Affichage des résultats 1 à 14 sur 14

Discussion: Quelques rencontres ...

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096

    Quelques rencontres ...

    De nombreux troubadours chantent la magie des premières rencontres. Le printemps revenu, le chevalier poète et les eaux revenant doucement dans leur lit en une fantasmagorique reverdie. Un regard, un sourire. La rencontre que fit Angèle d'Aulfray fut identique aux autres. A ceci près qu'elle allait marquer une bonne partie de sa vie et orienter toute la suite.

    Elle eût lieu un beau matin d'hiver. Fait étrange dont elle se souviendrait toujours*: il avait neigé une bonne partie de la nuit. Manost disparaissait sous un épais molleton blanc et dangereusement glissant. Adolescente toutes en jambes et aux cheveux indisciplinables, Angèle marchait consciencieusement, un pas après l'autre les yeux rivés sur le sol espérant conserver un semblant de dignité et d'équilibre.

    Aussi sursauta-t-elle quand une main glacée attrapa la sienne tandis qu'une autre pressait délicatement son épaule.

    «*Attention, vous allez droit sur un mur.*»

    Une voix de femme, assurée autant que douce. Elle avait relevé la tête. Des bottes fourrées, une cape. Un visage entouré de cheveux bruns et bouclés. Des yeux vifs et rieurs d'une couleur indéfinissable. Elle resta interdite quelques secondes. L'apparition avait souri.

    «*Désolée, je ne savais pas que je vous ferais aussi peur.*»

    Et elle poursuivit sa route. C'est ainsi qu'Angèle fit la connaissance de Morgan. A partir de ce moment, elle commença à la croiser partout, ou du moins à le croire. Chacune de ses visions permit de définir quelque peu son portrait. Une vue parcellaire presque impressionniste. Elle était plus âgée qu'elle. Une dizaine d'années au moins. Elle avait une forte propension au sourire. Une fossette du coté droit. Une façon étrange de remonter ses cheveux en un semblant de chignon. Un visage qui savait être à la fois rieur et sérieux. Mais plus que tout, elle se rendait compte qu'elle lui plaisait.

    Elle accueillit ce sentiment avec une certaine philosophie mêlée d'une inextricable angoisse. Depuis un an, elle avait accepté le fait de n'être attirée par les femmes et durant quelques mois, elle avait partagé le chemin d'une barde de passage. Ici, son attirance avait un léger souffle tragique car avec le sentiment était venu la grande question*: que puis-je faire pour qu'elle me remarque*? Et qui me dit qu'elle voudra bien de moi*? De toute façon, il n'était même pas sûr que cette femme là ait une attirance pour les femmes. Tout cela était même impensable.

    En désespoir de cause, elle se mit à la suivre partout durant son temps libre. Cela lui permit de compléter son tableau. Elle descendait fréquemment au marché faire ses courses et aimait les chats. Rien de bien sensationnel mais cela suffit à la déstabiliser d'autant plus.

    Un jour, elle se rendit compte que sa filature n'était pas efficace. Pire encore, que l'inconnue avait regardé dans sa direction et lui avait souri. Elle avait d'abord regardé derrière elle pour s'assurer que c'était bien à elle que l'attention s'adressait. Puis comme la dame faisait un pas dans sa direction, elle tenta de battre en retraite.

    C'est alors qu'une poule traîtresse, surgie de nulle part stoppa net toute velléité de fuite pour la remplacer par une terreur absolue. Elle resta sans bouger, les bras ballants devant le funeste volatile, un cri muet coincé au travers de la gorge. Elle allait se mettre à hurler quand une main se posa sur ses yeux pendant qu'on la tirait doucement en arrière.

    «*Ce n'est rien. Juste une poule. Reculez avec moi. Vous n'entendez plus que ma voix.*»

    Elle recula mécaniquement, n'entendit plus que le bruit assourdissant de son souffle. La main quitta ses yeux. Lorsqu'elle prit le risque de regarder, la poule homicide avait disparu. A sa place, une dame qui ne lui était plus tout à fait inconnue. Et qui la regardait avec un grand sourire.

    «*Alors en plus, vous avez peur des poules.*»

    Elle hocha la tête. Il était inutile de le cacher.

    «*Et il me semble que je vous plais.*»

    Cela, c'était franchement plus discutable et beaucoup plus embarrassant. La femme tendit la main.

    «*Je m'appelle Morgan et vous vous êtes. Non, ne dites rien. Angèle D'Auflray, novice au Coeur Radieux. Vous avez un frère jumeau*: Guiguemar. Vous ne faites pas un pas sans votre meilleure amie Théodora d'Orival.*»

    Elle la regarda bouche-bée.

    «*Vous pourriez me plaire aussi. Mais vous êtes un poussin. Que dis-je*: une ombre de poussin même pas sorti de l'oeuf.*»

    Elle hocha la tête, quelque peu dépitée.

    «*Et puis, je pars à Melandis pour quelques années. Cela vous laissera sûrement le temps grandir. Et puis, si vous avez envie de m'attendre peut-être pourrions- nous envisager une autre approche qu'une simple filature …*»

    Nouveau silence.

    «*Vous avez souri. Je l'ai vu. Je vous dis donc à une prochaine fois. Peut-être ...*»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  2. #2
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Un matin indolent sous le ciel clair. Un autre hiver. Angèle tremblait dans son manteau de laine. Encore de la neige. Et le froid. Le même depuis trois ans.

    Les yeux disparaissant presque sous son bonnet, elle fixait la place, interdite, comme si sa vie en dépendait. Sa vue lui jouait-elle des tours ou avait-elle véritablement aperçu Morgan*? Elle eut un semblant de réponse quand une main glacée vint se poser sur sa nuque.

    «*A ce que je vois, vous m'avez attendue.*»

    Elle mit du temps à se retourner histoire de savourer le doute. Morgan lui faisait face, les bras croisés. Toujours le même sourire. La neige complice lui avait une nouvelle fois permis de se rendre discrète. Elle supposa un instant qu'elle ne marchait pas sur le sol mais l'effleurait. Volant d'un pas léger entre les passants.

    Morgan avait tendu les bras. Une seconde de parfaite panique. Que penseraient les gens*? Deux personnes s'enlaçant sur une place apporteraient peut-être un semblant de désordre. Mais pas plus que cela. Après tout, il existait toujours des retrouvailles anonymes. Un pas, les bras tendus.

    Elle sentait la menthe et le feu de bois. Parfums subtiles et enivrants de vie au grand air. Des larmes étaient venues sans qu'elle sache pourquoi. Une pression sur son bonnet lui apprit que Morgan avait baissé la tête. Apeurée, elle l'avait enserrée plus fort. Elle était trop fière pour montrer qu'elle pleurait. Morgan avait relâché son étreinte, d'une pichenette au menton l'avait forcée à lui faire face. Elle souriait encore.

    «*Je crois qu'un vin chaud nous fera du bien.*»

    Elle avait hoché la tête avant de blêmir. Manost ne possédait pas un grand nombre de tavernes. Et la plupart étaient occupées par des têtes connues.

    «*Pas au Loyal Paladin. J'aime beaucoup le décor. Mais il est aussi apprécié par vos semblables.*»

    Angèle avait souri, rassurée. Morgan avait désigné une rue d'un geste évasif et lui avait emboîté le pas. Une maison semblable aux autres se cachant sous la vigne vierge. Un vitrail sur la porte. Morgan avait ouvert et s'était effacée pour la laisser entrer.
    Une table, un âtre, deux bergères affaissées en guise de fauteuil. Un peu plus loin un jeu d'échecs.

    «*Bienvenue chez moi.*»

    Morgan s'était débarrassée de sa cape et l'avait posée sur une des bergères. Elle l'avait imitée sans grand enthousiasme. Totalement intimidée. Perdue.

    «Assieds-toi. Mets-toi à l'aise. Et si tu te rappelles que tu sais parler, je voudrais bien t'entendre.*»

    Elle écarquilla les yeux, se rappela qu'elle n'avait pas prononcé un mot. Elle croassa un «*Merci.*», toussa pitoyablement avant de se reprendre.

    «*Tu es menestrelle.*»

    Morgan sursaut mais parvint à ne pas renverser de vin en dehors de la marmite. Elle lui laissa le temps d'allumer le feu et d'aller chercher des épices.

    «*Le fait que tu saches tout de moi, que tu ailles à Melandis. Et aussi le fait qu'une harpe se tapit sur le vitrail. Je me trompe peut-être ...*»

    Elle espérait se tromper. Une liaison avec une ménestrelle pouvait vite s'avérer complexe et même férocement compliquée. Et ponctuée par de longues périodes d'absence.

    «*Et toi, tu es perspicace.*»

    Morgan avait souri. Mais ses sourcils froncés montraient qu'elle attendait la suite. Elle se leva doucement. Répondit à sa question muette.

    «*Je ne sais pas.*»

    C'était lamentable. Elle avait rougi.

    «*Je devrais peut-être être inquiète et me méfier de toi. D'ordinaire, les paladins se méfient des ménestrels. Mais de toi, je ne sais pas.*»

    Morgan avait souri. Elle avait replongé dans le mutisme, se plongeant dans la contemplation de ses pieds. Le silence s'installa jusqu'à ce que son aînée lui tende un gobelet qu'elle vida complètement sans attendre …
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    «Non, je ne jouterai pas, surtout pas avec toi. Et ne me dis pas que nous avons été tirées au sort pour la rencontre des boucliers. Ce qui est vrai mais ...»

    Théodora avait soupiré. Angèle s’était tournée vers Morgan assise en face d’elle. Celle-ci, totalement muette suivait l’échange les deux paladines depuis cinq bonnes minutes déjà. Devant elles le dîner qu’elle avait préparé achevait de refroidir. Elle avait fait la connaissance de Theodora quelques minutes à peine. Elle avait appréhendé la rencontre dès le moment où Angèle lui avait proposé de lui présenter son amie. Qu’allait donc penser une paladine sur le fait qu’elle fréquentait une femme et de surcroît âgée de dix ans de plus qu’elles. Elle avait appréhendé la rencontre durant toute une semaine.

    Mais Théodora d’Orival s’était contentée de lui sourire et lui avait tendu la main. Elle lui avait ensuite soumis le fameux problème. Une joute idiote à laquelle se livraient des paladins. Si l’affrontement ne posait aucun problème à Angèle, il effrayait Théodora. Elle se demanda alors ce qui était pire qu’un seul paladin. Et trouva la réponse : deux paladins.

    Elle avait hasardé.

    «En même temps, ils réunissent les conditions pour que personne ne soit blessé au cours de la démonstration ? Non ?»

    Théodora s’était interrompue, les sourcils soudain froncés. Ses yeux verts soudain dubitatifs.

    «Alors, vous ne connaissez pas la légende.»

    Elle avait secoué la tête. Tiens donc, une légende chez les paladins. L’amie d’Angèle reprit.

    «La dernière fois que deux amis ont jouté ensemble au Coeur Radieux l’un des deux a reçu un coup de lance dans le cou.
    - Ressorti tout droit par l’oreille, crut bon d’ajouter Angèle.
    - Des heures pour mourir.
    - Il a dû avoir mal.
    - Tu parles ...»

    Les deux jeunes femmes avaient hoché la tête d’un air entendu.

    «Humour de paladin ?, avait soufflé Morgan
    - Humour de paladin.» avait confirmé Théodora.

    Elle avait pris le temps de boire une gorgée de vin rouge, prit le temps de réfléchir histoire de bien comprendre la situation. Puis s’était lancée.

    «Donc, si je vous entends bien toutes les deux, vous avez été tirées au sort pour la rencontre des boucliers. Et quoi que vous disiez, vous n’avez pas le choix.
    - Indubitablement, répondit Théodora.
    - Mais vous pensez aussi qu’aucune d’entre vous ne coure vraiment de risque.
    - Statistiquement ...
    - Et vous avez peur que la légende se reproduise.
    - Métaphoriquement ...
    - Humour de paladin oblige ?
    - Humour de paladin oblige.
    - Et si je vous disais que s’il arrivait quoi que ce soit à Angèle, je me verrais dans l’obligation de vous tuer ?»

    Morgan eut un petit sourire férocement sardonique.

    «Alors, je ne jouterai pas.», reprit Theodora.

    Angèle soupira et se tourna vers la ménestrelle.

    «Tu vois ?»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  4. #4
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Le temps était clément pour la rencontre. La foule indisciplinée postée sur les gradins savourait le soleil. Angèle, quant à elle suait sous son casque. Elle le réajusta d’un geste mécanique. De l’autre coté du terrain, elle vit Théodora faire de même, à grands renforts de gestes nerveux. Elle devait assurément la maudire et espérer se trouver partout ailleurs que sur son cheval, une lance d’arçon à la main à guetter un signal qui visiblement ne venait pas. Encore quelques secondes. Elle se tourna vers les gradins dans l’espoir d’apercevoir Morgan. Celle qui la veille lui avait gentiment expliqué que voir les paladins se découper en tranches était un spectacle certes intéressant mais auquel elle n’attachait qu’un intérêt moindre lui rendit son regard.

    Un coup de trompette. Elle abaissa sa visière, empoigna sa lance et piqua des deux. Théodora s’était élancée à son tour. Juste avant que sa lance ne heurte le bouclier de son amie, elle se demanda si la légende allait s’incarner de nouveau. Mais il était trop tard pour faire demi tour. L’impact violent lui fit un instant fermer les yeux. Elle entendit un instant la foule retenir son souffle. Elle ne se rendit pas tout de suite compte de ce qui s’était passé.

    Devant elle, une Théodora bien vivante descendait de cheval et courait vers elle. Elle nota au passage que sa lance et son bouclier étaient intacts. Ce qui n’était pas son cas. Elle considéra un court instant son arme dont la moitié n’était plus que lamentables esquilles. Puis d’un geste fit signe à son amie de rester à distance. Aucune d’entre elle n’avait été blessée. La joute pouvait donc reprendre. Elle décrocha son épée et son bouclier, s’assurant au passage que son adversaire l’imitait. Elle préférait de loin cette partie de l’échange, plus risquée et beaucoup moins prévisible. Du moins elle le pensait.

    Théodora avait marché sur elle et elle para le coup sans trop de difficultés. Elle retenait ses coups. Elle riposta avec un coup de bouclier, faisant reculer son adversaire. Elle allait de nouveau s’avancer quand son amie fit mine de trébucher. La logique voulait qu’elle profite de la faiblesse pour attaquer de nouveau. Ce qu’elle fit. Mais amitié oblige, elle retint son coup, frappant avec un bouclier légèrement décalé pour que ce soit sa main et non le bois qui porte le coup. C’est alors que Théodora, retrouvant soudain son équilibre porta le poids de son corps en avant, le bouclier brandi. Il y eut un craquement.

    Durant une fraction de secondes, Angèle se demanda s’il s’agissait du bruit de l’impact du bois contre le bois. Juste avant que la douleur n’afflue. Brûlante, coriace, indubitablement insupportable. Elle regarda sa main. Son poignet d’abord formait un angle bizarre. Ou était-ce ses doigts qui semblaient vouloir partir dans des directions incohérentes par rapport à sa main ? Elle laissa choir le bouclier qu’elle avait conservé par réflexe. Du coin de l’oeil, elle vit Théodora et Guiguemar se précipiter vers elle. Elle parvint à s’asseoir, serrant dans sa main valide son poignet brisé.

    Et tout devint indiscutablement noir ...
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  5. #5
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Un souvenir pénible mais qui pour toujours conserverait cette délicieuse odeur de pommes en train de cuire. Morgan avait l’habitude d’ajouter à ses compotes une épice étrange qu’elle appelait cannelle. Elle se tenait assise non loin d’elle, contemplant son visage gracile baigné par la lumière dorée d’une fin d’après midi. Elle l’entonnait chantonner une berceuse lénifiante qui peu à peu l’emportait. Et elle luttait pour garder les yeux ouverts.

    «Dans deux jours, je retourne à Melandis.»

    Elle avait sursauté, s’était levée d’un bond. Non. Elle rêvait. Morgan ne s’était pas arrêtée de chanter. Elle avait tout simplement succombé au sommeil. La pression d’une main sur la sienne vient confirmer la réalité des mots.

    Ses yeux perdus se portèrent vers le haut. Il lui sembla que de l’eau s’écoulait lentement du plafond, en goûtes erratiques.

    «Combien de temps ?»

    Un an, peut-être plus. Moins de trois. Morgan était désolée. Elle ne l’entendait plus. Les goûtes sur le sol commençaient à former des flaques.

    «Non, tu ne peux pas.»

    Des mots, brefs. Péremptoires autant qu’agressifs.

    «Je suis désolée.», avait simplement dit Morgan en retirant la marmite de l’âtre.

    «Tu as pensé à moi ? Encore une année à t’attendre. A m’inquiéter en me demandant ce que tu deviens. Si tu n’es pas morte là-bas. J’ai vingt-six ans, j’ai envie de vivre. Et ce n’est pas une vie, ça. Je n’en peux plus de t’attendre.»

    Morgan avait hoché la tête.

    «Rien ne t’y oblige.»

    Les flaques d’eau s’étaient rejointes en une vaste mare dont le niveau commençait à envahir la maison.

    «Tu sais, j’aurais pu m’établir définitivement à Melandis.»

    L’eau montait plus rapidement. Elle sentait son impact glacée baigner ses chevilles puis ses genoux. Elle avait presque aboyé.

    «Et qu’est-ce qui t’en empêche ?
    - A ton avis ?», lui avait répondu Morgan sur le même ton.

    Le silence s’était installé à présent. L’eau leur montait à présent jusqu’à la taille.

    «Il est vrai que rester en périphérie de ta petite vie est fascinant. Te voir évoluer en même temps que l’Ordre. Attendre que tu te fasses de nouveau blesser ou pire ... Au fait, tu as récupéré la sensibilité des doigts de ta main droite ?»

    Angèle avait reculé comme si elle l’avait giflé. L’eau lui enserrait le coeur en une étreinte glacée.

    «Je suis désolée.» souffla son amie.
    Elle secoua la tête.

    «Ne sois pas désolée. C’était inévitable. Cela faisait longtemps que nous aurions nous poser la question. Ta vie, la mienne ... Depuis le départ, elles n’étaient pas compatibles. Et tu sais ce que je vais faire ? Passer cette porte et te laisser tranquillement aller à Melandis.»

    Morgan hocha la tête.

    «D’accord, si tu passes cette porte, ce n’est pas la peine de revenir.»

    Elle écarquilla les yeux. Le niveau de l’eau gagna le sommet de sa tête. Elle tenta de respirer, se noya. Ouvrit de grands yeux. Morgan en quelques pas fut sur elle, l’enserra. Et l’eau s’évapora d’un coup. Elle inspira de grandes goulées pendant que Morgan l’aidait à s’asseoir, la protégeant de ses bras.

    Elle l’entendit chanter tout doucement.

    «Quoi que l’on dise, il y a toujours un pont
    Un pont solide qui nous relie et qui se rie de nous
    De fer forgé, de pierres solides.
    Toujours pour nous ...

    Même dans les frontières invisibles
    Et au delà des gouffres
    Il y a toujours un pont. Même s’il se rie de nous.»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  6. #6
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Encore un long hiver. Celui d’Angèle avait duré trois ans. En revenant chez Morgan deux jours après leur dispute, elle avait trouvé la maison entièrement vide. Comme si la ménestrelle avait soudainement disparu ou pire, c’était effacée progressivement. Elle était restée seule dans cet espace qu’elle ne connaissait plus.

    Au Coeur Radieux, elle avait compensé l’absence par le silence, et avait consacré à l’entraînement tout son temps libre. A force de persévérance, elle était parvenue à faire de sa main droite sa main d’épée libérant ainsi la gauche pour le bouclier. Elle se spécialisa dans le désarmement. Elle monta même en grade. Elle considéra ses progrès d’un regard absent, presque étranger.

    Ses pensées la menaient invariablement au coeur de Melandis, cité qu’elle exécrait sans même l’avoir vue. Elle parcourait ses rues à la recherche de Morgan.

    Un jour qu’elle suivait Theodora, contrainte et forcée dans les rues de la ville, elle entrevit son frère parlant avec un autre paladin, engoncé dans son armure. Plongé dans ses discussions, il ne les remarqua pas. Discrètes, elles s’arrêtèrent sous un porche, tentant de surprendre quelques mots.

    «Je me demande ce qu’ils peuvent raconter», murmura Theodora.

    Angèle remonta le bonnet qui lui tombait toujours sur les yeux. Son amie commença.

    «Oh, Guiguemar, comme nous sommes beaux. Comme nous avons de belles armures.»

    Elle parvint à sourire malgré tout. Devant elles, sans se rendre compte de rien, les paladins s’étaient mis à rire.

    «Et nous sommes vraiment drôles. Bientôt, nous pourrons danser sur les tables au Loyal.»

    Elles virent soudain l’ami de Guiguemar porter involontairement la main à son entrejambe puis désigner le coin de la rue où se dressait la devanture d’une boulangerie.

    «Et si nous allions violer des pâtisseries ?»

    Theodora surprise se tourna vers Angèle qui réalisa avec horreur qu’elle avait parlé trop vite.

    «Humour de paladin ?», hasarda une voix derrière elles.

    Si Theodora se retourna d’un coup, Angèle continua de fixer la rue.

    Un long moment d’attente. Mais déjà commençait à se fissurer l’absence. Elle ne voulait pas briser le charme.

    «Ah non, c’est son humour douteux à elle. ça la prend parfois de temps en temps.
    - Il faudra que je me méfie.», continua Morgan.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  7. #7
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    «Morgan ?»

    Une nouvelle fois, la porte n’était pas fermée à clé. Ce détail ne l’étonna pas outre mesure. Son amie pensait qu’une masure hermétiquement clause exacerbait la curiosité des voleurs patentés. Jusqu’ici, les événements ou plutôt leur absence avaient confirmé qu’elle avait raison. Depuis les 15 années qu’elle la fréquentait, personne à part elle n’avait osé franchir le seuil en son absence.

    Elle fut donc surprise quand une voix impérieuse et masculine lui cria : «En garde !». En se retournant, elle évita de peu le manche d’une longue cuillère en bois. Au bout de l’ustensile un jeune homme. Brun de regard et de cheveux. Une barbe lui mangeant la moitié du visage. Elle le regarda interloquée durant quelques secondes. Faillit presque sourire. Mais la cuillère vindicative décrivit une volte dangereuse dans sa direction. Saisissant par réflexe un manche de marmite, elle para tant bien que mal. Le féroce engin émit un «dong» explicite contre la ferraille.

    «Rodrigue, ce n’est peut-être pas une bonne idée. Il y a sans doute une explication. On peut peut-être même négocier.», dit une voix derrière elle.

    Elle se retourna à demi. Un autre homme se tenait derrière elle. Malingre, propret, dégingandé. Une petite barbichette et des cheveux bien peignés. Deux contre une. Elle était mal embarquée. Mais quand il vit qu’elle le regardait, le bonhomme recula comme si elle l’avait frappé et se mit à crier.

    «Non, ne me faites pas de mal.»

    Finalement, elle pouvait s’en tirer. La cuillère profita de cet instant d’inattention pour lui cogner le nez. Elle sentit le sang affluer et couler presque aussitôt. Quelle poisse !

    «Non, Bohort, on ne badine pas avec les cambrioleurs. Aussi plaisants à regarder soient-ils.»

    Elle donna un coup de bouclier qui cette fois, ricocha sur un crâne.

    «Aie, vous m’avez fait mal. On s’arrête une minute ?»

    Elle hocha la tête et déposa le couvercle sur la table. Son adversaire fit de même. Elle pressa ses doigts sur son nez pour étancher le sang.

    «Voila, reprit le dénommé Bohort d’un ton enjoué, et vous ne vous êtes pas fait mal.»

    Les deux belligérants lui renvoyèrent un regard morne.

    «Désolée de vous décevoir, mais le sang qui coule de mon nez. C’est le mien.»

    Bohort scandalisé se tourna vers Rodrigue.

    «Je vous avais dit qu’on pouvait négocier.»

    Les deux autres lui renvoyèrent un regard blasé.

    «Si vous voulez, je vous le donne. Un petit cadeau de départ.
    - Non merci.
    - ça, ça veut dire que vous restez.
    - J’en ai bien peur ...
    - Alors on est pas avancés ...
    - Non ...»

    Ils retombèrent dans un silence boudeur.

    «Je ne suis pas un cambrioleur, finit par dire Angèle, Morgan est une amie.»

    Rodrigue fit la grimace.

    «Ah. Si vous entrez chez tous vos amis comme ça, ils ne doivent pas s’ennuyer.
    - Rodrigue, tu es un peu méchant, crut bon de commenter Bohort.
    - Toi, tu commences à me les briser menu.» répondit Rodrigue.

    Angèle ne put réprimer un sourire sardonique.

    «Charmant.»

    Rodrigue se laissa tomber sur une chaise en face d’elle.

    «Et vous êtes ?»

    C’est alors que la porte s’ouvrit, laissant le passage à Morgan, un panier sous le bras, radieuse.

    «Je vois que vous êtes tous là. Angèle, je te présente Bohort et Rodrigue, mes frères. Bohort, Rodrigue, je vous présente Angèle, mon amie.»

    Rodrigue leva un sourcil.

    «Tu veux dire ton amie. Celle avec un A majuscule ?
    - Celle avec un A majuscule ..., répondit Morgan avec un petit sourire
    - Mais amie ne prend une majuscule qu’après un point ou en début de phrase, crut bon de préciser Bohort.
    - La ferme !», lui répondirent les trois.

    Il croisa les bras boudeur. Les yeux de Morgan passèrent des uns aux autres.

    «J’ai manqué quelque chose ?»

    Angèle désigna Rodrigue de la tête.

    «Il m’a attaquée
    - Elle est entrée dans la maison sans frapper, se défendit le jeune homme alors que le regard interloqué de Morgan se portait sur lui, je me suis dit ...
    - Tiens, si je l’agressais avec une cuillère en bois.
    - Oh, vous, vous n’êtes pas mal avec votre couvercle de marmite.
    - C’était après le coup de la cuillère. Il fallait bien que je me défende.
    - Je vous l’accorde. Mais vous portez des coups vicieux»

    Morgan les regardait à présent avec des yeux ronds.

    «Alors, si je comprends bien. Pendant mon absence, vous vous êtes attaqués à coups d’ustensiles de cuisine ?
    - J’ai bien essayé de les calmer mais ils n’ont rien voulu entendre» précisa Bohort.

    Morgan ne put s’empêcher de sourire.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  8. #8
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    «Et pourquoi ces ténèbres
    Ces coeurs lestés de cendre
    Ces souvenirs dolents
    Dans ce vide glacé
    Le visage baissé
    Sur les larmes versées
    Pour toujours s’amoncellent

    Et ce vide incessant
    Qui pour toujours martèle
    Le nom de nos absents
    Tristesse des présents
    Odieuse ritournelle

    Lumière d’un souvenir
    Et dans nos mains tendues
    Comme pour retenir
    La joie de ton sourire

    Ailes à tes talons
    Et baigné de lumière
    A jamais t’affranchis
    Du poids de cette terre

    Et ta lumière nous baigne
    A jamais accompagne
    Et à jamais nous aime

    Car tu es une étoile.»

    Angèle assise sur le lit releva la tête et regarda Morgan. Les inflexions de sa voix et ses mains crispées sur son luth trahissaient un malaise. Pourtant, son amie continuait de fredonner. Absente pourtant. Elle se leva et s’approcha d’elle. A la lumière du feu, elle aperçut les larmes. Elle marqua un temps de recul. En presque vingt ans, elle ne l’avait jamais vue pleurer.
    A pas prudents, elle se rapprocha d’elle, s’accroupit à ses cotés. Maintenant, Morgan pleurait sans retenue. Avec précaution, elle lui enleva l’instrument des mains et la serra contre elle. Bien piètre réponse pour chasser les larmes. Mais elle n’en connaissait pas d’autre. Ce n’est qu’au bout d’un long moment quand Morgan eut retrouvé ses esprits qu’elle osa lui demander.

    «Que s’est-il passé ?»

    Morgan se leva pour aller s’asseoir sur son lit en tailleurs comme lorsqu’elle s’apprêtait à raconter une histoire. Elle affectionnait les contes ainsi que les fables. A ceux qui disaient que les histoires ne faisaient qu’abrutir la jeunesse en les faisant rêver d’un quotidien qui n’existait pas, elle répondait qu’au contraire, ils n’empêchaient pas de voir la réalité telle qu’elle était mais permettait aussi d’imaginer bon nombres de possibles.
    Elle prétendait que les contes étaient nés du rire du premier enfant. Un rire qui s’était mué en mille éclats qui étaient venus frapper la réalité, laissant place à l’incertain.

    Mais ce soir, elle ne raconta rien. Elle n’en avait pas le courage. Elle dit simplement.

    «L’un des nôtres est mort à Melandis. Une mission de routine. Encore un ... Je vais finir à croire que c’est notre lot à tous.»

    Elle se tut, croisa ses mains frileuses autour de sa poitrine. Face à elle, Angèle se taisait.

    «Nous sommes tous en sursis. L’important est sans doute de se préparer. Et d’accepter.»

    Angèle sentit un frisson glacé l’envahir. Il lui sembla un instant que son souffle allait geler sur place. Elle se rapprocha de Morgan et la prit dans ses bras, la serra avec force. Pour la retenir, pour sentir sa chaleur. Une nouvelle fois ressentir les battements de son coeur contre l’étoffe. Sentir qu’elle vivait.

    «Rien ne dit que tu vas mourir. Tu le dis toujours, le pire n’est pas toujours certain. Et puis, tu as dit que c’étaient l’une de tes dernières missions à Melandis. D’ailleurs, tu ne devais pas former quelqu’un ?»

    Morgan hocha la tête mais ne répondit pas.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  9. #9
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Rien de mieux que l’instant des retrouvailles. Toujours ce même rituel auquel elle se pliait. Chaque fois, elle restait sous la tonnelle, de l’autre coté de la place et attendait de la voir apparaître. Silhouette flottante d’abord mais qui se rapprochait. Puis venaient les détails. Toujours cette même robe de voyage aux couleurs passées. Et cet invariable sourire qui apparaissait quand elle la reconnaissait. Elle avançait d’un pas. Ballet immuable qu’elles étaient les seules à connaître. Pour Angèle, ils avaient une signification ultime : Morgan était enfin revenue.

    Elle allait pousser la porte de la maison de sa compagne quand elle entendit crier son nom. Lorsqu’elle se retourna, Morgan était aux prises avec deux hommes armés de dagues. Le temps qu’elle traverse la place, le combat était plié. Morgan s’était effondrée face contre terre. Elle hurla.

    Quelqu’un la secouait, la prenait dans ses bras, continuait d’appeler son nom. Elle se débattit. Se réveilla. Elle reconnut sans mal les contours si familiers de la pièce tandis que s’estompaient les ténèbres du rêve. Morgan la tenait serrée, la berçant doucement. L’angoisse disparut progressivement.

    Soudain, un son discordant, vif comme une blessure.
    «Tu as entendu ?»

    La réponse était inutile. Morgan se leva, laissant glisser le drap sur sa peau nue.

    «On dirait ...»

    Elle prit le temps d’allumer une chandelle. Lumière éphémère dans la pièce remplie de ténèbres. Dans la lumière vacillante, elle s’approcha de son luth. Une corde était cassée.

    «Étrange, je l’avais changée hier, pourtant.», souffla Morgan dubitative.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  10. #10
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    « Dames et malandrins écoutez la complainte
    Du pauvre baladin que je suis
    D’ouïr cette histoire n’ayez aucune crainte
    Même si la mort en ce jour est ici

    Étendu au flanc d’une colline
    Fourbu de ne point manger, j’en appelai la mort
    Sous les étoiles et la lune opaline
    Mais ce fut un revers un autre coup du sort

    Minuit sonnait au clocher du village
    Lorsque des diablotins sortirent d’on ne sait où
    Dansèrent autour de moi une sarabande sauvage
    Sortirent des cartes et me proposèrent un pari fou

    Une simple partie avec un simple enjeu
    Un cadeau ou ma vie
    Je n’étais plus valeureux
    Acceptai le pari

    Je gagnai en dépit du bon sens
    Les diablotin crachèrent montrèrent les dents
    Et tapèrent trois fois sur leurs panses
    Firent apparaître un verre avec une anse

    C’était, avaient il dit, une bénédiction
    Ce verre permettait de voir la mort
    Au chevet des malades bien avant les onctions
    Et me permettrait de modifier leur sort

    Si à travers le verre, la trouvai à la tête du lit
    Une goûte d’eau suffisait à rendre la vie
    Mais si au contraire, au pied elle se trouvait
    Je devais laisser faire, la laisser l’emporter

    Heureux de ce présent me lançai sur les routes
    Et de simple malandrin je devins guérisseur
    Je sauvai bien des vies avec une simple goûte
    Et beaucoup me portèrent dans leur cœur.

    Ma réputation arriva jusqu’à un roi
    Qui dans sa cour voulait de mes services
    M’offrit son amitié, à manger et un toit
    Et un ami devint, un éternel complice

    Mais son fils fut pris de maladie
    Lors je vis la mort au pied de son lit
    Et sa triste fin ne pouvais accepter
    Et proposai à ma rivale de le remplacer

    Celle-ci accepta, compromis dérisoire
    Et pour dire adieu à tous me laissa jusqu’au lendemain soir
    Alors, une fois de plus remontai sur la colline pour ma dernière nuit
    Pour une nouvelle fois dire adieu à la vie

    Lors je fermai les yeux, revécus mon enfance
    Et les moments heureux
    Vers la mi nuit, j’étais en partance
    Quand retentirent les cris des diablotins joyeux

    Jeu de cartes ressortirent
    Me proposèrent leur jeu
    J’acceptai sans coup férir
    Avec le même enjeu

    Et gagnai de nouveau
    Les diablotins hilares
    Me refirent un cadeau
    Pour défier le hasard

    C’est un sac me dirent-ils
    Emprisonneur de mort
    Un petit tour bien vil
    Pour combattre le sort

    Je revins au château, dans le lit m’étendis
    La mort patiente apparut au chevet
    Elle se jeta sur moi, ma sinistre ennemie
    Qui dans le sac des diables fut vite capturée

    C'est ainsi qu'un homme simple avait vaincu la mort
    Qui du fond de son sac ne fit plus son office
    Et tout un chacun échappa à son sort
    Plus de fin pour les pères, les mères et les fils

    Mais lors des hommes plus aucun ne mouraient
    Portaient de l'âge le fardeau, vieillissaient et souffraient
    Dès lors mes amis bientôt me supplièrent
    De sortir de son sac l'odieuse cavalière

    Lors je m'exécutai, elle fit un carnage
    Des pauvres hères hébétés
    Trop avancés par l'âge
    Et elle m'a emportée

    Sur le plan de toute fin je pus donc marcher
    Mais l'on me dit alors, que j'avais pêché
    Interdisant aux autres de mourir
    Je remonterais sur terre
    Ne pourrais plus périr

    Dames et baladins écoutez la complainte
    Du baladin éternel et de sa triste plainte ..."

    Assise dans les herbes hautes, elle avait attendu que se suspendent les dernières notes avant de se montrer. A quelques mètres, son cheval paissait tranquillement attaché à un arbre. La lumière filtrant dans un bosquet de peupliers avait une tonalité particulière, presque dorée. Un étang en contrebas reflétant les collines boisées, premiers contreforts de la cordillère du faucon. De loin en loin, retentissait le chant obsédant des grillons et des grenouilles. Pas étonnant en ce début d’été. Elle ne connaissait pas cet endroit.

    Morgan mit du temps à relever la tête. Comme à son habitude, son visage souriait. Pourtant, elle décela dans ses yeux une ombre de gravité peu coutumière. Un nuage sans doute.

    «Tu as fini par trouver. C’est bien ... Mais j’avoue que je commençais à m’inquiéter un peu.
    - Mon écuyer ..., commenta-t-elle simplement avec un soupir en se laissant retomber à ses cotés
    - L’important ait que tu aies fini par arriver. Je te pensais perdue.»

    Sans répondre, elle s’allongea dans l’herbe avec un soupir d’aise. Mais déjà Morgan s’était remise debout et lui tendait la main.

    «Allez, allez. On ne s’endort pas. Tu ne pense pas que je t’ai fait venir ici pour dormir. Même si tu en aurais bien besoin, m’est avis.»

    Elle se releva sans relever la boutade et regarda autour d’elle.

    «Beau paysage.»

    A coté d’elle, Morgan soupira d’aise, les yeux fermés.

    «J’y vais quand j’ai besoin d’être seule. Quand le quotidien me pèse. Peu de gens le connaissent alors je suis tranquille. C’est ... mon cadeau. J’aurais dû t’y emmener plus tôt. Tu pourras y retourner, je pense.
    - On y retournera.»

    Morgan laissa la réponse en suspens.

    «Attends, ce n’est pas fini. Déjà, tu devrais mettre ça.»

    Elle s’accroupit et lui tendit un chapeau de paille. Un deuxième dont elle se coiffa.

    «Le soleil tape fort.», dit-elle en guise d’explication.

    Angèle considéra le chapeau avec une mimique amusée durant quelques secondes avant de le poser sur son crâne. Morgan lui rabattit sur les yeux.

    «Hé, mais je n’y vois plus rien., fit-elle mine de protester.
    - Justement, c’est le but, lui répondit sa compagne en la prenant par les épaules, maintenant, en route.»
    Guidée par Morgan, elle avança confiante et entendit bientôt le clapotis de l’eau. L’étang ...

    «Ne bouge pas. Ou plutôt, enlève tes bottes.
    - Les yeux fermés ?», demanda-t-elle amusée.

    Morgan eut un léger éclat de rire avant de concéder.

    «D’accord, ouvre les yeux. De toute façon, j’aimerais que tu voies où je mets la barque.»

    Intriguée, elle observa Morgan disparaître dans les herbes hautes et revenir tirant une petite embarcation. Elle fronça les sourcils.

    «On va là-bas. Regarde.»

    De son doigt tendu, elle désigna un petit îlot bordé de saules qu’elle n’avait pas encore remarqué. Morgan, à renfort de gestes à l’air coutumiers eut tôt fait de mettre l’esquif à l’eau.

    «Maintenant, nous embarquons.»

    Le soleil réverbérait sur l’eau sa douce lumière. ça et là vaquaient quelques libellules. Morgan ramait avec précaution comme si elle essayait de préserver la magie du lieu. Assise en face d’elle, Angèle fermait les yeux. Bientôt, l’embarcation butta sur une surface meuble.

    «Nous sommes arrivées.»

    Elle sauta pieds joints dans la vase. Angèle l’imita, manqua glisser, se retint à elle. Elle éclata de rire, en profita pour lui voler un baiser. Rieuse, Morgan se déroba, lui attrapa la main, l’entraîna sur la berge. Deux lignes avaient été mises à l’eau, semblant les attendre. Elle alla en relever une, puis la seconde.

    «Rien ne mord pour l’instant., dit-elle avec un petit air désolé.
    - Parce que tu pêches ?, demanda Angèle amusée.
    - Depuis toujours avec mes frères. Mais mon plus grand rêve a toujours été de faire pêcher une paladine. Je l’avoue.»

    Angèle croisa les bras, prenant un faux air outré.

    «Hé bien c’est réussi.
    - Tu ne serais pas tentée ?, demanda Morgan, rien que pour me faire plaisir. Et attends ... »

    Elle ouvrit un panier posé à coté des cannes. Et en sortit quelques victuailles.

    «Du pain, du fromage, une tourte, une tarte aux pommes. Du vin ... Alors, qu’en dis-tu ?»

    Pour toute réponse, elle rabattit le chapeau sur sa tête et s’avança vers les cannes à pêche.

    «Que tu es une personne pleine de surprises.»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  11. #11
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Il soufflait sur Manost un vent violent. Entêtant, irascible, il faisait voleter les jupes et le linge, voler le sable et gonfler la crête des vagues. Il claquait les portes, rabattait les linteaux, refermait les fenêtres. Il soufflait sa colère aux oreilles et poussait en avant. Contre lui, on avançait baissé, courbé. Luttant contre son souffle avec la peur de pouvoir s’envoler.

    Morgan et Théodora arrêtèrent leurs chevaux. Là, sur la dune herbeuse, elles voyaient la mer. Déchaînée, furieuse. Ses vagues faisaient le dos rond. Rouleaux argentés, serpents d’Umberlie ou de Valkur. Amours tumultueuses du ciel et de la mer.

    Morgan interrogea la paladine du regard. Théodora, de son doigt tendu lui désigna la plage. Là, au dessus du sol planait un immense oiseau. Vert, rouge, jaune et bleu vif. Citadelle de couleur contre la muraille du ciel retenue par des ficelles. Au dessous, le nez en l’air, les cheveux blonds malmenés par le vent et trempés par la pluie. Pieds nus. Et les yeux levés vers le ciel. Elle mit du temps à reconnaître Angèle.
    Concentrée sur le cerf-volant, elle ne la voyait pas. Mais d’où elle était, elle devinait son sourire. Un mouvement de bras, vif, semblable à un pas de danse. L’oiseau de tissus plana jusqu’au sol. Un autre mouvement. Il regagna le ciel. Elle lâcha du leste, il s’envola plus haut. Elle volta soudain sur elle-même, enroulant dans le même temps les ficelles. Il passa juste au dessus d’elle, plânant, décrivant un cercle. Elle le libéra encore, lui permit d’aller sur les chevaux du vent. Et puis elle recula, l’oiseau, comme mu par une volonté propre sembla la suivre.

    De plus en plus vite, en direction de la mer. Absorbée par le jeu, elle ne s’en rendit compte que lorsque l’eau, dans une vague furieuse lui monte jusqu’aux genoux. La faisant tomber en arrière. Le cerf volant tourna un moment au dessus de l’onde. Une vague submergea quelques instants le fil tendu.

    Mais lorsque Théodora et Morgan, paniquées arrivèrent en courant, l’oiseau planait encore. Angèle, de l’eau jusqu’à la taille, totalement trempée riait. Elle se tourna quelques instants vers elles. Surprise quelques instants de découvrir leur présence. Un mouvement de bras et l’oiseau passa juste au dessus de leurs têtes.

    Pas à pas, elle regagna la rive. Le cerf volant regagna doucement le sol. Elle les rejoignit en courant.

    «Il pleut, dit-elle avec un petit sourire, vous allez être trempées»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  12. #12
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    «*Tu es là.*»

    Une simple affirmation mais dans laquelle elle entendit son sourire. Morgan assise devant son secrétaire leva un visage fatigué du parchemin sur lequel elle travaillait et abaissa pour quelques instants sa plume. Angèle se tenait sur le pas de sa porte.

    «*Que rédiges-tu*?
    -Une chanson. Une commande pour demain. J'ai presque fini, mais la chute m'échappe. L'histoire de ce jeune homme dont le père avait construit des ailes faites en cire mais qui a voulu s'approcher trop près du soleil. Les ailes ont fondu.
    -Donc la chute.*»

    Morgan leva un sourcil, amusée. Angèle disparut dans le couloir. Elle l'entendit murmurer.

    «*Mais je vais te laisser te concentrer.*»

    Elle hocha la tête et trempa sa plume dans l'encrier et se repencha sur son parchemin couvert de ratures. Quelques minutes plus tard, un surcot vola dans la pièce. Elle le regarda intriguée pendant quelques secondes et retourna à son écriture jusqu'à ce que des hauts de chausse tombent sur le sol bientôt suivis de braies.

    «*En fait, je crois que tu ne m'aides pas vraiment.*», dit-elle pensive.

    Son amie réapparut dans l'encadrement de la porte, seulement vêtue de sa chemise, totalement hilare.

    «*Bien sûr que si. Je peux même écrire la suite si tu veux.*»

    Elle se leva, réprima un fou rire.

    «*Je serais bien curieuse de voir ça.*»

    Angèle s'inclina en une fausse révérence et s'assit sur la chaise. D'un geste théâtral, elle s'empara de l'encrier. Morgan prit place à coté d'elle.

    «*En fait, j'aimerais que tu ne regardes pas par dessus mon épaule. Tu bloques les pouvoirs bardiques qui sommeillent en moi.
    - Certes, sourit-elle en se détournant, pourquoi donc n'y ais-je pas pensé.
    Parce que tu as beaucoup à apprendre de la tradition bardique et tu l'as toujours su.*»

    Elle se tut le temps d'écrire. Une trentaine de secondes tout au plus et tendit le parchemin à son amie.

    «*Attention, c'est extrêmement triste.
    -Laisse-moi donc juger sur pièce.*»

    Elle lut. Un seul mot. Ou plutôt. Elle manqua s'étrangler.

    «*Comment ça, «*Boum*». Rien d'autre*?
    -Boum, c'est beau, tragique, funeste. C'est une riche conclusion. Et explicite. Il tomba … Boum.*»

    Morgan fit mine d'applaudir. Angèle pouffa.

    «*Est-ce que tu veux que je rédige vraiment la suite ou veux-tu que je reboutonne ma chemise*?*»

    Elle fit mine de réfléchir une trentaine de secondes et la prit dans ses bras.

    «*Toi, tu ne vas pas t'en tirer comme ça.*»
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  13. #13
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    La nuit tombait sur Manost. L'air du soir rendait plus enivrant le parfum des roses. Morgan remisa pour la nuit son sécateur. Elle regarda son jardin, satisfaite avant de s'assoir sur son habituel banc de pierre. Il faisait bon pour un début de printemps. Elle pensa à aller chercher son luth et réparer la corde cassée quand un bruit infime attira son attention.

    "Tu es venue finalement.", dit-elle avec un léger sourire.

    Angèle hocha la tête et se laissa tomber à coté d'elle.

    "J'en avais assez de compulser mes livres. Et puis, je me disais que tu ne dormais sûrement pas ...
    - C'est gentil de venir me tenir compagnie.", dit-elle en prenant doucement sa main.

    Son amante sans répondre leva la tête, à la recherche des premières étoiles.

    "Je ne suis pas vraiment venue dans ce but. J'avais besoin de te parler un peu. Mais avant, promets de ne pas m'interrompre. Sinon, ce sera plus difficile. Et je me vois mal devoir tout recommencer. Tu me connais un peu."

    Morgan hocha la tête, les bras croisés.

    "J'aurais peut-être dû boire pour me donner du courage. Mais je ne supporte pas vraiment l'alcool. Et ça, tu le sais aussi."

    Morgan acquiesça de nouveau. Angèle attendit quelques secondes avant de se lancer.

    "En fait, je ne t'ai jamais dit que je t'aime. C'est une honte. En vingt ans ... Je sais que tu vas me dire que je te le montre. Mais c'est beaucoup mieux de mettre des mots. Surtout pour une barde, non ? Une sorte de cadeau. Je t'aime donc ... Bien sûr, je n'ai pas l'emphase des bardes pour te le dire. Mais c'est vraiment ce que je ressens."

    A coté d'elle, Morgan se taisait.

    "Je ne t'ai jamais répondu quand tu me demandais pourquoi je laisse toujours ma fenêtre entrouverte même en hiver ... J'ai veillé, chaque fois que tu devais revenir de Melandis. Je sais que tu fais chaque fois un détour pour passer dans la rue qui jouxte le Coeur Radieux. Ne dis pas le contraire. Moi ... je ne m'endors qu'après avoir entendu le bruit de tes pas sur les pavés. Signe que tu es là."
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  14. #14
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Angèle se frayait sans mal un chemin dans les couloirs. Depuis plus de deux décennies, le Coeur Radieux n'avait plus de secrets pour elle. Il était sa maison. A cette heure matinale, novices et paladins étaient déjà nombreux, se rendant qui à l'entraînement, qui aux études ou tout simplement au réfectoire. D'ordinaire, elle se serait arrêté le temps de saluer plusieurs connaissances. Aujourd'hui, elle pressa le pas. Son frère l'avait fait appeler pour une mission, fait assez inhabituel. Elle se sentait un tantinet inquiète. Qu'est-ce que cela pouvait-il bien être ? D'ordinaire, il faisait peu appel à elle, évitant dans la mesure du possible de trop l'exposer. Il préférait la garder dans son ombre et elle aimait avant tout la tranquillité de son habituelle routine. Rien, à part un fait extraordinaire ne venait perturber cet arrangement. Alors, qu'en était-il donc ?

    Elle hésita quelque peu devant la porte du bureau de Guiguemar d'Aulfray, frappa les habituels deux coups et entra sans attendre. Privilège de la gémellité. Quelle ne fut pas sa surprise de se trouver face à Morgan. Son habituel sang froid lui permit de conserver un visage impossible. C'était quasiment la première fois que son amie et son frère se trouvaient associés. Mais pourquoi donc ? Elle n'attendit pas longtemps pour avoir la réponse.

    Cette femme, comme lui expliqua son frère, riche héritière d'une famille helmite avait besoin à la fois d'une escorte et des compétences d'une juriste pour résoudre un problème hautement épineux d'héritage. Elle avait entendu parler d'Angèle et de sa réputation de légiste pointilleuse. Ses compétences martiales ne seraient pas de trop jusqu'à Cojum. Bien sûr, elle verserait un généreux acompte au Coeur Radieux pour son service. Son frère avait d'ors et déjà accepté. Ne restait plus que son accord.

    Les bras croisés, elle avait hoché la tête et regardé Morgan. Sa compagne la regarda avec son habituel petit sourire.

    Une heure plus tard, elles se retrouvaient chez Morgan. Il régnait dans la maison une appétissante odeur de pomme et de cannelle. La barde, penchée sur son fourneau observait Angèle à la dérobée. Celle-ci, assise très droite sur une des bergères n'avait pas pipé mot ni même desserré les dents. C'est donc Morgan qui fut donc obligée de briser le silence.

    "Allons, tu ne vas pas me dire que tu m'en veux."

    Le regard bleu glacé d'Angèle se posa sur le sien une fraction de seconde. Le temps pour Morgan de voir qu'elle était furieuse.

    "Tu es allée jusqu'à la commanderie pour mentir à mon frère. Tu m'as toujours dit qu'il valait mieux que nous restions tranquilles. Maintenant, il te connaît. Une riche héritière. Et en plus, tu m'achètes."

    Morgan soupira mais prit le temps de retirer son plat de dessus le fourneau avant d'aller s'accroupir devant elle.

    "D'accord, j'ai menti. D'accord, il m'a vue. Mais est-ce que ça a tant d'importance ? Plus d'un mois presque seules toutes les deux. Et jusqu'à Cojum ... Ne me dis pas que tu n'as jamais rêvé d'aller visiter la cité."

    Angèle, pour toute réponse haussa les épaules et détourna la tête. Mais elle vit bien que la colère avait baissé d'un cran.

    "Un berceau de connaissances, autant de livres que tu n'as jamais rêvé de lire. Et ils ont peut-être un observatoire, qui sait ? C'est un mensonge et j'en suis désolée. Mais c'est le seul moyen que j'ai trouvé. Avoue que tu ne t'attendais pas à ça. Avoue au moins que c'est une belle surprise ... Tu as souri, je l'ai vu ..."

    ***

    Le salon de Morgan s'était transformé en gigantesque bric à brac d'objets hétéroclites posés à même le sol. Morgan, munie d'une feuille de parchemin, d'une plume et d'un encrier cochait les objets chaque fois qu'Angèle les lui apportait.

    "Couteaux ?
    - Oui
    - Lanternes ?
    - Oui
    - Tapis de sol ?
    - Oui
    - Casseroles ?
    - Oui
    - Cannes à pêche ?
    - Oui
    - Tente ?
    - Non
    - Comment ça Angèle, non ? Mais c'est fondamental. On ne peut pas partir sans tente."

    Morgan se leva et regarda dans la pile d'affaires. Elle désigna un grand sac de toile, raidi par des piquets. Elle sourit rassurée.

    "Je savais que je l'avais descendue.
    - C'était donc ça ..., répondit son amie perplexe, je me demandais à quoi ça ressemblait ..."

    La barde étouffa avec peine un fou rire.

    "Je pense que nous allons bien nous amuser."

    ***

    Elles quittèrent Manost par la porte nord, montées sur deux chevaux de trait eux-mêmes secondés par un âne chargé de la majorité de leurs provisions. Elles n'iraient pas très vite mais auraient des montures assez endurantes pour abattre une longue distance avant la tombée de la nuit. Guidées par Morgan, elles empruntèrent d'abord une sente côtière cernée entre les champs et la mer qui montait quelque peu.

    Il pleuvait, et les deux cavalières disparaissaient sous leurs épais capuchons. Mais Morgan, sans voir le visage d'Angèle devinait son sourire.

    La nuit traîtresse était presque tombée en tapinois et les avait presque surprises. Morgan, à la lueur d'une lanterne rassembla les branches mortes pour le feu. La sente côtière et les champs avaient rapidement laissé la place à une forêt au chemin pentu. Une clairière bienvenue fut choisie pour leur première halte. Le ciel déjà obscurci se dégageait lentement. Le soleil mourant dardait sur les nuages ses nuances de rose, de violine et de sang.

    Le sourire d'Angèle avait persisté jusqu'à la fin de l'après-midi. Et si elle n'avait pipé mot comme à son habitude, elle semblait apprécier de chevaucher presque sans but, en profitant du paysage. Morgan chantonnait une douce complainte aux accents harmonieux parlant de forêt et de vent, d'amis croisés au hasard des routes.

    Lorsqu'elles mirent pied à terre, leurs corps sollicités par la longue chevauchée se rappelèrent à elles de manière douloureuse. Morgan, promettant que l'étape du lendemain serait moins longue et se terminerait par une auberge monta la tente en un tournemain.

    Dans le ciel dégagé naquirent les premières étoiles. D'abord timides face au fantôme de lumière du soleil déjà mort, elles ne tardèrent pas à apparaître. Fourmillement incessant, aérien, comme un essaim entier de lucioles affairées. Elles étaient des milliers, loin de toute pollution visuelle.

    Angèle, assise à même le sol, le visage levé contemplait l'immensité.

    "Je n'en ai jamais vu autant", finit-elle par dire.

    Morgan sourit, s'assit à coté d'elle.

    "Je t'avais dit que le voyage en valait la peine."

    ***

    Un cri la fit sursauter. Elle ouvrit les yeux dans l'obscurité et scruta la pénombre, mettant plusieurs secondes à se souvenir de l'endroit où elle se trouvait. Dans une clairière entre Cojum et Manost, à quelques kilomètres de toute commanderie. D'ordinaire, elle ne quittait sa cité que pour se rendre à Graëlon. Le chemin était connu, presque balisé et elle se sentait en sécurité. Pas comme dans cette clairière au milieu de nulle part.

    Et quelle bête féroce tapie dans l'ombre venait d'émettre ce cri. Les braises mourantes ne la découragerait sûrement pas. Sous peu, elle se glisserait jusqu'à la tente et découperait la toile de ses énormes griffes. Elle en était certaine. Elle se dressa en position assise. A coté d'elle, Morgan dormait paisiblement, nullement incommodée par les bruits de la nuit. Elle la secoua sans ménagement afin de la réveiller tout à fait. Son amie prononça quelques paroles inintelligibles avant de se redresser sur ses coudes. Elle l'informa du danger. Le bruit se répéta, plus proche. La barde fit mine d'écouter quelques secondes, un demi-sourire aux lèvres. Puis.

    "C'est vrai, nous ferions mieux de nous méfier. Un hibou, c'est extrêmement dangereux.", dit-elle avant de replonger dans le sommeil.

    ***

    Le ciel était une nouvelle fois pailleté d'étoiles. Elles avaient installé leur bivouac près d'une cascade à l'eau glacée mais cristalline dont le chant enchanteur parvenait jusqu'à elles. Enfuies dans leurs sacs de couchage, les yeux levés vers le ciel, elles contemplaient la course des corps célestes.

    "C'est drôle, dit Morgan au bout de quelques heures, tu es la seule paladine que je connaisse qui ait les pieds sur terre et la tête dans les étoiles.
    - Et tu es la seule barde que je connaisse qui supporte les paladines ..., répondit Angèle en un murmure.
    - Tu ne m'as jamais dit pourquoi tu les aimais. Bien sûr, tu pourrais me répondre que c'est poétique. Mais ...
    - Oh ... J'ai commencé à les regarder avec mon frère. Au début, je les trouvais simplement jolies. Et puis, au fur et à mesure, j'ai appris à les nommer, à les connaître. Et je me suis aperçu que quoi qu'il m'arrive, de mauvais ou de bon, elles étaient toujours là, immuables, au dessus de ma tête. Tellement loin, et tellement proches. Sais-tu que l'écho de leur lumière nous parvient alors que certaines sont mortes ? Face à elle, je me sens toute petite, d'une insignifiance rare. Et puis, il y a cette théorie quelque peu biscornue qui affirme que nous sommes issus de poussières d'étoiles. Peut-être qu'une partie de nous les regagne le ciel après notre mort. C'est apaisant, quelque part. Elles ont chacune un nom, une histoire, un mythe. Voila, ça n'a rien de poétique ... "

    ***

    Les jours se succédèrent étrangement semblables, en d'infinies chevauchées. Les nuit étaient plus paisibles depuis qu'Angèle était parvenue à admettre que les créatures nocturnes n'avaient rien de monstres assoiffées de sang. Au contact du "grand extérieur" comme elle l'appelait souvent, Morgan vit Angèle changer. Dans ses yeux, dans ses gestes, elle vit apparaître une certaine sérénité. Comme si le fait de s'ouvrir au monde l'avait peu à peu fait sortir de sa coquille. Elle semblait plus forte, presque inatteignable. Une paladine errante et sans armure.

    L'incident arriva de façon anodine, cinq jours avant leur arrivée à Cojum. Les reliefs s'étaient faits accidentés et la route serpentait à travers les premiers cols. La nuit, elles dormaient habillées et passaient moins de temps à regarder les étoiles.

    Angèle ne se souvint pas vraiment de ce qui se passa. Ni sur quoi elle avait posé sa main et comment. Peut-être en trébuchant malencontreusement sur une racine traitre. Quoi qu'il en soit, elle sentit une piqure sur l'index de sa main droite suivie presque instantanément d'une forte démangeaison. Pensant le fait anodin, elle n'en dit d'abord rien à Morgan. Le lendemain, elle grimaça en prenant les rênes de son cheval pour monter en selle. Quand Morgan voulut voir la blessure, le doigt de sa compagne avait doublé de volume. Son amie la regarda perplexe, avec une certaine inquiétude. Elle tenta un sort de soin. S'il y avait eu une plaie, presque infime, elle se referma. Mais le lendemain, le doigt d'Angèle était presque violacé et la paladine brûlait de fièvre.

    Angèle accueillit la nouvelle avec une certaine philosophie. Elle frissonnait, transpirait dans le même temps. Elle se sentait épuisée mais presque euphorique. Elle se pelotonna un peu sous ses couvertures.

    "Alors, c'est ça avoir de la fièvre ... Et tu penses que j'en ai beaucoup ?
    - Tu es brûlante, répondit Morgan.
    - Et si je me souviens bien, la dernière auberge est loin ...
    - Nous sommes plus près de Cojum que de toute autre habitation.
    - Tu es inquiète ?"

    Elle se tut en voyant Morgan hocher la tête.

    "C'est bête ...
    - Que je m'inquiète pour toi, demanda son amie choquée par sa réponse.
    - Je n'ai jamais été si longtemps avec toi et la première fois que nous partons ensemble, je tombe malade. C'est bête.
    - Je suis désolée, je n'ai pas voulu ça.
    - Ce n'est pas important. L'essentiel, c'est bien qu'on soit seules, toi et moi.
    - Mais tu ne vas pas bien.
    - Tu sais, je peux encore monter à cheval. J'aimerais bien qu'on avance un peu. Ensuite, ce ne sera qu'un mauvais souvenir."

    Elle tentait de donner le change mais Morgan voyait ses yeux brillants et sa fatigue.

    "D'accord, rangeons notre campement."

    Elles chevauchèrent un moment. Morgan suivait, inquiète. Angèle devant dodelinait de la tête, de plus en plus courbée sur l'encolure de son cheval. La nuit venue, elle chuta plus qu'elle ne descendit de selle. Elle resta assise, sans bouger. Elle leva des yeux brillants vers la barde, descendue à son tour de cheval.

    "Je crois qu'il vaut mieux que je reste assise. Je suis un peu fatiguée."

    Des perles de sueur brillaient à présent sur son front et son teint s'était fait plus pâle. Morgan eut une grimace inquiète.

    "Pas beau à voir, non ?
    - On ne peut rien te cacher. Et ton doigt ?
    - Il est comme engourdi, répondit la paladine en lui montrant la masse enflée et violacée qu'était à présent son index, et je ne peux pas le plier.
    - Et ce n'est pas très ... esthétique. Et ce ne peut pas être infecté vu que la blessure est refermée. Je suis dépassée, et je n'aime pas ça du tout."

    Angèle hocha la tête.

    "Est-ce que tu crois que ça peut devenir grave ?
    - Je crois que c'est déjà grave.
    - Est-ce que tu crois que ça peut empirer ?
    - ça peut empirer.
    - Qu'est ce qui va arriver si la fièvre augmente ?
    - Délires, convulsions ... Mais on en arrivera pas là, je te le promets.
    - Oui, je n'ai pas envie de me mettre à raconter n'importe quoi. ça ne serait pas sérieux."

    Angèle frissonna malgré son épais manteau. Morgan s'affola d'autant plus.

    "Écoute, je pourrais aller chercher du secours. Ou peut-être que nous pouvons repartir maintenant. Je sais qu'on n'y voit goûte. C'est ma faute avec mes idées d'imbécile. Tu dois me détester.
    - Je crois que j'ai besoin d'un thé ..., dit simplement Angèle.
    - Un thé ..., répéta Morgan.
    - Je ne suis bonne à rien sans un thé." répondit-elle avec un sourire penaud.

    ***

    Le lendemain, Angèle eut du mal à ouvrir les yeux, et plus encore à monter en selle. Elle ne parlait plus comme si elle voulait économiser ses forces. Elle tint ainsi jusqu'en milieu de journée. Morgan, qui cheminait à coté d'elle la rattrapa avant qu'elle tombe de son cheval. Son visage avait pris une teinte livide mis à part aux pommettes étonnamment cramoisies.

    "Je n'en peux plus", dit-elle, allongée par terre, elle ne savait comment.

    Morgan tendit une gourde. Elle but goulûment, comme dans un désert, manqua presque s'étouffer. Regarda d'un air coupable son amie et son air inquiet.

    "Je suis désolée, mais je crois que je ne vais pas pouvoir aller plus loin. Trop fatiguée.
    - Il va falloir, dit Morgan en lui tendant la main, on est bientôt arrivées, tu vas voir. Je vais te prendre en croupe. Il faut juste que tu tiennes encore un peu.
    - Trop fatiguée.", répondit simplement Angèle en refermant les yeux.

    Ballotée entre l'inconscience et le sommeil, elle ouvrit les yeux. Le ciel étoilé s'étendait au dessus de sa tête. Elle sentait les bras de Morgan autour d'elle. Elle avait chaud mais tremblait de froid.

    "C'est beau ...
    - Je ne suis pas arrivée à te tenir en selle. Tu tombais tout le temps.
    - Ah ...
    - Je suis désolée Angèle, tellement désolée.
    - Ce n'est pas important. C'est juste beau ... Toi et moi, juste ici, sur cette petite portion de terre sous les étoiles. Tu vois, mon paladinat, la justice, l'excellence. Le fait que nous ne pourrons jamais vivre ensemble au regard de tous. Le fait que nous ne passerons sûrement pas nos vieux jours ensembles. C'est dérisoire ... Il suffit juste que tu sois là. Sous les étoiles. Le reste, ce n'est rien. Simplement une vaste blague."

    Elle referma les yeux. A ce moment, Morgan entendit des voix, toutes proches. Vit des lueurs de torche ou de lanterne.

    "A l'aide, dit-elle en courant vers le groupe, mon amie a besoin d'aide."

    ***

    Il faisait grand jour quand elle ouvrit les yeux. Elle était allongée - cela ne l'étonna pas outre mesure - mais dans un lit nimbé d'une bonne odeur de draps propres. On l'avait emmitouflée dans un moelleux édredon de plumes. Visiblement, elle se trouvait dans une chambre. Et elle était manifestement vivante. Elle regarda sa main droite. Son index disparaissait sous un épais bandage. Il lui lançait douloureusement, ce qui était plutôt bon signe. Elle avait un peu chaud mais pas au point d'en perdre connaissance.

    "Réveillée ?"

    Elle sourit à Morgan assise à coté d'elle, voulut lui parler. Sa gorge râpeuse lui brûla. Elle eut une toux caverneuse. Morgan lui tendit un verre d'eau qu'elle avala d'un trait.

    "Bienvenue à Cojum."

    Elles étaient arrivées. Elle ne savait pas trop par quel miracle ? Morgan sourit à son air interrogateur.

    "On - je veux dire les mages sur lesquels nous sommes tombés nous ont téléportés en ville ... C'était il y a trois jours. Ils t'ont emmenée directement dans un temple. Par chance, c'était celui de Chantéa. J'ai à peine eu le temps d'expliquer ce qui se passait que le prêtre avait déjà identifié le problème. Tu as mis le doigt sur du droséra. C'est une plante carnivore extrêmement venimeuse. Il y en a des immenses. Bien sûr, elles ne s'en prennent pas aux humains mais capture parfois des petits rongeurs. Figure toi qu'elle se sert d'une multitude de minuscules piquants imprégnés d'un liquide urticant, paralysant et extrêmement toxique. Les petits picots une fois dans la peau continuent de sécréter du venin. C'est le fait que tu n'arrivais plus à bouger ton doigt qui l'a mis sur la voix. A propos, ne regarde pas trop sous le pansement, la peau est encore neuve. Il a fallu l'inciser pour retirer ..."

    Elle se tut quelques secondes devant la grimace d'Angèle.

    "Tu as eu une réaction extrêmement violente aux piqures. Ils pensent que tu es allergique. Pendant trois jours, tu as déliré et tremblé de fièvre. Puis l'effet du poison a fini par passer. La bonne nouvelle, c'est que tu es en vie."

    Elle souriait, et sa joie se lisait dans ses yeux.

    "La mauvaise, c'est que tu es très faible. Ils conseillent que tu ne bouges pas d'ici pendant environ quatre jours. Jusqu'à notre départ. Arriver à la cité du savoir et ne pas la voir."

    Angèle hocha les épaules.

    "Peut-être pourras tu m'apporter des livres ?"
    Dernière modification par Althéa ; 11/01/2014 à 11h56.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

Discussions similaires

  1. [Rencontres] La promenade des docks
    Par Folken dans le forum Le Port
    Réponses: 435
    Dernier message: 29/07/2016, 14h15
  2. [TW1][SOLUCE] [SPOILER] Les rencontres coquines
    Par Mornagest dans le forum The Witcher
    Réponses: 11
    Dernier message: 10/05/2013, 13h21
  3. [TW2][SPOILER] Les rencontres utiles
    Par Taliesin dans le forum The Witcher 2 : Assassins of Kings
    Réponses: 4
    Dernier message: 20/05/2011, 15h59
  4. [DAO][SPOILER] Les rencontres aléatoires
    Par Taliesin dans le forum Les Secrets de Dragon Age: Origins
    Réponses: 5
    Dernier message: 21/11/2009, 16h51
  5. Les ennemis rencontrés.
    Par Lamnis Valnon dans le forum Lamnis Valnon
    Réponses: 37
    Dernier message: 07/11/2003, 11h36

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256