Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: [Mausolée] Le sépulcre De Ferlor

  1. #1
    Date d'inscription
    avril 2003
    Messages 
    979
    Le gigantesque cimetière de Melandis est un immense dédalle de petites allées terreuses, de sinistres pierres tombales ravagées par le temps, ainsi que de mausolées appartenant aux riches familles de la cité. Ce funèbre ensemble est perpétuellement recouvert par une brume aussi inquiétante qu’étouffante, qui tel un funeste linceul marmoréen vous enveloppe au fur et à mesure de votre avancée en ces terres sépulcrales. Une sensation glaciale semble alors se glisser sur votre échine, s’abreuvant de la délicieuse chaleur d’un corps vivant, telle une néfaste caresse spectrale.
    A partir d’un certain stade, le seul point d’orientation du téméraire visiteur devient les sombres silhouettes des stèles et autres édifices funéraires, s’esquissant faiblement dans le sempiternel brouillard, mais ce ne sont que de traîtres phares dirigeant les navires égarés vers des récifs encore plus acérés que l’interminable et hasardeux cheminement.

    Il n’existe à proprement parler aucune cartographie du cimetière, mais certains lieux sont ancrés dans la mentalité commune, telle que la mythique entrée principale des cryptes, sensée se situer au centre de cette nécropole à ciel ouvert. Cependant l’on peut compter sur les fossoyeurs, et leur surprenante mémoire de l’endroit pour retrouver le moindre tombeau sans s’égarer, comme si chacun possédait un mystérieux fil d’Ariane.

    Dans tous les cas, les visites sont rares, et les quelques voyageurs arpentant ce charnier recouvert d’un humus putride finissent bien souvent par voir leur esprit se flétrir sous l’insidieux et nocif contact de l’air vicié, empli de maléfices inimaginables. Peu à peu, leurs pensées se font confuses, inexorablement assombries par le voile de la folie, qui masque au fur et à mesure les lumineux rayons de la raison. Leurs yeux deviennent vitreux, animés par des lueurs torves où scintille le dangereux éclat de la démence. Leur teint pâlit tandis que leur chair s’assèche et se sphacèle, se constellant d’horribles eschares et de chancres purulents. Leurs faciès, défigurés par les affres de cette pérennité de souffrance, remplissent les cœurs faibles et émotifs d’une tristesse à briser l’âme.
    La mort n’est plus une délivrance pour ces êtres décharnés et rongés par le mal, simplement l’artifice maudit de leur prochaine incarnation…


    -------------------------------


    Dans un coin reculé du cimetière, un étrange mausolée, nimbé d’une aura maléfique, domine les austères rangées de pierres tombales des alentours. Ce tyran au derme noir comme le jais darde sa menaçante architecture aux multiples colonnades effilées sur qui ose lui porter un regard. Une armée de statues démoniaques aux visages déformés par d’épouvantables rictus semble garder l’entrée de ce funèbre hypogée ; lugubres combattants à jamais figés dans leur tâche. Le macabre édifice perce la brume environnante de son immense pointe pierreuse, émergeant, presque violemment, du dôme circulaire constituant son toit. Cette aspérité de roc est terminée par un crâne « admirablement » ciselé dans une roche aux teintes pourpres, paroxysme de la morbide ossature de pierre.

    Une unique ouverture, cerclée de fins fils ferreux formant d’opprimantes arabesques, se profile parmi les parois glacées, béant telle la diabolique mâchoire d’un être infernal chantant l’iniquité. En y regardant attentivement, l’on peut déchiffrer parmi le tumultueux parcours des fils un nom consumé par la corrosion : De Ferlor…

    A l’intérieur, des ténèbres insondables attendent patiemment leur heure…

  2. #2
    Date d'inscription
    avril 2003
    Messages 
    979
    [Quête : Dans les Tréfonds de la Folie]


    Entre les lugubres rangées de tombes, austères et menaçantes, une ombre progressait, fendant la sinistre brume avec une assurance bien peu commune à ce genre d’endroit. La silhouette arborait une démarche inhumaine, se fondant avec aisance dans le dédale sépulcral, tel un prédateur dans son élément naturel. Malgré tout, un observateur avisé aurait pu constater que la créature boitait légèrement, si l’éclat lunaire avait été suffisant pour éclairer le corps cachectique du buveur de sang, il aurait été possible de lire sur la chair nécrosée les séquelles d’un affrontement d’une violence inouïe. Le derme était sphacélé en de nombreux endroits, comme calciné par une bourrasque de flammes délétères. Mais tout ceci était occulté par l’infâme sourire qui striait le faciès du mort-vivant, un rictus de contentement, de victoire, de triomphe…

    Une abjecte euphorie avait envahi le cœur noirci par le mal de Walar, le plongeant dans un paroxysme de délectation, chose bien rare dans son existence actuelle. Il avait réduit en poussière deux ennemis qu’il avait abhorré par-dessus tout. Si seulement ce maudit mage drow et son acolyte paladin n’avaient pas débarqué, empêchant le Conseiller Helmite de se transformer en une sympathique goule, que cela aurait été risible !
    Il faut savoir se contenter de ce que l’on a pensa le vampire, le goût du sang revenait encore sur ses lèvres desséchées, plongeant ses sens dans une jouissance sans pareille, l’hémoglobine avait toujours été une drogue pour lui, mais que pouvait-il bien y faire ? Il se surprit à sombrer dans une léthargie mentale, pourtant il avait toujours réussi à contenir la vampirique gangrène qui rongeait sa carnation, mais désormais ce monstre insatiable rongeait son âme déjà bien sombre. Le néant hantait la moindre de ses pensées, et son amertume croissait chaque jour dans son cœur mort. Parfois il regrettait tout cela, il se demandait si certaines choses avaient été différentes, où en serait-il donc ? Il ne pouvait se tourner vers cet avenir infini et monotone, dépourvu d’évasions… Et peu à peu, le champ de son présent pourrissait, se réduisant à des miettes ne reflétant qu’affliction. Il ne lui resterait alors que le passé…

    Il se morigéna intérieurement, il sombrait dans l’aliénation avec ses réflexions morbides. Mais il savait désormais ce qui lui transperçait l’âme, ces meurtres ne l’avaient pas galvanisé comme il aurait pu l’espérer, une brève allégresse puis le vide. Il se sentait perdu, et c’est avec réconfort qu’il aperçut dans le lointain se dessiner la funeste silhouette de son mausolée. Il ne pouvait se résoudre à tout cela. Tout aurait été différent si ces deux imbéciles n’avaient pas vainement tenté de sauver leur pathétique ami. Mais ils allaient le regretter, ils souffriraient mille maux, il y veillerait personnellement, après tout c’était tout ce qui lui restait…

    Mû par un instinct féroce, il s’enfonça dans l’accueillante noirceur de sa crypte.




Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258