Transmetropolitan est une série de comics post-cyberpunk scénarisée par l'excellent Warren Ellis (connus pour ses nombreux comics sur les super-héros comme Black Summer ou No Hero), dessiné par Darick Robertson.

Ca c'était la présentation wikipédia.

Cet série de comics (aujourd'hui disponible en 6 volumes) nous relate les aventures de Spider Jerusalem, journaliste gonzo et supra athée de son état, dans La Ville qu'il déteste tant. La Ville étant une sorte d'allégorie à toute les grandes métropoles de notre monde.
Pour le speech de départ : Spidey est contraint de retourner dans La Ville après s'être exilé pendant 5 ans dans la montagne, car son ancien éditeur menace de le mettre en prison s'il n'honore pas son contrat : 2 livres à écrire.

Spider est une sorte de misanthrope drogué aux tendances auto-destructrices cherchant à dévoiler la vérité sur La Ville et sur le nouveau président machiavélique Callahan.
C'est une sorte de Docteur House en mieux (plus taré, plus drôle...).

Mais ne vous méprenez pas : le but de Transmetropolitan est avant tout de dénoncer par comparaisons et métaphores les travers de notre société, bien que dans La Ville tout nos vices soient exagérés au maximum (ce qui parfois donne des choses assez jouissives comme un type qui coupe des têtes pour les essayer, un dispositif de fabrication électro-ménager maffieux qui se drogue...).

Spider cherche donc à combattre les vices de cette ville à l'aide de ses sordides assistantes (Yelena et Channon), en montant sur les voitures pour prêcher la bonne parole et en se servant sans modération de son agitateur d'intestins, livré avec 3 réglages de bases, diarrhée, liquide et prolapsus.


Mais Transmetropolitan dépasse le simple délire cyberpunk scatophile. C'est une bandes dessinée adulte, intelligente et visionnaire, et une certaine présence d'esprit est nécessaire pour comprendre l'ensemble de l'oeuvre.

(Apparence de Spider : voir mon avatar )