Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: Chapitre 11

  1. #1
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages
    847
    (Eh eh, vous y avez cru, bande de sadiques... Bah vous attendrez, pas de combats sanglants pour aujourd'hui )

    Chapitre 11

    Elles s’étaient remises en route, sans laisser de traces de leur passage, sauf des braises fumantes à un endroit. Heureusement, Ophale avait emmené un cheval avec elle. « Ca aussi, je l’ai volé ! » Avait-elle dit en riant. C’est drôle, Ophale semblait plus proche et plus ouverte depuis qu’elles avaient quittées Halgrat. Anna sourit, mais elle reprit presque immédiatement son visage habituel.
    -Où aller, maintenant ? Murmura-t-elle.
    Voilà quatre jours qu’Anna était en forêt, Ophale, peut-être plus, peut-être moins. Au Nord, elles trouveraient la mer Veronienne, et Patromina, s’embarquer pour aller en Namibe n’était pas son idée première, et de toute façon, aller dans une ville sous contrôle Bametienne était une mauvaise idée ; elle semblait rechercher. Vers l’Ouest, il y avait d’abord la ligne de camps orques et gobelins, puis Camofe, le pays des artisans. Rien d’intéressant. Au Sud et à l’Est s’étendait la Bametie. Non, elle ne savait pas où aller, ni où emmener son amie. La convaincre de retourner à Halgrat semblait impossible, et puis, maintenant, il aurait fallu affronter Karon et son code de conduite.
    -Parle moi de toi.
    Elle fut tirée de ses pensées par Ophale.
    -Pardon ?
    -Tu ne m’as jamais vraiment parlé de toi, j’aimerais bien connaître un peu ton passé.
    -J’étais une jeune fille comme une autre, jusqu’au jour où mes parents se sont faits tués par des agents d’une guilde de voleur, j’ai décidé de devenir assassin pour pouvoir les retrouver et me venger.
    -Bien, maintenant, si tu me donnais ta véritable histoire ?
    Elles sourirent toutes les deux.
    -Et bien… Je suis née à Vatrone, la capitale de Camofe, du moins, c’est ce que m’ont toujours raconté mes parents. Oui, je suis bien tombé, j’ai eu de bons parents, un père non alcoolique, ne battant pas ma mère, qui était forgeron. Ma mère m’élevait chez nous, j’étais fille unique. Je me rappelle de notre maison, elle n’était pas très grande, collée à une autre, c’est la qu’habitaient les meilleurs amis de mon père, la maison était en pierres blanches et grises, et des fleurs pendaient des balcons, la maison était assez sombre à l’intérieur, et je m’amusais souvent à me cacher derrière les meubles, ma mère me cherchait partout. Je sortais en coup de vent, aller à la forge où travaillait mon père. Il me laissait prendre des armes, et m’amuser avec. Des dagues, au départ, des poignards et épées courtes, puis, il m’a laissé prendre une épée, et même la plus grosse lame de la forge ; « L’Intenable » qu’il l’appelait. C’était vrai, elle était tellement lourde que personne ne pouvait la tenir. Il l’a gardait en ornement. C’est ici que j’ai découvert la finesse des katanas, la lame un peu recourbée, la bonne prise en main, j’ai vraiment aimé ces armes. Parfois, j’allais aussi m’amuser avec les gamins, sur la place de la ville.
    -Ils t’acceptaient ?
    -Plus ou moins, les garçons qui ne voulaient pas de moi devaient m’affronter avec un bout de bois. Les parents de ces gamins venaient souvent voir ma mère pour se plaindre de bleus, de coupures. Ah, les hommes… Ils passent pour des durs, mais au fond…
    -Et comment es-tu arrivé ici ?
    -Il fallait que ça arrive un jour, pendant un combat banal pour savoir si je pouvais rester, j’ai dérapé, et j’ai transpercé la poitrine d’un des gamins… Faut dire, il avait une telle garde que même avec une main dans le dos et un pied attaché, j’aurais pu le battre. A 13 ans, je venais de faire mon premier mort.
    Elle ria, ce qui surprit Ophale.
    -Les autres mômes reculèrent, pris d’effroi, avec de grands yeux écarquillés, alors que l’autre chutait en arrière, un bout de bois dans le cœur, et moi, entraînée à l’autre bout. Je me rattrapa avec le pied, et le bâton s’enleva. Je le fixai un instant, le sang continuait sa course, et arriva à ma main. Cette rougeur… Fascinante… Presque noire, ou pouvant être très claire… Stupéfiante… Je regardai alors le gamin au sol, une expression d’étonnement sur son visage, de terreur dans ses yeux, de crispation sur son corps. Les autres enfants s’enfuirent tout à coup, et me tirèrent de mes pensées. Deux gardes firent irruption dans la ruelle où nous étions, et, à la vue du sang sur le sol, sur le cadavre et sur mes vêtements, ils pointèrent leur lance et s’approchèrent. J’ai fui, partant vers la maison, j’entendais leurs cottes de mailles bougées dans tous les sens au rythme de la course, leurs « Arrête, petite ! Arrête ! » et leurs jurons. Je suis revenu chez moi et je me suis réfugié dans ma chambre, ma mère m’a vu passer, puis s’est retournée brusquement en entendant les gardes frappés et criés. Elle a ouvert, et ils ont demandés où je me trouvais. Ils sont entrés dans ma chambre et m’ont trouvés, blottie dans un coin de la pièce. Un des hommes m’a attrapée et soulevée par le col et m’a poussé vers la sortie, l’autre expliquait à ma mère ce qui c’était passer et ce qui allait m’arriver.
    « …Trouvé avec un bâton dans la main, devant le cadavre d’un enfant. Regardez, ces habits sont pleins de sang. On va l’emmener à la prison. »
    Ma mère a accourue vers moi, en pleurs. Elle me serra dans ses bras, puis les gardes m’emmenèrent dehors. Jamais plus je ne devais revoir la maison.
    Elle fit un pause, comme pour laisser à Ophale le temps de d’absorber ses paroles. Cela ne semblait pas la gênée de raconter son enfance, elle semblait même… amusée.
    -Par chance, pour se rendre à la prison, nous sommes passés devant la forge de mon père. J’ai crié pour que mon père sorte. Il l’a fait, et s’est immédiatement approché pour demander ce qu’il se passait aux gardes.
    « Qu’est ce qu’elle a fait ? »
    « Vous êtes son père ? »
    « Oui, qu’a-t-elle fait ? »
    « On l’a trouvée dans une ruelle, avec un bâton en sang, devant un cadavre d’un jeune garçon »
    Il m’a regardé, avec un visage sans expression.
    « Où l’emmenez-vous ? »
    « En geôle »
    Il a sourit.
    « Il avait une bonne garde ? »
    Je lui ai rendu son sourire.
    « Aussi bonne que toi »
    Il s’est mit à rire, ce qui a sans doute vexé les gardes. Puis, il m’a fixé.
    « Adieu, Anna »
    « Au revoir, papa »
    J’ai donné un coup de coude dans le ventre du garde qui se trouvait derrière moi, il se plia de douleur, mon père étala le second avec un grand coup de poing. Je suis parti en courant vers la forge. Le combat entre mon père et les gardes se poursuivait, je suis entrée, j’ai attrapée un katana qui se trouvait sur une étagère, et je suis repartie.
    Elle extirpa son arme et la contempla, comme si elle le découvrait pour la première fois.
    -D’ailleurs, je ne m’en suis jamais séparé.
    -Qu’est-il arrivé à ton père ?
    -Je ne sais pas. Ils l’ont peut-être pendu, pour aide à ma fuite et violence sur des gardes, ou alors, il est resté en prison, tout ce que je sais, c’est qu’il l’a fait de son plein gré, et je ne pense pas qu’il regrette.
    -Et comment es-tu arrivé ici ?
    -Je me suis enfuie de la ville, en volant à l’étalage quelques provisions, rien de bien gros… Il fallait ensuite passer les portes, où 2 gardes étaient postés, en plus des différents magasins sur la rue. Je me suis avancée, et j’ai demandée à quitter la ville, sous prétexte d’aller voir un parent qui se trouvait hors de la ville, ils m’ont négligemment laissé passer. Je suis rapidement sortie, heureuse que leurs collègues n’aient pas donnés l’alerte.
    « Eh, la fille la. C’est pas celle que Gebr et Camos cherchaient ? »
    Un des deux prit un rouleau de papier, le déplia, le parcourut des yeux et le lâcha en s’élançant à ma poursuite. L’autre a suivi. Nous avons couru comme ça quelques minutes, j’attendais que le poids de leur armure les fatigue, puis, je me suis arrêté, une fois que l’un d’eux était assez près, en tenant mon katana en poignard et en le plaçant sous mon bras, il a continuer sa course et est venu s’empaler. L’autre arrivant, j’ai enlevé l’arme du premier garde qui s’écroulait et me suit mise en position. Il avait une épée, et il savait s’en servir. Je n’avais que peu d’expérience des véritables combats, et je dois ma victoire au fait qu’il ne voulait pas me tuer. Il aurait pu me décapiter, mais au dernier moment, il arrêta son bras, j’en ai profité pour lui faire subir le même sort que son collègue. Puis, je suis repartie. Quelques jours plus tard, en parcourant une route forestière, j’ai entendu des rires et une odeur de lapin grillé. Je suis entrée dans la forêt, et au bout d’un petit moment, je suis arrivée aux abords d’un petit camp, où était installés des hommes principalement habillés en couleurs sombres et un peu vertes, pour essayer de se camoufler. Je me suis approchée, insouciante, les rires ont aussitôt été arrêtés quand ils m’ont vus.
    « Vous pourriez me passer un peu de lapin ? J’ai faim… »
    Oui, ils m’en ont donnés, et quelques heures plus tard, tout le monde enlevait les traces de leur passage, un des hommes est venu me voir, et m’a dit :
    « Comment tu t’appelles ? »
    « Anna, et vous ? »
    « Moi c’est Nmag, ou Le Trancheur, comme on m’appelle, parfois. »
    « Et vous faites quoi ? »
    « Ecoute, je vois que tu as un excellent katana, on fait un petit combat ? Si tu arrives à me toucher, je répondrais à toutes tes questions, si je te bats, tu devras repartir, en promettant de ne rien dire à personne. »
    Il a sorti son arme, elle ressemblait presque à la mienne, la lame était un peu moins recourbée, et on a commencé. Il était doué, personne ne semblait nous voir et nous entendre, pourtant, j’ai reculée longtemps pour éviter et parer ses coups, j’ai attaquée, quelques fois, mais il a tout évité. A force de reculer, j’ai trébuchée sur un caillou, et je suis tombée, il a placé sa lame en face de ma gorge.
    « On dirait que tu as perdu. »
    Il a enlevé son arme, m’a donner la main pour me relever, je m’apprêtais à partir.
    « Eh ! Mais où vas-tu ? »
    « B… Vous m’aviez dis que si vous gagniez, je devais partir. »
    « Allez, viens »
    Ils étaient tous prêt, et je suis partie avec eux. J’ai appris en chemin que c’était des voleurs, qu’ils venaient de Bametie, d’Halgrat, précisément. En arrivant là-bas, ils m’ont gardés et m’ont entraînés pour devenir une assassin. Nmag était le plus sympathique de tous, il m’a tout enseigné, et pour lui rendre hommage, j’ai pris son surnom à sa mort. Puis quelques années plus tard, je t’ai rencontrée. La suite, tu l’as connais.
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  2. #2
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Pas mal, et on sait enfin qui est la "trancheuse".
    De la baston, de la baston
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  3. #3
    Graoumf Invités
    C'qu'elle est bavarde cette Anna !

  4. #4
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    16 019
    Cool, son histoire.. mais elle est sans remords ! impitoyable.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  5. #5
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Un peu partout sur les murs
    Messages
    1 298
    Toujours aussi bon , dans la digne lignée de la série , on en apprend enfin un peu plus sur l'héroîne , mais ses mystères sont si charmants
    Un beuah joue, un beuah boit mais un beuah ne dort jamais


  6. #6
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Ouais, c'est bien de dévoiler peu à peu la vie de notre chère trancheuse... Je vais me faire une partie BGII avec assassin...
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  7. #7
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages
    847
    @ Balrog :
    De la baston ! De la baston
    Ne t'inquiètes pas, tu en auras... :eye: (c'est d'ailleurs mon excuse de ma lenteur sur le prochain chapitre : je paufine pour que vous aimiez)
    Sinon, j'ai déjà jouer une Assassin (marrant, je l'avais appeller Anna :notme et j'ai vraiment beaucoup aimé ! (Conseil du jour Hors-sujet : Met en maximum la Furtivité, et prend un autre voleur pour les pièges/crochetage (Imoen ou Nalia iront très bien))

    @ Graoumpf :
    C'qu'elle est bavarde cette Anna !
    Au choix, tu préfères un chapitre d'une page ou d'au moins trois pages recherchées ? :eye:

    @ Fossoyeur
    Cool, son histoire.. mais elle est sans remords ! impitoyable.
    C'est ce que je disais à Link l'autre jour : tout vient de son éducation. Elle raconte sa vie une fois adulte et en étant assassin. Elle aurait été élévé autrement (ex : pas de rencontre avec les voleurs), elle n'aurait pas dis, des années plus tard :
    A 13 ans, je venais de faire mon premier mort.
    mais aurait plutôt dis : "Mon Dieu, qu'ai-je fait ? Je suis un monstre" etc...ec=tc...

    @ Link
    Toujours aussi bon , dans la digne lignée de la série , on en apprend enfin un peu plus sur l'héroîne , mais ses mystères sont si charmants*
    Y'a pas que les mystères, qui sont charmants, pour toi, hein...
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  8. #8
    Boddah Invités
    wouah même s'il ya pas eu de baston :snif: , ce moment est vraiment génial, on est au côté d'anna et on voit toute la scène... c'est vraiment époustouflant, tu as une imagination vraiment débordante!!

    Par contre, ça me laisse un peu perplexe, une gosse de treize ans qui est aussi débrouillarde et qui arrive quand même à tuer deux gardes...je dis pas que c'est pas cohérent puisque cette enfant n'est pas n'importe qui mais c'est assez frustrant je trouve...on aimerait tous avoir ce talent si jeune... :happy:

    bon il me reste un petit chapitre... :notme2:

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256