Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 60

Discussion: [Philo] De l'(in)utilité des mathématiques

  1. #1
    Smidge Invités

    Skull [Philo] De l'(in)utilité des mathématiques

    Ahh.... les mathématiques...

    *La*science exacte, par essence même. Indispensable pour tout, mais pourtant ô combien inutile.

    Outil de sélection dans la plupart des filières, mais n'ayant que si peu de débouchés concrets. Comment une telle discipline peut faire autant d'émule, sans pour autant ne servir à quasiment personne ? Incontestée, et pourtant si peu "rentable".

    Et vous ? Quel est votre ressenti par rapport aux maths ? Votre passé ? Votre présent... voire votre futur
    Traumatisé(e) à vie par votre vilain prof de maths ? Ou au contraire subjugué(e) par la beauté d'une logique disciplinée et imparable ?

    Et pour finir, que pensez-vous de la toute puissance de cette discipline dans le paysage scolaire, du collège aux grandes écoles ?

    A vos plûmes !

  2. #2
    Date d'inscription
    March 2007
    Localisation
    La Réunion
    Messages 
    169

    Up Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Pour ma part, les maths resteront mon premier amour. Je me souviens encore de mes cours de maths de la sixième jusqu'à la Terminale (j'ai fait S) : de Pythagore à Thalès, des probabilités aux intégrales, de la géométrie plane jusqu'aux trois dimensions!
    Je n'ai quasiment que des bons souvenirs de mes profs de maths (quand je me souviens d'eux, car bon, ça commence à faire loin, maintenant...).
    A croire que je me suis trompée de voie!!

    Franchement, je ne sais pas trop où nous serions aujourd'hui sans les maths : dans toute discipline scientifique, les mathématiques ont leur place. Que ce soit pour la physique quantique (bon, là, ça commence à me dépasser un peu), pour les outils économiques (ne me demandez pas d'en citer, ce n'est pas mon domaine), ou en médecine (avec les statistiques, nous permettant ainsi d'évaluer les résultats et s'ils sont significatifs, dans une étude scientifique), bref, les maths sont un outil bien pratique, parfois négligé!

    En une seule phrase : bossez les maths, les d'jeunz : les maths, c'est bien !

  3. #3
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages 
    4 413

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Citation Envoyé par Smidge Voir le message
    *La*science exacte, par essence même.
    Je m'insurge : les maths ne sont pas une science. C'est le langage dans lequel on parle quand on scientifise
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  4. #4
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages 
    4 669

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Comme la littérature peux éveiller un esprit et le façonner d'une certaine manière, les mathématiques et leur pratique poussées ont tendance à faire des gens, des personnes consciencieuses, attentives aux détails et perfectionnistes.

    C'est pour cela que certaines compagnies recherchent des matheux.

    Au delà de ça, comme l'art, la télé, le rp, les jeux vidéo... ça sert à rien, ça passe le temps. Je conçois très bien que des gens aiment résoudre des problèmes.

  5. #5
    Date d'inscription
    June 2003
    Localisation
    Besançon
    Messages 
    1 035

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Les maths et moi, c'est un mélange d'amour et de disputes.

    En primaire, je me débrouillais plus ou moins, j'étais bon en calculs mentaux, moins bon dans les problèmes à résoudre (et un peu trop rêveur aussi ).

    Au collège tout me semblait simple, mes notes très bonnes, bref j'adorais ça. Il m'est même venu à l'idée de devenir prof de maths !

    Arrivé en seconde... c'est quoi ces fonctions trucs, récurrence machins... ça devient tout de suite moins drôle et surtout on en voit pas l'utilité au début. Certes après ça vient pour des matières scientifiques comme la physique, mais peu utile dans la vie quotidienne. Ca ne m'a pas empêché de faire un bac S, et même d'avoir pris spécialité maths (argh, je le referai plus!).

    Au final, je ne veux plus être prof de maths, et j'aime toujours les chiffres qui sont un bel outil de communication. Faire des casses têtes mathématiques de temps en temps c'est sympa, mais je me contente déjà du minimum nécessaire Sinon j'ai oublié un beau paquet de formules en tout genre depuis longtemps... de toute façon si j'en ai besoin un jour, je les retrouverai bien dans un vieux classeur poussiéreux
    Roads ? Where we're going, we don't need roads. ELB

  6. #6
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 341

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    J'avais fait, moi aussi, un bac S spécialité maths. J'adorais résoudre les problèmes-énigmes, me complaire dans la rigueur imparable du vrai et du faux, dans l'abstraction, les jongleries intellectuelles, les certitudes, et quand on a commencé à prêcher le faux pour trouver le vrai (les imaginaires), la fascination était à son comble.

    J'aimais cela et j'étais douée. Et malgré cela, j'ai enchaîné sur une prépa littéraire. Dans les maths, tout était tellement... parfait... que c'en était tout simplement... suspect, comme un mensonge commode devant la complexité de ce monde. Du moins c'est comme cela que je le ressentais.

    Aujourd'hui que reste-t-il des intégrales, des linéaires, des exponentiels ? Des noms. J'ai tout oublié. Je n'en ai jamais eu besoin. Dans ma vie quotidienne, mes besoins mathématiques n'ont jamais dépassé les quatre opérations, les règles de trois, les pourcentages et éventuellement les fonctions affines. Bref, j'aurais pu m'arrêter en 3e.

    Les maths continuent de fasciner les élèves. Ils continuent de penser que le français ne sert à rien, alors que les maths, c'est grand, c'est intelligent, et ça écrase toutes les autres matières. Dans mon lycée, il y avait quatre classes de S pour une demi-L et une ES et demie. Combien d'entre eux deviendront des ingénieurs, pourtant ? Sans commentaires.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  7. #7
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages 
    5 276

    Magicien Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Les Maths et moi... Grande histoire d'amour et de haine...

    J'ai toujours été fascinée par les chiffres et ce qu'on était capable d'en faire. Déjà petite, quand j'ai pu entrevoir l'immensité de tout ce qu'on pouvait calculer avec, j'en ai été tout simplement abasourdie.
    Mais j'aimais tout étant petite. Je trouvais tout potentiellement intéressant, drôle, amusant... Que ce soit les langues, français compris, l'histoire, les sciences, les maths... Peu m'importait.

    Après le collège il y a eu la seconde. Au fil des années, je m'étais bien aperçue que j'étais un peu lente à la "comprenette" avec les chiffres. Pas bien grave jusqu'en troisième, ce petit "décalage" s'est amplifié avec la programme de mathématiques de secondes.
    Et là, ce fut tout simplement, la chute.

    Chute de la compréhension, et évidemment, chute des notes. Nan mais c'était quoi ces machins, dont je ne veux même plus me souvenir le nom, qui ne servaient à rien. J'avais l'impression que faire des maths à ce moment là, c'était faire un truc tellement abstrait que c'en était devenu insaisissable.

    En fait, j'étais dans une classe destinée exclusivement à la première S, et ma faiblesse m'a voué à l'abandon. Qu'a cela ne tienne, j'ai décidé que de toutes façons, puisque les maths ne voulaient pas de moi, je ne voulais pas d'eux non plus : j'ai embrayé sur une série Littéraire, que j'ai apprécié de bout en bout, pour les 8 heures de philo en terminale, pour le bonheur de la langue !
    Je n'ai pas laissé tomber les maths pour autant : je me suis imprégnée de mon programme de maths de première L, j'ai eu une super note au bac...

    Après un an de coupure en terminale, je m'y suis remise arrivée à l'université. Et finalement, c'était pas si mal ! J'ai appris de nouvelles choses, et je n'ai quasiment jamais eu (jusqu'à présent) à me servir d'autre chose que ces nouvelles connaissances en statistiques et mon programme de math jusqu'en première.

    Alors oui, les maths, il est évident que quand on fait une étude ou une expérience, on s'en sert. Mais c'est parfaitement accessible à quelqu'un qui n'est pas titulaire d'un bac scientifique.
    Oui, les maths pour les métiers à haute "valeur" scientifique, c'est bien aussi. Mais prétendre que tout ceux qui sont en S vont s'en servir toute leur vie est une grossière erreur...

    Bref, les maths, ça sert, mais pas à tous les degrés et pas tous les niveaux. Et c'est bien plus savoureux lorsque c'est appliqué à une notion, qu'elle soit complexe ou non.
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  8. #8
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages 
    2 101

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    AHHH ! Les maths !
    Que dire ?
    Une grande histoire !
    Il est vrai qu'on "mesure" un peu trop l'intelligence de quelqu'un uniquement à l'aune de sa réussite en maths. Les maths, érigées en dieu vivant de l'enseignement en France, peut être du fait d'une très grande tradition des sciences, et d'un certain besoin d'universel

    Pour moi, toujours beaucoup d'affinités aux maths, sauf peut être en terminale (désintérêt programme un peu pénible...). Il faut dire que j'ai tété dès mon plus jeune âge des cours "particulier" d'un futur prof de maths. Quelle ne fut pas la tête de ma prof de maths en 4ème lorsque je répondis à une équation x²= -1 par "n'a pas de solution dans R"
    Bref !

    Je crois que les maths ne sont que très rarement une fin en soi. Je suis d'accord avec Arkseth , c'est une langue, une façon de penser.
    Un peu comme la philosophie en fait, le fait de faire beaucoup de maths structure la pensée, structure la façon de voir le monde. Ils améliorent la structuration de la pensée, et la compréhension d'un problème.
    Par contre, il est vrai que c'est pas une science humaine...et que ça peut rapidement dévier en technocratie !
    Etant aujourd'hui contrôleur de gestion (en plus au service d'une université scientifique donc les gens comprennent ce qui se dit), j'applique très souvent des méthodes mathématiques dans mon travail, et c'est pour mon plus grand plaisir

    Bref, oui les maths sont inutiles, tout comme la lecture, le latin ou la philosophie.
    Et c'est pour ça que j'aime beaucoup les mathématiques !
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  9. #9
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 415

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Pour moi, les maths, ça remonte, maintenant... Mon Dieu... et heureusement.

    Je n'ai jamais eu de soucis en maths. Je ne trouvais pas ça compliqué, c'est vrai qu'il fallait être concentré et rigoureux (et soigneux, ce que je n'étais pas souvent ), mais je suivais les cours sans difficultés... Mais j'avais horreur de ça. Vraiment horreur. Comme quoi, l'un ne va pas forcément avec l'autre. Ma motivation n'a jamais déterminé mes résultats. En quatrième (belge, c'est à dire votre seconde), j'ai eu une jeune prof, première année d'enseignement, gentille mais piètre pédagogue, qui a pratiquement busé toute la classe. Résultat, personne ne voulait s'inscrire en "maths-sciences" (votre S, j'imagine, 7 heures de maths, 9 heures de sciences / semaine). La pauvre jeune femme a du coup fait du "porte à porte" pour convaincre les "meilleurs" éléments de persévérer. C'est clair que c'était une question de prestige, c'était la matière reine, notre école avait un pourcentage de réussite élevé aux examens en polytechnique, bref, on retrouvait une jolie pyramide des aptitudes en fonction des sections.
    A 15-16 ans on est facilement séduit par la flatterie et je me suis donc embarquée (avec 7 autres) pour mes deux dernières années en maths fortes, avec une prof qui respirait les maths, rêvait de maths, parlait math (et dont le mari était prof de maths), et je suis fatalement devenue sa bête noire. Parce que j'étais douée et que je détestais ça. Je n'en foutais pas une. Elle disait "préparez les exercices 1 à 4, et le 5 et le 6 si vous le voulez." Tout le monde allait jusqu'au 6. Deux zélés montaient au 8 (et se plantaient). Je ne dépassais jamais le 4. Non, mais faut pas déconner, quand même ! Elle m'a botté les fesses pendant deux ans sans jamais parvenir à extirper l'âne bâté en moi, qui regardait avec envie les étudiants de langues modernes qui avaient écopé du meilleur prof de français de l'école (tandis que vu notre caractère matheux, on nous avait refilé les profs de langues les plus pourris).
    Oh, j'ai raconté ma vie

    Tous mes condisciples ont filé vers les études d'ingénieur, ingénieur commercial, bio, maths, etc... J'ai pas fait ça
    Comme Ailyn, je n'ai plus ensuite étudié que les statistiques et les probabilités, et mes usages mathématiques sont semblables à ceux de Lothringen.
    Peut-être que finalement, je serai surtout heureuse d'être allée "si loin" lorsque mes enfants seront à leur tour à l'école et qu'ils sècheront sur une intégrale ou le volume d'un tore. Car voilà le vrai rôle des mathématiques ! La reproduction de générations en générations. N'est-ce pas un argument de vente imparable ?

    Avec le recul, honnêtement, je ne sais pas ce que ça m'a apporté. Sans doute une certaine rigueur de l'esprit, un certain entraînement mental. Je crois que c'est quand même une discipline "dure" qui vise à trier les élèves, souvent, plutôt qu'à leur enseigner quelque chose d'utile pour la suite. Alors que des cours d'économie, de science politique, de fonctionnement des institutions, de droit, seraient tellement plus intéressants, pour tous, à mon sens. Mais vous avez peut-être déjà ça dans vos systèmes français.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  10. #10
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages 
    5 276

    Magicien Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Citation Envoyé par Galathée Voir le message
    Je crois que c'est quand même une discipline "dure" qui vise à trier les élèves, souvent, plutôt qu'à leur enseigner quelque chose d'utile pour la suite. Alors que des cours d'économie, de science politique, de fonctionnement des institutions, de droit, seraient tellement plus intéressants, pour tous, à mon sens. Mais vous avez peut-être déjà ça dans vos systèmes français.
    C'est une discipline qui dans l'enseignement actuel est une façon de trier les élèves. , peu importe le pays j'ai l'impression. C'est vraiment naze, parce que beaucoup d'élèves s'en sortent sans problème sans jamais tirer une intégrale .

    En marge, je suis assez d'accord avec les cours que tu proposes comme ceux d'économie, de science politique, etc...
    Mais... On a pas vraiment ça dans le système français. Seuls ceux qui font un Bac Sciences Economiques font un peu de tout ça, et les littéraires ont la chance d'y toucher dans le cadre des matières histoire et géographie. Mais c'est tout. Alors que ça pourrait servir à tout le monde, peut importe sa série de bac, ses options...
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  11. #11
    Avatar de Zdwarf
    Zdwarf est déconnecté Banni
    Date d'inscription
    March 2008
    Messages 
    321

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Je m'étais dit un jour que cette sélection par les mathématiques venait du fait que cette matière ne fait appel qu'à l'esprit et la logique, contrairement aux matières littéraires où le niveau peut être influencé par la culture familiale, etc. Un façon de ne juger que le mérite indépendamment de l'origine.

    Personnellement, jusqu'en 1ère scientifique j'ai réussi à être dans les 11-12 de moyenne sans travailler (15-16 au collège) mais j'ai décroché en Terminale, ayant fait le choix de faire des études d'histoire, n'ayant jamais été très intéressé par cette matière, et la difficulté de la terminale ne me permettant plus de reposer sur mes acquis. Ça s'est traduit par 1-2 de moyenne toute l'année, et un petit 5 au bac, alors que je n'avais pas révisé, le stress sans doute...

  12. #12
    Date d'inscription
    March 2008
    Messages 
    921

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Les mathématiques sont LA matière de la logique. Cependant, c'est une matière essentiellement "abstraite" d'où sa mauvais réputation je suppose .

    Oui, c'est une matière sélective, mais attention au piège: ceux qui se pointent dans les grandes écoles scientifiques sont tous très doués en mathématiques. Comment les départager ? Via l'anglais par exemple .

    Dans mon école, il y a 3 classes de S, deux de L, et deux de S. C'est relativement équilibré quoi. Par contre, entre tous ceux qui veulent faire médecine, et ceux qui le feront vraiment ...

    Et à limite, j'aurais tendance à dire que le français est plus utile (d'un point de vue global) que les maths.

    Moi ? Je n'aime pas les maths, je ne les comprends que moyennement depuis la 4° (mais j'ai la moyenne quand même).
    Et pourtant... J'aurais pu faire S si j'en avais eu envie.
    Simplement, j'ai décidé de faire ES parce que ça me plaisait plus, qu'il y a un équilibre dans toutes les matières, et que les SES permettent de mieux comprendre les sociétés.

    Je ne le regrette pas en voyant les S faire des fonctions dont j'ai oublié le nom, tandis qu'en Science Po, on apprend ce qu'est le pouvoir.
    Pour ceux que ça plait, pas de problème, c'est leur choix. Mais pour ceux qui ont fait ça parce que S, c'est la voie princière, je trouve ça dommage.

    Mes excuses aux amateurs de mathématiques que j'ai pu choqué .

  13. #13
    Smidge Invités

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Je rejoins les précédents avis sur les mathématiques développant la logique, et un esprit structuré. Ce n'est pas la seule discipline ayant cette caractéristique (la philo en étant une autre), mais c'est la seule qui ne "sert" qu'à ça.

    Tenter de justifier les mathématiques à ses applications, en physique, en statistique, ou en bio, c'est comme dire que le soleil brille pour qu'il fasse jour sur Terre. Hé bien non. Le soleil brille, quoi qu'il se passe, et dommage collatéral, cela éclaire la Terre. Mais son but n'est pas ici.

    Les mathématiques n'ont pas d'autres but qu'eux mêmes. Certaines autres sciences y trouvent quelques formules, quelques applications, mais ces formules n'existent pas dans le but de satisfaire les sciences connexes. Elles ne servent qu'à élargir le champ de "vérité", bâti autour de quelques axiomes de base.

    Les nombres complexes, par exemple, n'ont existé à la base que pour répondre à un "manque" mathématique : résoudre certaines équations, sans solutions dans l'ensemble des nombres réels. Ces nombres ne représentent rien, rien de concret. Et pourtant... il se trouve qu'en physique, en électricité, ces nombres servent à résoudre des problèmes concrets. Mais le mathématicien n'en a cure. Il a créé ces nombres pour combler un vide logique. Et les applications au reste des sciences expérimentales ne le concernent pas.

    Voilà ce que sont les mathématiques pour moi. Voilà ce qui m'a fasciné dans cette matière. J'ai toujours plus ou moins senti l'arnaque lorsqu'on a vainement tenté dans mes années collèges et lycée de me "vendre" les mathématiques comme ayant une réelle utilité dans la vie de tous les jours. Parce qu'il faut bien se l'avouer : au quotidien, en dehors de savoir compter, et éventuellement connaître la règle de trois... le reste, c'est de la totale mystification (et pour ce faire, un bon niveau CM1 est amplement suffisant). J'ai véritablement découvert la matière lorsqu'elle a été enfin débarrassée de toute justification artificielle.

    A quoi cela sert-il te savoir démonter telou tel théorème, si ce n'est pour l'utiliser concrètement ? Mais à rien, bien sûr. A part à se gargariser de logique. Et c'est là l'essence même des mathématiques, qui à mon gout, ne prennent leurs plus belles couleurs qu'au jour de leur inutilité enfin avouée.

    Après, pour ce qui est de la sélection par cette matière, je suis globalement d'accord avec ce qui a été dit. Cela se produit "de fait", car étant une matière abstraite, elle est souvent mal réussie par une majorité, et devient mécaniquement un outil de sélection (tout le monde réussit à peu près pareil dans le reste, et c'est sur les mathématiques que porte donc la différence). Et je suis aussi d'accord que cette sélection ne représente pas le potentiel de chacun (qui, contrairement à ce qu'affirme Zdwarf, est tout aussi influencé par la culture familiale que la littérature).

    Je terminerai par approuver le dernier message de Finrod (pour une fois, hein ) : choisir une filière "Scientifique" car étant une voie princière est dommage, et conduit bien plus souvent à un écoeurement qu'à une véritable révélation.

    Ah oui, et pour ceux qui ne se sauraient pas encore... je suis prof de maths
    Dernière modification par Smidge ; 15/10/2009 à 18h01.

  14. #14
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages 
    2 101

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Ah oui, et pour ceux qui ne se sauraient pas encore... je suis prof de maths
    Personne n'est parfait !


    Tenter de justifier les mathématiques à ses applications, en physique, en statistique, ou en bio, c'est comme dire que le soleil brille pour qu'il fasse jour sur Terre. Hé bien non. Le soleil brille, quoi qu'il se passe, et dommage collatéral, cela éclaire la Terre. Mais son but n'est pas ici.
    l'image est un peu grandiloquente !!!! Mais bon, c'est l'idée je suis d'accord. Et je pense que c'est parce que ça ne sert "à rien", que ça déplait à beaucoup de gens (j'aime pas globalement les gens utilitaires ) que justement j'aime ça !
    Un peu comme la culture, le sens du service public, l'art, le jeu, les livres, enfin bref tout ça quoi
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  15. #15
    Date d'inscription
    July 2009
    Messages 
    673

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Ca va être difficile de poster après Smidge ><

    Alors, expérience personnelle :

    Comme la plupart, le point de rupture d'avec les maths, c'est la 2nde.
    Quelques prémices fin 3ème mais la révélations c'est faite l'année suivante.

    J'étais perdu, je comprenais plus rien et quand je voulais être renseigner sur la finalité de la chose ... Silence ...
    A 15-16ans, c'est ravageur. Désamour complet, lecture de journal en cour, intime conviction que les matheux sont des gens névrosés qui s'ennuient fortement dans leur vie.

    Bon, j'ai fini en L où mes notes en maths n'ont jamais été aussi élevées !! A l'instar d'Ailyn ... Sauf que je n'aimais pas ce qu'on faisait et que j'ai aussi été terriblement déçut par la philo (1/Machin a dit 2/ Mais Truc a dit 3/ Puis Bidulle a dit ça ... )

    Pour la suite ? (parce que je vous sens intéressé ) J'ai fait fac d'histoire.
    Licence en poche et portes closes à l'éducation nationales (sélection sur les maths au concours d'instit, ressenti personnel), je suis maintenant charpentier.

    Du coup, j'utilise les maths tous les jours ! Même que je fais de la géométrie dans l'espace () et que c'est vachement plaisant de calculer quand il y a une finalité autre que 8 pages de calculs pour trouver la valeur d'un obscur x ... x qu'il faut chercher de nouveau à l'exercice d'après ><


    Bref bref ! J'ai évolué : pour moi les matheux sont étranges. Des types qui connaissent le fonctionnements de millier d'outils mais qui sont incapables de dire à quoi ils servent =='
    Le post de Smidge m'aide aussi a évoluer et je me retrouve dans pas mal de chose (notamment l'onanisme intellectuel pour rester poli).

    La question reste donc de savoir comment et pourquoi les maths ont un tel prestige ?
    Ca me dépasse ...

  16. #16
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages 
    2 101

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    La question reste donc de savoir comment et pourquoi les maths ont un tel prestige ?
    Mon idée là dessus, c'est que les mathématiques sont la SEULE discipline où on ne peut pas "tricher". Celle ou même si on a grandit dans un milieu très riche, cultivé, où très pauvre, on ne peut que très faiblement compenser avec des cours particuliers, ou des écoles privées. En quelque sorte la discipline républicaine parce qu'elle est la même pour tous les milieux, quelque soit l'éducation donnée à l'enfant, et son environnement familial.
    Et c'est aussi la seule matière ou presque, ou même si on est besogneux, si on ne comprend pas, on ne comprend pas.
    Il y a des matières ou seul le travail ou presque permet d'y arriver (les langues, par ex), des matières ou il faut un peu de réflexion, et pas mal de travail (physique, biologie, les sciences humaines, l'économie), et après les matières ou seule la réflexion permet d'y arriver ou presque (les maths, la philosophie et notamment après la terminale)

    Je dirai donc : Détestation parce que c'est une matière injuste (même en travaillant beaucoup, si on est pas "doué" pour ça, on y arrive pas), et en même temps prestige parce que c'est une forme d'intelligence pure (c'est purement abstrait). Et pour une fois une matière où si on vient d'une famille riche, on part pas avec un avantage !
    J'ajouterai même que l'école publique, notamment pendant la IIIème république, et jusqu'à aujourd'hui, c'est beaucoup appuyée sur les maths pour son système scolaire, parce que c'était une matière qui permettait même aux paysans perdus dans la campagne de s'élever socialement grâce à l'école, car on pouvait faire des maths même si on savait à peine lire.
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  17. #17
    Smidge Invités

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Même si le passif social est peut être moins flagrant que pour les autres disciplines, il a aussi un impact sur les mathématiques.

    Quant à la détestation, je dirais qu'elle vient plutôt de l'absence d'objectif des maths, qui démotive de nombreuses personnes.

    Et je ne suis pas d'accord que les maths sont si déterminées uniquement par le potentiel de chacun. On oublie un élément assez essentiel là dedans : le prof de maths.

    Alors, certes, de (trop) nombreux profs de maths, surtout dans un bahut un peu élitiste, se prennent pour les détenteurs du grand savoir, et "cassent" gratuitement leurs élèves, sans leur donner la moindre chance de comprendre en dehors de par eux même. Et c'est là que la matière devient injuste. On peut travailler pendant des heures, sans jamais y arriver.
    Mais je pense qu'une bonne pédagogie rend les maths tout aussi abordables que n'importe quelle autre discipline. Ce qui est plus rare, par contre, ce sont les bons profs de maths...

    Ce qui fait que la matière est prestigieuse ? C'est simplement une grande majorité de profs de maths sont élitistes, et enseignent mal leur matière (de plus en plus vrai à mesure que l'on monte dans les années scolaires : à savoir assez peu au collège, déjà beaucoup plus au lycée - et selon les lycées - et carrément une explosion en classe prépa). Ils se fichent de savoir si leurs élèves comprennent, enfoncent ce qui ne suivent pas, et se complaisent dans un univers opaque et formel totalement imperméable au non initié.

    Alors, certes, les maths *sont* un univers formel totalement opaque au non initié. Mais le rôle du prof est justement d'amener ses élèves vers cet univers, et de trouver les bonnes voies pour chacun afin qu'il y parvienne.
    Ces profs existent (j'en ai eu). Mais ils sont rares.

    Et le "prestige" vient en fait d'une lacune d'enseignement...

  18. #18
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Des matheux, des matheux, oui mais des panzani!

    Ahem.



    Quand j'étais p'tite, j'étais plutôt bonne en math, logique et rapide à trouver les solutions. Du coup je doublais tout le monde à tous les exercices et je trouvais ça rigolo. Et puis quand c'est devenu trop abstrait et moins ludique, j'ai décroché mon enthousiasme pour aller gambader avec joie du côté des arts et me mettre à dessiner d'une oreille tout en écoutant le cours de l'autre (et essayez de dessiner avec vos oreilles, c'est pas facile). Je ne pense pas que les capacités aient disparu, seulement ça ne m'intéresse plus, je trouve ça froid et pas assez chaotique. J'aime bien la part d'imperfection qu'il peut y avoir dans les choses. On ne peut pas interpréter un problème comme on peut interpréter un texte, on ne peut pas débattre sur sa signification et notre manière de le percevoir. Je sais pas si c'est très clair... Hu. Sachant que je viens pourtant d'une famille à tendance plutôt "scientifique", mais hé. C'est à la fois trop abstrait et limité à mon goût. Comme je suis rien qu'une gamine, oui, je peux trouver franchement amusant de résoudre une petit énigme mathématique, mais de là à dire que j'aime la matière pour la matière, non, pas du tout. Et le peu qu'il nous en reste (je suis en PREMIERE, merci Finrod L, actuellement), c'est du remâchouillage de trucs passés, sans grand intérêt à mon goût.

    Quand à la géométrie... On en fait usage en dessin, certes, mais je ne la sépare pas du reste dans mon jugement sur les maths. Je sais comment une perspective fonctionne, mais je ne suis pas de ceux qui se saisissent systématiquement de leur réglet pour en faire une. Enfin... Ça m'énerve de faire des trucs trop exacts, laissons sa place au chaooooooooooooos, ouiiiiiiiiiiii, le chaooooooooooooooooooooooos \o/. (Nous interrompons momentanément nos programmes pour cause de crise entropiste de notre présentatrice.)
    Dernière modification par Zyl ; 19/10/2009 à 21h07.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  19. #19
    Date d'inscription
    March 2008
    Messages 
    921

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Citation Envoyé par Zyl Voir le message
    (je suis en 2nde L, actuellement)
    C'est pas plutôt première L ?

    *Sort.*

  20. #20
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Un peu... On m'excusera, je sais plus compter, moi, avec tout ça .
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  21. #21
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 629

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Ca fait un moment que je cherche à trouver le temps de poster... suis quand même concernée en tant que prof de maths !

    Alors les maths... C'est une école de logique, de rigueur, d'abstraction. Des qualités qui sont utiles dans plein de situation. Par contre, le contenu en lui-même, au-delà de la classe de 5ième, n'a pas d'utilité pour l'immense majorité des gens. Mais cela permet de développer certaines qualités intellectuelles. En ce sens, on peut comprendre que les maths soient utiles pour sélectionner des gens ayant une bonne compréhension logique et abstraite, chose utile dans divers métiers. Ce qui ne va pas, c'est que les maths soient l'un des principaux outils de sélection.
    Par exemple, les gens qui réussissent les concours d'ingénieurs, après la prépa, ont appris à raisonner vite et bien, à comprendre rapidement un problème abstrait, à assimiler plein de notions abstraites en un temps records... qualités utiles pour un futur cadre. Mais on oublie que ce ne sont pas les qualités principales dont il aura besoin, et on sélectionne ainsi parfois des gens qui ne sont pas forcément les mieux adpatés à ce genre de métier.

    Pour répondre à Gal : bien sûr, la politique, le droit, l'économie, seraient des matières intéressantes... Mais malheureusement les élèves de collège n'ont pas la maturité pour s'y intéresser et bien le comprendre, d'après ce que j'en vois, ce serait donc seulement possible en lycée. Donc pas accessible à tous.

    Et je ne suis pas complètement d'accord avec Smidge: c'est vrai que souvent, les nouvelles notions de maths sont inventées pour résoudre des problèmes de maths... Mais ce n'est pas toujours le cas. A l'origine, au contraire, les maths (notamment dans le domaine numérique) ont été inventés comme outil pour résoudre des problèmes concrets.
    Mais c'est vrai, il faut bien admettre que de nos jours, les concepts de maths sont souvent inventés sans application autre que mathématique. C'est seulement ensuite qu'ils trouvent des applications utiles et permettent de bonnes avancées de recherche dans d'autres domaines. Bref, c'est un outil au service d'autres matières...

    Et pour en revenir à la sélection.... Le français est à mon avis une matière plus importante que les maths, au moins jusqu'en seconde. Et l'anglais est indispensable aussi dans plein de domaines.
    Et je trouve que Smidge est bien pessimiste... Les profs de maths sont pas forcément élitistes de nature. Mais le programme enseigné au lycée est de plus en plus abstrait au fur et à mesure qu'on avance, et du coup seuls les élèves qui accrochent bien avec la matière ont assez de persévérance pour continuer à réussir. Pas évident de donner le goût aux autres. Donc forcément, les profs ont tendance à renoncer à intéresser aux logarithmes et intégrales l'ensemble des élèves, certains arrivant avec un trop fort a-priori négatif.

    Les maths c'est un jeu intellectuel en fait. Et comme tout jeu, on aime surtout si on réussit bien, et plus on réussit plus on aime, et plus on aime plus on aura la persévérance pour faire face à une abstraction de plus en plus poussée. Un cercle vicieux.

    Personnellement... j'ai décroché en prépa, ça devenait trop abstrait et surtout trop intensif. J'ai continué par un effort de volonté, parce que je m'en sentais capable, mais j'avais perdu le goût. Trop intensif... En préparation de CAPES, c'est revenu un peu, étrangement, alors que le contenu était le même... Faut croire que 4 ans de sevrage sans maths m'avaient guérie de ma répulsion d'après-prépa.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  22. #22
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages 
    5 276

    Magicien Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Citation Envoyé par Inarius Voir le message
    Mon idée là dessus, c'est que les mathématiques sont la SEULE discipline où on ne peut pas "tricher". Celle ou même si on a grandit dans un milieu très riche, cultivé, où très pauvre, on ne peut que très faiblement compenser avec des cours particuliers, ou des écoles privées. En quelque sorte la discipline républicaine parce qu'elle est la même pour tous les milieux, quelque soit l'éducation donnée à l'enfant, et son environnement familial.
    Et c'est aussi la seule matière ou presque, ou même si on est besogneux, si on ne comprend pas, on ne comprend pas.
    Il y a des matières ou seul le travail ou presque permet d'y arriver (les langues, par ex), des matières ou il faut un peu de réflexion, et pas mal de travail (physique, biologie, les sciences humaines, l'économie), et après les matières ou seule la réflexion permet d'y arriver ou presque (les maths, la philosophie et notamment après la terminale)

    Je dirai donc : Détestation parce que c'est une matière injuste (même en travaillant beaucoup, si on est pas "doué" pour ça, on y arrive pas), et en même temps prestige parce que c'est une forme d'intelligence pure (c'est purement abstrait). Et pour une fois une matière où si on vient d'une famille riche, on part pas avec un avantage !
    J'ajouterai même que l'école publique, notamment pendant la IIIème république, et jusqu'à aujourd'hui, c'est beaucoup appuyée sur les maths pour son système scolaire, parce que c'était une matière qui permettait même aux paysans perdus dans la campagne de s'élever socialement grâce à l'école, car on pouvait faire des maths même si on savait à peine lire.
    On peut tricher en maths, faut juste savoir avec quoi (ou alors avoir de l'imagination pour coller une pompe à un endroit que le prof ne verra pas ...)
    Non, les maths, c'est pas une matière injuste, et c'est même pas de l'intelligence. C'est juste un OUTIL ! Voilà pourquoi il est détesté à mon avis. Parce que c'est un outil, et je suis persuadée qu'il y aurait du monde pour détester tenir une clef à molette hyper lourde pendant des heures sans jamais rien en faire.
    Ca n'apporte rien en soit les maths, même faire des additions, tout seul, ça rime à quoi ? ben à rien. On additionne des kg de farine, de blé, de tout ce qu'on veut... Mais une addition, une division une équation différentielle... ne servent à rien tout seul.

    Pour moi, les maths sont une langue. C'est un outil de communication qui est pour moi à la limite d'être un langage artificiel.
    Or un langage ne sert à rien si il n'a pas de mots pour en structurer le sens. Les maths, tant qu'ils n'ont pas d'application, n'ont pas de sens parce qu'ils n'ont rien pour leur donner un ordre, leur donner une marche en avant... Bref, des chiffres, parfois même des lettres qui ne servent à rien.

    C'est pourquoi je ne crois pas que les maths soient une matière intelligente. Il n'y a rien à y comprendre à part une sorte d'organisation complexe qui relève plus de l'onanisme intellectuel (merci à ceux qui ont trouvé l'expression, elle est fort à propos) que d'une intelligence quelconque.

    Un outil, comme les maths, est fait pour être utilisé. Sinon, il n'a pas lieu d'être. Ce n'est donc pas intelligent pour moi de faire des maths, parce que ça ne fait pas "réfléchir" dans le sens où ça n'élève pas le sens critique.
    La philo est une matière qui peut nous y mener, tout comme l'histoire, la géopolitique... Mais pas les maths.

    Les maths sont un simple outil et sont voués à le rester, que l'Education Nationale ou les grandes écoles le comprennent ou pas.
    Mais c'est sûr que quand on veut des neurones manipulables... Inutile de leur laisser la moindre miette de sens critique.
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  23. #23
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 629

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Citation Envoyé par Ailyn Voir le message
    Ce n'est donc pas intelligent pour moi de faire des maths, parce que ça ne fait pas "réfléchir" dans le sens où ça n'élève pas le sens critique.
    La philo est une matière qui peut nous y mener, tout comme l'histoire, la géopolitique... Mais pas les maths.

    Les maths sont un simple outil et sont voués à le rester, que l'Education Nationale ou les grandes écoles le comprennent ou pas.
    Mais c'est sûr que quand on veut des neurones manipulables... Inutile de leur laisser la moindre miette de sens critique.
    Quelle provocation !

    C'est quand même un peu exagéré concernant le sens critique. Les maths, les chiffres, sont un langage, oui, et qui est très présent dans notre société. Et l'un de mes objectifs en tant que prof de maths est de donner à mes élèves les moyens de comprendre ce langage, et de rester critique vis-à-vis des informations chiffrées ou statistiques qu'ils ne manqueront pas de rencontrer dans leur vie. Pour ne pas, plus tard, se laisser bêtement manipuler par des chiffres qui ne veulent pas dire ce qu'ils semblent vouloir dire...

    Et on peut être fort en maths et avoir du sens critique. Je dirais même que dans mon collège, les collègues qui ont le plus de sens critique sont justement les collègues de maths, et qu'ils sont ceux qui se laissent le moins influencer par les modes, les rumeurs et les fausses infos. Donc ta dernière phrase est nettement exagérée...
    Alors, OK, en maths on ne va pas réfléchir à de grandes idées philosophiques - et c'est clair que si on fait que des maths il y a un grand manque intellectuel - mais on acquiert quand même un minimum de sens critique, au travers l'apprentissage de la rigueur et de l'honnêteté intellectuelle. Simplement il faut que ce soit complété par d'autres matières comme la philo ou l'histoire (y compris l'histoire des sciences)
    Dernière modification par Voyageuse ; 20/10/2009 à 14h52.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  24. #24
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages 
    5 276

    Magicien Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Et oui, c'était aussi un peu je l'avoue de la provocation...

    Mais j'assume . En effet, je trouve que les mathématiques associés à rien du tout ne servent à rien, donc en fait, quand tu me parles de critiques par rapport aux chiffres, tu parles d'une des applications des maths, pas des maths eux-mêmes...

    Voilà pourquoi je pense qu'il s'agit plus d'un outil qu'autre chose et que ça ne sert à rien.

    Je n'ai pas dit que c'était vraiment naze non plus, il faut remettre les choses à leur place.

    En revanche, quand tu sais que j'estime que "l'Homme est Homme typiquement parce qu'il fait des choses qui ne servent à rien", tu comprends mieux pourquoi il n'est pas dans mon intention de te froisser.
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  25. #25
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 629

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Un outil... qui ne sert à rien ???? Ben le propre d'un outil c'est bien d'être utile non ? Utile à des tas de choses en l'occurrence...
    Alors oui, l'outil existe par lui-même, et a sa propre logique et ses propres lois, et c'est sans doute ce que tu lui reproches ; mais il a plein d'usages dans plein de domaines donc n'est pas inutile....
    Et non, t'en fais pas, tu m'as pas froissée, je voulais juste réagir à la provoc
    Et les maths eux-mêmes, c'est quoi pour toi ? Toutes les lois et règles de calcul s'appliquant aux nombres en font partie.... ce n'est qu'une partie des maths, bien sûr, mais on peut pas dire que c'est qu'une application. Sauf si on est dans l'optique théoricienne des maths modernes, qu'on enseigne après-bac, où il n'y a que de la théorie purement abstraite.... et qui n'existe que parce qu'on est parti de domaines plus concrets (numération, géométrie) et qu'on a voulu englober ça dans une théorie plus généraliste.
    Mais c'est vrai que tout ce qui est nombre, ce n'est qu'une toute petite partie des maths, et les puristes n'appellent sans doute "maths" que le raisonnement.
    Bref... Encore faudrait-il se mettre d'accord sur ce que sont les maths !
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  26. #26
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages 
    2 101

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Ailyn, pas d'accord avec toi (évidemment ;p )

    Ce que je voulais dire par "on ne peut pas tricher", ça n'était pas - évidemment - au sens premier de mettre des morceaux de papier dans sa trousse. Et encore que à ce sujet, je ne sais pas en quelle année tu as arrêté les maths, mais je pense que passé la terminale MEME avec un morceau de papier dans la trousse, tu ne peux plus tricher, parce que les maths te font résoudre des problèmes suffisamment complexe pour qu'une formule ne serve à rien (d'ailleurs, les formules sont toutes démontrables, donc pas besoin du sacro saint stupide apprentissage par coeur)

    je trouve que les mathématiques associés à rien du tout ne servent à rien
    Je suis d'accord...mais trouve une seule matière qui sert à quelque chose "associé à rien". Et puis, depuis quand une activité intellectuelle doit "servir à quelque chose" ?
    Tout ce que j'aime ne sert à rien. D'ailleurs, ce que j'écris ici ne sert à rien. Et "l'esprit critique" que tu défends ne sert à rien non plus.

    Ca n'apporte rien en soit les maths, même faire des additions, tout seul, ça rime à quoi ? ben à rien. On additionne des kg de farine, de blé, de tout ce qu'on veut... Mais une addition, une division une équation différentielle... ne servent à rien tout seul.
    Euh..quand as tu arrêté les maths ? Parce que les maths ça n'est pas juste des kg de farine, de blé ou ce genre de chose...enfin plus après la 5ème quoi Les maths ça n'est pas juste utiliser des formules pour résoudre des problèmes.

    Bref, des chiffres, parfois même des lettres qui ne servent à rien.
    Je dirais même plus des lettres et parfois des chiffres, et qui ne servent jamais à rien !

    C'est pourquoi je ne crois pas que les maths soient une matière intelligente
    Puisque tu verses dans la provocation :
    Il n'y a pas de matières intelligentes, il n'y a que des gens intelligents qui pratiquent des matières ! C'est juste que les maths sont à la base de toute la science (la "vraie") , et que depuis qu'on a voulu prouver que la terre était ronde (tiens finalement les maths ne servent PAS à rien, ils ont au moins à leur actif la mort de l'Eglise!), les maths ont toujours été à la base de tout ce qui a été démontré en science par le monde ! C'était peut être en tant qu'outil, mais s'il n'y avait pas eu avant des milliers de masturbateurs (entre autres Pythagore, Tales, Archimède, Alhazen, ou d'autres), ils seraient restés pisse-petit.

    Ce n'est donc pas intelligent pour moi de faire des maths, parce que ça ne fait pas "réfléchir" dans le sens où ça n'élève pas le sens critique.
    "Sens critique" et "Réfléchir" ce ne sont pas deux choses liées. Par exemple, mon travail me fait beaucoup réfléchir...et pourtant ça ne change guère mon sens critique. Et encore une fois tout dépend de quels genre de mathématiques tu parles.

    Mais c'est sûr que quand on veut des neurones manipulables... Inutile de leur laisser la moindre miette de sens critique.
    Bof, je me sens plus libre moi en étudiant les mathématiques qu'en économie ou histoire notamment.
    Parce qu'en maths, il n'y a pas deux façons d'interpréter les choses. Il y en a une vraie, et le reste est faux.
    Alors qu'en histoire et pire en économie, on est beaucoup plus facilement manipulable selon le professeur et l'intention qu'il veut y apporter. Et cela peut être destructeur notamment dans les petites classes sur des gens manipulables (parce que bon une fois "en école" si on est manipulé, c'est qu'on le veut bien, ou qu'on a pas grand chose dans le ciboulot.)
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  27. #27
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 111

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    Les maths et moi ... Je déteste les maths.

    A l'école primaire, ça me dérangeait pas trop. C'est après que ça a commencé à se gâter. 6ème, un vieux prof se moque de moi pendant toute la classe. Toute l'année, ça a été un cauchemar. On était partagés en groupe de niveaux, j'étais toujours dans celui des nuls sauf une fois où j'ai aterri dans le groupe des meilleurs. La prof était horrible. Je me suis débrouillée (avec beaucoup de conviction ) pour plus y retourner. 4ème : j'ai eu le prof de maths chiant, qui nous faisait tirer un trait en rouge pour des marges, souligner et tout, et qui déchirait nos cahiers quand c'était pas fait. J'ai redoublé avec 4.5 de moyennes en maths. Pour ma seconde quatrième, j'ai eu un prof timbré qui nous tapait sur la tête avec une règle ou avec le poing et pas doucement en cas de faute. Les maths pour moi sont devenus un cauchemar. En 3ème, un prof s'amusait à me ficher la honte devant les autres personnes de la classe. En seconde, j'avais une prof adorable mais le mal était fait. J'avais pris ma matière en grippe. J'aurais redoublé à cause des maths si mon prof d'espagnol n'avait pas insisté pour que je passe tout de même. Il disait que si je redoublais, je ne ficherais plus rien ... et il avait raison. En 1ère, L (a) les maths sont devenues une option. Le niveau était déjà difficile pour moi En terminale, j'en ai eu le premier semestre puis nous avons eu de la bio, vu que c'est la bio qui avait été tirée au sort. Après, j'en ai été débarassée ...

    Bon, parfois, j'en croise un peu, genre pour voir combien il nous reste de sous sur le budget SF ... Mais c'est épisodique. Et heureusement. Je ne comprends rien à cette matière et j'avoue ne plus chercher à la comprendre.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  28. #28
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages 
    2 101

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    genre pour voir combien il nous reste de sous sur le budget SF
    tu travailles pour une maison d'édition ou de cinéma ?

    budget SF...!

    EDIT de Smidge : On va p'tet pas faire dans le hors sujet total Un petit mp sur la question et c'est réglé, ou éventuellement en post scriptum d'un post plus long sur le sujet. Merci
    Dernière modification par Smidge ; 21/10/2009 à 22h37.
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  29. #29
    Date d'inscription
    March 2004
    Messages 
    640

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    J'ai une anecdote amusante en ce qui concerne les maths et mon orientation.

    J'étais un élève plutôt bon en seconde sans être non plus l'élève ultime.


    Arrive le conseil de classe du second trimestre pour lequel on nous avait demandé d'exprimer préalablement nos souhaits d'orientation pour la première.

    Je coche A1 (L).

    Le lendemain du conseil de classe.

    Premier cours, italien. réaction de ma prof en pleine classe: "ah ah ah, tu nous as bien fait rire hier soir, on a passé tout le conseil à envisager le cas d'élèves souhaitant aller en S sans en avoir le niveau et on arrive à toi (en fin d'alphabet) et tu choisis A1..."

    La matinée se déroule, cours de physique. la prof me prend à part à la sortie du cours. "Mais qu'est ce que vous fabriquez à vouloir aller en A1. Vous avez le niveau pour aller en S, il faut que vous y alliez".

    En fin de journée, ma prof de Français :"Je sais que tout le monde va faire pression sur toi pour que tu ailles en S, mais il n'y a pas que la première S, ne te laisse pas faire, et poursuis dans ton idée".

    Je rentre à la maison, ma mère: "la délégué des parents d'élèves m'a appelé (la joie des petites villes) à mon travail qu'est ce que c'est que cette histoire, qu'est ce qu'il t'a pris de mettre A1 en premier choix, est ce que tu te moques de nous... ".

    Moralité j'ai fini en S puis en C (maths physiques), j'ai eu mon bac au raz du ... en première et en terminale, j'ai bossé comme un bagnard. Franchement c'était lourd. J'ai eu mon Bac en hurlant "plus jamais jamais jamais jamais je laisserais les autres choisir à ma place".

    Je me suis cassé à la fac ou la par contre d'un coup j'ai eu l'impression d'être au club med. Paradoxalement mes notes sont remontées en flèche.

    Je dirais pour moi que l'intérêt d'être allé en S c'est que ça m'a appris à bosser et accessoirement à raisonner.

    Tout récemment sinon je me suis retrouvé à devoir poser et résoudre un système d'équation à deux inconnues. OUAIS TROP FORT me souviens encore de mon cours de seconde.
    Dernière modification par gogorafido ; 22/10/2009 à 20h12.

  30. #30
    Smidge Invités

    Re : De l'(in)utilité des mathématiques

    C'est ça le pire, je pense...
    La pression pour faire une série scientifique, la série "d'élite" (perso, j'ai effectivement fait S, mais c'était vraiment par défaut, parce que j'étais bien incapable de faire autre chose !).

    Bon, une petite anecdote amusante moi aussi pour finir.... les système d'équation à 2 inconnues, c'est pas en 2nde, mais en 3ème

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Philo] Bonheur et liberté: indissociables ou pas ?
    Par Finrod Felagund dans le forum Le Comptoir
    Réponses: 16
    Dernier message: 08/11/2009, 20h29
  2. [BG2][AVIS] Utilité du sort Non-détection
    Par Agifem dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 9
    Dernier message: 02/11/2008, 15h16
  3. De l'utilité du parchemin Nethère d'Edwin
    Par BloodAngel dans le forum Le Comptoir d'Amn
    Réponses: 9
    Dernier message: 04/11/2006, 19h01
  4. [JEU] De l'utilité du roublard
    Par Coranyell dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 10
    Dernier message: 17/11/2005, 00h46
  5. Quelle est l'utilité de plusieurs objets ?
    Par Habdo dans le forum Le Monastère du Corbeau Noir (Icewind Dale 2)
    Réponses: 4
    Dernier message: 11/08/2003, 20h32

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256