Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: [Lieu] La Route de la Trouée

  1. #1
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Commanderie des Paladins de Luménis
    Messages 
    1 385

    [Lieu] La Route de la Trouée

    La route qui traverse Hélonna d'ouest en est est l'une des plus fréquentées de l'île. Large, parfois confortable, boueuse en hiver, poussiéreuse en été, elle relie Rohan à Edhoras et Bortheias, puis enfin Lunaros ou Correliah, voire Ithilion pour les plus suicidaires.

    Elle est jalonnée de nombreuses auberges et petits hameaux disposés à accueillir marchands et voyageurs. Elle est aussi parcourue, souvent au grand galop, par les cavaliers de la Trouée et leurs troupeaux, qui érigent des campements ici et là, au rythme de leur calendrier personnel.


    ***

    RP Solo : En quête de lumière

    Lunaros était derrière, désormais. Arthur en garderait un souvenir doux-amer, celui d’une commanderie austère, tournée vers la guerre et le sang, tandis que l’océan, magnifique et sauvage, mugissait à quelques pas. Il avait pris conscience que la mer luménienne, confinée par les rives dorrandines, invisibles mais voisines, était sage et tranquille, comparée à son frère oriental. Lui qui s’était toujours senti une certaine affinité avec l’eau en avait eu un peu peur, et ce que racontaient les locaux, sur les courants traîtres et les tempêtes, ne l’avait pas rassuré. A présent, il avait retrouvé l’étreinte des terres : la plaine, pour l’heure, bientôt une rivière à traverser — la Lunatique, capricieuse, aux nombreux débordements — puis un peu plus loin, la route de Loth Imharil. Il pensait y être dans la matinée du lendemain. Il y avait des auberges autour du pont sur la Lunatique, qu’il avait repérées pendant le trajet aller, même si la compagnie ne s’y était pas arrêtée. Il avait un peu d’argent, pas beaucoup, mais suffisamment pour quelques nuits confortables avant de commencer à camper. Il n’avait pas tellement envie de le faire sur le bord de la route, où on était volontiers dérangé. Sans compter que les nomades de la Trouée traçaient des frontières invisibles qu’il était trop facile de franchir sans s’en rendre compte. On parlait de l’irascibilité des elfes, mais les gens du coin n’étaient pas beaucoup plus affables et en matière d’honneur, ils valaient n’importe quel paladin.
    Des paladins du modèle traditionnel, bien sûr.
    Dernière modification par Galathée ; 29/01/2020 à 11h19.

  2. #2
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Commanderie des Paladins de Luménis
    Messages 
    1 385
    Arthur arriva au bourg sur la rivière en fin d’après-midi. Le pont qui enjambait la Lunatique était large et doté de piliers massifs qui s’enracinaient dans le lit de la rivière. Pour l’heure, le traverser ne semblait pas particulièrement dangereux, mais Arthur savait qu’au printemps, les inondations étaient fréquentes et que la route était parfois coupée pendant plusieurs jours. Le village s’était développé sur les hauteurs, à l’abri, à l’exception de quelques constructions sur pilotis qui bravaient l’onde. Arthur décida de gagner la rive occidentale avant de se trouver une chambre. Il prit sa place dans la file, entre un troupeau de chèvres hirsutes et un chariot qui transportait des tubercules divers. Il évita de regarder les gens — les cavaliers de la Trouée détestaient ça et trouvaient la moindre excuse pour se sentir insultés — et patienta en sifflotant entre ses dents.
    Une fois de l’autre côté, il mit pied à terre et choisit une auberge à l’écart de la route principale, assez vaste pour qu’il y passe inaperçu mais pas trop miteuse, avec une enseigne en commun histoire d’éviter un repaire d’autochtones. Il n’avait rien contre les gens du coin mais il n’avait pas envie de s’attirer d’ennuis. Il savait, d’expérience, que sa grande taille et sa mine innocente le désignaient comme cible idéale, qu’il porte ou pas un symbole de sa profession.

    Il décida, d’ailleurs, alors qu’il dessellait Phénix dans l’écurie, de ranger tout signe distinctif qui aurait permis de l’identifier comme paladin. Il ne portait pas son armure et il se changea rapidement dans la stalle, troquant son surcot bleu frappé d’un cercle rose contre une tunique ordinaire, en laine grise. Il garda son épée — autant rester prudent — mais empaqueta le reste. Pendant une seconde, il se demanda s’il n’y avait pas une sorte de trahison, là-dedans, un désaveu de son engagement envers Lathandre et la commanderie. Mais il remisa ses doutes : dans l’immédiat, il lui semblait impératif d’être pragmatique, ce qui nécessitait une certaine discrétion. Trimballer une réputation de paladin, en solitaire, dans un bouge de la Trouée… Ce n’était pas très sage.

  3. #3
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Commanderie des Paladins de Luménis
    Messages 
    1 385
    Il prit une chambre, plus chère qu’une place au dortoir, mais il avait besoin de calme. Les dernières semaines à la commanderie de Lunaros avaient été particulièrement difficiles. Il avait eu le sommeil agité et son voisin ronflait comme un blaireau. Il ne se faisait pas d’illusions sur l’insonorisation promise par les murs de l’auberge, cela dit. Il s’assit une seconde sur le lit, dur comme une planche, puis se déchargea de son matériel dans un coin et redescendit dans la salle commune. Il était encore tôt, il n’eut aucun mal à se trouver une table dans un coin, avec une vue dégagée sur la porte et sur le comptoir, les deux points stratégiques. Une serveuse distraite vint prendre sa commande, sans s’offusquer de ses goûts ascétiques, puis il se retrouva seul et un peu trop tranquille. C’était le problème des voyages en solitaire, tout ce silence à combler par des pensées nerveuses. C’était l’objectif, bien sûr, d’avoir cette liberté de réfléchir et analyser, mais il ne se sentait pas encore prêt. Il venait de partir, d’abandonner sa compagnie, et il était surtout empli de doutes et de culpabilité.
    Dans le fond du fond, il avait la conviction désagréable qu’il était parti. Vraiment parti. Qu’il ne reviendrait pas. Que c’était une manière douce — lâche — de défroquer. Il avait vingt-et-un ans. Il avait la possibilité de changer de voie, il fallait juste qu’il trouve la bonne, cette fois. Jusqu’il y a peu, sa vie avait été guidée par l’inquiétude de sa mère, ensuite par l’urgence politique à Luménis, et enfin par les rythmes de la commanderie. Non, c’était un mensonge. On lui avait donné le choix. Et il avait voulu être paladin. C’était juste qu’il n’y arrivait pas.

  4. #4
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Commanderie des Paladins de Luménis
    Messages 
    1 385
    La grisaille de ses ruminations fut interrompue par un mouvement dans un autre coin de la salle. Il leva les yeux pour apercevoir la carrure brune d’une demi-douzaine de cavaliers locaux, formant un mur autour d’une table. Certains riaient, mais Arthur leur trouva quelque chose de menaçant. Il baissa le regard sur son verre, relâcha la tension dans ses épaules. Une chaise fut repoussée. Quelqu’un poussa un juron. Une femme cria quelque chose. Arthur poussa un bref soupir et se leva. Il était généralement plus grand que les gens de la région et il ne lui serait pas difficile de voir par-dessus toutes ces têtes pour voir de quoi il retournait. Il posa, d’instinct, la main sur le pommeau de son épée et s’approcha. Les cavaliers ne lui prêtèrent guère attention. Ils encerclaient — il n’y avait pas d’autre mot ¬— deux personnes. La fille était attablée, le garçon debout. Arthur croisa le regard terrorisé de la première. Elle ne devait pas avoir dix-huit ans. Le garçon essayait de tenir tête aux hommes, mais il n’était pas plus âgé, et pour cause : ils étaient jumeaux. Arthur savait que pareille merveille de la nature n’était pas considérée comme telle partout et que bien des peuples y voyaient la main des fées ou des diables. Il ne fallait pas être archimage pour deviner que c’était le cas dans la Trouée, ou du moins dans cette partie de la Trouée, et que telle était la cause de l’attroupement.
    Arthur hésita une seconde, croisa le regard de la jeune fille apeurée et prit une profonde inspiration.

    « Ah, c’est là que vous êtes ? Je pensais que vous n’arriviez que ce soir. » lâcha-t-il d’une voix forte.
    La fille sourit et se leva tandis que plusieurs des cavaliers se tournaient vers lui, sa carrure et son épée.

    « Cousin, quel bonheur ! Nous n’étions pas sûrs d’avoir trouvé la bonne auberge ! » répondit-elle avec un bel aplomb.
    Ouf, songea Arthur.
    La partie n’était pas forcément gagnée, cela dit, et il tourna son regard candide vers la bande de rustres qui intimidaient le duo.

    « Un problème, messieurs ? » demanda-t-il, la main reposant ostensiblement sur le pommeau de son arme.
    Il se demanda si son aura de paladin avait le moindre effet, s’il n’était pas en train d’insulter sept guerriers barbares dont il aurait le plus grand mal à se défaire dans un environnement aussi exigu. L’intimidation, ce n’était pas exactement sa spécialité. Il songea à Othon et à la manière dont il aurait renvoyé ces rustres dans leurs tanières d’un seul raclement de gorge. A présent, ils se jaugeaient. Arthur sentait la tension grimper, peu à peu, et se demandait lequel dégainerait sa lame — bien plus courte et manoeuvrable que la sienne vu la situation — le premier.

    « Pas de grabuge dans mon établissement ! » aboya alors une voix féminine depuis le comptoir.
    La tension céda, les cavaliers se dispersèrent en maugréant, et Arthur devina qu’il s’agissait de menaces et de malédictions, dans leur langue ancienne et incompréhensible. Il laissa les regards venimeux glisser sur sa cuirasse invisible, ne les surveilla pas tandis qu’ils regagnaient le bar ou l’extérieur. Puis il relâcha sa respiration. La fille lui sourit à nouveau.

    « Venez-vous asseoir, cousin. » lui dit-elle avec un clin d’œil, en tapotant la chaise à côté d’elle.
    Son frère le dévisageait d’un œil farouche.

    « Je ne suis pas sûr… commença Arthur.
    — Ne vous en faites pas... Milo fait toujours ce genre de têtes. Il n’est pas méchant. »
    Le principal intéressé haussa les épaules et s’assit.
    « Il ne parle pas ?
    — Il ne parle pas, non. »
    Elle jeta un œil vers la porte.
    « Ce serait gentil si vous pouviez... juste rester un moment… Ils pourraient revenir. » souffla-t-elle avec moins d'entrain.
    Elle avait raison et Arthur alla rapidement chercher son verre là où il l’avait laissé avant de s’installer avec eux.

  5. #5
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Commanderie des Paladins de Luménis
    Messages 
    1 385
    Le garçon observait toujours Arthur avec suspicion et ce dernier ne parvenait pas vraiment à le quitter des yeux, comme s’il avait affaire à un chien errant, imprévisible, prêt à mordre. La fille, elle, ne s’en souciait guère. Ils étaient tous deux châtains aux yeux clairs, minces, peut-être un peu trop, ils avaient l’air fatigués et à bien y regarder, leurs vêtements n’étaient plus de prime jeunesse.
    « Merci pour votre aide. Cela dit, vous êtes dans la bouse, maintenant. Ils vont vous attendre au tournant.
    — Je sais me défendre. »
    Contre dix cavaliers de la Trouée, c’était sans doute un peu prétentieux de sa part, mais à quoi bon s’en inquiéter dans l’immédiat ?
    « Pourquoi vous avez fait ça ? C’était… très noble, y’a pas à dire, mais… pourquoi ? »
    Arthur se sentit rougir.
    « C’était la chose à faire, non ?
    — Les gens font rarement la chose à faire. »
    C’était une phrase bien dure et il se demanda ce que les deux jeunes gens avaient traversé.
    « Certains font de leur mieux. Je fais de mon mieux.
    — Alors y’a pas de contrepartie ?
    — Non.
    — C’est bizarre.
    — C’est comme ça. »
    Il eut un sourire.
    « Je suis votre cousin, vous vous souvenez ? »
    Elle s’esclaffa joyeusement.
    « Je suis Eva. Et lui c’est Milo.
    — Arthur.
    — Enchantée, Arthur. Heureuse rencontre. Merci.
    — C’était avec plaisir. »
    Le visage de la jeune fille redevint plus sombre. Arthur en observa les traits, la fine poussière qui le couvrait, les cernes violacés sous les yeux. Ces deux-là ne mangeaient pas à leur faim et n’avaient probablement pas dormi dans un bon lit depuis un certain temps.
    « Où vous rendez-vous ? » demanda-t-il.
    Il lut tout de suite la méfiance sur le visage du garçon, et pire encore, mais Eva se contenta de le scruter avec circonspection, un léger sourire aux lèvres.

    « Loin de Lunaros. Très loin.
    — Des ennuis ?
    — Non. Des mauvais souvenirs. Nous nous rendons chez notre oncle, près de Togoria.
    — C’est la première fois que vous venez dans la Trouée ?
    — Oui.
    — Ce n’est pas un endroit toujours très… hospitalier.
    — J’ai noté. »
    Arthur leva les yeux vers Milo. Il ne parlait pas mais il comprenait tout, et il était hostile. Autant pour l’aura de paladin.
    « Il s’inquiète de vos intentions à mon égard, dit Eva.
    — Mes intentions ?
    — Vous savez… vos intentions. »
    Le jeune paladin s’empourpra violemment.
    « Mais… je n’ai aucune intention !
    — C’est ce que tout le monde dit toujours, railla Eva.
    — Je ne suis pas tout le monde. » se défendit Arthur.
    Il fit face au garçon.

    « Je n’ai aucune intention… d’aucune sorte… envers votre sœur. »
    Milo ne parut pas convaincu. Eva rit de bon cœur.
    « Ne vous en faites pas, il ne va pas vous mordre. »
    Arthur n’en était pas si sûr. Il décida de prendre le risque et reporta son attention sur la jeune fille. Il réfléchit une demi-seconde puis se lança.
    « Enfin, hum… Toutes ces émotions m’ont donné faim. Qu’est-ce que vous diriez d’une volaille rôtie ? Je vous invite. »
    Ce n’était pas aussi naturel qu’il l’avait espéré, mais l’expression de Milo changea et il y lut une ouverture, ainsi que la confirmation de ce qu’il avait suspecté. Il ne voulait pas leur faire l’aumône, mais il avait un peu pitié. Ou plutôt de la compassion. Même s’il n’avait que quelques années de plus qu’eux, il avait l’impression qu’ils étaient encore des enfants, tandis qu’il avait déjà parcouru un long chemin… sur lequel il s’était peut-être un peu égaré, oui, mais qui l’avait bardé de quelque chose, mine de rien. De la maturité, sans doute, à petite dose.

  6. #6
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Commanderie des Paladins de Luménis
    Messages 
    1 385
    Il héla la serveuse et commanda de quoi les nourrir tous les trois. Les deux jeunes Lunariens peinèrent à dissimuler leur faim et se jetèrent sur la paire de faisans rôtis avec voracité. Arthur ne s’en formalisa pas, faisant mine de ne rien remarquer tandis qu’ils s’empiffraient. A leurs manières, il devina qu’ils venaient d’un milieu modeste. Eva adressa une prière à Ilmater une fois le repas terminé et sa langue se délia, peut-être un effet de la bière, ou de la satiété, ou de la reconnaissance. C’étaient des orphelins des Rouges, ces gamins dont les parents avaient été victimes de la déroute des sbires de Nwalk. Fiers d’avoir vaincu le monstre, les Luméniens s’étaient peu souciés de ses hommes en fuite, alors qu’ils s’échappaient dans la campagne, certains se rangeant discrètement parmi la populace, d’autres poursuivant leurs exactions. Ce n’est que lorsqu’un certain ordre était revenu dans la capitale qu’on avait songé à envoyer des troupes à la recherche des fuyards. Il était trop tard pour beaucoup de familles, déjà, et Arthur savait qu’il restait des Rouges, ici et là, vivant de rapines et de meurtres, pourris jusqu’à l’os et sans remords, échappant encore et toujours aux milices chargées de les capturer.
    Eva et Milo avaient eu seize ans quelques jours plus tôt et le droit, enfin, de quitter l’orphelinat où ils avaient été placés. Ils n’y étaient pas restés très longtemps, quelques années au plus, mais à l’expression de la jeune femme, Arthur comprit qu’elles avaient été abominables et douloureuses. Elle ne s’épancha pas mais il était clair qu’ils avaient l’intention de mettre tout ce passé pénible loin derrière eux et de ne jamais se retourner. Arthur supposait que leur oncle n’avait pas eu les moyens de s’occuper de deux enfants mais que désormais qu’ils étaient adultes, ou presque, ils pourraient se rendre utiles. Comme le sujet était manifestement sensible, il ne posa aucune question. Il encouragea cependant la jeune femme à parler, craignant le moment où elle lui retournerait toutes ces questions. Ce qu’elle finit malheureusement par faire.
    Arthur avoua qu’il était luménien. Il était tenu de dire la vérité, bien sûr, mais il pouvait taire les détails. Il avait passé quelques temps chez des proches à Lunaros et rentrait désormais chez lui, mais sans se presser.

    « Tu es soldat ? demanda Eva.
    — Je l’ai été, oui. J’ai servi en Dorrandin. »
    C’était la plus stricte vérité.
    « Contre les Mélandiens et les Bainites ?
    — Ceux-là même, oui. »
    Ce n’étaient pas des souvenirs très heureux. Pour dire le moins.
    « Mais tu as survécu.
    — Oui. »
    Il n’avait pas très envie de s’épancher sur le sujet et Eva sembla le comprendre. Mais pour l’empêcher de combler le silence d’une nouvelle question à laquelle il craignait de ne pas vouloir répondre, il proposa de les escorter jusqu’à Edhoras. C’était sur sa route, après tout, et même s’ils étaient à pied, et donc plus lents que lui, il n’était pas pressé de rentrer. Il lui semblait aussi que c’était là une sorte de mission intermédiaire, protéger des innocents sur la route — pas de morts-vivants, de démons, pas de Mélandiens, juste la Trouée et ses petits dangers honnêtes.
    Eva parut incertaine, prise au dépourvu par l’offre, et elle échangea un long regard silencieux avec son frère. Quelque chose passa entre eux, qu’Arthur ne chercha pas à comprendre, puis Eva sourit.

    « D’accord. C’est très gentil. Nous acceptons. Merci beaucoup. »
    Milo ne lui accorda qu’une grimace suspicieuse, mais Arthur s’en contenta.

  7. #7
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Commanderie des Paladins de Luménis
    Messages 
    1 385
    Au petit matin, lorsqu’ils reprirent leur chemin vers l’ouest, il apparut à Arthur que son initiative était bien inspirée : des hommes à la mine peu reluisante semblaient traîner aux alentours de l’auberge, à attendre quelque chose. Ils ne firent cependant rien, laissèrent passer les voyageurs sans rien tenter, se contentant d’un crachat ou d’un grommellement, peut-être une malédiction prononcée à voix basse. Sans doute, au final, ne demandaient-ils rien d’autre que de les voir s’éloigner au plus vite.

    Le ciel était couvert mais il ne faisait pas froid. Arthur marchait près de Phénix, d’abord derrière, puis devant, parfois aux côtés d’Eva, mais il n’était pas doué pour la conversation et craignait qu’elle se montre à nouveau inquisitrice. Milo broyait du noir en solitaire, les doigts crispés sur les lanières de son sac, fusillant du regard tout ce qui passait à proximité : le chariot d’un marchand, une buse en chasse, les ruines d’une bergerie. Arthur finit par ne plus s’en inquiéter lorsqu’il prit conscience que rien ne trouvait grâce aux yeux de l’adolescent. Ils firent une pause à midi, non loin d’une ferme, où Arthur alla les ravitailler. Ils convinrent qu’il leur faudrait chasser et pêcher dans les jours à venir, histoire d’économiser leurs maigres deniers. Eva s’y connaissait un peu en plantes sauvages, aussi, et ils mirent leurs bonnes résolutions à exécution dans l’après-midi. Sur la route, la gémellité des deux jeunes gens était moins apparente et on ne leur chercha pas de noises, mais ils décidèrent de bivouaquer en pleine nature pour éviter de nouveaux ennuis à l’auberge. Tant qu’il ne pleuvait pas, cela restait agréable, et il était possible que la mauvaise réputation des jumeaux ne soit qu’une tradition locale qui disparaisse plus loin dans la Trouée. Arthur promit de se renseigner.

    Ils cheminèrent ainsi pendant deux jours, à un rythme lent mais régulier, souvent perdus dans leurs pensées, devisant parfois. Eva interrogea Arthur sur Luménis, dans le détail, mais sans chercher à en savoir davantage sur la dictature qui lui avait ravi sa famille. Elle voulait qu’il lui parle de l’amphithéâtre, des marchés, de l’assemblée, du port et de ses destinations exotiques. De temps en temps, elle devenait plus personnelle, mentionnait son enfance, une vie d’autrefois riante, à la campagne. Quand elle songeait aux mois passés à l’orphelinat de Lunaros, elle se refermait et accélérait le pas, ou au contraire, rejoignait son frère à l’arrière et se contentait de lui tenir la main, en silence, les yeux perdus dans le vague. Arthur n’insistait pas, un peu déçu que son aura de paladin ne l’apaise pas davantage, mais conscient qu’un tour de passe-passe, aussi divin soit-il, ne pouvait avoir raison des véritables tourments de l’âme. Mais il était content d’avoir de la compagnie, aussi taciturne soit-elle, et petit à petit, les moments où Eva se détendait se firent plus nombreux, les sourires effacèrent les moues renfrognées, et elle se montra à la fois plus familière et plus frivole, ce qui n’était pas désagréable pour passer le temps. Elle avait une bonne voix, connaissait de nombreuses chansons traditionnelles, et Arthur l’accompagna souvent dans l’une ou l’autre ritournelle. Ils se disputèrent sur des variations de paroles et de mélodies — elle l’accusa de penser que les gens de la capitale avaient toujours raison, il essaya de lui démontrer le bien-fondé de certaines interprétations — puis ils testèrent de nouvelles versions, firent des compromis et se satisfirent de leurs airs hybrides. Milo restait silencieux, mais de temps en temps, il semblait presque ému. Dès qu’il croisait le regard d’Arthur, cependant, il se renfermait comme un hérisson mal embouché.

    Immanquablement, la conversation se fit plus intime. Arthur louvoyait autour des vérités qu’il ne voulait pas révéler. Oui, il était fils unique. Non, il ne voyait plus ses parents, même s’il n’était pas, à proprement parler, orphelin. Pour la suite… il n’avait pas de projets clairs, il devait faire le point. Eva, elle, s’imaginait reprendre la route – comme bateleuse, peut-être, ou herboriste — mais dans l’immédiat, elle avait envie de retourner dans sa famille, s’asseoir au coin d’un feu, et souffler. Elle semblait ne pas en vouloir à son oncle : il avait déjà une très grande famille, beaucoup de bouches à nourrir, et elle comprenait sa décision de ne pas les garder. Arthur la laissait parler, l’encourageait d’un mouvement de tête ou d’une question choisie, mais se sentait souvent soulagé quand elle l’abandonnait pour aller un moment tenir compagnie à son frère, qui les observait toujours de son mauvais œil. Le jeune paladin essayait de veiller à garder une saine distance, à ne pas encourager de faux espoirs chez sa nouvelle amie, mais il n’était pas complètement maître de tout — il n’avait jamais courtisé Chandara, après tout, et elle s’était amourachée de lui — et il craignait parfois d’envoyer des signaux malvenus. Aussi finit-il par parler d’elle, à demi-mots, la rousse paladine aux élans sunites, merveilleuse et flamboyante, comme un reflet inversé de lui-même, et en parler la ramena dans ses pensées, refroidit peut-être Eva, mais l’obligea, lui aussi, à prendre la mesure de la distance entre eux, désormais. Il n’avait aucune idée de l’endroit où elle se trouvait, de ce qu’elle devenait, de la voie qu’elle avait empruntée, lumineuse sûrement, mais sans doute trop pour lui, comme il en avait toujours été persuadé. Une erreur de parcours. Armand l’avait dit : ils étaient jeunes, prompts à s’enflammer, c’était dans leur nature. Que fallait-il en penser, des mois plus tard, en ce début d’automne ? Il ne savait plus. Il ne savait plus grand-chose, en fait : où il allait, pourquoi, vers qui, s’il avait un rôle à jouer et lequel. Mais il feignit le contraire pour s’assurer qu’Eva garde ses distances. Même s’il avait été libre de toute attache, il ne se considérait pas, en ce moment particulier d’errance, comme un bon parti, pour personne.

    Et la route défilait sous leurs bottes, en lignes droites de sable, en courbes de boue, parmi les hautes herbes que l’été avait jaunies et qui se gorgeaient à présent des larmes de l’automne. Ils n’étaient jamais seuls, la vaste route était parcourue en tous sens, dans une frénésie qui leur rappelait que l’hiver viendrait bien assez tôt et qu’il restait tant de choses à faire avant le gel. Eleveurs et marchands, nomades en tous genres, soldats parfois, voyageurs aux desseins mystérieux. Les trois compagnons se faisaient discrets, tranquilles, s’écartaient du passage et ne s’offusquaient pas lorsqu’un cavalier pressé les mouchetait de terre en les dépassant au grand galop. La pluie les détrempait régulièrement. Eva s’inquiétait de mettre Arthur en retard, mais celui-ci la détrompait : il n’était attendu par personne, était censé rester à Lunaros plus longtemps et rentrait en avance. Il se souciait peu du temps.

    Par contre, entorse critique à ce qu’il était, il ne pria pas. Il avait essayé de le faire en cachette mais rapidement réalisé que c’était impossible : on n’improvisait pas une communion divine à la sauvette. Aussi, plus soucieux de préserver son secret que de maintenir son lien à Lathandre, il avait décidé de ne plus s’adresser à son dieu tant qu’il était en bonne compagnie. Il était conscient que c’était ridicule : pourquoi Eva et Milo se seraient-ils offusqués d’être escortés par un paladin ? Mais il ne l’avait pas dit d’emblée et il lui semblait désormais que c’était trop tard, que l’aveu était trop lourd, avec son cortège de préjugés. Il voulait être libre, et lui-même, juste quelques jours. Il s’efforçait de ne pas trop y songer, espérant que Lathandre, dans sa mansuétude, n’en prendrait pas ombrage et l’accueillerait quand il lui reviendrait. C’était peut-être beaucoup espérer, mais c’était le propre des servants du dieu de l’aube, après tout.

  8. #8
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Commanderie des Paladins de Luménis
    Messages 
    1 385
    Au soir du second jour de marche, ils arrivèrent à l’endroit où la route montait vers Loth Imharil. Ça avait été l’objectif d’Arthur, originellement, mais il n’en dit rien au moment où ils l’atteignirent. Il pouvait passer par Togoria pour rejoindre la Vallée du Nirvana, ce n’était pas un problème, ni même un réel détour. A sa grande surprise, cependant, alors qu’il s’apprêtait à dépasser la jonction, Eva le rejoignit et lui prit la main, vive.
    « Est-ce que tu serais d’accord de passer par le nord ? » demanda-t-elle, légèrement empourprée.
    Arthur, pivoine lui aussi, retira sa main pour la perdre dans les crins de son cheval.

    « Le nord ?
    — La ferme de mon oncle est un peu à l’est de Togoria. Nous pourrions la rejoindre en longeant les Pics des Orcs par l’est… Ce serait plus court qu’en faisant tout le tour par Bortheias et Edhoras. »
    Elle jeta un coup d’œil derrière son épaule. Milo s’était arrêté, bras croisés, en bordure de route, et donnait des petits coups de pied à quelque chose d’invisible dans l’herbe.
    « Milo, il… il est un peu oppressé par le nombre de gens sur la route. Il serait sûrement plus détendu si nous étions en pleine nature. Il y a une piste, cela dit, moins fréquentée, mais qui n’est pas difficile à suivre. Et ce n’est pas un détour. Pas vraiment. »
    Elle pinça les lèvres.
    « C’est une région qui est… encore plus ou moins sûre… en tout cas les fermiers des environs la traversent. La Lorien… elle fait rempart. »
    Elle jeta un coup d’œil à l’épée d’Arthur, fixée à la selle.
    « Après, je sais qu’il y a parfois des monstres… des orques… ou alors des autres créatures… Ce n’est pas aussi sûr que la route… »
    Elle secoua la tête et fit un pas en arrière.
    « Oublie ça, c’était une mauvaise idée. Tu es déjà très gentil de nous accompagner… Je ne veux pas t’en demander davantage.
    — Non, c’est une bonne idée, au contraire, dit Arthur. Je ne suis jamais allé par là. Je suis curieux de découvrir la région. Ce serait joindre l’utile à l’agréable. »
    Pure vérité.
    « Et je pourrai nous protéger si nous croisons quelque chose. »
    De ça, il était moins sûr, mais c’était le genre de choses qu’aurait dit Othon, et cela ne roula pas si difficilement sur sa langue, ce qui le ravit. Eva le jaugea, hésitante.
    « Tu es certain ?
    — Certain. Pas de soucis. Nous nous en sortirons. Ce sera mieux que la route et tous ces cavaliers impolis. Milo ne sera pas le seul à trouver son bonheur. »
    Un bien grand mot vu le personnage, mais Eva ne releva pas.
    « Vraiment certain ? C’est très loin de Luménis.
    — Je t’ai déjà dit qu’on ne m’y attendait pas avant un certain temps. Tout ira bien. Allons-y. »
    Il fit volter Phénix et s’engagea dans la route qui partait vers le nord-ouest. Eva courut vers son frère. Arthur crut voir ce dernier sourire, brièvement, avant qu’il lui retourne son regard plein de morgue. Le jeune paladin n’en prit pas ombrage : il sentait que quelque chose se débloquait.
    Dernière modification par Arthur de Faisanlys ; 27/07/2020 à 15h21.

Discussions similaires

  1. [Lieu] Route d'Erhedun à Rohan
    Par Galathée dans le forum La Trouée des Chevaux
    Réponses: 495
    Dernier message: Aujourd'hui, 18h01
  2. [Lieu] La Route de la Lorien
    Par Voyageuse dans le forum La Vallée du Nirvana
    Réponses: 262
    Dernier message: 26/11/2017, 21h39
  3. [Lieu] Une route oubliée
    Par Taliesin dans le forum Les Landes des Sirènes
    Réponses: 4186
    Dernier message: 20/09/2017, 07h44
  4. [Lieu] La Route du Nord
    Par Galathée dans le forum La Trouée des Chevaux
    Réponses: 166
    Dernier message: 15/07/2015, 21h13
  5. [Lieu] Sur la route de Lameroy
    Par Alchem dans le forum Les Montagnes de Fer
    Réponses: 338
    Dernier message: 07/02/2014, 20h13

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251