Page 2 sur 24 PremièrePremière 123412 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 705

Discussion: [Habitation] Le clos des roses

  1. #31
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Angèle terminait de cacheter sa lettre quand elle entendit frapper à la porte. Décidément, les visites s'enchaînaient. Le Clos n'avait jamais été aussi fréquenté. Ce qui n'était pas plus mal quelque part.

    "J'y vais !", prévint Amélie passant devant le bureau.

    Il y eut un nouveau battement, plus léger. Puis plus rien. Sambre aurait frappé sans discontinuer. Ce n'était manifestement pas elle. Alors qui ? Elle entendit la jeune barde demander.

    "Qui est-ce ?
    -Le juge Doyle.", lui répondit la voix derrière le battant.

    Elle se leva d'un bond. Gwendoline Doyle, une juge reconnue dans toute la profession. Connue pour ses décisions chaque fois à propos, son sens de l'empathie et son combat pour l'humanité de la justice. Une juge perfectionniste et exigeante qui faisait planer comme une aura de terreur sur toute la magistrature du simple clerc au procureur de la ville. On disait même que Sambre la craignait. Cette femme qu'un nombre restreint de personnes surnommait sous cape le "juge Gwendy" avait été la raison pour laquelle elle avait persévéré dans la voie de la justice. Et elle avait la chance de l'avoir pour mentor. Elle sortit du bureau pour l'accueillir. Juste à ce moment, Amélie demandait.


    "Qu'est ce qu'elle a encore fait ?
    - Rien de grave, elle est juste tyrite.", répondit la femme un tantinet amusée.

    Elle n'avait pas changé. Toujours la même femme blonde à la crinière bouclée dont l'âge se rapprochait tranquillement de la cinquantaine d'années. Ses yeux bruns regardaient avec toujours autant d'intensité. Même quand elle souriait. Ce qu'elle faisait en ce moment.


    "Te voila ... J'ai failli croire que tu n'allais pas revenir ...
    - Quel bon vent vous emmène ?, demanda-t-elle avec un sourire éludant la question sous-jacente, c'est un plaisir de vous voir ici.
    - Sambre m'a dit que tu étais ici. L'examen d'entrée à la magistrature est la veille prochaine. Je suis passée te prévenir. "

    Angèle la regarda inquiète. L'examen d'entrée à la magistrature était le sésame pour accéder à la carrière de procureur de la cité mais surtout à celle de juge. Il était réputé pour être difficile. En cas de réussite, les lauréats repartaient pour cinq années d'études intensives qui parachevait un cursus d'une vingtaine d'années et commençait dès la fin du noviciat. Angèle le préparait depuis déjà quelques années. Avant son départ pour Melandis, elle se sentait tout à fait prête ... Avant ...

    "L'examen d'entrée
    ..., murmura-t-elle, mais je ne suis pas inscrite.
    - Pas besoin ... j'ai moi-même réglé cette formalité. Meridith et Dimitri le préparent aussi.
    - Ils ne m'en ont pas parlé ...
    - Ils ne savaient peut-être pas comment aborder la question.
    -Probablement, mais je ne suis pas prête ..."

    Son regard avait croisé celui d'Amélie restée près d'elle et qui la dévisageait inquiète. Doyle fronça les sourcils

    "Voyons ... Cela fait des années que je t'entends dire que tu as envie de passer cet examen. Tu as l'âge maintenant. Tu as les compétences et la maturité. Ce ne sera qu'une simple formalité."


    Elle s'interrompit devant son air inquiet puis secoua la tête.

    "Je n'ai encore que quelques années à exercer avant de me retirer. Les tyrites se font plutôt rares et cela ne va pas s'arranger dans les prochaines années, crois-moi. Tu as mes convictions et mon perfectionnisme. J'ai besoin que tu sois là pour prendre ma succession.

    - Meridith et Dimitri conviendront tout autant ..., souffla-t-elle.

    Sans prévenir, le juge Doyle se tourna vers Amélie.


    "Est-ce qu'elle mange ?"

    Elle faillit souffler d'exaspération mais se retint à temps. Décidément, tout le monde en avait après le contenu de son estomac ! Elle crut qu'Amélie allait une nouvelle fois qu'elle ne se nourrissait que de thé.

    "Oui, elle mange.
    - Est-ce qu'elle dort ?
    - Je ne sais pas mais il me semble. Je ne l'entends jamais bouger la nuit.
    - Parfait, parfait ... Je veux que tu te présentes en forme à l'examen.", sourit-elle, mettant fin à l'interrogatoire sans voir Amélie et surtout le clin d'oeil qu'elle adressait à la paladine.

    Elle se dirigea vers la porte, s'arrêta sur le seuil.


    "Une dernière chose. Le nombre d'interrogatoires se multiplie à Manost, surtout les nouveaux en ville. Rien de bien méchant, il s'agit juste de quelques questions. Mais dérangeant me diras-tu, surtout que les gens n'entendent rien à ce qui leur arrive. MacGonagall et moi sommes en train de négocier pour qu'un avocat accompagne les gens dans cette démarche. J'ai pensé à toi ...

    - Et je vous en remercie ...", répondit-elle avec un sourire.
    Dernière modification par Althéa ; 08/02/2014 à 19h53.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  2. #32
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    "Alors, tu connais des juges, remarqua une Amélie sensiblement amusée après le départ du juge Doyle, moi qui croyais qu'il n'y avait que les bandits qui avaient ce privilège là."

    Angèle ne réagit pas tout de suite. Ses pensées bloquaient sur ce que venait de lui donner le juge Doyle. Le concours était dans une veille ... Et contrairement à ce que la magistrate pensait, elle était certes préparée mais aucunement prête. La nuance était minime mais ici capitale.

    "Connaître est un bien grand mot
    , finit-elle par dire, je pense les avoir tous croisés vus qu'ils ne sont pas très nombreux en fin de compte et que nous ne sommes pas tant que cela à plaider ... Certains ont une drôle de personnalité.
    - Raconte.", lui demanda Amélie en lui désignant une bergère de la tête.

    Elle hésita un peu. Elle n'avait l'habitude de parler des magistrats que dans le cadre très restreint de ses amis juriste. Raconter à Amélie était quelque peu trahir.


    "Je ne le dirai à personne, promis, souffla Amélie, ou si tu préfères, tu peux me raconter ce qu'il s'est passé avec ton sunite.
    - Donc le premier juge s'appelle Eusèbe Boisfleuri mais nous le surnommons "pieds-propres".
    - Pieds propres ? Mais pourquoi ? Il se lave les pieds en plein tribunal ?
    - Pas du tout ... C'est un juge très gentil, très calme mais ... Il pense que toute personne honnête se doit d'avoir les pieds propres. Alors, très souvent, en pleine plaidoirie, il demande à voir les pieds.
    - Non, ce n'est pas vrai ! Et les gens n'obéissent pas, j'imagine.
    - Penses-tu ... Tout le monde obéit à Eusèbe Boisfleuri. Quand il le demande, tout le monde se déchausse. C'est la coutume. Certains de mes confrères se promènent en sandales quand ils savent que c'est lui qui sera à la barre. C'est beaucoup plus facile à remettre que des bottes.
    - Hé bien ... Vous ne devez pas vous ennuyer. Et il y en a d'autres ?
    - Il y a la juge Dionnara "fessée" Hilare. C'est l'épouse de l'actuel capitaine du guet.
    - Deux hilares ? Vu son surnom, elle n'a pas l'air de plaisanter.
    - Pas vraiment ... Elle est très sévère et crainte dans toute la profession. Je pense qu'elle fait même peur au juge Doyle que tu viens de voir. Bien sûr, elle n'a jamais donné de fessée. Mais il lui est arrivé de faire pleurer certains avocats. Elle a l'habitude de faire rédiger une multitude de textes de lois aux malheureux juristes qui lui tombent sous la main. Les autres sont plutôt normaux à part celui qui est sourd comme un pot si bien qu'il faut hurler pour se faire entendre et un autre qui est cleptomane.
    - Nooooon.
    - Si, si"

    Leur conversation fut interrompue par une nouvelle personne frappant à leur porte.

    "Cette maison est en train de se transformer en ruche.", souffla Amélie en allant ouvrir.

    Hugo, Dimitri, Louison et Meridith se tenaient sur le seuil.


    "Un petit Loyal Paladin, ça vous tente ?"
    , demanda la tormite.

    Dernière modification par Althéa ; 25/02/2014 à 12h56.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  3. #33
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Ils trouvèrent refuge au Clos. Sambre était partie trouver les autorités au sujet de la diatribe assassine. Le juge Hilare avait préféré retourner au Loyal Paladin. Ébranlée elle aussi, elle était repartie sans exiger aucun texte. Une certaine aubaine dont qu'aucun n'avait cependant saluée. Ils se tenaient à présent attablés dans la cuisine, rapprochés inconsciemment les uns des autres. Ils tenaient fermement leur tasse de thé, le visage baissé comme si chacun avait voulu en vérifier la profondeur. Aucun d'eux ne parlait.

    "Alors, comment se passe l'école de la magistrature après l'examen d'entrée ?"

    Les regards des juristes se portèrent sur Amélie. Angèle une fois apprécia la manœuvre qui consistait à exposer une perspective, comme si elle n'avait aucun doute sur leur capacité à réussir l'examen difficile. Et qui en plus, les détournait de l'inscription putride. Et elle vit au sourire de ses amis qu'elle avait réussi.


    "Cinq années abominables, répondit Meridith, présence obligatoire aux cours dispensés, un examen par année sans aucune possibilité de rattrapage.
    - Mais dans le même temps, il nous est demandé de plaider un maximum en tant qu'avocats. Du commis d'office à des pointilleuses affaires d'héritage., compléta Dimitri.
    - De façon à ce que nous ayons un aperçu bien complet de notre univers, intervint Angèle.
    - Avec bien sûr une multitude de textes à rédiger pour cette chère Fessée qui vous aura constamment sous la main, souffla Hugo.
    - En sus de la vie à coté", soupira Meridith.

    Angèle regarda son amie d'un air coupable. Depuis son retour, elle n'avait vu son amie que comme une avocate, oubliant au passage qu'elle était mariée et mère de famille. Elle hésita un peu avant de demander.

    "Comment va Timéo ?"

    Elle s'attendait à ce que son amie lui fasse le reproche de son indifférence mais celle-ci se contenta de lui grimacer un sourire avant d'effleurer son épaule.


    "Ton filleul ... Il va sur ses quatre ans. Il a beaucoup grandi. Tu ne le reconnaîtrais pas. D'ailleurs, je pourrais te l'emmener, si tu veux.
    - Tu sais bien que je déteste les enfants, dit-elle avec un clin d’œil, mais pour lui, je te promets de faire une exception.
    - Peut-être que tu devrais l'emmener loin de Manost ...", intervint Dimitri de but en blanc.

    Comme les autres se tournaient vers lui interloqués, il donna le fond de sa pensée.


    "J'ai l'impression que quelque chose se prépare. Je ne sais pas quoi mais je n'aime pas cela. A première vue, on dirait que nous tyrites sommes les seuls à être visés. Mais il y a eu l'incendie de cet entrepôt.
    - L'entrepôt a brûlé ?, demanda Louison inquiète.
    - Pas complètement. J'ai entendu les rumeurs en ville. Les flammes se sont propagées très vite. Vimaire et un officier luménien ont failli être brûlés vifs. L'entrepôt et la commanderie ... Le mage tout à l'heure nous a dit que si on l'avait voulu, il n'y aurait pas eu de feu mais une véritable explosion.
    - Qu'elles sont tes conclusions ?, demanda Angèle d'une voix blanche, pressentant où il voulait en venir.
    - Je n'en suis pas sûr du tout mais il me semble que l'entrepôt et la commanderie ne sont que des coups d'essai. Après tout, qui se soucie d'un hangar pour la construction de bateaux et du lieu de réunion des membres du culte d'un dieu homicide ? J'espère me tromper mais ...
    - Il faudrait en parler au capitaine du guet, l'interrompit Meridith dont l'inquiétude marquait chacun de ses traits, et aussi à ...
    - Mon frère, compléta Angèle, je devais le voir de toute façon. Je n'ai que trop tardé."
    Dernière modification par Althéa ; 09/02/2014 à 19h59.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  4. #34
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Les juristes avaient fini par partir et seules subsistaient Angèle et Amélie dans la grande maison vide devant une nouvelle tasse de thé. Elles se regardèrent un bon moment sans parler avant de se décider. Une question qu'elles posèrent en même temps.

    "Tu vas bien ?"

    Elles se sourirent.

    "Toi d'abord., dit Angèle.
    - Je vais ... Et toi ?
    - Tu triches, tu n'as pas dit comment.
    - Je suis inquiète. Pas pour moi, je sais me défendre. Pour toi plutôt.
    - Oh ..."

    La surprise empêcha Angèle de répondre quoi que ce soit et laissa à la jeune barde le temps de poursuivre.

    "Tu as l'air d'être étonnée. La commanderie tyrite a brûlé et vous avez failli rôtir avec Meridith en même temps que l'incendié. J'ai peur qu'au bout d'un moment, tu finisses par cuire toi aussi. J'ai déjà perdu Morgan et je la connaissais moins que toi. Alors si tu t'en vas, toi ... Et puis, tu ne manges rien, tu picores. J'aurais dû le dire au juge Doyle. Tu ne dors pas non plus, je t'ai entendu bouger toute la nuit. Je n'aime pas ça.
    - Tu n'as pas à t'inquiéter pour moi, répartit-elle piquée au vif en omettant le fait qu'elle avait écrit la même chose à Soren à propos d'Amélie, j'ai toujours vécu comme cela.
    - Bien sûr, Morgan te laissait faire ...
    - Non ...
    - Alors, avec moi c'est pareil. Enfin, pas exactement. J'ai mon amoureux, moi. Mais tu as les yeux de quelqu'un qui se laisse partir. Et je n'aime pas ça, moi. Bien sûr, tu vas me dire que tu t'en fiches. Mais moi, je vais te dire que si tu t'effondres, je vais tomber aussi ..."

    Elle la regarda inquiète. Amélie pleurait. L'espace d'un instant, elle manqua lui dire de partir. Elle ne supportait pas son inquiétude, sa détresse, surtout celle dont elle était la cause. Et puis, elle se leva et vint s'accroupir en face d'elle. Elle lui dit doucement.

    "Je ne pars pas. Je n'ai aucune envie de partir. Je vais mieux mais il me faut du temps. Attends encore un petit peu. Comme tu l'as dit à ton compagnon.
    - Marvin, il s'appelle Marvin ...
    - Marvin, répéta-t-elle - et ce prénom lui disait quelque chose mais elle ne sut dire quoi, comme tu l'as écrit à Marvin, on s'épaule. Et ça m'aide énormément."

    Amélie finit par sourire.
    Dernière modification par Althéa ; 09/02/2014 à 21h49.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  5. #35
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Elles déjeunèrent vers les trois heures de l'après-midi. Si Angèle mangea lentement, elle termina néanmoins son assiette. Amélie quant à elle resta silencieuse durant tout le repas. Elle commença cependant à s'agiter sur sa chaise au dessert. Arrivée au thé, elle commençait à ouvrir la bouche sans parler.

    "Aurais-tu une question à me poser ?"
    , demanda Angèle un tantinet amusée, mettant ainsi fin au conflit intérieur de sa cadette.

    Celle-ci hocha la tête avec un petit sourire.


    "Pourquoi est-ce que tu as peur d'aller voir ton frère ?"

    Elle réprima avec peine une grimace. Allons bon, cela se voyait-il tant que cela ?

    "Tu es rentrée depuis quelques jours déjà si je ne me trompe pas. Et tu n'es jamais allée le voir.
    - Je l'ai croisé.
    - Tu l'as croisé. Mais tu n'es pas vraiment allée le voir.
    - J'étais partie pour le voir mais il était occupé.
    - Peut-être que tu es allée le voir au moment où tu savais qu'il allait être le plus occupé.
    - Ce n'est pas faux.
    - J'en étais sûre.
    - Comment as-tu deviné ?
    - Je suis extralucide.
    - Vraiment ?
    - Non.
    - Je le savais.
    - Tu es extralucide ?
    - Non, je suis paladine.
    - Condoléances ...
    - Non mais ...
    - C'est triste ...
    - D'être paladine ?
    - Non, d'avoir peur d'aller voir son frère.
    - Tu as des frères et sœurs ?
    - Non, mes parents ne pouvaient pas avoir d'enfants. J'ai été une aubaine ...
    - J'imagine.
    - Mais j'aurais bien aimé. Tu penses que ça se rattrape ?
    - De quoi ?
    - D'avoir des frères et sœurs. Tu crois qu'ils s'adoptent ? Tiens, si je voulais t'adopter toi ?"

    Angèle écarquilla les yeux. La conversation prenait un tour inattendu. Amélie avait l'air sérieuse. Mais on ne savait jamais. Les bardes étaient facétieux. Elle s'autorisa à demander.


    "Tu plaisantes ?
    - Pas vraiment ..."

    L'espace d'un instant, elle eut s'enfuir en courant ou de répondre non. Amélie lui proposait un lien. Un lien totalement improbable qui défiait toutes les lois de la génétique mais un lien. Et une nouvelle fois, elle trouva cela effrayant. Cette fois, c'est Amélie qui osa demander.

    "Alors ?
    - C'est assez inattendu. Et puis c'est rapide. Tisser un lien, pour moi, c'est difficile.
    - Je comprends.
    - J'ai juste besoin de temps."
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  6. #36
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Une fois n'était pas coutume, on frappa à la porte.

    "Décidément, tu es populaire, répondit Amélie amusée.
    - C'est parce qu'ils ne me connaissent pas encore bien., répondit Angèle sur le même ton en se levant pour aller ouvrir.
    - C'est vrai qu'ils risqueraient de découvrir quelqu'un de bien sous ta carapace. Quel drame.
    - Il est très bien caché.
    - Chiqué."

    Meridith et Dimitri se trouvaient derrière la porte. Chacun portait à bouts de bras deux ouvrages conséquents qui dans un monde idéal auraient pu servir de rehausseur ou de cale-porte. Mais les lettres dorées ornant les couvertures étaient arbitraires et tristement explicites : droit pénal, droit civil, droit de la propriété, manuel de juris prudens. Un vrai régal pour des légistes !

    "Cadeau du juge Doyle. Elle veut qu'on révise."
    , lâcha laconiquement Meridith avec un petit sourire.

    Amélie laissa échapper un sifflement admiratif et recula comme pour fuir les livres.


    "Du droit ? Beurk."

    Elle attrapa le livre de Mysteria et s'en servit comme d'un bouclier.

    "Ah non, pas cette cochonne.", argua Dimitri amusé en reculant de quelques pas.

    La jeune barde serra l'ouvrage dans ses bras, fit mine de le bercer et alla s'assoir à sa place habituelle non sans lancer à la cantonade.


    "Viens, Angélique. Ils sont bêtes ces juristes. Ils ne peuvent pas te comprendre."

    Angèle tendit les bras pour débarrasser Meridith. Sans prendre garde, elle effleura son poignet. La jeune femme eut une grimace et un mouvement de recul. Elle la regarda inquiète.

    "Je suis tombée.", répondit son amie avant toute question.

    Elle se tourna brièvement vers Dimitri, le vit rentrer les épaules. Doucement, elle attrapa la main de Meridith.


    "Il a recommencé ?"

    La question n'appelait pas vraiment de réponse, de même qu'elle n'avait pas besoin de soulever la manche pour voir les ecchymoses. Elle savait. Meridith se contenta de hocher la tête.


    "Tu sais qu'il n'a pas le droit."

    Elle avait parlé sans élever la voix, sans montrer la colère qui commençait à poindre.

    "Ce n'est pas facile pour lui. La guerre le rend nerveux, surtout le fait qu'il ait été réformé. Et puis, je ne m'intéresse pas assez à lui. Il a besoin de moi pour m'occuper de la maison et de Timéo."


    Combien de fois avait-elle entendu le même discours stérile et les mêmes excuses. Combien de fois s'était-elle senti impuissante et morte d'inquiétude.

    "Où est Tim ?
    - Chez ma mère. Il va toujours chez lui quand Alexandre est nerveux. Il ne voit pas ce qu'il se passe.
    - Et toi, tu ne le vois pas non plus. Merry, il te tape !
    - Il s'est excusé. Il regrette. Il m'a promis qu'il ne recommencerait pas.
    - Bien sûr ... Et quand a-t-il promis la dernière fois ?"

    Elle sentait Meridith fragile, à bout de nerfs, de mots. Chaque fois, elle avait gardé le silence, tout simplement parce que son amie lui demandait. Chaque fois, elle était complice de l'indicible. Et cela suffisait.

    "Il regrette mais tu sais bien que cela ne l'empêche pas de recommencer. Il s'excuse, d'accord. Mais qu'est-ce que valent ses mots pieux ? Tu n'en as pas assez ?"


    Il lui sembla que Meridith hésitait. Il fallait peut-être un simple levier. Il lui sembla ne pas avoir la force. Et elle eut une idée.

    "Si tu veux, il y a encore des chambres disponibles ici. Si tu veux ... Tu peux venir vivre ici avec Timéo. En attendant que ça s'arrange. Peut-être qu'une certaine distance permettra à Alexandre de réfléchir."


    Elle eut l'air d'hésiter, hocha finalement la tête et retira sa main.

    "J'y penserai ... Mais maintenant on révise."

    Angèle acquiesça en silence. Cela sonnait comme un échec. Même si elle savait que cette fois, elle ne laisserait pas tomber.
    Dernière modification par Althéa ; 11/02/2014 à 21h04.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  7. #37
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Une heure passa, puis une autre, une autre encore. Avec elles capitula l'après-midi. Vinrent s'installer les ombres du soir. Les juristes relevèrent la tête de leurs livres.

    "Avec un peu de chance, ce sera un simple questionnaire.", finit par dire Dimitri.

    Les deux femmes secouèrent la tête.

    "Désolée de te le dire, mais tu es sacrément optimiste mon grand
    , commença Meridith
    - Cette année comme les années précédentes, ce sera une étude de cas, compléta Angèle.
    - Une étude de cas ?, demanda Amélie en relevant la tête de son livre.
    - En gros, ils t'exposent une situation
    - Une situation très tarabiscotée.
    - Genre qui se passe dans une ancienne enclave manosto-mélandienne sur plusieurs années.
    - Pour bien laisser à la loi le temps d'évoluer.
    - Là dessus, tu greffes une histoire d'héritage, ou de corruption, ou même un crime ...
    - Et là, c'est à nous d'expliquer comment on désigne le jury, qui sera la partie civile.
    - Sans oublier quels devront être les arguments des avocats, sur quelles lois en vigueurs ils pourront s'appuyer. S'il y a une juris prudence à invoquer.
    - Et bien sûr, là dessus il nous est demandé de conclure quelles sont les différentes décisions que pourrait prendre le juge.
    - En fait, vous devez reconstituer un procès ..., avança Amélie.
    - Exactement !", répondirent en cœur les trois autres.

    Ils se sourirent. Mais Meridith redevint vite sérieuse.


    "Ce n'est pas tout ça, mais il est tard. Il va falloir que je rentre. J'avais promis d'être là tôt."

    Elle se leva rapidement, évitant de croiser les regards inquiets des trois autres.

    "Il regrette donc je suis tranquille.
    - Je rentre aussi, annonça Dimitri en se levant à son tour, je te raccompagne.
    - C'est vrai que ça ne te fait pas un très grand détour, sourit Meridith avant de préciser pour Amélie, on est voisins."

    Tout les deux se tournèrent vers Angèle. Meridith s'approcha d'elle avec un petit sourire.

    "Maître D'Aulfray, je te laisse les livres. Je suis sure que tu leur trouveras une utilité. Tu pourras t'en servir pour réviser un peu."

    Si le timbre de sa voix semblait léger, Angèle ne put s'empêcher d'entendre une légère pointe d'angoisse. Elle la regarda indécise. Elle n'avait pas envie de la laisser repartir mais ne trouvait pas d'arguments pour qu'elle puisse rester. Elle faisait en ce cas une bien piètre avocate.


    "Vous pourriez revenir demain pour réviser. A plusieurs, on se motive.", hasarda-t-elle. Si Dimitri ouvrit la bouche pour accepter, Meridith, elle, secoua la tête.

    "J'ai promis à Alexandre que je passerais la journée avec lui demain. Tu sais, il veut que je sois un peu plus présente."

    Elle ne put réprimer une grimace. A ce stade, chaque heure de révision était importante. Le métier de juriste avait depuis toujours été une passion pour Meridith puis, au fil du temps s'était aussi greffée la fonction d'échappatoire. Et son mari le savait très bien.


    "Allez, Frimousse, c'est pas si dramatique. Je rattraperai. Et puis, si je ne me trompe pas, ce n'est pas moi qui ai fait l'école buissonnière.

    - Objection votre honneur, c'était la guerre, intervint Dimitri.
    - Refusée !"

    Elle partit d'un petit rire mais se reprit bien vite.

    "Bon, c'est bien beau tout ça mais on parle, on parle ... Et il va s'inquiéter."

    Elle fit un petit signe à Amélie.

    "Au plaisir. Veille à ce qu'Angèle mange. Et n'hésite pas à lui enlever les livres pour qu'elle aille dormir."
    Dernière modification par Althéa ; 14/02/2014 à 12h49.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  8. #38
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Angèle fronça les sourcils. Elle n'entendait rien au paragraphe qu'elle lisait, et ce n'était pas faute de le relire. Elle n'avait pas la tête aux révisions. Le livre en se refermant émit un claquement sec qui fit sursauter Amélie.

    Elle déplia ses jambes ankylosées d'être restées un long moment immobiles et alla jusqu'à la fenêtre.


    "Tu sais, tu ne devrais peut-être pas t'inquiéter comme ça, lui dit gentiment la barde en levant la tête de son livre, Meridith a dit qu'elle ne risquait rien.
    - Je ne lui fais pas confiance, soupira-t-elle en se tournant de son coté, il est désolé à chaque fois, chaque fois il recommence. Il faut que cela cesse, tout simplement.
    - Il n'y a pas un moyen légal pour le contraindre ?
    - Bien sûr, mais Meridith refuse qu'on en parle. Elle ne veut pas que l'histoire s'ébruite auprès des autres juristes. Elle ne veut pas passer pour une victime et tient surtout à sa réputation. Et elle ne veut surtout pas qu'on arrête Alexandre. Elle l'aime, malgré tout.
    - Elle l'aime, mais il lui fait mal. Ce genre de situation ne devrait pas arriver. Tu devrais en parler.
    - Je lui ai promis de me taire.
    - Tu n'es pas obligée de tenir ta promesse.
    - Je suis paladine ...
    - Mais Meridith est ton amie ...
    - Justement ... La situation est loin d'être facile.
    - Je comprends. Mais elle sait qu'elle peut venir au Clos, maintenant.
    - J'espère qu'elle n'en aura pas besoin ..."

    La barde hocha la tête.

    "Et si je te racontais une histoire ?"

    Angèle hocha la tête. Amélie attendit qu'elle s'asseye dans la bergère avant de commencer.

    "C'était dans un pays très lointain. Le roi de ce pays était fort puissant, et il avait de nombreux conseillers. Il en affectionnait un tout particulièrement qu'il aimait comme son frère. Cet homme était bon, et sage. Il faisait le bonheur des siens. Il était très riche, mais fort généreux. Et apprécié de tous. Un jour qu'il était aux bains publics, une bague fort précieuse qu'il portait à son doigt se défit. Au lieu de couler au fond de l'eau, elle resta en surface. En la voyant, l'homme blêmit ... De retour chez lui, il dit à sa femme : "Ma chère, rassemble nos affaires et fuis chez ta mère avec les enfants. Fais-le dès ce soir." La pauvre femme manqua protester. Mais son mari était l'apanage de la sagesse et elle suivit son conseil. L'homme resta donc seul dans la grande maison vide ..."

    Un tumulte dans la rue la fit s'interrompre. Non loin, un enfant hurlait. Des cris de pleur ou de souffrance et qui se rapprochaient. Amélie et Angèle bondirent sur leurs pieds. En ouvrant la porte, elles découvrirent Dimitri. Celui-ci portait un garçonnet dans ses bras qu'Angèle eut du mal à reconnaître tant il avait grandi.


    "Où est Meridith ?"

    Le jeune homme leva des yeux hagards sur elle. La paladine vit alors son œil enflé et son nez en sang. Il répondit calmement cependant.

    "Elle suit avec ses affaires."

    Angèle se précipita dehors. Son amie arrivait en effet. Même dans la semi obscurité, elle vit sans mal ecchymose courant de sa mâchoire à la pommette. Elle titubait comme si elle avait été ivre mais marchait avec détermination.

    Elle sentit la nausée l'envahir. Alors, c'était ainsi qu'Alexandre honorait ses promesses ? En rouant Meridith de coups ? Le cœur au bord des lèvres, elle prit le sac de Meridith qu'elle trouva bien léger - elle n'avait manifestement pas pu emporter grand chose - et la soutint jusqu'à la maison.


    "Que s'est-il passé ?", demanda-t-elle en refermant la porte. Elle avait presque hurlé.

    Meridith tendit les bras pour reprendre son fils. Le gamin dans son giron se calma à peine. Elle le berça doucement. Elle murmura à Angèle.


    "Plus tard, si tu veux bien."

    Elle hocha la tête. Il fallait qu'elle retrouve son calme. A coté d'elle, Amélie alla prendre son luth et se mit à jouer. Le gamin reconnut sans mal la mélodie. Les sanglots cessèrent peu à peu. Puis il se mit à dodeliner de la tête. Et quand Amélie se mit doucement à chanter, il accompagna la mélodie.

    "Plic, plac, plic plac ploc
    c'est la pluie qui tombe
    Plic plac plic plac ploc
    de plus en plus fort ...

    Pluie tu me mouilles
    Et tu me chatouilles
    Me voila trempé,
    De la tête jusqu'aux pieds ..."

    "Je vois qu'Amélie connaît le deuxième hymne manostien.", sourit Meridith. Un sourire incertain et timide qui étirait sa pommette blessée et la faisait visiblement souffrir, mais un sourire.

    "J'adorerais cette chanson si elle ne s'appliquait pas à Manost 330 jours de l'année.", souffla Dimitri. Angèle vit que ses mains tremblaient imperceptiblement. Elle fronça les sourcils.

    "Timéo, on va rester quelques jours chez ta marraine, tous les deux."

    Le gamin hocha la tête. Elle en profita pour souffler en Angèle.

    "Si tu veux bien."

    Elle avait envie de hurler son angoisse et sa rage. Où était Alexandre ? Elle lui ferait payer. Où qu'il soit, quoi qu'il fasse. Promesse ou pas. Elle parvint cependant à sourire.

    "Avec plaisir."
    Dernière modification par Althéa ; 14/02/2014 à 14h02.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  9. #39
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Timéo avait mis du temps à s'endormir mais la fatigue avait fini par réclamer son dû. Dans la cuisine, les quatre adultes s'étaient rassemblés autour d'un thé. On était à une heure avancée de la nuit mais il était clair qu'aucun d'entre eux ne parviendrait à trouver le sommeil.

    "Dimitri est notre héros, disait Meridith, dès qu'il m'a entendue ... Dès qu'il a entendu du bruit, il s'est précipité chez nous. Il a attrapé Alexandre par le col de sa tunique et lui a dit de se tenir tranquille. Et il nous a emmené ici avec Timéo."

    Le héros de la journée grimaça et but une gorgée de thé.

    "Qu'est-ce que tu veux faire maintenant ?"

    Angèle avait posé la question d'une voix étonnamment douce. Pour cette fois, le pire était passé, mais pour les suivantes ? Des coups empressés résonnèrent contre le battement de la porte. La maisonnée sembla trembler comme au dessous d'un orage subit.

    "C'est lui ...", gémit Meridith.

    Et pour corroborer ses dires, la voix d'Alexandre tonna.

    "Merry. Je sais que tu es ici. Ouvres-moi. Viens ou je défonce la porte."


    Meridith fit le geste de se lever mais Angèle la retint par la main.

    "Reste là. Je vais lui parler."

    Elle ignorait ce qu'elle pourrait dire. Et elle appréhendait ce qu'elle allait trouver. La colère, des menaces. Mais il ne fallait pas qu'il atteigne Meridith. C'est d'un pas résolu qu'elle alla ouvrir la porte. Il se tenait sur le seuil, les mains encore sur la poignée. Il avait relevé la tête. Elle avait oublié qu'il n'était pas très grand. Il dépassait à peine son épouse. Mais il était trapu, tendu, tout en colère comme prêt à bondir. Ses poings se fermant et se rouvrant, comme des battoirs.

    "Je crois qu'il vaut mieux que vous la laissiez tranquille."


    Le calme de sa voix l'étonna. Il fit mine d'entrer dans la maison. Elle lui barra le chemin.


    "Je veux voir ma femme. Tu ne vas pas m'en empêcher espèce de garce."

    Alors que la peur lui hurlait de carrer les épaules pour esquiver d'éventuels coups, elle se redressa. Elle revit en pensée la statue de Soren. Son regard impassible, sa force. L'espace d'un instant, elle voulut devenir cette statue. Plus de sensations, de sentiments.


    "Vous êtes ici devant chez moi. Essayez d'entrer et je fais prévenir le guet."

    Il avança le poing. Elle ne bougea pas. Un mouvement derrière elle.

    "Dimitri ne bouge pas.", dit-elle sans se retourner.

    Elle serra les poings pour étouffer le tremblement de ses mains. Elle n'avait pas peur. Elle était une statue. Fière et forte.


    "Voulez-vous me frapper, comme vous avez frappé votre femme ? A quoi cela vous servira ? C'est comme ça que vous vous faites justice ?"


    Il fit mine d'avancer de nouveau. Une petite voix lui susurra que les statues d'argile pouvaient être fragiles et se cassaient pour peu qu'on y portât un bon coup. Elle le sentait énervé, les narines frémissantes. Elle commençait à douter du bien fondé de l'affaire. Elle avait la bonne volonté mais pas la force de se mesurer à un individu énervé. Et elle allait finir par se prendre un coup.

    "Alexandre, je vous connais. Je sais que vous n'êtes pas quelqu'un de mauvais. Et je ne retiens pas Meridith contre son gré. Mais je ne peux pas vous laisser aller la voir si elle ne veut pas. Elle est allé se mettre à l'abri chez moi compte tenu de ce qu'il s'est passé. Je sais que vous ne vouliez pas cela et que vous êtes désolé. C'est cela que vous voulez lui dire, non ?"

    Elle le vit desserrer le poing et hocher la tête.

    "Je sais que vous ne voulez pas lui faire mal. Que c'est plus fort que vous. Mais vous ne pouvez pas continuer comme ça. Je sais que c'est votre femme. Mais ce qu'il se passe entre vous ..."


    Elle jouait les moralisatrices. Et elle détestait cela.

    "Vous ne le faites pas par plaisir. Mais c'est quelque chose de plus fort que vous. Une vraie sorte de colère, n'est-ce pas ? Et au bout du compte, c'est aussi à vous que vous faites du mal. Et vous vous faites peur parfois. Vous regrettez mais il est trop tard."


    Il croisa les bras, comme pour se protéger de ses paroles.

    "Peut-être qu'il y a un autre moyen de faire sortir cette colère. De vous en débarrasser. Mais en parlant, pas en cognant."


    Dans sa tête, une petite voix moqueuse la traité d'imbécile et trouvait son discours grandiloquent totalement stérile. Elle brassait du vent.


    "Je voudrais voir ma femme et mon gamin."

    Elle hésita.

    "Je suis là.", dit Meridith derrière elle.

    Elle recula d'un pas. Son amie paraissait presque tranquille. Une douce assurance qu'elle même n'avait pas.


    "Timéo dort. Tu pourras le voir demain. Par contre, nous resterons là."

    Elle sentit la présence d'Amélie à sa droite. Dimitri avança à coté de Meridith. Alexandre cilla.

    "Tu t'en vas ?"

    Un instant, il fut comme prêt à fondre en larmes. Et le spectacle n'avait rien de récréatif. Meridith semblait hésiter à répondre.

    "Si vous voulez, il fait plus chaud à la cuisine.", proposa Amélie.

    La tormite hocha la tête. Les autres s'effacèrent pour les laisser entrer. Elle eut un petit sourire en direction d'Angèle.


    "Nous serons à coté."

    Elle ne savait pas si elle parlait pour rassurer Meridith, les autres ou bien elle-même. Mais son amie lui tapota le bras avant de suivre son mari à l'intérieur. Elle sentit la main de Dimitri posée sur son épaule. Elle la pressa doucement dans la sienne et rentra au salon sans vraiment s'en rendre compte.

    Ses yeux se posèrent sur la porte fermée de la cuisine. Elle se sentait oppressée, piégée dans une totale détresse. Pourquoi les avaient-ils laissés seuls à seuls dans une pièce renfermant pléthore de couteaux ou d'objets tranchants après une grave dispute ?


    "ça va aller.", murmura Amélie.

    Au bout d'une heure, Alexandre sortit seul et partit sans leur adresser un regard. Meridith regagna le salon quelques minutes plus tard. Ses yeux rouges trahissaient qu'elle avait pleuré. Mais son petit sourire montrait cependant un petit espoir.


    "Si maître d'Aulfray veut bien, Timéo resterons ici pour la durée des révisions. Ensuite, j'irai habiter quelques temps chez ma mère. Alexandre habitera seul à la maison, le temps de trouver une solution ..."
    Dernière modification par Althéa ; 14/02/2014 à 20h38.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  10. #40
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    "Ho ho !"

    Cette fois, Angèle ne releva pas la tête de son livre quand le jouet frôla son pied et alla rebondir un peu plus loin. Au bout d'une matinée complète, elle commençait à avoir l'habitude.

    "Maman, il est perdu. J'arrive pas à l'attraper."

    Meridith se pencha et regarda par dessous la table.

    "Ah oui ... J'ai l'impression que cette fois, il est coincé. Je t'avais dit de faire attention.
    - Mais je le veux, je le veux, je le veux !"

    Visiblement, le bout de chou était en forme. Elle se pencha à son tour. La petite charrette en bois était allée se perdre dans une sorte de niche murale où Morgan avait l'habitude de cacher des documents quand besoin en était. Un petit espace dans lequel on pouvait à peine passer une main, pour peu qu'on ait les bras assez longs pour l'atteindre.


    "Attends, je vais t'aider."

    Elle se mit à genoux et s'approcha de l'interstice. Le jouet s'était bien sûr glissé le plus loin possible et elle dut s'allonger sur le sol pour avoir plus d'allonge. Elle parvint à poser la main sur le petit cheval de bois. Mais au moment de retirer sa main, celle-ci resta coincée. Elle força un peu, essaya de bouger mais ne parvint qu'à se faire mal.


    "Un souci ?", demanda Amélie en levant les yeux de son bol de thé.

    Elle hésita quelques secondes. Son amie allait rire, de même que Meridith. Et ce n'était pas drôle du tout. En même temps, elle avait besoin d'aide.


    "Je me suis coincé la main."

    Comme elle l'avait prédit, un sourire naquit sur le visage d'Amélie.

    "C'est ... embêtant, dit Meridith dont la voix trahissait cependant un certain amusement,tu as essayé de tirer un peu ?
    - Oui, et je me suis fait mal.
    - C'est vraiment embêtant. Parce que vu comme tu es placée, il est impossible de passer par dessus toi sans te marcher dessus. Et comme aucune d'entre nous n'est très grande, il nous est impossible d'atteindre ta main ..."

    Elle allait répondre quand on frappa à la porte. Des coups discrets mais impérieux. Ce n'était pas Sambre mais quelqu'un de tout aussi pressé.


    "Angèle ? Vous êtes là ? J'ai besoin de vous voir, c'est important."

    Les trois jeunes femmes se regardèrent inquiètes.

    "Le juge Doyle, souffla Meridith.
    - C'est embêtant, souffla Angèle
    - Qu'est-ce qu'on fait ?, demanda Amélie.
    - Pas le choix, il faut ouvrir.
    - Peut-être que si je ne dis rien et que je ne bouge pas, elle ne remarquera rien d'anormal.", murmura Angèle sans trop y croire.

    Amélie se leva, sans doute pour limiter sa crise de fou-rire. Son mentor entra d'un pas pressé dans la pièce. Elle l'entendit distinctement lui dire.


    "Bonjour Angèle. Je t'ai cherchée au palais de justice et à la commanderie mais comme tu n'y étais pas, j'ai supposé que tu étais ici ..."

    Elle s'interrompit et poussa un cri de surprise.

    "Je ne suis pas morte, crut-elle bon de préciser, juste coincée.
    - Coincée ?
    - Ma main est coincée. Je ne suis pas vraiment couchée par terre plaisir."

    Elle entendit Meridith et Amélie pouffer derrière elle. Timéo quant à lui avait mis la main sur un autre jouet. Elle retint avec peine un soupir exaspéré.

    "Avec Hilare qui rôde dans les parages, ce n'est pas très sérieux."

    Voila que le juge Doyle s'y mettait à présent ! Elle allait rouspéter quand elle la sentit se pencher au dessus d'elle. Elle se souvint avec un certain bonheur qu'elle aussi était grande. Quelques secondes plus tard, sa main fut libérée. Pour un peu, elle en aurait pleuré de soulagement.

    "Je vous dois une fière chandelle.
    - Cela tombe bien, j'ai besoin d'un service.
    - Quel service ?
    - Je n'ai pas le temps de t'en parler. J'ai besoin que tu me suives en prison."

    Un petit silence. Elle précisa pour Amélie.

    "Non, je ne l'arrête pas, elle est tyrite."
    Dernière modification par Althéa ; 15/02/2014 à 19h55.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  11. #41
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Angèle promit à Seraphin de revenir vite. Ils quittèrent la prison mais au lieu de se rendre au Loyal Paladin comme escompté, elle proposa à Dimitri de discuter avant le rendez-vous. C'est donc au Clos qu'ils décidèrent de se rendre. Le juge Doyle attendrait. Tout le long du trajet, la paladine observa son ami. Celui-ci, les lèvres pincées la suivait sans prononcer un mot. Juste avant de pousser la porte, elle se tourna vers lui.

    "Je sais ce que tu vas dire ... Mais tu sais, c'est sûrement le seul endroit à Manost où il pourra porter une robe et une perruque."


    Il secoua la tête.

    "Tu as changé"

    Elle fronça les sourcils. Il s'expliqua.

    "Avant que tu partes à Melandis, tu n'aurais jamais proposé cela. De même que tu n'aurais jamais osé protéger Meridith et lui proposer de venir s'installer chez toi. C'est à peine si tu aurais osé relever la tête de tes livres de droit. Tu étais ... plus sérieuse."

    Elle croisa les bras, soudain inquiète.

    "Je te déplais, comme ça ?"

    Pour toute réponse, il attrapa doucement ses joues et posa sa bouche sur la sienne. Elle resta interdite, les yeux écarquillés, incapable de bouger. Il la libéra avec un léger sourire.

    "Je ... , commença-t-elle après un instant qui lui sembla une éternité.
    - Pas la peine de parler. Tu me l'as déjà dit. Mais je voulais juste ... C'était juste comme ça. Maintenant oublie.
    - Oublier quoi ?", demanda Amélie en arrivant derrière eux.

    Ils sursautèrent comme un seul homme.

    "Je n'ai rien vu, dit-elle avec un petit sourire.
    - Et tu ne veux rien savoir, précisa Angèle.
    - De toute façon, il ne s'est rien passé.", murmura Dimitri.

    La barde se tourna un bref instant vers lui, les sourcils froncés. La paladine évita son regard. Un baiser n'était pas rien. Surtout pour Dimitri dont elle connaissait les sentiments à son égard. Elle ne pouvait pas lui offrir la réciproque. Il était son ami, et elle l'aimait comme tel. Mais rien de plus. Il faudrait qu'ils en parlent une bonne fois pour toute. Pour le moment, elle ne s'en sentait pas la force.


    "Je ne savais pas que tu étais sortie."
    , dit-elle à Amélie pour changer de sujet.

    Celle-ci haussa les épaules.


    "Il faut bien que je m'occupe pendant que tu vas t'amuser en prison et que Merry lit des histoires à Timéo."

    Elle tenta de ne pas laisser transparaître son inquiétude. Après tout, Amélie était adulte et savait ce qu'elle faisait.

    "On entre ?", proposa-t-elle.

    Meridith, assise sur la banquette avec son fils releva la tête de son livre.


    "Alors ? Pour qui est-ce que tu vas plaider ? Pitié, raconte-moi autre chose que des histoires de taupes qui font caca où je vais devenir folle
    - Tu ne vas pas le croire.", répondit Dimitri.
    Dernière modification par Althéa ; 16/02/2014 à 13h44.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  12. #42
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Angèle hésita. Elle ne savait pas vraiment par quel bout aborder le problème. Un avocat aurait d'abord parlé des chefs d'accusation. Mais c'était tourner le dos à l'aspect humain et au véritable aspect du problème. Dimitri avait fait montre d'un véritable recul face à la question. Elle ne savait pas comment réagirait Meridith.

    "C'est un homme qui a été accusé de perversion parce qu'il s'habillait en femme."

    Son amie écarquilla les yeux.

    "Un pari stupide ?
    - Non.
    - Une maladie ?
    -Non plus ...
    - J'espère qu'il n'approchera pas de Timéo.
    - J'ai dit qu'il n'était pas malade.
    - On ne sait jamais. Peut-être qu'il pourrait lui donner des idées."

    L'espace de quelques secondes, elle manqua lui demander ce qu'elle craignait le plus. Que Timéo se mette à cogner les autres à l'image de son père ou qu'il porte des robes. Elle se reprit à temps. C'était injuste et totalement réducteur. Et elle ne voulait pas blesser Meridith. Elle se laissa tomber posément sur le fauteuil.

    "On ne l'attrape et on ne naît pas avec. Et ce n'est pas un choix. On appelle cela perversion parce que ce n'est pas dans la norme. Mais simplement comme ça."


    Meridith hocha la tête, dubitative.

    "J'ai une petite histoire, proposa Amélie.
    - La suite de celle d'hier soir ?, demanda Angèle.
    - Celle là remonte à bien plus longtemps. Juste après la création des hommes par Ao."

    Dimitri s'assit sur un coin de banquette. La barde commença.

    "Aux origines, les hommes étaient doubles. J'entends par là qu'ils ressemblaient à deux personnes fixées ensembles. Certaines étaient constituées de deux hommes, d'autres de deux femmes, et les autres étaient constituées des deux. Ils se déplaçaient en faisant la roue. Ils étaient forts, et rapides. Tellement puissants qu'ils décidèrent un jour d'affronter les dieux. Bien sûr, ils furent punis. Ao décida de les diviser. Helm et sa longue épée accomplirent la sentence. Les deux moitiés furent séparées. Malheureuses, elles se cherchèrent, essayèrent de s'unir, et de se refondre dans l'autre pour ne refaire qu'un. Depuis, ce mal persiste. Cette recherche incessante de la moitié perdue. Les hommes unis avec les hommes continuent cette recherche. De même que les femmes et les femmes et puis les deux sexes. On nomma cette recherche de la moitié perdue "amour". Et cette souffrance, ce manque fut la même pour tous ..."

    Angèle avala péniblement sa salive. Elle connaissait par coeur ce mythe des origines. Morgan l'avait chanté, quelques fois à voix basse quand les préjugés rendaient leur quotidien trop pesant. Et l'ombre sur leur relation trop pesante. Nous ne faisons rien de mal, lui rappelait-elle, nous nous aimons.


    "Quelle était l'autre histoire ?", demanda Meridith.

    Amélie eut un petit sourire en direction d'Angèle avant de résumer le début de l'histoire. Puis reprit.


    "Quelques heures plus tard, les gardes frappèrent à la porte de l'homme. Le roi l'accusait de trahison. Il fut condamné aux oubliettes. Il y resta cinq ans. L'homme accepta dignement son sort. Il essaya de ne pas penser à sa femme et ses enfants. Et une chose lui faisait énormément envie : une pâtisserie à la rose. Tous les jours, il demandait à son gardien de lui en obtenir un. Chaque fois, son gardien revenait avec du pain sec et de l'eau. Au fil du temps, ils devinrent amis. Et le gardien décida un jour de lui faire plaisir. L'homme trouva donc une pâtisserie à la rose dans son écuelle en plus de son pain habituel. Il se demanda alors s'il allait commencer par la pâtisserie ou le pain rassis. Il se dit qu'il préférerait terminer par la douceur afin d'en conserver le goût. Pendant qu'il mangeait son pain, une souris sortit de son trou. Elle alla droit sur la pâtisserie et y plongea ses pattes. Elle resta collée. En essayant de se dégager, elle perdit ses poils, urina de peur et finalement parvint à s'enfuir. Quand il vit cela, l'homme, au lieu de s’apitoyer sur son sort, appela son geôlier. Il lui demanda de prévenir sa famille qu'il serait bientôt de retour. En effet, le soir-même, le roi vint en personne le trouver en prison. Il avait arrêté les véritables traîtres et venait lui demander pardon. Il fut rétabli dans ses fonctions. Peu après, il donna une immense fête. Au cours de la soirée, quelqu'un lui demanda comment il avait su prévoir les tours et les détours et mettre sa famille à l'abri. Il répondit par un sourire tranquille : "Quand j'ai vu que ma bague n'avait pas coulé, j'ai su que Tymora m'avait fait un immense cadeau et ne pourrait pas me sourire avant longtemps. Je me suis donc préparé à une catastrophe. Puis, quand le gâteau que j'attendais pendant cinq ans a été souillé par une souris, j'ai su que Beshaba ne pouvait pas d'avantage grimacer pour moi. La chance tourne. Tenez-vous le pour dit."
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  13. #43
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Timéo bailla et se plaignit.

    « Je n’aime pas tes histoires. Elles sont nulles et elles m’ennuient. Moi, je veux des histoires qui font peur. Des histoires de sorcières.
    -J’en connais si tu veux. Une avec une très très méchante sorcière. Mais après, je n’aimerais pas que tu ne puisses plus dormir après.
    -Je n’ai pas peur. Les sorcières, je leur pique les fesses avec ma fourchette.
    -Je le savais … Alors, l’histoire que je vais te raconter parle de Baba Yaga. Tu la connais ? »

    Timéo secoua la tête. Et quelqu’un frappa à la porte.

    « Hé bien, bientôt on laissera toujours ouvert
    . », dit Meridith en laissant entrer le juge Doyle.

    Toujours aussi digne dans sa robe de juge. Mais son visage trahissait une légère fatigue et ses yeux étaient inquiets.


    « Angèle, je pourrais te parler seule à seule, s’il te plaît ? »

    La juriste montra sans hésiter la porte de la cuisine.

    « J’allais justement faire un thé. »

    Elles gardèrent le silence pendant que l’eau chauffait. Son mentor regardait les nuages se déroulant au dessus des rues. Elle n’avait pas l’air tranquille.


    « J’accepte de représenter Séraphin. », annonça Angèle sans ambages.

    Elle eût l’air soulagée.

    « Par contre, j’aimerais que tu ne lui dises pas que c’est moi qui t’ai demandé de le représenter. Il ne sait pas que je suis au courant pour son arrestation. Ni même qu’il … porte des robes.

    -Il ne vous en a jamais parlé ?
    -Non, je pense qu’il a peur que j’en aie honte. Et que je le rejette.
    -Et ce n’est pas le cas ? »

    Doyle hésita quelques instants avant de secouer la tête.

    « J’aurais aimé qu’il ne soit pas ainsi. Parce qu’il en souffre. Longtemps, il a essayé d’être comme les autres mais ce n’était pas le cas. Il a été mercenaire un temps. Mercenaire ... C'était risible ... Tout cela pour cacher ses penchants. Et puis, un jour, il a trouvé cet emploi à la Taie Dorée. Il n’a jamais voulu me dire en quoi il consistait. Mais je l’ai suivi, une fois. Il semblait beaucoup mieux. Plus équilibré. Jusqu’à cette affaire … »

    Angèle hocha la tête. Il lui était difficile de conserver son masque de parfaite neutralité.

    "Comment avez-vous été mise au courant de son arrestation ?"

    Le juge approuva en silence. Peut-être le fait d'avoir une question plutôt que des commentaires.

    "Le juge Boisfleuri m'a mise au courant. Il connaît Séraphin. Nous étions dans la même promotion et nous nous sommes toujours serrés les coudes. Ils l'a croisé dans un couloir pendant qu'il l'emmenait. Il n'a rien dit sur sa tenue. Mais j'ai surpris la gêne dans son regard. Je lui en ai voulu, à Séraphin, à moi aussi.
    - Pourquoi vous en vouloir ?"

    Elle sentait sa gorge se nouer. Tentait d'éviter de se demander ce qu'il se passerait si l'un de ses proches apprenait la nature de ses penchants. Lui en voudrait-on ? Les yeux de Doyle se firent absents comme si elle était partie chercher la réponse à l'intérieur d'elle-même.


    "Je me suis toujours demandée s'il avait pu s'agir d'une malédiction. Ou quelque chose que j'aurais mal fait. Peut-être l'ais-je trop couvé. Il jouait pourtant à des jeux de garçon. Il grimpait aux arbres et se battait avec les autres de son âge."

    Elle hocha la tête. Elle aurait voulu dire que cela n'avait rien à voir avec l'entourage, l'éducation ou les jeux. Que ce n'était peut-être pas une faiblesse. Simplement un élan qui rapprochait comme tout un chacun les épaules du ciel. Et le nier était tuer son essence.


    "Séraphin n'est pas en adéquation avec notre monde, avec notre cité surtout. Je l'observe toujours quand il vient me rendre visite. Et dans ces moments là, je me dis qu'il embellit chaque endroit où il se trouve par sa douceur et son sourire. Dans ces moments là, quand il est avec moi, tout me paraît plus simple. Mais quand il s'en va, les doutes reprennent. Alors, je n'ai qu'une seule certitude : il est mon fils."

    Elle déglutit avec une difficulté certaine tant les larmes étaient proches.

    "Je ferai tout pour gagner ce procès et qu'il vous revienne."
    Dernière modification par Althéa ; 18/02/2014 à 12h35.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  14. #44
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Doyle, perdue dans ses pensées ne sembla rien remarquer de ses états d'âme.

    "Je me suis arrangée pour que ce soit une simple audience plutôt qu'un procès. De toute façon, je pense que cela arrangeait nos autorités que l'on ébruite pas ce genre d'affaires en dehors de notre tribunal. La partie adverse sera composée de deux tormites, comme tu as dû le deviner."


    Angèle hocha la tête.

    "Quelle sera ta stratégie ? Plaider la folie passagère ? Plus je réfléchis et plus je trouve que cette solution est envisageable.

    - Mais il n'est pas fou. Nous le savons toutes les deux. Et plaider la folie passagère, c'est nier tout ce qu'il est.
    - C'est pourtant une des seules solutions. Un juge sera plus clément s'il apprend qu'il ne s'habillait pas en femme en étant en pleine possession de ses moyens."

    Elle croisa les bras. Elle avait devant les yeux une mère voulant protéger son fils mais elle ne pouvait pas ignorer la dureté de ses propos.

    "J'aimerais d'abord lui demander comment lui veut que j'aborde le problème. Je le représente et ne veux en aucun cas le blesser.

    - Ne tarde pas alors. Il comparaît demain.
    - Demain, c'est court ...
    - C'est une affaire qui demande peu de préparation vu que tous les éléments sont déjà réunis. Et puis, plus il reste et plus de gens le voient. Comme je l'ai dit, ils ne veulent pas qu'elle s'ébruite.

    - J'irai le voir tout à l'heure. Au fait, pourriez-vous me faire passer des vêtements ... d'homme ?
    -C'est faisable."
    Dernière modification par Althéa ; 22/02/2014 à 22h20.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  15. #45
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    La pluie tombait à verse lorsqu'ils sortirent de la prison, les obligeant à traverser la ville en courant. Ils étaient demeurés muets, concentrés sur leurs foulées sur les pavés rendus glissants. Angèle s'arrêta juste avant de passer la porte et se tourna vers Dimitri. Son ami avait toujours un recul bénéfique et une analyse toujours fiable sur chacune des affaires qu'on leur avait soumise.

    "Qu'en penses-tu ?
    - Je pense que tout irait mieux si tu arrêtais d'essayer de t'enfuir chaque fois que l'on te montre que l'on t'apprécie."

    Elle le regarda sans comprendre durant quelques secondes. Il sembla se passionner pour ses chaussures.

    "Je parlais de l'audience."

    Elle le vit rougir durant quelques secondes. D'ordinaire, elle se serait laissée aller à sourire. Mais l'enjeu était trop important et l'affaire trop pesante.

    "Dimitri je dois pouvoir m'appuyer sur toi. Mais je ne suis peut-être pas le binôme adéquat pour l'affaire. Si c'est trop pesant pour toi ...

    - Tu essayes de t'enfuir.
    - Je nous préserve tous les deux.
    - Foutaises
    - Mais non ...
    - Nous sommes amis. Certes, nous pourrions former un joli couple. Mais je l'accepte.
    - Tu ne le vis pas très bien.
    - Mais si ... c'est vraiment fantastique.
    - Et tu te moques de moi, en plus.
    - Toujours ... Allez Frimousse, je te croyais plus solide. Maintenant, on a une audience à préparer.
    - On va y arriver ?
    - Pour sûr ... A part si nous prenons racine sur le pas de la porte.
    - On entre alors ?
    - J'allais te le suggérer."

    Amélie chantait dans le salon pour un Timéo visiblement conquis.

    "Il était un canard
    Le roi de son étang
    Il avait un surnom ...
    Le jamais content ...

    En voyant une loutre,
    Il se sentit lésé,
    De ne pas avoir le plumage,
    Imperméabilisé ...

    A mère nature, il alla pleurer,
    je veux des poils, et non des plumes
    C'est pour aller dans l'eau
    Il fut exaucé ...

    Il vit un castor
    Il se sentit peiné
    De ne pas avoir de queue
    Pour pouvoir se diriger

    A mère nature, il alla pleurer,
    je veux une queue, et pas rien,
    C'est pour me promener,
    Il fut exaucé ...

    Puis voyant d'autres bêtes,
    Il se sentit choqué
    De n'en avoir que deux
    C'était vraiment fâcheux

    A mère nature, il alla pleurer,
    je veux quatre pattes, et non deux
    C'est pour me déplacer
    Il fut exaucé

    Un plumage, une queue, quatre pattes et son bec de canard
    Très étrange bête créée
    Il faisait peur, ses amis le fuyaient

    A mère nature, il alla pleurer
    Lui demandant de tout annuler
    Mais celle-ci ne put que refuser ...
    On ne défait pas ce qui a été changé

    Sensible à ses pleurs, elle offrit cependant,
    Son exacte double à jamais content
    Une femelle qui tout de suite l'aima ...

    Il était un canard
    Le roi de son étang
    Il avait un surnom ...
    Le jamais content ...

    Ils vit toujours au creux de l'étang ...
    N'est plus canard maintenant
    Bête étrange inspirant la crainte ...
    Mais pacifique ornithorynque ..."

    Le gamin, sitôt les notes retombées, le gamin fit la grimace.

    "Tu racontes n'importe quoi. Les ornithorynques, ça n'existe pas."

    Amélie haussa les épaules avec un petit sourire.
    Dernière modification par Althéa ; 22/02/2014 à 13h09.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  16. #46
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Ils posèrent leurs robes d'avocats détrempées sur deux dossiers de chaise. Le temps du trajet avait suffi.

    "Vivement l'été, souffla Angèle en se laissant tomber à coté d'Amélie, est-ce qu'il y a du thé ?
    - Non, répondit Meridith depuis la cuisine, par contre, j'ai préparé un petit-déjeuner si tu te souviens de ce que c'est.
    - Un petit-déjeuner sans thé ...
    - Le thé, c'est pour après. D'abord, tu dois manger. Ensuite, j'ai quelques petites informations sur l'audience de demain.
    - Ah oui ?, demanda-t-elle alors que Dimitri suivait déjà Meridith dans la pièce attenante.
    - Après manger. Regarde, Dimitri ne résiste pas, lui.
    - C'est un traître.
    - Mais je suis fidèle à mon estomac ... Tu viens ?"

    Elle se leva à regret. Dimitri contemplait le fourneau en se tenant caricaturalement le ventre.

    "Voyons voyons, des œufs, des saucisses, du pain perdu. Non, ne me dites rien, j'ai deviné. En fait, c'est le petit-déjeuner, le déjeuner, le goûter et le repas du soir."

    Il s'attabla sans plus de cérémonie. Angèle croisa les bras.

    "Ces informations ?
    - Pendant que tu manges, lui souffla Amélie en passant derrière elle.
    - Je savais bien que tu étais une traîtresse.
    - J'aime quand tu me le dis. Maintenant, mange."

    Elle prit place à coté de Dimitri. Meridith lui glissa une tranche de pain. Meridith attendit qu'elle l'ait entamée pour se lancer.

    "Tout à l'heure, je suis allée me promener avec Timéo du coté du palais de justice. J'ai rencontré Locke et Cley.
    - Nos siamois diaboliques !, s'exclama Dimitri, fichus tormites ...
    - Mes coreligionnaires ..., souffla Meridith.
    - Ah oui ...
    - Ils avaient l'air plutôt agités. Figurez-vous qu'ils m'ont dit qu'ils doivent participer à une audience qui aura lieu demain. Et savez-vous contre qui ?
    - Qui ?
    - Nous, Dimitri ...
    - Je raisonne mal le ventre vide. Est-ce qu'on connaît qui sera le juge chargé de l'affaire ?
    - Ce doit être affiché au tableau avec l'heure de l'audience ..."

    Angèle hocha la tête. Certaines habitudes avaient la vie dure. Elle entendit Dimitri proposer.

    "On pourrait aller voir. Enfin, après avoir mangé.
    - Par contre, Fessée sera dans les parages ... Donc gare ...
    - J'en ai vu d'autres.
    - Elle a besoin d'un petit règlement en quarante points sur la circulation au bosquet des docks.
    - Nous serons très prudents ..."
    Dernière modification par Althéa ; 23/02/2014 à 19h57.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  17. #47
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Dans le brouillard, elle avait ouvert un œil. Les rues défilaient à toute vitesse. Quelqu'un, Dimitri sans doute la portait dans ses bras. La douleur dans sa jambe irradiait insupportablement comme si son corps entier avait été cassé. La porte du Clos s'ouvrit. Elle entendit Amélie pousser un cri de stupeur et Meridith demander ce qu'il s'était passé. Ce à quoi Dimitri répondit tout naturellement.

    "Elle est tombée de l'arbre.
    - De l'arbre ?", demanda Amélie.

    On la coucha sur la banquette. Dimitri tenta de lui enlever sa botte, décuplant la douleur. Une vilaine blessure, probablement.

    "Un petit sort de sommeil ?"

    Lorsqu'elle rouvrit les yeux, on l'avait transportée dans sa chambre. La douleur dans sa jambe s'était muée en plainte sourde. Un sort de soin sans doute. Elle en était quitte pour boitiller le lendemain mais guère plus.


    "Bienvenue parmi les vivants. Tiens, tu as perdu un petit quelque chose."

    Elle se tourna vers Amélie qui lui tendit un objet que dans un premier temps, elle n'identifia pas. C'était une sorte d'esquille de bois horriblement pointue. Une flèche ou ... Elle écarquilla les yeux. C'était la pointe d'un carreau d'arbalète.

    "C'était dans ton genou ... A moitié sorti. Je me demande où tu as récolté ça."

    Alors, elle se souvint.

    "Quand je suis revenue de Melandis par le désert. J'ai croisé un bandit de grand chemin armé d'une arbalète ... Un prêtre de Chauntéa a extrait le reste du carreau. Je comprends pourquoi je continuais d'avoir mal. Je pourrais le garder en souvenir ..."


    Amélie secoua la tête.

    "Un souvenir de Melandis, tu devrais plutôt le brûler et tourner la page. C'est peut-être ça qui t'aiderait le plus."

    On frappa à la porte de sa chambre.

    "On peut entrer ?, demanda Meridith.
    - Il paraît que c'est ici qu'on révise." compléta Dimitri.
    Dernière modification par Althéa ; 24/02/2014 à 14h19.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  18. #48
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Elle le considéra avec un petit sourire. Il dansa d'un pied sur l'autre un tantinet mal à l'aise.

    "Je suis ..., commença-t-il.
    - As-tu trouvé une solution pour Roger ?" l'interrompit-elle avant qu'il dise ce qu'elle savait déjà.

    Il lui sourit.

    "Pendant que tu te reposais. J'ai demandé à Louison. Enfin, elle me devait un service. Et vu qu'Hugo n'aime pas les bêtes à plumes alors qu'il m'héberge et toi non plus.
    - Tu n'aimes pas les bêtes à plumes ?, demanda Amélie curieuse.
    - Angèle a peur des poules, souffla Meridith avec un petit sourire.
    - Je t'aurai, traîtresse ..., dit-elle en croisant les bras.
    - Je connais des gens qui ont peur des grouilleux malades. Mais des poules, non ..., s'amusa Amélie, donc Roger est une poule ?
    - Pas exactement. Il est encore pire, plaisanta Dimitri.
    - Et moi, je veux une histoire de sorcière !", argua Timéo en faisant irruption dans la chambre.

    Quatre paires d'yeux se tournèrent vers Amélie. Celle-ci fit mine de minauder.


    "Une histoire de sorcière ? Mais vous n'aurez pas peur ?"

    Le petit comme les grands secouèrent la tête.

    "Alors à trois, je vous veux tous assis."

    En quelques secondes, Angèle se retrouva flanquée de ses amis. Dimitri à sa gauche, Meridith et son fils à sa droite. Elle n'avait jamais vu le lit de Morgan aussi occupé. Elle n'avait pas l'habitude de cette proximité mais s’aperçut qu'elle lui faisait du bien. Amélie commença.

    "Vassilissa la très belle vivait seule avec son papa depuis la mort de sa mère. Elle était heureuse avec lui mais son père se remaria. Sa belle-mère était très jalouse d'elle et ne l'aimait pas. Un jour que son père était parti, elle la fit venir auprès d'elle et lui dit : "Ma soeur Baba Yaga habite au fond de la vallée. Vas chez elle lui demander une aiguille et du fil pour que je puisse te coudre une chemise." Vassilissa était maligne. Elle se rendit vite compte que quelque chose n'allait pas. Elle se rendit chez sa tante, la soeur de sa maman qui lui confirma. "Baba Yaga est une sorcière dont il faut te méfier. Il y a chez elle un chat qui voudra te crever les yeux : donne-lui un talon de jambon et il te laissera tranquille. Il y a une servante qui obéit à la sorcière au doigt et à l'oeil : donne lui un beau ruban. Il y a une barrière qui refusera de s'ouvrir : donne lui un peu d'huile. Et il y a des chiens qui voudront te manger toute crue : donne-leur du poulet."
    Vassilissa la belle l'écouta attentivement. Avant de partir, elle se munit des objets et victuailles que sa tante lui avait énumérés. Puis, courageusement, elle alla chez Baba Yaga.
    La sorcière vivait au fond d'une sombre vallée dans une immense cabane très mal entretenue. Elle écouta la demande de la petite fille avant de hocher la tête. Puis, elle l'emmena devant une pièce de tissus. Elle lui donna du fil. Elle dit à la petite fille. "Le fil que me demande ma sœur est très spécial. Il provient de fil d’araignée. Je vais te le chercher. En attendant, brodes donc ma nièce ..."
    Vassilissa obéit tout en tendant l'oreille. Elle entendit Baba Yaga dire à sa servante.
    "Prépare-lui un bain et nettoie la. Pendant ce temps, moi, je vais aiguiser mes couteaux."
    La petite fille eut très peur, elle arrêta de broder. Elle allait s'enfuir quand un chat noir bondit devant elle en crachant. N'écoutant que son courage, elle lui lança un dé de jambon. Le chat se lécha les babines et sourit.
    "Je vais t'aider à t'enfuir.", dit-il. Il se mit à sa place à l'ouvrage de broderie.
    Vassilissa allait passer la porte quand la servante l'arrêta. Elle lui donna un ruban. La servante sourit et lui dit.
    "Je vais faciliter ta fuite."
    Elle lui tendit une serviette et un peigne. Elle devrait les lancer si elle entendait Baba Yaga à sa poursuite en collant son oreille contre le sol. Et elle laissa la petite fille passer la porte.
    Des chiens féroces se précipitèrent sur elle. Elle leur lança le poulet. Ils mangèrent et la laissèrent tranquille. Le portail refusa de sortir. La petite fille lui donna de l'huile. Elle pivota tranquillement sur ses gonds. Alors, elle fut dehors, mais il lui restait un long chemin à parcourir.

    Pendant ce temps, Baba Yaga appela en aiguisant ses couteaux.
    "Tu brodes ma nièce, tu brodes ?"
    Et le chat répondit d'une voix suraiguë.
    "Je brode, ma tante, je brode !"
    Mais la sorcière ne s'y trompa pas. Elle alla rosser le chat. Celui-ci répondit en faisant le gros dos.
    "Tu ne m'as nourri que de souris et elle m'a offert du jambon !"
    Baba Yaga mécontente alla trouver sa servante qui se plaignit.
    "Tu ne m'as jamais rien offert et elle m'a donné un magnifique ruban."
    Elle sortit dans la cour et gronda ses chiens qui se défendirent à leur tour.
    "Tu ne nous as jamais rien donné à manger que de la vieille carne et elle nous a donné un poulet."
    Furieuse, elle alla cogner contre la porte qui lui grinça à son tour.
    "Tu ne m'as jamais réparée et elle a huilé mes gonds."

    Baba Yaga furieuse saute dans son pilon. Elle avance avec son mortier dont elle se sert comme d'une rame. Elle file comme le vent. Vassilissa l'entend approcher. Terrifiée, elle jette la serviette sur le sol. La serviette se change en rivière profonde. Baba Yaga va chercher ses bœufs qui vident la rivière. Le temps qu'elle parvienne à traverser, la petite fille est presque arrivée chez elle. Mais Baba Yaga est rapide. La petite fille jette le peigne qui se transforme aussitôt en forêt impénétrable. Baba Yaga en furie tente de couper les arbres avec ses dents pour passer. Mais les bois sont solides et elle se casse les chicots, si bien qu'elle ne pourra plus jamais manger d'enfants.

    Quand Vassilissa rentre chez elle, elle trouve son père et sa tante qui l'attendent au coin du feu. Sa marâtre s'est enfuie après avoir avoué son méfait. Quant à Baba Yaga, elle est repartie dans sa vieille cabane et depuis, plus personne n'a jamais entendu parler d'elle."

    Amélie sourit.

    "Voila, c'est tout."
    Dernière modification par Althéa ; 24/02/2014 à 19h32.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  19. #49
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Pendant le récit, Angèle avait observé ses amis à la dérobée. Elle avait à peine eu le temps de revenir que déjà, ils lui rendaient visite. Autant qu'elle s'en souvienne, ils avaient toujours été là. Elle les avait toujours observés, derrière sa carapace. Et aujourd'hui encore ... Elle ne s'était pas demandée où habitait Dimitri depuis l'incendie de la commanderie, et ni Louison d'ailleurs. Visiblement, Hugo et Vimaire les hébergeaient réciproquement. Mais elle aurait pu s'en préoccuper d'avantage. Eux semblaient lui pardonner cet écart de conduite, ce détachement apparent. Elle qui n'avait l'habitude de rien montrer. Mais elle tenait à eux.

    L'histoire finit à peine que l'on frappa à la porte. Deux coups plutôt discrets. Amélie descendit pour ouvrir et remonta avec Louison qui la considéra quelques instants interdite.


    "Une petite chute, ne t'en fais pas."
    , expliqua-t-elle avec un petit sourire.

    Elle hocha la tête, l'air malicieux.


    "Hugo m'a raconté."

    Elle s'assit sur une chaise à coté du lit.

    "Juliet a un ami qui vient dîner chez elle ce soir. Je me demandais si je ne pouvais pas dormir ici."

    Les regards se tournèrent vers Angèle.

    "Pourquoi pas, il y a encore de la place.
    - Et Roger ?", demanda Dimitri.
    Louison rougit jusqu'aux oreilles.


    "Il n'a pas voulu rentrer dans sa cage quand je l'ai appelé. Mais j'ai laissé la porte fermée"

    Dimitri haussa les épaules. Meridith sourit d'un air entendu.

    "Alors comme ça Juliet a invité quelqu'un ?
    - Un luménien si j'ai bien compris
    - Il est beau ?
    - Beau oui. Et même très beau. Comme un luménien.
    - C'est beau un luménien ?, voulut savoir Dimitri.
    - Ils ont un temple de Sunie.", commenta Amélie.

    Angèle réussit in-extremis à ne pas rougir jusqu'aux oreilles. Dimitri roula des épaules.


    "Moi, je suis convaincu que je suis plus beau que tous les prêtres sunites. D'ailleurs, toutes les femmes sont folles de moi."

    Il reçut un coussin sur la tête.

    "Ah oui, et folles tout court. Si ça continue, je vais partir à Lumenis et me convertir à Sunie. Ensuite, vous pleurerez pour me faire revenir."

    Meridith se mit à genoux.

    "Pitié, ne t'en vas pas ! De qui est-ce qu'on va pouvoir se moquer ensuite ?"

    Il lui tira la langue mais retrouva bien vite son sérieux.

    "Mes chères dames juristes, nous avons un procès sur le feu."
    Dernière modification par Althéa ; 26/02/2014 à 20h50.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  20. #50
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    "Alors, tu plaides demain ?", demanda Louison avec un petit sourire.

    Angèle approuva, nullement emballée.

    "Tu as de la chance, maugréa la jeune fille en se laissant tomber à son tour sur le lit, j'ai hâte que ce soit mon tour ...
    - Encore un peu de patience, la consola Meridith en ébouriffant ses cheveux, deux ans, ce n'est pas bien long. En plus, ça te donne le temps d'apprendre.
    - Cela se voit que tu n'es pas la secrétaire de Hugo ...
    - Il est si méchant que ça ?
    - Terrible ...C'est moi qui suis chargée de coordonner ses rendez-vous.
    - Je croyais qu'il avait arrêté de courir après les jupons depuis qu'il a rencontré Zélie.
    - Zélie et Olivia. Oh, et puis il y a aussi Charlotte.
    - D'accord, il n'a pas changé ...
    - Il avait promis qu'il s'arrêterait après avoir reçu une claque de trois de mes quatre sœurs. Vous vous souvenez ? Il les fréquentait en même temps en pensant qu'elles n'allaient rien remarquer ...
    - Comment vont-elles ?"
    , voulut savoir Angèle

    Le visage de Louison se fit soudain inquiet.

    "J'ai eu une lettre d'Arthemis qui me disait qu'elles avaient été adjointes aux rangs des helmites comme soignantes. Elle, Alix, Andréa et Aliénor partageaient la même tente. Elles avaient l'air de garder le moral. Il paraît qu'elles ont croisé Lise, notre cousine. J'ai l'impression qu'il y a toute ma famille là-bas. Je ne comprends pas très bien pourquoi je n'ai pas pu partir.
    - Parce que tu es la plus jeune ... Et qu'est-ce qu'on aurait fait sans toi ?", la consola Meridith.

    La jeune fille haussa les épaules avant de sourire.


    "En plus, comme ça, je peux parler à une autre spécialiste de Mystéria.", renchérit Amélie.
    Dernière modification par Althéa ; 28/02/2014 à 13h04.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  21. #51
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Elle s'assit sur un petit coin de lit à coté de Louison.

    "Si j'ai bien saisi, tu débutes ta formation de juriste ?"

    Angèle admira une nouvelle fois la capacité d'Amélie pour détourner ses amis des sujets difficiles. La jeune femme hocha la tête.


    "En fait, on débute à quinze ans. Avant cela, nous apprenons les bases : lecture, écriture, calculs et cours de droit. Nous apprenons aussi à soigner et à nous battre. Ensuite, nous suivons un juge qui débute durant deux ans. Un différent chaque année. Nous devenons ses assistants, en quelque sorte. Nous prenons des notes à sa place, nous gérons ses rendez-vous et nous assistons bien sûr à toutes ses plaidoiries. C'est assez fastidieux et fatiguant parfois. Mais très formateur."


    Meridith approuva.

    "En général, le juge que tu as eu durant ta deuxième année devient en quelque sorte ton parrain. Angèle a Doyle, Dimitri a Boisfleuri et moi, j'ai MacGonagall. Et Hugo a Hilare.

    - Le pauvre ..., souffla Amélie.
    - Tu parles, c'est son chouchou, précisa Dimitri.
    - Quand elle ne lui coure pas après pour lui demander des textes.
    - Hilare court après tout le monde de toute façon."

    Angèle acquiesça avec un petit sourire. Elle était bel et bien rentrée et avait retrouvé son petit univers familier. Au milieu des juristes et avec Amélie, elle se sentait dans un cocon douillet. Peut-être était-ce ici que résidait sa place, au bout du compte.
    Dernière modification par Althéa ; 28/02/2014 à 20h12.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  22. #52
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Meridith la ramena hors de ses pensées.

    "Vous avez une idée de stratégie pour demain ?"

    Angèle secoua la tête assez embarrassée.

    "Je pensais avant tout faire tomber l'accusation de fraude. Sur cela, nous pouvons sûrement nous appuyer sur la juris prudence. Pour la perversité, Séraphin ne l'est pas. Malheureusement, nous ne trouverons aucune loi qui l'attestera dans aucun libre. Et c'est là que cela va être délicat."


    Meridith grimaça.

    "Je crois que nous allons vous laisser préparer alors."

    Elle prit son fils dans ses bras, fit un signe de la tête aux deux autres. Quelques secondes plus tard, Angèle et Dimitri se retrouvaient seuls. Jusqu'à ce que la tormite entrouvre la porte.


    "Je vous apporte à manger dans deux heures. Angèle, tu ne pourras pas y échapper."

    La pièce retomba dans le silence. Angèle ouvrit un manuel de juris prudence qu'elle commença à parcourir. Dimitri fit mine d'éplucher le code pénal.

    "Tu es inquiète ?
    - Je suis terrifiée., répondit-elle sans relever la tête.
    - Comme toujours ...
    - Et toi ?
    - Je suis bien ici.
    - Dimitri ...
    - Ce qui te fait peur, c'est le coté humain de cette affaire. Tu sais très bien que nous n'allons presque pouvoir nous appuyer sur aucun texte. Et tu as peur de ne rien maîtriser. Ou de montrer à quel point cela t'atteint. Je me trompe ?
    - Arrête de tout analyser.
    - Je te connais ...
    - Alors tu sais que je n'ai pas envie d'en parler.
    - Je suis persuadé qu'il y a quelqu'un derrière cette armure.
    - Tu n'as pas envie de le découvrir.
    - Tu n'as pas envie de le montrer, nuance.
    - Dimitri ..."

    Il leva les mains en signe de paix.

    "Tu es très belle quand tu es en colère."

    Elle lui lança un coussin sur la tête.

    "Mais c'était une réplique de Mystéria, dit-il scandalisé, elle aurait dû faire mouche ! Bon, au moins, tu souris."
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  23. #53
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Dimitri remua et prononça quelques mots inintelligibles avant d'ouvrir les yeux.

    "Bonjour", le salua Angèle avec un petit sourire.

    Il se redressa sur les coudes avec un bâillement. Son amie referma le livre de juris-prudence avec un soupir.


    "Je ne trouve rien, ou alors pas grand chose.
    - Laisse-moi deviner, dit-il avec un soupir, tu n'as pas dormi de la nuit.
    - Je n'avais pas sommeil. Je ne ...
    - Dors jamais bien avant une plaidoirie ... Je sais. Mais tu sais que tu abuses. Et tu m'as laissé dormir.
    - C'est pour mieux t'exploiter aujourd'hui. Ne vois aucune philanthropie là-dedans.
    - Tu veux que je te dise ? Tu n'es pas drôle.
    - Je n'ai jamais été connue pour être une chauffeuse de salle. Tu devrais savoir cela."

    Il se leva et s'étira avec un certain enthousiasme avant de gagner la fenêtre.

    "Tu ne vas pas le croire, mais il a l'air de faire beau.
    - Une excellente journée pour aller s'enfermer au palais de justice !
    - Tu pourrais être plus emphatique. L'audience ne durera sûrement pas toute la journée.
    - Désolée. Je suis un peu fatiguée.
    - A qui la faute ?
    - Tu as raison, il fait un temps magnifique."

    Elle se leva à son tour.

    "Un thé et un peu d'eau et je serai opérationnelle.

    - Après un bon petit déjeuner ?
    - Après un bon petit-déjeuner."
    Dernière modification par Althéa ; 07/03/2014 à 12h02.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  24. #54
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Ils étaient restés cois tout le long du trajet. Le soleil resplendissait au dessus d'eux. Aujourd'hui, le temps serait au beau. Angèle ne le remarqua pas. Elle marcha d'un bon pas, les yeux baissés. Elle n'aspirait qu'au repos, et dans sa chambre hermétiquement close. Les deux autres sur les talons, elle ouvrit la porte ...

    Amélie, le juge Doyle, Meridith, Hugo et Louison se tenaient devant elle, un verre à la main. Tous tenaient un verre à la main. Interdite, elle se tourna vers Dimitri et Séraphin.


    "Surprise !", s'exclama de concert son petit monde. Elle avala avec difficulté sa salive.

    "Surprise ?, demanda-t-elle inquiète.
    - C'est ta première audience depuis au moins deux ans. N'est-ce pas ?, demanda Doyle.
    - Elle s'est très bien débrouillée. Comme si elle n'était jamais partie.compléta Dimitri.
    - Je n'en ai pas douté une seconde.", renchérit Doyle.

    Meridith voulut lui tendre un verre rempli de bon vin mais elle secoua la tête. Elle n'avait pas envie de boire, ni de rire, ni même de voir qui que ce soit. Elle vit les autres faire la grimace alors que ses yeux s'embrumaient soudain. Elle éclata en sanglots irrépressibles. Amélie s'avança mais elle avait déjà gravi les escaliers aussi vite que ses longues jambes le lui avaient permises et claqua la porte de sa chambre. Elle se laissa tomber sur son lit et donna libre court à ses larmes. Au bout de quelques minutes - sûrement le temps que ses amis comprennent ce qu'il se passait - quelqu'un frappa doucement au battant.


    "Je peux entrer ?"
    , demanda Séraphin.

    Elle s'assit sur son lit et hocha la tête. Il prit le temps de refermer la porte puis s'assit à coté d'elle, sur un petit coin de couverture. Au début, aucun des deux ne parla. Puis le jeune homme osa demander.


    "Qu'est-ce qui vous met dans un état pareil ? Je suis libre, c'est ce qu'on espérait. Et pour le reste, on avisera ...
    - J'aurais aimé faire plus."

    Séraphin déplia son long bras et le passa autour de ses épaules.

    "Et puis, cette audience était difficile. Ce pour quoi ils vous jugeaient ... Votre amour ... Je suis plus proche de vous que vous ne le pensez.
    - Je ne saisis pas très bien. Mais si vous voulez en parler, je resterai muette. Je vous dois bien cela."

    Elle hésita. Il ne bougea pas, le regard soudain attentif. Et quelque chose lui dit qu'elle pouvait lui parler sans crainte. Elle se lança.

    "Pendant vingt ans, j'ai aimé une femme. Elle était barde et elle s'appelait Morgan. Comme elle était ménestrelle, elle effectuait de nombreuses missions à Mélandis et c'est là-bas qu'elle est morte. Si Morgan avait été un homme, j'aurais pu parler de ce deuil à mes amis proches. Tous ceux qui sont en bas. Et ils m'auraient soutenus. J'en ai parlé à des gens que je connaissais moins. Même si je les appréciais. Mais je n'ai pas pu le dire aux autres. Ceux qui ont été toujours là pour m'aider. J'avais l'impression d'aller mieux et de pouvoir faire face. Mais il y a votre histoire, votre amour, et votre différence ... Et surtout le fait que pour tous, Morgan restera pour presque tous quelqu'un de totalement anonyme. Et je ne le veux pas. J'aimerais leur dire ce qu'elle m'a apporté, tout ce qu'elle a été pour moi. Mais c'est impossible ...
    - Et il ne vous reste qu'un grand océan de chagrin."

    Elle hocha la tête. C'était peut-être cela. Séraphin l'enserra de ses bras.

    "Là, je pense que vous avez besoin d'un câlin."

    Elle hocha douloureusement la tête. Les vêtements de Séraphin sentaient un délicat parfum de menthe. Le parfum de Morgan. Ou peut-être était-ce tout simplement les senteurs hantant la chambre. La tête penchée, les yeux grand fermés, elle savoura la douceur. Il lui sembla, pour quelques instants retrouver les bras de celle qu'elle avait aimé. Elle se sentit bercée, lentement. C'était doux, merveilleux comme dans un souvenir. Et presque réel. Quelques instants plus tard, les larmes se tarirent et sa respiration se fit plus lente. Elle entendit Séraphin dire tout doucement.

    "Je crois qu'elle s'est endormie."

    Et elle ne sut pas dire si ce n'était pas effectivement le cas.
    Dernière modification par Althéa ; 07/03/2014 à 20h12.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  25. #55
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Elle fut réveillée par la luminosité du soleil à sa fenêtre. On était vraisemblablement dans les alentours de midi. Effectivement, elle s'était endormie mais un temps plutôt raisonnable. Une main délicate lui avait enlevé ses bottes et bordée dans son lit. Elle était incapable de savoir qui. Un peu gênée d'avoir fait la sieste et surtout d'avoir éclaté en sanglots devant ses amis qui n'attendaient que de faire la fête elle se dépêcha de se rechausser et descendit. Louison l'attendait en bas des escaliers. Elle avait l'air un tantinet inquiète.

    "Un souci ?
    - Je voudrais te demander un conseil.
    - Il y a un problème ?
    - Elles sont revenues ..."

    Elle comprit tout de suite de quoi elle voulait parler, et ce n'était malheureusement pas de ses soeurs. Elle lui montra les marches de la tête. Une fois dans sa chambre, elle referma la porte derrière elle.


    "Qu'est-ce que c'est cette fois ?
    - C'est l'espèce de petit bonhomme en tenue d'avocat. Je crois même qu'il a ma robe. Il vient devant moi et il danse.
    - Tu as essayé de lui dire de s'en aller ?
    - C'est une hallucination, je crois qu'il n'entend pas. Enfin, j'ai essayé et ça ne marche pas."

    Louison souffrait d'hallucinations chroniques, surtout en période de grand stress et de grande fatigue. Elle y était aussi sujette surtout quand les migraines étaient trop fortes. Et peu savaient qu'elle en souffrait. Quand Louison lui en avait parlé, elle lui en avait parlé à son tour. Et cela l'avait rassuré. Elle n'était pas folle ... Le petit bonhomme en robe de juriste était un grand classique chez Louison. Elle avait tenté de l'aider à plusieurs reprises. Elle lui avait conseillé de l'ignorer, de chantonner, de lui parler dans sa tête. Cela n'avait eu aucun effet. Il fallait trouver une autre idée.

    "Peut-être que tu pourrais employer la force.
    - Comment ?
    - Quand tu le vois, tu t'approches de lui et tu lui envoies un coup de pied au derrière"
    Louison sourit, elle en fut soulagée. Soudain, la jeune femme sursauta et fronça les sourcils.

    "Je crois qu'il y en a une autre.
    - Laquelle ?
    - La musique, je l'entends."

    Elle prêta son oreille avant de sourire.

    "Ce n'est pas une hallucination, c'est Amélie.
    - On descend ?
    - Et comment !"
    Dernière modification par Althéa ; 07/03/2014 à 20h17.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  26. #56
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Quand elles arrivèrent, les autres s'apprêtaient à sortir dans le jardin pour profiter du beau temps. Une exceptionnelle accalmie entre deux nuages, surtout en cette saison. Elle se rappela, à contrecœur de tout le travail à avancer auprès des roses. Cela faisait trop longtemps qu'elle et Amélie n'avaient pas avancé. La barde lui lança un regard désolé. Elle secoua la tête avant de lui sourire. Mais même envahies par la végétation et peu entretenues, certaines fleurs conservaient leurs couleurs audacieuses ainsi que leur doux parfum. Leurs invités regardèrent autour d'eux, admiratifs.

    "Hé bien, la bâtisse ne porte pas son nom pour rien", souffla Dimitri admiratif en regardant autour de lui.

    Meridith se laissa tomber sur le banc avec un soupir d'aise. Doyle en fit autant vite imitée par Séraphin. Dimitri s'avança vers un bosquet de roses à l'écart des autres et leur lança un regard perplexe.


    "C'est normal qu'elles soient bleues ?"

    Angèle et Amélie se lancèrent un regard complice et hochèrent la tête.

    "C'est artificiel ?"

    Il grimaça en voyant les jeunes femmes sourire.

    "Vous ne me direz donc jamais ?", demanda-t-il en adoptant une posture presque théâtrale.

    Amélie se leva et alla jusqu'au petit bosquet. Elle se pencha et fourragea quelques secondes dans le sol avant d'en sortir un morceau d'ardoise.
    Le jeune homme eut l'air surpris.


    "Tout bêtement ?
    - Tout bêtement ..., s'amusa Amélie.
    - C'est de la triche !"

    Il retrouva son sérieux le temps de dire à Angèle.

    "Il faudrait que nous allions signer le compte rendu de l'audience. Rien ne presse, on pourra le faire après manger.
    - Je pourrais t'accompagner ?", demanda Louison.

    Elle hocha la tête. Elle vit Amélie grimacer.


    "Tu pourrais venir aussi. Comme ça, je te fais un peu visiter la ville.
    - Je pourrais voir le fameux arbre ..., répondit la barde avec un petit sourire entendu.
    - Traîtresse
    - Ben quoi, ce n'est pas moi qui me suis perchée dessus.
    - Mais nous étions des héroïques tyrites qui défions la nature en furie !", s'amusa Hugo en arrivant près d'elles.

    Dimitri hocha la tête en roulant des épaules.


    "Au fait, monsieur l'aventurier. C'est l'amour qui te rend lyrique ? Doyle te cherchait tout à l'heure."

    Hugo eut l'air surpris durant quelques secondes avant de se frapper le front.

    "Je l'avais oublié. J'étais avec Zélie ... J'ai dû m'embrouiller dans mes rendez-vous."
    Louison poussa un profond soupir et allait ajouter quelque chose quand Meridith se leva et regarda autour d'elle. Ses yeux s’arrêtèrent sur son fils à l'autre bout du jardin.

    "Mais qu'est-ce qu'il est en train de faire ? Timéo ?"

    Le gamin qui arrachait visiblement quelque chose lui jeta un regard coupable. Angèle mit quelques secondes pour comprendre.

    "Non de non, il est en train de déterrer les carottes."

    Lorsqu'elle et la mère du diablotin arrivèrent près de lui, il se tenait devant un gros tas de racines orangées. Visiblement toutes celles du potager. Sa mère écarquilla des yeux horrifiés.


    "Angèle ... Je suis vraiment navrée. Timéo, mais qu'est-ce que tu as fait ?
    - J'avais faim ..." se défendit le gamin.

    Angèle croisa les bras, essayant de ne rien laisser paraître de son amusement. Et surtout, elle ne dit rien du fait qu'elle n'avait pas songé à les cueillir.


    "Ce n'est pas grave, finit-elle par dire, Timéo va les manger.
    - Ah bon ?, demanda le bonhomme visiblement inquiet.
    - Oui, répondit Meridith, tu mangeras toutes ces carottes. En gratin, en tourte, en gâteau, en gelée.
    - Tout ça ?
    - Oui, reprit Angèle après un léger clin d'oeil en direction de Meridith, en sorbet, en émincés, en bocaux, cuites, crues, en purée ..."

    Devant l'air catastrophé du gamin, elles éclatèrent de rire.

    "C'était une plaisanterie.
    - A moitié."
    Dernière modification par Althéa ; 09/03/2014 à 12h45.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  27. #57
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Ils rentrèrent finalement au Clos. Tout le long du trajet du retour, le groupe se scinda au fur et à mesure que chacun rentrait chez lui. Ne restèrent finalement que Meridith et son fils, Angèle et Amélie. Séraphin avant de quitter Angèle l'avait serrée quelques instants dans ses bras. Elle lui avait fait promettre de venir la voir quand il le désirait. Il avait hoché la tête avec un sourire. Louison était rentrée chez Vimaire avec un sourire léger. Elle reviendrait au Clos pour toute information concernant ses sœurs ou tout simplement pour bavarder avec Amélie. La barde avait approuvé avec un sourire. Dimitri avant de s'en aller s'était contenté de tendre la main à la paladine. "Nous avons fait du bon travail.", avait-il dit simplement. Son regard exprimait une certaine attente, informulée et à peine esquissée. Angèle s'était contentée de lui sourire.

    Elle tombait de sommeil et les effets de sa nuit de veille commençaient grandement à se faire sentir. Elle sentait les prémices d'une migraine coloniser peu à peu ses tempes et remonter dans le haut de son crâne. A peine arrivée, elle se laissa tomber sur une bergère. Ses deux amies la regardèrent inquiètes.


    "Migraine ?", lui demanda Méridith.

    Elle approuva douloureusement.


    "Je ferais mieux d'aller me coucher."

    Elle se leva doucement et gagna sans problème la chambre dont les contours tanguaient au rythme des coups de tambour sur sa tête. Elle s'étendit toute habillée sur son lit et s'endormit presque aussitôt.
    Dernière modification par Althéa ; 11/03/2014 à 19h47.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  28. #58
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    La fatigue et la migraine étaient partis avec le repos. Angèle se souvint avec une certaine surprise qu'elle avait presque dormi toute habillée. Elle troqua sa tunique à présent froissée par une autre plus fraiche et enfila des chausses neuves. Elle sourit au souvenir de Soren ravaudant ses chausses et son pourpoint par une simple incantation. Elle aurait peut-être dû demander qu'il lui enseigne. Puis elle se ravisa : c'était de la triche. Elle prit le temps de se chausser et descendit rejoindre les autres.

    Elle trouva Amélie seule à la cuisine. La jeune femme, penchée au dessus du fourneau lui sourit en la voyant.


    "Tu as passé une bonne nuit ?
    - Radieuse. J'ai dormi comme un loir. Les autres ne sont pas là ?
    - Non, nous sommes juste toutes les deux. Meridith a emmené Timéo voir son papa. Dimitri l'accompagne, ne t'en fais pas."

    Angèle souffla rassurée. La barde poussa devant elle une assiette de pain perdu.

    "Merri l'a fait avant de partir. Et je suis chargée de m'assurer que tu manges."

    Elle ne put réprimer un sourire amusé et s'attabla sans broncher. Amélie touillait quelque chose dans une vieille casserole. Une pâte d'apparence étrange. Elle demanda intriguée.

    "Que cuisines-tu ?
    - Rien qui se mange, j'avais envie de m'entraîner un peu. Tu vas voir ... En attendant, déjeunes."

    Peu à peu, la pâte se solidifia mais Amélie retira la casserole du fourneau avant qu'elle ne soit plus malléable. Elle sortit un petit tube métallique de sa poche. Elle saisit ce qu'elle avait chauffé à l'aide d'un torchon et l'appliqua précautionneusement à une extrémité du petit cylindre. Elle lança un regard espiègle à Angèle qui l'observait et portant l'autre extrémité à sa bouche, elle souffla lentement.

    Au début, il ne se passa rien. Puis la pâte informe sembla s'étirer, comme si elle respirait. A mesure qu'elle enflait, elle se fit translucide. Peu à peu, elle devint une sorte de ballon délicat et fragile captant harmonieusement la lumière matinale. Angèle la regarda émerveillée.

    La barde sortit une sorte de stylet de sa poche. D'un geste sûr, elle retira d'abord le petit cylindre et reboucha le trou. Puis, de la pointe de la lame, elle travailla méticuleusement. Petit à petit, une silhouette prit forme. Doucement, à la manière dont un fameux clerc sunite avait façonné sa statue, Amélie travailla avec application sans quitter sa création des yeux. Elle semblait captivée, comme dans un état second, comme si le monde autour d'elle avait soudain disparu.

    Et puis, tout doucement, entre ses doigts naquit une femme. D'arabesques était son opulente chevelure, généreuse sa poitrine et avenants ses traits. Angèle n'eut aucun mal à reconnaître une petite Sunie, haute comme un pouce et demi.

    Avec une solennité certaine, Amélie la déposa sur la table avant de soupirer d'aise et de murmurer.


    "Voila. Si tu la protèges bien, tu pourras l'envoyer."
    Dernière modification par Althéa ; 11/03/2014 à 20h45.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  29. #59
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 132
    Le temps s'écoula en tapinois. La tranquillité des jours devint vite celle d'une veille. Déjà deux fois, Séraphin était venu s'occuper de la maison dans ses habits de femme. Meridith au départ l'avait regardé avec circonspection et avait tout tenté pour en tenir Timéo éloigné. Mais le gamin sans à priori s'était entiché de cette nouvelle femme qui le tenait sans mal par les pieds, à bout de bras et le faisait tourner. Elle avait fini par en sourire.

    La plupart des journées furent studieuses et souvent, Dimitri vint passer de longues heures pour réviser auprès de ses amies. Barnabé, l'halfelin avait fini par s'adjoindre à leur groupe. Amélie et Louison quant à elle arpentaient la ville, bavardant à bâtons rompus. Une fois, elles rentrèrent dans un état d'agitation presque inhabituel. La benjamine avait commencé.


    "Le temple d'ilmater a un nouveau patient. Rodéric l'a dit à Sambre qui vient de me le dire. Il est dans un mauvais état et ne se souvient plus de son nom."

    Le groupe studieux avait relevé la tête.

    "Pauvre homme ...", souffla Meridith.

    Angèle approuva en silence. Ce genre de situations devait être plus qu'effrayant.


    "Comment est-il arrivé là ?, voulut savoir Dimitri.
    - On l'a trouvé devant le temple.
    - Blessé ?
    - Brûlé apparemment.
    - Pas de chance ... Amnésique en plus.
    - Et personne ne semble le connaître ... C'est triste ...
    - Peut-être que l'amnésie est consécutive au choc et que tout se remettra d'un coup. Je l'espère pour lui tout du moins."

    Elle soupira.

    "Espérons que cela ne nous arrive pas d'ici demain matin. Sinon, nous n'aurons jamais ce fichu concours."

    Angèle se sentit pâlir.
    Dernière modification par Althéa ; 13/03/2014 à 20h16.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  30. #60
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    février 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    18 036
    Quête : œil pour œil

    Comme de coutume au Clos des Roses - semblait-il - on vint toquer à la porte. N'avait-on pas prévenu les messagers et les visiteurs que les principales occupantes du manoir se considéraient en vacances après le concours éprouvant de la veille ? Une voix juvénile se fit entendre de l'autre côté du battant de bois :

    - Ouvrez, s'il vous plait ! J'ai un message à remettre en personne à Dame Angèle d'Aulfray. C'est important !
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

Page 2 sur 24 PremièrePremière 123412 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Habitation] Le chalet de Eomer.
    Par Eomer dans le forum Résidences luméniennes
    Réponses: 51
    Dernier message: 30/06/2009, 17h35
  2. Course d'orientation : arbitre des élégances et pseudo-prêtre (les roses !!)
    Par Lothringen dans le forum Les Olympiades de Manost
    Réponses: 46
    Dernier message: 07/03/2009, 20h12
  3. [Habitation] L'escale
    Par Althéa dans le forum Le Centre Ville
    Réponses: 102
    Dernier message: 17/02/2009, 19h52
  4. [Habitation]Le domaine Dizathir
    Par Garfield dans le forum Résidences luméniennes
    Réponses: 4
    Dernier message: 08/10/2006, 15h52
  5. [Habitation] Le cottage de Morgana
    Par Morgana LeFay dans le forum Résidences luméniennes
    Réponses: 22
    Dernier message: 20/03/2005, 20h36

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251