On dit que la dernière parole d'Henri Toulouse-Lautrec, prononcée à l'encontre de son père alors qu'il chassait une mouche de son nez fut : "Quel con ...". La bande dessinée ne parle pas de cet épisode là ...

Oui, mais de quoi ?

Hé bien de la vie de Toulouse-Lautrec, celui qui fréquenta de nombreux peintres (Degas, Monet, Gauguin) et qui lui même peignit des scènes de vie autour du moulin rouge.

Comment ?

En reprenant l'univers de chaque peintre que Lautrec rencontre. Des vignettes ont les couleurs chatoyantes de Van Gogh (une superbe explication de pourquoi il s'est coupé l'oreille), d'autres l'exotisme de Gauguin (avec une interprétation des Tahitiennes revue et corrigée), la tranquillité de Monet ...
La plume est belle, le scénario est doux amer, trépident comme la vie du peintre avec une précision quasi historique ....

Si vous avez l'occasion de la lire ...

Anecdote : la bd a changé de nom en cours de route, peut être pour le politiquement correct ...

Références complètes :

Le bordel (cabaret) des muses/Gradimir Smudja chez Delcourt

Tome 1 : Au moulin rouge
Tome 2 : Mimi et Henri (une belle histoire d'amour qui ne se finit pas bien ... )
Tome 3 : Allez Darling