Affichage des résultats 1 à 16 sur 16

Discussion: [Quête] Pillages à répétition

  1. #1
    Date d'inscription
    novembre 2003
    Messages 
    423
    Un détachement de l'armée Manostienne fait son entrée dans les environs du bosquet des pierres. De provenance d'Aghoralis, le voyage n'a pas été très long, mais pourtant la fatigue se dessine sur le visage des soldats, et la troupe avance lentement, sans un mot. Mais celui qui semble le plus fatigué de tous est sans conteste celui qui voyage en tête : Morgon.

    C'est quand même fort, le jeune homme s'est engagé dans l'armée il n'y a que quatre jours, et le voilà avec pour mission de guider tout un détachement vers un lieu qu'il ne connaît pas, sur une île qui lui est totalement étrangère, ou du moins qui lui était il y'a un mois... Cela passerait certainement mieux si il avait dormit un peu plus, ou si il n'était pas en proie à un mal de crâne atroce, comme toujours.
    De toute façon il faut faire preuve d'optimisme : c'est une bonne façon pour lui de faire oublier le fiasco de sa dernière mission, et puis les ordres sont les ordres...

    Heureusement pour lui, le bosquet des pierres porte bien son nom, un tas de pierre totalement inutile et pas forcément magnifique, visible d'assez loin, et apprécié par tous les druides du coin. Un peu de bon sens suffit au guerrier/mage pour le trouver et le reconnaître sans l'aide de personne, une de ses facultés les plus impressionnante étant de pouvoir imprimer des cartes géographiques dans son esprit à tout jamais en quelques minutes d'observation, chose étrange, étant donné qu'il ne s'était jamais servit de ce genre de documents avant son arrivée sur Dorrandin.

    Se forçant à garder son air sûr de lui, comme depuis le début du voyage, Morgon prend la direction du nord, en priant pour finir par voir des traces d'orque. C'est alors que la troupe commence à s'enfoncer dans une partie de la clairière au sol plus dénudé, avec quelques traces de piétinement lourds, ne ressemblant vraiment pas à ceux des druides. Si cette piste ne les mènent pas aux orques, alors Morgon risquerait d'en prendre pour son grade, il suit les détériorations avec l'espoir de tomber nez à nez avec les créatures hideuses.
    Au cas où l'histoire d'un looser migraineux interesse quelqu'un... la biographie de morgon

    Pour me faire parler ( si quelqu'un a vraiment envie de me faire parler...) c'est en vert.

  2. #2
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650
    Un troupeau de sangliers n'eut pas fait plus discret niveau traces, mais, alors que Morgon semblait plus inquiet de l'éventualité de ne rien trouver de que de trouver une armée d'orcs, l'un des lieutenants qui accompagnaient le commandant en tête de la troupe s'approcha de son supérieur en grimaçant :

    - Mon commandant, vous avez vu ces traces ?

    L'attitude de son second déplut visiblement au commandant qui ne prit même pas la peine de le regarder pour lui répondre, regardant impassiblement droit devant lui, tâchant de rester concentré sur les embuches qu'ils pourraient rencontrer.

    - A votre avis, Bonkhi ? C'est pour celà que nous les suivons me semble-t-il. Notre jeune recrue semble avoir récolté de bonnes informations.

    - Ca, je vous crois, mais vu l'état du terrain, je suis pas sûr que nous serons de taille et en plus, sauf votre respect, il me semble que ces traces qui semblent plutôt fraiches, font route vers Aghoralis monsieur.

    Le commandant stoppa alors la marche sans prévenir pendant que, trop concentré sur sa mission et sa migraine, Morgon, qui ne s'était aperçu de rien, poursuivait son chemin. Le temps qu'il s'aperçoive de sa solitude, son commandant descendit de cheval, afin d'inspecter les alentours nerveusement.

    De retour vers la troupe, le jeune guerrier-mage percevait au loin le regard furieux de son supérieur. Les deux officiers échangèrent quelques mots, puis très rapidement, les soldats sortirent leurs armes et se mirent en position défensive. Un sifflement rappela du bout de la colonne six rôdeurs pendant que le lieutenant pressait Morgon de revenir. Le commandant s'entretint un instant avec deux rôdeurs qui visiblement n'en menaient pas large. l'officier revint en rage auprès de son second et de Morgon


    - Les abrutis !

    - Ils n'ont rien vu ?

    - Non !

    Morgon qui ne comprenait pas trop le sujet de la conversation se hasarda à demander quelques détails. Le commandant lui signifiant d'un regard noir qu'il n'était pas disposé à éclairer sa lanterne, c'est son lieutenant qui lui expliqua la situation.

    - Et bien nous suivons depuis quelques lieues des traces qui ont bien été identifiées par l'un de nos rôdeurs comme étant des traces d'orcs...

    Dans ces situations, il y avait toujours un mais, et c'est l'instinct qui commanda à Morgon de gagner du temps

    - Mais ?

    - Mais, elles font route vers Aghoralis, et vu la profondeur, c'est pas un petit détachement qui fait route là bas. Connaissant le plan de défense des alentours de la cité, je peux vous affirmer qu'il va y avoir un énorme problème. Nous avons morcelé notre défense sur des dizaines de lieues à la ronde autour de notre cité afin de faire face efficacement à des actions de guerilla. Contre des petites attaques, c'est efficace, mais là c'est toute une armée qu'ils ont envoyé. Et nos petits détachements vont se faire massacrer.

    Morgon palit. Il venait de comprendre pourquoi le commandant était aussi enragé : Aghoralis, deuxième puissance financière Manostienne risquait de tomber aux mains d'une troupe d'orcs. Un frisson lui parcourut tout le dos alors qu'un rôdeur accourut vers les trois hommes.

    - Alors ? demanda le lieutenant.

    - Je dirai qu'ils ont bien deux heures d'avance, voire trois. Et s'ils coupent au court en plus, ce qu'ils semblent faire, ils ne sont pas loin d'atteindre les premiers avant-postes. Nous avons déjà envoyé un message par les airs afin de les prévenir.

    - Il va falloir se hâter donc.

    Le lieutenant était un homme costaud, à l'allure robuste. Une assez longue barbe rousse renflouait le creux de ses joues et dévalait le long de ses plates. Imposant aurait sans aucun doute été le terme qui le caractérisait le mieux. L'homme avait un certain charisme. Sa voie grave ne trahissait aucune panique tout en rendant compte de l'extrême gravité de la situation. On devinait chez lui une longue expérience, un second parfait qui paliait efficacement à l'absence de son supérieur complètement désemparé par sa fureur et son erreur stratégique. Un second rôdeur déboula en courant. Son apparition surprit tant et si bien la troupe par son vacarme, qu'il manqua de créer un mouvement de panique au sein des rangs. Essouflé par une longue course, il interrompit la réflexion de l'officier.

    - Monsieur, ils ont une arrière garde ! nous sommes repérés ! Des orcs et des gobelins se placent un peu partout aux alentours.

    - Ils sont nombreux ?

    - Difficile à dire, mais je ne pense pas, une vingtaine au moins.

    Avant que le rôdeur poursuive son rapport le lieutenant fit un signe au porte drapeau qui se mit à hurler de tout son souffle :

    - AUX ARMES !

    L'appel fit aussitôt relayé tout le long de la colonne. Le bruit des boucliers qu'on levait se mêla avec fracas à celui des armes dégainées, une rumeur parcourut toute la troupe. Le commandant reprit alors la parole.

    - Lieutenant, vous repartez avec quatre de nos éclaireurs et la colonne. Vous désignerez six hommes qui resteront, et nous vous couvrirons. On ne peut pas se permettre de perdre plus de temps. Chaque instant compte pour la défense de la cité, vous devez mener nos hommes au plus vite aux portes de la cité.

    Pour la première fois depuis qu'il avait pris les choses en main, le lieutenant parut hésiter :

    - Mais, monsieur, nous ne sommes pas sûrs de...

    -Exécution ! Morgon, vous restez avec nous, votre magie pourra peut-être nous faire gagner du temps. Ledren, faites sonner la retraite !

    Le ton du commandant n'admettait aucune réplique, et en un instant, tout parut s'accélérer. La troupe repartit aux pas de charge d'où elle venait pendant, que les quelques hommes restant, c'est à dire le commandant, Morgon, deux éclaireurs et quatre soldats, se dissimulèrent dans le fourages, attendant que les orcs pointent leur museau. Au loin on apercevait encore la colonne se diriger bruyamment vers Aghoralis. Posté derrière un arbre, le commandant la regardait s'éloigner avec toute l'angoisse que pouvait exprimer un simple regard, quand soudain, un éclair déchira le ciel et vint le foudroyer de plein fouet. Le feu du ciel aveugla tous les hommes qui se trouvaient dans les 6 mètres à la ronde et assourdit tous les autres. Un shaman Hogobelin fit alors son apparition, au milieu d'un semi hémycicle composé d'une douzaine d'orcs et d'hogobelins qui chargeaient au milieu d'une nuée de flèches...
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  3. #3
    Date d'inscription
    novembre 2003
    Messages 
    423
    L'officier venait de s'effondrer un peu plus loin, l'éclair avait causé une sacrée pagaille, et les gobelins étaient en surnombre. Heureusement pour les soldats, les créatures ne possédaient pas l’intelligence nécessaire pour profiter de leur avantage, et chargeaient épée en main comme des idiots, tous réunis en un bloc.

    Alors oui, sur ce coup là, Morgon espérait bien que sa magie aiderait à gagner du temps, puisqu’elle semblait ne servir qu’a ça… Après avoir bien évalué les distances et les mouvement possible des Manostiens, et étant sûr de savoir où viser pour ne pas gêner ses camarades, il incanta la formule qu'il connaissait le mieux.

    Morgon ----> Toile d'araignée ----> Troupe d'Hobgobelins


    Tous les ennemis, à part les deux gobelins les plus proches des soldats furent pris dans les fils gluants et collant, incapables à présent de faire un seul geste. Pourtant, le shaman avait réussi à éviter d'être complètement paralysé, et pouvait encore énoncer ses formules. Ne lui laissant même pas le temps de bouger, un Manostien lui décocha un carreau dans le bras, puis quelques secondes plus tard un autre dans la tête, qui le tua sur le coup.
    Même assourdis, choqués ou même aveuglés pour certains, les soldats se débarrassèrent facilement des deux créatures hors des fils gluants. Les autres, étant immobilisés, furent détruits à distance, même si cela prit du temps il n’y eut pas l’ombre d’un blessé chez les militaires, mis à part le commandant, qui semblait salement touché.

    Une fois la menace écartée, les soldats se penchèrent sur le cas du commandant, espérant qu’il n’était pas blessé, mais seulement choqué.
    Au cas où l'histoire d'un looser migraineux interesse quelqu'un... la biographie de morgon

    Pour me faire parler ( si quelqu'un a vraiment envie de me faire parler...) c'est en vert.

  4. #4
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650
    L'homme toussa longuement. Visiblement secoué, il parvint tout de même à reprendre un instant ses esprits.

    - Continuer... il faut....... sauver Aghoralis...

    La foudre l'avait frappé de plein fouet. L'homme perdit connaissance, mais semblait encore respirer, au grand soulagement de Morgon et des quelques hommes restés avec lui. Si la situation pressait le groupe de rejoindre Aghoralis au plus vite, nul ne pouvait se résoudre à abandonner le commandant sur place. Par ailleurs deux autres hommes figuraient assez mal en point, même s'ils semblaient capables de s'assumer. Il fut donc décidé de scinder le groupe en deux. Morgon avait été désigné pour prendre la tête du groupe qui partait pour Aghoralis où une grande bataille devait les attendre.
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  5. #5
    Date d'inscription
    novembre 2003
    Messages 
    423
    Sauver Aghoralis... Oui, c'est pas une mauvaise idée après tout. Pour une fois la mission est claire est précise, je ramène ces quatre là en ville et je tue le plus possible de ces saletés puantes pour sauver les meubles.

    Y'a pas l'air d'avoir de l'orque dans le coin. On ferrait bien de se presser, ils ont une sacrée avance, c'est la vie de vos femmes et de vos enfants qui sont en jeu sur ce coup. Je n'attendrai pas les trainards

    Quelle phrase débile, ils savent tous déjà ça... Si ça se trouve c'est moi qui n'arriverai pas à les suivre, ils tiennent plus que moi à Aghoralis. Je ferais bien de me débrouiller pour qu'on rattrape la colonne.


    Et c'est là dessus que les quatre militaires se dirigèrent de bon train vers la cité, la peur au ventre.
    Au cas où l'histoire d'un looser migraineux interesse quelqu'un... la biographie de morgon

    Pour me faire parler ( si quelqu'un a vraiment envie de me faire parler...) c'est en vert.

  6. #6
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650
    A leur surprise, les quatre hommes ne mirent pas une heure pour rejoindre la colonne, ou du moins un détachement qui les précédait. En effet, après avoir traversé la foret le plus rapidement possible, le petit groupe arrivait en vue d'un groupe d'hommes en armures portant les couleurs de la garde d'Aghoralis. Si cette vision les soulagea tout d'abord, elle eut vite fait de leur causer ensuite les plus grandes craintes. En effet, en fait de peloton, Morgon et ses compagnons venaient de rejoindre une vingtaine de soldats laissés aux soins de deux prêtres après une embuscade tendue par un détachement de l'armée d'orques qu'ils poursuivaient. Deux boules de feu et une embuscade en règle avaient causé bien des dégâts et la colonne conduite par le lieutenant Bonkhi avait eu toutes les peines du monde à s'en dépêtrer.

    Interrogeant l'un des prêtres sur ce qu'il s'était passé, Morgon se vit offrir par l'un des prêtres quatre potions de rapidité, afin de l'aider à rejoindre plus rapidement la colonne, le prêtre assurant même qu'il se rendrait au chevet de son commandant sur l'instant. Dès lors le jeune guerrier-mage luttant toujours contre sa migraine et ses trois compagnons eurent vite fait de rattraper la colonne principale, avec à sa tête le lieutenant Bonkhi. Arrivé à sa hauteur, Morgon fit un rapport complet du conflit à l'arrière. La nouvelle de la blessure de son supérieur accabla un peu plus le lieutenant qui, en bon militaire, ne se laissa pas pour autant aller à de vaines lamentations. A peine la nouvelle digérée, l'homme expliqua ce qui le préoccupait le plus.


    - L'embuscade qu'ils nous ont tendu et qui a causé les pertes que vous avez pu constater, nous a fait perdre un temps fou... ils ont repris une bonne demi-heure sur nous...mais ce qui me rassure, c'est que d'après les rapports de nos rodeurs et de nos éclaireurs, ils sont plus lents que nous. Ils auront malheureusement le temps de massacrer un avant poste ou deux, mais le temps que celà leur coutera, nous permettra peut-être d'éviter le pire et de les reprendre aux portes d'Aghoralis... Puisse Helm nous accorder la victoire !

    Et ainsi la colonne poursuivit sa route durant quelques heures, jusqu'à fouler de ses pieds les restes d'un poste d'avant garde qui, conformément aux funestes prévisions du lieutenant, avait été massacré par la troupe. L'horreur du spectacle fit marquer le pas à toute la colonne. Les soldats traversaient une allée de cadavres. Quelques têtes de leurs camarades trônaient sur des piquets. Bonkhi avait beau hurler tout ce qu'il pouvait pour remotiver ses troupes, ceux-ci accusaient le coup, et la peur commençait à se faire sentir. C'est à ce moment qu'un rodeur revint d'un pas pressé vers son supérieur.

    - Lieutenant ! Ils sont tout proches...

    L'officier conclut que les orques avaient pris leur temps pour massacrer les malheureux soldats helmites. La perspective de pouvoir venger ses hommes aussi vite regonfla le moral du lieutenant en même temps que ses poumons. Sentant la moutarde lui monter au nez, Bonkhi hurla alors un discours de remotivation des troupes, haranguant ses soldats, les prenant par les sentiments, il parvint à faire pousser un cri de guerre tel que même les orques durent en trembler. La colonne se remit alors en marche d'un seul homme ; les hommes couraient presque.

    Arrivés à la lisière du bosquet, les soldats pouvaient enfin apercevoir au loin les murailles de la cité fortifiée d'Aghoralis. Mais deux boules feux vinrent de nouveau percuter les rangs. Les orques, affolés par le cri de guerre que venaient de pousser les hommes de Bonkhi, avaient préparé une nouvelle embuscade, une quanrantaine d'orcs, entraînés par trois shamans s'apprêtaient à percuter les première ligne de la longue colonne helmite, alors que plus en avant, c'était une meute de près de deux cent monstres qui fonçait droit vers la cité d'Aghoralis, que seul quelques détacehement de quelques dizaines d'hommes défendaient alors...
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  7. #7
    Date d'inscription
    novembre 2003
    Messages 
    423
    La situation commençait à devenir critique, il fallait se débarrasser de ce détachement au plus vite. Dans un groupe rempli de guerriers comme celui-ci, Morgon avait l'impression d'être un simple mage sans compétences martiales. Le jeune homme aurait aimé sortir les armes, mais dans le cas présent, la magie pouvait faire gagner un temps précieux aux manostiens.

    Tout son répertoire allait y passer en quelques minutes, mais les orques n'atteindront pas Aghoralis !
    Morgon s'immobilisa et se laissa doubler par l'avant de la colonne, et incanta le premier sort de la série qu'il avait décidé de lancer.

    Morgon ----> Graisse ----> Arrière du détachement orque

    Dès le lancement du sort, la migraine de Morgon s'intensifia énormément. Ça allait compliquer les choses, il n'allait pas le laisser faire... Mais le jeune homme n'avait pas le choix.
    Les orques étaient tellement collés l'un à l'autre que presque une dizaine des créatures se retrouvèrent engraissés, et furent ralentis dans leur charge sur la colonne. Le reste du détachement se fracassa contre la première ligne Manostienne. Les Shamans, un peu en retrait, reprirent leurs incantations, les soldats ne supporteraient pas beaucoup d'autres boules de feu, et des sorts de terreur ou d'immobilisation de leur part serraient catastrophique, le lieutenant, qui venait d'éliminer un orque au corps à corps, hurla alors :

    - Archers ! Vous attendez quoi ? Tuez moi donc ces Shamans !

    Une pluie de flèches et de carreaux partit presque instantanément, se ficher dans le corps des prêtres orques, qui finirent par s'effondrer sans avoir causé trop de dégâts.
    Mais la première ligne souffrait, des hommes tombaient, autant que d'orques, et les créatures engraissées commençaient à atteindre le front. C'est là que Morgon finit sa seconde incantation

    Morgon---> Hâte---> Soldats de Manost

    Et le mal de tête s'accentua de plus belle, faisant même siffler ses oreilles, et troublant sa vue. Plus une seule incantation ne sortira de sa bouche avant plusieurs jours. Morgon sortit son épée et sauta dans la mêlée. Ainsi soutenus par la magie, les Manostiens se débarrassèrent rapidement des orques embusqués. Le sort de rapidité allait encore tenir un peu de temps, et Aghoralis était en vue, ainsi que l'énorme vague noire et puante qui s'apprêtait à dévaster la cité.

    Les soldats, tout en criant, coururent comme des dératés vers la cité, soutenus par l'envie de sauver leur ville, de venger les hommes tombés dans les deux premières embuscades et par le sort lancé un peu plus tôt par Morgon. L'armée n'aurait pas avancé beaucoup plus vite à cheval.
    Au cas où l'histoire d'un looser migraineux interesse quelqu'un... la biographie de morgon

    Pour me faire parler ( si quelqu'un a vraiment envie de me faire parler...) c'est en vert.

  8. #8
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650
    L'image était impressionante, un vrai champs de bataille s'ouvrait face à la muraille sud d'Aghoralis. Une horde d'orques, de gobelins et hogobelins venait de fondre sur une réunion de soldats helmites que le commandant avait placé en petits groupes le matin même à différents points stratégiques de la ville. Le petit groupe fut rapidement submergé mais semblait lutter le plus vaillamment du monde pour empêcher la horde d'atteindre Aghoralis... Lutter jusqu'à ce que les renforts qu'ils pouvaient entendre d'ici arrivent... enfin. Si l'attente leur parut interminable, l'arrivée de leurs camarades fut pourtant des plus rapides, et des plus fracassantes. L'armée orque qui pensait pouvoir balayer le malheureux obstacle placé devant elle avant de foncer vers Aghoralis fut ainsi rejointe à quelques petites centaines de mètres de sa muraille.

    Le choc percutant à l'arrière fit perdre beaucoup de cohésion et d'unités à la horde d'orques qui se retrouvait prise en sandwich... même s'il ne subsistait plus que quelques hommes du petit peloton qui s'était placé devant elle. Les coups pleuvaient de part et d'autres, mais encore sous l'effet du sort de hâte, les soldats helmites prenaient l'avantage. Au milieu de ce champs de bataille de belle taille, le lieutenant Bonkhi écrasait les crânes à coup de masse d'arme


    Bonkhi --> Puiser dans la puissance divine --> Bonkhi.

    La partie semblait définitivement jouer en faveur des helmites, mais lorsque leur sort de hâte se dissipa, une petite troupe d'orques menée par un orque dont la stature laissait à penser qu'il faisait deux fois la taille de ses compaires, fit à son tour irruption. De nouveau deux shamans l'entouraient, eux même protégés par quatre ogres et une quinzaine d'orques.

    - Voilà le chef ! On se réveille !!! hurla un orque au sein de la mêlée. Et à leur tour les orques furent pris d'un brin d'optimisme qui fit craindre le pire au lieutenant Bonkhi, placé juste à côté de Morgon.

    - Si on ne fait pas rapidement quelque chose, on pourrait bien vite perdre l'avantage que nous avons pris...
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  9. #9
    Date d'inscription
    novembre 2003
    Messages 
    423
    Saleté ! Ils sortent d'où ceux là ? On y était presque... La situation s'est renversée en un instant, une fois le sort de hâte dissipé, les soldats commencent à ressentir la fatigue des actes surhumains qu'ils viennent d'accomplir. Il faut absolument stopper les nouveaux arrivant, seulement le temps d'anéantir les orques de la troupe principale.

    Morgon tenta de lancer plusieurs sorts pour ralentir le chef et ses gardes, d'un niveau décroissant, mais même le plus petit sortilège de base demandait trop de concentration pour le jeune homme, épuisé par le premier combat et harcelé par sa malédiction. Il envoya donc son épée dans les viscères d'une créature un peu trop proche de lui, puis s'écarta légèrement pour pouvoir sortir son arc, pendant que la troupe du chef approchait. Impossible de viser les shamans ! Les ogres et les orques faisaient parfaitement écran. Ces horreurs allaient faire un carnage terrible une fois à portée. Mais rien à faire ! Morgon envoya une flèche dans la tête d'un ogre, pour le principe, puis reprit son épée et recommença à lutter contre les orques, tout en se demandant comment il avait fait pour tuer l'ogre d'un seul coup à cette distance. Ce n'était pas un coup de chance, il savait qu'il allait réussir avant même de le faire.

    Depuis plusieurs années, Morgon craignait les moments comme ceux-ci. Il chassait toutes ses pulsions violentes, se battait pour les bonnes causes et non pour son plaisir, et vénérait Heaume de toutes ses forces, en tentant de combattre sa malédiction. Mais la situation tournait mal, les Manostiens ne faisaient pas le poids, le chef orque et sa troupe approchaient, et la troupe principale prenait d'elle même l'avantage sur les soldats épuisés. Morgon avait peur de mourir, il se fichait à présent du sort des citoyens d'Aghoralis, et la vie ou la mort des soldats ne lui importait plus le moins du monde. Il reprit du plaisir à se battre, et frappa plus fort et plus vite, sa migraine s'éteint doucement.

    Tandis que Morgon criait et riait comme un psychopathe illuminé, la troupe du chef rejoint le front, et ce n'est pas le petit regain de forme du jeune homme qui allait les arrêter : d'un seul coup de hache le chef orque pouvait décapiter deux hommes, et les shamans faisaient pleuvoir les boules de feu depuis un moment, qui brûlaient autant les orques restants de la troupe principale que les soldats Manostiens. Les ogres quant à eux, encaissaient les coups, en ripostant parfois, et finissaient par s'écrouler après avoir emmené plusieurs soldats avec eux...

    L'armée de Manost aura bientôt à construire un cimetière d'une taille assez conséquente ... La troupe d'Aghoralis s'était salement réduite. Chez les orques aussi, les pertes avaient été énormes, la troupe principale était presque réduite à néant, il restait une soixantaine d'orques, deux shamans, ainsi que le terrible chef. Les Manostiens n'allaient pu tenir bien longtemps, les shamans et le chef, bien protégés par leurs subordonnés, causaient à eux trois des pertes énormes, et allaient réduire à néant la résistance des militaires.

    C'est alors que, Morgon, toujours plus effrayé par la perspective de sa mort approchante, cessa complètement sa lutte contre son côté maléfique, et pria Cyric de lui laisser un moment de libre, il allait certainement le regretter toute sa vie, comme toujours... Il ne contrôlait plus ses actes, et se mit à incanter ses sorts à toute vitesse.

    Morgon ---> Ténèbres ----> Chef orque

    Toute la zone qui entourait le chef orque s'assombrit, pour se retrouver vide de toute lumière. Un shaman fut coincé dans cette zone de noir total, ainsi qu'une grosse moitié des orques restant, et quelques soldats, dont le lieutenant Bonkhi. Morgon cria alors à plein poumons, d'une voix puissante et inhumaine, qui laissait découvrir une folie profonde :

    -Archers ! Les orques sont là ! Aidez moi, TUONS LES !

    Les deux derniers mots avaient été prononcés avec tellement de puissance que les archers prirent leurs arcs en même temps que Morgon, et firent tomber une pluie de projectiles dans la zone sombre. Quelques soldats avaient vu leurs camarades se faire emprisonner, et le criaient de toutes leurs forces, mais les archers ne le croyaient pas, et continuaient à tirer, perforant le corps des orques et des militaires, jusqu'à que deux soldats sortirent de la zone assombrie en rampant, touchés mortellement par des flèches. Les archers stoppèrent net leurs tirs, en pestant contre le guerrier-mage.

    Le jeune homme, dans cet état, s'en fichait royalement, il incantait un nouveau sort, un des plus puissants qu'il connaisse, il n'était pas sensé pouvoir le lancer quelques instants après un sort de hâte, mais il réussit pourtant l'exploit sans en être surprit.

    Morgon ---> Eclair ---> Shaman orque


    L'éclair vint frapper le shaman, le traversant de part en part, et poursuivit sa route en tuant des orques, en blessant légèrement le chef, mais aussi en atteignant quelques soldats au passage.

    Pendant ce temps, des cris stridents sortaient de la zone sombre, le lieutenant Bonkhi en sortit, blessé à l'épaule par une flèche, en tenant le cadavre du dernier shaman qu'il venait d'éliminer. Il cria :
    -Morgon sombre crétin ! Arrêtez ça immédiatement !

    Le jeune homme répondit, avec une voix à présent totalement différente de son ancienne. Puissante et malsaine, et toujours inhumaine et pleine de haine :

    - C'est le seul moyen de nous éviter la mort à tous ! Acceptez de perdre les plus faible pour sauver les plus forts, laissez moi faire !

    Morgon avait sortit son épée et fonçait vers le cercle sans lumière, massacrant toutes les créatures s'opposant à lui. Le chef orque en sortit alors, Morgon stoppa net sa course, sa cible était là !
    Mais il ne devait plus se laissait contrôler par son mal, cela avait trop duré, il perdait le contrôle de lui même... Il avait déjà commis des actes irréparables, plus le temps passerait, plus il deviendrait fort, et moins il pourrait espérer redevenir sain d'esprit. Luttant une dernière fois, il cessa de crier, son regard regagna en lucidité, et sa migraine le foudroya de nouveau. Ignorant la douleur, il incanta une ultime fois.

    Morgon ---> Lévitation ----> Chef orque

    Les pieds de ce terrible adversaire décollèrent du sol, il ne cessa de monter verticalement... Morgon se tint la tête en hurlant, et vacilla. Il était hors de combat, incapable de bouger, restant à genoux en contrôlant la hauteur du chef orque, qui planait à plus de 20 mètres de haut. Il espérait qu'il allait survivre. Il pourrait tenir en altitude l'orque pendant de longues minutes, mais les Manostiens devront faire sans lui pour le reste.

    C'est alors que le disque d'obscurité disparut, et laissa apparaître les victimes de la folie de Morgon : Quelques militaires, certes, mais au moins une cinquantaine d'orques, et le shaman... Si Aghoralis gagne cette bataille, elle le devra en grande partie à l'atrocité de Morgon.

    Une fois le chef hors de combat, il ne restait plus qu'une grosse poignée d'orques, mais les militaires avaient subit des pertes, ils étaient épuisés et démoralisés par le carnage provoqué par ces horreurs... Le combat n'était toujours pas gagné, même si il en prenait la tournure.
    Au cas où l'histoire d'un looser migraineux interesse quelqu'un... la biographie de morgon

    Pour me faire parler ( si quelqu'un a vraiment envie de me faire parler...) c'est en vert.

  10. #10
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650
    [HRP : Désolé de t'avoir fait poireauter :timide: ]

    Le carnage se poursuivit alors avec la même violence. Les cris de rage des combattants résonnaient dans la tête de Morgon, mêlés aux bruits de fers qui se croisaient, de membres qui tombaient. Un vrai pêle-mêle qui n'aidait pas le guerrier-mage à se ressaisir, mais qui finalement fût sans conséquence pour ce dernier. Complètement désorganisés après la mort de leur chef, les derniers survivants ne résistèrent pas longtemps, la plupart optant pour la fuite. Cette scène de retraite, durant laquelle beaucoup furent exécutés par les archers, était un soulagement pour Morgon. L'heure du repos allait peut-être enfin sonner.

    Constatant la débâcle complète de l'ennemi, le lieutenant Bonkhi réorganisa dans la foulée ses troupes. En deux temps, trois mouvements, les régiments étaient recomposés, ordonnés, et repartaient avec un nouvel ordre de mission. Morgon, lui, avait pour mission de guider un détachement qui avait reçu l'ordre de ramener les blessés laissés à l'arrière après les embuscades, dans l'enceinte de la cité. Peu enthousiaste à l'idée de voir ses rêves de repos repoussés à une date inconnue, le manostien tâcha malgré tout de même de faire bonne mine auprès des hommes placés sous sa responsabilité.

    Montant dans le chariot de tête, la jeune recrue donna alors l'ordre de départ : la caravanne de chariots quitta Aghoralis pour s'enfoncer dans la foret, en direction du semblant d'hopital de campagne dressé à la suite de la première embuscade.

    A la grande satisfaction de Morgon, le voyage se déroula sans encombres, et on put charger les blessés dans les chariots sans soucis, le commandant en tête. Et après quelques heures de mission, le convoi put rentrer à Aghoralis sans même avoir été inquiété, ce qui avait permis au jeune manostien de pouvoir repenser à la dernière bataille tranquilement. Bonkhi ne l'avait pas encore entretenu à ce sujet, mais nul doute qu'il ne ferait pas comme si rien ne s'était passé.

    Arrivant en vue de la muraille de la cité fortifiée, Morgon pouvait distinguer des bûchers géants dressés à plusieurs endroits pour brûler les cadavres des ennemis restés sur place. De ça de là, des patrouilles d'éclaireurs s'activaient à rentrer faire leur rapport au lieutenant Bonkhi qui, décidément n'avait pas perdu de temps à tout réorganiser. Perplexe devant l'efficacité de son supérieur et oubliant un instant ses sombres idées, Morgon jetaun oeil à l'arrière de son chariot où gisait le commandant des troupes d'Aghoralis. Celui-ci n'avait toujours pas repris connaissance, et son état de santé était jugé préoccupant par les prêtres qui s'affairaient à le guérir malgré tout.

    Arrivé aux portes de la cité, le convoi pris la direction du camps de la garde où furent accueillis tous les blessés. Aidant les soldats et les prêtres à décharger les blessés, Morgon fût alors appelé du haut de la tour par une voix qu'il ne connaissait déjà que trop bien.


    - Morgon ! Au rapport !

    C'était le lieutenant Bonkhi qui le priait de monter dans le bureau du commandant.
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  11. #11
    Date d'inscription
    novembre 2003
    Messages 
    423
    "Bon... Bah cette fois encore ça risque de mal tourner, ça doit être mon destin après tout."

    Malgré la soudaine pâleur de son visage et les gouttes de sueur qui se formaient rapidement, Morgon tentait d'arborer un air plus ou moins rassuré en pénetrant dans le bureau du commandant.
    Une tentative qui échoua au moment où le jeune homme se trouva face au visage plein de rage du lieutenant Bonkhi. Morgon le salua en bafouillant.

    L'officier, dont l'épaule semblait salement touchée, montrait de la difficulté à contenir sa colère. Il réussit pourtant à demander calmement.

    - "Vous savez pourquoi vous êtes ici Morgon, non ? Si vous trouvez quelque chose à dire pour votre défense, c'est le moment de vous exprimer." Il haussa alors le ton " Et vous avez intérêt à vous magner ! Je n'ai pas que ça à faire. "

    Bonkhi ne demandait pas ça par gentillesse, ni même par pitié envers Morgon. Il était clair qu'un ordre ou qu'une procédure obligatoire le forçait à laisser parler l'accusé avant de sévir.

    C'est idiot, si je lui dis toute la vérité sans retenue, il ne me croira pas... Un abrutis comme moi se fait pourrir la vie par un dieu, personne de sensé ne peut y croire.

    - Je ne sais pas trop quoi vous dire, j'ai commis une atrocité. Je ne peux que plaider la folie, je n'étais plus responsable de mes actes, ma vraie erreur a été de m'inscrire dans l'armée. Je ne suis tout simplement pas assez stable pour servir dans une armée, je suis fou.

    Ne vous y trompez pas ! Je regrette bien évidement mes actes, même si cela ne signifie rien, il n'empêche que sans ma folie passagère, nous serions probablement tous morts sous les coups des orcs. Peut être finalement qu'une flèche Manostienne dans votre épaule vaut mieux qu'une hache d'ogre dans votre abdomen.

    Ne pensez pas que je me justifie d'avoir commis cette horreur, mais ce n'est pas la première fois que cette folie furieuse me prend, et je vous avoue que les autres fois eurent des conséquences bien plus dramatiques. Cette façon de combattre est atroce, ce n'est pas celle de l'armée Manostienne, ce n'est pas la mienne non plus en temps normal, mais il faut avouer qu'elle a probablement sauvé plus de vies qu'elle n'en a arraché.


    Après cette pitoyable tentative de défense, Morgon se préparait à subir la réaction du lieutenant, en priant pour qu'elle ne soit pas trop explosive.
    Il avait de toute façon médité plusieurs plans d'évasion au cas où la scène tournerait vraiment mal, il ne pensait qu'à ces plans depuis la bataille.
    Au cas où l'histoire d'un looser migraineux interesse quelqu'un... la biographie de morgon

    Pour me faire parler ( si quelqu'un a vraiment envie de me faire parler...) c'est en vert.

  12. #12
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650
    Sur ce dernier argument, Bonkhi tapa du poing sur la table.

    - Il suffit ! Bien évidemment, votre geste a peut-être été salutaire, mais vous avez employé des techniques que Helm répugnerait à utiliser... Et en plus, ce ne serait pas la première fois que vous tombez dans une telle folie ?

    Le lieutenant n'eut pas le loisir d'achever son réquisitoire ; une femme en armure se présenta à sa porte. L'armure étincelante, le casque sous le bras, la jeune fille toqua trois coups contre la porte déjà ouverte. Elle avait le teint assez pale, une chevelure rousse assez courte qui s'accordait parfaitement avec des yeux d'un vert perçant. A l'invitation du lieutenant, la jeune fille s'avança et se présenta :

    - Je suis dame Lise, paladine du Très Noble Ordre du Coeur Radieux, envoyée en mission par l'ordre à votre demande.

    Les yeux de Bonkhi prirent brièvement une forme d'accent circonflexe qui en disait long sur l'estime qu'il pouvait porter à une aide annoncée aussi tardivement.

    - Vous arrivez un peu tard. Il semblerait que nous ayons fini par régler le problème.

    - Je sais... Ne croyez pas que l'Ordre soit complètement étranger à tout ça, coupa la paladine. Vous avez vos manières de procéder, nous avons les notres, c'est tout.

    A la surprise de l'officier et de Morgon, malgré son jeune âge apparant, le ton de la jeune fille était resté aussi tranchant que son regard était perçant. Visiblement, cette jeune paladine savait où elle allait, claquant son épée de ses deux poings sur le bureau, elle plongea un regard inquisiteur sur l'officier.

    - Ce qui m'amène ici, c'est une autre manifestation de mal que nous avons pu détecter au milieu de la mêlée tantôt, mon compagnon d'arme et moi. Une manifestation dont l'origine est sans aucun doute étrangère à ce qui nous a amené ici en premier lieu...

    - Que...où voulez-vous en venir ?

    - Je veux en venir que je mettrai ma tête à trancher que ce mal était le fruit de vos hommes... ou d'un de vos hommes plus particulièrement.

    La tension venait de monter d'un coup. Un peu pris au dépourvu, Bonkhi resta un instant sans pouvoir cogiter alors que Morgon sentait sa gorge se nouer... que fallait-il faire désormais ?
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  13. #13
    Date d'inscription
    novembre 2003
    Messages 
    423
    Des paladins ! Là ça se complique vraiment, j'ai toujours eu horreur de ces fanatiques.

    Le jeune soldat répondit le plus poliment possible.

    - Madame, nous étions en train de discuter de cela avant que vous arriviez. Au cas où vous ne me reconnaissiez pas, je suis le soldat maléfique en question.

    Je ne sais pas trop quoi vous dire, mes intentions ne sont pas mauvaises, mais un puissant mal me ronge, toutes mes excuses pour cette abominable scène de combat...

    Mais avant toute chose, j'aimerais vous rappeler que les orques que nous avons écrasés n'étaient qu'une petite partie de l'armée située proche des terres du basilic... Je ne m'enfuirais pas, s'il faut que je sois puni, je le serai. Mais il serait sage de s'occuper du cas des orcs avant le mien, je vous assure qu'ils sont bien plus mauvais et bien plus dangereux que moi.
    Au cas où l'histoire d'un looser migraineux interesse quelqu'un... la biographie de morgon

    Pour me faire parler ( si quelqu'un a vraiment envie de me faire parler...) c'est en vert.

  14. #14
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650
    Pour le coup, Morgon pouvait se vanter d'avoir réussi à clouer le bec de la jeune fille, ce qui expliquait sans doute comment le lieutenant Bonkhi arrivait à esquisser un sourire dans une situation aussi tendue. Visiblement un peu perdue, la paladine se tourna vers l'officier, cherchant du regard un soutien, des explications.

    - Dame Lise, je vous présente Morgon, une jeune recrue envoyée en renfort depuis Manost. C'est à lui que nous devons d'être tous en vie ... c'est grâce à lui en grande partie que nos murs sont restés intacts...et c'est à lui que nous devons le carnage maléfique que vous avez pu déceler sans grand peine, j'imagine.

    - Expliquez-vous, je vous prie, et qu'est-ce que c'est que cette histoire, les rapports de vos éclaireurs sont formels il me semble : l'armée orque a été décimée, non ?

    L'occasion était trop belle pour Morgon. Voilà que le sujet de la conversation tournait. Profitant du fait qu'il n'était plus le centre d'intérêt de son supérieur et de la jeune fille, il reprit la parole afin d'expliquer à cette dernière la situation :


    - Il y a peu, une lutte interne a causé une scission au sein de leur armée. Celle que nous venons d'éliminer est sensée être la plus petite des deux groupes qui se sont divisés. On peut penser qu'ils ont décidé de nous frappé en plein coeur afin de gagner en puissance pour pouvoir affronter la plus grosse partie.

    - Oui mais le soucis est que tout semble indiquer que le deuxième groupe se réfugie en terres mélandiennes. Nous ne pouvons que surveiller nos frontières. Ce qui nous cause bien du soucis. Nous ne sommes pas à l'abri d'une nouvelle invasion, et d'ampleur autrement plus grande cette fois-ci. Il va nous falloir deux émissaires pour aller discuter le bout de gras avec la diplomatie mélandienne.

    La paladine sembla s'offusquer un instant.

    - Comment ? vous suggérez une ...

    - Je vous rappelle que Manost et Mélandis ont signé des accords commerciaux, ce qui induit une certaine coopération entre nos deux nations. Je peux comprendre que vous ne portiez pas la cité du chaos dans votre coeur, mais c'est la volonté du conseil et par là même celle de Helm ! Oseriez-vous y trouver à redire ?

    L'attitude décidée de la paladine avait été littéralement ébranlée en deux tirades. Elle ne semblait désormais plus trop savoir quoi dire.

    - Vous... vous avez raison, excusez-moi....

    Puis se tournant vers Morgon :

    - Et pour lui, que suggérez-vous ?

    - Que vous l'accompagniez discrètement à Mélandis demander le soutien des autorités mélandiennes.

    Les deux jeunes humains lancèrent un regard inquiet à l'officier helmite.

    - Mais on a des diplomates pour ça !

    - Soyez sûrs qu'ils seront informés de la teneur de votre mission. Mais on a pas franchement le temps d'envoyer un messager à Manost pour demander au conseiller Lothringen d'envoyer un émissaire à Mélandis voyez-vous. Le temps que le message arrive, que l'émissaire parte de Manost et tout le tralala, on va perdre facilement 4 ou 5 jours. Alors que si vous partez immédiatement pendant que j'informe le conseil de la situation, on gagne du temps, et en discrétion, et vous êtes ce que j'ai de mieux sous la main pour accomplir cette mission.

    Un silence s'installa dans la pièce...assez dérangeant.

    - Et puis ça vous laissera l'occasion de discuter du mal qui ronge notre jeune ami. Morgon : vous êtes partants ?

    Voilà que le lieutenant se mettait à faire de l'ironie, Morgon commençait à se demander si le pauvre officier n'avait pas pris un coup sur le crâne dans la bataille. Un peu perplexe, il luit fallait toutefois prendre une décision.

    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  15. #15
    Date d'inscription
    novembre 2003
    Messages 
    423
    La diversion avait fonctionné avec merveille... Comme quoi les orcs sont parfois utiles. Refuser cette mission tiendrait du suicide, ce serait parfaitement stupide, Morgon le savait bien, pourtant il n'était pas vraiment enthousiaste à l'idée de voyager avec cette femme.

    -Bien sûr oui... Mais j'imagine que nous partons demain matin ? La nuit ne va pas tarder à tomber, et la bataille m'a réellement épuisé. Je ne me sens pas capable de partir immédiatement après ce qu'il c'est passé, refouler ce mal est une action vraiment fatiguante. Et cette foutue douleur... Elle est bien pire depuis la bataille, et elle restera certainement comme ça pour toujours.

    - C'est acceptable, de toute façon je ne voudrais pas vous faire partir pour Mélandis de nuit, nous ne sommes pas à quelques heures près, mais soyez partis demain matin de bonne heure, et ne traînez pas en route.

    Avec cette femme pour escorte, il ne risquait pas de traîner en route de toute façon.

    La discussion se finit assez rapidement, la paladine acceptant de partir avec le jeune guerrier-mage le lendemain de très bonne heure, le lieutenant faisant écrire le message pour Mélandis et le transmettant à Morgon en lui permettant de prendre congé.

    Morgon essaya alors tant bien que mal de dormir pour partir quelques heures plus tard en compagnie de dame Lise, le message en main.
    Le jeune homme avait retrouvé son sourire forcé et sa bonne humeur factice habituelle : finalement son " procès " prenait une tournure intéressante.

    On aurait dit un couple de jeunes mariés partant à l'aventure. Les deux messagers marchaient côte à côte à une certaine distance l'un de l'autre, sans se regarder ni se parler.

    Pourtant, Morgon savait qu'il n'échapperait pas à un interrogatoire, voire pire. Il attendait simplement que la paladine brise le silence, tout en se persuadant de ne pas lancer son sort d'Amitié, quoi qu'il arrive. Ce sort ne lui apportait que des ennuis à chaque utilisation...
    Au cas où l'histoire d'un looser migraineux interesse quelqu'un... la biographie de morgon

    Pour me faire parler ( si quelqu'un a vraiment envie de me faire parler...) c'est en vert.

  16. #16
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650
    Après même pas une heure de marche, le lourd silence se rompit enfin, mais ce fut simplement pour annoncer

    - Nous entrons en terres Mélandiennes... Restez sur vos gardes.

    Et ainsi la route se poursuivit vers Mélandis
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



Discussions similaires

  1. [Quête] Pillages à répétition: Sur la route de Melandis
    Par Folken dans le forum Les Terres du Basilic
    Réponses: 6
    Dernier message: 15/04/2007, 10h04

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250