Page 2 sur 2 PremièrePremière 12
Affichage des résultats 31 à 38 sur 38

Discussion: Ce que le jour ne verra pas

  1. #31
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340
    La mort avait repris ses droits sous l’ogive constellée la bibliothèque, désormais redevenue aussi froide, aussi morne, aussi inerte que les salles précédentes. Lothringen en ressentait un étrange sentiment de malaise; c’était comme si, avec leur aide, les cryptes avaient vaincu. Dans le silence accablant qui avait remplacé le bref fracas de l’affrontement, les livres achèveraient de se désagréger, les étoffes de se décomposer, et l’orgueilleuse architecture des lieux de retourner au néant de l’oubli.

    Décidés à en découvrir les secrets, ils commencèrent d’inspecter cet endroit. Il fallait bien, du reste, que cette pièce ait une issue, car ils n’étaient certainement pas encore parvenus au plus profond des cryptes… Tandis qu’ils observaient un peu plus attentivement la salle voûtée, ses étagères branlantes et ses tables jonchées de parchemins poussiéreux, leur attention fut attirée par un établi sur lequel reposaient pêle-mêle des fioles d’eau bénite, des parchemins semblait-il destinés à éradiquer les morts-vivants, ainsi que divers emblèmes qui leur paraissaient religieux. On aurait dit là l’arsenal complet qu’une faction en lutte ouverte contre la non-vie aurait jugé bon d’entreposer au cœur de son quartier général.

    Sur cette même table reposait un grimoire entrouvert que Seina arracha presque des mains du semi-drow quand il en reconnut l’écriture. Se trouvant incapable de déchiffrer ce langage, ce dernier le lui abandonna en haussant les épaules. Durant quelques temps, le barde demeura alors plongé dans une lecture semblait-il captivante, tandis que Lothringen, par désoeuvrement, revenait aux emblèmes reproduits sur les parchemins pour s’efforcer de les identifier. Deux d’entre eux revenaient avec une plus grande fréquence que les autres, le premier représentant une sorte de double demi-volte inversée en S, barrée par une oblique ascendante, et le second une main droite aux doigts repliés, exception faite de l'index. Tout cela ne lui disait absolument rien.


    « De l’Infernal… Intéressant. », commenta Seina tout en feuilletant les dernières pages, comme pour vérifier qu’il n’oubliait rien.

    « Et cela dit quoi ? »


    « Malheureusement c’est un dérivé dialectal assez bizarre… »


    « Je doute que tu serais resté aussi longtemps plongé dedans si ce t'était tout à fait incompréhensible»
    , commenta le semi-drow, agacé par tous ces détours.

    Seina sourit de son impatience, qu'il s'amusait du reste à prolonger.
    « C’est le journal de bord de nos chers zélateurs de la Pureté… Il semblerait qu’ils aient eu régulièrement maille à partir avec les vampires, et ils relatent ici leurs affrontements successifs avec forces détails. »

    « Extrait ? »


    « Voici la dernière page:

    Ils devaient mourir. Même en nos foyers la laideur s'instille peu à peu. Ils devaient mourir. Même en nos frères la frayeur naît. Ils devaient mourir. Imparfaits ils étaient. Ils devaient mourir. J'ai tué mon sang. Ils devaient mourir. Seul désormais, j'adresse cet avertissement aux monstruosités qui parsèment ces lieux :

    Je détruirai vos valeurs, vos systèmes, vos utopies. J’arracherai la moelle de vos misérables carcasses purulentes. Le ravageur sillon de ma colère dévastera plaines et monts, rasant la grouillante pellicule de votre folie. Ma fantastique rage s’embrasera alors, et de partout, les fourmillantes créatures se jetteront à mes pieds. Je les traquerai dans les vains hypogées de leur démence mené par ma connaissance des lieux. Je broierai les rares chantres de la résistance, éclatant leurs os rongés par les helminthes sur les murs glacials de la ville bouillante. Les frivoles édifices s’effondreront sous le joug de ma haine, noyant de leur chape poussiéreuse les téméraires vestiges de ce consortium dégénéré. A peine aurai-je écrasé ces maigres fondations, que je soufflerai d’un simple mouvement les bases de ces doctrines autant asservissantes qu’avilissantes. Et là, campé sur les ruines de cet improbable drame, j’abattrai, un rictus gravé sur le faciès, les dernières larves se traînant sur la terre martyrisée, salvateur repère des vermisseaux. Ils reviendront. Ô Morose entité désemparée aux pléthoriques facettes, quelle triste ironie !


    La suite devient tout à fait incohérente, avant de devenir illisible, puis de s’interrompre. »

    « Peu m’importent les ultimes divagations verbeuses du dément. Autre chose ? Quelque chose d’utile, je veux dire ? »


    « Il y a une sorte de plan de la pièce… »


    Lothringen se pencha sur l’épaule de son compagnon de route, afin de pouvoir vérifier par lui-même. Divers symboles reproduits laissaient effectivement penser qu’il s’agissait d’une représentation du quartier général. A en croire le plan, il existait un autre couloir que celui par lequel ils étaient arrivés, ce dernier jaillissant d’un mur latéral. Après une longue traite, il devait aboutir dans un enchevêtrement de salles au cœur duquel avait été représenté à l’encre rouge un symbole évoquant de très près des crocs acérés.

    Après avoir pris quelques secondes pour s’orienter, les deux intrus situèrent l’entrée du passage derrière une vaste fresque peinte à même le mur jouxtant le centre de la pièce. Bien qu’altérée, cette dernière représentait un clerc, le regard torve, pointant un doigt menaçant en direction du spectateur. Un splendide pendentif était attaché à son cou et d'étranges symboles constellaient sa chasuble.

    Au bas de la fresque, une inscription décrépite, en langue commune, clamait en capitales que

    "Le ... de la Pureté démasquera les monstruosités de la nuit."

    Lothringen, bien décidé à ne rien laisser au hasard, reporta son attention sur la masse, seul accessoire de leur adversaire à ne pas avoir disparu avec lui. L’arme de leur ennemi dégageait une étrange aura magique. Le semi-drow la saisit par le milieu du manche, avec un linge, pour être aussitôt surpris de sa légèreté. En la tripotant en quête d'un mécanisme quelconque, il entendit un soudain déclic, alors qu'une mince cloison s'ouvrait sur le côté du manche. A l'intérieur se trouvait une petite clef noire dont l'extrêmité finement ciselée reproduisait le symbole du Clan. Au bout d'une courte ficelle, un fragment de parchemin représentait des crocs rouges semblables à ceux du livre...

    Cherchant à quelle serrure offrir cette clef, Lothringen incanta une détection des passages secrets sur la fresque murale, mais le sort demeura curieusement sans effet, comme si ce n'était pas sur le mur que devait s'ouvrir le passage. Le semi-drow fixa quelques temps d'un air de défi la vaniteuse peinture qui prétendait lui résister, jusqu'à songer à suivre la direction indiquée précisément par son doigt: ce dernier désignait le sol dallé, à quelques pas, face à la fresque. Seina se joignit alors aux recherches.

    Une inspection minutieuse leur permit de constater que l'une des dalles pouvait se soulever; sous celle-ci, on découvrait une grille ouvragée, fermée par un verrou de petite taille qui semblait, et était, juste à la bonne taille pour y insérer la clef trouvée dans la masse. La grille s'ouvrit sans difficulté, pour révéler une cavité étroite, encombrée de toiles d'araignées et de poussière, qui semblait devoir s'enfoncer à la verticale jusqu'à une assez grande profondeur. Lothringen saisit le premier livre désagrégé qu'il trouva pour le lancer au fond de l'obscure ouverture: au temps de chute, il jugea que le tunnel devait soit s'arrêter soit bifurquer à une distance de cinq ou mètres environ. Le semi-drow referma soigneusement la grille et remit la dalle en place.


    Ils fouillèrent encore quelques temps mais ne trouvèrent rien de plus. Ne leur restait plus qu'à raffler les fioles d'eau bénite, les parchemins pour autant qu'ils puissent s'en servir, et à préparer leur arsenal de sorts pour le lendemain. Lothringen voulut d'abord vérifier qu'il avait utilisé tous ses sorts les plus utiles, et comme il avait un plan du repaire de leurs ennemis, il décida de tenter une dernière incantation.

    Lothringen = = > localisation de créatures: vampires = = > direction indiquée par le plan du journal


    Le résultat était difficilement interprétable; le devin percevait faiblement la présence de plusieurs de ces créatures dans la direction choisie, mais il ne pouvait les dénombrer précisément, car une sorte de brume surnaturelle perturbait l'efficacité du sortilège, comme si l'endroit était bardé de protections magiques. Voilà qui ne l'aiderait guère pour la suite; lui qui aimait tant tout connaître du terrain...

    De plus, ces vampires dégageaient une aura particulière qui les distinguait de leurs congénères. Ils avaient la froideur qui caractérise les assassins sans scrupules et les tueurs sanguinaires; c'était comme s'ils avaient été entraînés à canaliser leurs émotions et leurs instincts pour mieux servir leurs desseins meurtriers...
    Heureusement, pourrait-on dire, ils ne paraissaient pas nombreux.

    Lothringen n'était pas surpris d'apprendre qu'ils avaient pu tuer Banshee. Et il prévoyait une joyeuse nuit d'inquiétude, à méditer sur leurs chances de survie. Si seulement il parvenait à empêcher Seina de foncer dans le tas, ils auraient peut-être leur chance...

    Comme ils ne pouvaient cette fois s'offrir le luxe de remonter en surface pour dormir, ils barricadèrent l'unique porte d'accès à la salle, avant d'installer leur bivouac et de réviser leurs formules.


    Livre de sorts: Lothringen

    niveau 0: détection de la magie, détection du poison, manipulation à distance, illumination
    niveau 1: protection contre le mal, feuille morte, coup au but, projectiles magiques, mains ardentes (2)
    niveau 2: ténèbres, image miroir (2), toile d'araignée, force de taureau, bourrasque
    niveau 3: rapidité, boule de feu, flèches enflammées, lenteur, clignotement
    niveau 4: peau de pierre, localisation de créatures, bouclier de feu
    niveau 5: feu solaire, téléportation
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  2. #32
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages 
    979
    Noyés sous la terre, les deux voyageurs parvinrent difficilement à trouver la sérénité nécessaire pour récupérer tant mentalement que physiquement. Brusques craquements, suintements d’outre-tombe et sinistres gémissements constellèrent leur « nuit » tourmentée. Des spectres de poussière paraissaient planer dans la bibliothèque dévastée, naviguant entre les volumes rongés par le temps. Résignés, les aventuriers durent se contenter de ce lugubre ballet comme seule berceuse.

    Quelques temps plus tard, la térébrante froideur de l’atmosphère glaciale les réveilla. Rien n’avait changé dans la vaste salle décrépite. Dérangeant. Impossible de savoir depuis combien de temps ils y étaient. Au fond de leur cœur, ils savaient qu’il était l’heure d’aller affronter les ténèbres…

    Ils déplacèrent délicatement la dalle, comme pour ne pas perturber le mutisme sépulcral des lieux. Avec précaution, Lothringen souleva la grille. La veille cette dernière s’était ouverte sans encombre, mais cette fois les gonds marquèrent leur profond mécontentement par des hurlements aigus à glacer le sang. Retenant leur souffle, le Manostien et le Melandien s’aventurèrent dans le gouffre d’opacité qui les dévora en quelques instants.

    Au fond, enserrés par des murs étroits, voûtés par l’opprimante pression des tonnes de roche au dessus de leur tête, ils n’eurent guère à chercher leur chemin. Le couloir était rectiligne et l’on pouvait apercevoir au loin une maigre lueur palpitante, pareille à un minuscule point de lumière submergé par l’obscurité. Ecrasés par les parois, ils progressèrent peu à peu vers le mystérieux chatoiement.

    Après plusieurs minutes d’une avancée pénible, la peau collée contre la pierre glacée et le dos meurtri par la posture soumise, ils atteignirent l’origine de l’éclat. Ils se situaient maintenant à plusieurs mètres du sol, dans une vaste salle circulaire dont la hauteur se perdait dans une noirceur étouffante. Des torches, régulièrement disposées, nimbaient les alentours d’ombres torturées. Le minerai des parois était d’un noir charbonneux. Aucune irrégularité ne venait perturber la funeste beauté de ce cercle obscur. Lothringen avait l’impression qu’ils se trouvaient en fait dans une Tour enfouie sous la terre, oubliée dans l’interminable succession des âges.

    Quelques mètres en dessous de leur petite cache, qui surgissait à même le mur, il y avait le sol dallé de cet inquiétant édifice. L’endroit était étrangement vide, mais deux larges boyaux transperçaient la pièce orbiculaire, allant sans doute se perdre dans le dédale des cryptes. Cependant, ce qui attira immédiatement le regard de Lothringen et Seina fut l’énorme porte qui trônait magistralement presque en face d’eux.

    Cet immense portail était recouvert d’un métal argenté qui étincelait face à la lumière des flambeaux. Des bandes dorées recouvraient partiellement chacun des vantaux, dessinant de fines arabesques aux contours anguleux. Ces dernières ne faisaient que mettre en valeur les formes terrifiantes représentant des créatures diaboliques éviscérant et décapitant des silhouettes humaines qui constellaient le panneau. Il y en avait des centaines sur cette plaque excessivement ouvragée. Cette pléthore de reliefs monstrueux donnait une illusion de vie au portique qui semblait par instant subitement s’animer de grouillements. Parachevant ce macabre spectacle, sur le battant gauche, un bras de métal surgissait littéralement de la ciselure, les doigts crispés, comme figés dans une expression de grande souffrance.



  3. #33
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340
    Après être descendu de leur tunnel, ils avaient observé en silence, quelques temps. Le temps de s'habituer à la lueur des torches, au décor, aux promesses d'avenir radieux... Passé le premier choc, on pouvait en sourire. Seina avançait la main vers le bras métallique, soupçonnant qu’il devait s’agir là du levier d’ouverture de la porte. Rêveur, il paraissait la caresser des yeux.

    « Tu es prêt ? »

    « Excellente idée. », grogna le semi-drow, railleur. « Sonnons ! Nous sommes des invités modèles. Nous avons juste oublié d’apporter le dessert, mais vu qu’on leur ramène le plat de résistance sur un plateau, nos hôtes ne devraient pas trop s’en formaliser… »

    Seina laissa retomber son bras avec ennui, avant de regarder son compagnon.


    « Nous en avons déjà parlé, Lothringen. Je veux leur faire sentir le glaive de la justice, les frapper de toute la force de … »

    « Moi aussi, le coupa Lothringen, grinçant. Et revenir avant de m’en vanter. »
    Le champion de Tymora sourit.
    « Envisagerais-tu une joute verbale contre un barde tel que moi ? De toute façon nos chances de les surprendre doivent être assez infimes. »
    « …Alors ne laissons pas ton impétuosité nous les gâcher. »


    Ils s’affrontèrent quelques instants du regard. En dépit du magnétisme assez troublant du mélandien, Lothringen ne faiblissait pas. Jusqu’ici il avait toujours joué les suiveurs avec une assez grande docilité, compte tenu des circonstances et des risques qu’ils encouraient à chaque instant. Seina était en train de découvrir que son allié pouvait aussi se révéler particulièrement têtu.


    « A ton idée, mon ami… Il est vrai que je ne puis choisir pour toi… »


    Lothringen haussa les épaules, en se détournant pour observer les deux extrémités du couloir qui traversait la salle circulaire. Maintenant qu’il s’étaient bien répartis les rôles du lâche et du preux chevalier, ils allaient enfin pouvoir passer au fond du problème, qui était de repérer une issue moins attendue que ce portail. Ils optèrent finalement pour le couloir partant sur la droite de la porte, parce que ce que l’autre, à tort ou à raison, leur paraissait devoir s’éloigner du complexe.
    Dernière modification par Lothringen ; 11/08/2007 à 20h01.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  4. #34
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages 
    979
    Suivant leur instinct, les voyageurs s’engagèrent dans le couloir droit. Ce dernier n’était que faiblement éclairé par la maigre lueur de quelques flambeaux inégalement répartis. Bien que large, le boyau n’avait guère la menaçante prestance de la salle précédente. Cependant, son atmosphère n’en était pas moins inquiétante, et d’étranges crissements paraissaient accompagner la marche des aventuriers. Pis encore, les flammes des torches se tordaient fébrilement alors qu’aucun souffle ne venait remplir cette voie obscure. Frémissant, Lothringen gardait en tête le souvenir de son sortilège de localisation : une sinistre magie était à l’œuvre ici.

    Après quelques minutes d’une prudente avancée, les deux compagnons arrivèrent en face d’une large porte à demi-ouverte. Au vu de la luisance purpurine qui s’en exhalait, le battant était maculé de sang. De profondes entailles en avaient défiguré le bois, comme si dans une folie sanguinaire quelque chose avait tenté de forcer le passage.

    Néanmoins cela était l’unique issue du couloir et ce portique, bien que visiblement soumis à une forte exposition hémoglobinique, semblait presque accueillant par rapport aux immenses vantaux de la Tour enfouie.

    Aux aguets, Lothringen et Seina s’approchèrent avec circonspection de l’ouverture. Une forte luminosité s’en irradiait, mais surtout une étrange mélodie paraissait s’en échapper, pareille à une sombre litanie. Arrivés juste à côté de la porte, ils jetèrent un bref regard dans l’anfractuosité et restèrent bouche béé…

    Un nombre incalculable de bougies illuminaient une vaste salle rectangulaire. Partout, la marque rougeâtre du carnage souillait la pierre. Des aspérités du sol pavé au voûtage des arches jusqu’aux parois défigurées par de monstrueuses effigies. De macabres bannières, dont les appuis trônaient sur des monceaux de crânes, frémissaient dans l’air. Bien que rongés par le temps, on pouvait apercevoir des silhouettes aux postures torturées dépeintes sur chacun des funestes étendards. L’immortalisation de scènes macabres qui auraient tout à fait pu se dérouler ici même vu la quantité d’engins de souffrance et d’appareils de torture qui se côtoyaient dans cette antichambre de l’horreur. Tout au fond de la massive pièce, une majestueuse statue de vampire dominait les alentours par sa stature écrasante et son regard si perçant qu’il en animait la roche. A ses pieds se discernait un effroyable amoncellement de viscères entrelacés à de riches parures dorées.

    En face de la sculpture, trois personnages venaient couronner ce lugubre tableau. Ils étaient tous vêtus d’une longue robe noire à capuche dépourvue de la moindre fioriture. Les deux premiers étaient prostrés contre le sol glacial. Les bras tendus, ils tremblaient, comme implorant une grâce divine. Le dernier, les doigts resserrés sur un grimoire décrépi, psalmodiait d’un ton monocorde une interminable prédication aux airs d’incantation démoniaque. C’était le seul à ne pas avoir sa capuche rabattue, et il se tenait dos à la statue, faisant ainsi face à Lothringen et Seina. Mais son regard fanatique se noyait dans les écritures du manuscrit et il ne semblait pas les voir.

    Cependant les aventuriers eurent par trop le loisir d’admirer son visage rongé par la pestilence. Ses yeux convulsés et sa bouche d’où suintait un filet écarlate se perdaient dans le labyrinthe d’eschares qui constellaient une peau aussi jaunie que les pages du volume écorchées par ses mains squelettiques.


  5. #35
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340
    Ils demeuraient immobiles, pétrifiés dans l’entrebâillement de la lourde porte ensanglantée. Etait-ce le palais souterrain des horreurs ? Le semi-drow surtout ne parvenait pas à détacher ses yeux de cet effroyable tableau, comme s’il devinait dans un recoin de son âme que jamais, non jamais, il ne pourrait contempler d’aussi près le Mal en son essence. Même le peu qu’il avait connu des mœurs d’Ombreterre n’approchait que de très loin pareil spectacle. Les drows aimaient par dessus tout la souffrance et le sang, mais la plupart du temps ils ne profanaient pas la mort…

    Et quand bien même. Il songeait encore à Erszebeth, son ancienne compagne d’aventure… Elle était une vampire elle aussi, mais qu’aurait-elle pensé de tout ceci, elle qui n’avait pas seulement supporté de voir l’un de ses congénères se nourrir d’un enfant, qui avait pris le risque de tous les découvrir pour empêcher ce meurtre ? Elle qui lui avait si souvent paru plus vivante qu’il n’était... Elle en aurait ressenti du dégoût, bien sûr, du dégoût et une sourde colère, et elle aurait appelé la Bête à son secours - afin de mieux déchiqueter ces monstres, de les renvoyer aux Abysses, de purifier l’air et les âmes de leur irrémissible corruption. Dire que Lothringen était venu avec elle, pour elle… Et à présent il regrettait qu’elle ne soit plus là pour lui prouver qu’il existait une autre voie, et que ces créatures n’avaient aucune excuse.

    La mélopée se poursuivait, lancinante. D’obsédants relents de putréfaction paraissaient sourdre de l’amas d’entrailles exposé comme un trophée aux pieds de la statue. Seina lui secouait l’épaule, lui rappelant que le temps leur était compté s’ils voulaient profiter de l’effet de surprise.

    Lothringen se recula de quelques pas, le temps de recouvrir son corps d’une carapace de pierre. Puis, sans mot dire, à croupetons, il commença de se frayer un chemin derrière les crânes, les étendards et les ombres portées dans la chaleur de mille bougies suffocantes. Seina longea pour sa part le côté opposé, puis, se lançant quelquefois des coups d’œil furtifs, ils progressèrent lentement vers les trois silhouettes plongées dans leur rituel. Sur un signe du barde, les deux intrus passèrent simultanément à l’attaque, portant en un éclair leurs lames vers la nuque des deux orants à demi étendus sur le sol. Soudain tirés de leur extase, ils n’avaient guère trouvé le temps de retrouver leurs esprits ni de se redresser.

    Dans la gorge de l’officiant, l’insupportable psalmodie des Ténèbres, étranglée par leur sacrilège, ENFIN, en un instant, se tarit.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  6. #36
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages 
    979
    Sans esquisser le moindre geste, le sinistre orateur interrompit sa funeste mélopée. Il scruta les perturbateurs. La purulence des caveaux avait tant défiguré son visage qu’il paraissait impossible d’y déceler la moindre expression. Seule la lueur sadique des yeux flétris et le léger plissement de la carapace boutonneuse à la commissure des lèvres indiquèrent que leur intrusion n’était pas pour déplaire au personnage. Le décès prématuré de ses acolytes, les cadavres frétillant comme des poissons, les lames fichées dans leur gosier, tout ceci ne semblait pas vraiment lui avoir provoqué un sentiment de tristesse inconsidéré.

    Le chantre projeta d’un mouvement brusque le lourd manuscrit. Ce dernier s’écrasa sur une pile de crânes dans un concert de craquements à glacer le sang. La vivacité du fanatisme animant ses membres rachitiques, il se retourna vers la monstrueuse effigie vampirique. Cette dernière avait les deux bras déployés et les paumes grandes ouvertes, se parachevant par des doigts maculés de sang. Ces immenses mains aux griffes acérées n’étaient pas sans rappeler les serres d’un rapace.

    En poussant un hurlement guttural, le dévot se jeta sur la sculpture. Il s’y empala littéralement. Les aspérités tranchantes fouillèrent sa chair tendre dans un bruit de succion révulsant. Alors que la peau se déchirait face à l’implacable étreinte, les boyaux se déversèrent sur le sol dans des giclées sanguines. Finalement, un ultime spasme parcourut le corps éviscéré de l’adepte. Transpercé par le bras du vampire, la mort l’avait figé dans une posture surnaturelle que seul l’écoulement des tripes venait animer.

    Pris au dépourvu, Lothringen et Seina se regardèrent, essayant de présager sur la suite de ces morbides préliminaires. Il ne leur fallut guère de temps pour constater que les yeux de la macabre sculpture s’étaient parés d’un rouge vif. L’éclat irradiait d’une telle force qu’en soutenir la vue se muait en supplice. Une vie monstrueuse s’était éveillée dans la pierre, engendrée par le sang.

    Désormais, les visiteurs percevaient l’aura terrifiante qui s’exhalait de la roche, nimbant les alentours d’un voile purpurin, imprégnant l’esprit d’une chape glacée. L’atmosphère était soudain terriblement pesante. La sensation de menace surgissait de partout, de la noire lueur des candélabres, des silhouettes anguleuses des appareils de torture aux bruissements surnaturels des étendards. En position défensive, les aventuriers étudièrent la vaste salle : elle semblait être sans issue, mais le fouillis y était tel qu’ils ne discernaient pas grand chose.

    Tout à coup, Seina se tourna vers Lothringen, l’air agité.


    « La noirceur qui s’échappe de cette maudite statue va attirer… »

    Il n’eut pas le temps d’achever sa phrase qu’un craquement retentit. Le battant d’une massive armoire, plaquée contre la paroi gauche de la pièce, venait de s’ouvrir. Une créature à la peau d’une pâleur cadavérique s’en extirpa avec une agilité inhumaine. Globes oculaires noirs, doigts acérés comme des lames et teint blafard décrivaient l’aberration. Secouant la tête d’une manière presque sensuelle, cette dernière ouvrit la bouche avec convoitise en direction des deux intrus, ce qui laissa apparaître des canines démesurées. Une expression implacable était gravée dans ses traits.

    Sans un mot, le vampire se rua sur Lothringen.




  7. #37
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340
    A peine les deux aventuriers s’étaient-ils approchés du vampire pour l’affronter que trois de ses congénères avaient à leur tour surgi de l’issue dissimulée dans l’armoire. Lothringen n’eut que le temps de faire quelques pas en arrière afin de laisser le barde en première ligne : ne portant pas d’armure, il se savait particulièrement fragile au corps à corps tant qu’il n’aurait pu se lancer ses sorts de protection… Seina chargea donc le premier, comme animé d’une vigueur nouvelle par la vue de ceux qu’il s’était promis de pourfendre depuis le début de cette aventure.

    Profitant de ce court répit, le guerrier-mage put alors multiplier ses images, avant de revenir au côté de son compagnon, les haches en main. Ces dernières s’étaient mises à luire d’un éclat d’un bleu froid qui n’avait jamais atteint une telle intensité depuis leur entrée dans les cryptes, sinon quand il avait carbonisé les goules invoquées - et Lothringen, l’espace d’un instant, se demanda ce que cela signifiait.

    Si les événements s’étaient précipités sans leur laisser le temps de se concerter, il en allait de même pour leurs adversaires, dont les attaques à outrance manquaient de coordination. Les vampires s’étaient répartis la viande fraîche, deux sur Lothringen, deux sur Seina, et ils cherchaient à les prendre de cours, à les atteindre de leurs griffes affûtées. Bien qu’ils ne paraissent pas extrêmement robustes, leurs gestes s’accompagnaient d’une rapidité surnaturelle confinant à la folie sanguinaire. On aurait dit que l’éclat écarlate des yeux de la statue les galvanisait plus encore que les odeurs de sang chaud répandues par les cadavres des trois adeptes.

    S’il avait eu plus d’expérience de ces morts-vivants, Lothringen aurait vu rapidement qu’il s’agissait de « jeunes », dotés de pouvoirs mineurs. Dans tous les cas, et même s’ils ne valaient pas Erszebeth, à un contre deux, ils n’en étaient pas moins suffisamment dangereux pour que le mercenaire en soit réduit à esquiver plus souvent qu’il ne cherchait à les atteindre. Cela dura jusqu’à ce que Seina, renonçant à combattre, tente de repousser les morts-vivants : trois d’entre eux, manifestement incommodés par l’injonction sacrée, se figèrent. Un quatrième grimaça de colère et de douleur et continua de charger le mélandien.

    Lothringen profita du répit pour tirer de son sac les fioles d’eau bénite qu’il avait ramassées sur les établis de l’Ordre de la Pureté. Il les jeta sur la statue maléfique, dans l’espoir d’il ne savait trop quoi. L’eau bénite s’évapora au contact de la pierre en dégageant des volutes de fumée blanche, puis cette dernière commença de se lézarder avec des craquements sinistres, avant de se laisser traverser de crevasses profondes. Les yeux ne s’éteignirent pas tout à fait, mais leur éclat s’était grandement terni. Lothringen aida alors Seina à achever son adversaire, retenant un cri de surprise au moment de constater que ses haches jetaient des flammes bleues à chaque fois qu’elles touchaient leur cible : mais il n’eut pas le temps de s’y attarder, car il leur restait encore trois vampires à pourfendre avant qu’ils ne se ressaisissent…
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  8. #38
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : Ce que le jour ne verra pas

    Je m'étais promis de finir cette quête, et je ne peux le faire, et j'en ai eu trop souvent besoin dans les quêtes ultérieures pour me contenter d'une queue de poisson.

    Voici enfin (rapiécé de partout) le scénario envisagé dans ses grandes lignes avec Seina, puis Walar, a long, long time ago. Seina m'avait beaucoup parlé de son personnage, je brode aussi peu que possible, sauf sur le dénouement...


    Dans le nid des vampires, Lothringen et Seina trouvèrent encore quelques rudes adversaires, mais aussi quelques informations concernant leur enquête: le commanditaire de l'assassinat de Banshee n'était autre que l'un de leurs Anciens – le conseiller Walar en personne.

    Si le barde savait ce que ce nom signifiait, ce dernier n'évoquait absolument rien pour le manostien; cela ne faisait que quelques mois qu'il foulait Dorrandin, et il était loin de tout savoir sur les pouvoirs occultes de la cité du Chaos. Seina ne lui parla pas du vampire, son collègue, qu'il connaissait bien; il ne perdit pas non plus de temps à se demander pourquoi Walar avait recherché la mort de la manostienne – par simple jeu, sans doute, ou par châtiment de son ancienne trahison envers Melandis, puisqu'elle avait déménagé la guilde de la Vierge d'Argent d'une cité dans l'autre; non, tout cela, Seina s'en moquait. Cela faisait déjà longtemps qu'aveuglé par sa propre vengeance, il s'était promis d'en découdre seul à seul avec son adversaire – ce qui impliquait d'ailleurs de se débarrasser au plus tôt du guerrier-mage, qui devenait encombrant.

    Mais cela s'avéra beaucoup moins facile que prévu. Bien que Seina se soit efforcé de minimiser le péril (après tout, ils venaient d'affronter un nid entier de vampires, il s'en tirerait bien sans aide contre un seul d'entre eux...), Lothringen insistait pour l'accompagner dans cet ultime règlement de comptes - ou plutôt, il ne lui laissait pas le choix. Etait-ce par amitié? Sans doute, mais il y avait plus que cela, cette association contre nature que leur avait en quelque sorte imposé leur déesse, selon quelque dessein secret qui ne s'était pas encore révélé. Ce ne pouvait être seulement pour nettoyer les cryptes d'une guilde d'assassins vampires, Lothringen en était persuadé; et Seina, toujours partagé entre sa foi renaissante et sa schyzophrénie, n'osait rejeter tout à fait cet argument.

    Sans doute, mais il y avait autre chose: un sentiment que le semi-drow n'aurait su s'expliquer lui-même, peut-être le sens du devoir envers sa propre cité, envers la mémoire du conseiller Berrak assassiné lui aussi par Walar dans les ruelles de Melandis. Seina vengeait Banshee, mais qui vengerait Egrevyn? Oh, bien sûr, Lothringen ne l'avait pas connu, il n'était rien, mais où étaient les amis du conseiller, à cette heure, ceux qui auraient dû le venger à sa place? Le semi-drow était le seul en mesure de le faire, et c'était pour cette raison que ce serait à lui de le faire, lui qu'on n'attendait pas, qui n'était rien pour personne, petit mercenaire en cavale, étranger, renégat, lui qui prenait à peine ses marques sur ce continent.

    Après avoir une dernière fois tenté d'abuser Lothringen par un sort de coercition mentale qui n'eut pas le succès escompté, Seina céda: bien obligé.

    Ce n'est que lorsqu'ils se trouvèrent face à face avec le vampire, dans les cryptes, que Lothringen comprit à quel point Seina était dément. Car Walar n'était pas n'importe quel vampire, c'était un Vénérable, et même à eux deux, leurs chances étaient minces. Ces chances, ils auraient pu les jouer, pourtant: Seina étant redevenu un champion saint de Tymora, il disposait comme tel de pouvoirs sacrés qui ne leur seraient pas d'un petit secours contre la non-vie. Un temps, le combat parut presque équilibré. Lothringen demeurait le plus souvent en arrière, pour jeter des sorts, usait le reste du temps des pouvoirs de ses haches, tandis que Seina au corps à corps frappait, assez vite, assez fort pour entamer peu à peu la puissante régénération de leur adversaire.

    Mais le combat dura et Seina faillit. Plutôt que de puiser sa force dans sa foi et son aspiration à la justice, il se laissa dominer par la colère, par sa haine envers la créature démoniaque qui avait assassiné sa bien-aimée. Etouffant tout à fait la part la plus lumineuse de son âme, il s'abandonna sans réserve au Mal, une fois de plus, trahissant Tymora, une fois de plus, comme cette dernière l'avait prévu. La sanction ne se fit pas attendre: à nouveau déchu, Seina perdit sur le champ les pouvoirs sacrés que lui avait accordés sa déesse.

    Même s'il n'en fit pas part à Lothringen, s'efforçant même de continuer le combat comme si de rien n'était, le semi-drow ne manqua pas de comprendre: Seina ne parvenait plus à repousser le vampire, faiblissait peu à peu, et l'avantage changeait de camp... Il devint bientôt évident qu'ils couraient à la catastrophe: l'armure ternie et les épées dépourvues de magie de Seina ne tiendraient pas bien longtemps contre les féroces attaques du vampire.

    Lothringen exhorta Seina à rompre l'engagement, et à fuir tant que Walar était affaibli et qu'ils en avaient encore la possibilité: à ses yeux, rien n'était plus inutile que de mourir pour une vengeance sans avoir pu l'accomplir. Ils reviendraient, mieux préparés, mieux affermis dans leur foi, peut-être, et ce jour-là, ils vaincraient, si Tymora les en jugeait dignes – ce qui n'était manifestement plus le cas.

    Seina n'écoutait pas. Il voulait aller jusqu'au bout, quitte à mourir de son échec, et si Lothringen avait peur, il n'avait qu'à fuir, on ne l'avait pas forcé à venir, après tout.

    Lothringen cessa de vouloir raisonner, et incanta: il lança son sort de téléportation, pour emmener Seina avec lui, le prenant par la surprise, contre son gré.

    Le semi-drow les rematérialisa hors de la ville, dans ce petit bois des succubes où ils avaient fait halte lors de leur trajet d'aller, si longtemps auparavant. S'ensuivit une explication houleuse où Lothringen tenta vainement de faire comprendre au barde qu'il venait de lui sauver la vie, et où Seina ne vit plus que sa vengeance perdue par la faute de la lâcheté d'un autre. Alors il retourna sa colère contre Lothringen, et Lothringen, irrité de son cynisme et de l'ultime trahison de Seina envers sa foi, véritable cause à ses yeux de leur échec - Lothringen ne refusa pas le combat.

    Ce combat-là n'était pas plus égal que le précédent, bien sûr; Seina était affaibli par les nombreuses blessures que lui avait infligées le vampire, alors que Lothringen, moins exposé à la colère de ce dernier, était presque indemne; de plus, les haches du semi-drow disposaient toujours de leur magie, ce qui n'était pas le cas de celles du champion déchu. Et les armes de Lothringen n'avaient pas été enchantées que contre la non-vie: elles l'étaient aussi contre les extra-planaires chaotiques mauvais, autant dire... qu'elles paraissaient faites pour abattre Seina. En parvenant à le désarmer sans même devoir l'achever, Lothringen infligea au melandien une défaite cuisante. C'est alors qu'il crut comprendre la raison cachée de sa déesse: ce n'était pas pour venger les deux manostiens que cette dernière l'avait attiré à elle, puis adjoint à la croisade de Seina. C'était plutôt pour donner à ce traître une leçon d'humilité...

    Et une autre à lui-même, par la même occasion.

    Laissant Seina blessé dans les sous-bois, il repartit seul, lui qui était venu avec trois compagnons. Il n'avait trouvé aucune trace d'Erszebeth ni de Cyric, et ne devait pas en retrouver à son retour à Manost. Disparus, morts peut-être... Le souvenir de son amie perdue devait le hanter longtemps encore, jusqu'à ce que le hasard la remette sur sa route, quarante années plus tard, à l'autre bout du monde, sur Elindore.

    De Seina, son compagnon d'armes, qui l'avait initié à la foi de Tymora, il devait conserver un souvenir amer; celui d'une amitié tuée dans l'oeuf, celui d'une trahison, et du bruit de deux lames qui s'entrecroisent contre toute raison. Il avait pleuré sa chute comme il aurait pleuré sa mort... Il respecta longtemps les secrets du barde - le secret de son ascendance planaire, le secret de sa double allégeance aléatoire envers Talos et Tymora. Il apprit par la suite que Seina avait conservé son poste au conseil, en dépit de son affrontement récent avec Walar. Il ne le déplora pas. Mais si un jour ces secrets pouvaient lui être utiles, il livrerait ce traître, sans hésiter...

    A son retour à Manost, Lothringen fit un rapport très incomplet des événements au conseiller Folken, et un autre tout aussi partiel à Elissa Keens, qui devait prendre la succession de Banshee à La Vierge d'Argent. S'il évoqua la disparition de la vampire et du voleur, il ne parla ni de Walar, ni de Seina, ni de sa visite aux cryptes. C'était que le souvenir de ses mésaventures lui enflait encore la gorge; même sans cela, il lui aurait été bien difficile d'expliquer en une même tirade qu'il s'était détourné de Helm pour Tymora, avait sympathisé avec un conseiller mélandien et échoué de si peu à assurer la vengeance qu'ils étaient pourtant venus chercher.
    Il n'eut du reste pas longtemps l'occasion de s'y attarder, car plusieurs affaires (*Oeil pour oeil et dents pour dent, *Vol d'une relique) le rejetèrent immédiatement sur les routes.

    Plus tard, quand Manost l'éleva au rang de conseiller à la diplomatie, il dut révéler sa conversion; mais son silence sur le reste devint délibéré: révéler l'identité de l'assassin d'Egrevyn et de Banshee, révéler que le conseiller Berrak n'avait été assassiné par nul autre que par un conseiller mélandien encore en poste, c'était être certain de voir éclater une guerre entre Manost et Melandis. Une guerre dont il ne voulait pas. Même si l'on évitait la guerre, du reste, l'on empêcherait difficilement Ravestha de vouloir se précipiter tête baissée sur un adversaire qui avait déjà pris deux vies à Manost, puis défait deux hommes ligués de raisonnable puissance. Lothringen connaissait trop bien son Grand Emissaire...

    S'il avait su qu'il reviendrait lui-même bientôt à Mélandis, et pourquoi ! – pour prendre parti, une fois de plus, dans un affrontement interne à son conseil. Pour se laisser aveugler par les sentiments, à son tour, comme l'homme qu'il avait rejeté... (*L'inattendu)
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

Page 2 sur 2 PremièrePremière 12

Discussions similaires

  1. Mises à jour de vieilles traductions
    Par Graoumf dans le forum La Chambre des Scribes
    Réponses: 46
    Dernier message: 07/06/2017, 07h26
  2. [DOCU] Un jour sur Terre
    Par Mornagest dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/05/2008, 09h46
  3. [TECH]Problème de mise à jour
    Par Eredef dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 4
    Dernier message: 30/05/2006, 19h17
  4. Le jour le plus triste de l'année
    Par zefklop dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 28
    Dernier message: 27/01/2006, 14h09
  5. Mise à Jour
    Par Agifem dans le forum Les Chroniques de l'Âge Sombre
    Réponses: 2
    Dernier message: 04/02/2003, 18h05

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250