Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 35

Discussion: [Société] La depression (monologue de l'ivresse)

  1. #1
    Date d'inscription
    août 2009
    Localisation
    Lyon
    Messages 
    69

    français [Société] La depression (monologue de l'ivresse)

    Un homme se retourne et se lève, un coude sur le comptoir une chope levée à la main de son autre bras et clame :

    Oyez mes braves GENS ! Levez vos CHOPES à la comédie de l'homme qui noie son chagrin parce qu'il n'a pas trouvé d'autre manière de le quitter...
    Des jours, on veut se trouver un refuge ainsi, au COMPTOIR par exemple, pour parler de ses problèmes, pour faire le POINT. Et le populo trouve que c'est de la philosophie de comptoir parce qu'il a décider de vivre une existence SANS PEINE, sans souffrance et sans défaut. Mais le problème est que tout cela est CONTENU mais existe bel et bien, il ne s'agit pas d'y échapper mais de regarder les choses EN FACE.
    Nous n'avons pas toujours ce que nous voulons, et quand ça nous arrive un jour, une fois que l'on a goutté au bonheur, on ne veut plus s'en passer. On fait, on essaie mais ça ne marche pas, ça ne marche pas... Mais il faut se relever, ben moi pour me relever je prend appuie sur le COMPTOIR !

    FIN DU MONOLOGUE

    Je suis personnellement assez fan de kaamelott et pour ceux qui connaissent, Arthur est entouré par des imbéciles qui ne l'avance pas du tout dans la quête du Graal (extrêmement simplifié). La série comprend surtout des épisodes comiques mais aussi de rares épisodes assez émouvants.
    Je pensais à cela et finalement cela m'a donné envie de lancer cela : Un dialogue sur la dépression. Vous n'êtes pas obligé de connaître la dépression ou de la vivre en ce moment...
    Non, par contre, en ce qui me concerne, la dépression est une chose qui m'épate chez les être vivants car dans ce cas la, l'instant primaire de survie prend une place comme secondaire. Sans parler de suicide, il y a une nette détérioration de la santé dans ce cas là, comme si la personne passais en auto destruction en attendant un contre-ordre.
    Que vous a appris votre expérience de la dépression (entourage ou personnel) ? En sort-on grandi, plus beau ? Ou au contraire donne-t-elle par son pessimisme une vue brouillée de la réalité ? Rend-elle l'homme plus laid ?

    Âme sensible s'abstenir...
    Je préfère partir plutôt que d'entendre ça plutôt que d'être sourd.

  2. #2
    Smidge Invités

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Tout s'effondre. Une focalisation complète de l'esprit sur un seul évènement, qui peut pourtant paraître anodin, ou minuscule. Tout tourne autour. Le degré de chaque autre chose s'abaisse jour après jour. C'est si bon de ne vivre pour que une seule chose. Il ne reste plus que ça. Des plus hautes cimes aux plus profonds abysses, on nage tant bien que mal chaque jour au gré de sa focalisation. Jusqu'à ce que "ça" disparaisse. Et là, il ne reste plus rien.

    Se lever n'a plus de sens. Travailler non plus. Manger, s'amuser, se détendre, parler. L'avant-dernier à partir est le sommeil, qui n'apporte bientôt plus rien. Et enfin la vie.
    Plus on s'enfonce, plus les bouées de sauvetage sont éloignées. Et plus on s'enfonce. Le cercle infernal.

    Il n'y a que deux façons d'en sortir.

    La première est un choc. Un éclair. Quelque chose de suffisamment puissant pour redonner temporairement du gout et des couleurs à l'environnement. On se rappelle de la vie "avant". Qu'il y a des gens qui essayent de nous parler, qui nous aiment. On se lève pour quelque chose. On dort pour pouvoir se lever. On retrouve le gout de survivre. Puis de vivre. Et le passé ne reste qu'un mauvais souvenir... qui guette la prochaine faiblesse de l'âme pour s'insinuer en nous comme un serpent invisible.

    L'autre porte de sortie est la mort.

  3. #3
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 416

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    La dépression est une phase auto-destructrice née de l'incapacité de l'individu à s'adapter à son environnement. Elle peut être déclenchée par un seul événement (un traumatisme, un échec...) ou par une accumulation. Elle se traduit objectivement par des insomnies, des allergies somatives, des dérèglements alimentaires et toute sorte de bonnes choses... Elle se traduit subjectivement par une tendance générale au dégoût de soi et d'autrui, et par une vision faussée du contexte destinée à se déculpabiliser en reportant la faute sur le reste du monde. Assez là-dessus, mon propos n'était pas de faire un cours sur la question...

    Elle ne peut être considérée comme "positive" que si, comme la peur, elle aboutit à un réflexe d'autodéfense (i.e. : un sursaut de volonté.) Mais j'aurais plutôt tendance à la considérer comme la négativité absolue. En règle générale, ce n'est pas untel qui s'en sort, d'ailleurs, c'est elle qui se lasse, grâce à un changement d'environnement ou d'entourage, ou après épuisement total des virtualités d'une situation bloquée.

    A mon avis, personne ne sort grandi d'avoir régressé durablement au stade de la limace. Qu'on ne me prétende pas que des artistes ont connu l'inspiration en pleine dépression, c'est faux. Ils ont pu trouver de l'inspiration dans le mal-être, dans le pessimisme, dans la mélancolie, mais il y a une différence d'échelle. La dépression, c'est une maladie qui a l'effet d'un coup de marteau sur les cellules grises : ça rend aphone, stérile et sourd.

    On n'en sort pas plus beau, donc, on en sort même fragilisé pour longtemps (une rechute est toujours plus facile qu'un premier accès...), mais probablement un peu plus vigilant face aux situations génératrices de ce genre de comportement, et un peu plus tolérant envers les faiblesses d'autrui...
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  4. #4
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Ex-lathandrite désabusée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    22 551

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    La dépression... Envie de rien. Plus envie de se lever, plus envie de bouger, plus envie de sortir, plus envie de vivre. Des crises de larmes ou de profonde tristesse, incontrôlables, où la seule chose à faire est de s'enfoncer sous les couvertures et d'attendre que ça passe. Plus rarement, une sensation d'étouffement, une envie de fuir, de partir loin, on prend le vélo et on pédale, pédale... jusqu'à épuisement.
    L'envie de mourir, par flashes, avec quelque part, tout au fond, une espèce d'instinct de survie qui fait qu'on a pas la force de se prendre en main pour se suicider. L'envie de se jeter sous un train, mais heureusement la voie ferrée est à 15 km et le temps d'y arriver, la crise sera passée. L'envie de rouler très vite et de se jeter contre un arbre, déjà plus dangereux, il faut quelques secondes ou minutes avant de parvenir à la maîtriser, et se souvenir que le type en face a pas forcément envie de mourir, lui.
    Puis, le reste du temps, plus envie de bouger. Du tout. Rester au fond du lit. On se lève quand même, pour éviter que le patron appelle et demande ce qui se passe. Un zombie, toute la journée, on fonctionne par automatisme. Et des fois on se dit qu'on s'en fout de ce que les autres vont dire, on voudrait tellement que tout s'arrête. Simplement ne plus se réveiller. Jamais. Personne peut comprendre, à moins d'y être passé.

    Il parait... il parait que pendant ce temps nos hormones sont en chute libre, provoquant une atrophie de certaines zones du cerveau, dans l'hypophyse. Ce qui explique qu'ensuite, on garde longtemps une certaine fragilité. La première fois, il faut un très gros stress (ou une énorme accumulation de petits) pour déclencher la dépression, la deuxième fois un stress moyen suffit, et puis, petit à petit, on risque de devenir dépressif chronique.
    C'est ce qui me fait le plus peur... Au moindre coup dur, l'envie de mourir revient plus vite, et ce qui devrait être simple tristesse se mue en dépression beaucoup trop facilement. En même temps, on reconnait les symptômes, on se connait, on sait réagir, se réfugier dans un bouquin ou un jeu vidéo pour faire passer tout ça par ex. ET on sait quand se faire aider.

    On en sort... avec une bien meilleure connaissance de soi-même, surtout si on est passé par une bonne psychothérapie. Et, comme le dit Lothy, avec une meilleur tolérance envers les faiblesses des autres. Et, étrangement, dans mon cas, avec une très forte envie de vivre et de ne plus jamais connaitre ça.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Peu disponible...

  5. #5
    Date d'inscription
    août 2009
    Messages 
    100

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Que vous a appris votre expérience de la dépression (entourage ou personnel) ? En sort-on grandi, plus beau ? Ou au contraire donne-t-elle par son pessimisme une vue brouillée de la réalité ? Rend-elle l'homme plus laid ?
    Physiquement, oui, on peut dire qu’elle rend l’homme plus laid : changement corporel, cernes, faiblesse, pâleur, et surtout, les yeux. Les yeux, c’est le détail qui m’a toujours sciée, frappée, clouée ; j’ai beau y regarder…ils sont vides.

    A l’intérieur…c’est à chacun de juger. Je suis dubitative.

    Je ne sais pas s’il est possible d’en ressortir glorieux. C’est un peu bizarre, non, d’imaginer le malade conquérant son bonheur à coups de larmes ? Et en même temps, est-ce que cela peut donner une autre valeur au temps passé avec ses proches, aux rêve qu’on n’a jamais réalisé, au bonheur qu’on peut trouver dans et autour de nous ? Je ne pourrais pas dire. Il y a une différence entre la déprime passagère et la dépression. Et même dans la dépression, il y a plusieurs comportements. Comme vous l’avez dit : il y a ceux qui s’en sortent…les autres, meurent. Je trouve ça bien dit. Parce que, à mes yeux, ça n’a pas que le sens propre du terme, mais aussi le figuré…la dépression chronique n’est pas du tout à sous-estimer. De mon expérience, je ne l’ai jamais vu guérir, et je n’y crois plus depuis longtemps. D’où ma joie de voir que plus de gens que ce que je ne pensais arrivent à s’en sortir !


    L’expérience de la dépression m’a apprise plusieurs choses, et en premier : la peur. Que ce soit la peur constante de perdre un être cher, la peur son oubli, la peur de sa colère soudaine à ses réveils et lors de ses pulsions mortifères, et pire encore : la peur de suivre le même chemin. Personnellement ? je n’ai rien contre perdre le contrôle. On le perd souvent. Mais perdre son sang-froid…ça, c’est ce qui m’a fait sentir la dernière des idiotes. J’ai sûrement donné à cette maladie trop d’importance et d’emprise. N’empêche que sa blessure est encore trop récente pour que je prenne le recul suffisant à la guérison de tout ce qu’elle a causé.

    Puis, l’impuissance. On ne peut pas tout changer. On ne peut pas secourir le monde entier. Simplement parce que le nageur qui plonge à l’eau pour récupérer sa fiancée, risque bien d’y laisser sa peau, surtout si lui-même ne nage pas si bien que ça. Et la noyée, ne veut pas forcément remonter. C’est l’impression qui me reste lorsqu’on évoque cette maladie : quelqu’un, dans la pénombre, les yeux fixes, amaigri, et qui ne se lève que par un sens étrange du devoir.

    Et le pardon. Enfin, nécessaire étape au retour du bien-être : pardonner. Pardonner à soi, pardonner aux autres. Nous oublions parfois que nous ne sommes que des humains, ou alors au contraire, nous nous en voulons de ne plus se sentir méritant d’être appelé ainsi. Je me demande à quel point la culpabilité et la rancœur peuvent jouer un triste rôle dans cette maladie ?.... de ce que j'en ai vu, beaucoup.

    Et la compassion. Parce que même si on est tenté de ne plus jamais se laisser avoir, on finit bien par se dire que ça serait stupide. Maintenant, je prends les gens avec plus de parcimonie, mais non moins avec autant de compassion. Seulement, je crois pouvoir poser les limites, parfois bien maigres, parfois plus élargies, de l’aide relative que je peux apporter. Et la limite, pour moi, c’est ma propre santé. Est-ce de l’égoïsme ? je ne crois pas, je n’espère pas.

    N'empêche que je regrette que ces leçons de sagesse m'ait été apprises dans de telles conditions. C'est à croire qu'on n'apprend jamais qu'en se brûlant avec le feu.

  6. #6
    Date d'inscription
    août 2009
    Messages 
    2 126

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Pas très loin de la définition de Smidge (bien qu'en ce cas, ça soit une dépression "à thème", mais il y a des gens qui ne sont pas si obsessionnels).
    La dépression, c'est plus pour moi comme passer un voile noir devant ses yeux, et regarder le monde au travers.
    Chacun à son expérience, mais je crois qu'en sortir (réellement) c'est quelque chose qui rend plus fort. Faire des rechutes fréquentes signifie juste qu'on est toujours dépressif et qu'il y a des "périodes" où l'on va mieux. Normal pour une maladie chronique.
    D'accord avec voyageuse sur le fait que cela peut apporter des choses si l'on arrive bien à la suivre et à la mater.
    Dans tous les cas, je crois qu'on doit tous affronter ça un jour où l'autre....mais parler de vrai "dépression" est exagéré pour la majorité d'entre nous (et heureusement !)

  7. #7
    Date d'inscription
    novembre 2008
    Localisation
    Courbevoie
    Messages 
    277

    Oui Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Argh, la dépression... Je pense que d'un certain côté , l'homme est plus laid pendant mais sort beaucoup pus beau. On ne veut pas penser, envie de rien, plus de plaisir en rien.

    Même si j'ai 16 ans dans 9 jours, je pense avoir eu un petit aperçu.Nos amis essayent de nous réconforter quand on veut être seul, et l'on ne voit plus ce qu'il y a de beau dans la vie (et pourtant il y en a). La description d'éléa est très bonne, seulement je crois être sorti du lot au niveau faiblesse. En effet j'allais j'usqu'à perdre conscience, en me disant que c'était peut être le seul échappatoire.Cela à failli me couter la vie en pleine mer :/

    La peur. Peur de voir quelqu'un (LA personne en général), au point de se planquer dans un coin quand et de sortir très vite de son champ de vision. Le sentiment d'impuissance est bien plus présent que quand nous nous sentons bien. Cela se retournait souvant en crise de rage devant les amis, mais ne durait heureusement peu de temps.

    Puis effectivement, nous pardonnons tous le monde, nous nous retrouvons et on se connaît beaucoup mieux. C'est à ce moment là que l'homme est beaucoup plus beau.Chaque moment devient un plaisir jusqu'à rentrer et retrouver une vie normale avant de resortir pour s'éclater.

    Mais vient un moment de grande reflexion: pourquoi? les conséquences?
    Puis on se rend compte que l'on tient énormément aux amis, et à toutes les personnes qui nous entoure. Je pense que ça nous rend plus faible, car cela nous ferait plus ml si il arrvait quelque chose à l'un d'entre eux.

    Donc amis Couronniens, faites bien attention,et n'hésitez pas à en parlr à vos amis , ils pourront aider.

  8. #8
    Date d'inscription
    août 2009
    Messages 
    2 126

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Rhonin, c'est ce genre de dépression adolescente qui est proche de l'orage méditerranéen.

    Violent pour l'effet, mais pas long dans la durée.
    La "vraie" dépression de l'âge adulte ça dure 5 ans, 10 ans, et nécessite souvent d'être aidé pour s'en sortir, des durées assez inimaginables à 16 ans...Et la dépression "adulte" (plus proche du climat normand de 235 jours de pluie par an que de l'orage!) est rarement le (seul) fait d'un amour obsessionnel tel qu'on peut en avoir à 16 ans.
    Enfin, je te dis ça, mais il est clair que ça doit être un moment difficile à vivre pour toi !
    Le problème c'est que même à l'âge adolescent, la sensibilité à fleur de peau peut conduire aux mêmes effets qu'adulte (suicide dans les premières causes de mortalité chez les 16-25 ans), alors que généralement ils sont le fait d'évènement moins graves et surtout bien moindre qu'à 30, 40 ou 50 ans.

  9. #9
    Date d'inscription
    novembre 2008
    Localisation
    Courbevoie
    Messages 
    277

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    C'est bien pour cela que j'ai dit "aperçu"
    Mais j'ai déjà vu des gens dans mon entourage qui devenait un peu "mécanique".
    Ils ne parlaient pas, ne faisaient que ce qu'il fallait faire et fin de l'histoire. Ca m'a fait un peu flippé
    quand il parlait car il n'y avait aucune étincelle dnas ses yeux et dans sa voix :/
    Dernière modification par Rhonin ; 03/09/2009 à 11h32.

  10. #10
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Lothlorien, premier malorne en rentrant à droite
    Messages 
    596

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Pour moi je distingue :

    -Les épisodes dépressifs passagers où un petit coup de pouce médoc+psy vous remet sur les rails. Les gens qui passent le cap, gagnent une meilleure connaissance d’eux même et normalement des armes pour ne pas replonger. Là on peut dire qu’on en sort grandi.

    -Les vrais grands dépressifs ou dépressifs chronique ont beaucoup de mal à s’en sortir. Ils sont installés dans un système qui inconsciemment ou non leur convient Les gens se cachent derrière l’ « l’évènement » ou les « évènements » qui sont à l’origine de la dépression, refusent d’aller de l’avant et se replient dans le passé pour ne pas affronter les problèmes d’aujourd’hui. Ils préfèrent se morfondre et s'apitoyer sur eux même que tourner la page. Chaque contrariété ou obstacle anodin du quotidient est vécu comme un "drame".C’est une énorme spirale infernale où la personne s’enferme et plus le temps passe et moins on arrive à la changer. (Quelqu’un de ma famille proche a fait une très grave dépression avec mélancolie qui a abouti à une hospitalisation de 2 mois il y a 25 ans et retombe trop régulièrement dans la spirale infernale suite à un évènement très douloureux qui a eu lieu il y a 40 ans).

    En France les médecins assomment leur patient de médicaments, du coup ils ont du mal à apprendre à vivre sans. Mon expérience professionnel m’a permis de constater que malheureusement beaucoup d’entre eux ont un traitement à vie.

    Pour moi quand les coups de blues arrivent il faut en parler à son entourage et ne pas laisser la porte ouverte à la dépression sinon c’est beaucoup plus dur de remonter la pente. C’est plus facile à faire qu’à dire mais on a plus à y gagner même si sur le moment mettre des mots sur une souffrance c’est très difficile. Si vous arrivez pas en parler à votre entourage il faut pas hésiter à aller voir un psy ça évite de tomber dans le cercle infernal. Etre attentif à soi, ce n’est pas être faible, avouer qu’on déprime non plus mais le cacher peut être dramatique. Il faut laisser la possibilité à ceux qui nous aiment de nous tendre la main. Malheureusement certains se taisent et passent à l’acte. Le suicide est la conséquence la plus tragique de la dépression. Il anéantie les familles et laisse un sentiment de culpabilité insupportable.


    Voilà mon avis sur le sujet.
    Dernière modification par Elanor ; 03/09/2009 à 18h11.
    Ma bio RP
    "Sire, on en a gros" Perceval

  11. #11
    Date d'inscription
    août 2009
    Localisation
    Lyon
    Messages 
    69

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Ah ! Merci Elanor, j'attendais ton avis impatiemment (Pas de jalousie smydge mais c'est parce qu'elle sait très bien que plus de 50 % de la pop. française a reçu un traitement anti-dépresseur (d'où le drapeau français sur le lancement de la conversation)). Merci aussi d'avoir commencer à souligner la différence entre dépression et mélancolie. La mélancolie est bien pire que la dépression et il faut savoir qu'un patient mélancolique qui pleure est considéré comme une nette amélioration, qui amène quasiment au rang de la dépression. La mélancolie c'est le fond du gouffre, c'est toucher le le deuxième fond de la boîte magique. C'est rester assis et ne RIEN faire !
    Je suis agréablement surpris de voir que cela vous a beaucoup inspiré et je vais essayer de vous donner mon avis même si c'est compliqué, car comme vous l'avez très bien expliqué, la dépression est un terme général qui regroupe tout un panel de mal-être qui ont pour point commun, au moins, que l'origine n'est pas une lésion physique à proprement parler. Cela dit des lésions physiques peuvent apparaitre du fait de la dépression.
    Je suis d'accord sur le fait que la dépression peut rendre très laid. On change, on se renfrogne et, bien sûr, personne n'a envie de quelqu'un qui "boude".
    (Pas besoin de me préciser que la dépression n'est pas de la bouderie, ce que je viens de dire est du second degré).
    Je ne sais pas pour vous mais moi la dépression me rend extrêmement sarcastique, ce qui ne plait pas beaucoup la plupart du temps. Et ce que je retire de ce que mon entourage m'a dit alors que j'étais dans ce genre de période ou on se détériore (c'est par pudeur que j'ai du mal à la nommer) aussi bien physiquement que mentalement c'est : "Va vite voir un psy, parles en parce que tu ne vas pas pouvoir travailler dans ces conditions". En plus simple, c'est : Garde le rythme, garde le rythme ! Marche ou crève !
    En même temps ils avaient raison, je ne peux pas leur en vouloir. Mais je ne pense pas avoir vu la vie derrière un philtre, mais plutôt : Différemment. Ce n'est pas quelque chose que j'entretiendrait parce que : Ca sert à rien, parce que, comme vous l'avez tous bien démontrer, ca vaut plus le coup de rester sur les rails, parce que ca craint de plus pourvoir ingéré ni connaissance ni nourriture (Miam, j'aime la bouffe) et parce qu'une dépression enferme dans une bulle que l'on forme par réflexe de défense. Mais pour certains instants je pense avoir vu plus clair et ça m'a personnelement permis de pouvoir me mettre à la place de plus de gens, de savoir à quel point un être humain (et même d'autre car même le chien est capable de dépression) est complex. Je vous l'accorde on arrive à être très intelligent sans dépression !
    En même temps j'aurais sauté au plafond si j'avais vu que quelqu'un avais trouvé une personne transfigurée par la dépressio,; ce serait plustôt paradoxal. Mais de là à ne plus rien voir dans les yeux d'un dépressif, je parlerais plutôt de mélancolie dans ce cas là. Parce que je vois des milliard de choses qui me bouleverse dans les yeux d'une personne, dépressive ou pas.
    J'espère ne pas trop vous choquer et je le répète, je suis agréablement surpris de voir le résultat de la discussion ce qui prouve bien que :

    C'est bien d'en parler qui fait avancer la dépression ou l'idée qu'on s'en fait à quelque chose de meilleur !
    Je préfère partir plutôt que d'entendre ça plutôt que d'être sourd.

  12. #12
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Ex-lathandrite désabusée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    22 551

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Je réalise avoir oublié un élément important dans mon post... la sortie !

    On en sort le jour où, au llieu de se dire "je supporte plus cette vie de merde, je veux mourir", on arrive à transformer ça en "je supporte plus cette vie de merde, je veux tout plaquer". Parce que là, ça y est, on arrive à une pensée "positive".
    Mais il faut des mois, voire des années, avant d'accepter de poser un choix qui peut être radical. Il faut du temps pour admettre que c'est la seule porte de sortie, qu'il faut prendre cette décision ou se laisser mourir. Et que quelque part, tout au fond, demeure une petite lueur d'espoir, l'envie de croire que la vie peut changer et être meilleure. Je pense que j'avais quelque part au fond de moi une envie de vivre qui résistait... Et une psychothérapie qui m'a obligée à voir la réalité en face. Et un peu de chance qui a fait que quand j'ai refait ma vie ça a marché du premier coup. J'en sort en me connaissant mieux, certes, mais en même temps fragilisée pour un bon moment, parce que dès que j'ai des difficultés dans ma vie je reconnais beaucoup trop vite à mon goût les symptômes dépressifs, qu'heureusement je ne laisse pas s'installer.
    Par contre, une fois qu'on a connu plusieurs épisodes dépressif (le mien a duré 2 ans), qu'on plonge petit à petit dans la dépression chronique... ben je ne sais pas s'il reste encore une porte de sortie. Peut-être avec une longue psychanalyse ?

    Et pour l'entourage... Je crois qu'il faut admettre que l'entourage ne peut rien faire. Enfin, un tout petit peu, aider par ex à maintenir la personne un minimum active, même si c'est pour la voir déprimer seule dans son coin à un repas, c'est toujours mieux que seule dans sa chambre. Mais il y a des passages où même ça, le dépressif ne pourra pas, ne voudra pas, parce que c'est trop dur et qu'il n'a plus la volonté de se battre. Et là c'est hyper dur pour l'entourage. Le dépressif n'a pas envie qu'on l'aide, il sait que personne ne peut l'aider. A la limite, il considère que ça ne regarde que lui, s'il se suicide.

    Je ne suis pas d'accord avec Elanor lors qu'elle dit "Ils sont installés dans un système qui inconsciemment ou non leur convient". Je pense qu'ils aimeraient vraiment s'en sortir, mais que cela leur imposerait sans doute de faire des choix qu'ils sont incapables de faire, inconciliables avec leur vision d'eux-mêmes ou de la vie. Ou, une fois que ça devient vraiment chronique, qu'au point de vue physiologique, il y a un déséquilibre hormonal qui a fini par causer des atteintes à la structure cérébrale, et qui du coup auto-entretien le déficit hormonal, ce qui fait qu'il est très dur d'en sortir.
    Dernière modification par Voyageuse ; 03/09/2009 à 19h16.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Peu disponible...

  13. #13
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 691

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Mon avis à moi

    Personnellement, la dépression, je pense que c’est une crasse. Et je ne vois pas bien en quoi elle peut être positive.
    Je parle évidemment de la « vraie » dépression, grave, chronique, pathologique, pas du coup de blues qu’on a quand on n’est « simplement » pas heureux, ni des dépressions exogènes, causées par des événements identifiables, décès, licenciement, rupture, que sais-je…

    Ça ne me choque pas qu’un dépressif doive prendre des médocs toute sa vie. C’est dommage, évidemment, mais pas plus dommage que pour le cardiaque ou le diabétique. La dépression est une vraie maladie, et je suis convaincue qu’elle doit se traiter comme telle : quelque chose d’endogène, qui échappe au contrôle de l’individu. Responsabiliser le dépressif, le rendre coupable de sa maladie, comme s’il avait envie d’être dans un tel état, je trouve ça dangereux. Comme je trouve dangereux la mode du stoïcisme qui voudrait qu’on serre les dents et qu’on aille de l’avant, et qu’on ait en soi les ressources pour faire face à tout. C’est très méritocratique : si tu veux, tu peux. Si tu es dans la rue, c’est que tu te bouges pas le cul. Si tu es au chômage, c’est que tu es fainéant. Si tu es dépressif, c’est parce que tu te complais dans la misère. Je n’y crois pas un seul instant.

    Et je ne pense pas non plus que dans les cas de dépression grave, parler avec des proches soit des plus efficaces. Je pense même que c’est extrêmement destructeur pour l’entourage qui ne parvient à rien, malgré des heures et des heures passées à tenter de raisonner quelqu’un qui broie du noir et est prisonnier d’une spirale destructrice. Une vraie dépression, ça s’encadre avec les proches, mais aussi avec des professionnels.

    Bien sûr, il faut peut-être revenir à ce qu’on entend par dépression… C’est un peu le mot passe-partout qu’on tape sur tout et n’importe quoi.

    Et pour terminer… Mon professeur de psychologie des émotions disait toujours qu’un être sain, équilibré, porte des lunettes roses pour percevoir le monde. Il est donc vital de jouir d’un excès d’optimisme pour être « bien ». Ça donne à réfléchir…

  14. #14
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Lothlorien, premier malorne en rentrant à droite
    Messages 
    596

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Je suis bien d'accord que lorsqu'on entre en dépression c'est pas l'entourage seul qui peut aider mais uniquement des professionnels. J'ai surtout parler de l'entourage en tant que soutien qui peut éviter de passer d'un simple coup de cafard à une vrai dépression. Dans mon boulot ça m'arrive régulièrement d'encourager des clients à aller voir un psy quand je sens que la dépression s'installe.

    J'ai dit dans mon précèdent post: "Il faut laisser la possibilité à ceux qui nous aiment de nous tendre la main"
    tendre la main pour moi c'est écouté et surtout amener la personne a réalisé qu'elle a besoin de l'aide d'un professionnel.

    @voya: j'ai dit "inconsciemment" justement

    Pour éclairer mon discours, la personne dont je parlais c'est ma maman. Quand elle a été hospitalisée je n'avais que 7 ans: trop petite pour comprendre et en même temps trop âgée pour ne rien voir. Suite à ça elle a fait 1ans à 2 ans (je me souviens plus la durée exactement) d'analyse (bien plus poussée comme prise en charge que la psychothérapie). J'ai passé une partie de mon enfance et surtout de mon adolescence à culpabiliser sur ses états dépressifs chroniques (sans hospitalisation ni traitement lourd ouf heureusement) parce que j'avais le malheur d'être la goutte d'eau qui faisait déborder le vase déjà plein. Il faut dire qu'on me balançait souvent dans les dents que c'était de ma faute. En tant qu'ado en pleine révolte existentielle c'était pas à moi de gérer ces problèmes.

    Je vous rassure, j'ai fait la part des choses et j'ai pris beaucoup de recul par rapport à la dépression de ma mère. Bon ok, j'avoue, j'aurais pu être plus cool comme ado ( espère que coco ne sera pas aussi chiante ). Maintenant elle a 57 ans et elle négative régulièrement alors qu'elle a plein de choses positives dans sa vie: elle a réussi sa vie professionnel avec brio (ça l'a beaucoup aidé), elle a des enfants mariés et qui ont finis leur études, un mari adorable et une petite fille ravissante. Le seul point positif c'est qu'elle n'est resté sous antidépresseurs que 3 ou 4 ans et qu'elle n'en prend plus à ma connaissance.

    En tout cas ça fait du bien de parler de tout ça. Et vos témoignage sont très enrichissant.
    Dernière modification par Elanor ; 03/09/2009 à 19h43.
    Ma bio RP
    "Sire, on en a gros" Perceval

  15. #15
    Date d'inscription
    août 2009
    Messages 
    2 126

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Peut être qu'il ne faut pas toujours chercher dans les causes extérieures la raison de la dépression...enfin je veux dire que dans certains cas, des gens tombent dans un état proche de la dépression pour un évènement que d'autres auraient surmonté

    Certain(e)s sont plus faibles face à l'adversité et vont plus facilement s'auto détruire qu'affronter le monde

    Ca dépend du monde de vie, de l'éducation qu'on a eu plus jeune, de son propre passé, de ses parents...
    En tout cas

    "une petite fille ravissante." : L'ensemble des parents du monde en sont persuadés, et pourtant on voit tellement d'enfants moches...difficile de parler de sa propre progéniture sans être persuadé(e) qu'il s'agit de la 8ème merveille du monde !

  16. #16
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Lothlorien, premier malorne en rentrant à droite
    Messages 
    596

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Inarius je te l'accorde, les parents ne sont pas très objectifs sur leurs descendance
    Dernière modification par Elanor ; 04/09/2009 à 10h14.
    Ma bio RP
    "Sire, on en a gros" Perceval

  17. #17
    Date d'inscription
    août 2009
    Messages 
    2 126

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Normal, pour la plupart des enfants, qui d'autre penserait que leur enfant est intelligent ET beau sinon ?

  18. #18
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages 
    5 275

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Il est étrange et très difficile de définir pleinement la dépression...

    Je pense avoir vécu au cours de ma vie quelque chose qui peut s'apparenter à cela et qui ma guette encore de temps à autres... mais je veille au grain.

    J'ai sombré dans une sorte d'étrange mélancolie où il nous vient des questions où la seule réponse c'est "rien".
    A quoi ça sert de parler ?
    A quoi ça sert de manger ?
    A quoi ça sert de dormir ?
    A quoi ça sert d'aller tous les jours se caler sur une punaise de chaise derrière un punaise de bureau pour écouter des inepties sans intérêt ?
    Et des questions, toujours des questions, de moins en moins d'intérêt pour ce qui nous entoure... On ne comprend pas, on a beau essayer de s'accrocher, on glisse inexorablement, on se débat mais ça ne suffit pas, on s'enfonce toujours plus profondément... Progressivement, on ne peut plus pleurer. Impossible de comprendre pourquoi on ne peut plus être triste alors q'un proche vient de décéder, impossible d'être triste alors que tout le monde vous lâche... Sans s'en apercevoir, chaque jour qui passe fait de nous un mort-vivant, un mort-dînant... On ne sait plus où est notre intérêt, impossible d'élaborer une stratégie, rien ne semble vouloir arrêter notre chute vertigineuse dans ce néant sans fin...
    Jusqu'à la fatidique question :
    "Mais qu'est ce que je fous là ?"
    Et contrairement à d'habitude où vos certitudes vous soulagent et vous relèvent, cette question reste vide et sans réponse comme le reste.
    Et lorsque vous arrivez à cette question, il est trop tard pour reculer. C'est la vie ou la mort, on éteint ou on allume la lumière, fin de la pièce ou fin de l'acte, faites votre choix.

    Ce sont les larmes qui m'ont réveillée. C'est ses larmes qui m'ont permis de verser les miennes et de reprendre juste suffisamment de conscience pour comprendre que je voulais survivre.
    Je n'ai jamais lutter contre un ennemi aussi retors et acharné que moi-même. Mais j'ai gagné la guerre au terme d'une bataille que j'ai cru sans fin, et ma vie s'est éclairée, à nouveau. J'ai redécouvert la tristesse, la colère, la joie, le rire... Ca ne s'est pas fait un jour, on ne sort pas indemne d'un truc de ce genre, mais jour après jour, on redécouvre... la vie en somme.

    Je ne sais pas si je suis sortie grandie de cette aventure. Peut être est-ce le cas. Ce que je sais, c'est que ça m'a meurtrie durablement. Lorsque tout fût terminé, je me suis juré : "Jamais, plus jamais".
    Et pour le moment, je tiens la promesse. Et j'espère la tenir encore longtemps. Je fais tout pour. Je ne veux jamais cesser de me battre.
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  19. #19
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Wien, Österreich
    Messages 
    934

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Les jours à se lever à ne pas savoir quoi faire, même quand il faut aller bosser ou étudier. Pas comme le spleen plus courant ou l'envie simplement de ne rien faire. C'est l'envie de rien. Le vide. Tout autant que le dégoût de soi.
    Les larmes viennent dans ces instants là. Seules. Sans explications. Ou tellement futiles que c'est parfois la honte qui vient après. Mais la peine et bien réelle. Mais ces larmes là n'aident pas. Ne réconfortent pas.

    Les journées passent plus ou moins par automatisme. On s'enferme tout doucement dans la solitude. A ne plus se supporter soi même. Avec la peur de perdre les rares véritables amis que l'on a. A ne pas savoir quoi faire pour chasser ces idées là. On tente le sommeil. Parfois même en plein journée. Mais il est sans repos. Parfois l'alcool est là aussi. En solitaire. Mais il ne réconforte pas plus que les larmes. Et on se couche ivre et seul. Et le lendemain est une perspective lointaine. Mais qui est bien présente au réveil. Et les jours passent.
    "I saw you hit your own chin and you're wondering why
    fat cops make bigger targets
    so don't forget:
    these things that you see just ain't right" Radar Bros - Happy spirits

  20. #20
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages 
    921

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    ...

    Sans penser que je suis en dépression, je pense pouvoir dire que je traverse depuis 7, 8 mois (en gros) une phase de morosité.

    La sensation de ne plus pouvoir aimer quelqu'un, la perte du plaisir en général (la lecture, les "écrans", les vacances et la famille sont les seules choses qui me font encore plaisir), un découragement récessif, des sautes d'humeur, le sentiment de ne pas être "quelqu'un de bien", de ne pas savoir quoi faire pour changer tout ça, d'en avoir marre de "tout", et d'avoir envie de plaquer tout ça.

    En opposition à tout cela se trouve le désir de continuer encore et toujours (je remercie d'ailleurs le ciel de l'avoir) et l'espoir que ça passe avec le temps et l'aide d'un psy.

  21. #21
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 357

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    La dépression, pour moi,c'est avant tout une perte de repères. On cherche quelque chose dont on aurait envie, quelque chose qui pourrait nous sortir de là. C'est un désir qui n'a pas vraiment d'objectif. Désir de tout, désir de rien, désir de l'abîme. La dépression, c'est l'étreinte du vide. Et c'est un état dans lequel on se plaît bien. On devient dépressif. Et ce mot devient une excuse à tout. Grâce à ce sésame magique, on peut échouer, tout saboter allègrement, perdre ses idéaux, et même se faire prendre pour un imbécile sans broncher. Tout simplement parce qu'on est dépressif. C'est fatiguant aussi. C'est vouloir penser à tout en ne pensant à rien à la fois. C'est aussi vouloir du monde autour de soi et inconsciemment les faire fuir. On ne sait plus. Et la dépression implique aussi l'entourage, le mine comme une chape de plomb.

    Et on en sort pas grandi, ça non. Les gens qui vous ont vu tomber ne peuvent pas s'empêcher de se souvenir, de se méfier. Surtout que la dépression peut ressortir ses griffes. Une sorte d'alien qui ronge, ronge et ronge encore.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  22. #22
    Date d'inscription
    août 2009
    Localisation
    Lyon
    Messages 
    69

    Triste Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Ben didonc,

    Je ne chanterai jamais les louanges de la dépression mais je suis perplexe de lire tant d'avis qui décrivent la dépression comme un prétexte ou une chose dont on ne sort jamais.
    Je pense que tout dépend de la façon de prendre ce mal, parfois les gens ont un humour acru et cherche à sortir de cela.
    C'est vrai qu'il peut paraître rare que les personnes dépressives se donnent les moyens d'en sortir, mais je pense qu'on peut en sortir, et qu'on peut sortir... différent sans être moins bien ou nécessairement meilleur. On ne se complet pas nécessairement dans cet état.
    Tenez je viens de me rendre compte de quelque chose en écrivant et je dois dire que ça résume pas mal de choses que j'observe. Je disais que tout dépend de la façon de la prendre, eh bien en fait, oui et non. Tout dépend de l'entourage, ou plutôt de l'environnement : Je peux vous promettre qu'un dépressif qui n'est pas bichonné par son entourage, qui n'a pas les moyens d'exercer un quelconque tyrannie ne se complait pas, mais pas du tout dans cet état ! Et là je rejoins certaines idée précédente (Smydge et autre) quand on fini par ne pas y trouver de compte ou que ce soit dans la dépression, c'est la sortie de la spirale ou la mort.

    Bon sinon je trouve qu'il y a toujours confusion au niveau de la nomenclature : Qu'est-ce qu'officiellement on peut appeler dépression et ce que l'on ne peut pas appeler ainsi ?
    Je préfère partir plutôt que d'entendre ça plutôt que d'être sourd.

  23. #23
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages 
    921

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Ben... Il me semble que les médecins ont établi une liste de critères caractérisant la dépression.

  24. #24
    Date d'inscription
    mars 2006
    Localisation
    dans les limbes...
    Messages 
    1 006

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Mon avis n'est pas loin de ressembler à celui de Rorschasch. Un dépressif ne l'est pas forcément parce qu'il l'a voulu.
    La dépression est un état pathologique marqué par une tristesse avec douleur morale, une perte de l'estime de soi, un ralentissement psychomoteur. Mais ça, ce n'est rien qu'une définition de la dépression. La nature d'une dépression peut varier d'un individu à l'autre et ses effets également ainsi que sa durée.
    Je ne crois pas que la dépression n'apporte rien d'autre que la dépression et ses aspects négatifs. Parfois, elle peut apporter un certain recul sur les événements qui l'ont provoqué.
    Une prise de conscience, que quelque part, malgré un stéréotype affiché de "vivre pleinement son existence", quelque chose ne va pas(et induit, de ce fait, la dépression).
    Je connais bien quelqu'un qui est obligée de prendre constamment des antidépresseurs. Cela ne serait pas forcément arrivé si elle avait pris conscience de ce qui la poussait vers la dépression.
    "l'étranger:je ne porte pas de masque" "Camilla: (terrifiée, à Cassilda)Pas de masque?Pas de masque!"
    "Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs..."
    Poids liche...
    La voix de Lester s'entend en #C39C39

  25. #25
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Ex-lathandrite désabusée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    22 551

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Citation Envoyé par Althéa Voir le message
    .... c'est un état dans lequel on se plaît bien. On devient dépressif. Et ce mot devient une excuse à tout. Grâce à ce sésame magique, on peut échouer, tout saboter allègrement, perdre ses idéaux, et même se faire prendre pour un imbécile sans broncher. Tout simplement parce qu'on est dépressif.
    Pour l'avoir vécu... je suis pas d'accord ! Et je trouve que c'est bien pratique, pour les non-dépressifs, de s'imaginer que ceux qui le sont s'y trouvent bien... La secrétaire de mon collège avait exactement cette attitude, avec en gros "si on veut vraiment en sortir on en sort", ou comment culpabiliser à mort un dépressif qui n'en a pas besoin. Ben elle a à son tour fait une dépression il y a 2 ans... Autant dire qu'elle a changé de discours ! (et je crois qu'elle n'en est pas encore sortie, la pauvre...)

    Bref... On a tous un vécu, qui nous rend plus sensible que d'autres à certaines choses. Je pense que les événements qui ont provoqué ma dépression il y a 8 ans auraient sans doute provoqué la même chose chez beaucoup de personnes, même si mon vécu antérieur, mon éducation, expliquent que je me sois trouvée dans une telle impasse là où d'autres auraient réagi peut-être avant. Et je suis consciente, compte tenu de mon histoire, que j'ai eu du bol de m'en tirer en moins de 2 ans sans casse (hormis un divorce quand même). Mais je suis d'un naturel optimiste, je tentais de me répéter (en-dehors des crises journalières "envie de mourir") que ça ne pouvait que s'arranger tôt ou tard. Et d'ailleurs, si on m'avait dit, 5 ans avant, qu'un jour je risquais de faire une dépression, j'y aurais jamais cru... C'est pas dans mon caractère, normalement...

    Bref... Le problème ce n'est pas le premier épisode dépressif, ça peut arriver à tout le monde si un enchaînement d'évènements vous démolit.
    Le problème c'est le risque de rechute, qui peut évoluer à force vers une dépression chronique. Et ça je ne sais pas trop comment on évite.
    En fait, ce qui se passe, c'est qu'une fois qu'on a fait une dépression, on est réellement fragilisé. Deux explications possibles :
    - l'explication psy : "voyons madame, vous remarquez bien sûr que les événements qui vous font replonger ont des points communs... Il faut donc arriver à comprendre pourquoi vous vivez si mal ce genre de rupture... Allongez-vous sur le divan..."
    - l'explication neurologique : "durant 2 ans vous avez souffert d'un déficit d'hormones, sérotonine et autres, et cela a petit à petit hypotrophié votre hypophyse. Par conséquent vous avez moins de récepteurs hormonaux et donc une plus grande fragilité face au stress" (le stress, ça peut être un évènement "traumatisant" ou une accumulation de petits évènements durs à vivre)

    Ces deux explications ne s'opposent pas, elles ont plutôt tendance à se compléter.
    Si on privilégie la première, on s'oriente vers une psychanalyse... pour laquelle il faut avoir la chance de trouver un bon psy. Et une fois qu'on a découvert le pourquoi du comment, je ne suis pas sûre du tout que le problème se règle de lui-même, le traumatisme ancien, même analysé, reste présent.
    Si on privilégie la seconde, on s'oriente vers un traitement antidépresseur à vie pour compenser le déficit hormonal.
    Personnellement, aucune des deux solutions me semble valable... Plus qu'à espérer que mon hypophyse finisse par retrouver son fonctionnement originel avec le temps

    Je viens d'échapper à une rechute (enfin, j'espère, j'attends la stabilisation définitive de mon état d'esprit ). Et j'aurais été vraiment furieuse de replonger pour un évènement qui, normalement, ne devrait pas provoquer une telle réaction dépressive. Mais du coup, j'ai bien été obligée de prendre conscience que j'étais fragilisée... Alors j'ai beau me dire que non, plus jamais je ne veux replonger, je ne suis pas sûre de pouvoir toujours l'éviter.

    Et honnêtement... non, je n'ai pas envie de devenir dépressive, non, je ne m'y plairait pas, et je suis bien placée pour savoir à quel point on y est mal. N'essayez pas de culpabiliser ceux qui y sont en sous-entendant que s'ils voulaient vraiment s'en sortir ils le pourraient. C'est pas si simple.
    Pour reprendre l'explication donnée par un neuropsychiatre dans Science et Avenir : c'est un peu comme si vous demandiez à un paralytique de marcher, il ne peut pas. Et bien un dépressif ne peut pas retrouver la joie de vivre. Parce que le fonctionnement de son organisme, de ses hormones, est devenu anormal. On s'en sort pas comme ça. Et quand on en sort, il reste des séquelles. Et on n'y peut pas grand-chose hélas...
    Dernière modification par Voyageuse ; 22/09/2009 à 15h23.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Peu disponible...

  26. #26
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Lothlorien, premier malorne en rentrant à droite
    Messages 
    596

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    citation

    "c'est un peu comme si vous demandiez à un paralytique de marcher, il ne peut pas. Et bien un dépressif ne peut pas retrouver la joie de vivre. Parce que le fonctionnement de son organisme, de ses hormones, est devenu anormal. On s'en sort pas comme ça. Et quand on en sort, il reste des séquelles. Et on n'y peut pas grand-chose hélas..."

    ça me désespère cette phrase bien que ça fait longtemps que je n'ai plus aucun espoir de rémission complètement pour ma mère.

    Dans son cas c'est encore et encore et toujours remettre sur le tapis l'évènement qui l'a fait plongé, pour s'excuser de son attitude, de ses défauts et de ses manquements vis à vis de nous. J'aimerais temps qu'elle passe à autre chose.....
    Ma bio RP
    "Sire, on en a gros" Perceval

  27. #27
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 357

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Pour l'avoir vécu... je suis pas d'accord ! Et je trouve que c'est bien pratique, pour les non-dépressifs, de s'imaginer que ceux qui le sont s'y trouvent bien... La secrétaire de mon collège avait exactement cette attitude, avec en gros "si on veut vraiment en sortir on en sort", ou comment culpabiliser à mort un dépressif qui n'en a pas besoin. Ben elle a à son tour fait une dépression il y a 2 ans... Autant dire qu'elle a changé de discours ! (et je crois qu'elle n'en est pas encore sortie, la pauvre...)
    Je l'ai vécu aussi. Sinon, je ne me permettrais pas de dire ça. Par contre, j'ai mal formulé ce que je voulais dire. Disons que quelque part, la dépression est une excuse à beaucoup de choses. Aussi bien pour la personne atteinte que pour l'entourage. "On est comme ci, comme ça, parce qu'on est dépressif", et on ne cherche pas plus loin.

    Il est sûr qu'à des moments, on se rend compte de ces disfonctionnements, on a des moments de lucidité sur notre état. Ce n'est pas un moment très joyeux. On cherche un moyen de s'échapper, de revenir. Mais la pente est tellement difficile à remonter …
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  28. #28
    Avatar de phoeunix
    phoeunix est déconnecté Punching-ball de service (avec un solide penchant masochiste)
    Date d'inscription
    février 2008
    Localisation
    Nice
    Messages 
    471

    Magicien Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Avant tout chose, j'ai envie de détailler certaines de mes connaissances et également, admettons-le, croyances (dans le sens où elles font partie de choses non démontrables parce que, pour la plupart, non objectivables) qui vont certainement à contre-courant de l'opinion générale et de celle de mes confrères concernant la maladie en général avant de bifurquer vers le cas particulier de la dépression.

    Je considère qu'il y a un lien intime entre l'inconscient biologique (celui qui agit "seul", nous fait digérer, respirer, sécréter des hormones etc.) et l'inconscient psychologique et que l'un peut agir sur l'autre et réciproquement, et ce de façon assez drastique dans certains cas.

    Pour ceux qui doutent du lien entre trouble psychique et répercussion sur l'organisme, je leur propose de se documenter sur l'hystérie de conversion qui, sans la moindre lésion cérébrale, peut provoquer des paralysies, des anesthésies, des cécités et j'en passe. L'inconscient est surpuissant quand il s'agit de contrôler l'organisme, ne peut-on pas imaginer qu'il soit également possible que notre psyché soit impliquée dans le mécanisme même du déclenchement des maladies ?

    C'est en tout cas ce sur quoi s'appuient plusieurs médecines alternatives, la médecine chinoise ancestrale et c'est ce que pensent certains spécialistes d'une discipline qui s'appelle le décodage biologique, comprendre le décodage psychobiologique des maladies : chercher à comprendre quels sont les facteurs psychologiques qui ont pu permettre l'installation d'une maladie ou même carrément les causes psychologiques directement à l'origine de la fabrication de la maladie (et je marque mes mots !). Ca parait fou, hein ? De fait, j'identifie trois causes aux maladies, parfois individuelles, mais généralement associées pour expliquer pourquoi *telle* maladie à *tel* moment de la vie d'un individu se manifeste sous *telle* forme et intensité :

    - l'état biologique de la personne (IMC, facteurs favorisants, maladies chroniques, qualité du système immunitaire etc.) : il s'agit de ce qu'on appelle le *terrain*. Très important, il va déterminer fortement la probabilité et la gravité des maladies. Une personne obèse, diabétique, en insuffisance rénale, avec hypertension artérielle sera très logiquement plus facilement sujette à l'infarctus du myocarde qu'un marathonien entraîné.
    - la virulence et la dangerosité d'un facteur extérieur (virus, bactérie, facteurs environnementaux) : il est normal de choper une maladie contre laquelle on n'a aucune immunité. Pour le reste, il y a une part de loterie (ou pas ?).
    - les raisons psychologiques qui poussent l'inconscient à déclencher des maladies.

    Pourquoi l'organisme construirait de lui-même des maladies ? Tout simplement parce que la maladie est utile, si, si, elle est utile si on la regarde d'un point de vue différent. Elle est deux choses : une réponse adaptatrice et un message que l'inconscient veut faire passer au conscient.

    D'abord le mécanisme. L'inconscient biologique et psychologique sont intimement liés. Il faut savoir que l'inconscient biologique ne connait pas le vide, là où il y a vide, il créé. De fait, chaque fois que nous faisons face à un événement insoluble techniquement mais surtout émotionnellement au niveau de la psyché, l'organisme va construire une tentative de réparation au niveau biologique : c'est l'entrée en maladie. L'événement peut aller du conflit intérieur entre plusieurs tendances (émotion et raison par exemple) jusqu'au réel tsunami intérieur provoqué par un événement dévastateur émotionnellement. La réponse biologique dépendra pour beaucoup de la façon dont est vécu de l'événement qui pose problème.

    Prenons un exemple très simple tout à fait imaginaire : je me sens fatigué, stressé, au bord de la rupture des nerfs à cause d'un boulot épuisant MAIS je ne peux absolument pas me permettre de ne pas aller bosser sous peine de me faire virer et de me retrouver dans une situation économique désastreuse. Je vis très mal cette situation, je me sens étouffé, bloqué, piégé. Aucune solution a priori ne s'offre, ou alors cela nécessiterait des changements drastiques dans la vie. Solution de l'inconscient biologique ? Je chope une bonne grippe carabinée, mon patron ne peut pas me refuser un arrêt maladie et j'ai un arrêt d'une semaine. Ce n'est pas foncièrement la meilleure solution qui existe mais c'est la solution que développera l'organisme face à une situation non tenable car il ne peut agir que sur notre corps. C'est un début de solution appréciable, au moins j'ai déjoué en partie le caractère coercitif et inextricable de la situation, ce qui n'est pas rien. Si par chance, je m'interroge un peu sur cette grippe qui arrive "à point nommé", j'ai alors la possibilité de comprendre le message envoyé par mon corps : celui-ci essaiera de me dire que j'ai une vie trop stressante, inadaptée à mes capacités physiques, que je suis en train de me bousiller la santé. Voilà la puissance du message que peut porter une simple grippe. Mais si je ne change rien, la prochaine fois pourra être plus grave et il y aura escalade des problèmes tant que le message inconscient ne sera pas passé dans la sphère consciente, ça pourra très bien être un infarctus. Si je lis le message et le comprend, alors j'ai deux choix : continuer sur un chemin qui ne me convient pas parce que c'est dur de changer ou alors essayer autre chose et revoir certaines choses dans ma vie, du plus anodin au plus drastique.

    Evidemment, toute maladie ne revêt pas une signification aussi profonde, la grippe peut n'avoir aucune cause psychologique, ou bien il peut ne s'agir que d'un petit coup de pompe passager auquel l'inconscient veut nous dire "Lève le pied, repose-toi.". Mais pour les maladies graves, dangereuses et potentiellement mortelles, on peut s'attendre à trouver à l'origine de la maladie un choc émotionnel extrêmement important et la maladie contient alors un message ou une leçon tout à fait vitale et essentielle pour nous.

    Un deuxième exemple tout à fait personnel cette fois-ci mais également très répandu : les jeunes enfants tout le temps malades. Dans mon cas, j'ai passé toute l'année de CE1 à être malade à répétition : angines, otites, grippe... bref toutes les maladies de la sphère ORL fréquentes à cet âge-là mais que je chopais en boucle, j'ai passé plus de jours malade qu'à l'école. Et puis le problème s'est partiellement résolu l'année suivante où je n'ai pratiquement plus été malade grâce notamment à une cure thermale qui a eu le double effet de renforcer mes défenses immunitaires et de prendre une certaine indépendance vis-à-vis de mes parents.
    Puis la vie a continué.
    Il y a deux ans, au détour d'un problème qui n'avait en apparence rien à voir, j'ai pu mettre en lumière le sens profond de cette période troublée. Quel sens donner à cette période de maladies à répétition ? La double contrainte était simple : d'une part, comme tout enfant de 7 ans, j'avais énormément besoin de mes parents, cela va sans dire, mais d'autre part, je ne pouvais pas me permettre d'être un poids pour eux. Involontairement, je m'effaçais au maximum pour créer le minimum de vague, le minimum de problèmes et ne pas être un poids supplémentaire, aussi bien à l'école qu'à la maison, l'enfant sage, timide que personne n'entend parler. Pourquoi ? C'est là que j'ai pu mettre le doigt sur la racine du problème (+1, +3 contre les créatures artificielles *se cache *) : un sentiment de culpabilité énorme depuis la naissance. C'est bien simple, je me sentais coupable de tout : de la dépression de ma mère, de mon père qui bossait comme un âne, d'être une bouche de plus à nourrir, toute mon existence était construite autour de ce sentiment d'être un poids pour l'humanité toute entière et qu'il fallait donc que je me fasse le plus petit possible pour ne pas être rejeté et mourir. Mais j'avais quand même besoin de l'amour de mes parents pour survivre. Mon inconscient biologique a trouvé une solution pour concilier les deux : être constamment malade. Consciemment, je ne pouvais pas me reprocher d'être malade, du coup problème réglé : j'obtenais donc l'attention de ma mère qui s'occupait de moi et passait du temps avec moi, sans ressentir cette culpabilité.
    Je ne peux décrire la sensation incroyable lorsqu'en une heure de consultation, on arrive pour un problème donné et que l'on ressort en ayant déjoué 20 années de culpabilité que l'on pensait être au cœur-même de sa personnalité. Car en effet, cette culpabilité était ancrée au plus profond de moi jusqu'à ce que le blocage inconscient redevienne conscient et une fois la double contrainte mise en évidence, il est très facile de la débloquer, tout simplement parce que cette culpabilité s'est construite autour de ce que je comprenais en tant qu'enfant. Oui, une heure de consultation avec un spécialiste du décodage biologique, là où ça m'aurait sûrement pris 6 mois pour le même résultat en psychothérapie normale (et 5 ans en psychanalyse où j'aurais tout *compris* intellectuellement mais sans me libérer émotionnellement ? ). Toujours pas convaincu que les maladies ont des messages à nous faire passer ? Je vous comprends tout à fait, il faut le vivre au moins une fois pour s'en convaincre réellement.

    Alors vous allez me dire, quel rapport avec la dépression ? J'estime que la dépression est une maladie parmi d'autres à quelques spécificités près. D'abord, ici, il n'y a pas 3 mais une seule cause à la maladie : les causes psychologiques. Les dérèglements hormonaux que l'on observe au niveau du cerveau ne sont pas les causes mais les conséquences des processus psychologiques inconscient. Autre paramètre : la dépression ne s'appuie pas sur un mais sur une multitude de situations de double contrainte. En fait, il s'agit généralement d'enchaînement de situation-problème irrésolues qui s'additionnent les unes aux autres. Là où mon année de CE1 tourne autour d'une situation problème qui fait écho à une seule autre situation-problème, la dépression est en général l'aboutissement d'une succession et d'un empilement de problèmes et ensuite, il y aura *la* situation de plus, l'événement traumatisant qui sera l'élément déclencheur d'une dépression totale qui aura été silencieusement construite inconsciemment tout au long de la vie. C'est cela qui la rend difficile à soigner car il s'agit d'une toile à embranchements multiples qui communiquent entre eux, s'additionnent et se multiplient dans le temps. De fait, c'est un travail habituellement long et douloureux d'arriver à mettre à jour tous les "nœuds" et les dénouer un par un en même temps que les croyances limitantes qui en découlent. De plus, la compréhension intellectuelle ne suffit pas, il faut bien entendu déjouer les enjeux de façon émotionnelle.
    Cependant, il y a des obstacles classiques très fréquents dans la dépression sans lesquels celle-ci ne pourrait pas s'installer. De fait, on peut jouer sur les deux plans : un démaillage systématique des situations-problèmes liés à des événements spécifiques et sur les mécanismes sans lesquels la dépression n'existerait pas.

    Le premier auquel je pense est l'identification à la maladie qui découle directement d'un schéma de croyance général qui pousse une grande partie de l'humanité à s'identifier à ses pensées, ses émotions et à la somme des deux savoir : ses problèmes ainsi qu'à ses actions.
    Comme l'a décrit Althy, beaucoup de gens sujets à la dépression sont intimement persuadés que leur identité ne fait plus qu'un avec le statut de dépression et du fait, la dépression se substitue à leur identité utilisent rapidement cette étiquette mentale pour justifier un certain nombre de choses dû à leur situation. Bien entendu, cela se fait parfaitement inconsciemment car l'identification à la dépression s'appuie sur des croyances dont la personne n'est même pas consciente tellement ils sont ancrés profondément.

    Le deuxième découle du premier : ce sont les "petites voix dans la tête". Nous avons tous des petites voix dans la tête qui s'expriment constamment et donnent leur avis sur tout et n'importe quoi. Habituellement, on appelle cela la pensée et on s'identifie à elle. La pensée s'appuie sur un ensemble de croyances vertigineux pour lesquelles on a donné notre accord à un moment ou un autre de notre vie. Pour la plupart de ces croyances, nous ne sommes même plus conscients que nous les avons, nous ne nous souvenons même plus quand nous les avons acceptées et ces croyances "vivent" en nous sans aucun contrôle. Les petites voix en elles-mêmes n'auraient aucun pouvoir si nous ne leur donnions aucun crédit, aucune légitimité et si nous ne nous identifiions pas à elles. Or, beaucoup de gens placent le siège de leur identité directement dans leur capacité à penser. Le problème, c'est que nous n'avons aucun contrôle sur cette pensée, nous nous y attachons tellement et la nourrissons à longueur de temps au point que la pensée et le mental se sont individualisés et fonctionnent sans notre contrôle. C'est ainsi que nous jugeons le monde entier, chaque chose, chaque personne, chaque objet selon un code de croyances que nous ne contrôlons même pas. Pire que tout, ce système de pensée se retourne contre nous et nous juge également en nous critiquant, nous culpabilisant, générant des dizaines de pensées négatives : "je suis nul", "je ne suis pas assez bon", "je devrais avoir honte".

    En réponse aux agressions du mental, notre corps émotionnel réagit, il s'agit du troisième mécanisme : l'identification au corps émotionnel. Notre psyché possède d'une part un bourreau : le mental et son pendant est la victime, incarné par le corps émotionnel. Nos émotions ne génèreraient aucun problème si nous n'y placions pas une partie de notre identité. Là encore, on peut se demander comment on a pu en arriver à une perversion mentale massive qui nous pousse à être dans le même temps notre bourreau et notre propre victime. Où se situe notre identité dans tout cela ? On ne peut pas être les deux à la fois, ou alors ce serait admettre comme normal une forme de schizophrénie... Comment pourrait-on être les deux à la fois ? C'est impossible, on ne peut conclure qu'il y a mensonge, erreur quelque part.

    Les paragraphes au-dessus ont deux utilités : d'une part, je trouve qu'ils permettent de montrer pourquoi n'importe qui peut être sujet à la dépression. En effet, dans ce contexte, on comprend que la dépression n'est qu'une version amplifiée d'un fonctionnement mental qui est déjà défectueux chez la grande majorité de l'humanité. Chez le dépressif, les mécanismes sont augmentés : la pensée ne s'arrête plus de penser et d'asséner des critiques incessantes auquel le corps émotionnel répond par des crises d'angoisse et des émotions négatives. La façon dont nous fonctionnons est un terreau formidable dans lequel peuvent germer les graines de la dépression. Les événements de la vie sont une chose, leur interprétation par notre psyché en est une autre. Or, c'est ce deuxième élément qui va conditionner notre susceptibilité à souffrir de dépression. D'ailleurs, le terme dépression est une étiquette qui ne me plait guère. Il donne l'impression qu'il y a une rupture franche et nette entre les dépressifs et les autres personnes. Où fixer la limite alors qu'il s'agit en réalité d'une échelle continue où tout le monde a sa place à divers degré de déviance dans le fonctionnement mental ? Car sans être dépressifs, beaucoup de gens sont malheureux, insatisfaits et ne vivent qu'autour de cycles de bonheur éphémères apportés par le monde extérieur.

    Là encore, nous sommes contraints par des croyances limitantes qui balisent et contraignent notre capacité à être pleinement soi-même, en paix et pourquoi pas heureux.
    Pour ma part, je pense que l'identité ne se trouve pas dans nos pensées, nos émotions, nos actions ni nos croyances. Imaginons un être humain qui serait totalement lavé de toute croyance, de toute identification aux émotions et aux pensées, que resterait-il ? Certains diront qu'il ne reste rien, qu'on n'existe plus. Pour ma part, je pense que ce qu'il reste c'est : La conscience pure. La conscience pure qui assiste à tous les mécanismes psychiques cités juste avant. La seule difficulté, c'est de retrouver le chemin qu'on a perdu depuis très longtemps pour habiter cette conscience.

    Certains diront que nos pensées, nos émotions et nos actions forgent notre identité, la définit et la font varier, évoluer. Que "si je n'avais pas vécu telle chose à tel âge, je ne serais pas la même personne". Je pense pour ma part que les émotions, les pensées et les actions ne modifient qu'une seule chose : des masques sociaux que l'on adopte, des mirages que l'on croit être notre identité. L'identité, la vraie, l'absolue, elle, ne change pas. Elle est cette parcelle de constance qui nous unit au reste de l'ensemble de ce qui est existe. Nous ne la percevons plus car notre psyché est obscurcie par des mensonges et que nous ne régulons plus rien avec notre conscience. Au lieu de faire le tri dans nos pensées et nos émotions, nous assistons et subissons, impuissants, à cette inconscience, finalement, qui agit et réagit toute seule.

    Comment se sortir de cette boucle infernale ? Comment reconquérir sa conscience ? En la pratiquant, tout simplement. En recentrant notre attention sur celle-ci ce qui implique inévitablement d'être focalisé sur le présent.
    L'un des exercices de base les plus efficaces est d'habiter sa conscience et d'observer nos pensées et nos émotions. Il s'agit bien d'observer et non pas d'étouffer. Toute émotion ou pensée que l'on cherche à étouffer au mieux rejaillira par la sortie de secours, au pire deviendra inconsciente et sera encore plus incontrôlable. L'observation des émotions et des pensées revêt plusieurs qualités qui permettent de se désidentifier du mental et des émotions et de s'ancrer un peu plus dans notre conscience et notre identité.
    L'observation implique une présence totale à l'instant présent, un non-jugement et par là-même une acceptation de ce qui est. J'observe l'émotion, je ne le juge pas, j'admets sa légitimité et j'admets qu'elle a le droit d'exister mais je ne m'y identifie pas. J'observe simplement. Petit à petit, l'émotion va se transformer, prendre d'autres formes, d'autres ressentis. Il se peut qu'elle se dissipe toute seule et alors, on ressent une certaine sérénité, un certain apaisement.
    Pareil pour les pensées, j'observe la pensée comme si elle était énoncée par un interlocuteur distant. J'accepte sa présence, tout comme j'accorderais à un ami proche de s'exprimer librement. Sans m'identifier. Comme je ne m'identifie pas, j'observe sans réagir. L'absence de réaction est perturbante pour la pensée et celle-ci va se court-circuiter d'elle-même.
    Au départ, il est intéressant de s'accorder quelques minutes par-ci, quelques minutes par-là pour se consacrer entièrement à l'observation. Puis, parfois il y aura des ressentis caractéristiques qui vont automatiquement nous pousser à nous concentrer sur le moment présent et à observer. Et petit à petit ces moments de méditation vont s'intégrer naturellement à nos activités, vous nous permettre de surmonter activement les problèmes qui n'en seront plus dès lors qu'on ne s'identifie plus à eux.
    Petit à petit, à force d'observer, on repèrera des schémas de pensées récurrents, répétitifs et qui perdront de la force au fur et à mesure qu'on les observe. Les émotions quant à elles finiront par délivrer des messages, de plus en plus précis. En plus de cela, on s'imprègne par la simple présence de sa conscience de valeurs et de croyance non limitantes, libératrices et porteuses d'énergie vitale qui vont petit à petit désamorcer les croyances fondamentales que l'on croit indispensable.
    Ce simple exercice est d'une grande puissance et peut être pratiqué par n'importe qui, même quelqu'un qui est dépressif.

    Prenons l'exemple de la crainte de la rechute en dépression. C'est typiquement le genre d'impression et de pensée qui détient certainement de très grandes leçons pour faire face à la situation actuelle et apporter une solution présente pour ne pas que ça se reproduise.
    Admettons que la pensée "si ça continue comme ça, je vais retomber en dépression" me traverse l'esprit. Vite, j'observe ! Mon corps émotionnel réagit tout seul et distille une peur, une crainte. J'observe, je ne m'identifie pas. Je prends tout le temps qu'il faut pour observer comme il faut. D'ailleurs, ce genre de pensée survient souvent quand on est inoccupé, quand notre esprit est suffisamment accessible pour que le poison émotionnel puisse faire son effet. Manque de chance, aujourd'hui, j'observe et je ne donne pas prise à l'émotion. Je m'imagine même transparent, immatériel, j'observe l'émotion me traverser sans laisser aucune empreinte, aucune trace. Je continue d'observer et au lieu de prendre ce message de façon personnel, j'essaie d'en tirer des leçons : qu'est-ce qui fait que dans ma vie, aujourd'hui, je pourrais de nouveau craquer psychologiquement ? Hop, les réponses commencent à fleurir, et je peux continuer à observer ce que je perçois être des problèmes, des contraintes, d'autres émotions, d'autres pensées et je me désidentifie de plus en plus, j'évacue le trop plein d'émotions et je me libère des problèmes que je ne perçois plus d'un point de vue vital et intérieur mais comme des conditions extérieures qui ne sont finalement pas ce que je suis.

    Bien évidemment, ce genre d'observation est très mal vécue par le mental et le corps émotionnel. Jusqu'alors au centre de notre identité, ils se sentent menacés, ils vont alors redoubler d'efforts pour essayer de survivre et de garder leur place, persuadé qu'ils sont de détenir notre identité et de provoquer notre mort s'ils disparaissent. Ceci n'est pas regrettable, au contraire. Si l'on reste vigilant et présent, cette frénésie mentale va nous permettre de dénouer tout un tas de problèmes, d'identification et de croyances à un rythme très rapide qui se transformera petit à petit en cercle vertueux.

    Bien, je crois que ce post est déjà bien assez long. Hélas, je n'ai pu que survoler l'ensemble des points abordés sans approfondir autant qu'il aurait été nécessaire.

    Bien entendu, je n'ai rien inventé. Tout au plus ai-je colligé, rassemblé et créé des liens entre certaines choses ici. Un petit point bibliographique s'impose :
    Pour le début, je me suis beaucoup appuyé de "L'instant de la guérison" de C. Flèche et J.J. Lagardet, "Dis moi où tu as mal, je te dirai ce que tu as" de M. Odoul ainsi que certains écrits et certaines théories de Hamer.
    Pour la fin, je conseille vivement à tout le monde la lecture du "Pouvoir du Moment Présent" d'Echkart Tolle qui mérite bien d'être lu une fois dans sa vie.
    Dernière modification par phoeunix ; 22/09/2009 à 18h17.

  29. #29
    Smidge Invités

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    C'est un point de vue très intéressant, et même si je suis grandement d'accord avec les derniers paragraphes, je ne suis pas certain de leur "universalité".

    Tout d'abord, tu laisses (enfin "tu", j'ai cru comprendre que tout ceci n'était pas entièrement de toi ) sous-entendre que toutes les maladies n'étaient que des messages envoyés à notre conscient. Si je me chope un pitit virus mal placé qui a décidé de me coller la chiasse toute la nuit, le facteur "psychologique" n'aura pas vraiment son mot à dire...
    Je veux bien croire que dans certains cas, il s'agit d'une sorte "d'auto maladie", mais je ne pense pas qu'il s'agisse de la règle.

    Pour ce qui est de la "discipline mentale" que tu évoques pour "évacuer" ou tout au moins "traiter" nos émotions, je suis globalement d'accord sur le principe, et sur l'efficacité. Mais je m'interroge tout de même sur un point : à systématiquement (ou le plus souvent) se détacher de nos émotions, est ce que nous ne perdons pas en même temps que les sentiments "négatifs" ceux qui nous apportent aussi la joie et le "peps" à la vie ? Peut-on encore apprécier les "bons côtés" si on s'est par la même occasion débarrassé des mauvais ? Je ne dis pas que la réponse est oui hein, mais je m'interroge.

    En tout cas, félicitations pour ce post très argumenté et imagé On a attendu longtemps pour l'avoir, mais il valait le détour


    EDIT : et je trouve comme loqueteux ci dessous qu'il est étrange de parler d'une "identité absolue". Cela voudrait dire quoi ? Quelque chose de génétique ? Dont on serait doté à la naissance ? Ca me semble d'un déterminisme un peu inquiétant... (pour ne pas dire sarkozien ) Ou alors, à quel moment de la vie cette "identité absolue" se fige-t-elle ? Et si c'est le cas, pourquoi ne changerait-elle pas plus tard dans la vie ?
    Dernière modification par Smidge ; 22/09/2009 à 19h54.

  30. #30
    Date d'inscription
    mars 2006
    Localisation
    dans les limbes...
    Messages 
    1 006

    Re : La depression (monologue de l'ivresse)

    Citation Envoyé par phoeunix Voir le message
    L'identité, la vraie, l'absolue, elle, ne change pas. Elle est cette parcelle de constance qui nous unit au reste de l'ensemble de ce qui est existe. Nous ne la percevons plus car notre psyché est obscurcie par des mensonges et que nous ne régulons plus rien avec notre conscience. Au lieu de faire le tri dans nos pensées et nos émotions, nous assistons et subissons, impuissants, à cette inconscience, finalement, qui agit et réagit toute seule.
    Si l'identité, la vraie, l'absolue ne changeait pas, nous n'évoluerions pas. Une personne à un instant t en est une autre à l'instant t+1 voire peut ne même plus exister. L'identité est plus temporaire, éphémère qu'absolue ou vraie. Alors après le changement(tout comme la peur de changer->la mort) peut-être considéré comme une identité mais à mon avis difficilement comme "l'identité absolue". La parcelle de constance qui nous unit au reste de l'ensemble de ce qui existe disparait aussitôt que le temps joue son rôle.
    Au lieu de faire le tri dans nos pensées et émotions, il faudrait peut-être que nous parvenions à accepter le fait que nous puissions être potentiellement impuissants(nous le serons tous à un moment donné) et malgré tout également être capables d'avancer et de changer.(tu peux y voir 2 personnes différentes ou bien 2 personnes prises à des instants, circonstances, lieux, états d'esprits(et autres "modificateurs d'identité") différents)
    Maintenant, chercher à trouver son "identité absolue"(que sommes-nous le reste du temps ne correspondant pas à notre passage dans l'existence?), je me demande bien ce que ça peut vouloir dire...

    Joli post sinon...
    "l'étranger:je ne porte pas de masque" "Camilla: (terrifiée, à Cassilda)Pas de masque?Pas de masque!"
    "Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs..."
    Poids liche...
    La voix de Lester s'entend en #C39C39

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Société] Des Droits de l'Homme
    Par BiffTheUnderstudy dans le forum Le Comptoir de la Sirène Rougissante
    Réponses: 0
    Dernier message: 13/12/2009, 14h32
  2. [Société] Féminité et masculinité : normes et conventions?
    Par Zyl dans le forum Le Comptoir de la Sirène Rougissante
    Réponses: 32
    Dernier message: 02/12/2009, 17h26
  3. [Société] Les travestis virtuels
    Par Umbre dans le forum Le Comptoir de la Sirène Rougissante
    Réponses: 37
    Dernier message: 02/12/2009, 17h19
  4. [Société] Les modes, vous les suivez ?
    Par Mornagest dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 16
    Dernier message: 30/10/2006, 00h15
  5. Société Non-Secrète des Crétins à Gages
    Par Roborune dans le forum Le village
    Réponses: 4
    Dernier message: 15/06/2005, 02h46

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257