Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Discussion: Quête : Le Poing Levé – De Medann à Graëlon

  1. #1
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Quête : Le Poing Levé – De Medann à Graëlon

    Quête : Le Poing Levé – Sur la route de Graëlon

    Une douzaine de jours passèrent depuis le départ un peu précipité des troupes aux portes de Manost. Après l'exaltation et les inquiétudes des premiers jours, l'armée s'était peu à peu installée dans une sorte de routine : les longues journées de marche, les ampoules, les courbatures, sans oublier l'incorrigible humidité des paquetages, due à une météorologie toujours aussi capricieuse. Les entraînements et séances d'information du soir empêchaient les troupes de céder tout à fait à la morosité. Pour le reste, on voyait toujours les mêmes têtes, jour après jour, et les conversations se faisaient moins nombreuses, durant la journée, cédant la place à des chants de marche ou au silence des souffles malmenés.

    On savait que les Lumeniens devaient débarquer à Graëlon, et qu'on allait attendre leur arrivée avant de poursuivre davantage. Peu d'informations filtraient à propos des mouvements de troupe ennemis. Apparemment, le siège d'Aghoralis avait commencé, et on ne rencontrerait probablement pas de mélandiens avant au moins une semaine. On avait aussi appris que des troupes issues de Paymill avaient ouvert un second front à Orlado, et que les combats faisaient déjà rage, là-bas, dans la péninsule... L'armée manostienne y gagnait pour l'instant du terrain, dans les campagnes, pour la simple et bonne raison qu'elle n'avait pas encore rencontré d'armée ennemie.


    Brus, Mornagest et Lothringen

    Le voyage en compagnie de la garde blanche s'avéra une expérience curieuse. D'un côté, la garde rapprochée, souvent silencieuse et obsédée par sa mission en dépit de son égarement spirituel, avait un côté solennel et tragique qui imposait le respect. Quelques tentatives d'illuminés ou de désespérés de forcer l'accès au Conseiller furent tout ce que l'on eut à déplorer en chemin, mais sire Rowan ne désarmait pas sa vigilance. Selon lui, les attentats arrivaient toujours au moment où l'on s'y attendait le moins.

    Brus se vit confier quelques missions de messager, mais Lothringen l'envoya aussi plusieurs fois rencontrer en son nom des espions ou informateurs qui préféraient ne pas être vus en compagnie du conseiller. Il discutait avec eux et lui faisait ensuite son rapport. Il lui arriva même de tenter d'espionner un de ses interlocuteurs, mais il se fit surprendre et dut prendre la fuite en vitesse, un peu penaud. Brus devint en outre rapidement la mascotte de la garde, qui appréciait sa joie de vivre rafraîchissante.

    Mornagest connut toutes les souffrances qu'on lui avait promises : il mit plusieurs jours à se faire au rythme de sommeil très haché des gardes, et à pouvoir assurer des veillées efficaces. Les entrainements lui donnèrent tout d'abord des courbatures douloureuses, et il mordit plusieurs fois la poussière en affrontant quelqu'un de ses collègues. Il n'y avait guère que les prêtres qu'il parvenait à vaincre... Son caractère égal et modeste lui assura néanmoins la sympathie de ses camarades, même s'ils semblaient toujours trouver sa présence parmi eux un peu étrange. Et peu à peu, ses duels devinrent moins ridicules, et il acquit, sans même s'en rendre compte, bon nombre de réflexes, ainsi que la maîtrise de bien des figures utiles...

    Lothringen était heureux de voyager aux côtés de son compagnon, même si leurs échanges étaient rares. Il avait pu avoir quelques conversations brèves avec lui, mais vues les réactions de la garde, ils avaient jugé préférable de ne pas lui donner l'impression qu'il était le protégé du patron. Le semi-drow espérait beaucoup de l'étape de Graëlon, qui leur permettrait d'avoir un peu plus de temps et d'intimité que sur la route. Et, faute de mieux, il jetait sans en avoir l'air de fréquents regards en biais sur un des cavaliers qui marchaient avec lui. Sa seule présence l'apaisait, au cœur d'une situation politique et militaire toujours aussi tendue.


    Ailyn, Bellatrix – et Lekhtarin

    Le groupe des mages était certainement le plus hétéroclite et le plus loufoque de tous les corps de l'armée. Les mages n'étaient pas très forts, ni très endurants, mais ils avaient des idées. Le Disque Flottant de Tenser, qui permettait de se décharger sur un plan invisible de tous leurs bagages, devint rapidement l'un des sorts favoris de la troupe. Il eut pour concurrent sévère la Force du Taureau, l'Endurance de l'Ours, et l'Abri de Leomund. Certains n'hésitaient à invoquer des créatures pour faire dresser les tentes à leur place, ni à tester l'efficacité de leurs sorts sur leurs camarades, ce qui entraîna divers incidents sur les campements, notamment quand un gnome illusionniste dissipa le sortilège par lequel il venait de séduire, sous l'apparence d'une succube, un de ses collègues invocateurs. La plaisanterie entraîna une véritable bataille rangée, sur le mode du charivari, entre les deux écoles.Les mages enseignants de la guilde eurent fort à faire à tenter de discipliner tout ce petit monde, qui se sentait presque à la fête, car il était fort rare que les mages soient tous réunis, quelle que soit l'occasion.

    Malgré toute cette dissipation, il y eut tout de même des enseignements bien utiles lors des étapes du soir pour apprendre à manipuler la magie en combat. On mit l'accent sur les sorts offensifs, à commencer par le projectile magique et la flèche élémentaire (d'acide ou de feu) Chaque école insistait davantage sur tel ou tel sort en fonction de sa spécialité.


    Chacun de vos personnages apprend un sort nouveau aux niveaux 1 et 2.

    Angèle et Chandara

    Chandara ne tarda guère à se décider à voyager sur son cheval plutôt qu'en le tenant en main. A la longue – à la très longue – c'était beaucoup moins fatigant. Elle croisa à plusieurs reprises le grand-prêtre Eroeh, qui la reconnut et la salua, mais n'eut pas vraiment l’occasion de discuter davantage avec elle. Le grand-prêtre semblait toujours aussi déterminé. C'était étrange de voir les helmites menés à leur dernier combat par un homme aussi jeune, et vieux de deux siècles en même temps... Il ventait sur le groupe des helmites, plus encore que sur les autres groupes confessionnels, un souffle mystique indéfinissable. Le Grand Émissaire avait autrefois trouvé le mot : c'était l'esprit de croisade.

    L'intégration d'Angèle parmi les helmites n'alla pas de soi. Le grand-prêtre Eroeh l'accueillit sans faire d'histoire, se contentant de sourire en lisant la lettre de transfert, en disant que « le conseiller s'était bien joué de lui, mais que c'était de bonne guerre. » Les helmites, en revanche, étaient un peu ennuyés. S'ils appréciaient son aide lorsqu'elle leur faisait une imposition des mains, ils ne pouvaient s'empêcher de jalouser ces pouvoirs qu'ils n'avaient plus, et il valait mieux ne pas discuter de foi avec eux, ou les aigreurs remontaient très vite à la surface. Les helmites ne comprenaient pas le geste de Tyr, et, blessés dans leur être même, le méprisaient cordialement. Difficile dans ces conditions d'en accepter les soins, mais nécessité faisait loi...


    [Je vous propose de poster sur ce sujet une sorte de (long) résumé du voyage et des états d'âme de chacun de vos personnages. Nous passerons ensuite au récit de l'arrivée aux environs de Graëlon proprement dite.]
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  2. #2
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 093
    Contusions, bleus, nuits courtes et sommeil entrecoupé. Ces quelques mots résumaient bien ce qu'il vécut pendant ces douze jours intenses en entraînement, en attention de tous les instants et en préparatifs pour déballer les affaires, monter le campement, veiller à la garde et remballer tout dès l'aube. Il avait souffert, ayant perdu l'habitude d'un rythme aussi soutenu. Il s'était empâté à la tête du conseil mélandien, et à Manost, cela ne s'était pas arrangé : personne ne le menaçait, il avait réduit son entraînement aux armes à sa plus simple expression. Aussi, moulu mais satisfait d'avoir progressé en ayant retrouvé de vieux réflexes enfouis et en en ayant appris d'autres très utiles, Mornagest appréciait presque ces séances douloureuses mais instructives, qui se révélaient moins éprouvantes à mesure que les jours passaient. Les critiques et remarques de ses co-équipiers se faisaient un peu moins nombreuses, et il sentait qu'il apprenait. Suffisamment vite, il l'ignorait, mais il progressait, ce qui était à son sens l'essentiel.

    Conjointement à cela, il n'eut que peu l'occasion de parler avec Lothringen, même de façon totalement formelle. Tout au plus échangeaient-ils des saluts de rigueur, ou quelques mots sur l'état des troupes ou l'avancée de l'armée vers Graëlon. Il essayait de patienter, sachant que leur avenir dépendait également de leur discrétion la plus totale, évidemment. De toute manière, l'entraînement lui fournissait un exutoire efficace, et il ne trouvait jamais le temps de s'ennuyer. L'ennui était propice aux questionnements, et il en avait vécu suffisamment comme cela.

    Malgré tout, le temps lui parut long. Si proche, et inaccessible... c'était parfois difficile, voire pire.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Douze jours de solitude. Au milieu des helmites solidaires autour de leur dieu mort et leur absence de pouvoir. Esprit de corps dans lequel elle n'avait pas sa place. Ils rechignaient presque à accepter ses soins : plaies superficielles, bosses et contusions dues aux entraînements. Pas plus. Pour le reste, ils ne se parlaient pas. Elle fit effort pour ne pas voir leurs regards envieux quand elle soignait, ne pas entendre leurs silences pesants quand elle passait près d'eux. Une fois de plus, elle marchait en hiver. Chaque fois qu'elle soignait, elle se montrait aimable, serviable quoi qu'un peu réservée. On ne lui en demandait pas plus. La situation évoluerait peut-être une fois les véritables hostilités engagées et que l'on affronterait le vrai ennemi commun : Melandis. En attendant, elle marcha avec ses souvenirs, ombre fidèle de ses amis disparus.

    Puis les rapports se dégelèrent un peu par l'entremise de Chandara. La jeune paladine, d'une spontanéité irrésistible qui n'avait rien à envier à celle de Théodora parvint à la rapprocher de Pandora et Lise avec qui elle partageait désormais la tente en plus de Chandara. Ce n'était pas une franche camaraderie mais plutôt une entente. Elle avait perdu l'habitude de se faire ses amis.

    Durant les journées de marche, à mesure qu'elle s'éloignait de Manost, elle pensait à son jumeau. Elle lui avait envoyé une lettre qui ressemblait à un adieu. Elle lui avait annoncé l'échec de la mission, les décès de Yorven et de Guillaume. L'incertitude quant à Marzhevenn et Theodora. Puis elle lui avait parlé de Medann, du conseiller Lothringen. De son choix qui l'avait poussée à Medann plutôt que vers Manost. Qu'elle s'en voulait de l'avoir trahi mais que sa loyauté pour la ville ne lui laissait pas le choix. Elle lui avait aussi dit qu'il lui manquait et qu'elle voulait le revoir. Et qu'en dépit de tout, ils étaient frères. Elle lui avait demandé d'embrasser leur mère pour elle et de lui dire qu'elle était en vie. Elle conclut en lui annonçant qu'elle partait pour la guerre, défendre la cité et les idéaux qui les constituaient tous les deux. Qu'elle espérait avoir sa réponse.

    Elle se sentait fatiguée, la tête dans le brouillard et le genou douloureux ...
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  4. #4
    Date d'inscription
    February 2008
    Localisation
    Azkaban
    Messages 
    288
    "Cher Journal
    Jour 1 : Je t'écris aujourd'hui pour remettre à hier ce que je ferai demain. Mais je suis plutôt contente. Je me suis fait une amie. Elle est gentille. Elle s'appelle Ailyn et elle est mage. ça tombe bien moi aussi. Elle invoque les ours et il me semble qu'elle aussi, entend le chant des soupières. Cette nuit, leur appel m'attirait et je me suis levée. J'ai bousculé le mage pervers qui par ses pouvoirs essayait de rendre la tente de sa voisine transparente. Il n'a pas beaucoup apprécié. Je suis passée à coté de celui qui a accroché une casserole autour de son cou et qui dit que la fin du monde est proche, que l'on doit se repentir. Il est très gentil, mais je préfère quand ses crises lui arrivent à l'aube et non au milieu de la nuit. Je ne suis pas la seule dans ce cas là car ce matin, ses casseroles avaient élu domicile dans un arbre. De peur qu'il leur tape dessus ? Je suis prête à résoudre ce mystère.

    Jour 2 : cher journal. Tu m'appelles irrésistiblement. Je constituerai bientôt un herbier de chaussettes entre tes pages. Je sais que tu aimeras. Ce matin, le mage était dans l'arbre attaché par les casseroles. Un sort qui aura mal tourné, sans doute. La journée a été longue. Ma chanson du petit sagouin a eu beaucoup de succès. J'entends parfois des gens la reprendre avec quelques petites variantes. "Allons, allons, pour Manost." Certes, ma chanson a bien changé, mais je la reconnais.

    Jour 3 : cher journal, mes pieds souffrent dans leurs chaussures. J'ai donc commencé à marcher pied nus. Au début, c'était plutôt inconfortable et les gens me regardaient d'un air bizarre. Mais je me suis vite habituée. Et les autres aussi, d'ailleurs.

    Jour 4 : cher journal, des mages se sont battus tout à l'heure. Cela m'a beaucoup amusée. Ces gens sont fous. Moi, je ne serai jamais comme cela, heureusement.

    Jour 5 : cher journal, tu ne vois pas que je suis fatiguée ? Tu me harcèle. La nuit, j'entends le bruit de tes pages qui se froissent. Je t'entends m'appeler sans répit : Bellatrix ... Oui, c'est comme ça que je m'appelle. Et alors ?

    Jour 6 : cher journal, tu me fatigues. Si tu continues, tu vas finir brûlé. D'ailleurs, nous aurions bien besoin de chauffage dans cette pluie interminable.

    Jour 7 : pas de jour 7 car le journal a fini au feu ...
    Seule jeunesse se passe ... les nounours sont éternels

  5. #5
    Date d'inscription
    February 2009
    Messages 
    571
    Le temps pluvieux n'avait aucune prise sur le jeune homme et l'humidité aurait été bien en peine d'entamer son optimisme et son enthousiasme dans un moment pareil. La vie de l'armée était une expérience unique et pour le moment elle n'avait rien du tableau apocalyptique qu'on avait pu lui en faire. Bien au contraire, c'était une découverte de tous les instants. Et en cela, la première qu'il avait faite le matin du départ de Médann avait fixé la barre haut. La discussion entre le conseiller et Hugues sur la famille de celui-ci avait incité ce dernier à intégrer la garde blanche. Brus avait presque sursauté en le croisant tout drapé de sa cape d'albâtre. Les jours qui suivirent et les quelques entrainements auxquels il avait trouvé le moyen d'assister - rien n'échappait à son examen - lui avaient même appris que Hugues finissait par donner honorablement la réplique à quelques-uns des membres du corps d'élite. Cependant, et pour autant qu'il pouvait flairer que la vérité n'était pas tout à fait celle que lui avait proposée l'un et l'autre, Brus se gardait bien d'interroger Hugues ou le conseiller. Malgré sa curiosité, il se rappelait suffisamment la mise en garde de ce dernier au sujet des questions à ne pas poser, et celle-ci était sans doute du nombre. En fait, la seule véritable interrogation qui le taraudait quant à la garde blanche tenait à la préservation de l'éclat immaculé de leur cape. Personne parmi le corps d'élite n'avait vendu la mèche. Et si Brus s'amusait à les chambrer occasionnellement, les membres de la garde se payait en retour d'un sourire énigmatique à la moindre question du voleur sur le sujet, à la suite de quoi Brus se voyait forcer de lâcher l'affaire, frustré.

    Du reste, sa curiosité trouvait un champ d'investigation amplement suffisant dans les courses que l'envoyait faire Lothringen et qui l'occupait une bonne partie de son temps. Ses moments de prédilection étaient les rencontres avec les espions. Chacun était différent, certains étaient extrêmement laconiques, d'autres, plus loquaces, acceptaient de répondre aux questions surnuméraires du jeune garçon quant à leur travail et leur situation. Certains lui apprenaient quelques "trucs" qu'il s'efforçait de mettre en pratique dès l'entrevue terminée, en prenant souvent pour cible la première personne qu'il croisait, quelle qu'elle fût. Il avait même tenté de suivre l'un des agents mais la filature s'était soldé par un échec et il avait bien fallu qu'il nuance l'étendue de ses nouvelles aptitudes et les relativise à côté de celles des agents du conseiller, bien plus expérimentés. Finalement, la dernière compétence qu'il avait tirée de ses allers et venues à travers l'armée, et parfois même en dehors jusqu'à l'avant garde des éclaireurs, était une meilleure assiette et l'assurance en cas de galop improvisé, de pouvoir tenir en selle sur plus de quelques mètres.
    J'ai signé, là: X
    Sinon, la biographie de Brus, c'est ici.

  6. #6
    Date d'inscription
    January 2013
    Localisation
    Dans mon antre, en train de dormir sur mon or.
    Messages 
    476
    Le drowconien à la silhouette encapuchonnée avait pu quand même apprendre à perfectionner le pouvoir de ses ancêtres grâce à ses mages, à leur insu, ils lui avaient rendu un énorme service. Il avait aussi appris à se protéger, on lui avait nommé ces sorts comme "Flèche Acide de Melf" et "Bouclier", ils ne valaient pas les sorts de ses maîtres, il en était sûr. Il venait de reparaître au côté des troupes, il tenta alors de trouver Ailyn et Bellatrix.
    Moi, Nir Athkel, ne me soumet pas, je ne fais que vivre en suivant le Flux de la Beauté et de la Nature.

  7. #7
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages 
    5 276
    De la pluie, du vent, le capuchon sans cesse rabattu sur sa tête, Ailyn n'y voyait goutte. Elle marchait, aveugle, écoutait Bellatrix chanter, chantait parfois avec elle, puis avec les soldats, puis à nouveau avec Bellatrix. Les paquets, peu importait leur taille ou ce qu'ils contenaient, devenaient lourds, coupaient les épaules. Mais on s'y habituait.
    Pour soulager ses pieds endoloris après des jours de marche, elle avait tenté d'imiter Bellatrix, mais n'avait tenu que quelques heures. Trop de cailloux cachés dans la végétation... Ses pieds étaient sensibles, tout de même !

    Les arrêts du soir marquaient une sorte de libération. Comme si il fallait endurer le calvaire du jour pour arriver aux bienfaits de la nuit. L'obscurité avait commencé à devenir une source de confort pour Ailyn. Il y avait le repos, la nourriture, et les entraînements. Elle prenait grand plaisir à faire quelques essais avec ses camarades et sentait qu'elle avait progressé avec eux. Elle espérait qu'il en était de même de leur côté.

    La jeune femme avait par ailleurs su faire sensation avec une ou deux chansons paillardes apprises au cours des soirées festives de son village d'autrefois. Le souvenir avait du bon, et il était délicieux de le laisser émerger au milieu de ce voyage aussi déprimant que stimulant... Le groupe des mages était un étrange voyage à lui tout seul, et les fréquentes disputes qui les secouaient étaient autant de sources de divertissement. Certains d'entre eux devaient par contre être sensiblement dérangés : le sérieux et le calme des enseignants était passablement mis à mal, semblait-il. Et cela plaisait à Ailyn.

    Si être patient était une vertu prisée des mages, Ailyn ne la possédait malheureusement pas. Ou alors, par intermittence. Elle était à la fois impatiente et effrayée par ce qui les attendait au bout du chemin. Mais Bellatrix et les liens qu'elle nouait au fil des jours lui donnaient de la force. Une force insoupçonnée qu'elle espérait de tout son coeur ne pas gâcher en transformant arbitrairement un soldat en ours en lui jetant un sort de Force du Taureau...
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  8. #8
    Avatar de Chandara
    Chandara est déconnecté Ordre de la Rose Rubis
    Date d'inscription
    May 2008
    Localisation
    Antelucas
    Messages 
    3 030
    Chandara n’était pas la plus mal lotie de l’armée en marche, loin de là. Si elle partageait sa tente avec trois autres femmes ce qui imposait une certaine discipline dans le rangement et l’espace alloué à chacune, elle était loin d’être la seule dans cette situation. De plus, elle appréciait la compagnie d’Angèle, Pandora et Lise. Pouvoir entretenir quelques conversations avec ses pairs lui avait souvent manqué et elle s’était en outre octroyée la mission de faire accepter Angèle pour laquelle elle s’était prise d’amitié. Le fait qu’elle n’ait jamais eu accès à certains des pouvoirs propres aux paladins la rendait moins susceptible d’éprouver de la jalousie pour ses pouvoirs de guérisseuse. Et les confessions que lui avait faite la paladine de Tyr avaient tôt eu fait de briser la glace.

    Bénéficier d’une monture lors des longues heures de progression de l’armée était un autre atout qu’elle avait vite apprécié surtout après les premiers jours nécessaires à se réhabituer aux effets désagréables de la monte. Pour couronner le tout, elle s’était rapidement rendue compte qu’elle n’avait pas à rougir de ses talents lors des exercices du soir. Elle cherchait néanmoins à s’améliorer en mettant du cœur et de la volonté dans chaque joute, retenant de ses erreurs et bien décidée à retenir les nouvelles techniques qui lui étaient données d’apprendre. Elle consacrait toujours un moment pour aider ceux qui ne bénéficiaient pas de la même expérience, tant pour leur donner confiance en leurs capacités que dans l’objectif d’apporter un peu de liant à leur petite communauté helmite au milieu de la grande armée.

  9. #9
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340
    Bravo pour la réactivité

    On continue en se reséparant (désolée, mais nous sommes trop nombreux pour rester tous ensemble) :

    => pour le groupe des mages:
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...tml#post309078

    => pour les helmites:
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...e-graelon.html

    => pour le conseiller et son escorte:
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...e-graelon.html
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

Discussions similaires

  1. Quête : Le Poing Levé – les helmites (Medann)
    Par Lothringen dans le forum Les Côtes du Sud
    Réponses: 42
    Dernier message: 26/03/2013, 20h38
  2. Quête : Le Poing Levé - le groupe des mages (Medann)
    Par Ailyn dans le forum Les Côtes du Sud
    Réponses: 52
    Dernier message: 25/03/2013, 16h10
  3. Quête : Le Poing Levé - Auberge du Merle Rouge (Medann)
    Par Mornagest dans le forum Les Côtes du Sud
    Réponses: 71
    Dernier message: 24/03/2013, 22h55
  4. Quête : Le Poing Levé - Medann, la rue principale
    Par Lothringen dans le forum Les Côtes du Sud
    Réponses: 48
    Dernier message: 22/03/2013, 17h58
  5. Quête : Le Poing Levé - les éclaireurs (Medann)
    Par Lothringen dans le forum Les Côtes du Sud
    Réponses: 13
    Dernier message: 12/03/2013, 20h45

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256