Les heures qui suivirent se perdirent dans la confusion.

Taliesin oscilla entre lucidité et torpeur, souffrance et oubli. Il perçut vaguement le moment où on le dépendait de l’arbre, sentit la couverture qu’on jetait sur ses épaules et ses membres entravés, puis les ténèbres au rythme des pas d’un cheval, au sol, dans un carrosse, une souffrance résiduelle, la faim, de l’eau coulant sur ses joues, le fracas de la pluie, et puis les ténèbres et encore les ténèbres, le refuge bienheureux du sommeil…

Jusqu'à l'éveil...