Page 5 sur 5 PremièrePremière ... 345
Affichage des résultats 121 à 134 sur 134

Discussion: [Quête] Sur les routes...

  1. #121
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    décembre 2004
    Messages 
    35 165
    L'elfe sourit, amusé.
    -Allons, il a juste perçu... disons... une potentialité !
    Il se leva.
    -Viens : il est temps, je crois, de monter se coucher.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  2. #122
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 001
    Le gamin le suivit et l'aubergiste les salua lorsqu'ils quittèrent la pièce. En montant les escaliers, Taliesin put regarder le contenu de la bourse : il y avait là une trentaine de pièces d'or au bas mot. C'était en réalité un paiement bien inférieur à ce qu'aurait demandé un mage pour pareil service, mais sans doute l'officier n'avait-il pas beaucoup plus d'argent à lui proposer. Comme rien n'avait été conclu avant l'intervention, la transaction était probablement raisonnable.
    Dans leur chambre, Baptiste dormait déjà, comme il le leur avait annoncé. Il s'était attribué l'un des lits simples et Victor prit le second, sans trop se soucier d'être silencieux. Le premier se retourna dans son sommeil en maugréant. Taliesin nota qu'il avait abandonné son livre entrouvert sur le sol.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  3. #123
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    décembre 2004
    Messages 
    35 165
    Il fut tenté d'y jeter un coup d’œil, puis se ravisa : certes, il était curieux de savoir ce que lisait Baptiste mais... il valait sans doute mieux qu'il lui pose la question directement, non ?
    D'un autre côté, si le gosse avait tenu à cacher ses lectures, il aurait rangé l'ouvrage...
    Sans doute que oui.
    Voilà pourquoi il finit par céder et par aller se pencher sur le volume.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  4. #124
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 001
    C'était un tome d'Angélique Mystéria, intitulé " Nuits Blanches à Solarcis". Il était dans un état d'usure avancé, signe que ce n'était pas la première fois qu'on le lisait. Certains coins de pages étaient cornés et Taliesin nota qu'il y avait des passages soulignés. Celui de la page entrouverte disait ceci :

    Melina regarda le seigneur droit dans les yeux et sentit son coeur se serrer, comme s'il l'avait saisi dans sa paume pour mieux le posséder. Elle poussa un gémissement de rage et de désir tandis qu'il franchissait la distance les séparant et posait une main possessive à sa taille.
    " Tu es à moi, femme ! s'exclama Bernard.
    — Oui !"
    La suite, non soulignée, était relativement explicite.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  5. #125
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    décembre 2004
    Messages 
    35 165
    Il reposa le livre, mal à l'aise.
    Il avait oublié cette histoire de Mystéria, ou avait imaginé que Baptiste était passé à d'autres lectures. Mais ce n'était pas le cas et il avait l'impression que le garçon était encore un peu jeune pour de telles choses. Même si les humains grandissaient plus vite que les elfes...
    Que cherchait-il, dans ces ouvrages ? Est-ce que cela avait un rapport avec... ce qu'il avait enduré ?
    Il faudrait probablement qu'il lui en touche un mot, à l'occasion.
    Même s'il ne voyait pas trop comment aborder le sujet...
    Quoi qu'il en soit, ce ne serait pas pour ce soir. Il entreprit donc de se coucher, songeur.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  6. #126
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 001
    La nuit fut paisible, sans cris ni fracas. A l'aube, Taliesin fut arraché à son sommeil par les grincements du chariot de la garde togorianne qui quittait la cour. La sortilège était probablement encore actif, il n'y eut aucun hurlement. Le barde nota alors que Baptiste était en train de se lever, discret comme une souris, précis et appliqué dans chacun de ses gestes. Il sursauta cependant quand il vit que l'elfe le regardait. Victor, lui, bien sûr, dormait comme un loir bienheureux, imperméable à tout mouvement autour de lui.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  7. #127
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    décembre 2004
    Messages 
    35 165
    Il sourit à son aîné.
    -Ne t'en fais pas : c'est le chariot des soldats qui m'a réveillé, pas toi.
    L'instant suivant, il se redressait : il n'était pas question de mettre le coche en retard.
    -Bien dormi ?
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  8. #128
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 001
    " Oui. J'ai pas fait de cauchemars." remarqua-t-il.
    Il rangea rapidement ses affaires tandis que Victor émergeait en grommelant. Ils furent tous trois rapidement prêts, en réalité, mais sans doute devraient-ils attendre Rohan pour se laver convenablement : organiser un bain avant le départ semblait difficile. Ils retrouvèrent les deux autres voyageurs dans la salle à manger, où un buffet de petit déjeuner avait été dressé, leur permettant d'emplir leurs assiettes de ce qui les tentait parmi des céréales, des produits laitiers et de la charcuterie, diverses sortes de pains et confitures, des fruits de saison. Les deux garçons s'en donnèrent à coeur joie. L'aubergiste vint à nouveau s'excuser pour les tracas de la veille, espérant qu'ils garderaient quand même un bon souvenir de leur passage entre ses murs.
    Le départ était manifestement imminent.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  9. #129
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    décembre 2004
    Messages 
    35 165
    Il assura l'aubergiste qu'il avait passé un excellent séjour au sein de son établissement et qu'il en conserverait un excellent souvenir. Ce qui n'était pas faux, loin s'en fallait : bien sûr, l'incident de la veille lui laissait un sentiment mitigé mais l'homme n'y était pour rien. Pour le reste, la chambre avait été confortable, les mets excellents... D'ailleurs, il ne s'était pas privé pour déjeuner abondamment.
    Et désormais, il était prêt à embarquer pour une nouvelle journée de trajet.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  10. #130
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    36 001
    La seconde journée de trajet ne connut pas d'événements particuliers. Ils avaient rejoint la grande route à Percehaie et filèrent bon train pendant la majeure partie de la journée. Le paysage changea autour d'eux, les champs cultivés laissant place à des prés où paissaient vaches et moutons, de plus en plus vastes et planes. Ils entraient de plein pied dans la Trouée, un univers vallonné de prairies à perte de vue, verdoyantes en cette saison, plus jaunes en été. Visuellement, c'était à la fois époustouflant et monotone. Les fameux chevaux firent leur apparition, en troupeaux semi-sauvages ou sous les fesses des cavaliers. En approchant de Rohan, ils ralentirent, la circulation sur la route retrouvant une certaine densité. Ce n'était que le milieu de l'après-midi : Taliesin et ses fils auraient encore largement le temps de se promener en ville avant la nuit.
    Dernière modification par Galathée ; 20/06/2015 à 14h47.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  11. #131
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Commanderie des Paladins de Luménis
    Messages 
    1 386
    RP solo : En Quête de Lumière...

    Pendant les deux premiers jours, ils suivirent la route secondaire qui menait à Loth Imharil. Un peu paradoxalement peut-être, elle était en bien meilleur état que la voie principale, sans doute simplement le reflet d’une moindre fréquentation. Ils n’étaient pas complètement seuls, cependant. Ils croisèrent quelques marchands qui descendaient vers le sud, mais aussi des elfes, de vrais elfes, venus de la Lorien. Arthur ne savait jamais exactement comment se comporter vis-à-vis d’eux, il savait que les relations avec les humains alentours n’étaient pas toujours très faciles, mais en réalité, les elfes les ignoraient purement et simplement, comme si le trio avait été invisible. Une fois, une seule, une elfe des bois, perchée en amazone sur un cerf imposant, le gratifia d’un clin d’œil mutin alors qu’il s’était écarté de la route pour laisser passer son convoi. Il en devint si rouge qu’Eva le chambra ensuite pendant toute l’après-midi.

    Au bout de ces deux jours de bivouac improvisé, de chasse, de cueillette et de pêche à la faveur d’un début d’automne encore très généreux, ils quittèrent la route pour emprunter un chemin plus étroit. D’après le fléchage qui figurait au croisement, il permettait de rejoindre un village du nom de Rorenn-Yil, et plus loin Togoria. D’après sa direction approximative, il n’était pas difficile de deviner qu’il croisait la route de Loth Imharil qui partait de Bortheias avant, sans doute, de la traverser pour filer vers les Pics des Orcs. Arthur n’en ressentit aucune angoisse : comme Milo, il craignait davantage les autres êtres humains et leurs intentions sinistres, que les monstres des collines. Il avait fait l’expérience de la noirceur dans le cœur des hommes, à Luménis pendant la dictature, en Dorrandin pendant la guerre. Les monstres… ils pouvaient être dangereux, retors, meurtriers… mais c’étaient des monstres, et en cela c’était plus acceptable.

    Il leur fallut une journée de plus pour atteindre Rorenn-Yil. Les jumeaux n’étaient pas très motivés de s’y arrêter, Eva parla même de faire un détour pour ne pas devoir traverser le village, mais Arthur insista. Il avait envie de fromage, de légumes reconnaissables (les tubercules sauvages ne manquaient pas de goût, mais…) et surtout d’informations sur les rencontres possibles dans la région. Il laissa donc ses compagnons à l’extérieur du bourg et alla glaner ce qu’il pouvait. Les gens se montrèrent accueillants, il trouva de quoi se ravitailler, et on l’informa que jusqu’aux Pics, la route était plutôt tranquille. Il y avait quelques meutes de chiens des steppes, mais qui fuyaient généralement l’homme, rien de plus. Ensuite, quand on suivait la piste qui serpentait entre les Pics et la Lorien, jusqu’à la route de Togoria, les choses devenaient plus incertaines. Personne n’occupait réellement cette zone, ni les elfes, ni les humains, ni les orques, dont le nombre était désormais extrêmement réduit, et qui ne descendaient plus de leurs montagnes. Cela la rendait sauvage mais aussi relativement sûre, car s’ils n’y vivaient guère, les elfes surveillaient cette frontière avec attention, prêts à intervenir au moindre signe de colonisation, quelle qu’en soit l’origine. Cela ne voulait pas dire qu’ils n’y croiseraient pas un troll ou un ours-hibou, mais c’était rare. Arthur, en bon Lathandrite, décida de n’en retenir que le positif et, chargé de ses victuailles (il s’était aussi permis un saucisson, un peu de bière, et un superbe pain doré), rejoignit ses compagnons pour leur communiquer les bonnes nouvelles.

  12. #132
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Commanderie des Paladins de Luménis
    Messages 
    1 386
    Un jour plus tard, ils atteignaient la route de Bortheias, qu’ils traversèrent sans s’arrêter, et ils partirent vers les Pics, dont on apercevait les sommets brumeux à courte distance. Arthur était plutôt soulagé de savoir que les orques n’en descendraient pas. Par essence, comme les drows ou les hobgobelins, c’étaient des créatures malfaisantes et dangereuses, et même si elles étaient intelligentes, et donc capables de parlementer, il supposait qu’elles n’hésiteraient pas à les massacrer pour le seul plaisir. Qu’elles restent donc dans leurs pics lointains, c’était très bien.
    Le premier soir, ils tombèrent sur un autre voyageur, qui descendait du nord. A nouveau, Eva et Milo se montrèrent réticents à l’approcher. Arthur n’était pas certain de vouloir savoir exactement pourquoi ils étaient si inquiets de leurs rencontres. Il devinait qu’il devait y avoir là derrière des atrocités, sans doute le souvenir du massacre de leurs parents, au détour d’un chemin de campagne ou peut-être même dans leur foyer. Ce n’était pas surprenant, tout bien réfléchi, qu’ils se défient des étrangers. En cela, il ne pouvait que se féliciter de son aura chaleureuse, qui leur avait permis de se faire mutuellement confiance. Ils saluèrent donc le voyageur – un homme à cheval, manifestement pressé — mais ne s’arrêtèrent guère et marchèrent encore plus d’une heure au crépuscule avant de bivouaquer. Eva et Milo prirent le premier tour de garde, permettant à Arthur de dormir quelques heures, puis il veilla sur la fin de nuit. Il n’avait pas le cœur de forcer les deux adolescents à en faire davantage, mais lui-même fatiguait, mine de rien. Il avait encore des réserves, et c’était son métier, aussi ne songea-t-il jamais à se plaindre.

    Ils marchèrent encore deux jours dans les collines entre la forêt et la montagne. Arthur guettait le moindre signe d’une présence inquiétante. Deux fois, il prit son cheval pour galoper au devant d’une ombre lointaine, puis revint, rassuré. Ils ne virent rien d’étrange, seulement des animaux plus ou moins ordinaires, mille sortes d’oiseaux, des antilopes et des cervidés, quelques renards couleur sable, une troupe de sangliers groin en terre, un serpent timide, et puis encore des oiseaux. Ils s’abreuvèrent dans les ruisseaux, cueillirent des baies dans les broussailles, déterrèrent des racines qu’Eva savait accommoder à la perfection. Le jeune paladin se sentait globalement bien, mais il y avait une pointe de culpabilité à la lisière de sa conscience, la sensation irrépressible qu’il était en train de s’égarer. Il se morigénait en se rappelant qu’il faisait une bonne action, qu’il escortait deux orphelins sans défense, qu’il aurait ensuite tout le temps d’errer, comme il l’avait promis à Othon et à Armand, pour remettre ses idées en place. Il refusait de trop y penser. Il chantait avec Eva, admirait le paysage, perfectionnait ses techniques d’affut et de pêche et emplissait ses poumons du bon air sauvage.
    Il avait prétendu être un cousin, il se sentait presque un grand frère, et Milo se détendait lui aussi, mine de rien, marchait moins loin de lui, le visage plus calme, libéré des craintes que lui inspiraient ses semblables.

    Au soir du second jour, ils étaient au milieu de nulle part. La piste était toujours visible mais on avait l’impression que c’était davantage le fruit d’une imagination fertile qu’un chemin tracé par une réelle volonté. Ils montèrent leur camp sous les étoiles, leur feu fit de magnifiques étincelles dans le ciel noir, et demeurèrent silencieux un moment, à profiter du calme, du crissement des insectes, de l’odeur d’une bécasse rôtissant sur les braises, du firmament. Milo alla se coucher le premier et Eva resta avec Arthur auprès des flammes. Au bout d’un moment, la jeune fille se leva pour leur préparer une infusion. Le paladin poussa un soupir de contentement. Il avait mal absolument partout. Une journée de repos s’imposait, il avait besoin de récupérer, de dormir. La randonnée était tranquille mais il manquait de sommeil.
    Elle lui tendit un bol aux odeurs délicates – elle s’y connaissait vraiment bien en plantes sauvages — et se rassit.

    « Ton frère a l’air d’aller mieux, osa finalement Arthur.
    — Je te l’avais dit, murmura Eva, pensive. Il ne m’appartient pas de te raconter ce qui lui est arrivé… mais tu comprendrais, j’en suis sûre. »
    Le paladin opina du chef.
    « Je n’ai nulle intention de vous arracher vos secrets. Raconter… ce n’est pas toujours une bonne idée, contrairement à ce qu’on croit. »
    Elle acquiesça.
    « Mais il va mieux, tu as raison. Nous sommes… plus en sécurité, ici. Ou du moins, c’est comme ça qu’il le voit. »
    Elle se mordilla la lèvre inférieure, comme en proie à une hésitation.
    « Tu ne dois rien me dire, Eva, vraiment. » fit Arthur en posant une seconde, sa main sur son bras.
    Elle lui sourit et couvrit sa main de la sienne. Ils s’observèrent une seconde, puis Arthur rougit, la lâcha et se détourna.

    « C’est gentil, dit-elle doucement. Je ne sais pas ce que nous ferions sans toi.
    — Il n’est rien arrivé. Vous seriez ici, de la même manière, en train de rentrer chez vous.
    — Tu es trop modeste. Nous n’aurions sans doute même pas atteint la route de Loth Imharil sans nous faire rosser. Ou pire, en ce qui me concerne. Non, tu as été indispensable. Et admirable. »
    Arthur n’était pas habitué aux compliments. Seule Chandara lui en faisait de semblables, et cela le mettait toujours terriblement mal à l’aise. Il ne sut que répondre, se sentit trop proche de la jeune femme, beaucoup trop. En même temps, il ne voulait pas l’insulter en se levant brusquement pour changer de place. Il se contenta de se recroqueviller un peu plus, ce qui, vu sa stature, était complètement ridicule. Le silence s’installa, chargé, et Arthur s’en voulut de ne pouvoir être plus clair dans ses intentions, plus ferme, simplement. Pour se donner de la contenance, il but un peu d’infusion, puis relâcha sa respiration et bâilla.
    « Je pense que je vais aller dormir. Si tu peux prendre le premier quart. Je suis vraiment fatigué. »
    Il espérait qu’elle n’y verrait aucune invitation. A la réflexion, il aurait dû lui conseiller d’aller se coucher, elle, histoire qu’il n’y ait pas de malentendu.
    « Oui, ça se voit, dit doucement Eva. Va te reposer, tu le mérites bien. »
    Il se leva, elle lui jeta un coup d’œil, un petit sourire, et il fila sous sa tente. Une fois entre ses couvertures, il craignit de ne pas s’endormir, terrorisé à l’idée qu’elle puisse décider de venir le rejoindre. Mais elle n’en fit rien. Ou plutôt il n’eut pas le temps de s’inquiéter longtemps, car il s’endormit rapidement, comme une masse, épuisé par le guet des derniers jours.

  13. #133
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Commanderie des Paladins de Luménis
    Messages 
    1 386
    Cette nuit-là, il fit un rêve chahuté, de mouvements, de fracas, de chute. Il vit mille étoiles, ressentit un poids obscur, sur sa poitrine, dans son crâne, une douleur fulgurante, un hoquet, et s’il chercha à s’éveiller, il n’y parvint pas, comme retenu dans les méandres de son cauchemar. Il eut la sensation d’étouffer, comme si quelqu’un était assis sur lui, l’empêchant de reprendre son souffle, puis sombra dans un puits. Il fit noir, il perdit toute conscience, puis affleura à la surface à nouveau, toujours sans quitter le sommeil. Prisonnier de ces sensations pénibles, à la fois terrifiantes et lointaines, il se demanda s’il se souviendrait de tout cela au réveil, cette certitude de ruine et de danger omniprésent, toutes ces ténèbres, l’imminence d’un Mal meurtrier.

    Un moment, il ne ressentit plus rien, juste l’absence.

    Après ce temps d’accalmie, la souffrance revint, d’abord ténue, puis plus forte, et il sut soudain que ce dont il rêvait se déroulait aussi dans la réalité, que son corps, sous sa tente, dans les collines, était en train d’être malmené, de manière critique et irrémédiable, et pourtant il ne pouvait s'arracher au sommeil, reprendre conscience et se défendre. Il lutta pour revenir à lui, cherchant une voie, un fil ténu à suivre vers l’éveil et la lumière, mais il n’en trouva pas, fut repoussé en arrière, dans les profondeurs du néant. Il eut la certitude qu’il était perdu dans le noir pour toujours, et que tout ne tarderait pas à s’éteindre.

    Et tout s’éteignit.

  14. #134
    Date d'inscription
    mai 2009
    Localisation
    Commanderie des Paladins de Luménis
    Messages 
    1 386
    Puis la lumière fut.

    Il faisait incroyablement chaud, et doux, et tout semblait parfait. Il ne sentait plus son corps, plus aucune douleur, il avait la sensation d’être dans l’étreinte bienveillante, d’une bonté ultime, de quelque chose qui le dépassait.
    Lathandre.

    « Je suis mort. » articula-t-il avec peine.
    Il y avait un ange penché sur lui, un visage parfait, des yeux qui s’ouvraient sur l’infini, des ailes blanches aux reflets bleutés qui l’entouraient, comme un cocon protecteur.
    « Non, tu n’es pas mort. » dit l’ange.
    Arthur poussa un soupir. Il perçut le mouvement de sa poitrine, l’air qui s’en échappait.

    « Je suis mort, répéta-t-il.
    — Pas encore. Et tu es hors de danger. Mais tu l’as échappé belle. »
    Arthur sentit qu’on l’aidait à se redresser. Son corps reprenait vie, petit à petit, encore ankylosé.
    « Vous m’avez ramené à la vie. »
    L’ange rit. Arthur tendit la main et lui toucha les plumes.
    « Misère, qu’est-ce que vous avez tous à me toucher ?
    — Un ange. Vous êtes un ange.
    — Pas vraiment, non.
    — Vous m’avez ramené à la vie, répéta-t-il, l'esprit brouillé.
    — Je n’en suis pas capable. Tu étais encore vivant quand je t’ai trouvé, une chance pour toi, parce que sans ça, nous n’aurions pas cette conversation. »
    Arthur tourna légèrement la tête et reconnut la végétation des collines qu’il avait arpentées quelques heures… plus tôt. Il faisait jour. Un feu brûlait non loin. Un cheval gris broutait, mais ce n’était pas Phénix.
    « Que… s’est-il passé ?
    — Je dirais que tu t’es fait détrousser. Les gens qui t’ont attaqué t’ont laissé pour mort dans le fossé.
    — Mon cheval…
    — Il n’y a plus rien, j’en suis navré. Pas de cheval, pas de… d’équipement. Je ne sais pas ce que tu transportais, mais il te reste juste toi. Dans ta tunique de nuit, si je dois prendre un pari. »
    Arthur baissa les yeux. Sa tunique de nuit était maculée de boue et de sang. Il était pieds nus, emmitouflé dans une couverture. Sa peau salie paraissait plus blanche que jamais mais il n’avait mal nulle part, il se sentait juste légèrement engourdi.
    « Les jumeaux ? souffla-t-il.
    — Il n’y a personne d’autre. Juste toi. »
    Arthur songea à instant aux orques descendus des collines, à un troll, un drake embusqué dans les buissons épineux. Mais il ne vit aucun signe de lutte, pas de tente déchirée, pas de matériel disséminé dans les hautes herbes, juste la campagne tranquille.
    « Je suis un crétin. »
    L’ange posa une main sur son épaule.
    « Ne dois pas si dur avec toi-même. Je vais t’emmener à Borthéias. Je peux te dépanner avec quelques vêtements jusque-là. Nous avons le même gabarit. Bon, ils sont troués dans le dos, mais tu t’en sortiras. »
    L’étranger se redressa, marcha jusqu’au feu, revint avec un bol rempli d’un brouet fumant.
    « Je ne suis pas très bon cuisinier, mais le gruau, je gère. Ça te fera du bien. »
    Arthur accepta le récipient. Il était assis contre une pierre. La couverture était chaude. Il eut envie de pleurer. Il était pathétique, une fois de plus. S’il avait eu besoin d’un signe, il l’avait : immense, en lettres de feu. Ne plus avoir d’équipement, de cheval, c’était finalement un mieux : il n’avait plus rien d’un paladin.
    « Nous pourrions aussi essayer de retrouver tes agresseurs, dit le voyageur, qui observait l’environnement. Ils sont partis vers le nord, avec un seul cheval. Le tien, je suppose. A voir l’état de ton feu, je dirais qu’ils ont un jour et une nuit d’avance. Rien d’insurmontable.
    — Ce n’est pas nécessaire, dit Arthur, vivement. Je ne transportais rien d’important. »
    L’ange parut surpris et le dévisagea.
    « Hum. Rien d’important : un cheval, des vêtements, je suppose… peut-être un peu d’or dans ta bourse. Ce n’est pas complètement rien.
    — C’est dans l’ordre des choses… Un message… que j’ai perdu ces choses. »
    L’ange secoua la tête.
    « Qu’est-ce que c’est que ça pour un discours ? Tu t’es fait détrousser et tu penses que, quoi, c’est un message de Beshaba ?
    — De Lathandre.
    — De Lathandre, tu m’en diras tant. Ce n’est pas son genre, le massacre des voyageurs à la nuit noire. »
    Il tira sa selle vers eux et s’assit dessus. C’était une selle de combat, Arthur le remarqua tout de suite. Il nota aussi l’épée dans son fourreau bleu ciel et le bouclier, sur lequel était peint une chèvre blanche. Cela ne lui évoqua rien.
    « Tu es Luménien. » dit l’ange.
    Ce n’était pas une question mais Arthur acquiesça. Son sauveur l’observait.

    « Est-ce qu’on se connait ? »
    La question le prit au dépourvu.
    « Heu… Je pense que je m’en souviendrais, osa Arthur.
    — Ah oui… Non, je les ai depuis peu. »
    Il pointa les ailes du pouce.
    « Avant j’étais ordinaire. »
    Arthur avait peine à croire que même sans ailes, l’homme en face de lui ait jamais pu être ordinaire.
    « Vous êtes paladin. » lâcha-t-il subitement, comme la révélation se faisait, étincelante dans son esprit.
    C’était ça, cette sensation de bien-être absolu. Il l’avait ressentie, déjà, auprès d’Armand, ou d’Othon, mais avec une texture moindre… Ici, elle paraissait presque visible, comme un scintillement à la limite de la perception, quelque chose qu’on aurait pu toucher.

    « Oui, dit l’autre, avec un léger haussement d’épaules.
    — Misère de misère. » murmura Arthur.
    L’ange croisa les bras.

    « Un souci ?
    — Non. Je suis… »
    Il faillit dire la vérité, qu’il était paladin lui aussi, mais il s’abstint. Pourquoi, il n’en était pas sûr. Désir d’échapper à sa condition, honte, surtout, de ce qui lui était arrivé.
    « Honoré. »
    L’ange rit et lui tendit la main, qu’il serra volontiers.
    « Hubert de Maleval.
    — Arthur. »
    Il se retint d’aller plus loin. Le nom, Hubert de Maleval, lui était familier. Mais pourquoi ? Sans doute un ancien de la commanderie, mais il ne l’y avait jamais croisé, il en était persuadé.
    « Enchanté, Arthur. »
    Hubert paraissait intrigué, comme cherchant quelque chose sur son visage, mais il finit par hausser les épaules.
    « Mange et nous nous mettrons en route. Grand Vent peut nous porter tous les deux. »

Page 5 sur 5 PremièrePremière ... 345

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250