Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: Chapitre 14

  1. #1
    Date d'inscription
    janvier 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages 
    847
    Chapitre 14


    La monture était épuisée, elle venait de parcourir le chemin entre Morgra et Jalia, la capitale Imolienne, en moins de deux jours. La ville semblait calme, silencieuse, magnifique en cette aurore rougeoyante, annonçant que le sang allait, et devait, couler. Jalia avait été fondée il y a longtemps, par un bourgeois nommé Pelomé, appelant toutes les personnes désireuses du pays en expansion à fonder une grande cité. Pélomé avait une fille, Jalie, qui jouait souvent sur les chantiers de la ville. Alors qu’elle dansait et courrait sur le mur extérieur et qu’elle s’approcha de la porte, elle chuta. Son père en mourut lentement de chagrin, mais avant, il donna le nom de Porte de la Chute à l’endroit où Jalie était tombée, et baptisa la ville en son honneur. Depuis lors, la Porte de la Chute est un endroit où aucun sourire ne peut être vu sur le visage des personnes l’empruntant.
    Et le cavalier n’eut pas besoin de se souvenir de cette histoire pour ne pas sourire en entrant dans la partie basse de la ville.
    La cité était coupée en deux, il y avait les quartiers résidentiels, les lieux de loisirs, quelques casernes, bref, les bâtiments les plus publiques coincés entre le mur extérieur et celui de l’intérieur. Cette deuxième partie était réservée aux bâtiments privés, bourgeois, et au palais. Il fallait d’ailleurs montrer patte blanche pour pouvoir passer la porte.
    -Halte la, où comptez-vous aller ?
    -Il faut que je voie le Roi, c’est important, répondit le cavalier, mi-affolé, mi-énervé d’être arrêté.
    -Donnez moi le message, je le ferai transmettre.
    -Alors coupez-moi la tête, car le message est à l’intérieur !
    -Vous n’entrerez pas en continuant ainsi…
    -Morgra a été attaquée ! L’Imolie est envahie !
    -En avez-vous une preuve ?
    Il ne répondit rien et cabra sa monture, le garde recula, assez pour laisser le messager entrer au galop dans la Citadelle.
    -Arrêtez-le ! Arrêtez !
    Mais il était déjà trop loin. Passant dans les rues presque désertes de cette partie de la ville, il atteignit le Palais. Au pied de la montagne, il s’ouvrait, après un portail de fer, face au visiteur, avec des teintes dorées et blanches comme le marbre. Il parcourut le chemin centrale, entouré de petits arbustes, de grands chênes, de majestueux sapins et de magnifiques ifs représentant Tarja, épée, flûte, lance ou lyre à la main. Il avala rapidement les quelques marches, passa les quatre gardes et entra. La Salle d’Argent s’ouvrait à lui. Cette spacieuse antichambre du Palais était couverte d’argent, du sol jusqu’à la voûte, le métal grisâtre était présent, lui-même ou uniquement sa couleur. Les bols, les cadres de tableaux, les symboles des dalles, les représentations des tapisseries, le blanc et le gris se mélangeait partout. Toutefois, il ne s’arrêta pas, ni pour admirer, ni pour parler aux nombreuses personnes présentes ici, demandant renseignements ou audiences aux puissants du pays.
    A mesure que le brouhaha des discussions, des pas et des plaintes s’estompait et que le silence pouvait s’installer, il pu discerner, comme faisant partir de l’air, de l’ambiance entière, une musique jouée à la lyre, l’instrument favori de Tarja. Elle semblait sortir des murs, partout et nul part à la fois. Les histoires vont bon train, certains disent que la déesse elle-même joue ses airs favoris, mais il est plus que probable que ce ne soit que ses prêtresses, soudainement inspirées, qui grattent de leurs doigts les fines cordes des lyres. Quoi qu’il en soit, le Palais n’est jamais totalement silencieux, et cette musique ininterrompue est un hommage à la déesse des Arts.
    -L’Hymne de Salmona… Dit-il en reconnaissant l’air. S’ils savaient que ce qu’ils jouent est pour nous…
    Cette hymne était celui de la première -et la seule- Reine de la Troisième Lignée régnante d’Imolie. Elle le créa quand elle réprima les révolutions paysannes, il y a six générations de cela. Tout groupe fidèle à la Reine devait chanter cette hymne en entrant dans les villages révoltés. Un signe de reconnaissance lors d’une attaque.
    Le Roi avait fait plusieurs voyages au cours de sa vie, et particulièrement en Yiasmoe, le pays le plus à l’Est avant la Chute de l’Océan. Cette nation n’avait rien à voir avec toutes les autres ; les guerriers ne se battaient qu’au cimeterre ou au sabre, et à cheval, l’esclavagisme n’existait pas, et la stabilité politique non plus. Les trahisons étaient fréquentes, presque proverbiales « Etre un vrai Yiasmoéen », et une royauté ne restait fixe que quelques mois. Mais il n’y avait aucun accord commercial ou diplomatique entre Yiasmoe et l’Imolie, tout au plus de la bonne entente, et ce n’est pas l’alliance que le Roi recherchait en eux, mais bien leur art. Son Palais était aux couleurs de Yiasmoe, du moins l’intérieur. Les tapis et rideaux pourpres, or et émeraude rayonnaient sur le marbre rose et noir. Les peintures représentaient peu de personnages seuls, mais en bataille, en train de parler en public ou une autre scène glorieuse ou méliorative.
    Il arriva enfin près de la Salle du Trône, toujours à la mode Yiasmoéenne et on le laissa entrer sans question. La salle rectangulaire était couverte d’or et d’ivoire, les nombreux tableaux montraient tous les Rois, rangés par leur Lignée. Aucune fenêtre dans la pièce, mais de grands lustres trônaient au dessus des têtes, offrant une puissante luminosité. Le Roi était en train de peindre, sûrement se représentant au milieu d’une foule l’acclamant, et il ne s’interrompit pas quand il entendit le messager arriver. C’était un homme d’une soixantaine d’année, ses cheveux dégarnis étaient grisâtres, blancs par endroit. Un nerf en dessous de son œil gauche n’avait jamais fonctionné, ce qui le gardait plisser, presque fermé. On l’appelait Le Borgne, mais jamais devant un de ses représentants. Quand il restait au Palais, il portait des vêtements sobres, souvent jaunes et verts, mais quand il se montrait en public, il s’emmitouflait dans de grands costumes emplis de joyaux et de tissus précieux, tout était bon pour se faire remarquer, jusqu’à la couleur qui allait jusqu’au rouge écarlate. C’était un homme qui savait parler, charismatique malgré sa beauté fatiguée. A son avènement, il avait ordonné que ses deux frères se transpercent de leur épée devant lui, empêchant un possible complot à sa couronne. Pour canaliser la colère et l’indignation du peuple à cette nouvelle, il avait prétexté une maladie mal soignée, qui avait emportée, bien malheureusement, précisa-t-il, ses deux frères. Il s’appelait Elmador, c’était le septième Roi de la Cinquième Lignée. Chacune de ces Lignées étaient héréditaires, et quand un des souverains n’avaient pas assuré sa succession, la Lignée changeait. La Première comptait cinq Rois, la Deuxième, trois, il y eut neuf Rois –dont une Reine- à la Troisième et quatre à la Quatrième.
    -Sire, je dois vous parler… Dit le messager en s’approchant.
    -Comment vous appelez-vous ? Demanda le Roi sans regarder l’arrivant.
    -Gamorel, Seigneur.
    -Approchez, Gamorel, et dites-moi ce que vous pensez du tableau…
    Le cavalier fut surpris en découvrant la peinture, ce n’était pas une scène d’éloquence qui était représentée, mais le Gouffre d’Ulvyr, le héros le plus ancien du pays, qui conduisit les lambeaux de l’armée Imolienne contre les attaquants Grapns, et qui remportât la bataille. Le Gouffre était assez long et large pour que la plus vaste des armées puisse y pénétrer, cinquante hommes pouvait se tenir à l’entrée et se déplacer assez pour combattre. Deux avancements rocheux se retrouvaient devant le Gouffre, à quinze mètres de hauteur, on l’appelait le Diadème d’Ulvyr, en raison de sa forme, et des archers pouvaient s’y poster, étant ainsi à l’abri des épées et lances ennemies. Mais ce n’est pas les Imoliens qui venaient se réfugier ici, mais bien les attaquants. Toutes les batailles décisives du pays s’étaient passées ici ; les envahisseurs entraient dans le Gouffre, se préparait, et l’armée Imolienne arrivait ensuite, puis la bataille commençait. Aucune possibilité de fuite pour les assaillants, car le reste du Gouffre était infranchissable, vaincre ou mourir, tel était leur destinée. Les survivants devaient nettoyer ce qu’ils appelaient « l’entonnoir mortifère » après la bataille, enlever les corps encore tièdes, les armures, armes et boucliers et donner aux vainqueurs ceux encore en bonne état.
    Les détails étaient nombreux et les traits fins, on pouvait apercevoir l’armée Imolienne, flamboyante et superbe, surgirent du bas de la toile, menée par Elmador, l’épée étincelante dans l’aube, pour se ruer vers les adversaires qu’on ne reconnaissaient pas, seuls des ombres constituant cette armée.
    -Je… Je ne suis pas spécialiste en art, Monseigneur…
    -Mais vous devez bien avoir un avis ?
    -Sire… La Bametie est dans nos terres…
    Elmador regarda enfin le messager, de haut en bas, puis le fixa.
    -Que voulez-vous dire ?
    -Morgra a été attaquée par les armées Bametiennes il y a deux jours…
    -La ville a-t-elle tenue ?
    -J’ai vu les armées de la Bametie, Seigneur… Et il est peu probable que la cité soit encore debout…
    Le Roi posa son pinceau, s’approcha de son trône pour s’y asseoir, soutenant sa tête par la main en soupirant.
    -Maenion, combien de temps pour que l’armée soit prête ?
    -Trois jours, peut-être quatre…
    -Je t’en donne deux.




    Les trois cavaliers s’étaient arrêtés pour la nuit. Anna se tenait un peu à l’écart, emmitouflée et assise sur un tronc d’arbre, tournée vers un des camps de Grapns d’où on pouvait voir les fumées des feux et des tentes de peaux. Ophale s’occupait de leur propre flamme, qu’elle soit assez grande pour les réchauffer, mais il ne fallait pas qu’il soit visible. Valesir, quant à lui, avait déjà sorti trois fois sa lame, se retournant brusquement.
    -Et c’est avec pareil soldat que la Bametie a pris une ville… Ironisa Anna.
    -Je suis simplement prudent, rétorqua-t-il en se rasseyant tout en scrutant les ténèbres les environnant, nous sommes proches d’un camp de sauvages, s’ils nous voit, nous sommes morts !
    -Il faut bien mourir de quelque chose, n’est-ce pas ? Dit Ophale en lâchant le bout de bois lui servant à attiser les braises et en se cachant sous les couvertures pour se protéger tant bien que mal du froid.
    La nuit se passa calmement, mis à part les cinq réveils du Caporal pour surveiller les environs.
    Ils se remirent en route au matin, passant la journée au galop, Valesir tenant la bride d’une monture ne portant aucun cavalier, qui était plus reposé que les trois autres. Changeant à tour de rôle de cheval par cette pratique, ils arrivèrent en vue de la Porte de la Chute à la nuit. Ils purent la passer sans problèmes, mais Anna préféra cacher son visage dans sa capuche. Ils se postèrent près du Mur de la Citadelle, ils laissèrent les chevaux derrière un bâtiment, et entreprirent d’escalader la muraille. Elle n’était pas très haute, car son but était plus de démarquer les deux quartiers de la ville. Ils n’avaient aucune raison de se trouver là, du point de vue des gardes, et s’ils en rencontraient, la seule solution qui se présenterait serait de les faire taire… définitivement ou non. Ainsi, Anna pu relever sa capuche et abandonner son manteau, laissant apparaître sa chemise écarlate. Ses deux lames positionnées à ses deux hanches ne pouvaient se rencontrer et émettre le moindre son. Ophale laissa là aussi sa toge, faisant émerger un vêtement bleu marine et un pantalon noir trop petit pour elle. Valesir ne portait évidemment pas les emblèmes de la Bametie, sa tunique rouge et noire se mariait assez bien avec son bas magenta. Aucun n’avait d’armure, Anna l’avait exigée, car cela ferait trop de bruit, et son amie avait dû troquer ses habits clairs pour des vêtements militaires qui ne lui allaient pas forcément.
    Se faufilant silencieusement avec l’aisance de leur expérience, les deux voleuses durent attendre plusieurs fois le Caporal bien trop lent et prudent à leur goût.
    -Je vous rappelle que nous n’avons qu’une nuit pour cette mission ! Cracha la Trancheuse
    -Je vous rappelle que nous n’avons qu’une chance pour cette mission ! Rétorqua Valesir
    -Je vous rappelle qu’on est en plein découvert… Coupa Ophale.
    Passant autant qu’ils pouvaient dans les plus étroites ruelles, le froid mordant les zones qui n’étaient recouvertes de vêtements, et stagnant parfois pendant de longues minutes dans des conditions inconfortables en attendant le passage de patrouille qui s’étaient vues renforcées en vue des récents évènements, ils parvinrent cependant jusqu’au Palais. Aucun mur ne le défendait et les fenêtres étaient pour la plupart immenses. C’était bien une habitation royale, pas une forteresse. C’est à l’aile Ouest qu’ils se postèrent, accroupis dans l’ombre. Une sentinelle longea le mur, d’un pas peu sûr en fredonnant une quelconque chanson. Lorsqu’ils les eut passés, son début d’ébriété ne lui permit pas d’entendre l’arbalète lâchée son carreau mortelle qui atterrit dans sa nuque. Il ne chancelait pas encore qu’Anna bondit pour le rattraper et le tirer rapidement vers eux. Alors qu’Ophale vérifiait si aucun autre garde n’avait été alerté, Anna contrôle le pouls du soldat ; il n’était pas mort, du moins pas avant qu’elle ne tire la petite épée de son amie et l’égorge.
    -J’espère que vous n’avez pas peur des macchabées, soldat, car vous allez en voir un certain nombre, cette nuit. Dit-elle en enjambant le cadavre et en suivant son amie.
    Bien sûr que non, il n’avait pas peur ! Il avait déjà semé la mort chez les ennemis de la Bametie, il avait affronté cet invisible adversaire que l’on appelait la Faucheuse des dizaines de fois. Peut-être qu’à voir cette image de matrone brune tenant une faux entre ses mains et balayant les champs de batailles se matérialisée devant ses yeux en jeune femme aux cheveux de jais balayant les hommes de ses katanas l’impressionnait-il, voila tout… En tout cas, il se redit compte qu’il ne voyait plus les deux voleuses et se décida à les rattraper.
    Quand il revint à leur niveau, Ophale était afférée à crocheter le plus silencieusement une des fenêtres du rez-de-chaussé. Quand le verrou intérieur fut enfin débloqué, ils entrèrent dans le palais et refermèrent la fenêtre. La pièce était sans lumière, il ne percevait qu’une table en plein milieu, plusieurs ustensiles en bois ou en métal posés dessus.
    Des bruits de pas et la luminosité d’une chandelle dans la pièce adjacente les plaquèrent instinctivement contre le mur à coté de l’entrée, armes sorties. Quand la porte s’ouvrit, une main tenant la bougie s’aventura imprudemment dans la pièce. Elle tomba après le passage d’un katana. Poussant un cri de surprise et de douleur, l’ex-porteur de la main fut transpercé par la même lame qui l’avait amputé, tandis que Valesir et Ophale bousculaient un homme se tenant derrière le premier, se dirigèrent vers la porte de la nouvelle pièce, aux aguets pour percevoir une possible entrée de gardes alertés par le bruit, tandis qu’Anna engagea le combat. Il fallait faire le minimum de bruit avec les lames, ainsi, elle essaya plusieurs fois de faire tomber son adversaire. Plus le métal s’entrechoquait, plus le Caporal se sentait anxieux. Alors que son ennemi tourna brusquement la tête pour appeler à l’aide, la lame trancha la gorge avant qu’il n’eût sorti son deuxième mot. Elle entreprit de cacher les cadavres dans la pièce où ils étaient arrivés, et à la faveur de la bougie tombée, elle découvrit qu’il s’agissait d’une cuisine. Quand elle revint vers Ophale et Valesir, ils purent enfin relâcher leur vigilance.
    -Votre stratégie consiste-t-elle à tuer tous ceux que vous verrez ?
    -A votre avis ? Répondit-elle en souriant.
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  2. #2
    Date d'inscription
    août 2003
    Messages 
    536
    Bien bien... Donc, un assassinat se prépare sans doute, et on attends la suite, comme d'hab... Quesqu'ils sont ingrats ces lecteurs... :notme2:
    Bon épisode, bien mené.
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  3. #3
    Date d'inscription
    avril 2005
    Localisation
    En banlieue :D
    Messages 
    344
    ah quand la suite?

    c'est si bon

    tu vas adapter cette histoire en mod ou c juste histoire d'écrire,

    bravo continue comme ca, j'adooooore!!!!!!!!!!!!

    :love: :
    Une bibliothèque est un hôpital pour l'esprit. Inscription dans l'ancienne bibliothèque d'Alexandrie.

  4. #4
    Date d'inscription
    janvier 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages 
    847
    Originally posted by galadriel@jeudi 28 avril 2005, 15h41
    ah quand la suite?

    c'est si bon

    tu vas adapter cette histoire en mod ou c juste histoire d'écrire,

    bravo continue comme ca, j'adooooore!!!!!!!!!!!!

    :love: :
    La suite viendra vite, car j'ai quasiment fini le chapitre 15 (ENFINNNNN !!!!!)
    Ne vous inquiétez donc pas, la suite viendra beaucoup, beaucoup plus rapidement que ce chapitre.


    Mais euhhhhh, comment t'as deviné ??? Oui, je vais tenter de l'adapter en mod. Enfin... Il me faudra de l'aide, car je ne connais pas assez (du tout ?) ce qui forme et comment creer un mod, je lançerai donc un appel à "modeur" fin Mai/début Juin, pour creer un mod "Anna".
    Au programme, du sang, des assassinats, des trucs, des bidules, et pleins de machins !
    Tout ça, evidemment, si je trouve quelqu'un qui veuille m'aider.
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  5. #5
    Date d'inscription
    avril 2005
    Localisation
    En banlieue :D
    Messages 
    344
    Intuition féminine (Mais euhhh, comment t'as deviné ???). Moi je veux bien t'aider

    Ca ne va pas être de la tarte, surtout au niveau des dialogues. Il y a des choses à revoir. Rien que pour ca j'ai envie de t'aider, j'ai un très bon niveau en français.

    Si tu as envie bien sur ...
    Une bibliothèque est un hôpital pour l'esprit. Inscription dans l'ancienne bibliothèque d'Alexandrie.

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251