I - Thom

Une immense table. Un soir de fête. Une immense réception. La famille de Lochnohan, très riches marchands de la plutocratie d'Eau profonde recevait. On avait habillé les enfants de vêtements somptueux et même offert une nouvelle livrée aux domestiques pour l'occasion. La vaisselle était du crystal le plus fin et le plus ouvragé. Les chemins de table étaient de soie. On n'avait lésiné sur rien. Les bardes les plus reconnus avaient été invités. Les invités étaient venus de toute part. Il y en avait même – disait on – venus tout droit du Calimshan pour assister à l'événement de l'année : la fille aînée du camp Lochnohan se mariait.

Certes, la jeune femme n'avait jamais vu son époux trois fois plus agé qu'elle mais elle savait de lui qu'il venait d'une famille fortunée et cela suffisait. Elle paraissait radieuse dans sa robe immaculée entourée de ses cinq soeurs et de son frère. Ils se ressemblaient presque tous : des cheveux chatains clairs à la limite du roux, une peau très pâle et des yeux d'un vert limpide. Seule Althéa, la petite dernière dérogeait à la règle. Elle avait certes hérité de sa mère d'une paleur de lait ainsi que d'un halo de tâches de rousseur sur l'arrête du nez et la naissance des joues. Mais ses yeux en demi lune avaient une couleur étrange d'un bleu si profond qu'il paraissait noir et ses cheveux étaient d'un noir de jai.

La laver, la coiffer et l'habiller n'avait pas été une sinécure. L'enfant avait refusé de se laisser faire prétextant que ce n'était pas elle qui allait se marrier. Elle n'avait aucun goût pour les réceptions et les cérémonies protocolaires.

Malheureusement pour elle, on avait l'habitude de recevoir chez les Lochnohan. Le premier jour de la semaine, Maïwenn de Lochnohan recevait ses amies, toutes membres d'une haute lignée pour boire de la tisane et s'empiffrer de pâtisseries diverses. C'était pour elles l'occasion de s'entretenir de l'avenir de leur ville et de dire de s'enquérir des dernières rumeurs. Cancanner était leur sport favori dans lequel elles excellaient.

C'est qu'à Eau Profonde, tout le monde savait tout des affaires des uns et des autres. L'important était de paraître, de se montrer. La ville était comme une immense scène de théâtre où chacun se donnait en spectacle. On exhibait son dernier ensemble, ses plus belles armes, sa dernière conquête ou son dernier esclave ... L'i'mportant était de faire voir qu'on avait ses richesses et d'être envié.

Tout cet appat du gain aurait pû attirer des voleurs par milliers. Mais il n'y avait pas de criminalité à Eau Profonde. La ville avait sa propre milice. Chaque particulier avait ses mercenaires à qui ils conféraient le permis de tuer si cela leur semblait efficace pour se débarasser des opportuns. La ville était donc d'un calme et d'une propreté douteuse. Aucun mendiant, aucun miséreux. Le guet, à force d'expéditions punitives avait repoussé « les gueux » en dehors de la ville.
Eau Profonde était donc une cité prospère et tranquille. Une sorte d'idéal de ville pour tous.

Seule Althéa détestait la ville. Les murs trop hauts lui cachaient le soleil et le blanc des maisons lui agressait les yeux. Aucun coin de verdure. Aucun espace, aucune vie. Et pour elle, l'univers se réduisait bien plus. Du soir au matin, elle était confinée chez elle avec interdiction formelle de sortir. Le matin, elle apprenait à lire et à écrire avec son precepteur. Celui-ci, un homme dûr et sec avait réussi à force de coups de bâtons répétés avait réussi à lui inculquer que les mots se composaient de voix d'elles et de qu'on sonne mais aussi qu'une pomme, puis une deuxième et une troisième faisaient trois pommes et non pas une horrible colique surtout quand on les mangeait vertes ...
Ses après midis n'étaient pas meilleurs. Après le déjeuner, on la confiait à un épouvantable professeur de maintien qui lui tirrait les oreilles chaque fois qu'elle faisait mine de se mettre le doigt dans son nez ou de souffler pour remettre en place ses mèches rebelles. Venaient ensuite les cours de musique, de danse et de brôderie.

Autant de sources d'ennui pour la petite fille qui n'en avait cure. Tout ce qui l'intéressait était bien au delà des maisons et même de la ville : la lande et la mer. Elle les observait depuis la fenêtre de sa chambre, aspirant à plein poumon l'air iodé du large. Elle rêvait d'océan et d'aventures, de houle et de vent. Elle voulait partir comme son père et son frère Selden à bord de la goelette sur laquelle le père partait négocier et acheter de luxueuses marchandises. Elle aurait tout fait pour pouvoir les accompagner. Malheureusement, les femmes de la famille Lochnohan étaient destinées à l'entretien du foyer, à la conception puis à l'élevage des enfants et bien sûr aux sempiternelles réceptions. C'était un véritable ennui.

Et aujourd'hui, la réception était bien plus longue que les autres. Des danses, le buffet, les présentations, les sourires forcés, les courbettes ... Tout ceci s'éternisait en se multipliant.
Et comme d'habitude, personne ne parlait à cette enfant de cinq ans qui ne ressemblait en rien aux autres. On l'évitait presque. Certes, on se chargeait de la nourrir, de la coucher, de l'élever aussi mais cela n'allait pas plus loin. Aucun geste d'affection, aucune parole. En générale, on faisait comme si elle n'existait pas. Elle s'en accomodait fort bien.

Presque invisible aux yeux de la foule, elle alla s'accouder à la fenêtre pour contempler la mer. Les Lochnochan pouvaient se venter d'avoir la plus belle vue d'Eau Profonde. Le père avait des amis haut placés qui n'avaient fait aucune difficulté à faire abattre une trentaine de chênes séculaires pour lui permettre de construire sa villa en face de la grande bleue.

Althéa, peu portée sur ces considérations d'argent et de pouvoir s'était simplement réjouïe d'avoir la mer à portée de regard.

La mer. Elle l'avait découverte toute petite. Et pour elle était né un amour qui devait durer toute sa vie. Elle aimait entendre son souffle puissant, son chant envoûtant, rythmé par la houle. Elle aimait contempler ses couleurs changeantes, les atours dont elle se paraît pour séduire le ciel. Elle aimait respirer à plein poumons son souffle iodé, s'ennivrer de ses tempêtes. Elle aimait s'y baigner et se laisser porter, ne faire qu'un avec elle.

Plongée dans sa contemplation, elle ne vit pas arriver sa soeur Enora, la future mariée. Celle ci, aimable comme à son habitude l'attrapa par les oreilles et la traina sans ménagement jusqu'au salon où on s'apprêtait à servir le dîner.

Mais l'enfant s'arrêta juste avant d'entrer dans la pièce, les bras croisés et la mine boudeuse.

« Non, je n'irai pas !
Ah bon, et pourquoi cela ? Demanda Enora, peu encline à supporter un écart de conduite le jour de ses noces
Je ne veux pas manger avec eux. Je m'ennuie ! Et leurs perruques poudrées me font éternuer, ils sont moches et ils puent ! »

Enora se mit à rouler des yeux furieux surtout que de nombreux convives avaient tout entendu du petit entretien.

« Et moi, quand je me marierai, je n'inviterai que des gens que j'aime et pas ceux qui pourraient rapporter de l'argent à papa. Et d'abord, je ne me marierai jamais ! »

Elle allait continuer quand une giffle la stoppa net. Kyle de Lochnohan la regardait de toute sa hauteur. Ses yeux verts étincellaient de colère.

« Puisque tu ne vas pas partager ce dîner avec nos convives, tu vas aller manger avec les domestiques. C'est la place que tu mérites d'occuper après tout »

Et il s'en fut sans ajouter un mot de plus. L'enfant suivit de ses grands yeux marine et attendit qu'il ait regagné sa place à sa table pour porter la main à sa joue.

Elle allait regagner les cuisines quand une main se posa sur son épaule. Elle se retourna doucement. Un homme se tenait devant elle. Haut de stature, élégant sans trop de franfreluche et les cheveux bruns sans aucune perruque, de grands yeux vifs d'un bleu presque noir, il ne ressemblait en rien aux autres convives. Pourtant, elle l'avait vu plusieurs fois chez son père, le plus souvent quand il n'était pas là. Elle entendait souvent parler de lui. Il se nommait Thom Merillym. A ce qu'on disait, il était barde émérite et faisait partie d'une organisation secrète chargée d'apporter un certain équilibre des forces sur Toril : les ménestrels. Elle n'avait pas trop compris de quoi il s'agissait. Mais à ses yeux, il passait pour un véritable héros.
Et il était là devant elle, sa harpe attachée dans le dos et il lui souriait avec bienveillance. Peu habituée à ce genres d'égards, elle croisa les bras et recula de deux pas.

L'homme sourit à nouveau et sortit une pâtisserie du revers de sa cape.

« Tiens, j'ai crû comprendre que tu n'allais pas dîner avec nous. Mais prends au moins cela pour agrémenter ton repas. A mon avis, c'est tout ce que tu risquais de râter en restant au salon »

Althéa eût un petit sourire avant de glisser le gâteau dans une de ses poches. Elle avait commencé à s'éloigner avec un petit merci timide quand quelqu'un d'autre sortit du salon. Pensant qu'il s'agissait de son père, qui venant vérifier qu'il avait été obéit, elle se cacha derrière une tenture. Mais la voix qu'elle entendit était toute autre. Sa mère ...

Manifestement, elle avait discrètement faussé compagnie aux fêtards pour rejoindre le barde. Althéa, se faisant toute petite l'entendit murmurer :

« Tu n'aurais pas dû venir, c'est un piège. Devant ses invités, il se targue d'avoir un barde émérite à sa table mais dès que tu seras sorti d'ici, il t'enverra ses hommes de main pour te faire payer ce qui est arrivé. S'il avait été courageux, il t'aurait provoqué en duel ... mais il est tellement plus facile de laisser faire les basses besognes »

Il y eut un soupir et se fut au tour du barde de prendre la parole :

« Je suis au courant. Ephilie m'a avertie. Ils sont déjà dehors. Mais ce n'est pas eux qui m'arrêteront. Je saurai me défendre. Je ne pouvais pas laisser passer cette occasion, comprends tu ? Cela fait si longtemps. Elle a beaucoup grandi.
Et elle te ressemble, pour les yeux et les cheveux tout du moins. Et elle commence à développer le même goût pour l'aventure que toi. Dès que j'ai le dos tourné, mademoiselle bat la campagne, du moins la lande ... Un jour, elle deviendra peut être comme toi. Peut être même finira-t-elle par te suivre.
Ce ne sera pas possible, tu le sais bien. Mais je pourrais revenir vous voir. Si tu l'acceptes bien sûr ...
Tu sais bien que je ne peux pas. Tout Eau Profonde le saurait. Je veux garder ma respectabilité. Ton enfant l'a déjà assez amoindrie ... Maintenant, tu ferais bien de partir ou c'est moi qui appellerai les hommes d'armes »

Et ce fut le silence. Le couple se sépara, la laissant avec des questions plein la tête. Quelles étaient les relations entre sa mère et l'homme. Et de quel enfant parlait il ? Et elle était la seule de sa famille à sortir en cachette. Au moins que ... C'était trop pour une enfant de quatre ans mais assez pour qu'elle comprenne que sa famille abritait un secret. Elle suivit machinalement l'homme qui se dirigeait vers la sortie de la propriété. Celui ci se tourna vers elle avant de franchir le seuil. Ses grands yeux brillaient étrangement. Cette fois, le sourire qu'il lui adressa était triste.

« Hé bien Althéa, j'ai été heureux de te revoir. Tu as grandi. Tu es dégourdie à ce qu'il me semble. Si je puis te donner un conseil, ne deviens jamais comme eux. Mais ne cherche pas à savoir qui je suis. Cela ne pourrait te faire que du mal. Oublie moi, vis, deviens et sois heureuse »

Il tourna les talons sur ces mots. Il y eut un éclat de voix, le bruit d'une arme fendant l'air et un cri perçant. Puis de nouveau le silence.
Althéa se précipita dehors.

Ce qu'elle vit la cloua sur place. Le barde se trouvait face à quatre hommes armés de gourdins. Visiblement, il en avait mis un hors d'état de nuire Les autres le regardaient, un air mauvais sur le visage. Ils étaient là pour tuer. Et la blessure de leur comparse n'avait fait qu'exhacerber leur haine. L'homme ne s'en relèverait pas ...

Sans trop réfléchir à ce qu'elle faisait, elle sortit en courant et alla se placer entre les hommes de main et le ménestrel, les bras écartés comme si elle avait voulu les stopper à elle seule.

« Non, vous ne le toucherez pas. Je vous l'interdis »

Un sourire moqueur passa sur les visages. Le barde quant à lui vint doucement vers l'enfant et lui tendit la main.

« Viens, lui dit il d'une voix douce, je vais te ramener chez toi. Ne t'en fais pas. Ils ne me feront pas de mal
Non, rugit la gamine, je veux rester avec vous. Si c'est mon père qui les envoie, ils n'hésiteront pas à vous tuer. Et je ne veux pas »

Une ombre de sourire passa sur le visage de Thom. L'enfant avait déjà un sacré tempéremment : une vraie tête brûlée en devenir. Mais une tête brûlée qui risquait beaucoup, surtout si elle restait avec lui.

Il s'accroupit près d'elle et lui souffla à l'oreille : « Ne t'en fais pas, je ne risque rien. Je suis sûr qu'ils ne savent pas se battre »

C'est alors que l'un de ses adversaires, profitant qu'il était dans une position de faiblesse décida de passer à l'action. Sans crier gare, il courut jusqu'au barde et frappa.
Du sang gicla sur la chemise de Thom et le temps se suspendit.

Althéa, voyant venir le coup s'était devant le barde. Le gourdin venait de l'atteindre en pleine tête, du coté de la tempe droite. Le choc avait était si violent qu'elle avait été projetée contre le ménestrel.

A présent, elle gisait dans ses bras, haletante, les yeux grands ouverts. Déjà, le liquide poisseux avait maculé la chemise du barde. Mais elle le regardait fixement comme pour qu'il lui explique pourquoi elle avait si mal et pourquoi son nez et ses oreilles s'étaient mis à saigner en plus de sa tempe.

C'est à ce moment là que les convives allertés par les bruits de la lutte sortirent à leur tour. Ils s'arrêtèrent sans bouger, les bras ballants. Seul Kyle de Lochnohan, voulant montrer sa supériorité en toute circonstance trouva la force d'agir. Sans se préoccuper des hommes d'armes qu'il avait engagés ni de l'homme qu'il avait voulu faire passer de vie à trépas, il alla à grand pas vers le barde et lui arracha l'enfant sans ménagement.

« voilà ce que vous avez fait, hurla-t-il au barde pour que chacun l'entende, tout ceci est de votre faute. Dès aujourd'hui, vous êtes interdit de séjour à Eau Profonde. Je m'arrangerai pour qu'on vous tirre dessus à vue si vous osez de nouveau approcher des murailles. Et maintenant, vas t'en et ne te retourne pas »

Un profond silence suivit ses paroles. Le barde se redressa sans rien laisser paraître. Il n'aurait jamais laissé Kyle de Lochnohan, homme sans coeur et tyranique se délecter du spectacle de sa tristesse et de son angoisse. Il offrit à Maïwenn un dernier regard, murmura un « Au revoir » à l'adresse de l'enfant et tourna les talons. C'est ainsi que Thom Mérryim quitta Eau Profonde pour ne jamais y revenir ...

Chapitre II – Ephilie

« Posez la là. Tout doucement. Attention à sa tête »

Althéa entendait une voix familière mais ne comprenait que par brides, ce que disait la servante de la maison. Ephilie faisait à la fois office de gouvernante, de femme de ménage et de bonne à tout faire. Après Maïwenn de Lochnohan, elle était le maître à bord quand le père et le fils partaient pour leurs périples maritimes. C'est naturellement à elle que le marchand avait confié la fillette après l'avoir arrachée à Thom Mérillym. Il lui avait tout simplement emmenée, la tête sanguinolante et les yeux grands ouverts, de plus en plus vitreux. Il n'avait appelé aucun prêtre et n'avait rien tenté pour la sauver. Cela ne surprenait pas la vieille dame. Cela faisait longtemps que le maître du domaine caresser l'espoir de voir disparaitre cette enfant qui n'avait rien de lui. Aujourd'hui, il était à portée de sa main. Il serait si facile de la laisser mourir en prétextant qu'il avait fait tout son possible et de mimer un inconsolable chagrin. Mais en vérité, il ne rêvait rien de mieux qu'une tombe. Peut être même, un simple trou creusé à la va vite pour que le souvenir de l'enfant s'estompe le plus vite possible.

Mais pour la vieille femme, il n'en serait pas ainsi. Elle aimait cette enfant rejetée de tous. Cette enfant sauvage qui s'échappait en cachette par la fenêtre pour arpenter la lande. Cette enfant pleine de vie qui ne lui demandait jamais rien. Cette enfant qui la regardait de son regard étrange. Ces yeux en demi lune ... Elle ne voulait pas les voir ouverts sur l'infini.

Elle se pencha sur elle et tapota sa joue.

« Althéa, tu m'entends ? Nous sommes allés chercher un prêtre. Il va te soigner crois moi. Mais tiens bon, s'il te plait. Regarde moi »

Althéa se contenta de cligner des paupières. Elle ne pouvait rien faire de plus. A ce moment là, un disciple de Waulkyne entra. Ephilie vint jusqu'à lui, soudain méfiante.

« J'espère que personne ne vous a vu venir ici comme je vous l'ai demandé. Sinon, je risque de perdre ma place ... »

Sans répondre, le prêtre se pencha vers la fillette et esquissa une grimace en voyant la plaie.

« Un soin intensif s'impose. Bien sûr, si vous pouvez le payer ... »

Ephilie secoua tristement la tête.

« Alors, disons qu'un soin modéré suffira, reprit il avec un sourire, je crains qu'elle ne garde une cicatrice au dessus de la tempe. La blessure quant à elle aura disparu. Du moins, en surface. J'ai bien peur que le coup n'ait causé de lésions irréversibles ...
Alors faites donc au lieu de parlementer. Si vous continuez ainsi, nous serons bons pour la rappeler des limbes ... »

Le prêtre s'éxécuta en soupirant. Il avait accouru en apprenant qu'il s'agissait d'un membre du clan Lochnohan qui ne lésinait devant aucune dépense pour soigner l'un des leurs. Mais s'il avait sû qu'il s'agissait de « la batarde », il ne se serait jamais donné la peine de faire le déplacement. Surtout qu'il craignait de se mettre le chef de famille à dos si celui-ci apprenait qu'il lui avait porté assistance. L'homme avait le bras long et pouvait le faire renvoyer de son ordre s'il le désirait.

Une incantation rapide et la plaie disparut. Althéa ferma les yeux.
« voilà, j'ai fait tout ce qui était en mon possible. Maintenant, mon argent »

Ephilie donna les pièces d'or avec une grimace. Les prêtres, surtout ceux de Waulkyne la dégoutaient. Ils préféraient s'enrichir plutôt que de rendre service. L'homme partit aussi vite qu'il était venu.

La servante se retourna vers l'enfant. Celle ci, allongée sans connaissance sur son lit respirait d'un souffle devenu fragile. Elle tenta de la rappeler, de lui tapoter à nouveau les joues pour qu'elle se réveille mais rien ne marcha. Le prêtre avait raison, il y avait peu de chances pour qu'elle s'en sorte. La blessure était trop importante, surtout pour un enfant de son âge.

Mais cela était inconcevable pour la vieille dame. Un enfant ne devait pas mourir. Ce n'était pas dans l'ordre des choses. Surtout celle là, la seule qui la regardait quand elle passait devant elle avec ses étranges yeux sombres. La seule à lui glisser un petit : « Bonjour » avant de s'échapper par la porte des cuisines. La seule enfin qui n'appartenait pas à ce monde hautain et jalou de ses petits privilèges. Elle n'était pas comme eux. Elle serait peut être le levier pour tout renverser. Alors, elle ne devait pas s'éteindre. Pas maintenant du moins mais après une vie bien remplie. Elle allait lui donner la force de se battre, ne pas la laisser une seule seconde jusqu'à ce qu'elle revienne.

Alors, elle entra dans le lit et prit Althéa dans ses bras, le serrant tendrement contre elle. Durant deux jours et deux nuits, elle ne bougea pas, se débrouillant pour déléguer les tâches quand on avait besoin de ses services, prétextant une maladie contagieuse pour ne pas qu'on la voie, refusant d'absorber la moindre miette de nourriture ou la moindre goûte d'eau, refusant même de dormir ... Elle tint l'enfant serrée contre elle sans faiblir pour lui insuffler le souffle de la vie, lui donner la force de se battre et d'ouvrir à nouveau les yeux.

Au matin du troisième jour, alors que même la vieille dame était en train de renoncer, une petite main serra la sienne.
Elle ouvrit doucement les yeux et regarda l'enfant sans y croire. Peut être était ce tout bonnement un mouvement réflexe ou un geste d'agonie ...

Une traînée de sang coagulé descendait de la tempe gauche d'Althéa jusqu'à sa chemise mais la plaie était presque refermée. Elle n'en garderait qu'une légère cicatrice. Et elle était réveillée ...Elle ne semblait plus savoir très bien où elle était ni ce qu'elle faisait là mais elle était de retour.

La vielle femme, se retenant à grand peine pour ne pas se mettre debout en poussant de grands cris de joie caressa tout doucement le crâne de la petite fille tout en lui murmurant doucement :

« Bienvenue parmi nous »

Elle se leva doucement pour permettre à l'enfant de s'étandre à son aise.

« Ne bouge pas, tu es encore faible. Tu reviens de loin »

Althéa voulut se lever mais elle la retint avec douceur. Elle referma les yeux et ne tarda pas à retomber dans le sommeil.

Quand elle se réveilla, l'avait netoyée et changée, un bandage serré entourait ses tempes. Ephilie se trouvait à son chevet. La vieille dame lui sourit avec bienveillance.

« voilà notre grande dormeuse. Tu as pris ton temps dis moi. Une journée sans discontinuer. Mais dis moi, tu as peut être faim »
La voyant hocher la tête, elle prit un air contrit.

« Mais hélas, il ne me reste que peu de choses. Un peu de paim, de la viande, de la confiture, du fromage et du lait pour faire passer le tout ... »

L'estomac d'Althéa se réveilla en entendant parler nourriture. Ephilie eût un éclat de rire satisfait.

« Hé bien, ne bouge pas, je vais t'emmener ce que je peux »

Quelques minutes plus tard, l'enfant mordait à pleines dents dans une miche de pain après avoir englouti un énorme morceau de fromage. Elle continua à manger avec appetit ce que lui présentait la vieille dame tel un petit animal sauvage sortant d'hibernation.

Par contre, elle n'avait pas prononcé un mot, ce qui inquiétait profondèment Ephilie. Etait-ce une conséquence du choc ? Pourant, Althéa paraissait en pleine pocession de ses moyens. Elle la fixait de ses yeux en demi lune, les sourcils froncés comme si elle attendait une réponse.
Oui, c'était cela, elle l'interrogeait ... Mais que demandaient ces grands yeux bleu nuit ? Quelles réponses cherchait donc cette gamine qui lui paraissait plus intelligente que ceux de son âge ?
Elle lui avait demandé mais l'enfant refusait obstinément de répondre, muré dans un silence de pierre.

Alors, elle se souvint ... Thom Méryllim ... Il était venu pour la réception de Kyle de Lochnohan. Sûrement pas pour les frasques et le plaisir d'être admirés par des dindons en perruques poudrées. Non, il venait pour voir sa femme et sa fille. Althéa.

Que lui avait il dit ? Lui avait il parlé du lien de parenté qui les unissait ? Et sa mère ? Comment lui avait elle expliqué qu'elle ne ressemblait en rien à ses autres frères et soeurs ?
Rien, ils avaient voulu l'épargner sans doute. Mais le silence faisait parfois plus mal que les mots. Plus mal qu'une plaie ouverte ...

« Tu cherche à savoir qui il est n'est ce pas ? » lui demanda-t-elle de but en blanc alors qu'elle continuait de la fixer en silence. Elle ne fut pas surprise de la voir hocher la tête. Bien sûr ...
Elle vint s'asseoir sur son lit à coté d'elle avant de commencer :

« Il faut d'abord que tu saches une chose : c'est un homme de bien. Attention, je ne te parle pas d'une qualité marchande ... Tu me comprends toi. Il est un de ceux qui tente de rendre le monde meilleur, du moins, de lui permettre de garder un certain équilibre. Il a sacrifié beaucoup pour cela. Même sa vie de famille vois tu ? »

Elle allait continuer quand la porte de sa masure s'ouvrit et Maïwenn de Lochnohan fit irruption dans la pièce. Les cheveux défaits, des ombres sous les yeux, un bleu sur une joue. Visiblement, Kyle de Lochnohan avait canalysé sa rage de ne pas avoir pu bastonner Thom Mérrylim ...

« Alors, comment va-t-elle ?