Je voudrais vous parler d’une écrivaine américaine dans l’œuvre de laquelle il n’y a ni dragons, ni magiciens, ni vaisseaux intergalactiques, pas de loups garous, de serials killers ou de temples enfouis. Je sais, je sors du créneau phare du forum, mais tant pis
Barbara Kingsolver est une romancière féministe, profondément humaniste et, cerise sur le gâteau, écologiste. Biologiste de formation, elle a écrit un peu moins d’une dizaine de romans, des recueils de nouvelles et quelques essais.

Les histoires qu’elle propose sont toujours ancrées dans le réel, pas forcément spectaculaires, et ses protagonistes sont principalement des femmes. Ce qui est merveilleux, chez Kingsolver, c’est qu’elle n’est jamais militante dans sa fiction. Elle ne donne pas de leçons, à aucun moment les personnages ne quittent leur rôle pour parler au lecteur ou lui expliquer, via des monologues intérieurs, ce qu’il faut penser de telle ou telle problématique. Tout est toujours terriblement bien intégré à l’intrigue, il y a une fluidité constante du propos, sans prêchi-prêcha, mais sans concessions non plus. De surcroît, certains de ses romans débordent d’une bienveillance rare chez les auteurs contemporains qui aiment nous abreuver de noirceur. C’est une auteure qu’on a envie d’offrir, parce qu’elle se lit bien, mais qu’elle donne aussi à réfléchir, qu’elle semble le vecteur idéal de certains messages qu’on voudrait faire passer.

A lire :
L’Arbre aux Haricots (une bonne intro : un road movie sur l’adoption, le droit des migrants…)
Un été prodigue (hyper bio-féministe… Il faut aimer les plantes et les insectes ).
Les yeux dans les arbres (celui-là est trash : Congo en 1958, intégrisme religieux…)

Si j’en parle aujourd’hui, c’est en fait surtout à cause de ses ouvrages « sérieux ».
Dans « Un jardin dans les Appalaches », Kingsolver raconte comment toute sa famille est retournée s’établir dans la campagne profonde pour essayer de vivre, pendant un an, de ce qu’ils étaient capables de produire eux-mêmes. Ça parle donc élevage et jardinage, désherbage, insectes, conserves, asperges et courges, abattage des poulets, semences naturelles, le tout mêlé d’une bonne dose de réflexions sur la consommation responsable, le rôle des multinationales de l’agro-alimentaire, la malbouffe, l’action politique à l’échelle locale.
Je suis en train de terminer « Petit Miracle et autres essais », une vingtaine de petits essais sur des sujets qui tiennent à cœur à l’écrivaine, depuis la théorie de l’évolution (mise à mal par certains aux USA) jusqu’à la réponse à apporter au terrorisme (le premier texte lui a été commandé après le 11 septembre 2001), en passant par l’éducation des filles, le sens du mot patriotisme, le pouvoir de la télé, la consommation responsable (encore), les OGM, le réchauffement climatique, la place de l’être humain sur Terre, et j’en passe. Certains textes s’adressent clairement à ses compatriotes, mais d’autres sont universels. Plus d’une fois, je me suis dit : « ah, mais je devrais faire lire ça à X, ou à Y » ou « ah, c’est tellement bien dit ! »

J’arrive à la fin de mon discours.
Je ne peux pas vous offrir à tous des Barbara Kingsolver, mais je vous enjoins de la lire ! Ou de l'offrir à vos mamans (la date fatidique approche ).
Elle est publiée en poche chez Rivages (je n'ai aucune part chez eux ).