Ouaaaah !!! J'ai écouté une émission sur Aragon aujourd'hui à la radio. Pour moi, Aragon, c'était surtout les yeux d'Elsa. Oui, Aragon, un mec qui aimait tellement une fille qui s'appelait Elsa, qu'il en avait fait un poème magnifique.

Sur ces yeux, plus particulièrement. Car il faut bien le reconnaître, certaines filles ont des yeux proprement époustouflant. Le sont-ils dans l'absolu, où est-ce la perception que l'on en a qui nous les rend si beaux ? Je ne sais pas, je n'habite pas dans l'absolu. En tout cas, voilà ce que Louis Aragon écrivait à propos des yeux d'Elsa :


Tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire
J'ai vu tous les soleils y venir se mirer
S'y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j'y perds la mémoire

À l'ombre des oiseaux c'est l'océan troublé
Puis le beau temps soudain se lève et tes yeux changent
L'été taille la nue au tablier des anges
Le ciel n'est jamais bleu comme il l'est sur les blés

Les vents chassent en vain les chagrins de l'azur
Tes yeux plus clairs que lui lorsqu'une larme y luit
Tes yeux rendent jaloux le ciel d'après la pluie
Le verre n'est jamais si bleu qu'à sa brisure

Mère des Sept douleurs ô lumière mouillée
Sept glaives ont percé le prisme des couleurs
Le jour est plus poignant qui point entre les pleurs
L'iris troué de noir plus bleu d'être endeuillé

Tes yeux dans le malheur ouvrent la double brèche
Par où se reproduit le miracle des Rois
Lorsque le cœur battant ils virent tous les trois
Le manteau de Marie accroché dans la crèche

Une bouche suffit au mois de Mai des mots
Pour toutes les chansons et pour tous les hélas
Trop peu d'un firmament pour des millions d'astres
Il leur fallait tes yeux et leurs secrets gémeaux

L'enfant accaparé par les belles images
Écarquille les siens moins démesurément
Quand tu fais les grands yeux je ne sais si tu mens
On dirait que l'averse ouvre des fleurs sauvages

Cachent-ils des éclairs dans cette lavande où
Des insectes défont leurs amours violentes
Je suis pris au filet des étoiles filantes
Comme un marin qui meurt en mer en plein mois d'août

J'ai retiré ce radium de la pechblende
Et j'ai brûlé mes doigts à ce feu défendu
Ô paradis cent fois retrouvé reperdu
Tes yeux sont mon Pérou ma Golconde mes Indes

Il advint qu'un beau soir l'univers se brisa
Sur des récifs que les naufrageurs enflammèrent
Moi je voyais briller au-dessus de la mer
Les yeux d'Elsa les yeux d'Elsa les yeux d'Elsa

Et ça me gêne terriblement, mais ce n'était pas ce poème que j'avais vu en cours qui m'avait plu ! C'était celui d'Eluard qui fait "la courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur". Faudra que j'en parle à un autre endroit. Mais il est pas mal quand même celui-ci, hein.


Une chanson qu'interprètent Léo Ferré et Stéphane Sansévérino est de lui aussi ! Dedans il y a "j'aimais déjà les étrangères quand j'étais petit enfant". Et c'est de Louis Aragon. Parce que le petit Louis, quand il avait 6-7 ans, allez savoir pourquoi, recevait des cartes postales de jeunes filles à travers le monde, de Roumanie, du Texas, avec les photos des jeunes filles en question en pièce jointe. Il y a des gens qui ont un sex-appeal naturel, peu importe leur âge.

Léo Ferré - l'Etrangère



L’Etrangère

Il existe près des écluses
Un bas quartier de bohémiens
Dont la belle jeunesse s'use
À démêler le tien du mien
En bande on s'y rend en voiture,
Ordinairement au mois d'août,
Ils disent la bonne aventure
Pour des piments et du vin doux

On passe la nuit claire à boire
On danse en frappant dans ses mains,
On n'a pas le temps de le croire
Il fait grand jour et c'est demain.
On revient d'une seule traite
Gais, sans un sou, vaguement gris,
Avec des fleurs plein les charrettes
Son destin dans la paume écrit.

J'ai pris la main d'une éphémère
Qui m'a suivi dans ma maison
Elle avait des yeux d'outremer
Elle en montrait la déraison.
Elle avait la marche légère
Et de longues jambes de faon,
J'aimais déjà les étrangères
Quand j'étais un petit enfant !

Celle-ci parla vite vite
De l'odeur des magnolias,
Sa robe tomba tout de suite
Quand ma hâte la délia.
En ce temps-là, j'étais crédule
Un mot m'était promission,
Et je prenais les campanules
Pour des fleurs de la passion

À chaque fois tout recommence
Toute musique me saisit,
Et la plus banale romance
M'est éternelle poésie
Nous avions joué de notre âme
Un long jour, une courte nuit,
Puis au matin : "Bonsoir madame"
L'amour s'achève avec la pluie.

La rose et le réséda aussi c'est de lui ! De mémoire, c'est l'histoire de deux mecs, l'un croit à Dieu, l'autre non. Et ils se font tirer dessus. Hum, je vais peut-être la chercher, il vaut mieux. Voyez-y ce que vous voulez y voir, je crois que c'est mon poème préféré de lui :


La Rose et le Réséda

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l'échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l'un fut de la chapelle
Et l'autre s'y dérobât
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du coeur des bras
Et tous les deux disaient qu'elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au cœur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l'un chancelle
L'autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
À le plus triste grabat
Lequel plus que l'autre gèle
Lequel préfère les rats
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Deux sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
À la terre qu'il aima
Pour qu'à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
L'un court et l'autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L'alouette et l'hirondelle
La rose et le réséda



Tiens, je pensais qu'il s'agissait d'une guerre. Pas forcément, c'est peut-être juste une fille qui se fait enlever, et deux mecs amoureux d'elle qui essaient de la libérer, qui n'y arrivent pas, l'un des deux se fait blesser, les deux se font prendre et fusilier au matin. Fin de l'histoire.

Ces poèmes vous parlent ? Vous connaissiez ? Vous en avez vu ou lu durant vos vertes années ? Il y en a d'autres de lui que vous aimeriez partager ? C'est ici, à vous de jouer