Muchacho, d'Emmanuel Lepage, édition Aire Libre
Je n'ai pas vu de sujet sur cette BD que je viens de lire (deux fois d'affilée, même), et donc voilà. A vrai dire, résumer n'est pas ma tasse de thé, plus particulièrement dans le cas d'une œuvre aussi complexe (sans pour autant être emmêlée, c'est un des très nombreux points fort de cette histoire, tout est fluide et harmonieux sans être superficiel), et donc voilà, hu.
Nicaragua, 1976 : le pays se débat sous le joug du dictateur Tachito (Anastasio Somoza). Gabriel, un tout jeune peintre séminariste issu d'une famille proche du gouvernement, envoyé en province pour aller peindre une fresque dans une église, se retrouve plongé dans un monde qui n'est pas (encore) le sien, celui du peuple qui souffre de l'oppression, et qui, (plus ou moins) discrètement se rebelle. Mais Muchacho, en fait, n'est pas un récit "à-propos-d'un-garçon-qui-va-devenir-rebelle", mais bien plus. Je parlais de complexité tout à l'heure, et c'est exactement de cela qu'il est question : complexité et humanité des personnages, diversité des thèmes abordés, sans oublier la beauté enchanteresse (mais vraiment!) du dessin, qu'il s'agisse de la souplesse furieusement vivante des personnages ou des décors exubérants mais néanmoins étouffants de la jungle. Bref, y'a bon, et on prend un réel plaisir à voir Gabriel évoluer, douter, combattre (contre d'autres, contre lui-même), se découvrir, au fil du récit. C'est une histoire autant humaine qu'historique, finalement, le cadre et le récit se servant mutuellement. Bref, j'ai adoré. Y'a des moments tendres, d'autres douloureux jusqu'à l'asphyxie, c'est vibrant, c'est beau, mangez-en. Je vais essayer de trouver un illustration, si vous voulez...