Affichage des résultats 1 à 15 sur 15

Discussion: [Société] Le jeu

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages
    5 276

    Lecture [Société] Le jeu

    Je me suis rendu compte récemment que les membres de ce forum ont des âges très divers. Je n'irai pas jusqu'à dire que cet éventail recouvre une plage de 7 à 77 ans, mais il y a quand même une sacrée disparité, plaisante au demeurant .
    Pourtant, ce qui nous réunit tous ici est... le jeu. Baldur's Gate, Dragon Age, The Witcher, Drakensang, sans oublier le légendaire Rp, ce forum existe principalement parce que nous JOUONS.

    Nous JOUONS donc. Pourtant, la société actuellement "dit" souvent que ce sont les enfants qui s'amusent, à qui on offre des jouets, avec lesquels on fait des parties de football, de cache-cache...
    Et pourtant, nous JOUONS. C'est clair qu'on a pas toujours le temps mais quand on met la main sur un truc qui nous éclate, ça, qu'est ce qu'on peut s'amuser !
    Il faut donc bien se rendre à l'évidence. L'adulte joue.

    Le jeu, une mise en acte qui semble inutile par excellence, paraît donc très important. Il nourrit ainsi de grandes interrogations :
    Pourquoi l'enfant joue-t-il ?
    L'adulte joue-t-il ? Si oui, est-ce différent de la manière de jouer de l'enfant ? En quoi ?
    Les jeux-vidéos sont-ils différents dans leur manière de nous proposer le jeu ?
    Qu'en pensez-vous ? Considérez-vous que vous jouez ? En éprouvez-vous de la honte ? De la fierté ? Un sentiment de normalité ?
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2009
    Localisation
    En ce moment, dans un lit
    Messages
    2 140

    Re : Le jeu

    Bonnes questions.

    Qui peuvent entrainer des réponses compliquées. Et oui, si quelqu'un a "honte" de jouer, au lieu de, je sais pas moi, trouver un boulot, faire ses devoirs ou commencer à envisager la possibilité d'interagir avec le gros tas de vaisselle qui se trouve derrière lui, pas dit qu'il vienne se confesser ici.

    Personnellement les seuls moments où je n'ai pas trouvé le temps de jouer dans ma vie ne sont pas très nombreux. J'avais trop de boulot je pense. Jouer entraine un prise de distance vis-à-vis du réel, comme l'humour ou l'art. D'ailleurs ces sujets se mélangent.

    Souvent cela constitue une fuite de la réalité, vers la "distraction" (éthymogiquement "se détourner de"). On préfère se tourner vers le jeu plutôt que de prendre à bras le corps ses problèmes. Soit parce qu'on ne sait pas comment s'y prendre, soit parce qu'on se dit que son plaisir passe avant.

    Oh la, ces questions vont dans tout les sens. Il faudrait savoir de quels jeux on parle. En société ? Sans société ?
    Et à quel rythme ? Celui d'un MMORPG ou d'une petite partie de cartes de temps en temps ?

  3. #3
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages
    5 276

    Lecture Re : Le jeu

    Citation Envoyé par Mr Sylvestre Voir le message
    Oh la, ces questions vont dans tout les sens. Il faudrait savoir de quels jeux on parle. En société ? Sans société ?
    Et à quel rythme ? Celui d'un MMORPG ou d'une petite partie de cartes de temps en temps ?
    On parle du jeu de façon générale. Tu peux donc l'aborder dans le sens que tu souhaites, à travers ce qui te paraît intéressant ou important .

    Pour répondre à la première question, à savoir pourquoi l'enfant joue...

    Les psychologues ont remarqué que c'est plutôt une nécessité pour l'enfant. Il a besoin de s'abstraire dans des considérations de ce type, à la fois pour découvrir ses potentialités (notamment quand il est petit, comme par exemple quand il doit faire des constructions avec des cubes et que ce n'est pas très évident avec ses petites menotes qui ne tiennent rien du tout ) mais aussi pour s'abstraire de la réalité, la rendre plus accessible pour lui en quelque sorte (les jeux symboliques quand il est plus grand : "on dirait que je serai la maîtresse").
    C'est aussi une manière de maîtriser l'angoisse, en mettant la réalité à sa portée là encore. Maîtriser l'angoisse en rendant les choses plus simples et plus compréhensibles...

    Tous ça, c'est pour l'enfant . Il n'y a que peu d'observations qui portent sur les adultes, et nous qui jouons, vous qui jouez, vous avez sûrement un avis, un ressenti, une observation sur la question. A mettre en parallèle avec la vision que vous avez du jeu de l'enfant peut être ?
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  4. #4
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages
    18 293

    Re : Le jeu

    Dans ma famille on est des inconditionnels des jeux de société, jeux de carte traditionnels en tête (mais aussi, selon les personnes et les âges, scrabble, trivial poursuit, risk, etc). On s'initie vers 6-7 ans et une fois qu'oàn a le virus, c'est pour un moment !

    En y réfléchissant, ce goût du jeu de société, c'est l'envie de gagner, c'est-à-dire d'élaborer une stratégie efficace (pour les jeux de cartes et certain jeux de société), le besoin d'activer ses neurones sur autre chose que les problèmes du quotidien ou du travail (pour la même raison finalement que certains font des sudoku ou des énigmes !). Avec en plus l'envie de se confronter au hasard, de faire du mieux qu'on peut avec le peu (ou le beaucoup) qu'on reçoit des dés ou des cartes. Et l'envie de faire mieux que les autres dans cette petite guerre (donc envie d'être valorisé... sachant que si on gagne c'est qu'on a été bon, alors que si on perd c'est qu'on n'a pas eu de bol...). On fait ça de façon ludique, hein, y'a jamais d'enjeu d'argent (bon, ok, mes parents ont déjà joué au tarot en comptant 1 centimes le point... ils perdaient parfois 3 ou 4 euros donc on peut pas parler d'enjeu).
    En-dehors de ces aspects (qui concernent enfants et adultes), le jeu (notamment de société) a un autre effet positif chez l'enfant : il apprend à perdre (s'il joue contre d'autres, ou à rater son coup s'il joue seul), à se dire que la prochaine fois il fera mieux, il apprend à affronter l'échec de façon plus détachée. Souvent il y a besoin d'accompagnement de l'adulte dans cet apprentissage, d'ailleurs, les premiers temps on est mauvais perdant ! Et si l'adulte qui accompagne est lui-même mauvais perdant, par contre, on perd cet effet.

    J'ai épousé un mec allergique aux jeux de société, ben ça me manque . Ca doit être pour ça que je compense en jouant sur ordi ou en RP, mais c'est pas pareil, l'aspect convivialité des jeux de société n'est plus là.
    Et du coup, ça m'apporte pas les mêmes choses. Ca reste un dérivatif aux soucis du quotidien, et j'avoue passer parfois en mode jeu quand j'en ai marre de corriger mes copies le soir, je procrastine un peu pour le coup. Le côté accrocheur n'est pas aussi fort qu'en jeu de société, même si ces derniers temps il m'arrive de jouer à BG plus que de raison au détriment de mon sommeil (pas moyen de rattraper le retard accumulé, j'arrive pas à me résoudre à me coucher tôt !). Il reste quand même le côté "élaboration de stratégie" et activation des neurones. Mais il manque l'aspect "concurrence".

    Bon, un post de blabla pour pas grand-chose... mais au moins j'ai tenté un truc

    Quand à ceux qui gaspillent tout leur argent au jeu, je peux rien en dire... On m'a seriné très tôt les dangers de ce genre de jeu, chez moi personne ne jouait au loto, plus tard en maths j'ai calculé l'espérance de gain... donc même si récemment j'aurais eu diablement besoin d'un bon gain au loto, j'ai jamais franchi le cap de jouer. Par contre je devine assez bien l'aspect "spirale infernale" que ça peut prendre.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  5. #5
    Date d'inscription
    June 2003
    Localisation
    Besançon
    Messages
    1 035

    Re : Le jeu

    Pourquoi l'enfant joue-t-il ?
    C'est un moyen pour lui de se construire, de se développer psychologiquement, d'explorer son environnement... et d'avoir du plaisir. C'est comme ça que je le ressentais en tout cas. Jouer = plaisir. Petit, mon principal jeu c'était les Lego. Je passais mon temps à créer, puis à imaginer des interactions, des histoires, entre mes différentes créations. Quelque part je me sentais vivre comme un adulte à ma façon.

    L'adulte joue-t-il ? Si oui, est-ce différent de la manière de jouer de l'enfant ? En quoi ?
    Si on a joué étant enfant, alors en tant qu'adulte on joue aussi, car on sait quel plaisir ça nous apporte. Mais on joue différent car on a justement évolué, notre cerveau a "grandi". On perçoit plus du tout les choses de la même façon, nous avons une réflexion qui est plus poussé. Ca ne veut pas dire pour autant qu'on perd son âme d'enfant, mais elle s'est modifiée.
    Surtout que le jeu se présente sur des manières multiples et variées : jeux de société, jeux vidéos, sport, activités manuelles, etc. Un adulte qui ne veut plus spécialement jouer à un jeu de société peut retrouver le plaisir de jouer dans le tennis ou le bowling.

    Les jeux-vidéos sont-ils différents dans leur manière de nous proposer le jeu ?
    Pour moi le jeu vidéo est un mode de jeu parmi d'autres. Il a peut-être l'avantage de permettre le jeu en solo, contrairement à beaucoup de jeux de société où le jeu en groupe domine.
    Le jeu vidéo nous raconte une histoire dont nous sommes le héros, on contrôle notre personnage afin de mener à bien cette histoire. Il y a juste l'aspect imagination en moins par apport à des jeux de rôle par exemple.

    Qu'en pensez-vous ? Considérez-vous que vous jouez ? En éprouvez-vous de la honte ? De la fierté ? Un sentiment de normalité ?
    Si je ne joue pas, je ne vois même pas où est le plaisir de vivre. J'ai toujours jouer et je ne m'en cache pas. Je n'ai pas de honte à jouer à des jeux vidéos ou même ressortir parfois mes vieux Lego. Le plus souvent c'est même entre amis que nous jouons, aussi bien à la console que d'aller faire un billard ou un bowling. Ca ressort même l'aspect de compétition pour savoir qui sera le meilleur.
    Le jeu c'est pour moi le meilleur moyen d'échapper au travail Combien de fois j'ai repoussé une dissertation à faire en trouvant prétexte à jouer, ou bien faire des pauses plus longues que la durée que j'ai travaillé
    Roads ? Where we're going, we don't need roads. ELB

  6. #6
    Date d'inscription
    April 2009
    Localisation
    En ce moment, dans un lit
    Messages
    2 140

    Re : [Société] Le jeu

    En faisant la vaisselle, je repensais au jeu et moi, et je me disais qu'en fait le jeu agissait chez moi comme une drogue. Quand j'arrivais dans un environnement nouveau qui me faisait peur, je préférais largement passer tout mon temps libre à jouer plutôt qu'à, je sais pas, faire ce que les autres doivent faire de leur temps libre, aller dans les bars, rencontrer d'autres gens, se faire des amis... vivre quoi.
    Passer mes soirées à jouer m'apparait juste infiniment plus rassurant. Et des fois, petits pas par petits pas, en trébuchant ou en biaisant, j'arrivais à lâcher un peu mon PC pour venir à la rencontre de mon prochain. Mais très très lentement et par à coup.
    Je sais pas, ça dépend vraiment de périodes de ma vie. Ca m'est arrivé d'arrêter complètement, mais pas souvent.

    Je sais qu'il y a des psys qui prennent en charge les accrocs du jeu... mais je me vois mal consulter un expert dans ce domaine. Ca n'a pas d'incidence destructrice (à proprement parler) sur ma vie.

    Je ne crois pas qu'on puisse incriminer le jeu en particulier. Quand je vois comment se comportent les aficionados de football, les fous de tuning ou les fans de mickael Jackson, je me dis que j'ai de la chance. Ca ne me coute quasiment rien et seuls deux abrutis congénitaux m'ont asticotés avec ça dans ma déjà passablement longue vie. Si on compare avec un fan de mickael jackson par exemple... et oui les gars, il est mort, va falloir vous y faire.

  7. #7
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages
    4 543

    Re : [Société] Le jeu

    aller dans les bars, rencontrer d'autres gens, se faire des amis... vivre quoi.
    Bon je vais le redire, allez dans des bars, c'est pas une vie et encore moins la vie

    Rester devant son écran, c'est aussi une façon de vie. Pas spécialement plus mauvaise que d'allers boire de l'alcool dans un lieu clos où on passe du bruit assourdissant qu'on voudrait nous faire croire que c'est de la musique.

    Il y a aussi une différence entre

    passer son temps libre à jouer

    passer tout son temps à jouer.

    Le premier cas, ce n'est qu'un passe temps comme un autre. Passer deux heures devant un jeu ou un film ou un bouquin, c'est du pareil au même. C'est qu'une question de gout.

    Dans le deuxième cas, ça a une influence néfaste sur la vie, au même titre que boire trop d'alcool ou passer son temps à fumer des joints.

  8. #8
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages
    2 100

    Re : [Société] Le jeu

    Post très long, je m'en excuse par avance


    En faisant la vaisselle, je repensais au jeu et moi, et je me disais qu'en fait le jeu agissait chez moi comme une drogue. Quand j'arrivais dans un environnement nouveau qui me faisait peur, je préférais largement passer tout mon temps libre à jouer plutôt qu'à, je sais pas, faire ce que les autres doivent faire de leur temps libre, aller dans les bars, rencontrer d'autres gens, se faire des amis... vivre quoi.
    c'est ta définition de ce qu'est vivre, et du "doivent faire". Pour moi, vivre ça n'est pas ça. Pour moi la seule chose avec laquelle le jeu peut entrer en concurrence, c'est un livre, ou mes marottes. Pourquoi ça ? Parce que le reste (vie sociale, voyage, travail, sortie, etc..) est organisé à l'avance. Donc il vient se défalquer de mon temps libre.Mon temps libre est à la base l'ensemble du temps, à l'exception de toutes les activités organisées (le travail, les sorties les voyages, les gens à voir etc.).
    Le reste du temps, je pratique mes activités de loisir, dont le jeu fait partie.


    Pour moi le jeu d'enfant est une base formidable d'imagination. Le jeu "organisé" bride absolument l'imagination (jeu de société, jeu vidéo), car il impose un cadre très strict. Sauf le jeu de rôle qui est une sorte d'enclave de l'esprit d'imagination enfantine dans le monde de l'adulte. Cependant, il fait cette concession (et pas petite) au monde de l'adulte que tout n'est pas possible.

    Quand j'étais petit, ce que je n'aimais pas avec les legos, c'est que si on décidait que le dragon mourrait tué par le chevalier, cela se passait comme ça. Il n'y avait pas de protagoniste, tout était possible. Donc j'ai commencé à jouer avec des dés pour encadrer ça. C'était la fin pour moi du jeu d'enfant.

    Pourquoi je joue ?
    la réponse est simple :
    Pour m'amuser.
    4 vecteurs (chez moi toujours)
    - La sensation de progression :
    Pour moi, le sentiment typique du RPG. Aimer "progresser", avoir de nouveaux talents, passer des niveaux, ramasser des objets plus puissants. C'est le sentiment typique de Diablo II, ou du passage de niveau dans BG, ou de l'apprentissage d'un nouveau sort. Ce sentiment est très dépendogène, et est le moteur de la plupart des RPG.

    - La sensation de maîtrise :
    Quelque chose qu'on peut retrouver dans un FPS (notamment en pvp), ou un jeu de voiture (ou un jeu de sport ? je sais pas je pratique pas). Exemple dans "Mount and blade" auquel je joue, le fait de courir et de parer toutes les attaques, d'arriver à tout minuter alors que c'est très difficile, ou d'enchaîner les virages. Sentiment de concentration extrême. C'est le moteur je trouve de la plupart des FPS (après une période d'apprentissage).

    - Le sentiment de satisfaction :
    C'est ce qu'on peut ressentir dans un jeu de combat (ou de Kombat, faudrait il dire ? , ou dans un FPS bien bourrin, ou dans GTA. C'est lorsqu'on ressent intérieurement un "beuuuhhhhhhhh! BOURRIN !!". C'est à dire après avoir vécu longtemps le sentiment de progression, et de tout massacrer/maîtriser. C'est jouer contre des joueurs sous équipés, et les buter très facilement, ou complètement vider la ville elfe noir, en attendant d'avoir fait toutes les quêtes avant d'être descendu dans les Tréfonds Obscurs, ou de massacrer tous les boss de fin très facilement. C'est le sentiment gros bill notamment. Présent dans tous les jeux...

    - Le sentiment de défi
    :
    C'est un sentiment proche de celui de maîtrise, mais qui est plus fort. C'est se retrouver dans une situation très ardue, et de se sentir galvanisé pour affronter cette épreuve. J'ai souvent l'impression que plus la maîtrise du joueur est importante, et plus le sentiment de défi est important quand une situation s'y prête. Pour un débutant, c'est plus un sentiment d'échec programmé ("je vais me prendre une branlée!") qu'un sentiment de défi !

    Dans un jeu reproductible classique, la répétition entraîne l'apparition des sentiments dans cet ordre
    Sentiment de défi/Sentiment de progression/Sentiment de maîtrise/Sentiment de satisfaction.

    Pour certains autres jeux, les sentiments peuvent être plus diverses, mais j'ai remarqué que c'était souvent lié. Je crois être surtout sensible au sentiment de progression, d'où mon affinité aux jeux de stratégie/gestion/rôle.
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  9. #9
    Smidge Invités

    Re : [Société] Le jeu

    Alors alors...

    Comme il a été évoqué plusieurs fois ci-dessus, l'enfant joue, pour plusieurs raisons, mais il joue. Ce qui est moins évident, c'est le jeu chez l'adulte. Par conséquent, je commencerai par poser la question dans l'autre sens, à savoir : "Pourquoi ne jouons-nous pas ?" (ou ne jouons-nous plus)

    En posant la question du pourquoi à ceux qui ne jouent plus, on entend plusieurs sons de cloche, genre "je n'ai plus le temps" (ie : "je n'ai plus envie de prendre le temps"), "ça ne m'amuse pas/plus", ou "c'est pour les enfants".

    La plupart du temps, cela s'accompagne d'une "honte" de s'afficher à jouer, que les prétextes précédents servent à couvrir.

    Le principal défaut décrié du jeu est qu'il n'est "pas productif". Jouer, c'est perdre son temps. Ca passe pendant l'enfance, puisqu'on a rien d'autre à y faire, mais devient quelque chose qu'il faut cacher dans le monde adulte. Les seuls "jeux" tolérés sont les pratiques sportives (puisque "rentables" sur le plan de la forme physide la "performance"), et - plus récemment à la mode - les jeux vidéos "à caractère intellectuels", au choix pour apprendre à faire la cuisine ou à booster son QI (merci Nitendo). J'ai le sentiment que les jeux de cartes (peut-être de part leur ancienneté) sont légèrement épargnés eux-aussi - classiques bien sûr hein, sûrement pas l'un de ces jeux diaboliques à collectionner).

    Et le reste ? Le reste, c'est le maaaaaaal ! Et plus le jeu est choronophage, plus c'est le mal absolu !


    L'un des rejets du jeu est donc la "honte", de "perdre son temps" (alors que "travailler est bien plus noble, n'est ce pas).

    Ce paradoxe est d'autant plus étrange que la télé, par exemple, est parfaitement entrée dans les moeurs et passer son temps libre à le regarder ne scandalise personne. Allez dire que vous pratiquer des jeux de sociétés (et sans l'excuse de vos enfants), ou pire : les jeux de rôles (et je ne parle même pas des jeux vidéos... quand ils ne sont pas de rôle eux-même !), vous aurez la plupart du temps un regard en coin légèrement inquiet, comme si vous aviez une grosse verrue sur le pif.

    Pourquoi un tel rejet ? Même si je n'ai aucune preuve de ce que j'avance autre que mon observation personnelle, j'ai quand même remarqué certaines choses. Jouer est un moment de détente, comme d'autres plus "acceptés", mais qui implique forcément un minimum de "participation". On ne peut pas jouer (à quoi que ce soit), et être passif. Regarder la télé, oui, mais jouer, non. Du coup, jouer représente un acte volontaire de dépenser son temps pour quelque chose "d'inutile" (d'un point de vue culturel et physique - dans l'opinion générale hein, ce n'est bien sûr pas la réalité), et donc assumer de pratiquer quelque chose sans finalité, comme lorsque nous étions enfants.
    Et comme toute personne qui "assume une différence"... bah, ça n'est pas bien vu.



    Le deuxième objet du rejet du jeu est "le désintéressement", une sorte de snobisme consistant à ne prôner que le "tout culturel", "l'utile à l'esprit". Cela dit, celui-là n'a pas le paradoxe de la télé (puisqu'il n'y - prétend - regarderqu'Arte). A lui, quand on avoue "jouer", on est très rapidement catalogué en adoscelescent atardé, immature, voire irresponsable. Font peut-être exception (pour les plus "ouverts") les jeux à consonnance historique, ou éventuellement reconnue comme nécessitant un haut potentiel intellectuel (échecs)... Pour le reste, c'est le mépris qui prône.





    Alors maintenant... revenons à la question directe : "pourquoi jouons-nous ?", du moins ceux qui le font.

    Je rejoins tout à fait le point de vue d'Inarius : "s'amsuser". Jouer pour s'amuser, axiome numéro 1.

    Je suis assez d'accord avec les 4 grandes lignes développées ci-dessus aussi, même si j'en trouve certaines trop similaires ("maîtrise" et "défi", et qu'il en manque d'autres), et surtout trop appliquées uniquement aux jeux vidéos.

    De mon point de vue, je dirais :

    - la progression : ça, c'est clair, notament dans les RPG, et plus particulièrement encore dans les MMO ou en rpg papier sur table. C'est d'ailleurs l'un des aspects les plus adictifs du jeu.

    - le défoulement : Beaucoup dans les jeux vidéos, mais pas que (le grosbill vient quand même à la base du jdr papier ). Le plaisir à bourinner quoi : le jeu comme exultoire. Un plaisir rapide, mais intense

    - la maîtrise / la stratégie : selon le type de jeu en fait. Maîtrise "réflexe", ou maîtrise "intellectuelle". Typique des jeux d'arcade pour premier et de stratégie pour le 2ème. Mais au final, le sentiment est le même. Se sentir maître de son environnement, qu'il soit physique ou mental.

    - la découverte (un point à ne pas négliger à mon avis). Découvrir un nouvel univers, de nouvelles règles du jeu, ou même simplement penser à autre chose... J'éprouve assez rarement ce sentiment, mais ça m'arrive de temps en temps. C'est le côté "éphémère" d'un jeu neuf

    - le partage : on l'oublie un peu trop avec les jeux vidéos, mais le plaisir de jouer à plusieurs à la même chose est un vecteur assez important. Combien de jeux prennent toutes leurs ampleurs quand on y joue à plusieurs. Le succès de la wii n'est plus à prouver, ni ceux des nombreux jeux de sociétés rapides "à plusieurs".


    A priori, je dirais que j'ai fait le tour


    Désolé du pavé !

  10. #10
    Date d'inscription
    April 2009
    Localisation
    En ce moment, dans un lit
    Messages
    2 140

    Re : [Société] Le jeu

    Euh ben non, t'excuses pas, j'ai tout lu

    Par contre, j'avoue que savoir "pourquoi je joue" ne m'intéresse pas plus que ça. C'est du temps perdu pour jouer

    Je suis un peu passé à côté de ton "second" argument.

    Le deuxième objet du rejet du jeu est "le désintéressement", une sorte de snobisme consistant à ne prôner que le "tout culturel", "l'utile à l'esprit". Cela dit, celui-là n'a pas le paradoxe de la télé (puisqu'il n'y - prétend - regarderqu'Arte). A lui, quand on avoue "jouer", on est très rapidement catalogué en adoscelescent atardé, immature, voire irresponsable. Font peut-être exception (pour les plus "ouverts") les jeux à consonnance historique, ou éventuellement reconnue comme nécessitant un haut potentiel intellectuel (échecs)... Pour le reste, c'est le mépris qui prône.
    Tu veux dire que de méchants snobs qui passent leurs soirées à regarder Arte t'ont déjà reproché de passer un temps immodéré sur ton pc à jouer à des jeux à la con (selon eux).

    Moi je regarde presque exclusivement Arte (et canal chez les gens qui l'ont), et quand je joue à des jeux à la con, au bout d'un moment je lâche. Par exemple le cas typique : neverwinter night. Pour moi ce jeu est l'archétype du jeu à la con. Il dure très très longtemps et n'est pas du tout fouillé d'un point de vue scénaristique. Je préfererais mille fois regarder arte ou me taper un film intello dans un cinéma d'arts et d'essai que de jouer à neverwinter nights, même si j'ai crû comprendre que le gameplay du 2 avait été un peu amélioré.

    J'aimerais bien qu'un jour sortent des jeux avec des scénarios un peu moins stupides, bon, pas aussi bien que Baldur's gate 1, mais un peu bien quoi. Faudrait qu'Arte se mette à produire des jeux video... ou HBO ou Showtime. Ca se serait génial
    Dernière modification par Mr Sylvestre ; 06/03/2011 à 15h36.

  11. #11
    Smidge Invités

    Re : [Société] Le jeu

    Citation Envoyé par Mr Sylvestre Voir le message
    Je suis un peu passé à côté de ton "second" argument.

    Tu veux dire que de méchants snobs qui passent leurs soirées à regarder Arte t'ont déjà reproché de passer un temps immodéré sur ton pc à jouer à des jeux à la con (selon eux).
    Je stéréotype bien sûr, mais c'est ça l'idée.
    (et regarder Arte était plutôt en condition nécessaire, pas suffisante )

  12. #12
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages
    2 100

    Re : [Société] Le jeu

    Le deuxième objet du rejet du jeu est "le désintéressement", une sorte de snobisme consistant à ne prôner que le "tout culturel", "l'utile à l'esprit".
    Surtout que faire de la culture POUR faire de la culture est très contreproductif, et que c'est (à mon sens) l'antithèse du fait de se cultiver. Si cela doit représenter un effort et non un plaisir cela ne peut rien produire. Je regarde presque exclusivement ARTE, mais ça n'est ni une torture, ni un faire valoir. Je fais ça parce que oui, moi ça m'éclate réellement la vie en Europe de l'est durant la deuxième partie de l'âge du fer, ou la sexualité des Phoques. Mais vraiment ! Et oui je regarde LCP à 23h, parce que les débats politiques sur des points pourris c'est un truc qui m'amuse. Se cultiver doit être inutile, car si c'est utile, c'est vain. En effet, maintenir un effort sur une si longue durée pour "se cultiver" est tellement difficile qu'il ne sert à rien de se mentir. Et puis on va commencer à hiérarchiser (prendre les truc qui pètent le plus en société). Et ça, c'est mal ! Si l'on n'aime pas ça, mieux vaut trouver autre chose.

    Ensuite pour les principes, Smidge, j'ai bien précisé qu'il s'agissait des miens, pas des principes en général. Effectivement de ce que je connais chez toi, le principe de "découverte" peut s'appliquer ! Mais pour moi il entre plus dans d'autres principes, ou alors n'est pas assez fort.
    Au sujet de la différence Maîtrise/défi...pour te donner une exemple...dans world of warcraft par exemple.

    Réussir C'thun même si on l'a déjà fait 3 fois, m'a fait ressentir un plaisir de maîtrise, parce que toutes les choses s'enchaînent, parce qu'on le maîtrise, même si c'est difficile. Quelqu'un qui joue Warcraft III, c'est de la maîtrise.

    S'organiser pour tenter de faire le baron en 45 minutes à 3, c'est un plaisir sur la base de défi. Dans le principe de défi, on est souvent à la limite du jeu, c'est "tiens on va faire ça". Pour moi ta "découverte" relève du "défi" souvent. Le principe de "défi" fait intervenir de l'inconnu, quelque chose qui me dépasse. GTA par exemple m'a souvent fait ressentir ce genre de plaisir (allez je monte à 5 étoiles, et ensuite j'essaye de survivre). Dans ce sentiment il y a aussi "l'épiquisme", c'est à dire le fait d'avoir le sentiment de vivre un truc énorme qui n'arrive pas tout le temps. Ressenti dans le MMO "Hyperiums" dans une immense bataille entre 2500 joueurs, ou dans certains events dans Wow.


    Enfin le partage : tout à fait d'accord avec toi, même si effectivement ça n'est plus quelque chose que je pratique.

    Ca n'est pas que je tente d'intellectualiser les types de motivation, j'essaye juste de classer différents types de plaisir comme je les ressens.


    Dernier paragraphe sur ce que tu dis sur les jeux Smidge. En fait le débat n'est pas sur le jeu...mais sur le rapport au temps (bien qu'il y ai en plus le jeu c'est vrai). Les gens vivent dans une course au temps permanente, et il est donc incongru de "perdre du temps". Donc passé un certain âge on se considère comme sérieux et donc "perdre du temps" est inutile. D'où ce que tu dis sur les jeux "utiles" (genre Nintendo, ou la Wii, ou les jeux sérieux-chiants). Lorsque je dis que je joue, j'ai le même genre de réaction que quand je dis que je suis en train de lire des trucs dont tout le monde se fout (du genre : Histoire de l'émergence de deux nations : Les Francs du VIIIème au XIème siècle).
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  13. #13
    Date d'inscription
    April 2009
    Localisation
    En ce moment, dans un lit
    Messages
    2 140

    Re : [Société] Le jeu

    Citation Envoyé par Inarius Voir le message
    Lorsque je dis que je joue, j'ai le même genre de réaction que quand je dis que je suis en train de lire des trucs dont tout le monde se fout (du genre : Histoire de l'émergence de deux nations : Les Francs du VIIIème au XIème siècle).
    Ah oui mais là c'est ton entourage qu'il faut changer Inarius, pas tes lectures. Je rêve souvent de vivre dans un grand quartier où j'aurais plein de voisins geeks comme moi. Des gens que ça dérangerait pas de sortir en pyjama à 2 heures de l'après-midi acheter du pain, ou parler de, je sais pas, des pages science du courrier international un dimanche au réveil, vers 17h00 pour le thé.

    Ca donnerait des scènes du genre "Hé, t'es reveillé ?
    _ attends, je mets la main dans le grille-pain et je te réponds
    _ dis, tu as vu que les anneaux de saturne étaient truffés de mini-satellites, et que certains avaient un mouvement hélicoïdal, nous permettant ainsi de mieux comprendre la formation du système solaire ?
    _ attends, attends, j'ai plus de thé au caramel"

    On pourrait construire un cinéma geek avec des maçons geeks et des projectionnistes geeks, alimenter tout ça avec des panneaux solaires geeks installés par des électriciens geeks, les douches on attendrait un plombier geek mais au début on pourrait s'en passer, un système de récupération d'eau de pluie, un ballon d'eau chaude peint en noir sur le toit, et hop un peu d'eau tiède (sauf en hiver, gla gla gla).

    Le truc c'est que pour financer ça il faudrait un millionnaire geek. Largo Winch, mais en moche et intelligent.

    Dites, vous faites quoi dans la vie ?

  14. #14
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages
    2 100

    Re : [Société] Le jeu

    Ah oui mais là c'est ton entourage qu'il faut changer Inarius, pas tes lectures
    Oui, sauf que ce genre de réaction provient souvent de l'entourage subi (famille proche ou au travail).

    sinon, il m'arrive oui de discuter des pages sciences de courrier international le dimanche matin puisque je les lis généralement le samedi soir ou le dimanche matin . Mais bon pas à 17h...

    Et avoir un entourage intelligent ça ne relève pas de la science fiction hein...

    Enfin, dans la vie j'ai un métier tout ça, et on ne peut plus sérieux et normal.
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  15. #15
    Date d'inscription
    April 2009
    Localisation
    En ce moment, dans un lit
    Messages
    2 140

    Re : [Société] Le jeu

    Citation Envoyé par Inarius Voir le message
    Oui, sauf que ce genre de réaction provient souvent de l'entourage subi (famille proche ou au travail).
    A vrai dire, je m'en doutais.

    C'est quoi un métier sérieux et normal ?

    Moi j'ai une formation atypique, aucun métier, et un entourage direct plutôt sympa, la plupart du temps. C'est-à-dire qu'appuyer sur le bouton 7 de leur télécommande ne leur fait pas peur. Quand j'y pense, je n'en demande pas plus à un être humain.

    Mais je sais qu'il y a autre chose ailleurs, il doit y avoir autre chose ailleurs.

Discussions similaires

  1. [Société] Préjugés sur les JDR
    Par Thanatos dans le forum Le Comptoir
    Réponses: 103
    Dernier message: 03/02/2011, 16h22
  2. [Société] Les vacances
    Par Smidge dans le forum Le Comptoir
    Réponses: 11
    Dernier message: 18/07/2010, 18h38
  3. [Société] Les travestis virtuels
    Par Umbre dans le forum Le Comptoir
    Réponses: 37
    Dernier message: 02/12/2009, 16h19
  4. [Société] Mariage
    Par kunu dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 36
    Dernier message: 23/12/2008, 16h54

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256