Page 1 sur 24 12311 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 705

Discussion: [Habitation] Le clos des roses

  1. #1
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210

    [Habitation] Le clos des roses

    Il existe à Manost multitudes de maisons. La plupart se ressemblent, fonctionnelles et solides. Impersonnelles et peu facétieuses.

    Le clos est différent.

    Une ancienne bâtisse blottissant sa façade derrière de hauts murs. Une vieille maison de maître que la propriétaire racheta un jour pour une bouchée de pain et transforma en sorte de pension de famille. Du moins, c'est ce qu'on dit ... Les murs sont de pierre grise et légèrement bleutée. Quelques bardots. Un tilleul et un chèvrefeuille semblent monter la garde près de l'entrée. La porte est de bois sec, voûtée. Un vitrail dépoli laisse entrer la lumière. Entrons.

    La cuisine avec une grande fenêtre. Un fourneau, une table, quelques chaises, une cheminée. Un couloir débouche dans un salon où il fait toujours clair. Une nouvelle fois, la propriétaire du lieu a ménagé les ouvertures, joué avec les reflets. Deux bergères devant une cheminée, un échiquier dont les pièces se livrent encore bataille, une cheminée. Une bibliothèque où sont empilés anarchiquement bon nombre de livres. Une banquette. Reprenons le couloir. Les pas résonnent sur le parquet lambrissé.

    Un bureau au secrétaire dépassant à peine d'une foultitude d'objets hétéroclites. Un encrier presque vide dont le contenu a depuis longtemps séché. Une plume courbée à force d'avoir servi. D'autres livres. Un fauteuil dans un coin.

    Une première chambre d'amis. Un lit au sommet défraichi. Une armoire. Une chaise. Un broc d'eau. La sobriété est évidente. Mais le tout est douillet. Au mur, quelques ébauches d'aquarelles représentant des vagues. Encore une grande fenêtre. Un escalier s'élance dans les étages.

    Un autre couloir. Une première chambre, spacieuse et encombrée. Un lit douillet aux couvertures de couleurs vives. Un autre secrétaire aux objets en équilibre. Une psyché sur laquelle sont suspendues des vêtements de jardinage et des chapeaux de paille. Des cannes à pêche dans un coin. La fenêtre donnant sur le jardin. L'air envoûtant des roses parfume souvent la pièce.

    Deux autres chambres d'ami en enfilade, à l'image de la première, sobres et conçues. Lumineuses.

    Mais la pièce maîtresse est le jardin. Partout, des rosiers. De différentes couleurs, différentes variétés, de différents parfums. Un jardin potager paresseux s'étendant à leur pieds. Un figuier. Et partout les roses. En buissons, des grimpantes. Et même des roses hivernales.

    Et pour l'instant, l'endroit est immobile. Pas exactement mort ... Mais plutôt en attente. Comme si le temps s'y était un instant suspendu.
    Dernière modification par Althéa ; 17/01/2014 à 21h12.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  2. #2
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Pour ceux qui liront : ce rp solo prend place pendant la guerre et après Luménis.

    Angèle poussa la porte. Il lui sembla que les ombres du passé et le froid de la nuit s'engouffraient avec elle. Elle frissonna et resserra les pans de son manteau autour d'elle. Du pas assuré du visiteur habitué au lieu et sûre d'elle malgré l'obscurité, elle alla directement dans le salon. La lune éclairait de son ombre argentée à travers les persiennes. Elle trouva sans mal le briquet d'amadou, la lanterne. Il faudrait qu'elle pense à l'approvisionner en huile. Morgan ne le ferait plus.

    L'air sentait légèrement le renfermé et malgré la fraicheur de la nuit, elle se leva pour ouvrir une fenêtre. Elle ne ferait pas de feu avant d'aviser l'état de la cheminée le lendemain matin.


    "Je suis rentrée."

    L'écho de sa voix pour tenter de tromper le silence et le vide. Personne ne lui répondrait. Elle trouva sans mal une couverture. Elle s'enroula dedans des pieds à la tête, reconnaissant cette odeur de menthe et de feu de bois qu'elle affectionnait temps. Odeur d'un passé proche et à jamais révolu. L'odeur de Morgan. Elle se laissa tomber sur une des bergères, la tête penchée comme pour fixer les poutres du plafond disparaissant dans la pénombre.

    Demain, elle rangerait ses affaires. Ses cadeaux en provenance de Lumenis. Elle finirait son livre. "Les lueurs de l'aube" n'était pas le genre de romans qu'elle affectionnait. Elle n'aimait d'ailleurs pas la fiction. Mais il fallait reconnaître à Angélique Mystéria un certain talent pour mener à bien son intrigue tout en laissant le lecteur captif de son emprise. La belle rousse allait-elle céder au ténébreux vampire ? Ou le ténébreux vampire allait-il à jamais renoncer à son éternité pour être avec celle qui lui avait rendu son âme ? Il l'avait cependant mordue une fois, elle y avait pris goût. Angèle soupira et secoua la tête. Elle saurait la suite demain.

    Elle fit effort pour se lever et se laissa tomber sur la banquette juste à coté. L'effort lui avait paru incommensurable. Elle n'avait pas le courage d'entrer dans la chambre de Morgan. Encore moins de se rendre au jardin. Elle avait laissé la maison depuis plus d'un an. Il devait être à présent en friche. Une trahison qu'elle ne se pardonnait pas.


    "Je suis allée à Luménis. J'ai rencontré tes sœurs. Je me suis fait des amis ... J'aurais aimé que tu sois là."


    Toujours l'écho du silence. Elle sentit les larmes venir. Elle les laissa couler, amères et douloureuses.

    "Je suis rentrée et tu n'es pas là."
    Dernière modification par Althéa ; 25/02/2014 à 12h28.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  3. #3
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    L'aube la surprit couchée dans une position improbable, le corps courbaturé. Elle se leva dans un grognement. Le petit matin distillait sa fraicheur. Elle s'enroula de nouveau dans sa couverture, son cocon habité par Morgan avant de s'assoir sur la bergère. Sa place habituelle. D'ici lui parvenait toujours un doux parfum de pommes à la cannelle, spécialité de la maison. Lorsqu'elle se penchait, elle pouvait voir Morgan par la porte de la cuisine que son amie ouvrait irrémédiablement. Et souvent un regard, un sourire. Son amie chantonnait. Une berceuse sûrement, comptine surannée adoucie par le temps. Ce matin encore, elle en entendait l'écho, sa persistance, son accent. Ce matin là, elle ignorait la faim. Une habitude des temps soucieux. Un repli comme les autres fois dans un coin de l'âme. Sans Teddy restée à Graëlon en compagnie de sa tante, et surtout sans Morgan, elle ne mangerait pas.

    Elle pria Tyr. Une brève prière et précise mais dite avec ferveur. En ces lieux où son dieu n'était plus le bienvenu. Peut-être lui aussi, en ces temps troublés se sentait-il seul. Elle rangea ses affaires comme elle se l'était promis. Plaça sur l'échiquier les deux pièces de Soren. Ils perturberaient une partie jamais finie. Elle les regarda, leur adressa son premier sourire de la journée. Luménis était un doux souvenir, une parenthèse lumineuse et inattendue.

    Elle changea de vêtements dans la chambre d'amis, ne trouvant toujours pas le courage de pousser la porte de celle de Morgan. Par peur que l'absence ne la submerge tout à fait. Elle se passa la figure à l'eau froide. La pompe à eau dans la cuisine fonctionnait toujours. Un vrai petit miracle. Elle passa après quelques hésitations le manteau de Morgan sur ses épaules.

    Puis sortit discrètement dans les rues de Manost.

    Elle revint inquiète et perplexe quelques minutes après. La commanderie de Tyr était presque déserte et deux gardes montaient la garde aux portes. Une partie des dortoirs avait été détruite, visiblement calcinée. Sambre, la prêtresse principale l'avait appréhendée. Heureuse de la voir mais peu démonstrative, comme à son habitude elle lui avait adressé le salut militaire d'usage. Elle avait hoché la tête.

    Quand elle avait voulu savoir ce qu'il s'était passé, Sambre lui avait recommandé de ne pas poser de questions, du moins pas maintenant, pas ici. Il y avait eu une émeute, un regrettable accident. Elle n'avait pas besoin d'en savoir plus, du moins pour le moment. Ce qu'elle devait savoir et que les tyrites pouvaient de nouveau se promener en ville mais devaient se faire discrets.

    On parlait également de la mise en place d'un nouveau conseil suite à la guerre. On laissait bien sûr les helmites au pouvoir. Mais ils ne seraient plus seuls. Des rumeurs circulaient, elle attendait les faits. Son frère participait activement aux tractations. Ce n'était pas la peine d'essayer de le voir, du moins pour le moment.

    Elle était donc rentrée au Clos et avait refermé la porte, espérant ainsi laisser ses soucis au dehors. Mais elle savait déjà que c'était peine perdue.
    Dernière modification par Althéa ; 18/01/2014 à 06h36.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  4. #4
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    La nuit suivante fut blanche, peuplée d'idées noires, d'inquiétudes et de ruminations ininterrompues. Pourquoi Sambre la tenait-elle à l'écart ? Et surtout, que s'était-il passé à la commanderie tyrite ? Les gens de son obédience pouvaient circuler en ville à condition d'être discrets. Qu'est-ce que Sambre entendait donc par là ? Ils n'auraient pas leur place au Conseil ... Elle qui avait dit à Soren de faire valoir ses droits.

    Elle se retourna dans son lit. Elle avait finalement élu domicile dans la chambre d'amis du rez-de-chaussée. Par la fenêtre entrouverte, elle voyait la lune. Elle devrait abandonner ce geste désormais dérisoire. Le bruit des pas de Morgan ne résonnerait plus jamais sur les pavés. Pour le moment, elle ne s'en défaisait pas. Peu à peu, peut-être. Il valait mieux laisser le temps dénouer les habitudes. Les draps sentaient le propre. Pas trace de Morgan dans cette chambre là. Cette impersonnalité était peut-être salutaire. Elle ne se sentait pas encore la force d'affronter les souvenirs.

    Elle sentait par moments les crampes de son estomac. Elle n'avait pas véritablement faim cependant. Toujours cet appétit d'oiseau assailli de soucis. Elle s'assit dans son lit. Elle n'arriverait vraisemblablement pas à dormir. Passant sur ses épaules un chandail informe de Morgan qu'elle avait déniché abandonné sur une chaise de la cuisine, elle gagna le salon. Elle jeta un coup d'oeil distrait aux nouvelles pièces d'échec se découpant dans la pénombre, salua mentalement le sculpteur.

    Elle alluma la lanterne et s'assit sur la bergère, le livre de Mystéria entre les mains. Qu'allait donc choisir l'héroïne ? Une heure plus tard, elle l'avait terminé. Elle secoua la tête. Comment un baiser pouvait-il ramener une âme depuis longtemps trépassée ? Et bien sûr, le beau brun ténébreux redevenait humain. Il ne tombait même pas en poussière. Si cela était possible, pourquoi n'avait-elle pas réussi à trouver le corps de Morgan pour la ramener à la vie ?


    "Foutaises !"

    Elle avait presque hurlé. Et sa colère résonna dans la pièce que quelques secondes plus tard, le livre traversait.

    "Des fables de bardes qui ne savent rien faire de mieux que de mourir !"

    Elle se tut, horrifiée par ses paroles, par son geste. Elle se pencha pour rattraper le livre. Par chance, il n'avait pas souffert de son vol plané. Elle le serra quelques secondes entre ses mains, comme un oiseau blessé.

    "Je deviens folle ... Suis désolée."
    , s'entendit-elle dire aux ombres de son chagrin.

    Les larmes vinrent d'un coup. Une digue rompue, inaltérable, insatiable. Et les émotions vinrent réclamer leur dû. Elle tomba à genoux. Pleurer, pleurer encore. Elle finit par s'endormir totalement fourbue, à même le sol.
    Dernière modification par Althéa ; 18/01/2014 à 22h34.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  5. #5
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    "Hum ..."

    Quelqu'un au dessus d'elle se raclait poliment la gorge. Il y avait dans ce geste une sorte de distinction, néanmoins insolente. Et force était à Angèle de constater qu'on venait de la tirer du sommeil. Elle ouvrit un œil puis le second. Son esprit embrouillé enregistra trois éléments. Elle avait dormi par terre, quelqu'un était entré chez elle, et ce quelqu'un était Amélie. La jeune barde qu'elle avait rencontrée quelque temps plus tôt à Graëlon ... Elle s'assit en tailleurs, dissimulant avec peine sa surprise.


    "Encore vous ...
    - Surprise !, lui lança la jeune fille enthousiaste.
    - Je devrais peut-être faire appel à un prêtre pour une délivrance les malédictions.
    - Helm ne répond plus à l'appel. Vous allez encore devoir me supporter. Doooooommage, répondit Amélie en lui tendant la main pour l'aider à se lever.

    Elle accepta avec un sourire et se laissa tomber sur une bergère à proximité. Elle la considéra d'un oeil presque amusé.


    "Ne me dites pas que je vous ai manquée."

    Amélie sourit franchement.

    "Si, je voulais vous demander de vous épouser ! Houla, je sens que mon amoureux ne va pas apprécier du tout. Enfin, laissez moi quelques secondes pour me reprendre."

    Elle fit semblant de s'éventer avec le livre. Angèle croisa les bras, un petit sourire en coin sur le visage.

    "Donc vous me disiez ...
    - Que je cherchais quelqu'un ... Quelqu'un qui habiterait ici ...
    - Qui habiterait ici ...
    - Oui, c'est tout à fait ce que je viens de dire.
    - Qui habiterait ici ...
    - Décidément, vous êtes mal réveillée.
    - J'ai besoin d'un thé.
    - Tout à l'heure, après un renseignement.
    - Donc vous cherchez Morgan Novembre.
    - Exactement ...
    - Mais vous m'avez dit tantôt que vous n'aviez rien à voir avec cette personne."

    Amélie eut un petit sourire. Angèle, elle, ne plaisantait plus.

    "Je vous ai menti.
    - Vous m'avez menti ..." répéta la paladine d'une voix blanche.

    La jeune barde tressauta quelques secondes.

    "Vous avez le hoquet.
    - Et vous, vous êtes observatrice. J'ai le hoquet quand je suis contrariée. Je suis contrariée de vous avoir menti. Mais vous me regardiez toutes les deux avec vos grands yeux. Sans, cela aurait été pire. Mais oui, je vous ai menti. Je connais Morgan Novembre et je venais la voir. Maintenant je ne dis que la vérité, rien que la vérité. Hic ...
    - Pourquoi veniez-vous la voir ? Du moins, si je ne suis pas indiscrète au point de vous faire mentir ?"

    Angèle sentit le sang lui battre aux tempes et l'angoisse commencer à monter. Elle s'était levée sans s'en rendre compte.


    "Parce que je suis sa fille.", dit Amélie sans prendre le temps de prendre sa respiration.

    Angèle sentit toute couleur quitter ses joues.

    "Sortez d'ici. Vous n'êtes pas la bienvenue.", dit-elle d'une voix atone.

    Le hoquet d'Amélie stoppa net.

    "Mais pourquoi ?
    - Parce qu'elle est morte et que vous n'êtes pas la bienvenue ici. Maintenant, sortez de cette maison."

    Elle avait prononcé la phrase sans crier. Elle allait continuer quand elle vit les joues de la jeune fille se couvrir de larmes. Puis elle recula, sûrement à la recherche d'une chaise, trouva le mur à la place. Elle se laissa glisser, s'assit par terre. La colère retomba d'un coup. Angèle s'accroupit, inquiète.


    "Amélie ... Je suis désolée ... C'est ... Je n'aurais jamais dû vous l'annoncer comme ça ... Mais Morgan était une personne qui ... comptait énormément pour moi. Je ... l'aimais ... Et je n'ai jamais su qu'elle avait une fille. Amélie, je suis désolée."


    Elle se sentait gauche, et idiote. En quelques instants, elle venait d'apprendre à la jeune fille que sa mère était morte, et que les hommes ne faisaient pas partie de ses préférences. Elle espéra qu'elle se mettrait en colère, qu'elle hurle, ou qu'elle insulte. Une réaction légitime. Mais elle fut totalement démunie quand Amélie se jeta en pleurant dans ses bras.
    Dernière modification par Althéa ; 18/01/2014 à 22h05.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  6. #6
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    "Bien en dessous de la mer
    Se dresse la belle Ys
    Les algues recouvrent ses frontières
    Et son temple se hisse
    Bien en dessous de la mer

    Écoute dans le vent sa triste complainte
    Et son histoire à jamais éteinte
    Connue simplement par quelques anciens

    Belle et fière était Ys
    Une ville gagnée sur les flots
    Bien au dessous de l'eau
    Mais les digues partout se hérissent

    Le seigneur Gradlon en possède les clés
    Qui gardent la cité en dehors du danger
    Les digues empêchent que les eaux se déferlent
    Par les clés et cette serrure si frêle

    Sa fille Dahut s'ennuie
    Et vaque sur le sable de midi à minuit
    Attendant pour toujours qu'un beau cavalier
    Vienne au delà d'Ys pour toujours l'emmener

    Cyric se penche sur cette ville en sursis
    Décide à tout jamais d'y instaurer la nuit
    Il prend l'apparence d'un beau jeune homme pâle
    Et va séduire Dahut lors d'un funeste bal

    A sa maîtresse sur son lit couché
    Il exige de la ville les clés
    Dahut aveuglée par l'amour
    Les lui donne au lever du jour

    La porte s'ouvre et les eaux se déchainent
    Inondent les rues vers la mer les entraîne
    Gradlon incrédule assiste à la fin
    De son rêve impossible car simplement humain

    Il bataille sans relâche et parvient à sauver
    Quelques chanceux, bon nombres de blessés
    Vers Graëlon il leva les yeux
    Dans ce village perché, il finit malheureux

    Dahut fut cependant emportée par les flots
    Fille de trahison, mère de tous les maux
    Mais Cyric la changea en sirène
    Créature de mal et de haine

    Sous la mer git la belle Ys ...
    Les algues et les limons à jamais la ternissent
    Mais on dit que certaines nuits ...

    Elle surgit de la mer où elle s'est endormie ..."

    Amélie reposa son luth.

    "J'ai faim."

    Angèle ouvrit les yeux.

    "J'ai faim quand je suis contrariée. Et c'est la seule façon de faire disparaître mon hoquet. Quand je chante, il s'en va. Mais là, il n'a pas l'air de vouloir disparaître ..."

    Ses yeux se posèrent sur Angèle.

    "Bien sûr, on sait toutes les deux que ce n'est pas de la simple contrariété."

    Angèle hocha la tête.

    "Si vous voulez, je peux faire à manger. Si vous m'indiquez où je peux trouver de la nourriture.
    - Morgan conservait des bocaux dans la cave ... Mais ne vous dérangez pas pour moi, je n'ai pas faim.
    - Vous devriez manger."

    Angèle soupira.

    "Je suis trop en colère pour manger."
    , finit-elle par admettre.

    Amélie se laissa tomber sur la bergère en face de la sienne.

    "Morgan ne vous avait rien dit ?
    - Du tout ...
    - Peut-être qu'elle voulait vous préserver ... Ce qu'on ignore ...
    - Détruit ... Je croyais connaître cette personne. Force est de constater qu'il n'en était rien."

    La jeune barde hocha la tête et replongea dans le silence. Angèle referma les yeux.

    "J'ai été en colère pendant cinq ans ... Quand mes parents m'ont remis ses lettres le jour de mon anniversaire. J'ai vécu vingt ans sans rien savoir d'elle. Et mes parents ... Pendant vingt ans, ma mère a correspondu avec elle. Elle la mettait au courant de mes progrès, de mes évolutions. J'étais la principale intéressée et elle ne m'a rien dit. Elle pensait peut-être que j'allais être heureuse en les lisant. Mais je suis devenue hystérique. J'ai même failli brûler les lettres. Et puis je les ai lues. Elle pensait à moi, beaucoup. Elle me demandait pardon, toujours. Mais elle disait que son style de vie n'était pas bon pour moi. Qu'un jour, j'aurais honte d'elle. Comme si je n'étais pas capable de décider de mes sentiments. Mais je n'avais pas honte, j'étais en colère. Un jour, il y a un an et demi, elle est venue à Cojum. Elle a voulu me voir ..."

    Angèle rouvrit les yeux. Morgan ne lui avait jamais parlé de cette partie du voyage qui avait failli la tuer ...

    "J'ai refusé. Mes parents ... Les trois ... Ils insistaient ... Mais je ne voulais rien entendre. Je suis sortie par la fenêtre et je suis allée en ville. J'avais besoin de me calmer les nerfs. Et je connais un mage ... Il m'a laissé mélanger quelques composants de sa sacoche ... C'est mon amoureux ... Enfin ... Vous n'avez pas besoin de savoir ça, vous ... Mais je n'ai pas vu Morgan ... Et aujourd'hui, maintenant que j'ai décidé de ne plus être en colère, et puis de la connaître, elle n'est plus là ... Vous savez, vous avez le droit d'être en colère. Mais c'est fatiguant. Et je crois que c'est une vraie perte de temps."

    Angèle soupira.

    "Les bocaux sont dans la cave."
    Dernière modification par Althéa ; 19/01/2014 à 13h33.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  7. #7
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    "C'est drôle ..."

    Angèle ouvrit les yeux. Elle s'était manifestement assoupie. Elle n'avait pas bien dormi sur le bateau, malmenée par le roulis et les bruits alentours, elle n'avait fermé les yeux qu'à l'aube la nuit dernière. La fatigue était venue réclamer son dû. Ses yeux embrumés se posèrent sur Amélie. Celle-ci, assise en tailleurs sur la banquette tenait le livre d'Angélique Mystéria et la regardait d'un air amusé.

    "Qu'est-ce qui est drôle ?
    - Ce livre. Je ne savais pas que cela faisait partie de vos lectures.
    - C'est un cadeau, dit-elle en réprimant de justesse un sourire,
    est-ce que c'est si drôle ?
    - La dame qui écrit, cette Mystéria, elle avait l'habitude de fréquenter le temple de Sunie à Lumenis. Mais vous, vous n'avez pas du tout l'air de fricoter avec les sunites."

    Elle se sentit rougir. Amélie la regarda les sourcils froncés, les yeux écarquillés en une moue amusée.

    "Vous fricotez avec les sunites ? Vous rougissez, je le vois.
    - Je ne répondrai pas.
    - Vous fricotez avec les sunites !, s'exclama la jeune femme.
    - Mais allez-y, dites le sur tous les tons., souffla Angèle un rien exaspérée.

    - Mais qu'est-ce que vous faites avec les sunites ?
    - Vous ne voulez pas le savoir.
    - Si, j'aime tout savoir. Allez, dites-moi. Je ne le répéterai rien à personne.
    - Vous êtes barde ... Et je suis une personne sérieuse ..."

    Amélie balaya sa dénégation d'un revers de main. Elle hésita un peu.

    "Pourrais-je visiter la maison ? Il me semble déjà être venue ici.", finit-elle par demander.


    Dernière modification par Althéa ; 19/01/2014 à 20h04.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  8. #8
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    "Ici, c'était sa chambre. Je vous laisse jeter un coup d’œil ..."

    Elles se tenaient devant la porte fermée. Si Amélie semblait tranquille, Angèle restait le visage fermé et les poings serrés. Hésitante. Depuis son arrivée, elle avait repoussé l'échéance. La barde avança la main vers la poignée. Elle recula malgré elle. Amélie lui jeta un regard inquiet.


    "Vous ne voulez pas entrer ?"

    Angèle hésita à répondre. Cela pouvait sembler idiot. Mais cette chambre plus que le reste de la maison était habité par des souvenirs en sommeil. Et elle craignait de les réveiller en passant trop brusquement la porte.

    "C'est ... difficile. Je suis revenue ici il y a à peine deux jours ... Depuis, je l'évite. Je ne suis même pas montée à l'étage."

    Elle sentit la main d'Amélie se poser sur son bras.

    "Si vous voulez, je peux vous laisser entrer seule. Après, vous revenez."

    Elle hocha la tête.

    "Si je me souviens, il y avait un jardin."

    Le jardin ... Un autre lieu qu'elle ne voulait pas voir. Les roses ... Le domaine de Morgan. Bon nombre devaient être flétries à présent, fanées et envahies par les herbes hautes. Elle lui avait promis de s'en occuper. Une trahison en soi. Elle entendit Amélie descendre.

    Elle se retourna vers la porte, posa sa main sur la poignée. Elle avait tant fait ce geste qu'elle l'avait oublié. Une habitude. Aujourd'hui, il lui semblait impossible. Pourtant ...

    La porte s'ouvrit sans grincer. Morgan qui avait l'oreille fine huilait les charnières pour éviter les bruits intempestifs. Quelques secondes, elle crut voir son amie, là, debout devant elle. Mais ce n'était que son propre reflet dans la psyché. Le miroir lui renvoya l'image d'une silhouette diaphane aux épaules tombantes. Bien loin d'un certain double d'argile né entre les mains d'un sculpteur luménien. Elle détourna les yeux.

    La pièce baignait dans la lumière. Le jour tombait sur le lit encore défait. Elle fit quelques pas, doucement. Elle regarda autour d'elle, les bras croisés. Rien n'avait changé. C'était comme si une seconde plus tard Morgan pouvait ouvrir la porte et l'histoire recommencer où elles l'avaient laissée. Ou comme si, un instant, elle allait l'entendre chanter dans son jardin.

    Le jardin ... Elle n'avait pas prévenu Amélie du manque d'entretien. Et elle allait avoir une fort mauvaise surprise. Elle se décida à descendre à sa rencontre. Avant, elle jeta un dernier regard autour d'elle et referma la porte. Elle reviendrait plus tard.

    Amélie était dehors, derrière la porte ouverte donnant sur le jardin. Elle était immobile. Elle le vit par dessus son épaule. Certaines roses avaient tenu. D'autres étaient mortes. Certaines disparaissaient sous le lierre. Elle réprima avec peine un sanglot. La barde se tourna vers elle. Si elle ne pleurait pas, les larmes étaient proches.


    "Je suis désolée, finit-elle par dire, je suis partie longtemps ..."
    - Ce n'était pas un rêve, répondit doucement Amélie, je suis vraiment venue ici. Mais j'étais toute petite. Et j'étais incapable de me souvenir si je l'avais imaginé ou non ...
    - Et vous le retrouvez ainsi. Je suis navrée ...
    - ça se répare", dit Amélie après un léger haussement d'épaule.

    Angèle ne put s'empêcher de sourire. La jeune femme était, à l'image de sa mère une sacrée optimiste.

    "J'aimerais bien rester un peu ici. Dans cette maison, je veux dire. Peut-être le temps de remettre en état le jardin. Et puis ... J'ai certaines affaires à régler à Manost ... Si ça ne vous dérange pas de me supporter un peu ... Pour vous, ça risque d'être un peu difficile. Mais je ne resterai pas tout le temps ici. Il y a mon amoureux et mes parents à Cojum."

    Elle hésita un peu. C'était sûrement ce que Morgan aurait voulu. Et elle lui devait bien cela.

    "Je m'y ferai.", dit-elle avec un haussement d'épaule.
    Dernière modification par Althéa ; 20/01/2014 à 06h39.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  9. #9
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Elles remisèrent leurs vêtements de jardinage et laissèrent à la porte du jardin leurs bottes crottées. Des ampoules douloureuses étaient apparues sur leurs mains qui s'étaient faites raides à force d'avoir tenu le sécateur. Elles n'avaient fait qu'enlever le lierre autour d'un buisson de roses. Elles se laissèrent tomber sur le banc de pierre pour admirer leur œuvre. Une goûte d'eau dans l'océan de fleurs malmenées par la nature qui reprenait ses droits.

    "Hé bien, nous avons des progrès à faire ..., commenta Amélie.
    - Surtout nous devrions porter des gants. Je crois me souvenir que Morgan en portait, répondit Angèle
    - J'allais le suggérer."

    Elles replongèrent dans le silence, le temps de reprendre leur souffle. A plusieurs reprises, la paladine vit Amélie pincer les lèvres puis ouvrir plusieurs fois la bouche avant de se raviser. Elle finit par parler cependant.

    "J'aimerais savoir comment elle est morte."

    Angèle hocha la tête. Depuis qu'Amélie avait dit qui elle était, elle s'attendait à la question. Mais répondre n'était pas moins difficile.


    "Elle était ménestrelle. C'était sa dernière mission à Melandis. Il y a eu une embuscade. Quelqu'un les a trahis, peut-être. Elle est restée en arrière pour permettre aux autres de fuir.

    Angèle se tourna vers la jeune femme. Celle-ci gardait les yeux ostensiblement fermés. Elle rouvrit les yeux. Angèle se taisait, totalement immobile.

    "Je ... vais chercher mon luth."

    Elle s'attarda dans le salon. Peut-être pour laisser le temps aux larmes de venir. Et puis de disparaître. Elle revint s'assoir les yeux rougis. Elle tira un bref accord et se mit à chanter

    "Dans la belle Lumenis,
    Vivait un noble riche,
    Il avait dans ses vices
    Une avarice chiche ...

    En mendiant sa vêture
    Quand il se promenait
    Et des vilaines chaussures,
    il portait ...

    En revenant des bains,
    Il vit à sa place,
    De très fins escarpins,
    Pas ses ignobles godasses,

    Oh gentil coup du sort,
    c'est sûrement un cadeau
    Il les prend sans remord
    Ces très beaux godillots,

    Alors voila qu'arrive,
    Le vrai propriétaire
    Pensant à une dérive,
    Lui botte le derrière,

    Et le voila dehors,
    Ses infâmes chaussures,
    Dissimulées alors,
    Par terre battent la mesure,

    Oh vilains godillots,
    Vous me jouez des tours,
    Et vous êtes mon fardeau,
    Allez donc faire un tour,

    Rentré alors chez lui,
    Il prend ses chaussures,
    Les lance loin de lui
    Il entend la brisure

    Les chaussures vengeresses
    Ont cassé une fenêtre,
    Et ont botté les fesses
    D'un mage en plein mal être

    Il reconnaît les bottes,
    Lance une boule de feu,
    Qui brûle la paillote
    De notre malheureux.

    Oh vilaines godasses,
    Vous vous êtes amusées,
    A me faire des crasses,
    maintenant ça va cesser

    Puisqu'il se veut vraiment,
    Être loin de ses godillots,
    Dans un jardin d'agrément
    Il les jette dans l'eau

    Mais ces foutues semelles,
    Sont bientôt emportées,
    Jusqu'à une citerne,
    Qu'elles finissent par boucher

    L'eau se répand en ville,
    On trouve le coupable,
    Qui par ses espadrilles,
    Gêne le contribuable

    L'amende est énorme,
    notre pingre est ruiné,
    Plus de maison en forme,
    Plus d'argent pour l'aider,

    Mais notre homme rit,
    Libéré de ses maux,
    Il aime mieux la vie ...
    Et ses foutus godillots ..."

    Elle se tut, laissant revenir le silence sur ses dernières notes.

    "Pas vraiment de circonstance. Mais c'est la seule que j'avais envie de chanter ..."
    Dernière modification par Althéa ; 19/08/2014 à 21h08.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  10. #10
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Amélie avait pleuré jusqu'à tomber de sommeil. Angèle l'avait installée dans une des chambres d'ami situées en haut. Elle l'avait regardée dormir durant de longues minutes avant de se décider à entrer dans la chambre adjacente, celle de Morgan. Dans la clarté du soir, la pièce avait pris d'autres proportions, plus douillettes et plus douces. Les ombres s'incurvaient, polissant les contours. Toujours, la lumière avait été importante pour l'occupante de la chambre. La nuit, un jeu de miroir permettait de capter celle presque abstraite de la lune ou des étoiles.

    Angèle, debout devant la fenêtre entrouverte regarda le jour tomber sur le jardin. Il avait l'air sinistre, avec ses roses en demi-teintes et dépenaillées. Mais un espoir, telle une toute petite flamme lui disait que cela ne durerait pas et que bientôt renaîtraient les roses estivales aux dix mille parfums. Elle se sentait dans le même état. Triste, et quelque part appelée à renaître.

    Elle entendit Amélie hoqueter et se retourner dans son sommeil. Angèle l'écouta quelques instants avant de replonger dans ses pensées. Morgan l'avait surprise ... Elle se sentait choquée et peinait encore à comprendre. Elle savait que la barde avait des secrets, de par son statut de ménestrelle. Cela ne l'avait jamais dérangée. Mais d'apprendre qu'elle avait une fille et qui débarquait sans prévenir dans sa vie ... Elle soupira.

    Amélie voulait rester au Clos. C'était quelque part logique. Et elle était ménestrelle elle aussi. La relève pour Morgan était assurée. Mais elle ne considérait pas cela comme bénéfique. Au contraire ... Sa compagne avait démontré que l'espérance de vie dans la profession n'était pas extensible. Et voir se briser net. Elle ne supporterait pas que sa fille suive le même chemin.

    Elle soupira. Elle commençait à se sentir responsable de la fille de Morgan. Elle ne savait rien d'elle. Sinon qu'elle venait de débarquer dans sa vie le matin même. Et qu'elle n'était pas du tout préparée à cela ....
    Dernière modification par Althéa ; 22/01/2014 à 08h09.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  11. #11
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    "Il aura fallu, de quelques grains de grenade,
    Pour faire changer le monde,
    Regarde ...

    Elle était magnifique, la fille de Chauntéa.
    Un pas chantant, merveilleuse voix,
    Attirait les regards humains comme divins,
    Un jour poussa près d'elle, un beau dahlia noir,
    Elle avança prudemment pour le voir,
    Soudain, s'ouvrit le sol et par la béance,
    On put voir Kelemvor,
    Sinistre dieu des morts
    L'attraper par la taille ...

    Il aura fallu, de quelques grains de grenade,
    Pour faire changer le monde,
    Regarde ...

    Ainsi erre Chauntéa, et de par le monde,
    Cherche sa fille, partout à la ronde,
    Mais Tymora a tout vu de l'enlèvement,
    Alors Kelemvor, passe en jugement,

    La vie de Chauntéa, il ne veut point rendre,
    La terre-mère menace, de ne rien faire pousser,
    C'est alors à Ao, le grand de trancher ...

    Celui-ci veut savoir, si la belle fille,
    Pendant son séjour s'est nourrie ...
    Elle n'a avalé, que trois grains de grenade,
    mais le mal en est fait.

    Il aura fallu, de quelques grains de grenade,
    Pour faire changer le monde,
    Regarde ...


    Alors, il se décide que six mois de l'année,
    Avec sa mère, elle pourra rester,
    Mais les six suivants descendra dans le monde souverain
    Pour vivre aux cotés de leur suzerain ...

    De l'automne à l'hiver,
    Chauntéa pleure sa fille,
    Elle endort la terre,
    Et la neige brille,

    Et quand sa fille revient,
    C'est le temps des récoltes,
    Poussent les blés et biens,
    S'éveille la nature morte ...

    Il aura fallu, de quelques grains de grenade,
    Pour faire changer le monde,
    Regarde ...
    "

    Angèle ouvrit les yeux. La nuit posait encore son front contre sa fenêtre. On devait être aux alentours de la mi-nuit. Et pourtant Amélie chantait. Sa voix, émaillée par le chagrin sonnait pourtant claire. Et la chanson, une fois encore parlait de renouveau. Elle resta un long moment assise dans son lit, à l'écouter, les larmes aux yeux. Elle n'alla pas la voir. Ce moment n'appartenait qu'à elle. Quand se turent les dernières notes, elle se recoucha mais resta un long moment sans pouvoir trouver le sommeil.
    Dernière modification par Althéa ; 22/01/2014 à 08h11.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  12. #12
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Comme Amélie mettait du temps à émerger du sommeil, elle décida de sortir. Rester dans une maison silencieuse avec pour seule conversation celle des souvenirs était difficile encore. Sur la pointe des pieds, elle alla s'assurer que la jeune barde dormait bien puis se reprocha son sentimentalisme et referma la porte. Amélie n'était pas une enfant, ce n'était pas sa fille. Elle attendit d'avoir descendu les marches pour mettre ses bottes. Et, craignant qu'elle s'éveille pendant qu'elle était partie griffonna quelques mots à son attention sur un parchemin qu'elle laissa sur la première bergère et sortit dans le soleil matinal.

    Elle vit son frère, cette fois, entre deux portes. Il avait esquissé un sourire, vite effacé sous ses airs hiératiques. Il lui dit simplement qu'il ne pouvait pas la recevoir. Sous quelques jours, il lui promettait un entretien. Après quoi, il lui recommanda de ne pas s'attarder à la commanderie de Tyr. Ce qu'elle fit cependant. Elle était inquiète et voulait savoir ce qui était arrivé à ceux de son obédience.

    Ce fut une Sambre à l'air las qui la reçut. Comme elle avait insisté pour comprendre, Sambre lui avait demandé de trouver un endroit tranquille pour discuter. Et le Loyal ne ferait pas l'affaire. Elle avait naturellement proposé le Clos.

    La prêtresse avait posé sur les lieux un regard admiratif avant même d'avoir franchi la porte.


    "Alors, c'est donc là que tu vis. J'ai toujours entendu dire que la propriétaire était très sélective.
    - C'est une amie à moi et une longue histoire.", se contenta-t-elle de dire en poussant la porte.

    Amélie, assise à la place du parchemin, le livre de Mystéria dans les mains. Elle gratifia la nouvelle venue d'un regard aigu, puis d'un sourire avant de replonger dans sa lecture. Sambre l'étudia à son tour.


    "Tu es sûre qu'on peut parler ici ?, demanda-t-elle méfiante.
    - C'est Amélie, l'une des propriétaires de l'endroit.
    - Et je ne vous écoute pas.", ajouta la concernée.

    Il était inutile que l'autre propriétaire du lieu n'était autre qu'elle-même. Tout était assez compliqué comme cela. Sambre, visiblement peu convaincue acquiesça à regret.

    "A ta guise ... Tu veux donc savoir ce qui est arrivé à la commanderie."

    Angèle hocha la tête.

    "Une émeute. Il y en avait déjà eu une quelques jours plus tôt mais vite endiguée par un certain pâtissier. Mais les gens ont entendu parler de mouvements de troupe mélandiens. Ils ont pris peur et comme nous étions à portée de main. Ils sont venus en pleine nuit. Nous étions peu nombreux à la commanderie. Quelques novices que leurs parents voulaient garder dans nos murs plutôt que de l'autre coté des remparts. Et puis nos plus vieux prêtres qui ne supportaient pas le froid. Pas vraiment de défense, donc. Mais j'ai réussi à bloquer les portes pour les empêcher d'entrer. Après, tout est allé très vite : un de ces imbéciles a envoyé une torche à l'intérieur. Le feu a pris très vite. Nous avons essayé de sortir mais les assaillants bloquaient les sorties pour tenter de pénétrer dans le temple. J'ai réussi à faire s'échapper quelques gamins, les plus jeunes en les poussant par une des fenêtres. J'ai voulu faire demi tour pour aider les autres mais la charpente du dortoir s'est effondrée devant moi. Le lendemain soir, les autres ont été autorisés à retourner en ville."

    Angèle écoutait, plongée dans le silence, les bras croisés. Sambre se passa les mains sur le visage, comme pour s'en arracher ces images de cauchemar.


    "Si tu avais entendu leurs cris, leur agonie. Je ne sais pas si j'arriverai à surmonter ça ... J'aurais aimé que ce soit toi parce que rien ne t'atteint."

    Amélie vit Angèle serrer les poings mais rester parfaitement calme.

    "Qu'a fait le Conseil ? , demanda-t-elle d'une voix blanche.
    - Rien, ils nous ont déjà autorisés à retourner en ville, c'est déjà bien.
    - Après ce que tu m'as raconté ? Après ça ? Avec tout ce qu'ils nous doivent ? Sambre, Manost est assise sur la stabilité des lois que les tyrites formulent et promulguent continuellement. Nous sommes peu, impopulaires mais nous sommes là. Nous avons le droit de le rester. Et ce n'est pas en dédommagement de la perte des nôtres. C'est parce que nous devrions en avoir le droit."

    Sambre resta la bouche ouverte quelques secondes. Angèle reprit.

    "Tu pourrais aller voir les voir et le leur dire. Et toi et moi devrions aller trouver le Conseil manostien. Nous avons aussi des droits à formuler."

    Sambre hocha la tête avec un sourire.

    "Je ne te reconnais pas là ... Mais ce discours ... J'ai besoin de réfléchir.
    - Libre à toi.", répondit-elle avec une certaine douceur. Sambre hocha la tête et se tourna vers la porte.

    Le silence retomba sur la maison. Angèle se tint droite, à la regarder partir. Elle attendit qu'elle ait tourné au coin de la rue pour refermer la porte et éclata en sanglots.
    Dernière modification par Althéa ; 22/01/2014 à 21h07.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  13. #13
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    "On pourrait peut-être bouger."

    Amélie se tenait assise en tailleurs sur une des bergères la regardait d'un œil inquiet. Angèle, assise contre le mur, la tête dans ses mains, les bras enserrant ses genoux leva à peine la tête.


    "Non ... aujourd'hui je suis morte."

    Amélie fronça les sourcils.

    "Morte ?
    - Morte.
    - Morte !
    - Morte."

    La barde soupira. Quelques minutes plus tard, Angèle l'entendit tressauter.

    "On ne peut rien faire pour apaiser ce hoquet ?"

    Amélie secoua la tête.

    "Je suis triste ...", dit-elle à titre d'excuse.

    Angèle secoua la tête. Elles baignaient toutes les deux dans le même chagrin. Et il était difficile de voir cette peine jumelle se refléter dans les yeux de l'autre. Angèle se débattait avec ses pensées, les mots qu'elle aurait voulu trouver pour chasser les sanglots. Il était tentant de ne pas bouger, de laisser le vide s'installer de nouveau. Mais elle n'était pas seule. Amélie à coté d'elle semblait perdue, fatiguée. Bien loin de la jeune fille pleine d'entrain qui, les yeux plein d'espoir pensait retrouver sa mère. Si elle n'y prêtait pas garde, elle l'emporterait dans l'obscurité. Elle emportait de Luménis un fragment de lumière, une petite flamme vacillante qu'elle ne voulait pas laisser s'éteindre.

    Ses yeux se portèrent en direction du jeu d'échec vers les deux pièces rapportées. Soren ... Que dirait-il de ce qu'elle venait d'apprendre ? Il lui semblait ne pas rassembler assez de courage pour se battre. Amélie suivant son regard se leva doucement.


    "Je ne voudrais surtout pas vous offenser mais l'une de vous triche. Normalement, on a pas le droit d'apporter du renfort."

    Angèle sourit amusée. Amélie se pencha, examina les pièces.

    "C'est vraiment un travail d'artiste. Si je pouvais avoir le même doigté, la même minutie ...
    - Est-ce que tu sculptes ?"

    Elle avait employé le tutoiement sans vraiment y penser. Amélie sourit.

    "Non, je travaille simplement le verre. Enfin mon père. Mon père ... Je suppose que ce n'est pas lui mon papa."

    Elle tressauta.

    "Tu n'aurais pas une idée ?"

    Angèle réfléchit puis secoua la tête. Il passa une ombre dans le regard d'Amélie. Elle n'avait jamais vraiment su comment chasser les nuages.


    "Tu sais, tu pourrais leur écrire."

    La barde haussa un sourcil intrigué.

    "Tes parents, ton amoureux ... Ils s'inquiètent peut-être. Oh, la lettre ne leur parviendra pas tout de suite. Mais ils seront contents de savoir que tu vas bien. Je serais pareil à leur place."
    Dernière modification par Althéa ; 19/08/2014 à 21h13.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  14. #14
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    "Il y a une lettre pour toi."

    Angèle interdite releva la tête. Amélie en profita pour lui tendre un parchemin soigneusement plié dont le libellé spécifiait qu'elle était la destinatrice. L'écriture soignée et appliquée de Morgan.


    "Elle était dans le secrétaire du bureau."

    Le secrétaire ... Cela ne la surprit pas. Depuis le départ de Morgan, elle n'était plus entrée dans le bureau. Une autre pièce difficile au vu du temps passé à sa compagne pour écrire. Elle laissait des chansons orphelines, des mots informulés et des histoires inachevées. Le bureau ou l'antre des mots perdus, des mots fuyants, des maux enfouis. Elle avança doucement la main, apprécia la finesse du vélin. Ses doigts crispés défirent le ruban mais elle ne parvint pas à lire. L'écho des mots, couchés de l'autre coté du temps par une Morgan vivante. Les lire et les laisser prisonniers, sans réponse. Tout lui signifiait l'absence. Ses mains tremblaient.


    "C'est difficile."

    Amélie hocha la tête.

    "Si tu as besoin, je suis au jardin."

    Elle sourit à la compréhension tacite. Elle avait besoin de se retrouver seule. Dans le silence, elle découvrit la lettre.


    "Chère Angèle, chère Angle, chère compagne, chère amante, chère amie,
    Melandis s'approche à grand pas. Et viennent les regrets de toutes ces choses que je ne t'ai pas dites. Chacun de mes secrets. Il en est un seul qui m'importe : j'ai une fille. Son nom est Amélie et à l'heure où j'écris ces lignes, elle approche de ses vingt-cinq ans.
    C'est surprenant et je te vois déjà hausser les sourcils ou faire semblant que cela ne t'affecte pas. Mais je sais lire tes silences. J'aimerais être là quand tu liras cette lettre. Mais il y a ce pressentiment ...
    J'aurais aimé te dire comme elle était belle et comme je l'ai aimée. La fierté immense de l'avoir tenue la première dans mes bras. Et son petit regard qui déjà cherchait le mien.
    J'ai aussi pris conscience de sa fragilité et de tout ce que je ne pourrais jamais lui offrir. Cette stabilité qu'elle n'aurait pas avec moi. Et aussi, ce penchant que je croyais avoir laissé derrière moi en arrivant à Manost. Mais je me suis menti. Et cette vie ne me correspondait pas. Je ne la désirais peut-être pas jusqu'au moment où je l'ai sentie bouger dans mon ventre, mais j'ai su l'aimer, à ma manière peut-être, à distance respectueuse.

    Je sais que tu m'en voudras et que tu penseras que j'ai trahi ta confiance. Et quelque part mon silence pendant tant d'années te donnera raison. Mais j'aimerais un jour que tu ailles la voir, à Cojum. Oui, ce nom t'évoquera sûrement un parcours un tantinet fébrile mais tu n'as jamais vu cette cité du savoir que tu rêvais tant de visiter ... J'aimerais que tu lui dises, toi qui m'as connu ce que j'étais vraiment. Je lui dois au moins cela. Et j'aimerais par dessus tout que vous veilliez l'une sur l'autre. Une pensée utopique mais qui atténue un peu mon chagrin de partir.

    Je m'attarderais volontiers à cette table pour attendre le lever du jour. Je n'en ai pas le temps. Je pars l'esprit tranquille et tourné vers vous deux ..."
    Dernière modification par Althéa ; 24/01/2014 à 08h46.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  15. #15
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    "Angèle, je crois qu'on ne peut pas rester comme ça. On va finir par prendre racines. Le chagrin, c'est bien ... Mais en sortir, c'est mieux, non ?"

    Angèle lança un regard interrogateur à Amélie. La jeune barde assise en face d'elle avait les joues humides et les yeux rougis. Elle devait à peu de choses près avoir le même aspect. Elle bougea, ressentant au passage un pincement désagréable dans son dos endolori. Depuis combien de temps étaient-elles restées immobiles ? Dehors, la lumière avait changé. On devait être dans les environs de midi. Après la découverte de la lettre, elles s'étaient murées dans un silence seulement ponctué par les hoquets d'Amélie.


    "Je connais un endroit.", dit-elle après un moment d'hésitation.

    Amélie la dévisagea curieuse. Elle remarqua presque amusée que c'était une des rares fois où elle l'écoutait et non l'inverse.

    "Ce n'est pas très loin d'ici. Morgan me l'a montré, une fois. Elle aimait aller là-bas quand elle voulait être loin du monde. Un bel endroit. Si tu veux, je pourrais t'y emmener."

    Amélie hocha la tête.
    Dernière modification par Althéa ; 24/01/2014 à 20h50.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  16. #16
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Elles étaient rentrées transies et trempées. Elles avaient ôté leurs bottes et leurs manteaux dégoulinants dans le salon. Angèle avait pensé au baquet entreposé dans la pièce que Morgan avait transformée en atelier. Elles avaient mis l'eau à chauffer et préparé les seaux.

    Angèle avait laissé Amélie procéder la première à ses ablutions. Elle l'avait entendue chanter. Cette fois, c'était une comptine parlant d'une chèvre récalcitrante ne voulant pas sortir d'un champ de choux. On appelait divers adjuvants mais aucun n'était disposé à vouloir passer à l'action. Le chien ne voulait pas mordre biquette, le loup ne voulait pas manger le chien, le bâton ne voulait pas battre le loup, le feu ne voulait pas brûler le bâton, l'eau ne voulait pas éteindre le feu, le veau ne voulait pas boire l'eau, le boucher ne voulait pas tuer le veau. Ce manque flagrant de volonté finissait par se résoudre par l'intervention d'une divinité qui prenait tout en charge. Angèle n'avait pas entendu son nom car la jeune barde devait avoir la tête sous l'eau à ce moment. Quand elle alla se laver à son tour, l'eau était tiède. Tout ça à cause d'une sacrée biquette.

    Elle s'immergea cependant avec un réel plaisir. L'eau avait un effet apaisant. Elle regretta cependant que Manost n'ait pas découvert les méthodes des bains sunites. Elle pensa à Soren et à Lumenis où Morgan avait ses racines. Et par extension Amélie. Elle lui en parlerait, si elle lui demandait du moins. L'ombre de sa compagne défunte planait au dessus d'elles comme un spectre douloureux. D'abord assimiler la perte puis laisser s'installer les souvenirs.

    Elle était en train de s'habiller quand elle entendit frapper à la porte puis des voix familières.


    "Est-ce que Frimousse est là ?"

    Elle fronça les sourcils. Ils ne s'étaient pas décidés à abandonner son surnom datant de ses premières plaidoiries. Surnom que bien sûr, Amélie allait s'empresser de relever. Elle l'entendit répondre un tantinet amusée, comme elle le craignait.


    "Frimousse ? Ici, il y a juste une Angèle.
    - Ah, je vois qu'elle a passé son surnom sous silence, répondit Sambre un brin amusée.
    - C'est un vieux surnom, ajouta une autre voix familière, en plus, je suis sûr qu'elle le préfère à "dragon des glaces" ... Et vous, vous êtes ?
    - Amélie ... barde sans surnom. J'habite ici aussi. Et vous ?
    - Hugo Morneval, Sambre d'Estaing et celle qui se cache derrière nous est Louison Lenclos. Et le grand dadais derrière est Dimitri Auzimour.
    - Je ne me cache pas, tu prenais toute la place ...Et nous sommes ...
    - Tyrites ...", compléta-t-elle en entrant dans la pièce.

    Alors, ses co-religionaires avaient fait le déplacement. Du moins une petite partie. Le grand Hugo et son humour pince sans rire, le seul qui la surpassait en taille dans l'assemblée. Sambre, la prêtresse albinos et ses yeux délavés. Et Louison qui avait plaidé pour la toute première fois juste avant qu'elle ne parte. Quant à Dimitri ... C'était de lui qu'elle tenait son surnom. L'affaire datait des temps immémoriaux où ils commençaient tous deux à plaider. Il l'avait traitée de jolie frimousse devant toute l'assemblée. Furieuse, elle avait pris un malin plaisir à démonter ses arguments un par un avec sa froideur coutumière. Le surnom avait perduré même si le "jolie" était curieusement tombé.

    Ils étaient, avec Théodora ceux qui constituaient son petit univers. Son clan. Ou plutôt ses amis. A présent, ils regardaient autour d'eux, intrigués. Et c'est bien sûr Hugo qui parla le premier.


    "Alors, c'est là que tu te tapis. C'est confortable ... Mais si tu veux, il y a encore ton lit de camp dans les archives. Enfin, pour le moment, on ne nous demande rien. Mais comme il y a du mouvement, je gage qu'on nous demande bientôt une petite constitution.
    - Et bien sûr, tu penses qu'ils vont faire appel à nous ..., soupira Sambre.
    - Qui promulgue mieux les lois qu'un tyrite ?
    - Un tyrite ?", demanda Amélie.
    - Question purement rhétorique, repartit Hugo amusé, mais je gage que sous peu de temps, on aura besoin de nous ...
    - Pendant que nous serons dûment invités à rester dans l'ombre, grommela Sambre.
    - Parce que c'est mieux ainsi." conclut Louison

    Les autres se tournèrent vers elle comme un seul homme.

    "Il a tué le Dieu tutélaire de notre cité.", dit elle en guise d'explication.
    - Mais bien sûr, s'exclama Hugo en se tapant le front, pardonnez-moi, cela m'était sorti de la tête. Mes amis, puisque nous sommes tous réunis, veuillons observer une silence pour un Dieu mort.

    - On dirait que ça t'amuse !, s'exclama la jeune prêtresse choquée.
    - Je pense que nous avons surtout besoin de nous asseoir autour d'un thé.", dit Angèle d'une voix si basse que ceux qui commençaient à lever le ton durent baisser la voix pour l'entendre.

    Elle sourit. Le temps de mettre l'eau à chauffer, les tyrites s'étaient regroupés dans la cuisine. Angèle observait Amélie assise au milieu d'eux. Celle-ci qui tentait d'imiter leur posture digne et droite, un tantinet pincée la gratifia d'un sourire.


    "Cela ne m'amuse pas, reprit Hugo plus calmement, au contraire ... Cela me rend triste. Mais je suis encore plus triste que nous soyons soudain, nous les adeptes de Tyr qui étions respectés comme les adeptes d'un des dieux de la Triade et grands rédacteurs de loi et leurs garants soyons soudain traités en parias. N'oublions pas que Tyr a été berné par Cyric. Tout le monde semble oublier cette partie de l'histoire. Je pense comme Sambre qu'ils ne vont pas tarder à avoir besoin de nous. Le Conseil manostien va être appelé à changer. En toute logique, les helmites ne pourront plus rester seuls au pouvoir.
    - S'ils font appel à nous, nous ne devrons pas refuser., murmura Sambre.
    - Notre collaboration sera comme à son habitude un secret de polichinelle, renchérit Dimitri soudain amer.
    - Mais nous ne pouvons faire l'impasse sur ce qu'il s'est passé à Manost.", dit doucement Angèle.

    Elle sourit calmement quand les regards vinrent se poser sur elle. Elle demanda.


    "Qu'a-t-on fait des émeutiers ? J'imagine qu'on les a relâchés, à l'heure qu'il est.
    - La plupart, souffla Sambre, seuls les meneurs restent. Des excités pour la plupart. Et qui n'attendent que d'être relâchés pour pouvoir recommencer.
    - Alors nous devrions nous fendre d'un communiqué."

    La prêtresse albinos se fendit d'un sourire.

    "Je retrouve ma juriste. Quand puis-je venir le chercher ?"

    Elle la regarda quelques instants avant de grimacer.

    "Attends, tu n'as pas l'air en très grande forme. Est-ce que tu dors bien ?
    - Non.
    - Est-ce que tu manges ?
    - Elle picore dans son assiette. En gros, elle ne se nourrit que de thé." répondit Amélie à sa place.

    Angèle fut à deux doigts de la fusiller du regard. Sambre reprit sur le ton sans équivoque qu'elle lui connaissait si bien.


    "Alors, on laisse de coté son appétit d'oiseau. J'ai besoin d'une juriste remplumée et en forme. Où est Teddy ?
    - Chez sa tante à Graëlon.
    - Et Yorvenn ?
    - Mort ... L'opération à Melandis a très mal tourné. Guillaume nous a dénoncés. Il a visiblement estimé que nous étions ses ennemis, vu que notre Dieu avait tué le sien."

    Elle sentit la main de Dimitri sur son épaule. Un silence se fit.

    "Fiez-vous aux helmites, railla Hugo.
    - Je continue à dire qu'il faut les comprendre ...", souffla Louison.
    - Mais nous les comprenons, dit doucement Dimitri., mais c'est aussi difficile de notre coté. Je ne sais pas pour vous, mais je trouve difficile de me dire que mon Dieu, même si on lui accorderait volontiers les circonstances atténuantes a levé son épée sur un autre ... "

    Les autres approuvèrent en silence.
    Dernière modification par Althéa ; 28/01/2014 à 21h47.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  17. #17
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Angèle rêva. Elle se trouvait dans un paysage morne et blanc, au milieu du désert. Un désert de neige même si elle reconnaissait les tours de Melandis. Devant-elles étaient attachés Amélie et Soren. Un peu plus loin, elle reconnut Théodora et Morgan. Un chevalier en armure lourde, caché sous son casque approchait, tenant dans ses mains une immense épée. Au moment où il la brandissait, la visière se levait, découvrant le visage vengeur de son jumeau. Elle se réveilla à cause des hurlements. Et mit du temps à comprendre qu'il s'agissait des siens.

    Des pas précipités lui apprirent qu'elle avait tiré Amélie du sommeil. Elle ne tarda pas l'entendre toquer à sa porte, puis entrer.


    "Un cauchemar ?"

    Elle se donna le temps de reprendre son souffle.

    "On dirait ... Parler ... du passé était plus difficile que je ne me l'imaginais. Et avec ce qu'il se passe à Manost ..."

    La jeune barde croisa les bras et s'assit en tailleurs au pied de son lit.

    "Tu veux me raconter ?"

    Elle hésita un peu avant de se décider. Elle l'écouta sans l'interrompre, le front barré d'un pli d'inquiétude.

    "Tu devrais en parler. Pas seulement ce que tu as vécu à Melandis. Mais ce qu'il se passe à Manost. Ce n'est pas bien que les tyrites restent isolés. Jouer les petits canards tous ensembles, c'est bien ... Mais ne pas rester seuls, c'est beaucoup mieux. Tu me diras que je ne suis pas tyrite mais j'habite avec toi."

    Angèle acquiesça. Elle avait raison.

    Je vais écrire à Soren ...
    - Qui ?
    - Soren, un ami. Il est ... clerc de Sunie à Lumenis.
    - Oh ? Alors c'est avec lui que tu as fricoté ?
    - Tu ne veux pas savoir.
    - J'aime savoir. Alors, c'est un ami ?
    - Qui a sculpté les deux pièces supplémentaires du jeu d'échec.
    - Du beau travail. Alors, tu es déjà allée à Lumenis ?
    - C'est là qu'est née et a grandi Morgan."

    Elle repensa une nouvelle fois au sculpteur, à la courte parenthèse. Il l'avait aidée, il avait accepté ses indécisions. Il aurait pu la congédier, la laisser avec ses erreurs. Au lieu de cela, il lui avait offert son amitié. C'était le plus émouvant de tous les cadeaux. Elle revint à Morgan, à la jeune femme en face d'elle qui hochait lentement la tête, comme pour enregistrer l'information.


    "Alors, j'ai de la famille là-bas ?
    - Des tantes, une multitude de cousins et de cousines, dit-elle en revenant au présent.
    - Je pourrais leur écrire. Mais elles risquent d'être surprises.
    - Et contentes. Tu as aussi deux oncles à Manost. Ils sont un peu particuliers. Tu pourrais les rencontrer.
    - Plus tard. Une chose à la fois. Déjà, il y a la maison. Et puis il y a toi. C'est déjà beaucoup ... Déjà assimiler le fait qu'elle soit morte."

    Elle vit une ombre passer sur son visage et se voiler ses yeux. Elle avança une main maladroite qu'elle posa sur son bras.

    "Je suis désolée, tellement désolée.
    - Tu n'y es pour rien. Et puis, tu es là, toi. Ce n'est pas comme si j'étais arrivée et qu'il n'y avait personne. Toi, tu la connaissais bien. J'ai pu la voir, même si je ne savais pas que c'était elle. Et ce n'est déjà pas si mal."

    Le sourire revint dans ses yeux.

    "Tu veux que je te raconte une histoire ?"

    Angèle hocha la tête. Amélie prit le temps de se caler plus confortablement sur le sommier avant de commencer

    "C'était une très vielle dame qui habitait dans les faubourgs de Manost. Elle avait un magnifique manteau brodé de fils d'or. Un jour qu'elle rendait visite à une de ses amies, elle parla de la grande valeur de son vêtement. Hélas, un voleur l'entendit parler par la fenêtre ouverte. Il décida de mettre un plan en oeuvre pour lui subtiliser. Comme elle rentrait seule, il l'aborda et lui proposa de l'escorter. Et pour gagner du temps, il lui proposa de monter sur son dos. Elle accepta. Mais au lieu de l'emmener chez elle comme convenu, il l'emmena dans une ruelle. Là, il la somma de descendre de son dos et de lui remettre son manteau sans faire d'histoires. Mais il était bien mal tombé. Parce que la vieille dame qu'il transportait était une très vieille guerrière aux muscles en acier. Au lieu de descendre, elle le ceintura, menaçant de l'étrangler. Il lui demanda pardon, mais elle ne céda pas. Il lui dit qu'il volait car il avait faim et froid. Elle lui répondit que s'il avait froid, il n'avait qu'à courir. Cela tombait bien parce qu'elle voulait voir les montagnes. Il n'avait qu'à s'y rendre et plus vite que ça. Il partit au petit trot. Arrivé du coté des montagnes, il voulut la reposer. Mais elle voulait à présent aller voir des chutes d'eau réputées. Il prétexta qu'elle n'y verrait rien. Elle insista pour qu'il y aille. La lumière de la lune baignait l'endroit dans toute sa magie. Elle ne résista pas à l'envie de dire une poésie. Puis elle voulut voir Manost de haut. Il l'emmena. Elle ne put s'empêcher de remarquer des étranges lueurs. Il lui dit que ce n'était pas étrange, qu'il s'agissait juste de l'aube. Il constata en pleurant qu'elle l'avait fait courir toute la nuit. Le temps avait filé sans qu'elle s'en rende compte. Elle s'était bien amusée. Elle le somma de la raccompagner chez elle. Il la posa sur le pas de sa porte ... Avant de rentrer chez elle, elle lui donna son manteau pour le remercier ..."

    hrp : librement inspiré d'un conte japonais raconté dans "Princes et Princesses" de Michel Ocelot.
    Dernière modification par Althéa ; 27/01/2014 à 13h46.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  18. #18
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Angèle grappillait dans son assiette avec une application presque maniaque. Elle avait avalé cinq bouchées d'un ragoût d'aubergines farcies à la mode luménienne. Une des spécialités de Morgan. Au vu du nombre faramineux de bocaux, elles avaient au moins pour un an de réserves, peut-être même deux. Amélie qui s'était déjà resservie deux fois repoussa son assiette.

    "Je te laisse la vaisselle. Aujourd'hui, j'ai des choses à faire."

    Elle fut surprise de la voir enfiler sa pèlerine. Le vêtement à capuchon, d'une couleur rouge vif était tout sauf discret. Elle lui lança un regard intrigué.

    "Je dois établir un contact avec les gens d'ici. Vu que je ne suis plus à Cojum, du moins pour l'instant ... Enfin, moins tu en sais, moins tu es impliquée. Je préfère ça. Pas que je pense que tu puisses nous trahir mais je n'aimerais pas que tu sois en danger à cause de moi.
    - Je comprends ..."

    Le même discours que Morgan. Elle ne put réprimer un regard inquiet.

    "Tu sais, ce sera sans risque. Je serai sans doute revenue avant la fin de la journée. Et puis, tu as un texte à rédiger si je ne m'abuse. Et puis une lettre aussi, si tu ne veux pas que je reste penchée par dessus ton épaule pour voir ce que tu racontes à ton sunite."

    Elle sourit puis fit la grimace.

    "Allez Angèle, ce n'est pas comme si je risquais quoi que ce soit en sortant d'ici. On est pas à Melandis ! Et puis tu sais, je sais me défendre. Je suis grande. Je rentrerai à temps pour qu'on puisse s'occuper du jardin. D'accord ?"

    Angèle se retrouva donc seule dans la grande maison vide. Totalement inquiète et dépitée, elle resta de longues minutes face à son assiette qui refroidissait avant de se décider à manger. L'exercice lui prit du temps. Le goût, les odeurs de safran dont sa compagne agrémentait de nombreux plats, tout lui rappelait Morgan. Il lui semblait que si elle fermait les yeux, elle entendrait sa voix. Elle n'eut pas le courage de vérifier, seulement celui de finir son assiette. Une petite victoire en soi. Elle fit la vaisselle et resta un long moment debout devant la pompe sans se décider à bouger. Elle était inquiète pour Amélie qu'elle avait laissé vaquer dans une ville qu'elle ne connaissait pas. Rien ne disait que les contacts étaient fiables et qu'elle n'allait pas tomber dans un guêpier. Elle aurait dû l'accompagner, elle en était certaine. Peut-être devait-elle partir à sa recherche. Elle allait enfiler son manteau quand on frappa à sa porte. Peut-être la fille de Morgan était-elle revenue. Elle fut presque déçue en découvrant Dimitri. Son ami la gratifia de son sempiternel sourire et lui montra les deux rouleaux de parchemin qu'il avait apporté.

    "Sambre voulait que tu aies du matériel de qualité pour ta version finale. Et moi, je voulais savoir si je pouvais t'aider. Je parie que tu as presque fini ...
    - Même pas commencé.", réctifia-t-elle avec un sourire en s'effaçant pour le laisser entrer.
    - Je vois que la Dame d'Aulfray se dévergonde. J'espère que tu as une bonne excuse., plaisanta-t-il en s'installant sur la bergère près de l'entrée.
    - En fait, cela fait une éternité que je n'ai pas pris une plume ni même rédigé quoi que ce soit. J'ai l'impression de ne plus savoir comment on fait. Et honnêtement, si j'arrive à produire quoi que ce soit, je ne garantis pas que ce sera d'une quelconque qualité ... Je me suis proposée par réflexe sans savoir que Sambre aurait besoin du document si vite ... C'est un document important. Il vaudrait mieux que tu le fasses toi.
    - Alors, tu demandes à ton grand rival devant l'éternel de rédiger à ta place.
    - On dirait bien, soupira-t-elle.
    - Voila qui ne te ressemble pas.
    - Sambre compte là-dessus. Et aussi les autres tyrites. Nous avons besoin de nous défendre, de dire ce que nous ressentons, de proposer des solutions.
    - Tu le feras très bien.
    - Je crois que je n'ai plus foi en mes capacités. Il s'est passé beaucoup de choses dont je n'ai pas envie de parler. Et puis ... je suis allée à Lumenis au lieu de venir directement ici.
    - Tu te serais cassé le nez sur les portes. Les tyrites ne sont autorisés en ville que depuis une veille. Et même, certains auraient pu te reconnaître ... Allez Frimousse, je sais que tu peux l'écrire ce fichu papier. Il te faut simplement trouver une plume et un encrier ..."

    Une heure plus tard, la feuille de vélin était toujours désobligeamment vierge. Angèle se retourna vers Dimitri, muet à coté d'elle. Elle allait lui proposer de prendre la relève mais il l'interrompit d'un geste.

    "D'accord Dame d'Aulfray, tu m'as habitué à un meilleur rendement. Tu es un peu rouillée, voila tout."

    Il posa sur son épaule une main obligeante, presque trop douce dont elle ne put que se dégager.

    "Si tu voulais ...
    - Et tu sais très bien que non ... Tu es un véritable ami. Et je suis ...
    - Amoureuse de quelqu'un d'autre, tu me l'as déjà dit ... Maintenant, on rédige ?"

    Angèle ferma un long moment les yeux. Elle avait promis à Soren qu'elle penserait à lui chaque fois qu'elle douterait de sa place ou de ses capacités. Ce qu'elle fit ... Une heure plus tard, elle mettait le point final à ce qu'elle avait écrit.

    "Le meurtre de Helm par Tyr a eu des retombées désastreuses dans chacun de nos rangs. Et quelle que soit notre obédience nous a rendus tous orphelins et vulnérables. Le moment est venu de regarder derrière nous sans haines ni passions qui pourraient s'avérer désastreuses.
    L'heure n'est pas à l'arbitrage des torts mais à la réconciliation. Nous, tyrites ne fermons pas les yeux sur les incidents survenus contre notre temple mais appelons à la relaxe des émeutiers. Moyennant cela, il sera demandé à ces personnes d'aider à reconstruire ce qui a été détruit d'une manière ou d'une autre. Soit en aidant sur le chantier soit en faisant un don à notre église. Une punition ne ferait qu'attiser le feu. Par contre, une récidive nous forcera à nous défendre. Il ne va pas de force, simplement de justice.
    Helmites, Ilmates, Tormites et Tyrites devons oeuvrer de concert pour Manost."
    Elle n'en était pas satisfaite.
    Dernière modification par Althéa ; 28/01/2014 à 21h46.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  19. #19
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Une heure passa, une deuxième, puis une autre. Le jour pâlit et vint la nuit. Amélie n'était toujours pas revenue. Angèle faisait les cent pas dans la cuisine. Il s'était sûrement passé quelque chose, sans quoi, la barde serait rentrée. Elle s'en voulut de l'avoir laissée partir. Peut-être une bande organisée s'attaquant aux nouvelles têtes en ville. Sous peu, elle partirait à sa recherche. Et s'il lui était arrivé quoi que ce fut ...
    Dimitride son coté mettait de l'eau à chauffer environné comme à son habitude de son calme tranquille.


    "Allons ... Il n'est pas si tard. Elle a dû s'attarder chez ses amis. Et elle est trop grande pour se perdre, non ? Ce n'est pas comme si Manost était devenue tout d'un coup la cité du crime."

    Angèle allait répondre quand on frappa à la porte. Dimitri avait à peine esquissé un geste qu'elle s'était déjà précipitée pour ouvrir. Elle fut surprise de voir Sambre en compagnie d'Amélie. La jeune barde hoquetait dans un manteau de laine gris qu'elle ne lui avait pas vu en partant. La pèlerine avait disparu.

    "Un ennui ?", demanda-elle le cœur au bord des lèvres.

    Amélie se laissa tomber sur la banquette avant de répondre.


    "Honnêtement, je ne savais pas qu'il était répréhensible de porter un vêtement rouge en ville. Je croyais qu'il n'y avait que les taureaux que ça affolait. En fait, non.
    - C'est vrai que nous avons plutôt l'habitude des couleurs moins ... voyantes, marmonna Sambre en s'asseyant à ses cotés.
    - Tu as été arrêtée parce que tu portais une pèlerine ?, s'inquiéta Angèle.
    - Une pèlerine rouge dont j'avais rabattu la capuche !, s'exclama Amélie avec un hoquet, un garde a juste voulu que je le suive pour me poser des questions ... Bon, ça n'avait rien de bien méchant mais c'était juste un peu pénible. Surtout qu'il a mis deux heures pour trouver la personne habilitée à m'interroger. Après, il a découvert que c'était lui la bonne personne. Mais passons ... Il voulait savoir pourquoi je portais du rouge, si j'habitais à Manost, ce que je venais faire par ici. Quand je lui ai dit que j'étais barde, il a fait une énorme grimace et il m'a demandé si j'étais subventionnée. Parce que seuls les artistes subventionnés ont le droit de se produire. Alors, je lui ai dit que je n'avais pas l'intention de chanter quoi que ce soit alors il s'est détendu. Après, je lui ai dit que je n'avais aucunement l'intention de nuire à Manost et il m'a laissé partir. Heureusement que j'ai croisé le garde au retour plutôt qu'à l'aller sinon j'aurais perdu ma journée. Au fait, merci Sambre pour ton manteau ..."

    Angèle se tourna vers la concernée, totalement interdite.

    "J'aurais dû t'en parler avant que tu le constates par toi-même mais les gardes sont quelques peu nerveux, ces temps-ci.
    - A peine ...", souffla Amélie.
    Dernière modification par Althéa ; 28/01/2014 à 21h43.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  20. #20
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Les mots ne venaient pas. Angèle s'y était pourtant repris à plusieurs fois. Chaque fois, sa plume s'était arrêtée en pleine course laissant un horizon de page désespérément vide. Elle repoussa son parchemin avant de se lever. Amélie qui venait d'apposer le point final à sa seconde lettre - l'une destinée à ses parents, l'autre à l'élu de son cœur dont elle ne s'était pas décidée à donner le prénom - qu'elle avait rédigée dans la foulée d'une écriture ronde et appliquée leva la tête intriguée.

    "Je ne suis pas capable d'écrire. Mais bien sûr, j'ai promis de donner des nouvelles. Quelle imbécile ... Je n'aime pas écrire et de toute façon je n'ai rien à raconter. Voila qui tombe bien ..."

    Elle se laissa retomber sur sa chaise, la tête dans ses mains.

    "Tu n'as pas l'habitude d'écrire ?, demanda Amélie.
    - Avant, j'arrivais à noircir des pages et des pages de textes de lois. Mais là ... Tout à l'heure, il m'a fallu plus d'une heure pour écrire quelques lignes. Et encore, le sujet était facile. Là ...
    - Là, tu dois juste donner de tes nouvelles ...
    - Justement ... Qu'est-ce que tu veux que je dise ? Que je lui parle de Manost ? Tu as vu l'état de la cité ? C'est tout triste, tout morne. Et que les gardes arrêtent les gens qui portent des vêtements rouges ? Oh, je sens qu'il va adorer.
    - Peut-être qu'il aimerait savoir comment tu te sens, toi ?"

    Elle se tourna vers Amélie.

    "Tu crois vraiment qu'il a envie de savoir que je ne reconnais plus ma ville ? Que plus ça va et plus je me sens perdue ? Qu'est-ce qu'il en a à fiche. Il est à l'extrême opposé de la mer, dans sa belle cité. Et sinon, je n'ai aucune envie de l'ennuyer avec mes soucis. De toute façon, c'est la seule chose dont je suis capable de parler. A coté, je suis vide. Non, je préfère qu'il pense que je l'ai oublié.

    - Taratata !, s'exclama Amélie.
    - Taratata ?, demanda-t-elle interdite.
    - C'est ton ami, oui ?
    - Oui, c'est mon ami.
    - Alors tout ça, écris lui ..."
    Dernière modification par Althéa ; 27/01/2014 à 19h17.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  21. #21
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    "Cher Soren ..."
    C'était court mais c'était néanmoins un début. Pour la suite, elle attendrait le lendemain, la journée avait été longue ...

    "Et toi, qu'est-ce que tu as écrit ? Du moins si ce n'est pas trop indiscret ?"

    Amélie lui fit un petit sourire énigmatique avant de lui tendre la lettre.

    "Tu crois vraiment que je peux ?"

    La barde haussa les épaules avant de se lever.

    "De toute façon, je vais dormir. Je ne sais pas toi mais je suis en train de tomber de sommeil. Bonne nuit."

    Elle disparut sans demander son reste. Angèle hésita un long moment. Amélie lui témoignait une certaine confiance mais il n'était pas dans son habitude de lire le courrier des autres. Elle se décida finalement.

    "Cher toi. Je suis arrivée à Manost et en un seul morceau comme je te l'avais promis. La ville est grise, plongée dans la grisaille. L'air est saturé d'humidité. Rien à voir avec le bon air de Cojum mais je pense m'y habituer. Il règne un étrange climat de tension en ville. Chacun a l'air de se soupçonner. Personne ne se parle. Nous sommes tous engoncés dans des vêtements de pluie. Il est difficile à croire que nous soyons en plein cœur de l'été. Manost ne me plait pas beaucoup. Mais c'est tout simplement parce que tu manques au paysage.
    A mon arrivée, j'ai appris que ma mère était morte. Tu es presque la seule personne à savoir qui elle était pour moi. C'est difficile mais je ne suis pas seule. Je me suis fait une amie, je crois. Angèle était proche de Morgan, plus que je ne l'ai jamais été moi. Ce n'est pas facile pour elle non plus mais je crois qu'on s'épaule. Si tu viens à Manost, méfie-toi, j'aurai une alliée. Mon cher petit mage. Il me tarde de te revoir. Amélie."
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  22. #22
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Angèle s'apprêtait à passer une journée tranquille consacrée simplement à l'entretien du jardin. Amélie avait mis la main sur des gants fort à propos et musardait déjà parmi les roses armée d'un sécateur. Elle s'apprêtait à la rejoindre quand le début des ennuis frappa à sa porte en début de matinée. Sambre n'avait pas pris le temps de franchir le seuil qu'elle lui disait tout de go :

    "Il y a une audience préliminaire tout à l'heure ..."

    Elle referma le battant. Peut-être Sambre tournerait-elle les talons et irait-elle voir ailleurs. Mais des coups rageurs contre la porte lui apprirent que non.


    "Je ne suis pas là !", s'entendit-elle dire.

    Elle commençait à sentir des sueurs froides lui couler dans le dos. Comment ça, une audience ? Et qui disait audience disait plaidoirie ... Elle venait à peine de revenir en ville ! Et cela faisait plus d'un an qu'elle n'avait pas foulé le sol d'un tribunal manostien. Non, il devait y avoir une erreur ou alors c'était une plaisanterie. Dehors, les battements cessèrent d'un coup, mais la voix de Sambre n'en était pas moins énervée.


    "Angèle, je sais que tu es là. Tu ne vas pas me faire croire que c'est ton frère coiffé d'une perruque que je viens de voir il y a à peine une minute.
    - Plaider pourquoi ?, demanda-t-elle en désespoir de cause.
    - J'ai transmis le document. Et presque dans le même temps, l'un des émeutiers a trouvé quelqu'un pour prendre sa défense.
    - Pourquoi moi ? Tu ne peux pas demander à quelqu'un d'autre ?
    - Parce que c'est toi que le préposé à la justice veut. Après tout, c'est toi qui as signé le document. Allez Angèle, je ne vais pas passer mon temps à parler à une porte !"

    Elle se sentit presque vaciller. Elle aurait dû s'attendre à ce que la lecture de son moratoire ait des conséquences. D'ordinaire, elle aurait pris le fait d'aller au tribunal comme une simple formalité. Aujourd'hui, cela lui semblait insurmontable. A coté d'elle, Amélie coiffée d'un chapeau de paille la regardait d'un air perplexe.


    "Tu veux que je fasse diversion pendant que tu t'enfuies de l'autre coté ?"

    Elle ne put s'empêcher de sourire. Derrière la porte, elle entendit la voix de Dimitri.

    "Je ne crois pas que lui annoncer tout de go était une bonne idée.
    - Mais je n'ai pas de temps à perdre" , se plaignit Sambre.

    Elle l'entendit marteler la porte. Elle inspira plusieurs fois pour se donner du courage avant de se décider à ouvrir.


    "Enfin !, s'exclama la grande prêtresse de Tyr, j'ai failli attendre.
    - Pourquoi tu ne plaides pas, toi ? , demanda-t-elle sans prendre le temps de les saluer.
    - Je suis partie civile ... Et puis c'est toi qu'elle veut.
    - Qui ?
    - La juge Mac Gonagall, commença Dimitri avec une grimace contrite, elle est montée en grade vu que c'était une des rares juges à n'être pas tyrites. Enfin, pour le moment, elle est déléguée aux instances juridiques ...
    - Donc la gorgone ... Et qui défend notre ami incendiaire ?
    - ça ne va pas te plaire ..., murmura son ami après un léger silence.
    - ça ne me plait déjà pas, précisa-t-elle, alors qui ?
    - Meridith ..."

    Elle écarquilla les yeux. Du même âge que Meridith, elle avait fait ses classes avec elle. Elles avaient le même style de plaidoirie, la même efficacité et même parfois le cynisme analogues. Elles se connaissaient par coeur, intervenaient au même moment. Associées, elles étaient le cauchemar de la partie adverse. Deux frimousses blondinettes au prime abord mais auxquelles il ne valait pas mieux se mesurer. C'était un peu comme plaider contre Teddy.


    "Mais elle est tyrite ..., souffla-t-elle interdite.
    - Plus maintenant, elle n'a pas supporté ... Maintenant, elle est tormite.
    - Alors je comprends mieux."

    Dimitri lui tapota doucement l'épaule.
    Dernière modification par Althéa ; 28/01/2014 à 21h40.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  23. #23
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Une heure était encore passée quand Angèle rentra au Clos. L'heure du déjeuner approchant à grands pas, Meridith lui avait proposé de manger avec elle ce qu'elle avait poliment refusé. Une prochaine fois après l'audience de préférence, avait-elle promis. Meridith avait souri et l'avait laissé filer. Elle était partie retrouver Amélie. Pour les mêmes raisons qu'elles n'aimait pas la savoir seule en ville, elle n'aimait pas non plus la laisser seule. Ce pour quoi elle se morigéna en silence. Amélie était depuis longtemps adulte et savait se défendre. Et si un assassin se promenait en ville, il n'irait pas forcément chez Morgan.

    Elle trouva la jeune barde munie d'une cuillère en bois et penchée sur le fourneau de la cuisine touillant avec énergie une mixture étrange dans le poêlon dont Morgan se servait pour ses compotes de pomme. Il se dégageait une douce odeur de sucré.


    "Ah, tu as survécu !, dit elle en relevant la tête quelques secondes, je m'inquiétais.
    - Pas de quoi, répondit-elle avec un léger sourire, je buvais un thé avec la partie adverse.
    - Sambre ne va peut-être pas apprécier mais tant pis pour elle. Elle est passée tout à l'heure. Elle reviendra demain pour préparer son témoignage. ça nous laisse un peu de tranquillité, regarde ..."

    Elle lui montra la mixture au bout de la cuillère. Elle identifia sans mal du caramel. Amélie était décidément surprenante.

    "C'est un peu le même travail que le verre sauf que ça ne se souffle pas. Par contre, ça se travaille, ça s'affine ...
    - Qu'est-ce que tu veux faire avec ?, demanda-t-elle intriguée.
    - Un autre pion. Pas pour compléter le jeu parce qu'il se mange, lui. Mais je voulais voir si j'arrivais à être aussi minutieuse que ton Soren. Et franchement, ça ne va pas être facile. Tiens, tu pourrais lui envoyer si tu veux. Avec ta lettre."

    Elle lui sourit amusée.

    "Je crois que ça devra attendre la fin du procès. Je ne vais pas vraiment avoir le temps ...
    - Foutaises !, s'exclama-t-elle, c'est parce que tu as peur de lui écrire."

    Amélie avait raison.

    "Il faudrait que j'aille sur les lieux, à la commanderie de Tyr pour me donner une idée de la façon dont l'accident s'est déroulé. Je sais que Sambre me le racontera mais je ne voudrais négliger aucun détail
    , dit-elle dans un murmure, ça ne va pas être facile.
    - Je peux venir avec toi ?"
    Dernière modification par Althéa ; 30/01/2014 à 19h57.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  24. #24
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Elles furent surprises de trouver Sambre devant la porte en revenant de la commanderie. Meridith, qu'Angèle avait invitée à boire un thé se figea de façon plus que visible. La prêtresse de Tyr lui offrit un rictus haineux. Puis, se tournant vers Angèle, elle lui lança irritée.

    "Alors, tu te promènes en ville avec la partie adverse ? Je croyais que tu avais un peu plus de jugeote, d'Aulfray."

    Elle la regarda interdite. Les yeux de Sambre brillaient étrangement autant que sa démarche paraissait erratique. Elle empestait clairement l'alcool. C'était la première fois qu'elle voyait sa supérieure totalement ivre. Elle tenta de ne pas s'en formaliser, gardant son habituel visage impassible.

    "Je voulais t'éclairer sur ce qui s'est passé à la commanderie, le plus tôt possible pour te laisser le temps de travailler ensuite. Mais apparemment, tu t'en fiches. Toi aussi tu vas devenir tormite ?"

    Meridith fit mine de s'en aller, elle l'arrêta d'un geste.

    "Meridith reste avec nous
    , dit-elle en s'efforçant de garder son calme, nous devons te parler toutes les trois. Mais d'abord entrons. On sera mieux installée que sur un pas de porte.
    - Je n'entrerai pas avec elle, reprit Sambre butée
    - Alors reste dehors ...", répondit-elle en ouvrant la porte.

    Sambre les suivit en maugréant à l'intérieur et se laissa tomber sur la banquette.

    "Je vais faire du thé.", proposa Amélie en s'éclipsant dans la cuisine.

    Sambre la suivit un instant des yeux.

    "Et elle, elle est tormite ?, demanda-t-elle sans aucun soucis de discrétion.
    - Rien à voir, je suis adepte de Séluné.", répondit-elle depuis la pièce adjacente.

    Angèle sourit avant de se retourner vers la prêtresse de Tyr. Meridith quant à elle était restée debout, accoudée contre le mur.


    "Tu sais, je ne mords pas, constata Sambre avec un sourire pincé.
    - Je me demande bien quand ...", demanda la concernée en se laissant tomber sur une des bergères.

    Angèle savoura ce semblant de réconciliation. Mais elles n'en avaient pas le temps.


    "Sambre, j'aimerais que tu me dises exactement ce qui s'est passé le soir de l'incendie. J'imagine que tu te souviens des détails.

    - A ton avis, pourquoi est-ce que j'ai commencé à boire ?", s'exclaffa-t-elle.

    Et sa voix ressemblait au cri d'un animal blessé. Angèle fit effort pour conserver son air impassible. Sambre ne supporterait pas de voir sa détresse remarquée.


    "Cette nuit là, est-ce que les flammes avaient l'air verdâtres ? Est-ce qu'elles dégageaient une odeur étrange ?

    - Qu'est-ce qu'on en a à fiche ?, s'emporta la prêtresse, je suis descendue avec les gamins et les quelques retraités parce que des fous furieux tentaient de défoncer notre porte. L'instant d'après, j'étais en train d'essayer de permettre aux plus petits de fuir par la fenêtre. Et puis j'ai vu les autres prendre feu ou se faire ensevelir. J'ai essayé de m'enfuir, moi ... J'avais le feu aux chausses. Et tellement la trouille que je me suis pissée dessus ! Voila, c'est ce que tu veux savoir ? Combien de temps tu vas me regarder comme ça avec ta tête insensible ?"

    Elle montra Meridith d'un geste rageur.

    "Tu ne vois pas que les gens comme elle sont nos ennemis ? Nous n'avons que des ennemis en ville ! S'ils avaient pu, ils nous auraient tous laissés rôtir."

    Elle hurlait à présent. Mais s'interrompit quand elle entendit Angèle prononcer tout doucement deux mots.

    "Tais-toi."

    La paladine se tenait immobile, les bras le long du corps mais elle avait instinctivement replié ses poings.

    "Sambre, tu es malheureuse. Mais ne me forces pas à te trouver pitoyable. Je saisis parfaitement l'horreur de ce qui est arrivé. Ces gamins, ces retraités, je les voyais au quotidien. Et tu crois que je ne ressens rien ?"

    Elle eut un rire qui s'étrangla bien vite dans les sanglots.

    "Tu es injuste. Et va, continue de nous croire tes ennemis et tu vas finir par perdre toute ton église. Tu as le droit de pleurer, d'être triste et même d'être saoule. Mais ne vas pas jeter ta colère sur les autres, d'accord ?"


    Elle avait parlé doucement. Les larmes étaient venues. Elle ne les remarquait pas.

    "Tu peux rester le temps de dessaouler. Moi ... Je vais prendre le temps de me reposer un peu."

    Elle allait monter dans sa chambre quand Sambre l'interpella. Par son prénom, cette fois.

    "Le petit Léonard a demandé à te voir. Il dit qu'il a des choses à te raconter à propos de cette nuit. Mais il ne veut plus m'en parler, à moi."

    Elle hocha la tête avant de monter dans sa chambre. Là, elle prit le temps de fermer la porte à clé avant d'éclater en sanglots.
    Dernière modification par Althéa ; 31/01/2014 à 22h03.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  25. #25
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Plus tard, elle ne savait pas combien de temps après, elle entendit Amélie frapper à sa porte.

    "Méridith a raccompagné Sambre à la commanderie. On est tranquilles."

    Elle déverrouilla et laissa Amélie entrer. La barde ne s'était toujours pas débarrassée de son hoquet mais lui offrit un petit sourire.


    "Je crois que j'ai bien fait de venir à Manost. Je commençais à m'ennuyer à Cojum ..."

    Angèle grimaça un sourire.

    "Je suis désolée. Tu ne tombes pas vraiment à la bonne période. Manost a connu des moments plus joyeux. Est-ce que tu tiens le coup ?
    - Sambre m'a demandé de te transmettre ses excuses. Elle ne pensait pas te faire pleurer."

    Elle eut une grimace amère.

    "Quelle idiote.
    - Je donne bien le change."

    Amélie hocha la tête.

    "J'ai ressorti un bocal de Morgan. Je sais que tu vas me dire que tu n'as pas faim, mais il faut que tu manges. Et si tu ne le fais pas ... J'écris à Soren. Et j'en profiterai pour lui demander ce que je veux savoir.
    - Tu ne veux rien savoir, dit-elle en se levant, et puis j'ai faim."

    Mais elles savaient toutes les deux que le cœur n'y était pas. Tôt le lendemain, Angèle se rendit chez le petit Léonard.
    Dernière modification par Althéa ; 01/02/2014 à 06h35.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  26. #26
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Angèle rentra au Clos la mort dans l'âme et l'esprit fatigué. En dépit de la matinée à peine entamée, elle envisageait sérieusement de se mettre au lit et de rester à l'abri des couvertures tout le long de la journée. Elle vit ses espoirs anéantis quand elle découvrit Meridith en compagnie d'Amélie dans le salon. Elle nota dans leurs yeux une certaine inquiétude. Elle prit le temps d'ôter son manteau avant de s'assoir.

    "Comment allait Léonard ?",demanda finalement Meridith.

    L'image du gamin traumatisé lui revenait sans cesse en esprit et ses paroles tournaient en boucle. Ce n'était pas un accident ...


    "Il est courageux, finit-elle par dire, par contre, ce qu'il m'a raconté m'inquiète un peu.

    Un grand euphémisme. Elle leur raconta tout, n'omettant aucun détail.

    "C'est que ça coïnciderait presque avec la version de mon client ... Moi qui croyais qu'il racontait n'importe quoi pour diminuer ses responsabilités ..."
    , murmura soudain Meridith.

    Son air se fit inquiet


    "Je ne devrais pas vous le dire. Je risque ma place ...
    - Vu la tournure que l'affaire est en train de prendre, tu risques plus en gardant pour toi les informations ..., lui répondit Angèle calmement.

    Meridith hésita tout de même.


    "Je vais faire du thé.", dit soudain Amélie en s’éclipsant dans la cuisine. Elle gratifia Angèle d'un sourire encourageant avant de fermer la porte derrière elle. Angèle hocha la tête, approuvant la délicate initiative.

    "Je t'écoute.", souffla-t-elle.

    Meridith prit le temps de se caler dans la bergère, ce qu'elle faisait toujours quand elle se laissait le temps d'ordonner ses nombreuses idées.


    "Mon client va plutôt mal. Plus nous parlons et plus il se rend compte de sa responsabilité. Au début, il comptait juste effrayer pour que Sambre quitte la ville. C'est bien sûr lui qui a lancé sa torche. Il l'aurait fait comme avec n'importe quel projectile ... Il ne s'attendait pas à ce que tout s'enflamme.
    - Le feu brûle en règle générale.
    - Je sais que c'est idiot. Mais ce n'est pas ce qui nous importe. Quand on l'a arrêté, il a argué avoir vu quelqu'un sortir de la commanderie ... Par la serrure.
    - Par la serrure, voila qui est étrange.
    - Sous forme de brume ... avant de se matérialiser. Bien sûr, au début, personne ne l'a crû. Et j'avoue que même moi ... Je n'ai pas pris la peine de l'interroger à ce sujet."

    Son visage s'ourla d'une grimace rageuse.

    "Merde, merde et merde. Il faut que j'y retourne., dit-elle en se levant.
    - Je viens avec toi.", décida-t-elle en se levant à son tour.
    Dernière modification par Althéa ; 02/02/2014 à 21h28.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  27. #27
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    "Comment est-ce qu'elles vont ? Vous êtes sûres qu'elles vont bien ?"

    Angèle lança un regard absent à Dimitri. Il était arrivé juste après Hugo qui lui même précédait Louison qui elle même précédait Sambre qui avait précédé la garde manostienne qui les avait escortées jusqu'au Clos. Auparavant, ils avaient pris leurs dépositions plusieurs fois.

    Oui, elles avaient voulu se rendre chez Lecru - qui était à présent à point - dans l'intention de lui poser des questions au sujet de l'incendie de la commanderie. Oui, elles avaient ouvert la porte en l'entendant appeler. Oui encore, elles l'avaient découvert recouvert d'une étrange substance. Non, ce n'étaient pas elles qui l'en avaient arrosé. Non, elles n'avaient ni vu ni entendu le jeteur de sorts ...

    Décrire la suite des événements avait été horrible. Lecru s'était entièrement embrasé. Elles avaient tenté de lui porter secours en se brûlant cruellement les mains. Il était sorti, torche encore vivante dans la rue avant de s'effondrer. Lorsqu'une voisine était sortie avec un pichet d'eau, il était déjà trop tard. L'homme était mort.

    Non, elle n'allait pas bien. Il lui suffisait de fermer les yeux pour s'en rendre compte. L'homme en feu exécutait toujours sa danse de mort. Elle continuait de sentir, même sur ses vêtements l'odeur de chair brûlée. Non, elle n'allait pas bien. Pas bien du tout, même.


    "Lecru a cuit."

    Les regards se portèrent sur Meridith. La jeune femme étouffa un fou rire. Angèle quant à elle n'avait pas parlé depuis des heures.


    "L'état de choc.", expliqua calmement Dimitri.

    "Nous devons aviser les autorités, dit tout d'un coup Sambre, on aurait d'ailleurs dû le faire depuis longtemps.
    - Pas de soucis là dessus, railla Hugo, avec ce qu'il s'est passé, ils doivent être sur les dents. Notre cher petit monsieur était Helmite. Ils ont mis plus longtemps à se déplacer pour la commanderie.
    - Je pense que le moment est mal choisi pour revenir là-dessus.", murmura Dimitri.

    Angèle regarda ses mains encore rougies. Elles lui brûlaient, comme si le sort de soin n'avait rien guéri. Et il lui semblait qu'il en serait longtemps ainsi. Amélie posa une main sur son épaule et lui sourit quand elle croisa son regard.


    "Je ne l'ai pas crû alors il a cuit."
    , rétorqua Meridith.
    Dernière modification par Althéa ; 03/02/2014 à 20h32.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  28. #28
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    "Il faudrait peut-être qu'elles prennent un bain."

    Les regards se tournèrent vers Louison puis vers les deux jeunes femmes.

    "Oui, plutôt oui ...", souffla Dimitri.

    Angèle et Meridith s'entre-regardèrent. Leurs vêtements, leurs mains et leurs visages disparaissaient sous une épaisse couche de suie.

    "Je n'ai pas de vêtements de rechange."
    , se défendit Meridith dont deux sillons presque propres marquaient le passage des larmes. Après avoir ri, elle avait éclaté en sanglots incontrôlables. Maintenant elle semblait à peu près calme.

    "Je te trouverai bien une tenue propre."

    Angèle eut du mal à reconnaître sa propre voix, enrouée et poussive comme si elle avait été essoufflée après avoir longtemps couru. Elle entendit Amélie pousser un soupir de soulagement.


    "On va mettre l'eau à chauffer pour ces dames,
    , déclara Hugo en se levant, bousculant au passage Dimitri.
    - Le baquet est dans l'atelier., précisa mine de rien la jeune barde.

    - J'espère qu'ils n'espèrent pas nous déshabiller et nous mettre dans l'eau", sourit Meridtih.

    Il était clair qu'aucun d'entre eux ne désirait laisser s'installer le silence. C'est à ce moment que Louison, tournant la tête aperçut le livre d'Angélique Mysteria traînant nonchalamment sur un accoudoir. Elle écarquilla les yeux et se tourna vers Angèle.


    "Je ne savais pas que tu affectionnais ce genre de littérature, Frimousse.
    - C'est parce que c'est mon livre !, intervint Amélie avant que son aînée ait eu le temps d'ouvrir la bouche.

    - Je croyais que ces romans étaient à l'index à Manost ..., souffla Sambre, les sourcils froncés

    - Je ne savais pas ..., répondit Amélie avec un petit sourire, ce n'est pas grave, si ?
    - Je ne dirai rien mais je n'en pense pas moins, bougonna la tyrite.
    - Ah bon, c'est interdit ?, s'exclama Louison soudain confuse, parce que j'ai toute la collection chez moi !"

    Elle se rendit compte qu'elle avait parlé trop vite. Sambre fronça les sourcils pour le coup.

    "Mais je les lis entre deux plaidoiries. Je veux dire, quand j'ai fini toutes mes plaidoiries., crut-elle bon de préciser.
    - Alors tu lis des ouvrages de cette ...
    - Cochonne ?, compléta Hugo depuis la cuisine.
    - Je voulais dire hérétique, compléta la tyrite le plus calmement possible, mais elle n'arrête pas de parler de ... et de ...
    - Torchons et de soupières ?, demanda Dimitri en passant dans le couloir.
    - De fesses et encore de fesses, corrigea Hugo en le suivant avec un des seaux, c'est ce que Sambre ne voulait pas dire
    - Si vous continuez, je vous étrangle à mains nues"rugit l'intéressée.

    La conversation s'arrêta d'un coup pour reprendre un ton plus calme. Mais Louison n'était pas prête à abandonner son sujet.


    "Je me suis toujours demandée en lisant ce volume ...
    - Pendant que le Conseiller Lothringen était à la guerre, qui lui reprisait ses chaussettes ?, demanda Amélie avec un petit sourire.

    - Pas vraiment, il doit avoir des aides de camp
    , repartit la benjamine, non ... mais les vampires ... Le sang ne circule plus chez eux, nous sommes d'accord ?
    - Totalement, répondit Meridith en prenant par à la conversation.
    - Mais alors, comment est-ce qu'ils ?", demanda Louison en devenant toute rouge.

    Il y eut un petit moment de flottement durant lequel Angèle se demanda si l'irréalité luménienne n'avait pas soudain envahi la salle.

    Un homme venait de mourir brûlé vif devant ses yeux. Et ses amis parlaient de Mystéria. Elle vit leurs regards graves, tournés vers elle et Meridith. Devina que le coeur n'y était pas. Et qu'ils tentaient de détourner leurs idées en parlant d'un sujet aux antipodes de ce qu'ils connaissaient. Pour elles ... Elle sentit une certaine émotion l'envahir.


    "Est-ce qu'ils quoi ?", demanda innocemment Hugo avec un sourire goguenard. Louison secoua la tête.

    "Nous ne le saurons jamais."
    , conclut-il déçu.

    Hrp : la question d'Amélie sur le Conseiller Lothringen est inspirée d'un très beau titre de bd de Zidrou dont la vraie version est : "Pendant que le roi de Prusse était à la guerre, qui lui reprisait ses chaussettes ?"
    Dernière modification par Althéa ; 04/02/2014 à 20h59.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  29. #29
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Le vent se leva en début d'après-midi. Les tyrites avaient finalement déserté le Clos. Amélie avait proposé qu'elles se remettent à l'entretien du jardin ce qu'Angèle avait accepté sans coup férir. Elle avait besoin de s'occuper l'esprit et les mains. Mais c'était sans compter le vent ...

    Un zéphyr hurlant, vif et joueur qui joua dans les arbres et les vagues, fit vaciller le linge sur les cordes et emporta avec lui les pétales de roses. Impossible de jardiner dans ces conditions, même avec la meilleur volonté du monde. Amélie, la première posa son sécateur sur le banc de pierre. Puis, prise d'une impulsion subite, elle étendit les bras. Le vent s'infiltra dans les amples manches de sa tunique ample et les déploya. Ses cheveux voletaient autour d'elle mais son sourire disait que cela n'avait aucune importance. Les yeux fermés, elle paraissait sereine et libre. Elle avait l'air de voler. Lorsqu'elle les rouvrit, elle fronça cependant les sourcils.

    "Dommage qu'on ait pas de cerf-volant."

    Angèle hésita. Ce n'était pas vraiment sérieux. Mais la tentation était là, depuis qu'elle avait vu s'envoler les pétales. Une promesse de liberté.

    "Attends-moi, je reviens ..."

    Elle monta les escaliers en hâte, les redescendit aussi vite. Entre ses mains, une pièce de tissus de toutes les couleurs, reliées par deux immenses morceaux de bois. Le cerf-volant en lui-même avait l'air gigantesque et déployant ses ailes vers une promesse de vent. Amélie ouvrit des yeux émerveillés.

    "Alors, on essaye ?"
    Dernière modification par Althéa ; 05/02/2014 à 20h21.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  30. #30
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 210
    Elles étaient rentrées juste avant l'averse coutumière de l'été. Myriades de goûtes tièdes tombant d'un ciel tout gris. On commençait à entendre les roulements de l'orage. Elles riaient, encore grisées par le souffle du vent.

    "J'ai vraiment crû que j'allais m'envoler.", plaisanta Amélie.

    Angèle hocha la tête. Elle n'avait pas tout à fait tort.


    "J'ai une lettre à écrire".
    , décida-t-elle de but en blanc.

    Amélie la laissa partir avec un léger sourire sans rien ajouter. Elle gagna le bureau de Morgan. Quand elle s'assit, elle eut de nouveau la sensation de ne pouvoir rien écrire et se sentit gagnée par le découragement. Elle se leva et fit quelques pas. Une nouvelle fois, persistait la peur de ne rien avoir à dire. Mais était-ce seulement vrai ? Elle se rassit et prit sa plume. Elle verrait bien.


    "Soren"

    C'était presque un progrès. Un peu plus et elle irait plus loin que la dernière fois.

    "Cher Soren,
    j'ai mis plus de temps à t'écrire que je l'aurais voulu. Et il s'est passé plus d'événements à Manost que je ne l'aurais jamais crû.
    A mon retour, j'ai appris que les tyrites pouvaient de nouveau circuler librement en ville à condition de se faire discrets. Les suites d'un accident odieux survenu lors d'une émeute portée contre notre commanderie, entraînant la mort de plusieurs novices et personnes trop âgées pour quitter la ville. Cet événement fut à la l'origine d'une prise de conscience relative ... Manost n'a rien à voir avec Melandis et ce genre de débordement n'est heureusement pas monnaie courante. Le gouvernement manostien, pour calmer les esprits a donc autorisé les tyrites à regagner la ville, sans doute dans une tentative d'apaisement.
    J'ai rencontré certains de mes co-religionnaires, pour la plupart des amis. Ils sont partagés entre différentes attitudes. Certains ressentent la frustration de devoir à jamais rester dans l'ombre du Conseil - de par notre capacité à promulguer décrets et lois - sans jamais pouvoir y accéder. D'autres ressentent une culpabilité certaine qu'ils ne supportent pas. L'une de nous est devenue tormite, un autre s'est engagé dans l'armée pour "rattraper les erreurs" de notre dieu. D'autres en veulent à la population entière pour l'accident. Certains sont plus dans une logique de rapprochement envers les autres obédiences. Je ne sais pas vraiment vers lequel pencher. Je suis et je resterai tyrite, c'est ma seule conviction pour le moment.

    La commanderie étant pour le moment inhabitable, je vis pour le moment chez Morgan. Les premiers temps dans la grande maison vide ont été difficiles. Avant une arrivée pour le moins inattendue. Elle s'appelle Amélie. Et jusqu'à il y a quelques jours, j'ignorais tout de son existence. Amélie est la fille de Morgan et elle a vingt cinq ans. Elle s'est rendue à Manost pour la rencontrer. Elle n'a trouvé que moi. Heureusement, elle n'est pas seule. Elle a ses parents adoptifs et son compagnon à Cojum. Elle a demandé à rester ici quelque temps. J'ai accepté. Ce n'est pas très facile ni pour elle ni pour moi. Mais au bout du compte, nous nous épaulons. C'est une personne à la fois vive et tranquille qui pourrait facilement tenir tête à Moïra. Elle est d'ailleurs tombée sur les deux pièces d'échec que tu m'as offertes. Elle les a trouvées magnifiques et projette de créer une collection parallèle entièrement en verre. Son père est un artiste verrier et elle a été longtemps son apprentie. Elle exerce le métier de barde.

    C'est plutôt étrange mais depuis que je sais qui elle est, je m'en sens responsable ... Et c'est très difficile. Je n'étais pas préparée à cet attachement là. Et heureusement, elle est adulte et sait se défendre. Mais Manost a changé. Pas plus tard qu'hier, un garde lui a posé des questions simplement parce qu'elle est nouvelle en ville et qu'elle portait une tunique rouge ! Je ne reconnais plus ma ville.

    La grisaille est toujours omniprésente et laisse très peu passer le soleil ... Pourrais-tu en envoyer un peu de Lumenis ? Et toi, comment vas-tu ? J'espère que cette lettre te trouvera en bonne forme. Amicalement."


    Elle relut le pli avant de le parapher et de le cacheter. Elle n'avait pas parlé de l'incendiaire qui hantait les rues de Manost. Elle ne voulait pas l'inquiéter, simplement donner quelques nouvelles.
    Dernière modification par Althéa ; 06/02/2014 à 20h53.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

Page 1 sur 24 12311 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Habitation] Le chalet de Eomer.
    Par Eomer dans le forum Résidences luméniennes
    Réponses: 51
    Dernier message: 30/06/2009, 17h35
  2. Course d'orientation : arbitre des élégances et pseudo-prêtre (les roses !!)
    Par Lothringen dans le forum Les Olympiades de Manost
    Réponses: 46
    Dernier message: 07/03/2009, 20h12
  3. [Habitation] L'escale
    Par Althéa dans le forum Le Centre Ville
    Réponses: 102
    Dernier message: 17/02/2009, 19h52
  4. [Habitation]Le domaine Dizathir
    Par Garfield dans le forum Résidences luméniennes
    Réponses: 4
    Dernier message: 08/10/2006, 15h52
  5. [Habitation] Le cottage de Morgana
    Par Morgana LeFay dans le forum Résidences luméniennes
    Réponses: 22
    Dernier message: 20/03/2005, 20h36

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251