se souvient mal et le clerc sharite mentait… Nous n’en savons rien. Sans doute… un esprit fragile face à des êtres retors et des promesses. »
    En fait, je ne veux pas vraiment savoir, songea-t-il. Vraiment pas.
    « Hum. Combinaison dangereuse, effectivement. » dit le paladin.
    Albérich soupira, sourit.

    « Tu penses retourner, là-bas, à Combeloup ?
    — Tôt ou tard, je suppose, oui. Mais pas tout de suite. »
    Hubert acquiesça doucement, sans poser davantage de questions. Il vida son verre, son sourire se fit mutin.
    « Parlons de Thibault, alors.
    — Thibault ? Qu’y a-t-il à en dire ?
    — Ta bête noire qui t’ouvre les bras. »
    Albérich se sentit rougir.
    « Nous avons grandi. J’étais un adolescent gauche et taciturne et voilà… Ça arrive, ce genre de choses : on se déteste étant mômes, puis, à l’âge adulte, on réalise qu’on est capables de se supporter.
    — Sans doute, fit le paladin en hélant l’aubergiste et commandant une nouvelle bière.
    — Il était… la dernière trace tangible de mon passé eredhin, en dehors du Temple de Lathandre, auquel je ne voulais pas retourner. Et il était proche d’Euryale. C’est une prêtresse de Séluné que les Sharites ont assassinée… que je fréquentais. »
    Il ne trouva pas tout de suite les mots suivants, sentit une émotion trouble l’envahir. Il ne songeait presque plus jamais à Euryale… déjà à Solarcis, elle avait semblé s’effacer de sa mémoire. Comment était-ce possible ? N’était-ce pas une trahison détestable, alors qu’elle était morte à cause de lui ? Il lorgna ses mains un moment, Hubert ne dit rien, le laissant gérer ce qui l’avait empli sans le bousculer. Pourtant, il sentait son aura et il eut l’impression, consciente, de l’inviter au plus profond de lui-même, comme une panacée formidable.
    « Ça m’a semblé logique de le prévenir que j’étais en ville. Je ne m’attendais pas à ce qu’il veuille me revoir. Nous ne nous étions plus vus, plus écrit, depuis que j’avais quitté Eredhun, plus de dix ans auparavant. Qu’il soit désireux de renouer… Cela m’a pris au dépourvu. Mais je ne nierai pas que ça m’a fait beaucoup de bien.
    — Les amis ont ce genre de propriétés. »
    Albérich acquiesça et pendant un instant, ils s’observèrent. Le Luménien vida son verre de vin et se demanda si c’était le second ou déjà le troisième. Peu importait.
    « Bon, il est resté insupportable. Mais dans un bon sens. »
    Hubert sourit.
    « Il est resté à Eredhun, après tout ce qui lui était arrivé ?
    — Les clercs se sont excusés de l’avoir accusé… mais il était refroidi dans sa foi. Alors il est parti…
    — Un peu comme toi.
    — Un peu comme moi. Moins, j’espère. Il n’a jamais voulu me dire où il en était, en vérité. Je peux comprendre. C’est un sujet douloureux.
    — Vous n’avez pas décidé de voyager ensemble ?
    — Non. Nous avons failli mais… il avait besoin d’air. Et je devais rester à Combeloup. Et vu qu’Aubin y était… C’était un peu compliqué. »
    Hubert parut surpris mais ne dit rien. Albérich savait qu’il ne comprenait pas pourquoi il avait fait passer un village de presque inconnus avant un ami de longue date. C’était compliqué. Il n’avait pas particulièrement envie d’en parler. Il n’était toujours pas certain d’avoir fait le bon choix. Où donc était Thibault, aujourd’hui ? Avait-il retrouvé un élan ? Etait-il rentré à Eredhun ? C’était ce qu’Albérich espérait. Mais il n’en avait absolument aucune idée. Toutes ses lettres étaient parties vers un endroit où le Sunite ne reviendrait peut-être jamais.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  6. #6
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 312
    Partie 2

    « Je n’ai jamais été à Eredhun, dit finalement Hubert. Enfin… J’y suis passé une fois, au moment où j’ai quitté Luménis… Une nuit dans une auberge. Je ne me souviens pas de son nom. Sans doute une sorte de poisson au hasard et un adjectif de bon ton. La truite frivole. L’épinoche diligente. L’écrevisse téméraire. »
    Albérich rit doucement.
    « Tu as le choix, c’est sûr… Mais c’est une bonne ville pour grandir, quand on est novice. On a la sensation d’appartenir à une vaste dynamique, formidable, puissante, indispensable… Le pouvoir des temples y est… comme libérateur… A Luménis, c’est beaucoup plus complexe. Il faut sans cesse jouer des coudes pour se faire entendre.
    — Tu parles ! On vous entend très bien à Luménis : dès quatre heures du matin, d’ailleurs.
    — Quatre heures ?! En été, seulement.
    — Pendant trois semaines.
    — Tu es un fichu paladin de Lathandre, Hubert ! Tu es censé te lever avec le soleil !
    — Dis ça à un ado de 12 ans ! »
    Albérich éclata de rire.
    « J’ai aussi été un ado de 12 ans qui devait se lever pour l’aube ! Et je le faisais ! Avec gratitude et énergie !
    — Misère, tu étais givré.
    — En plus, en hiver, on dort comme des marmottes jusque tard dans la matinée. Les Lathandrites sont la risée des autres cultes, à Eredhun. Les Milites font exprès de venir chanter sous nos fenêtres pour nous réveiller.
    — Et bien sache que les paladins se lèvent toujours tôt, même en hiver. Pour nous, pas de grasses matinées en fonction des rayons du soleil. Je me souviens de devoir aller briser la glace dans les abreuvoirs des écuries en tunique de nuit, armé d’un morceau de bois, sous les dernières étoiles… Tout ça pour que les chevaux puissent boire…
    — Si Grand Vent t’entendait…
    — Grand Vent n’est pas un cheval qui a besoin qu’on lui casse la glace de son abreuvoir… en pleine nuit… Ça devait être une punition, en fait…
    — Tu étais souvent puni ?
    — Je n’étais pas exactement le plus sage des gosses de la commanderie, non. Tu t’attendais à quoi ?
    — Plus ou moins à ça, je suppose. » fit le Luménien en souriant.
    L’expression d’Hubert se fit songeuse.

    « Je n’étais pas de mauvaise volonté, non, mais… je voulais bien faire… parfois au détriment du bon sens et des directives… »
    Il grimaça.
    « Quelque chose qui s’est répété encore et encore, je le crains. »
    Il secoua la tête.
    « Misère. On ne se refait pas. »
    Albérich sourit et le dévisagea, hésitant à poser une question indiscrète, sur la manière dont il évaluait désormais sa décision d’avoir abandonné Solarcis pour lui tenir compagnie. Il ne le fit pas. Et il eut l’impression qu’Hubert lisait dans ses pensées, car l’expression du paladin se fit plus sérieuse, un instant, avant de retrouver le sourire.
    « Je parie que les leçons de combat étaient un calvaire pour toi.
    — Détrompe-toi. Je n’étais pas mauvais combattant. J’étais comme aujourd’hui : lourd et un peu gauche. Mais je pense que mes professeurs avaient la conviction que je ne serais jamais un clerc de première ligne, un clerc errant qui irait nettoyer des ruines ou traquer des morts-vivants. Ils savaient que je serais un homme de Temple, dont les priorités et les atouts sont ailleurs.
    — Ils te connaissaient bien.
    — J’ai passé chaque heure de chaque jour de ma vie avec eux, pendant dix ans. Heureusement qu’ils m’avaient un peu cerné… Le contraire serait affligeant, pour des clercs.
    — Moi, je détestais les cours de théologie. C’était un vieux prêtre qui venait nous les donner… Milo ? C’est possible ?
    — Milo, parfaitement, oui, je vois très bien, s’exclama Albérich en riant. Pas de chance. On envoyait les cas enseigner à la commanderie, je vois.
    — Tu sais, je pense que le jour de mon adoubement, je confondais encore Sylvanus et Chauntéa. Et je n’ai jamais réussi à retenir la différence entre Tyr, Torm et Helm. Ils font tous un peu la même chose, non ?
    — Chut, dit le Luménien en posant un doigt sur ses lèvres. C’est interdit de le dire à voix haute. »
    Hubert gloussa.
    « Albérich, tu as trop bu.
    — Non.
    — Oh si.
    — Non !
    — Bon, mais alors dis-moi… quel était le pire cours ? Ou alors tu les aimais tous, en parfait petit premier de classe ? Je t’imagine facilement, sage, poli, les yeux pleins d’étoiles…
    — Gnagnagna. Tir. Armes de jet. Je ne sais plus comment on appelait ça.
    — Fronde ?
    — J’ai un jour cassé une bouteille d’un excellent vin… un millésime 1338 des coteaux de Fondor… que le clerc en charge du cours avait placé derrière un bouclier appuyé au mur, dans notre dos. Il ne m’a plus parlé pendant au moins trois veilles. Et j’ai été interdit de fronde dès mes quatorze ans.
    — Interdit ?!
    — Oui. L’interdiction n’a été révoquée qu’au moment de mon ordination. Mais en fin de cérémonie, on est quand même venu me conseiller, gentiment, d’éviter de m’y remettre. Je me suis plié à l’injonction de mes pairs.
    — Et bien… Moi qui me disais que j’avais peut-être pris ton entraînement par le mauvais bout, me voilà conforté dans mes séances de torture.
    — Je suis certain que tu finiras par me faire retrouver le niveau de mes vingt ans.
    — J’aurais aimé te rencontrer quand tu avais vingt ans.
    — Ah, j’étais quelqu’un d’autre, assurément... J’avais… j’avais tout ce que je n’ai plus.
    — Ce n’est pas ce que je voulais dire. »
    Albérich haussa les épaules.
    « Reste que. Tu m’aurais rencontré à l’époque, et ce serait tout ce que tu aurais retenu.
    — Non, non, je ne crois pas. »
    Ils se défièrent une seconde du regard, mais Hubert capitula le premier et soupira.
    « Ah, ils sont loin, les adolescents que nous étions…
    — Et oui.
    — Misère, Albérich. On dirait deux vieux ! »
    Ils rirent.
    « Allons nous coucher. Nous ne sommes plus bons à rien… »

    L’ancien clerc acquiesça et ils se levèrent.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

Discussions similaires

  1. [MODS] Dialogues invisibles
    Par clmin dans le forum Le Bazar de l'Aventurier
    Réponses: 6
    Dernier message: 09/03/2013, 00h06
  2. [NWN]Casques invisibles ?
    Par Bardamu dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 1
    Dernier message: 09/05/2008, 07h25
  3. [HARDER] Objets invisibles
    Par Arthurius le Paladin dans le forum Le Festival de Nashkel : les modules BG1
    Réponses: 7
    Dernier message: 07/04/2006, 19h24

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250