Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

Discussion: Récit très exact de la vie du Célèbre Alchimiste Dubnium Nikelkadmium

  1. #1
    Date d'inscription
    June 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    433

    Récit très exact de la vie du Célèbre Alchimiste Dubnium Nikelkadmium

    Récit très exact de la vie du Célèbre Alchimiste Dubnium Nikelkadmium


    Par Sire Alnasin, érudit




    Prologue



    Personne ne peut connaître l'intégralité de la vie de Dubnium Nikelkadmium. Quiconque prétendrait donc vous en proposer une biographie exhaustive ne serait qu'un fieffé menteur : des détails aussi essentiels que l'âge de sa première dent ou la couleur des yeux de son premier amour sont perdus à jamais, lui-même n'ayant jamais jugé bon d'encombrer sa mémoire avec. Et sans doute également parce que parler de la couleur des yeux de la science n'a pas tellement de sens...

    Ah ! La mémoire de Nikelkadmium. La seule chose au monde qui ait été à la fois entièrement saturée et toute prête à accueillir encore dix fois ce qu'elle contenait déjà. Dommage qu'elle ait été si sélective et n'ait rien laissé, ou si peu, à ses biographes futurs. Fort heureusement, le monde a inventé les témoins, nombreux dans le cas de notre gnome car lui du moins est resté solidement ancré dans la mémoire de ceux qui ont croisé un jour sa route. Ceux qui l'ont connu et qui lisent ces lignes comprennent bien ce que je veux dire.

    Cet ouvrage, parmi la pléthore que l'on peut aujourd'hui trouver chez tous les libraires de Dorrandin à Hélonna, cherchera donc à se distinguer de la masse de livres plus ou moins bons qui ont fleuri sur le sujet depuis quelques semaines en prenant le parti de l'authenticité. Certes, vous ne trouverez pas ici de détails prétendûment croustillants sur la vie du Célèbre Alchimiste mais toutes les anecdotes rapportées sont garanties véridiques par les témoins qui me les ont racontées et dont les noms et qualités sont cités à chaque tête de chapitre ainsi que rassemblés en annexe.

    J'ai choisi de reproduire mot pour mot leurs récits sans les retoucher quand ils avaient été eux-même acteurs de l'histoire contée. Ceci afin de ne pas risquer d'interférer involontairement avec la vérité, mais également afin de conserver une certaine couleur locale, un certain pittoresque qui en dit peut-être plus sur Nikelkadmium et ses voyages que les mots eux-mêmes. Je me suis en revanche permis de retranscrire plus proprement les récits tenus de seconde main ce qui permettra de reposer l'esprit du lecteur par une langue plus aisée à suivre. Je peux néanmoins vous assurer que j'ai pris garde à ne conserver de ces dernières anecdotes que les traits pouvant raisonnablement être considérés comme certains et à ne pas en retoucher le sens à mon tour en vous les restituant.

    J'achèverai ce prologue sur une pensée qui m'est venue au cours de l'écriture de ce livre. Dubnium Nikelkadmium était un être joyeux, heureux de vivre, heureux de ses expériences, de ses succès nombreux, de ses quelques échecs également. Sa mort nous a tous attristés mais je me permets de croire qu'il aurait aimé vous voir sourire devant l'histoire de sa vie.



    Les commentaires sont les bienvenus par MP !
    Dernière modification par QDI ; 15/01/2008 à 18h39.

  2. #2
    Date d'inscription
    June 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    433

    Re : Récit très exact de la vie du Célèbre Alchimiste Dubnium Nikelkadmium

    Chapitre I : Le mythe fondateur


    D'après les souvenirs de famille de Rémus, Sillyan et Ambara de Télaga, d'Aveyne, Dorrandin



    Ce très célèbre épisode de la vie de Dubnium Nikelkadmium n'est peut-être pas le premier dans l'ordre chronologique de ceux qui seront contés ici. Cependant, il est si connu et si emblématique de sa vocation qu'il m'a paru convenable de débuter par lui pour permettre de bien cerner le personnage mais aussi pour rétablir la pleine et entière vérité des faits, bien malmenée par la rumeur. Il faut d'ailleurs être conscient que, malgré la transmission de cette histoire de génération en génération au sein de la famille Télaga, plusieurs siècles sont passés apportant leur lot d'oubli.

    Ce qu'on peut établir avec précision est la rencontre au cours du printemps 1370 de Gafin Télaga, fondateur de la dynastie aveynoise, et de Dubnium Nikelkadmium alors âgé de 17 ans. La ferme Télaga, située dans ce qui n'était alors qu'une bourgade nommée Avesnes en Manost, assurait à la famille une subsistance difficile et un maigre revenu tiré de la vente des surplus dans les marchés environnants. Gafin Télaga travaillait donc durement sa terre, tous les jours à cette période de l'année. Nikelkadmium, quant à lui, avait pris dans sa jeunesse le goût des longues balades dans la campagne, vouées à l'observation de la nature et la récolte de plantes diverses et variées.

    L'homme et le gnome se croisaient donc régulièrement et se saluaient, étant tous deux gens cordiaux et de bonne éducation. Ils finirent même par sympathiser et échangeaient leurs savoirs respectifs. Un jour, au cours d'une longue et passionnante discussion sur la culture des tubercules légumineux de la famille des cucurbitacées, se produisit un événement en apparence anodin mais qui allait décider du destin de Dubnium Nikelkadmium : alors qu'ils devisaient en arpentant un chemin creux, il glissa sur l'herbe mouillée et s'écorcha le genou. Gafin Télaga le prit sur son épaule (le gnome pesait bien moins lourd que les sacs de topinambours qu'il avait l'habitude de transporter) et l'emmena chez lui afin de lui faire un bandage sommaire.

    La découverte de la bicoque misérable dans laquelle logeait cet homme si sympathique et si savant dans son domaine (la culture des tubercules légumineux de la famille des cucurbitacées, est-il besoin de le préciser ? ) fut un choc pour le gnome qui n'imaginait jusque là pas qu'on put être si pauvre en étant si travailleur. Pendant qu'il était soigné, il chercha un moyen d'aider ces gens et de les sortir de cet enfer. Après les avoir remerciés, il rentra chez lui en courant et se précipita sur un vieux bocal rempli d'une mousse verte d'où émanait une forte odeur de sapin. Cette expérience pour rendre sa fertilité à la terre du jardin où plus rien ne poussait depuis qu'il avait asséché le sol en tentant de le protéger de la pluie avait été un échec complet. Mais il avait désormais la motivation de reprendre ses essais. Il prévint ses parents qu'une période de travail intensif allait débuter (cela lui assurait de ne pas être dérangé et leur permettait de racheter de la cire pour les oreilles) et arrêta toutes ses expériences en cours. Il fallait choisir ses priorités... Il se mit donc au travail d'arrache-pied.

    A ce qu'il raconta à Gafin Télaga le surlendemain, il n'avait pas dormi ni mangé pendant quarante-huit heures. Mais il avait réussi et pour lui, cela en valait largement la peine. Si sa mousse, désormais orange et bleue avec une odeur de crottin, n'avait pu sauver le jardin de son incurable stérilité, elle serait tout à fait efficace pour les champs de la famille Télaga. Tout le monde connaît la suite, l'incroyable récolte dans une très mauvaise année, l'expansion de la ferme, d'autres bonnes récoltes, le début de la fortune... Cela relève maintenant de la saga de la dynastie des « de Télaga » et de l'histoire de la grande métropole qu'est Aveyne.

    C'est à ce moment là semble-t-il que se forgea chez Dubnium Nikelkadmium la conviction que la science doit oeuvrer pour le bien du peuple, et qu'il devait en être un des artisans.
    Dernière modification par QDI ; 20/09/2011 à 20h58.

  3. #3
    Date d'inscription
    June 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    433

    Re : Récit très exact de la vie du Célèbre Alchimiste Dubnium Nikelkadmium

    Chapitre II : A l'assaut de la bibliothèque


    Dialogue avec Lecta Librarium, gnome




    Pour ce chapitre et les deux qui vont suivre, nous reprenons l'ordre chronologique traditionnel puisqu'ils abordent l'enfance de Nikelkadmium sur laquelle nous n'avons malheureusement que trop peu de témoignages. Ici précisément, je reprends in extenso l'entretien que j'ai eu avec Lecta Librarium il y a un an de cela.



    Sire Alnasin : Lecta Librarium pourriez-vous expliquer aux lecteurs dans quelles conditions vous avez connu Dubnium Nikelkdmium ?

    Lecta Librarium : J'étais une jeune gnome à l'époque car je suis née quelques années après lui et j'étais alors la fille du bibliothéquaire du village. Autant vous dire que l'on croisait souvent Dubnium ! Du moins, jusqu'au moment où il a terminé le stock de livres, pourtant imposant, dont nous disposions. Il devait avoir environ onze ans et je l'ai très peu revu par la suite. Il faisait une petite visite de temps à autres pour vérifier une référence mais c'était rare.

    S. A. : Que pouvez vous nous dire sur son caractère à l'époque ?

    L. L. :
    Oh, c'était un jeune gnome tout ce qu'il y a de plus ordinaire en apparence. Gentil, poli, il aimait beaucoup la discussion et la plaisanterie. Mais il y consacrait nettement moins de temps que le reste de sa génération car il était en permanence fourré dans les livres. Dans ces moments de lecture, il restait disponible et souriant si vous veniez lui parler ... dans la mesure où l'on peut être disponible et souriant quand on répond en gardant son livre ouvert sur les genoux avec un doigt pour ne pas perdre sa ligne !

    S. A. : De quand date votre première rencontre ?

    L. L. : Je peux vous la dater avec précision, c'était de 5 Eliane 1361, le jour de ses huit ans, âge à partir duquel il pouvait enfin venir en personne emprunter des livres. Il était là au moins une demi-heure avant l'ouverture de la bibliothèque à dix heures et s'était précipité à l'intérieur comme s'il s'agissait d'un magasin de jouets. Enfin, c'est la comparaison qui m'était venue à l'époque, je ne pense pas que Dubnium soit jamais rentré dans un magasin de jouets.

    S. A. :
    Et ensuite ? Vous aviez évoqué une anecdote amusante.

    L. L. : J'y viens, j'y viens. Il n'y avait qu'un seul livre qu'il pouvait consulter avant ses huit ans, et c'était le catalogue de la bibliothèque... Comme il n'avait que cela de disponible, il l'avait lu et relu comme s'il s'agissait d'un catalogue de jouets et le connaissait presque par coeur. Enfin, c'est la comparaison qui m'était venue à l'époque, je ne pense pas que Dubnium ait jamais lu un catalogue de jouets.

    S. A. : Bien bien et ?...

    L. L. : Il s'était fait une petite liste et mon père a cru que c'était ses parents qui l'envoyaient leur chercher des ouvrages. Alors quand il l'a vu sortir en traînant laborieusement derrière lui un cabas contenant trois fois son poids en livres il l'a arrêté en expliquant d'un ton bourru que Monsieur et Madame Nikelkadmium pouvaient bien se déplacer et qu'il ne les laisserait pas exploiter leur fils. Je ne vous raconte pas sa surprise quand ce gnome haut comme trois pommes, bon des grosses pommes, je l'admets mais quand même il n'était pas bien grand, un gnome de huit ans vous imaginez... Bien sûr j'étais encore plus petite mais...

    S. A. : " Quand le gnome haut comme trois pommes... " disiez-vous ?

    L. L. : Ah oui, quand le gnome haut comme trois pommes donc, même si... enfin vous m'avez compris... lui a répondu : " Mais Monsieur Librarium, ce n'est pas pour mes parents, c'est pour moi. " Mon père lui a donné une baffe pour lui apprendre à mentir, oui il était très à chwwEval sur l'éducation... Mais il a été bien embêté quand Dubnium lui a résumé le tome I de je ne sais quelle encyclopédie [NdA : il s'agit très probablement de "Toutes les plantes de Toril" dont la bibliothèque possède toujours un exemplaire] dont il emportait le tome II. Il a alors accompagné Dubnium jusque chez lui en portant les livres qu'il voulait lire (ce qui faisait lourd, même pour un adulte) et a annoncé aux parents que leur fils était un génie.

    S. A. : Vous a-t-il rapporté ce qu'ils lui avaient répondu ?

    L. L. : Bien sûr, il le racontait à chaque fois que nous avions des invités : " Oui, on sait. Mais on n'y est pour rien et puis, ça peut pas lui faire de mal, non ? "

    S. A. : Ils n'avaient pas tout à fait tort ! Vous avez revu Dubnium Nikelkadmium par la suite ?

    L. L. : Oui, il ne venait qu'une ou deux fois par semaine mais remportait toujours trois ou quatre ouvrages, souvent pesants. J'ai d'ailleurs longtemps cru qu'il les lisait par ordre décroissant de poids, plus c'était gros, plus il aimait ! A la fin, mon père a arrêté de noter ses venues car on ne retrouvait plus les visiteurs occasionnels dans le registre au milieu de toutes les entrées "Dubnium Nikelkadmium le tant, 5 livres... Dubnium Nikelkadmium le tant, 3 livres... Dubnium Nikelkadmium le tant, 4 livres... "

    S. A. : A-t-il rendu des services à la bibliothèque ?

    L. L. : Oui, comme il connaissait la collection mieux que mon père lui-même, il aidait chaque année à effectuer l'inventaire. Il a également refait intégralement le système de classement pendant une semaine où mon père, fiévreux et alité, lui avait confié la bibliothèque...

    S. A. :
    Quel souvenir gardez-vous de lui ?

    L. L. : Un très bon souvenir, il a toujours été très gentil avec moi et il me ramenait des parts de tarte banane-cerise que préparait sa maman. Un délice ! Et puis, je crois que quelqu'un pour qui les livres sont des jouets ne peut être que foncièrement bon.

    Dernière modification par QDI ; 21/01/2008 à 18h30.

  4. #4
    Date d'inscription
    June 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    433

    Re : Récit très exact de la vie du Célèbre Alchimiste Dubnium Nikelkadmium

    Chapitre III : Comment un grand voyageur découvrit que l'insolite se trouvait tout près de chez lui



    Extrait du Journal de Ceylan Rôde



    L'histoire que je vais vous conter là était totalement inconnue jusqu'à aujourd'hui. Je l'ai moi-même découverte par hasard au fil de mes lectures personnelles. Tout le monde connaît Ceylan Rôde, ambassadeur et grand voyageur Manostien ainsi que la narration qu'il a publiée de ses voyages, son fameux Journal. Il se trouve qu'il a fait étape dans la communauté où vivait la famille Nikelkadmium et qu'il y a rencontré le jeune gnome. C'est le récit de cette incroyable rencontre que je vous livre ici. Il s'agit des pages 42-43 du tome III de la quatrième édition du Journal de Ceylan Rôde.

    Le 3 Martel 1368 CV au soir :
    Suis bien arrivé dans le village de gnomes qu'on m'avait signalé. Le temps est toujours froid même si la neige s'est arrêtée de tomber. Les gens ici sont très accueillants, je suis logé chez la seule famille possédant un lit à ma taille. Le chef du village a décidé une fête ce soir en mon honneur. Je leur raconterai le voyage à Lumenis, aucun d'entre eux n'a jamais dû beaucoup s'écarter d'ici. Mon hôtesse m'a apporté une boisson chaude très odoriférante. Très bon, je lui demanderai comment ils la préparent. Autant d'habitude je préfère ne pas savoir, autant je ne pense pas risquer grand chose ici : ils sont civilisés.

    Le 4 Martel 1368 CV au midi : Viens de me réveiller, dormi trop tard. La faute à la boisson d'hier soir, du kathéfé, je n'aurais pas du en reprendre. La fête était très classique, moins exubérante que chez des halflelins, mais autant de chants et de farces. Les « sages » du village m'ont posé quelques questions à la suite de mon récit. Je les ai aidés à compléter une grande carte de Dorrandin et Hélonna conservée à la bibliothèque. Beaucoup d'ouvrages en tous genres, quelques uns récents. Sans doute des contacts réguliers avec des gnomes de Manost. Quelque chose d'autre me revient en mémoire. J'ai entendu un grand craquement avant de m'endormir, venant de l'extérieur. Je me demande ce dont il s'agit. J'interrogerai mes hôtes tout à l'heure.

    Le 4 Martel 1368 CV au soir : Ils ne m'ont pas répondu directement, ils prétendent ne rien avoir entendu. Dans l'après-midi, j'ai surpris un conciliabule. J'ai clairement entendu : « On lui avait pourtant dit d'arrêter » et « Aucun respect pour le voyageur comme pour personne d'ailleurs ». J'ai été me promener dans les environs le restant de la journée. Rencontré personne, pas pu prendre de renseignements supplémentaires. Je réessaierai demain. Excellent repas, je me suis limité à une tasse de kathéfé, C'est un mélange d'herbes infusées et de graines torréfiées. J'en emporterai quelques réserves en partant.

    Le 5 Martel 1368 CV au matin : A nouveau mal dormi. De nombreux « craquements » cette nuit. On dirait d'ailleurs plutôt des explosions. Je vais interroger immédiatement mes hôtes.

    Le 5 Martel 1368 CV au midi :
    Je ne connais toujours pas l'origine de ces bruits. Les deux gnomes se sont répandus en excuses et m'ont promis que cela allait cesser. Ils n'ont pas voulu en dire plus. Je ne peux pas enquêter ouvertement si je ne veux pas les vexer. Je vais dormir cet après-midi sous prétexte de rattraper mon sommeil manquant et je sortirai discrètement la nuit venue afin de localiser l'origine de ces étranges phénomènes sonores.

    Le 5 Martel 1368 CV au soir : Tout est prêt, mes hôtes dorment. La fenêtre s'ouvre sans bruit. J'ai déjà entendu une première explosion – je suis sûr maintenant qu'il s'agit d'explosions. Le bruit venait du nord, je pars.

    Le 6 Martel 1368 CV au petit matin : J'ai découvert le « secret » du village, l'origine de ces étranges bruits qui résonnent toutes les nuits dans le quartier. Après avoir quitté la maison hier soir, j'ai suivi à l'oreille la trace de ces explosions. Elles étaient nombreuses et fréquentes, plus ou moins fortes. J'ai rapidement pu localiser la maison d'où elles provenaient. Petite maison coquette, rien d'inquiétant, juste une fenêtre allumée, la seule du village sans doute. Je me suis approché et j'ai vu dans la pièce éclairé celui qui dérangeait mon sommeil : un alchimiste. C'était un jeune gnome affairé dans une sorte de chambre-laboratoire encombrée de cornues et d'alambics en tous genres et de toutes formes. J'ai frappé au carreau. Il m'a vu et m'a ouvert sans avoir l'air de s'émouvoir. Il a tout de même demandé d'un air mécontent ce qui se pouvait bien se passer vu qu'il avait déjà arrêté ses expériences de jour.

    Visiblement, il est à la fois le bon et le mauvais génie du village. C'est lui qui a conçu, « par erreur » m'explique-t-il, le Kathéfé ainsi que diverses potions de l'apothicaire. Il a également refait le classement de la bibliothèque et conseillé l'achat de quelques livres de sciences que j'avais vu le soir de mon arrivée. Il travaille en ce moment sur un système de chauffage de la salle commune. En échange de quoi, on laisse lettre morte les récriminations de ses voisins contre les bruits continuels de ses expériences. Il a accepté de les cesser pendant ma venue mais était « forcé d'en continuer une la nuit pour le bien de la communauté », il pense que verser du sel sur la neige pourrait la faire fondre. C'est ridicule évidemment, ça se saurait, mais tous les génies ont un grain de folie, non ?

    J'ai noté son nom, on ne sait jamais, je pourrais le réentendre quelque jour : Dubnium Nikelkadmium.

    Je repars cet après-midi. Mes hôtes ne se sont aperçus de rien.

  5. #5
    Date d'inscription
    June 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    433

    Re : Récit très exact de la vie du Célèbre Alchimiste Dubnium Nikelkadmium

    Chapitre IV : Une fiche de « recensement »


    Fiches tirées des archives manostiennes



    Tout le monde a entendu parler du grand recensement manostien de 1369, le plus important qu'aient jamais connu Dorrandin et Helonna, fruit d'une audacieuse et opiniâtre génération de fonctionnaires helmites. Il concerna la totalité de la population à l'intérieur des murs de la ville sans distinction de race et tous les hommes, elfes, semi-elfes, gnomes et halflelins à trente lieues à la ronde autour du temple de Helm. Les nains de l'extérieur, se considérant comme des communautés indépendantes, refusèrent d'y prendre part.

    Ce qu'on sait moins, c'est que suite aux évênements (comme les ont toujours appelés et les appellent encore les autorités manostiennes) de Mirtul 1368, ce recensement devait permettre d'identifier tous les « éléments déstabilisateurs » de la théocratie. En effet, de nombreuses fiches bleues de recensement, comportant les informations d'état civil classique de tel ou tel habitant ont été doublées d'une fiche pourpre porteuses d'informations bien plus sensibles. La plupart des intellectuels du régime furent ainsi classés « Perturbateur », « Dangereux » ou encore « A surveiller étroitement ». Mais ce fut également le cas de beaucoup de simples prêtres, guérisseurs ou pédagogues. Les critères choisis pour effectuer cette classification nous échappent d'ailleurs toujours car de nombreuses zones d'ombres subsistent.

    Les Archives de Manost sont un des endroits les mieux gardés de Toril et leur accès est strictement réglementé. Néanmoins après de nombreuses démarches auprès des dirigeants, j'ai réussi à obtenir un droit d'accès à la section « Grand recensement » afin de reproduire dans cet ouvrage la fiche bleue de Dubnium Nikelkadmium. J'étais alors loin de me douter, comme ceux qui m'ont laissé y accéder, que je trouverai à côté sa fiche pourpre...




    Fiche de recensement n° 1 53 9 G 666 777




    Nom : Nikelkadmium

    Prénom : Dubnium Osmium

    Race : Gnome des collines

    Date de naissance : 5 Eleinte 1353

    Lieu de naissance : Ecum



    Ascendance :


    Fils de : Jerum Nikelkadmium descendant de Alstum Nikelkadmium et de Déhèna Génum


    et de Julia Ionlithium descendant de Durhum Ionlithium et de Maria Etpatrisfilium



    Résidence : 3, rue du 11 Uktar 1318 à Ecum


    Etat civil : Célibataire


    Profession
    :
    Aucune



    Apparence :



    Taille : 1 m 10

    Poids: 19 kg

    Cheveux : Bruns

    Yeux
    :
    Bleus

    Signes distinctifs :
    Porte parfois de petites lunettes en écaille





    Fiche d'informations subsidiaires :



    Personnage classé :


    Elément à surveiller (cat. n°3)
    Elément potentiellement capable de devenir déstabilisateur (cat. n°37 bis)
    Elément possédant les capacités de mettre en oeuvre des moyens de déstablisation et/ou de destruction (cat. n°56 ter)


    Raisons du classement
    :


    Gnome
    Elément particulièrement (trop ?) intelligent
    Ne révère pas Helm
    Comportement suspect : se promène régulièrement seul dans la nature
    Nombreux contacts avec des populations défavorisées, considère certains paysans comme des « amis »
    Semble posséder une position certaine dans le village par des activités en sous-main (trafiquant ?)
    Possède un matériel complet d'alchimie


    Développement :


    Dubnium Nikelkadmium est un jeune gnome (16 ans) possédant une forte acuité intellectuelle mais sans doute pas la maturité de l'assumer. Dissimule probablement une profession d'alchimiste (matériel découvert chez lui, aucune profession déclarée), peut-être pour cacher des activités illégales.

    Très apprécié par une partie du village, il en exaspère l'autre. Les gens n'osent pas parler sur son compte : par peur ? Plusieurs habitants semblent lui être fanatiquement dévoués : un trafic de drogues n'est pas à exclure.

    Il semble également apprécier la solitude. Part souvent seul. Nombreuses connaissances parmi les paysans et serfs de la région. Probable influence et capacité à provoquer une résistance, une révolte, voire une émeute. Surtout s'il les fournit en drogue.


    Mesures proposées :


    Fouille complète de son domicile, recherche de produits illégaux. Filature pendant errances, recherche d'une cache. Paraît nécessaire au vu des éléments réunis.


    On ne sait pas quelles suites furent données aux propositions que vous avez pu lire...

  6. #6
    Date d'inscription
    June 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    433

    Re : Récit très exact de la vie du Célèbre Alchimiste Dubnium Nikelkadmium

    Chapitre V : Entretien avec un nain-terné


    Dialogue avec Throm Stormgeld, nain



    La trace du Célèbre Alchimiste n'est pas toujours gaie à suivre. Le témoignage que je vais vous présenter dans ce cinquième chapitre a été douloureusement obtenu à la suite d'une longue conversation avec Throm Stormgeld, un nain d'écu ayant totalement perdu la raison. Il est interné depuis de très nombreuses années à l'hôpital Sancta-Anna de Manost, spécialisé dans le traitement des déments. Malheureusement, à ce que m'ont confié les clercs, aucun espoir de guérison n'apparaît pour lui. Son état se serait même encore dégradé depuis la nouvelle de la mort de Dubnium Nikelkadmium.

    Il m'a fallu déployer des trésors d'éloquence (et des trésors tout court) pour persuader les guérisseurs de me laisser m'entretenir quelques heures avec lui. Je ne regrette certes pas de l'avoir fait, tant l'histoire que je vais vous conter apporte un éclairage nouveau sur Nikelkadmium. Vous verrez néanmoins au cours de votre lecture avec quelles difficultés j'ai arraché ces précieuses informations.



    Sire Alnasin : Salutations puissant Stormgeld, je souhaiterais converser un petit peu avec vous

    Throm Stormgeld : Qu'est-ce que vous vouleeez !? Et qui vous a laissé rentrer ? Vous venez me voler hein !

    S. A. : (Qu'est ce qu'il raconte ?) Certes non Sire nain, Helm me garde de telles intentions ! Je suis écrivain, et je recherche des témoignages.

    T. S. :
    Vous pouviez pas inventer une histoire plus crédible ! Reculez jusqu'à la porte si vous voulez que je réponde à vos sales questions. Et je vous interdis de regarder le tapis : vous savez très bien que j'ai caché mon ooooooor dans une cavité secrète fermée par une trappe juste au-dessous. Tout mon ooooor, ou plutôt ce qui m'en reste. Raaah ! Et il a osé mourir !

    S. A. : Vous parlez de Dubnium Nikelkadmium, le Célèbre Alchimiste ?

    T. S. :
    Evidemment, votre ami je suis sûr. Tous, vous êtes touuuus alliés contre moi je le sais. Vous n'êtes pas le premier qu'il envoie finir son oeuvre !

    S. A. : Mais je ne suis pas envoyé... (Oh, zut !) Permettez-moi de vous demander : comment l'avez-vous connu ?

    T. S. :
    Dans ce lieu maudit, le soit-disant temple d'un dieu. Mais aucun dieu ne permettrait qu'un pareil crime, qu'un tel sacrilège s'accomplisse entre les murs de son sanctuaiiiiiiiire : ce ne peut être que le refuge d'un démon !

    S. A. : Certes, certes (Gond me pardonne !). Le seule temple où soit jamais entré Dubnium Nikelkadmium semble être le temple de Gond des faubourgs suds de Manost. Il y a été élève, et vous, en quelle qualité y étiez-vous ?

    T. S. :
    Il n'était PAS élève ! Il était venu pour m'assassiner au moins, et il a presque réussi. Moi j'étais le meilleur élève, j'allais devenir le nouveau prêtre. Mais il a tout détruit !

    S. A. : Que s'est-il passé ? Cela avait-il un rapport avec l'exclusion du gnome du temple ?

    T. S. :
    On ne pouvait pas l'exclure puisqu'il n'était pas élève... Ouiiiii, ils ont fait semblant pour le couvrir ! Car ils étaient dans le complot touuuus... comme VOUS ! Vous devant votre écran qui me lisez !

    S. A. : (Mais il délire complètement !) Hum, vous pourriez peut-être me raconter les détails de ce qui s'est passé.

    T. S. :
    Ils lui ont laissé l'accès au laboratoire, sous un prétexte futile ! Ils lui ont fourni les armes pour me détruire... Et il a emporté mon âme avec lui, dans son expérience maudite !

    S. A. : Votre âme ? Mais Dubnium Nikelkadmium n'a jamais été un adepte de la nécromancie ou de la sorcellerie démoniaque. Et c'est plutôt le laboratoire qu'il a détruit, non ?

    T. S. :
    Oui, vous nieeeeeez ! Comme tous ses complices ! Vous savez ce que je veux dire... vous connaissez la vérité. Seuls les démons pratiquent ces formes d'alchimie, seuls les pires démons comme ce damné gnome.

    S. A. : (Mais ça devient intéressant...) Eclairez-moi, je vous en prie, personne ne sait exactement ce qui s'est passé ce jour-là car le secret a été bien gardé. Je veux vous aider, le monde a le droit de savoir si le Célèbre Alchimiste mérite son titre ou s'il a pratiqué un jour quelque rite interdit.

    T. S. :
    Je l'ai déjà dit ! Personne ne me croit ! Ils l'admirent touuuuus, personne ne croit ou ne veut croire au terrible complot des prêtes et du gnome et de VOUS ! Vous devant votre...

    S. A. : Oui, oui mais moi je vous écoute non ? Dites moi donc : que s'est-il passé ? (Dire que la vérité est à portée de main...)

    T. S. :
    Il a tenté... il a tenté... il a tenté ! Non ! Je ne peux prononcer pareil blasphème. Nommer un crime aussi sacrilège, c'est en être le complice !

    S. A. : (Mais il va cracher le morceau !) Allez, faites un effort, personne ne le saura jamais sinon !

    T. S. :
    Il a tentééééééééé... de... CHANGER... l'OR en... en ... P-L-O-M-B ! MON OR EN PLOMB ! Le mien, mon préciiiiieux or ! Mon âme qu'il m'a volé ! AaaH et il est mort, il ne pourra jamais me le rendre... bouhouhou.... AaAaAAaAAaah ! AaaaAAAaArg !

    Les infirmiers sont alors intervenus pour le maîtriser et lui faire subir un nécessaire sort de sommeil. J'ai profité du chaos ambiant pour fouiller discrètement la cache « secrète » qu'il m'avait désigné. Sous le tapis, une trappe, et sous la trappe un coffre. Dans le coffre, du plomb.

    J'ai écrit immédiatement après au grand-prêtre de Gond, responsable du temple concerné. Il était novice à l'époque des faits mais se rappelle très bien de la situation. Je vous cite un extrait de sa lettre :


    « Cette expérience était audacieuse à tous points de vue, audacieuse par son objectif, mais aussi par la complexité des moyens mis en oeuvre et ce malgré le génie du jeune gnome. Le plus surprenant a donc été qu'elle réussisse et le plus terrible également car de tels mystères ne devraient jamais être percés. On ne sait d'ailleurs pas exactement ce qui s'est passé et on ne le saura heureusement jamais : immédiatement après l'évènement, les prêtres ont décidé de garder le secret et ont enjoint Dubnium d'oublier ses formules et ses calculs. Je ne peux donc vous apporter aucun éclairage sur cette question cruciale.

    Je peux néanmoins vous préciser quelques détails. Le seul or disponible au temple était celui de Stormgeld. Il n'en faisait pas mystère mais l'enfermait dans un coffre à la serrure solide qu'aucun voleur n'aurait pu ouvrir. Dubnium a lui contourné l'obstacle en faisant fondre à l'acide son couvercle alors que tout le monde dormait. Je ne crois pas qu'il ait imaginé provoqué un tel cataclysme dans l'esprit du nain avec lequel il s'entendait bien. »


    D'après les renseignements que j'ai obtenu auprès des clercs de l'hôpital Sancta-Anna, Dubnium Nikelkadmium est venu à plusieurs reprises visiter Throm Stormgeld mais sa vue provoquait inévitablement des crises d'agressivité chez le nain. Il a également chargé divers banquiers de proposer à Stormgeld d'échanger son plomb contre de l'or véritable, mais celui-ci a toujours refusé ce qu'il considérait comme une nouvelle tentative de lui voler son « trésor ».

  7. #7
    Date d'inscription
    June 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    433

    Re : Récit très exact de la vie du Célèbre Alchimiste Dubnium Nikelkadmium

    Chapitre VI : Un acte du clergé d'Oghma



    Reproduction d'une archive





    Tout le monde connaît la réputation, certes pas usurpée, des prêtres d'Oghma. Des gens d'un grand savoir, extrêmement bien organisés et serviables, mais également tatillons au possible et plus qu'enclins à la paperasserie... Mais ce qui peut devenir agaçant voire exaspérant pour ceux qui ont besoin quotidiennement de leurs services devient une bénédiction pour les historiens ou les amateurs d'archives.

    Alors que j'avais quasiment achevé cet ouvrage, je me suis en effet arrêté quelques jours au temple d'Oghma de Manost. Quelle ne fut pas ma surprise quand je découvris que la principale pièce du bâtiment, non pas le sanctuaire mais la bibliothèque, avait été baptisée du nom de Dubnium Nikelkadmium. J'interrogeai à ce sujet l'un des prêtres qui m'informa qu'ils avaient découvert au cours d'une reclassification ou d'un inventaire – je n'ai pas très bien compris ! - un document établissant que le Célèbre Alchimiste avait travaillé trois ans comme bibliothéquaire à ce temple.

    C'est la reproduction exacte de cet acte authentique que je vous propose dans ce chapitre.


    __________________________________________________________________________


    Acte d'engagement



    Le 12 Kythorn 1372 à Manost, devant l'autorité pleine et inconstestable d'Oghma en son temple,

    Entre les soussignés :


    Le Grand Temple d'Oghma de la ville de Manost, se tenant à l'extrémité de la grande allée des Marronniers, en la personne de Blatre Sumac agissant en qualité de Second Chanoine

    d'une part,

    et


    Dubnium Nikelkadmium
    , gnome, demeurant à l'auberge du temple, d'après le justificatif N-48 102

    d'autre part,

    Il a été conclu le présent contrat vrai et irréfutable en application de l’encyclique n°1369-893 du 2 Marpenoth 1369 :




    1) Engagement



    Dubnium Nikelkadmium
    , qui se déclare libre de tout engagement, est engagé pour une durée indéterminée, à compter du : 1er Flammerige 1372 en qualité de : troisième bibliothéquaire adjoint, sous réserve des résultats aux tests de lecture, d'écriture et de connaissance des formulaires.

    Dubnium Nikelkadmium deviendra : membre laïque à semi-part du clergé d'Oghma, avec accession immédiate au : quatrième échelon. Il entrera à la prise en valeur du présent acte en pleine possession des droits et devoirs y afférents.



    2) Durée du travail, horaires, exemptions



    D'après l'article L-1327-54 du canon des Temples d'Oghma, la durée hebdomadaire d'office de Dubnium Nikelkadmium est de : 18 heures, la durée hebdomadaire de lecture minimum de Dubnium Nikelkadmium est de : 21 heures.

    D'après la convention 64 bis relative au statut des membres laïques à semi-part du clergé d'Oghma et sur accord de Dubnium Nikelkadmium, des heures d'office supplémentaire peuvent être effectuées ponctuellement sans valoir de rétribution supplémentaire.

    Toujours d'après la convention 64 bis relative au statut des membres laïques à semi-part du clergé d'Oghma,
    Dubnium Nikelkadmium bénéficiera de : 30 jours d'exemption d'office par an, avec possibilité de se retirer dans n'importe quel temple d'Oghma de Dorrandin sur simple demande, le transport étant à la charge du temple demandeur.



    3) Rémunération



    D'après l'alinéa B de l'article L-1327-78 du canon des Temples d'Oghma comportant la grille d'indexation des traitements valable pour le quatrième échelon,
    Dubnium Nikelkadmium percevra : trois-cent-soixante pièces d'or par an, soit : trente pièces d'or par mois.

    Dubnium Nikelkadmium
    sera logé au dortoir du Temple où il bénéficiera d'une armoire et d'un coffre fermé à clef. Il sera nourri au réfectoire à la table de son échelon.



    4) Dispositions particulières : rupture du présent acte


    Conformément à l’encyclique n°1369-893 du 2 Marpenoth 1369, l'engagement pris peut-être rompu par le Temple contractant dans les deux années suivant son entrée en vigueur ou par
    Dubnium Nikelkadmium de sa propre initiative à partir du deuxième anniversaire de son entrée en vigueur ou par accord entre les deux parties à n'importe quel moment.

    Dans les deux cas, la rupture doit être signifiée par une épître contresignée accompagnée du formulaire ad hoc dûment rempli un mois avant la date de rupture demandée.


    Lorsque le temple d'Oghma est à l’initiative de l'annulation du présent acte, sauf faute grave, et selon la convention 64 bis relative au statut des membres laïques à semi-part du clergé d'Oghma, Dubnium Nikelkadmium percevra une indemnité forfaitaire de : 30 pièces d'or.

    Le présent acte est établi en deux exemplaires dont l'un sera confié
    à Dubnium Nikelkadmium et l'autre conservé dans les archives du temple à fin de classement.


    Par la grande autorité d'Oghma,

    Blatre Sumac
    Dubnium Nikelkadmium
    Dernière modification par QDI ; 27/02/2008 à 22h18.

  8. #8
    Date d'inscription
    June 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    433

    Re : Récit très exact de la vie du Célèbre Alchimiste Dubnium Nikelkadmium

    Chapitre VII : Un poème



    Poème de Enahpets Emrallam


    Beaucoup de gens savent que le goût de l'aventure de Dubnium Nikelkadmium lui est venu à la lecture d'un poème d'Enahpets Emrallam (et non pas Aimera l'âme comme on le voit trop souvent écrit). J'ai trouvé intéressant de reproduire ici ces superbes vers qui ont tant pesé sur la vie du Célèbre Alchimiste et qui prouvent que malgré ses rodomontades sur la supériorité de la science, il était loin d'être dépourvu de conscience artistique.

    Un petit tour ici avant de lire la suite.

    Vent des plaines

    Ma chaire est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres.
    Fuir ! là-bas fuir ! Je sens que des pédants sont ivres
    D'avoir quitté les mots inconnus pour les cieux !
    Rien, ni les vieux bouquins dévorés par les yeux
    Ne retiendra ce coeur que l'aventure appelle
    Ô nuits ! ni la clarté déserte de ma chandelle
    Sur le lourd manuscrit couvert de caractères
    Et ni la jeune femme déchiffrant son bréviaire.
    Je partirai ! Ô route ondulant tes pavés,
    Mène moi vers de plus exotiques sentiers !

    Un Ennui, désolé par les pesants grimoires,
    Croit encore à l'adieu suprême des histoires !
    Et, peut-être, les bois, invitant les périls,
    Sont-ils ceux de bandits cruels et habiles
    Perdus, sans cartes, sans cartes, ni utiles boussoles...
    Mais, ô mon coeur, résonne comme ces pas sur le sol !

  9. #9
    Date d'inscription
    June 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    433

    Re : Récit très exact de la vie du Célèbre Alchimiste Dubnium Nikelkadmium

    Chapitre VIII : Du mauvais ménage de l'alchimie et de l'économie



    Récit d'un nain


    Après ses trois années de travail à la bibliothèque du temple d'Oghma, Dubnium Nikelkadmium est donc parti à l'aventure sur les routes de Dorrandin. Les informations sur ses pérégrinations deviennent alors plus difficiles à collecter, nombre d'humains l'ayant connu à cette époque étant aujourd'hui décédés. Je me trouve donc, à mon grand dam, forcé de laisser plusieurs zones d'ombre dans cette biographie du Célèbre Alchimiste. Je me refuse en effet, au contraire de trop nombreux auteurs peu scrupuleux, à les combler par quelque trait de mon imagination.

    Mais dans cette obscurité, j'ai tout de même pu établir quelques traces tangibles du passage de Nikelkadmium. Celle que je vous présente ici concerne un assez long séjour qu'il avait effectué dans la puissante communauté naine d'Eun'deur Moun'tayne, déjà célèbre en ce temps pour ses mines de diamants. L'objet de ce séjour va vous être présenté par un de ses témoins privilégiés, puisqu'il prit une part active aux travaux de Dubnium Nikelkadmium.



    ________________________________________________



    " Mille cailloux ! Je me présente, Karadrin Martèlefer, maître ingénieur de la cité d'Eun'deur Moun'tayne et chef du clan Egrebaf, grand clan des tailleurs de gemme. J'ai de nombreuses années derrière moi et une longue barbe blanche mais je me souviens parfaitement de ma rencontre avec Dubnium, comme de ma première bière. Dans notre jeunesse à tous les deux - je n'ai que deux ans de plus que lui - nous avons fait les quatre-cents coups. Quand nos chemins ont bifurqué, lui a continué l'aventure, tandis que je me suis assagi pour travailler au sein de mon peuple.

    Il a frappé un jour de 1378 CV à la porte de la cité, traînant un petit chariot empli de cornues et d'alambics et demandant l'hospitalité en échange de ses services d'alchimiste. A ce moment, j'étais de garde à la porterne et en compagnie de quelques amis nous fêtions la première heure de garde avec une petite brune délicieuse, une bière comme on n'en fait que chez nous. J'ai envoyé un messager à mon père pour demander des instructions, et en attendant sa réponse, nous avons mis un tonneau de blonde en perce pour fêter son arrivée ! Je l'ai fait asseoir à ma gauche, car je gardais toujours une rousse piquante à ma droite : c'était ma copine à l'époque. Je précise parce que nous avons aussi de la bière rousse à Eun'deur Moun'tayne fabriquée à partir de malts ambrés ou caramélisés, mais tel n'est malheureusement pas le sujet ici, je m'égare !

    Nous avons terminé le tonneau en compagnie du messager qui apportait le message d'accueil officiel de mon père et les huit heures de garde sont passées trèèèès vite... Le soir, Dubnium a emménagé chez moi tandis que les autres repartaient pour huit heures de garde supplémentaire, n'étant pas tellement en état de quitter le poste. En fait, on était les deux seuls capables de marcher, ça forge une amitié ça ! Le lendemain, on s'est rendu compte qu'on appréciait aussi tous les deux l'expérimentation, l'ingéniérie, les découvertes en tout genre... On est rapidement devenus inséparables, on passait nos tours de garde ensemble (au grand désespoir du sommelier du clan), on écumait les tavernes, on élaborait de nouveaux prototypes de bière dans son laboratoire, on coupait les réserves des autres clans avec de l'eau...

    Et puis personne ne pouvait rien y faire parce qu'on était les protégés du maître forgeron et du maître ingénieur, deux fameux buveurs tous les deux, même Duby et moi on les battait pas à deux contre un... Sous leur conduite, nous avons amélioré toutes les machines de la cité, les soufflets, les presses hydrauliques, les meules, les moulins et j'en passe. Parallèlement, nous menions nombre de recherches pour notre plaisir et pas seulement sur l'orge et le houblon ! Nous avons mis au point un procédé de purification du fer et un bain de cyanure pour la récolte des minerais par exemple, mais notre plus grand fait d'arme fait encore trembler les nains aujourd'hui et on en menace les enfants pas sages quand ils refusent de manger leur soupe...

    Tout est parti d'un éclat de génie de Dubnium, bien aidé il est vrai par le premier tonneau de la cuvée 1379 CV. Il a en effet postulé que le graphite et le diamant serait en fait constitués de la même substance mais agencée différemment. Oui, je sais, ça a l'air ridicule, mais on était sérieusement brindezingue ! Et le pire, c'est que même le lendemain il était toujours d'accord avec son idée de la veille. Alors évidemment moi je l'ai suivi parce que je me disais qu'on allait bien rigoler... j'ai pas été déçu ! On a fait quelques expériences avec un crayon du greffier et une bague de ma grande tante (elle la cherche toujours je crois !) et on s'est rendu compte que décidément la bière, il n'y a rien de mieux pour l'inspiration : il avait raison. On en a parlé aux deux maîtres qui se sont bien moqué de nous. Après quelques pintes, ils ont tout de même accepté d'examiner nos résultats et ont fini par se ranger à notre avis.

    Il n'y avait alors plus qu'une seule chose à faire : prouver notre hypothèse en transformant du graphite en diamant. Bien sûr, on aurait pu faire le contraire, mais avouez que cela aurait été bien moins amusant ! Pour ce faire, on a du encore perfectionner les presses et le système de conduction thermique de la forge puisque le seul moyen de réussir était d'imposer au crayon des conditions de pression et de température tout juste atteintes dans les profondeurs de Toril ! On a vidé quelques tonneaux avant d'y parvenir, surtout Dubnium qui avait le cervelas en surchauffe, mais on y est arrivé avant d'achever les réserves du clan. Le jour de l'expérience, on avait décidé tous les quatre de ne rien boire afin de conserver le contrôle de nos doigts, enfin quand je dis rien on ne s'est pas laissé mourir de soif dans la forge chauffée au maximum non plus ! Pas plus d'une pinte par personne, ça nous avait paru raisonnable.

    Enfin, je vais vous épargner les détails techniques, mais quand on a rouvert le compartiment, on a trouvé une mince tige translucide un peu chaude. Il n'y avait pas besoin de faire le moindre test supplémentaire, tout nain pouvait ressentir au plus profond de son âme et de sa chair qu'il s'agissait de diamant pur. Je crois que nous n'avons pas même pris le temps de fêter notre succès, nous étions comme fous ! Nous nous sommes précipité à la taverne où nous avons annoncé notre découverte. Heureusement, tout le monde s'est empressé de fêter cela pour nous et nous nous sommes largement servis. Une heure plus tard, la nouvelle avait fait le tour de la cité, ma copine se remettait avec moi et Dubnium était déclaré « Grand ami des Nains » et « Citoyen d'honneur d'Eun'deur Moun'tayne ». Je crois qu'on avait tellement bu qu'on n'arrivait même plus à dormir...

    Le problème est venu après, trois jours après, quand on s'est réveillé. A ce que j'ai compris, un marchand de passage ayant appris notre exploit a refusé de continuer à se fournir en diamants auprès de nous, de peur que nous ne lui refilions de « faux diamants ». Par la suite, tous les négociants de la cité ont commencé à prendre peur, et comme toute l'économie reposait sur le diamant, la monnaie qui était indexé sur son cours s'est écroulée et la ville a été ruinée en trois jours... La crise n'a pris fin qu'après la destruction de notre presse hydraulique, un mois plus tard. Pendant tout ce temps, nous étions caché avec Dubnium et nous rigolions, nous rigolions ! Où est-ce que nous étions caché ? A la cave bien entendu ! "
    Dernière modification par QDI ; 20/09/2011 à 21h16.

  10. #10
    Date d'inscription
    June 2005
    Localisation
    Paris
    Messages 
    433

    Re : Récit très exact de la vie du Célèbre Alchimiste Dubnium Nikelkadmium

    Chapitre IX : Une promenade en montagne



    par Sire Alnasin


    Les lignes qui suivront sont le fruit de mon expérience personnelle. En effet, je peux avoir la fierté d'affirmer que je suis le premier à avoir retrouvé la trace du Célèbre Alchimiste après son départ d'Eun'deur Moun'tayne et avant son arrivée à Lumenis. Mes aimables lecteurs bénéficient donc par mon témoignage d'informations encore inconnues du public et qui feront, j'en suis certain, le plus grand bruit dans les cercles éclairés de la capitale.

    Après avoir interrogé Karadrin Martèlefer et avoir pris toutes les notes dont je pouvais avoir besoin dans la cité naine, j'ai pris congé de l'accueillant forgeron. Je m'apprêtais à partir quand il a évoqué à demi mot devant moi l'existence d'un passage secret à travers les montagnes.

    "- Au fait, vous voulez prendre le raccourci ?
    - De quel raccourci parlez-vous donc ? me suis alors exclamé
    - Et bien le raccourci pour rentrer à Manost et éviter de faire le tour par la vallée de Boudûh-Mondh !
    - Vous voulez parler d'une des routes souterraines secrètes des nains ?
    - Heu, comment dire ? Ce n'est pas vraiment secret, c'est juste qu'il est rare que des non nains passent par là. Donc on va pas mettre de panneau, hein.
    - Je comprends que vous ne vouliez pas dévoiler l'emplacement des tunnels qui mènent à vos cités.
    - En fait, c'est une voie à ciel ouvert. Vous êtes claustrophobe ?
    - Non, non pas du tout. C'est juste que...
    - Ca me rassure parce que comme vous êtes là depuis une semaine.
    - C'est un chemin long et périlleux n'est-ce pas ?
    - C'est un raccourci quoi ! Donc non il est moins long que la grande route.
    - Je m'en doute bien! Mais il doit y avoir de nombreux dangers sur la route, un voyage exaltant, des...
    - A une époque oui, c'était risqué comme passage.
    - Vous parlez du temps où Dubnium était là ? Il a donc parcouru ces étendues sauvages et rocailleuses à pieds ?
    - Attendez je réfléchis... Non, non déjà à l'époque on avait mis le garde fou.
    - ...
    - Par contre il n'y avait pas encore le treuil, c'est un cadeau de Duby ça. vous devriez aller voir.
    "

    Je me suis donc mis en route, stoïque, prêt à toutes les aventures le long de précipices vertigineux dans l'espoir insensé de retrouver ce treuil, une trace du passage du Célèbre Alchimiste dans ce désert de pics et de grouffres. La route est longue, mais c'est un exemple typique du travail exceptionnel des nains : des pavés parfaitement réguliers, une barrière solide mais suffisamment fine pour ne pas gâcher la vue magnifique qui s'offre au voyageur. Les vifs bouquetins aux cornes torsadées si caractéristiques parcourent les étendues rocheuses avec une agilité surnaturelle tandis que les nobles rapaces fendent l'azur de leur aile de géant et leur proie de leur bec foudroyant.

    Parvenu après quelques jours au gouffre Cenffon, qu'il fallait à ma connaissance contourner par la vallée Boudûh-Mondh, quelle ne fut pas ma surprise quand je découvris que deux dispositifs aussi audacieux l'un que l'autre bien que fort différents par leur nature permettent de franchir l'effroyable précipice.

    Le premier inspire une confiance certaine par sa simplicité, son âge vénérable et la solidité certaine des constructions des nains. Le second exige de l'audacieux voyageur une confiance absolue en la mécanique et en quelques rouages rouillés. Et pourtant, délaissant le confortable pont de singe en lianes, je suis monté à bord de l'étrange treuil, que le Célèbre Alchimiste aurait construit.

    C'est un engin pour le moins effrayant : reliée à un cable de métal tendu au-dessus de l'abîme se trouve une cabine dotée d'un siège rudimentaire et d'un pédalier. Lorsqu'on s'installe à l'intérieur, l'ensemble tangue terriblement et chaque mouvement entraîne d'inquiétants grincements. Je ne pense pas que le dispositif soit utilisé régulièrement. Un message est gravé dans le métal :
    Taper au dessus si ça ne démarre pas.

    N'écoutant que mon courage, j'ai néanmoins utilisé l'incroyable dispositif pour traverser. Une fois parvenu de l'autre côté, il est reparti en marche arrière pour permettre au prochain voyageur de l'emprunter. Je ne regrette aucunement les risques encourus pour informer mes lecteurs. Je peux ainsi témoigner auprès d'eux du génie et de la bienveillance de Dubnium Nikelkadmium. En effet, de ce côté ci se trouve un mur de pierre sur lequel sont gravés ces mots, toujours lisibles après presque 300 ans et que j'ai repoduit avec émotion et exactitude ici :


    Attention à n'utiliser que le treuil car le pont est sur le point de s'effondrer.

    Dubnium Nikelkadmium
    Dernière modification par QDI ; 26/06/2010 à 18h54.

Discussions similaires

  1. [ASC] Récit d'une victoire dans les règles ?
    Par Magnus dans le forum Méga-mods : Big Picture, The Darkest Day, Shadow Over Soubar, Tortured Souls, Check The Bodies, Nev
    Réponses: 0
    Dernier message: 24/08/2008, 12h41
  2. [Salle] La chambre de Dubnium.
    Par Dedalus dans le forum Le Complexe Portuaire
    Réponses: 16
    Dernier message: 23/08/2007, 17h47
  3. les ateliers d'alchimiste
    Par Flint dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 1
    Dernier message: 26/04/2006, 15h03
  4. Un PNJ tres différent
    Par Pélagie dans le forum Idées
    Réponses: 28
    Dernier message: 03/11/2005, 18h50
  5. Le Temple de la Très Très Très Sainte Trinité
    Par Filamp dans le forum Le village
    Réponses: 3
    Dernier message: 23/06/2005, 22h49

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250