Page 1 sur 9 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 249

Discussion: [Lieu] Vers les sommets au nord des Pics des Orcs

  1. #1
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548

    [Lieu] Vers les sommets au nord des Pics des Orcs

    RP solo : Apprentie-druide

    Astrée quitta Togoria à l'aube, le coeur léger et plein d'impatience. Elle avait fait le plein de provisions et de matériel, avait profité pour une fois du confort d'une chambre d'auberge, et la vue des montagnes s'étalant à droite de la route menant vers la Lorien l'emplissait de détermination : elle se sentait d'humeur à conquérir le monde. Même si en l'occurrence, le monde se réduisait à trois ou quatre sommets soigneusement notés sur sa carte de fortune. Elle comptait bien explorer de fond en comble toute la zone environnante et trouver ce fameux Sohel. Après tout, c'était certainement une tâche plus accessible que la recherche de l'arbre de vie à laquelle elle s'était attelée trois mois plus tôt : puisqu'elle avait réussi à trouver l'arbre en question, trouver un elfe ne devrait pas être chose impossible... même s'il s'agissait d'un druide expérimenté capable de se fondre dans la nature.

    Elle s'arrêta au premier village et mit pied à terre : la montagne était là, toute proche, et après tout, elle n'avait pas le moindre idée de la distance à laquelle il se trouvait. Ce n'est pas parce qu'elle-même aurait pris soin de vivre le plus loin possible de la ville que tous les druides faisaient nécessairement ce choix. Il était donc temps de remiser sa timidité pour aborder quelqu'un - mais non, peut-être pas cet homme qui avance droit devant lui sans regarder personne, ni celui-ci, qui a l'air trop hautain, ni celui-ci, trop bien habillé, ni celui-ci qui semble si pressé, ni cette femme qui a cinq gosses à surveiller, pas le forgeron dans son atelier, il fait trop de bruit, ni ces enfants qui ne sauront pas, cette femme-là est trop jeune, et celle-ci... bon, celle-ci est une vieille grand-mère, qui se promène paisiblement... elle saura sûrement...

    " Excusez-moi, Dame...
    - Ouiiii? "
    La voix était éraillée et la vieille dame semblait à moitié sourde, mais elle affichait un sourire édenté.
    " Je cherche quelqu'un dans ces montagnes... Un elfe, druide. Vous n'en auriez pas entendu parler par hasard ?
    - Heu... excusez-moi... Jeanniiiiiie????"
    La jeune femme dut répéter sa requête à la dénommée Jeannie, qui ne put la renseigner. Elle eût beau répéter la question en criant presque à l'adresse de la vieille dame, celle-ci n'en savait pas davantage. Et pourtant, lui assura-t-on, elle vivait ici depuis toujours et connaissait parfaitement tous les habitants du village et des alentours. Il y avait une espèce de vieille sorcière, un rôdeur, des chasseurs, des éleveurs, des mineurs. Le seul elfe du village était magicien. Pas de druide, ni dans le village, ni aux alentours.
    " Vous n'avez jamais entendu parler, non plus, d'une source sacrée dans les montagnes ?
    - Jamais ! Pourtant, j'vous assure, y'en a des légendes ! On dit qu'y aurait une fée emprisonnée dans une grotte, à la base du Pic d'Escampe, ou un djinn peut-être. D'autres légendes mentionnent une statue qui pourrait prendre vie. Il y aurait aussi des passages secrets creusés par les orques. On parle même d'un accès à l'outre-terre au coeur de ce massif montagneux. Mais je n'ai jamais entendu parler d'une source magique...
    - Si, y'a la vieille source du Bois aux Roses...
    - Oh, mais c'est juste à côté du village c'est même pas vraiment les montagnes, c'est pas ça qu'vous cherchez, non ?"

    Astrée renonça et les remercia, s'excusant de les avoir dérangé pour rien. Il n'était pas dans les environs : elle pouvait rayer mentalement ce village de sa liste. Il en restait une douzaine sur sa carte de fortune, de plus en plus espacés au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient de Togoria. Il ne lui restait plus qu'à se rendre au suivant... Quittant résolument la route principale, elle prit un petit chemin grimpant vers les hauteurs, au sud. Elle apercevait d'ici le village, près de la mine d'étain sans doute. Elle y serait avant le soir. Ensuite, elle se rapprocherait de la route par un autre chemin popur rejoindre un troisième village, puis s'enfoncerait à nouveau vers les montagnes. De zig-zag en zig-zag, elle trouverait tôt ou tard quelqu'un ayant entendu parler d'un elfe druide, ou d'une source sacrée...
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  2. #2
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Astrée observa le petit hameau accroché au col en face d'elle sans grand enthousiasme. C'était la neuvième communauté qu'elle visitait depuis Togoria, et cela faisait bientôt une veille qu'elle parcourait les montagnes en tout sens. Elle avait trouvé trois sources soi-disant miraculeuses auprès desquelles elle n'avait elle-même rien ressenti, deux petits lacs perdus dans les montagnes, et le grand lac d'altitude qu'on lui avait indiqué l'avant-veille lui avait occasionné un large détour qui s'était révélé vain. Personne n'avait entendu parler d'un elfe nommé Sohel, ni même de la présence d'un druide dans les montagnes. Elle avait même ressenti une certaine méfiance lorsqu'elle avait exposé l'objet de ses recherches, la veille, près de la mine d'or : en ce lieu où humains et nains défiguraient la montagne, l'ingérence d'un druide était clairement indésirable. Elle n'avait pas insisté. Peut-être que les informations données par Isudë étaient obsolètes : après tout, pour un elfe, dix ans ne sont rien. Si l'elfe avait quitté les lieux depuis plus d'une décennie ou deux, elle n'en retrouverait sans doute pas la trace.
    Pourtant, elle persistait. Elle en était aux deux tiers de la zone qu'elle s'était fixée comme objectif préliminaire -celle ou la présence humaine était suffisante pour espérer trouver des renseignements exploitables. Lorsqu'elle aurait fait le tour de tous les villages humains, il lui resterait à s'enfoncer au coeur des montagnes en espérant un petit coup de pouce de Tymora. On pouvait toujours rêver...

    Elle talonna doucement les flancs de sa monture : la route semblait praticable jusque là-bas, et nul ne s'étonnerait de la voir arriver à cheval, il n'était donc pas nécessaire de lui ordonner de se faire écureuil.
    La communauté en question était l'un des plus petits hameaux de la carte, trop loin de la route principale, des mines ou de Togoria pour pouvoir abriter autre chose que quelques bergers et peut-être quelques bûcherons. Le chemin s'y terminait en cul-de-sac, d'après la carte, aussi ne devaient-ils guère avoir l'habitude de voir des voyageurs de passage. Son arrivée fut donc particulièrement remarquée, et elle se retrouva aussitôt avec une ribambelle de gosses aux basques, avides de savoir qui elle était et à qui elle venait rendre visite. Bien sûr, ils ne connaissaient pas de druide, pas d'elfe nommé Sohel, il n'y avait que des humains au village, et une demi-elfe qu'ils lui présentèrent mais qui n'en savait pas davantage.

    Par acquis de conscience, Astrée interrogea tout de même l'un des bergers, puis sa mère, une femme d'une cinquantaine d'années, s'enquérant de la présence dans les environs d'une source sacrée, d'un lac de montagne, d'un druide elfe. Ses questions étaient toutes prêtes dans son esprit : elle les posait pour la vingtième fois au moins, oubliant complètement sa timidité tant elles devenaient routinière. Elle n'en attendait pas plus de résultat que les fois précédentes, mais elle s'obstinait néanmoins, juste au cas où.
    Elle fut donc passablement surprise quand la femme lui répondit, contre toute attente, qu'elle avait effectivement rencontré un elfe dans les montagnes, quelques années auparavant.

    " Je ne me souviens plus son nom. Je peux vous le décrire si vous voulez : il n'était pas très grand, comme tous les elfes, il avait le teint sombre, un peu cuivré, et des cheveux brun avec des reflets cuivrés et des mèches grisonnantes, attachés en queue de cheval. Il est apparu de nulle part, sans prévenir. Il avait l'air d'être quelqu'un d'une très grande sagesse. Je me souviens bien, j'étais en train d'essayer de libérer un chamois qui s'était pris la patte dans des ronces. Il l'a calmé et l'a soigné. Je suis sûre qu'il était druide..."
    Plusieurs années plus tôt... c'était loin, mais c'était jusque là son seul indice. Et puis, à l'échelle d'une vie elfique, ça n'était rien.
    " Est-ce que vous vous souvenez de l'endroit ?, questionna-t-elle avec espoir.
    - Oui, il me semble que c'était un peu avant le lac Tigo. C'est... Hum... dans cette direction,là-bas... je ne me souviens plus bien de l'itinéraire...
    - Le lac Tigo ? intervint son fils. C'est à plus de trois jours de marche d'ici, tout de même ! Qu'est-ce que tu faisais aussi loin ?
    - Je cherchais des herbes...
    - Si loin ? Mais peu importe... Il faut contourner cette montagne, là, par l'est, et vous allez rejoindre une vallée, avec une rivière, qui s'enfonce vers le sud-ouest. Il faut la suivre jusqu'à sa source ou presque. La vallée se termine par une sorte de cirque, mais un peu avant, il faut grimper sur la gauche, pour franchir le dernier col avant les falaises. De là, vous verrez une combe. A gauche, on peut descendre vers le village d'Auremont, mais il faut aller à l'opposé, monter encore jusqu'à un autre col, encore plus haut en altitude. Le lac se trouve juste derrière... Je ne sais pas si je suis clair, c'est assez compliqué à expliquer...
    - Je trouverai, ne vous en faites pas ! Et merci beaucoup pour les informations, répliqua Astrée avec un entrain renouvelé.

    Un druide elfe vivant près d'un lac... Il ne devait pas y en avoir des centaines. Restait que l'anecdote remontait à plusieurs années et qu'il pouvait très bien ne plus vivre dans les parages. Et, même s'il vivait encore par ici, elle pouvait très bien arpenter les montagnes des jours et des jours sans le croiser. Mais non, elle ne devait pas y penser. Elle le trouverait...
    Avisant le soleil qui déclinait rapidement à l'horizon, et les nuages annonciateurs de pluie qui montaient du sud, elle demanda un abri pour la nuit. Elle allait profiter de sa halte dans ce hameau pour refaire le plein de provisions, puisque sa route l'éloignerait désormais pour de longues journées des zones habitées.
    Dernière modification par Voyageuse ; 04/03/2015 à 09h20.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  3. #3
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Une cascade jaillissant d'une falaise, au fond d'un cirque perdu dans les montagnes. L'eau claire s'écoulant dans une succession de petits bassins de pierre avant de dévaler la vallée, devenue torrent puis rivière poissonneuse. Un couple d'aigles perché sur un éperon rocheux, juste au-dessus. Des rochers, partout, des pentes abruptes et caillouteuses, et quelques plantes de rocaille par-ci, par-là, accrochées au flanc de la montagne, seules touffes de verdure dans ce paysage devenu totalement minéral. L'endroit était magnifique, paisible, loin de toute influence humaine, comme perdu au milieu de nulle part, et il inspirait à Astrée une sensation de pureté et de quiétude absolues. Elle venait d'atteindre le fond de la vallée, la source de la rivière, et c'était si beau qu'elle n'était pas si pressée de rebrousser chemin pour trouver un sentier grimpant sur le flanc est. La recherche de Sohel pouvait bien attendre quelques heures : il faisait beau et chaud, les bassins invitaient à la baignade, l'endroit incitait au recueillement, et la rivière en aval grouillait de poissons. Elle reprendrait la route demain...

    Deux heure plus tard, elle s'allongeait à plat ventre sur un rocher ensoleillé, nue et trempée. Un léger souffle d'air la fit frissonner, mais le temps était calme, sans vent, et elle sécherait vite. Le crépitement du feu qu'elle avait allumé juste avant de se baigner, à lui seul, la réchauffait. Effet certainement purement psychologique. Prince s'était fait abeille et butinait les quelques fleurs présentes : elle sentait, à travers leur lien, combien il regrettait l'absence de vaste prairies fleuries.
    La bruit du torrent qui s'écoulait des bassins était à la fois obsédant et apaisant. Elle en sentait les vibrations dans la roche sous son corps, puissantes comme les vagues de la mer que Neffen lui avait demandé, autrefois, de décrire. Elle laissa son esprit divaguer, revenant à cette expédition au sud du massif, où elle avait tant souffert, et surtout tant appris. Elle lui devait tant... Et il était mort. Et c'était une telle injustice...
    Chassant de son esprit ces souvenirs tristes, elle se retourna sur le dos, fixant les nuages qui filaient dans le ciel. Blancs et légers, de toutes les formes, ils n'annonçaient pas la pluie, pas ici en tout cas, et pas tout de suite. Ils étaient libres comme l'air, libres comme l'aigle qui venait de s'envoler de son nid, libre comme elle l'était elle-même, également. L'été arriverait bientôt, et c'était bon de le passer ici, au cœur des montagnes, dans ce paysage splendide et majestueux. Elle se sentait en osmose avec la nature, consciente de sa fragilité humaine, humble devant tant de magnificence et de puissance, et pourtant parfaitement à sa place.
    Un nuage cacha le soleil, l'obligeant à se rhabiller : il faisait frais en altitude. Il devait lui rester près de trois heures de lumière au moins avant la nuit, même au fin fond de cette vallée. Largement le temps de faire cuire les truites pêchée à l'arc un peu plus tôt. Elle avait quelques pommes de terre à cuire sous les cendres, quelques fraises des bois aussi, et il lui restait des galettes de la veille. Un menu parfait.
    Elle fixa son hamac à deux pitons plantés dans le roc : dormir à même le sol rocailleux ne la tentait guère. Le bruit du torrent, hypnotique, était omniprésent, mais elle ne l'entendait plus vraiment. Elle sombra dans le sommeil en un temps record, l'esprit parfaitement serein.

    L'aube la trouva fraîche et dispose, le corps et l'esprit parfaitement reposés. Aujourd'hui, il lui faudrait escalader la paroi est pour trouver un col, franchir une combe en direction d'un autre col, pour trouver le fameux lac. Elle prévoyait une longue journée de marche harassante, d'autant que vu le relief, elle ne pourrait pas compter sur Prince pour porter les bagages : même s'il avait repris sa forme équine pour passer la nuit, elle savait pertinemment qu'il se ferait écureuil dès qu'ils entameraient l'ascension, et finirait le voyage en dormant paisiblement dans sa poche.
    Comme elle en avait pris l'habitude depuis plus d'un mois, elle se choisit un endroit confortable où s'asseoir, face au paysage sublime de l'eau cascadant de bassin en bassin, et laissa son esprit se mettre au diapason des forces de la Nature. Elle n'était qu'un être vivant parmi des milliards d'autres, simple parcelle de vie humble et fragile, et elle sentait toutes les autres vies autour d'elle, entremêlées et interdépendantes, dans le cycle de la vie et de la Nature. Elle sentait les pouvoirs immenses de celle-ci, forces de création et de destruction, d'altération et de sublimation, de vie et de mort, et y puisa, comme d'habitude, les quelques pouvoirs mis à sa disposition : création d'eau, purification de nourriture, soins superficiels, détection des pièges naturels -elle en avait découvert l'utilité dans ces zones au sol instable-, ralentissement du poison. Puis elle resta encore un moment dans cet état de transe, savourant cette communion totale avec les forces de la Nature.


    " Failxte roïë !"
    Astrée cligna des yeux dans la lumière, abasourdie, et mit quelques instants avant de retrouver l'usage de sa voix.
    " O... Onoïrkïë...", finit-elle par prononcer.
    La voix, chaude et mélodieuse, était celle d'un elfe d'âge mûr -l'équivalent d'une cinquantaine d'années chez un humain-, petit et svelte, aux yeux verts, et dont les longs cheveux brun-roux grisonnants étaient retenus en queue de cheval. Il était vêtu sobrement, de vêtements couleurs roche se fondant parfaitement dans le décor, et n'avait pour toute arme qu'un bâton. Il l'observait avec curiosité, et elle se sentit subitement intimidée sous son regard scrutateur.

    " Vous... êtes-vous Sohel ?" finit-elle par demander, même si elle n'avait aucun doute sur la réponse.
    " Oui, c'est bien mon nom, répondit-il, la surprise de son expression laissant rapidement place à un sourire qu'Astrée lui rendit machinalement. Il poursuivit par quelques phrases dans une langue inconnue d'Astrée, qu'elle devinait comme étant la langue des druides, et dont elle ne comprit pas un traître mot.
    Elle secoua la tête.

    " Je suis désolée, je ne comprends pas votre langue. Isudë ne m'a appris que quelques mots...
    - Ah, c'est Isudë qui vous envoie ?
    - Oui... Et... je m'appelle Astrée, fit-elle, se souvenant un peu tard des règles de politesse, en lui tendant une main qu'il ne prit pas, préférant s'incliner légèrement, presque cérémonieusement.
    - Enchanté !"
    Dernière modification par Voyageuse ; 05/03/2015 à 12h39.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  4. #4
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    " Il est un peu tôt pour un apéritif... prendriez-vous une tasse de thé ?
    - Oui, je veux bien, merci..."
    Un peu intimidée, Astrée suivit l'elfe le long d'un passage à peine visible, grimpant à flanc de falaise. Il menait à une petite grotte à l'entrée étroite parfaitement dissimulée au milieu des rochers, dont elle n'avait pas un instant soupçonné l'existence. De là, on avait une vue plongeante sur la cascade et les bassins où elle s'était baignée la veille. Elle se sentit soudain plutôt mal à l'aise à l'idée qu'il avait pu l'observer sans qu'elle n'en sache rien. Ce qu'il confirma au même instant, comme s'il lisait dans ses pensées :
    " Ce n'est pas tous les jours que j'ai la visite d'une jeune personne sachant apprécier ce cadre de baignade idyllique..."
    La jeune femme devint écarlate et se trouva incapable de trouver qui répondre. L'elfe, parfaitement conscient de son malaise, lui adressa un clin d'oeil mutin. Et enfonça le clou.
    " Ça n'a rien de désagréable, comme vision..."
    Il désignait du menton le paysage au-dessous... et ne parlait peut-être que du point de vue, en réalité ? L'étincelle dans ses yeux indiquait le contraire, et Astrée se sentit rougir encore davantage, si une telle chose était possible.
    " Je... je croyais que j'étais toute seule ici...
    - On n'est jamais seul dans la nature, déclara l'elfe d'une voix sentencieuse. Mais rares sont les personnes qui prêtent attention aux présences qui les entourent".
    Puis, en souriant, il lui indiqua des tapis de fourrure posés sur le sol.
    " Mais je vous en prie, asseyez-vous... Et relaxez-vous ! Vous êtes aussi tendue que la corde de votre arc... Que vous maniez d'ailleurs très bien !"
    Toujours écarlate, Astrée obtempéra, s'installant en tailleurs sur les tapis moelleux. Quant à se détendre, elle en était bien incapable. Elle se sentait soudain gauche et ridicule, et certainement indigne de l'attention de l'elfe qui lui faisait face. Demander à recevoir son enseignement lui paraissait totalement hors de sa portée.

    Peut-être sensible à son état d'esprit, il ne la pressa pas de question, se contentant de ranimer son feu pour y mettre un peu d'eau à bouillir. Il prit le temps de sélectionner les herbes à infuser, lui jetant un coup d’œil en coin, sans relancer la conversation.

    " J'ai ajouté un peu de valériane et de camomille, finit-il par dire en s'asseyant en face d'elle. Pour la relaxation...
    - Ca va m'endormir!, s'exclama-t-elle machinalement, avant de rougir à nouveau : qui était-elle pour oser lui faire une remarque sur les plantes qu'il utilisait ?
    - Non, parce que j'en ai mis très peu et compensé avec de la menthe et du Guarana. C'est un excitant, précisa-t-il, calmement.
    - Oh... d'accord... Je... désolée..."
    Elle sentit les mots s'embrouiller dans son esprit, et se trouva incapable de les ordonner pour s'excuser d'avoir involontairement paru mettre en cause ses choix.
    L'elfe souriait, l'air franchement amusé.
    " Ne faites pas cette tête... Et expliquez-moi plutôt ce qui me vaut l'honneur de votre visite ! Si toutefois vous n'êtes pas là par pur amour des montagnes.
    - Non... pas seulement... C'est un peu complexe...
    - Oh, j'ai tout mon temps... mais tenez, buvez une tasse avant, si vous voulez."
    Elle obtempéra, se brûlant les lèvres et la gorge. Ferment brièvement les yeux, elle inspira profondément, cherchant à se détendre et à dénouer le noeud qu'elle sentait au fond de sa gorge. Bon sang, c'était absurde, de se mettre dans un état pareil.
    " J'ai... j'ai reçu des pouvoirs de druide... depuis un mois... et Isudë m'a dit qu'il fallait que je trouve quelqu'un pour m'apprendre... un mentor... et que peut-être vous pourriez... ou alors vous connaîtriez quelqu'un..."
    Elle se tut, observant avec anxiété les réactions de son vis-à-vis. Lequel conservait une expression parfaitement indéchiffrable.
    " Bon... Vous ne m'apprenez rien : c'est bien ce que j'avais cru comprendre."
    Il secoua la tête, chassant une mèche, et l'observa d'un air songeur.
    " Il me faut plus d'informations pour décider. J'ai besoin de savoir comment vous avez reçu ces pouvoirs, dans quelles circonstances, pourquoi. J'ai besoin de connaître ce qui vous a conduit à être attirée par cette voie. Une vocation de druide, ça ne naît pas tout seul. Si une divinité de la Nature vous a accordé ces pouvoirs, c'est que vous avez attiré son attention d'une façon ou d'une autre. Et il me faudra tous les détails, même les plus personnels, même les plus intimes, même ceux qui vous font peur ou qui vous font honte. Vous devrez répondre à toutes mes questions."
    Il la fixait droit dans les yeux, d'un regard scrutateur, et Astrée ne put que hocher légèrement la tête en signe d'assentiment, tandis qu'il poursuivait.
    " C'est indispensable pour que je sache quel genre de druide vous pourriez devenir, et si oui ou non votre voie est compatible avec la mienne. Et vous devrez également passer quelques épreuves pour que je sache si vous êtes digne de la vocation que vous affirmez vouloir suivre. En d'autres termes, j'ai besoin de savoir ce que vous avez vraiment dans le coeur, et dans le ventre. Ensuite, seulement, je déciderai si je peux vous prendre comme élève. C'est à prendre ou à laisser."
    A nouveau, Astrée acquiesça, sans un mot, presque hypnotisée par son regard qui semblait lire au plus profond d'elle-même. Les épreuves ne lui faisaient pas peur. Expliquer son histoire non plus : elle n'avait rien à cacher. Même ce qui lui faisait peur, même ce dont elle avait honte ? Elle réprima un frisson... qui n'échappa certainement pas à son interlocuteur.
    " D'accord", dit-elle, sobrement.
    Elle laissa planer un instant de silence, puis, réalisant que l'elfe attendait autre chose, elle s'éclaircit la voix et ajouta.

    " Je me plierai à toutes les épreuves que vous souhaitez m'imposer. Et je n'ai rien à cacher."
    Il rit, d'un rire cristallin.
    " Rien à cacher ? Êtes-vous sûre ? Je ne connais personne qui n'ait ses petits secrets, voyez-vous. Par exemple... Comment expliquez-vous la soudaine apparition de votre monture, qui n'était pas là hier après-midi et n'aurait certainement pas pu traverser certains passages menant à ce havre de paix ?"
    Astrée blêmit. Misère. Tout, mais pas ça... Elle répondit d'une voix blanche.
    " Je... C'est un secret qui ne m'appartient pas...
    - Mais dont vous êtes dépositaire et que vous souhaitez préserver..."
    Le ton était neutre, et l'elfe se tut, affichant l'expression patiente de celui qui attend une révélation avec la certitude qu'elle viendra.
    Astrée baissa les yeux, mal à l'aise. Elle venait de dire qu'elle n'avait rien à cacher, d'accepter de répondre à toutes es questions. Mais ça... vendre le secret et Prince pour entrer en apprentissage ? Elle n'avait pas le droit de faire ça...
    Dernière modification par Voyageuse ; 05/03/2015 à 21h26.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  5. #5
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Astrée finit par secouer la tête.
    " Je n'ai pas le droit de révéler ce secret, répéta-t-elle, il ne m'appartient pas. Je ne peux pas trahir la confiance de mon compagnon. Lui seul peut décider de vous mettre ou non dans la confidence.
    - Je comprends… mais donc, vous ne pouvez pas dire que vous n'avez rien à cacher ni prétendre répondre à toutes mes questions..."
    Astrée rougit.
    " Je suis désolée…
    - C'est une question de priorités, sans doute… Il passe donc avant votre vocation de druide ?
    - Je… je ne me suis jamais posé la question en ces termes. C'est juste… une question de confiance…
    - Vous ne me faites pas confiance ?
    - Si, enfin je crois… Enfin, ça n'a guère de sens, on se connaît à peine. Mais je ne peux pas trahir comme ça un secret qui ne m'appartient pas sans l'accord de son propriétaire..."

    Un écureuil vint se glisser dans sa poche, et elle perçut comme une caresse dans son esprit, puis la perplexité du petit animal ne comprenant pas la complexité des émotions qui la tiraillaient. Elle glissa une main dans sa poche pour le caresser, y puisant comme toujours un réconfort immédiat. Non, elle n'avait pas le droit de trahir son secret. Sauf si lui en décidait autrement. Mentalement, elle lui transmit son questionnement : accepterait-il de se transformer en cheval devant le druide, de lui faire confiance ?
    La réaction de Prince ne se fit pas attendre : il jaillit aussitôt de sa poche pour aller escalader l'elfe, se glissant sans vergogne dans le col de sa tunique pour aller lui tirailler les cheveux.

    " Hey, s'exclama Sohel, amusé. Voyez-vous ça... "
    Le saisissant d'un geste vif, il le suspendit par la peau du cou et l'observa avec attention. Mais il fronça aussitôt les sourcils, se tournant vers Astrée.
    " C'est étrange... Je ne le perçois pas comme les autres animaux.
    - Oui... C'est normal... Enfin… Sans doute pas vraiment mais..."
    La jeune femme se mit à bafouiller, cherchant ses mots.
    " Il n'est pas de ce plan-ci, finit-elle par expliquer.
    - D'où vient-il ?
    - Je n'en sais rien...", avoua-t-elle.
    L'elfe posa sur ses genoux l'écureuil qui se débattait sous sa poigne, et le maintint un instant contre lui, le caressant avec douceur. Le petit animal se calma un peu, mais fila sitôt libéré pour rejoindre les genoux de sa maîtresse qui le caressa à son tour.

    " Ça aussi, je suis curieux de comprendre, fit tranquillement l'elfe.
    - C'est long à raconter..., objecta Astrée.
    - Mais j'ai tout mon temps devant moi. Des jours entiers s'il le faut. Ce n'est rien pour un elfe…
    - Ah..."

    Prince vint heureusement au secours de sa maîtresse en s'échappant vers la sortie, disparaissant hors de leur vue pour revenir un instant plus tard sous sa forme équine, sous l'oeil stupéfait de Sohel.
    " Un cheval n'aurait jamais pu monter jusque-là... Donc c'est...
    - C'est l'écureuil, oui.
    - Voilà qui répond à ma première question, répondit simplement Sohel en hochant la tête. Le fameux secret."
    Il se leva pour caresser l'étalon, qui piétinait avec insouciance son tapis de fourrure.
    " Je n'ai jamais vu pareil prodige", souffla-t-il, admiratif.
    Prince dut considérer, au ton de la voix, qu'on lui faisait un compliment, car il hennit doucement et frotta sa tête contre le torse de l'elfe, avant de disparaître en un clin d'oeil, laissant la place à une abeille bourdonnante qui revint vers sa maîtresse avant de se faire à nouveau écureuil.

    " Il s'appelle Prince des Frelons, expliqua Astrée. Il m'a été donné par un clerc de Lathandre, dans des circonstances étranges. Il me l'a légué après sa mort. Je veux dire... Il m'a fait parvenir un message, alors qu'il était mort, pour me dire d'aller le chercher. Je n'ai jamais compris comment c'était possible. Je crois qu'il vient d'un autre plan, et pourtant je suis liée à lui comme s'il était un animal de ce plan. Et... il paraît qu'il est le portrait craché d'un cheval d'une légende lathandrite. Voilà... je sais, ce n'est pas très clair... mais c'est tout ce que je sais à son sujet.
    - C'est déjà beaucoup. Et intéressant..."
    Il sourit.
    " Le moins qu'on puisse dire, c'est que vous n'êtes pas des visiteurs ordinaires !
    - C'est Prince qui est extraordinaire ! protesta Astrée. Moi, je suis tout ce qu'il y a de plus ordinaire.
    - Ordinaire, c'est vite dit. Vous avez gagné seule vos dons de druide. Tout le monde n'a pas cet honneur.
    - Je n'étais pas seule...", corrigea Astrée, songeant à Neffen.
    Elle sentit une vague de tristesse l'envahir et sa gorge se serra. Elle s’abîma dans la contemplation de sa tasse.

    " Il semble que ce soient des souvenirs douloureux, remarqua son interlocuteur qui l'observait d'un regard scrutateur. Mais il faudra me raconter, c'est important. Et je crois même que ça peut vous faire du bien..."
    L'elfe avait parlé d'une voix douce, amicale, et Astrée leva vers lui un regard un peu embué. Sans un mot, il lui resservit une tasse de thé.
    " Mais nous avons du temps devant nous pour ça.
    - C'est une longue histoire… et compliquée…, murmura-t-elle d'une voix un peu rauque.
    - Bah, j'ai toute la belle saison devant moi ! Enfin, j'espère qu'il ne faudra pas tout ce temps tout de même ! Mais buvez d'abord..."
    Dernière modification par Voyageuse ; 07/03/2015 à 00h34.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  6. #6
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    " Tout a commencé au début du printemps. Isudë m'avais mise en contact avec une guérisseuse qui était à la recherche d'un arbre de légende, dont on ne savait ni la localisation ni même s'il existait réellement, qu'elle appelait l'arbre qui est, l'arbre qui donne. l'arbre de Vie. Elle disait qu'un de ses fruits pourrait guérir un petit garçon dont la colonne vertébrale avait été brisée, et elle espérait même que j'en ramène un rameau qu'on pourrait cultiver pour soigner plein de monde..."
    Ils étaient installés sur une petite corniche toute proche de la grotte de Sohel, face à la magnifique cascade au fond du cirque. L'elfe avait amené sa théière -pour le carburant indispensable qu'elle contenait selon lui- et une couverture pour adoucir le sol, et il l'écoutait avec attention. Son regard scrutateur semblait décrypter la moindre de ses expressions, aussi attentif à ce qu'elle taisait qu'à ce qu'elle disait. Il avait dit qu'il n'interviendrait pas, ne ferait qu'écouter. Les questions viendraient après.

    Astrée résuma rapidement son voyage, la rencontre avec Reynald et Tybert -elle était sûre que le pincement au coeur qu'elle ressentit en l'évoquant n'avait pas échappé à son interlocuteur-, la confirmation que l'arbre de vie existait bel et bien mais qu'il lui faudrait compter sur le hasard et le mériter. L'arrivée à Montequine, parmi ces humains si sûrs d'eux et si méfiants envers les autres espèces dites "primitives", la disparition de Madeleine, kidnappée par des centaures, et sa décision de les aider à la retrouver.

    " Je voyais que tout ça n'était pas clair, qu'il y avait une grande tension entre eux et ces centaures, qu'ils avaient très certainement l'intention de les tuer pour libérer l'enfant. Et je voulais essayer d'empêcher ça, essayer de comprendre d'où venait ce conflit entre eux, et trouver un moyen de libérer Madeleine sans recourir à la violence. J'étais naïve, je ne mesurais pas dans quel engrenage je mettais les doigts... "
    Elle soupira.
    " Ca a mal tourné. Ils nous ont tendu une embuscade, les hommes qui m'accompagnaient ont été tué, ils m'ont capturée et laissé la vie sauve pour que je soigne un centaure blessé par une flèche empoisonné. En disant que si je n'y parvenais pas, ils me tueraient. Moi, je l'aurais soigné de toute façon, même sans menace, mais ça ne servait à rien de leur dire, j'avais conscience que le moindre mot sans permission me vaudrait des coups, voire la mort..."
    Elle but une gorgée de thé.
    " Ce centaure s'appelait Byron, et il était le Messager de la harde, mais ça, je ne le savais pas encore. Tout ce que je savais, c'est qu'il n'était pas plein de haine et de rage comme les deux autres. Il a vu que j'étais amicale envers eux, et il l'était envers moi..."
    Elle raconta comment ils l'avaient enfermée avec Madeleine, et cette histoire floue de faille à ouvrir. Comment, consciente qu'ils allaient sans doute la tuer à l'aube, elle avait envoyé Prince chercher de l'aide. Comment les humains avaient pris d'assaut la grotte, sans quelle puisse intervenir pour les supplier de laisser la vie sauve au moins au gris. Comment elle avait découvert, plus tard dans la journée, que les corps avaient été traînés jusqu'au village et que l'un d'eux au moins était vivant puisqu'il y avait les traces de ses sabots. Comment elle avait découvert la faille du village, et Montequine-la-cachée. Et l'esclavage.
    " Quand j'ai vu leur chef rivé à cet espèce de socle, sans pouvoir bouger d'un pouce, sous les moqueries et les provocations, j'ai eu honte de mes congénère. Même s'il avait été violent et méprisant envers moi, même s'il avait voulu le tuer, il ne méritait pas ça. Et quand j'ai vu les centaures nus, montés et réduits en esclavage... j'ai su que je devais faire quelque chose."

    Elle expliqua sa fuite, la découverte du bosquet sacré, son drôle de rêve et les paroles de la dryade lui affirmant que Mielikki estimait qu'elle pouvait ramener la paix dans la vallée. La façon dont elle avait traversé la muraille, son arrivée dans le village, la rencontre avec Byron qui l'avait envoyée rejoindre Dymphéa et la harde. La rencontre avec Neffen, le shaman. La soirée à discuter, où elle avait entrevu une autre façon de voir l'existence, d'autres valeurs, le délicat équilibre de la Nature qu'il fallait préserver. Elle avait été passionnée par ce qu'elle découvrait de la harde et de son fonctionnement, très différent de tout ce qu'elle connaissait, mais qu'elle acceptait et aimait tel qu'il était, sans jugement de valeur.
    Puis elle parla de l'engrenage de la violence, du projet d'aller demander de l'aide aux orques pour attaquer le village. Et pourtant, malgré ce risque, elle avait choisi de libérer Byron : comment aurait-elle pu faire un autre choix ? Elle raconta l'expédition au village, l'attaque par deux centaures et leurs familiers, l'intervention de Neffen qui lui avait sauvé la vie. La libération de Byron, le retour à la harde. L'ordre de guerre de Sheldon, transmis par son messager.

    " J'étais décidée à trouver un moyen d'empêcher cette guerre, ou du moins d'éviter qu'elle se termine par le massacre de tout le village. Et j'avais promis à Sheldon de revenir le libérer. Alors je suis repartie. Et Neffen a proposé de m'accompagner. Sous la forme d'un humain..."

    Elle but encore un peu de thé avant de poursuivre son récit : Neffen lui sauvant la vie une seconde fois, puis, une fois au village, la découverte de Sheldon enfermé dans la prison, la trahison par un détenu humain, l'incendie, la façon dont elle avait amené le corps de Neffen, agonisant, près de celui de Sheldon gravement brûlé, et le miracle lorsqu'ils avaient été mis en contact. Puis les jours et les nuits dans l'écurie assiégée, avec le shaman en train de se régénérer, la confiance naissante avec Sheldon, l’ambiguïté des centaures de ville, leur trahison, la fuite de Sheldon avec Neffen, la façon dont elle avait été capturée et condamnée à mort.
    " Lorsqu'ils m'ont amenée sur la place... Il y avait deux têtes de centaures pendues à des piques, avec leur corps équin à côté. Neffen et Sheldon. Je me suis effondrée... Je n'ai même pas songé que j'avais promis à Neffen de ramener son rejeton qui naîtrait de ses entrailles s'il venait à mourir, et puis ses entrailles n'étaient pas là, c'était trop tard... Ils m'ont attaché les chevilles à un attelage de deux centaures qu'ils ont lancés au galop, me traînant sur le col caillouteux du chemin menant à la forêt. J'entendais la complainte en langue sylvestre de Neffen, et je ne sentais pas de douleur, mais j'étais tellement secouée que je ne réalisais pas vraiment que c'était anormal. Je croyais que j'étais en train de mourir, alors qu'en réalité son sortilège me protégeait. Ils se sont arrêtés à la lisière de la forêt, ont désarçonné l'homme qui les montait. C'était le débourreur, celui qui domptait les centaures sauvages avec des méthodes d'une cruauté extrême. Ils l'ont tué. Je crois que c'était dans l'ordre des choses... Et ils ont repris leur véritable forme : c'était Neffen et Sheldon."
    Elle résuma la fin, la décision de Sheldon d'envoyer Byron chercher de l'aide à Luménis, avec elle. Son retour anticipé avec Reynald, la découverte de la pierre qui saignait, l'état de Neffen lorsqu'elle l'avait revu. Puis sa nouvelle expédition au village, la découverte des centaures domestiques, si différents, presque humains. Son retour auprès de la harde... Neffen introuvable, les centaures dispersés, la harde disloquée. Le fantôme de Neffen invoquant l'arbre de vie pour elle, son désespoir, sa tentative vaine de sauver la pierre. Le retour au village, où Byron et les autorités libéraient les esclaves. La cohabitation nécessaire et improbable entre centaures domestiques et sauvages, l'exil de Sheldon. Et enfin, le retour à Luménis, et le pouvoir de la feuille tombée de l'Arbre de Vie qui l'avait faite druide...

    " Voilà. Vous savez tout..."
    Sohel sourit.
    " Oui et non. Je ne sais rien, en réalité. Je connais l'enchaînement des faits. Mais j'ai besoin de savoir d'autres choses. Ce que tu avais dans le coeur, dans l'âme, à certains moments, lorsqu'il y a eu des décisions difficiles, ce qui t'a pesé, ce qui t'a révolté, ce qui t'a mis mal à l'aise, ce qui a fait évoluer ta façon de voir le monde. Et ce que tu omets ou transforme volontairement ou non."
    Astrée acquiesça. Elle avait la sensation d'avoir dit tout ça, déjà. Mais en réalité, elle était passé rapidement dessus, sans s'étendre sur ses émotions.
    " Mais je crois que nous ferions mieux de manger un bout avant tout ça. Je vais chercher ce qu'il faut, reste là... Et repose-toi un peu, tu viens de parler pendant des heures..."
    Elle réalisa alors, à la hauteur du soleil dans le ciel, qu'il était déjà le milieu de l'après-midi. Elle n'avait pas vu le temps passer. Et elle réalisa son épuisement... et sa faim. Elle ne fut même pas surprise du tutoiement soudain adopté par l'elfe. Un peu comme si son récit avait créé une certaine intimité entre eux.
    Dernière modification par Voyageuse ; 08/10/2017 à 11h45.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  7. #7
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    L'elfe ramena quelques galettes froides garnies d'une préparation qu'elle ne chercha pas à identifier. Il y avait des herbes, un peu de viande peut-être, des légumes dans la première, et tout simplement du miel et des fruits dans la seconde. Il leur servit une boisson légère et pétillante inconnue d'Astrée, au goût de pommes et de plantes, sans alcool. C'était délicieux, et elle avala sa part avec un appétit d'ogre, ce qui fit sourire son hôte. Il lui laissa le temps de se délasser un peu les jambes, lui proposant de monter ses affaires pour venir s'installer dans sa grotte pour la nuit prochaine -ce qu'elle accepta sans hésiter.

    Ce n'est que vers la fin d'après-midi qu'ils s'installèrent à nouveau sur la petite corniche, face au paysage toujours aussi grandiose dans lequel la rôdeuse aimait à perdre son regard.

    " Pourquoi as-tu pris la décision d'aider les centaures ?
    - Et bien, je l'ai dit… d'abord, je voulais sauver Byron, et ensuite ça m'a révolté de voir la façon dont ils étaient traités, je ne supporte pas l'esclavage, personne ne mérite ça. Ils étaient considérés comme des chevaux à domestiquer, c'était affreux… Et puis… je crois que je voulais réparer le mal que mes congénères avaient fait, aussi. Et leur montrer que tous les humains n'étaient pas comme ça.
    - Tu voulais essayer de racheter l'honneur de ta race ?
    - Et bien… Je ne sais pas... Les humains de là-bas n'avaient rien d'honorable. Et… je comprenais très bien que certains des centaures les méprisent, qu'ils leur inspirent de la peur et de la haine.
    - Et quel effet ça fait, de se sentir membre d'une race ainsi méprisée ?
    - Ça n'est pas agréable, avoua la jeune femme dans un soupir. Ils me rejetaient à cause de mon humanitude alors que je n'avais rien de commun avec les humains de Montequine, que je n'avais rien fait méritant leur mépris. Je comprenais leur réaction, mais en même temps, je la trouvais terriblement injuste...
    - Donc tu voulais… faire tes preuves ? Ou était-ce un moyen de mériter l'Arbre de Vie ?
    - Non. Je les aurais aidés même sans cette histoire d'Arbre de Vie. Et ce n'était pas pour faire mes preuves. C'était pour réparer le mal fait par les humains. Ils avaient quasiment exterminé la harde...
    - Un désir de réparation, donc. As-tu eu honte d'être humaine ?
    - Oui. J'avais honte."

    L'elfe laissa planer un instant de silence, songeur, avant de poursuivre son interrogatoire.
    " Combien de centaures t'ont fait confiance ?
    - Je ne sais pas. Très peu. Byron, Dymphéa, Neffen, leur prêtresse, et quelques autres. Les autres se défiaient de moi et m'ont mis des bâtons dans les roues.
    - Jusqu'à tenter de te tuer.
    - Oui.
    - Alors pourquoi aider un peuple qui voulait ta mort ?
    - Je vous l'ai dit. Pour mettre fin à cet esclavage intolérable.
    - Alors s'ils ne te demandaient rien, qu'ils ne croyaient pas en toi et étaient plein de haine ?
    - Ils n'étaient pas tous plein de haine. Et ceux qui avaient accepté de me faire confiance méritaient que je me batte pour eux. Je voulais les aider. Les sauver de l'extinction.
    - Je comprends."
    Sohel sourit avec douceur, mais le regard qui la fixait était inquisiteur.
    " Mais… Si tous les centaures sans exception s'étaient montrés haineux et défiants envers toi, les aurais-tu aidés ?"
    Silence.
    " Je ne sais pas.", finit par répondre Astrée.
    Le silence se prolongea. Devint pesant. La réponse ne satisfaisait pas le druide, c'était évident. Elle savait la réponse idéale, bien sûr… mais elle avait promis de ne pas mentir. Et elle avait conscience que ce silence qui se prolongeait était en soi un aveu.

    " Je ne suis pas sûre…, avoua-t-elle. Je ne sais pas si j'aurais eu la force..."
    Elle hésita à poursuivre. Sohel écoutait, patient, ses yeux rivés sur elle, avec l'air de lire dans ses pensées. Elle s'obligea à poursuivre.
    " Une fois… j'ai failli abandonner. Lorsqu'ils ont tenté de me tuer après que j'aie libéré Byron, en me donnant le choix entre devenir centaure ou mourir, qu'ils m'ont fait avaler une potion qui m'a laissée paralysée. Je leur en voulais tellement de leur attitude envers moi, j'en avais ma claque, j'ai failli tout plaquer.
    - Et qu'aurais-tu fait ?
    - Je… je ne sais pas… Neffen pouvait me faire quitter la vallée, j'aurais pu partir..."
    Elle se mordit la lèvre inférieure, baissant les yeux. L'aveu qu'elle s'apprêtait à faire lui coûtait terriblement.
    " Mais… je n'aurais pas pu laisser massacrer les humains par les orques… Je… j'étais tellement en colère contre la harde que.... Je crois que je risquais de… prévenir les hommes… et de trahir les centaures."
    Baissant la tête, elle se tut. Elle avait tenté de se dissimuler à elle-même ses sentiments, à ce moment-là. Mais au fond, elle savait ce qu'il en était.
    " Mais tu ne l'as pas fait, finalement, conclut Sohel. Qu'est-ce qui t'en a dissuadé ?
    - Et bien… Neffen me faisait confiance, il était prêt à prendre des risques pour aller au village avec moi, et il ne pouvait pas y aller seul, ça aurait été bien trop risqué pour lui et la harde. J'étais la seule à pouvoir tenter quelque chose pour éviter le bain de sang. Et la dryade me faisait confiance, Mielikki m'avait fait confiance, avait dit que j'étais capable. Alors je n'avais pas le droit d'abandonner."
    Sohel se tut un instant, songeur.
    " Que ressens-tu , avec le recul, lorsque tu songes à cet instant de faiblesse, à cette tentation d'abandonner, voir de trahir ?
    - J'ai honte...", marmonna Astrée d'une voix blanche.
    La boule qui s'était formée dans sa gorge l'empêchait de poursuivre. Son attitude d'alors était tellement indigne d'une druidesse.


    Une main se posa sur son épaule. Sohel l'observait avec bienveillance, sans paraître la mépriser pour son aveu.
    " Ta sincérité est une marque de confiance, observa-t-il.
    - Vous m'avez demandé la vérité...
    - Si tu avais menti, je l'aurais deviné, fit l'elfe d'un ton tranquille. Mais pour en finir avec ce sujet, maintenant que tu as pris conscience de ta vocation de druide… Quelle devrait être, selon toi, la position d'un druide qui se trouverait face à la situation que tu décris, tout en ne rencontrant que hargne et méfiance de la part de tous les centaures ?
    - Je crois qu'il devrait aider les centaures. Même sans confiance ni reconnaissance.
    - Penses-tu que c'est ce que tu ferais désormais ?
    - J'essaierais, en tout cas. Je ne peux pas être sûre sans y avoir été confrontée.
    - Je comprends."
    L'elfe sourit.
    " Tu aurais aussi pu répondre que tu laissais faire les choses, suivant la loi de la nature qui veut que le plus fort ou le plus apte survive, parfois au détriment des autres. Certains druides peuvent voir les choses ainsi.
    - Je… Je n'y avais pas pensé. Bien sûr, c'est vrai… mais...
    - Ça prouve que tu es sur ce plan plus proche de Mielikki que de Sylvanus. Et puis, ma question était biaisée. Les humains se développent rapidement et ont un impact sur la nature plus grand que toutes les autres espèces avant eux. Il est, à mon avis, de notre devoir de druide de chercher à le limiter."
    Astrée acquiesça, sans répondre.

    Le soleil déclinait à l'horizon, parant le ciel de couleurs orangées qui se reflétaient sur la roche. Astrée n'avait pas faim : ils avaient déjeuné tard. Elle se sentait moite de transpiration malgré la fraicheur qui s'installait. L'elfe l'avait poussée dans ses retranchements, comme il l'en avait avertie. Cependant, il ne l'avait pas repoussée malgré son aveu de faiblesse, et elle se sentait désormais rassurée, confiante. Elle devinait qu'il n'en avait pas fini, cependant. Mais il lui semblait avoir passé le pire.
    Dernière modification par Voyageuse ; 08/03/2015 à 09h57.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  8. #8
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Ils redescendirent dans la grotte un peu avant la tombée de la nuit, tant que la luminosité était suffisante pour les yeux humains d'Astrée.
    « Tu dois être en capacité de convoquer un peu de lumière si tu le souhaites, non ? questionna l'elfe.
    - Oui. J'ai mémorisé le sort. Mais il ne dure qu'une dizaine de minutes…
    - A réserver pour les moments où c'est indispensable. Mais la lueur des flammes nous suffira amplement. Je vais nous préparer quelques galettes supplémentaires…»
    Elle nota mentalement qu'il ne proposait pas de l'éclairer. Ce qui lui procurait l'avantage indéniable de pouvoir observer son expression sans qu'elle soit en mesure d'en faire autant. Bah, ça n'avait pas d'importance…

    Ils prirent le temps de dîner tranquillement avant de reprendre l'entretien.
    « As-tu eu le sentiment de trahir ta race ?»
    Astrée hésita, réfléchissant à la façon de présenter les choses.
    « Oui. Surtout lorsque je suis allée libérer Byron. Je savais qu'il transmettrait l'ordre d'aller demander de l'aide aux orques pour attaquer le village. Ça risquait de finir en massacre, et je ne voyais pas comment je pourrais l'empêcher. J'ai eu le sentiment de trahir ceux de ma race… Mais je ne pouvais pas laisser Byron finir comme ça, il comptait sur moi. Sa mère comptait sur moi, Neffen comptait sur moi. Je lui avais promis de revenir le chercher… Je n'avais pas le droit de l'abandonner là-bas.
    - Mais tu étais consciente du risque que tu prenais. Pour les humains. Tu aurais pu aussi décider que ce risque était trop grand. Et que se serait-il passé si tu n'avais pas libéré Byron?
    - Il aurait été détruit intérieurement, et la harde se serait éteinte, tous morts ou esclaves. Ils ne méritaient pas ça.
    - Et les villageois méritaient de mourir, selon toi ?
    - Non ! Je ne voulais pas qu'ils meurent ! J'étais décidée à l'empêcher, je m'étais promis de tout faire pour que ça ne tourne pas au massacre.
    - Et comment aurais-tu fait ? Si ce projet était allé à son terme, que les orques étaient arrivés ?»
    Astrée grimaça, mal à l'aise.
    « Je... Je crois que j'aurais essayé de savoir quand l'attaque aurait lieu, et que je les aurais prévenus juste avant, sans préciser le danger, pour leur dire de mettre à l'abri les femmes et les enfants…
    - Donc... tu aurais trahi les centaures ?
    - Je… Oui, ils l'auraient interprété ainsi… mais... c'était juste pour empêcher un massacre…
    - As-tu conscience que ce plan était donc voué à l'échec ? Qu'ils n'avaient pas confiance en toi et ne t'auraient pas avertie du moment de l'attaque ?
    - Oui. Mais je me raccrochais à ce projet pour ne pas culpabiliser… Il n'y avait que des mauvaises solutions de toute façon. Même cette idée était mauvaise, puisque les survivants auraient été chercher des renforts dans d'autres villages et que ça aurait relancé la guerre…
    - Heureux que tu en aies conscience.
    - Et pourtant je n'avais pas d'autre choix que de secourir Byron.
    - Bien sûr que si, tu avais d'autres choix. Tu aurais pu décider que la vie d'un seul individu était moins importante que celle d'un groupe. Tu avais le choix entre sauver un individu en provoquant un massacre, ou le laisser mourir… Un druide doit voir au-delà de ses sentiments personnels pour un individu. Il doit réfléchir de façon globale, prendre en compte l'équilibre de tout l'écosystème.…
    - Je sais… mais je ne pouvais pas abandonner Byron... Et je leur avais promis mon aide... Et la dryade m'avait envoyée là-bas pour les sauver... »

    Elle entendit l'elfe soupirer. Il faisait trop sombre désormais pour qu'elle perçoive son expression.
    « As-tu eu la sensation de trahir les tiens à d'autres moments ?
    - Hum… Un peu lorsque je suis allée secourir Sheldon. Neffen disait qu'il fallait libérer Sheldon et tous les centaures, mais qu'il devait auparavant éveiller leur âme pour qu'ils obéissent au chef de la harde. Et que je devrais ensuite faire confiance à Sheldon pour agir au mieux. Et… je n'avais pas confiance en Sheldon, à ce moment-là, je ne l'avais vu que très peu, et perçu comme une brute pleine de haine. J'avais peur qu'il ordonne un massacre une fois tous les centaures libres. Je me tenais prête à argumenter, à tenter de le convaincre que ce ne serait pas une bonne idée…»
    Sohel se mit à rire.
    « Et tu imagines vraiment qu'il t'aurait écoutée ?
    - Je sais bien que non… mais au fond, peu importait. Ça restait une meilleure option que les orques. C'était... plus juste.
    - Pourquoi ?
    - Parce que... Déjà, ça me semblait mieux qu'ils prennent en main leur destin sans y mêler une autre race. Deux races se disputant la vallée, c'était déjà difficile, avec trois races ça aurait été pire. Et surtout, c'était notre seul espoir d'éviter le massacre. Et... en fait, je crois que j'avais fini par choisir mon camp. Comme le disait Neffen, on ne peut pas toujours ménager le gland et l'écureuil. Et peu à peu, au fil des jours, je me suis rangée du côté des centaures. Et c'est bien comme ça que l'on perçu les Montequins, puisqu'ils m'ont condamnée à mort...»
    Elle devina un mouvement de son interlocuteur, qu'elle ne put interpréter. Il resta silencieux un moment, puis expliqua :
    « Un druide doit essayer de ne pas prendre parti, de rester neutre. Ou s'il y est contraint, il doit prendre parti pour le camp le plus menacé - je parle d'équilibre global avant tout. Finalement, c'est ce que tu as fait. Aller contre ta propre race a dû être un choix difficile, mais tu t'es conduite en druide»

    Elle avait beau en être déjà persuadée, Astrée ressentit une espèce de fierté à entendre Sohel le reconnaître et la conforter dans son choix.
    « Je crois que nous continuerons demain. Tu as besoin de dormir…
    - je... Merci. pour la discussion... et le repas. Et… bonne nuit.»
    Elle conjura elle-même un sort de lumière, s'émerveillant de ce pouvoir qui lui venait naturellement, et se glissa dans son hamac. Elle était épuisée par ces heures à parler, mais elle se sentait curieusement apaisée. Isudë avait raison, elle avait besoin d'extirper tout ça de son âme, ces dilemmes impossibles, ces angoisses, ces culpabilités, ces souffrances.
    Elle s'endormit en un clin d'oeil.
    Dernière modification par Voyageuse ; 09/03/2015 à 21h29.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  9. #9
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    L' «interrogatoire» reprit le lendemain, après le petit déjeûner.
    « Quels sont les sentiments que tu éprouves pour Neffen?»
    Astrée, qui se sentait prête à répondre à toutes les questions, à avouer toutes ses faiblesses, se trouva un peu prise au dépourvu.
    « Heu… Qu'est-ce que vous voulez dire?
    - Je crois que tu as très bien compris. Qu'éprouves-tu pour Neffen?
    - je… C'était quelqu'un d'exceptionnel. Enfin, je sais que ce n'était pas vraiment «quelqu'un» au sens où on l'entend, qu'il n'était pas un être comme les autres, qu'il est une émanation de la harde… mais c'était quelqu'un tout de même, avec son caractère, son humour, son optimisme parfois excessif et son fatalisme difficile à comprendre. Quelqu'un… que j'aimais beaucoup, avec qui j'adorais discuter, qui m'apprenait des tas de choses, qui m'apportait tellement… Et que je suis infiniment triste d'avoir perdu…
    - Hum… Si je ne savais pas de qui tu parles, je jurerais qu'il s'agit d'un amour perdu...»
    Astrée leva sur l'elfe des yeux éberlués. Mais non, il ne plaisantait pas… Enfin, il n'avait pas l'air en tout cas.
    « Non, c'est juste… Il était tellement exceptionnel…
    - En quoi?
    - Il avait une sagesse incroyable, un regard sur le monde, sur l'équilibre entre les espèces, sur la nature, que je n'avais jamais rencontré, et j'avais tant à apprendre en l'écoutant. Et en même temps il avait une telle ouverture d'esprit, une telle curiosité de tout ce qui était différent, une telle patience vis-à-vis de mes maladresses ou de mes imperfections…
    - Hum… C'est une divinité, alors, pas un amant...»
    Cette fois-ci, elle crut discerner un éclair malicieux dans ses yeux, mais elle répondit avec sérieux.
    «Ce serait presque plus proche de la réalité, quand on sait qu'à sa mort, son successeur naît de ses entrailles en ayant en mémoire tout ce qu'il a lui-même vécu… c''est presque comme si son esprit ne mourrait pas, se réincarnait…
    - Je sais comment fonctionne un shaman centaure…, acquiesça Sohel.
    - Oh ? c'est vrai, vous savez ça? s'exclama Astrée avec enthousiasme. Donc vous en avez connu?
    - Oui. J'ai connu l'un des ancêtres de Neffen. Il y a longtemps. Et j'ai rencontré également une autre harde plus au nord, dans la vallée du Nirvana.»

    Astrée écarquilla les yeux. Il ne lui était pas venu à l'esprit que le druide puisse connaître la harde. Et pourtant, c'était une telle évidence, à la réflexion, puisqu'il habitait juste de l'autre côté des montagnes et avait eu des décennies pour les explorer.
    « Alors… Vous devez comprendre…
    - L'admiration que tu lui voues? Toi, la comprends-tu?
    - Je ne sais pas… D'abord, il était… adorable… Avec un humour un peu particulier, certes... et tellement serviable… Et… J'aurais voulu pouvoir apprendre des centaines de choses auprès de lui…
    - Quel genre de choses?
    - Tout… sur la nature, sur l'équilibre… une façon de voir le monde qui ne soit pas humanocentrée… comment parler aux animaux... Le sylvestre, aussi...
    - Tout cela, je te l'enseignerai… si tu passes les épreuves, précisa Sohel, en ajoutant, malicieux : tu me pardonneras si je n'ai pas le charisme et la prestance de Neffen.
    - Oh… je… ça n'a rien à voir! Il y a aussi le fait qu'il m'ait sauvé la vie… je culpabilise tellement de n'avoir pas pu lui rendre la pareille…
    - C'est pour cela que tu souhaitais si fort ressusciter la pierre?
    - Oui… Je crois que c'est avant tout pour sauver Neffen. Et aussi parce que la harde, pour les centaures, était si importante… Plus que leur vie même. Je respectais cela, je savais que c'était primordial. Et puis, je savais tout ce qui allait disparaître avec la harde. L'Arbre de Vie…
    - Il réapparaitra un jour, sous une forme ou une autre, dans une autre culture ou peut-être simplement chez une autre harde. Ce n'est pas la première fois qu'il est invoqué, ce ne sera sans doute pas la dernière non plus. Même si je ne sais pas d'où il vient, je sais qu'il existera à nouveau. Un jour. Nul ne sait où ni quand.
    - Ah… D'accord…»
    Elle n'avait jamais envisagé la chose ainsi. Mais l'elfe avait sans doute raison.
    «Mais ça n'empêche… Neffen a tant fait pour m'aider, et moi je n'ai pas été là pour le sauver, je n'étais pas là quand il a eu besoin de moi. Et... j'ai tellement le sentiment de n'avoir pas été à la hauteur, de l'avoir déçu, et de n'avoir jamais pu me rattraper...»

    A sa grande surprise, des larmes se mirent à couler. Elle sentit une main sur son épaule, mais ne releva pas la tête. Le regard dans le vide au-dessous d'elle, elle essaya d'expliquer : ce trajet inutile au village pour venir en aide à Reynald alors que Neffen était mourant, son retour trop tard, cette culpabilité de n'avoir pas été là, de n'être pas restée auprès d'eux, auprès de lui, de l'avoir abandonné, puisqu'il l'avait vécu ainsi, puisqu'il estimait qu'elle avait choisi entre Reynald et la harde.
    Les mots se bousculaient, hachés. Les larmes coulaient, inattendues et intarissables, sans qu'elle cherche à les maîtriser. Elles avaient besoin de couler, mieux valait laisser faire.
    Bien sûr, Sohel lui rappela qu'elle avait tout de même revu Neffen, ou plutôt son esprit, preuve qu'il ne lui en voulait pas, mais ses larmes ne firent que redoubler : ce jour-là, elle avait gaspillé son don, les feuilles de l'arbre de vie, dans une vaine tentative pour ressusciter la pierre de la harde, alors qu'il lui avait clairement dit qu'il n'y avait plus rien à faire, qu'il ne fallait pas aller contre la nature… Elle s'était obstinée, comme toujours, allant à l'encontre du peu qu'il avait tenté de lui inculquer, et elle avait honte de cet acte, qui lui avait spontanément paru la dernière chose à tenter avant de renoncer, mais qu'elle regrettait tant. Elle se sentait tellement indigne de ce don, indigne de la confiance de Neffen.

    Sohel la laissa parler sans l'interrompre, et le silence se prolongea tandis qu'elle versait toutes les larmes refoulées depuis plusieurs veilles. Elle en était la première surprise, ignorant avoir encore tant de douleur en elle, persuadée d'avoir accepté tout cela.
    Puis ce fut le silence, troublé par les derniers sanglots. Lorsqu'elle releva les yeux, Sohel n'était plus là. Elle ne l'avait même pas entendu s'éloigner. Elle le vit un peu plus haut, penché au-dessus d'un feu. Il lui ramena peu après une infusion bouillante, qu'il lui tendit sans un mot, et qu'elle but d'un trait, sans chercher à en identifier la composition. Quoi que ce fut, elle savait que ça lui ferait du bien.

    « Je savais que tu avais des émotions négatives à extérioriser. Je l'ai vu hier, lorsque tu m'as raconté. Il faut que ça sorte, Astrée. Que tu évacues tout ça. C'est comme un poison qu'il vaut mieux extirper que garder en soi
    - C'est ce que m'a dit Isudë. Mais je croyais… que j'avais digéré tout ça.
    - A l'évidence, non. Mais ça viendra, ne t'en fais pas. Il faut du temps.
    La jeune femme acquiesça en silence. Du temps. Elle ne protesta pas quand il lui donna une seconde tasse d'infusion. Elle se sentait un peu somnolente, sans doute l'effet des herbes.

    Une heure plus tard, elle dormait profondément, allongée sur une couverture à l'ombre. Sohel lui avait assuré que le breuvage n'était pas un somnifère, juste un tranquillisant, et que si elle ressentait le besoin de dormir, c'est que son organisme en avait besoin. Et qu'elle devait l'écouter. Ce qu'elle fit, cherchant l'apaisement dans le sommeil.
    Dernière modification par Voyageuse ; 10/03/2015 à 22h53.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  10. #10
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    A en juger par la hauteur du soleil dans le ciel, il devait être un peu plus de midi lorsqu'elle s'éveilla : sa sieste avait été courte, même si elle se sentait encore légèrement vaseuse. Sohel était tout proche, semblant guetter son réveil. Un faucon s'envola non loin de lui, et elle se demanda s'il s'agissait de son familier. Mais elle n'osa pas poser de question.
    " J'ai encore quelques sujets à aborder avec toi, annonça-t-il sans préambule. Mais ça attendra qu'on ait mangé un bout."
    Elle n'avait pas faim, trop secouée psychiquement. Du moins, c'est ce qu'elle croyait… mais son estomac la contredit en se mettant à gronder devant l'odeur du parfum de poissons en train de griller.

    " Sais-tu pourquoi Sheldon est revenu t'aider, en prenant de gros risques pour sauver ta vie ?
    - Parce que Neffen l'y a poussé, en utilisant ses pouvoirs de shaman. Il n'était pas dans son état normal. Complètement… désinhibé, je dirais, comme s'il avait consommé une drogue. Il se montrait aimable et serviable, à l'opposé de son attitude autoritaire et arrogante dont j'avais l'habitude. Il m'a même… transporté sur son dos.
    - Tu as chevauché un chef centaure ?! Voilà qui n'est pas courant ! Il est très rare qu'un centaure, même « ordinaire », se laisse monter, et je le pensais impossible dans cette harde-ci où c'est un tabou absolu…
    - Oui, ça, je l'ai compris, d'ailleurs c'était l'une des causes de cette guerre avec les humains.
    - Il faudra que tu m'expliques tout ça… Mais revenons à Sheldon. Pourquoi Neffen l'a-t-il poussé à venir t'aider, ce qui était tout aussi dangereux pour lui d'ailleurs... ?
    - Je me le suis longtemps demandé. J'étais une simple humaine, indigne de l'attention d'un chef centaure… mais Neffen m'avait déjà sauvé deux fois, il semblait vraiment tenir à veiller sur ma vie. En fait, Dymphéa pense que Neffen, d'une façon ou d'une autre, savait que ma présence allait mettre fin à la guerre. Il avait sans doute des dons de divination, je ne sais pas, d'ailleurs il n'avait peut-être pas vraiment de certitude… mais il veillait sur moi comme s'il avait pressenti ce que serait mon rôle...
    - Dymphéa a sans doute raison, fit Sohel, songeur.
    - Je me demande s'il savait que la harde allait disparaître, qu'il allait mourir. Il n'avait pas l'air, il était tellement optimiste quand on est partis pour Luménis…"
    Sa voix se fit rauque. Sheldon savait-il qu'en envoyant Byron au loin, il affaiblissait leur lien et, probablement, la harde ? Neffen savait-il que la harde était condamnée, et lui avec ?
    - Tu ne sauras jamais ce qu'il savait ou non, répondit Sohel, faisant écho à ses questionnement, en posant une main sur son poignet qu'elle avait involontairement crispé. Ce secret lui appartenait. Et tout cela te dépasse..."

    Il sourit avec douceur, et dévia la conversation vers des sujets moins douloureux.
    " Mais puisque tu parles de Luménis… Comment ta démarche a-t-elle été accueillie là-bas ? Comprenaient-ils ton souci de les sauver ?
    - Et bien… Oui et non..."
    Elle grimaça.
    " Ils comprenaient ma volonté de mettre fin à l'esclavage, mais ils mettaient des conditions à leur intervention. Ils demandaient à ce que la vallée soit placée sous l'autorité luménienne et donc que la harde respecte leurs lois. C'est une condition dont je comprends la nécessité juridique, mais que je jugeais blessante pour la fierté de la harde. Je pense que Sheldon aurait eu du mal à accepter. Quelque part, c'était presque une sorte de victoire humaine, comme le faisait remarquer Byron : ils auraient eu à prêter allégeance à des autorités humaines… C'était la seule issue possible, il n'avait pas d'autre choix. Mais je ne sais pas comment il l'aurait pris, si pour lui ça aurait été une trahison de la harde...
    - Mais toi, qu'en penses-tu ? En-dehors du fait que ce soit blessant pour eux ?
    - Et bien… je crois qu'au fond, je voudrais que chaque peuple soit être libre de vivre selon ses propres lois, tant qu'elles sont acceptées par ses membres et qu'elles ne nuisent pas aux autres. C'était le cas, ici, en l'occurrence : leurs règles étaient une évidence pour eux, même celles qui pouvaient paraître choquantes aux yeux d'un humain, et je considérais qu'on devait respecter leurs traditions, leur culture. Mais je n'ai pas réussi à expliquer mon point de vue aux autorités. Ils me parlaient de conditionnement, de contrainte du groupe… Oui, bien sûr, ça existe, chez les centaures comme dans toute société. Mais ça n'empêche que pour moi, on n'a pas le droit d'imposer nos valeurs aux autres, aussi bonnes les juge-t-on. On n'a pas le droit de décider à leur place. Même si je comprends bien l'argument des autorités, ou de Reynald, disant qu'il faut un minimum de règles communes pour coexister pacifiquement : ils n'ont pas forcément tort. Il devrait y avoir la possibilité de trouver un équilibre dans le respect des spécificités de chacun, sans qu'une race impose sa loi aux autres..."
    Elle s'enflammait au fur et à mesure qu'elle parlait, et fut la première surprise de sa véhémence. Mais c'était la première fois qu'elle pouvait espérer rencontrer chez son interlocuteur un écho à ses propres idées.
    Sohel, cependant, ne dit rien, se contentant d'un sourire en coin.

    " Que pensent les luméniens, du moins ceux qui ont traité l'affaire, de la harde et de son fonctionnement ?
    - Ils jugent qu'il s'agit d'une culture primitive, ils la méprisent.
    - Et toi ?
    - Moi je me dis qu'ils sont dépositaires d'un savoir millénaire, qu'ils vivent dans une harmonie parfaite avec la nature qui les entoure… On n'a pas à les juger primitif sous prétexte qu'ils ne font pas des outils aussi sophistiqués ou des constructions aussi imposantes. Ils font ce qui correspond à leurs besoins, ils vivent comme ils l'ont toujours fait, et c'est leur droit, on n'a pas à leur imposer de changer ! "
    Elle réalisa qu'elle se répétait, preuve que le sujet lui tenait à coeur.
    " Et on n'a pas le droit de se juger supérieur à eux… d'ailleurs, inversement, certains d'entre eux avaient tendance à se juger supérieur aux humains."
    Elle surpris un discret acquiescement de Sohel.
    « Rares sont les personnes qui pensent ainsi… qu'elles soient humaines ou elfes, d'ailleurs. Ou de n'importe quelle autre race. Chaque race a tendance à s'imaginer un peu meilleure que les autres. On entend parfois des discours qui parlent d'égalité, mais peu le ressentent réellement au fond de leur coeur. Seuls les druides vivent vraiment selon ces préceptes...»
    Il lui adressa le sourire le plus large dont il l'ait gratifié depuis le début de leurs entretiens, et elle lui rendit. Oui, la voie de druide lui convenait parfaitement. Elle y serait à sa place.
    Dernière modification par Voyageuse ; 12/03/2015 à 22h18.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  11. #11
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    " Il me reste deux ou trois sujets à aborder. Tout d'abord, qu'éprouves-tu pour les Montequins ?
    - Je ne sais pas trop. Ils m'ont condamnée à mort, d'une façon assez horrible, et j'en suis encore choquée. Certes, ils étaient en guerre et pour eux je m'étais alliée avec l'ennemi, mais je ne crois pas que ça justifie ce qu'ils m'ont fait subir. Ils étaient des esclavagistes, aussi, mais tous n'en avaient pas conscience : certains voyaient les centaures comme de simples bêtes. D'autres comme une race inférieure à civiliser. En fait, ils avaient un rapport à la nature et aux autres espèces complètement faussé… une sorte de culture locale pervertie du bien et du mal, je dirais. Mais quels que soient leurs crimes, ils ont été amplement puni lorsque les luméniens les ont chassés de leur village auquel ils tenaient tant.
    - Tu n'éprouves pas de haine envers eux malgré ce qu'ils t'ont fait subir ?
    - Non. Vraiment pas."
    Ils échangèrent un sourire.
    " J'imagine que cette mentalité leur est venue peu à peu. Tu as su comment avait débuté la guerre ?
    - Oui. J'ai la version centaure, et la version humaine, qui remonte plus loin."
    Elle résuma le peu qu'elle savait : des jeunes centaures montés par de jeunes humains contre leur volonté, brisant un tabou absolu, la vengeance terrible de leurs parents, la scission entre les deux peuples, avec quelques centaures restés avec les humains, déjà hors harde. Puis, plus tard, la naissance de l'esclavage.
    " J'aimerais aussi que tu me racontes un peu plus en détail la fin de la harde : la façon dont cela a été vécu par les centaures, comment ils s'adaptent. C'est un événement bien triste, à l'échelle de la nature et de sa diversité, mais auquel je n'ai jamais assisté moi-même... et heureusement en un sens."
    Elle s'exécuta de son mieux, expliquant les changements qui s'étaient opérés chez Byron au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient et qu'il était, sans doute, moins soumis à la magie centaure qui les liait. Elle raconta aussi la façon dont Dymphéa ressentait les choses juste avant la fin, sa tristesse infinie. Elle parla de l'incroyable différence entre les discours qu'ils tenaient avant et après la fin, de la façon dont ils avaient été transformés, oubliant leur tristesse et leur douleur, ne ressentant aucun manque. Comme le sevrage d'une drogue, avait dit Dymphéa.

    " Et comment l'imagines-tu l'avenir, pour eux ?
    - Je ne sais pas… Est-ce qu'ils inventeront une autre façon de vivre ensemble, sans shaman et sans magie ? Ou est-ce que c'est dans leur essence, comme dirait Neffen, de vivre en harde, liés par une sorte de fluide un peu comme les abeilles le sont à leur essaim ? J'ai vu que les centaures de montequine, d'instinct, s'étaient regroupés pour dormir tous ensemble, ça confirme ce que me disait Neffen sur le fait qu'ils sont fait pour vivre en communauté et non en solitaires... Mais dans ce cas, est-ce qu'un shaman naîtra ? Une pierre ? J'aimerais savoir, mais je risque de ne pas vivre assez longtemps…
    - Le temps de la Nature n'est pas celui des humains… ni même celui des elfes, parfois. Mais toi, quelle solution aurait ta préférence ?
    - Moi... j'aimerais qu'une harde renaisse, avoua-t-elle. J'avais été fascinée par leur fonctionnement, par cette magie qui les unissait, par leur culture unique, et je suis si triste que tout ça se soit perdu. Alors, je sais bien que tout le monde ne partagerait pas cet avis, il y en a qui s'enthousiasmeraient de voir les centaures accéder à une autre forme de civilisation, qu'ils qualifieraient de plus évoluée… Les luméniens considéreraient qu'ils doivent changer, et que la harde traditionnelle est un fonctionnement trop statique qui ne permet pas d'évoluer rapidement. Les centaures domestiques, eux, n'imaginent pas vivre en harde, pour eux c'est quelque chose de primitif et de dépassé. Ils voient les choses comme les humains, c'est incroyable. Moi, je préfère la diversité des cultures et modes de vie à l'uniformité.
    - Les centaures de ville… Quelle impression t'ont-ils faite ?
    - Et bien… j'ai eu l'impression qu'ils n'étaient pas des vrais centaures. Plutôt des humains à corps chevalin, une pure création de la culture montequine, quelque chose de contraire aux lois de la nature… et pourtant ils en font partie, de la nature, je sais bien. Je dois être un peu rétrograde, de les considérer ainsi. Eux se considéraient comme bien plus civilisés que les centaures sauvages, presque supérieurs, en un sens. Moi… J'en ai terriblement voulu aux montequins d'avoir en quelque sorte créé une race de centaures à leur image.
    - Je comprends ta réaction. Je pense que j'aurais eu la même, si ça peut te rassurer.
    - Leur existence… rendait nécessaire, je suppose, la disparition de la harde telle qu'elle existait. Ils étaient trop différents pour pouvoir être assimilés, et trop nombreux. Je pense que Neffen n'aurait pas pu trouver la clé de leur âme, comme il disait, parce qu'elle était trop différente de celle des centaures de la harde. Un certain nombre n'auraient donc pas été soumis à la magie liant la harde, et ça aurait tourné au conflit... et la harde se serait détruite elle-même, par une guerre interne. Neffen avait évoqué une fois la possibilité de voir les centaures de ville lutter contre leurs cousins sauvages, et cette idée lui faisait horreur : il considérait que c'était la pire des choses possibles, pire même que la disparition de la harde. Mais... les montequins ont détruit une harde pour la remplacer par une autre, créée et éduquée par eux. Je ne peux m'empêcher de trouver ça contre nature. Et je suis d'une façon plus générale révoltée par leur volonté de tout transformer, tout plier à leur volonté… Mais Neffen me disait que j'avais moi aussi cela en moi, cette volonté de plier la nature à ma volonté lorsque tout n'allait pas comme je le souhaitais… Et il avait raison, je le vois bien, j'ai voulu si fort ressusciter sa pierre..."
    Elle baissa la tête, honteuse se sa réaction de l'époque, pourtant tellement humaine...
    " C'est effectivement un trait de caractère humain. Mais à la différence de bien d'autres humains, tu en es consciente et tu comprends que cela peut être un problème. Beaucoup de tes congénères ne voient cela que comme une force, une volonté inébranlable qui leur permet d'atteindre des sommets, car ils ont l'ambition chevillée au corps. Au moins as-tu pris conscience du revers de la médaille."
    Sohel secoua la tête et sourit avec douceur.
    "Je pense que Neffen a bien vu la druidesse qui sommeillait en toi, cette vocation qui s'éveillait.
    - Je n'ai jamais pu le remercier…" acquiesça Astrée dans un murmure, à nouveau submergée par l'émotion.
    Sohel la regarda en pinçant les lèvres, mais ne fit aucun commentaire.

    "Arrêtons là pour aujourd'hui. Il n'est pas très tard, mais nous avons tout le temps de parler demain. Il vaudrait mieux se préoccuper du niveau des provisions qui baisse dangereusement. Puis-je mettre tes talents de chasseresse à contribution ?"
    - Avec plaisir ! Ça me changera les idées..."
    Et la fin d'après-midi fila comme un battement de cils.
    Dernière modification par Voyageuse ; 13/03/2015 à 22h03.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  12. #12
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Le lendemain, le soleil était déjà levé depuis belle lurette lorsqu'Astrée ouvrit les yeux. Sohel l'accueillit avec quelques taquineries sur son sommeil de plomb, mais lui laissa le temps de déjeuner et de méditer un moment face à la montagne avant de reprendre les entretiens. Malgré sa longue nuit, elle se sentait fatiguée : sans doute un effet de ces longues discussions qui remuaient des émotions enfouies.
    Ils s'installèrent sur la corniche, comme d'habitude, face à la cascade, et la discussion reprit. C'était probablement la fin, elle le pressentit dès les premières questions.

    " Je voudrais que tu me dises qui, selon toi, a le plus de responsabilité dans le drame qui s'est produit, et si l'épilogue de cette histoire te semble juste.
    - Et bien… -Elle hésita- J'imagine que les torts sont partagés…
    - Tu n'as pas l'air sûre.
    - Pour être franche, je ressens les humains plus coupables que les centaures, avoua-t-elle dans un soupir. Mais dans cette aventure, j'ai été davantage du côté centaure, j'ai entendu leurs arguments, je sais que ça m'influence…
    - Pourquoi juges-tu les humains coupables ? A cause de cet incident avec les enfants ?
    - Oui et non… Pour moi, leur culpabilité est plutôt dans le fait d'avoir mis en place cet esclavage. Ils ont décidé de les considérer et de les traiter comme des bêtes, et pour moi c'est intolérable. Je pense qu'ils n'ont pas voulu comprendre la gravité de ce tabou qu'ils avaient enfreint, et qu'ils ont estimé que la réaction des centaures était la preuve qu'ils étaient des barbares... presque des bêtes peut-être. Les centaures de ville me disent que la confiance était rompue, ça je peux le comprendre, elle était rompue des deux côtés et c'est avant tout pour fuir l'influence humaine que les centaures ont pris leurs distances. Mais rien ne justifie l'esclavage.
    - Et la part de culpabilité des centaures ?
    - Ils ont massacré une trentaine de gosses en représailles de l'incident. Pour moi c'est très difficile à comprendre : dans toutes les cultures on respecte la vie d'un enfant. Ce que les enfants humains avaient fait étaient gravissime, mais ce sont des gosses et ça devait pour moi se régler entre adultes, quitte à ce que ça tourne à la guerre…
    - Mais tu juges tout de même les humains davantage coupables ?
    - Oui. Peut-être juste parce que je ne supporte pas l'esclavage… ou parce qu'ils ont fini par gagner et détruire la harde et que c'est un acte grave, pour moi...
    - Et l'épilogue de tout ça ? Rend-il justice aux uns et aux autres ?
    - Et bien... Pour moi, il est juste que les humains aient été chassés de la vallée, mais injuste que la harde ait été détruite.
    - Pourtant, les centaures ont une part de responsabilité, il est logique qu'ils aient une part de… punition, si on peut dire.
    - Ils avaient déjà payé, avec les morts et une partie des leurs réduits en esclavage…
    - Je comprends bien ton point de vue. D'un autre côté, on pourrait aussi considérer que la culture de cette harde, ses traditions, sont à l'origine d'une impossibilité de coexistence avec les humains, et que ce tabou enfreint a provoqué cette guerre. En ce sens, la destruction de la harde supprime le problème. Neffen était le garant de ces traditions, Sheldon le protecteur de la harde… l'un mort, l'autre exilé, les centaures repartent sur d'autres bases et la paix redevient possible.
    - Non, je ne suis pas d'accord. Je veux dire... je l'ai compris, tout ça. Je sais que la nouvelle harde qui sera créée aura un fonctionnement et des traditions davantage compatible avec la société humaine, que c'est bon pour la paix. Mais malgré ça, je trouve complètement injuste qu'on ait détruit une harde. Je vous l'ai dit, je n'aime pas cette tendance à l'uniformisation de tous les peuples, je préfère la coexistence dans le respect de la diversité de chacun… La destruction d'une harde, c'est terrible. Le fait qu'une autre soit créée est une consolation, mais j'aurais préféré que la harde d'origine vive et évolue à son rythme, en changeant peu à peu ses traditions au contact d'autres cultures…
    - Ce qu'ils ne faisaient pas puisqu'ils préféraient se préserver des autres influences, celles-ci mettant en danger leur cohésion et commençant à éloigner certains des centaures de la harde. Mais pour en revenir au présent, tu as compris que la situation était arrivé à un point de non-retour, et que ton souhait que la harde survive ne pouvait plus se réaliser, à cause du déséquilibre entre les centaures de ville et les autres ?
    - Oui, je l'ai compris. Mais ça me révolte qu'on en soit arrivé là."

    Sohel hacha la tête, et Astrée eut la nette sensation qu'il prenait des notes mentales -peut-être même écrivait-il tout quelque part ensuite ?
    " Le pire a été évité, des deux côtés. Les humains ont été chassés, c'est terrible pour eux mais moins que l'annihilation par les orques. La harde a été détruite, mais ils sont vivants et pourront reconstruire autre chose…
    - La harde comptait plus que leur vie, objecta Astrée. Lorsqu'ils étaient encore unis par cette magie, si on leur avait annoncé comment ça allait se terminer, ils auraient préféré mourir que voir disparaître la harde.
    - Oui, mais comme tu le dis toi-même, cette attitude a évolué au fur et à mesure que le liant de la harde se distendait.
    - Je sais…
    - Mais tu n'es pas convaincue.
    - Non. Je sais qu'au point où on en était arrivé, c'était la meilleure solution pour tous. Mais j'aurais tellement préféré qu'on n'en arrive jamais là…
    - Il ne sert à rien de se lamenter sur le passé : il était impossible de revenir en arrière et trop tard pour sauver la harde.
    - Je sais.... Mais...
    - Mais ça te révolte, et je crois que c'est cette révolte, née ce jour-là en toi, qui te pousse définitivement sur la voie du druidisme. Je ne te la reproche donc pas. Il faut juste… rendre moins douloureux pour toi ce renoncement à ce qui était devenu impossible. Oui, c'est ça : il te faut apprendre à renoncer. Et c'est sans doute particulièrement difficile pour un humain.
    - Je sais que je dois progresser sur ce plan. Dymphéa me l'a dit aussi…
    - Dymphéa est sage. Il me semble d'ailleurs qu'elle l'était déjà alors qu'elle était une toute jeune elfe.
    - Vous l'avez connue ?
    - Très peu. Mais Isudë m'en a parlé une fois ou deux. "
    L'elfe sourit, plongé un instant dans des souvenirs.

    " Mais revenons à ce renoncement... As-tu confiance dans la Nature ?
    - Je... Oui, bien sur..."
    Elle ne serait pas druide sinon, lui semblait-il.
    " Réellement ?
    - Oui..."
    Certes, il y avait eu cette fausse couche, toute récente. Elle en avait terriblement voulu à la nature de l'avoir privée de son enfant. Et avait failli renoncer à sa vocation...
    " Tu n'en sembles pas si convaincue."
    A croire que l'elfe lisait dans ses pensées. Elle se sentit rougir.
    " Astrée. Tu dois faire confiance à la Nature, absolument, et totalement. Désormais, la vallée a été rendue aux centaures, et ils sont entre eux sans interférence extérieure. La nature va reprendre ses droits, peu à peu, si ce n'est sur cette génération ce sera sur la suivante. La part d'eux-mêmes qui correspond à l'essence de leur espèce va se révéler. Et le ciment d'une harde, cette magie qui les lie, va se former peu à peu.
    - Je l'espère... A moins qu'il y ait d'autres fonctionnement possibles pour des centaures, qui restent à inventer ?
    - Peut-être... je ne prétends pas tout savoir. Mais personnellement, je n'ai jamais vu de centaures qu'en harde. En-dehors, bien sûr, des sans-harde qu'on voit parfois, mercenaires intégrés aux sociétés humaines....
    - Justement : ne craignez-vous pas que ça devienne la norme, dans notre monde où les humains prennent tant de place et ont tant d'influence ? A leur contact, la harde se délite... Et les centaures de ville réagissent comme des sans-harde, méprisant cette servitude que constitue pour eux la harde avec son ordre immuable où chacun a un rôle attribué à la naissance... comme chez les fourmis ou les abeilles d'ailleurs...
    - N'oublie pas que chez les abeilles, le rôle de chacun peut évoluer en fonction des besoins de la ruche.
    - Il reste qu'il est déterminé, imposé par l'essaim.
    - Ça te choque ?
    - Non, vraiment pas. Mais ça choque la majorité des humains, et ça choque aussi les centaures domestiques. Comment une nouvelle harde pourrait-elle renaître dans ces conditions ?
    - Je pense que ça se fera insensiblement. Les sans-harde sont ainsi car ils vivent en très petits groupes. Mais là, tu as un rassemblement de plus de deux cent centaures forcés de cohabiter et de s'organiser. Leur Nature va reprendre le dessus. Et ça sera très intéressant à observer, cette évolution. Ça permettra justement de voir ce qui, dans le fonctionnement d'une harde, relève de la nature et ce qui relève de la Tradition.
    - Mwouais...
    - Et ça se fera à partir des individus tels qu'ils sont, en intégrant leur mode de fonctionnement, leurs valeurs, leur volonté, ce qu'ils veulent créer. Ce sera forcément une harde différente des autres car elle a subi une forte influence humaine à ses débuts, positive pour certains, négative et conduisant au rejet pour d'autres. mais ce sera une harde.
    - Ils sont tellement différent les uns des autres. Comment construire une unité ? Il faudra plusieurs génération...
    - La Nature a tout son temps. Mais ça adviendra, tu peux en être certaine. Tu dois faire confiance à la Nature. Ton action, directement ou non, lui a rendu ses droits, et tout est entre Ses mains désormais. Donc tout ira bien."
    Astrée regarda l'elfe d'un air songeur. Elle comprenait, tout ça résonnait en elle. Elle devait avoir confiance.
    " Vous avez raison", finit-elle par admettre.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  13. #13
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    L'après-midi touchait à sa fin. Ils avaient parlé longuement toute la journée, de choses et d'autres, du fonctionnement d'une harde, des centaures créés par les montequins, des sans-harde, de la nature qui reprenait ses droits, de l'action des humains et de leur volonté de tout dominer, du pois de leurs actes sur l'équilibre de la nature. Astrée se sentait épuisée, comme étourdie, vidée par ces heures interminables d'entretien, mais Sohel revenait à la charge, inlassablement, la poussant dans ses retranchement lorsqu'il percevait un point d'achoppement. Il lui avait octroyé une pause, tout de même, pour faire un peu de cueillette sur les plateaux au-dessus : l'escalade était raide, mais le panorama, splendide, méritait l'effort, et les fraises étaient délicieuses.

    " Et finalement… comment juges-tu ton action, dans toute cette histoire ?", finit-il par demander tout en mettant à cuire leur pitance.
    Astrée grimaça. Elle se sentait bien mal placée pour se juger elle-même. Bien sûr, elle avait sauvé des vies, mais...

    " J'ai surtout eu beaucoup de chance, finit-elle par marmonner, les yeux fixés sur ses orteils. J'ai l'impression d'avoir multiplié les gaffes, les maladresses, les imprudences de tous ordres. J'ai failli mourir plusieurs fois, parfois par ma propre faute, parce que je me suis montrée imprudente. J'ai aussi été extrêmement entêtée, trop même, négligeant les conseils des plus sages. Certes, ça a permis de sauver les centaures, mais ça tient du miracle…
    - Que veux-tu dire en parlant de miracle ?
    - Et bien... par exemple… Lorsque Sheldon était mourant, que Neffen voulait reprendre sa forme centaure et mourir… Je ne l'ai pas écouté, j'ai refusé malgré sa supplication, et j'en ai honte. Je voulais tenter quelque chose, ne pas abandonner. Je ne savais pas qu'en ranimant Sheldon, Neffen userait ses dernières forces et devrait se régénérer, risquant d'être pris, ce qui détruirait la harde.…
    - Ce qui n'aurait rien changé au final.
    - Oui… mais…
    - Et si tu lui avais obéi ?
    - Il serait mort, et Sheldon également. J'aurais ramené son rejeton à la pierre, il y aurait eu un nouveau chef désigné. Qui aurait peut-être maintenu l'ordre de guerre…
    - Ou peut-être donné le même ordre que Sheldon, d'aller chercher les luméniens.
    - Oui… A la réflexion, c'est probable, puisque ma présence ayant été découverte, ils auraient renforcé les fortification, ce qui rendait la victoire impossible. Donc finalement… en un sens, c'est à cause de ma présence que la harde était condamnée.
    - Hum… Étrange raisonnement ! Explique-moi ça…
    - Si je n'avais pas été là, Sheldon serait mort, un nouveau shaman serait apparu, la pierre aurait désigné un nouveau chef, qui aurait pu conforter l'ordre de guerre et l'alliance avec les orques… et peut-être était-ce la seule chance de sauver la harde ?
    - Tu crois vraiment ? Maintenant que tu connais les centaures domestiques ?
    - Ah… Punaise… Non, vous avez raison. Ils sont trop nombreux, donc la harde n'avait sans doute aucune chance de survivre, même en attaquant de nuit, par surprise. Et surtout, une partie des centaures de ville aurait pris parti contre la harde et les centaures se seraient entre-tués… C'est ce que Neffen craignait plus que tout.
    - Oui, ça aurait été un massacre et la harde n'aurait pas pu y survivre. Elle était déjà condamnée, quoi que tu fasses, quoi que tu tentes, parce qu'ils n'étaient plus assez nombreux. Souviens-toi, c'est pour cela que la pierre a faibli, que Neffen est mort. Ils n'étaient plus assez nombreux pour alimenter la magie qui cimentait la harde. Il était trop tard, quoi que tu fasses. Tu as simplement pu sauver des vies… et mettre fin à une guerre. Ça n'est pas si mal, tout de même.
    - Mais j'ai honte de mon entêtement… par exemple quand j'ai voulu sauver la pierre, en allant là aussi à l'encontre de ce que me disait Neffen qui était pourtant d'une telle sagesse… J'ai honte de m'être comportée de façon trop orgueilleuse avec Sheldon, d'avoir été parfois maladroite avec Byron ou d'autres, j'ai honte de n'en avoir toujours fait qu'à ma tête, d'avoir été… têtue et orgueilleuse... comme tout humain, finalement. J'aurais voulu pouvoir leur donner une autre image de ma race, mais je ne vaux pas mieux que les autres…
    - Heureux que tu en aies conscience. Ça prouve que ton orgueil n'est pas si démesuré..."
    Astrée leva les yeux avec surprise, cherchant à déterminer s'il parlait sérieusement ou se moquait d'elle.
    " Tu ne changeras pas ce que tu es, expliqua simplement l'elfe avec un haussement d'épaules. Savoir s'accepter soi-même, avec ses qualités et ses défauts, est le premier pas vers la sagesse…
    - N'empêche que j'ai surtout eu beaucoup de chance que toutes mes erreurs et tentatives avortées ne conduisent pas à une catastrophe. Je me suis même dit, une fois, face à tous ces coups de chance miraculeux, que j'avais peut-être été réellement un outil de Mielikki, qui agissait à travers ma présence. Parce qu'en réalité, ce n'est pas moi qui ai mis fin à cette guerre, ce n'est pas vraiment mon action. C'est simplement ma présence, qui a rendu impossible l'attaque par les orques, le seul recours restant étant Luménis. Je n'ai pas fait grand-chose, j'étais juste là.
    - Oui… mais c'est déjà pas mal ! D'avoir été là, de n'avoir pas fui, de ne pas avoir refusé cet appel, d'avoir tenté quelque chose alors que tout paraissait impossible, même si ça n'a pas abouti à ce que tu souhaitais. Tu n'étais pas druide encore, tu n'avais guère de pouvoir par toi-même, tu avais seulement la volonté d'aider. Le reste, peut-être est-ce effectivement l'oeuvre des dieux, qui sait ?..."
    Le druide sourit avec douceur, et le silence s'installa quelques instant, tandis qu'il touillait la soupe.

    " Tu parles de coups de chance. Combien de fois as-tu failli mourir ?
    - Et bien… une première fois lorsque j'étais prise en otage par Sheldon, deux fois quand les centaures m'ont tendu des pièges, une fois lorsque les montequins m'ont condamnée à mort… Et une fois par ma propre bêtise, quand je suivais les fausses traces de Neffen.
    - Ca fait cinq. Et qui t'a sauvé la vie?
    - La première fois, les Montequins. Les autres fois, Neffen… Et Dymphéa la dernière fois. Mais ça ne compte pas vraiment, personne ne voulait ma mort à ce moment...
    - Tu as raison, ça ne compte pas. Tu as donc failli être tuée trois fois par des centaures, une fois par les humains. Et tu as été sauvée trois fois par Neffen, émanation de la harde, et une fois par les humains. Quel incroyable équilibre, n'est-ce pas ?
    - Je n'avais… pas vraiment réalisé…
    - Action, réaction… Tout reste en équilibre dans la Nature. Et le fait que cet équilibre apparaisse ainsi dans les péripéties que tu as traversé est un signe, pour moi.
    - Un signe ?
    - Un signe que Mielikki t'a vraiment envoyé là-bas aider à ramener la paix.
    - Peut-être, marmonna Astrée, fixant à nouveau ses orteils. Mais pourquoi moi ? Je m'en sens tellement indigne...
    - Tu étais là et tu avais la volonté d'agir. Ça ne te suffit pas, comme raison ?
    - Vous voulez dire... qu'elle a pris le premier outil qui se présentait à elle, finit par traduire Astrée avec un demi-sourire.
    - Exactement.
    - N'empêche... J'en suis très honorée...
    - Astrée., l'interrompit Sohel d'un ton solennel. En t'engageant dans la voie du druidisme, tu t'engages à lui servir d'outil à nouveau, chaque fois que le besoin se présentera, et à être à son service, et plus largement à celui de la Nature chaque jour, chaque instant de ta vie. Penses-tu pouvoir prendre cet engagement ?
    - Oui*! répondit Astrée avec conviction, en le fixant droit dans les yeux.
    - Tu t'engages à servir Mielikki ?
    - Je m'engage à servir la Nature, corrigea-t-elle après un instant de réflexion. Mais Mielikki est une déesse de la nature… donc j'imagine que ça revient au même ?
    - Non, vois-tu, ce n'est pas exactement la même chose, répliqua l'elfe d'un ton patient. Si tu avais répondu que tu t'engageais à servir Mielikki, j'en aurais déduis qu'il fallait t'orienter vers le prêtrise et non le druidisme. Un druide sert la Nature. Les dieux de la nature lui octroient ses pouvoirs, et les lui retirent s'il faillit à sa vocation, ils peuvent lui confier des missions, parfois, comme ce fut le cas pour toi dans cette histoire, mais c'est la Nature qu'il sert et non un dieu particulier.
    - Je crois que je comprends. Et ça me convient mieux ainsi.
    - Alors, Failxte roïë, danvezïe drouiz. . Bienvenue à toi, sœur et apprentie druide. traduisit-il.

    Cela signifiait, indubitablement, qu'il acceptait de la prendre en apprentissage...
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  14. #14
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Astrée eût bien du mal à s'endormir ce soir-là. Trop de choses tourbillonnaient dans son esprit, souvenirs remontés à la surface au cours des interminables discussions avec le druide, questionnements sur ce qui l'attendait à présent. Il avait parlé d'épreuves à franchir mais n'en avait pas dit davantage.
    Elle songeait à Neffen, à cette longue et passionnante soirée de discussions, sous sa tente, qu'elle avait espéré voir se prolonger un jour, un autre soir. Tant de questionnements et si peu de réponses.

    " Qu'est-ce qui t'empêche de dormir", questionna la voix de Sohel.
    Bien sûr, avec son infravision d'elfe, il devait voir qu'elle gardait les yeux grands ouverts.

    " Je me souviens de discussions avec Neffen. Il y avait une autre solution, en réalité, pour la harde. Celle qu'on avait envisagé à l'époque. Il savait que les centaures de ville étaient les plus nombreux, et qu'ils ne seraient peut-être pas intégrables à la harde. On parlait d'intégrer à la harde ceux qui le pouvaient, et que les autres partiraient. Ainsi, on aurait pu sauver la harde. Elle n'était pas condamnée. Si seulement j'étais revenue quelques jours plus tôt avec les autorités...
    - Va jusqu'au bout du raisonnement. Combien seraient restés, combien partis ?
    - Je ne sais pas. Je me souviens que les centaures de ville avaient une vision complètement faussée de la harde, ils pensaient qu'on allait les obliger à s'y intégrer, mais il n'est pas possible de forcer deux cent centaures à s'intégrer à une harde de trente... Donc ils auraient eu le choix de refuser et beaucoup seraient partis, la majorité à mon avis.
    - Sans heurt ?
    - Je ne sais pas...
    - Astrée... Les centaures sont une race violente, animale, si on peut dire. Davantage que les humains ou les elfes. Le risque que ça dégénère en conflit était grand. Les centaures de Montequine auraient sans doute souhaité rester en ville, non ? Au moins une partie d'entre eux ?
    - Peut-être... Probablement, même. Sans se mêler à la harde. C'est ce que j'avais cru comprendre à travers ce qu'ils disaient.
    - Je ne crois pas à une cohabitation pacifique entre deux cent centaures domestique, à la mentalité étrangère, forgée par les humains, et leurs trente cousins sauvages. Ils étaient trop différents, dans leur perception du monde, leurs valeurs, leur mode de fonctionnement.
    - Mais... Ils auraient pu voisiner, sans se mélanger ?
    - J'en doute. Pas dans un espace restreint que chacun aurait voulu s'approprier. Je connais les centaures... pas spécialement ceux-ci, tu me diras, mais j'en ai suffisamment côtoyés pour savoir la façon dont ils fonctionnent. La harde n'aurait pas supporté de voir leurs cousins vivre et raisonner comme des humains, ça aurait été offensant pour eux, et les centaures de ville auraient méprisé la harde. Ca aurait mal fini, à mon avis. Et une guerre fratricide, pour une harde, c'est sans doute l'une des perspectives les plus affreuses."
    Astrée soupira. Il n'avait pas tort.
    " J'en veux terriblement aux montequins de ce qu'ils ont fait.
    - Je sais. Mais ce qui est fait est fait, et tu dois te tourner vers l'avenir. Et avoir foi en la Nature.
    - Je sais", marmonna-t-elle.
    Il n'ajouta rien et elle resta à tourner ses sombres pensées dans son esprit. Elle savait qu'il avait raison, son esprit, son intelligence le savaient. Son coeur avait de la peine, encore, et pourtant le deuil se ferait, forcément...



    " J'ai une dernière question..."
    Elle sursauta à demi. Il devait pourtant avoir vu qu'elle était en train de s'endormir... Peut-être même faisait-il exprès de la prendre au dépourvu.
    " Une meute de loups affamés attaque un village. De quel côté es-tu ?"
    Astrée grimaça.
    " Neffen m'a déjà posé la question...
    - Qu'as-tu répondu ?
    - Je ne sais plus... -elle étouffa un bâillement- Que j'avais tendance à défendre les humains, en tant qu'humaine... mais surtout, que dans ce cas précis j'étais du côté des agressés contre les agresseurs. Si des humains attaquaient une meute, je serais du côté de la meute. Si une meute attaque un village, je défends les humains. Après, je sais bien que ce n'est pas forcément si simple, que dans les deux cas, les agresseurs sont peut-être mus par la nécessité de survivre...
    - Ton raisonnement se comprend. Et ta remarque est intéressante. En première approche, oui, le druide défend l'agressé contre l'agresseur, mais il défend surtout le faible contre le fort. Celui qui est menacé d'extinction contre celui qui domine. Lorsque c'est possible, il faut parvenir à réfléchir au niveau de l'équilibre global.
    - Neffen m'avait dit que c'était compliqué, je me souviens, dans certains cas... lorsque les ressources sont limitées, il y a des choix difficiles à faire. Il disait qu'on ne peut pas ménager l'écureuil et la noisette..."
    Elle sourit à ce souvenir. L'expression de la dryade également...
    " Te sens-tu capable de prendre partie contre ton propre peuple dans ce genre de circonstance ?
    - J'ai pris parti contre mon peuple pour aider les centaures...
    - Tu l'as fait parce que ce qu'ils faisaient était mal et que tu voulais mettre fin à l'esclavage. Mais s'il s'était simplement agi d'une question de survie tout à fait basique ? Des loups attaquant les troupeaux pour survivre, et mettant en péril les humains qui se retrouveraient sans ressources alimentaires ? Voire... des loups attaquant des enfants ?
    - Je ne sais pas..."
    Mais pourquoi lui posait-il ce genre de question existentielle à une heure pareille, alors qu'elle avait tellement sommeil ?
    " On peut considérer ça comme... un conflit de territoire, peut-être, finit-elle par suggérer. Des loups et des humains coexistant de façon trop rapprochée, ça donnerait ce genre de conflit. Et... Peut-être que la solution c'est que l'un des deux clans parte.
    - Lequel ?
    - Je ne sais pas... pour les centaures, c'était évident que les humains devaient partir : cette vallée était celle des centaures, et ils étaient liés à la pierre, sans autre choix que de rester. Mais dans cet exemple avec les loups, je ne sais pas.
    - Les humains s'étendent sur Hélonna et le territoire des loups diminue comme peau de chagrin. Au niveau de l'équilibre, dans bien des secteurs, c'est le loup que tu devrais privilégier.
    - Ça ne veut pas forcément dire que je les laisserai tuer les humains, non ? objecta Astrée. Mon rôle serait plutôt de convaincre les humains de partir...
    - Tu crois vraiment qu'ils t'écouteraient ?
    - Peut-être... si la horde de loup est puissante et qu'ils craignent pour leurs enfants...
    - Mais si les loups sont affaiblis ? Ou si les humains ne t'écoutent pas puisqu'ils se pensent plus fort et songent plutôt à exterminer préventivement la horde ?
    - Alors il faudrait convaincre les loups de partir. Pour leur propre sécurité.
    - Et s'ils ne t'écoutent pas ? Ce qui est probable : tu ne parles pas leur langage, qui d'ailleurs n'en est pas un, et tu es humaine...
    - Je ne sais pas... je ne peux rien faire...
    - Sans doute. Mais imagine que dans ce contexte, un loup s'approche du village et s'apprête à attaquer un enfant. Tu as la possibilité de tirer sur le loup pour sauver l'enfant. Le fais-tu ?
    - Je... je ne peux pas faire autrement, murmura Astrée, mal à l'aise. Je ne peux pas laisser tuer un gosse...
    - Et ça change quelque chose si c'est un vieillard ?
    - Je... Non... Je ne crois pas que je pourrai laisser tuer un être humain sous mes yeux sans réagir. J'essaierai de simplement blesser le loup...
    - Ce qui le rendrait fou de rage...
    - Je... Oui... mais je ne peux tout de même pas laisser un homme se faire tuer sous mes yeux...
    - Pour nourrir une portée de louveteaux affamés ?
    - Je... Non... Vous ne pouvez pas me demander de m'engager à faire une chose pareille... je chercherais d'autres solutions...
    - On ne peut pas toujours ménager l'écureuil et la noisette, lui rappela Sohel. Tu dois être consciente que tu auras parfois des choix difficiles à faire, qui heurteront soit tes convictions de druide, soit ta sensibilité humaine...
    - Je n'y arriverai jamais, gémit Astrée.
    - A quoi faire ?
    - A laisser tuer des humains pour sauver des loups..."

    Sohel ne répondit pas, laissant planer quelques minutes de silence, tandis qu'Astrée sentait son coeur se serrer. Si c'était ça, être druide... elle ne pourrait pas.
    " Dors Astrée, finit par murmurer Sohel. Ne laisse pas le doute te miner. Cette question n'appelle pas de réponse immédiate. Et, si ça peut te rassurer, je pense que peu de druides sont capables de faire totalement abstraction de ce qu'ils sont, de leur race, lorsqu'ils ont à faire des choix aussi difficiles. Mais il faut avoir conscience de ce qu'on est et de la façon dont ça nous influence, malgré nos beaux principes et nos résolutions.
    - Je comprends.
    - Désormais... Je sais ce que tu as dans le coeur, et je dois maintenant savoir ce que tu as dans le ventre. Les épreuves commenceront demain. Dès ton réveil. Mais d'ici là, essaie de dormir.
    - D'accord... Je... Merci."
    Dormir, dormir... facile à dire... Elle n'avait pas la moindre idée du genre d'épreuve qu'il voulait lui faire passer, mais c'était certainement quelque chose d'éprouvant. Plus encore que ces entretiens qui l'avaient laissée complètement bouleversée.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  15. #15
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Malgré son anxiété, elle dormit profondément et se réveilla parfaitement reposée -et aussi excitée qu'un enfant attendant ses cadeaux des fêtes du Coeur de l'Hiver. Elle n'avait plus vraiment d'appréhension. Juste de l'impatience. Son optimisme naturel reprenait le dessus : tout irait bien, ce serait passionnant et formidable, certainement.
    Sohel n'était pas visible, mais il lui avait laissé de quoi déjeuner : du thé, des galettes au miel, des fruits. C'était plus succinct que d'habitude, mais elle n'avait pas besoin de davantage. Elle aperçut sa fine silhouette dans le vallon, assis sur un rocher au bord de l'un des bassins de pierre, et elle le rejoignit en s'efforçant de museler le trac qui l'envahissait peu à peu.


    " Es-tu prête ?" questionna-t-il sans ambages.
    Prête à quoi ? faillit-elle répondre. Mais elle se contenta d'acquiescer. Peut-être aurait-elle dû prendre le temps de méditer avant, à la réflexion… mais c'était trop tard.

    " Tout commence par l'Eau. Source de vie et symbole de pureté, commença-t-il d'une voix solennelle. L'Eau, puis la Terre. Les deux éléments à partir desquels se crée la Vie."
    Il avait revêtu une tunique d'un vert kaki, couleur de forêt, qui ressortait étrangement dans ce paysage minéral. Il tenait une cruche d'eau dans une main, un pot d'argile dans l'autre.
    S'ensuivit une étrange cérémonie, où il lui enduisit les mains de terre, puis le visage, avant de les purifier à l'eau claire, tout en prononçant des paroles dans la langue des initiés qu'elle ne comprenait pas encore. La terre pour salir, altérer, l'eau pour purifier, réparer. La terre pour nourrir -elle dut s'obliger à en avaler-, l'eau pour désaltérer. Puis vint le Feu, qu'il fit apparaître dans ses mains sous ses yeux fascinés, qu'il fit danser dans son souffle d'Air et éteignit avec l'Eau. Il prononçait des paroles rituelles qu'elle ne comprenait pas, qu'il traduisait à demi.

    " Il te faut maintenant purifier ton corps. Par l'intérieur, en buvant cette infusion, fit-il en lui tendant un bol rempli d'une eau grisâtre, et par l'extérieur, en te plongeant entièrement dans ce bassin. L'eau de la cascade te purifiera. Tu dois te déshabiller, bien sûr, et ne garder aucun objet sur toi, aucun bijou d'aucune sorte, et surtout aucun métal. Il interfère trop avec le pouvoir de la Nature."
    Elle obtempéra sans discuter. L'infusion avait un goût terreux qui ne lui rappelait rien de connu, mais qui laissait une sensation de fraîcheur un peu rêche. Il eût le bon goût de se détourner tandis qu'elle se dénudait entièrement et se plongeait dans l'eau glacée du bassin de pierre. Elle claquait des dents : à cette heure-ci, l'endroit était encore dans l'ombre et la baignade n'avait rien d'agréable. Elle inspira profondément avant de s'engager sous le jet d'eau jaillissant de la roche au-dessus d'elle. Le froid la tétanisa, mais elle s'obligea à tenir quelques secondes avant de reculer. Elle sentit alors qu'une main lui saisissait la nuque, l'obligeant à rester sous la cascade, à demi-asphyxiée par l'eau qui dégringolait sur son visage. Puis il lui appuya fermement sur la tête, sans lui laisser le temps de reprendre son souffle, et elle se trouva entièrement immergée, usant de toute sa volonté pour résister à l'instinct de survie qui la poussait à se débattre pour sortir la tête de l'eau. C'était le rituel, elle devait s'y plier, tenir le coup, ne pas respirer. C'était juste une question de volonté. Ne pas bouger, se calmer, économiser le peu d'air qui restait dans ses poumons. Elle voyait des tâches noires danser devant ses yeux. Tenir…

    Elle tint aussi longtemps qu'elle put, maintenue par une poigne ferme, puis la panique l'envahit et elle se dégagea d'un coup, aspirant l'air enfin retrouvé à grandes goulées, toussant et crachant.

    " L'Air, commenta simplement le druide. Sans lui, point de vie."
    Elle ne répondit rien. La tête lui tournait, sa respiration sifflait, son coeur battait la chamade, elle avait l'impression qu'elle ne parvenait pas à reprendre son souffle.
    " L'instinct de survie est plus fort que tout. Ta volonté, aussi forte soit-elle, ne peut rien contre les besoins vitaux de ton corps. La Vie prime. Toujours. C'est une loi de la Nature, et nul ne peut s'en affranchir."
    Il psalmodia quelque chose dans la langue des druides, d'une voix paisible et chantante, et elle reprit ses esprits, peu à peu.

    " L'épreuve que tu dois passer maintenant est une épreuve de survie en milieu naturel, annonça-t-il alors. Il y a un lac, le lac Tigo, quelque part dans cette direction. Il faut passer le col que tu vois là-haut, puis franchir une combe vers un autre col, en face. De ce second col, tu verras le lac, loin en contrebas, entouré d'une végétation luxuriante. Un bosquet sacré se trouve de l'autre côté, que tu devras rejoindre. Je t'y attendrai dans cinq jours. Pas un de plus, pas un de moins. D'ici là, tu dois vivre de ce que la Nature t'offrira."
    Astrée commençait à se dire que cette épreuve-ci était particulièrement facile, pour elle qui était habituée à se débrouiller en montagne sur des durées encore plus longues, lorsqu'il poursuivit, d'un ton neutre.
    " Tu ne pourra rien emmener avec toi, ni outil, ni arme, ni aucun matériel d'aucune sorte. Rassure-toi, je te rendrai tes affaires là-bas."
    Sur ces dernières paroles, il se leva, chargeant un grand sac de toile sur ses épaules. Et Astrée réalisa alors que ses vêtements n'étaient plus là où elle les avait laissés.
    " Je… dois rester… toute nue ?" osa-t-elle demander, soudain alarmée.
    La druide lui retourna un regard narquois.

    " En quoi cela te pose-t-il problème ?
    - Je… si… si je croise quelqu'un… enfin, je suppose qu'il n'y a personne..."
    Elle avait blêmi et bafouillait.
    " C'est la seule raison qui te pousse à porter des vêtements ? La crainte des réactions d'autrui ? Aurais-tu honte de ce corps que la Nature a créé ?
    - Je… Non… C'est… Pour avoir chaud aussi…
    - En cette saison, il n'est nul besoin de vêtements pour avoir chaud", déclara-t-il, péremptoire.
    Elle ne trouva rien à répondre. Comment expliquer que l'idée de passer cinq jours entièrement nue la mettait mal à l'aise ?
    Sohel la considéra un moment, avec un rictus qu'elle jugea presque moqueur. Puis il prit quelque chose dans le sac, qu'il déposa sur un rocher.

    " En cette saison, les insectes commencent à être voraces, commenta-t-il. Ça peut justifier le port d'une tunique et de chausses."
    Il l'observait, analysant sa réaction, et dut lire son soulagement sur son visage. Il finit par sourire, brièvement.
    " A dans cinq jours", lança-t-il simplement avant de lui tourner le dos pour s'éloigner, remontant vers sa grotte.

    Astrée le regarda s'éloigner quelques instants avant de sortir de l'eau, frigorifiée. Elle n'avait rien pour se sécher, et ne put que s'installer sur les rochers durs et glacés que le soleil commençait tout juste à chauffer. Les vêtements qu'il avait laissés lui étaient inconnus, de couleur sable, un peu trop grands pour elle, avec très peu de poches -et vides bien sûr. Bien sûr, elle n'avait rien pour resserrer la taille des chausses. Pas de ficelle. Elle n'avais pas non plus d'ustensiles de cuisine, ni de gourde pour emmener de l'eau. Pas d'arc et de flèches ni de couteau pour en fabriquer. Pas de briquet, ni… rien, quoi ! Elle n'avait pas non plus de manteaux ou de couvertures, et jeta un coup d'oeil inquiets aux nuages montant à l'horizon. Elle chercha avec anxiété ses chaussures, et ne trouva que de vagues sandales de cuir à la place.
    Non, décidément, l'épreuve ne serait pas si simple...
    Dernière modification par Voyageuse ; 22/03/2015 à 21h40.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  16. #16
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Astrée contempla la falaise au-dessus d'elle, songeuse. Elle discernait l'étroit sentier qui montait au col, elle se souvenait y avoir cueilli des fraises des bois. Mais elle n'allait pas tenir cinq jours en ne se nourrissant que de fruits, surtout avec la longue marche qui l'attendait*: le lac, si ses souvenirs étaient exacts, était à deux jours de marche. Et puisqu'on lui avait donné cinq jours, elle avait largement le temps de trouver de quoi se sustenter.
    Il lui faudrait de la viande. Donc un arc… mais sans couteau pour le tailler, sans corde à tendre*? Qu'est-ce qui pouvait remplacer la corde*? Des tendons prélevés sur des animaux*? Mais pour en obtenir, il fallait un arc… Cercle vicieux insoluble. Et vu le peu de végétation des environs, il ne fallait pas compter trouver de liane suffisamment solide et souple. Quant à tendre des pièges, des collets... sans fil de fer et sans ficelle, c'était illusoire.
    Bon, à défaut de viande, du poisson ferait l'affaire… si elle trouvait quelque chose pour servir de hameçon -un os ou une arête, en fouillant dans les reliefs des repas*?- et, là encore, une liane souple. Hum… Ou alors elle pouvait tailler une branche en javelot*? Bon, peut-être devrait-elle plutôt compter sur des œufs, finalement. Mais elle tenterait de pêcher si elle trouvait de quoi fabriquer une canne à pêche*: c'était déjà moins complexe que chasser. Elle verrait une fois là-haut, il y aurait davantage de végétation dans le vallon de l'autre coté du col. Là où elle se trouvait, il n'y avait rien. Juste des pierres. Donc tout ce qu'elle pouvait espérer trouver, c'était une pierre pointue qui servirait d'ersatz de couteau. Bah, c'était mieux que rien…

    Un nœud pour serrer un peu plus ses chausses à la taille, quelques ajustements au niveau des sandales, et elle était aussi prête qu'elle pouvait l'espérer. Trouver quelques pierres aux angles aigus fut une tâche aisée, mais l'absence quasi complète de végétation l'obligea à repousser toute tentative de pêcher le moindre poisson. Mieux valait gagner le col au plus tôt, et s'aventurer dans le vallon verdoyant au-delà.
    Prince s'installa sans vergogne sur son épaule, protestant à petits cris aigus contre l'absence de poches où se réfugier, et elle entama son ascension, plus légère qu'elle ne l'avait jamais été*: elle ne se souvenait pas avoir jamais marché en montagne sans rien à porter, ne serait-ce qu'une gourde…

    Tout en avançant, elle continuait à réfléchir. Il y avait le problème du feu à résoudre*: elle pouvait imiter un briquet avec de l'acier et un silex enflammant de l'amadou… Mais autant le silex était courant -elle en avait d'ailleurs ramassé un morceau-, autant elle trouverait sans peine de l'amadou sur une vieille souche, autant l'acier était inenvisageable -sans compter que le druide le lui avait interdit. Peut-être que ça marchait aussi avec de la pyrite, à condition d'en trouver*? Ou était-ce également interdit*? Sinon, il restait la bonne vieille méthode du frottement bois contre bois... Fastidieux mais elle n'avait guère d'autre choix.
    Outre le feu, il y avait le problème de l'eau*: en montagne, elle était abondante, mais sans récipient, comment faire*? Rien que d'y songer, elle sentait la soif lui dessécher la gorge. Non, elle n'allait tout de même pas faire demi-tour, elle avait bu avant de partir, il fallait qu'elle tienne jusqu'à la prochaine source. Pouvait-elle évider une écorce épaisse pour se fabriquer un récipient creux, une sorte d'assiette*? Mieux, un gobelet ? Il fallait tenter. Restait la nourriture*: œufs, poisson, miel, fruits et légumes sauvages, ce point-là était assez clair dans sa tête. Faute de sac pour transporter sa nourriture, il lui faudrait manger au fur et à mesure de ses trouvailles mais ça n'était pas un vrai problème.
    Boire, manger, cuire sa nourriture et se réchauffer… Dormir ne nécessitait rien de spécial. Elle avait fait le tour de l'essentiel. Tout le reste était superflu.

    Enfin arrivée au col, elle contempla le vallon qui s'étendait à ses pieds, cherchant immédiatement un ruisseau : il y en avait un en contrebas, tout proche, au milieu d'une étendue d'herbes hautes. Finalement, tout ça n'était pas sorcier, songeait-elle en étanchant sa soif, sereine. Jusqu'à ce qu'un détail au sol attire son attention*: des empreintes. Celles d'un félin de grande taille. Elle comprit qu'elle avait omis un point important : elle n'avait rien pour se défendre.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  17. #17
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    A défaut de se défendre, elle choisit la fuite en avant : Prince se montra ravi de piquer un galop à travers le vallon, et ils filèrent droit devant eux à travers les pâturages, traversant la petite combe au grand galop, et ne s'arrêtant que bien plus loin : les rochers devenus trop nombreux rendaient la course dangereuse.
    Elle mit pied à terre avec anxiété, nettement moins sûre d'elle qu'un peu plus tôt dans la journée. La hauteur du soleil dans le ciel indiquait que l'après-midi était déjà entamé, et elle n'avait rien mangé encore. Autant pour ses talents de survie en pleine nature.
    Elle observa attentivement le sol, la végétation, à la recherche d'empreintes, de traces quelconques indiquant la présence d'un prédateur dangereux. Il lui fallut de longues minutes de recherche pour se sentir suffisamment en sécurité et oser relâcher un peu son attention. Restait à s'occuper de sa survie : elle était assoiffée et affamée.
    L'eau était omniprésente en montagne, et elle repéra facilement un autre ruisseau, sans traces inquiétantes cette fois-ci. En outre, il était poissonneux, et elle était bien décidée à en tirer parti. Fabriquer une sorte de lance pointue ne lui prit guère de temps : un bouquet de noisetiers non loin lui fournit le matériau idéal. Attraper un poisson fut une autre paire de manche…

    Bien plus tard, alors que le soleil disparaissait déjà derrière les sommets, elle put enfin se laisser aller à se détendre, écoutant les crissements des grillons, tout en humant l'odeur de son unique prise en train de griller sur un petit feu au bord du ruisseau. Le temps, heureusement, était au beau fixe : les nuages inquiétants du matin avaient disparu, pousser ailleurs par des vents coopératifs. La température était clémente, mais elle s'était préparé une bonne provision de petit bois pour ne pas risquer d'avoir froid la nuit. Elle avait déniché des fraises, des champignons qu'elle fit cuire sur une pierre plate, de la salade sauvage insipide, des herbes aromatiques, et même des tubercules -avec un goût passablement amer, il fallait bien l'avouer. Peut-être qu'elle pouvait tenter de pilonner des châtaignes ou des glands pour en tirer de la farine et confectionner des galettes… mais non, pas en cette saison.Et puis, elle avait repéré des œufs pour le lendemain. Toute cette aventure s'annonçait finalement plutôt bien !
    Elle occupa la fin de la journée à tenter de se fabriquer un gobelet dans une écorce, pour pouvoir transporter de l'eau. Elle avait prit soin de garder une grosse arête du poisson pour en faire un hameçon, et trouvé une sorte de liane souple qui servirait de fil de pêche.
    Elle finit par s'allonger sur son carré d'herbe, un peu mal à l'aise de n'avoir rien pour se couvrir le corps : s'endormir ne serait pas facile. Elle avait un grand bâton à portée de main et avait vérifié cent fois qu'il n'y avait rien de dangereux alentours, et puis Prince veillerait sans doute un peu sur elle, mais tout de même, elle n'était pas vraiment rassurée. Elle regrettait de n'avoir pas fabriqué un véritable abri avec des branches entrelacées. Elle ferait mieux demain...

    Elle se réveilla en frissonnant aux premières lueurs de l'aube sous une bruine fraiche et désagréable, son petit feu éteint encore fumant. Une journée de passée, il en restait quatre. Et la météo semblait soudain nettement moins amicale.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  18. #18
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Le mauvais temps contrariait ses plans : elle avait envisagé de rester quelques temps auprès de ce ruisseau poissonneux, estimant que le trajet qu'il lui restait à parcourir ne devait pas excéder un jour ou deux. Mais l'endroit manquait sérieusement d'abri, même d'un simple arbre au feuillage fourni, alors qu'elle avait l'espoir de trouver quelques grottes dans la rocaille qui s'étendait un peu plus haut. Elle pourrait s'y abriter de la pluie, mais l'absence de végétation rendrait le ravitaillement problématique. On ne pouvait pas tout avoir…
    Renonçant à allumer un feu dans cette humidité, elle se contenta de manger quelques fruits sauvages avant de se remettre en route. Elle prit le temps, en chemin, de remplir ses poches avec tout ce qu'elle trouvait à manger : œufs et fruits surtout. Son gobelet de bois lui permettait d'emmener un peu d'eau, et elle n'aurait pas de peine à se réapprovisionner régulièrement vu les conditions météorologiques.

    Les pâturages firent place à un paysage plus escarpé, plus rocailleux, où s'accrochaient quelques plantes sauvages parmi lesquelles elle dénicha des herbes aromatiques, des fruits, de la salade. Un sentier montait vers les hauteurs, rejoignant le col par lequel elle devait accéder au lac. La pluie tombait toujours, et elle se surprenait à frissonner. Cessant de musarder, elle accéléra l'allure, observant le relief : les pentes devenaient plus raides, surplombées de falaises, et dans ce terrain calcaire, il y avait fatalement des abris sous roche.
    Elle finit par dénicher ce qu'elle trouvait et s'empressa d'allumer un feu avec un peu de mousse séchée. Elle ressortit pour rapporter des brindilles, du bois humide -qui fumerait plus qu'il ne chaufferait, mais elle n'avait rien d'autre. Un voyage encore pour s'abreuver à un minuscule ruisseau à quelques centaines de mètres, quelques bouts de bois supplémentaires à glaner, et elle se réfugia enfin à l'abri. Transie de froid, elle se résigna à ôter ses vêtements pour les mettre à sécher. Nue comme un ver, elle s'installa aussi près du feu qu'elle l'osait, toussant lorsqu'un souffle d'air ramenait la fumée dans son visage, et entreprit de faire cuire ses maigres provisions sur une pierre plate. A ce rythme, elle allait perdre quelques kilos dans l'aventure…

    Ce n'est qu'une fois rassasiée et réchauffée qu'elle prit le temps de s'intéresser à ce qui l'entourait. Ses yeux, s'accoutumant à l'obscurité, parvenaient à voir les contours de l'abri dans laquelle elle se trouvait, et même à deviner l'amorce d'une galerie qui en partait, s'enfonçant dans les profondeurs de la terre. Mais ce faut autre chose qui retint son attention. Là-bas, sur l'un des côtés de la salle, il y avait quelque chose par terre. Quelque chose qui s'avéra être un tas de cendres et des morceaux de bois charbonnés. Quelqu'un avait fait un feu par ici, assez récemment. Elle n'était donc pas seule dans ces montagnes… Elle réprima un besoin impérieux d'enfiler immédiatement ses vêtements encore humides, et s'obligea au calme. Il était inutile de s'affoler. Celui qui avait fait le feu était sans doute loin. Et puis, c'était peut-être Sohel après tout.
    Elle revint vers l'entrée de la grotte, frissonnant, et observa les alentours à la recherche d'empreintes, mais les roches alentours ne gardaient que peu de traces. Il y avait bien quelque chose, à demi effacé, à un endroit où la roche laissait place à un peu de boue, mais elle n'était pas sûre que ce soit une empreinte. Ça devait avoir la taille d'un pied, mais ça n'en avait pas l'aspect. Elle se demanda un moment ce que c'était, puis renonça. Un vent frais se mettait à souffler, et elle n'avait nulle envie d'attraper un refroidissement.

    Elle se réfugia donc à l'abri, près de son feu, et se contenta d'attendre que la pluie cesse, que ses vêtements sèchent, tout en grignotant ses derniers fruits. Elle enviait la sérénité de Prince qui, sous sa forme d'écureuil, dormait paisiblement dans sa poche. Elle-même sentait tous ses sens aux aguets, à l’affût du moindre bruit annonçant une présence.
    Mais elle n'observait rien d'anormal, et le seul bruit qu'elle entendait était celui de l'eau gouttant devant son abri. Peu à peu, elle se détendit, et finit même par somnoler. Le mauvais temps semblait devoir durer, et elle n'avait rien d'autre à faire qu'à rester là, tranquillement, en espérant qu'une accalmie lui permette d'aller chercher un peu de ravitaillement. Ce qui n'était apparemment pas à l'ordre du jour... Et pourtant, il faudrait qu'elle mange quelque chose de plus nourrissant, qu'elle boive aussi. Elle récolta un peu d'eau de pluie dans le creux d'une pierre, puis finit par enfiler sa tunique enfin sèche, se roula en boule et s'endormit. Qui dort dîne, dit le proverbe...

    Elle se réveilla plusieurs heures plus tard, alors que le soleil déclinait, sur le point de disparaître derrière les montagnes qui lui faisaient face. Il ne pleuvait plus, et le ciel était d'un bleu magnifique, comme lavé de toute impureté par l'averse. Son estomac vide se rappela d'un grondement à son bon souvenir, et elle grimaça, mais le paysage était si beau qu'elle en oubliait la faim. Elle aimait la montagne au printemps... et en toute saison d'ailleurs.
    Insensiblement, elle se sentit glisser vers cet état méditatif dans lequel, entrant au diapason avec les puissances de la Nature, elle puisait ses sortilèges. Elle sentit alors un sourire étirer ses lèvres : comment n'y avait-elle pas pensé plus tôt ? La nature, omnisciente et omnipuissante, pouvait pourvoir à tous ses besoins... même si c'était par l'intermédiaire de sortilèges. Il suffisait de choisir ceux qui étaient le plus utile à sa survie. Elle pouvait rendre une fraise des bois aussi nourrissante qu'un repas complet. Mais est-ce que ça n'était pas tricher, d'agir ainsi ? Elle était sensée prouver ses capacités à survivre, non ?
    Elle fit taire ces scrupules : Neffen l'avait dit, la magie était aussi naturelle que ce qui poussait dans le sol, et si la Nature mettait ces dons à sa disposition, c'était pour qu'elle les utilise. Tout de même, ça devait rester exceptionnel : elle gardait la conviction qu'on ne devait recourir à la magie qu'en cas d'urgence. Mais pour une fois, elle voulait bien faire une exception : elle avait faim.
    Dernière modification par Voyageuse ; 28/03/2015 à 09h52.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  19. #19
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    La journée du lendemain s'annonçait sous les meilleurs hospices. Le soleil se levait dans un ciel sans nuage, ses premiers rayons illuminant l'intérieur de la petite grotte. Le panorama en-dessous était magnifique, et elle avait dans ses poches trois fraises des bois transformées par magie pour les rendre aussi nourrissantes qu'un repas complet. Cela lui permettrait de tenir si elle ne trouvait rien à manger, ce qui était probable vu l'aspect rocailleux du paysage au-dessus d'elle.
    Elle avait décidé de franchir le col au plus vite : le druide avait mentionné une végétation luxuriante aux abords du lac, donc probablement de quoi se nourrir. Il y avait le risque qu'il y ait des bêtes sauvages, aussi, mais rien ne l'empêchait de revenir dormir dans une grotte en hauteur pour la nuit.
    Elle s'autorisa une fraise enchantée pour déjeuner : le chemin serait long et escarpé, et il lui fallait des forces. Elle prit le temps de la savourer, craignant qu'un repas avalé en quelques secondes ne rassasie pas son estomac, mais la magie opérait déjà : elle se sentait complètement repue.

    Elle se mit en route aussitôt, laissant Prince s'échapper de sa poche pour vagabonder de son côté. Il se fit abeille pour butiner quelques fleurs d'altitude, puis redevint écureuil et bondit dans les rochers devant elle, enthousiaste, en éclaireur. La température montait peu à peu, et elle se trouva rapidement en nage, mais l'eau était abondante, et le col n'était plus très loin.
    Puis elle sentit une vague d'inquiétude l'assaillir subitement, transmise par le lien qui l'unissait à l'écureuil. Celui-ci était en arrêt, un peu plus loin, et parmi le tourbillon d'émotions qui affluait, elle ne retint que deux choses : peur, danger. Il y avait quelque chose… une odeur que son cerveau humain ne décryptait pas et qu'il ne connaissait pas non plus. Elle le rejoignit en quelques enjambées, prudente, à l’affût. Et, à défaut de pouvoir percevoir la moindre odeur avec ses sens limités, elle aperçut des empreintes, un peu à l'écart du sentier, sur l'une des rares parcelles de terre des environs. Il y en avait plusieurs, larges et espacées. Un animal de grande taille avait marché ici. Peut-être un humain… Mais ça n'y ressemblait pas tout à fait, même si elle avait du mal à expliciter son impression : ce n'était pas la trace d'une botte ni d'un pied nu, et surtout les appuis et l'écartement n'étaient pas les mêmes. C'était un bipède pourtant. Un bipède de grande taille. Ou plutôt, deux bipèdes. Qui étaient peut-être venus cueillir des fruits, puisqu'il ne restait que les feuilles des fraisiers. Et il y avait aussi d'autres traces, un peu plus loin, qu'elle reconnut en revanche tout de suite : un loup.
    La prudence s'imposait, et elle poursuivit sa route bien plus furtivement, se glissant de rocher en rocher, envoyant Prince en avant sous sa forme d'abeille. Elle n'avait aucune envie de se trouver nez à nez avec un loup affamé, et les bipèdes en question ne lui inspiraient guère plus confiance.


    Prince, atteignant le col le premier, lui envoya soudain un signal d'alerte. Des silhouettes se trouvaient de l'autre côté. Des bipèdes de grande taille, à l'odeur répugnante, à la voix gutturale, qu'il ne connaissait pas mais qui lui faisaient peur.
    Elle redoubla de prudence pour le rejoindre, marchant courbée, s'abritant derrière tous les rochers qu'elle trouvait, lançant de fréquents regards vers le haut pour voir si on l'observait, sans rien détecter. Elle parvint au col sans encombre. Le passage entre les rochers était étroit, et Prince semblait vouloir la dissuader de s'y engager. Obéissant à l'injonction de son familier, elle s'accroupit et se contenta de jeter un coup d'oeil au-delà pour découvrir ce qui l'inquiétait.
    Et elle vit. En contrebas du col se trouvait une demi-douzaine de bipèdes de grande taille, à la peau sombre, le corps trapu, avec une tête difforme qui semblait posée directement sur leurs épaules. Elle n'en avait jamais vu vraiment mais les reconnus aussitôt : il s'agissait d'orques. Ils étaient en train de faire cuire de la viande et ne semblaient pas l'avoir aperçue. Mais ils se trouvaient droit sur son chemin...
    Dernière modification par Voyageuse ; 28/03/2015 à 20h33.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  20. #20
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Astrée se recula légèrement pour se mettre hors de vue, et prit le temps d'analyser la situation. Elle n'avait nulle envie de se trouver face à une troupe d'orque. Elle connaissait leur réputation, on lui avait raconté ce qu'ils faisaient aux humains et surtout aux femmes qui se trouvaient sur leur chemin, et elle n'avait aucune intention de vérifier par elle-même la véracité de ces légendes.
    Il fallait pourtant qu'elle atteigne le lac, qu'elle avait à peine aperçu, loin en contrebas. Et donc qu'elle trouve un autre passage. Avec précaution, elle regarda à nouveau au-delà des rochers, sans se faire voir, analysant le paysage alentours. Elle pouvait tenter de contourner la montagne, à gauche, mais ce serait un détour bien trop long. Peut-être pouvait-elle grimper davantage, pour passer largement au-dessus du col. En faisant attention à rester silencieuse, discrète, ils ne la verraient sans doute pas. Sauf que la paroi était raide, s'apparentant à une falaise par endroit, et qu'elle n'avait pas de corde. Trouver un chemin praticable vers le sommet ne serait pas chose facile. Elle n'avait pourtant pas d'autres choix…

    Elle revint un peu en arrière, vers le dernier point d'eau qu'elle avait croisé, et elle but tout son saoul, réfléchissant toujours. Le soleil commençait à cogner sec, et elle n'avait toujours pas de gourde. Juste cette espèce de grand gobelet de bois qu'elle remplit et s'efforça de placer le plus droit possible dans sa poche. Elle observa attentivement les alentours, et choisit de passer du côté gauche du col*: il y avait une sorte de chaos rocheux, restant d'un éboulis peut-être, qui lui permettrait de monter davantage en altitude tout en étant parfaitement dissimulée aux regards. Elle descendrait de l'autre côté en faisant un large détour pour éviter les orques, et le tour serait joué.

    La première partie de son plan se déroula sans anicroche. L'ascension au milieu des blocs rocheux était certes dangereuses, mais Astrée était habituée à ce genre de relief, et elle avançait prudemment, testant la solidité de ses appuis. Prince la devançait, bondissant avec insouciance : l'endroit semblait désert. Elle s'efforçait de faire le minimum de bruit et ne percevait aucune réaction d'aucune sorte. Elle prit peu à peu confiance, accélérant légèrement l'allure, tout en restant aux aguets.

    Elle ne vit rien venir : elle sentit subitement un poids lui tomber dans le dos et s'affala sur le sol sans comprendre ce qui se passait. Un réflexe la poussa à se retourner immédiatement, déséquilibrant légèrement son agresseur qui bondit de côté. Sans pendre le temps de l'identifier, devinant juste qu'il s'agissait d'un prédateur animal, elle leva son bras en brandissant son bâton, juste au moment où des crocs allaient se refermer sur sa gorge. Elle hurla en les sentant s'enfoncer dans son avant-bras, et lâcha son arme.
    L'instinct de survie la fit lutter, sans quelle sache trop comment, ses membres semblant mus par leur volonté propre, retrouvant des réflexes appris autrefois. Le loup -elle le voyait clairement à présent- finit par la lâcher et bondir de côté, pour se ramasser et bondir à nouveau. Elle esquiva, presque par miracle, se jeta sur son bâton sans se soucier du sang qui coulait de son bras, de la douleur lancinante. Survivre, se battre pour ne pas mourir, rien d'autre ne comptait.
    Puis il y eut des bruits de voix, gutturales, celles des orques, et le loup s'en fut. Elle devina des silhouettes s'approchant, puis tout se mit à tourner. Elle perdit conscience.
    Dernière modification par Voyageuse ; 29/03/2015 à 13h28.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  21. #21
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Elle reprit conscience sur un sol dur et caillouteux. Son bras lui faisait mal, et lorsqu'elle voulut bouger, elle réalisa qu'elle avait les mains liées derrière le dos. Ses pieds étaient également attachés. Elle entendait des bruits de voix parlant une langue inconnue, aux accents durs, un peu plus loin derrière elle, et devinait le crépitement d'un feu. Des réminiscence lui traversèrent l'esprit : sa capture par Sheldon, lorsqu'elle avait perdu conscience et s'était réveillée exactement dans la même situation. Elle tenta donc exactement ce qu'elle avait tenté de faire cette fois-là : se libérer discrètement et fuir. Prince n'était pas très loin, elle sentait sa présence : il pourrait la détacher. A condition que nul ne le voie..
    Par le lien qui les unissait, Prince lui transmit qu'il y avait plusieurs grands bipèdes près du feu, tournés dans sa direction, et qu'il serait visible s'il s'approchait d'elle. C'était trop dangereux. Elle tenta de contacter d'autres rongeurs : il devait bien y avoir un rat dans les parages. Mais la présence des orques, trop proches, semblait devoir dissuader la plus téméraire des bestioles: elle ne parvint à en convaincre aucune de s'approcher. Seul Prince voulait bien prendre le risque, mais elle s'y refusait.

    Bon, ça n'était pas très grave : leur vigilance se relâcherait tôt ou tard, au pire à la nuit. D'ici là, il suffisait d'attendre sans se faire remarquer, sans qu'ils sachent qu'elle s'était réveillée. En espérant qu'ils ne soient pas du genre à tuer et manger leurs prisonniers, comme on le disait des ogres. Mais non, ça ne faisait pas partie des légendes colportées sur les orques.

    " Khall'stan ! Shyxxilla stolac !"
    La voix était toute proche, et elle sentit une énorme main se poser sur son épaule. On la retourna sans ménagement, et, trop surprise, elle se raidit et n'eût pas le réflexe de simuler l'inconscience.
    " Shal stixxilla !"
    Elle se trouvait face à un orque aux vêtements frustes d'un jaune criard, puant la transpiration, qui la fixait d'un air narquois -c'est du moins ainsi qu'elle interprétait son expression. Il n'était pas facile de lire sur un visage aussi différent de celui de humains.
    " Hectariox, lactokhas stolac !", lança une autre voix.
    Un deuxième orque venait de rejoindre le premier, et ils échangèrent quelques paroles, sur un ton rude, abrupt, qui lui semblait violent et agressif. Ils parlaient d'elle, visiblement, puisqu'ils lui jetaient des regards, la désignant même du doigt. L'un d'eux émit une sorte de sifflement rauque que l'autre reprit, et elle finit par deviner qu'il s'agissait d'un rire.

    Puis le premier, toujours riant, posa une main sur elle. Le geste était sans équivoque : il frôla l'un de ses seins à travers sa tunique, puis l'empoigna brutalement à pleine paume. Elle tressaillit, tenta de se dégager.

    " Ne me touchez pas !"
    Mais sa voix s'étranglait de peur, sa gorge se nouait, et l'orque rit de plus belle tout en glissant son autre main sous sa tunique, cherchant à dénouer le nœud fixant ses chausses. Puis, sans crier gare, il la saisit par l'arrière du col de sa tunique, la redressant à demi, et l'entraîna à sa suite, la trainant sur le sol caillouteux comme il l'aurait fait d'un vulgaire sac. Elle sentit les pierres entailler ses chausses, érafler sa peau. Elle chercha à se débattre mais ne réussit qu'à déchirer davantage sa tunique, s'étranglant à demi. Elle devina que l'autre orque les accompagnait, que les autres les regardaient passer sans intervenir. Quelques échanges de mots dans cette langue rocailleuse, inconnue, quelques rires.
    " Qu'est-ce que vous me voulez ? Laissez-moi partir !"
    La panique vibrait dans sa voix, mais le son avait peine à s'échapper de sa gorge nouée, sans compter qu'il l'étranglait. La peur, abjecte, lui vrilla le ventre. Ce qu'ils lui voulaient, elle le savait très bien. Elle sentit les larmes couler, et sa vue se brouilla, tandis qu'ils pénétraient dans une grotte, hors de vue des autres orques.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  22. #22
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    La terreur était trop grande. Elle sentit qu'elle perdait pied, que son esprit voulait ignorer ce qui se passait, ce qui allait se passer. Elle ne s'évanouit pas, non*: c'était un peu comme si elle s'évadait de son propre corps. Elle se ferma à toute perception extérieure, n'entendant plus, ne voyant plus, ne ressentant plus. Ça n'avait rien d'une décision consciente : sans doute l'esprit avait-il ses propres mécanismes de survie, et c'était pour lui le seul moyen de supporter ce qui allait se produire, d'y survivre, sans être détruit.
    Sa tête heurta la roche avec violence, et le choc la ramena à la réalité. Il faisait sombre, mais elle entendait des voix. Les voix des deux orques, dans ce qui ressemblait à une querelle. Elle avait toujours les mains liées, toujours mal au bras. Et... elle avait toujours ses vêtements. La tunique pendait comme si on l'avait brutalement ouverte, le col largement déchiré, mais elle savait, au plus profond de son être, qu'on ne l'avait pas touchée, qu'on ne l'avait pas salie, qu'il ne s'était rien passé. Pas encore..
    Il lui fallut quelques secondes pour réaliser que ses pieds n'étaient plus attachés, quelques secondes encore pour repérer la sortie, illuminée de soleil. Les deux orques semblaient prêts à en découdre : ils ne la surveillaient pas… Une certitude, impérieuse, se fit jour dans son esprit : elle devait fuir, c'était sa seule chance. Fuir, malgré ses jambes flageolantes qui semblaient incapable de lui obéir, malgré les douleurs dans le bras qu'avait mordu le loup et dans tout son corps endolori. Sa seule chance. Il fallait qu'elle se concentre, qu'elle reprenne le contrôle de son corps. Qu'elle fasse vite pour profiter de l'effet de surprise. S'asseoir, prendre l'élan pour se redresser, et foncer aussitôt. Son seul espoir de s'en sortir. Elle pouvait y arriver… Elle prit une profonde inspiration…

    Et tout s'enchaîna très vite. Elle entendit les cris furieux des orques comme elle passait à un mètre d'eux, devina qu'ils cessaient leur querelle pour se jeter sur elle, juste une fraction de seconde trop tard : elle était passée, elle filait comme le vent vers l'ouverture de la grotte, elle l'atteignait, la franchissait… et faillit entrer en collision avec deux orques qui arrivaient en sens inverse. L'un d'eux, peut-être prévenu par les cris de ses congénères, bondit sur elle et la maîtrisa sans difficulté. Elle cria de douleur lorsqu'il saisit son bras blessé pour la redresser sans ménagement. Elle se sentit soulevée de terre, transportée comme un sac de pommes de terre sur l'épaule de l'orque, puis jetée au sol à l'intérieur de la grotte, contre une paroi.
    D'instinct, elle se roula en boule, repliant les jambes contre son torse. Puis comme rien ne se passait, comme aucun coup ne tombait, elle se redressa lentement pour observer ce qui se passait. Elle croisa le regard cruel de l'orque qui venait de l'empêcher de fuir, et frémit de crainte. Derrière lui, elle entendait la voix de celui qui l'accompagnait. Une voix rude, impérieuse. Il s'adressait à ses deux agresseurs, et aucun d'eux ne répondait. Elle les vit, incrédule, quitter la grotte, tandis que leur interlocuteur, celui à la voix autoritaire, tournait son attention vers elle. Il lui semblait plus grand encore que les autres, et il portait une armure qui brillait de façon sinistre dans la pénombre. Peut-être était-ce le chef. Il adressa quelques mots secs à son comparse qui ne l'avait pas quitté un seul instant du regard. Celui-ci acquiesça légèrement avant de se tourner vers elle.


    " Viens-tu du village d'en bas ?"
    Elle secoua la tête négativement, et dut faire un effort sur elle-même pour desserrer les lèvres.
    " Non, répondit-elle. Je viens de Luménis."
    Est-ce que cela était un avantage ? Probablement : s'ils étaient à couteaux tirés avec les humains, ils devaient haïr ceux du village. Sans doute celui dont on lui avait parlé. Auremont.
    Il lui semblait pourtant que sa réponse ne les satisfaisait pas. Les deux orques échangèrent quelques mots… ou plus exactement, le chef donna une consigne et son subordonné se tourna vers elle.

    " Alors tu ne nous es pas utile. Et Hectariox te veut. Il a payé le prix convenu..."
    Il haussa les épaules, sans rien ajouter, estimant sans doute que ses paroles étaient suffisamment claires. Et elle l'étaient parfaitement.
    Sans un regard supplémentaire, les deux orques firent demi-tour.

    " Attendez ! Je… Je peux sûrement être utile ! Je vous en prie ! Laissez-moi sortir ! Je ne vous ai rien fait ! Je vous en supplie !"
    Mais ils ne semblaient déjà plus l'écouter.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  23. #23
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Elle aurait dû profiter de ce court instant où elle était seule, les pieds détachés, pour tenter de fuir à nouveau. Mais elle était trop secouée, trop anéantie par ce que sous-entendaient les paroles de l'orque, trop terrifiée pour avoir la moindre ébauche de pensée cohérente. Il lui fallut quelques secondes, quelques minutes peut-être, pour reprendre ses esprits, et c'étaient quelques minutes de trop. Déjà des pas se faisaient entendre sur la pierre, une silhouette massive apparaissait à l'entrée. Elle se recroquevilla contre le mur, petite chose misérable et terrifiée, tandis qu'il approchait.
    " Qui es-tu et que fais-tu dans ces montagnes ? Sans armes et sans bagages ?" questionna une voix impérieuse.
    Elle posa un regard abasourdi sur l'orque. A bien y regarder, ce n'était pas celui qu'elle craignait : il n'avait ni la même voix, ni les mêmes vêtements. Les siens étaient beaucoup plus discrets, il portait plusieurs amulettes autour du cou et avait des cheveux longs. Le bâton sur lequel il s'appuyait lui évoqua, sans qu'elle puisse l'expliquer, celui de Neffen, et elle se demanda si les orques avaient aussi des shamans. Et si ç'en était un.
    Mais il attendait une réponse… Elle déglutit péniblement, et ce fut d'une voix mal assurée qu'elle répondit.

    " Astrée. J'étais juste de passage. Je devais rejoindre quelqu'un près du lac en contrebas du col. Un druide qui s'appelle Sohel. C'était... une sorte d'épreuve d'initiation, un test de survie en pleine nature..."
    Peut-être le connaissaient-ils après tout ? Les druides étaient un trait d'union entre les espèces… Peut-être même qu'il était druide lui-même ?
    L'orque se contenta de hocher la tête.

    " La règle ici veut qu'une prisonnière appartienne à celui qui l'a capturée. Thurgkrim. Or il a accepté de te vendre à Hectariox, contre monnaie sonnante et trébuchante. Et Hectariox en veut pour son or..."
    Elle ne répondit rien, se contentant de baisser la tête, le coeur au bord des lèvres. Il n'énonçait rien qu'elle ne sache déjà, et même si son ton était parfaitement neutre, cela n'enlevait rien à la cruauté de ses paroles.
    " Le seul qui pourrait changer cet état de fait est Kilgor, notre chef, en te revendiquant à son tour. Encore faudrait-il qu'il y trouve une utilité."
    Elle gardait les yeux obstinément baissés, ne l'écoutant qu'à demi. Tout son corps était tendu, plus tendu que la corde d'un arc, et la terreur l'empêchait de réfléchir au sens de ses paroles. Aurait-elle voulu parler qu'elle en aurait probablement été incapable.
    L'orque se tut et le silence se prolongea quelques instants, au point qu'elle finit par se croire seule. Elle redressa la tête, sans vraiment y croire, et croisa son regard, ce qui doucha aussitôt les velléités de fuite qui commençaient vaguement à germer en elle. Il l'observait avec attention, guettant ses réactions, attendant peut-être une réponse. Mais que pouvait-elle donc répondre ? La vérité était qu'elle ne voyait pas comment elle pourrait être utile en quoi que ce soit…

    L'orque finit par pousser un soupir, peut-être de déception, et se détourna pour se diriger vers la sortie. Elle le regarda s'éloigner, un peu hébétée, puis réalisa soudain que dès qu'il serait sorti, l'autre viendrait. Pour elle.

    " Attendez !"
    Elle ne savait pas trop pourquoi elle le rappelait. Pour gagner du temps ? A quoi bon ?
    Il se retourna et se contenta de la fixer en silence, attendant qu'elle parle. Elle prit une profonde inspiration, puis se lança, lançant la seule question qui lui traversa l'esprit.

    " En quoi pourrais-je être utile ?"
    Sa voix était anormalement rauque, comme si elle n'avait pas servi depuis longtemps. L'orque fit demi-tour et s'approcha d'elle à nouveau, sans la lâcher du regard, comme s'il cherchait à la jauger.
    " Son idée était qu'il pourrait procéder à un échange de prisonniers. Les humains du village d'en bas ont capturé l'un des nôtres. Mais tu n'es pas d'ici..."
    Elle poussa un soupir, sans répondre. Elle aurait pu nier, affirmer être une habitante de ce village et avoir menti précédemment de crainte d'attirer leur haine, mais ils s'en rendraient compte s'ils mettaient leur plan à exécution : les villageois n'accepteraient pas d'échanger leur prisonnier contre une inconnue. Ils lui feraient payer…
    " Cela dit, Hectariox a fait valoir qu'il pouvait t'avoir à disposition avant l'échange éventuel, que ça ne nuirait en rien au plan", ajouta l'orque.
    Le sang d'Astrée se figea dans ses veines. Même mentir sur ses origines ne pouvait la sauver. La gorge nouée, elle se contenta de fixer l'orque d'un regard désespéré. Les larmes se mirent à couler sans qu'elle puisse les maîtriser. L'orque ne parut pas vraiment s'en émouvoir. Ou peut-être était-il simplement difficile de lire sur leur visage à mufle de porc.

    " Vois-tu en quoi tu pourrais être utile, à présent ?", questionna-t-il froidement.
    Elle le fixa sans comprendre. Elle était trop paniquée pour ordonner ses pensées, pour réfléchir à quoi que ce soit. Elle ne voyait qu'une chose, elle allait être violée et probablement gardée comme esclave.
    L'orque poussa un soupir, et daigna préciser un peu sa pensée.

    " L'orque prisonnier est le fils de notre chef. Si tu peux le faire libérer, alors il pourra considérer que tu as une valeur autre qu'esclave."
    Il lui fallut un peu de temps pour qu'une lueur de compréhension se fasse jour dans son esprit.
    " Vous voulez… que je convainque les humains de le libérer ?
    - Peu importe. L'essentiel est qu'il nous revienne."
    Elle hocha la tête, lentement. Libérer un orque prisonnier, c'était un acte qui ne lui posait aucun problème de conscience.
    "Si tu penses le pouvoir, je peux tenter d'intercéder auprès de Kilgor..."
    Elle acquiesça, sans un mot, et le regarda se diriger vers la sortie avec la sensation qu'un poids énorme lui tombait des épaules, tandis que l'espoir de s'en tirer renaissait en elle.
    " Merci", murmura-t-elle enfin d'une voix rauque, les yeux pleins de larmes, juste avant qu'il ne sorte. Elle ne savait pas pourquoi il agissait ainsi, pourquoi il l'aidait, mais son cœur débordait de reconnaissance.
    Il se retourna, et eût un bref hochement de tête. Devinant une question muette dans ses yeux, il énonça, simplement, comme si cela expliquait tout.

    " Je suis druide, moi aussi."
    Et il sortit, la laissant seule dans la grotte.
    Dernière modification par Voyageuse ; 02/04/2015 à 21h09.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  24. #24
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Espoir, crainte, terreur, incrédulité, reconnaissance. Les sentiments se mêlaient en elle, la laissant bouleversée. Peut-être était-ce simplement le froid de la grotte qui la faisait claquer des dents ainsi.
    Des pas se firent à nouveau entendre. Deux orques. Le chef et son comparse. Le druide les suivait.

    " Orug dit que tu peux nous aider... déclara sans préambule l'orque qu'elle avait identifié comme servant de porte-parole au chef du clan.
    - Oui."
    Elle avait conscience que c'était un peu court. Il fallait qu'elle les convainque.
    " Je suis humaine. Je peux entrer dans le village et faire évader votre ami. Ou peut-être convaincre les humains de le laisser partir."
    Le chef prononça quelques mots dans une langue incompréhensible, et son porte-parole traduisit.
    " Tu ne pourras pas les convaincre. Et qui nous prouve qu'au lieu de le faire évader, tu ne vas pas attirer les humains ici ?"
    Ainsi, les hommes ne savaient pas que les orques se trouvaient ici. Et ceux-ci craignaient visiblement une attaque…
    " Je vous jure que je ne dirai à personne où vous vous trouvez !", assura-t-elle en fixant leur chef droit dans les yeux. Simple réflexe, pour montrer son honnêteté, mais qui lui rappela Sheldon qui n'acceptait pas cette attitude. Elle n'avait pas l'impression qu'il en aille de même avec les orques… quoique, les autres orques ne semblaient pas spécialement croiser le regard de leur chef, du peu qu'elle avait pu observer. Elle ne tarda donc pas à baisser légèrement le regard en signe de soumission. Juste au cas où ça fonctionne de la même façon que chez les centaures.
    Le chef laissa à nouveau son porte-parole s'exprimer.

    " Nous n'avons aucune garantie que tu vas tenir ta parole. Aucune garantie que tu vas libérer Brukh. Il est probable que tu ne fasses que t'enfuir. Et le risque que tu nous trahisse est grand.
    - Je vous donne ma parole de ne pas vous trahir et de le libérer !", insista Astrée.
    Mais elle savait que c'était peine perdue. Il avait raison : objectivement, ils n'avaient aucune raison de lui faire confiance.
    Le chef secoua la tête, lentement.

    " Je n'ai pas confiance en toi, humaine", dit-il lentement, d'une voix rauque.
    Et il s'apprêta à faire demi-tour.

    Le coeur d'Astrée se serra... et puis une sensation subite de douleur, de panique totale, envahit son esprit, et elle mit quelques instants à comprendre qu'il s'agissait de Prince. Oubliant un instant son propre désarroi, elle se concentra, essayant, par leur lien, de comprendre ce qui se passait, et de lui transmettre un peu de calme. Il semblait prêt à s'évanouir de terreur. Puis elle écarquilla des yeux en voyant le druide s'avancer dans la grotte, un écureuil solidement tenu par la peau du cou.

    " Prince !" s'exclama-t-elle sans réfléchir, avant de regretter immédiatement ses paroles. Il aurait mieux valu qu'ils le prennent pour un simple écureuil, non ? Mais le druide n'aurait pas capturé un simple écureuil. Il savait. Et elle lui en voulait de ce qu'elle ressentait comme une trahison.
    Mais elle ne put ruminer ses pensées bien longtemps : elle percevait, par le lien, la panique du petit animal qui brûlait de se faire étalon pour ruer et attaquer les orques puis s'enfuir, et elle eût toutes les peines du monde à le convaincre de se calmer, de ne pas paniquer, de ne surtout pas se transformer. Il pourrait fuir plus tard s'ils ne se doutaient pas de ses pouvoirs. Elle se concentrait si fort qu'elle ne percevait plus rien de ce qui l'entourait. C'est à peine si elle avait conscience que les orques discutaient entre eux.

    " Orug dit que c'est ton familier", dit sèchement le porte-parole du chef.
    Il était inutile de nier. Elle acquiesça, les lèvres serrées, les yeux fixés sur l'écureuil affolé. Elle vit le druide saisir un sac de toile que l'un de ses comparses lui tendait, et y jeter l'animal. D'instinct, elle avait bondi sur ses pieds, ressentant au plus profond d'elle-même la détresse de son compagnon qui l'exhortait à agir.

    " Si Brukh n'est pas de retour dans trois jours, il mourra", dit alors le chef d'un ton glacial.
    Astrée blêmit, sur le point de protester. Ils n'allaient tout de même pas tuer un écureuil, ils devaient le laisser libre, il ne leur avait rien fait de mal!
    Puis elle comprit enfin que ce que le druide lui offrait ainsi, par la capture de son familier, c'était une chance de s'en tirer. Prince était la garantie dont Kilgor avait besoin pour accepter de la laisser repartir.
    Elle fusilla néanmoins du regard les trois orques, puis prit une profonde inspiration.

    " Il sera là avant trois jours", articula-t-elle d'une voix trop blanche.
    Le chef acquiesça. Lui et son comparse échangèrent quelques mots avec le druide, puis sortirent de la grotte. Elle gardait les yeux fixés sur le sac, et, de toutes ses forces, se concentrait pour tenter de calmer la panique de l'écureuil.
    Tu fuiras quand ils t'auront posé au sol, tu te feras abeille et tu te glisseras par un petit trou. Attends juste un peu qu'ils ne se méfient pas… je vais m'éloigner de la grotte, tu me rejoindras plus tard. Sois patient, ne te fais pas remarquer, tu fuiras bientôt...

    Le druide s'était approché, et elle sentit une lame trancher les liens qui immobilisaient ses poignets. La douleur dans son bras se fit plus vive : on l'avait bandé à l'endroit de la morsure, mais le pansement avait un aspect inquiétant, et bouger le bras était extrêmement douloureux.
    Orug déchira le pansement d'un adroit coup de couteau, et incanta brièvement. La douleur reflua.

    " Merci…
    - De rien."
    Il la fixa droit dans les yeux.
    " Libère Brukh, l'enjoignit-il.
    - Je le ferai… Mais pourquoi l'ont-il capturé ? Êtes-vous en guerre ?
    - Normalement, non. Pas en guerre ouverte. C'est pour cela que je ne m'explique pas cette capture. Mais aucun de nous ne peut aller se rendre dans le village pour demander des comptes, bien sûr. La guerre couve depuis toujours entre nous et les hommes, mais nous sommes en position de faiblesse et généralement nous essayons de nous faire oublier. Le fait que tu aies été capturé est d'ailleurs en totale contradiction avec nos habitudes actuelles, mais la capture de Brukh a rendu certains guerriers vindicatifs. Tous ces incidents pourraient mettre le feu aux poudres...
    - J'irai. J'essaierai de savoir ce qu'il en est. Et si je ne peux pas les convaincre, je le ferai évader.
    - Je serais toi, je le ferai évader avant de trop attirer l'attention sur moi par des questions indiscrètes ; mais c'est à toi de voir.
    - Oui. Je verrai.
    - J'espère que tu réussiras. Brukh n'est pas un mauvais bougre. Il est l'un des moins belliqueux d'entre nous. Il ne mérite pas ce qui lui arrive…
    - Je vous promets de faire tout mon possible.
    - Je sais. Et je te souhaite bonne chance. Attends..."
    Il s'éloigna vers un angle de la grotte, et revint avec un bout de corde.
    " Pour attacher ta tunique. Et puis ça peut toujours être utile.
    - Merci..."
    Le druide n'avait pas lâché le sac contenant Prince, et Astrée tendit impulsivement une main vers lui, comme pour le caresser à travers la toile de jute. Elle ressentait la terreur de l'animal et en avait les larmes aux yeux.
    " Je veillerai sur lui… File, maintenant. Dans trois jours, je ne pourrai plus rien pour lui."
    Elle ne put qu'obtempérer. Dehors, tous les regards se posèrent sur elle mais personne ne s'interposa. Il était tard, et la nuit ne tarderait guère à tomber. Elle espérait pouvoir passer le col avant, s'éloigner de ce lieu maudit. Le village était de l'autre côté, sur la droite si ses souvenirs étaient bons.
    Dernière modification par Voyageuse ; 04/04/2015 à 09h34.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  25. #25
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Elle sentait la présence de Prince dans son esprit et devina sa panique lorsqu'il sut qu'elle s'éloignait. A distance, il était difficile de communiquer, de le calmer, mais elle s'y efforçait du mieux qu'elle pouvait. Il fallait qu'il attende le moment propice, ensuite il pourrait la rejoindre. Qu'il patiente. Elle doutait qu'il parvienne à patienter bien longtemps tant sa panique était grande, mais ne voyait pas comment le convaincre de ne pas prendre de risque inutile.
    Peu à peu, les sensations se firent plus confuses. Elle s'en voulait terriblement de l'abandonner en arrière, même sous la surveillance du druide. Elle aurait dû refuser. Na pas accepter de se séparer de lui. Ils l'auraient gardée prisonnière, en les surveillant étroitement tous les deux, mais au moins n'aurait-elle pas cette culpabilité, ce remord de l'avoir abandonné. Évidemment, elle aurait été aux mains de cet Hectariox, elle savait ce qui l'attendait… mais elle se sentait lâche d'avoir en quelque sorte sacrifié Prince pour sauver sa peau. Lui pardonnerait-il ?

    Elle parvint au col sans encombre et contempla le paysage au-delà. Le soleil se couchait, et tout se fondrait peu à peu dans la pénombre vespérale, mais elle voyait encore clairement la combe où elle avait pêché, insouciante, la veille. Tout droit, en grimpant vers le petit col qui lui faisait face, elle pouvait rejoindre le cirque rocheux où elle avait laissé Sohel -qui n'y était certainement plus. Mais il devait aussi y avoir un chemin, sur la droite, descendant dans la vallée et ce village inconnu.
    Elle frissonna. Il faisait diablement froid en altitude et elle ferait bien de songer à faire un feu pour la nuit. Partagée entre le besoin de chaleur et l'envie de s'éloigner au plus vite dans l'obscurité naissante, elle hésita. Mais ce ne fut pas la prudence qui la fit opter pour la première option. Plutôt la culpabilité : elle voulait que Prince la sache à proximité, qu'il ne se croie pas abandonné. Et qu'il puisse la rejoindre rapidement. Tant pis si ça signifiait demeurer à proximité du campement orque. Et puis, se déplacer de nuit en montagne aurait été bien trop dangereux. Mieux valait s'arrêter dans la première grotte qu'elle trouverait pour y attendre le retour de la lumière du jour… et peut-être de son familier.


    Mais une fois allongée sur le sol dur d'un petit abri sous roche, près d'un feu de fortune allumé avec un peu de mousse sèche, elle eût bien du mal à trouver le sommeil. L'esprit empli de culpabilité et d'angoisse, elle se tournait et se retournait sur la roche inconfortable. Subitement, elle tressaillit en croyant entendre un hennissement. Sans doute un effet de son imagination. Elle tendit son esprit vers Prince sans parvenir à savoir ce qu'il faisait, ce qu'il ressentait. Elle avait juste la certitude qu'il était éveillé, et actif. Puis il lui sembla entendre le claquement de sabots sur les rochers. Elle se redressa vivement et s'approcha de l'entrée de la grotte, inquiète. S'il tentait de descendre l'étroit sentier venant du col sous sa forme équine, il risquait fort de se casser une jambe…
    Et pourtant c'est bien ce qu'il était en train de faire : elle devina une tâche claire sur le sentier, puis crut entendre l'écho de cris derrière lui. Elle se précipita vers lui, tout en l'enjoignant de redevenir écureuil… mais il faisait trop sombre, il n'y verrait goutte, et ce n'est finalement qu'une fois à proximité qu'il obtempéra. Par miracle, ou peut-être grâce à son habileté naturelle, il n'était pas blessé, excepté quelques contusions : on avait sans doute tenté de le retenir physiquement, mais l'effet de surprise avait joué en sa faveur. Elle prit le petit animal dans ses bras et le caressa doucement, la culpabilité cédant la place à un soulagement intense. Mais les cris retentissant au-dessus la ramenèrent à l'urgence et à la précarité de leur situation : il fallait fuir. Contrairement à leurs poursuivants, elle y voyait tout juste assez pour mettre un pied devant l'autre, mais ils n'avaient pas le choix.
    Elle descendit aussi vite qu'elle l'osa, suivant le sentier qui se devinait sans peine dans la pénombre grandissante. Quelques pierres roulèrent sous ses pieds, et elle serra les dents en sentant sa cheville malmenée, mais elle continua, concentrée. Derrière eux, les orques gagnaient du terrain, mais elle se souvenait que plus bas, le terrain était herbeux et dégagé : Prince pourrait redevenir cheval. Il fallait simplement tenir jusque-là.


    Elle devina les cris de frustration derrière eux lorsqu'elle bondit enfin en selle et que Prince fila comme le vent dans l'obscurité, et crut entendre le claquement d'une arbalète, mais déjà ils prenaient de la distance. Elle dirigea Prince vers la droite, là où se trouvait le village d'Auremont. La vallée y descendait en pente douce, le terrain était herbeux, et ils auraient rapidement mis une distance raisonnable entre eux et leurs poursuivants. Elle sentait le vent siffler dans ses oreilles et se laissait griser par la sensation de liberté retrouvée.
    Et soudain la douleur explosa dans son esprit, tandis qu'elle faisait un vol plané inattendu au-dessus de la tête de son familier. Par réflexe, elle se protégea de ses bras en roulant au sol sur l'herbe épaisse, tandis que Prince chutait en même temps qu'elle, déséquilibré : elle sentait à travers leur lien la douleur dans sa jambe, si forte qu'il frôlait l'inconscience. Il avait dû glisser sur une pierre cachée.
    Elle se releva, un peu hébétée, pour se précipiter vers lui. Elle n'avait pas de sort de soin en réserve et n'y voyait goutte. Elle n'osait pas invoquer de la lumière pour examiner sa blessure, mais la clarté de la lune lui montra l'étendue des dégâts : une fracture probablement, à l'antérieur droit. Il fallait immobiliser sa jambe. Elle avait de la ficelle et pouvait trouver du bois, mais jamais elle ne pourrait le transporter sous cette forme. Il faudrait qu'il se transforme, mais sa douleur était telle qu'il était imperméable à tout ce qu'elle tentait de lui transmettre.
    L'urgence était d'atténuer la douleur en stabilisant le membre blessé, aussi ne perdit-elle pas davantage de temps en négociation. Elle trouva sans peine de solides branches de noisetier qu'elle coupa avec les pierres tranchantes dont elle avait fait provision, et les fixa tant bien que mal autour de la jambe du cheval, avec la corde donnée par le druide, l'immobilisant solidement. Tout en le soignant, elle parlait, doucement, de tout et de rien, espérant le rassurer par le son de sa voix. Elle le fit boire et lui glissa quelques fleurs séchées de camomille dans la bouche, l'encourageant à mâcher. Cela atténuerait un peu la douleur. Son pouls se calmait peu à peu, mais il était épuisé, et elle aussi. Il aurait fallu qu'il se fasse écureuil, mais le changement de forme aurait déplacé le membre, fait éclater l'attelle et réveillé la douleur. Il était trop affaibli pour cela : son coeur risquait de lâcher.

    Les orques étaient loin derrière, et plus aucun danger ne semblait les menacer. Face à la fatigue qui commençait à se faire sérieusement sentir, elle fit la seule chose raisonnable: s'allonger contre Prince, dos à dos pour avoir moins froid, et tenter de dormir. Demain, elle lui donnerait sa dernière baie magique pour qu'il retrouve un peu de vigueur, ou elle méditerait pour acquérir le don de le soigner, et il pourrait se transformer. Demain. Il fallait juste espérer que les orques ne passent pas la nuit à leur poursuite, qu'ils renoncent...
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  26. #26
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Elle ne parvint en vue du village que le lendemain soir. Dépenaillée, la tunique en lambeaux et le corps couvert d'ecchymoses, elle avait piètre allure, mais elle n'en avait cure. L'essentiel, pour elle, était d'être parvenue à soigner Prince après avoir médité un long moment au petit matin. Celui-ci avait repris sa forme d'écureuil, et même si sa patte n'était pas tout à fait guérie, elle savait qu'il suffirait désormais de quelques jours de repos avec un bon bandage pour qu'il se remette.
    Les orques semblaient avoir abandonné la partie, et elle avait poursuivi sa route en marchant tranquillement : l'effort physique, l'air pur des montagnes, le silence et la sérénité des lieux, tout cela lui apportait peu à peu la paix dont elle avait besoin après les derniers événements. Et puis, avec le crachin qui tombait sans discontinuer depuis la fin de matinée, elle avait besoin de bouger pour se réchauffer. Elle marcha donc sans discontinuer malgré son épuisement -la nuit dernière avait été courte, et bien trop froide pour qu'elle dorme confortablement.
    Elle aurait été bien en peine d'expliquer pourquoi elle se rendait finalement au village, maintenant qu'elle n'avait plus la moindre pression. Pour savoir ce qu'il en était de ce jeune orque prisonnier des humains ? Pour tenir la promesse faite au druide orque ? Un druide était-il tenu de répondre à la demande d'aide d'un autre druide ? Elle n'en savait rien, puisque sa formation n'avait pas commencé. Mais Orug lui était venu en aide… et il lui semblait, confusément, que c'était la chose à faire. Au moins savoir de quoi il retournait, mesurer les tensions, savoir ce qui s'était passé. Et puis, elle ne pouvait plus passer par le col : il fallait bien contourner la montagne par un autre chemin, et celui-ci en était un...

    Le village était entouré d'un mur d'enceinte d'allure solide, bien entretenu, mais il n'y avait pas de garde à l'entrée : nul ne lui posa de question. Les odeurs de dîner en train de cuire lui assaillirent les narines, et elle s'aperçut qu'elle avait faim. Sa dernière baie magique, avalée au petit matin, était déjà loin, et il lui semblait n'avoir pas fait de vrai repas depuis une éternité. Mais bien sûr, il n'y avait pas d'auberge.
    Elle hésita longuement devant les premières maisons, la pluie détrempant ses vêtements. Une salve d'éternuements la fit se rendre à l'évidence : il lui fallait dormir au chaud et au sec, et il n'y avait pas de grotte dans les parages : autant pour l'objectif de survie en peine nature...
    Elle finit donc par frapper à une porte au hasard.

    Celle-ci s'ouvrit sur un homme de petite taille, qui la fixa d'un air éberlué.

    " Bonsoir, fit-elle d'un ton un peu timide, qu'elle espérait aimable. Je suis de passage dans le village et je me demandais juste… si vous connaissiez quelqu'un qui pourrait m'héberger pour la nuit. "
    Elle se souvint subitement, en prononçant ces dernières paroles, qu'elle n'avait strictement rien pour payer le gîte et le couvert.
    " Juste une grange ! " précisa-t-elle.
    Elle se faisait l'effet d'être une mendiante et elle détestait ça.
    " Mais qu'est-ce qui vous est arrivé ?! s'exclama l'homme, remis de sa surprise.
    - Je… Rien de grave… Je suis juste de passage…
    - Mais qu'est-ce qui vous a mis dans cet état ???!!!"
    Elle se sentit rougir. Elle n'avait pas vraiment pris la mesure de l'aspect qu'elle devait présenter.
    " Vous avez été attaquée ?, poursuivit l'homme. Par des orques ?"
    " Et bien… c'est plus compliqué que ça…
    - Mais entrez, entrez au sec… Vous n'avez pas de bagages ?
    - Non..."
    L'homme, ainsi que sa femme qui venait d'apparaître derrière lui, la fixèrent pour le coup d'un œil suspicieux. Elle comprenait bien que ses réponses étaient trop évasives, qu'une voyageuse sans bagage ça n'était pas normal, que ses vêtements étaient déchirés, mais elle ne voulait pas non plus risquer de tout mettre sur le dos des orques : vu les tensions entre les deux peuples, il ne fallait pas mettre le feu aux poudres. Elle se maudit de n'avoir pas songé à s'inventer une histoire crédible avant de frapper à la porte.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  27. #27
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Elle n'avait pas de manteau à ôter, et se contenta de déposer son bâton dans un coin avant de s'asseoir, un peu mal à l'aise, sur la chaise qu'on lui désignait.
    " Pourquoi n'avez-vous pas de bagage, de manteau, de couverture, ni d'arme digne de ce nom ? Ce sont les orques qui vous ont agressée ?" insista l'homme.
    Astrée chercha ses mots. Peut-être pouvait-elle dire une partie de la vérité ?
    " Non. En fait, je n'ai pas de bagages. Je… j'avais une épreuve de survie en pleine nature. Ça fait partie de ma formation.
    - Ah..."
    L'homme ne semblait pas trop savoir qu'en penser. Mais sa femme lui offrit un répit bienvenu en lui proposant un bol de soupe chaude, qu'elle accepta avec reconnaissance.
    " Une formation de quoi ?"
    Quelle genre de formation nécessitait de savoir survivre en pleine nature ? Rôdeur ? Astrée se sentit rougir, mais, une fois encore, choisit de dire la vérité.
    " Druide.
    - Ah..."
    Sa grimace était éloquente. Il hésita, l'observant avec le regard en coin, puis poursuivit son interrogatoire.
    " Si vous devez survivre en pleine nature, pourquoi êtes-vous ici ?"
    Astrée se sentit rougir et se trouva incapable de répondre.
    " Tu vois bien qu'elle est fatiguée, protesta sa femme. Ça peut attendre demain...
    - Le village était sur ma route. Enfin… c'était un itinéraire possible…"
    Non, elle s'enfonçait. Il fallait qu'elle évoque les orques, si elle voulait atteindre son objectif. Sans trop en dire.
    " Sur l'autre itinéraire, j'ai vu des traces d'orques. J'ai préféré éviter les ennuis.
    - Et vous avez bien fait ! C't'une sale engeance, cette race ! Ils vous auraient capturée, et… mieux vaut ne pas imaginer ce qu'ils vous auraient fait ! Faut être fou pour oser fricoter avec ces monstres !"
    Le ton était virulent. La haine entre les deux peuples était décidément bien ancrée. Elle préféra rester évasive tout en allant dans son sens -d'autant qu'il n'avait pas tort, elle était bien placée pour le savoir.
    " C'est ce qu'on dit, oui. Vous avez eu des ennuis avec eux, ces derniers temps ?, risqua la jeune femme.
    - Pourquoi seulement ces derniers temps ? On a des ennuis avec eux chaque fois qu'ils descendent des sommets ! Ça faisait des années que ça n'était pas arrivé, notez, mais on les a vus, pas plus tard qu'avant-hier ! Sûrement ceux dont vous avez vu les traces !
    - Ah… Et… Donc ils vous ont causé du tort ?
    - Ils ont tué un homme ! répliqua l'homme d'une voix où la colère enflait. Ces brutes immondes ont buté un de nos chasseurs !"
    Astrée grimaça.
    " Oh, miséricorde... Bien entendu, j'imagine que vous êtes certain que c'est eux ?"
    L'homme la fusilla du regard comme si sa question était une insulte.
    " Bien sûr ! On a même capturé le coupable. Il va être jugé et exécuté demain !
    - Et j'espère que ça leur servira de leçon !"

    Le ton était vindicatif, sans appel, et Astrée plongea le nez dans son bol de soupe. Elle se sentait subitement très lasse. Si l'orque avait commis un meurtre, il devait être jugé et serait exécuté, c'était certain. Et compréhensible. Sauf que ça pousserait peut-être son peuple à vouloir le venger. Pourquoi Orug n'avait-il pas mentionné ce meurtre qui expliquait la capture de son congénère ? L'ignorait-il ? Et... les orques accepteraient-ils la condamnation de l'un des leurs si on leur expliquait la cause ?
    Cependant, l'homme continuait à vitupérer.

    " Moi j'dis qu'ça suffira pas ! Chaque fois qu'ils s'approchent, ça crée des ennuis ! Il faut les repousser plus loin dans les montagnes ! Y z'ont rien à faire par ici ! Il faut établir une frontière nette et les obliger à la respecter.
    - C'est sûr que ce serait sans doute plus simple", acquiesça Astrée.
    Mieux valait aller dans son sens, qu'ils ne se mettent pas à se méfier d'elle ou à la considérer comme une ennemie. Déjà qu'elle avait fait une erreur en mentionnant le druidisme...
    Elle réprima un soupir. Orug avait dit que Brukh était un orque plutôt moins vindicatif que les autres. Comment expliquer ce meurtre dans ce cas ? Pouvait-il s'agir d'une méprise ?


    " Vous avez l'air fatiguée. Je vais vous installer un couchage…
    - Je n'ai rien pour payer, avoua Astrée, mal à l'aise, en revenant à des préoccupations plus immédiates. Je me contenterai d'un peu de paille dans une grange, si vous avez ça.
    - C'est justement la grange que j'allais vous proposer. La maison est déjà bien pleine : nos enfants sont au lit…
    - Ca m'ira très bien, la grange, rassurez-vous !"
    Elle se leva avec précipitation. Elle n'avait pas envie de prolonger la discussion. Il fallait qu'elle en sache plus, qu'elle assiste au procès peut-être, ou qu'elle voie l'orque. Demain. Pour l'heure, elle tombait de sommeil et se sentait trop vaseuse, peut-être un peu fiévreuse : elle avait dû prendre froid...
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  28. #28
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Le lendemain, Astrée n'eût aucun mal à en savoir davantage : tout le village semblait s'être rassemblé devant un grand bâtiment, et les rumeurs allaient bon train. Le procès, visiblement, aurait lieu ici. Sans prêter attention aux regards interloqués voire suspicieux qui se tournaient vers elle, elle suivit la foule -qui ne comportait finalement que quelques dizaines de personnes- à l'intérieur du bâtiment. Timide, elle n'osa pas s'avancer et resta en arrière, préférant s'installer au dernier rang.
    Elle se demandait encore quelle impulsions subite l'avait poussée à entrer là, sous les regards intrigués des villageois, lorsque des exclamations sur sa gauche annoncèrent l'entrée du suspect. A ses yeux d'humaine, c'était un orque comme les autres, qu'elle devinait cependant jeune. Il était encadré par pas moins de six hommes armés de piques, ses poignets étaient menottés et ses pieds si entravés qu'il n'avançait qu'à tout petits pas. Il lui était certes impossible de tenter la moindre évasion. Son regard anxieux, paniqué, balaya la salle, avant de se fixer sur le sol, quelque part devant lui. Il semblait sourd et aveugle à ce qui se passait autour de lui, ignorant les interventions du juge qui lui demandait son nom. Un léger coup de pique dans le dos le ramena à la réalité, et il marmonna quelque chose qu'elle n'entendit pas. Elle le devinait affolé, terrifié, et sentit une vague de compassion l'envahir, repensant malgré elle à cette condamnation à mort à Montequine, où elle était si choquée qu'elle était incapable d'entendre ce qu'on lui lisait. Lui au moins semblait avoir droit à un semblant de procès… mais il n'était visiblement pas en état de s'exprimer.


    " Vous comparaissez ici car vous êtes accusé d'avoir tué un homme, il y a trois jours."
    Astrée reporta son attention sur le juge. C'était probablement un notable du village, sans doute leur chef, qui faisait office de juge à l'occasion, mais au moins tentait-il d'y mettre les formes. Son annonce provoquait déjà des réactions houleuse parmi la foule. Autour d'elle, elle ne sentait que colère, haine, désir de vengeance.
    " Souhaitez-vous être représenté par un avocat, si toutefois quelqu'un accepte de remplir ce rôle ?
    - Parce que tu crois vraiment que quelqu'un va prendre sa défense, à ce fils de pute ??!" s'exclama une voix dans la salle, déclenchant quelques rires.
    Astrée vit l'orque se tétaniser sur place, mortifié.

    " Ou préférez-vous vous exprimer seul ?", poursuivait le juge, ignorant l'interruption.
    L'orque avait le regard dans le vide et ne répondit pas à la question. Il semblait n'avoir ni la force ni la volonté de se défendre. Pouvait-on vraiment appeler ça un procès ?

    Elle sut alors ce qu'elle devait faire. Obéissant à une impulsion subite, sans prendre le temps de réfléchir -sans quoi elle n'aurait sans doute pas osé se mettre ainsi en avant-, elle se leva de son siège.

    " Moi, je veux bien remplir le rôle de l'avocat, si vous m'y autorisez."
    La timidité avait étranglé sa voix, mais ses plus proches voisins l'avaient entendu, et elle eût l'impression que beaucoup trop de regards se tournaient vers elle, attirant ainsi l'attention du juge. Elle ne pouvait plus reculer.
    " Je disais juste… il faut un avocat pour un procès valable... alors je veux bien être son avocate."
    Elle lut la désapprobation, le mépris, voire la moquerie, sur les regards qui l'entouraient. Elle portait toujours ses vêtements sales et déchirés et devait ressembler à une mendiante. Il y eût des murmures, qu'elle aurait bien voulu ignorer mais qu'elle percevait tout de même, moqueurs, critiques.
    " … une femme, en plus. Quand on sait comment ils les traitent..."

    Elle jeta un regard interrogateur au juge, attendant son autorisation.
    " Peut-on savoir votre identité et la raison de votre présence ici ?
    - Je m'appelle Astrée, je suis luménienne. Je ne suis que de passage dans la région, mais… voilà, je suis rôdeuse et druide, et je me dis qu'il est de mon devoir de proposer mes services… »
    Elle avait parlé d'une voix hésitante et trop faible. Elle ferait décidément une bien piètre avocate, mais puisqu'il n'y avait personne d'autre…
    Le juge semblait dubitatif, mais il l'autorisa néanmoins à s'approcher et à rejoindre le banc de l'accusation. L'orque avait toujours le regard dans le vide. Il ne semblait pas avoir conscience de sa présence, et peut-être, d'ailleurs, ignorait-il ce qu'était le rôle d'un avocat. Elle sentait le mécontentement de la foule autour d'elle et commençait à regretter sa décision, mais il était trop tard pour reculer.

    La juge la fixait, comme s'il attendait qu'elle prenne la parole. Elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'elle était sensée dire ou faire.

    " Je peux… heu… Dire deux mots à… l'accusé ?
    - Faites."
    Le ton était froid, poli, légèrement impatient. Bien sûr, sa présence promettait d'allonger la durée d'un procès qui aurait du être expédié en quelques minutes. Bien sûr, tout le monde la regardait de travers, à commencer par ceux qui l'avaient hébergée. Et son "client", selon le terme usuellement employé par les avocats, semblait l'ignorer superbement. Il était dans un état second, loin d'ici, attendant la fin.
    Elle prit une profonde inspiration.

    " Brukh ?" fit-elle en lui posant la main sur le bras.
    Il leva un regard hagard.

    " Je vais être votre avocate pour le procès... C'est Orug qui m'envoie...", ajouta-t-elle après une seconde de réflexion.
    Le regard de l'orque s'alluma, au bout de quelques instant, d'une lueur de reconnaissance.

    " Tu… Vous… le connaissez ?
    - Je l'ai croisé avant-hier."
    L'espoir illumina soudain ses traits, lui faisant redresser la tête. Juste un instant. Puis ses épaules s'affaissèrent à nouveau.
    " Ça ne servira à rien. Ils vont me condamner..."
    Ne sachant que répondre, elle lui pressa doucement le bras. Il avait probablement raison. Elle n'avait rien d'une avocate, elle n'avait pas le bagout nécessaire, elle ne saurait pas le défendre efficacement. Mais que pouvait-elle faire d'autre ? Le faire évader était hors de question… d'abord parce que c'était impossible, ensuite parce qu'elle ne savait pas s'il était coupable ou innocent.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  29. #29
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Un homme prit la parole, résumant les faits : l'orque avait tiré une flèche et touché en plein cœur un jeune homme dénommé Hugues. L'attaque avait eu lieu à quelques heures de marche du village, alors que le groupe de jeunes gens s'en allait en direction du col où Astrée avait été capturée. L'un de ses amis avait tenté de ranimer la victime, tandis que les autres poursuivaient le meurtrier en hélant un autre groupe d'humains qui chassaient plus loin, des hommes d'âge mûr et armés. Pris entre deux feux, l'orque n'avait eu d'autre choix que de se rendre. Mais sa victime n'avait pas pu être sauvée.
    Astrée écoutait attentivement le récit, tout en observant les réactions de Brukh. Mais celui-ci, tête basse, était l'image même du désespoir. Et il y avait de quoi : vu des circonstances, sa condamnation était inévitable.

    " Accusé, reconnaissez-vous avoir tiré une flèche sur cet humain ?", questionna l'homme -qui faisait peut-être office d'avocat de l'accusation ou d'assistant du juge.
    " Oui", marmonna l'orque d'une voix morne après quelques secondes.
    Les murmures dans l'assistance enflèrent, et le juge dut réclamer le silence.

    " Avocate, avez-vous des questions à poser, une déclaration à faire ?"
    Était-ce son imagination, ou le ton était-il sarcastique ? Il y avait de quoi : prendre la défense d'un orque visiblement coupable de meurtre était certainement inconcevable.
    " Oui", répondit-elle cependant.
    Sauf qu'elle ne savait pas quoi. Et pourtant, si elle ne trouvait pas quelque chose à dire immédiatement, le juge prononcerait la condamnation dans les minutes qui suivraient, c'était évident. Elle inspira profondément et se lança.

    " L'accusé a reconnu avoir tiré. Mais je voudrais qu'il nous donne sa version des faits. Pas seulement la flèche tirée. Mais la raison pour laquelle il a tiré."
    Les murmures autour d'eux enflèrent. Mécontentement, colère. Elle les ignora et se tourna vers l'orque, tentant de capter son regard pour lui transmettre du courage, de la confiance. Une confiance qu'elle était loin d'éprouver. Mais tout de même, Orug avait dit que Brukh n'avait pas un caractère agressif ; il y avait donc forcément une raison à son acte. Cela dit, avoir une raison n'empêchait nullement d'être coupable…

    L'orque lui retourna un regard morne, et pendant quelques instants, elle craignit qu'il ne réponde pas. Mais il finit par hocher la tête, imperceptiblement, à son intention, et elle devina un éclair de confiance dans ses yeux. Il prit la parole :

    " Je n'étais pas seul là-bas. Nous étions deux. Nous avons entendu les humains approcher. Alors on s'est cachés pour ne pas avoir d'ennuis. Mais ils ont dû s'apercevoir de notre présence, et ils nous ont tiré dessus. Mon ami a été blessé, il a bondit de sa cachette pour fuir, et ils ont à nouveau bandé leurs arcs pour lui tirer dessus. Alors j'ai tiré la flèche sur l'un des humains. Je ne voulais pas le tuer, juste l'empêcher de tirer sur mon ami..."
    Il baissa la tête et se tut. Astrée sentit un mélange de soulagement et d'angoisse l'étreindre : oui, il y avait une explication à son geste, tout devenait clair, et oui, il méritait qu'elle tente de le soustraire à une condamnation. Mais c'était loin d'être gagné...
    Des murmures enflèrent à nouveau dans la salle, que le juge fit taire avant de se tourner vers elle.
    Visiblement, on attendait qu'elle réagisse. Elle ouvrit la bouche, la referma, cherchant ses mots.

    " L'accusé reconnaît avoir tiré sur la victime, et il l'a tué. Mais il a commis cet acte en état de légitime défense et sans intention de tuer..."
    Elle s'efforça d'ignorer les murmures de colère autour d'elle.
    " La version donnée par mes témoins diffère sensiblement, remarqua l'avocat de l'accusation. Et vous m'excuserez d'accorder plus de crédit à quatre témoignages concordants qu'à la déclaration d'un meurtrier.
    - Il serait facile de les départager, rétorqua Astrée, se souvenant du dépôt de plainte de Byron à Luménis. Il suffirait qu'un clerc utilise un sort de zone de vérité…
    - Malheureusement, nous n'avons pas de clerc", répliqua le juge.
    Un instant de silence -triomphant- s'ensuivit. Astrée réfléchissait à toute vitesse.

    " Peut-être ces témoignages ne sont-ils pas si antagonistes que ça, fit-elle remarquer, d'un ton conciliant. On pourrait imaginer que les hommes aient tiré sur quelque chose bougeant derrière un buisson, puis qu'en voyant l'orque en surgir ils aient eu peur de lui et aient bandé leurs arcs pour se défendre… et l'accusé, voulant protéger son ami, a tiré. Peut-être qu'il s'agit juste d'un malentendu tragique..."
    Elle se tourna vers l'orque.
    " Dites-nous, Brukh, les humains qui ont tiré sur votre ami ont-il tiré plusieurs flèches, avant que vous ne réagissiez ? Ont-il tiré alors qu'il fuyait déjà ? Ou avez-vous tiré avant qu'ils en aient le temps ?
    - Vous cherchez simplement à excuser l'impardonnable, la coupa l'avocat de l'accusation. Cet orque a tué un humain, c'est aussi simple que cela. C'est un meurtre.
    - Quand mon ami est sorti de sa cachette, il y en a un qui a tiré tout de suite une flèche, répondit cependant Brukh d'un ton posé, concentré. Il l'a manqué parce qu'il a voulu tirer trop vite, et mon ami s'est enfui. Mais il y en avait un autre qui prenait le temps de viser, dans son dos, et qui l'aurait sûrement tué. C'est celui sur lequel j'ai tiré. Les autres s'apprêtaient à faire pareil.
    - Peut-être qu'on devrait demander aux hommes concernés pourquoi ils ont tiré ces flèches ?", suggéra Astrée d'un ton innocent.
    Le juge et l'avocat de l'accusation la fusillèrent du regard, et elle entendit des exclamations fuser dans la salle.

    " Vous épiloguez sur des broutilles ! Cet orque est coupable de meurtre, il l'a reconnu. Il n'y a rien à ajouter !"
    Dernière modification par Voyageuse ; 10/04/2015 à 22h47.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  30. #30
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est connecté maintenant Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 548
    Devant l'ampleur des grondements de mécontentement de la foule, le juge décida une suspension de séance. Les villageois sortirent, non sans quelques imprécations bien senties à l'égard de la jeune femme et surtout de l'orque. Celui-ci semblait moins abattu : avoir pu dire son histoire et se sentir soutenu par Astrée lui avait fait du bien. Mais le pessimisme le plus sombre se lisait sur son visage.
    Quatre hommes vinrent l'escorter jusqu'à un bâtiment voisin, tandis Astrée, désœuvrée, observait la salle qui se vidait. Elle se demanda si elle était sensée faire quelque chose, dire quelque chose. Le juge et son acolyte, celui qui menait l'accusation, discutaient dans leur coin. Elle finit par s'approcher, timidement.

    " Je… Est-ce que j'ai le droit d'aller parler avec l'orque ?"
    Les deux hommes lui jetèrent un regard où se lisait l'exaspération.
    " Puisque vous vous êtes autoproclamée avocate, faites donc comme bon vous semble !", répliqua le juge d'un ton fort peu amène.
    Astrée, déstabilisée, se dirigea vers la sortie. Mais au dernier moment, elle se retourna, prise d'une inspiration subite.
    " Vous ne croyez pas... enfin, je me disais... que ce serait mieux de finir la séance à huis clos..."
    Les deux hommes la fixèrent, l'air un peu interloqués.
    " Pour les quelques minutes qu'il reste, est-ce bien utile ?, rétorqua l'avocat de la défense, avant d'ajouter, ironique : A moins que vous craigniez de vous faire lyncher en même temps que lui ?"
    Puis il reprit sa conversation à voix basse avec son concitoyen.
    Astrée se dit que dans un vrai tribunal, le juge ne discutait certainement pas avec le procureur. Mais on n'était pas dans un vrai tribunal. Ce qui réduisait nettement ses chances de parvenir à quoi que ce soit…

    Elle trouva Brukh assis sur le sol, les yeux dans le vague, dans une cellule trop basse de plafond. On la laissa passer sans l'inquiéter, mais les regards qu'on lui jetait étaient plein d'incompréhension, voire, pour certains, de hargne. On referma la grille derrière elle, et elle entendit la clé tourner dans la serrure. Elle frissonna.
    L'orque leva un regard las sur elle.

    " Pourquoi es-tu intervenue ?, questionna-t-il d'un ton amer. Sans toi, tout serait déjà fini…
    - J'avais promis à Orug d'essayer de t'aider…
    - Pourquoi lui as-tu promis ?"
    Elle hésita.
    " Parce qu'il m'a tiré d'affaire. Ceux de ton clan m'avaient capturée et il a intercédé en ma faveur. Il est normal que j'en fasse autant pour toi… Et puis, je crois que ça fait partie de mon rôle de druide..."
    Il soupira.
    " Ça ne marchera pas, tu sais. Tu en es consciente ? Quels que soient les arguments que tu leur donneras, ils sont décidés à me condamner pour venger la mort de leur congénère. Je peux les comprendre…
    - Je sais bien…" murmura-t-elle d'une voix rauque.
    Elle se laissa tomber assise sur le sol, face à lui, la tête dans les mains. Elle plongea machinalement la main dans sa poche pour caresser Prince-écureuil, puisant un certain calme dans ce contact. Un désir de vengeance n'était pas la justice. Ce n'était qu'une parodie de procès. A Luménis, les choses se seraient déroulées autrement. Peut-être était-ce ça, la solution : exiger un vrai procès avec un juge du service des relations inter-espèces ? Comment les en convaincre ? En menaçant de les dénoncer ? Et s'ils s'avisaient de l'éliminer, elle ? C'est une pensée qui ne lui serait pas venue si facilement à l'esprit, auparavant, mais depuis ses mésaventures à Montequine, elle se méfiait davantage de ses congénères.


    " Pourquoi tu restes avec moi ?"
    Elle leva les yeux vers l'orque.
    " Je… Si ma présence te dérange, je peux partir..."
    Mais elle ne lisait que la curiosité dans ses yeux.
    " Tu peux rester, dit-il finalement. Ça me change de la solitude. Mais ne t'attends pas à ce que je fasse la conversation..."
    Elle acquiesça en silence. Elle non plus n'avait pas grand-chose à dire. Mais si elle sortait, elle devrait affronter l'hostilité des villageois et elle n'en avait pas l'envie. Et puis, à quoi serait-elle utile au-dehors ?
    Elle reporta son attention sur les chaînes liant les pieds de l'orque -on lui avait ôté ses menottes. Elle n'avait aucun outil susceptible de les scier ou de les tordre, il aurait fallu avoir les clés. Peut-être pouvait-elle s'infiltrer discrètement dans un atelier quelconque, et trouver de quoi le libérer, puis revenir en les dissimulant sous sa tunique ? Mais celle-ci était trop fine, ça se verrait. Pour le coup, elle risquait de gros ennuis. Mais puisque le procès était perdu d'avance, elle devait réfléchir à un moyen de le faire évader. Sauf qu'elle n'en voyait aucun.


    On vint les chercher peu après midi. Aucune idée de génie ne lui était venue. La clé tourna dans la serrure, et elle se releva, époussetant ses chausses. L'un des hommes lança, d'un ton goguenard.

    " Alors, l'orque ? Elle est bonne, la gonzesse ?"
    Les autres gloussèrent et Astrée se sentit devenir pivoine. Complètement déstabilisée, une boule dans la gorge, elle se faufila entre eux, gardant les yeux fixés sur le sol. Elle se dirigea vers la sortie, accélérant l'allure pour fuir leurs regards, leurs rires, leurs sous-entendus. Elle entendait leurs murmures, allusions aux soi-disant fantasmes des filles rêvant de sexe orquin. Elle claqua la porte et se dirigea vers la salle commune, toujours empourprée, sans rien voir ni entendre de ce qui l'entourait. Elle avait la sensation que tous les regards étaient fixés sur elle, que tout le monde chuchotait à son propos, et ça n'était peut-être pas qu'une impression. Il fallait qu'elle se reprenne, qu'elle retrouve sa contenance. Le procès allait débuter, il était perdu d'avance mais il fallait pourtant qu'elle essaie de le gagner...
    Dernière modification par Voyageuse ; 14/04/2015 à 21h37.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

Page 1 sur 9 123 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Quête] Dans les contreforts des Pics des Orcs
    Par Galathée dans le forum La Trouée des Chevaux
    Réponses: 416
    Dernier message: 22/11/2014, 21h58
  2. [BG2][TECH] Apparence des demi-orcs
    Par Mornagest dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 16
    Dernier message: 21/03/2010, 14h30
  3. Les orcs et les gobelins sont-ils toujours de la chair à canon ?
    Par Magnus dans le forum Le Comptoir d'Amn
    Réponses: 7
    Dernier message: 16/08/2008, 11h10
  4. [HEROES] Heroes V Tribes Of The East : les Orcs en images
    Par EricDesMontagnes dans le forum Les autres RPG
    Réponses: 0
    Dernier message: 20/07/2007, 10h33
  5. [TDD] En revenant du nord
    Par Torn le Noir dans le forum Méga-mods : Big Picture, The Darkest Day, Shadow Over Soubar, Tortured Souls, Check The Bodies, Nev
    Réponses: 7
    Dernier message: 14/10/2004, 22h22

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250