Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: Epique piquant la vedette

  1. #1
    Date d'inscription
    août 2009
    Localisation
    Rhônes-Alpes
    Messages 
    157

    Epique piquant la vedette

    Epique, c'est le mot qui finalement revient à mon esprit en jouant - et rejouant - à Icewind Dale. Même si la Valée des Ombres devient un poil lassante - mais voir Kresselack est une récompense en soi - je refais chaque fois le jeu avec le même sentiment de grandeur.

    Si dans Baldur's Gate l'aventure et l'importance du personnage que nous incarnons, avec l'aide des compagnons, est le souffle qui nous entraine, dans Icewind Dale c'est l'ampleur des décors qui me fait à chaque fois vibrer. Certes, la cité de Baldur's Gate est imposante en soit, mais La dent du Dragon, Profondorn, La Main Tranchée...

    J'ai à chaque fois vraiment le sentiment de mener une équipe dont les actes résonneront des siècles plus tard (même si, tristement, l'Histoire ne retiendra que le nom de Hrotgar). J'imagine très bien un barde, racontant un soir à une assemblée autour d'un feu, que ces aventuriers s'aventurèrent vers le haut de la montagne, et renversèrent les démons qui l'infestaient.

    Ca me fait penser un peu à Myst, dans l'idée : il n'y a que Kuldahar (ou Bois Isolé, mais ça revient un peu au même), et ensuite, il y nous six, et "les autres", antagonistes qui en deviennent presque des icônes. Et soudain, une chose merveilleuse : des géants, bâtissant un drakkar qui ira voguer sur une mer de lave. Une forteresse Elfe dévastée, où errent encore les esprits de ses occupants. Un père rendu fou, prisonnier du passé... (la voix de Larrel est par ailleurs vraiment impressionnante)

    Tout, dans ce jeu, exprime la démesure, des mouvements, des plans qui ont leur vie propre, leur but, des lieux aux Histoires passées, pesantes, sur lesquelles viennent se greffer de nouvelles histoires, ou personnes.

    L'on s'interroge sur le pourquoi d'endroits dont on ne sait rien ou si peu : comment une baleine serait-elle arrivée là où elle est ? (peut-être une référence à une baleine tombée du ciel ? ^ ^)

    On s'imagine un instant, à Nashkel, et on se dit "c'est tout petit, ici, il doit y avoir de plus Grandes Choses ailleurs". Et oui... là haut, sur l'Epine Dorsole du Monde...

    Je ne sais pas si je préfère Icewind Dale, mais... c'est celui qui me fait vibrer le plus, et fait que je reviens toujours plus vers lui que Baldur's Gate, finalement Qu'en est-il pour vous ? Fan ou non d'Icewind (mais on dirait que les fans de l'un le sont de l'autre )
    Dernière modification par Eawyne ; 02/09/2009 à 11h07.

    Murder is only an extraverted suicide

  2. #2
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 413

    Re : Epique piquant la vedette

    En dépit de l'existence d'un seul et même moteur de jeu, les deux jeux sont en effet, dans l'esprit, très différents. Comme tu l'as relevé, dans IWD, ce n'est pas l'histoire d'une personne, mais d'un groupe, et encore : moins l'histoire d'un groupe d'aventuriers que l'histoire collective du Val de Bise sur des millénaires (avant les Dix cités régnaient des royaumes elfique et nain, longtemps avant, un sorcier a ouvert un portail au milieu des barbares ; après notre aventure, d'autres menaces planeront...) Le groupe devient anonyme, écrasé qu'il est parce cette histoire qui le dépasse et qui garde la plupart de ses secrets (quels furent les affrontements passés de Belhifet et d'Yxunomei ?). Et il en va de même de beaucoup des PNJs : qui peut me citer, de tête, le nom du vieux prêtre de Tempus qui se sacrifie dans le combat final ?

    BG, en revanche, nous présente un monde beaucoup plus familier. Des paysages domestiqués par l'homme, des implantations à dominante humaine, un réseau cohérent de cités et de routes, de sociétés marchandes, de conflits d'intérêt... L'histoire mise en jeu par l'intrigue ne dépasse pas les dix huit ans de vie du PJ. L'univers perd de son étrangeté, au profit de l'histoire singulière du héros : c'est lui qui tranche sur la normalité, par son héritage et par son parcours. Et cela a des conséquences évidentes sur le scénario : tandis qu'IWD ressemble à un voyage (une succession de lieux mythiques où nous marchons sur la pointe des pieds...), BG narre un destin : des révélations, une progression, un parcours intérieur. L'effet de cohérence, de nécessité, est bien plus important dans ce dernier cas. Mais aussi, évidemment, l'effet d'identification du joueur au personnage.

    Fallait-il choisir entre le développement du contexte et celui du personnage ? Un petit coup d'œil vers le scénario de NWN2, où le personnage a sa part d'anormalité (le petit éclat de ... dans sa poitrine) et sa destinée propre, mais où il arpente tout de même des lieux mythiques (les ruines de Myth Drannor...) semble prouver que non. On pourrait trouver d'autres exemples (PsT...)

    J'ai le sentiment que les deux jeux (BG et IWD) ont été pensés quasiment ensemble, avec la volonté de bien les distinguer l"un de l'autre afin qu'ils ne se fassent pas - trop - concurrence (BG1: 1998, BG2: 2000, IWD1: 2000.) D'où le fait qu'ils en paraissent presque... complémentaires.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  3. #3
    Date d'inscription
    novembre 2008
    Localisation
    Courbevoie
    Messages 
    277

    Magicien Re : Epique piquant la vedette

    Qu'est ce que j'ai pu me faire des films dans ma tête en voyant mon groupe d'aventurier combattre une armée d'ennemis à la main Tranchée... Le Seigneur des Anneaux en live chez moi

    Mais d'un certain côté, je préfère Baldur par le fait que ses personnages ont l'air plus "vivant".Dans IWD nous ne sommes que des mercenaires, qui , en quête de fortune, sont partis défendre Targos (et bien plus que Targos finalement.) Même si j'ai bien aimé IWD, je préfère BG car le monde est plus peuplé et plus vivant.

    J'ai eu un petit moment d'émotion en voyant le Chapitre 6 du Tome 6 de Drizzt en Thaïlande: "La Porte de Baldur"

    PS: Dans Myst (que j'aime beaucoup aussi, coincé dans Riven x) ), on est vraiemnt seul, Alors que dans IWD on croisera ici et là une personne pour une quête ou se battre...

Discussions similaires

  1. [Thema] Le moment le plus épique ?
    Par Thot dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 12
    Dernier message: 01/02/2009, 22h24
  2. [JEU] Réduction de dommages épique
    Par Illustre inconnu dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 7
    Dernier message: 27/12/2005, 13h03

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257