Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: Chapitre 15

  1. #1
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages 
    847
    Chapitre 15

    Il existe dans le Palais de Jalia une série de salles consacrées à différents matériaux ou couleur. La plus connue est évidemment la Salle d’Argent, qui fait office d’accueil pour les arrivants. Mais la plus belle est sans aucun doute la Salle du Cèdre. Cette immense pièce ovale en bois et marbre accueille en son milieu un cèdre gigantesque de plus de trente-cinq mètres de haut et de quinze mètres d’envergure. Il traverse le toit pour arriver dans une chambre située au dessus de la Salle, et le sommet de l’arbre offre une décoration supplémentaire. Il est rare que des personnes le voit, et seuls la famille royale et leurs invités sont habilités à entrer dans la Salle.
    Mais voila que ce symbole est bafoué par une flaque de sang sur son tronc et un cadavre dans ses racines. Personne n’avait encore pu donner l’alerte, les gardes étaient trop abasourdis par l’intrusion ou trop rapidement tués par un carreau, un katana ou une lame militaire. Valesir n’avait plus rien dit sur les méthodes d’Anna depuis leur entrée dans le Palais, à part le meurtre de deux serviteurs sans armes. Elle avait clamée qu’ils ne fallaient aucun témoin, le Caporal n’était pas de cet avis, mais il devait composer avec ces manières pour le moment, sa propre survie en dépendait. La chose la plus abjecte qu’il avait vu jusque là de la part de l’assassin, mis à part le décapitation d’un garde endormi, était sûrement la manière dont Anna avait positionné un cadavre, ses katanas encore dans le rein, pour que le sang recouvre les lames. En séchant, cela leur donnait un aspect plus noirs, et plus propice à la dissimulation.
    La lame s’enfonça une fois de plus dans la chair d’un des gardes, tandis qu’un carreau entrait dans l’épaule d’un autre, pendant que Valesir l’achevait. L’assassin n’avait pas tué le soldat, la lame n’avait rien touché de vital, bien qu’elle ressortait par le bas du ventre. Voyant sa victime toujours en vie, la voleuse fit lentement tournoyer son arme avant de se retourner et de remonter d’un geste vif son arme pour la ramener devant elle, un genou à terre ; la seule résistance qu’elle rencontra fut au niveau de la nuque.
    Ramenant rapidement le demi-cadavre dans la Salle du Cèdre, ils purent continuer leur avancée qui passait pour le moment inaperçu. Les pièces, les œuvres, les bibelots et les cadavres se succédèrent à un rythme terrifiant. On parla plus tard de cette soirée comme la Nuit Rouge, empreinte de la violence et de sauvagerie de la mission donnée.
    Quelques gestes et les voilà en position, armes prêtes à servir, dans la pénombre d’un couloir non-éclairé, attendant de futurs victimes. L’un pense à sa mission, l’autre à ses compagnons, le troisième ne semble pas dans les lieux l’entourant, si absorbé par sa mission, par la peur, ou par le sang. Une patrouille, elle ne semble pas en alerte. Aux bruits des pas, Valesir compte trois soldats, Ophale et Anna, quatre. Ils passent à leur niveau, la Trancheuse au dessus d’eux, maintenue en l’air par ses appuis muraux. Un gargouillis donne le signal d’attaque, et le combat commence. Le corps tombe au sol, un trou sanglant à la base de la nuque, tandis qu’une corde d’arbalète se détend pour atteindre un bras armé, ce qui fait hurler son propriétaire. La folie prend le pas sur la prudence, même le Caporal s’y perd. Perdre ou faire perdre un membre n’est qu’une formalité qui empêche d’atteindre un degré de plaisir plus intense. On ne sait pas où sont ses coéquipiers, on ne pense pas à appeler de l’aide, on tente de survivre et de tuer. Un tour complet sur elle-même permet à Anna de trancher un bras et de décapiter la seule femme de la patrouille. Ophale surgit et fait glisser sa lame au niveau de la gorge d’un des soldats, puis soupire avant de voir Valesir se lancer en avant pour perforer l’épaule de son adversaire et de placer son épée entre ses lèvres pendant qu’il hurle.
    Puis, le temps reprit ses droits. Ils clignèrent plusieurs fois des yeux, essuyant la sueur à divers endroits du corps avec leur manche. Ophale lâcha son épée et glissa lentement contre les murs, puis ramena ses genoux contre elle et s’y blottit. Valesir rangea silencieusement son épée, puis aperçut Anna, immobile, les yeux clos, et entendit son murmure quand elle les rouvrit. « J’arrive… »
    Ophale ne voulut pas se relever, malgré les suppliques de ses compagnons, elle resta blottit, la tête entre ses bras, et on décida de la laisser avec Valesir, pendant qu’Anna accomplirait la mission, armée de l’arbalète de la voleuse. Elle ne tarda d’ailleurs pas et après quelques couloirs, elle arriva à une des rares pièces illuminées du Palais. Passant furtivement la tête à l’intérieur, et constata qu’elle était vide. Pas de gardes, mais du luxe. Beaucoup de luxe, oriental, par ailleurs. Un Trône vide se trouvait au fond de l’immense salle. Elle entra discrètement, bien que cela ne servit à rien, car un immense lustre illuminait la pièce. Pour éviter le bruit de ses fourreaux, elle les plaça dans son dos, au niveau des reins, l’un en dessous de l’autre. Se déplaçant aussi silencieusement qu’elle le pu, observant la salle d’un œil intéressé, elle fut néanmoins alertée par des voix et le bruit de nombreux pas se dirigeant vers la salle du Trône. Elle se réfugia derrière celui-ci, entre l’exigu passage entre le siège et le mur. Ralentissant sa respiration, elle tenta d’identifier le nombre de personnes qui allaient entrer. Les gardes pénétrèrent les premiers et se disposèrent aux coins de la pièce, avec deux soldats à la porte. Puis on disposa quelque chose en bois près du Trône, et enfin, on clama pour des personnes qui n’étaient pas présentes.
    -Elmador, le Roi !.
    Discutant avec quelques proches ou conseillers, le vieil homme traversa la pièce avec une gaieté visible. Il affirma à sa suite qu’il aimerait la voir rester, pour lui tenir compagnie.
    -C’est une veine ; ma cible à quelques mètres de moi, entourée d’empêcheurs de tuer en rond… Murmura l’assassin entre ses dents. Mais elle se résigna à attendre, risquant des coups d’œil furtifs pour voir le Roi en train de peindre, ou analyser la position des gardes, grands gaillards habillés d’argent et de noir, empoignant une longue lance, et fixant la salle derrière leur casque aux ailes d’aigle.
    De longues minutes passèrent, peut-être même des heures, la notion du temps ne comptait plus pour la Trancheuse dans un endroit si exigu et inconfortable. Fulminant contre les soldats et Calima, le Destin et la Fatalité, elle sursauta quand on introduisit quelqu’un dans la salle.
    -Sire, je dois vous parler.
    -Comment vous appelez-vous ?
    -Gamorel, Seigneur.
    -Approchez, Gamorel, et dites-moi ce que vous pensez du tableau…
    Les pas se rapprochèrent, le messager était à coté du Trône, regardant le tableau.
    -Je… Je ne suis pas spécialiste en art, Monseigneur…
    -Mais vous devez bien avoir un avis ?
    -Sire… La Bametie est dans nos terres…
    Silence.
    -Que voulez-vous dire ?
    -Morgra a été attaquée par les armées Bametiennes il y a deux jours…
    -La ville a-t-elle tenue ?
    -J’ai vu les armées de la Bametie, Seigneur… Et il est peu probable que la cité soit encore debout…
    Le bruit du pinceau rejoignant le socle du chevalet tenta Anna à observer le Roi, mais le bruit du tissu pressé lui indiqua sans erreur qu’il était assis sur le Trône. Calima allait être remerciée !
    -Maenion, combien de temps pour que l’armée soit prête ?
    -Trois jours, peut-être quatre…
    -Je t’en donne deux.
    L’officier sortit avec rapidité, le bruit des lances claquant le sol informa du salut des gardes.
    -Sire, que faisons-nous ?
    -Le Gouffre d’Ulvyr…
    -Si l’armée Bametienne est si nombreuse, nous ne gagnerons peut-être pas…
    -En effet, Votre Majesté, le Roi Nalfron a envoyé toutes ses légions, l’Armée Royale a été mobilisée ! Intervint le messager.
    -Ils se briseront dans le Gouffre ! Nul sortie pour eux, nous les anéantirons, avec leur Roi, même s’il faut aller les chercher jusqu’aux fonds de la roche !
    Le katana se libéra du fourreau avec lenteur et silence, puis vint se poser contre le dossier du Trône. Anna tenait la garde par la paume droite et soutenait la lame avec l’autre main. Enfoncer la lame et courir vers la sortie, tout était aussi simple. Cela voudrait dire achever le contrat, mais aussi mettre sa vie en danger, mettre le pays à bas, sans chef, dans une guerre qu’il ne gagnera pas. Et pourquoi ne pas le laisser vivre ? Il était vieux, que pouvait-il faire, à peindre dans son Palais ou à recevoir dans la Salle du Cèdre, pour contrecarrer les plans Bametiens ? Rah ! Il était mauvais pour un assassin de penser ainsi, mais la raison imposait le questionnement.
    -Sire, tout va bien ? Vous tremblez…
    Les petits hoquets qu’il émettait en disaient long. Une partie du katana ressortait par l’abdomen, il disparut rapidement, et l’assistance eut la surprise de voir bondir la Trancheuse hors de sa cachette grâce à un appui mural... L’arbalète entre les mains, elle la déclencha vers un des gardes, recevant le carreau dans la cuisse. Elle se releva avec vélocité, courrant vers la sortie. Le messager perdit une partie de la tête quand la lame de l’assassin passa. Deux gardes se postèrent à la porte, lances hérissées. En un grand cri de fureur, elle dégaina son deuxième katana, et bondissant de droite à gauche à l’instar du plus insaisissable félin, elle les décapita sans qu’ils eussent réagis. Elle stoppa près des corps, les lames vers le sol, se retournant vers les conseillers à la fois choqués et horrifiés.
    -Nalfron m’envoie. Dites vous que c’est lui qui manie cette lame…
    Elle la fit mouliner une fois, puis disparut dans les ténèbres de la porte, poursuivi par les cinq gardes encore valides.
    La poursuite se continua dans les couloirs illuminés du palais, aux sons des cris de ralliement, d’ordres, de cliquetis d’armures, de jurons.
    Elle aurait voulu recharger l’arbalète, mais le faire en pleine course aurait été désastreux. De plus, elle devait pouvoir s’orienter.
    Se débarrasser d’un de ses poursuivants lui aurait permis de se défaire avec des chances accrues des quatre autres, mais sans arbalète, l’idée d’un mort rapide s’échappait.
    Et lui vint l’idée quand elle empoigna le présent d’Ophale.
    Il vrombit l’air et finir sa course après avoir traverser le casque d’un des soldats. Celui-ci s’effondra, ainsi que trois autres de ses comparses, le dernier allant s’empaler sur le katana d’Anna. Les hommes à terre n’eurent que le temps de voir leur casque ailé rouler à terre, tandis que la furie assassine les cloua au sol les uns après les autres. Elle ramassa en hâte son arme, puis partit tout aussi rapidement en entendant le vacarme des hommes en armes la cherchant.
    C’est là, au détour d’un couloir, qu’elle aperçut Ophale et Valesir au combat contre une poignée de gardes.
    -Ophale ! Hurla l’assassin en se précipitant vers elle.
    La voleuse se retourna et parut sourire en apercevant son amie. Mais cet enchantement s’estompa lorsque le garde qu’elle affrontait lui planta son épée à l’omoplate.
    Elle s’effondra à genoux, tandis que l’homme empoigna son arme de façon à séparer le corps et la tête de sa victime. Son geste s’arrêta lorsque la Trancheuse hurla et fonça vers sa nouvelle proie. Les lames entrèrent dans l’abdomen et le front, puis dans le bras et le torse, et finit par la tempe et la cuisse.
    Ne songeant plus au cadavre sanglant qui retomba, ni à Valesir qui appelait désespérément à l’aide, Anna se mit à genoux et souleva avec précaution son amie.
    -F… Je n’avais imaginé cela ici… J’avais imaginé la scène dans une villa marchande… Toi à tes gardes, moi… à mes coffres… Je… Non, non, je t’en prie, ne pleure pas.
    L’enlacement sanglotant des deux voleuses permit à Ophale, posant sa main sur la joue de son amie, de poursuivre.
    -Je rejoins ton royaume, Anna. Garde-moi une place privilégiée en ce lieu, et dans ton cœur.
    -Ophale… Murmura-t-elle en pleurs.
    -A bientôt, Maîtresse de la Mort.
    Elle acheva en embrassant Anna, puis mourut dans ses bras, apparemment heureuse et délivrée.
    -Ophale ! Ophale ! Ophale ! Le monde est privé d’Ophale !
    Ophale des Uilmars, fille aînée d’Elchtav, Vicomte de Lagora, est morte !
    Vingt-deux années à fouler la terre des dieux !
    Ophale ! Ophale ! Ophale ! Le monde est privé d’Ophale !
    Puisses-tu, compagnon d’Anna, trouver le chemin de son austère demeure,
    Puisses-tu, compagnon des hommes, veiller sur eux, dans les cieux.
    Ophale ! Ophale ! Ophale ! Je suis privée d’Ophale !
    L’assassin enlaça son amie pour la dernière fois, sanglotant au creux de sa nuque, pendant des instants qui lui parurent figés, dans ce cocon indestructible que semble être la tristesse. Mais cette protection vola en éclat quand elle entendit derrière elle les derniers appels désespérés de Valesir. Se rendant soudain compte que le meurtrier de celle qu’elle tenait dans ses bras se tenait à quelques mètres d’elle, elle reposa Ophale sur le dallage à présent rouge, empoigna ses armes, et après plusieurs inspirations rapides, fit volte-face pour se jeter dans la mêlée que formait les soldats tentant d’atteindre Valesir. Son cri de désespoir déstabilisa nombre d’hommes, et ses lames pénétrèrent aisément dans les cuirs et les chairs. Une furie désespérée s’était abattue dans ce groupe de gardes qui tentaient de résister. On dit que les yeux d’Anna se teintèrent de noir, et que nul ne pouvait plus l’arrêter à cet instant.
    On ne put reprocher à Valesir d’avoir tenté, toutefois, car il hurla maintes et maintes fois le nom d’Anna, cherchant au moins à l’emmener vers une sortie, ou quelque part qui soit moins dangereux. Au final, il se résigna à attraper Anna, et ce, au risque de la voir se retourner et lui trancher la jugulaire dans l’accès de fureur, puis de se jeter ensemble par le vitrail donnant sur le coté Ouest du Palais. Aucun garde ne tenta de les imiter, ils ne firent que de les chercher du regard dans l’amas touffu d’arbustes et d’herbes au pied du mur. Finalement, ils quittèrent la fenêtre à présent sans vitraux pour rejoindre le point de chute.
    Ils ne purent donc voir deux cavaliers s’élancer hors de Jalia.
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  2. #2
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Un peu partout sur les murs
    Messages 
    1 298
    *Tintintintintintin* Super Lution est à ta rescousse belle et douce orque . Personne ne lis ta fic ? On se moque de ta coupe de cheveux ? Ton père c'est un méchant de Star Wars ? Pas de paniques , je suis la pour te sauver .

    Bon , commençons par une étude complète et détaillée à la virgule près de ton texte . A la ligne 134 on remarque une faute qui fait offense au huitième guide de la littérature bien pensante , en clair je te reproche d'outrepasser tes droits en usant à tort et à raison de la lettre E , car tu dois respecter les quotas ou l'académie va te punir de mort . Bref tu es un raté de la vie .

    Sinon pour les CCC ( critiques constructives du crétin ) il me semble en avoir énoncé quelques unes hier . Je m'en va les récapituler , histoire de donner des idées sadiques à tout les gens qui t'aime pas .

    De plus tu dois le savoir .... je .... je .... non je suis pas ton jardinier , je n'aime pas spécialement Anna . M'en demande pas plus , je ne me l'explique pas . Alors pour elle , mêmes reproches que pour les autres chapitres : Elle est bien trop puissante . Des dizaines de cadavres sur les bras et pas une seule égratignure ...
    Pourtant , ce chapitre ouvre de nouvelles perspectives sur son personnage : notamment sa prise de conscience : Faut-il tuer le Roi ? Mais ce côté n'est pas assez dévelopé , dommage .

    Pas mal la mort d'Ophale , bien que tout cela manque de tragique à mon gout , au moins ça change des : Elle se battu courageuzement contre 2308 ennemis et finit par crever de fatigue parceque ça faisait 8 heures qu'elle ne s'alimentait plus .

    Valesir , absent , et moi dépité . Tu m'avouais pourtant aimer ce personnage ? Pourquoi le cantonner dans un rôle de valet ( oui , je sais c'est bien son nom ) qui offre qu'une résistance passive contre Anna . M'enfin , au moins on échappe au barbare super viril qui commande tout d'une poigne de fer .

    Sur le plan d'ensembles , j'approuve et le chapitre ( qui est très bien écrit , hormis quelques phrases vraiment bancales ou plates ) et l'histoire en général qui évite les gros clichés , sans toutefois renouveller le genre c'est pas mal et ça sort du conventionnel . Continue .
    Un beuah joue, un beuah boit mais un beuah ne dort jamais


  3. #3
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages 
    847
    Tadaaam, la contre-critique arrive !!

    Tout d'abord, merci d'avoir répondu.

    Ensuite :

    je n'aime pas spécialement Anna . M'en demande pas plus , je ne me l'explique pas . Alors pour elle , mêmes reproches que pour les autres chapitres : Elle est bien trop puissante . Des dizaines de cadavres sur les bras et pas une seule égratignure ...
    Blessure à la cuisse par le mage, blessure à l'épaule par Valesir.
    Harcèlement moral, voire sexuel à la guilde, choc émotionnel par la mort d'Ophale.
    Elle est douée au katana, elle n'est pas indestructible. :eye:

    Pourtant , ce chapitre ouvre de nouvelles perspectives sur son personnage : notamment sa prise de conscience : Faut-il tuer le Roi ? Mais ce côté n'est pas assez dévelopé , dommage .
    Oui, d'accord, mais si j'en avais parlé autre part, ça aurait allourdit et on m'aurait dit que je le torturait trop mentalement et que comme c'est une serial killeuse et bah c'est pas bien...

    Valesir , absent , et moi dépité . Tu m'avouais pourtant aimer ce personnage ? Pourquoi le cantonner dans un rôle de valet ( oui , je sais c'est bien son nom ) qui offre qu'une résistance passive contre Anna . M'enfin , au moins on échappe au barbare super viril qui commande tout d'une poigne de fer .
    Baaaah, vi, je sais... Je note moi aussi un effacement de Valesir, et je suis au regret d'annoncer que ça ne s'arrangera pas... Il fallait insister sur Anna et sa relation avec Ophale, point culminant du chapitre (de l'histoire ?), donc bon...

    Vala, aux autres, maintenant...
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  4. #4
    Date d'inscription
    April 2005
    Localisation
    En banlieue :D
    Messages 
    344
    Pour répondre à ta question je n'oubliais pas Anna.

    Je trouve le chapitre 15 délicieux...

    C'est même le meilleur que tu es réalisé.
    Ensuite comme Link, je pense que la mort d'Ophale aurait du être plus tragique et que la répétition "-Ophale ! Ophale ! Ophale ! Le monde est privé d’Ophale !" enlève encore de la tristesse à l'histoire, qui pourtant devrait l'être intensément à ce moment là.

    Sinon je n'ai rien à rajouter pour le reste, le trouvant tout à fait à mon goût...
    Une bibliothèque est un hôpital pour l'esprit. Inscription dans l'ancienne bibliothèque d'Alexandrie.

  5. #5
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages 
    536
    J'ai lu, et c'est vrai que là Anna se la joue un peu superwomen. Dommage. En fait, ce chapitre est limite morbide : des flots de sang de tous les cotés, et crevons gaiement....
    Je notte quand même que c'est plus long que d'habitude.
    Sinon il est bien à part les commentaires ci-dessus.
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  6. #6
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages 
    847
    Bon, bah la prochaine fois, je laisserai Anna pour morte sur le bord de la route après un passage à tabac de 7 loubards avec des fleurs autour pour rendre le tout gai.

    Non, franchement, je voulais faire passer l'idée que la tristesse et le désespoir sont des forces puissantes qui peuvent décupler la volonté et la furie, voila pourquoi on a une "superwoman".
    Les soldats en face sont apeurés et hébétés par une telle démonstration de fureur, donc ils répliquent moins qu'à l'accoutumée.
    Je ne tiens pas à en faire une super-héroïne qui vole avec un cape rouge, comprenez. :fleur:
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256