Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: [R]Mrs Dalloway

  1. #1
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Paris
    Messages 
    1 994

    [R]Mrs Dalloway

    Parfois, au détour d'une liste de livres obligatoires à la fac, on tombe sur une petite merveille, quelque chose qui vous touche au plus profond.

    Ce fut mon cas avec ce Mrs Dalloway de Virginia Woolf. J'en avais déja entendu parler à travers le film et le livre Les Heures. Je me suis donc plongé dans ce court roman (environs 210 pages en VO) commançant par cette simple phrase:
    "Mrs Dalloway said she would buy the flowers herself"

    Clarissa Dalloway, la cinquantaine, épouse d'un riche politicien Londonien, prépare une fête dans l'entre deux guerres. Mais rien n'est aussi simple qu'il n'y parait. Un de ses anciens soupirants revient des colonies Indiennes, sa fille devient femme petit à petit, et tout un assemblage de faits et de personne vont pousser Clarissa à se plonger dans les souvenirs. Pourquoi a-t-elle besoin de vivre dans un tourbillon? Pourquoi son mari ne se rend-il compte de rien? Pourquoi sa fille préfère le compagnie de son enseignante bigotte à celle de sa mère?

    Puis il y a Septimus Warren Smith, qui jamais ne croisera Clarissa, et dont les actions et les pensées sont pourtant narrées. La guerre a tué cet homme, à l'intérieur. Il en est devenu fou, et entraine avec lui sa jeune femme, Rezia la milanaise.

    210 pages sans action, avec une succession de narrateurs et de point de vue, pas toujours annoncé: le livre peut paraitre dur à aborder, mais il exploite plusieurs thèmes profond, inhérents à la nature humaine. Tout ceci à travers une galerie de personnage comprenant pêle mêle: Clarissa, son ancien amant, son amie Sally pour qui elle ressentait d'étanges sentiments, sa fille Elizabeth, ou encore Mrs Kilman, reniée après la guerre pour ses origines germaniques, maintenant enseignante d'Elizabeth.

    Clarissa remplit le vide de sa vie en mettant du bonheur dans celle des autres, Virginia en met dans celle de ses lecteurs. Un livre à conseiller à tous les amateurs de "portraits", réaliste et réfléchit, à la limite du philosophique.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  2. #2
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Un peu partout sur les murs
    Messages 
    1 298
    Atrocité bestiale orange, serions par le plus démoniaque hasard en phase ? Imagine toi qu'il y a pas moins de 27 secondes j'étais sur ton blog et que je pensais justement à la pauvre Clarissa... et voilà que je te retrouve ici à en parler. Frappant. Aïe.

    Tout d'abord découvert par l'entremise du film The Hours, plus ou moins lié au roman mais en rien une adaptation, puis recommandé vivement par une certaine reine des zinzins, cela vous dit probablement quelque chose, j'ai plongé dans ce chef d'oeuvre et je n'en suis que partiellement revenu.

    Il est dommage que ce livre reste méconnu en France, car d'origine anglaise très certainnement prohibé des programmes du secondaire et plus généralement occulté par les oeuvres homologues de Flaubert et de Maupassant. Mais la comparaison est presque réductrice tant Woolf est supérieure quand il s'agit de décrire avec minutie la futilité de la vie de son héroïne... qui elle n'aura pas droit à la libération suicidaire d'une Bovary...

    A lire... sauf si vous tenez à votre optimisme.
    Un beuah joue, un beuah boit mais un beuah ne dort jamais


  3. #3
    Algernon Invités
    Ah, la pulsation des consciences à travers une symphonie de mots de la Woolf.

    J'ai eu deux rencontres avec ce livre. La première fut sous l'égide d'une étude à faire pour un oral d'anglais en classe de Khâgne. Je n'avais pas aimé non pas que le texte me parût compliqué mais je n'avais pas pu m'immerger dans l'histoire avec un si court extrait.

    Deuxième rencontre : j'étais sortie d'une lecture d'un ouvrage de Sarraute, le Planétarium, échaudée un peu par ce zapping des intériorités qui m'avait laissée de marbre. Eh oui, j'aime plutôt les histoires classiques.

    Et là, je me suis engouffrée dans ce roman car, ce qui manquait à Sarraute était magnifié chez Woolf malgré l'originalité narrative : la brisure intérieure de chacun de ces êtres et de Clarissa en particulier qui fait que ce roman touche profondement au coeur du lecteur et rend l'émotion très tangible au-delà justement du rendu de la futilité de ces existences.

  4. #4
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Paris
    Messages 
    1 994
    Au dela de Clarissa, je trouve que Woolf à une manière exceptionelle de créer ses personnages. Ce qui m'a pouss à lire quelques uns de ses essais. Elle dit "poursuivre des fantomes", essayer de saisir un morceau de leur robe, leur regard...

    Et en effet c'est pas bribes que sont construits ses protagonistes. La pensée n'est pas linéraire, à l'instar de celle de Clarissa, elle se perd en souvenir, divagations, métaphores. Voila pourquoi le livre ne décrit qu'une journée. Pourtant, on sent la fragilité de Clarissa, qui essaye de se noyer dans les mondanités pour échapper au destin de son double, Septimus.

    Les portraits secondaires sont tout aussi poignants. Celui de Rezia notamment, dont la vie et la jeunesse se fanent dans son amour inconsidéré pour son mari. Mais elle ne peut se resoudre à l'abandonner. Peter Walsh, qui joue avec son canif dès qu'il parle à une femme, reportant sa frustration de ne pas avoir pu séduire Clarissa. Mrs Kilman, dont les sentiments pour Elizabeth estent très flous...

    Et puis, ce personnage majestueux: Londres. Londres qui vit, qui respire, qui transpire par les pores des personnages. Regents Park, Big Ben, des monuments qui eux aussi entrent dans la composition des personnages.

    Pour être honnête, c'est un des seuls romans que j'ai lu et auquel je ne trouve rien a redire (mais bon, je ne suis pas non plus un critique littéraire...)

    En tout cas, ça m'a furieusement donné envie de découvrir les autres oeuvres de Woolf.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  5. #5
    Roborune Invités
    EDITON SPECIALE
    ---------------------------------------------------Voilà, la censure a encore frappé, et m'a envoyée en orbite. Navrée, c'était pourtant digne de Woolf. Et mes condoléances si vous ne comprenez rien, aller taper Link pour le faire parler, il vous expliquera-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250