Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 37

Discussion: Les notes de l'Aubemestre

  1. #1
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Les notes de l'Aubemestre

    Note :
    Aucune des lignes qui suit ne fait partie de l’histoire « officielle » de Luménis. Il n'est donc pas utile de les avoir lues pour incarner le PNJ qui s'y dévoile. Il n'est pas non plus possible de s’en servir pour faire chanter les protagonistes en cours de RP
    Ce n'est qu'un récit parallèle.



    -----------

    Journal d’Albérich Fidélius Megrall, Aubemestre au Sanctuaire de Lathandre, Luménis.

    Marpenoth 4ème jour de la deuxième veille, 1381 CV

    Loué soit Lathandre et que… Oh et puis zut.

    Lathandre, tu sais bien que je te révère. Je ne peux pas toujours commencer mon journal de la même manière, tu finiras par penser que c’est juste une convention langagière, or de ça, je ne veux pas. Donc, cela reste entre toi et moi.
    Le soleil est toujours aussi magnifique. J’aime particulièrement les reflets qu’il dessine dans les ramures orangées des arbres du Parc. Il y a un sycomore de toute beauté près du belvédère, dont les feuilles flamboyantes dansent dans la brise, et les rayons de ton astre, les lueurs de ton renouveau, chaque jour, l’emplissent de lumière, transfigurant une seconde, une minute, cette nature somptueuse.
    Debout, je respire, je partage, je suis l’arbre, moi aussi, je brûle de cette rencontre entre la puissance de l’aube et mes branches usées. Trop longtemps, j’ai erré dans les ténèbres. J’en ai encore rêvé cette nuit. J’ai attendu sans jamais faillir, sans jamais renoncer, j’avais l’espoir, cet espoir qui nous rend humains, finalement, qui fait de nous des êtres tournés vers le futur, anticipant et construisant. Mais des mois sans aurore, jamais, peux-tu le croire ? L’absence de temps, de jour, de nuit, de cycle, devoir deviner le rythme des saisons dans les fripes des geôliers ?
    Je vois l’aube et je pense à ce que j’aurais pu perdre. A la richesse qu’on a sous les yeux sans jamais vraiment la comprendre. Sans louer celui qui nous l’offre.
    Cela suffit-il, pour un préambule, ou trouves-tu que je prends des libertés ? Tu aimes les libertés, je suis certain que tu me pardonnes. Diversité entre nos murs, offrir toujours, ne pas chercher à recevoir. Je m’efforce.

    Je m’assieds quand le soleil est tout entier, embrasé dans mon horizon. Je baisse les yeux pour ne pas l’y garder à jamais, carbonisé dans mes prunelles. Et en général, quand je me retourne, prêt à affronter les épreuves de la journée, je tombe sur le visage bouffi de sommeil de Tybert. Je t’ai déjà parlé de lui. Je ne m’en plains pas. Beaucoup de potentiel sous une propension démesurée à la guindaille. J’ignore de qui il tient ce penchant, son père était un austère paladin qui n’a saisi l’usage de l’appendice qu’il avait entre les jambes qu’une seule et unique fois. Je ne médis pas, c’est sa mère qui me l’a dit. On me dit tout, c’est ainsi. Le prestige de l’uniforme.

    A ce sujet, je me suis définitivement débarrassé de l’aube orange qu’on a voulu m’imposer lorsque j’ai accepté de reprendre la tête du culte. Il est des concessions impossibles ! Puis, comme tu le sais, son dernier passage au lavoir avait laissé des traces indélébiles, et malheureusement, toute la bonne volonté de nos lavandières n’ont pas permis de la rattraper. J’en étais vraiment affligé. Vraiment. Mentir à un Dieu, c’est moyen, je sais. Mais tu as de l’humour, Lathandre, je le sais. Bref, nous l’avons refilée, ainsi qu’une série d’autres, usées, tachées ou déchirées, aux chiffonniers du quartier est. Peut-être qu’un usurpateur va s’en servir et se faire passer pour moi ! Si c’est le cas, j’espère qu’il viendra se présenter au Temple : il y a du boulot pour quatre, en ce moment, et je lui refilerais volontiers certains des dossiers les moins comiques, notamment cette histoire épineuse de droits de succession des biens qui appartenaient à la garde rapprochée de Nwalk. Les idées les plus saugrenues fusent autour de la table chaque fois que le sujet est abordé, je n’en vois ni la fin, ni la résolution. Et s’il pouvait de temps en temps se rendre à l’Assemblée à ma place … Ce serait tout bénéfice pour l’harmonie entre conseillers.

    Hier soir, mon frère aîné est venu me trouver avec des soucis bien matérialistes, inhérents à sa profession marchande. Rien que de l’écrire, cela me fâche, d’autant que nous n’avons jamais réellement appartenu à la même famille. Il se fait que nos sangs se ressemblent, au-delà, bah… Un loup et une brebis s’entendraient plus facilement. Qu’il estime pouvoir se servir de ma position pour atteindre ses buts dépasse l’entendement, ce qu’il a dû lire sur mon visage. Heureusement, malgré sa colère, il a eu la délicatesse de ne pas manifester son mécontentement de manière trop vocale. J’imagine que Longuehune aura de ses nouvelles dans les jours à venir, même s’il n’osera pas se donner en spectacle devant le vieux loup de mer. Quand j’assiste à de tels éclats (participe devrais-je dire, à mon corps défendant), je me dis que nous serions bien mieux lotis si les gouvernants avaient à se charger de peuples lointains, sans attaches, basant leurs interventions sur une loi sereine, que les intérêts ne troublent jamais. Mon frère va me maudire, qu’y puis-je, finalement ?

    Bon, le soleil monte, je dois m’atteler à mon labeur du jour. Lathandre, à demain.
    Dernière modification par Galathée ; 17/07/2008 à 07h17.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  2. #2
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 5ème jour de la deuxième veille, 1381 CV

    Lathandre, tu connais la chanson.

    La lumière est venue difficilement, ce matin, le ciel était voilé, il pleut désormais. Certains en ont profité pour faire la grasse matinée. Tybert parmi eux, bien sûr. C’est moi qui l’ai tiré du lit. Je peux te dire que la vision d’un Aubemestre contrarié dans le dortoir des novices a fait son petit effet, même sans aube orange.

    J’ai l’impression que cette pluie est ta manière de me signifier ta désapprobation. Pourtant, grâce à toi, à la couleur des nuages, je peux m’improviser roublard : je passe presque inaperçu. Me suggérerais-tu un changement de carrière ? Si c’est le cas, c’est que tu te ranges auprès de maître Molwen, l’Aubemestre d’Eredhùn. J’ai toujours cru qu’il m’aimait bien, ce vieux croûton, et voilà qu’il a envoyé un courrier scandalisé pour se plaindre de ma nomination. Pire, il me l’a envoyé à moi. Certaines personnes sont vraiment dotées d’un tact à toute épreuve. Je sais que nous prônons l’honnêteté, mais je persiste à penser qu’il y a la manière d’énoncer des vérités. On dirait qu’il a compilé la liste de toutes mes erreurs, sur les trente dernières années, pour en faire une sorte d’encyclopédie. Finalement, à bien y réfléchir, je devrais plutôt m’estimer satisfait qu’il me l’ait envoyée à moi. Mais je suppose qu’il s’est trouvé quelques novices pour en faire des copies. Espérons juste qu’il n’a pas trouvé Longuehune digne de recevoir ses récriminations. Si je dois te demander une chose, une seule, Lathandre, c’est de t’entendre avec Tymora sur ce coup-là. J’ai les reins solides, mais certaines choses sont au-delà de mes forces. Mes adversaires n’ont pas besoin de munitions supplémentaires.

    Mais bref, donc, j’ai tiré onze novices ensommeillés de leur couche (je ne visais que Tybert, mais personne n’a osé faire semblant de dormir après mon intrusion), et nous avons guettés les rayons du soleil. En vain. Le gris s’est éclairé, cela nous a suffi. J’aime bien ces ciels sombres, même si certains les trouvent déprimants. Je sais que l’azur est toujours derrière. C’est comme une mise à l’épreuve de notre confiance. Demain est un autre jour.

    Hier, je me suis laissé aller à recueillir quelques confessions. Je ne fais plus ça très souvent, par manque de temps, mais je dois dire que cela reste quelque chose qui me plait. Une des critiques de Molwen, dans son pavé, est que j’absous les gens même s’ils ne laissent pas d’obole. Je l’ai toujours fait. Je ne vois pas pourquoi l’argent devrait offrir le pardon, ce sont des choses qui n’ont pas grand rapport. Je crois. Mais ça explique peut-être pourquoi on m’a nommé Aubemestre. Au moins, de là, je ne suis plus suffisamment sur le terrain pour grever nos finances. Comme quoi. On croit avoir une promotion, alors qu’en fait, on est rangé dans un placard.
    Cela dit, je dois dire que là, j’ai eu droit à quelques révélations pour le moins truculentes. On n’imagine pas toujours ce dont sont capables nos ouailles. La plupart du temps, ce sont des choses plutôt drôles, et j’imagine que les gens les racontent à moitié parce qu’ils ont honte, à moitié parce qu’ils en sont fiers. Je reste stoïque derrière mon voile, mais le rire n’est pas loin. La créativité rayonne dans les endroits les plus imprévisibles.
    Parfois, les choses sont plus sérieuses. Tu entends tout ça, bien sûr. Peut-être te dis-tu que je suis trop laxiste, que je pardonne des offenses qui méritent un éclair foudroyant descendu du ciel. Mais tu n’es pas Helm, ni Tyr, ni Torm. Si les gens viennent chez nous, c’est qu’ils cherchent ta bienveillance, ta compréhension, cette ouverture et cet optimisme qui font souvent défaut aux autres de tes collègues. Cela dit, heureusement, le flot des Morféens repentants semble enfin tari ! Ils ont constitué un casse-tête pendant plusieurs mois, et nous avons vraiment dû agir au cas par cas. Nous n’avons dénoncé personne, mais avons convaincu plus d’une crapule de se rendre. La plupart, j’espère.

    Mais je t’en reparlerai à l’occasion. J’entends Tybert qui approche, je pense qu’il va me rappeler que j’ai rendez-vous avec le général Maelwedd et que je suis déjà en retard. Bonne journée Lathandre, et profite bien du répit que t’offrent les nuages.
    Dernière modification par Galathée ; 17/07/2008 à 07h18.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  3. #3
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315
    Marpenoth, 6ème jour de la deuxième veille, 1381 CV

    Lathandre, merci pour la lumière. Merci pour l’espoir qui m’inonde chaque matin, lorsque ton aube resplendit, dans les cieux ou dans mon âme. Merci pour les épreuves, aussi, même si ça semble plus étrange.

    De nombreux lieux ont souffert de l’emprise morféenne. Ils se sont dégradés, ont pris des tonalités sanglantes et sinistres. Les rues riantes autour du port en sont un bon exemple. L’ensemble du quartier du gouvernement garde aussi les stigmates d’un passage maléfique. Petit à petit, nous repeignons, nous reconstruisons, nous oblitérons, aussi, laissant le temps nous arracher le plus douloureux, le plus laid. Nous offrons à la ville une nouvelle chance, nous la chargeons d’un lendemain lumineux. Mais le souvenir… Combien de temps va-t-il encore nous hanter ?

    Je sais, je voudrais aller trop vite, que sont six mois dans une vie ? Pas grand chose. Chaque aurore m’emplit et chasse les démons de la nuit. Les gens que j’ai vu mourir, les relents de cette solitude crasse qui m’englobait au creux de la terre. Parfois, je me sens enfermé dans les endroits les plus anodins, une angoisse me saisit le cœur, je crains de me faire piéger à nouveau. Je ne sais pas si j’aurais les ressources pour faire face une seconde fois.
    Sans doute que oui. Nous avons toujours les ressources, nous sommes capables de tout.

    Le Grand Fort m’oppresse. Aujourd’hui, ce n’est plus qu’un gigantesque bloc de pierre, posé au creux de ses remparts, et les courants d’air qui y flottent sont plus nombreux que les soldats qui l’arpentent. Comme au paladinat, le recrutement devient critique. Comme au Temple, cela dit. Clercs et soldats semblent avoir payé un lourd tribut à l’invasion, c’est sans doute normal. Mais la ville manque de jeunes personnes pour les remplacer. Elles se sont battues, sous ton disque rosé ou sous la bannière ténébreuses, et elles sont mortes.
    Je ne pense pas que l’armée et la religion soient les ferments les plus cruciaux de notre société, sans vouloir te manquer de respect, mais à terme, nous sommes vulnérables et désoeuvrés. Je sais ce qu’une personne unique peut accomplir, je ne vais pas aller faire du porte à porte pour kidnapper des gamins et les forcer à te servir. Certains le craignent. Molwen me reproche de ne pas en faire assez.
    Difficile équilibre.

    Hier, en sortant du fort, j’ai croisé un gamin qui tentait de sympathiser avec un jeune chien sauvage. Comme l’animal était turbulent et imprévisible, je me suis porté à son aide. Je voulais m’assurer qu’il n’y avait aucun danger, que le chiot n’avait pas de maladie contagieuse, que l’enfant aurait ce qu’il voulait, simplement, peut-être. Bon, déjà, rien que le fait de m’écarter de la route prévue m’a valu une grimace éloquente et un regard noir de la part de mon garde du corps attitré (je t’en parlerai une autre fois), mais quand j’ai eu échangé deux phrases avec le petit garçon, soudain, une furie a surgi de la porte d’un cordonnier voisin, s’est ruée sur nous, et m’a arraché le môme (que je n’avais même pas touché, en vérité). Elle a commencé à me déblatérer un discours virulent sur le fait que jamais elle ne laisserait un fichu clerc lui enlever un des enfants, qu’il faudrait lui passer sur le corps, que nous n’étions qu’une bande de vautours prêts à réduire ses orphelins en esclavage pour le bon plaisir d’un Dieu aveugle et sourd. Vraiment.
    Elle était tellement démontée qu’Hector (c’est mon garde du corps) a fini par s’interposer. Elle est partie d’un pas décidé, traînant le gosse derrière elle. Son esclandre avait fait fuir le chien, mais attiré pas mal de badauds dans la rue.
    J’aurais dû me sentir insulté, je me suis surtout senti piteux.
    Je ne devrais pas laisser n’importe qui me parler de la sorte, après tout, j’ai un rang, semble-t-il, et je dois me faire respecter. C’est un peu nécessaire.
    Mais j’avais simplement l’impression d’avoir mal fait, en réalité. Et ses paroles m’ont poursuivi pendant tout le trajet du retour, alors qu’Hector grommelait à mes côtés. Je ne me suis jamais senti esclave. Pourtant je te sers depuis longtemps, et on m’a placé dans les rangs de tes novices sans me demander mon avis. Mais je ne me suis jamais senti esclave. Et je ne pense pas que tu sois aveugle et sourd.
    Pourtant, j’y pense encore. Parce que si c’est ça que les gens pensent de nous, c’est grave.
    Et que je sois obligé de réfléchir à chacun de mes actes comme s’ils étaient preuve d’un intérêt rapace m’atterre quelque peu.

    Avec ça, je ne t’ai pas parlé du fort, et de Maelwedd, et à nouveau, il faut que je file. C’est Assemblée aujourd’hui. Lathandre, sois m’en témoin, je vais essayer de garder mon calme. J’ai bon espoir, comme de coutume.
    Dernière modification par Galathée ; 17/07/2008 à 07h18.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  4. #4
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 7ème jour de la deuxième veille, 1381 CV


    Lathandre, merci pour l’aube. Je n’ai pas dormi. Ou trop peu. J’aspirais à l’aurore, fatigué de me retourner dans mes draps, pour rien, parce que le sommeil m’a fui dans l’ombre d’un cauchemar, quelque part, alors qu’il faisait encore nuit et froid. Je ne suis pas sorti de ma chambre. Je ne veux pas effrayer les gardiens en déambulant, les yeux caves, dans les couloirs aux petites heures. Et puis la rumeur circule trop vite, dans les ruelles de notre cité. Je n’ai pas besoin de ça.

    Chaque fois que je vois Longuehune, la nuit qui suit est agitée. Il parvient toujours à me rappeler, par un moyen ou un autre, qu’alors que Dame Lathiriel et lui-même se mobilisaient pour Luménis, je croupissais quelque part dans les ténèbres de Morféa. Je sais qu’il n’est pas vraiment méchant quand il y fait référence, sans doute pense-t-il même que cela m’a forgé le caractère, peut-être réalise-t-il que j’ai appris des choses à errer dans le noir. Il fait de l’humour. Et il dit que fatalement, j’en manque.
    Certes. Il a sans doute raison.
    Reste qu’il est synonyme de mauvaise nuit à venir, et cela ne manque pas. Cette fois… Ça n’a pas d’importance. Toujours des murs et des grilles, le remugle de la maladie qui semble irradier de ma propre peau. L’ombre aussi, dominante, avalant toute vie, pour n’y laisser qu’un sentiment de néant. Ce n’est même pas une déchirure, c’est un gouffre.
    Parfois je me dis que j’ai juste besoin de me soigner l’âme. Mon esprit est malade, une simple incantation pourrait m’apaiser. Mais je sens qu’il n’en est rien. La mémoire ne se guérit pas en quelques gestes. Il faut l’incorporer à ce que l’on est, ce que l’on devient. Mais c’est une tâche qui demande une énergie qui me manque en ce moment, car j’ai bien d’autres soucis.

    Je sens que la journée va être difficile, d’autant que je dois encore aller voir ce fichu général Maelwedd, et qu’il ne me fera pas plus de cadeaux que le vieux loup de mer, bien au contraire. Je sais que tu as beaucoup de fidèles à préserver, certains plus méritants que moi, d’autres perdus, qui ont besoin d’un espoir, d’un coup de pouce, mais si tu pouvais, pendant que tu te promènes, suggérer à Tymora de jeter un œil sur moi de temps en temps…
    Non, en vérité, je ne demande rien, et je devrais avoir honte. Je suis juste fatigué.

    Hier, nous avons longuement discuté de ce que nous allons faire du Palais Présidentiel. Dame Lathiriel a évoqué la possibilité que nous nous y installions de manière permanente, ce à quoi, heureusement, Longuehune s’est opposé avec autant de virulence que moi. Rectification : il a été horrifié et virulent, j’ai été horrifié et posé. Mais aucun de nous deux ne s’est laissé convaincre. Je lui ai bien proposé de s’y installer, elle, si son logement à l’université était à ce point vétuste (elle a évoqué les cloportes qui y nichent avec un langage pour le moins fleuri), mais elle n’a rien voulu entendre, préférant se réfugier dans un silence buté de mauvaise augure. Personnellement, je pense que nous pourrions l’affecter à l’accueil des personnes qui n’ont pas de toit décent, ne fût-ce que pour un hiver. Longuehune voudrait qu’on le démantibule pour en revendre les morceaux. C’est vrai que nous avons besoin d’argent et que nous récupérerions un bel espace. Mais c’est un splendide morceau d’architecture et un lieu qui appartient à l’histoire. Le détruire me semble une erreur que nous regretterons tôt ou tard. Longuehune dit que je manque de pragmatisme. C’est possible. Je crois à l’importance de conserver un héritage de notre passé, même s’il est marqué par le sang, l’infamie et la mort. Lathiriel n’a plus voulu donner son avis, et nous avons repoussé la prise de décision. Il y aura des toiles d’araignée partout et deux pieds de lierre sur les façades avant que nous ne nous décidions à trancher.
    Pour le reste, chacun y est allé des petites nouvelles. Une certaine énergie réapparaît dans les rues, les gens retrouvent leur place, prennent des initiatives.
    C’est rassurant.

    Je vais aller prendre un thé, ou je vais m’endormir sur ces notes.
    Lathandre, pense à moi ce soir.
    J’ai besoin d’une bonne nuit.
    Dernière modification par Galathée ; 17/07/2008 à 07h18.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  5. #5
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 8ème jour de la deuxième veille, 1381 CV

    Une aube de feu. Le soleil avait quelque chose à nous transmettre, ce matin. Quand il est apparu, incandescent, royal, dans le ciel rose, j’ai entendu le souffle se suspendre dans la poitrine des Eveillés. Moi, ça m’a donné envie de sourire.
    Puis l’éclat s’est résorbé, comme avalé par le disque flamboyant lui-même, et l’émotion est retombée. Quelqu’un a ri.
    Marcus a entamé l’hymne de clôture du rituel, des voix plus claires l’ont suivi, je me suis tu et je les ai écoutés. Simplement.

    J’ai mieux dormi.

    Hier, je suis donc retourné au Fort. J’avais rendez-vous avec cette teigne de Maelwedd. Cet homme est certainement compétent. Tout le monde le dit. C’est Grégoire qui l’a recommandé et tu sais que Grégoire, s’il l’avait voulu, aurait pu faire trois conseillers à lui tout seul. Mais ce Maelwedd a deux pieds gauches, je pense, et se lève fatalement de mauvaise humeur. J’essaie de le comprendre. Je sais que c’est un ancien paladin, qui a préféré quitter l’Ordre que d’en être jeté. Les personnes qui auraient pu m’en apprendre plus à son sujet ne sont plus là pour le raconter. Erwan, mon ancien compagnon de cellule qui sert désormais sous Iluvatar, m’a dit que le gros des tensions était né d’un désaccord sur la manière d’appliquer la loi. Je le crois sans peine. Maelwedd n’est pas du genre commode, et je pense qu’il ne recule devant rien, tant que la fin le satisfait. Je ne nie pas l’utilité de certaines concessions, dans certains contextes. Mais l’utilité ne peut pas tout justifier, même si la sécurité de notre cité est mise en péril par nos principes, parfois.
    Ce qui est sûr, c’est qu’il manie l’intimidation avec brio, et sans frémir. Mais je ne suis pas très impressionnable, je m’en rends compte. Je laisse venir le torrent et s’il veut m’emporter, qu’il le fasse. J’aime voyager. Je m’adapte aux nouveaux paysages. Mais je ne fléchis pas pour autant. J’essaie d’écouter. Maelwedd essaie juste d’enfoncer les portes et de ravager ce qu’il peut, avant de se retirer pour m’entendre capituler. Il est mal tombé, il n’y a rien à prendre.
    Je devrais donner plus de précisions sur ce qui nous oppose. Il est inquiet parce que nous avons très peu de soldats en ce moment. Le recrutement avance à pas de fourmi, quelques volontaires pointent leur nez, au delà de ça, nous sommes plutôt vulnérables. Des équipes sillonnent la campagne, tâchant de convaincre de jeunes paysans que l’armée vaut mieux que la terre, pitié, heureusement que je ne dois pas être sur place. Mais je ne peux pas m’opposer à ça, c’est effectivement nécessaire, surtout quand une ville a souffert comme Luménis. Nous avons besoin de sang neuf.
    Mais Maelwedd trouve que nous mettons la cité dans une position catastrophique en n’agissant pas de manière plus musclée. Il met trois propositions sur la table.
    La première est de payer mieux les soldats. Soit. Nous n’avons pas un sou vaillant. Je le lui ai déjà dit mille fois, mais il revient toujours avec ça. Parce qu’il estime que nous devrions consacrer ce que nous avons aux choses cruciales. C’est à dire certainement pas l’enseignement ou la culture, sans parler de la rénovation des quartiers sinistrés : ce sont des affaires privées, bien sûr. Pourquoi le gouvernement s’en mêle-t-il ?
    Ensuite, il aimerait que l’on offre l’amnistie aux Morféens qui acceptent de s’engager. Il promet de les réformer, de les encadrer, de les surveiller. Ah, le pouvoir magique de la discipline militaire, c’est un art profane qu’on oublie souvent de mentionner. Je ne suis pas complètement contre, à vrai dire, mais je crains cette grande ouverture des grilles qu’il semble prôner. Pour remplir ses baraques, il faudrait pratiquement libérer tous les Morféens, et aller chercher ceux qui ont fui dans les campagnes (ce que nous devrions faire, c’est vrai, mais nous manquons, là encore, de moyens). Lorsque les repentis constitueront les trois-quarts de ses effectifs, qui les surveillera ? Et qui agira s’ils se mutinent ? Le risque me semble démesuré, car la liberté est tentante pour tous les cœurs, quelque soit leur noirceur.
    Enfin, et c’est la cerise sur le gâteau, il veut rétablir la conscription. Les gens ont souffert, ont survécu, et il veut aller chercher leurs gamins pour les entraîner. Un par famille suffirait, dit-il. Quel spectacle.
    Luménis est vulnérable. Soit. Que ferais-tu, toi ? Tu irais chercher les mômes pour les enfermer au fort ? Histoire que nous puissions protéger une cité ? Mais une cité qui ressemblerait à quoi, alors ?
    Et c’est contre ça que je dois aller me battre un jour sur deux. Une sorte de grande montagne obtuse pleine de pics acérés et de failles traîtres. Qui se dresse devant moi en menaçant de m’écraser.
    Heureusement, je ne vois pas Maelwedd tous les jours. Heureusement, d’autres dossiers sont moins épineux.
    Aujourd’hui, je retourne au Palais de Justice, les travaux sont presque terminés. Le résultat est modeste, mais fonctionnel. Nous n’avons pas besoin de plus. Et ça me fera des vacances !

    Lathandre, demain, les choses iront mieux.
    Dernière modification par Galathée ; 17/07/2008 à 07h18.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  6. #6
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 9ème jour de la deuxième veille, 1381 CV

    Lathandre, sois loué pour la lumière qui se déverse sur nos jardins, chaque matin, quand l’astre diurne rompt enfin le jeûne de la nuit. Loué sois-tu pour la lumière qui nous embrase. Loué sois-tu pour la lumière qui nous nourrit.

    Ma journée d’hier a été marquée par des rencontres fastes. Je t’avais dit que tout irait mieux, je ne me suis pas trompé.

    Le Palais de Justice n’est pas terminé, mais deux salles d’audience sont enfin opérationnelles. J’ai eu l’opportunité de me promener sur le chantier, en visiteur naïf, et les corps de métier ont été extrêmement serviables. L’architecte en chef, un certain Gaspard Leste-Carpe, nain de son état, doit manifestement brider ses ambitions démesurées, mais il semble se plier aux nécessités financières de la cité de bonne grâce. Il ne prestera pas une minute bénévolement, ceci explique sans doute cela, mais je l’ai senti fier de son ouvrage, et il y a de quoi. Si nous n’aspirons plus à la magnificence tapageuse de l’ancien édifice, le palais nouveau sera solide, à l’épreuve du temps et des flammes, bien qu’en réalité, j’espère surtout que nous n’aurons pas à en faire l’expérience avant longtemps.
    Nous allons enfin pouvoir déplacer les procès, retrouver un cadre plus serein pour les échanges, et je l’espère, désengorger peu à peu les prisons. Je n’oublie pas la requête de Maelwedd, et l’ai transmise à la juge Garnell. Elle a les mêmes réserves que moi, mais m’a promis d’identifier les repentants les plus sincères. Cela dit, nous aurions bien besoin de main d’œuvre pour continuer la réfection du quartier est et de ses taudis monstrueux. S’il est bien un endroit que la lumière évite encore et toujours, ce sont ces rues oubliées et salies, où croupissent des gens qui croyaient en Morféa. Il les a trahis, sans nul doute, bien que nombreux sont ceux qui pensent simplement qu’il n’a pas eu le temps de réaliser ses promesses. Ce qui est certain, c’est qu’ils nous haïssent bien souvent et qu’ils n’ont pas de réel espoir en cette nouvelle chance qui nous est donnée de relever Luménis. Je ne les blâme pas. Je connais bien ces impasses où le sol disparaît sous les immondices, ces cabanons de guingois aux odeurs démoniaques, ces bouges infâmes qui s’échelonnent le long des trottoirs, proposant des plaisirs faciles et traîtres. J’ai vu le désespoir et la haine qui imprègnent vies et visages, qui sont si profondément enfoncés dans les corps, que rien ne peut plus les en extraire…
    Mais j’avais promis de bonnes nouvelles, je m’égare, et je sais que le quartier est reviendra encore dans mes notes. Je l’enfouis pour l’heure, même s’il me fait mal.

    Un rôdeur est venu me trouver au Palais. C’était plutôt une surprise car cet homme, Sire Kasumi, est resté dans le coma pendant près de six mois, suite à l’assaut donné au Palais Présidentiel par les résistants. Je le savais entre la vie et la mort, comme coincé à la lisière entre les mondes, imperméable à nos pouvoirs de guérison, insensible à la toile sinistre du trépas. Il s’est éveillé, on me l’avait dit. Je ne m’attendais pas à ce qu’il trouve si vite la force de se lever. Mais le corps a des ressources, bien sûr, que nous ne faisons qu’effleurer.
    C’est toujours agréable de rencontrer une personne qui a à cœur de mettre ses compétences au service de la cité, pour des raisons obscures mais curieusement sincères, altruistes et personnelles, sans doute. Peu importe. Ce qui compte, c’est que ces êtres existent, qu’ils agissent. Les actes avant les mots. On raconte tant de choses.
    Je l’ai chargé d’aller voir Aidan pour aviser de la situation à Respelm. Des nouvelles alarmantes nous proviennent sans cesse des campagnes. Les Morféens ont filé comme des rats, emportant leur malfaisance loin de nos remparts, la déversant dans des contrées reculées où les gens ne peuvent se défendre. Aujourd’hui à Respelm, hier sur la côte, demain plus loin dans le Nord, j’en suis certain. Petit à petit, nous devrons les retrouver et les défaire. Comment, je ne sais pas. Mais il le faut. Donc nous trouverons.

    Avant de partir, le rôdeur m’a confié une tâche pour le moins surprenante. Il a perdu son compagnon animal, une hermine, apparemment. Je pense qu’il ne réalise pas tout à fait quel type d’emploi du temps est le mien, mais je trouverai bien un novice en mal de promenade. Je m’en fais une note mentale.

    Lathandre, la lumière a désormais pris possession du monde. Je puis m’en retourner sur les chemins, dispenser ta sagesse.
    Dernière modification par Galathée ; 10/02/2013 à 10h20.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  7. #7
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 10ème jour de la deuxième veille, 1381 CV

    Lathandre, ce matin, un nuage a poursuivi le soleil. Comme un agneau sur les talons de sa mère, il l’a harcelé dans la pénombre. Puis il s’est dissipé, conquis, laissant le ciel à son maître.
    Je m’incline et je t’accueille, je sens ton optimisme et ta chaleur, je me soumets sans arrière pensée aux principes qui nous guident.
    Sois loué, éternellement.


    Une journée un peu plus calme, hier. Il en faut. Je suis resté au Temple, j’en ai profité pour me recueillir dans les jardins et le sanctuaire, avant de me pencher sur des aspects plus pragmatiques, depuis la qualité des repas servis au réfectoire des Eveillés jusqu’aux problèmes d’infiltration d’eau dans les cellules des novices en passant par l’inventaire des œuvres d’art qui ont été dérobées pendant la dictature. Normalement, Marcus est sensé me suppléer pour toutes ces choses qui touchent au quotidien du temple, mais il est encore un peu intimidé par les prérogatives dont je l’ai chargé. Je sais aussi que quelques vieux clercs lui cherchent des noises, sans doute vexés de ne pas avoir été nommés à sa place. Pourtant, ils se doivent d’être honnêtes. Marcus est un homme diligent et appliqué, extrêmement droit et pieux, un clerc presque parfait, s’il ne souffrait de ce cruel manque de confiance en lui. Certainement la plus belle voix du chœur. Mais il traîne un peu de sang orque dans sa généalogie, un grand-père dont il se serait probablement passé, et cela suffit pour le rendre suspect aux yeux des plus inquiets. Comme s’il allait subitement entrer dans une rage sanguinaire en constatant un matin que les latrines sont un peu sales, et massacrer l’entièreté des fidèles à poings nus. Bref, je pense que dans quelques mois, il sera suffisamment sûr de ses compétences pour procéder à la plupart des décisions sans chercher mon assentiment. En attendant, je ne demande pas mieux que de l’accompagner une fois par veille dans les couloirs. C’est reposant. J’ai même pu choisir le vin que l’on servira lors de la Fête de la Lune, ce qui n’est pas pour me déplaire : celui de l’équinoxe messale était absolument imbuvable.

    Nous avons rediscuté des problèmes de recrutement, de nos relations un peu grippées avec le temple de Helm et son insupportable (pardonne-moi, Lathandre) grand prêtre, Orden, et je me suis fait traiter d’Ilmate par le vieux Sterpin lorsque j’ai suggéré que nous envoyions deux des nôtres dans le quartier est, pour suppléer aux derniers clercs d’Ilmater qui y travaillent.

    Ilmate. C’est exactement ce que Molwen dit de moi au moins six fois dans son courrier. Je me demande si des copies ne circulent pas, finalement. Il est vrai que j’ai des affinités avec le culte du Dieu des pauvres, je ne le nie pas. Quand on y pense, la plupart des clercs sont d’anciens enfants, placés dans les couloirs d’un temple alors qu’ils sont encore malléables, que leur personnalité se dessine, petit à petit, et ils en viennent à valoriser la joie, la souffrance ou la musique, parce que c’est ce qu’on leur répète et leur inculque, à longueur de journée. A aucun moment, les portes ne s’ouvrent vers d’autres possibles, d’autres voies, à aucun moment ils n’ont la possibilité d’aller voir ailleurs, si la magie, la mort ou la mer leur semblent des principes plus excitants, plus révélateurs. Peut-être aurais-je dû suivre les enseignements d’Ilmater. Peut-être. Mais j’ai appris les tiens, et je ne le regrette pas, et si je puis souscrire à ce que les Ilmates professent, il leur manque cette cruciale vision d’avenir. Nous sommes complémentaires, quelque part. Ils pallient au plus pressé, pansent les blessures et l’âme, aident, soutiennent, guérissent. Nous voulons aller au delà et plus loin. Sans doute sont-ils réalistes et sommes-nous idéalistes. Je ne pourrais pas être un Ilmate aujourd’hui. J’ai besoin de demain. Car sans promesse de renouveau, d’amélioration, sans espoir… Les choses m’apparaissent comme trop sombres. J’ai besoin de croire que qu’un jour, une aube lumineuse se lèvera sur le quartier est, et ce jour-là, les maisons y seront aussi belles que celles du quartier sud, et les gens y seront heureux et bien nourris, en bonne santé, prêts à arpenter le monde le sourire aux lèvres. C’est un vœu pieux, mais ça tombe bien, c’est mon métier…
    Reste que les Ilmates ne sont pas suffisamment nombreux pour gérer la misère des taudis, et qu’envoyer deux hommes dans ces ruelles putrides serait une bonne action pour la cité, tout en décillant ses joyeux idéalistes qui pensent que Luménis rayonne comme autrefois.
    Marcus était pour, Sterpin contre, comme Arthur et Ludivine, Céleste et Othon veulent réfléchir, ma voix compte double ! Bref, nous n’avons rien décidé. Ah la joyeuse inertie des Lathandrites réunis.

    Bon, en parlant d’inertie, j’aime beaucoup consigner mes pensées, Lathandre, mais je dois filer. Je ne sais pas ce que me réserve ce jour, mais je suis certain que ce sera passionnant !
    Dernière modification par Galathée ; 17/07/2008 à 07h18.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  8. #8
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 1er jour de la troisième veille, 1381 CV

    L’aube était rose, ce matin, veinée de mauve, de jaune, du bleu sombre de la nuit qui s’accroche. Les nuages se sont éparpillés pour laisser place au soleil, quelques secondes seulement, puis ils l’ont pris d’assaut pour l’engloutir. Nous ne le verrons plus aujourd’hui.
    Certains y verraient un mauvais présage, moi je sais que c’est l’automne. Il a été clément jusqu’ici. Pourtant, les feuilles tombent et l’hiver approche, embusqué dans les montagnes dont les cimes blanchissent déjà. Bientôt il pleuvra sans discontinuer. Luménis deviendra propre et boueuse, intéressant paradoxe.
    Je me suis promis d’aller arpenter le Parc Verdoyant aujourd’hui, juste une heure, pour profiter des couleurs merveilleuses de l’automne. Elles m’ont manqué l’année passée.

    La journée d’hier n’a pas été passionnante, pas désagréable non plus. J’ai une multitude de choses pratiques à faire, désormais, qui touchent à la gestion de l’armée et de la justice, de l’ordre dans nos rues, de l’ordre dans nos campagnes. On me demande de prendre des décisions d’helmite, ça n’a jamais été mon fort, mais je suis un homme raisonnable, alors je m’efforce. Tybert m’a bien aidé, c’est un garçon appliqué, il finira par s’extirper de sa torpeur congénitale et devenir quelqu’un, cela ne fait aucun doute. Je ne suis pas certain qu’il fera un bon clerc, cela dit. Il est un peu nerveux, un peu emporté parfois, je le vois s’énerver sur une plume dont le débit ne le satisfait pas, froisser un parchemin d’un geste rageur quand il a fait une faute… La patience et la sagesse s’apprennent. Mais il a déjà 17 ans. Nous verrons. Tout peut encore arriver.
    L’après-midi, je suis allé voir Orden, au Temple de Helm, comme je l’avais promis la veille. Notre rencontre n’a eu aucun intérêt. Nous avons campé l’un et l’autre sur nos positions, comme des mulets butés, sans réellement nous investir dans la conversation. C’est une convention, en réalité. Helm te déteste. Il devrait être content que nous le tolérions en nos murs, vu le venin que ses prêtres répandent à ton sujet tant qu’ils le peuvent. Bon, je sais, les Manostiens sont quand même venus à notre aide, je ne devrais rien dire. Mais voilà, Orden vitupère, nous reproche des choses inexistantes, nous nous serrons la main, et chacun repart de son côté. C’est une mauvaise pièce de théâtre.

    Je vais en profiter pour te parler d’Hector. C’est le garde du corps qu’on m’a imposé. Il paraît qu’en tant que Conseiller, je suis en danger. On pourrait vouloir me loger un carreau d’arbalète dans la poitrine, alors que je me promène dans les rues de la cité. Pourquoi, je ne sais pas bien… Déstabiliser un régime qui n’existe pas encore ? Me punir de ne pas donner plus de fonds (inexistants) à telle ou telle composante de la société ? Venger la chute de Morféa (je n’en suis pas responsable, mais je peux concevoir d’en être un symbole) ? En vérité, la seule personne qui pourrait vouloir m’occire me semble être le général Maelwedd, et je pense qu’il a une préférence pour la bâtarde.
    Mais bref, donc, je me coltine ce grand jeune homme, Hector, depuis près d’un mois maintenant. Il est jeune, large comme un bouvillon, et presque aussi intelligent. Mais il prend son travail très à cœur et veille sur moi comme une dragonne jalouse sur ses œufs. Lorsqu’il est arrivé, envoyé par le chef de la garde luménienne, il a insisté pour dormir dans mes appartements, ce que j’ai refusé de but en blanc. Il n’était pas très content, mais j’estime qu’au creux du temple, la protection de mon dieu suffit ! Bref, nous avons négocié, et désormais, j’érige un glyphe de garde autour de mon lit, chaque soir. Il déclenche un sort d’immobilisation des personnes si on pénètre dans la zone protégée. Ce n’est pas grand chose, mais comme les chances sont élevées que Tybert soit le premier à y trébucher, je préfère ne pas prendre de risques.
    Sinon, Hector me suit partout. Il guette l’instant où je quitte le temple pour se glisser dans mes pas, et me piste ensuite, parfois devant, parfois derrière. Il n’aime pas faire la conversation, j’ai testé, et je suis persuadé qu’il me prend pour un intellectuel vain et stupide. Je n’ai pas osé lui dire que je ne me défendais pas si mal à la masse, et que je me pensais capable de le mettre à terre avant qu’il ne m’ait porté le premier coup. Il estime que nous sommes des chanteurs un peu mystiques, je crois. Il ne sait pas que je désintègre un squelette d’un simple regard. C’est un fait, je ne me vante pas, Lathandre !
    Au bout d’un mois, j’oublie parfois qu’il est là. C’est sans doute mieux, personne n’aime être épié à longueur de journée. La plupart du temps, il tousse pour me signifier qu’il n’est pas content de moi, et je me surprends à rougir, comme si j’étais un gamin pris en défaut. Pourtant, je n’ai pas une vie très aventureuse, et je n’ai pas mis le pied dans les taudis depuis des semaines. C’est la prochaine mauvaise surprise que je lui réserve… Mais n’en parlons pas encore…

    Lathandre, on m’appelle, et je tiens vraiment à trouver le temps d’aller au Parc. A demain.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  9. #9
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 2ème jour de la troisième veille, 1381 CV

    Loués soient les matins, qui nous rappellent chaque fois qu’après la nuit vient la lumière, que les ténèbres les plus profondes cèdent toujours le pas au renouveau, que nous sommes susceptibles, sans cesse, de nous réinventer.

    J’ai arpenté les sentiers de Mielikki, la dame Licorne qui galope dans les feuilles mortes. Le Parc est resplendissant en automne, chargé d’or et de feu, de sang et de terre. Je sais que la saison du pourrissement approche, mais elle se dissimule sous des atours de lave pour mieux nous ensorceler. Je ne crains pas l’hiver, car le printemps lui succédera ensuite, porteur de nos espoirs, que nous aurons mûri autour de belles flambées, durant les nuits obscures à venir. Nous pourchasserons Aurile en chantant tes louanges.

    Mais le tapis d’humus odorant, les arbres chatoyants et les champignons sauvages m’ont ramené au Temple, que j’ai observé entre les troncs, songeur. Il y a presque trois ans, tout notre culte a été détruit, tu t’en souviens. Je suis rentré peu avant l’aube, après une nuit épouvantable au dispensaire des taudis, et il y avait du sang partout. Lorsque le soleil s’est levé, ce jour-là, je dois bien avouer que je n’ai pas cru au renouveau. Je n’avais pas d’affinités particulières avec le Grand Prêtre de l’époque, je dois bien l’avouer. C’était un vieillard autoritaire, attaché à ses privilèges, soucieux des apparences, mais je n’ai jamais compris comment les choses avaient pu en arriver là. Les semaines suivantes ont été horribles. Nous avons erré dans le brouillard, aveugles à ta lumière, perdus, en fait, et suspectés de mille maux. L’ordre a croulé, nous avons perdu bien des hommes, d’autres ont été emprisonnés, sans parler du carnage dans les rangs des paladins mal avisés. Je me souviens d’avoir été interrogé pendant presque deux jours dans un réduit infâme, au fort. Je ne savais rien sur le complot. Rien sur rien, en fait. Je ne savais même plus ce que je faisais là. Quand je suis sorti, je suis retourné au sanctuaire et le sang était toujours là.
    Et nous étions devenus indésirables. A Luménis, ta cité, Lathandre.
    Je crois que nous n’étions plus qu’une vingtaine. Nous étions abasourdis. Nous étions l’ennemi au cœur de la ville, nous ne nous en étions même pas rendus compte. Et des hommes que nous avions respectés nous avaient trahis.
    Le culte s’est réorganisé autour d’Argin, il a eu la force de nous rassembler alors que nous ne savions plus vers qui nous tourner. Cela semble si lointain, et pourtant c’était hier.
    Je suis retourné dans le quartier est, à mes taudis, l’espoir est revenu peu à peu, et Morféa a fait son apparition.
    Aujourd’hui, je dois être Argin pour les autres. Mais ma tâche est plus aisée. Nous avons joint nos forces à celles des autres Luméniens, nous nous sommes battus pour la cité, contre l’oppresseur, nous sommes morts avec eux, nous avons retrouvé notre place. Nwalk nous a donné l’opportunité de réintégrer le cœur d’une société que la rumeur avait rendue hostile. Que je siège au Conseil est finalement une chose étrange, compte tenu de ce que le sanctuaire a symbolisé par le passé, mais c’est le résultat de cette union de Luménis face au tyran.
    Renouveau, toujours, changement, renaissance. L’aube. Cela devait arriver.

    Je ne peux m’empêcher de m’interroger sur le futur. Pour l’heure, nous reconstruisons notre cité. Nous sommes décidés, confiants, mais vulnérables. Le dogme m’impose d’être optimiste, et je le suis. Je vois ce dont sont capables mes compatriotes, la flamme qui brûle en eux, leur énergie, leur courage, leur détermination. Mais la prudence et l’expérience me recommandent d’être réaliste et méfiant. En quelques années, nous avons vu défiler un complot, la naissance d’une hérésie et un coup d’état. Chaque fois, le culte a été en première ligne, menacé, mais nous avons survécu.
    Un autre coup viendra. Nous nous relèverons, car nous sommes la vie. Mais autant s’y préparer.

    Sombres pensées, ce matin, mais je les chasse déjà. Ma tâche m’attend.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  10. #10
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 3ème jour de la troisième veille, 1381 CV


    L’aube m’a arraché à la nuit. J’ai eu du mal à me lever, ce matin. Pour une fois, j’avais probablement la même mine que Tybert lorsque le soleil s’est levé, je me suis senti ébloui, et barbouillé. Je crois que j’ai chanté faux. Tybert avait l’air étonné, un peu amusé, aussi. J’ai dû faire quelque chose d’imprévu. Mais je m’en souviens à peine !

    Je ne sais pas pourquoi Tybert est parmi nous. Je me dis souvent que je devrais lui poser la question. Mais toutes les histoires ne sont pas faciles à raconter…
    Mon père était marchand d’armes et d’armures, un métier respectable à l’époque troublée qui est la nôtre. A cinq ans, j’ai reçu ma première épée et mes frères m’ont capturé un rat. Une sorte de rite de passage chez les Megrall, j’imagine, l’enfant contre la vermine. Sous les quolibets de mes aînés, j’ai affronté la bête, et lorsqu’elle a été réduite en charpie, je n’étais pas très adroit et elle était passablement sonnée, ils se sont servis de son sang pour m’en faire des peintures de guerre. Le rat transportait un miasme au choix, je suis tombé malade. Faible et fiévreux, j’ai gémi dans mon lit pendant trois longues semaines, mais mon père était sourd aux suppliques de ma mère, qui voulait faire venir un clerc pour lever le mal. Mon père, Siegfried Megrall, était, et est toujours, un homme dur et rapace. Il n’était pas enchanté d’avoir un sixième fils, et j’imagine qu’il ne s’inquiétait guère de mon trépas. Il disait que si j’étais fort, je survivrais. Je n’étais pas bien fort, à l’époque. Au bout de la troisième semaine, alors que je crachais peu à peu mes poumons minuscules, ma mère a vendu quelques bijoux, m’a emballé dans un grand drap, et s’est glissée hors de la maison en catimini, comptant sur la discrétion des serviteurs qui l’aimaient bien. Elle m’a mené jusqu’au temple de Lathandre, a payé pour mes soins, et nous sommes rentrés.
    Mon père ne l’a appris que cinq ans plus tard.
    Le lendemain, j’étais sur les marches du sanctuaire, mon balluchon entre les mains.
    Puisque Lathandre m’avait sauvé, qu’il me prenne en charge.
    Belle mentalité, n’est-ce pas ?
    Je suis heureux qu’il en ait été ainsi. Je suis presque triste que mon père n’ait pas appris la chose plus tôt. Mais ma mère m’aimait. Nous avons eu quelques années de répit.

    Hier, nous avons convenu d’organiser une réunion entre chefs de culte, pour définir la manière dont nous pouvons travailler ensemble sans nous tirer dans les pattes continuellement. Je pense que les adeptes de Mystra et de Dénéir répondront présents, comme les Ilmates et les suivants de Waukyne. Les Helmites se feront prier. J’ai entendu parler d’un début de culte de Mielikki qui serait parti de ce bosquet mystérieux sur les quais, mais je ne pense pas qu’il y ait de clerc impliqué, je ne pensais donc pas les convier, et il n’y a aucun Chauntéen actif en ville. Restent les rumeurs insistantes qui font état d’un culte de Gond en gestation quelque part dans le quartier du port. Mais Longuehune n’est pas au courant, et je me vois mal faire du porte à porte pour essayer de les trouver.
    Tu me diras que cet œcuménisme n’est pas bon pour nos finances. C’est ce que dit Molwen. Mais il vit à Eredhùn, la cité aux mille temples, où la compétition est permanente. Et tu sais que Luménis, si elle se veut ouverte sur le monde, doit pouvoir accueillir toutes sortes de Dieux Bienveillants. Les gens distribuent leurs oboles, mais c’est de bonne guerre. Vous avez des attributions diverses et nous avons des désirs multiples. Tu ne te soucies pas des récoltes ni des navires marchands, je ne vais pas le prétendre.
    Bref, cela sera un joyeux rassemblement de chanteurs mystiques, comme dirait Hector, que la perspective horrifie. Et il faudrait que je fasse en sorte que la prise de notes de Tybert soit meilleure d’ici là. Enfin, le temps que nous parvenions à mettre nos agendas en symbiose, il aura neigé sur la ville. Mais ne dit-on pas que ce sont les intentions qui comptent ?
    Je me relis et je réalise que tu dois chercher mon optimisme entre les lignes. Il n’est pas bien loin. Si je n’étais pas optimiste, je n’essaierais pas d’organiser cette rencontre !

    Ce soir, je suis invité à souper chez la juge Garnell. Il paraît qu’elle cuisine extrêmement bien le lapin aux champignons, j’adore ça, j’espère que c’est ce qu’elle me servira ! J’espère aussi que son grognon de mari sera absent. Cet homme est plus ennuyeux que tous les croûtons du temple rassemblés. Mais j’imagine que ce sera soit le lapin, soit la conversation. On ne peut pas tout avoir.

    Je te raconterai, tu sais ça.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  11. #11
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 4ème jour de la troisième veille, 1381 CV


    Lathandre. L’aube encore, douloureuse, cette fois. Je me sens un peu creux, mais je vais me reprendre. D’avance, pardonne-moi.

    J’ai eu droit au lapin et à la conversation, je me sentais verni, mais ça n’a aucune importance. J’ai revu Elsa, en rentrant. Je ne m’y attendais pas. Juste de l’écrire, la nausée me reprend, comme une boule sombre et torturée au creux de mes entrailles. Je vais demander à Tybert de m’apporter un peu de millepertuis pour les nerfs. Sinon, je n’irai nulle part aujourd’hui. Tu diras que je pourrais prier, retrouver ma sérénité en communiant avec ton esprit et ta sagesse, plutôt que de trouver refuge dans des ersatz de paix intérieure. Je n’y parviendrai pas, je n’ai pas le temps. Je dois être à l’Assemblée dans moins d’une heure.
    Bref. Il était tard, nous marchions dans la nuit, côte à côte, Hector et moi. Je me sentais oppressé, curieusement, comme si mon organisme devinait déjà ce qui allait se produire. Une silhouette s’est détachée d’un mur comme nous atteignions le sanctuaire et Hector s’est raidi, la main sur le manche de son arme. C’était une femme, les épaules nues, la robe fendue, et je l’ai reconnue tout de suite, au point que je me suis figé, le cœur battant, avec un goût atroce dans la bouche. J’aurais voulu dire quelque chose. Rien n’est sorti. Elle nous a observés de loin, à la lueur sinistre de la lune pâle qui nous surplombait. Puis elle est partie, simplement, d’un pas rapide et un peu chancelant, ivre sans doute, et un instant… Hector m’a retenu par le bras, comme s’il avait senti que je m’apprêtais à la prendre en chasse. La pression de ses doigts m’a ramené à mes responsabilités, à la personne que je suis aujourd’hui, aux choses que je peux faire, que je dois faire, à celles qui me sont désormais interdites. Suivre Elsa n’aurait servi à rien. Elle est descendue vers les taudis, sans nul doute, à la recherche d’un client potentiel ou d’une dose de je ne sais quoi. Je me suis demandé pourquoi elle avait quitté ses chemins de maraude pour monter jusqu’ici. Etait-ce pour trouver un peu de réconfort auprès de Toi ? Etait-ce simplement le hasard en bout de promenade ? Ou bien cherchait-elle à me voir ?
    Si c’était le cas, pourquoi avait-elle fui ? Etait-ce Hector ? Ou n’avait-elle voulu que constater par elle-même ce que d’autres avaient dû lui rapporter ?
    Nous sommes entrés dans le temple, j’avais du mal à marcher. Puis j’ai vomi. Sous les yeux de mon garde du corps. J’espère qu’il a pensé que j’avais trop bu, simplement. Sans doute. Ce n’est pas vraiment une lumière, mon Hector, même s’il fait son travail avec cœur. Et je suis resté à contempler le plafond pendant de longues heures, pendant toute la nuit, jusqu’à ce que Tybert vienne frapper à ma porte.
    Je dois avoir une mine à faire peur. Ils mettront cela sur le compte de mes agapes.

    Me suis-je braqué alors que j’aurais dû concéder ? Il est trop tard, sans doute. Son mode de vie est désormais autant une nécessité qu’un pied de nez à ce que j’ai tenté de faire. Et mes bonnes intentions l’ont juste remontée contre moi. Le clerc stupide et idéaliste qui refuse de prendre la mesure du monde.
    Je ne peux plus rien pour elle, elle ne le permettrait pas…
    Mais je peux travailler pour que le quartier est soit une priorité. Cette vision sinistre, au creux des ténèbres, était finalement un rappel bienvenu. Je suis épuisé mais je dois être à la hauteur des débats à venir. Maelwedd m’en voudra, mais l’armée attendra encore un peu. Nous avons une poudrière à nos pieds, un océan de misère, un nid où la violence renaît peu à peu, tel un phénix démoniaque qui nous dépasse.

    Je voudrais retrouver Elsa comme elle était hier, un sourire lumineux sur son visage encore innocent, l’étincelle dans ses yeux quand nous évoquions son futur, ses rêves d’enfant, la confiance qu’elle avait en moi, alors.
    Et que j’ai trahie en promettant une aube inaccessible.

    Je me sens sale et impuissant, ce matin. Je vais aller à l’Assemblée, essayer de faire des choses utiles, ça me changera les idées.
    Pardonne-moi pour les jours gris, Lathandre.
    Ils font toujours place au soleil, tôt ou tard.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  12. #12
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 5ème jour de la troisième veille, 1381 CV.

    Louée soit l’aube qui inonde la ville, coulant dans les rues comme une rivière d’espérance, chaque matin, alors même que les feuilles mortes s’amoncèlent et annoncent l’hiver. Les nuits s’allongent, ce dont se félicitent les novices et de nombreux semeurs d’aube. Je ne peux les blâmer. Tôt ou tard, le jour se lève.
    Pour ma part, j’ai découché.

    L’assemblée, donc… La journée d’hier nous a permis d’échanger des informations sur nos sphères respectives. L’université de la magie a repris une activité saine, même si elle manque toujours de personnel, la bibliothèque est rouverte, et si la Bienveillance se cherche encore un résident, les statistiques des Portes font état du retour de plus d’un musicien. Longuehune va relancer la diplomatie dans les jours qui viennent et le commerce tourne à nouveau : toutes les cités héloniennes ont repris leurs vieilles habitudes. Pour l’instant, nous devons surtout importer des marchandises, mais petit à petit, notre économie se relance. C’est encore boiteux mais la reconstruction est en marche. J’ai parlé des soucis de recrutement au niveau sécurité intérieure et extérieure, mentionné brièvement la manière dont nous comptions solidariser les cultes et nous avons abordé les problèmes de justice. La réunion semblait en bonne voie pour s’achever en début d’après-midi, lorsque Dame Lathiriel a été appelée d’urgence à l’université, nous laissant en plan. Je dois dire que la perspective de rester en tête à tête avec Longuehune ne m’enthousiasmait que peu, compte tenu des soucis que j’avais par ailleurs. Heureusement, il avait un sujet tout trouvé : la famille Megrall.

    Autrefois, j’avais cinq frères. Deux sont morts dans des accidents stupides, l’un en mer, l’autre en rue, et un troisième est parti à l’aventure et n’a jamais reparu. On prétend qu’il espérait atteindre les rivages lointains de Féerune, peut-être a-t-il réussi. Après tout, nombreux sont les voyageurs ayant fait la route en sens inverse, nous apportant des nouvelles diverses du Cormyr, des Vaux ou de l’Amn. Les deux derniers ont repris les affaires de mon père, Siegfried Megrall, une vieille fripouille aujourd’hui reléguée à son fauteuil, d’où il vocifère, j’en suis témoin, avec autant de morgue qu’autrefois. Ma mère est morte il y a bien longtemps, en mettant au monde son septième enfant, une fille, Melora, aujourd’hui mariée à un marchand manostien qui croise de temps à autre dans nos eaux.

    Je n’ai vécu que dix ans dans la demeure familiale, une grande chose rutilante et bruyante. J’étais le cadet inutile, personne ne me l’a jamais caché. Je me doutais qu’ils essaieraient de faire jouer les liens du sang pour obtenir des avantages. Mais pas qu’ils prétendraient que je soutenais leurs revendications. Dans l’état de fatigue nerveuse où j’étais, la chose m’a mis hors de moi. Je suis connu pour être un homme pondéré, tu l’auras remarqué, Lathandre, mais il est des circonstances… Je n’ai jamais réclamé un sou à ma famille, jamais suggéré qu’ils puissent soutenir le temple (ils vénèrent Waukyne, bien sûr) ou la reconstruction. Or ils sont loin de manquer d’argent, d’autant qu’ils ont évidemment collaboré avec le nouveau régime (comme bien des Luméniens, il faut l’avouer) (mais peut-être auraient-ils pu songer un instant qu’ils avaient un fils, un frère, dans un cachot quelque part) (je ne suis pas revanchard, ce n’est pas lié, en vérité).
    Nous avons nos vies, nos parcours, je ne vais pas favoriser leur entreprise pour des raisons obscures, qui tiennent à un sang qui ne me dit plus rien. Longuehune est un homme fin, et il avait bien sûr deviné que mon frère, Siegmund, lui mentait. Même s’il aime me faire tourner en bourrique, je pense que le vieux pirate a de l’affection pour moi. Sans doute méprise-t-il mes options, raille-t-il ma morale, mais nous avons appris à nous respecter.
    Il a ri de ma brusque colère, l’a laissée monter et s’éteindre sans rien dire, et nous avons constaté que nous étions d’accord sur la marche à suivre : les Megrall n’étaient pas dans le besoin, ils n’avaient droit à aucune faveur, et pas à obtenir le contrat d’armement de la marine luménienne alors que l’appel d’offre était encore ouvert.
    Je me suis calmé et lorsque Lathiriel est revenue, plus rien n’y paraissait.

    Mais la réunion s’est éternisée dans la nuit, jusqu’à ce que Longuehune nous impose de goûter à son rhum. J’étais proprement exténué et l’alcool n’a certainement pas arrangé les choses. J’ai un grand trou sur une partie de la nuit, et je pense que je me suis endormi. J’espère, en réalité, que je me suis endormi. A l’aube, nous t’avons salué, Lathandre, puis j’ai filé jusqu’ici, histoire de me débarbouiller avant les hostilités du jour. Je dois retourner au Fort, je retrousse mes manches d’avance.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  13. #13
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 6ème jour de la troisième veille, 1381 CV

    Lathandre, sois loué pour les visions enchanteresses d’un soleil qui se lève, radieux, dans les ténèbres automnales. Sois loué pour l’espoir qui me gonfle le cœur, l’embrasement des hommes et des femmes qui saluent le retour de ton aube, sois loué pour la beauté éternelle de la cité de Luménis.

    Maelwedd m’a posé un lapin, hier matin, ce qui a été un motif de joie intense en mon cœur : je suis retourné dormir. J’ai essayé de me faufiler discrètement jusqu’à mes appartements, sans le moindre succès puisqu’au moins six personnes m’ont vu y disparaître, sans compter Hector et Tybert qui connaissent évidemment mes plus sombres secrets.

    Je dispose d’appartements assez spacieux au sein du Temple, trois pièces en enfilade dont les fenêtres s’ouvrent au sud, et un petit escalier mène à une terrasse privée en contre-haut, protégée des regards par une glycine démesurée et une vigne généreuse. Je n’y vais jamais, par manque de temps, mais j’en lorgne les marches avec envie au moins une fois par veille. Je sais qu’elle est entretenue par Garance, notre jardinière, une prêtresse de Chauntéa que nous hébergeons en nos murs.
    La porte donne directement dans mon bureau, une pièce ovoïde où j’ai mis les meubles les plus corrects que nous avons pu trouver, histoire de ne pas rebuter mes invités. Le Temple a été mis à sac pendant le coup d’état, il n’y restait pratiquement rien des richesses qu’avaient accumulées nos prédécesseurs, et lors de l’inventaire que Marcus a réalisé en rentrant, nous avons bien dû palier au plus pressé. Je n’avais pas envie d’un mobilier particulièrement orné, mais je dois faire certaines concessions à mon rang, j’ai donc écopé de tout ce qui avait l’air un peu précieux. Le résultat est pour le moins éclectique, et j’espère que mes visiteurs n’en tirent pas de grandes conclusions sur mon sens de l’esthétique.
    La pièce suivante est supposée servir de pièce de séjour. Je pourrais y prendre mes repas, si j’avais des envies d’ermite, mais je préfère la compagnie bruyante du réfectoire. Dans les faits, il m’arrive de sauter plus d’un repas, mais je grignote alors là où le labeur m’appelle.
    La chambre est minuscule, sans doute pour me rappeler que le jour est plus important que la nuit. C’est vrai qu’il m’arrive d’oublier, tiens… Ce qui me sert de lit est une sorte d’éléphantesque structure de bois sombre, munie d’un matelas parfaitement défoncé. Je suis moins surpris qu’Argin se soit plaint de maux de dos dans les derniers mois de sa vie. Mais je m’en accommoderai le temps qu’il faudra, et dans mon état de fatigue, hier, il était le plus confortable des asiles.
    En réalité, ces appartements sont supposés être un pied à terre professionnel, car le chef du culte lathandrien dispose d’une petite maison plutôt agréable un peu plus loin dans le quartier. Il est vrai qu’avoir une famille au sein du sanctuaire relève du fantasme, et nous possédons donc une douzaine de demeures pour les membres les plus hauts placés de l’ordre. Les autres sont priés d’attendre une promotion pour fonder leur clan, ou d’y dépenser leurs rares deniers personnels. Autant dire que c’est impossible, et que nous sommes longtemps forcés au célibat. On retrouve ainsi de temps à autre des jeunes gens inconnus dans les couloirs du temple, venus rendre visite à l’un ou à l’autre des Semeurs d’Aube. Je ferme les yeux tant que la discipline règne. Je sais que mes prédécesseurs ont été plus rigides dans le domaine.
    Seulement trois des maisons de l’ordre sont occupées pour l’instant, j’ai failli suggérer qu’on vende les autres, mais je me suis retenu. Elles font partie d’un patrimoine, d’abord, que je ne suis pas en droit de dilapider. Ensuite, elles représentent un morceau d’humanité offert à nos prêtres : sans elles, nous devrons tous nous résoudre à la solitude. Enfin, il ne reste personne pour les acheter.
    J’ai mis les pieds deux fois dans celle qui m’est théoriquement dévolue. C’est une jolie petite structure. J’espère toujours qu’elle remplira son office un jour ou l’autre. Qui sait.

    Le devoir m’appelle, et j’ai récupéré pas mal d’énergie. Je ne peux pas faire attendre Luménis. Lathandre, bonne journée.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  14. #14
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 7ème jour de la troisième veille, 1381 CV


    Le vent s’est levé, l’automne a définitivement saisi Luménis, et tout se meurt autour de nous. La nature est généreuse dans son trépas, ce qui se devine, douce ironie, à nos tables. Une nouvelle aube grise, le soleil est resté invisible. Nous t’avons sans doute salué avec plus d’enthousiasme. Nos voix contre les ténèbres.

    Hier avait lieu la réunion concernant les mages de bataille. Luménis a toujours investi dans les arts profanes, la présence de mages entraînés spécialement au combat et à la défense de la cité dans les rangs de l’armée est donc relativement normale. Maelwedd et Lathiriel se connaissent depuis longtemps, j’ai donc assisté à leur rencontre plus en observateur qu’en réel interlocuteur. Je suis sensé superviser tout ce qui touche à la sécurité de la ville, dans et hors les murs, je me tiens au courant.
    Pour l’heure, il ne reste que trois mages de bataille au sein de l’armée et Maelwedd espère faire remonter ce chiffre à vingt résidents et trente réservistes. Lorsqu’il a parlé des délais, Lathiriel a éclaté de rire. Dame Ditazhir est charmante, tout le monde en convient, mais comme tous les gens trop intelligents, elle a tendance à manifester son mépris d’une manière peu diplomate. Et Maelwedd… Bah, je t’en ai déjà parlé. C’est un volcan ravageur, prompt à exploser et à répandre ses scories meurtrières sur les villages alentours.
    L’échange, jusque là civil, entre deux dignitaires, s’est soudain métamorphosé en arène de lutte. Les grandes déclarations ont fusé : traîtrise, inconscience, délire, des énormités qu’ils ne pensaient pas réellement, mais qu’ils se sont jeté au visage avec virulence. C’était un engagement intéressant : la magicienne contre le guerrier. Un instant, j’ai hésité à intervenir, de peur qu’autre chose que des mots ne finissent par fuser. La seconde suivante, je me suis demandé s’ils ne couchaient pas ensemble. La chose ne me paraît réellement pas impossible. Comme je le disais, ils se connaissent depuis longtemps, par la force des choses. Ils sont l’un et l’autre séduisants dans leur genre, et au faîte de leurs compétences. En tout cas, leur pugilat avait tout d’une scène de ménage, je me sentais de trop, comme indiscret.
    Lathiriel a pris le dessus, elle manie évidemment bien mieux le verbe que le général, qui a davantage l’habitude de trancher dans le vif à grands coups de bâtarde. J’ai pensé qu’il allait se lever et claquer la porte, mais il s’est renfrogné. J’ai regretté de ne pas avoir mieux observé ma collègue : j’ai des leçons à prendre en matière de gestion de général mal embouché. Ma technique, celle du rocher dans la tempête, m’évite le pire, mais ne me permet pas de renverser le rapport de force. Cela dit, peut-être finirait-il par me taper dessus si je me permettais de lui tenir tête. Il est des choses qu’une ravissante demoiselle elfe peut se permettre, qu’un clerc humain fait mieux d’éviter. Déjà, mon sourire ne vaut pas le sien, je suis réaliste !
    Un silence de mort a succédé à leur rafraîchissante conversation, et je m’y suis finalement glissé, abordant la question non moins critique des clercs. Par tradition, l’ensemble du clergé lathandrite appartient en quelque sorte à l’armée. Tandis que nos paladins forment un corps séparé qui se place sous les ordres du général, les clercs se dispatchent un peu partout, en fonction des besoins. Souvent guérisseurs, ils n’hésitent cependant pas à se joindre à la bataille lorsque c’est nécessaire. S’ils n’ont pas la force de frappe d’un magicien offensif entraîné au combat, ils disposent d’une série de pouvoirs qui peuvent s’avérer utiles, surtout en cas d’apparitions mort-vivantes. D’accord, c’est relativement rare. Et Maelwedd semblait le penser, lui aussi. Même s’il a réglé le sort de mes hommes en quelques phrases laconiques des plus agréables, au moins mon intervention a-t-elle permis de désamorcer le conflit entre les deux autres, et la réunion a pu reprendre de manière plus productive.

    Cela dit, après mûre réflexion (et une bonne nuit), je suis surpris de cette attitude un peu générale qui vise à considérer les prêtres comme secondaires. Pour une cité qui s’est érigée en partie autour de ton culte, c’est pour le moins surprenant, ou inquiétant, peut-être. Je sais que les troubles dont nous avons été responsables, puis les derniers événements, n’ont pas contribué à faire des Lathandrites une force réellement respectable. Néanmoins… Néanmoins. Je dois y réfléchir.

    Et le jour me rappelle qu’il n’est plus temps pour moi d’écrire… Lathandre, merci pour cette nouvelle opportunité de faire avancer les choses. Je m’envole.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  15. #15
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 8ème jour de la troisième veille 1381 CV

    L’aube encore. Au moins brille-t-elle pour nous tous, chiens et dieux, enfants et dragons, pauvres et riches, clercs et coupe-jarrets. Loué sois-tu pour tant de beauté, chaque jour.

    Hier, j’ai succombé à ma terrible attraction, et je suis descendu dans le quartier des taudis. Comme tu le sais, il se situe à l’est de la cité, l’est où se lève le soleil, le lieu du renouveau. N’est-ce pas un paradoxe qu’il soit dès lors oublié de tous ? Je sais que tu nous dispenses ta lumière, et l’enthousiasme nécessaire, qu’ensuite c’est à nous, humains, elfes, nains, d’en user avec sagesse pour améliorer nos quotidiens. Je ne blâme personne : administrer une cité de taille est un défi perpétuel, et nous devons jouer avec les élans de chacun, humanistes et égoïstes, cruels et bienveillants. Nous sommes faibles en regard des Dieux qui vivent leurs principes comme autant d’absolus. Nous sommes vulnérables à la tentation, à la paresse, au vice. Tous. Du chef de la commanderie au maître du culte. Nous ne pouvons pas nous leurrer, et c’est ainsi que nous sommes plus forts : la conscience contrôle l’instinct.

    Lorsque je lui ai fait part de mon projet, Hector a poussé des hauts cris, exigeant que nous trouvions une patrouille complète pour nous escorter avant de tenter la promenade. Nous avons parlementé, et même s’il est resté respectueux, il était en colère. J’aurais pu lui imposer n’importe quoi. Il le sait bien. Mais je n’avais pas envie de mettre le garçon en difficulté, d’autant qu’il a certainement des comptes à rendre à quelqu’un de haut placé, sans doute Darren Flèche-Sombre en personne. Je l’ai donc envoyé nous chercher des renforts, tandis que je musardais, cloîtré dans mon sanctuaire. Bien évidemment, j’ai tout de suite été pris à partie par Marcus, qui quête éternellement mon aval dès qu’un conflit ou une décision nécessitent de trancher. L’affaire aurait été cocasse si elle n’avait été ridicule : deux clercs se disputaient une cellule particulièrement bien située. Optimiste, j’ai conseillé à Marcus de les réunir autour d’une table pour en discuter entre adultes doués de sagesse… A voir sa mine ce matin lors du rituel, je pense que ça ne s’est pas passé comme je l’escomptais. S’il me redemande mon avis, je lui dirai de tirer ça au jet de pièce, ou bien de les envoyer se battre sur une pelouse du jardin.
    Je plaisante, Lathandre.

    Hector est revenu avec deux gardes du Fort et nous avons pu entamer notre petite escapade. Les trois jeunes gens étaient aux aguets, les doigts serrés sur le manche de leurs armes, et j’étais vraiment désolé de leur infliger pareille angoisse, juste pour satisfaire une sorte de curiosité morbide. Je savais que nous avions injecté argent, énergie et savoir-faire dans quelques grands chantiers au sein des taudis, mais c’était bien peu de choses, face à l’ampleur de la tâche. Certaines initiatives s’étaient soldées par un échec cuisant, comme l’installation d’un avant-poste de la garde au cœur d’un des blocs les plus difficiles. On y avait mis le feu après deux jours, le rasant au niveau du sol, et vu la pauvreté de nos effectifs, Darren Flèche-Sombre s’était sagement opposé à une reconstruction immédiate. Mais il y avait désormais des patrouilles quotidiennes dans les rues, qui avaient déjà pu prouver leur utilité plus d’une fois. C’était une première étape.
    D’autres projets avaient été mieux reçu. Nous avions fait don d’une grande maison aux Ilmates, pour qu’ils puissent y installer un dispensaire (leur chapelle était vraiment trop exiguë pour accueillir efficacement les blessés), rénové un lavoir qui était désormais alimenté en eau propre (un énorme changement par rapport au liquide croupi qui servait aux lessives quelques mois plus tôt) et construit quelques maisons solides qui commençaient à accueillir des familles. L’allocation de ces demeures était un casse-tête des plus complexes, mais la personne qui en est responsable, Birgit Claireporte, est parfaitement compétente et, mieux, absolument intègre. Une nécessité dans ce bouge à ciel ouvert.

    Nos pas nous ont mené dans les coins les moins ravagés, Hector n’était pas près à me faire d’ouverture. J’ai respecté ses inquiétudes pour cette fois. De toute façon, ces rues sales et obscures, ces citoyens faméliques et revanchards, ces constructions insalubres suffisent à me rappeler que nous ne sommes nulle part.

    Je retrousse mes manches, Lathandre. Persévérance, optimisme, énergie. C’est parfois lourd à porter quand on n’est qu’un être humain.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  16. #16
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Marpenoth, 10ème jour de la troisième veille, 1381 CV


    Lathandre, bonjour.

    La journée d’hier a été particulièrement agitée. Je n’ai même pas eu le temps d’écrire. A peine l’aube levée, j’ai dû sauter à cheval pour rallier Dargyll. C’est ce village au Sud, en bord de rivière, où on a retrouvé un cimetière humain datant de bien avant l’arrivée des premiers colons. Je sais qu’ils y ont des problèmes épisodiques de mort-vivants, mais deux prêtres, une Lathandrite et un Chauntéen, y résident en permanence, et peuvent généralement renvoyer les squelettes et autres fantômes avant qu’ils ne se mettent en tête de se transformer en archiliches. Les raisons pour lesquelles ma présence était requise sur place m’apparaissait plutôt farfelue (une histoire de conflit, pour changer) et j’espérais qu’on n’allait pas compter sur moi pour gérer un revenant de grande puissance. Je sais foudroyer une goule en maraude, mais la chasse aux non-morts n’a jamais été ma spécialité. Je n’aime pas particulièrement ça. Mon tuteur à Eredhùn disait que j’avais peur de mourir. Je n’en sais rien, peut-être. Mais j’ai toujours préféré soigner et défendre qu’aller jouer de la masse dans les ossements.
    Bref, j’avais quand même relu quelques sortilèges utiles en matière de puissances occultes, et je suis arrivé sur place (avec une escorte composée de six gardes et quatre clercs, pourquoi faire discret quand on peut s’annoncer avec trompettes et tambours ?) (pas de mon fait, faut-il le préciser ?) avec un peu d’appréhension.

    Mais la situation est devenue plus mystérieuse encore quand il s’est avéré que personne ne se souvenait m’avoir appelé. Ni Kerun, le Chautéen, ni Uranie, la Lathandrite, ne m’avaient fait parvenir de pli, et il n’y avait aucun conflit entre eux. La chose m’a inquiétée, Hector aussi. Nous avons scruté les sous-bois avec appréhension, mais rien n’en est sorti. Peut-être était-ce une farce, une mauvaise blague, ou le souci sincère de quelqu’un qui voulait me faire profiter d’une petite journée au grand air. Je dois dire qu’il n’était pas désagréable d’arpenter la campagne, même si je déteste monter à cheval. Je suis persuadé que nous sommes faits pour aller sur nos deux jambes, elles sont si pratiques, si efficaces. Pourquoi s’embarrasser d’une créature puante et parfois hostile ? Bien sûr, ils nous évitent la fatigue, et nous permettent d’aller plus vite, plus loin. Symptôme d’une société qui se presse, qui ne veut pas prendre le temps des choses ? Pourquoi avoir toujours besoin de courir, de faire plus ? Ne peut-on pas profiter sainement de ce que notre corps nous permet ? Enfin. Tout ça pour dire que je n’aime pas les chevaux. Sire Iluvatar avait eu la bonté de me fournir une douce jument au délicieux tempérament, mais l’odeur était aussi révulsante qu’à l’ordinaire, et son pas chaloupé m’a donné la nausée. Je ne te parle même pas du trot… Enfers.

    Mais je parle pour ne rien dire, car rien ne se produisit. Comme j’avais fait le déplacement, j’ai arpenté le cimetière avec mes collègues, nous avons béni quelques tombes dont les âmes semblaient sur le point de se fâcher, préventivement, et avons fini par croiser un blême qui s’est carapaté dans les bois. Comme j’avais avec moi un jeune semeur d’aube fébrile, impatient de tester ses capacités sur le premier mort-vivant venu, nous l’avons laissé affronter sa première créature. C’était un peu ridicule. Sept braconniers confirmés contre un mulot timide.

    J’essayais de songer aux personnes auxquelles je m’étais ouvert de mes envies de pause. Hector savait que j’étais parfois las, comme Tybert, mais je les imaginais mal prendre de grandes initiatives de ce genre. Marcus aussi, devait le sentir. Les clercs sont sensibles aux humeurs, par profession, nous apprenons à lire les autres. Mais Marcus avait besoin de moi, c’était justement notre journée au sein du sanctuaire, à régler les problèmes pratiques : il ne m’aurait jamais envoyé au loin…
    Non, l’explication la plus logique était que quelqu’un de moins bienveillant avait cherché à m’écarter de Luménis pour une journée, histoire d’avancer dans son propre agenda sans que je puisse constituer un obstacle.
    La question me turlupina pendant toute la route du retour, mais je fus bien obligé de constater, en rentrant, que la ville était toujours debout.

    Mais j’ai l’intention d’élucider cette affaire aujourd’hui… Les Megrall, Maelwedd, le Conseil. Je n’ai pas 36 coupables dans mes dossiers.
    Lathandre, merci pour l’aube, je disparais dès à présent.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  17. #17
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar, 1er jour de la première veille, 1381 CV

    Uktar est arrivé sans se presser, sans s’annoncer, il fait désormais froid et le soleil n’est plus qu’un souvenir que nous chérirons jusqu’au bourgeonnement. J’exagère quelque peu. Je sais qu’il pointera son nez de temps en temps, pâle dans un ciel gris, pour nous remonter le moral.

    Les événements d’avant-hier ont pris une tournure plutôt imprévisible : Marcus est persuadé que je me suis défilé volontairement, pour l’obliger à prendre ses responsabilités dans la tenue du temple. J’ai eu beau démentir la chose, il n’en démord pas et m’a enjoint de me montrer moins radical quand j’essaie d’enseigner quelque chose à quelqu’un. Bref, le résultat des courses est qu’il ne veut plus de mon aide dans les semaines à venir. Le message est passé, dit-il. Je dois dire que je me réjouis de sa subite émancipation, mais je ne pensais pas qu’elle se ferait au prix de notre entente. Certes, je sais que les choses se tasseront. Mais être accusé d’une supercherie de ce genre me décontenance grandement, d’autant que je n’ai pas découvert le coupable. Au Temple, évidemment, tout le monde s’en défend. Le Conseil ne s’est pas réuni et n’a pris aucune décision en mon absence. Dame Lathiriel a donné cours toute la journée, et Longuehune a géré des affaires diverses depuis la Capitainerie. Maelwedd était en déplacement avec une partie de l’infanterie luménienne, là aussi, rien à signaler. Je n’ai pas osé frapper à la porte des Megrall, je le reconnais. Mais je ne vois pas ce qu’ils auraient pu fomenter de bien spectaculaire en n’impliquant aucune des personnes de pouvoir présentes dans mon entourage ! Bref, le mystère reste entier, il s’éclairera tôt ou tard. L’aube, après la nuit, tu sais bien…

    Hier, je suis allé passer quelques heures avec les fonctionnaires des naturalisations, histoire de compulser leurs registres et d’observer les tendances d’immigration. Je dois dire que pour l’instant, nous ouvrons nos portes aux quatre vents, naturalisant tout qui montre patte blanche. C’est la stratégie risquée d’une cité exsangue, je le sais, et nous devrons tôt ou tard redevenir un peu plus regardants quant aux personnes qui rejoignent nos rangs. Des agents sont sensés contrôler les nouveaux arrivés tous les deux mois pendant les six premiers de leur résidence. C’est peu de chose, et relativement impraticable, de surcroît. Mais je ne devrais pas me montrer si méfiant… La plupart de ces citoyens viennent des campagnes environnantes, parfois de régions plus septentrionales, mais dans l’ensemble, ce sont de braves gens, des paysans qui cherchent un nouvel élan, des sixièmes fils, des brebis égarées. Pas de nécromant embusqué, pas de talosien révolté, pas de vampire en habits de fermière. Mais voilà… Le passé nous a appris qu’entre la naïveté et la sagesse, l’optimisme doit prendre ses précautions. Les lendemains ne seront meilleurs que si nous ouvrons l’œil. Sans tomber dans les travers helmites, cela s’entend.

    Bref, le nombre d’entrants s’est finalement stabilisé, retrouvant un rythme apparemment comparable à celui que Luménis a connu peu avant le débarquement morféen. Beaucoup d’humains, beaucoup de jeunes, beaucoup de personnes sans instruction, sans religion sinon celle de la pluie et du beau temps. En parlant de Dieux, j’ai croisé un helmite sur les marches du salon des naturalisations, qui a essayé de faire comme s’il passait par là par hasard, mais je n’ai pas été dupe. Le recrutement prend des allures plus agressives que prévu, et Orden n’a toujours pas répondu à mon invitation, évidemment… Jouer aux poules gourmandes devant une dizaine de grains de blé, ce n’est pas vraiment mon activité favorite. Qu’espère-t-il à racoler les nouveaux venus ? C’est pathétique.
    Enfin, je ne me suis pas emporté, ce n’était rien d’illégal. Je ne sais pas pourquoi ces choses m’énervent à ce point. Qu’Orden recrute autant qu’il veut, et comme il le désire.

    Je vais déjà m’éloigner, Lathandre. Je suis attendu au Palais de Justice pour plusieurs affaires d’importance, ce matin, et je ne peux pas m’éterniser bien au chaud. Que la pluie tombe n’est pas une excuse suffisante pour me défiler.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  18. #18
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar, 2ème jour de la première veille, 1381 CV


    Lumière diffuse dans les nuages noirs, le ciel a tonné toute la nuit. L’aube est restée invisible sous l’averse, et les éclairs ont fusé. Talos est en colère, pourquoi, je l’ignore. Les Melandiens doivent avoir commis quelque crime blasphématoire pour que le firmament se fende de la sorte.

    Ma journée au Palais de Justice n’a rien eu de passionnant. J’ai assisté à quelques procès, discuté du cas de certains des prisonniers les plus problématiques avec la juge Garnell et son collègue Cyprian d’Haradhar. Rien que nous ne puissions trancher sans les opinions de Longuehune et de Lathiriel, de toute façon, donc nous n’avons pas véritablement avancé, tout au plus défriché les dossiers, systématisé certains éléments… Le cas le plus complexe est évidemment celui de d’Orrik, cet ancien suppôt de Nwalk qui nous a aidés à faire tomber les dernières poches de fidèles lorsque le tyran s’est enfui. Il l’a fait pour rester en vie, mais escompte évidemment bien plus. Je le pense noir d’encre au fond de lui-même, opportuniste et sans le moindre regret. Mais il n’en montre rien, évidemment. Il apparaît repentant, confus, ne comprend pas ce qui lui a pris, et, Lathandre, je devrais y être sensible ! Après tout, tu professes les renouveaux, les seconds départs, les deuxièmes chances… En n’offrant pas l’opportunité à d’Orrik de se redéfinir, je m’écarte de ton dogme, moi qui suis sensé en être le meilleur représentant. Ah, j’aimerais me dédouaner de cette décision sur mes collègues conseillers, mais ils me laisseront le dernier mot. C’est mon boulot. Et je ne veux pas être suspicieux à tout crin. Nous verrons. Sans doute le laisserons-nous sortir, tout en gardant un œil sur ses agissements. Ce qui me fait penser aux services secrets qui sont toujours à l’arrêt… Encore du pain sur la planche, qui s’en plaindrait…

    Hier soir, j’ai fait une entorse à mes habitudes, et j’ai mangé en solitaire dans mes appartements. Je sais que ce n’est pas une bonne idée, quand on broie un peu de ténèbres, et que j’aurais dû me requinquer dans la fraternité lumineuse de mes pairs. Mais j’avais un léger mal de crâne, j’appréhendais les regards noirs de Marcus, et je sais que Sterpin et Ludivine me cherchaient pour quoi d’autre sinon se plaindre. Apparemment, certains des plus jeunes s’entraînent au combat sur les toits au-dessus de la petite bibliothèque, troublant leurs lectures. Quel sacrilège. Avec la pluie, de toute façon, ils seront tranquilles.

    J’ai donc profité de la tranquillité confinée de cette petite salle à manger austère pour savourer le repas avec plus d’acuité que d’ordinaire, et tenter de goûter au silence. C’est curieux comme on peut parfois être au cœur des choses, reconnu par la multitude, et en même temps, complètement seul. Je ne te compte pas, Lathandre, tu sais ça, mais tu sais aussi que rien ne remplace les êtres de chair, quand il s’agit de trouver ce réconfort brut, viscéral, qui s’échange par des gestes ou des regards. Je ne veux pas te manquer de respect. Ou suggérer que tu me ferais défaut. Ce n’est pas de cela qu’il s’agit.
    On accepte une position publique, on grimpe tant bien que mal sur le piédestal qu’on nous a construit. On hoche la tête. On représente.
    A qui puis-je dire que je doute ?
    A plus personne.

    Quand j’étais novice, à Eredhùn, nous avions Jaline. C’était une grande femme brune, au visage ingrat, au corps trop musclé pour plaire, à la voix douce comme de l’eau de source par une chaude journée de canicule. Elle maniait le fléau avec dextérité, soignait nos blessures dans des éclats de lumière, te louait en choisissant chacun de ses mots. Nous étions une vingtaine de petits cabris désordonnés, perdus, cherchant nos mères dans les murs chatoyants du temple. Elle prenait toujours le temps de nous écouter et de nous étreindre. Elle nous a accompagnés pendant des années, alors que nous quittions l’enfance pour gagner la période trouble qui mène à l’âge adulte, lorsque les transformations du corps et de l’esprit ne peuvent qu’effrayer le plus courageux des hommes. Je sais qu’elle est morte il y a cinq ans. Je la pensais presque immortelle. Le courrier que j’ai reçu était assez laconique, Molwen l’est toujours, sauf quand il doit se plaindre de moi, dirait-on. Une histoire de goules dans les marais. J’aurais imaginé que quelqu’un la relèverait, mais les clercs capables de ramener un être à la vie sont de plus en plus rares. Je l’aurais fait, si j’en avais été informé, si j’avais pu la trouver… Mais le temps que la missive me parvienne, Jaline était hors de notre monde. Auprès de toi, Lathandre. Nous ne craignons pas la mort, elle n’est qu’un nouveau commencement. Bien sûr. Mais nous craignons la solitude. Nous craignons de perdre ceux qui nous sont chers. D’envisager la vie sans eux. Un petit creux supplémentaire. Une place qui se vide, impossible à combler. Jaline m’écoutait encore alors que j’avais presque 25 ans. Parfois elle se moquait de moi. Aujourd’hui, c’est à moi qu’on parle.
    Alors je te parle à toi.
    J’aimerais te dire que c’est la même chose, que cela me suffit.
    Tu saurais que c’est un mensonge.
    Alors je me présente nu, comme de coutume. Je ne t’abuserai pas. Je ne le désire pas.

    Hier soir, je me suis couché sans savoir comment je parviendrais à m’endormir. J’étais angoissé, c’est stupide. Le sommeil est venu grâce à la valériane, un piège, évidemment. Mais je n’ai pas eu le choix. Plus personne ne peut m’entendre, car je ne peux pas faillir.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  19. #19
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar, 3ème jour de la première veille, 1381 CV

    Nuages sombres à nouveau. Bénie soit l’aube, même invisible. Le soleil ne se laisse jamais décourager par l’ombre et derrière sa barrière de nuages, à l’abri, il resplendit. Loué sois-tu, Lathandre, pour les surprises de la vie, les renouveaux, l’espoir, dont tu nous gratifies chaque jour.

    J’ai fait une rencontre imprévue, hier, au Palais de Justice. Je m’y trouvais pour des raisons futiles, à vrai dire, des documents à signer, un plaisir. En discutant avec un greffier, j’ai découvert d’une séance d’adoption allait avoir lieu, impliquant un enfant nommé Victor Desmoulins. Le nom te dit peut-être quelque chose. Son père était sergent dans la garde luménienne. Il est mort pendant les troubles.
    C’était un homme que je connaissais peu, mais une figure de mon quotidien, avant le coup d’état. Il patrouillait souvent dans les coins difficiles des taudis. C’était un homme honorable et ferme, empli de compassion aux moments cruciaux, mais qui savait être inébranlable quand nécessaire. Il était intègre aussi, et dégoûté par la corruption rampante et les inégalités flagrantes dont il était témoin. Mais il avait décidé d’agir à son échelle, en bossant de son mieux, comme moi. Nous ne nous sommes pratiquement jamais parlé, en réalité, mais nous avions du respect l’un pour l’autre. Il était plus jeune que moi, sans doute plus idéaliste et plus révolté, qu’en sais-je, en réalité ? Toujours est-il qu’au jour de la prise de pouvoir du Melandien, il a pris son parti. Je ne l’ai pas su, bien sûr. J’ai été arrêté avant même les premiers affrontements.

    Desmoulins m’a sauvé la vie, pendant la dictature. Je n’aurais sans doute pas dû raconter cette histoire à son enfant. Je me sens un peu égoïste de l’avoir fait, même si parler m’a fait beaucoup de bien, sur le moment. Il voulait savoir, mais j’ai l’impression de m’être engagé dans la brèche sans réfléchir au bénéfice qu’il en tirerait. Heureusement, il a eu l’air de n’en retenir que les bons aspects et cela a éclairé mon comportement maladroit qui l’avait troublé peu auparavant.

    Nwalk avait décidé de tuer tout ce qui traînait dans ses caves. Il savait quels opposants lui étaient précieux, lesquels étaient négligeables. J’imagine qu’il était suffisamment assis sur le pouvoir pour se laisser aller à quelques massacres. Nous n’avions plus d’importance. Les soldats nous ont tiré de nos cellules au crépuscule, un moment néfaste, chargé, un instant du jour qui pue la mort et le néant. Un à un, nous avons été menés dans la cour du fort, la lueur de quelques torches éclairant les visages sinistres de nos bourreaux. Nous n’avions pas vraiment d’espoir. Derrière moi, quelqu’un pleurait. Devant moi, c’était la nuit, parfois un cri étouffé. Les hostilités avaient lieu hors de vue, mais j’entendais des sons étouffés de mauvaise augure. J’étais dehors pour la première fois depuis des mois.
    Quand je suis entré dans le halo de lumière, aveuglé, j’ai discerné le visage de quelques gardes. Un d’entre eux tenait un capuchon, pour me plonger dans les ténèbres avant le coup de grâce, et j’ai reculé. « Pas lui, amenez-le par ici. » a dit une voix, celle de Desmoulins, dont j’ai croisé le regard, j’étais incrédule, il était embarrassé, et ça n’a pas été plus loin. On m’a fait monter dans un chariot et quelques heures plus tard, j’étais dans une cellule commune, dans la prison des quais. Prisonnier, mais vivant. Surtout vivant. Cela change tout évidemment. La peur et l’angoisse, le désespoir, sont encore là, il faut les gérer, y survivre, les combattre sans cesse. Mais un lendemain lumineux reste possible. La mort apporte la paix et le néant.

    En racontant cette histoire au petit Victor, j’ai soudain réalisé qu’il pourrait prendre conscience du revers de mon sauvetage. D’autres hommes et femmes étaient avec moi, ce soir-là, certains viciés jusqu’à la moelle, d’autres aussi bienveillants que moi. Et Desmoulins ne les a pas protégés, pas défendus, pas sauvés. Il s’est contenté de regarder ces gens aller à la mort, comme l’avait voulu le tyran. Je ne le blâme pas. La vie est quelque chose de complexe, Desmoulins avait été trompé, et il avait un rôle à jouer là où il se trouvait. Il restait une force positive dans un océan de noirceur, sans doute. Au jour opportun, il a su se libérer des chaînes dont l’avait chargé le monstre melandien, et se battre, et se donner, pour ce qu’il pensait juste. Mais Victor aurait pu lire les choses autrement. Il ne l’a pas fait. Lathandre, sois-tu remercié pour cela, je ne me le serais pas pardonné.

    Je vais retourner à ma tâche. Un peu plus léger, un peu plus lourd. La vie est faite de ces instants, de ces rencontres furtives, j’espère que je pourrai un peu aider le fils de Camille. J’espère que je n’aurai jamais à lui sauver la vie, cependant.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  20. #20
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar, 4ème jour de la première veille, 1381 CV

    Lathandre, sois béni pour la lumière. Béni pour nous prouver que les ténèbres peuvent être défaites. Que jamais la nuit n’est éternelle. Lathandre, sois loué pour les couleurs que prend le ciel, même au cœur de l’orage. Sois béni pour le sens que tu as donné à ma vie.

    J’aurais dû me douter que me remémorer certains épisodes de la dictature en ramènerait d’autres. On est jamais à l’abri du souvenir, quand il vous surprend soudain au cours d’une conversation, entre deux actions banales, à l’endroit le plus anodin. Longuehune va finir par penser que je suis une petite nature. Hier, nous étions chez lui, de passage, pour jeter un œil aux plans que Dorian Cheveux-de-Jais a concoctés pour la statue commémorative du quartier ouest. Je ne suis pas expert en esthétique, un comble pour un Lathandrite, sans doute, et j’étais donc ravi de laisser mes deux compagnons trancher. Je pense que l’allégorie est réussie, cela dit, en tout cas, elle m’a touché plus que je ne l’aurais imaginé. Et du coup, j’ai dû sortir prendre l’air. Lathiriel, qui est charmante mais un peu égocentrée, ne s’est sans doute pas posé de questions. Mais rien n’échappe à Longuehune. Evidemment, ils ont peut-être simplement cru que n’ayant pas d’avis, je préférais aller me promener. Mais il pleuvait à verses dehors, et la petite corniche qui borde son bureau offre une protection pour le moins précaire contre les torrents du ciel. Peu crédible.
    J’aime quand le monde se fait le reflet de mon âme. Je sais que c’est une illusion, mais on se sent subitement moins seul, comme si quelque chose de fondamental, de puissant, d’omniprésent, avait eu la décence de se mettre au diapason de ce que l’on ressent. Personne n’est évidemment assez important pour susciter une telle symbiose. Mais parfois, quand le soleil brille alors qu’on est brisé de l’intérieur, on a l’impression d’être insulté, méprisé, incompris. C’est ridicule, je sais. Le soleil nous invite juste à retrouver espoir. Simplement, parfois, on se laisse aller.

    Hier. Cette ville. Cet océan. Il y a un an.

    Ils sont arrivés à la nuit, ils étaient six. Leur maître était retors mais subtil. Et même s’il n’avait jamais jeté que des regards méprisants dans ma direction, il savait que je n’étais pas complètement négligeable. Que si j’étais surtout connu pour soulager les maux et panser les âmes, j’étais clerc de formation, capable de me battre avec autre chose que des sermons. Cependant, je dois l’avouer, je n’ai jamais été un guerrier dans l’âme. Je ne suis pas très adroit, je manque d’endurance, et je compense vaguement par une force brute qui ne m’inspire pas terriblement. Mais je peux défendre ma peau s’il le faut. Je sais comment faire.
    J’étais dans ce dispensaire minable que nous avions ouvert, avec l’aide de Margriet, dans la rue des Suifs, cette artère saumâtre et répugnante qui relie l’abattoir à la petite place où traînent les fabricants de bougies. Une femme avait accouché d’un bébé malingre deux jours plus tôt, avant de prendre la tangente en nous laissant la petite chose grise sur les bras, crevant de faim. Margriet savait, comme moi, que nous n’allions pas pouvoir sauver l’enfant. C’était une petite fille. Je préfère ne pas m’en souvenir.
    Il m’aurait fallu un sortilège pour la faire vieillir de deux ans en quelques secondes, l’amener au-delà de ces premières semaines fatidiques. Nous n’avions rien à lui donner. Du lait de chèvre qui lui perçait les entrailles. Je sentais que Margriet avait envie de la noyer, et dans les circonstances, c’était peut-être la chose la plus humaine à faire. Mais Lathandre, il restait toujours l’espoir, l’espoir même face à la détresse, moi, je ne pouvais pas baisser les bras. J’espérais que nous trouverions une nourrice, même si nous n’avions rien à lui offrir, une bénédiction fragile, nos remerciements, la sensation d’avoir bien agi. Des monnaies qui n’ont pas cours dans le quartier des taudis.
    En réalité, je ne sais pas ce qu’est devenu l’enfant. Soit elle est morte vite, d’un coup, grâce à la mansuétude cruelle d’un des roublards qui me cherchaient. Soit elle a agonisé, solitaire, dans son lit de fortune, tandis que les rats se félicitaient déjà du festin. J’espère qu’elle profite de ta lumière, aujourd’hui, dans tes Elysées rougeoyants.
    Margriet, elle, a été égorgée sur le pas de la porte. Ils ont frappé, simplement, comptant sur notre superbe naïveté. Les derniers événements l’avaient quelque peu mise à mal, mais pas suffisamment. Ils sont entrés en enjambant son petit corps, sont venus dans la salle où je travaillais, et m’ont suggéré de me rendre.
    Je lisais la mort dans ces regards voilés. Je savais qui les avait envoyés. Je n’avais pas l’habitude de me promener avec une masse à la ceinture, mais j’ai saisi ce que je pouvais dans mon environnement. J’ai incanté, mais quand on est seul, avec une table branlante pour protéger ses arrières… Si j’en ai mis deux au sol, c’est qu’ils ne voulaient pas me tuer. J’ai pris un mauvais coup sur la tempe, et ça a été la nuit.

    On dit parfois qu’on oublie les quelques minutes qui précèdent un choc. Je n’ai rien oublié. J’aurais aimé oublier, pourtant, cette enfant qui mourait. Peut-être l’entendrais-je moins souvent pleurer dans le noir, quand le sommeil me fuit et que le ciel est encore sombre.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  21. #21
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar, 5ème jour de la première veille, 1381 CV

    Lathandre, merci pour l’énergie dont tu me gratifies, encore et encore. Certains jours, j’ai du mal à la saisir, mais d’autres, elle rayonne entre mes doigts. Même quand tout me semble noir, je sais qu’il y a toujours de l’espoir. C’est essentiel.

    J’ai filé un mauvais coton, ces derniers jours. Mes pairs s’en sont rendu compte, ils sont plus subtils que je le crois, et j’ai profité de leur sollicitude sans le réaliser. Puis le soleil a crevé les nuages, comme toujours.

    Tybert est amoureux. Je l’ai découvert d’une manière complètement imprévue, mais plutôt cocasse. Nous avons dans les jardins du temple toute une série de fleurs sensibles à l’aube, qui ouvrent leurs corolles au petit matin pour saluer ta puissance et le retour du matin. En automne, certaines tulipes tardives rougeoient encore dans les parterres, ultimes vestiges de saisons plus radieuses, avant l’hiver. Notre jardinière, Garance, y tient comme à la prunelle de ses yeux. C’est une prêtresse de Chauntéa que nous abritons en nos murs depuis quelques mois, et qui nous rend de grands services. Elle sait, comme moi, combien la déesse de la fécondité t’est chère, et elle chante les louanges de l’aurore avec nous, chaque jour, sans arrière pensée.
    Elle est venue me trouver hier après-midi, hors d’elle : on lui avait coupé une douzaine de tulipes pourpres, juste à l’est de la fontaine, dans l’ombre qu’on ne distingue pas depuis le temple. Je me suis rendu sur place, avec Markus, pour contempler l’infamie. Je dois dire que j’ai trouvé ça plutôt drôle, au milieu de la série de nouvelles sinistres qui sont mon quotidien, c’était un larcin assez original. Mais nous avons promis à Garance de mener notre enquête. Elle avait l’air prête à décapiter le coupable d’un coup de couteau et nous avons fui vers le temple, contenant difficilement notre hilarité.
    Je ne m’attendais évidemment pas à trouver les fleurs en question dans les mains de mon secrétaire, sur les marches du sanctuaire, dix minutes plus tard. C’était son jour de congé, il avait bien le droit d’aller musarder dans les rues, mais lorsque je l’ai vu, transportant sans inquiétude le fruit de son méfait, je n’ai pu m’empêcher d’intervenir. Je n’ai pas été trop pontifiant, je pense. Lui était rouge pivoine, presque identique à ses tulipes assassinées. Je lui ai conseillé de se procurer ses bouquets ailleurs, la prochaine fois, et d’éviter de parader avec les petites chéries de Garance tant qu’il se trouverait dans les parages. Je pense qu’il était reconnaissant. Je n’en sais rien. En tout cas, il avait troqué son aube contre une tenue assez élégante, et honnêtement, je ne peux pas l’en blâmer !
    Je me demande qui est l’heureuse élue. Et j’espère qu’il va rester concentré.
    Lathandre, tu sais que c’est mal parti. Mais je lui fais confiance, bien sûr.

    Je ne me souviens pas de la dernière fois que j’ai été amoureux. Peut-être ne l’ai-je jamais été. Ou bien je refuse simplement de mettre ce mot sur des épisodes qui n’ont pas tourné comme je l’espérais. Aujourd’hui que l’âge me rattrape en tirant la cloche d’alarme, je n’en ai vraisemblablement plus le temps. Il me reste à offrir ma bénédiction à Tybert, en espérant qu’il a placé ses affections un peu plus adroitement que je l’ai fait autrefois. La sagesse, en ces matières, n’est que rarement bonne conseillère. Sans doute a-t-il plus de chances d’exceller que moi.

    J’ai vu des architectes, hier, à propos des réparations à effectuer sur nos murailles. Je n’y connais pas grand chose en vieilles pierres, encore moins lorsqu’elles ont une fonction purement défensive et utilitaire, j’ai donc consenti à me faire accompagner par Maelwedd. Je lui ai laissé la main, il était content de voir que je peux m’effacer quand c’est nécessaire. J’ai essayé de retenir certaines des choses qui se sont échangées. J’ai bonne mémoire, c’est une chance, et je ne suis pas trop stupide, je pense donc avoir saisi l’essentiel. De là à donner mon avis, nous n’y sommes pas encore, et j’y retourne aujourd’hui, pour discuter, le croirais-tu, de dispositifs de contre-siège. Oui, ça existe.

    Et Nora Felden semble avoir trouvé des recrues. Je dois la voir après-demain pour établir les priorités des services secrets, après consultation avec mes deux homologues, mais c’est pour demain, ça. J’anticipe, je vais m’écrouler !

    Douce journée, Lathandre. Je me sens un peu mieux.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  22. #22
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar, 6ème jour de la première veille 1381 CV

    Sois loué, Lathandre, pour la vie que le jour ramène, pour ce qui nous inonde et nous transporte, ce qui nous coupe le souffle, nous émeut. Sois loué pour l’énergie qui chaque matin se répand dans mes veines, alors que le soleil point à l’est après une nuit d’oubli.

    La journée d’hier s’est révélée riche en rebondissements. La dernière fois que le Conseil s’est rassemblé, nous avons décidé d’ouvrir une sorte de guichet populaire au Palais Présidentiel, où les citoyens luméniens peuvent venir nous interpeller en personne, une fois par veille, pendant toute une journée. Nous nous relayons : je prends les premières veilles, Théobald les secondes, Lathiriel (qui n’est pas très motivée), les troisièmes. Hier, c’était donc l’ouverture officielle de cette petite initiative, je pensais que le mot ne s’était pas encore répandu dans les rues, que je passerais la journée dans cette petite pièce tranquille, à compulser des documents divers, et que trois quatre personnes viendraient à ma rencontre pour me présenter leurs doléances. Je ne pouvais pas me tromper davantage.

    Je suis arrivé une demi-heure après l’aube, et il y avait déjà plus de vingt citoyens sur les marches du palais. La vision m’a inquiété, Hector davantage, mais pour d’autres raisons, puis nous nous sommes glissés à l’intérieur. J’avais prévu un service de sécurité acceptable pour encadrer les choses, je suis optimiste mais je n’ai pas particulièrement envie de me faire agresser par un citadin mécontent, et je leur ai laissé Hector tandis que j’allais m’installer, demandant au passage à un des serviteurs présents d’aller me chercher un thé corsé. J’avais dans l’idée qu’un peu d’énergie supplémentaire ne serait pas un luxe.

    Ils ont finalement défilé toute la journée, sans interruption, j’ai même dû manger à la va-vite en écoutant une vieille femme me parler des problèmes qu’elle avait avec son voisin qui n’aimait pas les chats. J’en ai vu de toutes les couleurs et de tous les genres, depuis l’homme qui se plaint des fréquentations de sa femme, jusqu’au riverain de la Bienveillance ne supportant plus les odeurs qui s’en échappent, en passant par le pêcheur qui trouve que les poissons se font rares dans les criques autour de la cité. On s’est plaint des prières trop matinales du sanctuaire de Lathandre, de la nouvelle apparence du Palais de Justice, de l’impolitesse de la garde, de la soupe servie au Fond de la Barrique, de la qualité des prostituées de la maison close (j’ai mis celui-là dehors, faut pas pousser non plus), des tenues de Dame Lathiriel (sans rire), des égouts qui refoulent (ce n’est pas faux), de la présence de marchands de potions véreux dans le quartier portuaire, de la qualité des fripes vendues chez l’un des tailleurs les plus célèbres de la cité. Onze personnes m’ont dénoncé des voisins comme étant, dans le désordre, des Morféens, des Sharites, des Taloniens, des Mélandiens et même, tiens-toi bien, Lathandre, des nains ! Sainte horreur, des nains ! Et j’oublie bien sûr le jeune homme effrayé qui m’a dit qu’il y avait un dracoliche dans les égouts. Le célèbre dracoliche de Luménis, tu vois bien, j’imagine. Une jeune femme désespérée m’a demandé de lui donner des conseils pour éduquer ses triplés (lesquels ont réussi à casser deux chaises pendant leur court temps de passage dans mon bureau), une vieille femme m’a imploré de venir exorciser le fantôme de son mari qui la harcèle toutes les nuits (je vais lui envoyer Sterpin, je pense), un homme a proposé de m’acheter un filtre d’amour. Plusieurs marchands m’ont démarché, évidemment. Des tapis pour le sanctuaire, des casseroles pour le palais, une épée longue pour le Conseiller (pardon, mais je suis clerc, on ne vous a donc rien appris ?). Un jeune artiste gnome m’a présenté des plans intéressants pour une statue commémorative des troubles du quartier ouest (que nous avons heureusement déjà commandée ailleurs !) (l’art moderne m’échappe totalement). Bon, certaines de leurs doléances étaient plus sérieuses. Le culte de Gond s’est manifesté pour demander une reconnaissance officielle. Il y a des travaux de pavage à réaliser dans plusieurs quartiers, et sans doute de la médiation à opérer à certains endroits, notamment là où des communautés aux mœurs différentes entrent en contact de manière un peu trop frontale. Mais je ne peux pas métamorphoser l’automne en printemps, je ne vais pas faire abattre le Bosquet du port, je ne peux rien faire pour la qualité de la nourriture ici et là.

    A défaut de sauver le monde, j’ai ri. Et j’ai écouté tout le monde, et quand je le pouvais, j’ai essayé de dispenser ma sagesse. La tienne. Mais je souhaite bien du plaisir à Longuehune la veille prochaine. Quant à Dame Lathiriel… Si elle ne désintègre pas les plaideurs, je m’estimerai heureux.

    Aujourd’hui, je vois Darren Flèche-Sombre pour les priorités de sécurité intérieure. Et il est sans doute déjà en train de se demander comment des êtres aussi paresseux que les humains ont pu connaître une telle croissance… Je file.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  23. #23
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar, 7ème jour de la première veille, 1381 CV

    Aube. Les nuages s’écartent pour laisser passer le soleil, l’accueillent d’un arc en ciel fantasmagorique. Puis c’est le jour et nous retournons vaquer à nos existences. Un peu plus lumineux.

    Darren Flèche-Sombre est un elfe sauvage plutôt atypique. Ses pairs ont la réputation d’être des créatures farouches et suspicieuses, hantant les bosquets sombres de forêts inextricables. Pourtant, il semble s’être débarrassé de la méfiance de ses ancêtres pour devenir un interlocuteur des plus affables. On le dit meurtrier en combat singulier, encore davantage lorsqu’il a l’opportunité de tendre une embuscade. J’étais donc aux aguets en pénétrant dans son bureau, hier matin, embarrassé de mon retard. Il sirotait une boisson fumante devant une bonne flambée et m’a décoché un sourire qui ne m’a pas mis plus à l’aise.
    Il faut dire que mes relations avec les gradés du fort sont particulièrement chaotiques. Entre Maelwedd qui me prend pour un allumé pacifiste et décérébré et Nora Felden qui me reproche de ne pas me soucier suffisamment de ma sécurité, je me sens toujours menacé en gagnant l’enceinte sinistre de la citadelle. Heureusement, ces gens sont compétents. Je peux donc les éviter comme la peste sans craindre que cela mette Luménis en danger.
    Mais Flèche-Sombre est le responsable de la sécurité en ville, le chef de la garde, et une personne que je me dois de rencontrer régulièrement. Heureusement, il s’est montré ouvert dès le premier abord, et s’est efforcé de me démontrer sa bienveillance. Il faut croire que mon aversion pour le fort est connue de tous, je ne suis pas certain que ce soit une bonne nouvelle. Je devrais peut-être me trouver un assistant, quelqu’un à qui je pourrais déléguer tout ce qui touche aux contacts directs avec les officiers. Je le brieferais sur les décisions à prendre, puis je l’enverrais seul au feu, tandis que je profiterais de mon lit ou des jardins sous la pluie. C’est lâche, d’accord. Et un intermédiaire de plus ne nous ferait pas gagner de temps. Sans parler de la tâche impossible de trouver la perle rare capable de tenir tête à Maelwedd.

    Mais revenons à Flèche-Sombre. Après m’avoir offert une tasse de son breuvage (apparemment, du mill’anoell’mhun, ne pose pas de questions, Lathandre, ou alors va les poser à la Seldarine) (je n’en ai pas posé, mais je pense que c’était de la menthe, du miel, une touche de poivre rose, et de l’huile de noisette) (épaté, hein ?), il m’a proposé de passer aux choses sérieuses et nous avons déroulé un plan de la ville. Comme prévu, le gros des problèmes se concentre toujours dans le quartier des taudis. Il y a parfois un peu de grabuge dans le complexe portuaire, quand une transaction commerciale se déroule mal, ou quand des marins éméchés créent des remous, mais cela reste gérable. Des problèmes de vol, aussi, et nous avons convenu de mettre les services secrets sur le dossier. Apparemment, des rumeurs font état d’une guilde de voleurs en gestation, peut-être déjà opérationnelle. Qu’il y ait quelques bandes organisées, ce n’est pas une surprise, mais si une réelle guilde commence à travailler dans nos rues, c’est de la criminalité à une autre échelle. Bref, Nora Felden devra s’en occuper dans un premier temps, Flèche-Sombre n’a pas assez d’hommes pour ça.
    Le quartier sud est très calme, on y rapporte parfois une agression, voire un cambriolage, mais la plupart des nobles ont de quoi se payer un service de sécurité minimal, et les docks en deviennent autrement plus attirants pour les petites frappes. Le quartier du gouvernement est le plus sûr. Les taudis, par contre, étalent leur misère avec fracas. Vols, viols, meurtres, agressions multiples, incendies, enlèvements, rien n’y échappe, même si Flèche-Sombre m’a épargné les détails précis, il est clair que nous avons un nid de scorpions dans la fourmilière, et que nous devons y faire ça dans l’immédiat. Nous avons donc convenu d’une série de mesures, notamment d’alléger les patrouilles au nord et au sud pour les concentrer à l’est, et les projets de recensement ont refait surface. Il nous faudrait pour cela fermer les portes pendant quelques jours, le temps de procéder à un comptage et une identification de chaque citoyen, cela apparaît illusoire mais nécessaire.
    Heureusement, comme dirait Darren, l’hiver va paralyser les plus méchants. Quand il pleut, il vente, il neige, il gèle, même les assassins restent chez eux. Mais nous ne louons pas assez les hommes et les femmes de la garde, sans lesquels le chaos serait encore plus puissant qu’il ne l’est déjà.
    Et nous devons songer aux méthodes douces de redresser ces quartiers souffrants. La répression et le contrôle sont des pis-aller. Mais les finances ne suivent pas… Enfin. C’était une réunion productive, Lathandre, c’est déjà ça.

    Ma sœur Mélora m’a invité à manger, ce midi, et j’ai stupidement accepté. Je suis certain que nous ne serons pas les seuls Megrall à sa table. Bon sang, certains jours, je devrais me trouver un cerveau supplémentaire. Envoie-moi Tymora, veux-tu. Et je suis optimiste.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  24. #24
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar 8ème jour de la première veille, 1381 CV.

    Il fait gris, gris, gris. La pluie tombe sans discontinuer, et le vent soufflait de l’est, aujourd’hui. Résultat, des clercs trempés à l’aurore, et je sens que nous allons avoir plus d’un malade avant la fin de la journée. Personnellement, j’ai déjà froid jusqu’aux os.

    Comme je l’avais parié, le repas chez Mélora a été un fiasco retentissant. J’aime bien ma sœur, c’est la seule Megrall qui a un semblant de décence, mais elle a un côté « comploteur pour le bien de la communauté » potentiellement problématique. Et ça n’a pas manqué. Elle avait invité mes frères et notre vieux père. Apprenant que j’étais moi aussi convié, ce dernier avait bien heureusement décrété qu’il ne mettrait pas les pieds dans sa maison (elle m’a présenté la chose plus diplomatiquement, mentionnant un problème de goutte, mais je ne suis pas né de la dernière pluie), je n’avais donc que mes deux aînés, Siegmund et Ulrich, à affronter. Siegmund est l’aîné, il a près de 45 ans, est sec comme une branche, les yeux éternellement méfiants et la bouche éternellement pincée. C’est un homme qui se plaint avant même d’avoir réellement appréhendé les situations, par principe, par défaut, parce que la récrimination, comme la bile, lui vient aux lèvres dès le moment où il ouvre les yeux, le matin. C’est un travers que lui a enseigné son géniteur, le nôtre, je le plains, presque, mais je dois m’en défendre dès qu’il se retrouve face à moi. Ulrich est plus affable, c’est lui le démarcheur de l’équipe : il sourit, plaisante, séduit et arnaque avec aplomb. C’est un tandem des plus déplorables, Lathandre. Tu diras que je devrais avoir honte de charger ainsi ma famille. Que mes propos s’apparentent à la plus vilaine des diffamations. Mais je ne me le permets que parce que je sais que tu es un dieu bienveillant qui n’ira pas leur porter la misère. Et aussi pour que tu évites de faire affaire avec eux…

    Bref, je m’étais préparé à les voir, malgré le silence de Mélora quant à ses intentions. Malheureusent, ni son mari, ni ses trois enfants n’étaient présents, ils auraient pu faire diversion, mais le Manostien avait emmené sa marmaille en mer, comme c’est pratique, et les Megrall avaient le champ libre. J’aurais pu plaindre la diaphane épouse d’Ulrich, si elle n’avait été une vipère d’un calibre égal au sien. Je carrai donc les épaules pour affronter ma fratrie, et le repas ne fut qu’une longue attaque sur le gouvernement et bien sûr, mon rôle au sein de celui-ci. J’aurais pu jouer au plus malin et entrer dans la danse avec quelques réflexions bien senties sur leur position trouble, pour ne pas dire suspecte, pour ne pas dire coupable, pendant la dictature, mais je suis resté de marbre.

    On m’a surnommé Garde-Pensée très tôt, quand j’étais novice à Eredhùn, pour plusieurs raisons. La première était ma propension à être le dépositaire de mille secrets, que je ne révélais à personne. Mon superviseur, Graham, dont je parlerai certainement, avait l’habitude de dire que même sous la torture, je ne lâcherais pas ce que je savais, aussi trivial cela soit-il parfois. La seconde raison était ma capacité à conserver un visage neutre en toute occasion, même lorsque les débats ou les discours auxquels j’assistais heurtaient mes valeurs. Le roc, j’en ai déjà parlé, ma technique face à Megrall. Cela fait de moi un mauvais disputant, je n’ai pas appris à répondre du tac au tac quand on m’agresse verbalement, je suis plutôt du genre à laisser courir. En général.

    J’ai donc écouté mes frères ravager tout ce qu’ils pouvaient, l’un fulminant, l’autre mielleux, sans me départir d’une expression tranquille, ni amusée, ni apeurée, ni affligée. A bout de souffle et de réparties, épuisés, lorsqu’ils se sont tus, leurs yeux brûlants fixés sur ma carcasse immobile, je suis resté silencieux et j’ai terminé mon assiette. J’ai remercié Mélora de son accueil, je me suis levé, je suis sorti. Hector m’a emboîté le pas, vaguement inquiet, mais aucun d’entre eux n’a franchi la porte de la jolie maison de ma cadette. A quoi d’autre s’attendre ? A rien d’autre. Rien ne m’a surpris. Si je n’avais déjà suffisamment pleuré sur ce cadavre familial, j’aurais pu trembler sur la route, maudire le sort, m’abandonner à une tristesse naturelle. Mais cela fait si longtemps… J’ai réintégré Luménis depuis presque quinze ans. Quinze ans où j’ai été invisible et paria, indésirable, négligeable, ridicule même. Soudain, investi d’un pouvoir dont ils ne peuvent que rêver, je redeviens au centre de leurs préoccupations rapaces. Et ils s’étonnent que tant d’années de mépris et d’indifférence ont laissé leur empreinte. Certaines personnes sont étranges. J’ai beau n’avoir pas beaucoup d’amis, pas de foyer autre que mes appartements du temple, qui ont servi à tant d’autres avant moi, je ne suis pas désespéré au point de me rendre à mon sang, comme un chien battu et trempé à qui on ouvre finalement la porte, quand il se révèle bon gardien. La faille est béante, mais plus sanglante, en réalité. Il n’y a pas de haine en moi, ni de désir de revanche, ni même de réelle colère. Simplement, je les ai laissés partir, comme ils le voulaient.

    Lathandre, je m’interromps, quelqu’un vient d’arriver pour me voir. J’ai bien assez parlé de toute façon. A demain.
    Dernière modification par Galathée ; 14/08/2008 à 15h56.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  25. #25
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar, 9ème jour de la première veille, 1381 CV

    Une brume dense s’est levée cette nuit, noyant notre cité dans un manteau cotonneux et glacé. Il fait sec mais étrange, comme si Luménis avait été arrachée au sol et posée sur le dos d’un nuage gris, à jamais perdue pour le monde. La brume s’est éclaircie, pourtant, à l’est, signe que nous n’échappons pas encore aux principes immuables de notre terre.

    Une nouvelle journée à l’Assemblée, hier. J’avais quelques nouvelles positives à leur communiquer, eux également, et nous avons devisé avec bonne humeur pendant la première moitié de la journée. Des accords ont été trouvés avec les nains de Garléod et de Lameroy pour l’acheminement de minerais divers, les routes extérieures, au moins d’Antelucas à Eredhùn et Lunaros sont sécurisées, la plupart des villes humaines ont renoué avec notre autorité, à l’exception notable d’Ithilion, ce qui, tu t’en doutes, n’a surpris personne. La fronde de nos amis du nord fait sourire, évidemment, car ils sont incapables de réellement saper le rayonnement luménien sur le continent. Ils ont eu un an pour asseoir leurs revendications à la dominance hélonnienne et n’ont finalement réussi qu’à s’attirer les bonnes grâces de deux ou trois villages elfes, à conserver leurs relations commerciales avec Correliah (le contraire aurait été un comble), et à creuser les bases d’une route vers Solarcis. Plus inquiétantes sont les rumeurs d’une activité d’outremer, visant en particulier les ports fééruniens les plus proches et peut-être aussi nos voisins dorrandins. Vu le tempérament flamboyant de leur prince, l’Assemblée a tranché pour une approche latérale, via leur tout puissant clergé d’Oghma. Evidemment, cela rejette sur moi la responsabilité de trouver un émissaire valable et motivé (nous parlons après tout d’une cité qui se trouve à l’opposé géographique exact de Luménis). Mais Dame Lathiriel m’a promis un magicien de bon niveau pour accompagner le messager et Longuehune fera affréter un navire rapide, pour caboter jusqu’à l’embouchure de la Diligente. Le chemin par les terres est nettement plus court, mais les mers plus rapides et plus sûres. Au fur et à mesure de la conversation, nous avons transformé cette petite incursion diplomatique en une grosse aventure et notre bateau s’est chargé. Nous avons convenu d’y glisser quelques espions (pour autant que Felden en ait) et des négociateurs commerciaux, de faire escale dans les cités portuaires sur la route, d’obtenir une audience chez Leylan, le prince ithilien (bon courage). Ces choses sont toujours plus simples quand on sait qu’on ne sera pas la personne à faire le voyage.

    Les choses se sont dégradées ensuite. Sans intervention humaine.

    Longuehune a fait servir des crevettes à rosace, une espèce rare et succulente, que l’on pêche dans l’embouchure des rivières, à l’automne, une fois tous les six ans (j’ai bonne mémoire). Je dois dire que je ne suis pas tellement amateur de crustacés au départ, mais ceux-là ne m’ont pas réussi du tout : je suis tombé malade avant de terminer la troisième. Mon indisposition a provoqué un branle-bas de combat immédiat. Craignant un empoisonnement collectif du conseil, on a fait venir deux clercs du sanctuaire, saisi les crevettes incriminées et pour le reste, je me souviens mal. Je ne te décrirai pas ce que j’étais en train de faire, ça n’est pas particulièrement ragoûtant. Lathiriel et Longuehune n’ont rien eu, rien ressenti, mais ils ont été traités préventivement. Quant à moi, j’ai été purgé de mon mal par Jérôme, un jeune semeur plutôt doué dans les matières curatives. Puis j’ai eu droit à des quolibets tout l’après-midi. Lathiriel a évoqué la possibilité d’engager des goûteurs, mais Longuehune était tellement hilare que j’ai préféré écarter la suggestion. Je suis resté nauséeux au long des délibérations suivantes, qui heureusement ne me concernaient pas directement. Comme je le supposais, la marine a tranché dans le dossier de l’armement des navires, et n’a pas retenu la proposition des Megrall. Voilà une décision avec laquelle je n’ai rien à voir mais dont je vais entendre parler dans les jours à venir…

    Je n’ai pas dîné, hier soir, et j’ai mal dormi. J’avais l’impression d’avoir un poisson pourri valsant dans mes entrailles, et mon drap me faisait l’effet d’un vieux filet de pêche humide, entrelacé d’algues puantes. Ce matin, ça va un peu mieux. J’aurais aimé rester dans mon lit. Ne te moque pas, sois gentil. Dans une prochaine vie, je serai un chat. Quoique… Vu mon goût pour ce qui vient de la mer, je ferais mieux d’être une sorte de loir, à ronger des noisettes dans le Parc Verdoyant.
    Dernière modification par Galathée ; 04/08/2008 à 21h35.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  26. #26
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar, 10ème jour de la première veille, 1381 CV

    Bonjour Lathandre. Aujourd’hui mes espoirs sont dirigés tout entier vers mon estomac. Puisse-t-il être rétabli, puisse-t-il me laisser travailler, puisse-t-il me pardonner pour les crevettes de Longuehune.

    La journée d’hier n’a pas été fameuse, j’ai essayé de me lever et puis j’ai renoncé. La nuit avait été trop tumultueuse, je me sentais barbouillé et fébrile, dans un état peu propice à la gestion d’une cité. Plusieurs semeurs m’ont proposé de me rafistoler à grands coups de sortilèges, mais j’ai décliné. L’expérience m’a appris que le corps ne profite pas réellement de ces pansements divins. Il guérit mais ne se renforce pas, ne tire rien de son combat contre la maladie. Quand il est possible de se défendre par soi-même, de prendre le repos que réclame l’organisme, je suis partisan de laisser faire le temps. J’étais juste un peu malade, pas de quoi remuer les cieux pour me sauver. Evidemment, cela va répandre la rumeur que je suis une petite nature, d’autant que je devais voir Maelwedd le matin, et les conseillers l’après-midi (mon indisposition de la veille a écourté notre réunion). Enfin. J’y survivrai, bien sûr.

    Malgré ses bonnes résolutions, Marcus a profité de mon état pour venir m’entretenir de quelques décisions touchant à la gestion du sanctuaire, et notamment de la fête de la lune, qui a lieu dans une vingtaine de jours. Avec Séluné, contre Shar et Aurile, nous saluerons l’astre de nuit pour l’espoir qu’elle constitue au creux des ténèbres infernales de l’hiver. Le Temple se doit d’être un lieu de lumière et de réjouissance, à une heure qui nous est peu connue et peu faste. Nous n’avons pas fêté la Lune sous Nwalk, bien sûr. Raison de plus pour que l’occasion soit mémorable. Marcus m’a appris que Dame Euryale, une prêtresse de Séluné haut placé dans la hiérarchie du temple d’Erhedun, ferait le déplacement pour l’occasion. Je dois avouer que la nouvelle me ravit autant qu’elle m’inquiète. Je connais bien Euryale, nous avons le même âge, et nos temples étaient voisins, sur la butte céleste d’Erhedun. C’est une femme ambitieuse et intelligente, je ne l’imagine pas se déplacer jusqu’à nos portes pour des raisons triviales, deux hymnes et un bon repas. En même temps, je ne devrais pas imaginer de noirs desseins. Peut-être le clergé sélunite estime-t-il qu’il est temps de s’étendre à Luménis. C’est possible et ce serait parfaitement légitime. Mais je ne serai tranquille que lorsque j’aurai Euryale en face de moi, que je pourrai la regarder dans les yeux, et lui demander, entre nous, ce qui l’amène.
    Je t’entends rire, Lathandre. Tu penses que je serai peut-être encore moins tranquille lorsqu’elle sera en face de moi. Peut-être. En même temps, je suis un homme raisonnable, je n’ai pas vu Euryale depuis plus de six ans, elle n’a jamais fait le déplacement jusqu’à Luménis, nous ne nous sommes jamais écrit, même pour raisons professionnelles. Je ne pense jamais à elle, elle ne pense certainement pas à moi. Nous nous verrons pour organiser la cérémonie, elle aura peut-être l’une ou l’autre requête à formuler, puis nous irons dîner, qui sait, peut-être échangerons-nous quelques souvenirs amusés de nos tendres années dans les ruelles inondées de la cité aux mille temples. Peut-être aura-t-elle des nouvelles de certaines de nos connaissances communes, Reynald le Milite flamboyant, cet insupportable Sunite de Thibault ou la belle Artémise qui suivait Lliira. Peut-être même serons-nous nostalgiques. Ou peut-être pas.
    De toute façon, l’important n’est pas de te convaincre toi, Lathandre.

    Marcus en a profité pour me parler de la manière dont nous allions aménager les lieux pour les festivités, nous avons passé le menu en revue (j’y ai éliminé toute trace de crevettes, crabes et autres homards répugnants, Marcus a suggéré que nous engagions des goûteurs et je ne suis même pas certain qu’il plaisantait, c’est dire) et finalement discuté, quel bonheur, du placement aux tables pendant le banquet. A ma mine, il a cru que j’allais souiller son aube et s’est écarté. J’étais juste surpris d’avoir à prendre de telles décisions. Pourtant, à bien y réfléchir, c’est vrai qu’il s’agit d’une tâche plus cruciale qu’on ne le croit, et qui nécessite un certain doigté, voire des talents de diplomate. Mais dans mon état vaseux, je n’avais vraiment pas la tête à ça, et je l’ai renvoyé.

    J’ai dormi les trois quarts de la journée, Lathandre. Je sais, ce n’est pas glorieux ! Mais ce matin, je me sens frais comme une rose ! Enfin, pas tout à fait. Après un passage à la salle d’eau, je me sentirai frais comme une rose, j’en suis sûr !
    Dernière modification par Galathée ; 07/08/2008 à 09h11.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  27. #27
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar, 1er jour de la seconde veille, 1381 CV

    Une aube dégagée ce matin, comme un cadeau. J’ai laissé la lumière m’envahir en ondes chaleureuses, chasser la torpeur de ma carcasse, raviver l’énergie dans chacun de mes muscles, jusqu’à ce que je me sente prêt à affronter la journée, le sourire aux lèvres.

    Hier, délivré de ma brève maladie, j’ai pris deux heures pour faire de l’exercice. Nous avons une petite salle réservée pour cela à l’étage de l’aile Nord, en général désertée. En réalité, mon arrivée a fait fuir quelques novices qui y couraient, et je me suis retrouvé seul face aux quelques agrès, dans le silence chargé d’écho de la pièce. Rien de tel pour se décomplexer. Je n’ai jamais été très doué dans toute cette sphère physique, même si je sais que tu la valorises grandement, Lathandre. On ne peut pas exceller à tout. Si j’avais dû rattraper mes tares corporelles, je n’aurais sans doute pas pu développer certaines de mes compétences plus intellectuelles. On pose des choix. Mais il est vrai que je manque cruellement d’agilité et d’adresse.
    Je me souviens de mes jeunes années à Erhedun et d’un concours ridicule de tir à la fronde, organisé en catimini dans le Parc aux Roseaux. Aucun d’entre nous de pouvait battre Artémise, dont l’œil était plus acéré que celui d’un faucon. Elle parvenait à choisir une corolle précise dans la grappe d’une fleur de lilas et ne frapper qu’elle. Thibault n’était pas mauvais, Euryale non plus. J’étais dramatiquement mauvais, Reynald encore pire. Le Milite trouvait ça parfaitement comique, mais je n’étais pas doté de son sens de l’humour, et je me souviens d’avoir été vexé par les commentaires railleurs de mes comparses. En réalité, quelques semaines plus tard, au cours d’un entraînement officiel au sein du Temple, Coan, l’instructeur de tir, est venu jusqu’à moi, m’a retiré la fronde des mains et m’a déclaré, avec gêne, qu’il allait demander à ce qu’on me dispense de cette discipline. C’est dire mes qualités en la matière. Au carnaval des novices que nous étions, j’étais le plus costaud et Thibault, toujours extrêmement délicat, m’avait surnommé le Bouvillon. Très agréable. Pourtant, je n’avais rien d’un colosse, mais aucun de mes proches amis n’était très épais. Je n’étais ni le plus malin, ni le plus beau, mais j’étais le plus sage, ce qui est pratique lorsqu’on envisage de devenir prêtre, mais beaucoup moins lorsqu’on a 16 ans et qu’on vagabonde dans les rues animées d’une petite cité avec des compagnons de maraude. Lathandre, tout ça ne me rajeunit pas. Plus de vingt ans. La venue d’Euryale me ramène des souvenirs imprévus. Je ne suis pas si vieux pourtant : je ne devrais pas songer à hier, mais regarder vers demain. Changeons de sujet.

    Parmi tous les espoirs, tous les renouveaux, la naissance d’un enfant est probablement un des miracles les plus impressionnants et les plus touchants qu’il soit. Chauntéa ensemence, tu veilles à l’éclosion, ouvrant l’œil du nourrisson au soleil, à la vie, aux promesses de l’avenir. Nombreux sont nos clercs, surtout les femmes, qui embrassent avec félicité ce rôle d’accompagnement à l’accouchement, qui veillent sur les derniers jours, les dernières heures, d’une grossesse, soutenant la future mère, sur le point de mener ce rude combat pour l’existence. La natalité est reflet de l’espoir, souvent, et depuis la chute de Nwalk, petit à petit, cette confiance en l’avenir revient. Peu d’enfants sont nés, mais les ventres s’arrondissent, et l’œil attentif les devine dans les rues de la cité. Une nouvelle génération de Luméniens se profile, une cohorte qui salue la victoire, le retour de la paix, un souhait partagé de prospérité. Tu dois te demander pourquoi je te raconte ça. Pour une raison très simple, qui m’a fait un peu peur. Céleste est rentrée hier d’un accouchement difficile, et m’a annoncé, radieuse, que la jeune mère, une boulangère du quartier portuaire, avait appelé son fils Albérich. J’aurais pu être flatté. Bon, ça n’a peut-être rien à voir avec moi, mais je suis un personnage public, fatalement les gens savent qu’en optant pour ce prénom, ils renverront aussi à moi. Donc, j’aurais pu être flatté, disais-je. Mais c’est la troisième fois depuis le début du mois. Qu’est-ce que c’est que cette épidémie ? Ils ne peuvent pas les appeler Théobald, plutôt ? C’est quand même plus élégant, non ? Enfin bref, j’ai prévenu Céleste qu’au cinquième, je publierai un édit interdisant l’utilisation de ce patronyme pour les deux années à venir. Il faut bien que quelqu’un songe à ces enfants, puisque leurs parents semblent incapables de le faire !

    Pour le reste, j’ai vu mes pairs, j’ai vu Maelwedd, rien de passionnant, tu t’en doutes. Mais nous avançons dans la bonne direction. Et je vais m’y remettre de ce pas… Bonne journée, Lathandre. Les nuages sont déjà venus recouvrir le soleil, mais c’était gentil de le laisser nous inonder de lumière, pour une fois.
    Dernière modification par Galathée ; 07/08/2008 à 09h10.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  28. #28
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar, 2ème jour de la deuxième veille, 1381 CV

    Ce matin, il pleut dru et le ciel tonne. Entre deux nuages gris sombre des fragments de lumière se fraient un passage jusqu’à nous, mais l’heure est aux grenouilles et aux escargots, pas tellement aux êtres de ma constitution. Au moment de te saluer, nous avons été trempés jusqu’aux os, le vent repoussant les flots du ciel vers l’intérieur du temple en grandes rafales. Mais plutôt que de nous en offusquer, nous avons ri, puis sommes tous allés partager un bon lait chaud au miel et à la cannelle dans le réfectoire, ce qui a terminé de détendre l’atmosphère. Si le soleil nous est retiré, nous pouvons toujours le conjurer en nos cœurs. Loué sois-tu, Lathandre, pour inspirer l’homme dans toutes les circonstances, malgré les tempêtes et les errements.

    Hier, je me suis rendu à la prison des quais, un endroit maudit s’il en est. Presque sept mois, désormais, j’ai l’impression d’être si mal adapté à l’univers qui m’entoure. D’autres montent au combat et affrontent mille morts, mille humiliations. Moi je tremble de revenir dans un lieu qui n’évoque que mon enfermement. On ne m’a même pas touché, on m’a juste oublié.
    La cellule commune dans laquelle je me suis retrouvé a contenu entre trente-sept et soixante-deux personnes. Nous étions quelques uns à garder espoir dans cette obscurité permanente et nous avons organisé notre survie. Il y avait Erwan avec sa carrure tranquille de paladin, son autorité naturelle, sa finesse imprévue. Mara et la lumière qui jaillissait du bout de ses doigts, repoussant les ténèbres, le sourire éclatant dans son visage ridé, Harok qui aimait la roche et nous la rendait moins menaçante en nous en racontant la beauté. Des individus pour soutenir le groupe. Personne n’est mort dans notre geôle. Nous avons contenu la violence et le désarroi. La voix sereine de Selma lorsqu’elle chantait une complainte, le rire communicatif de Phélys... Les petites choses qui rendent possible la traversée de la nuit.
    Quand les portes se sont ouvertes, pourtant, en dépit de ce lien qui nous avait fait tenir pendant des mois, tout le monde s’est écarté sans se retourner. Nous avons œuvré pour la résistance, certains se sont cachés et ont attendu, nous n’avions plus le temps de nous congratuler, de nous étreindre. Et le visage d’un autre… Le rappel immanquable de la peur, de l’angoisse, chacun était témoin des sanglots, des cris, des moments où il avait fallu retenir un geste suicidaire, gifler quelqu’un qui perdait son sang-froid, ceinturer des gens qui voulaient se battre. Nous avions tous honte de quelque chose, j’imagine, d’un instant, d’une pensée, d’un mouvement, d’une parole.
    Dans la cellule voisine, une épidémie a éliminé les trois quarts des prisonniers. Dans la suivante, on s’est battu, on a violé, on a tué. Dans la dernière, une sorte de société s’est organisée, autour d’un noyau dur et dominant, qui a exploité les plus faibles. Voilà les hommes et les femmes que Morféa a emprisonnés. Voilà la victoire qu’il a remportée, les rabaissant à la sauvagerie. Si nous étions gênés de notre survie pacifique, qui sait ce qui bouillonnait dans leur esprit, Lathandre. Et ces gens sont sortis et ils errent dans les rues, aujourd’hui. Je sais que beaucoup ont fui Luménis, le souvenir de la ruine de ce qu’ils étaient. Mais d’autres sont restés, avec leurs blessures dangereuses.
    Harok est rentré chez lui, dans les montagnes. Mara est morte il y a quelques mois, vieille et fatiguée, mais ravie d’avoir vu Luménis se redresser avant de disparaître. Je ne vois plus qu’Erwan, et lorsque nous nous croisons, nous échangeons toujours un regard chargé. Mais nous n’en avons jamais parlé. Nous n’avons jamais évoqué ce que nous avons vu ou fait ou ressenti. On a condamné les cellules, condamné nos réminiscences. Qu’elles restent dans le noir, semble dire le silence, c’est là qu’elles méritent de croupir.
    Je suis mal adapté, je le disais. Enfermer, repousser, effacer. Comme Morféa m’a jeté dans les ténèbres, je me dois d’y contraindre ma mémoire. N’est-ce pas ironique ?

    La prison est moins sinistre qu’autrefois, les aménagements que nous y avons opéré ont rendu l’ensemble moins austère, plus lumineux. Je sais qu’il est difficile de trouver l’espoir derrière les barreaux, mais c’est sans doute un peu moins impossible, aujourd’hui. Il suffit de quelques rayons de soleil, parfois, pour se sentir vivant, et capable, et béni.

    Merci pour la lumière, Lathandre, celle qui brûle en moi.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  29. #29
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar, 3ème jour de la seconde veille.

    Loué sois-tu, Lathandre, pour les renouveaux, pour le chant des oiseaux timides lorsque la pluie tombe sur les toits de la ville, pour les rayons du soleil qui creusent la couche des nuages pour nous inonder un instant. Loué sois-tu pour ce qui gonfle nos poitrines et nous relance quotidiennement sur les chemins de la vie.

    Ma journée d’hier a été passablement monotone : j’ai assisté à des procès. Je ne suis pas juge, ni avocat, mais un certain nombre de peines d’intérêt général me concernent, et comme les prisons sont pleines, nous essayons de détourner les individus peu dangereux vers ce type de travaux. Ils apprennent quelques compétences utiles au passage, nous profitons de leur temps et de leurs muscles, plus rarement de leur esprit.
    J’interviens pour définir la sentence avec le juge, orienter le lieu et la durée d’une peine, ce genre de choses. Plus rarement, on me demande, malheureusement, d’user de magie divine pour confondre un individu que l’on craint retors. Je détecte alors les tendances de son âme, aux bouillonnements de son aura. C’est sans doute la méthode la plus efficace, mais en même temps, il est dommage de condamner quelqu’un juste parce qu’il a des tendances, alors qu’il n’a pas encore agi. Après tout, quelle responsabilité avons-nous dans ce que nous sommes ? On me rétorquera : si on n’a pas de responsabilité, c’est qu’on n’a pas de pouvoir. La société prévaut, l’individu peut croupir. La question de culpabilité devient secondaire. Mais je ne suis pas un expert, pas un théoricien de ces matières, je crois aux lendemains. Et le lendemain signifie immanquablement le changement, l’évolution, le repentir. Je suis heureux de n’être pas juge, et je ne me permets pas d’intervenir quant à leurs décisions.

    Finalement, le Palais Présidentiel aura un usage pendant la Fête de la Lune. Au départ, Dame Ditazhir était pour qu’on y organise le gros de la célébration, parce que c’est un espace vaste et inutilisé, disposant de toute l’infrastructure nécessaire, que cela constituerait une étape supplémentaire dans sa réhabilitation. Fêter la lune là où les résistants ont mis fin au règne de souffrance du tyran. Puis l’idée s’est effritée, petit à petit. Quelques uns des combattants ont émis des réserves, avouant ne pas se sentir prêts à y retourner et un coup de sonde parmi les plus modestes des habitants a révélé qu’ils lorgnaient vers le Palais avec une certaine réticence, voire une franche aversion, que jamais ils ne pourraient y festoyer l’esprit tranquille. Enfin, mon clergé a grogné, signalant qu’une fois de plus, on allait écarter Lathandre, alors qu’il était supposé être le patron de la ville, son protecteur, contre la nuit, contre l’hiver, qu’en déplaçant la Fête loin de notre temple, on en désacralisait le sens, on plaçait le dieu de l’aube au même rang que n’importe laquelle des divinités révérées en nos murs, comme si, dans le cœur des Luméniens, il ne valait pas mieux que Mystra, Helm ou Ilmater. J’ai donc proposé d’accueillir la Fête de la Lune au sanctuaire. Et les choses s’y sont souplement déplacées. Longuehune a de toute façon obtenu ce qu’il désirait : un feu d’artifice dans le port et l’envoi de milliers de bougies sur les vagues de l’océan, avant le mouvement vers le Temple. Ah oui, et le baptême d’un nouveau navire de guerre, le « Brise-Ténèbres », dans l’après-midi. Dame Lathiriel nous enverra des mages, et Marcus se charge de l’intendance. Mais je parlais du Palais et je me suis égaré. Oui, le Palais servira d’auberge à nos invités, finalement. Il compte de nombreuses suites, certaines encore meublées, et puisque la plupart des cités hélonniennes nous envoient des notables, ils trouveront là un toit plus adapté à leur rang que les cellules spartiates du temple ou du fort. Nous recevons chaque jour de nouveaux noms, des clercs d’ici et de là, des barons de la broussaille, parfois les autorités d’une ville, quand elle est voisine. Les choses resteront modestes, l’objectif n’est pas de transformer cette nuit festive en un énorme léviathan susceptible d’aspirer nombre ressources et énergies. C’est juste une fête. Quand je dis ça, Théobald glousse et Dame Lathiriel lève les yeux au ciel. Ils m’exhibent la liste, longue de cent cinquante convives déjà, sans compter mes clercs résidents, et je hausse les épaules. Tout se passera bien, leur dis-je. Nous avons une réunion à ce sujet dans moins d’une heure, et je dois t’avouer honteusement, Lathandre, que je suis encore passablement endormi, comme le caractère décousu de ces lignes te l’aura sans nul doute fait comprendre.

    Je rêve d’Erhedun, toujours. D’une porte peinte en rouge derrière laquelle on soupire. D’une course folle suivie d’une chute dans un pré fleuri. Du doux roulis d’une barque qui prend l’eau. Des cantiques qui s’élèvent à l’aube, sous le soleil, à la nuit. De voix qui m’ont échappé. De jours qui se sont enfuis. Juste d’Erhedun.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  30. #30
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 315

    Re : Les notes de l'Aubemestre

    Uktar, 5ème jour de la seconde veille, 1381 CV.

    Lathandre, bonjour. J’ai un peu mal dormi.

    Et je n’ai pas écrit hier, parce que j’ai, scandale, découché, et que je n’avais pas mon journal à portée de main. N’y vois pas de grand mystère. Nous avons travaillé tard à l’Assemblée, tellement tard que le matin nous y a surpris. Tu dois le savoir, je t’ai loué sous un crachin désagréable, au centre de cet amphithéâtre, tandis que Longuehune se gaussait et que Lathiriel grommelait de mauvaise humeur. Théobald était frais comme un gardon malgré son grand âge, j’étais relativement fatigué, Lathiriel était ravagée. Et nous avons repris nos travaux, jusqu’environ midi. Nous nous sommes séparés sous cette même pluie pernicieuse, et si j’avais été vieux, j’imagine que mes os se seraient plaints, mais j’ai juste été trempé, comme Hector, et nous sommes rentrés enrhumés au temple. Tybert nous y attendait, un peu inquiet de ne pas nous avoir vus revenir à la nuit, et d’autres obligations m’ont rattrapé. Tout simplement.

    La délégation de Séluné est arrivée d’Erhedun en milieu de journée, j’étais alors au Quartier Général des services secrets, où nous avons fait un point sur le nombre d’agents à notre disposition, et les priorités du moment. Comme tous les corps de sécurité, les services secrets ont souffert de la dictature, notamment parce que les informations sur l’identité des agents étaient trop centralisées et trop accessibles. Il a suffi d’un raid musclé sur les bâtiments pour se procurer l’identité du gros des troupes, et les rafles ont terminé de saper leur pouvoir. Certains ont changé de bord, séduits ou effrayés par Morféa et ses intentions. Beaucoup sont morts, d’autres ont fui, les derniers se sont retrouvés dans une cellule ou l’autre. Ils étaient dépositaires de nombreux secrets, les ont crachés, souvent, sous la torture. Nora Felden était alors en mission à Antelucas, et c’est comme ça qu’elle a échappé à la purge. Munie d’une nouvelle identité, une spécialité dans la branche, elle a réintégré la société luménienne, alors que Morféa ouvrait ses portes aux visiteurs, sous un verni de bienveillance. La résistance s’est servi de ses aptitudes comme elle le pouvait, en fantôme hantant les égouts marins. Jouer contre un adversaire qui ne retient pas ses coups est toujours ardu quand on a été habitué à attaquer dans la limite de ses valeurs. Je sais que les chefs de la résistance ont été prêts à faire fi de nombreux principes pour atteindre leurs fins, et il m’est difficile de le leur reprocher, quand je leur dois la vie. Puisse Luménis ne plus jamais devoir se trouver au carrefour des chemins, dans ces instants où un idéal élevé impose le sacrifice de soi-même. En même temps, sire Iluvatar me dirait, tu me dirais, Lathandre, que le Bien doit prévaloir à tout prix, que l’offense vaut toutes les réactions, sanglantes, violentes, destructrices, quand on se bat pour ce qui compte.
    Toi seul sais comment j’aurais agi si j’avais été libre, si j’avais dû me placer sur l’échiquier de la révolte, si j’avais dû prendre les armes. Moi, je n’en sais rien.

    Mais Felden a donc repris en main nos espions survivants, en recrute d’autres, plus facilement peut-être que l’armée ou la garde, car la profession reste nimbée d’un mystère qui attire de nombreux jeunes gens avides d’aventures. C’est même une manière efficace de canaliser certains tempéraments qui ont le goût de la dissimulation et du mensonge, en leur permettant un exutoire légal à leurs mauvais penchants. Désormais, elle est la seule à connaître l’identité de tous les agents. Ses subordonnés supervisent chacun un secteur et donc une partie seulement de leurs effectifs. De cette manière, si nous venions à nouveau à tomber, l’anonymat salvateur de nos hommes pourrait être mieux protégé, d’autant que Felden est déterminée à mourir au besoin. Un peu effrayant, je dois dire, mais certainement noble et nécessaire, à la position qu’elle occupe.
    Je suis rentré au temple trop tard pour voir les Sélunites, mais ceux qui les avaient reçus m’en ont dit quelques mots. Ils logent évidemment au Palais, comme nous l’avions prévu, même si certains novices ont préféré prendre des chambres à la Taverne de la Bienveillance. Il n’y avait pas de message particulier pour moi, rien qui indiquât qu’Euryale ait une quelconque envie de me voir. Je ne peux pas dire que ça m’ait surpris. Peut-être avais-je espéré, c’est mon métier, après tout. Mais bref. Nous verrons ce qu’aujourd’hui nous apporte, n’est-ce pas ? J’ai mal dormi, mais je me sens plutôt guilleret.
    Tu vas croire que ça cache quelque chose. Si c’est le cas, tu dois le savoir mieux que moi. Donc je n’en dirai rien.
    Dernière modification par Galathée ; 12/08/2008 à 07h07.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250