Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 38

Discussion: Ce que le jour ne verra pas

  1. #1
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Quête: Manost Revenge, acte IV

    HRP : cette quête, commencée il y a de cela, houlà, un an déjà, tourne donc autour de l’enquête sur la mort de Banshee Sangdelune. Nous voici un ou deux mois après la mort de Banshee, deux ou trois mois avant le retour de mon personnage à Manost et sa nomination au conseil. Pour l’heure, Loth est donc un mercenaire manostien en voyage… et il a déjà, manifestement, fait quelques pas de trop. :notme2:

    ----


    Officiellement, on était en plein jour. L'éclat d'Amaunator devait se perdre quelque part au-dessus de l'épaisse couche de nuages bas qui pesait comme une cape anthracite sur l'ensemble de ce cimetière. Quelques bancs d'une brume incertaine flottaient dans les allées, nivelant les édicules, charriant derrière soi un vague remugle de charogne.

    « Pour le trouver, il vous suffit de suivre le chemin qui longe cette masure vers le nord, puis de prendre le… deuxième embranchement sur la gauche. Oui, c’est cela… Continuez tout en scrutant le sud, et vous finirez par l’apercevoir. C’est un vieil édifice, construit sous un régime théocratique décadent. Il possède une forme ogivale, et de nombreuses piques noirâtres constellent sa coupole nacrée. Mais vous le reconnaîtrez aisément à ses splendides statues d’Orcus ; sur les quatre initiales, une seule tient encore debout… »

    Le semi-drow avait bien vérifié trois fois son trajet, mais la description du fossoyeur était suffisamment précise pour qu'il fût désormais certain de se trouver au bon endroit ; et pourtant, quand il arriva devant l’édifice, il n’entra pas immédiatement. Non qu’il fût tout à fait pétrifié de terreur à la vue de ce mausolée pourtant dégoulinant à souhait du mauvais goût de la très-puissante et très-suffisante famille qui y avait jadis enterré ses défunts ; ce n’étaient pas non plus les lourdes portes de bronze qui l’intimidaient ; ni même qu’il fût tenté de reproduire quelque jour la façade dans les beaux quartiers de Manost, si l’occasion s’en présentait jamais.
    Cela dit, il se trouvait à quelques centaines de lieues de sa nouvelle patrie, dans un paysage pour le moins pittoresque, dont on pouvait même préciser qu’il dégageait une ambiance inimitable ; il n’irait pas jusqu’à dire qu’il appréciait, mais enfin, cela valait sans doute la peine d’être examiné plus longtemps.


    Que ce soit curiosité ou acquis de conscience, le semi-drow commença de faire le tour du mausolée, marchant dans les graviers à la recherche de l’intrigante statue qui avait su arracher des soupirs de frustration esthétique à son cher fossoyeur. Il la trouva pointant au sud, gigantesque statue d'obsidienne représentant le démon à sa taille presque réelle, soit plus de deux fois celle d'un humain. Le prince des morts-vivants était représenté très classiquement, depuis les sabots fendus jusqu'aux ailes de chauve-souris encadrant la tête étrange de bélier sanguinaire. A sa main, sa fameuse baguette, un sceptre de fer et d'obsidienne surmonté d'un crâne humain. C'était un visage farouche, majestueux et terrible... à vous faire oublier qu'il existait au panthéon des Enfers certaines déités plus puissantes. Lothringen leva quelques temps les yeux vers cette petite merveille. La bouche d’ombre de l’Orcus se mit soudain à articuler d’une voix d’outre-tombe qui le fit frissonner malgré lui :
    « Misérrrraaaabbbllle mortel ! Pas bientôt finie la visite touristique ? »

    Le guerrier-mage sursauta puis cligna des yeux. Mais il avait bien vu les lèvres de pierre bouger, pas d'erreur; et d’ailleurs, elles recommençaient. « Fascinant, non ? » Un rire sépulcral accompagna bientôt cette déclaration. Cette fois Lothringen n’attendit pas la fin du discours pour se retourner et examiner les tombes environnantes ; il avait compris. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, il croisa les bras dans l'invisibilité et attendit avec résignation que le mystificateur se dévoile. Quand on maniait les sorts d’illusion à outrance, il fallait bien s’attendre à se voir retourner la politesse un jour ou l’autre…
    ------
    Dernière modification par Lothringen ; 15/08/2007 à 20h10.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  2. #2
    Seina Invités
    Seina, adossé à la Statue gigantesque d’Orcus, sourit. Le Devin s’était laissé prendre quelques instants à son illusion. Fort réussie d’ailleurs cette petite illusion. Bon le plus gros du problème était désormais de localiser Lothringen qui était toujours invisible. Les traces de pas dans les graviers ainsi que le bruit provoqué l’avaient convaincu d’être arrivé avant le Semi Drow… Il n’avait pu s’empêcher de jouer un mauvais tour à son « traître » de compagnon qui avait voulu régler seul le problème. Mais ils tourneraient en rond indéfiniment tous les deux si personne ne prenait l’initiative de se dévoiler à l’autre. SI Seina était sûr d’avoir affaire à Lothringen, ce dernier, quant à lui, devait être sur ses gardes, prêt à lancer de terribles sortilèges à son hypothétique adversaire.

    Seina fut tenté de dissoudre son illusion et de se dévoiler, mais se ravisa. Il ne pouvait résister à la tentation de continuer encore quelques instants cette comédie. Il referma les yeux pour se fondre dans la toile de son illusion. Il tendit les mains pour se saisir des fils magiques et, tel un marionnettiste commença à mouvoir l’image factice de la statue. En effet il avait modelé la magie pour créer une réplique exacte de la statue afin de donner l’impression que cette dernière était vivante. Reprenant son ton guttural et archaïque il s’adressa au néant, ne sachant pas où se trouvait Lothringen, dans un même temps il bougea subrepticement les doigts afin de faire bouger son Orcus illusoire.

    La Statue frappa le socle d’Obsidienne de son sceptre et rugit.


    « Tu viens de déranger mon sommeil ancestral ! Pour ceci tu mériterais la mort Demi Drow ! Mais je serai magnanime, si tu parviens à résoudre mon énigme, je te laisserai la vie sauve.

    Qu’est ce qui est noir comme l’ébène, fourbe z’et cruel et qui es parti tout seul au cœur des Cryptes et des mausolées de Melandis ? Très dur n’est ce pas ? Il t’aurait fallu un barde pour résoudre ce mystère… Et tu en avais un sous la main. Mais tu as préféré le laisser poireauter seul dans le froid sépulcral de ces lieux pour partir seul vers une mort certaine… »


    Orcus leva un bras pour se gratter le dos avec son sceptre. Une scène vraiment cocasse lorsque l’on connaissait la puissance de la créature. Parfois certains gestes anodins, effectués par tout un chacun, cassent définitivement l’aura impressionnante d’une créature…

    « Tu ne trouveras pas, sot que tu es ! Alors voici la fin de ton errance ! »

    Dans un mouvement brutal Orcus exhala une boule de feu de sa gorge qui explosa dans un bruissement discret au milieu des gravats. Lorsque les émanations gazeuses provoquées par la boule de feu disparurent dans un scintillement, Lothringen aperçut Seina appuyé nonchalamment contre la statue d’Orcus à présent immobile.

  3. #3
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Le semi-drow ne put retenir un roulé boulé quand la boule de feu s'écrasa à ses pieds. Illusion ou pas, il conservait quelques réflexes.
    En se relevant promptement il reporta les yeux sur Seina.

    Il se faisait durablement rouler dans la farine à un moment où il n’était vraiment pas d’humeur à rire, et il s’était contenté d’un fugitif sourire.
    Il avait appris que Seina l’espionnait, le suivait, et il n’avait pas protesté.
    Il voyait bien que le barde comptait désormais lui imposer sa présence, et c’est à peine s’il avait haussé les sourcils.
    A présent Seina affichait une autosatisfaction des plus exaspérantes…


    … et la coupe était pleine.

    Assez ! Pour qui le prenait-il, et qu’est-ce qu’il lui devait, qu’il se permette de lui parler sur ce ton ? Sa mort seul contre cinq n’était pas plus certaine que la victoire s’ils étaient deux ; en tant que servant de Tymora, il aurait dû le savoir. Que Seina savait-il d’ailleurs de ses raisons, pour les traiter comme des caprices ? Avait-il la moindre idée des souvenirs qui défilaient en ce moment dans sa tête, de la colère qui lui serrait la gorge ? Ou du danger plus grand dissimulé derrière cette poignée d’elfes noirs ? Car derrière ces drows il y avait leur maître, et si lui avait décidé qu’il devait mourir, alors il n’avait pas fini d’avoir peur et pas fini de fuir… Et les tuer ne résoudrait rien… Et il vivait avec cela depuis cinq, non, vingt ans ! … le barde était loin de deviner de quoi il se mêlait… ça ne pouvait que mal finir… Ne le voyait-il pas distiller sa colère ? Quand elle serait bien pure, alors…
    Alors quoi ?
    Alors il aimerait autant que Seina ni personne ne soit pas là pour le voir.

    Lothringen commença d’ouvrir la bouche pour lancer la volée d’invectives furieuses qu’il avait en tête, mais rien ne sortit qu’un son étranglé qui ressemblait à s’y méprendre à un sanglot. Il ne pouvait s’en défendre, il était ému ; s’il avait pris si peu de précautions pour dissimuler son départ, c’était qu’il ne s’attendait guère à tant d’obstination… et pour une fois qu’on lui offrait son aide, il osait refuser ? Quelle folie… Encore une… Pas la dernière… S’il ne s’était agi que de lui, il pouvait bien s’y abandonner : mais il y avait un autre combat qui attendait derrière, et il y avait Gythris …


    Le semi-drow se concentra à son tour sur le sort d’invisibilité qui le dissimulait aux regards ; il ne voulait pas le dissiper, à cause de l’avantage non négligeable que ce sort procurait au combat, mais il en altéra la texture afin de redevenir partiellement visible aux yeux du barde. En même temps, il accomplissait un geste que ce dernier reconnut sans peine ; c’était le salut de fraternité que Seina lui avait adressé là-bas, très loin, près de Valombre, au pied de la déesse… la veille. Et ce fut sa seule réponse : sa seule excuse.

    Mais ils avaient assez tardé. Lothringen se détourna bientôt pour regagner les doubles battants de bronze de la façade. Ces derniers semblaient devoir rester fermés pour l’éternité ; en revanche, une porte plus petite se découpait dans le battant de gauche. Et elle était entrebâillée… le semi-drow rechercha quelques temps un piège éventuel, mais rien. Rien sinon des gonds qui allaient grincer fort bruyamment. Bon… Pour la surprise, c’était déjà grillé de toute manière. Il ouvrit donc en grand la porte – avec un grincement déchirant - et fit un pas à l’intérieur, pour laisser passer Seina. Puis il laissa son regard s’accoutumer peu à peu à l’obscurité. C’était une sensation… agréable, comme de se mettre à l’ombre après s’être laissé longuement éblouir par le soleil estival. Sauf que la luminosité extérieure était loin d’être comparable à un soleil d’été. Lothringen grinça intérieurement. Il était une créature des ténèbres, oui ; et cela, qu’il l’accepte, ou pas.


    Le mausolée était vide ; une grande salle dallée de marbre, poussiéreuse et glacée, en forme de demi-ellipse, avec un sarcophage de porphyre en son centre, couvert d’un gisant féminin et d’une liste de cinq noms. La mère et ses enfants, peut-être. Deux couloirs filaient à l’arrière vers d’autres chambres mortuaires, un à gauche et un à droite. Dans les coins de la pièce, quatre statues, non plus d’Orcus, mais probablement des défunts, représentés en pied, raides, dignes, sévères et menaçants, et en armure pour deux d’entre eux. Une détection de la magie s’imposait ; elle ne releva rien sinon sur le couvercle du sarcophage, sans doute une protection pour décourager les éventuels pilleurs de tombes. Le gisant était en albâtre, la sculpture du visage et du corps particulièrement fine et belle, et Lothringen ne put de longtemps en détacher les yeux. Elles avait une longue tresse ramenée en avant sur sa poitrine, comme sa mère… ou comme lui.

    - drada dobor pholor l' zet. udos inbal ulu telanth
    , glapit une voix impatiente.

    Lothringen frissonna en reconnaissant cette voix. Sa colère était là, toute proche, impatiente, prête à éclater... Il observa enfin Seina, qui l’observait. Avait-il compris ?

    - Deuxième porte à gauche, finit-il par traduire. Ils veulent parler avant...

    Il esquissa un sourire mauvais. "Avant" était un ajout personnel du traducteur.

    Mais le semi-drow resta en arrière, à incanter quelques uns des nombreux sorts qui constituent la protection de base du guerrier-mage. Il en avait pour un moment…


    Lothringen = = > force de taureau + armure fantomatique + peau de pierre + bouclier = = > Lothringen
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  4. #4
    Seina Invités
    Seina avait été étonné par le salut rituel que lui avait adressé Lothringen. Il en était touché plutôt. Au fond de lui, sa part d'ombre riquanait, se moquant de l'émotion du barde. Le Semi Drow s'était dirigé d'un pas sûr vers une minuscule porte entrebaillée qu'il avait ouvert à la volée. Le Barde soupira légèrement. On reviendrait pour la discrétion. Milles solutions auraient été possible pour prendre l'avantage. Passer au travers des murs, se téléporter de l'autre coté du mur. Bien sûr aucune de ces solutions n'étaient sans risques. mais l'avantage offert n'aurait point été moindre. Mais soit Lothringen se laissait emporté par sa fougue, désireux de braver ouvertement ses poursuivants, soit il avait des éléments inconnus du Barde. Dans tous les cas. Il était trop tard pour y réfléchir. Alors autant y aller franco.

    Seina pénétra dans la petite alcôve. IL n'y voyait guère. A l'inverse du Semi-Drow, lui ne pouvait voir dans l'obscurité. Certes des années d'errance et d'aventures l'avaient habitué aux combats nocturnes, mais il était tout de même désavantagé face aux drows.

    Un mince sourire effleura son visage. Il leur réserverait une petite surprise. Qu'ils invoquent leur sphères de ténèbres... IL prendrait un malin plaisir à les détruire grâce à la lumière solaire qu'il pouvait invoquer.


    - drada dobor pholor l' zet. udos inbal ulu telanth, glapit une voix impatiente.

    Seina plissa les yeux. Ainsi ils étaient déjà découverts... Il allait tourner la tête vers Lothringen et s'engager vers l'endroit indiqué par leur adversaire lorsque le Manostien prit la peine de lui traduire les mots du Drow. Seina resta quelque seconde interloqué mais comprit vite. Nul ne savait qu'il comprennait le langage des profondeurs. Et naturellement, Lothringen avait prit le soin de lui traduire les paroles de leur agresseur. Il ne lui était pas venu à l'esprit que le barde pouvait le comprendre. Il voulut signaler au manostien qu'il comprennait parfaitement même si quelques subtilités loui manquaient encore, mais sa part d'ombre le retint. Il seraéit stratégique de taire ce détail. Lothringen se sentirait plus à l'aise pour discuter avec ses congénères s'il pensait que le barde ne comprenait pas un traître mot de la conversation. Seina allait protester mais y renonça. Il n'avait pas besoin d'un conflit intérieur avant le combat.

    Lothringen, avec un sourire mauvais avait commencé à effectuer des arabesques cabalistiques avecv ses mains tout en marmonnant des mots de pouvoir. Il se préparait au combat. Visiblement il ne comptait pas discuter longtemps au vu des sorts qu'il lançait. Force de teareau, peau de pierre, armure fantomatique et bouclier. Un joli panel de sorts de protections. Un joli lôt de sorts aisés à détruire s'il y avait un mage avec leurs adversaires. Seina décida de se préparer. Et, il avait une idée fort drôle pour décontenancé leurs adversaires.

    Il commença à sortir un morceau de cuir tané. Plus exactement un morceau de peau d'une bête éclipsante. Composante essentielle de son echantement. Il la serra dans son poing alors qu'il incantait. Au dernier mot de pouvoir la peau s'enflamma et l'image de Seina s'estompa une seconde pour réapparaitre aussitôt... Quelques 60 centimètres plus loin.

    Seina ---> Déplacement ( sort level 3) ---> Seina

    Le barde sourit. Il n'avait pas besoin de plus. Il préférait garder ses sortilèges pour le combat. Il avait hâte de voir la tête de leurs adversaires alors que la folie les prendrait et qu'ils pénètreraient dans le Temple de la Discorde que créérait Seina.

  5. #5
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Du semi-drow, Seina ne pouvait plus voir qu’une vague forme indistincte, une lueur spectrale saturée d’énergie magique qu’il suivit sans encombres jusque sur le seuil de la salle indiquée. Assez vaste, lui semblait-il, mais complètement aveugle : il devina plus qu’il ne vit les cinq drows qui les dévisageaient dans l’infravision, à une dizaine de pas ; ne put qu’entendre leurs armes cliqueter. Le mage était accompagné de son esclave duergar. Avec eux, une prêtresse, et deux farouches guerriers qui s’étaient mis en première ligne.

    - Regardez-moi ça
    , railla le mage. Notre jeune bâtard qui vient à nous comme une friandise dans l’enclos des araignées …Hé bien, ce sournois fossoyeur nous a volés ; il ne nous avait pas dit que tu ramènerais des invités. A qui avons-nous l’honneur… ?

    Pour toute réponse, Lothringen saisit à sa taille une dague que Seina reconnut pour avoir été arrachée des mains de Gythris et la lança soudain vers le sol, où un rat s’écroula bientôt dans des spasmes bouillonnants de bave verte. Un poison sans douceur.

    - Je crois que ceci vous appartient, elfes noirs.

    Le tout articulé dans les sons rauques et gutturaux du langage des elfes noirs. Le nécromancien fixait nerveusement le semi-drow, avec l’air de vouloir faire tomber la paroi du couloir derrière lui. Tous deux avaient déjà totalement oublié la présence du barde.

    - Pourquoi es-tu venu, semi-homme. Tu n’auras pas l’avantage ici. Tu devais le savoir.

    - Si ton larbin échouait, tu devais bien t’attendre à ma visite, Eolder’n. Dois-je considérer que cela fait cinq ans que vous avez relevé ce... cadavre?

    - On se disait qu’il pourrait servir à l’occasion, et puis il espionnait pour nous en surface tandis que nous nous reposions les yeux à l’abri. En fait ton Gythris m’a surtout permis de perfectionner le sort qui promet d’être le clou de ma carrière : une adaptation pour nécromancien du zin-carla des arachnées. Notre petite prêtresse renégate de Lolth m’a bien aidé. Oh, il y a bien eu quelques mauvaises surprises. Comme la perte de la plupart des facultés mentales du sujet, par exemple. Ou bien le fait qu’il continuait de pourrir. Au bout d’un moment, l’odeur était devenue vraiment insupportable, mais j’ai fini par trouver un moyen de bloquer le processus. Impressionnant, non ? Ce n’est pas tout à fait au point, bien sûr, mais tu auras déjà pu apprécier la vivacité peu commune de ce mort-vivant. Si tu as essayé de lui trancher un membre, tu auras pu constater qu’il est presque impossible d’y parvenir. Et puis il y a un avantage : je n’ai pas besoin d’exercer à tout instant le contrôle mental pour éviter qu’il ne se retourne contre moi ; son obéissance tient par un simple sort de quête inversé… car il veut mourir, ce petit. Bref, rendre ce sort accessible aux lanceurs de sorts profanes, ce n’était pas un petit exploit.

    Le mage s'interrompit un moment et se renfrogna.

    - Dorson regrettera amèrement, quelque jour, d’avoir osé prétendre que mes maigres compétences magiques sont en stagnation depuis plus de cent ans. Il regrettera de m’avoir préféré, pour apprenti, un esclave au sang double aussi pitoyable que toi… et de m’avoir écarté de la maison en me jetant sur ta piste comme on se débarrasse d’un incapable. Oh, mes recherches n'en sont pas à leur terme, bien sûr, mais j’ai appris. Je ferai mieux la prochaine fois. Peut-être sur toi, si tu refuses d’écouter la proposition que Myalë veut te faire…

    Lothringen ne releva pas, mais ce petit exposé faussement insouciant ne pouvait que pousser son exaspération à son comble, ce dont le mage, tout fébrile qu’il soit, était certainement conscient.

    - Avant toute chose, je veux savoir pourquoi vous avez essayé de me tuer hier alors que vous en avez eu si souvent l’occasion par le passé, reprit Lothringen en se faisant manifestement violence pour ne pas exploser.Seina songea qu’il devait avoir un grand besoin de réponses pour ne pas briser là l’entretien. Depuis tout ce temps, vous m’avez toujours poursuivi sans jamais m’attaquer… Savez-vous ce que je pense ? Votre maître vous a ordonné de me suivre, peut-être même de me ramener, mais sûrement pas de me mettre à mort.

    - Considère ceci comme un avertissement, Almaeron, répliqua Eolder’n en esquivant la question. Un signe de notre impatience. Le maître nous a seulement ordonné de te suivre, en effet… jusqu’à nouvel ordre. Mais il se manifeste bien peu, et cela fait plus de cinq ans que nous suivons ta trace, depuis Shanatar jusque sur le sol de Féerune, et maintenant jusqu’ici sur Dorrandin, si loin de nos cavernes. On dirait bien que Dorson Jaell’ym nous a provisoirement oubliés, tous autant que nous sommes. Mais nous sommes fatigués de cette traque, et nous voulons une fin. N’es-tu pas fatigué de nous fuir ?

    - De cela comme du reste, gronda Lothringen.

    HRP : merci à Ravestha qui sait pourquoi…
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  6. #6
    Seina Invités
    Seina observait la scène qui se déroulait sous ses yeux avec attention. Ne pouvant voir au travers des ténèbres il profitait de ces instants de répit pour laisser ses yeux s’accoutumer à l’obscurité. Tous les sens aux aguets il tentait de repérer les drows. Les Elfes noirs sont réputés pour leur sens de la discrétion et de la fourberie et Seina ne parvenait pas à croire que ces « Prédateurs » n’aient point disposer de « pions » stratégiques dans les recoins invisibles de la pièce. Soit ils étaient stupides, soit ils sous estimaient gravement les deux aventuriers. C’est pourquoi le barde s’évertuait à détecter une quelconque présence dissimulée dans la pièce. Il y renonça vite. De toute manière, sans atouts particuliers il ne pourrait jamais les trouver, et dans le cas où il n’y avait personne, il perdrait son temps.

    Le Barde préféra détailler les adversaires qui leur faisaient face. Ne pouvant se fier à sa vue, il tenta de grappiller autant d’informations que possible par l’intermédiaire de ses autres sens. Rien n’émanait des deux guerriers placés en avant garde des agresseurs. Pas de bruit métallique caractéristique d’une armure quelconque. Néanmoins, cela ne signifiait rien. Les Drows vivaient dans un monde sans pitié où la moindre erreur pouvait vous coûter la vie. De machination en assassinat la société Elfe avançait. Il était fort à parier que les forgerons Drows aient trouvé un moyen pour dissimuler les bruits caractéristiques et fort peu discret des armures de plates ou autre. Bref, il ne pouvait se fier à aucune information les concernant et devrait se battre en aveugle. Mais il leur préparait une jolie surprise. Il espérait simplement que Lothringen anticiperait le premier sortilège qu’il lancerait. Une jolie lumière éternelle afin d’éclairer cette « magnifique » salle mortuaire… Et accessoirement gêner les Drows en les éblouissant.

    Un mot ramena Seina à la réalité, délaissant ses manœuvres stratégiques… Zin Carla… Le Présent de la Reine Araignée. Le plus grand honneur fait à une Prêtresse de Lloth. Un cadeau empoisonné. Il en avait déjà entendu parler. Dans de rares occasions Lloth accordait à une prêtresse le « Zin Carla ». Le serviteur mort vivant ultime. Entièrement sous le contrôle de la prêtresse sanctifiée, ce mort vivant était quasiment insensible à tout : acier, magie… Et gardait toutes ses aptitudes de sa vie mortelle. Cela en faisait une arme fatale mais très dangereuse pour la prêtresse. Si l’obtention d’un Zin Carla signifiait les faveurs de Lloth, ne pas parvenir à ses fins rapidement grâce à son aide signifiait la chute prochaine de la Maison Noble correspondante. Une arme à double tranchant. Une arme que toute prêtresse convoite un jour mais n’obtient que très rarement. D’après ses souvenirs, seule la Grande Prêtresse Baen’re, ancienne souveraine de Menzoberranzan avait réussi à obtenir cette faveur deux fois dans sa vie. Mais le prix avait été lourd. Sa beauté s’était envolé détruite par la puissance mentale nécessaire au contrôle du Zin Carla.

    Et voilà que ce Mage affirmait avoir créer un dérivé thaumaturgique du Zin Carla. S’il n’était point un menteur, cela signifiait qu’il était d’une puissance certaine. Un rude adversaire. Le double maléfique de Seina jubilait et désirait reprendre le contrôle. Il voulait le livre de sorts du Mage, il voulait le torturer pour lui faire révéler les secrets du Zin Carla. L’entité ne voyait plus l’adversaire mais la source certaine de pouvoir en lui.

    « Calme-toi, nous ne sommes pas là pour ça. »

    « Je me moque de la vengeance du Semi Drow… je veux réduire en esclavage ce mage pour lui soutirer ses secrets. Imagine la puissance qui sera la notre si nous parvenons à lui arracher ses secrets !!! Nous pourrions alors dominer Melandis grâce à une armée de Zin Carla ! »

    « Nous ne sommes pas des conquérants mon frère. Nous sommes des bardes. Bon ou Mauvais. Mais pas des dirigeants. Nous nous sommes égaré durant toutes ces années. Nous n’avons nul besoin de diriger ou de dominer cette cité. Renonce à ce doux rêve Frère. Tu t’emprisonnerais alors pour l’éternité dans une vie monotone »

    L’idée même du Zin Carla révulsait Seina, mais il ne pouvait convaincre ainsi son double. C’est pourquoi il avait décidé de jouer sur les faiblesses et les désirs de son « frère » maléfique.

    « Soit, mais cette puissance ne peut que nous être prolifique »

    « Peu importe. Nous ne sommes pas ici pour ça. Ce « détour » nous retarde dans notre vengeance. Si tu es prêt à risquer ta vie pour Elle, tu peux renoncer à cette magie. Il te faudrait trop de temps pour arriver à arracher ses secrets au Mage. Au pire, nous prendrons son livre lorsque son cadavre aura refroidi »

    « Tu as raison… Mais je prends le contrôle. Tu es trop sensible pour être efficace contre ces Drows ! »

    L’Entité maléfique avait profité du conflit intérieur pour récupérer subtilement le contrôle du Barde sans que celui ci ne s’en aperçoive, trop occupé à limiter les pulsions maléfiques de son double. Et d’une formidable poussée psychique avait jeté le Barde dans le chaos infernale du néant.

    Un léger rire sardonique retentit dans le vide froid et monotone de la chambre mortuaire. Il provenait de la gorge du barde dont le regard brûlait à présent d’une lueur folle. Il se déplaça silencieusement et discrètement vers la droite. Afin de ne pas offrir un front unique aux Drows lorsque la bataille s’enclencherait. Il écoutait avidement la discussion entre le Mage et le Drow. Il en apprenait beaucoup… De nombreuses informations sur le Manostien. Des informations qui pourraient se révéler utiles en temps voulu.

    Mais bien plus intéressant encore. Il semblerait que les poursuivants du Semi Drow aient dérogés aux ordres qu’ils avaient reçu. Cela signifiait qu’ils agissaient par exaspération et non pas pour une raison précise. Cela signifiait aussi qu’ils ne recevraient pas d’appuis extérieurs. Bien le combat serait donc entre eux et les drows seulement. Mais la question se posait toujours. N’étaient-ils que 5 ????

  7. #7
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    - Nous pouvons encore trouver une solution pacifique, intervint la prêtresse Myalë d’une voix caressante.

    Tous les sens aux aguets, écoutant la prêtresse, le semi-drow ne fut pourtant pas sans remarquer certains événements apparemment sans importance. D’une part, Eolder’n se renfonçait déjà dans les ténèbres, manifestant par là le peu de cas qu’il faisait des chances de Myalë de parvenir à un accord. En outre, le duergar qui l’accompagnait comme son ombre… n’était plus là, ayant manifestement usé de l’aptitude native de sa race à se rendre invisible. Enfin, un rire léger, pour tout autre que lui inaudible, résonna quelques temps. Le rire de la folie et du mal ; la voix de Seina …
    Le semi-drow pesta intérieurement. D'imprévisibles rechutes en crises de démence, combien de temps avant que son improbable allié ne se retourne contre lui ? Que Tymora l’assiste ! C’était sans doute inévitable ; il l’aurait vu venir, il n’y pouvait plus rien. Il avait bien assez à faire pour l’instant de garder le contrôle de lui-même. Du moins, le temps de comprendre. Un elfe noir averti ne désobéissait pas à Dorson Jaell'ym sans surveiller ses arrières; même ce fou d'Eolder'n ne ferait pas cela...


    Tu es venu avec tes sorts, tes haches, un compagnon et l’air de vouloir en découdre : mais nous n’avons pas besoin de nous battre. Pourquoi es-tu là, sinon pour te renseigner ? pour ton ami, n’est-ce pas ? Tu veux son cœur ? Nous l’avons. Tu ne le trouveras pas sans nous. Nous pourrions faire marché… Tu peux encore nous rendre tes armes ; et alors, c’est vivant que nous te ramènerons à mon frère...

    Le semi-drow réprima un haussement d’épaules. Il avait bravé mille morts pour fuir ce qu’elle voulait le voir rejoindre de plein gré ; croyait-elle qu’il n’avait pas de bonnes raisons de le faire? Mais pour l’instant... il valait mieux se contenter de laisser croître en silence l’immonde serpent de colère qui lui nouait les tripes. La laisser espérer le temps qu’elle crache le morceau.


    - Tu devrais y réfléchir, Almaeron, reprit la prêtresse. Etais-tu si malheureux que cela à l’époque ? Je me souviens de nos étreintes, de ton insatiable appétit de savoir… Si tu simulais, tu y mettais de la conviction.

    *Oh oui, l’Ombreterre m’a aussi enseigné le mensonge.*


    Le nécromancien intervint soudain :


    - Si tu refuses tu es un imbécile, Almaeron Jaell’ym, Un imbécile et un ingrat. Je me souviens du jour où Dorson t’a trouvé. Tu venais d’être repris après une lamentable tentative d’évasion, et l’on se préparait à te fouetter à mort pour l’exemple, en pleine place publique de Guallidurth. On avait même bien commencé… Il eut un sourire malveillant à ce souvenir. Puis Dorson qui passait a posé les yeux sur toi, et pour quelque raison mystérieuse qui me dépasse il s’est intéressé à ton cas. Tu avais du potentiel, à ce qu’il disait. Humpff. Délire divinatoire, à mon avis. Toujours est-il qu’il t’a racheté, esclave exsangue, toi qui ne valais rien ; il t’a adopté : toi, un dobluth, un sang-mêlé, il t’a donné le nom de sa maison… il a même fait de toi son apprenti, quand il y avait tant de mages compétents qui ne rêvaient que de cela ! Il t’a permis de porter tes pouvoirs bien au-delà de ce que peuvent maîtriser les mages de ton âge. Comment es-tu assez stupide pour n’avoir pas compris la position privilégiée qui était la tienne, comment n’as-tu pas vu que compte tenu de ta naissance ta chance était inespérée ? Et tout cela, tu l’as quitté pour toi ? Pour une vie de fuite, d’errance et de combats sans profit, durant laquelle tes compétences magiques ont constamment stagné.

    - Si tu savais de quoi tu parles, tu oublierais d’être jaloux, Eolder’n. Je n’étais pas à moitié son esclave,
    répliqua Lothringen avec une étrange douceur. Son jouet, sa créature.

    *Profitant de ma gratitude et de mon inexpérience, il cherchait à me façonner à son image, à me nier jusque dans mes rêves, à me pétrir jusqu’à l’abrutissement : violait mon corps comme mon âme... Sans l’aide de Gythris, aurais-je jamais eu la force de partir ? *

    - Etre la créature d’un archimage, ce n’est pas si mal quand j’y songe. En l’acceptant pour maître, tu t’affranchissais au moins de tous les autres… Qu’espérais-tu ? Compte tenu de ton apparence, jamais la société des hommes ne te fera de place aussi favorable.


    *C’est ce qu’on verra.*


    - Je commence à comprendre pourquoi vous insistez tant. Mauvais coup de bluff. Vous n’oserez pas lui désobéir!
    ricana-t-il.

    Eolder’n ne put s’empêcher d’exploser avec un sifflement de mépris.


    - Pour une raison quelconque, il ne nous a plus contactés depuis bien longtemps, et la dernière fois c’était juste après notre arrivée sur Dorrandin, pour dire que la magie divinatoire ne lui permettait plus de suivre ta trace… J’ignore quelle puissante entité te protège de la magie d’un archimage, avorton ; mais la contrepartie est qu’elle te met à notre merci. Nous pouvons très bien te tuer ici et le maître ne saura rien des circonstances de ta mort... Somme toute, ce que nous voulons, nous, c’est uniquement pouvoir rentrer.


    *Voilà tout ce que je voulais savoir… * Eolder’n allait répliquer, mais il se rendit compte que le semi-drow avait en réalité commencé d’incanter à voix basse. Les hostilités s’ouvrirent sur un maelström d’incantations magiques où il était bien difficile de se retrouver. Les deux guerriers encore visibles s’élancèrent sur Lothringen…

    Lothringen = = > porte dimensionnelle = = > entre les deux lanceurs de sorts


    … et rebroussèrent chemin en le voyant se téléporter… autant de temps de perdu.


    Eolder’n = = > image miroir = = > Eolder’n

    Seina = = > lumière éternelle


    La lumière vive illumina la salle, faisant gémir tous les présents à l'exception du barde: de sorte que le duergar, surpris, rata à moitié l’attaque qu’il venait de lancer dans le dos de ce dernier… il faut dire que le sort de déplacement ne l’aidait pas…


    Myalë = = > fléau d’insectes = = > Seina

    Eolder’n = = > vision lucide = = > Eolder’n

    * (dissipe le sort de déplacement de Seina et l’invisibilité de Lothringen)


    Lothringen = = > feu solaire = = > Lothringen


    Sur les quatre drows qui se trouvèrent dans la zone d’effet du sort, deux seulement furent touchés en dépit de leur résistance à la magie : la prêtresse et un guerrier, qui se mirent à hurler. Le sort parut à Seina avoir eu un effet assez étrange; il faisait des flammes plus hautes et plus intenses qu'il n'aurait dû, et il s'accompagna d'un léger tremblement du sol qui laissa tout le monde dans la zone comme hébété quelques fractions de secondes, Lothringen compris. Mais il n'avait pas trop le temps d'y réfléchir...
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  8. #8
    Seina Invités
    Seina écoutait avec attention la diatribe entre le Manostien et l’Elfe des profondeurs. Il comprenait ô combien Lothringen avait pu souffrir lors de son existence en Ombre Terre. Les Drows étaient réputés pour leur forte xénophobie et leur cruauté au delà de toute description. Un jouet, une expérience, une créature, voilà ce qu’il avait été tout le temps où il fut au service de son « Maître », Seina n’en doutait pas.

    Il avait lu et entendu des légendes sur les castes drows. Sa douce et bien aimée Winona lui avait raconté moult anecdotes sur la vie dans les profondeurs de Toryl. Un humain n’était rien de plus que de la chair à canon, indigne même d’être sacrifié au nom de la déesse Lloth. Et un hybride était réellement la pire des abjections, une preuve vivante de la déchéance et de la souillure du sang sacré de Lloth, une preuve qu’il fallait cacher, une flagrance que la famille en question ne rêverait que de détruire pour s’éviter le déshonneur. Néanmoins on avait élevé Lothringen, ou plutôt Almareon, au rang d’initié, d’apprenti. Si sa vie en avait été ainsi épargné, il n’y avait pas à douter de l’horreur de son existence.

    Alors que l’esprit du serviteur sacré de Tymora frémissait en s’imaginant ce qu’avait pu subir son confrère, son entité opposée se délectait à l’image des sévices et de la maîtrise de la torture des drows. Il admirait aussi Lothringen pour avoir su développer son pouvoir au delà des contraintes de son existence mais le méprisait aussi pour sa faiblesse, son incapacité à faire valoir sa force parmi cette race d’assassins. Néanmoins, il révait à l’idée de dévoyer ce fier guerrier. Déjà ce dernier avait renié son Dieu pour suivre la déesse de la chance. Mais la chance était capricieuse, Seina lui avait bien tourné le dos à un moment pour faire chemin arrière. Mais quelle délectation de développer subtilement les aspects drows du sang d’Almareon pour en faire un produit du mal, comme lui-même l’était.

    A cette pensée, l’esprit de Seina se révolta.

    « Jamais tu ne toucheras à cet être engenace maléfique ! Je t’en empêcherais ! »

    « On verra, on verra… Pour le moment là n’est pas question. Nous avons des têtes à trancher et du sang à faire couler dans ce mausolée à la gloire des dieux… Ces pitoyables caricatures de drows n’ont point daigné faire attention à nous… Je leur montrerai leur erreur. Reste tranquille, nous ne pouvons nous permettre de continuer notre conflit, cela nous tuera sûrement tous les deux… Laisse moi faire ! »

    « Bien… »


    A ce moment là Lothringen disparut dans des volutes de puissance pour réapparaître au coté des lanceurs de sorts. La lutte avait commencé dans un maelström d’énergie magique et d’effets. Et Seina se joignit à la curée dans un grand éclat de rire malicieux. Il invoqua la force du soleil pour que celle-ci inonde la pièce. Dans un éclat, la pièce enfouie dans les profondeurs de Melandis fut comme exposée à la lumière de l’astre solaire. Voilà qui ne simplifierait pas la tâche des Drows. L’équilibre était rétabli.. Et cela ne faisait que commencer.


    Du coin de l’œil Seina vit l’éclat d’une lame se dirigeant vers son dos. Mais son sort de protection le sauva. Le pitoyable Duergar ne brassa que de l’air. Seina était sur le point de lancer une pique de son cru lorsqu’il sentit une piqûre dans le cou. Puis une autre et encore une autre. Un essaim d’insectes tourbillonnait autour de lui, lardant sa peau de milles piques insignifiantes mais fortement désagréables.

    Il se recula prestement pour s’éloigner de l’allonge du nain des profondeurs tout en réfléchissant à la manière de se débarrasser de ses insectes horripilants. Sa colère montait crescendo au fur et à mesure que ceux-ci le harcelaient. La réflexion en devenait ardue et sa concentration quant au combat qui se déroulait faiblissait grandement.

    Perturbé il reçut comme un coup de buttoir dans le flanc. Il défaillit et fit en titubant sous la douleur quelques pas sur le coté. Le Duergar avait profité de son inattention pour lui lancer une attaque de flanc. Le pourpoint du barde se déchira sur toute la longueur pour laisser apparaître ce qui venait d’amortir grandement le choc. Une cote de mailles finement ciselée et diffusant une légère leur magique.

    Le coup s’il venait de briser quelques cotes au Barde eut l’avantage néanmoins de lui faire reprendre ses esprits. Enfoncés comme ils l’étaient dans les profondeurs, ces insectes n’avaient pu n’être qu’invoqués.

    Butant sur les syllabes cabalistiques tout en parvenant à les prononcer, il parvint à rassembler suffisamment d’énergie magique pour invoquer une dissipation sur lui-même. Les insectes retournèrent sur leur plan d’origine. Néanmoins, ce sort lancé à la va vite et mal contrôlé eut un effet assommant sur l’esprit du Barde, qui reçut de plein fouet le contre coup de l’énergie magique invoquée.

    Sonné, sa vue se brouilla. Il ne distinguait plus que des formes incertaines et des mouvements dans son champ de vision immédiat.



    Me revoilà au charbon , dis moi tes impressions par MP ou MsN Loth

  9. #9
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    C’était comme si le temps autour de lui s’était figé un court instant : après l’incantation, ses ennemis, lui-même étaient demeurés comme paralysés pendant que les flammes dévorantes rayonnaient depuis le semi-drow. Le sol avait paru trembler légèrement… Puis tout était redevenu normal ; Myalë et le guerrier, grièvement brûlés, s’étaient mis à hurler, et le combat avait pu s’engager. Lothringen ignorait ce qui avait pu ainsi altérer son sort. Mais, rongé par cette colère qu’il ne retenait plus, il n’était plus vraiment en état de réfléchir, se contentant de chercher comme d’instinct les faiblesses de l’adversaire, pour les exploiter au plus tôt. Comprenant cet état d’esprit, les deux lanceurs de sorts réagirent enfin à sa trop grande proximité, promesse de coups de hache perdus.

    Myalë = = > sanctuaire = = > Myalë

    Eolder’n = = > protection contre les armes magiques = = > Eolder’n


    Abritée derrière un sanctuaire, la prêtresse profita de ce que Lothringen était occupé par les corps à corps pour s’écarter jusqu’au milieu de la salle, où elle songea d’abord à se lancer un sort de soin. Le souci de la victoire ne lui faisait pas perdre de vue que dans l’état où l’avaient laissée les brûlures, n’importe quel combattant la tuerait facilement. Elle perdait certes un peu de temps, mais elle se replaçait, ce qui, selon son opinion, s’avérerait sûrement utile par la suite.


    Myalë = = > soins importants = => Myalë

    Eolder’n = = > flèche acide de Melf = = > Lothringen


    Voyant qu’Eolder’n s’était lui aussi abrité derrière un sort de protection, Lothringen, tout en gémissant par à-coups sous les morsures de l’acide, n’avait eu d’autre choix que de faire face à ces deux guerriers qui le pressaient rudement, tout en s’efforçant de tuer le grand brûlé avant que son camarade ne parvienne à réduire à néant sa peau de pierre.
    Le sort d’illumination de Seina, s’il l’avait tout d’abord aveuglé comme les autres, s’était révélé à l’usage d’un avantage certain : à force de passer son existence en surface, le semi-drow avait perdu en portée d’infravision ce qu’il gagnait d’accoutumance à la lumière. Autrement dit, il y voyait un peu mieux que les autres dans ce perpétuel éblouissement où se tramaient des coups mortels…
    Bientôt l’un des guerriers le frappa, fut paré, et ne vit pas venir la seconde hache qui lui trancha la carotide. Il s’effondra aussitôt, mais Lothringen s’était exposé aux coups du second guerrier pour pouvoir l'achever, et il sentit saigner abondamment son épaule sous l’entaille profonde d’un large cimeterre.


    *« Du sang. Enfin. Du sang frais, du sang bien pur… J’en aurai tué un. Au moins ça de pris… »*


    Enivré par cette odeur chaude et douceâtre, Lothringen se retourna vers le guerrier et poursuivit le combat ; il sentait qu’Eolder’n achevait une incantation qui promettait de nouveaux ennuis à très brève échéance. Sa trop grande proximité avec le lanceur de sorts lui garantissait au moins que ce dernier n’oserait user d’un sort de zone ou d’une dissipation. Et en effet, ce fut… différent.


    Eolder’n = = > Animation des morts = = > squelette du cercueil


    Le nécromancien avait ouvert le cercueil et placé une onyx noire derrière la dentition du crâne. Son incantation vit se lever un guerrier squelette en armure particulièrement robuste, armé d’une épée à deux mains, qui se déplaça aussitôt à pas lents en direction de Lothringen. Quant à Eolder’n, il s’appuyait contre le bord de la tombe, visiblement éprouvé par le lancer de ce sort.
    Cette chose était lente, mais avec elle, le deuxième guerrier, sa blessure à l’épaule et les effets du sort acide, le semi-drow se sentit trop en difficulté pour pouvoir les affronter en ligne à lui tout seul. Espérant que Tymora aurait accordé à son champion quelque sort divin efficace contre la non-vie, il recula rapidement vers le fond de la salle, pour y rejoindre Seina …

    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  10. #10
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Le mélandien venait de pourfendre ce qu’il restait du nain des profondeurs, mais ce n’était pas allé sans mal ; tandis qu’il reprenait ses esprits après un lancer de sorts des plus aléatoires, il n’avait pu esquiver un nouveau coup de butoir dans ses côtes déjà enfoncées. Et il saignait abondamment en regardant tomber son adversaire, dont ses deux épées venaient de démailler la cotte avant de déranger proprement les organes internes.

    Seina regarda donc le duergar tomber… réfléchit quelques instants, et sourit en songeant à la nouvelle mauvaise surprise qu’il allait ménager à leurs adversaires. Profitant d’avoir été provisoirement oublié, il commença une incantation fort complexe, pour laquelle il lui fallut assez longtemps se concentrer. Il commençait à peine à prononcer les mots de pouvoir qu’il sentit une nouvelle attaque sur son côté. Il ne détourna pas les yeux. C’était évidemment la prêtresse qui, une fois sortie de son sanctuaire, venait de tenter un empoisonnement sur sa personne. Le barde vacilla un instant, puis se reprit. Le poison l’affaiblissait mais il sentit qu’il n’avait pas eu l’effet escompté. Il vit aussi quelque chose de nouveau se lever du tombeau, du côté de Lothringen qui reculait vers lui. Mais il ne fallait pas se déconcentrer. Incanter… jusqu’au bout.


    Seina = => mirage = => la salle


    Soudain la petite tombe venait de changer entièrement d’aspect. Ce n’était plus une salle obscure occupée par un simple sarcophage, c’était une forêt verdoyante envahie de troncs d’arbres géants qui n’étaient pas sans rappeler à Lothringen les immenses forêts de feuillus du Téthyr. Quant aux drows, inutile de préciser que, s’ils avaient modérément apprécié le sort d’illumination, celui-là acheva de les déstabiliser : ils n’étaient pas coutumiers de ce type de terrain.

    Myalë fut la première à réagir ; elle se lança un sort de faveur divine, mais, doutant de ses compétences guerrières, attendit que le guerrier et le mort vivant la rejoignent pour engager les hostilités au corps à corps. Ce qui n’était pas forcément très bien joué… car Seina eut tout le temps de boire une potion de soin. Le barde observa alors la situation. Le squelette et le drow perdaient du temps, comme il l’avait prévu, à contourner le gros tronc qu’il avait fait pousser en plein milieu de la salle. Lothringen, lui, arrivait déjà, l’épaule en capilotade. Ils ne s’adressèrent pas la parole. Seina se mit à implorer la faveur de sa déesse, désireux d’en finir au plus vite avec le mort vivant. Lothringen, lui, désireux d’en finir aussi, quelle que soit la manière, s’efforça d’oublier son impatience et incanta à son tour…


    Et de la suite des événements, il n’eut plus aucun souvenir, jusqu’à ce moment de douleur pure où il sentit les images monter à nouveau jusqu’à ses yeux, impérieuses, imprécises et bordées d’ombres comme si elles n’émergeaient qu’avec peine de quelque brouillard de guerre maléfique. Puis les teintes se firent plus vives, la lumière plus intense, la vision s’élargit : il reconnut ce qu’il avait devant les yeux.


    [comme convenu, je continuerai seule]

    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  11. #11
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Assis à califourchon sur un cadavre frais, il regardait une bouillie infâme faite de sang, d’os immaculés, de chair noire et de cervelle répandue. Traversant un œil rouge désormais voilé, l’une de ses haches de mithril demeurait fichée en travers du crâne éclaté. C’était à vomir, et d’ailleurs Lothringen restitua aussitôt sur cet amas d’horreur tout ce qu’il lui restait dans l’estomac. Tout en essuyant un dernier filet de bile au coin de ses lèvres, il releva les yeux, hagard, à la recherche d’une explication. Il se trouvait toujours dans la tombe. Seina était accroupi devant lui, à nouveau indemne, indéchiffrable, un sourire ambigu sur ses lèvres minces.

    - Beau travail…


    Etait-il en train de le condamner ou de le féliciter ? Tandis que les deux mots résonnaient à l’envi comme des coups sourds dans sa tête atrocement vide, Lothringen n’avait pas les idées assez claires pour le déterminer…


    - Que… que s’est-il passé ?

    - Tu as voulu lancer un sort… Un sort de rapidité, à l’entendre. Sauf qu’au lieu de nous accélérer, ce sort a fait jaillir de tes mains un éventail de couleurs aussi large que l’arc-en-ciel… Je ne connaissais pas ce sort. Toujours est-il qu’il doit être puissant, parce qu’aussitôt la petite prêtresse – Myalë, c’est cela ? – a été pétrifiée.

    Seina désigna de la tête un point derrière lui. Lothringen se retourna avec effort. Le sort d’illusion de Seina s’était dissipé, mais pas celui d’illumination, et il voyait parfaitement bien une colonne de pierre se dresser au milieu de la salle jonchée de cadavres, près d’un petit tas d’os. Il soupira, effaré d’avoir pu lancer un sort qu’il ne connaissait même pas.

    « Beau travail. Tu parais doué pour détruire. »


    - Ensuite, poursuivit le barde, je me suis occupé du squelette, ce qui fait que je t’ai pas prêté tout de suite attention… Mais tu t’es mis à te battre au corps à corps, avec une frénésie surprenante… Je sais bien que c’est la première fois que je te vois te battre, mais ça n’était... pas naturel. Tu as tué le drow. Le mort-vivant en a profité pour te lacérer les côtes avec son épée, tu ne t’es pas seulement arrêté ! Tu me l’as laissé et tu t’es précipité vers le mage… Il t’a lancé divers sorts mais ils semblaient ne pas faire effet, comme si ta résistance à la magie était supérieure encore à ce qu’elle devrait être… Etrange, non?


    Lothringen hoqueta.

    - Tu veux dire, je me suis comporté comme si j’étais pris par un accès de folie furieuse ?


    Le barde éclata d’un rire mauvais.

    - En tout c'était efficace... Regarde ce que tu as fait de cet Eolder’n !

    - Comment connais-tu son nom ! marmonna Lothringen, qui tentait de recoller les morceaux.
    - Bah ! J’ai espionné ta conversation avec le fossoyeur.

    - Oui, mais Myalë ? ! Je n’y ai pas nommé Myalë !

    Son interlocuteur se contenta d’un haussement d’épaules qui fit frissonner le semi-drow. Savoir que Seina avait probablement tout compris de sa conversation avec les elfes noirs n’avait rien de très rassurant…Surtout qu’il était toujours hasardeux de chercher à savoir à quelle facette du barde – servant de Tymora ou prophète de la destruction - il avait affaire. Le regard du barde se faisait un peu pesant.

    « Tu as renié ton dieu. Tu as abandonné à son sort celle que tu étais venu protéger. Tu as rompu avec tous pour suivre ce barde fou… On ne revient jamais de ces choix-là… Tu te révèles enfin… Difficile de ne pas se dire que nous voyons enfin ta vraie nature ».


    - En tout cas, je te remercie de m’avoir soigné… je ne comprends pas ce qu’il s’est passé, conclut-il en hochant la tête.
    - Vraiment ? insinua le mélandien. Les deux sorts que tu as lancés durant ce combat ont tous les deux dévié, avec des effets secondaires plus ou moins catastrophiques et inattendus. Cela ne te rappelle donc rien ?
    - Tu veux dire que… Lothringen n’osait achever.
    - L’énergie entropique.

    - Mais comment cela se peut-il…

    - Tant de colère, tant de haine… Tant de doutes j’imagine. Tu ne sais plus trop où tu en es, n’est-ce pas, Lothringen? Et le chaos est entré à flot par la brèche…

    « Beau travail. N’as-tu pas envie de recommencer ?»
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  12. #12
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Tout était pour le mieux dans le plus pur des cauchemars. Cette rage qui l’avait saisi, n’était-ce qu’un effet secondaire du sort qu’il avait jeté - ou bien la manifestation très sûre de sa folie ? Pourtant il était en paix à présent.
    Il ne ressentait plus de haine pour ces drows qu’il avait massacrés. A présent qu’ils ne pouvaient plus lui nuire, à présent qu’il était libéré de sa peur, il pouvait tourner simplement le dos à l’Outreterre et à ses ennemis. Dorson… c’était le seul dont il devinait qu’il aurait peut-être de nouveau affaire à lui quelque jour. Mais Dorson était beaucoup plus dangereux pour lui qu’un ennemi mortel.


    Lothringen se leva avec lenteur, et, titubant, se mit à se diriger vers les bagages des drows, qui traînaient dans un coin. Il reconnut celui d’Eolder’n au fait qu’un livre en dépassait. Son livre de sorts ? Un autre ? De plus, le sac était ouvert… Il n’y prêta pas garde, il cherchait des objets bien précis. En fouillant, il découvrit une boule de verre. Une boule de divination, terne pour l’heure… Le semi-drow la regarda quelques instants, la fracassa contre un mur, soupira de soulagement, puis continua de chercher.
    Il trouva enfin un morceau de viande séchée qui était précisément ce qu’il recherchait depuis le début. Que fallait-il en faire ? Il n'osait encore recourir à sa magie. Lothringen jeta un regard interrogateur sur Seina, qui le lui prit des mains, le posa sur le sol et l’embrasa en y lançant un sort de mains ardentes…En quelques instants, le cœur desséché se racornit, puis fut réduit en cendres. Soulagé, le guerrier-mage murmura :


    - Que Gythris puisse désormais reposer en paix, que la lumière du jour dévore ce qu’il en reste. Seul je l’aurai revue, seul j’aurai échappé à ce piège mortel, et je ne l’aurais pu sans ton aide. Que je vive pour toi. Que celui qui a seul accompli le double rêve se souvienne pour deux... Je retournerai enterrer son corps, le moment venu. Il ajouta après quelques instants : Merci. Je te suis redevable.

    En songeant à ce qu’il s’était passé, à la manière dont il avait perdu le contrôle de lui-même,Lothringen était inquiet. Si cela venait à se reproduire?
    La magie entropique n’agissant pas toujours à l’avantage de son utilisateur, qu’adviendrait-il le jour où l’un de ses sorts dévierait au milieu d’un combat ? Peut-être serait-ce lui cette fois qui serait pétrifié. Ou pire, l’un de ses compagnons d’arme…


    - Voulez-vous toujours que je vous accompagne, Seina ? Si…
    - Ces vampires ne te touchent pas d'aussi près que ces drows... A mon avis cela ne se reproduira pas. Du reste, j’ai besoin de toi pour ce combat. La déesse t'y envoie. Et... tu m'es redevable.

    Le semi-drow hocha la tête avec tristesse, pour l’heure indifférent à ce changement d’attitude du mélandien. Il n’y avait pas besoin de lui parler sur ce ton pour qu’il accepte.
    Il contempla encore quelques instants le corps d’Eolder’n. Il venait ainsi de tuer le dernier des serviteurs de Dorson. Lequel avait perdu son contact dans la magie… Et la boule était brisée. Le semi-drow se trouvait donc libéré de cette partie-là de son passé. Quinze ans de servitude et cinq ans de fuite… Fini. Libéré de ces entraves qu’il portait à l’esprit à défaut de les avoir encore aux chevilles. Il ne sentirait plus son regard fixé sur lui, le jaugeant. Il n’aurait plus à redouter de retomber en son pouvoir. Plus jamais peut-être…

    Il s’efforça de sourire. La liberté laissait surtout un grand vide en son esprit, un goût d’amertume sur ses lèvres. Leodacya devait être morte. Il avait rompu avec l’Ombre-Terre. Il avait définitivement tourné le dos aux elfes noirs. Il avait réussi à se cacher de Dorson. Gythris venait de mourir pour la deuxième fois. Il avait rompu avec Féerûne. Il avait renié Helm. Il avait égaré en route ses quelques rares compagnons manostiens.
    A présent plus rien ne le retenait en arrière, mais rien non plus ne le portait plus vers quelque horizon que ce soit. Il était tout à fait… disponible ? Mais égaré surtout. A présent il pouvait bien danser sur la corde raide, le néant à gauche, le néant à droite, pour le sourire de Tymora! Et pourquoi pas?!
    Lothringen se retourna vers Seina, une interrogation dans le regard. Il était totalement perdu… Somme toute, il était prêt.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  13. #13
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Seina fit remarquer qu'ils feraient mieux de ne pas s'attarder dans ce mausolée, compte tenu du fait que le fossoyeur les avait déjà trahis une fois. Au lieu de répondre, le semi-drow, encore mal assuré sur ses jambes, fouilla rapidement les sacs et les corps, sous l'oeil désapprobateur du champion de Tymora. Cela ne le troublait guère: il faut bien vivre, et ce qu'il prendrait sur les corps ne leur manquerait pas outretombe.

    "Désolé... la vie de mercenaire, tout ça..."

    En réalité, à part un peu de monnaie, il ne trouva rien qui soit digne d'intérêt sinon le livre même de sorts d'Eolder'n. Il hésitait à le prendre. Bien sûr, vu qu'il en comprenait le codage pour avoir eu le même maître, cela lui permettrait de faire des progrès non négligeables en magie. D'un autre côté, se déciderait-il jamais à renouer avec l'étude des Arcanes? Trop de mauvais souvenirs... Mais pas le temps d'hésiter davantage. Il s'empara du livre, puis rejoignit enfin Seina qui l'attendait dans l'allée, passablement impatienté.

    Ils n'avaient plus assez de sorts pour espérer enchaîner sur un seconde combat: c'est pourquoi, après un court débat, ils n'eurent d'autre choix que de se décider à utiliser à nouveau le symbole sacré de Tymora qui les avoir envoyés, la veille, jusqu'en Valombre.
    Là-bas, la clairière était telle qu'ils l'avaient laissée, mais les colonnes et les corps qu'elles contenaient avaient disparus. Plus de trace non plus du satyre, du grand-prêtre, et encore moins de l'escalier céleste. Une clairière paisible, une quiétude sacrée – et, entre deux arbres, le vortex du retour. Ils se restaurèrent et prirent autant de repos qu'il en fallait à chacun pour mémoriser ses sorts. Seina essaya de faire parler Lothringen de ce qui avait déclenché sa crise entropique, mais le semi-drow restait sur la défensive, n'ayant pas oublié les brusques changements d'attitude de son compagnon. S'il allait s'efforcer de tirer parti de l'événement pour le manipuler? Que fallait-il redouter le plus, la suite des crises de schizophrénie ou un basculement radical dans la folie qui ne tarderait pas à venir? Le temps n'était plus entre eux à la confiance excessive. L'avait-il jamais été...
    Lothringen, s'efforçant d'anticiper les risques du lendemain, mit l'accent sur les sorts de divination et de protection. Il n'avait jamais affronté de vampires, et l'assurance téméraire de Seina le rendait quelque peu inquiet quant à la suite des événements. Mais, las! Il ne pouvait faire autrement que de le suivre. N'était-ce pas la déesse elle-même qui les avait recommandés l'un à l'autre...

    Au réveil, ils retournèrent au cimetière. Seina trouva sans difficultés l'entrée des cryptes. Mais à peine eurent-ils fait trois pas sur les marches que le semi-drow renâcla. Il estimait avoir assez progressé en aveugle.


    Il est encore temps de me donner des indications. Combien sont-ils? Avons-nous la moindre chance de les trouver en ordre dispersé? De les coincer dans un passage? D'en isoler un pour le faire parler? Je sais que tu veux faire le ménage parmi eux, mais tu devrais peut-être te demander si tu ne préférerais pas obtenir le nom de leur commanditaire avant de massacrer tout ce qui bouge...
    -----

    Livre de sorts:

    niveau 0: détection de la magie, détection du poison, manipulation à distance, illumination
    niveau 1: détection des mort-vivants, protection contre le mal, détection des passages secrets, coup au but, projectiles magiques, mains ardentes
    niveau 2: ténèbres, image miroir (2), toile d'araignée, force de taureau, grâce féline
    niveau 3: rapidité, boule de feu, clairvoyance, lenteur, clignotement
    niveau 4: peau de pierre, localisation de créatures, terrain hallucinatoire
    niveau 5: feu solaire, métamorphose funeste
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  14. #14
    Date d'inscription
    avril 2003
    Messages 
    979
    Un terrifiant sifflement émanant des profondeurs résonna brutalement entre les murs écrasants. Les deux compagnons prêtèrent subitement l’oreille. Quelque chose semblait s’exhaler de l’abîme béant. Cela devint plus distinct. Entre les fissures, sous la crasse dégoulinante des parois, derrière la décrépitude ambiante, frémissaient les battements métalliques d’un cœur maladif.

    Une sarabande de cliquetis s’échappait du gouffre dans lequel ils s’enfonçaient peu à peu, comme si une agitation bouillonnante palpitait dans les obscurs tréfonds. Cette incessante consonance se muait en une obsédante mélodie qui enivrait l’esprit et les sens. C’était pareil aux lamentations du métal sous les coups de marteau du Forgeron, se tordant dans d’effroyables suppliques. Au-delà des cloisons putrides vibrait une puissance maléfique…

    Le Barde du Chaos n’avait pas répondu à Lothringen, visiblement sa décision était prise. Il continua de descendre, évoluant avec agilité au travers des monceaux de débris jonchant les marches. Ces dernières se succédaient inlassablement. Le cliquètement n’était plus qu’un vague murmure. Peut-être n’était-il même plus audible, mais le spectre de son rythme inhumain se tapissait dans les recoins de l’imagination.

    Il était difficile de concevoir clairement l’état des lieux, d’un côté cette ossature aux arches tourmentées paraissait sur le point de s’effondrer, gangrenée par la pestilence et l’interminable succession des âges, mais le tout semblait possédé par une force surnaturelle, qui cerclait de son halo mystique la moindre aspérité. Quelque chose unifiait cet épouvantable palais. Il y avait comme la sensation d’être englouti dans les entrailles d’une créature immémoriale se morfondant dans des affres indescriptibles.

    Soudainement, au détour d’un pan rocheux sur lequel une végétation égrotante s’entrelaçait en de mystérieuses arabesques, émergea une trouée dans la pierre au bas de l’escalier agonisant. Cette ouverture était nimbée d’une fine brume, semblable à des linceuls fantomatiques se déchirant sur les saillies rocailleuses. Un léger bruit d’écoulement se réverbérait dans les arcades pierreuses. En fermant les yeux, on aurait presque pu s’imaginer dans le cadre réconfortant d’une promenade, un bel après-midi aux abords d’un ruisseau forestier. Malheureusement ce charmant paysage vomissait d’âcres remugles, provoquant des suffocations à s’en écorcher les poumons dans des dégorgements sanguinolents.


    Il fallait espérer que Seina ait pleine connaissance de son chemin, car le hasard n’est sans doute pas le meilleur allié dans l’exploration de ce dédale cauchemardesque.




  15. #15
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    L'obscure humidité, la réclusion glacée, la menace latente qui règnaient en ces lieux auraient pu lui rappeler l'Ombreterre, n'étaient ces cognements sourds qui lui tassaient le coeur, ces exhalaisons âcres dans sa gorge opressée. Tous les sens en éveil, guettant les sons et les vapeurs hostiles, Lothringen progressait avec toute la prudence que lui permettait le pas rapide de son guide.

    Le semi-drow avait beau ravaler sa rancoeur d'avoir vu Seina dédaigner de lui répondre, il n'était pas assez fou, lui, ni assez obsédé par une vengeance qui d'ailleurs ne le concernait pas pour ne pas voir ce que la "stratégie" du mélandien pouvait avoir de suicidaire. Il commençait même de réprimer une furieuse envie de retourner sur ses pas tant qu'il en était encore temps - mais serait mort plutôt que de l'admettre. Le barde l'avait aidé, il l'aiderait.

    Il marchait dans les pas de Seina, un pan de cape rabattu sur sa bouche afin de la protéger de ces vapeurs, l'une de ses deux haches serrée dans la main droite. Cette dernière commençait d'émettre une lumière d'un bleu glacé sur son tranchant. Lothringen le constata sans comprendre; cela ne s'était pas produit face aux drows; il n'aurait su en dire la signification. Mais elle lui parut bienveillante.

    Pour mieux résister à l'atmosphère de terreur qu'exsudaient ces murs, il s'efforçait de rassembler ses souvenirs les plus lumineux, les plus forts; le sourire de sa mère, l'apparition de sa déesse... Mais il lui fallait aussi demeurer dans la proximité immédiate du champion de Tymora, dont l'aura tendait à le conforter. L'aura de bonté, ou la simple assurance? Bien sûr, Seina devait désormais disposer de pouvoirs divins que lui-même n'avait pas – bien sûr, il n'avait plus le choix, alors à quoi bon s'enliser dans le doute?

    Un instant, il se demanda ce qu'il était aux yeux du barde: un ami, un allié, un disciple, un serviteur, un jouet? Mais il n'était pas temps, il n'était plus temps. D'ailleurs, combien de temps encore à redouter seulement le pire?

    Seina venait de franchir une fissure... il le suivit.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  16. #16
    Date d'inscription
    avril 2003
    Messages 
    979
    Au moment où Lothringen enjambait la fissure, il jeta un rapide coup d’œil dans l’ouverture béante. Durant une fraction de seconde, il aperçut des formes noirâtres qui paraissaient s’entrelacer dans un concert de râles morbides. L’instant d’après, le silence des lieux emplissait à nouveau l’atmosphère.

    Peu de temps plus tard, les deux voyageurs débouchèrent dans une vaste salle. De longues arabesques en constellaient les murs finement sculptés et des gargouilles aux mâchoires démesurées semblaient lutter pour s’extirper de leur léthargie pierreuse. La perfection de leurs contours anguleux et surtout le reflet si réel au fond de leurs yeux gris donnaient l’impression que ces créatures avaient véritablement existé. Au vu de leur stature impressionnante et de la monstruosité des massues bardées de piques qu’elles brandissaient, il valait mieux espérer que ce ne fut pas le cas.

    La façade ouest de cette inquiétante composition était défigurée par une large anfractuosité. Des gravats s’amoncelaient au bas de cette trouée, comme si une masse énorme s’était frayée un passage au travers de la paroi. Lothringen tressaillit : aux décombres graveleux se mélangeait une myriade d’ossements et de crânes, la plupart à moitié écrasés. Le sol était lui-même balafré par de multiples perforations, mais ni moisissures ni traces de sang ne venaient rompre sa monotonie argentée. Un peu partout des éclats de dalle rappelaient la frénésie qui avait dû éclater dans cette pièce.

    Soudainement, une main décharnée balaya l’air dans le noir qui nimbait l’intérieur de la gigantesque orbite. Un gémissement terrifiant retentit. Alors, un être, qui avait sans doute dû s’apparenter à quelque chose d’humain il y a des lustres de cela, s’extirpa avec peine de la grotte. Ses membres, rachitiques et dégoulinants, étaient tenaillés par des convulsions fiévreuses ; la putrescence avait transformé son visage en un amas ensanglanté mêlant débris d’os et chair sphacélée. Mais son faciès effrayait encore plus par sa complète absence d’expression, ce n’était plus qu’une chose vide, chancie par une sombre malédiction.

    Le mort-vivant, titubant, fondit vers les intrus.






  17. #17
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    En pénétrant dans la vaste salle dallée, les premières observations de l'elfe noir avaient été pour se demander quelle pouvait être l'histoire de cet endroit. On aurait dit quelque palais grandiose enfoui par l'oubli des siècles... Avait-il toujours été le temple des défunts? Sa construction devait remonter bien au-delà de la fondation de l'actuelle cité du Chaos, et probablement contraindre l'ensemble des sages à réviser leurs hypothèses sur la date de première colonisation de Dorrandin. Une chose était certaine: jamais les mélandiens d'aujourd'hui n'auraient pu consacrer autant d'argent, d'énergie ni de créativité artistique à ceux qui n'étaient plus...

    Puis on s'était battu ici, avec une rare violence, à ébranler les murs, à percer des crevasses, à fracasser les crânes. La pierre brisée se souvenait. S'il en avait eu le temps, le semi-drow aurait pris la peine d'étudier les restes d'armement et l'ossature de ces squelettes. A défaut, il prit bien soin de ne pas approcher des gargouilles, croyant avoir lu quelque part qu'elles étaient fréquemment aussi vivantes qu'elles en avaient l'air, n'attendant que le visiteur pour s'extirper de leur monstrueuse léthargie.

    Indifférent à tout cela, Seina n'avait pas ralenti l'allure. A croire que ce décor lui était familier...
    Il ne montra pas non plus le moindre signe d'inquiétude quand retentit le cri bestial de la créature, ni qu'elle apparut enfin devant eux, surgissant des ténèbres comme leur quintessence... Tout en dégainant sa seconde hache, dont l'éclat bleu devenait, à l'instar de sa jumelle, presque insoutenable, Lothringen passa rapidement en revue sa courte expérience de la non-vie – il avait déjà pu croiser en quelques mois une liche, un vampire, un combattant squelette et un dérivé profane du zin-carla, et il jugeait que cela faisait déjà beaucoup trop pour un seul homme; mais là, rien à faire, c'était du neuf, il ne savait au juste de quel type de créature il s'agissait, ni surtout quels étaient son mode d'attaque ni ses points faibles. Ce qui décuplait le danger...

    C'est pourquoi, plutôt que de charger en aveugle, il jugea bon de se souvenir qu'il avait un compagnon d'armes mieux préparé que lui, et, tandis que le mort vivant, un peu lent, approchait, il incanta de manière à recouvrir sa peau de cette épaisseur pierreuse qui l'apparentait aux monstres des parois. Ce qui laissait au barde tout le temps d'élever les bras et de marmonner une prière...


    Lothringen = = > peau de pierre = => Lothringen

    Seina = => Renvoi des mort-vivants = => créature

    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  18. #18
    Date d'inscription
    avril 2003
    Messages 
    979
    Des doigts du barde fusa une terrible onde d’énergie, nimbant l’air d’un halo translucide sur son passage. L’atmosphère crépita et l'intrigante créature fut brièvement plongée dans un ouragan de nébulosité.

    Mais ce fut tout. Aucun frémissement n’avait parcouru l’échine purulente de l’aberration. Son faciès ne s’était pas tordu de douleur, et sa démarche chancelante était restée inébranlable. C’était comme si la puissance du sortilège s’était effilochée dans l’air moisi, comme si le mort-vivant n’avait jamais été là, comme si la magie n’avait rencontré que le vide.

    Ne laissant pas le temps à ses adversaires de se remettre de leur surprise, la créature s’arrêta soudainement, presque au centre de la salle. Son visage décharné était toujours dénué de la moindre expression. Cela semblait presque surnaturel que d’apercevoir cette macabre figure, qui tout en suintant de pestilence paraissait comme sclérosée dans un aspect fantasmagorique. Quelque chose de profondément dérangeant s’exhalait de cette scène.

    D’un certain côté, cet être ne semblait pas véritablement issu de l’obscurité corruptrice d’une crypte tant sa physionomie tranchait avec l’allure habituelle des cadavres ambulants. Une impression de profonde méfiance taraudait Lothringen. Il ne fallait surtout pas se fier aux apparences.

    Subitement, l’abomination leva son bras osseux. Son derme, d’une pâleur maladive, était constellé d'eschares violacées. Un doigt squelettique et desséché, autour duquel des veines hypertrophiées s’enlaçaient dans une étreinte obscène, pointa d’une façon accusatrice le Manostien. Ses ongles étaient démesurés et formaient d’atroces limaçons noircis par la pourriture des caveaux.

    Un bref silence s’ensuivit. Puis brutalement, sans que la créature ait prononcé le moindre mot, une sphère d’énergie vibrante s’échappa de ses phalanges gangrenées. Le globe fondit vers Lothringen à une vitesse fulgurante. Il implosa violemment à quelques mètres de lui. La déflagration projeta un souffle de fumée qui cercla les alentours d’une chape fuligineuse. Des mouvements semblaient animer la masse cendreuse, mais il était difficile de discerner quoi que ce soit.

    Peu à peu, les voyageurs aperçurent quatre formes rachitiques et gibbeuses se contorsionnant dans les volutes grisâtres tout en poussant des cris suraigus et détestables. Des goules. Surgies du néant, les monstruosités se ruèrent sur les intrus.

    Quant à lui, le funeste invocateur s’était immobilisé, son bras était toujours tendu dans une posture délatrice, seuls ses globes oculaires, frétillants et aux aguets, palpitaient dans leurs orbites d’une manière répugnante…


  19. #19
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Lothringen devant ce spectacle était demeuré quelques instants interdit. La résistance de leur adversaire au renvoi n'était pas un signe très encourageant du rapport de forces. A moins que ce ne soit pas un mort-vivant ordinaire: mais quoi alors? D'où venait-il donc, ce cadavre anonyme qui l'avait désigné comme une connaissance; en quel cauchemar se seraient-ils déjà croisés... entretués, peut-être? Si peu d'indices - ils ne parleraient pas. Interroger la divination sur sa véritable nature: plus tard, qui sait. Pas le temps.

    Un sort d'invocation. De nouveaux amis dans la danse: les goules. Voici qu'elles s'approchent en titubant sur leurs membres tordus, amas de chairs sans âme, tout en exhalant de lourdes vapeurs de putréfaction avancée qui m'écoeurent. Qui m'affaiblissent. Mais ce n'est pas le pire. Ces succions sonores, ce cloaque limoneux, qui me dégoûte, à rendre fou, et qui jamais ne cesse. Immondices ambulants, si seulement c'était de la salive! N'importe quoi pour qu'elles se taisent. Que vos gorges se creusent, que le feu les assèche, et que vos os noircissent. Au meurtre...

    A ses côtés, Seina chanta pour les encourager de sa magie bardique, puis se mit à décerner aux créatures des sorts de soin qui, à en croire leurs plaintes geignardes, devaient provoquer d'atroces blessures. Mais leur inexorable progression faisait fi de toute souffrance.
    Tandis que les mort-vivants avançaient malgré tout en sa direction, le semi-drow à son tour incanta puis se multiplia; ici, ailleurs, apparaissait une poignée de ses images, fidèles portraits du guerrier-mage, évoluant en même temps que leur modèle. Il attendit enfin que les monstres s'amassent un à un autour de ses doubles illusoires pour laisser jaillir un nouveau sortilège : alors le feu, à hautes flammes, rayonna de ses mains comme un soleil ardent...


    Lothringen ==> image miroir ==> Lothringen

    Lothringen = = > feu solaire = = > Lothringen
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  20. #20
    Date d'inscription
    avril 2003
    Messages 
    979
    Dans un déferlement de particules magiques, un cercle de flamme s’échappa des mains de Lothringen. Brièvement l’étouffante obscurité fut nimbée de rayons flamboyants. La chape incandescente se propagea implacablement sur le sol dallé et la pureté géométrique de son avancée ne fut pas un instant perturbée par les corps putréfiés des goules.

    L’odeur méphitique de la chair calcinée ne tarda pas à remplir les narines du Manostien alors que les aberrations se tordaient de douleur. Des cloques suppurantes s’étaient formées sur leurs visages dévorés par les flammes. Dans un dernier élan de sauvagerie, les monstres tentèrent de se jeter sur leurs assaillants, mais ce fut peine perdue : ils s’effondrèrent pitoyablement en poussant des glapissements agoniques. L’impact des carcasses ravagées sur la pierre dure et froide en sonna le glas définitif. De la chair sanguinolente mêlée à du pus jaunâtre fut projetée aux alentours dans des gerbes ruisselantes.

    Le spectacle était abominable. Il fallait avoir les tripes bien accrochées pour ne pas défaillir devant cette marée de sang, de viscères et autres débris osseux aux teintes écoeurantes.

    Néanmoins, l’inquiétante monstruosité qui avait conjuré les goules ne réagit même pas à cette déferlante de boyaux. L’onde de feu était allée mourir à ses pieds, et depuis elle s’était comme figée. Son faciès ne trahissait toujours pas la moindre expression à la vue de ses sbires réduits en charpie.

    Soudainement, un rire guttural résonna dans la pièce. Il émanait de l’aberration, mais aucun frémissement n’animait la sécheresse de ses lèvres pestilentielles. Sa figure, de chaque pore suintant à chaque bulbe fétide, paraissait gravée dans le roc.


    - Impurs ! Votre souillure sera lavée par la purification que vous venez de dispenser si généreusement à vos propres congénères, quelle ironie !

    L’être s’était exprimé d’une voix grave, et –plus dérangeant- atrocement humaine. Son intonation renfermait quelque chose d’impétueux, ne souffrant aucune contradiction, tel un maître s’adressant à ses esclaves. Avec une vivacité hors du commun, il se jeta en arrière et se rua dans l’anfractuosité par laquelle il était apparu.

    Lothringen et Seina, quelque peu pris au dépourvu, n’eurent pas le temps de s’accorder sur une attitude à suivre, car une sorte de bourdonnement s’échappait désormais du sol. Un funeste tableau se dressait sous leurs yeux : peu à peu le sang des goules s’estompait, leurs entrailles étaient comme absorbées tout en exhalant des volutes blanchâtres. De lugubres bruissements retentissaient, pareils aux succions d’une myriade de petites bestioles voraces.

    Cette sordide nécrophagie expliquait l’étrange propreté de la salle, mais quels autres maléfices allaient donc s’enchaîner après cette abjecte démonstration ? La réponse ne se fit pas attendre :

    Brutalement, un terrible craquement tonna dans l’air humidifié par les vapeurs. C’était comme si de la roche se fissurait sous la pression frénétique de quelque chose…





  21. #21
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Qui est-ce qui fracasse les murailles, contrôle le feu, invoque ...et trompe? Lothringen pensait avoir désormais une petite idée de la réponse, et le semi-drow se trouvait d'autant moins à la fête qu'il avait été la chercher jusque dans les Abysses.

    Mais il n'avait pas le temps de redouter, juste de se préparer autant que possible, incantant sans perdre de temps...


    Lothringen = = > rapidité = = > Lothringen + Seina

    Lothringen = = > protection contre le mal = = > Lothringen


    Sans se concerter, les deux hommes coururent vers la faille par où avait disparu le funeste invocateur, qu'ils risquaient de voir revenir sous une forme plus redoutable encore. Le seul moyen d'en venir à bout, songea fugitivement le semi-drow, ce serait de le prendre au corps à corps... Et il crispait ses mains sur le manche de ses armes, au bord de la panique; rassuré, néanmoins, de savoir Seina à ses côtés.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  22. #22
    Date d'inscription
    avril 2003
    Messages 
    979
    Par-delà la faille se dévoilait un large couloir. Au plafond, les contours pierreux d’arches finement ciselées émergeaient de la brume d’obscurité. Des bas-reliefs aux silhouettes mystérieuses et alambiquées constellaient les murs. Les marbrures enlacées du sol dallé semblaient faire naître et disparaître d’exotiques figures aux reflets ambrés. La disposition de l’ensemble était d’une géométrie parfaite, d’une perfection inhumaine. Au loin, la lueur crépitante d’un flambeau s’animait de remous fébriles.

    Il n’y avait nulle trace de la lugubre créature.

    Ayant encore l’atmosphère de la bataille dans l’esprit, les deux voyageurs s’avancèrent à grands pas vers la torche. A leur passage les motifs paraissaient s’animer et se tordre dans des postures menaçantes. Mais l’instant d’après l’ornement était à nouveau figé dans sa sclérose immémoriale, débarrassé de la démoniaque illusion qui l’espace d’un instant lui avait donné vie.

    La flamme, comme perturbée par un souffle surnaturel, éclairait une massive porte à demi-ouverte. La boiserie du panneau était parée de dorures cerclées d’orles argentés aux liserés d’une finesse somptueuse. Le chambranle avait dû nécessiter le travail acharné d’un sculpteur émérite tant la pureté de son architecture et ses enchevêtrement sibyllins rayonnaient dans la noirceur.

    Derrière la munificence de ce portail se dévoilaient les étagères aux pourtours façonnés d’une imposante bibliothèque. Une quantité astronomique de grimoires, manuels, encyclopédies et autres chrestomathies s’amassait sur de larges rayons. Un spacieux couloir central permettait de circuler dans la pièce au plafond ogival. Ce dernier était couvert de fresques représentant des astres scintillant dans la nuit noire se mêlant à la froideur céruléenne d’un ciel matinal.

    Bien que faible, la luminosité de cet antre de la culture permettait d’apercevoir une silhouette affaissée sur un luxueux fauteuil purpurin. Un vieillard vêtu d’une simarre chamarrée y sommeillait paisiblement. Sa barbe argentée qui descendait sur son ventre aux proportions généreuses se soulevait doucement à chaque respiration.

    Néanmoins, malgré cette impression d’accalmie, quelque chose de sombre semblait planer aux détours des travées…



  23. #23
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Pour évoquer laconiquement le problème, quelque chose ne tournait pas rond. Quelques instants auparavant, l’on se trouvait dans une vaste salle où un craquement particulièrement sonore laissait attendre la venue d’une créature semblable, par exemple, à celle qui avait créé dans le mur la fente immense frangée de crânes et de gravats qui avait tout d’abord attiré leur attention, quand ils avaient pénétré en ces lieux: mais ils n’avaient rien vu venir de tel. Puis, ils avaient eu beau courir, ils avaient tout simplement perdu la trace de leur précédent adversaire – une illusion ?

    Et à présent, ils dérangeaient dans sa sieste un vieux mage qui devait avoir pris une sérieuse option pour la surdité, s’il n’avait rien entendu de ce qui avait précédé. Le semi-drow fit quelques pas prudents, ne toucha à rien, observa tout autour de lui les étagères, et parcourut d’un regard intrigué les titres sur les tranches. L’atmosphère de cette bibliothèque avait beau ne pas être tout à fait celle d’une salle d’étude manostienne, Lothringen se sentait presque chez lui, ici, au milieu des livres et du savoir des siècles. C’était là qu’il avait grandi, quinze ans durant : entre un laboratoire et une bibliothèque, et au service d’un mage pas forcément mieux intentionné que le mélandien moyen. Litote…
    Ainsi il respirait, mais, la fatigue nerveuse aidant, il commençait de se lasser de ces énigmes, et surtout de se soucier de ne plus gaspiller trop généreusement ses sortilèges. Ils étaient en somme loin, très loin de leur objectif. L'impatience commençait de le ronger: à quoi donc tous ces contretemps pourraient-ils les mener - N’y avait-il pas moyen de continuer leur route sans s’arrêter ici ? Mais cela, Seina le savait mieux que lui, qui ne pouvait que suivre.

    Le semi-drow laissa donc le barde prendre en main la situation, puisque c’était lui le meneur, à ce qu’il semblait. Seina créa un son imaginaire qui se répandit dans la pièce comme la résonance d’un gong magique dont la vibration se répéta, lente et profonde, longtemps, comme un écho qui ne veut pas mourir. Et, dans le silence enfin rétabli, ils attendirent de voir si la masse de chair usée du fauteuil allait bien daigner émerger de sa digestion…
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  24. #24
    Date d'inscription
    avril 2003
    Messages 
    979
    Néanmoins, le mage semblait ne pas vouloir réagir à cette imprécation magique et sa panse continuait de se soulever mécaniquement. Alors, Seina se tourna vers Lothringen : un air inquiet était gravé sur le faciès du barde, comme s’il était pris au dépourvu par la mystérieuse architecture du lieu.

    - Quelque chose n’est vraiment pas normal dans cette salle, c’est comme si la pureté de cette construction était irréelle en un tel endroit… Tiens-toi sur tes gardes, murmura-t-il.

    Aux aguets, le semi-drow scruta avec attention les alentours, juste à temps pour apercevoir un léger éclat scintillant dans les travées. Une sphère d’énergie tourbillonnante fondait droit vers eux avec une célérité effrayante…

    Mus par la nervosité, les deux voyageurs se jetèrent violemment sur le côté, heurtant la pierre avec brutalité. Ils entendirent brièvement le grésillement terrifiant d’un champ électrique les frôlant. Le globe crépitant s’écrasa dans un vrombissement apocalyptique à l’endroit où ils se tenaient quelques instants auparavant. Des décharges s’échappèrent en fusant du centre de la déflagration et un éclair blanchâtre les aveugla, brûlant leur rétine. D’atroces tressaillements les parcoururent alors que les fulgurances d’électricité transperçaient et calcinaient leur épiderme. Sans ce réflexe salutaire, les deux aventuriers auraient fini grillés vifs par la puissance du sortilège. Mais malgré cela, Lothringen, recroquevillé, avait l’impression que des centaines d’aiguilles acérées étaient enfoncées dans sa chair. Ce qui était pour le moins douloureux.

    Peu à peu le linceul albâtre qui recouvrait ses globes oculaires s’envolait, et il aperçut à nouveau la grise froideur du sol. A ses côtés, Seina paraissait souffrir, mais il était conscient et ses yeux semblaient comme écarquillés par la surprise. Le Manostien leva son regard des dalles fissurées pour observer la salle…

    Un profond sentiment de malaise l’envahit. Tout n’était que fausseté. Il pouvait désormais apercevoir des parcelles de réalité entre les lambeaux de ce rêve à l’opulence grandiose. Des fragments d’illusion nimbaient encore les véritables étagères, à moitié détruites et couvertes de poussières, tandis que des grimoires séculaires gisaient sur le sol crasseux. La splendide fresque de l’ogive partait en morceaux, créant un fantasmagorique déploiement de vapeurs diaprées. Au centre, un fauteuil éventré trônait, et à ses côtés, un squelette richement vêtu sous des monceaux d’immondices, le crâne fracassé et les os rongés par la pourriture, était affalé comme une marionnette désarticulée.


    Un sifflement moqueur retentit au milieu des effluences éthérées du perfide onirisme.

    Voilà ce qu'il en coûte aux monstruosités de la nuit de venir troubler le sommeil des défenseurs de la pureté !

    Cette voix, tempétueuse et imprécatrice, résonnait pareille à celle de l’aberration croisée dans la salle aux gargouilles. Pourtant elle émanait d’un personnage de haute stature, revêtant une toge rougeâtre aux rebords agrémentés de perles miroitantes. L’infernal rougeoiement de ses pupilles contrastait avec la pâleur de ses traits sévères et tendus. Une calotte noirâtre surmontée par les entrelacs dorés et arachnéens d’un fin diadème parachevait l’aura de pouvoir qu’exhalait le personnage.

    - Dans ma grande bonté et malgré la noirceur cadavérique qui vous entoure, je suis prêt à entendre vos résipiscences de créature maléfique, gronda-t-il d’un air contrit.

    La lueur de la folie luisait dans ses yeux vermeils qui scrutaient tour à tour Lothringen et Seina avec une vitesse excessive.



  25. #25
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Par la Dame, quelle souffrance, profonde, impérieuse, et qui durait, qui se démultipliait à l'infini dans chacun de ses membres, chacune de ses tentatives les plus dérisoires soient-elles pour contracter un nerf, tourner la tête, crisper un poing; pourquoi fallait-il qu'il ouvre encore les yeux; pouvait-on en endurer davantage sans sombrer aussitôt dans une salutaire inconscience, ou déserter ce corps brisé...

    Il n'était pas jusqu'à ses yeux qui, une voile dissipé le voile laiteux qui les avait d'abord recouverts, semblaient lui refuser leur service, hésitant constamment entre deux versions de cette salle tantôt fastueuse ou tantôt décrépite, selon que le regard se posait sur l'angle d'une étagère, contournait un fauteuil, flottait entre deux mondes. Un sort de mirage, oui... Il savait faire cela : mais la fantasmagorie morbide était-elle de lui, l'illusion de grandeur était-elle de l'autre, pourquoi ne savaient-elles s'accorder... et à qui se destinaient-elles, au finale...


    Il n'entendit que très vaguement les paroles prononcées par leur vainqueur, et ces dernières lui semblèrent, comme tout le reste, parfaitement insensées. "Monstruosités de la nuit", "créatures maléfiques"... Etait-ce donc d'eux que l'on parlait? Il avait déjà entendu de tels propos, évidemment, plus souvent qu'à son tour, mais encore jamais tandis qu'il voyageait en compagnie d'un demi-céleste, et encore moins dans la bouche d'un être à l'apparence furieusement vampirique, qui en outre venait de les attaquer à vue... Cela aurait pu passer pour de l'ironie, n'était le roulement dément des yeux rouges dans les orbites du personnage.

    Le semi-drow se redressa péniblement sur les avant-bras, tout en se demandant ce qu'il pouvait répondre à un tel discours. Il n'était doué ni pour l'humilité, ni pour la flatterie, ni pour le bluff, et il réfrénait à grand peine quelque pique acerbe qui ne l'aurait pas beaucoup servi dans sa situation. Si le barde avait été en état de répondre, nul doute qu'il s'en serait tiré mieux que lui... Convaincre cet individu qu'il n'était pas maléfique? Lothringen songea un instant à lui suggérer d'employer un sort de détection du mal ou de lui laisser le lancer, mais il changea vite d'opinion; selon toute vraisemblance, leur "hôte" lui-même commencerait à rougeoyer. Et il n'était pas tout à fait sûr de Seina...

    Il cligna des yeux, s'efforçant de se concentrer. Il ne pouvait pas commencer à en dire trop sur eux-mêmes tant qu'il ne saurait pas à qui il avait affaire.


    "Nous ne nous attendions guère à trouver des défenseurs de la pureté en un tel lieu... Instruisez-nous: qu'entendez-vous par là, au juste? Et quelle puissance vous a investi de pareille mission?"
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  26. #26
    Date d'inscription
    avril 2003
    Messages 
    979
    Durant un court instant, la stupéfaction prit le dessus sur la sévérité dans l’expression de l’impérieux personnage. Visiblement, il ne s’attendait guère à une réponse et encore moins à des questions. Il avait fait preuve de piété dans ce qui lui paraissait ne pas avoir de conséquence. Perturbé, il recula d’un pas, faisant résonner le tintement cristallin des perles nouées à son vêtement.

    Néanmoins le visage de la créature redevint promptement aussi glacial que l’hiver le plus cruel. Ses globes oculaires palpitaient de manière frénétique dans leurs orbites, crucifiant d’un regard accusateur les deux voyageurs. Les brumes irisées qui nimbaient l’atmosphère de la bibliothèque venaient tournoyer entre les plis de sa toge et se déchirer sur les aspérités de son diadème, ce qui conférait comme une aura surnaturelle à l’imprécateur.


    - Misérable vermine ! On ne s’adresse pas sur un tel ton à Ae’xios, Seigneur et Grand Prêtre de l’Ordre des Défenseurs de la Pureté tonna-t-il. Les raisons de ma destinée ne vous concernent aucunement… Sachez simplement que ma cause est l’éradication de la gangrène qui sphacèle ce monde chaotique, de l’imperfection des êtres qui peuplent ces contrées dévastées, de la pulvérulence corrompue qui rôde dans l’apparence mutilée de la chair altérée !

    Une inquiétante lueur faisait rougeoyer les yeux du prétendu hiérophante. Il reprit d’une voix grave et emplie d’une doucereuse compassion.

    - Convertissez-vous à la Pureté et votre âme sera sauvée des flammes éternelles de la déliquescence !

    Un état de grande tension habitait la créature. Son faciès était désormais parsemé de convulsions et sa bouche formait un rictus sinistre. Les sifflements de sa respiration saccadée avaient haché sa diatribe, et il semblait à présent sur le point de suffoquer. Ses mains squelettiques étaient comme possédées : elles s’acharnaient avec violence sur les replis de sa toge rouge sang.

    Cependant, une puissance implacable paraissait sourdre du chantre de la pureté. Cette impression était affirmée par l’étau chamarré des exhalaisons qui virevoltaient autour de lui tel un rempart tempétueux.

    Encore là, il fallait discerner l’illusion de la réalité…

  27. #27
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Le discours délirant du mage avait au moins eu ceci de bénéfique qu’il avait permis aux deux voyageurs de retrouver leurs souffles et leurs esprits. Tout en écoutant plus ou moins attentivement, Lothringen s’efforçait de concentrer sa volonté sur l’illusion qui l’environnait. Malgré son étiolement, elle témoignait d’une magie puissante. Suffisamment puissante pour les avoir terrassés tout à l’heure, mais suffisamment dérangée pour ne pas tenir la distance, et pour ne pas les avoir achevés tant qu’il en était temps…

    Les paroles du prétendu Grand Prêtre n’apportaient que peu d’éclaircissements, sinon sur l’état de sa prétendue santé mentale. Aux dernières nouvelles, l’ordre de la Pureté n’était pas inscrit au répertoire, d’autant que son hiérophante avait une fâcheuse tendance à fondre en un seul concept le Mal, l’impureté et la corruption des chairs. Etrange, pour un être qui se grattait aussi frénétiquement. Plus étrange encore, le fait que les haches n’aient pas du tout brillé à sa proximité, alors qu’elles avaient lui si fortement devant les goules… Lothringen commençait à comprendre que le personnage faisait lui-même partie de l’illusion. Mais, s’il fallait en croire son aura, alors le véritable illusionniste se tenait probablement « derrière » lui, sous un sort de déguisement. Et pour être peut-être fou, il n’en serait pas moins dangereux…

    Lothringen en était là de ses analyses quand il sentit Seina remuer près de lui. En moins mauvais état qu’il ne l’avait cru tout d’abord, le barde semblait boire les paroles du dévot. Pire, on aurait dit que la perspective de trouver dans on ne sait quel rituel la solution finale de toute putréfaction le ravissait proprement : et d’ailleurs, il rampait déjà, comme subjugué, en direction de l’individu. Il n’allait pas vouloir lui obéir, si ? Ecœuré, le semi-drow fit mine de le retenir, mais Seina se retourna alors vers lui, l'épée au clair, avec dans le sourcil un tremblement que le dévot ne pouvait pas voir. Le semi-drow, surpris par le coup, se crispa sur son ventre et s'effondra bientôt. Quant à Seina, après ce gage de soumission, le fourreau vide, il continuait de ramper sur les genoux, tout en balbutiant de flatteuses paroles :


    « Plus personne ne vous manquera de respect, Votre Seigneurie, désormais, j’y veillerai. Je loue le ciel de m’avoir donné l’occasion de comprendre avant qu’il ne soit trop tard… Veuillez accepter, Votre Grandeur infinie, ma contrition et mes souhaits de conversion les plus humbles… J’attends vos ordres. Que dois-je faire pour me libérer de ma souillure ? »


    Tout en disant ces mots, il était parvenu aux pieds du Grand Prêtre, sur lesquels il baissait les yeux, comme en attente de sa bénédiction. Mais il n’eut pas le temps de savoir si Ae’xios y aurait consenti, car il tira alors sa seconde lame, jusque là masquée, et le frappa vigoureusement au tendon d’Achille. Dans le même temps, le « cadavre » de Lothringen se roulait rapidement sur lui-même, en direction des étagères toutes proches.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  28. #28
    Date d'inscription
    avril 2003
    Messages 
    979
    Un rictus de surprise se grava sur le visage albâtre du grand prêtre de la Pureté alors que l’acier lui cisaillait la chair. Tout en poussant un glapissement aigu, presque animal, il se projeta en arrière. Néanmoins, en plus de son jarret ensanglanté, les basques méandreuses de sa toge ne lui facilitaient guère la tâche et il s’encoubla maladroitement.

    Le noble Ae’xios heurta le sol poussiéreux, faisant voler son fin diadème à quelques encablures. Brièvement, les deux responsables de cette hiérophantique débâcle eurent l’impression de n’avoir en face d’eux qu’un misérable vieillard recroquevillé, comme accablé par le simple poids de ses parures et autres tissus désormais crasseux.

    Mais l’instant d’après, la face blanchâtre s’était empourprée, s’accordant violemment avec les yeux inquisiteurs qui n’avaient à aucun moment perdus quoi que ce soit de leur voile incandescent. Une telle fureur s’était emparée de leur adversaire que sa tête trépignait, vibrait, bouillonnait. La colère exsudait de tout son être. La créature semblait vouloir invectiver ses ennemis, mais ses lèvres se tordaient tant de rage que seul un feulement bestial s’en échappait. Son derme purpurin était agité par des frémissements serpentins, comme si son enveloppe charnelle était insuffisante pour contenir la tempête qui l’habitait.

    L’étrange dévot se releva avec une vivacité surnaturelle, ses yeux projetaient des éclairs ardents. Etonnamment, il ne semblait guère se préoccuper de Seina et de sa lame maculée de sang noirâtre pourtant juste devant lui. Au lieu de cela, il baissa la tête vers le barde et le fixa d’un regard térébrant. Alors, il leva le bras dans une posture imprécatoire et une gerbe d’énergie magique déferla et tourbillonna autour de sa main blême. Les effluences diaprées se rejoignirent avec puissance en crépitant et un bâton se matérialisa dans sa paume. Cependant, le mot bâton était bien délicat pour décrire ce qui s’apparentait plus à une barre entièrement hérissée de longues pointes acérées. Un liquide au reflet violacé suintait sur les aspérités du métal noir comme la nuit. Cet instrument de terreur n’avait rien à voir avec le bourdon d’un thaumaturge, c’était le fléau d’un tortionnaire.

    Une fraction de seconde plus tard, l’aberration abattit son arme avec une célérité diabolique sur le barde…




  29. #29
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Bientôt redressé, Lothringen avait suivi la manœuvre de Seina de derrière le coin de l’étagère, presque étonné de ne pas voir de contre-attaque provenir d’une autre source que du soi-disant thaumaturge. Ce dernier commençait de l’échauffer sérieusement, du reste, non seulement par son arrogance, mais aussi par cette dérisoire imposture dont le semi-drow peinait encore à percevoir l’envers : égarée par des indices toujours contradictoires, sa naturelle tendance à rationaliser spéculait à loisir, mais en vain. C’était un chariot qui continue de mouliner en roue libre, posé sur un montoir… Quand leur adversaire serait hors de combat, il aurait tout le temps de comprendre. Pour l’heure, mieux valait trouver un moyen d’assister le barde. Et cette bibliothèque allait l’aider…

    Lothringen = = > manipulation à distance


    Le devin visa du doigt un volume qui se trouvait sur la rangée supérieure de la bibliothèque la plus proche du dévot, dans le dos de ce dernier, en un pan de mur où l’illusion hésitait entre un précis d’alchimie d’Alabraxar et sa version rongée aux rats. Combien d’heures s’y était-il usé les yeux, jadis… D’expérience, Lothringen savait qu’il y avait là, rien qu’en reliure, de quoi faire gémir n’importe quel porteur. Il déplaça son doigt de telle manière que le volume se mit à voler dans le dos du hiérophante, tandis que ce dernier invoquait un morgenstern des plus antipathiques : l’apparent croisement d’une vierge de fer et d’une queue de wiverne venimeuse.
    En un pareil environnement, une véritable faute de goût.

    Encore quelques brasses, et l’ouvrage se trouva juste cinq pas au-dessus de leur adversaire. Lothringen le leva aussi haut que la voûte le lui permettait, puis le lâcha sur le front d’Ae’xios, dans l’espoir de lui faire rater son attaque sur Seina, voire de permettre au barde de profiter de l’occasion pour le renverser à terre.
    En cas d’échec, ce serait l’occasion ou jamais de vérifier si la splendide armure luisante endossée la veille par son compagnon avait d’autres vertus qu’esthétiques…
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  30. #30
    Date d'inscription
    avril 2003
    Messages 
    979
    Fendant l’air, le livre s’abattit de tout le poids de son savoir sur le sinistre dévot. Mais le sortilège de Lothringen n’avait visiblement pas trompé le halo surnaturel qui s’exhalait des yeux incandescents de la créature. Cette dernière dévia le coup qu’elle s’apprêtait à porter au barde pour heurter de plein fouet le pesant grimoire. Dans un fracas de pages éparpillées et de reliure éventrée, le casse-tête caparaçonné d’épines écourta l’immémoriale désagrégation du recueil savant, l’expédiant d’une traite dans un abîme de poussière.

    A la faveur de ce moment d’inattention du prélat, Seina en profita pour bondir à nouveau tout en portant un puissant coup d’estoc. Il savait parfaitement que l’occasion ne se représenterait que difficilement. La vivacité de l’algarade prit le chantre au dépourvu. Il tenta de rabattre brutalement le bras pour se servir de son macabre appendice ferreux comme d’une barrière acérée, mais la frappe du barde fut si prompte qu’Ae’xios eut la mauvaise surprise d’entendre le bruit de sa chair transpercée par la lame froide.

    Le hiérophante hoqueta de surprise. Il recula en titubant. L’épée fichée dans sa poitrine surgissait telle une bannière trônant sur un champ de bataille âprement conquis…

    Subitement, une lugubre métamorphose s’opéra : la peau de l’aberration s’étiola peu à peu, et ses veines se noircirent, si bien que d’obscures arabesques ne tardèrent pas à balafrer son visage flétri. Des larmes de sang s’échappèrent de ses yeux, au travers desquels une lueur terrible paraissait se tordre de douleur. Convulsion après convulsion, les gouttes purpurines se mélangèrent aux particules noirâtres qui se déracinaient tranquillement de l’expression sévère du prêtre. Il était désormais méconnaissable : son faciès n’était plus qu’une masse informe et grouillante de cendres virevoltant aux alentours. Brusquement, ce qu’il restait de la créature s’effondra dans un nuage de fumée grisâtre, enveloppant le centre de la salle d’une chape impénétrable.

    Un mutisme sépulcral avait soudainement envahi la pièce, comme si le moindre bruit aurait pu devenir le catalyseur d’un nouveau déferlement de malveillance. Les dalles lézardées et les étagères dévastées apparaissaient pleinement sous leur « véritable » jour, du moins sous l’aspect uniforme d’une certaine réalité. Une froideur d’hypogée, reculé et enfoui sous des monceaux de roches oppressantes, se faisait subitement et douloureusement sentir. Mais les deux voyageurs, haletant, ne s’en souciaient guère dans l’attente que l’étau d’opacité se dévoile. D’inquiétantes formes semblaient palpiter et les observer du milieu de cette nuit cendreuse, laissant présager qu’un sombre maléfice était à l’oeuvre.

    Néanmoins, au bout d’un certain temps, la nuée de scories se désagrégea. Les restes fuligineux paraissaient disparaître complètement, comme absorbés par le néant. Même le sang sur la lame de Seina s’évapora en produisant un léger sifflement. Tout cela provoqua une désagréable sensation de malaise dans le cœur de Lothrigen.

    De leur adversaire, il ne restait rien, hormis sa terrifiante masse d’arme, abandonnée sur le sol glacé…




Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Mises à jour de vieilles traductions
    Par Graoumf dans le forum La Chambre des Scribes
    Réponses: 46
    Dernier message: 07/06/2017, 08h26
  2. [DOCU] Un jour sur Terre
    Par Mornagest dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/05/2008, 10h46
  3. [TECH]Problème de mise à jour
    Par Eredef dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 4
    Dernier message: 30/05/2006, 20h17
  4. Le jour le plus triste de l'année
    Par zefklop dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 28
    Dernier message: 27/01/2006, 15h09
  5. Mise à Jour
    Par Agifem dans le forum Les Chroniques de l'Âge Sombre
    Réponses: 2
    Dernier message: 04/02/2003, 19h05

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250