Incroyable mais vrai, j'ai donc lu un manga ! Moi qui ai toujours dit que le style graphique japonais me rebutait...

La faute en incombe à mes vieux souvenirs de la série animée, que les trentenaires grisonnants et les quadragénaires croulants du forum connaissent sûrement très bien également. L'autre jour, je suis tombé sur ce sujet (Les Chevaliers du Zodiaque : la série abrégée) et j'ai commencé à regarder ces épisodes, puis je les ai re-regardé, et je me suis dit : "tiens, c'est vrai qu'il y a sûrement plein de différences entre le manga et l'anime, comme toujours avec les adaptations".

J'ai donc trouvé l'intégrale des Saint Seiya en occase (chapitres Sanctuaire, Poséidon et Hadès) et... ben, ça se lit bien. Certes, cela reste un manga destiné aux adolescents, certes, il y a des incohérences dans le scénario (je suppose que l'auteur ne comptait pas réaliser une œuvre aussi large lorsqu'il l'a débutée et il a dû "tricher" un peu), mais en retombant dans un univers connu et en retrouvant des personnages sympathiques dont je gardais un souvenir lointain, j'ai passé un bon moment !

Alors, pour ceux qui ne connaissent pas, de quoi ça parle ? On fait la connaissance d'apprentis chevaliers orphelins (ils ont une douzaine d'années) qui sont formés pour être les défenseurs de la déesse grecque Athéna, dont on dit qu'elle se réincarne tous les quelques siècles afin de combattre ses mythiques adversaires (Poséidon et Hadès dans le manga). Afin de déterminer si ces futurs chevaliers sont bien dignes d'être les protecteurs de la déesse, ils subissent un entraînement très dur et qui dure plusieurs années, au bout duquel ils reçoivent une armure de bronze (si elle veut bien d'elle, car c'est l'armure qui choisit son porteur). Chaque armure représente une constellation, on rencontre donc Pégase, Andromède, l'Ours, la Licorne...

Ces chevaliers de bronze, qui sont presque encore des enfants, étaient "détenus" (c'est vraiment ça, en fait ) chez Mitsumasa Kido, un riche japonais dont l'idée était d'organiser un tournoi entre les orphelins afin que le meilleur remporte l'armure d'or, mythique protection s'il en est. Mais entre le moment où Mitsumasa Kido imagine ce tournoi et celui où les chevaliers terminent leur apprentissage, il décède... sa petite-fille, Saori Kido, prend donc la relève et décide d'organiser elle-même ce tournoi. Il faut savoir que Saori était une enfant pourrie-gâtée qui se servait des orphelins comme d'esclaves (la scène où elle exige de Seiya qu'il fasse le cheval pour qu'elle puisse trotter sur lui est assez représentative ).

Bien entendu, le tournoi ne va pas tout à fait se dérouler comme prévu, et l'armure d'or, au lieu d'échoir au vainqueur, sera dérobée par un mystérieux chevalier...

L'ambiance globale est assez sombre, même s'il y a quelques moments plus poétiques. L'humour est quasiment absent, le sujet étant plutôt la lutte éternelle entre le Bien et le Mal.

Les chevaliers qui sont les plus détaillés sont bien entendu Seiya (en même temps, il bénéficie du titre rien que pour lui ) de Pégase, Shiryu du Dragon, Shun d'Andromède (mon préféré !), Hyoga du Cygne et Ikki du Phénix. Néanmoins, beaucoup d'autres personnages sont développés durant les livres...

Si j'ai globalement bien aimé la saga, je reproche un peu le côté fouillis des affrontements, et une certaine répétition dans les rencontres ("je vais te tuer, tu n'es qu'un misérable chevalier de bron... queuwa ? ta cosmo-énergie est plus grande que la mienne, je ne m'y attendais pas du tout !"). Mais je me suis attaché aux personnages et à l'univers, ce qui est bien le principal !

Le chapitre Sanctuaire est le plus connu, je l'ai bien aimé. La partie sur Poséidon est plus ennuyeuse, mais comme elle est assez courte, ça se passe finalement bien. Le chapitre Hadès est plus complexe (et très sinistre), j'ai bien accroché également.

Donc finalement, une très bonne surprise ! Avec tout ça, je cherche actuellement les DVD des anime de l'époque...