J'ai récemment terminé – assez laborieusement – la trilogie du cycle de Kushiel. Trois tomes chez Bragelonne : 1. La marque 2. L'Elue 3. L'avatar


La narration est à la première personne, par l'héroïne elle-même, Phèdre No' delaunay. La personnalité decette dernière fait une grande partie de l'originalité du cycle, puisqu'il s'agit d'une prostituée de luxe à tendance (extrêmement) masochiste, marquée à l'oeil par le dieu punisseur (Kushiel) dont elle est l'Elue. Casse-gueule, non ?
Ajoutons que cette même héroïne est amoureuse de son ennemie intime, et on a tous les ingrédients nécessaires pour des scènes sulfureuses et voyeuristes... Soyons honnêtes, on n'y échappe pas toujours.


Ça me met assez mal à l'aise, pas tellement à cause de ces relations sm que parce que je ne marche pas, je n'y crois pas : rien ne m'explique vraiment ce qu'elle trouve à Melisande (la méchante) à part sa beauté, ni la façon dont cette dernière, qui n'est pas grand chose par sa seule naissance, réussit à manipuler des hommes influents mais crédules, non pas une, mais trois ou quatre fois de suite, avant de les précipiter à la mort – bref, ça me semble assez peu crédible tellement elle y arrive facilement. Ou alors ces hommes sont tous des imbéciles finis et ça diminue largement son mérite. Et pour moi, pour une bonne histoire, il faut un bon méchant...


Sinon, l'histoire... pour l'essentiel, ce sont des aventures exotiques et des intrigues politiques. Espionnage, voyages, visites diplomatiques, prison, esclavage. Espionne pour sa reine, Phèdre passe par les alcôves pour découvrir les secrets et faiblesses de ses cibles, ou pour s'assurer des alliés. Dans le tome 1, elle empêche une invasion scaldique. Dans le tome 2, elle déjoue une tentative d'assassinat contre la reine de son pays, Terre d'Ange. Dans le tome 3, elle part à la recherche du nom de Dieu (rien que ça !) pour libérer son meilleur ami d'une malédiction angélique.
Il y a d'ailleurs un petit côté Angélique marquise des Anges, ou Angélique et le Sultan. Mais les intrigues sont assez bien ficelées pour qu'on ait envie de savoir la suite. Il y a du rebondissement...


C'est plutôt bien écrit. L'auteur réussit à faire sentir le mélange d'arrogance et de raffinement propre aux d'Angelins, et le dégoût que l'héroïne ressent envers ses propres penchants sexuels, tout en étant bien décidée à user de tous les moyens à sa disposition pour parvenir à ses fins. C'est une héroïne courageuse, résolue. Intéressante. Son compagnon tient la route également.


L'univers... C'est là ce qui pêche le plus, je pense. Si l'idée du culte d'Elua (fils bâtard de Jésus) et de ses serviteurs angéliques est intéressante, en revanche l'auteur ne s'est pas foulée pour la géographie : tous les pays traversés par les héros sont un décalque de l'Europe Occidentale. Elua City, c'est Lyon ; La Serenissima, Venise ; le pays des Scaldiques, un territoire viking, etc. Et tous ces imaginaires se retrouvent cousus ensemble avec plus ou moins de bonheur. Un peu façon carte postale, quelquefois...


Bilan ? Je ne suis pas fan. Et pourtant ce cycle m'a été recommandée par une fan, et il paraît que ce cycle en a pas mal. Je vois bien ce qui leur plait (la capacité à créer des personnalités marquantes, l'écriture...) mais les défauts mieux encore : l'imaginaire de récupération, les scènes complaisantes...

Il y a un second cycle, suite du premier : le cycle d'Imriel (fils de Melisande, adopté par Phèdre). Mais ce sera sans moi.