Page 1 sur 11 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 312

Discussion: [Bâtiment] Le manoir de Corvimande

  1. #1
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    960

    [Bâtiment] Le manoir de Corvimande

    De hauts murs enserrent la propriété, surplombés encore par quelques arbustes touffus. De la rue, le seul élément visible, hormis ces murs, est le portail ouvragé.
    Le pilier de droite de ce portail est orné du symbole de Jergal : un crâne squelettique, une plume et un parchemin, représentant le Scribe de la Mort, auquel l'endroit est dédié. Sur le pilier de gauche, une main squelettique remplace le crâne, pour former le blason des maîtres des lieux.
    Au sommet de ce portail, un corbeau fait d'obsidienne toise les passants. Tout semble indiquer qu'il s'agit d'une sculpture inerte… et pourtant, le visiteur qui passe plusieurs fois devant cette porte ne le verra pas toujours dans la même position. Artifice, ou magie ?

    Celui qui est autorisé à franchir ce portail découvre tout d'abord un curieux jardin, peuplé de plantes de grande beauté, au milieu desquelles se dressent plusieurs arbustes morts. Vie et mort y sont ainsi finement entremêlées dans une sorte d'harmonie savamment entretenue.
    Au centre de ce jardin trône le manoir familial, fait de pierres noires et blanches, et dans un style quelque peu différent des autres bâtiments du quartier. Car la famille qui règne ici n'est pas originale de Melandis-même, et que ceci n'est que la seconde de leurs demeures.

    Pendant longtemps, la famille de Corvimande s'est tenue à l'écart des affaires de Dorrandin. Ils régnaient déjà sur leurs terres, disaient-ils, avant la naissance de Melandis – avant même la naissance de l'empire néthérisse, prétendent-ils même –, et y régneraient encore lorsque la cité disparaîtrait, sans qu'il leur soit utile d'y participer.
    Cependant, le jeu des intrigues sait aller à ceux qui ne vont pas à lui. Une rivalité éclata, les opposants à la famille de Corvepie, seigneurie voisine arborant pour emblème un corbeau noir et blanc.
    Les choses empirèrent jusqu'à la bataille, et Raguel de Corvimande, le seigneur de l'époque, finit par vaincre, détruisant la demeure de ses rivaux et l'abandonnant au désert tout proche, récupérant les terres du vaincu, ainsi que ce manoir urbain, qui était alors en cours de construction, et qui fut achevé selon les goûts de son nouveau propriétaire.

    Raguel écrivit une courte chanson narrant sa victoire⁽¹⁾, qui sert depuis d'hymne familiale, et que l'on entend parfois résonner en longeant les murs du manoir :


    « ♪♫ Qui êtes-vous donc, sire qu'on dit fier, pour me vouloir à terre ?
    ♪♫ Rien qu'un plumage d'un autre ton, cela seul nous sépare,
    ♪♫ Quelque plumage dont il se vête, l'oiseau garde ses serres,
    ♪♫ Les miennes ne seront pas fluettes, sire, si l'on nous compare.
    ♪♫ Ainsi parlait, ainsi chantait le sire de Corvepie…
    ♪♫ Ce jour, le sable emplit ses murs, nulle âme ne s'en soucie,
    ♪♫ Ce jour, le sable emplit ses murs, et Melandis oublie…
     »

    Clavius de Corvimande fut le premier de la lignée à choisir le manoir comme demeure principale. Lors de sa mort, voici quelques années, ses deux fils se partagèrent la gestion de leurs possessions : l'aîné, Reuel Iram, mage de son état, et plus grand spécialiste de la famille des intrigues de cour, demeura en ville avec sa femme et son enfant ; tandis que son frère Antel-Cregon, le chevalier noir, prenait soin du véritable domaine familial.

    (1) Librement adapté de la chanson des Lannister, dans Game of Thrones.
    « Jergal vous emporte si vous m'êtes hostile. »

    Noble Patricien de Mélandis, je m'exprime en #00008B.
    N'hésitez pas à consulter mon auguste biographie ou à contacter mon scribe.

  2. #2
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    En provenance de

    Le voyage dans les rues mélandiennes se déroula sans encombre – de Corvimande semblait connaître suffisamment la cité pour passer par les rues les moins fréquentées. Lorsqu'ils parvinrent devant le portail, le vrai corbeau s'envola pour, sans doute, rejoindre son nid quelque part dans les arbres proches. Le corbeau d'obsidienne, lui, semblait exécuter une sorte de révérence, comme pour accueillir la tieffeline.

    Sitôt qu'ils eurent franchi le portail, le noble, resté silencieux jusque là, reprit la parole.


    « Vous vous demandez peut-être pourquoi je vous ai choisie. La raison en est assez simple : parce qu'il est impensable que je le fasse. »

    Continuant d'avancer, il guida Chance à travers ses somptueux jardins jusqu'à la porte de sa propriété.

    « Voyez-vous, tout le monde ici connaît mon attachement pour l'ordre et la loi. Qui pourrait donc imaginer que je puisse vouloir employer quelqu'un d'aussi imprévisible et peu honorable – sans vouloir vous vexer, bien sûr – qu'une voleuse tieffeline droguée résidant dans les égoûts ? Aussi, je puis vous parler de mes projets sans crainte : quand bien même vous désireriez vendre la mèche, l'on vous prendrait pour une affabulatrice. »

    Le ton qu'il employait n'était pas sans laisser transparaître une certaine menace voilée ; mais il continuait tout de même de sembler souriant et agréable. Ils franchirent quelques couloirs, jusqu'à parvenir à une chambre, petite, mais luxueuse. Conformément, sans doute, aux ordres du maître des lieux, un feu brûlait dans la cheminée, un repas copieux était disposé sur un vaste bureau, et une baignoire pleine semblait attendre que l'on vienne s'y prélasser. Cela ressemblait en fait assez à la chambre qu'elle avait occupé quelques temps plus tôt dans une certaine prestigieuse auberge – si ce n'est que lit n'était pas encore fait.

    « Mes serviteurs viendront s'occuper de ceci un peu plus tard – nous causerons de toute façon quelque peu avant que je ne vous laisse profiter de la nuit. Pour l'heure, je vous laisse profiter des autres commodités de cette chambre pendant que je règle quelques affaires. Je serai de retour d'ici peu – mais n'ayez crainte pour votre pudeur : une de mes servantes viendra prendre vos mesures, et je ne reviendrai dans cette pièce qu'après son départ. »

    Laissant la tieffeline au milieu de la pièce, il tourna les talons. Chance réalisa qu'elle tenait toujours l'arbalète – à la lumière des chandèles et de la cheminée, elle pouvait davantage la détailler. Une arbalète légère, de très bonne facture, semblait-il. Sur l'un des côtés étaient gravés quelques symboles. La voleuse elle-même ne les reconnut pas, mais Augustin identifia sans peine les lettres : « A-C dC ». Reuel ne semblait ni s'en méfier, ni se presser de la récupérer…
    Parvenu à la porte, il se retourna soudain.


    « Oh, quelques points, encore : vous comprendrez que vous n'êtes pas autorisée à quitter cette pièce jusqu'à mon retour. Si votre soucis d'addiction nécessitait un traitement urgent, sonnez ; l'un de mes serviteurs vous apporterait le nécessaire. Et si vous craignez de trouver le temps long… en me renseignant sur votre compte, j'ai mis la main sur quelque chose qui pourrait vous intéresser. Vous le trouverez sur le bureau. »

    Il désignait par là une lettre qui semblait assez pleine et lourde – l'enveloppe contenait probablement autre chose que du papier. Sur cette lettre, une seule mention, tracée à la plume, d'une écriture soignée, mais hâtive : « Pour Chance ».
    Le temps que le regard de celle-ci se tourne vers l'enveloppe, la porte s'était refermée – avec son verrou –, et la tieffeline se retrouvait seule, libre de choisir dans quel ordre elle se livrerait aux quelques activités qui lui étaient proposées.
    Dernière modification par Elzen ; 31/05/2013 à 00h56. Motif: accords ><
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  3. #3
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    Elle avait peut-être fait une erreur. C'est vrai après tout, cet homme était bien gentil de vouloir lui proposer du travail mais il avait des goûts assez douteux, notamment pour la décoration.

    - Charmante, la tête de mort à l'entrée, dit-elle tranquillement. J'imagine que c'est pour dissuader les voleurs ou quelque chose comme ça. Puis elle ajouta plus bas : Et j'imagine aussi que ça fonctionne très bien. La tieffeline n'avait jamais entendu par le Jergal et, de façon générale, ne s'intéressait pas aux divinités et encore moins à leur symbole. La seule divinité qu'elle se surprenait parfois à appeler était Tymora, mais rien à voir avec une quelconque dévotion.

    Elle avait passé le portail, inquiète, et découvrit une demeure aussi somptueuse que sinistre.


    - Je ne réside plus dans les égouts, rectifia t-elle à mi voix, nullement offensée d'être taxée de droguée imprévisible et peu honorable. Après tout, ce n'était là que la vérité. Elle écouta poliment le reste sans l'interrompre, sûrement plus intéressée par la décoration - elle remarqua au passage qu'il n'y avait pas la moindre présence de trône fait de crânes et d'ossements et en fut soulagée - mais manqua de rire lorsqu'il lui parla de sa pudeur et de s'étouffer lorsqu'il mentionna son addiction. Avait-il réellement de la drogue chez lui en prévision d'une crise de manque ? C'était... vraiment déstabilisant.

    Lorsqu'elle comprit qu'il l'avait enfermée dans cette pièce, elle frissonna
    .

    - Je déteste ses manières mais j'ai déjà été enfermée dans des lieux beaucoup moins hospitaliers, déclara t-elle en regardant la baignoire qui ne semblait attendre qu'une chose : qu'elle se jette dedans. J'ai faim...

    Elle finit par poser son regard sur l'enveloppe qui trônait sur le bureau. Que lui avait-il dit, que ça pourrait l'intéresser ?

    - Qu'est-ce que c'est que ça ? demanda t-elle, presque soupçonneuse.

    - Je crois qu'il s'agit d'une lettre.

    Elle soupira, excédée. Oui, elle avait bien vu, que c'était une lettre, elle n'était pas non plus complètement stupide. Mais en quoi une lettre pourrait l'intéresser alors qu'elle ne savait pas lire ? Ah ! Son mystérieux commanditaire s'était visiblement renseigné sur elle et ignorait ce détail. Pourtant, l'enveloppe semblait contenir autre chose que du papier, peut-être quelques pièces d'or ? Précautionneusement, elle ouvrit l'enveloppe
    Dernière modification par Echo ; 31/05/2013 à 19h15.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  4. #4
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    Dès que l'enveloppe fut ouverte, la première chose que remarqua Chance fut la dizaine de pièces d'or qui s'empressèrent de tomber sur la table. Puis le papier plié qui les accompagnait. La tieffeline, ne sachant pas lire, ne pouvait bien sûr pas déchiffrer un traître mot de ce que ce papier contenait… mais Augustin, était tout à fait en mesure de remédier à cela en lui faisant la lecture à voix haute – puisqu'elle était seule à l'entendre, il n'y avait même aucun risque que l'on se demande ce qui se passe.

    Chance,

    je pense avoir fait un mauvais choix, et je te dois des excuses. Après notre séparation à Dar Bella, comme je te l'avais annoncé, j'ai cherché un travail susceptible d'assurer ma survie pendant quelques jours, le temps de m'établir. Une guerre étant en cours, l'armée recrutait, et j'ai naïvement pensé qu'il y aurait plusieurs jours d'entraînement, et que je pourrais aviser… je suis tombé au mauvais moment et ai dû partir aussitôt.

    Voici quatre jours que nous marchons dans ce désert, et je crains que ce ne soit que le tout début de la route. J'espérais rester en ville et chercher à te revoir, mais je n'en aurai pas l'occasion. Cette lettre te parviendra-t-elle seulement ? Je n'ai aucune adresse où l'envoyer, et je ne connais même pas ton nom de famille. Et quand bien même, l'état de cette armée me fait craindre que le service postal ne soit déplorable. Je ferai néanmoins confiance à ton prénom.

    J'ai beaucoup réfléchi, au cours de ces longues heures de marches, et le fruit de ces réflexions me fait regretter plus encore de ne pas t'avoir revu avant mon départ. Tu es… quelqu'un de très particulier, sais-tu ? Contrairement à toi, j'ai connu de nombreux autres tieffelins, et leur présence m'a toujours été agréable, mais… la tienne le fut tout particulièrement.

    Je t'ai confié ne connaître la peur qu'à retardement. Peut-être est-ce vrai pour l'ensemble de mes sentiments. Il m'a fallu le sable du désert et la solitude de la marche pour réaliser… Si j'avais été plus prompt à me comprendre moi-même, sans doute ne t'aurais-je pas quitté. Au moins, pour le baiser que je t'ai donné, n'aurais-je pas visé ta joue.

    Quand cette lettre te parviendra, si jamais elle te parvient un jour, tu auras peut-être conclu que je t'ai abandonnée, oubliée… je t'assure que ce ne sera pas le cas. Pardonne-moi, s'il te plaît. Le temps sera sans doute long avant mon retour, et tu auras peut-être, toi, pu m'oublier… mais je te promets que je reviendrai.

    Je t'ai dit que j'aurai, un jour, à rejoindre les miens à Sigil, et que nous fonderons ensuite un nouveau foyer, dans ce monde ou un autre. Je serais honoré que tu m'accompagnes alors, et que tu rejoignes ce foyer, où tu pourras vivre auprès de tes semblables… auprès de moi. Si cela te sied, bien sûr.

    Si mes mots ne sont pas vains, garde les habits que je t'ai donné, si tu le peux, ou cette lettre, si elle te parvient, en souvenir de moi. Je garde, pour ma part, le souvenir d'un magnifique spectacle que ces habits cachent désormais aux yeux du reste du monde.

    Une seule cicatrice gâtait ce spectacle, et sans laquelle, peut-être, j'aurais… mais l'un des trop rares avantages de ma longue absence est qu'elle aura disparue, je l'espère, à mon retour, et que je pourrai alors te prendre dans mes bras sans craindre de rouvrir ta blessure.

    Mes habits, cependant, ne correspondent pas à ta nature – trop colorés, trop fantaisistes. Ma cape, peut-être, les couvre, mais il te faut une tenue plus adaptée à tes activités. Je glisse à tout hasard dans cette lettre une part de ma maigre fortune, en espérant qu'elle s'y trouve encore si cette lettre te parvient. Sers-t-en comme bon te semble si tu as déjà rempli cette nécessité entre temps.

    Comme je te le disais avant mon départ, fais attention à toi. Trouve-toi un patron, peut-être : les gens des quartiers riches emploient sans problème des gens comme nous, et leur protection suffira sans doute à faire reculer tes ennemis. Tu m'es très chère, et je serais rassuré de savoir que quelqu'un veille sur toi tant que je ne le puis.

    Crois-tu que je t'ai abandonnée ? Je m'en repens, je te l'assure, et les jours qui m'attendent te vengeront sans doute – moi, dans une armée ? Quelle folie m'a prit ? – mais je te promets qu'un jour prochain, je te retrouverai, et que tu pourras alors me répondre… peut-être mes sentiments sont-ils partagés ?

    Puisse mon amour voler jusqu'à toi, ma Muse.

    – Elzen Eilydersen.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  5. #5
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    - Hum, je ne savais pas que vous aviez un admirateur, s'exclama joyeusement Augustin alors qu'il regardait par dessus l'épaule de la tieffeline.

    - Allez donc vous occupez de votre courrier à vous au lieu de regarder celui des autres !

    - Cela fait très longtemps déjà que je ne reçois plus de courrier, de plus j'avais pensé que vous auriez besoin d'aide ; la façon dont vous froncez les sourcils me laisse à penser que vous n'arrivez pas à tout déchiffrer, je me trompe ? fit malicieusement le fantôme, un sourire en coin.

    - Humpf ! Mais... mais pas du tout je... je prends mon temps voilà tout, se défendit la tieffeline, soudain très mal à l'aide. Dire qu'elle n'arrivait pas à tout déchiffrer était un doux euphémisme. Après avoir laissé échapper un soupir, elle renonça. Très bien, très bien. Pourriez-vous, *s'il vous plaît*, me faire la lecture ?

    - C'est demandé si gentiment, comment refuser ? s'amusa t-il avant de commencer sa lecture. Mais à peine avait-il prononcé la première phrase que Chance l'interrompit.

    - Attendez, attendez... C'est Elzen qui a envoyé cette lettre ?

    - Il semblerait, oui, répondit distraitement le fantôme, jetant un oeil à la signature. Bon, je continue ? La tieffeline acquiesça et il reprit... avant d'être une nouvelle fois interrompu.

    - Attendez, attendez... Quoi ? Cet imbécile s'est enrôlé dans l'armée ? Mais il est complètement fou ! Parmi tous les boulots mal payé et dangereux, pourquoi a t-il fallu qu'il choisisse précisément celui où il avait le moins de chance de rester en vie ? s'exclama t-elle, presque en colère. Melandis regorge pourtant d'opportunités pour ceux qui veulent se faire trucider...

    - Bon, est-ce que je peux espérer continuer ma lecture sans être constamment interrompu ? D'autant que le plus intéressant va bientôt arriver...

    Chance, qui au début ne pouvait pas retenir quelques commentaires, s'était faite de plus en plus silencieuse au fur et à mesure de la lecture. Augustin se demanda si elle n'avait pas avalé sa langue.

    - " ...n'aurais-je pas visé ta joue. " Hé mais vous êtes toute rouge ! Est-ce que ça va ? taquina le fantôme, très amusé par les émotions très contradictoires qu'il lisait sur son visage. Elle avait paru tantôt inquiète, tantôt surprise, et à l'instant son visage venait de prendre une jolie teinte écarlate. Elle émit un son étouffé, puis lui fit signe de continuer.

    - Hum, il vous demande de garder ses vêtements ; ne serait-ce pas les mêmes vêtements que vous avez balancé dans une poubelle il n'y a pas quelques heures ?

    - Je ne les ai pas balancés dans une poubelle !


    Augustin se mit à rire à n'en plus finir et le visage de Chance se décomposa littéralement.

    - Ce ne sont que des vêtements de toute façon. Le monde se porterait bien mieux sans... Vous croyez qu'il sera fâché ?

    - Impossible. Écoutez un peu la suite...

    Le fantôme continua et termina sa lecture sans aucune interruption de la part de la tieffeline, probablement en pleine introspection. De longues minutes s'écoulèrent durant lesquelles Augustin n'osa pas briser le silence, puis elle finit par déclarer, du ton de celle qui a trouvé la solution à un problème insoluble :

    - Il a du prendre un mauvais coup sur la tête.

    - Oui, c'est la seule explication. Cela n'a bien sûr rien à voir avec votre charme naturel.

    Chance lui lança un regard assassin.

    - J'ai une idée, puisque je suis coincée ici pour un moment et que votre présence commence à devenir insupportable, pourquoi n'allez-vous pas fourrer votre nez dans tout ce qui ne vous concerne pas ? Allez donc à la pèche aux petits secret inavouables de cette famille de dingues adoratrice de corbeaux. Enfin faîtes ce que vous faîtes d'habitude quoi.

    - Vous aurais-je irrité malgré moi ? lui demanda t-il avec une petite moue. Ne vous inquiétez pas, je ne raconterai à personne que vous avez rougi comme une adolescente devant sa première lettre d'amour.

    Un coussin vola à travers la pièce, traversant le corps éthéré du fantôme amusé. Celui-ci lui sourit avant de disparaître derrière la porte verrouillée. Chance tenta d'apaiser le rouge qui lui était monté aux joues et jeta un autre coup d'oeil à la baignoire qui n'attendait plus qu'elle. Elle s'en détourna et fit les cent pas dans la pièce, contrariée. Elzen était-il en train de perdre l'esprit, là-bas ? Le soleil lui tapait peut-être un peu trop durement sur le crâne, c'était normal, il n'était pas natif du désert après tout. Et puis il ne devait côtoyer que des hommes, cela n'arrangeait rien. Alors qu'elle minimisait les propos qu'il avait tenus dans sa lettre, Chance sentit les battements de son coeur reprendre un rythme normal. Quelle réaction ridicule...
    Dernière modification par Echo ; 31/05/2013 à 19h15.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  6. #6
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    Elle était encore en train de tourner en rond lorsque retentit le bruit d'une clef qui tourne dans la serrure. La porte s'ouvrit, révélant une demoiselle assez jeune, au regard rieur, portant une tenue de domestique.
    Le regard de la nouvelle venue se porta d'abord vers la baignoire – endroit le plus probable, selon elle, où trouver leur invitée –, puis, après avoir constaté que celle-ci (la baignoire) ne semblait pas avoir été utilisée, se tourna vers le bureau, devant lequel se trouvait Chance. Le repas n'avait pas non plus été entamé, mais la lettre, en revanche, était ouverte – et la tieffeline semblait toute tourneboulée.


    « Oh, vous n'avez pas profité du bain ? Moi c'est ce que j'aurais fait. »

    Elle s'approcha quelque peu, souriante, et peut-être un peu curieuse.

    « Je venais prendre vos mesures, mais… quelque chose ne va pas ? Les nouvelles n'étaient pas bonnes ? »
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  7. #7
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    La porte s'ouvrit non pas sur le maître des lieux mais sur une simple servante. La tieffeline soupira. Aussi agréable que soit le décor, elle n'aimait guère se retrouver enfermée et espérait que tout ce cirque ne durerait pas trop longtemps. Elle dévisagea la domestique, un peu trop joviale à son goût mais surtout beaucoup trop curieuse.

    - Pourquoi votre maître veut-il que vous preniez mes mesures ? demanda t-elle suspicieuse, éludant sa question.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  8. #8
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    Pour un cercueil adapté, quelle question ?

    « Oh, je vois. Top secret, c'est ça ? »

    La servante posa un doigt sur tes lèvres, l'air espiègle, avant de reprendre son sérieux.

    « Messire de Corvimande souhaite vous faire fabriquer une tenue spéciale, je crois. Je n'ai pas eu les détails de la mission qu'il souhaite vous confier, mais j'ai cru comprendre que c'était pour vous permettre d'entrer plus facilement… je ne sais pas si j'étais censée dire ça. »

    Le sourire espiègle revint rapidement sur son visage. Elle semblait assez au courant de ce qui se tramait dans ce manoir.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  9. #9
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    « Ça ne m'intéresse pas. Allez donc prendre les mesures de quelqu'un d'autre et laissez-moi tranquille ! ». C'est ce qu'elle voulut répondre. Mais pourquoi se serait-elle énervée injustement contre cette domestique ? Elle était peut-être un peu trop curieuse mais ce n'était pas de sa faute si Elzen n'était qu'un imbécile. Oui, parce qu'il était là, le fond du problème. Elzen. La tieffeline ne décolérait pas de le savoir dans l'armée mélandienne. Était-il à ce point idiot pour ne pas savoir que les mercenaires étaient les premières victimes de ce genre de conflit ? Mais pourquoi était-elle en colère après lui de toute façon, c'était son choix, son suicide...

    Quel crétin !

    Les sourcils froncés, elle s'efforça de ne pas laisser sa colère transparaître dans sa voix. Peine perdue...


    - Très bien, faîtes ce que vous avez à faire. Mais je vous préviens : le vieux aime peut-être les têtes de mort et les corbeaux mais je ne veux aucune fantaisie de ce genre sur mes vêtements !
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  10. #10
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    La servante s'approcha. Le ton quelque peu contrarié de Chance ne semblait pas gâcher sa bonne humeur.

    « Aucune chance, vous pouvez me faire confiance. Et puis les têtes de mort, c'est pour le folklore, hein. Je ne suis pas censée dire ça non plus, mais en vrai, messire de Corvimande est quelqu'un de tout à fait charmant. Madame et Claris aussi, d'ailleurs. »

    Déroulant un mètre-ruban, elle commença donc à mesurer la tieffeline sous toutes les coutures, sans pour autant avoir le moindre geste déplacé – elle semblait habituée à ce genre d'exercices. Tout en travaillant, elle continua la discussion, d'un ton assez agréable et qui avait coutume d'apaiser les tensions.

    « Pardonnez-moi d'insister, si quelque chose vous tracasse, vous pouvez m'en parler, je ne répéterai à personne. »
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  11. #11
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    Charmant ? Question de point de vue. Mais il est vrai qu'elle n'avait pas à se plaindre de lui, enfin pas trop. La tieffeline se montra docile, laissant la domestique faire son travail sans faire d'histoire. Cette dernière tenta encore une fois de lui soustraite des informations. Elle perdait son temps et Chance sa patience.

    - Et le bavardage incessant, c'est en option ? soupira t-elle. Ça ne fait que cinq minutes que vous êtes là et j'ai déjà l'impression que ma tête va exploser. Le sieur de Corvimande apprécie t-il que ses domestiques se montrent aussi impertinent ? Je commence à comprendre pourquoi il a fait appel à moi...

    Lui confier ses secrets ? Ah ! Elle ne doutait vraiment de rien cette gamine.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  12. #12
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    « Compris, je ne dis plus rien. »

    Sans se départir de son éternel sourire, la servante acheva effectivement son travail dans le silence le plus complet. Elle reprit cependant la parole avant d'atteindre la porte.

    « Monsieur sera à vous dans un instant. N'hésitez pas à vous servir, ou à sonner si vous avez besoin – je vous promet que ce n'est pas moi qui viendrai. »

    Et, après un petit clin d'œil, elle s'éclipsa… sans refermer derrière elle. Avant que Chance n'ait eu le temps de se demander s'il serait judicieux de profiter de cette occasion, cependant, la porte s'ouvrit de nouveau, cette fois sur le maître des lieux.

    « Je vous salue de nouveau, ma chère. J'espère que vous me pardonnerez de vous avoir enfermée, mais vous comprendrez, je pense, qu'on ne peut laisser une personne telle que vous déambuler dans ses propres couloirs sans avoir pris quelques menues précautions, surtout lorsqu'elle semble dotée d'une certaine présence… »

    Était-ce une remarque quant à la personnalité de Chance, ou faisait-il, aussi surprenant que cela paraisse, référence à Augustin ? Il semblait en fait avoir lancé la remarque sans véritablement savoir, mais pour chercher une réaction sur le visage de son interlocutrice. Il reprit cependant presque sans attendre.

    « Précautions sont désormais prise, et vous serez désormais libre de vous déplacer à votre guise, si le cœur vous en dit. Puis-je maintenant vous parler de la mission que je souhaiterais vous confier, ou y a-t-il d'autres choses que vous jugeriez prioritaires ? »

    Il adressa à la tieffeline un regard bienveillant. Il semblait quelque peu s'attendre à une plainte concernant la conduite de sa domestique.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  13. #13
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    Chance avait croisé les bras devant le maîtres des lieux, elle ne souriait pas mais son regard semblait amusé.

    - Quelques menues précautions hein ? J'en déduis que vous avez mis l'argenterie sous clé ainsi que tous les bijoux sertis. Vous avez bien fait. Sans aller jusqu'à dire que je suis cleptomane, je ne suis pas sûre que j'aurais pu résister longtemps à l'appel du crime si vous m'aviez mis votre fortune sous le nez.

    Mais il avait été correct avec elle et elle serait donc correct avec lui. De plus, pourquoi l'aurait-elle dépouillé alors qu'il la paierait sans doute très généreusement pour voler quelqu'un d'autre ? Elle était peut-être imprévisible mais elle n'était pas stupide.

    - Très bien, parlez moi des détails alors. Qui, où, quoi et... pourquoi ?
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  14. #14
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    Reuel sourit. Les manières de la tieffeline et sa façon effrontée de répondre semblaient particulièrement l'amuser.

    « Questions concises et essentielles – pour certaines d'entre elles, il me faudra néanmoins tenir de plus longues réponses. Le qui ne vous dira sans doute rien, si vous n'êtes pas habitués à fréquenter la haute société ; je puis néanmoins vous répondre qu'il s'agit de la famille de Cuivrechaire. »

    Il avait prononcé le « de » avec un certain mépris, comme s'il éprouvait quelques difficultés à reconnaître à la famille en question ses lettres de noblesses. Le nom était vaguement familier à la tieffeline – une demeure des havres bourgeois à laquelle elle s'était déjà intéressée, sans doute ; mais qui avait alors été trop fréquentée pour qu'elle ne se risque à y pénétrer.

    « Le où vous semblera tout autant naturel : au domicile de la famille. Je puis également vous préciser le quand : demain soir, ou dans la nuit qui suivra – c'est là que vous aurez le maximum de chances de réussir. Le quoi sera quelque peu plus délicat, car j'ignore encore à quoi l'objet en question ressemble précisément – mais nous ferons en sorte que vous le sachiez en temps utile. Quant au pourquoi… »

    Le maître des lieux prit un instant pour choisir ses mots – ou plutôt, l'ordre dans lequel il allait les enchaîner.

    « Les motivations peuvent être en fait nombreuses. Politique, car vous participerez ainsi aux intrigues de la haute cours et priverez ces parvenus d'une gloire qu'ils ne méritent pas. Justice, car vous permettrez l'exécution d'une sentence décidée voici plusieurs générations. Compassion, car vous éviterez néanmoins aux de Cuivrechaire de graves tourments. Choisissez celle qui vous conviendra davantage – à moins que l'or que vous y récupérerez d'un côté comme de l'autre ne soit pour vous une motivation suffisante. Mais, peut-être, étiez-vous davantage intéressée par les raisons qui me motivent, moi, pour vous mander d'agir ? Je puis également éclairer votre lanterne à ce sujet, si vous le souhaitez, avant que nous passions au comment. »
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  15. #15
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    Cuivrechaire hein ? Au moins ne lui demandait-il pas de voler la famille « Mort-lente » ou quelque chose comme ça.

    - Effectivement, ce sont plutôt vos raisons qui m'intéressent. L'argent est une motivation plus que suffisante pour moi.

    Voilà qui était honnête. Chance ne s'intéressait pas vraiment à la politique, enfin... pouvait-on réellement appeler ça de la politique ? Pour elle, la politique consistait à nager dans une mer remplie de requins, le tout avec la carotide tranchée. En fait, se lancer dans la politique à Melandis était presque aussi dangereux que de s'engager dans l'armée en tant que mercenaire, sinon plus. Quant à la justice et à la compassion... Non, l'argent lui allait très bien.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  16. #16
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    Reuel sourit.

    « Je n'en attendais pas moins. Laissez-moi alors vous dire quelques mots sur ce crâne qui vous a marqué sur mon portail. Il ne s'agit pas d'une menace contre les voleurs, comme vous le croyiez, mais du symbole de Jergal, le Scribe de la Mort, dont ma famille sert la volonté depuis bien avant la naissance de Melandis elle-même. En tant que fidèles de ce dieu, nous nous opposons aux tentatives de certaines créatures d'atteindre une forme d'existence éternelle – on ne peut pas réellement appeler cela une vie – par la nécromancie – ce qui, vous le savez peut-être, nous donne dans cette ville bien du fil à retordre, car certaines des familles les plus haut-placées ont cédés à cette tentation.
    Mais rassurez-vous, je ne vous enverrai pas combattre une liche. Cuivrechaire est loin d'avoir ce pouvoir : ce n'est qu'un petit parvenu ayant acheté son titre de noblesse et prétendant désormais briller dans la haute société. Il a récemment mis la main sur un artefact ancien, et espère, après-demain à l'aube, le révéler aux yeux du monde. C'est ce que je souhaite empêcher. Cet objet, voyez-vous, est le phylactère d'une ancienne liche, que mes ancêtres ont autrefois combattu. Un phylactère contient l'âme de la liche, et lui permet normalement de se reformer si son corps est détruit. Celui-là fut endommagé, suffisamment pour l'empêcher de renaître, mais pas assez pour la détruire. Je veux mettre un terme à la mission qui fut confiée à mes ancêtres en mettant définitivement fin à l'existence de cette liche – mais il me faut pour cela récupérer le phylactère.
    L'objet est sans doute anodin – il était, à l'origine, choisi pour sa discrétion –, mais il doit, depuis qu'il a été atteint, irradier de magie noire qui permettra de le reconnaître. Le manipuler quelques instants est sans danger ; mais passer de longs jours à son contact permettra à la liche de vous insuffler ses pensées – c'est ce qui attend Cuivrechaire s'il le conserve trop longtemps. Vous ne gagneriez rien, au contraire, à le conserver pour vous ; mais si vous me le rapportez, je saurai vous récompenser.
    Vous vous récompenserez vous-mêmes avant cela, d'ailleurs, car la consigne que je vous donne est de dérober, en plus du phylactère, tout ce qui vous intéressera et que vous pourrez emporter dans ce manoir. Je veux, autant que possible, que Cuivrechaire et les siens ignorent que c'était cet objet en particulier qui était visé, mais qu'ils le pensent emporté avec le reste de leurs richesses – cela déviera d'autant plus les soupçons loin de moi.
    Votre curiosité est-elle satisfaite, ou vous faut-il davantage d'informations ?
     »
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  17. #17
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    - Excusez-moi mais êtes-vous bien sûr de vous être adressé à la bonne personne ? Vous dîtes que ce phylactère est sans danger, très bien, mettons que je suis prête à vous croire, mais comment suis-je censée le repérer une fois là-bas ? Vous êtes peut-être capable de ressentir la magie noire mais pas moi. Et d'ailleurs je n'y tiens pas particulièrement...

    L'histoire de la liche avait visiblement refroidi la voleuse qui détestait la magie autant que les morts-vivants. Pour autant, tout l'argent qu'elle gagnerait en contrepartie en valait la peine, enfin si elle n'y laissait pas sa vie, cela va sans dire.

    - Si j'accepte, ça va vous coûter une blinde...
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  18. #18
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    « Mon familier vous accompagnera. Lui saura le reconnaître. Une fois encore, vous ne craignez rien de l'objet lui-même, à moins de le conserver sur vous trop longtemps – mais vous me l'aurez de toute façon remis bien avant que cela ne soit problématique. Ce que je vous offre, en fait, est l'opportunité et le soutient nécessaires pour cambrioler une riche demeure, et en garder le butin pour vous, à l'exception d'un simple petit objet sans valeur marchande. Je pourrais aussi bien estimer ne rien vous devoir pour cela… mais puisque vous me rendrez service en agissant ainsi, ma loyauté me pousse à vous rémunérer plus encore. Je vous en offre cinq cent pièces d'or. Mais bien sûr, nous pouvons négocier… »
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  19. #19
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    - Ah parce que le piaf vient avec moi ? C'est vrai que les corbeaux sont bien connus pour leur discrétion légendaire, se moqua la tieffeline. Enfin, heureusement que vous n'avez pas pris un chameau comme familier hein ?

    Elle n'était pas dupe, ça lui donnait surtout une bonne excuse pour la surveiller et elle ne pouvait même pas refuser. Heureusement qu'il payait plus que généreusement. Pour ce prix là, Chance pouvait même enfiler une tenue de danseuse du ventre et lui servir le thé.

    Enfin non, peut-être pas...


    - Y a t-il autre chose que je devrais savoir ?
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  20. #20
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    Énormément ; mais seule une partie d'entre elles concernait la mission.

    « Cuivrechaire donne un bal demain soir, qui devrait durer une partie de la nuit, et peut-être même jusqu'au matin. Tout son personnel, y compris les gardes, seront donc localisés dans une petite partie du bâtiment, et vous aurez le champ libre pour explorer le reste – je ne garantis cependant pas que l'endroit ne recèle aucun piège. Vous pourrez entrer par vos moyens habituels, profitant de la désertion des lieux ; auquel cas nous devrons espérer que l'objet ne se trouve pas dissimulé dans les zones éclairées. Mais il existe une autre solution : je peux vous faire grimer pour ressembler à l'une des servantes du bal, ainsi vous pourrez déambuler au milieu des invités sans que nul ne vous remarque. J'ai dans l'idée qu'il vous serait… amusant ? de sembler pour une fois humaine et de n'être pas remarquée ; mais bien évidemment, vous êtes l'artiste : c'est vous qui choisissez la façon dont vous opérerez. »
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  21. #21
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    - Vous... Vous pourriez faire ça ?

    Ressembler à une humaine, le temps d'une soirée, voilà une option intéressante. Plus de cornes, de queue ou d'yeux jaunes qui scintillent, ces détails qui handicapaient son quotidien. Pour autant, elle n'avait jamais souhaité s'en défaire, presque comme si sortir du lot était une petite fierté pour elle. C'était un peu puéril en y pensant.

    - Ce serait de la triche, dit-elle doucement. Puis elle se fendit d'un sourire. Ça me plaît !
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  22. #22
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    Reuel eut l'air amusé par la réaction de la tieffeline.

    « Un tel sortilège d'illusion serait un jeu d'enfant, pour moi. En fait, il serait assez aisé de parvenir à ce résultat même sans recourir à la magie – une coiffe dissimulant vos cornes, une robe adéquate, et pour vos yeux, un filtre colorant –, mais recourir à la magie sera sans doute moins dérangeant pour vous. Puisque vous êtes intéressée, je vais de ce pas ordonner que l'on vous prépare le costume de servante que vous porterez. »

    Le maître des lieux se dirigea vers la porte, l'ouvrit, et adressa quelques mots à la servante qui était venue prendre les mesures de Chance un instant plus tôt, et qui semblait avoir attendu dans le couloir – écoutait-elle à la porte ? – que l'on vienne la quérir. Elle fit la révérence à Chance, puis s'en fut, sans décrocher un mot.
    Reuel, lui, demeura sur le pas de la porte, semblant attendre que son invitée reprenne, ou non, la discussion.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  23. #23
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    Chance regarda la servante s'éloigner sans mot.

    - Que ça doit être difficile d'avoir une petite curieuse qui laisse traîner ses oreilles partout sous son toit, dit-elle avec un sourire mutin. Oh mais j'y pense... maintenant vous en avez deux ! Vous pensez que vous allez vous en sortir ?
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  24. #24
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    Reuel semblait encore amusé – la présence de la tieffeline avait-elle tendance à provoquer une certaine bonne humeur ?

    « Oh, je ne m'en fais pas : elle est encore plus exaspérante que vous ne le serez jamais, ma chère. Mais je crains qu'elle n'en sache trop sur mes activités pour que je ne l'enjoigne à quitter mon service. Et sa fidélité ne m'est même pas adressée : elle va sans doute s'empresser de raconter tout ce qu'elle vient d'entendre… on nous fait espionner jusque dans notre domicile et par nos propres serviteurs, de nos jours, c'est désespérant. »

    Son expression contredisait bien évidemment son dernier mot ; et l'hypothèse qu'il avançait ne semblait pas le perturber le moins du monde. Se dirigeant vers le meuble sur lequel Chance avait posé l'arbalète, il saisit cette dernière, son attitude redevant quelque peu pensive.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  25. #25
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    La servante était effectivement une concurrente redoutable dans l'art de l'exaspération mais Chance doutait sérieusement que quiconque puisse réellement la devancer. Le maître des lieux devait être d'une patience angélique pour supporter cela ; il semblait même assez amusé pour tout dire.

    - J'imagine que vous voulez la récupérer, dit-elle en désignant l'arbalète. Que signifient les lettres gravées dessus ?
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  26. #26
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    Ce sujet-là semblait plus sérieux pour le maître des lieux.

    « Ce sont les initiales de mon frère, Antel-Cregon. Cette arme était à lui quand il était plus jeune… il a depuis opté pour un modèle bien plus pesant et plus efficace, et nous avions fini par oublier celle-ci. J'y ai repensé récemment, lorsque mon enfant a commencé à s'intéresser à ce type d'armes. Mais Claris, pour sa part, a choisi d'utiliser un modèle plus léger encore, une arbalète de poing. Celle-ci nous est désormais inutile. Gardez-là, si vous le désirez ; vous avez montré que vous étiez tout à fait en mesure de vous en servir. Vous n'aurez qu'à… dire que vous me l'avez volé. »
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  27. #27
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    - Moi j'appelle ça la chance du débutant, dit-elle en contemplant l'arbalète. Enfin... je pourrais toujours m'exercer, j'imagine. Oh j'ai une idée ! Et si j'allais m'entraîner sur votre servante ? Ça pourrait être drôle non ?

    La tieffeline souriait, visiblement de bonne humeur. Elle s'imaginait déjà, arbalète au poing, courant d'un bout à l'autre du manoir à la poursuite de la domestique. Tiens, il faudrait qu'elle lui demande son nom la prochaine fois qu'elle la croiserait.

    - C'était une plaisanterie hein ? Quoique cela résoudrait tous vos problèmes, ajouta t-elle plus bas. Je suis donc libre de visiter votre manoir ? Et de fouiller dans vos affaires ?
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  28. #28
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    Reuel reposa l'arbalète là où il l'avait prise et se dirigea vers la sortie.

    « Disons que quelques portes vous resteront closes, mais que celle-ci ne le sera plus. Oh, je dois également vous avertir que mes talents de mage et ma fidélité envers Jergal me permettent également d'empêcher certaines autres intrusions, même si je ne peux que les deviner… »

    Cette fois, bien qu'à demi-mots, Augustin était bel et bien clairement visé : lui non plus, tout fantôme qu'il était, ne parviendrait pas à pénétrer dans certaines pièces du manoir.

    « Pour ce qui est de vous entraîner, vous trouverez ici des cibles plus adaptées que mon personnel. Sonnez si vous avez besoin de quoi que ce soit ; et n'oubliez pas de vous reposer : la nuit prochaine sera longue. »

    Et il s'en fut, laissant Chance seule dans la luxueuse chambre. Un instant plus tard, cependant, deux autres domestiques se présentèrent à la porte, apportant avec eux le nécessaire pour préparer son lit.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  29. #29
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages 
    1 483
    Elle fronça les sourcils lorsqu'il mentionna Augustin, contrariée que la présence du fantôme soit si facile à détecter. Il fallait dire qu'ils n'avaient guère été discrets lors de leur précédent échange, et vu que les oreilles des domestiques semblaient traîner dans tous les coins...

    Une fois Reuel parti et son lit préparé, Chance se retrouva seule avec ses pensées, des pensées qui allaient toutes vers une seule et même personne. Tranquillement, elle commença à enlever ses vêtements un à un, les plia soigneusement au bout de son lit puis se glissa dans la baignoire. L'eau n'avait pas eu le temps de refroidir complétement mais le bain fut tout de même rafraîchissant, exactement ce dont elle avait besoin.

    D'une main, elle attrapa le parchemin plié sur le bureau et en parcourut les lignes. Elle n'avait pas vraiment besoin de savoir lire, elle se souvenait de presque chaque mot qu'Augustin avait prononcé mais elle continuait pourtant de fixer cette lettre comme si elle espérait y trouver quelque chose. Après un long moment, elle finit par la laisser tomber sur le sol. À quoi bon ? La surprise et la colère avaient laissé place à un sentiment de lassitude. Peu importaient les promesses et les déclarations enflammées, de cette lettre elle n'avait retenu qu'une chose : Elzen, le seul tieffelin, le seul représentant de sa race qu'elle avait rencontré jusque là était parti, l'avait laissé derrière lui. Elle aurait eu pourtant tant de questions à lui poser, tant de questions qui resteraient sans réponse.

    Elle sortit de l'eau maintenant devenue froide et se drapa dans une grande serviette avant de se jeter sur le lit. Les draps étaient propres et le lit moelleux , il y avait longtemps qu'elle n'avait plus dormi dans une chambre aussi luxueuse. La dernière fois remontait à... non, non, à croire que tout la ramenait à cette nuit qui ne voulait plus sortir de son esprit. Il était temps pour elle de laisser ce souvenir de côté. Qu'avait-elle imaginé ? Que la rencontre avec un autre tieffelin changerait à jamais sa vie, qu'elle en serait plus heureuse ou qu'elle aurait enfin su qui elle était vraiment ? Elle se sentait tellement ridicule.

    Elle attrapa un coussin qu'elle serra étroitement dans ses bras. Jamais la solitude n'avait semblé lui peser à ce point.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  30. #30
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 545
    Nul ne vint malheureusement tirer Chance de sa solitude.

    La nuit s'écoula sans incident, dans le calme de la luxueuse demeure. Aucun bruit ne troubla son repos. Bien qu'il ne puisse rien contre l'absence d'un être cher, le lit était très confortable, comme une invitation au sommeil. À défaut de voir ses souhaits immédiatement exaucés, peut-être la tieffeline put-elle au moins faire d'heureux songes.

    Puis, les heures passant, la lumière d'un sommeil matinal filtra quelque peu à travers les lourds volets. De longs instants encore, personne ne vint troubler Chance. Puis quelques coups discrets résonnèrent à la porte, et la voix d'un homme âgé s'éleva.


    « Madame ? Désirerez-vous manger quelque chose ? »
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

Page 1 sur 11 123 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Quête] Le manoir Bouliakov
    Par Mornagest dans le forum L'Esplanade Impériale
    Réponses: 107
    Dernier message: 06/10/2013, 17h16
  2. [Mélandienne] Claris de Corvimande
    Par Claris de Corvimande dans le forum Fiches de personnages
    Réponses: 1
    Dernier message: 18/07/2013, 13h07
  3. [BG1][SOLUCE] Manoir de la dame
    Par Varko dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 8
    Dernier message: 13/08/2011, 14h19
  4. Clé du manoir Nerro
    Par Ugo dans le forum L'île de Vvardenfell (Morrowind)
    Réponses: 1
    Dernier message: 04/02/2011, 12h05
  5. [Bâtiment] Le Manoir du Baron de Percival
    Par Galathée dans le forum Les Beaux Quartiers
    Réponses: 115
    Dernier message: 05/12/2009, 09h13

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251