Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: « Mon nom est Ange et Reine en Exil. »

  1. #1
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 403

    « Mon nom est Ange et Reine en Exil. »

    Je viens d'un plan si lointain qu'aucun habitant de Toril ne doit connaître son nom, ni son existence.
    Mon père se nommait Tesler Karen. Il était soldat dans l'armée de Pharaon, notre roi. Pour dire la vérité, le nom de "Karen" fut il y a bien longtemps porté par l'un des héros de notre peuple, au point qu'il en devint une sorte de titre honorifique. J'ignore si mon père a porté le nom de Karen depuis sa naissance, ou s'il l'a reçu pour sa bravoure exceptionnelle. Quoi qu'il en soit, cette bravoure lui valu d'être remarqué par d'autres yeux que ceux des millitaires, et c'est pourquoi je vins au monde.
    Car ma mère se nommait Lullanya Novan, et au même titre que "Karen" désignait les meilleurs des soldats, "Novan" désignait les chefs et les rois. Ma mère était l'une des filles de Pharaon. Son cœur fut conquis par le charme et la hardiesse de mon père, et je naquis. Voir un soldat séduire une princesse n'avait rien de surprenant pour nous, mais ma mère fut la seule à aimer suffisamment son concubin pour l'épouser en bonne forme et faire avec lui des enfants.
    La coutume voulait que, lorsqu'un enfant est appelé à suivre la voie d'un de ses parents plutôt que de l'autre, on lui donne le nom du parent délaissé, afin qu'il n'oublie jamais ses origines. Petite-fille de Pharaon, je devais recevoir l'éducation d'une Princesse, aussi reçus-je un nom dérivé de celui de mon père. Ma mère, m'ayant trouvé un aspect angélique à l'instant de ma naissance, me donna ce prénom d'ange, et je fus Elza Karendeth, "l'ange qui s'élève par sa bravoure".
    Durant les temps qui suivirent, j'appris la vie comme on l'apprenait aux enfants de Pharaon. On m'enseignait à bien parler et à charmer mes auditeurs, à prendre les bonnes décisions pour diriger une armée ou un pays, ou encore, ce qui me fut bien plus difficile, à me tenir convenablement en société. On m'enseigna également les bases de la magie, discipline pour laquelle, selon mes professeurs, j'avais de grandes prédispositions, mais que je ne devais hélas jamais apprendre à maîtriser.
    Car lorsque j'eus atteint l'équivalent pour nous autres elfes des dix années d'un humain, ma mère à la fois conçut un autre enfant et contracta une grave maladie. Quelle fut la cause de sa souffrance ? Je l'ignore, même si je soupçonne qu'une personne de son entourage, jalouse de son bonheur, l'avait faite empoisonner. Ma mère quitta ce monde peu après la naissance de mon frère Bryan.
    Cela devait bouleverser notre vie plus encore que de la tragique perte, car certaines personnes pensaient alors que les Karen prenaient trop d'importance, et une princesse, fille de Pharaon, mais dont le seul parent encore en vie était un de ces soldats fut considéré par les comploteurs comme un trop grand danger. Mon père, mon frère et moi fûmes rayés des registres et l'on nous chassa du palais. Avant que notre deuil ne soit achevé, toute trace de notre existence avait été effacée.

    Mon père revint alors au village qui l'avait vu naître, et nous emmena avec lui. Par ce revers de destin, il était désormais le seul à se charger de nous, et conformément à la coutume, il nous donna alors un nom tiré de celui de notre mère. Je devins Novannah, "la reine en exil".
    La vie dans ce petit village éloigné de la capitale était elle aussi bien loin de celle du palais. Je découvrit que chacune des tâches de la vie quotidienne était un travail aussi harassant que l'entraînement sportif et parfois aussi ennuyeux que la géopolitique, cependant, j'éprouve encore une confuse fierté à y avoir trouvé également un plaisir. J'étais peut-être née princesse, mais la vie de simple paysanne me convenait tout autant.
    Nous étions aux portes du désert, et j'appris dans ce village tout ce qu'il faut faire pour faire plus que survivre dans un milieu qui, sans être franchement hostile à mon peuple, se plaisait à lui donner bien des embûches à franchir. Mes talents de diplomate et de dirigeante ne me furent pas utile durant les temps qui suivirent, mais j'appris à fabriquer mes propres outils, réparer mes vêtements et préparer les potions et remèdes dont je pouvais avoir besoin. Je n'apprit en revanche plus rien sur la magie, personne au village n'étant en mesure de m'en enseigner d'avantage.
    Malgré la répugnance pour le sang versé qui était la mienne, mon père m'apprit également à chasser, et je devins une experte dans le maniement du boomerang. Il ne m'apprit cependant jamais à me battre comme lui seul en était capable, et même si cet apprentissage me fit plusieurs fois défaut par la suite, je lui en suis reconnaissante, car cela me contraignit plus d'une fois à chercher des solutions pacifiques lorsque la situation prenait le chemin d'un combat.
    Par deux fois, cependant, le malheur nous frappa de nouveau, malgré le havre de paix dans lequel nous nous étions retirés. Nous découvrîmes tout d'abord que la maladie qui avait emporté ma mère, contracté durant sa grossesse, avait été également transmise à mon frère. Il n'en mourrait probablement pas, heureusement, peut-être parce que les garçons y sont moins vulnérables, si comme je le soupçonne le poison avait été conçu pour tuer une princesse, ou peut-être parce qu'il avait hérité de la solidité de notre père, mais il en garderait sans doute des traces toutes sa vie, où des crises lui déclencheraient de grandes douleurs de temps à autres. Et puis, il y eut cet autre deuil, aussi terrible que le premier, et qui acheva de me rendre orpheline.

    Près de notre cité s'élevaient les ruines d'une ancienne cité de la civilisation néthérisse. Ces gens anciens étaient peut-être, à l'exception des dieux et de moi, les seuls à avoir traversé suffisamment de plans pour avoir vu à la fois le miens et le vôtre, et leur cité était encore gorgée de leurs trésors de magie, qui attirait parfois les convoitises.
    Un sorcier fou s'était mis en tête de s'approprier cette puissance, et ses actes insensés avaient mis le village en danger. Mon père, aussi héroïque dans la déchéance qu'il l'avait été dans la gloire, ne pouvait laisser le pire arriver. Il réunit autour de lui les plus hardis du village, et sortant ses armes de soldat de la cache où il croyait les avoir oublié, pénétra à son tour dans les ruines néthérisses.
    Je ne saurais dire ce qui s'est passé alors, ni décrire le combat dans lequel ils s'affrontèrent, mais à la fin, mon père s'aperçut que même lui ne pouvait abattre le sorcier. L'infime partie de la puissance de Néthéril dont cet individu était parvenu à s'emparer était déjà trop grande, même pour la vaillance d'un Karen. Il fallait, pour sauver notre village, trouver un autre moyen. Et mon père, comme à son habitude, le trouva.
    Il congédia ses compagnons, les renvoyant à la surface en les priant au passage de me demander pardon en son nom. Puis, pour abattre le sorcier, usa de la seule arme qui le pouvait. Mon père s'empara à son tour d'une partie de la puissance de Néthéril, mais il l'utilisa contre le lieu dans lequel il se trouvait. Il provoqua l'effondrement des ruines, et toute trace de vie qui y aurait subsisté fut englouti à jamais dans la pierre et le sable. Dans quelques générations, la légende clamera peut-être que mon père est l'esprit gardien qui veille à l'intérieur de la roche que le mal qui s'y trouve comme lui enfermé ne s'en échappe jamais plu. Mais pour l'heure et pour moi, c'était la perte de l'être le plus cher qui me restait au monde.

    Après avoir porté le deuil, je ne supportais plus de rester dans ce village où, pourtant, je trouvais le seul semblant de famille qu'il m'était donné de conserver. Il faut dire qu'à cet époque, j'avais l'équivalent de seize années humaines, et mon caractère avait quelque traits communs avec ceux emportés des adolescents. Confiant Bryan à ceux que j'abandonnais, je repris la route de la capitale, avec l'intention de prouver aux sœurs de ma mère qu'elle ne m'avaient pas fait disparaître à jamais.
    Ma vie devint alors une nouvelle fois différente de ce que j'avais connu jusque là. Je découvris combien grande était la ville s'étalant autour du palais, dont je ne sortais naguère que bien rarement. J'y découvris les bas-fonds, et la vie dans l'ombre. Il se trouve que pour cela également, j'étais plutôt doué. Je n'ai jamais monnayé mes charmes, bien que j'en ai reçu plusieurs fois la proposition, mais j'ai dérobé nombre de fois, et avec avidité, ce qui me manquait à ceux qui avaient trop.
    Cette expérience fut celle qui s'imposa pour moi, et par la suite, mes réflexes de voleuse furent ceux que je dus le plus souvent utiliser, même si j'aspirais, et si j'aspire encore, à une autre vie, davantage baignée de lumière que celle-ci. Je n'avais pas oublié mon projet, et lorsque je partais cambrioler de riches demeures, c'était toujours le palais que je voulais avoir devant moi. Mais il était trop bien gardé pour mes modestes talents de débutante. Il me fallait trouver d'autres moyens que ma simple hardiesse pour y pénétrer.
    Je m'intéressais donc aux gardes et aux soldats. Si proches de la noblesse et du peuple en même temps, ils me semblaient représenter le pont dont j'avais besoin. Je tâchais donc de gagner la confiance d'un groupe d'entre eux. C'est à cette occasion que je découvris que je ne boirai presque jamais d'alcool. Le dégoût que cette boisson dont mes camarades de la garde raffolaient n'était pas simplement celui d'un goût que l'on n'aime pas, c'était comme si mes sens olfactifs et gustatifs, comme si ma bouche entière le rejetait, et si j'ai pu m'habituer à nombre de choses qui me dégouttaient étant jeune, la moindre goutte d'alcool suffit encore à me donner la nausée.
    Peu à peu, malgré ce handicap, je gagnais la confiance et l'affection de la garde. Ironie du sort, je me trouvais à tomber amoureuse de l'un d'entre eux, comme il était arrivé à ma mère. Ce jeune homme dont je garde un si vif et si heureux souvenir fut l'un des meilleurs présents que le destin me donna. Il fut également le premier, et l'un des rares à partager mon lit. C'est finalement lui qui, par amour pour moi, transgressa toutes les règles en me permettant de pénétrer dans le palais.
    Le palais n'avais, je m'en rendais compte, guère changé depuis mon départ, mais ma nouvelle situation, loin du regard naïf de la jeunesse, me le faisais découvrir sous un jour nouveau. Durant quelques temps, j'y commis des larcins tout en espionnant ces grandes dames et en cherchant le moyen de leur nuire autant qu'elles m'avaient nui.
    Ce que je finis par apprendre ainsi m'effara.

    L'une de celles qui auraient pu être mes tantes croyait avoir découvert qu'un être d'une immense puissance magique devait naître ou être né dans la famille de Pharaon. Un être disposerait de tels dons que, si elle parvenait à l'asservir à sa seule volonté comme elle le faisait déjà avec tant d'autres, lui assurerait la route vers le trône non seulement de mon royaume, mais de mon monde tout entier, et peut-être même des autres. Ce rêve de puissance était-il fondé, ou n'était-ce qu'un fantasme ? Je soupçonne fort les scribes lui ayant rapporté ceci d'avoir pour lui plaire considérablement exagéré l'importance des dons que posséderaient cet être, mais j'ai également eu plusieurs fois l'occasion de constater qu'il disposait véritablement d'une puissance supérieure à tout ce que je pouvais imaginer. Car après forces recherches, les scribes avaient découvert que l'enfant portant ces dons était déjà né, et qu'il s'agissait de l'enfant de la défunte princesse Lullanya Novan et de Tesler Karen, que ma tante avait elle-même fait bannir. C'était mon frère Bryan.
    Je connaissais cette perfide et ses méthodes. Je savais qu'elle disposait de troupes à ses seuls ordres, soldats presque aussi compétentes et entraînés qu'avait pu l'être mon père, et qu'elle tenterait de récupérer l'enfant dans le plus grand secret, mais que si les choses devaient être rendues publiques, elle présenterait sans doute sa cible comme un héritier disparu de Pharaon, et prétendrait que mon père et moi l'avions enlevé. Je courrais donc un danger aussi grand que celui que courrait mon frère, et ne pouvais me résoudre à le laisser tomber entre ses mains.
    J'avais quelques temps d'avances, car elle ignorait où se trouvait notre retraite, mais je savais que le temps m'était compté. Je dus faire mes adieux à mon amour et reprendre la route du village pour fuir aussi loin que possible.
    Je découvris à mon retour quelque chose de particulièrement surprenant. Alors que mon séjour à la capitale avait duré le temps qui correspond pour nous à deux années pour un humain, et que j'avais moi-même changé en conséquence, Bryan était toujours tel que je l'avais quitté. La perte de mon père semblait l'avoir isolé du temps lui-même, et depuis ce jour jusqu'à mon séjour sur Toril, il n'a toujours pas changé, bloqué à l'âge de l'enfance.
    Nos affaires réunies, et avant de partir, je voulus l'amener pour un dernier adieu vers ces ruines effondrées devenues la tombe de notre père. Fut-ce une bouffée de magie Néthérisse qui s'en échappa à cet instant ? L'intervention d'une divinité pour m'aider dans mes projets ? Quelque chose que je ne saurais décrire se produisit alors que nous touchions la roche, et soudain, nous avions quitté notre monde d'origine. Ce fut le début d'un long voyage à travers les plans, qui ne vous sera pas conté pour l'instant.
    Dernière modification par Elzen ; 17/02/2008 à 01h54.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  2. #2
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 403

    Fiche de Personnage.

    Je me nomme Elza Novannah, ce qui signifie en votre langue "Ange", et "Reine en Exil". Mes yeux sont verts, et mes cheveux sont roux.
    Je possède un grand talent pour la magie qui n'a jamais été développé. Je sais soigner les blessures et préparer les remèdes. Lorsque la situation s'y prête, je sais attirer l'attention, séduire et charmer mon auditoire. Mais je sais aussi demeurer dans l'ombre et prendre ce qu'il me faut sans en avoir le droit. La seule arme que je sais maîtriser est mon fidèle boomerang, et il m'a heureusement suffit jusque là.
    La force physique n'a jamais été un atout, pour moi. Les épreuves m'ont rendue endurante et résistante, mais mes muscles n'ont pas la puissance de ceux d'un guerrier. Aussi ais-je plutôt l'habitude de faire confiance à mon habileté, qui elle ne m'a que rarement fait défaut. J'ai la chance d'être douée d'un esprit logique et brillant, mais je reste d'une nature distraite, avec une fâcheuse tendance à oublier de faire aussi attention que je le devrais.
    Même si je n'ai pas la prétention d'éclipser toutes les autres, mes modestes charmes peuvent sans grande difficulté attirer le regard des hommes. Mais si je dois user de mon aura sur ceux qui m'entourent, ce sont ma lointaine éducation de princesse et ce que j'ai hérité de la prestance et du charisme du héros qui fut mon père et du roi qu'est mon grand-père qui m'assureront le succès.

    ===============

    Note: La chronologie ci-dessous est exprimée (très approximativement) en "equanh" (pour EQuivalent d'Une ANnée Humaine). Si je sais encore compter, un equanh elfique dure à peu près sept ans.

    Biographie:
    Introduction: * « Mon nom est Ange et Reine en Exil. »

    I/ La vie de princesse (0 à 10 equanhs)

    II/ Le village du désert (10 à 16 equanhs)

    III/ La visite des bas-fonds (16 à 18 equanhs)

    IV/ La fuite à travers les plans (18 à 22 equanhs)
    1) * « Ainsi débute mon voyage... »

    V/ Manost, Lumenis, et Mélandis (22 equanhs... et plus ?)

    Je remplirais les passages manquants au fur et à mesure de mon temps et de mon inspiration.
    (Edit: Gne de Greùh de B** de M** de renommage des liens à la C** qui casse ma mise en page !!)
    Dernière modification par Elzen ; 17/02/2008 à 02h15.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  3. #3
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 403

    [IV-1] « Ainsi débute mon voyage... »

    Lorsque je touchais la roche qui constituait l'ancienne ruine en prononçant dans mon esprit le nom de mon père, l'astre du jour sembla soudain se voiler à mes yeux. Sans que je sache pourquoi, et malgré tous les efforts de ma volonté, je sombrais sans douleur dans l'inconscience.
    Lorsque je repris mes esprits, avant même d'avoir ouvert les yeux, je fus surprise par la sensation d'un froid intense qui surpassait tout ce que j'avais connu jusque là.
    La vue ne m'apporta tout d'abord que peu d'informations. La nuit était tombée, ce qui devait indiquer que mon évanouissement avait duré bien plus de temps que ce que j'envisageais, et surtout beaucoup plus qu'il n'était raisonnable au regard de la situation, mais je me trouvais toujours au contact des ruines, et entourée d'une étendue claire et désertique.
    Lorsque je m'en approchais, cependant, je remarquais que cette matière étrange n'était pas le sable auquel j'étais habituée. C'était froid au toucher, autant, si ce n'est plus que l'air ambiant. C'était beaucoup plus blanc, également. Et il y avait cet aspect mouillé... Comment le sol pouvait-il être autant gorgé d'eau alors que pas un bruit ne résonnait aux alentours ? Si une rivière s'était brusquement mise à couler, je l'aurais entendu!
    Mon regard se porta alors sur Bryan. Il était assis à mon côté, calme, et semblait observer le ciel. Mon regard se leva à son tour, et alors je compris. La voûte céleste semblait avoir été le théâtre des jeux d'esprits fanfarons, pas une étoile n'était à la place où j'avais appris à les retrouver. J'ignorais encore ce qui m'était arrivé, mais ce n'était pas mon désert qui avait changé. J'avais été amenée ailleurs.

    J'avais prévu dans mon paquetage tout ce qui me paraissait nécessaire à notre survie solitaire, mais j'avais été loin de me douter de ce qu'il nous aurait fallu en vérité. Si habituée au désert, et prévoyant d'avancer de nuit, la lueur familière des étoiles pour nous guider, j'avais heureusement emporté nos vêtements les plus chauds, et c'est ce qui nous sauva.
    Car si la température de la nuit dans le désert parait bien froide comparé à la chaleur écrasante de la journée, ce n'était rien comparé à celle qui régnait alors.
    Une fois vêtus aussi chaudement que nous le permettais ce que j'avais emporté, Bryan et moi reprîment notre route. La nouvelle situation telle que je la percevais semblait nous avoir mis à l'abri du péril immédiat de l'arrivée des soldats, mais rester où nous étions n'était pas le meilleur moyen de survivre.

    Nous avons marché de longues heures dans le désert glacé. Sans connaître les lieux ni le ciel, il m'était impossible de savoir quelle direction emprunter, aussi m'efforçais-je de nous guider droit devant, ce qui valait déjà mieux que de tourner en rond.
    L'aurore s'apprêtait à poindre lorsque nous vîmes briller deux points dans l'obscurité. Plus précisément, Bryan les repéra le premier, et je ne les vit qu'après qu'il me les ait désigné. C'étaient les yeux d'un chat.
    Cette vision, si étrange que cela vous paraisse, me fit chaud au cœur. Les chats sont des animaux sacrés dans mon monde d'origine, et il était déjà arrivé plusieurs fois que l'un d'entre eux se présente à mes yeux comme un bon présage.
    Nous n'avions, après tout, aucune meilleure route, aussi décidais-je de le suivre.

    L'animal nous mena jusqu'à un petit village. Nous y arrivâmes alors que le Soleil du lieu avait atteint la moitié de sa course ascendante. Les habitants de ce village semblaient accueillant, mais un problème de taille se présenta que je n'avais pas encore prévu: La langue que parlaient ces gens n'était aucune des rares que je maîtrisais jusque là. Ce n'était pas encore celle que vous nommez le Commun, ni aucune autre que connaissent les habitants de Toril, mais c'était bel et bien une langue qui m'était totalement inconnue.
    Bryan et moi avons passé quelques semaines dans ce village. Trop peu pour apprendre à nous comprendre par des mots, mais suffisamment pour que les concepts de neige et de glace ne soient plus inconnus pour moi. Nous arrivions à communiquer par signes, et je parvins à partager les travaux des paysans et artisans locaux, dont j'ai beaucoup apprit sur la survie dans le froid, et auxquels je crois être également parvenu à apprendre quelques bribes de ce que j'avais précédemment appris sur les techniques de mon propre peuple. En échange de quoi, je partageais leurs ressources.
    Je me sentais en sécurité en ce village et il n'y avait que la barrière de la langue et ce froid auquel je ne parvenais pas à m'habituer qui m'empêchait d'envisager m'y installer durablement. Mais il devait être écrit que ma route de s'arrêterait pas ici.

    Des soldats vinrent un jour. Ce n'étaient pas encore ceux dont je me croyais hors de portée, et ils devaient appartenir au plan dans lequel j'avais atterri. Ils n'étaient pas agressifs, et semblèrent avoir à mon sujet une longue discussion avec les habitants. Je crois avoir compris qu'il s'agissait d'une patrouille chargé de vérifier les frontières du royaume local et de s'assurer que tout allait pour le mieux.
    Ils me firent comprendre que je devais les accompagner, ce que je fis. Je les suivit jusqu'à la tour d'un vieux magicien et me laissèrent là. Celui-ci, manifestement plus doué que tous ceux que j'avais rencontré jusque là, parvint à communiquer avec moi par télépathie.
    Il m'expliqua la notion de Plans et le voyage que j'avais accompli. Il me croyait au départ perdue et me proposait de m'aider à retourner chez moi, mais je lui expliquais que c'était la dernière des destinations qu'il me fallait, et il me cru. Je passais encore quelques jours dans sa demeure, tentant là encore de l'aider de mon mieux.
    Il me proposa cependant de nouveau plusieurs fois de me permettre de quitter les lieux. Il ne voulait plu me renvoyer chez moi, mais il craignait pour ma santé et pour celle de Bryan, car le temps passait, et nous n'étions toujours pas habitués à ce froid. Je finis par accepter, et il ouvrit pour moi un portail vers un autre Plan qu'il me disait connaître et qui me correspondrait mieux. Mon voyage à travers les plans ne faisait que débuter.
    Dernière modification par Elzen ; 17/02/2008 à 02h03.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

Discussions similaires

  1. [CFA] la suite de la Guerre de la Reine Araignée?
    Par Odea dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/10/2008, 23h58
  2. [TECH] Ailes d'ange pour jeu online
    Par Qoèlet dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 12
    Dernier message: 20/12/2005, 20h52
  3. Les trois erreurs de la Reine
    Par Cristal dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 60
    Dernier message: 19/06/2004, 14h18
  4. [Quête] Un ange, un souvenir, une ombre, un passé
    Par Folken dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 1
    Dernier message: 12/11/2003, 21h41

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256