Affichage des résultats 1 à 16 sur 16

Discussion: Chapitre 12

  1. #1
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages
    847
    Chapitre 12

    -Vite ! Les archers sur les remparts ! Les hommes à pieds à la porte ! On va les attendre la ! Qu’un cavalier parte prévenir le Roi !
    L’armée de Nalfron s’approcha, les cavaliers en tête, suivis des fantassins et des archers. Des hommes amenaient des catapultes. Le bombardement maritime s’intensifiait, et l’armée Morgrienne devait être scindée en deux. Le Roi chevauchait en tête des cavaliers, puis, s’arrêtant à une distance respectable, il laissa passer ses hommes.
    -Allez-y ! Protégez-vous des flèches et retenez les portes !
    Le souffle créé par le galop des centaines de cavaliers faillit faire chuter Nalfron. Les archers de Morgra armèrent leurs arcs ou leurs arbalètes, et se mirent en position. Une première volée de projectiles partit et surprit les Bametiens ; une grande partie de la première ligne de cavalerie tomba. Les archers rebandèrent leurs armes et se préparèrent.
    -Allez-y !
    La deuxième salve fut moins dévastatrice, ceux armés de boucliers purent se protéger en parti. Derrière la porte, on trépignait. Le soleil se trouvait derrière les massifs battants ; la moitié de la troupe était dans l’ombre. Certains finissaient d’enfiler leur armure, d’autres récitaient une prière, mais tout le monde suait à grosses gouttes.
    -Non… On va tous mourir…
    C’était un soldat de la première ligne, juste en face de la porte, qui parlait, qui chuchotait, mais peu à peu, comme pour s’adresser aux autres, sa voix s’éclaircit.
    -Ils sont combien derrière ? Et nous ? On est cent, cent dix ?
    Il regarda les archers postés sur les murs.
    -Et vous croyez qu’ils vont pouvoir faire quelque chose ? Dit-il en les désignant. Non… On va tous mourir… Tous…
    Il reçut une grande tape au dessus de la nuque qui le fit tomber ; c’était son voisin de droite.
    -Tais-toi, Barform ! On va gagner ! Pas la peine d’être aussi désespéré ! On peut et on va gagner ! C’est pas vrai les gars ?
    Il se retourna et leva son arme, en un immense cri de courage.
    -Ils arrivent ! Ouvrez les portes !
    Les hommes postés à coté du mur empoignèrent les énormes anneaux et tirèrent. Les portes s’ouvrirent, et un cavalier était déjà la. Il se pencha sur la droite et décapita le soldat retourné. Alors que sa tête roulait, Barform, toujours au sol, tourna la tête vers le corps de son compagnon.
    -Tu vois Parlorm, on va pas gagner…
    Cinq chevaux le piétinèrent peu après.
    La charge de la cavalerie déstabilisa les premiers rangs, mais ils purent les contenir aux portes. Un cri du haut des remparts figea les soldats.
    -Les Invincibles ! Les Hommes d’Acier ! Les Barbares ! Les Sanglants ! Les…Les… Ils arrivent !
    Quinze légions se dirigeaient vers la ville, quinze étendards aux noms éloquents, quinze cohortes à la frémissante réputation. Ils se lancèrent vers Morgra en un seul cri.
    -Craignez les hommes de Bametie !
    La bataille ne commença vraiment lorsque les fantassins se jetèrent dans la ville. Une nuée interminable se faisait sous les remparts. Certains archers sur les remparts n’hésitèrent pas à sauter dans la mêlée en tirant leur épée.
    Le sang remplaça rapidement les dalles, les épées restèrent parfois plantées dans les gorges, les estomacs, les cœurs. La situation était devenue désespérante. La plupart des soldats essayaient de se réfugier dans les boutiques, les maisons qui entouraient la place où ils se battaient.
    -Voilà Arémor ! Voilà Le Gladiateur ! Arémor Double-Lame !
    Un élan d’espoir stoppait les fuyards, endurcissaient les combattants : un homme d’un cinquantaine d’années se tenait sur le pas d’une maison, de taille un peu plus grande que la moyenne, il était cependant bien plus imposant, des cheveux gris, blanchâtres par endroit, lui arrivaient jusqu’aux épaules, du cuir souple le recouvrait. Lames vers le sol, deux épées se trouvaient entre ses mains. Il avait la tête baissée, une tête couverte de cicatrices, en un demi-sourire, il dit doucement, alors que la bataille s’arrêtait, qu’un grand espace se faisait autour de lui, et que les soldats tournaient la tête en sa direction :
    -Qui a osé me déranger pendant ma sieste ?
    -C’est nous, vieillard, dit un cavalier Bametien qui s’engagea dans l’arène qui venait de se créer par les combattants. C’est nous, les Bametiens, désolé de te troubler dans ton sommeil, l’ancien.
    -Comment t’appelles-tu ?
    -Kemaros.
    -Bien, Kemaros, bien… Ne t’inquiètes pas, tu ne gênes absolument pas, j’avais besoin d’exercice…
    -Je connais ta renommée, vieillard, ton passé d’esclave et de gladiateur dans les arènes, puis ton affranchissement. Tu ne m’impressionnes pas, c’est loin tout ça, tu es rouillé, tout juste bon à ne pas te couper avec un couteau.
    -Ils sont longs, mes couteaux, tu ne trouves pas ?
    Il releva légèrement ses deux lames.
    -Assez, vieillard sénile, nous avons une ville à prendre, je vais te faire taire, mais je ne retirerais aucune gloire d’avoir tuer un ennemi tel que toi.
    -Tu parles trop, petit, approche.
    Il donna un coup d’éperon à la monture. Arémor resta dans sa position initial, avec le même sourire. Le cavalier s’approcha, brandissant son épée.
    Le vieillard esquiva en un bond sur le coté en tenant une lame en travers de la course de la monture. Keramos abattit son épée bien trop tard, et chuta lorsque son cheval eût les jambes avants tranchés par les épées d’Arémor. Il fut projeté sur le mur de l’habitation, puis s’effondra sur le sol. Alors qu’il essayait de se relever, deux lames le traversèrent ; une dans un poumon et l’autre dans l’estomac. Deux fantassins s’approchaient alors qu’Arémor enlevait ses armes du cadavre. Une fois qu’ils furent assez proches, le premier lança son épée en avant, le vieil homme esquiva, attrapa l’homme à la gorge, plaçant son arme, s’en servant comme bouclier humain.
    -Tu crois m’attendrir, vieillard ? Dit l’autre Bametien en un sourire mauvais.
    L’otage baissa les yeux pour regarder son camarade, et secoua la tête.
    -Non ! Fais pas ça ! Je t’en prie ! Fais p…
    Son épée s’enfonça dans la chair de son compatriote et en ressortit de l’autre coté. Arémor eut juste le temps de faire un saut arrière pour éviter la pointe de la lame. Il lâcha le corps dont les yeux fixaient l’autre fantassin.
    -Tu crois me faire peur, pauvre imbécile ! Avec tes épées et deux abrutis à ton tableau de chasse.
    Il attaqua directement, Le Gladiateur, en un petit pas sur le coté, esquiva l’arme. L’opération se répéta plusieurs fois.
    -J’ai compris ta technique, vieillard. Tu évites les armes et tu contre-attaques, mais tu finiras par t’essouffler, et la, je t’aurais !
    -Et j’ai compris la tienne. Tu attaques de front, sans finesse, sans précision.
    Le fantassin retenta une nouvelle attaque, et Arémor, au lieu d’esquiver, para l’arme avec sa lame gauche, la faisant lever en l’air, la trancha avec la même épée, se retourna et enfonça ses deux lames dans les flancs du fantassin tenant son moignon. Il s’écroula progressivement sur le dos du vieillard. Il se releva et le laissa tomber.
    -Reprenez le combat, vous autres ! Clama-t-il soudainement. Libérez l’Imolie de ces crétins !
    La bataille reprit, avec un élan de renouveau pour les Imoliens et un peu de désespoir pour leurs adversaires.
    Le ciel s’obscurcit, de fines gouttelettes vinrent faire plisser les yeux des combattants, entrant dans les armures et irritant encore plus le moral des hommes. Un éclair zébra le ciel et vint frapper un soldat.
    -Les mages !
    A quelques distances de la cité se tenaient des magiciens, enveloppés dans des habits rouges à capuches, formant un cercle, les bras tendus, les levant et les rabaissant, et récitant une longue incantation.
    -Esti minora palarédéné i vapora méidus badora élora…
    Ainsi continuèrent les paroles. L’orage n’était pas naturel, de grands éclairs s’abattirent sur le champ de bataille, foudroyant les hommes et brûlant les bateaux.
    Ceux-ci se battaient toujours. Les soldats Imoliens étaient montés sur leurs embarcations. Ils n’osèrent avancer ; trois bateaux d’explosion se préparaient à une contre-attaque si jamais les défenseurs attaquaient. Une grande partie du port était maintenant détruit.
    -Des vaisseaux de débarquement !
    Deux grands bateaux se dirigeaient vers les quais. Sur leurs ponts : des soldats, immobiles, comme des statues.
    -Vite ! Tuez en un maximum, ou nous serons débordés !
    Une volée de flèches partit, et en arrivant vers l’autre bateau, elle passa au travers des hommes, les laissant tout aussi droit.
    -Recommencez ! Il faut au moins en couler un !
    D’autres flèches suivirent, et, arrivant à leur cible, un cri de douleur s’échappa du pont, mais les soldats ne bougèrent pas. Petit à petit, ils semblaient devenir flous, éthérés, puis ils disparurent complètement, laissant apparaître un homme au milieu du pont un homme couché, un flèche dans le ventre.
    -Ce ne sont que des illusions ! Ne vous en occupez pas !




    La journée était chaude, mais elles se dirigeaient vers un gros nuage, visiblement orageux. La forêt marécageuse était quelque peu oppressante, il fallait savoir précisément où aller si on ne voulait se perdre. Les arbres étaient silencieux, tout comme Anna, qui avançait devant son amie, et comme d’habitude, ce fut Ophale qui brisa le silence.
    -Pourquoi as-tu continué en tant qu’assassin ?
    Anna ne répondit pas, elle continua sa route quelques temps.
    -Anna ?
    -Pourquoi aurais-je changé de voie ?
    -Tu aurais pu ne pas aimer ce que te faisais faire Nmag…
    -J’aurais pu… Pourquoi ne l’ai-je pas fait ?
    Elle semblait vouloir trouver cette réponse, levant la tête et fermant les yeux, comme si le vent passant sur son visage lui donnerait la réponse.
    -Qu’aimes-tu dans tout ça ?
    -Tu t’attends sûrement à ce que je te réponde que j’aime le sang, la mort, le meurtre, pour pouvoir me faire une leçon de moral sur la beauté de la vie, qu’il faut se battre et aimer son prochain, suivre la loi et la vertu. Je vais te décevoir, ce que j’aime, c’est la supériorité sur quelqu’un, savoir que l’on a le destin d’une personne entre ses mains, choisir entre sa vie et sa mort.
    Elle se retourna vers Ophale, et ses yeux étaient terrifiants.
    -Etre aussi puissante qu’un Dieu.
    Elle continua son chemin, et après quelques secondes, elle ajouta avant d’éclater de rire :
    -Je suis la Maîtresse de la Mort, et ni toi ni personne ne peut m’entraver.
    Le rire d’Anna retentit dans toute la forêt, et glaça d’effroi son amie.
    -Etait-elle comme ça au début, murmura Ophale, était-elle comme ça quand je l’ai connu ? Sans doute… Sans doute n’ai-je rien vu, ou pas voulu voir… Son passé et son éducation l’ont-ils conduits à faire ça, ou bien est-ce ma faute ?
    Il y eut un flottement, et elles dirent à l’unisson, l’une en murmurant, l’autre bien clairement et sans se retourner.
    -Les deux…





    Sur la place de la ville, Arémor se battait toujours. Il souriait, tuait, sautait, esquivait, mais il garda son sourire.
    -Des pantins ! Vous n’êtes que des pantins !
    Le Gladiateur était sorti de sa retraite, Arémor Double-Lame était de nouveau la, et il défendait son pays.
    -Vingt-cinq !
    Il s’accroupit et planta ses deux épées dans la poitrine d’un soldat.
    -Vingt-six !
    Les éclairs tombant faisaient autant de victimes dans les deux camps. En un grondement sourd, on entendit au niveau de la porte :
    -Nalfron au combat ! Rivor est avec nous !
    Sur son cheval noir protégé de plaques de métal, le Roi entra soudain dans la ville en dégageant son chemin par quelques coups d’épées. L’arène qui s’était formée à l’arrivée d’Arémor se reproduisit, et la bataille continua. Nalfron tenta de calmer la monture devant tant d’agitation, tout en fixant son adversaire.
    -Alors, c’est vous, le marionnettiste ? Dit finalement Arémor.
    -Il semble que oui...
    Ils sourirent, mais on ne voyait que celui d’Arémor, celui de Nalfron étant caché par son casque.
    -Nos troupes s’entretuent, il va falloir nous combattre, ne serait-ce que pour donner l’exemple…
    -Tout à fait d’accord, mes lames n’ont pas touchés du sang royal depuis longtemps…
    La charge fut donnée par Nalfron, épée en avant. Arémor utilisa la même tactique lors du combat contre le premier cavalier, mais les lames ricochèrent sur les plaques métalliques des jambes du cheval. Nalfron abaissa son épée en direction du visage d’Arémor, celui-ci croisa ses lames et bloqua l’attaque, il restèrent quelques instants à forcer l’un l’autre sur leurs armes, puis ils reculèrent en un cliquetis aigu. Ce son se répéta plusieurs fois, la bataille environnant accentuait encore le brouhaha. Les épées coupaient les membres, les lances s’enfonçaient dans les mailles, les masses écrasaient les crânes, les flèches perforaient les poumons, mais tout ceci s’arrêta quand un homme fut touché, une goutte de sang tomba, et on tourna la tête vers Arémor.
    -Tu as connu ça, dans tes arènes ?
    Nalfron plaça sa lame sous la gorge d’Arémor, qui avait lâché son arme gauche et se tenait le bras.
    -Oui, sauf que la personne qui tenait la lame était à pied, j’ai d’ailleurs repris le contrôle de l’épée en un coup de pied dans les parties sensibles…
    -Poétique, je ferais marquer ça sur ta tombe…
    Il recula un peu la lame, et la rabattit. La tête quitta son support, qui s’écroula misérablement. Arémor Double-Lame, Le Gladiateur, venait de finir sa carrière.
    Nalfron cabra son cheval, et brandit son épée encore tachée du sang, et alors que la bataille reprit et qu’un éclair déchira le ciel, il entama un chant.

    Fuis, soldat ! Fuis, citoyen !
    Car Rivor est parmi les tiens !
    Ton courage est futile
    Et ta bravoure inutile.

    Vois ! Notre armée étincelante ;
    Nos cavaliers puissants ;
    Nos archers vaillants ;
    Notre patrie vous hante !

    Vous nous supplierez de vous achever,
    Mais notre Dieu est sans pitié !
    Que votre sang tâche nos armes,
    Et que votre corps se vide de larmes.

    Tuons femmes et enfants,
    Détruisons fermes et champs,
    Massacrons, brûlons, pillons,
    Tout faire pour que nous vous maîtrisions.

    L’Histoire se souviendra de nous,
    La gloire et les richesses seront pour nous,
    Vos villes et vos patries iront à nous,
    Mais la Mort ouvrira ses bras pour vous !

    Rivor !

    Les soldats reprirent tous ensemble plusieurs fois.
    La bataille venait de se terminer, on égorgeait les survivants au sol, on tuait par flèches et carreaux les fuyards, on arrêtait tout incantation et on comptait les morts. Après une bonne demi-heure, on pu enfin établir le compte des deux camps.
    -Sire, nous avons fini d’établir le compte des pertes.
    Le Roi finissait de discuter avec un de ses subordonnés, et se retourna.
    -Nous avons perdu deux vaisseaux, trois frégates, tous les bateaux d’explosion, et un bateau de feu. En perte humaine, il y a cent quarante-huit fantassins, cinquante-quatre archers, quatre-vingt six cavaliers et cinq mages à pleurer. Ces pertes sont encore à vérifier, mais elles sont bien plus nombreuses que prévu.
    Nalfron fixait le sol, le poing sur les lèvres, et écoutait parler son interlocuteur. Puis, il redressa la tête, s’éloigna lentement.
    -La victoire vaut bien le sang qu’elle coûte.
    Il poursuivit un peu son chemin, jusqu’à voir, à la lisière de la forêt, deux cavalières surgirent d’entre les arbres.
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  2. #2
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    16 019
    Ouaaaah, cool, comme bataille ! ça vaut bien celle du gouffre de Helm dans le SdA !! rien à redire ! :hein:
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  3. #3
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Wien, Österreich
    Messages
    933
    Oui ,ça c'est bien comme truc !
    Comme disait Fossoyeur ,vraiment rien à redire !
    "I saw you hit your own chin and you're wondering why
    fat cops make bigger targets
    so don't forget:
    these things that you see just ain't right" Radar Bros - Happy spirits

  4. #4
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages
    847
    Merci beaucoup à vous deux, j'aurais juste à vous demander des approfondissements sur votre "rien à redire"... Que pensez-vous du dialogue Anna/Ophale, de ce qui en ressort, etc... ? Et tout ce qui vous passe par la tête au sujet de la bataille (des éléments pourraient servir à un prochain chapitre...) ?

    Merci encore.
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  5. #5
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Wien, Österreich
    Messages
    933
    Non ,le dialogue était très bon ,pour moi ,de la à donner des conseils je suis assez mal placé :
    - c'est d'abord ton récit et ton inspiration ,je n'aime pas trop interférer
    - pour moi ,pour mon cas,l'inspiration ,c'est un peu comme les clignotants ( y'en a - y'en a pas ) ,bref ,assez aléatoire
    - l'histoire est vraiment bien racontée ,interressante et sans faute de syntaxe et d'orthographe ( peut etre un des seuls points où j'aurais pu t'être d'un quelconque secours :happy: ,mais ici ,visiblement ,je ne remarque rien sur ce plan de choquant )

    Donc ,là tu me poses une petite colle avec tes questions ( méchant ,va ! )
    "I saw you hit your own chin and you're wondering why
    fat cops make bigger targets
    so don't forget:
    these things that you see just ain't right" Radar Bros - Happy spirits

  6. #6
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages
    847
    D'accord, d'accord, mais je demandais ce que vous en pensiez.
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  7. #7
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Wien, Österreich
    Messages
    933
    Je que j'en pense ,c'est que c'est vachement bien ,mais ça je l'ai dit ( ça va tourner en rond comme discussion ! ) !
    Plus sérieusement ,le récit de la batailles et des combats est très bien fait .
    Le dialogue ,idem ,mais mais moi personnellement j'en attends la suite et/ou ses conséquences ( futures actions d'Anna ,ses décisions ,tout ça quoi ) .

    Donc ,voilà ,petit éclaircissement .
    "I saw you hit your own chin and you're wondering why
    fat cops make bigger targets
    so don't forget:
    these things that you see just ain't right" Radar Bros - Happy spirits

  8. #8
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    16 019
    Ce qui ressort du dialogue, en fait, pour moi, c'est qu'on a vraiment l'impression (pour ne pas dire la certitude) qu'Ophale aime beaucoup Anna (voire plus si affinités ...). Et aussi, qu'Anna est assez vicieuse (dans le sens strict du terme, hein !), pervertie par son "boulot" et les situations qu'elle a vécue à cause de lui...

    Quant à la bataille... ben, je sais pas quoi dire, moi ! Peut-être un brin de description supplémentaire, en-dehors des détails sur la bataille même, chaipas, pour mieux situer le lieu de l'action...

    Sinon, je suis comme Tanner, je me vois mal te critiquer, alors que tu à plein de points à me rendre... cfr la bio de mon perso !
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  9. #9
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages
    847
    Ah ! Excellent ! C'est exactement ce genre de remarques que je veux !

    Le dialogue ,idem ,mais mais moi personnellement j'en attends la suite et/ou ses conséquences ( futures actions d'Anna ,ses décisions ,tout ça quoi* ) .
    Car les dialogues sont trop mous ou parce que tu préfères l'action ?

    qu'Ophale aime beaucoup Anna (voire plus si affinités* ...).
    L'idée me fut proposée, je comptais l'adopter, mais maintenant que j'y pense, rien ne tournera autour... Il y aura, evidemment, des bribes de cette proposition, la personnalité d'Ophale sera renforcé, mais l'idée entière ne sera pas retranscite.

    Peut-être un brin de description supplémentaire, en-dehors des détails sur la bataille même, chaipas, pour mieux situer le lieu de l'action...
    Les descriptions, si je n'avais qu'un seul point faible, ça serait bien celui-la...
    Je reste inconsciemment dans l'optique qu'en m'imaginant une scène et en la décrivant quelque peu, le lecteur la voit telle que je la visualise. Il m'est extrêmement difficile de sortir de cette optique, mais j'essaierais.

    je me vois mal te critiquer, alors que tu à plein de points à me rendre... cfr la bio de mon perso !
    Détrompe-toi ! On apprend toutjours de quelqu'un de différent. Je peux même te fournir un exemple : un ami (Couronnien) m'a beaucoup aidé pour la Trancheuse, et hier, il me demande si je peux donner mon avis sur un prologue qu'il vient d'écrire. C'est un échange d'idées et d'avis, ça ne peut être que profitable.

    Merci encore !
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  10. #10
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Wien, Österreich
    Messages
    933
    Car les dialogues sont trop mous ou parce que tu préfères l'action ?
    Dialogues ET action ne sont pas séparables pour un bon récit
    Non ,je dialogue est très bien ,et justement ,il laisse beaucoup de possibilités ouvertes, et c'est pour ça que j'attends la suite
    "I saw you hit your own chin and you're wondering why
    fat cops make bigger targets
    so don't forget:
    these things that you see just ain't right" Radar Bros - Happy spirits

  11. #11
    Boddah Invités
    wouahhhh la suite la suite!!!

    ahh les lecteurs passionnés sont exigeants et chiants... :notme:

    Vraiment splendide la bataille et les petits clins d'oeils à SdA sont bien rendus, domage que arémor ne survit pas, c'était une sorte de lueur d'espoir sans doute pour ça qu'il creve, pour faire croire qu'il ya plus aucun espoir jusqu'à la derniere ligne où là le suspence est à son apogé,
    ces deux cavalieres sont t-elles anna et ophale?!Que vont t-elles faire à leur arrivée?!
    autant de questions sans réponses, vivement la suite!!!
    tu as un nouveau lecteur qui t'aime!!! :love: :happy:

  12. #12
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages
    847
    C'est gentil ! Merci beaucoup !
    Mais quelles sont les références aux SdA ? :heu:
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  13. #13
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Il doit sans doute parler du gouffre de Helm...
    La suite dans combien de temps ??? :love:
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  14. #14
    Boddah Invités
    Je parle quand Anémor compte les gars qu'il tue, me dit pas que tu l'as fait sans faire exprès?!! :8: :happy:

    ouais elle vient quand la suite, mon auteur préféré... :love: :timide: :notme2:

    En tout cas franchement, ce que tu écris c'est vraiment passionnant, ton style est très pointu, et ton sens pour le suspence est vraiment frustant pour le lecteur...j'en perd toute ma tête :..: (je l'avais déjà perdu mais bon... :notme2: )

  15. #15
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages
    847
    Effarant ! :8: Vous êtes sincère ou c'est de la courtoisie ? (Comprenez : je me découvre des fans, ça fait un choc !)

    Sinon, pour le rapport avec Gimli, je dois dire que ce n'est pas à lui que j'ai pensé en écrivant cela, mais merci de me le dire... (Moi ? Borné au JdR/SdA ? Pensez-vous...)

    Sinon, pour la suite... Alors la... Nous sommes à l'un des tournants de l'histoire, j'ai aussi les cours à suivre (enfin, à rattraper, elle m'ont lâchée depuis longtemps...), mais promis, je fais aussi vite que possible.

    PS Tock : Tu peux m'expliquer (ici ou par MP) ce qui rend mon écrit si "bon" ? :heu: Merci d'avance.
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  16. #16
    Boddah Invités
    Bien sur je veux bien, mais je suis pas tout le monde!!

    Je trouve que tu as un style qui accroche, j'ai commencé à lire le premier chapitre même si c'était juste une ébauche, je l'ai trouvé vraiment fascinant, par l'entrée direct dans l'action et le mystere qui tourne autour, j'avais envie de continuer et j'ai avalé tes 12chapitres, avec dans tous ses chapitres la même façon de faire, garder toujours le suspence tout en donnant des informations. Je suis d'accord avec certaines critiques qui ont été faite sur ton récit mais franchement, je pense que ton atout c'est de réussir à faire court tout en donnant l'essentiel(c'est juste mon avis car apparement d'autres personnes trouvent que tu devrais enrichir...)

    Le perso principale, Anna, je trouve quelle a un caractère vraiment spécial, un caractère que j'affectionne particulierement, elle avait apparement une enfance assez heureuse mais comme si son destin était déjà tracé(elle combattait avec des bouts de bois les enfants, jusqu'à faire son premier meutre, et d'autres suivirent très rapidement...)!!

    Puis ta bataille, elle est vraiment bien construite, je comprend que c'est ton chapitre pilier, il ya vraiment un relâchement dans ton écriture, tout coule, sa glisse tout seul!! :happy:

    Je sais pas si je t'aide car je suis pas comme Egrevyn ou Grenouille Bleue, j'ai pas leur expérience dans la langue ect...J'aime ce que tu fais et je suis pas le seul apparement alors ne doute pas de ton écriture, j'aimerais écrire avec tellement de rigueur et de savoir faire...Alors continu ton histoire, elle est génial mais ne gâche pas ta vie social pour autant, trouve le temps, on va pas te presser!!


Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256