Affichage des résultats 1 à 25 sur 25

Discussion: [Débat] La Belgique : entre Wallons et Flamands, quelles relations ?

  1. #1
    Date d'inscription
    June 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 004

    Nain [Débat] La Belgique : entre Wallons et Flamands, quelles relations ?

    Les nationalistes flamands et même certains membres du parti qui dirige l'Assemblée ne sont pas contents d'un rapport de parlementaires français sur la Flandre qui évoque notamment certaines contraintes envers les étrangers, à la limite fâchisantes.

    Ben tapez "Bart de Wever" (le leader de la NVA, les nationalistes) dans un moteur de recherche, sélectionnez une photo récente après son régime (-50 kgs) et collez-lui une petite moustache sous le nez. Vous verrez.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  2. #2
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages 
    4 624
    C'est surtout que les Flamands en sont presque à interdire le français chez eux. C'est dire où on en est.

  3. #3
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est connecté maintenant Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 097
    Ce qui est dommageable pour les gens, c'est que ça vienne essentiellement des politiciens, finalement... qui ont bien réussi à monter le bourrichon des Flamands.

    J'en connais plusieurs (j'ai même un collègue flamand à Lyon ), et tous sont d'accord pour dire que c'est du grand n'importe quoi.

    Ça en est où, cette histoire de "kit néerlandophone" ?
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  4. #4
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages 
    4 624
    Ha oui, la plus grande partie du problème vient bien de nos politiciens.

    Par exemple, faire une loi qui interdit le double affichage... C'est carrément une atteinte à la liberté et une discrimination flagrante des droits des francophones à parler et lire le français.

    Faudrait leur rappeler qu'on peut parler trois langues en Belgique...

  5. #5
    Date d'inscription
    August 2008
    Localisation
    Quelque part en France
    Messages 
    2 246
    Citation Envoyé par Chalindra Pharn Voir le message
    Faudrait leur rappeler qu'on peut parler trois langues en Belgique...
    euuh, en petit français qui connait pas super bien la belgique, y'a 3 langues? (j'en vois que 2, le français et le flamand qui est un dérivé du hollandais si je me plante pas) la 3eme c'est quoi? l'allemand?
    Le vrai pouvoir se cache dans l'ombre.

    La bio de Umbre, Tieffline demi Elfe de Lune et moine de la Lune Noire: ici
    Quêtes en cour: Le voyage de l'Ombre et Le réveil de l'Ombre couleur RP: #FFCC33

  6. #6
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages 
    4 624
    Un très petite partie parle allemand aussi

    Mais c'est une très petite, n'empêche, c'est leur droit.

  7. #7
    Date d'inscription
    August 2008
    Localisation
    Quelque part en France
    Messages 
    2 246
    waaah comment ch'uis trop fort j'avais trouvé la bonne langue (en même temps ça risquait pas d'être le chinois) Bah franchement, dans nos médias on nous parle du "duel" franco-flamand, mais ils parlent jamais des belges germanophone (enfin, j'ai pas la tv donc je suis pas sur tous les reportages non plus). Et ils ont les mêmes problèmes que les francophones?
    Le vrai pouvoir se cache dans l'ombre.

    La bio de Umbre, Tieffline demi Elfe de Lune et moine de la Lune Noire: ici
    Quêtes en cour: Le voyage de l'Ombre et Le réveil de l'Ombre couleur RP: #FFCC33

  8. #8
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Bruxelles/Brussel
    Messages 
    903
    Bah, les Belges germanophones, ils occupent un tout petit territoire de Wallonie (c'est important à dire, parce qu'ils ont certaines compétences culturelles et d'enseignement, mais ils sont aussi wallons), et quand ils se retrouvent hors de leur territoire, ils parlent français ou néerlandais.

    Et quand tu te rends dans les territoires germanophones en tant que francophone, il n'y a pas de problème, parce qu'ils sont en partie francophones (étant wallons).

    Il y a un parti politique germanophone qui voudrait, non pas une indépendance hors de la Belgique, mais rendre la communauté germanophone indépendante de la Wallonie. Mais je ne sais pas s'ils sont virulents ou sympas, parce que... bin on n'en parle jamais

    Ca me fait bien rire cette histoire des trois langues nationales, c'est encore de l'hypocrisie : au parlement fédéral, il n'existe que deux groupes linguisitiques, francophone et néerlandophone. Quand les députés sont élus et prennent leurs fonctions, ils prêtent serment. Ce serment existe en français ou en néerlandais. Et la langue dans la quelle ils prononcent ce serment détermine leur groupe linguistique d'appartenance.
    Donc un élu germanophone devra choisir entre le français et le néerlandais et c'est tout (et sera donc considéré comme francophone ou neerlandophone). Tous les documents fédéraux, les projets de lois, etc, tout ça n'est qu'en deux langues.
    Même la constitution en allemand est d'abord très récente, et en plus je pense qu'elle n'est même pas "officielle".

    (mais bon, je ne suis pas en train de prêcher pour la disparition de l'allemand comme langue nationale, je dis juste qu'elle n'est pas au niveau des deux autres, et que malheureusement pour les germanophones, ils sont si peu nombreux qu'ils ne peuvent pas faire pression pour changer ça)
    Dernière modification par Sanctifer ; 05/06/2012 à 13h39.
    « Regarde moi ces émincés d'oignons, je voudrais tous les enfiler sur une corde pour m'en faire une parure ! »

    ಠ_ಠ

  9. #9
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages 
    4 624
    Non, ils sont en Wallonie donc ils ont la paix.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Communa...ne_de_Belgique
    Dernière modification par Chalindra Pharn ; 05/06/2012 à 13h38.

  10. #10
    Date d'inscription
    June 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 004
    Pour avoir gardé quelques potes de l'internat dans les cantons périmés (petite blague belge), que je visite quelque fois, je peux dire que les gens là-bas ont quand même une approche plus allemande que française des choses. Bref c'est d'abord la tête qui parle avant le coeur, et ils ont tendance à trouver les évènements de l'année dernière comme particulièrement stupide.
    Ils sont beaucoup à être bilingues français-allemands et les germanophones belges ont sont aussi plus allemands que wallons dans l'âme dans certains pans de leur comportement:

    - Si il y a 5 pas à faire pour jeter l'emballage du Kinder bueno dans la poubelle la plus proche, un germanophone fera les 5 pas nécessaires LUI. La-bas tu mangerais sur les trottoirs, et en plus ils ramassent tous les crottes de Médor.
    -Construire une stationd’épuration​pour un village de là-bas est généralement une dépense inutile, tellement la station n'a rien à nettoyer.
    - Ce n'est pas la panique si il y a 1/2 centimètres de neige sur les routes.
    - Les locaux respectent plus les limitations de vitesse, faut dire que les flics locaux ne sont pas des gentils.

    Quand à la question, y a t'il un sentiment nationaliste chez les germanos? Il y a un signe qui ne trompe pas. Les français qui viennent en Belgique en prenant l'autoroute de Gent par Lille ont déjà eu le problème d'avoir des panneaux de signalisation avec les noms de villes en deux langues où les termes français étaient vandalisés (Tout Wallon sait que Bergen c'est Mons ou que Luik c'est Liège, mais un français).
    J'ai déjà vu ce phénomène dans des zones limitrophes avec la frontière allemande (hors des cantons germanophones pourtant) près de Saint-Vith ou Vielsalm où le nom francophone de la localité était effacé des panneaux.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  11. #11
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Bruxelles/Brussel
    Messages 
    903
    Citation Envoyé par Ugo Voir le message
    Quand à la question, y a t'il un sentiment nationaliste chez les germanos? Il y a un signe qui ne trompe pas. Les français qui viennent en Belgique en prenant l'autoroute de Gent par Lille ont déjà eu le problème d'avoir des panneaux de signalisation avec les noms de villes en deux langues où les termes français étaient vandalisés (Tout Wallon sait que Bergen c'est Mons ou que Luik c'est Liège, mais un français).
    J'ai déjà vu ce phénomène dans des zones limitrophes avec la frontière allemande (hors des cantons germanophones pourtant) près de Saint-Vith ou Vielsalm où le nom francophone de la localité était effacé des panneaux.
    C'est très intéressant à savoir ça, et le fait qu'on ne parle jamais de ce genre d'incident (mineur quand même, vandaliser un panneau, c'est pas non plus un attentat) dans le cas des germanophones alors que pour les flamands on en fait souvent un "exemple de la haine des flamands" doit quand même être révélateur d'un truc...


    Parce qu'au fond, la haine, on la ressent des deux côtés (des trois côtés ) mais on ne la montre pas de la même façon, c'est bien ça le problème...
    Je me souviens d'être allé à un concert en wallonie (c'était un mini festival) et le groupe que j'allais voir en particulier est un groupe de Flandres (Vive la fête pour ceux qui connaissent, des flamands qui chantent de l'électro en français, en anglais, en allemand, mais jamais en néerlandais ).
    Le public n'est que francophone, avec peut-être un ou deux fans groupies flamands qui les suivent en tournée, allez savoir, mais n'empêche, quasi que du français dans le public, population locale quoi.
    Arrive le moment traditionnel avant le concert, où on teste les micros, les instruments... Le mec qui a testé les micros en faisant "een twee een twee" au lieu de "un deux un deux" s'est fait huer par un public si haineux envers "ce sale flamand" que j'en étais vraiment mal à l'aise oO
    Le genre de situation qui, si tu écoutes les médias, n'arrive jamais en wallonie ou à bruxelles hein, "les francophones n'ont pas de problème avec les flamands"
    Mon cul oui.

    Bref, tout le monde déteste tout le monde en Belgique, c'est ça le secret
    « Regarde moi ces émincés d'oignons, je voudrais tous les enfiler sur une corde pour m'en faire une parure ! »

    ಠ_ಠ

  12. #12
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages 
    4 624
    Même pas vrai, j'ai pote flamands et il dessine du tonnerre

    Mais tu conviendras qu'il est de plus en plus difficile de rester neutre. Merci aux hommes politiques et aux média qui n'hésitent pas à exacerbé les tentions et les rivalités pour leurs profits égoïstes.

    Ci-joint, un article de l'odieux connard (c'est son pseudo, j'en peux rien ) sur la façon dont un français voit le Flandre

    http://www.nioutaik.fr/index.php/201...-nimporte-quoi

    Mythique Belgique

    Posted by Un odieux connard under Société | Tags: Belge, Belgique, Calembour, Frites, Geluck, Imaginaire, Magique, Mystérieux, Pays |
    [61] Comments
    Lucy pouffa du fond de l’armoire.
    Quel endroit formidable pour gagner une partie de cache-cache ! Qui aurait pensé à aller la chercher ici ? Certes, on lui avait interdit de pénétrer dans la pièce… mais l’excitation du jeu et l’odeur de la victoire toute proche avaient incité son esprit enfantin à outrepasser les consignes du professeur Kirke. Et maintenant, voilà ! Elle savait ce qu’il y avait de l’autre côté de la porte qu’elle ne devait pas pousser : une minuscule salle aux murs nus et au parquet recouvert d’une couche de poussière qui lui paraissait quasi-centenaire tant chacun de ses pas semblait la marquer comme de la neige, lui rappelant instantanément les premiers jours d’hiver sur Londres, lorsqu’elle jouait sur les trottoirs encore blancs en riant avec ses frères et soeurs autour de quelque jeu enfantin.
    Mais ce n’était pas ça qui avait attiré le plus attiré l’attention de Lucy : au centre de la pièce, il n’y avait qu’un seul meuble, immense, massif, couvert d’un imposant drap blanc qui, lorsqu’elle l’avait fait choir d’un mouvement souple, entraînant dans sa chute un nuage de poussière qui la fit éternuer, avait révélé une formidable armoire richement décorée. En entendant les pas de son frère Peter l’appelant derrière la porte, la jeune fille avait bondi à l’intérieur, persuadée que personne ne songerait à la trouver ici ! Quel bon tour elle jouerait à sa famille, lorsqu’elle sortirait, triomphante, de la pièce interdite sous les yeux étonnés de sa fratrie qui admirerait à coup sûr son courage !
    Les réflexions de la jeune fille s’interrompirent lorsqu’un étrange courant d’air frais agita ses cheveux, en provenance du fond de l’armoire.
    Lucy se retourna à la recherche de la source du phénomène : comment, dans un lieu clos, cela avait-il pu arriver ? Cela ne provenait probablement pas des slips du professeur Kirke, entreposés alentours, qui ne semblaient pas véritablement dégager l’odeur de pin que la belle enfant avait cru percevoir. Écartant un manteau, Lucy s’étonna d’en trouver un second derrière celui-ci, révélant que l’armoire était probablement bien plus profonde qu’elle ne l’aurait imaginé. S’avançant, elle écarta un nouveau vêtement, puis un autre, et au bout de quelques instants, réalisa qu’elle avait marché dans l’armoire sur une distance bien plus grande qu’une armoire normale n’aurait pu le permettre.
    Un nouveau courant d’air, plus fort cette fois, lui fouetta le visage, et la jeune fille s’empressa de poursuivre son exploration, écartant de plus en plus vite les nombreux vêtements alentours, jusqu’à ce qu’enfin, elle s’arrête : devant elle, il n’y avait aucune paroi de bois marquant le fond de cette curieuse armoire, mais un étrange paysage : le meuble, tel un curieux tunnel, donnait finalement sur un agréable paysage enneigé, où au milieu de quelques arbres et rochers moussus, brillait un curieux lampadaire.
    Ouah !“, dit Lucy, émerveillée, en sentant la neige crisser sous ses souliers alors qu’elle s’avançait en direction de l’étrange luminaire ; mais à peine avait-elle commencé à s’avancer dans ce paysage onirique qu’elle perçut un mouvement rapide derrière l’un des arbres autour d’elle.
    Qui… qui est là ?” – lança Lucy quelque peu apeurée et confuse, ses sentiments se bousculant tant la situation était étrange.
    Une silhouette lui apparut, le crâne couvert de boucles châtains encadrant un visage rond qui semblait posé à la va-vite sur une silhouette trapue, vêtue d’un étrange uniforme que la jeune fille peinait à reconnaître. Une voix de baryton mâtinée d’un étrange accent sortit de la gorge du nouvel arrivant, dont les joues rouges et l’air amusé rassurèrent quelque peu Lucy :
    Mais, la police belge, jeune fille ! Que fais-tu toute seule, en plein milieu d’un parc de Bruxelles à cette heure, hmmm ? - Et bien, Monsieur l’agent, j’étais dans une armoire, et soudain, je me suis retrouvée ici, je… - Hoooo dis, qu’est-ce que c’est que ces carabistouilles ? Allez, rentre dans ton “armoire” alors, dis, avant que toute la Belgique ne se mette à ta recherche à l’appel de tes parents inquiets !“ Lucy porta ses mains à sa bouche, s’empêchant comme elle le pouvait de pousser un sincère cri de joie : elle venait de découvrir un pays imaginaire, au fond de l’armoire du professeur Kirke ! Il fallait absolument qu’elle aille prévenir Edmund, Peter et Susan, qu’ils viennent le voir pour le croire !
    La Belgique; quel drôle de pays !“, se dit la jeune fille en courant vers l’entrée du passage qui la ramènerait au placard.
    ___________________________________________
    La légende raconte que ce drapeau est 33% plus petit la nuit. Quel pays magique !

    Depuis quelques temps, je note que de plus en plus de Belges passent par ici ; loin de moi l’idée de leur jeter la pierre, non, ils sont les bienvenus mais tout de même : cela fait un peu un choc, surtout lorsque l’on explique depuis des années maintenant qu’il s’agit d’un pays qui n’existe pas. Ce serait un peu comme découvrir que l’on est lu par des fées, des gnomes ou par des électeurs de Jean Tibéri. Brrr.
    Et ces lecteurs, ainsi que d’autres, s’étant plaints de certaines remarques qui auraient été faites céans sur la Belgique, je me permets tout d’abord d’agiter mon doigt en fronçant très fort les sourcils en appuyant le fait que, hein, dites donc, bon (non, il n’y a pas besoin de plus d’arguments, que croyez-vous ?). Cependant, et tel un Kofi Annan 2.0, dans ma grande mansuétude, permettez-moi donc de dédier un article bien particulier à ce bel Etat pour lui rendre hommage et satisfaire les mécontents qui verraient dans mes remarques d’honteux préjugés. Aussi, en ce jour, je vous propose simplement de vous cultiver un peu sur le Royaume de Belgique qui, d’après les légendes, laisse apparaître les lumières de ses villes telles des feus follets aux voyageurs qui s’égarent, certaines nuits, du côté des Ardennes (un point de passage entre les deux mondes, d’après un druide de ma connaissance).
    Bref : parlons-un peu de cet endroit qu’évoquent les bardes & les scaldes, particulièrement lorsqu’ils sont bourrés.
    La Belgique

    La Belgique, aussi appelée Royaume de Belgique en fonction des contes qui en traitent, est supposément un Etat situé en Europe de l’Ouest dont la capitale se nomme Bruxelles. Le pays est réputé compter environ 11 millions d’habitants que l’on nomme les Belges, qu’importe leur sexe, comme pour les anges, ce qui contribue à laisser entendre que toute cette histoire ne serait qu’une invention de quelque mystique qui aurait mariné un peu trop longtemps dans la bière. D’un autre côté, cela évite bien des questions existentielles aux féministes, qui du coup, se trouvent un peu à court de combats localement, on l’imagine bien volontiers.
    S’il est toujours compliqué de situer la Belgique, il est à noter que l’on entend parler de ce pays en France (principalement au travers de calembours contestables), en Allemagne (principalement au travers de bières), au Luxembourg (principalement au travers d’argent ayant une provenance difficilement justifiable), aux Pays-Bas (même si pour le coup, on a jamais vraiment compris ce que ces gens disaient) et en mer du Nord, des marins prétendant que certains soirs, dans la brume, on peut entendre les sons lointains de ports & de villes là où il ne devrait rien y avoir, et qu’il ne fait guère bon se tenir près de la côte dans ces cas là. Bien sûr, les jeunes matelots ne prêtent que rarement attention à ces fariboles de vieux loups de mer sucrant les fraises, jusqu’à ce que l’on retrouve leurs cadavres couverts de moules, des frites dans les narines et dans divers autres orifices que la décence ne permet pas de nommer dérivant sur les voies maritimes. On en déduira donc que les Belges peuvent se montrer très grognons quand ils veulent.
    Bref : du coup, on situe la Belgique à peu près entre tout cela.
    Géographie

    Terre de contraste (comme chacun sait), la Belgique se présente comme un pays au relief proche de celui de Milla Jovovich, bien que contrairement à cette dernière, on la trouve dans beaucoup moins de mauvais films. On peut diviser la Belgique en deux grandes entités, définies par des caractéristiques culturelles et linguistiques précises :


    • au sud, la zone francophone, dite “Wallonie“, où les gens vivent en paix, s’ébattant dans les champs en profitant de la vie. La région est connue pour abriter des villes comme Namur ou Liège, riches en patrimoine historique et naturel que l’amateur saura apprécier, ou encore Charleroi, où le promeneur peut parfois trouver moment pour se laisser aller à quelques flâneries Passage de la Bourse. Il fait bien évidemment toujours beau là-bas, au point que même les décors de “Plus Belle la Vie” semblent bien ternes à côté.




    • au nord, la zone néerlandophone, dite “Mordor“, où la population parle un dialecte proche de l’orc. Verbazingwekkende, ai-je envie de dire. Vous pouvez y trouver des cités comme Anvers (ou Antwerpen), Kaprijke (si vous prononcez trois fois le nom de cette commune devant une glace – ce qui est fort difficile en soi – un démon apparaît pour prendre votre âme) ou encore des cités au patrimoine original et audacieux, comme par exemple Louvain (Leuven) et son hôtel de ville dominé par l’oeil de Sauron qui regarde toujours en direction de Bruxelles.


    Cela n’a rien d’étonnant : rappelons que Bruxelles est une enclave bilingue au coeur de la zone néerlandophone, et que l’on peut comprendre le seigneur des ténèbres néerlandaises surveille de très près la chose. Ainsi, si vous vous parlez français sans autorisation dans certains coins, vous verrez une lumière flamboyante en direction de l’est et entendrez une voix désincarnée vous hurler : “Opgelet gespuis !”. Après ça, même si vous n’avez rien pigé, vous y réfléchirez à deux fois avant de vous exprimer dans la langue de Molière n’importe où surtout en sachant que, pour rappel, le cri qui tue a été inventé à Bruges (ou “Brugge”) en 1423 par un Flamand faisant coucou à un autre, un touriste français passant entre les deux au mauvais moment. Nul ne sait d’ailleurs comment le bougre avait pu s’y rendre, à moins bien sûr qu’il n’ait eu accès aux célèbres instructions utilisées quelques siècles plus tard par Monsieur Peter Pan, soucieux de se rendre dans le pays magique – mais belge – de Herve, “deuxième étoile à droite puis tout droit jusqu’au matin“. Rappelons que la tentative de Monsieur Pan s’était achevée dramatiquement puisque, alors qu’il était allé chercher la famille Darling à Londres en 1940 pour les emmener en volant jusqu’au coeur de la Belgique, il fut pris sous le feu d’une batterie anti-aérienne française près de Dunkerque qui, après avoir sérieusement blessé John et Wendy, déclencha un feu dans le pyjama de Michael obligeant l’enfant à tenter un atterrissage de fortune du côté de Bray-Dunes. Les militaires récupérèrent les restes dispersés de cet OVNI organique sur la plage locale avant de tout boucler du côté de Maubeuge, la zone 51 française. Après ça, Peter Pan ne fut plus jamais le même.
    Mais, revenons au sujet : le climat du pays est relativement tempéré, sauf lorsqu’il s’agit de créer un gouvernement.
    Par contre la mairie de Louvain a une grosse facture de fioul pour alimenter l'oeil de flammes. Une fois ils ont bien essayé de remplacer le tout par du gaz naturel, mais il est devenu tout bleu et il n'insultait plus que les gens jetant des papiers par terre. Ça faisait tout de suite moins sérieux.

    Histoire

    La Belgique a une histoire riche et complexe qui sied à merveille aux paysages enchanteurs de ce pays étrange ; aujourd’hui encore, son patrimoine porte à la fois les stigmates et les ors du glorieux passé qui l’a conduit jusqu’à sa situation actuelle.
    En effet, la Belgique est un pays ancien : dès la préhistoire, le territoire est occupé, comme l’attestent les traces relevées dans diverses grottes du pays, où les peuplades primitives se plaisaient à raconter leurs dernières aventures au travers de dessins peints à même la roche : dès ses origines, la contrée se présente comme le véritable berceau de la BD, même si, déjà, personne n’est sûr de savoir s’il faut garder Groumph Geluck, dessinateur de divers tigres à dents de sabre faisant des calembours souvent indéfinissables, prouvant ainsi que la Belgique est bien aussi le berceau d’un humour étrange. Cependant, l’antiquité se montre rude avec le fier peuple Belge, Jules César décidant de venir ravager la région à grands coups de légionnaires, faisant ainsi fuir tant une partie du peuple que la plupart des troupeaux soucieux de rester chastes. Il s’arrête naturellement au niveau des Flandres, effrayé par les locaux, et entame un repli stratégique jusqu’à Reims, qu’il fait capitale de la Gaule Belgique. La ville sentant le vieux piège décide cependant par la suite de tenter de devenir capitale de la Champagne plutôt que de la Belgique antique, tant le commerce de la célèbre boisson a un tantinet plus de panache que le trafic de moules à la sauvette. Les Belges se souviendront longtemps de cette trahison, et en 1914, laisseront passer juste assez d’Allemands pour qu’ils aillent coller une ou deux cartouche sur la cathédrale de la cité des sacres, histoire de.
    Au moyen-âge, la Belgique se construit doucement, au rythme des diverses invasions qui rythment son quotidien : en ces temps joyeux où l’on s’échangeait la peste noire entre deux bises (avant la découverte du cacao et du chocolat, on offrait des bubons à l’être aimé, la Saint-Valentin était un peu moins bien vue), plusieurs armées francophones tentèrent déjà à l’époque d’aller calmer les flamands qui agressaient les oreilles des honnêtes gens, mais les choses tournèrent en général assez mal : qui ne se souvient pas de la bataille de Courtrai de 1302, durant laquelle les chevaliers français découvrirent que le cheval était un animal aquatique d’une qualité relativement contestable une fois envoyé dans des marécages, avant de s’apercevoir que le Flamand grognon équipé d’un couteau était lui fort vif dans son labeur d’homme de guerre, marais ou pas ? Pas vous ? C’est un peu scandaleux, que faisiez-vous en cours d’histoire ? Vous discutiez avec votre voisin, hein, avouez brigands ? Je suis scandalisé. Bon, enfin rassurez-vous : si vous voulez la fin de l’histoire, Philippe le Bel revint tabasser tout le monde en 1304, parce que bon, hein, on ne la fait pas à un roi capable de coller des mandales dans la gueule du Pape d’une main tout en faisant du méchoui de templier de l’autre, non mais ho. Heb je het ?
    Par la suite, la Belgique ira de mains en mains : elle passera entre celle des Bourguignons, ces êtres vils (on ne le dira jamais assez), puis des Espagnols, laissant l’opportunité aux Belges de conquérir leur liberté durant l’heure de la sieste. L’Autriche, tentera aussi de s’en emparer, mais là encore, les Belges se soulèveront, du moins, tant qu’ils seront sobres. Tenteront encore leur chance les Pays-Bas, puis la France, puis le Congo, même si ce dernier cas est encore un peu flou, puisque si l’Histoire semble affirmer que c’est en fait le Congo qui aurait été conquis par la Belgique, une bonne partie de l’extrême-droite locale (connue, comme en France, pour son goût pour les études historiques de qualité) continue d’affirmer qu’il s’agirait en fait de l’inverse, et que cela se passerait en ce moment. Une lecture approfondie d’Hergé, célèbre historien belge, devrait pouvoir régler cette question (attention aux contrefaçons, tout de même).
    Dans la version originale, il était écrit "Li roukmoute", mais cela a été considéré comme raciste

    Au XXe siècle, bien sûr, et après une industrialisation à marche forcée, la Belgique se retrouve elle aussi plongée dans les tourments des conflits européens. L’état-major belge, qui avait un temps misé sur ses pouvoirs de pays légendaire introuvable pour le mécréant, réalise bien vite que son statut de monde parallèle ne le protégera lorsque sa communauté germanophone lui apprend que Guillaume II a pour conseiller un certain professeur Maximilen Arturo. L’armée de terre belge développe donc une doctrine révolutionnaire, dite “Doctrine Abitbol“, consistant à équiper ses troupes en accessoires classes dès 1914, l’ennemi ne pouvant résister psychologiquement à l’idée de se faire charger par des types habillés comme pour une soirée à l’opéra. Cependant, la Belgique réalisera bien vite que si le germain reste en effet largement perturbé par ce genre d’accessoire (des tests avaient été réalisés au préalable avec différents types de chapeaux sur les germanophones du pays), le servant de mitrailleuse, lui, n’a que faire de la mode et s’il s’y montre imperméable, il fait qu’autrui l’est beaucoup moins après quelques rafales bien senties. A l’époque, bien sûr, on ne connaissait pas les blogueuses modes, sinon nul doute que l’ennemi se serait replié en poussant de grands cris à la vue de tenues à paillettes.
    La seconde guerre mondiale marque un nouveau tournant dans l’histoire de la Belgique, qui, lassée de servir d’autoroute aux différents belligérants, développe une stratégie encore plus audacieuse que la désuète doctrine Abitbol : le développement massif de nids de poules afin d’empêcher qui que ce soit de circuler correctement dans le coin. Si la chose se montre relativement efficace en 1944, lorsque les Allemands se retrouvent à devoir attendre que les trous suffisamment gros pour y paumer leurs chars tigres soient bouchés par la neige pour tenter leur contre-offensive, près de soixante-dix ans plus tard, une bonne partie de la population avoue commencer à trouver tout cela un tantinet lourd. On soupçonne Feu Vert d’arroser les campagnes électorales belges pour s’assurer que la situation demeure, afin de pouvoir continuer à vendre des suspensions par palettes aux habitants du plat pays (qui du coup, a ainsi gagné un certain relief, d’une certaine manière).
    Par la suite, on entend guère plus parler de la Belgique, jusqu’au début du XXIe siècle, ou quelqu’un décide de relier le pays à internet. On note alors l’apparition massive de vidéos de Michel Daerden complètement cuit sur Youtube, obligeant à arracher tous les câbles (allant en direction de la deuxième étoile à droite puis tout droit jusqu’au matin, donc), le temps que ça se calme, avant de réessayer doucement.
    Population

    La Belgique est peuplée de Belges. Contrairement à ce que ce terme laisserait entendre à Isabelle Alonso, il s’agit bien de personnes des deux sexes qui se retrouvent là-dedans, les Belges n’emmerdant pas les Belges pour devenir des Belgeounettes. On distinguera donc les choses ainsi : il y a le Belge et la Belge.
    Le Belge est de taille moyenne, le cheveu fin et clair volant dans le vent balayant ses terres sous le ciel bas, et sur son visage, on peut lire toute la fierté de son peuple qui s’est soulevé tant et tant de fois, que ce soit face aux invasions ou aux soirées cuites, même si ces dernières les obligent plus aisément à se coucher. Le Belge aime son pays et sa terre, et ne rechigne pas à rappeler au voisin français que la doctrine Abibtol visant à faire du pays un pilier de classe au coeur de l’Europe a laissé quelques restes avec, par exemple, en lieu et place des “maires” pour désigner les élus à la tête d’une ville, des “bourgmestres“, ce qui en jette quand même un peu plus. Le Belge est parfois moqué en retour par son voisin, qui voit en lui un être lent à l’accent amusant dont les principaux hobbys se limiteraient à manger des moules-frites en lisant du Franquin, mais il n’a que faire des préjugés : il est bien au-dessus de tout cela.
    Parfois, le Belge rencontre la Belge ; il la reconnait aisément, car elle aussi, de taille moyenne, a le cheveu fin et clair volant dans le vent du soir ; il apprécie son sein lourd nourri au houblon et son sourire enjôleur qui s’affiche naturellement à chaque fois que ses yeux pétillent. Il prend sa douce main au creux de la sienne, et, la caressant d’un souple mouvement du pouce, il lui fait ressentir sa passion, son désir et son amour, avant de l’emmener au “Baudouin’s“, un restaurant gastronomique qui saura ravir ses papilles. Il lui raconte sa dernière virée à Dinant, lui conte l’histoire du cheval Bayard et quelques anecdotes qui le font rire sur ce bon vieux Charlemagne qu’il a apprises un soir qu’il était dans un café de Tournai. Elle rit discrètement, et ses joues se gonflent en rougissant d’un plaisir, lui, non-dissimulé. Au moment du dessert, il lui dit qu’il n’en peut plus de désir : elle lui répond alors “Ja ! Neem mij ! Onmiddellijk !” ; le Belge fait alors ce que tout homme fait dans ces cas là : un coup de chaise sur le museau, la donzelle dans le coffre de l’Audi, et direction le nord du pays pour aller balancer le plus vite possible la bagnole dans les eaux sombres de la mer du Nord (si un ami est présent, il peut éventuellement jeter une seconde bagnole par-dessus la première pour être sûr que la bête ne revienne pas).
    Après s’être lavé les oreilles, le Belge se retire en général dans un monastère, où il tente de se tourner vers Dieu pour se faire pardonner, mais bien vite, il découvre que la bière répond à bien plus de prières, et en abuse donc quelque peu. Ce comportement répandu, s’il est catastrophique pour la démographie du pays, n’en explique pas moins comment ce pays peut avoir autant d’abbayes trappistes et l’état déplorable de la mer du Nord.
    Politique

    La Belgique est une monarchie constitutionnelle : elle a un roi, actuellement Albert II, qui peut donc effectuer des trucs royaux comme faire du cheval, pointer son sceptre vers le ciel en invoquant le pouvoir du crâne ancestral pour impressionner les princesses en visite, voire le coller dans l’oeil de Sauron quand celui-ci lui parle mal (le roi est très tatillon sur le protocole, seigneur des ténèbres flamandes ou pas). Et pour compléter ce grand pouvoir, tout un système de chambres permet d’huiler cette belle mécanique. Ainsi, la chose fonctionne très simplement :


    1. Quelqu’un propose une idée pour améliorer la vie de tout le monde, comme par exemple, rendre obligatoire le giflage des gens confondant leur téléphone avec un haut-parleur qui fait un bruit de cigale en tentant de retranscrire un morceau chanté en réalité par un éléphant de mer.
    2. Quelqu’un écoute cette proposition. Il y a déjà un certain pourcentage de chances pour que ce quelqu’un ne comprenne pas votre langue parce qu’il vient d’une autre communauté, mais vous tentez quand même
    3. Si le quelqu’un a malgré tout compris votre idée et a fait de grands gestes pour approuver la chose avant de vous offrir de la verroterie, c’est gagné : il a compris ET approuvé (les deux ne vont pas forcément ensemble). Il n’y a plus qu’à rédiger un texte de loi à soumettre à la chambre des représentants !
    4. Hélas, vous avez rédigé votre texte dans une langue connue (quelle drôle d’idée), froissant la susceptibilité de ceux parlant l’autre : en sus de l’opposition politique simple, vous avez une opposition linguistique votre texte est donc rejeté.
    5. Vous revenez trois semaines plus tard avec des versions traduites dans les deux langues majoritaires : tout le monde lit la chose avec attention
    6. Un député germanophone insulte votre mère.
    7. Vous revenez deux semaines plus tard avec une version traduite en allemand en vous excusant d’avoir oublié cette communauté, ainsi qu’en affichant un air quelque peu bougon sur le visage, tant insulter les mamans, ça ne se fait pas.
    8. Quelqu’un fait remarquer qu’en fait, ceux qui écoutent le plus d’éléphants de mer sont les habitants des Flandres, et donc, que ce texte est discriminant et inégalitaire. Vous insinuez que c’est complètement con. Votre texte est à nouveau rejeté et vous avec, suite au poing que vous avez collé dans la margoulette du germanophone qui s’était précédemment illustré et avait rigolé au moment du vote.
    9. Vous plongez la tête dans un saladier de cocaïne pour oublier
    10. On vous en sort pour vous dire que si, en fait, il y a une solution, ce serait de diviser le pays en deux.
    11. Quelqu’un dit en trois. Tout le monde rigole, on se tape dans le dos, et on redit en deux.
    12. L’idée est soumise au roi pour la 17e fois en 4 jours, qui commence donc à profiter des deux doigts sur son sceptre pour faire des fourchettes à tous les visiteurs présents, tant il en a marre de ces conneries. Il décide d’écrire son prochain discours en klingon pour ne froisser personne.
    13. Les ophtalmos sont contents. Les fans de Star Trek aussi.
    14. Vous rentrez chez vous pleurer.
    15. Votre pharmacien fait un high-five à l’ophtalmo en espérant vous voir bientôt débarquer pour lui acheter son stock d’antidépresseurs


    QUI A PARLE D'OPTHALMO ? HEIN ? Ho heu merde heu... hem : "Opgelet gespuis !"


    Par contre, curieusement, et par une incroyable coïncidence, la Belgique a pris de très bonnes décisions face à la crise et contre les paradis fiscaux pendant qu’elle n’avait pas de gouvernement. De là à en tirer des conclusions sur le gouvernement français, je ne dis rien.
    Culture & Religion

    S’il est un produit à la fois culturel et religieux pour lequel la Belgique est réputée, c’est bien le Jean-Claude Van Damme. A la fois philosophe génial, mystique visionnaire et ninja psychopathe, c’est l’une des plus grandes célébrités du pays, et une légende planétaire qui continue de faire rêver les petits & les grands. Si certains, prétendant que c’est en autre ce gai personnage qui aurait contribué à faire passer les Belges pour des rigolos, il ne faut pas oublier qu’il a représenté avec brio dans des films qui ont marqué les esprits.
    En France, un peu jaloux, on a aussi tenté de créer un acteur biclassé philosophe en faisant bosser les meilleurs scientifiques du CNRS sur la question, mais on nos résultats, s’ils ont été probants, n’ont pas été aussi brillants que ceux du modèle.
    Mais on oublie trop souvent que la Belgique, ce n’est pas seulement le cinéma profond et la BD, c’est aussi la musique ; n’oublions jamais que Lara Fabian ou Lio sont aussi des envoyées du plat pays, probablement pour se venger des blagues belges, ou quelque chose du genre ; en tout cas, la convention de Genève est en train de se pencher sur la question, afin de savoir s’il serait légitime ou pas d’arrêter les combats d’artistes douteux, tant la contre-attaque française à base de films de Kad Merad et Dany Boon a choqué le monde libre, sans compter la tentative échouée de la France de refiler Johnny au plat pays.
    On en déduira que les Belges sont du genre rusés, un peu comme la fois où ils ont appelé une de leurs actrices “Cécile de France” pour nous la refiler. Dès que j’ai fini de rédiger mon courrier à Mélanie Laurent pour qu’elle accepte de porter le nom “de Belgique”, nous en reparlerons.
    Mais soit, le temps passe, et la conclusion approche, alors qu’il y aurait encore moult à dire sur ces êtres étranges d’outre-Lille.
    F.A.Q

    Je viens de tomber sur un livret informant qu’il faut tuer tous les Belges, que faire ?
    Les farfadets, licornes et autres dragons ont déjà disparu : protéger les Belges, c’est garder un peu de magie au sein de notre monde. Franchement, pourquoi protéger les pandas plutôt que les Belges ? Je veux dire : avez-vous déjà vu un panda faire de la bonne bière ? Ces animaux sont consternants. Ah, ça par contre, pour faire du thé à base de vieux étrons, il y a du monde, mais dès qu’il s’agit de faire parler le houblon, il n’y a plus personne.
    Ho, et faites attention, vous m’avez l’air un peu influençable, évitez de tomber sur Mein Kampf, ça risque d’être mal vu.
    Est-ce vrai que les Belges sont bêtes ?
    Ils viennent sur ce blog : c’est déjà inquiétant en soi.
    Puis-je raconter des blagues belges à un Belge ?
    Oui, à condition de les raconter lentement. Et de savoir comment sortir du coffre d’une Audi immergée.
    Je voulais savoir : à votre avis, qui de René Magritte ou de Virginie Effira représente le mieux la Belgique ?
    Demandez à de jeunes gens ce qu’ils en pensent. Si l’un d’entre eux connait Magritte, c’est probablement une créature polymorphe issue de la zone 51 de Maubeuge en pleine cavale : tasez à vue.
    D’accord, mais si Magritte et Effira se battaient à mains nues, qui gagnerait ?
    Magritte. Parce qu’il peut gruger en disant à l’arbitre “Ceci n’est pas un flingue” (Magritte était une sorte de jedi belge, jeune lecteur étourdi)
    De tous les peuples de Gaule, sont-ce les Belges les plus braves ?
    Ils vivent avec des Flamands : tout est dit.
    Amis Belges, voilà pour vous ; maintenant, je ne veux plus entendre pleurer sur de soi-disant préjugés, non mais. Avec vos conneries, il va aussi falloir que je m’occupe des québécois à l’occasion : je ne vous félicite pas, garnements.
    ___________________________________________
    Le professeur Kirke regarda l’homme en face de lui achever de charger sa remorque, des gouttes de sueur tombant partout autour de lui sur les graviers de la cour du manoir alors qu’il semblait peiner à achever sa tâche. Finalement, il fit claquer une ultime lanière sur son chargement, et s’en retourna vers le vieil enseignant en tirant de sa poche un portefeuille dont dépassaient quelques billets.
    Voilà professeur… bon, qu’est-ce que je vous dois ? - 17 000 livres. Et pour ce prix là, je vous laisse l’armoire.” Tendant la main, Kirke vit une pluie de billets y atterrir, et il les compta l’un après l’autre tout en tirant sur sa pipe l’air tranquille ; finalement, et notant que le compte y était, il rangea le papier monnaie dans l’une des poches de sa robe de chambre, avant de raccompagner son client jusqu’à sa voiture. Une série de bruits sourds se fit entendre en provenance de la remorque, ainsi qu’un cri étouffé. Kirke tendit l’oreille en souriant.
    Ça doit être la drogue qui ne fait plus effet. - Comment vous avez fait votre coup ? - Fort simplement. J’ai mis ce qu’il fallait dans leur petit-déjeuner, et un peu de LSD appliqué sur le fond de l’armoire : une fois qu’ils ont les veines prêtes à péter, ils y vont attirés comme sur du miel, avec de grosses hallucinations en prime. Ils croient y voir un pays imaginaire… enfin je crois, vous savez comme sont les enfants. Il n’y a plus qu’à fermer derrière eux et à passer une annonce sur le bon coin. - Oui, je commence à connaître. Bon, excusez-moi professeur, mais j’ai de la route à faire si je veux attraper le ferry. - Je vous en prie, faites.“ Le type s’engouffra dans la voiture et démarra doucement, entraînant avec lui la remorque portant l’armoire du professeur jusqu’à ce que le véhicule disparaisse enfin au coin de la grille du manoir, quelques légers bruits sourds provenant de l’intérieur du meuble pouvant encore être entendus pour qui avait l’oreille. Le professeur resta encore quelques instants à profiter de l’air frais la pipe en bouche, puis remonta l’escalier de marbre menant à sa large demeure en tapotant sur sa poche de billets mal acquis.
    Ah, ce Marc Fromhole. Quel bon client
    Dit-il en ricanant.
    Dernière modification par Chalindra Pharn ; 05/06/2012 à 16h00.

  13. #13
    Date d'inscription
    June 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 004
    Citation Envoyé par Sanctifer Voir le message
    Le genre de situation qui, si tu écoutes les médias, n'arrive jamais en wallonie ou à bruxelles hein, "les francophones n'ont pas de problème avec les flamands"
    Mon cul oui.
    Ben à force de s'en prendre plein la figure depuis 2 ou 3 ans on commence à en avoir marre . Mon petit cousin joue dans un club de foot francophone de division 3 et dans certains coins de Flandre son équipe se fait copieusement insulter sur son côté wallon. Et personne à Tubize n'a oublié l'épisode du "les wallons c'est du caca" chanté par les supporteurs de Genk avec l'arbitre qui avait subitement des bouchons dans les oreilles.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  14. #14
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Bruxelles/Brussel
    Messages 
    903
    Oh allez, si une équipe flamande insulte une équipe wallonne, c'est pas "plus" un problème que quand les supporters d'une équipe du Hainaut insultent ceux d'une équipe de Liège je trouve...
    Je dis pas que c'est bien, je dis que c'est moins significatif que ce qu'on veut bien le dire.

    Et puis on est tous d'accord visiblement, c'est surtout un problème de politiciens...
    et de Bruxellois, un peu, quand-même.
    Que les Flamands se radicalisent, au fond les Wallons n'en subiront pas grand chose, la Flandre va pas lever une armée pour conquérir la Wallonie et imposer le néerlandais à tout le monde. Et la plupart des Flamands francophones, au fond, le vivent pas si mal et ne se sentent pas wallons non plus.
    Je ne dis pas que l'attitude de la région/communauté flamande à l'égard des langues minoritaires sur son territoire est une bonne politique, attention, je suis même révolté par la plupart de leurs décisions ou idées.

    En fait, un des noeuds du problème, c'est que la Flandre considère que "ce qui ne parle pas néerlandais est étranger/immigré/équivalent et doit donc s'intégrer" (ce qui est la politique de la plupart des pays d'europe envers les migrants, faut bien être honnête) mais que la plupart des francophones considèrent que "mais on est belges on n'est pas des étrangers ici". Je crois vraiment que c'est de là que vient le clash...


    (PS : j'adore l'odieux connard ! J'avais jamais lu son papier sur la Belgique \o/ Merci)
    Dernière modification par Sanctifer ; 06/06/2012 à 09h34.
    « Regarde moi ces émincés d'oignons, je voudrais tous les enfiler sur une corde pour m'en faire une parure ! »

    ಠ_ಠ

  15. #15
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages 
    4 624
    "ce qui ne parle pas néerlandais est étranger/immigré/équivalent et doit donc s'intégrer"
    Si le Flamand était la seule langue admise du pays, ouais je serais d'accord mais le Français à autant droit d'être employé que le Néerlandais.

  16. #16
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Bruxelles/Brussel
    Messages 
    903
    Sauf que la Belgique n'est pas un pays bilingue, elle est composée de territoires différents, unilingues ou bilingues, et ces territoires sont distincts de "la Belgique" et ça, c'est un fait, quoi qu'on en dise.

    Tu peux le déplorer ou pas, selon tes convictions, mais le néerlandais est la seule langue de la Flandre.
    A moins d'aller prendre le pouvoir en Flandre et d'unifier la Belgique par la force pour imposer ton point de vue, ça ne changera jamais.
    De la même façon, le français est la seule langue de la Wallonie, en dehors de l'allemand sur le territoire des communes de la communauté germanophone uniquement.
    Bref, la Wallonie est unilingue, qu'on aille pas reprocher à la Flandre de l'être. On peut tout lui reprocher, surtout ses comportements "d'extrême droite" et super radicaux au point de vue de la culture, mais ça, bin pas vraiment.

    J'essaye pas de dire que y a pas de problème, mais des arguments comme "on peut quand-même parler le français partout en Belgique didju", c'est plus valable depuis les années 60...
    « Regarde moi ces émincés d'oignons, je voudrais tous les enfiler sur une corde pour m'en faire une parure ! »

    ಠ_ಠ

  17. #17
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages 
    4 624
    Alors à quoi bon avoir la Belgique ? Elle n'existe plus.

    On est Belge avec d'être Wallon, Flamand ou Bruxellois. Continuer à donner des pouvoirs aux régions, c'est une grosse connerie.

  18. #18
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Bruxelles/Brussel
    Messages 
    903
    Je ne sais pas si c'est une connerie, mais c'est la tendance actuelle...
    Le vrai problème, je crois, c'est d'avoir créé ce système super compliqué de régions et de communautés, alors qu'on aurait pu juste créer 4 entités distinctes basées sur un territoire, avec autonomie constitutive et basta.
    (parce que si on doit séparer le territoire national, dans l'état actuel des choses, c'est impossible)

    Ensuite, dire "à quoi bon la Belgique" juste parce que tu ne peux pas aller à l'hôtel de ville d'Anvers et exiger qu'on te donne tout en français, je ne comprends pas trop l'argument...
    Si tu veux dire qu'on ne facilite pas le mouvement de la population d'une région à l'autre, d'accord, là je comprends.
    Mais si déjà les habitants des différentes régions connaissaient l'autre langue nationale (surtout ceux qui parlent souvent de ce principe de "langue nationale" pour dire que ça signifie le droit de pratiquer la leur sur l'ensemble du territoire national), ça aussi ça faciliterait les déplacements de population.

    Je suis francophone hein, et j'ai très péniblement appris le néerlandais (pas seulement parce que je suis pas doué, mais bien parce que j'avais quasi aucune occasion de le pratiquer), alors je suis un peu en train de me faire l'avocat du diable, mais si l'enseignement des langues était d'un bon niveau, la barrière de la langue n'existerait pas ou presque pas (en gros, que la Flandre revendique son unilinguisme de façon virulente ne serait pratiquement pas un problème si tout le monde avait de bonnes bases dans ladite langue).
    Aussi, les médias belges francophones sont souvent les derniers à parler de la Flandre, sauf quand c'est pour montrer à quel point Bart de Wever est méchant. Un peu d'intérêt de leur part envers la vie culturelle ou politique de l'autre moitié du territoire serait déjà un bon début, et ça, c'est pas des personnalités politiques que ça doit venir. C'est quand même sidérant que les Wallons peuvent te donner le nom du nouveau président du pays d'à côté parce qu'on te matraque avec ça dans les médias, mais que presque personne ne connaît le nom du chef du gouvernement flamand.

    Et c'est pareil en Flandre, plus ou moins, les médias néerlandophones parlent de la Wallonie quand il y a une nouvelle affaire à Charleroi, à part ça...
    Dernière modification par Sanctifer ; 06/06/2012 à 13h07.
    « Regarde moi ces émincés d'oignons, je voudrais tous les enfiler sur une corde pour m'en faire une parure ! »

    ಠ_ಠ

  19. #19
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages 
    4 624
    Je serais bien incapable de te citer le chef du gouvernement Wallon.

    Encore une grosse connerie, pourquoi avoir trois parlements et gouvernement dans un si petit pays. Un seul est déjà bien suffisant.

    Pour le bilinguisme, je veux bien admettre que les wallons sont à la traine... Mais c'est de la faute de la mauvaise politique d'enseignement. Sur mes 14 années d'écoles, j'ai eu deux ans de néerlandais... même pas du flamand en plus

    Par contre, aller jusqu'à interdire le double affichage... Même dans les lieux touristiques, ben c'est se foutre de notre gueule. Le seul but c'est bien d'essayer de garder les Wallons en Wallonie. Ca fait une plombe que je ne dépense plus mes sous dans les magasins dont le marchand ne me reçoit pas en Français... Je parle pas d'un français parfait mais au moins essayer de faire de effort. Pas te regarder de haut en faisant semblant de pas t'entendre.

    Ensuite pour les documents officiels, je suis pas d'accord. Du moment qu'on prévienne à l'avance, on devrait pouvoir avoir les documents dans la langue nationale qu'on veut.

    Tout ce qu'on fait maintenant, c'est renforcer le communautarisme, exacerber les différences pour pouvoir détruire le pays dans une vingtaine d'années. Plus on donne du pouvoir aux régions sois-disant pour apaiser les tensions, plus c'est le foutoir !

    'fin bon, on est d'accord sur beaucoup de points et je sais que tu as raison sur les faits. Je ne fais que dire ce que je souhaiterais

  20. #20
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Bruxelles/Brussel
    Messages 
    903
    Citation Envoyé par Chalindra Pharn Voir le message
    Je serais bien incapable de te citer le chef du gouvernement Wallon.

    Encore une grosse connerie, pourquoi avoir trois parlements et gouvernement dans un si petit pays. Un seul est déjà bien suffisant.

    Pour le bilinguisme, je veux bien admettre que les wallons sont à la traine... Mais c'est de la faute de la mauvaise politique d'enseignement. Sur mes 14 années d'écoles, j'ai eu deux ans de néerlandais... même pas du flamand en plus

    Par contre, aller jusqu'à interdire le double affichage... Même dans les lieux touristiques, ben c'est se foutre de notre gueule. Le seul but c'est bien d'essayer de garder les Wallons en Wallonie. Ca fait une plombe que je ne dépense plus mes sous dans les magasins dont le marchand ne me reçoit pas en Français... Je parle pas d'un français parfait mais au moins essayer de faire de effort. Pas te regarder de haut en faisant semblant de pas t'entendre.

    Ensuite pour les documents officiels, je suis pas d'accord. Du moment qu'on prévienne à l'avance, on devrait pouvoir avoir les documents dans la langue nationale qu'on veut.

    Tout ce qu'on fait maintenant, c'est renforcer le communautarisme, exacerber les différences pour pouvoir détruire le pays dans une vingtaine d'années. Plus on donne du pouvoir aux régions sois-disant pour apaiser les tensions, plus c'est le foutoir !

    'fin bon, on est d'accord sur beaucoup de points et je sais que tu as raison sur les faits. Je ne fais que dire ce que je souhaiterais

    Ouais pas de problème, moi aussi je trouverais ça cool, mais dommage, je suis né trop tard et les gens qui ont géré les problèmes y a 50 (100?) ans ont pris des décisions malheureusement irréversibles...

    Aussi, ne pas pouvoir citer le chef du gouvernement wallon (pour info et si ça n'a pas changé, c'est Rudy Demotte, et si ça a changé entretemps, j'ai l'air bien con ), c'est quand même un manque d'intérêt assez flagrant pour la vie politique ou l'organisation administrative de son pays je trouve...

    Concernant le bilinguisme, je n'ai pas dit que les wallons étaient à la traîne. La "nouvelle génération" de flandre ne parle pas mieux le français que la plupart des francophones ne parlent le néerlandais.
    Même si c'est en partie la faute de l'enseignement (et donc des Communautés, qui sont quand même responsables de cet enseignement), c'est surtout à cause d'une indifférence presque totale pour ce qui se passe au delà de la frontière linguistique (quel horrible mot, oui), tant d'un côté que de l'autre...
    Les Flamands qui parlent le français un peu mieux, ça vient seulement du fait qu'ils parlent les autres langues plus facilement ! Pourquoi ? Parce que la plupart des oeuvres culturelles (les films quoi !) ne sont pas doublées mais sous-titrées, un truc qui n'existe pas du tout en francophonie et c'est bien dommage, parce que c'est la base, mais soit, c'est un détail.
    (ensuite, le flamand en tant que langue, ça n'existe pas plus que le wallon, faut arrêter avec ce mythe que le néerlandais est une langue qui n'existe pas. Les dialectes existent, et oui ils sont parfois extrêmement différents et difficiles à comprendre, mais ce ne sont que des langages parlés dans la vie de tous les jours, un peu comme les patois de wallonie, sauf que les dialectes flamands n'ont pas tendance à disparaître au détriment de la langue unifiée, allez savoir pourquoi. Bref, on n'apprend pas le flamand à l'école, parce que ça ne veut rien dire, ce serait comme apprendre "le belge")

    Le double affichage interdit et ce genre de chose, je te rejoins à 100% et rien ne peut justifier ce genre de trucs (empêcher un commerçant d'utiliser les langues qu'il souhaite pour favoriser son commerce, c'est juste complètement con et limite fasciste)

    Et pour les documents officiels, je ne suis pas vraiment d'accord... Parce que ça suppose que l'employé communal (ou provincial, ou quoi que ce soit) en face de toi doive pouvoir te répondre dans ta langue. Ca veut dire que toutes les communes de Belgique (et tous les autres niveaux de pouvoir) doivent avoir des employés trilingues, pour pouvoir répondre aux demandes. Parce que oui, si tu sais demander en néerlandais ton document, je vois pas pourquoi tu ferais chier à le vouloir en français, à part pour pinailler
    Franchement, tu peux pas espérer de toutes les administrations communales qu'elles puissent répondre à de telles demandes, c'est juste impossible :/
    « Regarde moi ces émincés d'oignons, je voudrais tous les enfiler sur une corde pour m'en faire une parure ! »

    ಠ_ಠ

  21. #21
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages 
    4 624
    tu peux pas espérer de toutes les administrations communales qu'elles puissent répondre à de telles demandes, c'est juste impossible :/
    C'est vrai qu'au point de vue logistique, c'est excessif de ma part. Par contre, pour les régions limitrophes, ça devrait être possible. On demande bien aux policiers de Bruxelles d'apprendre le Néerlandais.

    (ensuite, le flamand en tant que langue, ça n'existe pas plus que le wallon, faut arrêter avec ce mythe que le néerlandais est une langue qui n'existe pas. Les dialectes existent, et oui ils sont parfois extrêmement différents et difficiles à comprendre, mais ce ne sont que des langages parlés dans la vie de tous les jours, un peu comme les patois de wallonie, sauf que les dialectes flamands n'ont pas tendance à disparaître au détriment de la langue unifiée, allez savoir pourquoi. Bref, on n'apprend pas le flamand à l'école, parce que ça ne veut rien dire, ce serait comme apprendre "le belge")
    Pareil, je suis d'accord. Je dis le Flamand mais c'est pas ce qui est enseigné à l'école. Le Flamand c'est un dialecte comme le Wallon. Par contre, je ne connais pas ce mythe du néerlandais qui n'existe pas ^_^'

    Aussi, ne pas pouvoir citer le chef du gouvernement wallon (pour info et si ça n'a pas changé, c'est Rudy Demotte, et si ça a changé entretemps, j'ai l'air bien con ), c'est quand même un manque d'intérêt assez flagrant pour la vie politique ou l'organisation administrative de son pays je trouve...
    C'est juste qu'il y a tellement d'élu qu'on finit par s'y perdre. Je m'en fiche un peu de qui dirige parce que de toute façon on se fait tondre de la même manière. Et puis j'ai plus la télé depuis passé 5 ans

  22. #22
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Bruxelles/Brussel
    Messages 
    903
    Citation Envoyé par Chalindra Pharn Voir le message
    C'est vrai qu'au point de vue logistique, c'est excessif de ma part. Par contre, pour les régions limitrophes, ça devrait être possible. On demande bien aux policiers de Bruxelles d'apprendre le Néerlandais.

    Pareil, je suis d'accord. Je dis le Flamand mais c'est pas ce qui est enseigné à l'école. Le Flamand c'est un dialecte comme le Wallon. Par contre, je ne connais pas ce mythe du néerlandais qui n'existe pas ^_^'

    C'est juste qu'il y a tellement d'élu qu'on finit par s'y perdre. Je m'en fiche un peu de qui dirige parce que de toute façon on se fait tondre de la même manière. Et puis j'ai plus la télé depuis passé 5 ans

    J'ai plus la télé non plus
    Mais si tu te fiches de qui est au pouvoir, que ce soit un premier ministre belge ou un ministre-président wallon, tu t'en fiches pareil non ?

    Et les policiers et agents communaux de Bruxelles doivent être bilingues oui, parce que c'est obligatoire et que la région est bilingue *en théorie*
    Pour les régions limitrophes, ça serait bien de les laisser bilingues oui. Mais dans la tête d'un Flamand moyen excité par les médias et les politiques, "bilingue" est juste un autre mot pour dire "francophone" quand ils ne parlent pas de Bruxelles (la belle hypocrisie), alors autoriser des communes de la noble Flandre à devenir officiellement "francophone", c'est juste inadmissible pour eux...

    (le mythe du "neerlandais qui n'existe pas" c'est ce mythe francophone comme quoi apprendre le neerlandais ne servirait à rien, parce que les flamands ne le parlent pas. ça m'énerve à chaque fois que j'entends ça... Oui les anversois parlent "anversois" entre eux, mais ils parlent neerlandais avec les limbourgeois ou les francophones ou les hollandais, c'est pas une fausse langue inutilisée comme certains francophones le prétendent. Mais bref.)
    « Regarde moi ces émincés d'oignons, je voudrais tous les enfiler sur une corde pour m'en faire une parure ! »

    ಠ_ಠ

  23. #23
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages 
    4 624
    (le mythe du "neerlandais qui n'existe pas" c'est ce mythe francophone comme quoi apprendre le neerlandais ne servirait à rien, parce que les flamands ne le parlent pas. ça m'énerve à chaque fois que j'entends ça... Oui les anversois parlent "anversois" entre eux, mais ils parlent neerlandais avec les limbourgeois ou les francophones ou les hollandais, c'est pas une fausse langue inutilisée comme certains francophones le prétendent. Mais bref.)
    Ha oui, je comprends mieux

    Mais si tu te fiches de qui est au pouvoir, que ce soit un premier ministre belge ou un ministre-président wallon, tu t'en fiches pareil non ?
    Non, je suis Belge. Quand je suis en Flandre, je suis aussi en Belgique. Et je ne veux pas que ça change. Je ne serais jamais un français, ni "juste" un wallon.

    Parce qu'on a beau dire, ce qui a derrière tout ce tapage, c'est la volonté de séparer la Belgique en deux pour créer autre chose et je pars du principe que je sais ce qu'on a pas, pas ce qu'on aura.

    Moi je suis pour une seule langue nationale. On oublie le français et le néerlandais et on se mets tous à l'anglais, le japonais ou le chinois

  24. #24
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Bruxelles/Brussel
    Messages 
    903
    Oh oui, tout le monde l'anglais, ce serait génial !
    « Regarde moi ces émincés d'oignons, je voudrais tous les enfiler sur une corde pour m'en faire une parure ! »

    ಠ_ಠ

  25. #25
    Date d'inscription
    June 2009
    Localisation
    Huy
    Messages 
    3 004
    Et dire que tout ça n'est parti que d'une comparaison entre Bart de Wever amaigri et Hitler.

    EDIT: Chal, le ministre-président wallon est Rudy Demotte.
    Dernière modification par Ugo ; 06/06/2012 à 18h49.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

Discussions similaires

  1. [TW2][AVIS] Quelles compétences choisissez-vous ?
    Par Taliesin dans le forum The Witcher 2 : Assassins of Kings
    Réponses: 3
    Dernier message: 26/06/2011, 11h24
  2. [TLR/Redemption] Quelles différences?
    Par Lennadan dans le forum Compagnons d'Amn : Les modules dit "PNJ"
    Réponses: 2
    Dernier message: 11/11/2010, 17h43
  3. [ACTU] La Belgique : LA scission ?
    Par Ugo dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 26
    Dernier message: 14/06/2010, 20h03
  4. Quelles différences entre les niveaux ?
    Par groslouis dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 17
    Dernier message: 16/07/2004, 15h04

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256