Affichage des résultats 1 à 19 sur 19

Discussion: D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

  1. #1
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    J’ai entrepris il y a quelques temps déjà de rédiger une version longue de ma biographie RP, concernant toutes les années qui ont précédé l’arrivée de mon personnage à Manost. Cela m’a aidée à mieux cerner sa façon de réagir, si souvent liée à des souvenirs cachés. J’y ai trouvé aussi plus de liberté que dans le cadre d’un rp de quête...

    Plutôt que de faire un récit continu un peu fastidieux de ces trente-cinq années de jeunesse, du reste pas toujours palpitantes, je procède par chapitres et en me focalisant sur des moments clef. Il devrait y avoir huit chapitres, d’inégale longueur. J’en suis au sixième. Celui-ci, qui fait office de prologue, est de loin le plus bref ; il ne fait pas encore intervenir mon personnage.

    Si vous me lisez, faites-le moi savoir. Si vous avez abandonné avant la fin pour cause d'ennui mortel, aussi.


    --------


    Chapitre 1 – Prologue: Leodacya de la hulotte


    Mirtul 1344 CV, Année de la Chute de la Lune.


    Ils titubaient les uns après les autres devant l’entrée de la caverne, comme tétanisés par la forte lumière. Dépenaillés, hagards, les yeux caves, la peau grise et les os sales, n’osant en croire la sensation renouvelée du vent sur leur visage, ils paraissaient attendre… Attendre quoi ? Leurs proches ne viendraient pas les accueillir, ni le soleil pour les fêter en ce jour morne. Tandis que ses rayons affaiblis disparaissaient au-delà des feuillages, au loin, derrière une épaisse couche de cumulus d’altitude, ils prenaient lentement conscience de cette autre réalité : c’était un jour comme tant d’autres sur les bois du Téthyr. Le monde de la surface les avait oubliés depuis si longtemps qu’ils pourraient aussi bien revenir du royaume des morts... Et pourtant, contre toute attente, ils se trouvaient là, tous les neuf, avec leurs armes de fortune à la main, gourdins, outils, lames ébréchées, à déchiffrer le paysage de leurs yeux las. Et la stupeur dévorait toute vie.

    Une femme aux cheveux d’un gris sombre, voûtée mais d’un âge incertain, éclata soudain d’un rire nerveux, bientôt relayée par les autres. Un rire d’heureuse surprise ou de démence, qui s’enfla, gagna un à un ses compères, éclatant pour finir en scène d’hystérie collective.

    - Nous avons réussi !
    - Nous sommes vivants !

    On s’embrassa, se donna des bourrades. Trois jeunes garçons allèrent jusqu’à rouler dans l’herbe pour exprimer leur soulagement d’avoir pu retrouver l’humus sous leurs pieds nus. Mais la liesse fut de courte durée, et bientôt ils se turent : la seconde femme du groupe, plus jeune, une blonde aux yeux verts qui avait dû être belle du temps où elle mangeait à sa faim, venait d’éclater en sanglots.

    - Combien... combien d’entre nous ont été pris quand ils nous sont tombés dessus? balbutiait-elle entre deux hoquets, la tête entre ses mains. Trente, quarante, peut-être le quart du clan ? combien sont morts en bas… et avant… Le jour où a commencé cet enfer… C’était il y a combien de temps ?

    Ils avaient tourné vers elle leurs regards, mais nul n’osait répondre. La première femme finit par lui offrir son épaule et tenter de la consoler.

    - Le reste du clan s’est sûrement enfui très loin de l’issue d’Ombre-Terre pour échapper définitivement aux razzias… nous les retrouverons… nous réapprendrons à vivre… Songe que ton mari t’attend…

    Curieusement, les pleurs ne firent que redoubler à cette évocation.

    - Mon mari… Lui annoncer la mort des enfants ! Lui avouer ce qu’ils m’ont fait ! je lui ferai horreur. Je ne peux pas…

    A l’arrière, les deux hommes les plus robustes soutenaient le shaman, chef incontesté du petit groupe, qui pour avoir les yeux crevés n’avait pour autant rien perdu de la scène.
    - Nous ne sommes pas encore tirés d’affaire, Leodacya. Mais je peux d’ores et déjà te garantir que ton mari te reprendra parce que c’est son devoir et que moi, le shaman, je ne lui laisserai pas le choix. Marchons maintenant sans plus perdre de temps ; nous ne sommes pas en sécurité ici.
    - Mais vers où irons-nous ? Vous ne pouvez plus nous guider, remarqua l’un des hommes.
    - Au nord : plein nord, jusqu’à ce que les jambes nous manquent. Nous y mettrons des mois s’il le faut, mais je sais où mes pairs auront mené les survivants.

    Ils marchèrent toute la journée, toute la nuit, jusqu’à l’épuisement. Les jeunes retenaient leurs plaintes ; les plus âgés surveillaient leur souffle, les traits crispés, conscients de ne pouvoir prendre le risque d’une halte avant longtemps.

    Puis vint le moment où le shaman décida qu’il était temps de dresser un campement de fortune, et les hommes qui en avaient encore la force partirent chasser le petit gibier pour le souper. Enfin ils purent se rassembler autour du feu, et les traits se détendirent. Ils formaient encore une petite communauté, capable de puiser sa force dans sa conscience de groupe. Tant qu’ils pourraient former le cercle, ils seraient forts.

    - Maudits soient les drows pour ce qu’ils nous ont fait subir, commenta le shaman quand le silence se fut fait autour du foyer. Mais la vie doit reprendre. Nous aurons d’autres enfants, d’autres gibiers, d’autres chasses. Nous ne nous laisserons plus surprendre. Qu’ils viennent à tomber dans nos pièges et nous leur rendrons leur cruauté. Tribu de la hulotte, nous n’avions jamais eu d’ennemis mortels sinon la faim et les épidémies. Désormais, nous avons les drows ; nous rendrons coup pour coup…

    Un lourd silence accueillit ce discours. La hulotte avait toujours été pacifique et cette nouvelle orientation du clan bouleverserait dix siècles et plus de culture tribale. De plus, avaient-ils les moyens de rivaliser avec les elfes noirs ? s’ils demeuraient sur leur propre terrain… peut-être avaient-ils une chance… Pourtant, aucun d’entre eux n’émit de réserve. La haine suintait de tous les regards qui se cherchaient par-dessus les flammes.

    Le shaman bénit la viande rôtie qui fut servie, puis chacun commença de manger avec avidité. La femme entre deux âges se pencha à l’oreille du shaman.

    - Chef… Je ne vois plus Leodacya…

    Un silence. L’homme le plus proche intervint.

    - On ne peut pas l’abandonner à son sort, toute seule dans les bois, surtout en l’état de faiblesse où elle se trouve ! Allons la chercher, ajouta-t-il en se levant.
    Mais le shaman l’arrêta de sa main levée, plissant les paupières sur ses yeux morts. Durant quelques instants, il parut méditer.

    - Non. Laissez-la courir… C’est mieux ainsi.
    Dernière modification par Lothringen ; 31/05/2008 à 23h31.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  2. #2
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Bon, alors merci pour vos réponses ! Je sais ça peut paraître bête, mais j’aime bien avoir des retours sur ce que j’écris, quels que soient ces retours d’ailleurs ; ça diversifie les points de vue, et ça m’évite de sombrer dans l’autisme.

    @ Galathée : y’a un truc qui me titille dans ton message, c’est cet « évidemment » ! Hé bien non, ça n’a rien d’une évidence… Vue la part que je laissais aux dialogues, ça me semblait manquer de chair et être un peu abrupt, tout ça. Quant à savoir ce que j’attends… euh, je suis déjà suffisamment tyrannique sans vouloir en plus dicter les contenus.

    @ Voyageuse : merci. C’est vrai que sans la suite (et sans connaître le perso), on ne voit pas forcément où ça veut en venir…

    @ QDI : je vais couper le chapitre 2 en deux. Pour ce qui est de séparer les commentaires, ça doit être faisable si vraiment ça gêne…

    @ Kasumi: tu trouves que ça commence "bien"?! Hé béh, qu’est-ce que tu vas dire dans quelques chapitres…


    NB: Certains d’entre vous (s’ils suivent le rp) auront peut-être croisé quelque part une autre Leodacya, fille d’Althea. Non je ne lui ai pas piqué le nom. Plutôt l’inverse. D’ailleurs la mienne est sa grand-mère :don-t_mention:

    --

    Je continue sur le chapitre 2 … quinze ans après… ça va vite.

    ----------


    Chapitre 2: Le long hiver


    Eleinte 1359 CV, Année du serpent.


    Etranglé par le collet au moment même où il croyait émerger de son repaire aveugle, le lièvre avait manifestement eu une agonie lente et douloureuse. Il se balançait avec impuissance, comme un pendu, comme lui amoché par les premières attaques des oiseaux. Ses yeux exorbités fixaient encore l’enfant qui le dégagea de son piège avec indifférence. La prise n’était pas très grasse, Mère serait déçue. Et le long hiver ne faisait que commencer… L’enfant mit le lièvre dans sa besace et se redressa, aux aguets. Des cliquetis, des rires, des pas. Un petit groupe de voyageurs marchait bruyamment dans la forêt, écrasant les feuilles mortes, troublant les animaux, avertissant de leur présence tout un chacun à deux lieux à la ronde. Ils étaient deux, et ils marchaient vers lui. L’enfant se cacha derrière un buisson, attentif et inquiet. S’ils poursuivaient dans cette direction, ils allaient atteindre la cabane. Sa Mère. Mais elle lui avait expressément recommandé de ne jamais se montrer quand des inconnus erraient sur son territoire de chasse.

    De telles rencontres, fort rares, éveillaient toujours sa curiosité ; dans les immenses forêts du Téthyr, croiser un humain par hasard relevait de la gageure : la dernière intrusion de voyageurs égarés remontait à plusieurs années auparavant... Il les avait observés le plus longtemps possible, les suivant durant plusieurs heures, comme il observait ces deux-là. C’étaient deux humains vêtus de besantines, armés jusqu’au dents, qui parlaient à voix haute tout en marchant, avec un fort accent inidentifiable. Leur conversation n’était pas des plus rassurantes. Ils évoquaient leurs vivres qui baissaient, la route qu’ils avaient perdue. Ils se vantaient d’avoir étripé une demi-douzaine de gobelins, par plaisir. L’enfant songea à leur misérable élevage de moutons et préféra ne pas prendre de risques : il fallait au plus tôt les détourner de la cabane. On en approchait trop.

    Emergeant soudain des buissons, il cria pour attirer leur attention. Enfin alertés de sa présence, les deux rôdeurs se tournèrent vivement vers lui. Il put lire l’horreur dans leur regard quand ils le dévisagèrent, puis que leurs yeux tombèrent sur le poignard sanglant qu’il tenait à la main.
    - Un… un drow !
    - Avons-nous assez offensé Tymora pour tomber sur un de leurs raids meurtriers en surface ? !
    - Quoi qu’il en soit, les autres guerriers ne doivent pas être loin… fuyons !
    - Halte ! fit l’autre en retenant par le bras son camarade qui tournait déjà les talons. Il a l’air seul… Sans doute un éclaireur. Nous devrions le tuer avant qu’il n’avertisse les siens.
    - C’est trop risqué !
    - Ce qui est risqué, c’est d’espérer semer un drow à la course…
    - Attends… il est bizarrement habillé, tu trouves pas ?
    - Et il parle le commun, grommela l’enfant, furieux de les voir continuer de parler sous son nez comme s’il était absent.
    Les deux rôdeurs demeurèrent quelques instants silencieux. Puis le plus grand des deux parut se décider à parlementer.
    - Elfe noir, tu veux de nous quelque chose : sinon vous auriez déjà attaqué.
    Jugeant plus sage de ne pas révéler qu’il était seul, l’enfant répliqua.
    - Hem... En effet. Il pensa à durcir sa voix. Je veux savoir ce que vous faites ici. Votre présence dérange nos plans! Si vous fuyez suffisamment vite, peut-être serez-vous épargnés. Vous n’êtes pas nos cibles aujourd’hui.
    - Nous nous sommes égarés ! Nous ne voulons en rien interférer, o grand, euh… guerrier. Nous cherchons à quitter cette maudite forêt.
    - Fuyez à l’est. Et qu’on ne vous revoie plus…

    Les deux rôdeurs déguerpirent sans se faire prier davantage. L’enfant les suivit sur quelques lieues, écoutant des bribes de conversation qui le concernaient mais ne lui apprenaient rien de plus. Tout en se félicitant de leur prudente retraite, les deux hommes se demandaient les raisons de sa présence. Les vêtements de peaux tout à fait anodins qu’il portait semblaient être leur principal sujet de perplexité. A aucun moment ils ne semblaient avoir soupçonné qu’il n’était qu’un enfant : et cela ne le surprenait pas, car Leodacya disait souvent qu’il était de grande taille pour sa race comme pour son âge. A quinze ans, il avait presque atteint sa taille adulte. En réalité, selon les critères de son espèce, il était encore loin de l’adolescence.
    Pourquoi avaient-ils été si effrayés à sa vue? Mère lui avait dit qu’il était un sang mêlé de drow, que son père était mort et que les drows étaient un grand peuple de guerriers elfes à peau noire qui vivaient sous terre. Jamais elle n’avait précisé qu’ils inspiraient une telle terreur aux humains. D’habitude, il évitait de trop l’interroger, car il lui semblait que le souvenir de son père mort plongeait sa mère dans l’affliction. A chaque fois, elle versait des larmes amères, songeant, disait-elle, à l’extrême dénuement dans lequel ils vivaient depuis lors. N’ayant jamais connu autre chose, l’enfant s’estimait pourtant parfaitement heureux.
    Mais tandis qu'il revenait sur ses pas en direction de la cabane, ce soir-là, il sut qu’il allait faire pleurer sa mère une nouvelle fois.

    - Leodacya ? Mère ?
    Seuls les bêlements lui répondirent. A l’exception des planches qui grinçaient au moindre souffle, la masure solitaire était parfaitement silencieuse. La porte était fermée pourtant. Inquiet, l’enfant l’ouvrit en grand et balaya du regard la pièce unique qu’il partageait avec sa mère. Ses murs de rondins et de torchis, sa cheminée de pierres sèches, les deux moutons qui diffusaient un peu de chaleur depuis le mur du fond. Elle était là, lui tournant le dos, accroupie nue dans le baquet d’eau chaude qu’elle avait dû faire longuement chauffer sur le feu. Elle détourna à peine sa tête grisonnante à son appel.
    - Tu pourrais frapper avant d’entrer, remarqua-t-elle avec un certain amusement.
    Il s’approcha pour s’accroupir à son tour et lui frotter le dos du bout des doigts.
    - Désolé. J’ai appelé et comme nous avons failli avoir de la visite, j’étais inquiet…
    - Des visiteurs ?
    Il passait la main avec douceur, la retrempant régulièrement dans l’eau chaude. Le dos de sa mère était couvert de cicatrices, comme des marques qu’auraient fait des lanières de cuir agitées avec acharnement. La peau fripée s’était depuis longtemps reformée, comblant les lèvres des blessures ; pourtant, les sillons étaient encore profonds… Une fois, il lui avait demandé si son mari ou bien celui dont elle l’avait engendré l’avait battue. Il s’était pris une gifle, elle avait pleuré : il n’avait pas recommencé. Pourtant, cette fois-ci…
    - Deux humains en maraude. Ils sont partis, la rassura-t-il. Ils ne reviendront pas.
    - Comment en es-tu si sûr ?
    - Je les ai suivis. Longtemps. Et puis… il marqua une pause. Je leur ai fait peur.
    - Ils t’ont vu ?
    Elle se retourna vivement. Il avait rarement lu une telle angoisse sur ses traits.
    - Oui, Mère. Ils m’ont vu, et cette seule vision leur a flanqué la frousse de leur vie! Tu ne m’as jamais vraiment parlé du peuple de mon père… des drows. Quel genre de peuple peut susciter une telle terreur ?
    Contrairement à ce qu’il craignait, elle ne tenta pas de le gifler. Il faut dire que plus les années passaient, et moins elle osait le faire: l’enfant était trop vif pour elle. Elle se contenta donc de soupirer... Il insista.
    - Tu n’as jamais voulu m’expliquer pourquoi tu avais ces marques sur le dos. Pourquoi tu ne voulais pas rejoindre ce village de chasseurs humains qui s’est installé plus au nord. Il change d’emplacement presque tous les ans. Ils vivent presque comme nous, ils chassent et... Je vais parfois les observer, tu sais.
    - Tu ne devrais pas ! c’est extrêmement risqué !
    Têtu, l’enfant poursuivit sans se démonter.
    - Tu ne m’as jamais dit non plus pourquoi je ne devais pas me montrer. Ils n’ont pas l’air si agressifs que ça…
    - Détrompe-toi.
    - J’ai fait peur à ces deux hommes aujourd’hui parce qu’ils s’imaginaient que j’avais d’autres drows derrière moi, mais ils m’auraient sûrement tué s’ils m’avaient cru seul. J’imagine que ç’aurait été la même chose avec les humains du village. N’est-ce pas ?
    Leodacya lui tournait à nouveau le dos, secouée de soubresauts. Sa voix se brisait.
    - Le monde est rempli de gens malveillants, mon fils. Je suis une vieille femme et tu es un enfant…
    - Non ! Le garçon s’échauffait, irrité, entretenant savamment sa colère. S’il n’allait pas jusqu’au bout cette fois, en aurait-il jamais à nouveau le courage… Nous n’avons rien qu’on puisse vouloir nous voler. Oh, les deux aventuriers que j’ai croisés se seraient peut-être intéressés à nos moutons, je ne dis pas… Mais pas les humains du village. Ils ont leurs propres troupeaux. Et puis ils ont des vieilles femmes parmi eux. Ils les respectent, elles jouent le rôle de sages, plus ou moins… Tu leur ressembles, d’ailleurs. Pourquoi ne vis-tu pas avec eux, au lieu de te lamenter sur notre pauvreté ? Tout ce que nous avons vient de chez eux. Même les moutons, n'est-ce pas?
    - Je…
    Elle ne parvenait plus à étouffer ses sanglots.
    - Je… Passe-moi la couverture, que je puisse me sécher.
    L’enfant obéit, mais le répit fut de courte durée. A peine sa mère fut-elle enveloppée dans la laine épaisse qu’il revint à la charge.
    - Pourquoi tu me mens sur ton passé ? Il criait presque, tournant en rond dans la pièce comme un fauve dans sa cage, exaspéré du silence de sa mère. Enfin, il explosa.
    - Pourquoi tu ne le dis pas que c’est moi que tu caches ?
    Elle grelottait dans sa couverture, sanglotant nerveusement, la tête baissée. Saisi de remords, le jeune garçon la prit dans ses bras. Il la dominait de près d’un tête.
    - Je suis désolé. Je suis désolé… Je dois savoir.
    Dernière modification par Lothringen ; 31/05/2008 à 23h31.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  3. #3
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Alors elle prit place sur un rondin, près du foyer, et elle lui expliqua. Tout. Qu’elle était originaire du village humain qu’il avait mentionné, plus au nord. Qu’un jour, alors qu’elle était jeune mariée, des guerriers elfes noirs étaient venus tandis que la plupart des hommes étaient loin, à chasser. Qu’ils avaient pillé, incendié, massacré. Qu’elle et ses enfants avaient été emmenés en esclavage, comme les autres survivants. L’enfant sursauta en apprenant qu’il avait des frères et sœurs, mais elle reprit avec tristesse…
    - Ils sont morts très rapidement. Je… Je n’aurai pas le courage de te dire ce que c’est que l’esclavage, ce que j’ai vécu là-bas… Toujours est-il que lorsqu’un petit groupe du village s’est évadé, j’étais parmi eux. Mais j’étais enceinte de toi. Tu peux imaginer ce que mon mari ou les autres auraient fait de toi à ta naissance… Leur haine pour les drows ne connaît pas de limites à présent. J’avais déjà perdu deux enfants. Je ne voulais pas te perdre à ton tour…
    - Mais… et mon père, dans tout ça ? Il ne t’a pas aidée ?
    Elle sourit malgré elle de la naïveté de son fils. Mais le moyen de lui raconter... ça ?
    - Ton père ne m’a pas aidée, pour la bonne raison qu’il ne sait pas qu’il est ton père. Je ne le sais pas non plus. J’ai connu… plusieurs hommes, en ces temps-là.
    - Et pourquoi ont-ils attaqué le village ?
    - Sans doute était-il trop près de leur sortie d’Ombre-Terre… du reste, leur déesse leur commande de se battre pour elle, je crois… ça lui fait plaisir…
    - Un peu comme Tempus, alors ?
    - Si tu veux, oui… Tu en as fini avec tes questions ? Je n’aime pas beaucoup parler de ça, tu sais.

    C’était fini. Pour cette fois du moins… Mais cette conversation travailla l’enfant durant des jours et des jours. Leodacya l’observait avec inquiétude. Elle avait délibérément élevé son fils à l’égard des humains comme des drows, à l’abri de la haine réciproque qui les animait : elle pensait qu’elle devait lui laisser une chance d’être fort avant de devoir se choisir un camp. L’enfant avait été sa consolation dans son isolement : à son contact, il était devenu bien différent de ses frères des ténèbres - droit, généreux, aimant. Lolth n’avait pas posé sur lui sa patte immonde – ni d’ailleurs aucun dieu, car Leodacya le considérait trop jeune pour comprendre les cultes. Tel qu’il était, il était la vivante négation de toute cette folie… A le regarder vivre, elle en oubliait presque la maladie qui la rongeait depuis deux ans. Et quand elle y resongeait, son cœur se serrait. Un bref instant… Il était encore si jeune. Qu’y faire ?

    Depuis qu’il savait, il changeait à vue d’œil. Elle le voyait aller, la mine sombre, renfermé sur des pensées sinistres. L’enfant songeait qu’il était un poids pour elle, qu’elle lui avait sacrifié sa vie. Il l’avait vue au cours des années s’affaiblir, et peut-être songeait-il qu’il allait venir sous peu un moment critique où ce serait à lui de s’occuper d’elle. En était-il capable ? Les maigres collets qu’il posait étaient-ils assez ? Au cœur de l’hiver, quand les animaux se terreraient dans les tanières, sans doute pas. Les hivers de ces deux dernières années avaient été particulièrement rudes déjà… Et elle était malade, il le savait. Elle avait parfois soupiré à ses offres d’assistance que seul un guérisseur aurait pu l’aider. Il y avait sûrement un guérisseur au village…

    Enfin, il se décida. Il prit un sac, un manteau, quelques réserves de nourriture, l’arc de fortune qu’il s’était fabriqué, son carquois, quelques vêtements, et, ainsi équipé, vint annoncer sa résolution.
    - Leodacya, j’ai pris la décision de partir. Ne m’interromps pas! Tu m’as élevé, tu m’as protégé et je te remercie. Mais que deviendrai-je quand tu ne seras plus ? Je ne sais pas chasser, seulement poser des pièges ; je sais à peine survivre. Cette forêt me paraîtra sinistre sans toi. Ce n’est pas une vie… Puisque d’après toi les humains ne m’accepteront pas, alors j’irai chez les drows. Je suis l’un d’eux, non ? Je me mettrai à leur service… Je veux apprendre à me battre, ou au moins... un métier, quelque chose. Quelque chose qui me permette de vivre au milieu de mes semblables sans être un poids pour eux.
    - Et… Et moi, tu m’abandonnes ?
    - Tu retourneras au village…
    - Fils, tu n’es pas en âge de me donner des ordres.
    - Et toi, plus en âge de m’imposer les tiens. Je ne reviendrai pas sur ma décision !
    - C’est une folie ! les drows sont dangereux !
    - … Pour les humains seulement.
    - Qu'en sais-tu!
    - Mon père est l'un d'eux, non?
    - ...
    La dispute dura et dura. Le semi-drow n’en démordait pas, convaincu d’avoir pris la seule décision valable. Sa mère cédait à mesure qu’un lâche soulagement l’envahissait. Quelle délivrance ce serait que de ne plus devoir veiller sur lui… Elle avait l’intuition que sans soins elle ne tarderait pas à mourir. Et il n’était encore qu’un enfant… Il avait raison au fond, il fallait tenter quelque chose… Après tout, il était intelligent et plutôt fort, pourquoi les drows ne l'accepteraient-ils pas? Il était l'un d'eux... Ou il le deviendrait, songea-t-elle avec résignation. Oui, il était sans doute encore assez jeune pour que la cruauté de leur culture parvienne à le corrompre. Il deviendrait l'un d'eux, puisque c'était son choix. Et ils lui donneraient enfin ce nom qu'elle n'avait jamais pu se décider à lui attribuer...

    Enfin, Leodacya lui donna son accord, bien qu’à contrecœur, l’instruisit de la route à suivre, et lui fit ses adieux. Cela dura longtemps. L’un comme l’autre se doutaient bien qu’ils ne se reverraient pas. L'enfant promenait ses doigts sur le visage de sa mère, lissait sa natte grise, avec un sourire triste.
    J'emporterai ton souvenir dans les ténèbres, pour toujours. Au moins est-ce la dernière fois que tu pleureras par ma faute... Rejoins enfin ton peuple, fais-toi soigner, et sois heureuse. Tu as assez sacrifié à cause de moi. Peut-être finiras-tu par me pardonner.

    C'est pour ton bien que je m'en vais. Le comprends-tu?
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  4. #4
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Chapitre III – Le rachat

    Martel 1360 CV, année de la Tourelle.



    Ça y est. C’est fini. J’aurai tenté ma chance… Encore deux heures, moins je l’espère, et l’anonyme que je suis aura tout à fait disparu. Je ne regrette rien. Pas même cette pitoyable tentative d’évasion qui va me coûter la vie à très brève échéance. C’est vrai, je m’y suis pris comme un wael, le garde avait au moins raison là-dessus… On devrait quand même préciser : un imbécile qui est encore un enfant, dépourvu de toute arme, de tout talent, et portant à la cheville un bracelet d’entrave si lourd qu’il n’était pas près de toute façon de réapprendre à courir… Un bel exploit que de m’avoir rattrapé, petit garde. Si cette pierre n’avait pas roulé… Mais tant pis. Ma chance était minime mais je l’ai jouée. A présent que m’importe… Le travail de la mine ne me laissait pas beaucoup plus de deux ou trois mois à vivre, de toute façon. Je ne suis pas taillé pour les travaux de force, pas besoin de contacter les Plans pour le savoir : suffit de regarder mon physique de gringalet. Déjà ma mère qui se moquait de moi… et à l’époque je n’étais pas encore si maigre, ni si maladif.

    - Nindol waele rothe zhah naubol mzild taga natha dalhar! Usstan orn naut elgg ussta bwael kaas a elggin ukta usstan!
    (Ce bétail stupide n'est rien de plus qu'un enfant! Je ne gâcherai ma bonne réputation en le tuant!)

    Me voici en plein cœur de la grand place de Guallidurth. C’est bien la première fois que je la vois ; entre ma capture et mon envoi aux mines, il s’est écoulé si peu de temps que je n’ai pu seulement transiter par la cité. La caverne est immense, beaucoup moins écrasante que les boyaux étroits où nous avons trimé des mois durant. L’architecture que je devine doit être magnifique, si fine, si élancée, tous ces vitraux, toutes ces teintes de pourpre, et toutes ces maisons rondes de proche en proche. Dire que c’est la première fois de ma vie que je me trouve dans une véritable ville, que j’ouvre grand les yeux, et que je vais mourir… Je vois mal le décor, parce que la foule qui s’amasse autour de moi me bouche la vue. Ils me regardent comme s’ils n’avaient jamais vu une exécution, esclaves et drows mêlés, guettant on ne sait quoi, ma peur peut-être ? Je n’ai pas peur, je sais ce qui m’attend. Il sera toujours temps de crier quand le fouet le réclamera. J’ai seulement, ah… comme une grande angoisse dans la gorge. Ils me dégoûtent.

    - Vel'klar 'udtila ol doer dal? Ol zhah natha kitrye ilythiiri!

    (D'où est-ce que ça sort? C'est un semi-drow!)

    Ils m’ont agenouillé de force, m’ont attaché les poignets sur un poteau, m’ont arraché mes hardes du dos et maintenant ils rassemblent les esclaves afin qu’ils puissent assister au spectacle. Il paraît que ceux de la ville ont essayé de se révolter il y a quelques temps, on leur fait un exemple de temps à autre… J’ai cru comprendre aussi que les prêtresses se disputent pour savoir qui va frapper. Je ne comprendrai jamais ce plaisir qu’ils peuvent ressentir à écraser les faibles. C’est tellement… facile. Mais inutile de contempler tout cela. Je n’écoute plus le brouhaha des voix autour de moi, je ne regarde pas la foule, mais le sol à mes pieds. Là où il y aura du sang avant longtemps… Je ferme les yeux, serre les lèvres. De toutes ces horreurs que j’ai vues ou subies en Ombre-terre, je ne veux rien emporter dans ma mort.

    - Vel'bol ph' udos feithin whol! Al, udos orn naut kyorl ji verve wun quarth ulu elgg er'griff uss rothe!
    (Qu'attendons-nous! Bon, nous n'allons pas attendre aussi longtemps pour massacrer un unique esclave!)

    Seul le visage de ma mère a résisté au grand vide qui se fait en moi… Ma mère aimante, qui avait tout quitté pour moi, pour m’offrir une enfance heureuse. Tout avait pourtant si bien commencé…
    Tu parles. Je dois être né d’un viol, je n’aurais pas dû naître, et à présent l’erreur va être enfin effacée. Je me souviens encore des sillons mal cicatrisés sur son dos, quand je la savonnais au bain… Sûrement, elle ne m’a pas élevé pour que je subisse le même destin d’esclave, ni que je meure si tôt… Je te demande pardon, Leodacya. J’ai commis une grossière erreur en te quittant. Pardon, bien humblement, ma mère. Une chose est sûre, c’est que je ne recommencerai pas.

    - Ghil udos ph' !

    (Allons-y!)

    Ils sont enfin prêts, pas trop tôt ! Ils ont trouvé une petite prêtresse de Lolth particulièrement vindicative envers les sang-mêlés, qui va se faire une joie d’en anéantir un de plus… Vas-y, fais de ton pire, frappe-moi de toute ta haine… Moi non plus je ne veux rien avoir de commun avec vous. Mais vas-y donc… j’attends…
    Et elle commence. Je compte les coups… serre les lèvres… comme elle y va… Cinq… non… ça y est, je saigne… Dix ?

    - Ah !

    Je m’étais promis de ne pas crier, mais c’est au-dessus de mes forces. C’est trop dur… Je respire au rythme des coups… Et ça dure... Et les larmes… n’apaisent rien… les grands arbres, et ma mère… je vous revois encore… Pourquoi… pourquoi faut-il encore penser ? Pourquoi… pourquoi n’est-ce pas encore le silence, dans ma tête… Même autour ils se taisent… Combien de temps… combien de temps cela va-t-il durer. Combien de sang devrai-je perdre encore… avant de sombrer dans l’inconscience… La douleur… ne rachète rien, les maudire… ne sert à rien… je voudrais… rendre coup pour coup, je voudrais… ne plus rien sentir… je voudrais… mourir plus vite. Toute ma chair… déchirée… tout mon être… un lambeau de viande… Et toute cette haine… qui part avec moi… cette haine… la colère… et le sang... et la douleur… qui ne veut pas finir… pourtant à force… Par tous les dieux! Ne doit-on pas faiblir ?…
    Dernière modification par Lothringen ; 31/05/2008 à 23h32.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  5. #5
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    - Vrine'winith ol ditronw nin! Vel'bol zhah nindol rothe lu' ele zhal'la ol el?
    (Arrêtez ça tout de suite ! Qu’est-ce que cet esclave et pourquoi devrait-il mourir ?)

    La voix est forte, impérieuse: la prêtresse a aussitôt suspendu son fouet… Je manque de suffoquer : j’attendais le coup, je perds le rythme. Maudit soit ce drow qui me laisse un répit. Je n’ai même plus la force de relever la tête pour le regarder. Mais je ne peux m’empêcher d’entendre cette langue que je connais trop bien…


    - Il a tenté de s’évader des mines de Harl’hill, et il remplit notre quota d’exécutions mensuelles. Cela te poserait-il un problème, Jaluk ?

    - Celui-là je te le rachète, prêtresse. Tu en trouveras un autre. Et prends garde à me traiter avec la déférence qui m’est due. Si tu ne respectes pas ma maison, crains au moins sa puissance.

    Un temps. On dirait que la menace a de quoi faire réfléchir la prêtresse…


    - Qui es-tu, mâle ?

    - Je suis Eolder’n de la maison Jaell’ym. Comme tu peux le voir d’ici, mon protecteur n’est pas loin, et il attend.

    Un remous dans la foule. On se tourne vers la personne désignée, et un nom fuse : Dorson Jaell’ym, le devin, est en ville. Il y a de la peur dans les voix.


    - Et ton maître veut racheter ce bout de bétail ?

    - Exactement, prêtresse. Le prix importe peu.

    - Peut-on savoir pourquoi ? Ce sang-mêlé, c’est… une abomination dégénérée…

    - Les devins ont parfois une curieuse façon de juger les êtres et les événements. Quand ils sont archimages, cela n’arrange rien… Dorson semble trouver un intérêt quelconque dans l’acquisition de ce semi-drow. Il ne m’a rien confié de plus. Il ne serait sans doute pas… sage… de le presser davantage.

    - Me menacerais-tu, jaluk ? Oublierais-tu à qui tu t’adresses ?

    - Je te rappelle simplement la réalité des choses, prêtresse. Dorson Jaell’ym n’est pas drow à apprécier les interrogatoires. Ni à redouter beaucoup les prêtresses de Lolth, d’ailleurs.

    Des remous, encore. Je suis en nage, à moitié mort, le sang me bat les tempes et mes oreilles bourdonnent - pourtant je n’ose croire ce que j’entends. Provoquer les prêtresses !
    Et mon bourreau s’enflamme.


    - Oui, je sais parfaitement à quoi tu fais allusion, mage ; sois certain qu’il viendra un jour où la reine araignée saura frapper les traîtres qui ont osé se détourner d’elle. Quelle que soit leur puissance, et en dépit du dieu renégat auquel ils osent s’adresser. Quant à cet avorton d’esclave…Si vous êtes assez sots pour en vouloir... je vous le vendrai, oui… mais cela risque de vous coûter cher, conclut-elle assez sournoisement.

    Suivent des tractations auxquelles je n’entends rien. Il y a des mâles dont je ne connais rien qui me détachent du poteau - sans pour autant me libérer les mains d’ailleurs… ils portent les couleurs de leur maison… pourpre et bleu… on s’écarte autour d’eux… ils veulent me faire lever… mais ce changement de position, cela dérange le bel ordonnancement de mes déchirures… je… j’ai du mal… trop…
    Dernière modification par Lothringen ; 31/07/2008 à 16h35.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  6. #6
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Chapitre IV – La maison Jaell'ym

    Flammerige 1365 CV, Année de l'Épée. (Loth à 21 ans)


    Le jeune semi-drow s'activait dans le laboratoire, rangeant et classant dans les récipients appropriés les divers ingrédients de sorts pour lesquels il avait passé commande un peu plus tôt. Il voulait que tout soit impeccable pour le retour de son Maître, afin que ce dernier soit satisfait de lui. Il avait suivi à la lettre le programme d'apprentissage qui lui avait été donné, répété bien cent fois chacun des nouveaux sortilèges; il était donc impatient de voir revenir le mage, afin de pouvoir lui soumettre ses progrès.

    Et puis, il se sentait si vide et si perdu lorsque Dorson s'absentait trop longtemps. Il se retrouvait alors seul à régner sur l'étage désert, enfoui à longueur de journées entre des livres et des cornues, n'échangeant avec les gardes de la maison ou les autres esclaves que le minimum de paroles autorisées. Lorsque le Maître était chez lui, le semi-drow ne le quittait pas un seul instant; et en son absence, il n'avait personne vers qui se tourner; aussi bien les esclaves que les gens de la maison Jaell'ym se défiaient de lui et le craignaient à cause de l'attachement manifeste de l'archimage en sa faveur. L'apprenti ne s'en formalisait pas. Il ne devait de comptes qu'à son Maître, qu'il considérait aussi comme son bienfaiteur et son mentor, et n'avait pas d'autre souci que de lui plaire.

    Depuis que Dorson avait décidé de le prendre pour laborantin et pour apprenti, il jouissait d'un régime de faveur qui l'isolait aussi bien des esclaves que des drows. Cela faisait bien longtemps qu'il ne dormait plus à la chaîne, avec les autres, dans le dortoir des esclaves. Il avait son lit à l'étage de la tour, non loin de la chambre du Maître, et prenait tout seul les repas qu'un garde lui montait. Personne ne comprenait quelles étaient les raisons des décisions du devin, mais nombreux étaient les drows qui auraient voulu briguer sa place auprès du puissant archimage. Cependant, personne n'était assez fou pour chercher à éliminer le semi-drow: la vengeance du Maître des Lieux serait sans appel. Et comment espérer échapper à la vengeance d'un archimage tourné vers la divination?
    Le semi-drow n'avait en réalité qu'une conscience très vague des conflits au cœur desquels il se trouvait. Il se contentait d'enfermer dans des bocaux des ingrédients de sorts, tout en marmonnant à voix basse les formules qu'il venait de réviser...

    Il était en train de préparer une décoction d'écorce de gesse quand il pressentit une sorte de distorsion dans l'espace-temps environnant, annonciatrice d'une puissante magie à l’œuvre. Il reconnut aussitôt l'intensité de son nœud dans la Toile, sa signature. Un demi-sourire aux lèvres, il laissa là ses rangements pour aller s'agenouiller devant le cercle de téléportation.

    Quelques instants plus tard, une vive lumière embrasait les runes du cercle, qui commencèrent de rougeoyer. Le souffle magique frappa en plein visage l'esclave qui ne put que plisser les paupières et se tasser un peu plus sur le sol. Quand cet effet se dissipa, trois elfes noirs était apparu au milieu du cercle de téléportation. L'un d'entre eux était un mage encore jeune, l'autre un garde du corps, et le dernier, le plus petit, le plus menu des trois, les écrasait de sa simple présence: c'était un mage frêle, vêtu de pourpre, dont le piwawfi portait sans confusion possible les insignes et les couleurs de la maison Jaell'ym. Il avait des cheveux blancs très fins qui lui tombaient jusqu’à la taille, et qu’un simple lien de cuir retenait en arrière de son visage impassible. C'était vers lui que convergeaient avec vigilance les regards des deux mâles qui l'accompagnaient.

    "Najdar, Eolder'n, prévenez la maison de mon retour. Qu'on nous laisse seuls, et que personne ne nous dérange tant que je n'en aurai pas donné l'ordre."

    Etonnés de voir le Maître, au moment où il revenait d'un long voyage, donner priorité à un tête-à-tête avec l'apprenti, les deux drows obtempérèrent néanmoins sans broncher. Dorson Jaell'ym n'appréciait guère les tergiversations.

    Quand leurs pas se furent éloignés et que l'étage fut retourné au silence, l'elfe noir, qui ne cessait de contempler l'esclave immobile à ses pieds, prononça simplement.

    "Salutations, Almaeron. Tu as encore grandi... "
    Il caressa d'une main délicate les cheveux de son apprenti, lui dégageant le visage. Le jeune homme, les yeux toujours baissés, frissonna de la tête aux pieds. De peur. De peur panique.
    "Tends la main... J'ai un cadeau pour toi."
    L'esclave obéit sans laisser paraître sa surprise. Le Maître s'empara alors de sa paume et y déposa sans hâte une étrange matière qui lui donna un mouvement de recul. C'était glacé! Se maîtrisant, le semi-drow rendit bientôt sa main à celle de son maître.
    "Tu peux regarder." A l'intonation, on aurait dit que le devin souriait.

    Almaeron leva timidement les yeux vers ce qu'il tenait en main. C'était une matière d'un blanc immaculé, qui paraissait réfléchir toute lumière. Elle était formée d'une infinité de cristaux à l'architecture délicate, tremblait comme terre meuble entre ses doigts. Elle était glacée comme le souffle d'un vent d'hiver, et l'apprenti ne tarda guère à comprendre qu'ellese liquéfiait dans ses mains. Ici, en Ombre-terre, c'était un spectacle proprement magnifique, et le jeune homme écarquillait les yeux comme un enfant.

    "C'est de la neige: la forme que prend l'eau de pluie aux plus basses températures. Elle finit par former un tapis blanc sur le sol. Au Téthyr, tu n'as pas dû en voir souvent."

    Le Maître s'était déplacé et désormais il dévisageait Almaeron depuis une espèce de trône à larges bras qui lui servait à recevoir ses visiteurs. Il n'attendait guère de remerciements ni de questions de la part de l’apprenti, dont il savait qu'il ne parlerait que sur son ordre, mais laissa néanmoins ce dernier s'extasier un temps sur la beauté de son présent.

    "Elle va fondre à la chaleur de ton corps ou de ces lieux et il ne t'en restera pas trace. Laisse-la et viens plutôt t'asseoir ici", et il désigna de la main le bord gauche de son siège.

    A regret, l'esclave laissa la neige sur le sol et alla rejoindre son Maître, près duquel il prit place, sur le sol. C'était toujours là que Dorson l'invitait à se placer, quand il désirait lui parler: de la sorte ils s'entendaient, mais ne se regardaient jamais. Cependant Almaeron sentait la main du Maître sur sa nuque penchée, une main tantôt douce, tantôt sévère, toujours impérieuse.

    Cette fois-ci, la première pression fut simplement... possessive. Dorson était parti durant plusieurs mois, et il voulait s'assurer de ce que rien n'avait changé en son absence.
    Dernière modification par Lothringen ; 31/05/2008 à 23h32.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  7. #7
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    "Où en es-tu de tes exercices?"
    "Je suis prêt..."
    Dorson sourit pour lui-même. En choisissant Almaeron, il ne s'était pas trompé... Son apprenti venait d'assimiler en trois mois un ouvrage d'illusions sur lequel il avait lui même planché près de six mois.
    "Bien. Nous vérifierons cela... demain."

    Le semi-drow commença de ressentir comme un étrange picotement dans son esprit. Plutôt que de lutter, il inclina la tête davantage, et soupira avec résignation. Une fois de plus, le maître explorait ses pensées. Et le silence, entre eux, se prolongea.

    "Je sens ta peur, Almaeron, une peur diffuse, inhabituelle. Une peur coupable. Si tu es en faute, tu paieras. Si tu n'avoues pas maintenant, tu paieras davantage."

    Et la main du Maître se serra sur sa nuque, comme pour la briser. Il balbutia.

    "Sur... sur le moment, j'ai cru vous obéir. Mais à présent, devant vous, mon Maître, je ne sais si j'ai bien agi..."
    "Au fait", le coupa Dorson d'une voix glacée.
    L'esclave frissonna. Au ton, à l'attitude de son maître, il devinait chez ce dernier une tension qui sortait de l'ordinaire. Il était vrai aussi qu'il n'était pas fréquent qu'Almaeron cherche à lui dissimuler quoi que ce soit. Mais Dorson devinait toujours tout, jusqu'à la pensée la plus insignifiante... Il était inutile de lui résister.
    "Votre sœur Myalë... je l'ai rencontrée plusieurs fois après votre départ. Puis elle m'a ordonné, enfin... le semi-drow avala difficilement. De lui donner du plaisir..."
    "Et cela a duré?" demanda encore Dorson d'une voix blanche.
    "Depuis deux mois et demi, mon Maître..."

    Dorson se leva brusquement, et frappa le sol trois fois, de son bâton. Un serviteur apparut bientôt derrière une tapisserie.
    "Amène-moi ma chienne de sœur !"

    Quelques instants plus tard, la prêtresse Myalë apparaissait, guère rassurée, mais s'efforçant vaille que vaille de faire bonne contenance. Dorson était son aîné de deux ou trois cents ans et n’avait pas eu le même père, mais elle paraissait partager comme un trait de famille la fragilité de sa constitution. Almaeron ne l’avait vue que très rarement en dehors de ces derniers mois ; il avait cependant pu comprendre à la façon dont les drows parlaient d’elle en son absence que sa position n’était guère enviable au sein de la maison. Les missions les plus dangereuses étaient toujours pour elle, de même que les quolibets les plus méprisants. Myalë payait ainsi d’être la seule de ses sœurs à avoir accepté d’abjurer Lolth pour sauver sa vie, du temps où son frère avait pris par la force le contrôle de la maison…

    "Je crois que vous m'avez demandé, cher frère.. ?"
    Mais Dorson n'était manifestement pas disposé à ces politesses. A défaut de s'extérioriser, sa colère paraissait dans la rapidité de son débit.
    "Reconnais-tu avoir pris mon apprenti ici présent pour esclave de plaisir?"
    C'est à peine si elle accorda un regard à l'esclave en question. Elle sourit.
    "Devant un devin de votre trempe, il sera sot de le nier..."
    "Je t'avais confié la surveillance de cette tour, pas le pouvoir sur cet esclave. Tu n'avais aucun droit sur lui!"
    "Que de bruit, mon frère. Ce n'est qu'un esclave..."
    "Non."

    Le maître fit quelques pas en direction de la fautive.

    "C'est mon apprenti. Il était trop tôt pour le plonger dans ton stupre, sorcière! Il est trop jeune."
    "Il se débrouille bien pour son âge", commenta la prêtresse avec un sourire amusé.
    "Tu ne sais rien de mes desseins. J'espère que les dégâts sont rattrapables. Dans tous les cas... Je vais te trouver une mission loin, très loin d'ici. Qui te donnera tout le temps de méditer la distinction du mien et du tien... Et n'oublie pas que tu ne vis encore que par ma mansuétude."

    Sur ce, il fit un vague signe de main pour la congédier. Fulminante de rage, Myalë se retira en réfrénant ses larmes. Elle savait pouvoir compter sur Dorson pour lui trouver une mission suicide dont les chances de retour seraient plus que minimes. Une mission contre le clergé de Lolth, probablement…
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  8. #8
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Et ils demeurèrent seuls à nouveau. Almaeron serrait les lèvres. Il sentait que le devin continuait de le fouiller...

    "C'était agréable, comme expérience?"

    Le semi-drow se mit à bredouiller.

    "Réponds à ma question."
    "Oui, maître, je..."
    "Pour quelle raison?"
    "Hé bien, je... Bien sûr, elle ne m'avait pas demandé mon avis, mais rapidement j'ai oublié cela. Je ne pensais plus qu'à ce que nous faisions, et... c'était agréable. Sauf votre respect, mon Maître, je ne vois guère que vous, je ne quitte quasiment jamais cette tour et je consacre tout mon temps à la magie et à l'apprentissage..."
    "Oui, c'est... distrayant", le coupa Dorson.
    "J'ai mal agi, n'est-ce pas? Je vous ai déçu."
    "Qu'en penses-tu?"

    Le ton adopté par le devin avait rarement était aussi incisif, aussi glacial. Les rares fois où Almaeron l’avait vu l’employer à l’égard d’un tiers, ce dernier s’était invariablement décomposé comme s’il y pouvait déjà lire sa sentence de mort. Comme Myalë tout à l’heure… L’esclave craignait lui aussi Dorson, bien sûr, comme tout être sain d’esprit se doit de redouter la puissance absolue associée à une volonté indiscernable, mais il ne redoutait pas cette forme de châtiment ; il soupçonnait qu’avec lui et lui seul, les règles étaient différentes. Jamais Dorson n’avait usé de violence ou même de menaces à son égard. Il était bien le seul à pouvoir s’en vanter. Peut-être l’archimage avait-il de l’attachement pour lui, après tout…

    Comment se justifier ? Il se sentait confusément en tort, mais une partie de lui-même se révoltait de la querelle qui lui était faite à mauvais escient. Il finit par murmurer.

    "Elle est venue avec ses ordres, et je savais qu'elle pouvait faire venir ses gardes. Ce n'était pas comme si j'avais le choix."

    Dorson fronça imperceptiblement les sourcils. Il se leva.

    "Tu plaisantes, j'espère. Crois-tu que tout ce que je t'enseigne n'est bon qu'à créer des effets d’ombre et de lumière, des reflets sur les eaux? La démonstration, et tout de suite. Debout."

    Dorson n'attendit même pas de vérifier qu'il avait été obéi pour appeler un garde. Quand ce dernier apparut au bout du couloir, l'archimage ajouta, sans regarder ni l'un ni l'autre: "Tue-le."

    Almaeron mit un temps à réagir, mais ce ne fut pas le cas du drow, qui dégaina sa lame et se précipita sur lui. L'esclave n'eut alors que le temps de se lancer une peau de pierre, puis de multiplier ses images. Quels sorts d'attaque lancer? Il chercha rapidement dans sa mémoire. La flèche acide et la flèche de feu qu'il réservait aux opérations alchimiques pourraient-elles blesser son adversaire? Il les lança l'un après l'autre, et eut la surprise de voir que le drow n'en recevait qu'une sur les deux. Les drows résistaient bien à la magie... Du moins la flèche acide tordit-elle douloureusement le visage de son assaillant.
    Le garde était cependant parvenu à lui entailler profondément le bras. Cherchant à gagner du temps, Almaeron utilisa une porte dimensionnelle, pour se rematérialiser à l'autre bout du couloir. Il avait peine à ordonner ses pensées, à battre le rappel de ses connaissances, qu’il n’avait jamais employées en vue d’un affrontement mais… pour la connaissance elle-même, justement. Tout ce qu’il savait, pour l’instant, était qu’il n’avait pas de sorts de défense en nombre infini. Le semi-drow lança des projectiles magiques, puis invoqua une toile d'araignée. Le drow empêtra ses pieds dans la soie, mais la boule de feu qui suivit ne le toucha même pas. Almaeron eut alors une idée qui, l'espérait-il, lui permettrait de se sortir définitivement de cette délicate situation. Se concentrant au mieux, il lança le dernier sort d'illusion qu'il avait appris, le mirage.

    Alors la réalité environnante… s’altéra. Il s’était appliqué : le garde drow se crut transporté dans un autre espace, une sorte de labyrinthe immense aux parois de pierre bise, hostile et froide. Les couloirs formaient un lacis qui n'avait rien de commun avec le plan habituel de cet étage de la tour. L'apprenti, en pleine incantation, se tenait au bout d'un corridor à la pente ascendante. Le garde se rua sur lui, pour le rejoindre, pour rompre sa concentration...
    ... et, fonçant par dessus le balcon, tomba du troisième étage avec un hurlement de terreur.

    Le vainqueur demeura quelques instants comme choqué, hors d’haleine. La mort de ce garde lui était indifférente et son malaise venait d’ailleurs : en les jetant l’un contre l’autre, son Maître avait-il seulement voulu lui donner une leçon, ou avait-il admis comme un risque acceptable qu’il puisse mourir sous la lame de ce drow ? Serait-il intervenu, s’il avait failli ?

    « Félicitations. »

    Dorson, tout en dissipant d'un claquement de doigts le mirage, s’approcha, souriant.

    "Maître, hasarda Almaeron hors d'haleine, en fixant vaguement le sol, une main sur son bras blessé... Vous ne m'aviez pas appris à me battre..."

    "C'est maintenant chose faite. En ceci comme en toute chose, tu apprends vite."

    Il ajouta encore.

    "Je suis la seule personne au monde à qui tu doives rendre des comptes. Obéis encore une fois, une seule, à un autre que moi, et je te châtierai au même titre que le fautif. Est-ce bien clair?"

    L'esclave acquiesça.

    "Ce n'est pas par hasard que je te tiens à l'écart des drows ou des autres esclaves. Ils ne sauraient que te détourner de tes études, tout en t'insufflant cet esprit de sédition malsain qui m'a déjà obligé à massacrer la moitié de ma maison. Tu n'as pas à te préoccuper du monde extérieur: c'est mon affaire.
    Myalë a éveillé des besoins que tu aurais connu de toute manière, un jour ou l'autre... mais beaucoup trop tôt. Puisqu'apparemment elle a touché juste... je m'en chargerai."

    "Que..?"

    "Silence. Tu as bien entendu. A compter de ce soir, tu te tiendras à ma disposition. Je te ferai connaître tout ce qu'il y a à connaître en la matière. Au lieu de donner du plaisir à une garce qui te méprise, c'est à moi que tu le donneras. Tu apprendras qu'il peut y avoir autre chose derrière les joutes acrobatiques, autre chose de plus important, qui touche à l'âme. Tu gagneras au change..."

    Le semi-drow ne répondit rien. Il n'y avait rien à répondre. Les décisions de son Maître avaient force de lois, et il ne revenait jamais sur elles, à moins d'un élément nouveau. Almaeron ne pensait même pas que Dorson ait pu prendre cette décision pour se venger de lui. Ou de sa sœur. Ou même par désir. Encore moins par amour. Le devin drow était bien au-delà de pareils sentiments. Tout ce qu'il faisait semblait dicté par la volonté de tenir son apprenti dans une bulle protectrice, à l'écart de la vie des autres, de ses mesquines ambitions de pouvoir, de plaisir. Un monde où ils seraient seuls, tous les deux, avec l'étude de la magie pour passion commune. En éveillant d'autres désirs, Myalë avait failli rompre cette harmonie... Conscient de sa faute, Almaeron se demandait avec angoisse s'il saurait se montrer à la hauteur, donner satisfaction. Il ne voulait pas décevoir une nouvelle fois son Maître.
    Dernière modification par Lothringen ; 31/07/2008 à 16h49.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  9. #9
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    « Les miens n’ont pas assez appris à te craindre. Je vais devoir prendre d’autres dispositions… »

    Dorson lui fit signe de le suivre, puis convoqua dans le vestibule tous les membres de sa maison, qu'il accueillit un à un sans qu'un seul de ses traits ne s'altère. Ses deux frères cadets, Najdar et Vestyn, sa soeur Myalë encore incarnadine, puis Eolder'n, le nécromancien qu'il avait écarté de son apprentissage au profit d'Almaeron. Grave, le premier mâle regarda tour à tour ces êtres qu'il considérait tous moins comme ses alliés que comme ses serviteurs, des inférieurs dont il connaissait et contrôlait à la fois chacune des intrigues.

    "Je vous ai convoqués pour vous préciser ma vision du fonctionnement de cette maison. Vous vous en douterez, j'ai eu vent de vos diverses manœuvres et je sais parfaitement pour quelle raison notre frère Alaexer n'est plus parmi nous ce soir..."

    Son regard glissa sur Vestyn, qui pâlit.

    "Etes-vous capables de songer à autre chose qu’à mon âge avancé ? Vous vous disputez les miettes de mon héritage alors même que vous savez n'en voir peut-être jamais le jour. Incapables de concevoir un projet de quelque ambition pour votre maison, vous percevez le fait d'en devenir un jour le maître comme une fin en soi. Je suis écœuré de votre petitesse, et fatigué de vos querelles. Je n'ai pas arraché cette maison à Lolth pour la voir s'empêtrer dans les mêmes sottises que ses concurrentes. Nous sommes ici, fidèles de Vhaeraun, pour contribuer à la gloire de notre peuple, ne l'oubliez jamais. Il ne grandira pas s'il ne sait s'unir contre un ennemi commun. S'il ne sait regarder vers la surface, là d'où il est venu, là où l'attend la vraie puissance. Mais laissons cela. Je penserai pour vous.

    J'ai une nouvelle pour vous, aujourd'hui. J'ai décidé d'intégrer mon apprenti, Almaeron, à la maison. Oui, de l'adopter. Il s'appellera désormais Almaeron Jaell'ym, ce sera mon héritier, et quiconque parmi vous osera lever la main sur lui pourra s'attendre, non seulement à ce qu'il lui fasse une démonstration de sa magie, mais à ce que je lui ménage en retour une agonie lente et douloureuse.
    J'espère que c'est assez clair."

    Vestyn, second fils de la maison, qui se croyait particulièrement bien placé depuis la mort « accidentelle » de son frère Alaexer, protesta aussitôt.

    "Mais, mon frère, voici qui est pure folie, d'ailleurs contraire à tous les usages! Ce semi-drow est un esclave: croyez-vous vraiment que cette décision sera respectée, et du reste qu'il vous survivra un seul jour?"

    Dorson sourit. Arrogant petit frère, qui se croyait plus puissant qu'Almaeron, pour cette seule raison que ce dernier portait des fers et baissait les yeux devant lui...

    "Almaeron est mon disciple, l'aurais-tu oublié? Ses progrès en magie sont impressionnants. Encore quelques dizaines d’années et il sera mon digne successeur, capable de résister à n'importe quel assaut de la Reine Araignée - capable de mener cette maison vers la gloire."

    "Ou plutôt, de tous nous massacrer par vengeance... grommela Eolder'n. Quelle folie!"

    "Non. Lequel d'entre vous agirait de la sorte, si cela devait nuire à ses ambitions? Il ne fera pas une telle sottise. Du reste... Almaeron n'est que le prolongement de ma volonté, et il le restera", affirma l'archimage en flattant les épaules de l'esclave avec un air de satisfaction.

    A ces mots certains de ses auditeurs semblèrent comprendre que le devin ne disait pas tout, et se mirent à sourire. Evidemment, quels naïfs ils étaient... Dorson avait trouvé un moyen de transformer cet esclave dénué de volonté propre en un parfait pantin, même au-delà de sa propre mort, et cela expliquait cette étonnante décision.
    Ils ne tarderaient pas à en déduire que le mage souhaitait se servir de cet esclave pour écarter les divers prétendants à sa succession. Une manière comme une autre de mettre un terme aux querelles de pouvoir dérisoires qui déchiraient les survivants de sa fratrie.

    L'archimage les congédia alors. Il demeurait seul dans l'étage, avec Almaeron qui avait tout entendu et n'avait toujours pas relevé la tête. Il garda les bras le long du corps tandis que Dorson, tout en lui effleurant la gorge, tournait autour de lui et lui murmurait:

    "Des privilèges que je t'accorde, ne tire aucun orgueil. Tu demeures mon esclave, à ma merci. Ne t'avise pas de me décevoir..."

    Sans tenir compte de l'accélération brutale de la respiration de son apprenti, il attrapa les bords inférieurs de sa tunique et remonta lentement les mains sur sa peau, par en-dessous. La paume de l'elfe noir toucha l'intérieur de la cuisse d'Almaeron, qui hoqueta mais demeura figé. Quand Dorson empoigna son sexe à pleine main, le semi-drow serra les lèvres et ferma les yeux pour retenir ses larmes. Les premières depuis bien longtemps. Les dernières avant des années.

    *****
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  10. #10
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Chapitre V - Gythris

    Alturiak 1374 CV, Année des tempêtes.


    Penché sur son pupitre, le semi-drow recopiait avec application les innombrables lignes de fine écriture serrée qui recouvraient l'épais grimoire ouvert devant ses yeux. Le temps de tourner une page, il s'autorisa un bref regard sur la tranche: il n'en avait pas dépassé le tiers. Il retrempa sa plume à l'encrier. C'était là une tâche de longue haleine, certes, mais qu'il appréciait beaucoup, en dépit des longues journées qu'il avait dû déjà y consacrer. La langue elfique était un enchantement pour le regard comme elle l'était aussi pour les oreilles. Ce peuple inconnu l'attirait par son goût pour les arts et l'histoire, ce regard distancié, dénué de rancoeurs, qu'il savait porter sur les choses. Il espérait seulement ne pas avoir trop dénaturé le poème au cours de son travail...

    "Où en es-tu de cette traduction?" l'interrogea une voix calme, dans son dos, tandis que la main du mage se posait sur son épaule. Almaeron frissonna à peine, habitué qu'il était à voir son maître surgir à l'improviste, en toutes circonstances. C'est à peine si la flamme de sa bougie tremblotta un instant.

    "J'en suis au passage introductif de la Descente, au moment où..."

    "Qu'en penses-tu?"le coupa Dorson, tout en s'adossant au pupitre.

    L'apprenti répondit sans lever les yeux, flatté de voir son maître s'intéresser à son avis.

    "C'est bien écrit, mais c'est très flou... J'aurais cru que nos cousins surfacins s'appesantiraient davantage sur la noirceur de notre trahison. Au lieu de cela, ils chargent la déesse araignée, la désignant comme traîtresse à leurs propres dieux. Ils disent en somme qu'Araushnee a corrompu les Ilythiiri et que..."

    Dorson fronça imperceptiblement les sourcils. "Même si ce nom n'est plus le sien, évite de le prononcer à l'avenir, les dieux ont des oreilles particulièrement sensibles aux syllabes de leur propre nom. Et que penses-tu de tout ceci? Va jusqu'au bout de ta pensée, cette fois."

    "Hé bien... je suis assez d'accord avec l'auteur... on ne peut pas dire qu'elle ait rendu un grand service aux drows. Non seulement son projet de conquête d'Arvandor s'est conclu par un fiasco, mais il leur a coûté la surface et elle ne semble pas avoir de plus grand projet pour eux à ce jour que de les voir s'entretuer sans fin pour sa plus grande gloire..."

    L'archimage ne put retenir un sourire. Il partageait en tout point le jugement d'Almaeron quant au désastreux effet de Lolth sur ses fidèles, et il était plus qu'amusé à l'idée que son sentiment, sur ce point, puisse rejoindre celui de son esclave athée, et même celui des elfes de lumière. L'apprenti – averti de cette réaction par un sixième sens développé dès longtemps qui lui permettait d'entrevoir par en-dessous les réactions de son maître – se méprit à moitié sur les raisons de ce rictus.

    "Oh oui, je sais, balbutia-t-il avec confusion. Je suis bien arrogant, bien ridicule... petit esclave qui se mêle de juger les dieux."

    "Mais c'est bien le destin des dieux que de se mettre en situation de se trouver jugé par le moindre des esclaves", répliqua aussitôt son maître.

    Il ajouta après quelques temps.

    "Je ne pensais pas que tu en serais encore à avoir honte de ta condition, Almaeron."

    "Je n'éprouve pas de honte, tenta de rectifier le semi-drow. Je suis heureux de vous servir plutôt qu'un autre. Mais je reste conscient de mon... néant."

    "Si c'est cela, je trouve que je gaspille beaucoup de temps à parler au néant."

    Almaeron se troubla de plus belle.

    "Je ne voulais pas vous contrarier, mon maître. J'apprends, je vous vois vivre, je vous suis quelquefois utile. Je ne me plains pas."

    "Encore heureux. Il n'y a pas plus de deux semaines de cela, tu m'as accompagné au marché de Guallidurth. Tu t'en souviens, bien sûr. As-tu bien observé comme ils traitent les mâles?"

    "Oui. On dirait presque que, chez eux, tous les mâles sont esclaves. Il ajouta timidement: Mais ils n'ont pas de collier."

    "Peut-être aurais-je dû te traîner jusque dans leurs rituels les plus secrets, ceux que tiennent les prêtresses au fond de leurs temples sordides. C'est un spectacle qui vaut le déplacement..."

    "Que... que voulez-vous dire?" risqua le semi-drow, trop intrigué pour se rappeler qu'il venait d'adresser en premier la parole à son maître. Ce dernier ne releva pas.

    " Je veux dire par là que tu n'aurais pas tardé à comprendre que, pour un drow fidèle à Lolth, la vie d'un autre drow ne vaut pas davantage que celle d'un esclave, et la vie d'un mâle tout particulièrement, pas davantage que celle d'une vermine. On sacrifie là-bas son propre géniteur, son allié de la veille, son amant ou son frère. Moi-même, le croirais-tu? Moi-même, le premier fils de la seconde maison, durant des siècles, j'ai dû baisser les yeux devant mes soeurs, lécher le parvis sous leurs pas, goûter au fouet de leurs caprices. Quand ce n'était pas elles, c'étaient les prêtresses, les vestales, la matrone, toujours à aboyer des ordres de missions suicide et rêver de nouvelles brimades. J'ai ployé l'échine, déjoué les complots, en attendant le jour où le rapport de forces jouerait enfin en ma faveur. J'ai satisfait ces chiennes lubriques qui se jouaient de moi!" Sa voix s'enflait comme il ressuscitait ces souvenirs. Almaeron frémit, car il n'avait jamais vu son maître parler aussi clairement de son passé. Mais Dorson se calma aussitôt, ravalant sa colère comme une tempête au jusant. L'éclat de ses yeux s'éteignit peu à peu, pour redevenir, comme à son ordinaire, terni, impénétrable. "Alors, tu vois, mon fils, tu n'as pas de regrets à avoir: même si tu étais entré dans la société drow par ce qu'il est convenu d'appeler la grande porte, tu aurais mordu la poussière. Dis-toi que ma protection est ta meilleure chance de survie en ce monde. Dis-toi qu'à bien des égards, je t'ai traité mieux que mes propres frères, mieux qu'on ne m'a traité. Et j'aurais espéré... j'aurais espéré rencontrer en toi un peu de gratitude."

    Almaeron se recroquevilla sur lui-même, craignant de s'attirer par une réaction les foudres de son maître.

    "Réponds!"

    "Je... Vous m'avez donné beaucoup. Je sais que je vous dois ce que je suis. Tout ce que je suis. Ce n'est pas vers moi que doit se tourner votre colère... car je me soumets."

    Ce discours, sembla-t-il, apaisa l'elfe noir, qui se mit à passer ses doigts dans la chevelure blanche d'Almaeron, l'air distrait.

    "Tu as raison, tu es le seul à ne m'avoir jamais trahi. Mais parfois je me dis que c'est bien improbable, que ce ne peut durer. Qu'un jour viendra où, toi aussi, tu chercheras à me ravir des fragments de pouvoir, à profiter d'un instant de faiblesse... Tels sont les drows." Il ajouta à voix plus basse. "Près de mille années ont passé en luttes vaines, et il me reste si peu de temps pour accomplir mes grands desseins d'autrefois... Comme je suis las de tout ceci."

    Il retira sa main.

    "Repose cette plume. Nous passons à côté."
    Dernière modification par Lothringen ; 31/05/2008 à 23h33.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  11. #11
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Quelques temps plus tard, le semi-drow gisait encore étendu sur le ventre, la tête dans les replis des draps fins, les vêtements en désordre. Il avait cru qu'avec le temps, la douleur passerait; et, en effet, il ne souffrait plus comme la première fois. Peut-être cela venait-il de ce qu'il n'opposait même plus de résistance, même passive... En revanche, il ressentait une autre forme de souffrance, la mortification de voir qu'en dépit de ses progrès en magie certaines choses ne changeaient pas; et une tristesse diffuse, liée à la certitude de n'être rien et d'en recevoir ainsi quotidiennement la preuve. Il devinait confusément que tel était en effet le but de son Maître, en dépit de ce qu'il disait: réaffirmer son pouvoir sur lui, de la manière la plus définitive, la plus irréfutable qui puisse être. Dorson fouillait son corps comme son âme, de telle sorte que les verbes "être" et "avoir" ne puissant avoir plus aucun sens à ses yeux - et force était de constater que l'archimage parvenait à ses fins. L'horizon du semi-drow ne dépassant pas l'étage de la tour, sa seule préoccupation depuis des années demeurait de savoir s'il satisfaisait ou non les attentes de son mentor. Ses efforts allaient bien au-delà de ce à quoi l'aurait porté une curiosité naturelle pourtant bien développée; il n'apprenait pas réellement pour apprendre, mais parce que Dorson lui disait de le faire. En dehors de la volonté de son Maître, existait-il seulement...

    Avec effort, l'apprenti se redressa. Il avait une traduction à finir, ainsi que des potions à préparer. Il décida de commencer par les décoctions, dans l'espoir que la répétitivité des gestes l'apaiserait un peu. Les reins. Le dos. Oui, c'était cela: il avait mal au dos. Il remit rapidement ses vêtements en place, passa dans le laboratoire et commença de rassembler les simples nécessaires à l'opération. Il en était à les aligner sur le plan de travail quand il remarqua du coin de l'oeil la forme recroquevillée d'un jeune homme malingre accroupi entre les pieds de l'établi, immobile, qui l'observait avec de grands yeux fiévreux. Il repéra aussitôt que cet humain aux cheveux de lin devait faire partie des esclaves, comme l'indiquaient suffisamment ses hardes en lambeaux et un collier de fer frappé des insignes de la maison Jaell'ym. Probablement un esclave des cuisines ou de la forge, qui était parvenu à monter à l'étage on ne savait comment... Almaeron était certain de ne l'avoir jamais aperçu auparavant, ce qui n'avait du reste rien de bien surprenant, tant étaient rares ses contacts avec le reste de la maison.

    Depuis combien de temps cet esclave l'espionnait-il ainsi? Etait-il déjà là avant le départ de son Maître? Sûrement pas, ce dernier aurait pu déceler sa présence... Ses grands yeux délavés ne quittaient pas un seul instant le semi-drow, qui avait décidé de l'ignorer, comptant que l'importun se lasserait plus vite que lui.

    "Tu dois être l'apprenti du Maître",commença le jeune homme d'une voix râpeuse, dans un commun qui présentait un indescriptible accent drow. "Je m'appelle Gythris."

    Almaeron ne répondit d'abord pas. Il attendit d'avoir fini sa manipulation et de constater que l'autre était encore là à l'observer avec une imperturbable patience pour répliquer du ton le plus résolu qu'il put prendre:

    "Zu'tour phor, waele rivvil, lu' ori'gato uns'aa maglust. Usstan tlun naut shinder ulu telanth ulu dosst valyrin. Dos orn tlu inbau zotreth ka foluss kyorlen dos ghil".
    (La ferme, humain stupide, et laisse-moi seul. Je ne suis pas autorisé à parler à ceux de ton espèce. Tu seras battu si quelqu'un te voit ici.)

    "Je sais que tu parles le commun", insista le garçon. "M'ont parlé de toi à la chaîne."

    Le semi-drow retourna à son travail. Ce qui pouvait se chuchoter à son sujet dans les dortoirs des esclaves humains lui était tout à fait indifférent. Pour le bref laps de temps qu'il avait partagé avec eux, il se souvenait surtout de la défiance haineuse avec laquelle ces derniers l'avaient repoussé. Et il se rappelait, bien que de plus en plus confusément, les mises en garde de sa mère: ses semblables l'auraient tué à vue, il n'y avait rien à en attendre... Il commença à se demander si ce Gythris était bien parvenu jusqu'au laboratoire de sa propre initiative, ou si quelque membre de la maison ne cherchait pas plutôt à lui tendre un piège à travers lui. Mais bientôt, ce soupçon même disparut comme de légères ridules à la surface aveugle d'un lac souterrain. Tout cela ne le concernait guère. Il avait une tâche à accomplir...

    "Heureusement qu'on peut parler le soir, d'ailleurs, c'est le seul moment de la journée où j'aie un peu l'impression d'être vivant. Tu sais, je suis né ici. Le commun, ce sont les vieux qui me l'ont appris. Pis des fois ils parlent de la surface... mais ils aiment pas trop, ils disent que ça sert à rien de remuer le couteau dans la plaie. Alors ils parlent de la vie ici, ils ragotent sur les soldats, sur le Maître, tout ça... sur toi aussi, t'es célèbre, un vrai mystère, même pour les drows à ce qu'il paraît! Les vieux disent que t'étais un espion avant, mais c'est n'importe quoi, la chiourme se moque bien de nos murmures, et ils z'attendent pas de confirmer un soupçon pour tuer. Y'en a aussi qui sont jaloux parce que t'es plus avec eux. Mais y'a au moins un truc sur lequel les esclaves et les soldats tombent d'accord: ils disent tous que tu singes les vrais drows."

    Gythris marqua volontairement une pause, comme s'il espérait que l'apprenti allait répliquer, mais ce dernier continuait de lui tourner à moitié le dos et poursuivait sa tâche en cours sans montrer en quoi que ce soit qu'il prêtait la moindre attention à son bavardage. L'humain finit par ajouter, en soupirant.

    "Dans ma royale bonté, moi je te laisse un droit de réponse..."

    Un froncement de sourcil à peine perceptible signala à l'adolescent qu'il avait réussi à créer un îlot de clarté, l'espace d'un bref instant, dans l'épais brouillard d'apathie qui enveloppait son interlocuteur. Mais, fort de la confiance que lui manifestait son Maître, Almaeron ne crut pas exagérer les choses en répondant d'un ton égal:

    "Usstan xuat ulu xun saph ilythiirin, Usstan TLUN natha ilythiiri. Lu' Usstan orn telanth bauth dos ka dos xuat alu tarthe nin."
    (Je n'imite pas les drows, je SUIS un drow. Et je vais te dénoncer si tu ne t'en vas pas maintenant.)

    "Ah, tu vois bien que tu comprends le commun", répartit l'humain sans se démonter ni prendre garde à une menace prononcée sur un ton qui manquait singulièrement de conviction. "Et en plus t'es pas sourd. C'est que je commençais à m'inquiéter."

    Cherchant sans doute à voir jusqu'où il pourrait pousser la provocation, il poursuivit:

    "Ils disent aussi que t'es devenu le mignon du Maître dans l'espoir d'être mieux traité..."

    Cette fois, sans réfléchir, sans même s'expliquer sa réaction, Almaeron ramassa soudain les herbes et les bocaux qu'il avait sous la main et les jeta violemment à la tête de Gythris, dont le visage ensanglanté se trouva bientôt nimbé d'éclats de verre et de divers résidus végétaux. Comme le jeune homme, stupéfait, n'avait pas encore pensé à tourner les talons, le semi-drow balaya une étagère, fracassa une cornue sur l'épaule de l'intrus, parfuma ses cheveux d'une potion violacée, lui enfonça des tiges de mandragore dans les yeux, et fit tant et si bien que ce dernier finit par quitter les lieux sans demander son reste, à la vitesse d'un lapin qui détale. Cela permit au moins au semi-drow de comprendre d'où Gythris était venu : il avait réussi à se faufiler avec agilité dans les escaliers en échappant à la vigilance assez lâche des drows de faction, et il était reparti par le même chemin. Il fallait reconnaître que l'humain ressemblait déjà à une ombre au naturel, vue sa maigreur...

    Dans le laboratoire à nouveau désert, Almaeron, haletant, un ustensile brisé dans la main gauche, revenait peu à peu à lui, prenait conscience du désastre, et se morigénait sans complaisance. Quelle sottise! Il venait de gaspiller un temps précieux. Il lui faudrait des heures pour nettoyer les dégâts, et plus encore pour reconstituer les potions alchimiques qu'il venait de détruire.
    Dernière modification par Lothringen ; 31/05/2008 à 23h39.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  12. #12
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Il hésita longtemps à dénoncer cette intrusion dans l'espace sanctifié de son laboratoire. Circuler dans l'étage faisait l'objet d'une interdiction qui touchait tous les hommes d'armes et tous les membres de la maison, à moins d'une convocation expresse; a fortiori les esclaves domestiques risquaient-ils leur misérable vie à s'aventurer ainsi hors de leurs quartiers. Et la tentation l'effleura de faire taire à jamais cet adolescent qui, en l'espace d'une seule conversation, avait trouvé le moyen de l'insulter comme jamais personne n'avait osé le faire ouvertement depuis que Dorson l'avait choisi pour héritier.

    En même temps, avait-il le choix? Il connaissait les pouvoirs de son Maître: ce dernier ne finirait-il pas par découvrir qu'il cherchait à lui cacher quelque chose?

    D'un autre côté, lui cacher quoi? Un intrus était venu et l'apprenti l'avait violemment chassé. Il avait fait ce qu'il devait faire; il n'était pas en faute. Il n'avait pas non plus trahi les esclaves, ni fait quoi que ce soit pour obtenir un traitement de faveur, ce n'était pas vrai! Les événements avaient décidé à sa place. Son Maître avait décidé à sa place. Et c'était l'histoire de sa vie depuis sa descente en Ombreterre... Ni choix, ni responsabilité, ni culpabilité. Un autre assumait cela à sa place: Almaeron lui avait accordé sa confiance et plus que cela; et en retour son Maître le protégeait. La situation n'était pas si inconfortable qu'elle pouvait le paraître. Il avait l'esprit en paix... Qu'est-ce qu'un Gythris pouvait comprendre à cela?

    Néanmoins, quand il se trouva de nouveau face à Dorson, sous son regard perçant, il ne put s'empêcher de lui raconter tout ce qu'il s'était passé. Contrairement à ce qu'il craignait le Maître ne lui demanda pas de décrire l'esclave, ni de lui donner son nom. Dorson s'était contenté de hocher la tête en signe d'approbation en entendant Almaeron lui expliquer comment il l'avait mis en fuite. Plus tard, il réprimanda aussi les sentinelles pour leur manque de vigilance. Durant plusieurs jours, le semi-drow guetta les bavardages des gardes de faction au pied de l'escalier qui menait à l'étage, mais il n'entendit rien qui laissât à penser que l'esclave s'était fait surprendre.

    Et pourtant Gythris revint. Ce jour-là, il ne dit presque rien, se contentant d'observer son travail. Enervé, Almaeron finit par exploser:

    "Vel'bol zhah l' priqual bauth dos? Inbal dos naut fol xund feithin whol dos wun fol k'lar, gu'e?"
    (C'est quoi ton problème? Tu n'as pas du travail qui t'attend quelque part, non?)

    "Je suis garçon de cuisine. Entre les coups de feu des repas c'est assez tranquille. Le chef de cuisine s'endort. J'ai fait la vaisselle plus vite que d'habitude pour pouvoir venir."

    Devinant la question muette de l'apprenti, il ajouta:

    "Evidemment tu n'es pas très aimable mais ça me fait quand même un peu de compagnie. Tu n'es pas très vieux, non?"

    Almaeron se détendit un peu.

    "J'ai trente ans, et je n'ai pas le temps de te faire la conversation: j'ai du travail."

    "J'en ai seize. Mais j'ai jamais vu le jour."

    Il reprit après un silence.

    "Je préfère quand tu parles le commun. Ça me rappelle ce monde de la lumière qui est le mien et que je ne connais pas. J'ai peur qu'on oublie ce que c'est. Pas toi? Est-ce que tu l'as connu, toi?"

    Penché sur son lutrin, le semi-drow ne répondit pas. Gythris n'insista pas, se contentant de le regarder travailler. Almaeron devait vite s'habituer à cette présence: cela faisait tant d'années qu'il avait pris l'habitude de se comporter en permanence comme s'il était observé, sachant que son Maître pouvait surgir à tout instant derrière lui.

    Gythris revint encore une fois ou deux, puis plus rien. Plus rien pendant des semaines. Almaeron comprit que cette présence lui manquait. Il avait secrètement pris plaisir à articuler à nouveau la langue des surfacins, à entendre l'humain évoquer ne serait-ce que par allusion le monde de la surface. Il n'en avait pas fallu davantage pour lui faire prendre conscience de son isolement.

    Près d'un mois plus tard, alors qu'il s'exerçait aux sorts d'abjuration, le gamin reparut. Il s'était faufilé dans le trou que formait une pierre descellée dans le mur: elle donnait sur un couloir désert, et de là sur un escalier secondaire, non surveillé, censé mener directement au toit de la tour. Il fallait supposer que le jeune garçon avait passé de nombreuses heures à gratter le mortier autour de cette pierre. Les égratignures sur ses hanches prouvaient aussi que le passage était un peu étroit, même pour lui.

    Négligemment assis sur un plan de travail, les jambes ballantes, Gythris expliqua qu'il avait été capturé lors de son dernier retour à l'étage inférieur, qu'il avait subi les châtiments conjoints des gardes et du chef de cuisines, et qu'il avait passé des semaines à l'infirmerie, entre la vie et la mort. Depuis, il avait cherché un moyen de revenir, et il l'avait trouvé.

    "C'est une folie, répliqua Almaeron. Tu as trop à y perdre, et tu n'y gagnes rien."

    L'enfant fronça les sourcils.

    "Tu te soucies de ce que je deviens, toi, maintenant? Ou bien tu as peur de la réaction de ton Maître s'il l'apprend?"

    "Les deux, avoua le semi-drow. La colère de mon Maître peut être terrible..."

    "Il te bat?"

    "Non, balbutia Almaeron. Moi, non. Mais il a moins de clémence envers autrui... Je l'ai vu condamner à mort, regarder les exécutions sans ciller; et il sait faire des choses avec l'esprit..."

    "Quoi?"

    "C'est... c'est comme si l'on vous vidait de l'intérieur... Parfois j'ai l'impression qu'il efface des souvenirs, qu'il se substitue à ma volonté: je ne sais plus si j'ai fait quelque chose, si je l'ai rêvé, si je l'ai fait sous influence... je me défie de mes propres pensées... et tout se dérobe."

    Il se tut quelques temps, puis se remit à murmurer.

    "Je sais que j'ai eu une vie en surface, avant. Il y avait des végétaux couleur d'opale, et des odeurs d'humidité, de terre; des animaux étranges, couverts de poils. Un éblouissement de lumière. Il y avait une femme... Sûrement ma mère. Quand je ferme les yeux, je ne parviens même plus à me rappeler les traits de son visage, ni le son de sa voix. Je ne sais pas non plus pourquoi je suis parti. Ou bien est-ce elle qui m'a chassé?"

    Gythris écarquillait les yeux et commençait de se tortiller sur la table, visiblement mal à son aise.

    "Tu ne devais pas être très vieux, c'est un peu normal d'oublier. Et le soleil, c'était comment? Les anciens esquivent toujours la question..."

    Almaeron ferma les paupières, cherchant à rassembler ses sensations. Tout cela paraissait si loin...

    "Chaud. Une topaze ardente et lointaine. Toutes les teintes étaient plus vives et révélaient à des lieux la végétation environnante. Je devais souvent plisser les yeux, vers midi, malgré les feuillages..."

    Il marqua une pause, mais ne put s'empêcher de reprendre, comme si, pour la première fois depuis bien longtemps, le sujet lui tenait à coeur.

    "Mon maître m'a emmené avec lui en surface, une fois, à cause d'un puissant sortilège de protection à mettre en place... Mais nous n'avons travaillé que de nuit, et le reste du temps, je restais dans la tente, écrasé de torpeur. C'était devenu trop chaud pour moi."

    L'apprenti hocha la tête, rouvrant les yeux.

    "Tes anciens ont raison, cela ne fait que remuer le couteau dans la plaie."

    "Il n'y a pas si longtemps, tu disais qu'il n'y avait pas de plaie", remarqua Gythris sur un ton de reproche. Sans prendre garde au regard blessé du semi-drow, il ajouta: "Et donc tu crois que le Maître s'amuse à jouer avec la mémoire et la volonté des gens? Qu'il a fait cela à d'autres?"

    "J'imagine... Difficile de renoncer à exercer un pouvoir quand on doit défendre sa place en Ombreterre."

    "Je veux dire, tu dis qu'il te fait ça régulièrement?"

    Cette fois l'adolescent avait parlé avec des accents d'inquiétude, comme quelqu'un qui ne s'était pas du tout attendu, en venant discuter avec un autre esclave, à voir la conversation tomber sur des sujets pareils: il se sentait tout à fait dépassé.

    Almaeron détourna les yeux et ne répondit pas.

    Peut-être avait-ce été cela au début. Mais plus maintenant, devait-il constater à sa honte. Quand il rencontrait son Maître, il était à chaque fois parfaitement conscient de ce qu'il se passait, parfaitement lucide, il y prenait une part active, et il en gardait un souvenir terriblement vif et précis. Non; il n'avait pas d'excuse.
    Il vit que Gythris avait un mouvement de recul gêné, non tant à cause de ce qu'il venait de lui dire que par surprise de voir son manque de réaction. Almaeron fronça les sourcils sous l'effort de concentration. N'aurait-il pas dû faire quelque chose, là? Les humains extériorisaient toujours tout. Il ne se souvenait plus...

    "Quoi qu'il en soit, je te plains."

    "Je n'ai que faire de ta pitié!" L'apprenti se leva et se mit à dévisager sans douceur son visiteur adolescent. "Je t'ai mis en garde et le reste ne dépend plus de moi. Va-t-en maintenant."

    Gythris ouvrit encore la bouche, comme s'il allait ajouter quelque chose; puis, se ravisant, il se faufila à travers son trou, et le semi-drow vit la pierre reprendre sa place dans la cavité. Comme elle tombait dans l'ombre d'un établi, cela ne se voyait pas immédiatement, à moins d'un examen minutieux des parois.
    Dernière modification par Lothringen ; 28/03/2008 à 22h03.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  13. #13
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Les jours passaient. Les mois. Les visites de Gythris étaient devenues une routine, et Almaeron les attendait secrètement. Il se rendait compte qu'il en avait besoin: besoin de se sortir du tête à tête autarcique dans lequel Dorson l'avait élevé. Besoin d'entendre à nouveau penser comme pensait sa mère, et d'entendre parler des forêts du Téthyr. Le soleil. La chasse. Les saisons. Les autres. Et la lumière. Ses aspirations humaines s'éveillaient par à coups. Un monde où dominer n'est pas la fin ultime, survivre à l'autre le souci de tous les instants. Des vagues de nostalgie le submergeaient quelquefois, mais cela ne durait guère: l'archimage revenait sur ces entrefaits, reprenant aussitôt son emprise sur lui, écrasante, implacable, définitive. Il lui arrivait parfois de se demander s'il aurait accepté cette existence, s'il avait pu choisir. Certes, il avait atteint le but qu'il s'était fixé en quittant Leodacya, même s'il n'en avait plus le souvenir: il avait rejoint le monde des drows; il y avait une place; il apprenait ce qui ressemblait plus ou moins à un "métier". Mais il n'était pas moins certain qu'il y avait perdu toute liberté, qu'il ne pourrait jamais en repartir. Dorson... il l'admirait et le redoutait en même temps. Par moment son étreinte lui paraissait presque mortelle. A d'autres, la chance de sa vie, et ce qui faisait sa valeur... Il se sentait indissolublement lié, pour le meilleur et pour le pire, à son mentor.

    Aussi fut-ce avec une horreur non dissimulée qu'il entendit Gythris lui confier un jour:

    "Tu sais, je n'ai pas renoncé à m'évader. J'essaie de creuser un tunnel derrière la cuisinière. Il aboutit dans la cour."

    "Tu es fou!!" Almaeron avait baissé la voix sans s'en rendre compte, bien qu'ils fussent seuls, comme à l'ordinaire, dans le laboratoire d'alchimie. "A supposer que tu réussisses à quitter vivant Guallidurth, malgré ton collier, malgré les gardes et malgré tout, comment feras-tu pour parcourir l'obscurité d'Ombreterre jusqu'en surface? Que connais-tu des monstres qui peuplent ces cavernes? Même les aventuriers les plus aguerris n'osent imaginer de le faire. Tu seras mort cent fois..."

    "Tu ne te souviens peut-être plus assez bien de la surface, mais... Tu ne m'as pas dit que le maître t'avait déjà emmené plusieurs fois dans les cavernes hautes de Shanatar?"

    "Quel est le rapport?" répliqua le semi-drow, ébranlé.

    "Hé bien, tu pourrais nous y téléporter..."

    "Il est hors de question que je t'accompagne dans cette stupide entreprise."

    "Pourquoi? Es-tu si heureux que cela ici?"

    "Je pense y être mieux que chez les humains de la surface, qui me tueront à vue."

    "On pourrait partir loin, très loin. Il y a sûrement des endroits où l'on se montre un peu plus tolérants envers les elfes noirs."

    "Désolé; il va te falloir trouver un autre plan."

    "Nous pourrions aussi devenir trappeurs, nous tenir à l'écart des hommes... Dis-moi ce qui te retient ici."

    Mais Almaeron aurait été bien incapable de le dire. La peur. Ses études. Son maître. Son maître. La peur de le décevoir.

    "Tu es un esclave, tu sais? Tu baisses les yeux devant les drows, tu te tais quand ils parlent, tu t'agenouilles dès que ton maître claque dans ses doigts. Et cela fait-il tant d'années que tu traînes la jambe droite que tu as oublié pourquoi? Je suis sûr que tu ne tarderais pas à découvrir non plus à quoi sert ton collier si tu essayais seulement une fois d'agir contre la volonté de ton maître. Tu ne vois pas qu'il se sert de toi, de ta reconnaissance mal placée? Ça ne te choque même plus de le voir abuser de toi ? Et tu ne t'es jamais demandé quelles étaient ses intentions à ton égard? Qui te dit qu'il ne va pas te tuer par jeu, quand ça lui chantera? Tu n'es rien pour lui. Un hochet, un caprice; une expérience, peut-être. "

    Le semi-drow était hors de lui; le sang lui était monté au visage et ses yeux s'étrécissaient de colère. Un peu plus, et il aurait sauté à la gorge de son ami.

    "Tais-toi, sale vipère. Arrête d'essayer de salir ce que tu ne comprends pas! "

    "Mais qu'y a-t-il à comprendre de si mystérieux?"

    "Mon Maître m'accorde certains privilèges et il est bien normal que je ne lui sois pas uniquement à charge."

    "Quels privilèges? Il t'a laissé la vie, mais elle ne lui appartient pas. Il... "

    "Peut-être bien que si", le coupa Almaeron, en soupirant. "Il a sauvé ma vie: donc elle lui appartient."

    "Tu veux parler du jour où il t'a racheté? Et tu ne crois pas l'avoir remboursé au centuple en quinze années d'esclavage?"

    "Je ne crois pas, non. En fait, je n'ai pas eu très souvent l'occasion de sauver la sienne..."

    Gythris renonça à argumenter davantage, soudain conscient de l'inutilité de son discours. De toute évidence, l'attachement du semi-drow à sa vie souterraine n'était pas de l'ordre du rationnel. L'humain connaissait assez Almaeron désormais pour savoir que ce dernier aimait la lumière, la vie, la liberté, bien davantage que l'illusion de pouvoir que pourrait à terme lui apporter une plus grande maîtrise magique. Ce qui le retenait en Ombreterre? Même pas la peur. Un attachement contre nature pour son bourreau...

    En désespoir de cause, Gythris haussa les épaules. Repoussé, mais non vaincu.

    "Il faudra bien que tu comprennes."

    *****
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  14. #14
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Chapitre VI - Evasion

    Eléasis 1375 CV, Année de l'ascension des elfes.


    Au fil des mois Gythris venait et revenait, obstiné, imperturbable. Tous les efforts d'Almaeron pour l'écarter se soldaient par un échec lamentable et de plus en plus flagrant; le jeune humain les ignorait exactement comme s'il savait pertinemment que derrière les répliques acerbes ou les grognements bourrus se dissimulait quelqu'un qui avait peur de lui - un esprit aux abois qui ne parvenait pas à dissiper le doute qu'il y avait peu à peu distillé...

    Car après tout, Gythris avait raison: le semi-drow ne savait rien des projets de son maître à son égard. Il avait toujours voulu croire que le devin drow se cherchait un héritier, un légataire universel de cet immense savoir accumulé au cours des siècles. Dès lors, sa volonté de façonner son apprenti à son image s'expliquait assez bien: l'archimage ne voulait pas qu'on fasse n'importe quoi avec ses propres pouvoirs... Pourquoi vouloir chercher plus loin? Et voilà qu'un gâte-sauce venait lui faire les hypothèses les plus folles, dans le seul espoir de l'inciter à l'accompagner dans sa fuite, et sa seule raison ne parvenait pas à les repousser! Dorson ne le lui avait-il pas dit, un jour: quand le soupçon est né, il est trop tard pour l'ignorer; le seul moyen de l'étouffer est de trouver des preuves...

    Des preuves? Il ne pouvait pas lire dans les pensées de son Maître. Mais peut-être pouvait-il savoir sur quoi ce dernier travaillait... Dorson installait des glyphes de protection sur ses notes de travail, mais comme il les posait en présence de son apprenti depuis des années, ce dernier ne devrait pas avoir trop de peine à les déjouer... à quoi cela l'avancerait-il? Que ferait-il une fois qu'il aurait brisé les sceaux, tout cela pour apprendre, peut-être, que son Maître travaillait sur une nouvelle version des projectiles magiques? Il ne pourrait cacher son forfait, et il aurait perdu pour jamais sa confiance... cette confiance si précieuse, qu'il était peut-être seul à détenir... Non, il s'y refusait.

    Dorson semblait deviner quelque chose, le sentir s'éloigner. Il lui arrivait de s'interrompre au milieu d'une explication et de lâcher:
    "Tu ne m'écoutes pas. As-tu oublié de quelle importance est cette leçon?"
    "Désolé, Maître, je..."
    "Tu pensais à autre chose: j'ai vu. La magie ne tolère pas la mollesse, Almaeron. On s'y donne tout entier, ou l'on meurt prématurément. Recommence."
    Mais rien n'y faisait. Almaeron fournissait un effort de concentration qui durait quelques heures ou quelques jours, puis ressombrait dans sa mélancolie. Dorson, curieusement, n'insistait pas, comme s'il ne voyait pas la réelle profondeur de ce changement de comportement. Il ne l'interrogea non plus jamais plus sur l'esclave qui s'était introduit une fois chez lui. Plus tard, dans la chambre, il lui arriva pourtant d'ajouter:
    "Et de quel droit me dérobes-tu une partie de toi. Crois-tu que je puisse me satisfaire de te partager?"

    Incapable de se débarrasser des doutes suggérés par Gythris, Almaeron ne prit de décision que lorsque les circonstances semblèrent s'ingénier à le favoriser. Une fois de plus, son Maître partait en voyage... Comme il était prévisible, Gythris profita de l'occasion pour harceler le semi-drow un peu plus que de coutume: lorsqu'il était dans le laboratoire, en dehors des heures des repas, l'humain ne le lâchait désormais plus d'une semelle. Et il disait:

    "Tu sais, j'ai achevé mon tunnel. Il donne droit dans la cour. On pourrait partir par là... tu saurais nous rendre invisibles, non?"

    "Je ne peux pas recourir à la magie sans que mon Maître ne le sache aussitôt... enfin, je crois... en tout cas c'est l'impression que m'ont laissé quinze années auprès de lui..."

    "L'effet du collier, peut-être?"

    "Peut-être."

    "Alors il va falloir attendre qu'il ressorte avec toi. Moi, je saurais me faufiler au milieu des gardes..."

    "Tu crois ça... J'ai déjà essayé d'échapper à la surveillance de guerriers drows, Gythris. Ça a bien failli me coûter la vie. Ils ont l'ouïe fine..."

    "Je me suis déjà fait prendre aussi", rappela l'humain. "J'y parviendrai. Si ma vie en dépend, j'y parviendrai."

    "Supposons que cela réussisse. Tu te retrouveras libre au beau milieu d'Ombreterre. Et après? Seul et sans armes... ton espérance de vie ne dépasse pas une lieue."

    "Ton Maître t'emmène quelquefois chercher des ingrédients de sorts pas très loin de Guallidurth, non? Vous allez au marché, puis vous faites un détour par cette caverne..."

    "Tu m'as déjà parlé de cela. Et alors?"

    "Tu l'assommes, tu utilises ta magie pour me retrouver, on se téléporte dans les cavernes hautes, et de là on remonte au grand jour..."

    Les yeux de Gythris brillaient de convoitise à l'évocation de cette liberté presque palpable, qu'il devinait si proche, presque accessible... Almaeron se chargea de le ramener sur terre.

    "Oui, tout serait si simple si seulement je ne t'avais pas dit que je ne t'accompagnerai PAS."

    Mais l'esclave cette fois ne releva même pas. Puis, changeant soudain de sujet:

    "Tu as trouvé un moyen de contourner ses glyphes?"

    Le semi-drow en resta sans voix.

    "Tu n'as jamais appris à mentir, expliqua calmement Gythris. On lit en toi à livre ouvert."

    "J'espère que tu te trompes. S'il devinait ce que je pense?"

    "J'imagine qu'il devine que quelque chose t'éloigne de lui, oui... Au moins ça... C'est pour cela que tu ferais mieux d'agir vite, avant qu'il ne prenne des mesures. Moi, je pense que tu as raison de t'intéresser à son grimoire. Il te cache l'objectif de ses recherches alors même que ça les ralentit et que d'après ce que tu me dis il a plutôt confiance en son pouvoir sur toi."

    Gythris désignait du menton le pupitre sur lequel se concentraient tous les doutes les plus chimériques de son ami. Almaeron hocha la tête. Oui, il avait trouvé un moyen de contourner les glyphes sans recourir à la magie. Même s'il n'en était pas particulièrement fier...

    Il passa à l'acte le lendemain. Appelant un des gardes qui restaient de faction dans l'escalier, et qui avaient ordinairement l'interdiction de monter à l'étage, il lui expliqua qu'une expérience l'avait provisoirement laissé sans forces et qu'il avait besoin de son aide pour déplacer un gros grimoire. Sachant que le Maître n'apprécierait guère que l'on malmène son protégé, le garde, en grognant un peu, alla chercher l'ouvrage désigné – un épais volume relié de cuir brun, trônant sur un lutrin, au beau milieu de la bibliothèque... Dès qu'il le toucha, il déclencha une kyrielle de sorts qui l'enveloppèrent d'effets pyrotechniques hétéroclites agrémentés de fumée opaque, d'explosions et d'odeurs âcres. La violence de la déflagration fut telle que le semi-drow ne put lui-même que se tasser contre le mur opposé, les yeux clos. Il entendit le garde hurler brièvement. Puis ce fut soudain le silence, et la brume se dissipa lentement. Almaeron frissonna en constatant les dégâts. Un halo de substance bleuâtre rayonnait autour du cadavre calciné, recroquevillé sur le sol. Le dallage en était brûlé sur plusieurs pieds. Des sorts d'évocation d'une puissance folle...
    Curieusement, il venait de tuer un homme de sang froid et n'en ressentait pas vraiment de culpabilité: il s'était choisi un but, il s'en était donné les moyens.

    "Tu crois qu'il a déclenché tous les sorts?" murmura une voix dessous un établi.

    "Ou -oui. Je sentirais leur présence."

    "T'en fais pas pour lui. Il a rejoint les abysses de la reine Araignée, où il souffrira pour l'éternité, pour prix de ses peines. Et puis c'est lui qui a failli m'expédier vers la Fugue avec ses fouets à clous, quand ils m'ont surpris dans l'escalier, l'autre fois."

    En feuilletant le grimoire, Almaeron déclencha un autre sortilège: une image de serpent ambré sembla jaillir pour l'assaillir de la première page qu'il s'efforça de déchiffrer. La langue du serpent lui sauta à la gorge, mais l'illusion se dissipa avant d'avoir pu l'atteindre, en émettant une lueur brunâtre accompagnée d'un bruit sourd. Un sceau du serpent, déjoué in extremis ...
    Il se mit à feuilleter. Il aurait cru que ce serait plus difficile, mais il comprit rapidement pourquoi Dorson avait "si peu" protégé son livre: c'étaient ses notes de travail, pas un traité directement exploitable. Et il fallait encore connaître son mode de cryptage pour les lire... Ce que ne savaient faire quelques personnes au monde: son apprenti, ainsi que quelques uns des mages qui avaient travaillé pour lui, comme le nécromancien Eolder'n.

    Almaeron, fasciné par ce concentré d'intelligence brute, ne parvenait pas à détacher ses yeux du volume. Il y lisait des compte-rendus d'expériences, certaines menées en sa présence, d'autres non. Il comprenait enfin le sens de ce qu'il faisait à l'aveugle depuis parfois des années...

    "De quoi parle-t-il?"

    "Ici, ce sont des recherches sur les sortilèges de protection... Des tentatives d'adapter la force élémentaire de la terre aux procédés d'enchantement du mythal... il m'a emmené protéger de la sorte un campement en surface, une fois, je t'ai pas dit?... Ici, un approfondissement des sorts de feu... pour les rendre plus puissants... Des recherches sur les âmes... Qui contournent systématiquement l'approche nécromantique... Le corps vieillit mais l'âme est immuable... Il cherche comment la soustraire à Kelemvor... sans passer par la non-vie... Il pense pouvoir l'immiscer encore vive dans une âme parente mais plus faible... Il fait des expériences sur les méphites..."

    "Ah, voilà pourquoi il a laissé votre salle d'invocation se laisser investir par ces petites pestes..."

    Almaeron ne répondait plus.

    Des recherches sur les âmes... Qui contournent systématiquement l'approche nécromantique... Le corps vieillit mais l'âme est immuable... Il cherche comment la soustraire à Kelemvor, mais sans passer par la non-vie... Il pense pouvoir l'immiscer encore vive dans une âme parente mais plus faible...

    Il referma le livre. Appela la garde pour la prévenir de la tentative d'intrusion dans le laboratoire. Jeta une flèche acide sur le cadavre, pour être sûr que le Maître serait au courant. Puis, fermant la porte de la chambre au nez de Gythris qui n'avait plus d'autre choix que de détaler rapidement, il s'enferma dans la pénombre, et y demeura hébété, immobile, des heures, des jours durant. A repenser à ce qu'il venait d'apprendre.
    Dernière modification par Lothringen ; 31/07/2008 à 17h25.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  15. #15
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Des pensées qui le déchirèrent alors ne devait lui rester de souvenir que la douleur, fulgurante, irrémissible. Il aurait voulu n'avoir jamais osé. Il aurait voulu être mort - gésir à la place de ce combattant qu'il avait sacrifié à sa curiosité, fermer les yeux une fois pour toutes, se résigner sans honte; expier en expirant, et oublier enfin ce qu'il avait appris.

    Quand le Maître revint, une bonne semaine plus tard, il ne fit aucune remarque sur la tentative d'intrusion dans ses recherches. Il aurait pourtant été naturel qu'il cherche à déterminer lequel des mages de sa maison avait tenté de lui voler ses notes - tous avaient du reste la gorge sèche à son retour, tremblant de ne pouvoir dissiper les soupçons: mais Dorson n'enquêta même pas.

    Il convoqua Almaeron, seul. Et lui dit.

    "Je sais que tu as lu ce grimoire. Inutile de le nier, c'est écrit sur ton visage, sur ton âme. Je les connais trop bien. Des vagues de culpabilité, de confusion en montent jusqu'à moi..."

    Tête basse, Almaeron murmura.

    "Après la mort de ce guerrier et la dissipation des sorts de protection, je n'ai pu m'empêcher d'aller voir... c'était trop tentant..."

    Il n'osa pas poursuivre, se sentant incapable de mentir de façon convaincante à son Maître. A ces vagues excuses, ce dernier ne montra ni impatience, ni colère, mais croisa les jambes dans son fauteuil.

    "Vraiment? Et ce que tu as lu t'a-t-il intéressé?"
    "Oui. Je savais que c'était indiscret, que je ne devais pas le faire, que ce n'est pas à moi de me mêler de vos études. Cette lecture ne m'a rien appris que je ne sache confusément déjà... mais j'étais tellement fasciné de voir l'ensemble de vos recherches, Maître... de comprendre un peu mieux vos méthodes, et votre haute intelligence à l'œuvre..."

    Et il disait vrai: cette lecture ne lui avait rien appris. Plus il y réfléchissait, et plus il lui semblait qu'il l'avait toujours su, sans vouloir se l'avouer. La découverte du grimoire n'avait fait que le mettre au pied du mur. Quoique, à y bien réfléchir encore, elle ne prouvait rien: il y a loin de la recherche au passage à l'acte. Qui lui disait que l'archimage comptait vraiment utiliser comme hôte le propre corps de son apprenti... Ce n'étaient que des expériences.
    Dorson avait oublié de lui enseigner cela: rien n'étouffe un soupçon, et rien ne le confirme aussi longtemps que le coupable nie... Luttant vaillamment contre les évidences, Almaeron était prêt à se raccrocher avec toute l'énergie du désespoir à son rêve de piété filiale.

    "Je... Je vous ai déçu, n'est-ce pas?" ajouta-t-il piteusement. "J'ai transgressé votre loi, et je le savais."

    "Almaeron, te souviens-tu de toutes ces fois où tu m'as assuré de ton obéissance? Je croyais avoir trouvé celui qui ne chercherait pas à me doubler, à détourner mes recherches à son profit. Et voilà que tu te montres aussi fourbe, aussi sournois que le premier drow venu..."

    "Ce n'est pas cela! Sur mon âme, je vous jure que ce n'était pas par appétit de pouvoir!" Le semi-drow agrippait la robe de l'archimage, comme pour le supplier d'entendre. Il devinait la déception dans le regard dédaigneux de Dorson, et cette idée lui était proprement insupportable. Alors, se résignant, il retira ses mains et ferma douloureusement les yeux.

    "Jamais je n'ai cherché à vous nuire, ni à m'élever plus haut que vous... Même si j'en avais le pouvoir... je ne me permettrais pas... "

    Un instant, il frissonna, parce qu'il lui semblait avoir senti l'esprit de Dorson effleurer le sien et craignait de le voir découvrir ses secrets. Mais cela n'avait duré qu'un instant, et bientôt, il réalisa que le mage avait quitté la pièce, le laissant seul avec sa mauvaise conscience.

    Et le quotidien reprit comme avant. A l'instar des autres mages vivant au service de Dorson, Almaeron apprit à vivre avec la peur au ventre et la crainte d'être découvert - mais le maître ne refit jamais allusion à ce qu'il s'était passé. L'apprentissage reprit, et avec lui les livres médités, les potions préparées, les entraînements. L'archimage montrait la même patience intransigeante qu'au premier jour où il avait décidé de le prendre auprès de lui.
    Ce n'était pourtant pas comme avant. Il gardait à l'égard du semi-drow une distance froide, comme s'il se refusait à oublier l'incident. Son seul silence mettait son apprenti à la torture.

    Comme Dorson ne s'absentait plus, Gythris s'abstint de revenir. Cela dura. Un mois, deux mois. Et vint le jour où il annonça ce que les deux jeunes esclaves attendaient depuis si longtemps: une expédition à Guallidurth, en vue de renouveler son stock de matière première.

    Ces sorties étaient exceptionnelles, et le Maître ne les organisait jamais que lorsque son approvisionnement le réclamait absolument. Il avait pris l'habitude, depuis quelques années, de se faire accompagner du semi-drow, afin que ce dernier porte les denrées, les trie et l'assiste quand, sur le chemin du retour, il allait relever quelques champignons rares au fond d'une caverne.

    D'ordinaire, Almaeron n'appréciait guère ces excursions. Certes, elles lui donnaient l'occasion de sortir de la tour de la maison Jaell'ym, mais à quel prix! Déambuler dans Guallidurth n'avait rien d'une promenade: il fallait penser à baisser la tête, demeurer sur ses gardes, ne jamais laisser le moindre espace le séparer du Maître, endurer les regards - passer sur cette place où il avait manqué mourir. Pour la première fois depuis bien longtemps, il se souvenait du poids de son collier...
    A l'inverse, Dorson affichait toujours une arrogance provocatrice, et les échanges de propos aigres n'étaient pas rares avec les prêtresses de la reine Araignée. L'apprenti avait cru comprendre que les vhaerauniens de la maison Jaell'ym et le clergé de Lolth se livraient une guerre continuelle, et que nombreux auraient aimé pouvoir tuer l'archimage sur le champ, quand il venait en ville. Pourtant, personne n'osait l'attaquer. Ceux qui avaient essayé n'étaient pas revenus s'en vanter. Une fois, il avait vu de ses yeux un elfe noir encapuchonné mourir foudroyé, une dague visiblement empoisonnée dans la main. Le Maître n'avait pas esquissé un geste, ne s'était pas seulement retourné. Il ignorait encore comment Dorson avait fait. Le mage avait la réputation d'être immortel, et s'il n'avait lu son grimoire Almaeron l'aurait cru lui aussi...

    Aussitôt Dorson avait-il annoncé ce projet, aussitôt étaient-ils partis: le Maître les avait téléportés à l'entrée de la ville. Almaeron avait redouté que Gythris n'ait pas eu vent de l'information; il lui serait alors bien difficile de le faire sortir des cuisines.

    L'expédition en ville ressembla aux autres. Le Maître lui parut seulement un peu plus plus disert qu'à l'habitude, mais peut-être cette impression ne venait-elle que de sa propre nervosité. Dorson prenait la peine d'expliquer à Almaeron quels ingrédients il fallait choisir, et pourquoi. Il expliquait aussi, tandis qu'ils marchaient d'un marchand à l'autre, les mœurs de cette société drow que son esclave n'avait connue que très obliquement.

    "Cette grande rotonde, à l'est, c'est la société des combattants. C'est là que logent les mâles, pendant leurs dix années de formation. L'académie de magie est plus loin, sur le flanc ouest de la ville. Mais elle est loin d'avoir la réputation de Sorcere ; je suis une brillante exception... Guallidurth est une des plus grandes cités drows; plus de deux cents maisons nobles s'y disputent le pouvoir, et les temples de Lolth y poussent comme pierre au désert... Nous sommes en guerre contre Iltkazar, Oaxaptupa, Oryndoll et Sloopdilmonpolop, et plus largement contre toute vie outreterre qui ne nous soit pas soumise, sans oublier la guerre de tous contre chacun. En somme, cette ville ressemble à toutes les cités drows: je crois que nous sommes sa seule cause de célébrité."

    Nous? Surpris, Almaeron risqua un regard en biais.

    "Vous voulez dire, la maison Jaell'ym, Maître?"

    "Je parle de notre hérésie vhaeraunienne, bien sûr, et de notre maison rebelle, que rien n'a su détruire. Mais de toi et de moi, aussi. Hé! Que crois-tu? La société drow calcule les enjeux de pouvoir à très longue échéance, et elle sait déjà qu'il lui faudra un jour compter avec mon apprenti."

    Le semi-drow ne répondit rien. Les calculs de pouvoir des drows ne l'intéressaient guère, et il se serait bien passé de cette célébrité. Son esprit demeurait focalisé sur ce qu'il avait appris ces temps derniers, et refaisait, pour la millième fois peut-être, le lien avec de plus vieux souvenirs:

    "Du reste... Almaeron n'est qu'une extension de ma volonté, et il le restera."

    La sensation de soudaine nausée si caractéristique de la téléportation parvint seule à le tirer de sa rêverie; quand il rouvrit les yeux, titubant, ils se trouvaient dans la caverne où Dorson venait toujours récolter ses étranges champignons sur les parois, au terme de ses courses. C'était à peine si Almaeron devinait la proximité de ses dernières grâce aux traces chaudes qu'avaient pu y laisser en passant diverses créatures vivantes: l'obscurité de cet endroit aurait fait passer Guallidurth pour un puits rayonnant de lumière.
    L'archimage lui tournait le dos, tâtant des mains les rugosités de la pierre, à la recherche des précieux champignons qui se nichaient souvent dans les fentes.

    "Dépêche-toi."

    Almaeron prit son inspiration avant de ramasser une pierre sur le sol. C'était le moment, il le savait. Jamais d'ici bien longtemps il n'aurait à nouveau l'occasion de se trouver seul avec son maître, à l'écart de la cité, de la maison et de tout autre drow. Il s'approcha et frappa le crâne de l'elfe noir, sans retenir son geste. De la durée de son inconscience dépendrait la réussite de cette évasion.

    Quand il vit le corps de Dorson s'effondrer lentement sur le sol, ensanglanté, il pensa perdre un battement de cœur. Mais non, le drow respirait encore. S'en aller le plus vite possible.

    Malgré son ardent désir de regagner au plus tôt la surface, il se téléporta dans la cour de la maison Jaell'ym, derrière des caisses qu'il avait repérées plusieurs jours plus tôt. Il y retrouva Gythris qui exultait.

    "Alors, tu l'as eu, dis?"
    "Comment as-tu été prévenu?"
    "Un coup de chance. J'ai entendu les gardes commenter le départ du Maître et les probables mesures de rétorsion du clergé de Lolth, comme après chaque excursion de l'archimage en ville..."
    "Ne perdons plus de temps. Je nous retéléporte dans les cavernes, et après cela il nous faudra marcher."
    "J'ai piqué quelques potions de soins et d'autres au hasard dans ton laboratoire..."
    "Bonne idée. Allons-y..."

    Une nouvelle téléportation, et ils se retrouvèrent, nauséeux, devant le corps du devin toujours inconscient.

    "J'ai frappé vraiment fort, commenta le semi-drow. Ça nous laisse un peu de temps..."

    Gythris, qui se cramponnait au bras de son ami parce qu'il ne distinguait absolument rien dans cette obscurité, tiqua.

    "Ne me dis pas que tu as l'intention de le laisser vivre?"
    "Si..."
    "Almaeron, secoue-toi! il faut le tuer tant qu'il est évanoui! si tu l'épargnes aujourd'hui il nous retrouvera et notre fuite n'aura servi à rien!"
    "Il n'en est pas question, Gythris. Sinon c'est à moi que tu auras affaire."
    "Mais tu es complètement conditionné ma parole! tu as accepté de venir mais tu ne vois toujours pas le mal qu'il t'a fait?!"
    "Tu préfères fuir sans moi? sans ma magie? C'est pour le coup que tu n'aurais aucune chance."

    Gythris n'était pas en position de donner des consignes au semi-drow, sans lequel, en effet, il n'aurait aucune chance de s'en sortir vivant. Aussi insista-t-il, mais pas trop longtemps: dès qu'ils virent Dorson commencer de remuer dans l'inconscience, ils se décidèrent à partir.

    L'elfe noir n'avait qu'une idée très vague de la direction à suivre, en dépit des quelques recherches cartographiques qu'il avait pu se risquer à faire dans la bibliothèque; néanmoins, il avait déterminé qu'en remontant le boyau qu'ils venaient de prendre, ils finiraient tôt ou tard par retrouver la surface.

    Ils en étaient encore bien loin. Marcher dans cette obscurité épuisait Gythris, qui trébuchait régulièrement sur des obstacles invisibles. Marcher seulement les épuisait, du reste, en raison du fer lourd qu'ils portaient à la cheville droite. Les cavernes étaient emplies de sons mystérieux, grondements, trottinements, bruits sourds, qui laissaient présager la rencontre prochaine avec des créatures démoniaques. Ni l'un ni l'autre ne connaissait rien de ce monde, et la peur leur donnait des sueurs froides.

    "Normalement, commenta le semi-drow qui s'était mis à murmurer sans savoir pourquoi, si nous renonçons aux bifurcations de ce passage, nous devrions n'avoir à redouter "que" les nids d'araignée et les spores de champignons mortels... Reste derrière moi et ne touche à rien."
    Dernière modification par Lothringen ; 31/07/2008 à 17h32.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  16. #16
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Ils avaient fui durant des heures innombrables, sans conserver la moindre idée de la distance parcourue en proportion de celle qu'il leur restait à couvrir. Almaeron avait gaspillé une boule de feu contre un groupe de champignons suspects, puis divers projectiles magiques contre de simples kobolds. Cédant progressivement à la panique à chaque nouveau bruit, ils avaient fini par se couvrir de sorts d'invisibilité et de rapidité, dans l'espoir chimérique qu'ils pourraient en finir sans devoir affronter leur peur. Mais la marche durait, impitoyable; l'obscurité et le silence manquaient les rendre fous. Ils ne se parlaient plus que par phrases brèves, pour s'avertir ou décider d'une halte. Gythris semblait avoir de toute façon perdu la parole depuis qu'Almaeron lui avait interdit d'achever Dorson, comme s'il avait compris un peu trop tard que cette aventure ne pourrait que mal tourner. Morose, épuisé par la nervosité, le jeune humain serrait les lèvres, agrippé au bras de son compagnon. Mais l'un comme l'autre peinaient à cause de l'entrave qu'ils avaient à la cheville droite: à la longue, lever le pied était devenu un véritable calvaire.

    Puis il y avait eu l'accident: Gythris marchant dans un nid d'araignées, la piqûre, la poursuite.

    Le petit corps frêle adolescent de Gythris, qu’il tenait dans ses bras. Petit corps sale secoué de convulsions, qu’il serrait contre lui, recroquevillé au sol, contre la muraille de pierre glacée. Dans l’obscurité désormais totale, rougeoiement, dans l’infravision, des membres fiévreux, tremblants de froid ; des yeux fiévreux, tremblants de peur. Cliquetis des entraves de fer contre la paroi tandis qu’il se débattait inutilement, avec toute l'énergie de l'outretombe. Puis les convulsions avaient cessé aussi soudainement qu’elles étaient venues, et le silence des profondeurs les avait engloutis. L’humain respirait encore entre ses bras, d’une respiration sourde, saccadée, qui lui raclait la gorge. Le début de la fin.

    Le poison allait remonter, lentement, inexorablement, depuis la piqûre à la cheville - jusqu’au cœur.

    Le son détestable de sa propre voix, glacée comme la roche, comme il avait confirmé :
    “ J’ai vérifié, nous n’avons plus d’antidotes. ”

    Le sourire crispé de Gythris.

    “ Je sais. Il reste peu de temps… ”
    “ Ne parle pas si cela te fait mal. ”
    “ J’ai toujours été le bavard, hein ? Et toi le taiseux. Je ne peux pas m’arrêter : le silence me fait peur.” Il s’arrêta provisoirement sur une quinte de toux. “ Je ne sens plus mes pieds… ”

    Almaeron glissa la main contre le pied de son compagnon d’infortune, et frissonna : il était dur et glacé sous ses doigts… et son rougeoiement faiblissait.

    “ Y’a rien à regretter… sinon de ne pas avoir eu le temps de voir le jour… ça, c’est moche. Mais tu vas continuer, hein ? Tu ne vas pas revenir en arrière ? ”
    “ Bien sûr que non. ” Et le semi-drow fit l’effort de poursuivre, afin d’épargner à l’adolescent un peu de ce temps de parole qui l’épuisait au physique comme au moral. “ Je continuerai de chercher la surface et ne retournerai jamais auprès du Maître, c’est certain. ”
    “ Alors j’aurai au moins été utile à ça » Gythris marqua une pause. « Je sens plus mes bras… ”

    Almaeron le pressa plus étroitement contre sa poitrine, dans l’espoir dérisoire de lui communiquer un peu de sa chaleur.

    “ Arrête de parler… Je sais déjà tout ce que tu veux me dire… Tiens, je vais encore te parler de la lumière, tu veux ? Sa chaleur sur le visage, et la façon dont elle repousse les limites de la vue sur des lieux, et cette alternance qu’elle impose entre elle-même et les ténèbres… Et comment les couleurs ne cessent de changer selon le moment de la journée, se teintant de mille nuances… Il a pu effacer la plupart de mes souvenirs mais ces impressions-là restent intactes. ”
    “ Je crois bien ! comme tes yeux brillent. Tu sais… ”
    Gythris partit d’un nouvel éternuement : il crachait du sang. Mais il voulait finir sa phrase, et il reprit, souriant presque.
    “ Tu sais, tu dois pas écouter ce qu’ils disent… si tu aimes à ce point la lumière, tu es un humain. ”
    Almaeron hocha la tête, amusé malgré lui.
    “ J’ai la carnation idéale pour me fondre dans les ténèbres, et les humains n’ont cessé de me rejeter. Même les esclaves. Que je le veuille ou pas, je suis un drow… N’en parlons plus.”
    “ Je suis humain, moi. Je t’aurais aidé… Tu m’oublieras pas, dis ? Je n’ai que toi.”
    Almaeron écarta maladroitement quelques mèches de cheveux sur le visage du garçon. L’angoisse commençait de lui serrer la gorge, car il entendait que la voix de Gythris faiblissait progressivement, simple murmure que le prochain courant d’air éteindrait.

    “ Tu es le seul ami que j’aie jamais eu, et tu m’as plus appris que mon Maître en quinze ans. Je ne t’oublierai pas, et même si… même si je ne sais plus ce que je ferai de moi après cela… je te promets d’essayer de vivre auprès des humains… d’essayer encore une fois… La magie peut m’aider. C’est promis…”

    Comme la respiration rauque de Gythris s’était faite plus ténue encore, il jeta au semi-drow un regard de détresse qui signifiait sans doute qu’il ne parvenait plus à parler. Et ils demeurèrent immobiles, les yeux dans les yeux, à une main dans les ténèbres, jusqu’à que ceux de Gythris se voilent, se figent, et soient vitreux.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  17. #17
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Ce fut d’abord comme une étrange altération dans la couleur des roches, tandis qu’à bout de forces je remontais un boyau tortueux. L’air plus frais me laissait depuis quelques temps deviner une proche ouverture, peut-être une cavité de grande taille, peut-être même une issue, mais je n’osais pas y croire. Cela faisait si longtemps que je remontais le réseau des cavernes de Shanatar que je croyais m’être à jamais perdu…

    Les aspérités de la pierre au bout du couloir accrochaient, sur toute la hauteur de la paroi de pierre bise, des lambeaux de brun, de gris perle, des éclats d’obsidienne. On pouvait distinguer l’entremêlement des roches avec une netteté que je ne connaissais plus depuis longtemps qu’en observant la chaleur des vivants. Et le relief tourmenté de la pierre stratifiée m’apparaissait avec une précision que ne procure aucune lampe... Je pouvais même voir la trace des pics obstinés des esclaves qui avaient percé cette voie. A mesure que j’approchais du tournant du couloir, l’air se faisait plus agressif, force invisible sur ma peau. “ Le vent ”, ai-je pensé - car lui aussi je l’avais oublié.

    J’arrivais presque au tournant et j’avais déjà mal aux yeux. Le couloir tournait sur la gauche, et sur la paroi de droite on aurait dit qu’une tenture légère, d’un orangé très vif, avait été déposée sur la pierre… On pouvait dire autant d’une sorte de tapis de même teinte sur le sol. L’air devenait plus chaud, agressant lui aussi ma rétine pour mieux la dessécher. J’ai tourné…

    Le sol continuait de monter en pente douce, mais je peinais de plus en plus en marchant. Cette fois, je pouvais distinguer l’ouverture, et la lumière bien qu’indirecte ne me laissait aucun doute : j’avais retrouvé la surface. Je pouvais même entendre le bruissement des feuilles… deviner la forme d’un tronc… mais j’étais tout à fait ébloui : ma pupille se contractait sous l’effort tandis que mes paupières luttaient jusqu’à ne plus laisser qu’une mince fente. Je suis resté un moment immobile, attendant que les formes se précisent et que les taches de couleur cessent un peu leur danse folle. Mais tout demeurait flou, comme jeté sur la toile d’un peintre très myope amoureux des camaïeux de vert : j’ai refait quelques pas jusqu’à l’entrée du passage et me suis arrêté sur le seuil de Toril.

    Mais bientôt me prit à la gorge cette soudaine certitude: Idiot! il t'a laissé partir...

    (post repris de Rapports Diplomatiques)

    ****
    Dernière modification par Lothringen ; 31/07/2008 à 17h43.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  18. #18
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Chapitre VII – Dans la lumière des hommes

    Marpenoth 1375 CV, Année de l'ascension des elfes.


    Et que faire à présent? Cette question, cela faisait des jours et des jours qu'il se la posait, tandis qu'il arpentait une forêt qui ne le protégeait qu'imparfaitement, tant elle lui était étrangère. Avec ses bouleaux, ses hêtres et son sous-bois touffu, elle n'avait rien à voir avec les grands fûts de chênes et de mallormes du vieux Téthyr. Probablement avait-il émergé à des centaines de lieux de là... Impossible de savoir où sans se montrer à des créatures dotées de paroles, et cela, il n'était pas encore prêt à le faire.


    Il s'était fabriqué un arc dans une branche de noisetier ; à défaut d'expérience, il apprenait la patience et l'affût. Il avait beaucoup de peine à tendre la liane tressée qui lui servait de corde, ses yeux se réduisaient durant le jour à deux minces fentes brûlées au vif - il essayait, au moins. Refaisait des collets, rassemblait ses idées. Et que faire à présent? La mort de Gythris l'avait profondément découragé, mais il lui avait fait une promesse qu'il n'oublierait pas. La solitude, en l'état où il se trouvait, c'était le péril à ses trousses, et peut-être, la promesse de folie à très brève échéance. Que d'autres lui disent, comme Gythris, et lui prouvent, qu'il est d'autres façons d'apprendre, de se lier. Cette solitude qu'il vivait à présent, ce devait être un répit, non une solution définitive: sans le savoir, il refaisait le choix du petit garçon qui n'envisageait déjà pas de vivre en ermite forestier, sa vie durant.


    Il avait mis beaucoup d'application à effacer une à une les traces de son plus récent passé. Il avait lâché ses cheveux, déchiré sa robe pour en faire une tunique plus courte et plus commode. Durant des heures, il s'était frotté avec frénésie dans le courant d'une rivière, comme pour effacer une souillure...


    Cependant le semi-drow avait toujours deux fers, un à la cheville, un autre au cou, qui se rappelaient quotidiennement à son souvenir. Cela faisait des jours qu'il hésitait à y toucher, craignant de déclencher il ne savait quel sortilège vengeur. Les détections de la magie lui avaient indiqué que seul le collier était enchanté, et ce ne l'avait guère surpris; le bracelet d'entrave était celui que l'on posait d'office sur tous les esclaves, celui qu'on lui avait infligé dès qu'une patrouille l'avait capturé, puis envoyé aux mines...


    Après avoir quelques temps ruminé la question, comme s'il hésitait encore à tourner le dos à son ancienne existence, Almaeron se décida à lancer un des sorts qu'il avait appris le plus récemment, sans jamais l'employer : la métamorphose. Dorson disait que ce sort permettait de mieux comprendre les perceptions animales, mais il y avait d'autres applications...


    Le semi-drow se décida au terme d'une journée complète passée à répéter ses incantations. Quand il eût acheva la dernière, il intégra le corps d'un faucon, sentant alors le bracelet trop large tomber de sa serre. Voilà, et d'une. Quant au collier, il était enchanté: il aurait dû s'adapter à la nouvelle forme de son porteur, qui du reste s'y attendait. Mais ce n'est pas ce qu'il se passa. Le collier tomba sur ses ailes, puis droit dans l'herbe: il n'avait pas changé de taille, et lui était passé à travers. Comme s'il n'était plus enchanté... Trop facile. Trop facile. Plus de doute à présent: son maître avait lâché l'affaire. Pourquoi? Cela signifiait-il qu'il pourrait le reprendre avec autant de facilité, quand il voudrait? N'était-il encore qu'un pantin manipulé, même à présent?


    Il n'y songeait déjà plus. C'était la première fois qu'il se sentait si léger, si chétif face au vent. De plumes et d'os... Ses grandes ailes l'encombraient plus qu'autre chose, et il lui fallut quelque temps avant de réussir à se coordonner. Ouvrant grand ses yeux qui ne clignaient plus, il s'éleva alors au-dessus des arbres, survola la forêt, et fit des cercles dans le ciel, jusqu'au soir, aussi longtemps qu'il pouvait faire durer le sort. Plus de voûte. Plus de drows. Je suis un faucon, libre de vivre et de mourir, je suis qui je veux être. Croyez si vous pouvez: je vole.
    Dernière modification par Lothringen ; 08/08/2008 à 15h34.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  19. #19
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : D'Almaeron à Lothringen: éclats de vie

    Kythorn 1377 CV, Année de la Hantise



    A l'Est de l'Amn et du Téthyr s'étendent les Plaines Etincelantes, une contrée paisible aux moeurs établies, largement irriguée par les nombreux fleuves qui s'attardent un peu dans leurs méandres avant d'aller se déverser dans la mare aux Dragons plus au Nord ou le Bain Profond plus au sud. De nombreuses cités prospèrent sur ces territoires, alimentant les caravanes en transit pour leur riche voisin amnien ou tirant profit de la cargaison des navires marchands descendus du Cormyr.

    A Assam, sur les rives de la Rivière des Pluies, les murailles de pierre, hautes comme quatre hommes, garantissaient une sécurité relative aux habitants. Pour pallier toute mauvaise surprise, une importante garnison patrouillait de jour comme de nuit, suivant un entraînement régulier destiné à mieux l'entretenir que ses rondes quotidiennes. C'était que l'on risquait assez vite de mourir d'ennui à force de ne rien combattre. Surveiller les portes, par exemple, revenait le plus souvent à prélever des taxes et déjouer la fraude, rien de plus. Les sentinelles qui se succédaient à ce poste le considéraient comme la pire corvée dont puisse les affliger leur capitaine, tant elle laissait peu de temps pour souffler. Et ce n'était qu'aux heures les plus chaudes du jour, quand nul ne se risquait plus au soleil, que les gardes pouvaient un peu parler tranquilles. Qui les eût entendus, alors...

    Ils s'étaient campés, immobiles, la lance au pied, de part et d'autre du grand porche. Celui qui gardait le côté ouest, un quadragénaire à la voix traînante, osait alors grogner, en tentant vainement de se gratter un point qui le démangeait à l'épaule, sous sa cotte fumante:

    - Un peu de répit, pas trop tôt. Ces solliciteurs et les supérieurs sur not' dos... à croire que ça n'en finira jamais.
    Et celui de l'est, jeune homme brun à la carrure étroite, marmonnait en réponse:
    - Mais ça n'en finira jamais, Anassal. Fais-toi une raison, ou change de métier.

    - Non sans blague, le Bleu! C'est sympa de daigner m'adresser la parole. Pas comme si c'était la première fois depuis trois jours. Alors comme ça, not' boulot te plaît?
    Le jeune homme hésita.
    - J'ai servi au Calimshan, parmi leurs mercenaires de circonstance. J'ai livré bataille, tué... sous de faux prétextes, bien entendu ; comme il est de coutume dans la région, une paix boiteuse a conclu l'affaire, quelques ronds de jambe diplomatiques et quelques dessous de table ont scellé l'accord : ils seront morts pour rien. Ici au moins, nous permettons à quelques uns de dormir tranquilles... sans nous salir les mains.

    - Tu es mercenaire et tu ne veux pas te salir les mains?! s'étonna Anassal. Tu es sûr de pas t'être trompé de métier, toi non plus...
    L'autre haussa les épaules.

    - Autant que faire se peut. Certes j'ai une croûte à gagner, mais je préfère me dire que je suis utile à la communauté qui m'enrôle.
    - Hum. Je vois que les collègues ont pas perdu leur temps, avec leur blabla helmite. Du baratin! Une solde, un toit et une bonne taverne, c'est un idéal suffisant.
    Son interlocuteur fronça le nez, sans cacher son dégoût.
    - Puis-je te suggérer d'y ajouter un bain, de temps à autres? Tu empestes à dix pas. Un sacré accueil pour les étrangers...
    Anassal ne s'émut guère de la remarque, que le Bleu n'était certainement pas le premier à lui faire.
    - Je ruisselle au soleil. Tu ruiselles au soleil. Nous dégoulinons au zénith. Tel est notre devoir, à ce qu'il paraît.
    Il reprit après quelques minutes de parfaite immobilité sous la canicule.


    - J'ai jamais voulu faire ce métier, moi. Si mon père était pas mort, si mon frère aîné m'avait pas chassé, j'aurais jamais quitté mon arrière-pays natal. Et toi, comment t'es arrivé là? T'es pas vieux. Quand on te voit aux leçons de maniement d'arme, t'apprends vite mais ça se voit que tu débutes. Et le Calimshan, ça fait une trotte, quand même...

    L'autre parut chercher longtemps ses mots avant de se décider à répondre. Mais il jugea pour finir qu'il valait mieux le faire; rien de pire que l'hostilité d'un compagnon de garde: elle peut vous harceler longtemps.

    - J'ai servi au Calimshan et ailleurs avant. Je voyage. Loin. Souvent.
    - A quoi bon ? Tu cherches un monde meilleur, peut-être ? Ah !

    - Peut-être...
    - Bonne chasse! C'est partout pareil.

    Plusieurs heures s'écoulèrent, le trafic reprit, et ils ne purent échanger un mot avant le crépuscule. Ils étaient en train de remettre les clefs de la guérite au duo venu les relever quand Anassal se gratta le menton, l'air ennuyé.

    - Au fait, j'ai failli oublier un truc... j'espère que tu avais rien prévu ce soir?

    - J'avais prévu un bain, un dîner et un lit. Si vous, vous avez prévu d'aller à la taverne, passez-vous de moi...
    - Non, c'est pas ça... mais le lieutenant nous a remis de quart sur les remparts. Y'a eu une démission et une insolation, de sorte qu'on est bons pour rempiler jusqu'à minuit.
    Le nouveau demeura quelques instants comme tétanisé par la nouvelle.

    - Ben, quelle tête! J'espère que t'avais pas une belle à visiter?
    - Tu n'aurais pas pu me prévenir plus tôt, imbécile?!
    - Change de ton!
    - Sinon quoi? Ah, et puis tant pis! Y'aurait pas un endroit où je pourrais m'isoler, d'ici là?
    - Sois pas bête... On a toujours fait par-dessus les remparts, et les pissenlits d'en dessous ne s'en portent pas plus mal...
    - Désolé, mais d'où je viens, on est un peu plus pudique.
    - Désolé, mais où nous sommes, y'a de toute façon pas le choix... Faut qu'on s'y rende tout de suite: ils attendent la relève, là-bas.

    Ils effectuèrent donc ensemble le cours trajet qui les séparait de l'escalier menant aux remparts. L'un comme l'autre étaient épuisés par leurs trop nombreuses heures de cuisson sous les mailles, et il n'en fallait pas davantage pour leur faire perdre leurs souffle: parvenus devant leurs collègues, ils haletaient. C'est avec un sourire goguenard que ces derniers les accueillirent, plaisantant sur leur manque de chance et l'acharnement du capitaine contre la nouvelle recrue.

    - C'est pour t'briser, mais tu verras, si tu encaisses les corvées sans broncher, sous peu il passera à un nouveau souffre douleur...

    - Qui vous dit que c'est bien de cela qu'il s'agit, répliqua l'étranger sans s'émouvoir. Anassal n'a rien d'un bleu, il me semble...

    Il paraissait pourtant extrêmement nerveux, surveillant le soleil comme s'il cherchait à savoir l'heure avec exactitude.

    - Coucher du soleil dans quelques minutes, commenta un collègue. Qu'est-ce qui t'inquiète? Tu vas te transformer en chauve-souris?
    - Ecoutez, j'ai un rendez-vous, je ne peux pas rester : couvrez-moi.



    Et, sans autre explication, il planta sur place Anassal et ses camarades qui, étonnés de ce revirement, ne tardèrent pas à le poursuivre pour lui rappeler ce que cet abandon de poste risquait de lui – de leur coûter.

    Sans prêter garde à leurs appels, le jeune garde dévala les escaliers, puis se mit à courir en pleine rue. Ses camarades connaissaient cependant mieux la ville que lui, et vint un moment fort désagréable où, au détour d'un carrefour, il vit surgir en face de lui les individus qu'il cherchait justement à semer.

    - Tu n'es pas très bon camarade, le bleu. Si le capitaine l'apprend, t'es bon pour les fers et nous avec. Et tu sais très bien que les lieutenants passent régulièrement vérifier nos postes.

    Anassal avait nonchalamment mis la main à l'épée, ayant laissé sa lance appuyée au rempart.

    - Je te suggère de revenir avec nous sans faire d'histoires...

    La jeune recrue regardait autour d'elle avec des yeux de gibier aux abois. Ils étaient cinq à l'encercler... C'est alors que les gardes écarquillèrent les yeux : comme un voile d'illusion qui se déchire, le visage de jeune paysan de leur collègue s'effaçait peu à peu, devenait flou, et soudain, à leur plus grande horreur, ils virent apparaître à sa place un visage à la peau noire, encadré de cheveux blancs, où seul le regard alarmé rappelait celui du précédent.

    La seule présence de la sorcellerie les avait fait tirer leurs lames au clair; mais quand ils comprirent enfin ce qu'ils voyaient – à savoir, que leur compagnon d'armes était un traître, qu'ils venaient de démasquer un espion drow – un rictus de haine pure déforma leurs traits. Ils n'entendirent même pas la passante, derrière eux, qui criait, ni les piétons alertés par les cris qui commençaient de former un attroupement, interdisant à chaque instant un peu plus tout espoir de fuite.

    Cité des plaines Etincelantes. Son nom déjà ? Mon sort de déguisement qui prend fin en plein milieu d’une rallonge de permanence tardivement annoncée. Les regards stupéfaits de mes compagnons d’arme. Le rictus. L’attroupement. Les lames qu’on tire au clair. Les griffes. Les cris. La poursuite. La magie. Quel sort ai-je employé ? Je ne sais plus moi-même. Peu importe. Nouvel échec. Encore. Recommencer... Ailleurs.
    Dernière modification par Lothringen ; 08/08/2008 à 15h40.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

Discussions similaires

  1. [A] Lothringen
    Par Lothringen dans le forum Présentation des membres
    Réponses: 11
    Dernier message: 24/03/2010, 18h56
  2. [Manostien] Lothringen
    Par Lothringen dans le forum Fiches de personnages
    Réponses: 2
    Dernier message: 13/10/2007, 20h58

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256