Le froid transperçait mes habits et venait s'infiltrer dans mes articulations. Je tentai de me réchauffer en bougeant mes membres sur place mais cela ne suffisait pas. L'hiver était là, et pourtant, nous ne pouvions pas rester au chaud dans une chaumière ou entre les murs d'une ville, à nous réchauffer avec une bonne soupe. Nous étions là, subissant la bise glaciale, attendant que l'ennemi se montre. Cela faisait une semaine que nous avions quitté Estechi, sans savoir précisément où nos supérieurs nous emmenaient. Cela n'avait pas d'importance. Nous partions pour nous battre, peu importait le lieu ou le moment où cela arriverait.

Estechi avait les moyens de lever une armée, mais l'entretenir était apparemment une tâche bien plus laborieuse. La nourriture était rationnée, seuls quelques feux éparses permettaient aux officiers de se chauffer les mains, et nous dormions presque tous à la belle étoile. Des rumeurs couraient, disant que ceux d'en face étaient logés à la même enseigne. Nous l'espérions tous, car si ce n'était pas le cas, alors nous nous ferions sans aucun doute massacrer lorsque l'heure du combat aurait sonné.

Au matin du huitième jour, nos officiers vinrent nous expliquer la manoeuvre décidée par les généraux : nous allions nous placer en embuscade et attendre que l'ennemi venu de Kelter pointe le bout de son nez. Personne n'acclamait cette décision : nous savions tous que le froid aidant, nous ne pourrions pas bouger le moindre orteil lorsque les soldats de Kelter arriveraient enfin. Ils nous semblait de plus en plus clair que la rencontre aurait dû se produire depuis déjà longtemps, et que nos officiers n'avaient pas prévu cette situation.

Et alors que nous allions nous placer de part et d'autre du terrain, ils furent là.

Ils devaient attendre déjà depuis deux ou trois jours, et semblaient bien plus transis par le froid qu'aucun d'entre nous. Cependant, leur combativité n'en fut pas amoindrie. Nous étions désorientés, et ils en profitaient pour nous décimer. Je n'avais pas la force de me battre, je faisais tout mon possible pour parer les coups qui pleuvaient sur moi tandis que je voyais tout autour de moi tomber des hommes à terre, d'un camp comme de l'autre. Le sang souillait la neige, donnant à la colline un aspect sinistre. Malgré la fièvre du combat, je fus bientôt forcé de lâcher mes armes, ne sentant plus mes doigts à cause de la morsure du gel. Je battis en retraite vers la forêt proche, profitant des combats pour passer inaperçu. J'étais terrifié.

On ne peut comprendre l'horreur de la guerre avant de l'avoir vécue. Certains s'en tirent avec une certaine fierté, arguant qu'ils «*s'en sont sortis*». Moi, j'avais survécu, mais je n'en tirais aucun sentiment d'estime de moi-même, aucun orgueil. Je ne faisais que revoir, jour après jour, nuit après nuit, le sang qui éclaboussait la neige et les coups qui pleuvaient sur mes armes dérisoires. Je fuyais vers l'inconnu, je ne savais même pas si je retournais à Estechi ou m'en éloignais. Au bout de trois jours, complètement frigorifié, j'atteins une bourgade où je m'écroulai de fatigue. Mais mon calvaire n'était pas terminé.